Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Une pilule difficile à faire passer. [Libre]

Invité
avatar
Invité
Une pilule difficile à faire passer. [Libre] - Lun 10 Sep 2012 - 2:50
Il ne fallut pas plus de quelques minutes à Otto Von Kessel pour se perdre dans cet endroit. Tout cela dût au fait des récents événements survenu dans sa vie, il y a quelques heures à peine, le chevalier se donnait la mort dans sa tente à la veille d'une attaque de l'ordre Teutonique sur un village païen, las de tuer ce que lui seul considérait comme des innocents. Suite à cela, voilà qu'il se retrouve dans un endroit très bizarre, où on lui annonce que son destin est désormais d'être un apprenti dieu, alors que le chevalier pensait se retrouver en enfer, punition pour le suicide dans sa religion.
Le simple fait d'être ici est en contradictions avec toute son éducation et même plus, tout le système de penser et d'action sur lequel sa civilisation est basée. Mais comment l'homme avait-il pu se tromper à ce point ? Le dieu unique n'était donc qu'une utopie. Impensable pour le guerrier de la foie qu'il fût ! C'est avec l'esprit grouillant de questions et complètement déstabilisé qu'Otto avait commencé à parcourir l'académie.

*Ceci est irréaliste, un apprenti dieu ? N'importe quoi ! Je suis sûr que le malin me joue des tours ! Ceci est ma punition pour m'être donner la mort avant d'avoir accompli ma mission sur terre. Je suis dans l'antichambre des enfer.*

Il arriva finalement près du complexe sportif de l'académie, presque plus surpris par l'architecture qui n'eut pourtant de cesse de l'étonner depuis son apparition dans le lieu de savoir divin. Otto restait planter là, devant l'entrée du bâtiment, pensif.

*Cet endroit est pourtant loin de ressembler à l'enfer. Le lieu est plutôt agréable à l'oeil et semble paisible... Les gens ne semble nullement souffrir et ne ressemble pas à des démons... Peut être que c'est bien réel...*

Sir Von Kessel commença donc tout doucement à accepter l'idée. Il observa le tabard paré d'une croix noire qui était enfilé par-dessus son harnois, l'empoigna et le tira si fort qu'il se déchira. D'un geste nonchalant, Otto le jeta à terre, puis fit volte face, observant l'immense structure. Le chevalier se mit alors à penser tout haut.

« Et puis après tout pourquoi pas ! Si on y pense, l'église faisait beaucoup d'affirmations, mais jamais elles n'étaient appuyés de preuves. A partir de là je peux donc les considérer comme des menteurs, des manipulateurs se servant d'une soit disant religion pour servir leurs intérêts... »

Cette perspective fit froid dans le dos à l'ancien croisé, qui continua de rester là tel une tour de guet, analysant sa vie passée et imaginent ce qui pourrait désormais l'attendre...
Invité
avatar
Invité
Re: Une pilule difficile à faire passer. [Libre] - Lun 10 Sep 2012 - 11:53
-What the fuck! Ce furent les premières paroles que j'avais lancé en arrivant dans cette soit disant "Deus Aca-truc"

Récapitulons un peu ce qu'il venait de se passer:
J'étais en prison, prêt à m'évader de prison, quand tout à coup le gardien est intervenu pour me tirer dessus à deux reprises avec son revolver. Puis je m'étais réveillé ici... Un rêve? Non c'était impossible car j'avais toujours cet accoutrement orange qu'ont les prisonniers et des menottes aux poignets. J'avais d'ailleurs pris une bonne demi heure à tâter mon abdomen cherchant les trous par balles qui devraient y être. Mais il n'y avait rien!

Lors de mon réveil j'avais vu une femme, bien roulé si vous voulez mon avis. Au début j'ai bien cru que le paradis existait et que cette femme allait me faire tout un tas de cochonnerie que je ne nommerais point. Cependant elle, fut prise dans un tourbillon de pétales avant de disparaître. C'est que ma fameuse première phrase sortit de ma bouche.

Totalement bluffé par ces nouveaux bâtiments qui se dressaient devant moi, j'errai dans ce beau paysage à la recherche de renseignement. Mes pas me menèrent alors dans un espèce de grand gymnase où j'entendis la voix d'un type qui semblait faire un monologue.


« Et puis après tout pourquoi pas ! Si on y pense, l'église faisait beaucoup d'affirmations, mais jamais elles n'étaient appuyés de preuves. A partir de là je peux donc les considérer comme des menteurs, des manipulateurs se servant d'une soit disant religion pour servir leurs intérêts... »

Je regardai cet étrange personnage de la tête au pieds. Il était grand, plus grand et plus costaud que moi ce que je voyais rarement. Il était vêtu de façon très étrange, je dirais même qu'il n'avait aucun gout pour porter ces vieux truc sur les épaules. Mais qui était-il? Et pourquoi parlait-il de religion au juste?
Pour moi, il s'agissait surement d'un de ces bouffon qui aime le théâtre et qui s’entraînait à jouer pour sa prochaine pièce.
N'ayant trouvé que lui pour me fournir des informations je m'approchai de lui et lui adressai la parole.


-Hey mon frère, tu serais pas c'qui s'passe dans ce bled..? Y'avait une meuf avec des gros pechos mais elle à soudainement disparu tu vois l'genre?

Je lui laissai un peu de temps pour capter ce que je venais de lui dire et lui présentai mes poignets.

Et t'aurais pas un truc pour me virer ces menottes aussi?
Une pilule difficile à faire passer. [Libre]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» "L'amour, c'est faire passer les besoins de l'autre avant les siens."
» “Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.” Ft Jon
» Sale quart d'heure [Libre]
» Bureau des demandes de laisser-passer
» j'voulais pas t'faire tomber ... [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Centre de sport et d'examens-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page