Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Maladress' [Hellior Wayne/Hinata Suzukie/Libre]

Invité
avatar
Invité
Maladress' [Hellior Wayne/Hinata Suzukie/Libre] - Mar 2 Oct 2012 - 22:35
Je dormais paisiblement, confortablement installée dans un moelleux fauteuil, au beau milieu de la bibliothèque. Mon esprit s'évadait, vagabondant, emporté au doux Royaume des Rêves. Un esprit heureux, libre et innocent. Si cette merveille nommée "Sommeil" n'existait pas, je ressemblerai plus à un Zombie, chose que je ne suis pas ... Le sommeil fait partie de mes rares moments de délice, un instant de pur plaisir, où ne s'immisce aucun soupçon de responsabilités, de professeurs enragés, ou de bruit. En parlant de bruit, celui d'un gros dictionnaire s'écrasant par terre me tira de ma somnolence. J'ouvris un oeil bleu excédé, et soupirai. Aaah la la ! Pas moyen de dormir tranquille, dans cette académie ! Remarque, ma chambre existe ... Mais bizarrement, je n'aime pas dormir là-bas, allez savoir pourquoi ... D'une pichenette, j'écartais le prospectus immobilier qui me servait de cache-yeux, et jetai un regard acéré vers la source du bruit. Qui est cet imprudent qui a osé perturber mon sommeil en or ? Un grand blond aux yeux émeraude se tenait debout, derrière le fauteuil sur lequel j'étais affalée. Il devait avoir dans les 20 ans ... Un visage d'ange se posait sur un corps grand et bien musclé. La perfection au masculin. Je plongeai mes yeux azurs dans les siens. Une multitude d'émotions en tout genre se bousculaient dans cet océan vert. Mais celui qui y régnait, était sans nul doute le respect de la Justice.
Invité
avatar
Invité
Re: Maladress' [Hellior Wayne/Hinata Suzukie/Libre] - Mer 3 Oct 2012 - 17:15
Depuis mon arrivée, je n'avais pas eu le temps de me renseigner sur l'Académie en elle-même, je pensais que le meilleur endroit pour ces recherches était sans nul doute la bibliothèque. Portant mon armure noire et or, n'ayant pas eu le temps de la changer, j’entrai dans la bibliothèque, il y faisait un grand silence, une jeune fille aux cheveux noirs, penchant vers le bleu foncé roupillait derrière un magazine plaqué contre son visage, derrière-elle, la série des dictionnaires. Il allait m'en falloir un pour voir si le vocabulaire changeait, je m'approcha donc de l'armoire et en prit un. Au moment de l'ouvrir, il me glissa des mains et se fracassa sur le sol dans un grand fracas. Je pensa soudain à la jeune fille derrière-moi qui dormait, je ramassa le livre, puis me retourna vers elle, lui souriant et l'abordant:

-Oh.. Euh... Excusez-moi..

J'avais un sourire gêné sur mon visage, qui se dissipa rapidement par un sourire normal, qui était tout de même beau. Je referma le dictionnaire, et observa la jeune fille dans son fauteuil qui était retournée vers moi. Elle était belle, et naturelle, appréciable à regarder.
Invité
avatar
Invité
Re: Maladress' [Hellior Wayne/Hinata Suzukie/Libre] - Mer 3 Oct 2012 - 20:56
Hinata s’habitue petit à petit à l’ambiance de l’académie. Après avoir assisté à quelques cours, la jeune fille se sent dans son élément. Elle a comme l’impression de retourner dans son ancien pensionnat. Aujourd’hui la demoiselle doit se rendre à la bibliothèque pour un devoir en histoire.
Après avoir tourné en rond dans toute l’académie, Hinata trouve enfin la bibliothèque. En entrant la jeune fille est impressionnée par sa grande taille.
*Waouh ! Mais c’est immense ici !*


Hinata s'avance puis s'installe à une petite table. Elle commence par sortir sa feuille pour voir ce qu'elle doit exactement rechercher. Elle part pendant une quinzaine de minutes pour aller prendre les livres dont elle a besoin. En revenant, elle voit une jeune fille, juste en face d'elle en train de dormir.

