Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous]

Invité
avatar
Invité
Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous] - Mar 4 Sep 2012 - 19:33
Après avoir déposé mes affaires dans ma chambre et pris ce que j'avais besoin, je ne savais plus trop ou j'en étais dans ma vie... Enfin, ma "vie" pour ainsi dire, plutôt ma 2ème vie.
Déesse de la musique, ce n'est pas rien ! Beaucoup de gens m'ont toujours dis que j'avais un talent monstrueux mais je n'en pensais pas temps, je restais toujours de marbre par rapport aux compliments. Pour moi, il y a toujours eu un moyen de devenir meilleur, de se surpasser, ce que je fessais n'était pas le top ! Enfin bon.. Tout en lâchant un soupire exaspèrent, je marchais avec mon énorme contrebasse bien attachée dans le dos, l'archet en main, le tapotant contre ma joue gonflées d'air pendant que je réfléchissais a ce que j'allais bien pouvoir faire maintenant pour passer mes journées. Les longs couloirs labyrinthiques de l'internat donnais l'impression de se perdre assez rapidement.. Les couloirs se ressemblais assez fort, malgré la très forte luminosité entrante dans la pièce par les fenêtres bordées de fleurs rouges et mauves. Heureusement que le tout était accompagnés de petits panneaux sur les murs, j'aurais trop vite finit dans la chambre de quelqu'un d'autre.
Je pouffais de rire en disant sa, il ne m'aurais pas déplus de connaitre quelqu'un en plus en ce lieu, car hormis Vic et Alice... Je ne connais vraiment personne ! C'est peut-être pour l'instant la seule chose qui me déplait pour ici. Mais je dis sa, sans avoir participé encore a un cours donc bon. Quoi que.. En général, je suis assez studieuse comme élève, jamais je ne me suis permise de faire un peu de bordel en cours ou de chahuter ! C'est bien grâce a mon éducation reçue, une que je juge des meilleurs sans paraître vantarde !

- " Ah ! Voila le petit panneau que je cherchais.. Mhhh, sortie vers la gauche en bas des escaliers. Merci petit panneau ! "

Et d'un air amusée, il me vint en tête que quelqu'un aurais pu peut-être m'entendre ! J'espère que non, je passerais pour une schizophrène dès mon 1er jour ! Et donc enfin de compte, je poussa la double porte pour enfin atterrir dehors. Le vent qui vint a pénétrer a l'intérieur de la pièce me décoiffa légèrement, je tint donc ma coiffure afin de ne pas avoir a recommencer tout le boulot que j'ai fait avant de sortir de ma chambre et passa donc dehors, enfin.
Il y a toujours cette douce chaleur qui enveloppe votre corps quand on est dehors dans cet endroit, c'est si splendide de ressentir sa, j'ai l'impression que mon cœur se réchauffe et que si je jouais un morceau de musique quelque part, que les notes s’envoleraient dans les airs pour former un balai aérien d'une rareté éblouissante.
Et c'est décidé, c'est d’ailleurs ce que je vais faire ! Je vais aller me trouver un petit coin tranquille, bien sympathique et jouer un morceau de violon ou de contrebasse ! Je verrais sur le moment pour sa, tiens !
Et tout en tapant du poing dans ma main, je commença a avancer vers l'inconnu ! Oui, je dis l'inconnu car je connais encore mal l'endroit donc j'ai pris une direction au hasard et je verrais bien ou le vent m’emmènera !

C'est a une énorme tour d'horloge que je m’arrêtas net, il semblais y avoir un petit parc devant ou une petite fontaine se trouvais au milieu entouré d'herbe verte avec quelques bancs ! Un endroit parfait pour se détendre, écrire quelques partitions ou encore jouer un morceau. Ou même plus tard qui sait, venir se détendre avec des amis ! Et donc, je marchais jusque ce petit coin de rêve tout en regardant la tour qui était vraiment impressionnante, une géante tour de couleur jaune assez clair avec des toits d'une teinte bleutée d'une beauté splendide ! Il y avais au sommet, une sorte de grosse horloge qui n'indiquais pas l'heure ! Bizarre... Enfin bon, je ne m'attardais pas la dessus et m’empressa de m'assoir sur un banc tout en déposant a mes pieds l'étui géant de ma contrebasse.
Je déclipsais donc les loquets de celui-ci tout en réfléchissant a quel air j'allais bien pouvoir jouer. Un truc enjoué, sans doute histoire de fêter a ma manière mon arrivée dans cet endroit magnifique. Oui, je savais maintenant quoi jouer ! Je pris mon violon en main, qui était rangé avec ma contrebasse dans une poche secondaire et pris l'archet de celui-ci.

Le vent soufflais légèrement, comme une douce brise.. Le temps parfait. La chaleur.. Le vent léger.. Oui, le moment était la, et c'est donc en fermant les yeux, que je mise a jouer un air assez spécial.. Un air que j'aimais particulièrement.