*j'aimerais bien faire une sieste moi aussi *

Suzukie soupir :

*enfin bon, c'est pas le moment, je dois bosser *
L'apprentie -déesse se concentre et commence son travail. Hinata qui est à fond dans son devoir se fait malheureusement interrompre pas un grand bruit. Automatiquement elle lève la tête et constate qu'un jeune garçon a fait tomber son livre. On dirait bien que le bruit n'a pas seulement dérangé Hinata mais, a aussi réveillé l'autre demoiselle.

Suzukie regarde le garçon puis la jeune fille. Il y a une atmosphère étrange.

*on dirait que le courant passe bien entre ces deux-là*
Hinata se laisse légèrement distraire puis essaye de se remettre au travail.

*Mince ! J'ai perdu le fil de ma rédaction*
Invité
avatar
Invité
Re: Maladress' [Hellior Wayne/Hinata Suzukie/Libre] - Mer 3 Oct 2012 - 23:39
Vous savez, quand vous êtes paumés dans un monde tout à fait inconnu, la première réaction logique est de vous y intégrer. Le jeune homme avait réussi à trouver les dortoirs et la cuisine. Le problème était ... Qu'il n'avait pas de chambre personnelle. Et il refusait clairement de dormir avec des inconnus dans la même chambre. Et surtout, le coup des chambres mixtes l'avait bien refroidi. Imaginez, dans le pire des cas ? Deux élèves qui forniquent un peu trop ? Sa chasteté en serait à jamais mise à mal. Alors ... Il avait dormi dans la bibliothèque. Et Dieu qu'il avait eu froid, bordel. Et mal dormi aussi. Mais hors de question de dormir dans une chambre à plusieurs. Bizarrement, ici, il était perdu. Il ne savait pas où allait. Ni quoi faire. Il avait pris quelques trucs à manger à la cafétéria, mais pour le reste, il était arrivé ici et s'était fait lâcher dans la nature par ce qui semblait être un des directeurs. Et puis c'est tout. Seuls ses souvenirs lui permettaient de s'accrocher. Et même si quelques élèves lui avaient donné des explications, Atios était qu'une petite âme en face d'une mer inconnue. Lui, le roi des chevaliers, ici était des plus incognitos ici. En fait, à son grand plaisir, les gens ne pouvaient pas le comparer à autre chose qu'une simple petite divinité de la lumière. C'était tant mieux. De toute façon, il ne voulait pas se retrouver dans des ennuis ou sous les spots. Le jeune roi des chevaliers ne savait pas non plus ce qu'il voulait en fait. Parce qu'il n'avait aucun lien ici. Devenir un Dieu ? Cela ne l'intéressait pas vraiment. Et puis, son corps était faible... Oui, ici, il n'était qu'un simple et petit gringalet d'un mètre quatre-vingt-cinq. Un fétu de paille au milieu de gens beaucoup plus massifs, de garçons des plus divers, des gens de toutes sortes, mais aussi des filles de tous genres. Pour un peu, il aurait cru être tombé dans un monde plein d'anime-girl. Quelque part, en regardant la bibliothèque, ce n'était pas si faux.

Lui ? Il était là. Silencieux, le regard vide. Ses traits fins, ses épaules légèrement larges, malgré sa carrure. Il s'avançait, portant toujours l'uniforme de son lycée sur le dos. Et il assista à une scène ... Du quotidien, à défaut de dire étrange. Une jeune fille qui dormait - il aurait bien eu envie de faire pareil - ; un gars bien bâti en armure noire et dorée. Lui, il devait être plus musclé qu'un altérophile, parce qu'une armure en plaques, dans ses souvenirs, c'était lourd. Très lourd. Rien que se souvenir du poids d'une armure, il avait envie de tomber sur le sol. Là où c'était intéressant, c'était que le porteur de l'épée sacrée Excalibur - donc notre jeune homme aux cheveux bruns sombre, perdu dans cette académie où il venait d'arriver - jurait avec profondeur face à ce chevalier d'or et aux cheveux couleurs des blés. Déjà, il était plus massif, mais sûrement aussi plus musclé. De plus, ce dernier inspirait ce qu'il était, alors qu'Atios au contraire, inspirait la platitude d'une normalité exacerbée par une démarche lente et traînante, fatiguée, mais par la même occasion, par son absence de définition. En fait, si le terme d'humain normal aurait eu lieu d'être ici, la dernière incarnation du roi Arthur, ici présente, était la plus belle des définitions. Une chemise blanche, un pull en V crème, une veste et un pantalon de lin noir pour des baskets noirs et vous aurez un mélange mixte d'un gentilhomme du passé et d'un élève d'une école privée moderne. D'ailleurs, c'est en remarquant cela qu'il se gratta pudiquement la chevelure. Oui... Il était simple. Pourtant, c'était peut-être une nouvelle teinte du mot charme qui s'exprimait par sa présence "normale". Bon, certes, ici, ils étaient tous "anormaux" et lui, sûrement le plus, dans le fond, mais au moins, en apparence, débonnaire, il était réellement ce qu'il était à sa disparition du monde des hommes.

Un jeune homme, tiraillant entre l'adulte et l'adolescent. Ses cheveux bruns sombres, ses yeux marron foncés qui prenaient une teinte similaire à ceux de ses cheveux lorsqu'on le regardait de loin... Oui, ce qui jurait le plus, c'était sa cravate rouge, qui lui donnait un air sérieux, qui contrastait avec son manque de motivation largement visible. Mains dans les poches, il s'avance alors, tentant d'éviter les regards, pour mieux s'asseoir à la table et poser son menton contre ses bras, venues servir de rehausseur pour son visage. Son regard s'était perdu à sa droite, à cette demoiselle au teint pâle, portant ce qu'il identifiât comme être deux couettes blondes, là aussi ... Pale. Quant aux yeux de cette dernière, il semblait être d'un bleu fortement scandinave. Par contre, à l'opposer de cette dernière, se trouvait là aussi une demoiselle aux yeux d'un bleu profond, mais comme pour compléter l'opposition par duo qu'il était possible de faire en le comparant au grand blond en armure, il était possible de faire une opposition directe entre la couleur des cheveux de la jeune demoiselle en train d'étudier et celle qui venait de se réveiller, car les cheveux de cette fille venant de fuir Morphée étaient d'un noir d'encre, le noir Japonais que les Nippons n'aimaient pas tant que ça, ceux qui sont alors camouflés par du brun et du marron. Oui, son point de référence en revenait à ses loisirs past-mortem, même s'il était triste de faire référence à son savoir d'une manière aussi détournée. Tout ce beau monde était réuni ici, dans un silence presque sépulcral, celui que l'on trouve dans certains lieux de culte qui vous font miroiter l'âme au point de garder closes vos lèvres... Atios, légèrement nerveux, timide, se redressa sur sa chaise. Le silence pesait un peu et puis, il ne comprenait qu'avec très peu de difficulté ce qui se déroulait devant ses yeux. La parade du chevalier blond au charisme cent fois plus éclatant que le sien semblait avoir eu ses effets sur celle qui venait de sortir de sa sieste et c'est avec un certain embarras que la dernière incarnation du roi Arthur se sentait légèrement de trop. Pour autant, il ne se décida pas à fuir aussi vite.

Ce serait idiot, vous en conviendrez. Pour combler son stress, il se mit lentement à se balancer sur sa chaise, en silence, comme s'il cherchait à se bercer ou à se réveiller et que cette scène était un songe. Mais soudainement, il eut un vertige. Un petit flash. Ses yeux se fermèrent. Il se sentit léger. Et pouf. D'un coup, la gravité lui confirma à quel point il pouvait être lourd. Belle bourde que voilà, songea-t-il. C'était ballot. Mais pas normal. Oui .. Il se sentait faible. Encore cette histoire de magie dont il ne disposait pas assez. Ah ça, pour être faible, il l'était. Ses pouvoirs consommaient trop pour lui et voilà le résultat. Il n'avait pas encore assez mangé ? De toute façon, il avait toujours faim. Depuis qu'il s'était réveillé ici, peu importe ses efforts pour remplir son estomac, son corps arrivait à venir à bout de ce qu'il lui envoyait. Misère. Il fit un sourire gêné aux regards qu'il croisa, fit quelques pas à quatre pattes pour se remettre sur le côté, releva la chaise et se rassit dans des gestes se voulant silencieux. Après tout, ils étaient dans une bibliothèque. Finalement, il finit par lâcher un léger :

Désolé ..

Même s'il avait l'air timide, son sourire était pour autant ... Lumineux. Oui, il n'était pas froid ou précieux, ni froissable. Son sourire était simple comme un doux ciel d'été dont le soleil vous bercerait, allongé là, dans les prés, chaleureux, agréable & reposant.


Dernière édition par Kurokami Atios le Sam 1 Déc 2012 - 23:48, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Maladress' [Hellior Wayne/Hinata Suzukie/Libre] - Sam 6 Oct 2012 - 19:42
Ne sachant pas vraiment pourquoi j'étais dans cette bibliothèque je me mit à cherché un livre sur les mythes paranormaux, que bien sûr je ne trouva pas. Je pris finalement un livre sur les bêtes que l'on pouvait trouvé ici et j’appris beaucoup de chose sur les bêtes que l'on pouvait trouvé mais aussi sur leurs caractéristique de combat. Une fille dormais sur un chaise avec un livre sur le visage, cette dernière se réveilla suite à un bruit sourd qu'avait provoqué un grand homme en armure noir et or en faisant tomber un dictionnaire, une autre fille un peut plus loin leva la tête pour voir d'ou venait le bruit puis un autre garçon, un peut gringalet, observait l'homme en armure.

Je passa alors mes mains dans mes cheveux et d'un élan de bonté dit :

- Cette homme ne vous a pas dérangé ?


Je posa alors mes yeux sur la fille que l'homme au cheveux d'or venait de réveiller. Je remarqua que nous étions les seul dans la bibliothèque, pourquoi ? Cette endroit était si barbant ? enfin bref, je remarqua mes gantelet qui portait mes lame secrète à côté de moi, je les avait enlevé pour évité de faire un faux mouvement et que les lames se déclenche puis qu'elles troues le livre que je lisait. Mon épée était aussi la, la pointe de la lame au sol et le manche contre le table. Je vis d'un coup un mouvement brusque, le gringalet venait de tomber au sol en se balançant sur sa chaise, je réprima un rire puis posa doucement mes yeux sur la fille au cheveux blond qui reposa ses yeux sur une feuille, sans doute un devoir donné par un professeur. J'attendis alors la réponse de la fille au cheveux bleu.
Invité
avatar
Invité
Re: Maladress' [Hellior Wayne/Hinata Suzukie/Libre] - Sam 6 Oct 2012 - 20:20
Un fracas. Mon regard se dirigea vers le garçon qui venait de tomber de sa chaise. Assez grand et plutôt fin. Un beau visage agréable était encadré de fines mèches brunes. Ces yeux corbeau exprimaient une certaine gêne, quand il se releva. Je soupirai. Une cheveu bleu vint se poster devant mes yeux. Je le retirai d'un geste las, et tournai mon visage vers celui qui venait de me parler :

"- Cette homme ne vous a pas dérangé ?"

Celui-là, c'est un démon, j'en suis sûre. Son physique convenait parfaitement à la morphologie d'un démon normal. De longs cheveux d'un blanc immaculé lui balayaient les épaules, tandis que des yeux rouges perçants se centraient dans son visage fin.

- Non. Merci de vous être préoccupé de moi, dis-je vaguement.

Sur ce, je me redressai et me dirigeai vers la section "Mythes". Une jolie jeune fille aux couettes blondes et aux yeux semblables au miens faisait courir sa plume sur un papier blanc. J'avisai un gros volume sur une étagère. "Contes Fantastiques", lisait sur la lourde couverture reliée de cuir. Je tendis la main vers le livre, l'agrippai et le tirai de la rangée. Un craquement sinistre se fit entendre.
Et c'est avec horreur que je constatais que la bibliothèque s'effondrait sur moi.
Invité
avatar
Invité
Re: Maladress' [Hellior Wayne/Hinata Suzukie/Libre] - Jeu 3 Jan 2013 - 15:35
Plus de réponses depuis un moment, et deux désinscris, je clôs ce rp !

Hinata : 50 xps
Arcoss : 50 xps
Kurokami : 60 xps

Xps attribués.
Contenu sponsorisé
Re: Maladress' [Hellior Wayne/Hinata Suzukie/Libre] -
Maladress' [Hellior Wayne/Hinata Suzukie/Libre]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Grande Bibliothèque-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page