( Je joue cet air mais en plus "doux" juste au violon ):
 

Les yeux fermés, j'étais comme dans un doux rêve, un rêve qui vous transporte dans l'au-dela et même plus loin encore ! Et dans le rythme de la musique, je commença donc a laisser ma voix coule, pour accompagner ce morceau au chant. C'était pour moi une libération totale de mon corps, mon esprit flottait dans un océan de nuage, moelleux et douillet, mon corps lui était bercé par la chaleur du soleil et en même temps rafraichis par le petit zéphyr qui me caressais la peau. Je ne savais pas si quelqu'un m'écoutait actuellement, mais je m'en foutait un peu, j'étais seule pour moi, seule dans mon univers et je jouais ce que j'aimais.
Les paroles découlaient au rythme de la musique que je créais avec mon instrument, je voyais comme je disais plus tôt, les notes s’envoler dans les airs, former un balai aérien, vraiment comme je l'avais cité au par avant. Un moment magique. N'importe qui aurais voulu être a ma place. Mais la fin de la musique approchais doucement, il fallais bien que ce moment s'arrête, vivre dans ses rêves n'est jamais quelque chose de bon en fin de compte. Il faut plutôt vivre ses rêves que de rêver sa vie, comme on dis si bien.

La musique fini, je souffla donc un coup, toujours les yeux fermés avant de reposer le violon sur mes genoux. J'allais maintenant ouvrir les yeux, voir si quelqu'un m'avais écouter, si quelqu'un m'avais vu dans cet état de création si magique je peux dire.
Invité
avatar
Invité
Re: Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous] - Mar 4 Sep 2012 - 21:54
La réévaluation des valeurs



-Putin Marcel vous êtes con où vous le faites exprès ? L'essence la plus intime de l'être est la volonté de puissance. C'est pourtant clair !

Friedrich Nietzsche, née en 1844 et mort en 1900 pile, était un philosophe surdoué dès son plus jeune age, qui voulait devenir dresseur de pokémon, puis pasteur, et devint finalement légume après un écrivain philosophique raté traitant sur la religion. Le succès vint qu'après qu'il n'eut plus l'age pour en profité, parce que la vie est une sale chienne, on le sait.

Marcel Duchamp l'avait invoqué pour qu'il lui apprennent quelque truc sur la p-p-p-puissance (après avoir regardé sur youtube des vidéos de Bob Lennon). Il en fut deçus, au lieu de lui apprendre à faire le buzz sur internet, le prof relou essaya de lui apprendre un terme approfondie en métaphysique, l'essence de l'être. Etant donné l'intelligence sur élevé de notre ami Duchamp, vous aurez certainement compris que celui-ci n'eut pas pris le mot "essence" comme un mot spirituel, mais "essence" comme ce truc noir qui n'arrête pas d'augmenter de son prix parce que c'est la crise. En bref, c'était pas gagné pour Nietzsche de faire apprendre quoi que ce soit à son élève.

Alors au lieu de se torturer les méninges pour rien, le philosophe et le con au lieu de se disputer bêtement, se réconcilièrent tranquillement sur le toit de la bibliothèque, en plein soleil (tant qu'ils pouvaient encore en profiter), les lunette noir au visage pour bronzer tranquillement. La bière à sa petite main fantomatique, Marcel demanda à son pote philosophe assez chiant :


"-Dis moi mec, c'est bien toi qu'a tué Jésus ? Nietzsche, un peu gêné rétorqua sans attendre
-Bah non, c'est déjà fait l'ami. Mais maman veut pas me croire
-Ahhhhh, les mamans, toujours à nous dire de pas aller sur l'ordi et de pas tuer le Christ
-Tu l'a dis brother !
-Enfin remarque moi je m'en fou mes parents ont été tué par la mafia donc bon... Ca reste que j'avais pas d'ordi du coup...
-Ca arrive. Bon passe moi un peu de bière."

La journée aurait pu finir dans ce train de vie çi contre, tranquillement, sans anicroche. Nietzsche ou/et Marcel seraient devenus saoul et les deux se serait battu à mort sur le toit de la bibliothèque, dont la conclusion se terminerait par un match nul étant donné que les deux êtres étaient déjà décédés. Mais ce ne fut nul le cas.

Depuis le toit de la bibliothèque, on pouvait entendre d'étranges son. Ce n'était pas des son percutant d'un objet à l'autre, créant ainsi une percussion, c'était un son musical, qui chantait des notes bien précises. Rapides et saccadé, depuis un violon, le style aurait dit celle des pubs remplie de femme de joies dansant sous les airs de polka russes duquel matait des hommes ivres morts.

La curiosité de Marcel passant par là, celui-ci s'empressa, en compagnie de son copain du jour Nietzsche, de trouvé l'origine de cette melodie ô combien difficile à jouer au violon. Le violon est un instrument extrêmement dur à jouer, ou la précision, au nano mètre près, demanderait un travail acharné de plusieurs jours pour arriver à faire un enchaînement de trois notes de cette partition, alors que le joueurs de cette instrument en faisait des centaines d'affilé et sans pose.

C'était donc quelque chose d’impressionnant en effet. Mais Marcel qui n'était pas musicien, ne partageait pas vraiment cette avis...

Caché juste derrière un banc, à la vue d'une jolie dame jouant la fameuse fameuse partition dans cette place désertique, celui-ci écoutait, et demandait à son camarade de cacherie, toujours Nietzsche :


"-Tu trouves ça comment ?
-Je pourrais te dire. Voulant devenir pasteur à une époque mon genre c'est plus la ô Divin que dieu je t'aime que Country.
-Hmmmm... "

Attendant la fin de la chanson sans se montrer en compagnie de son camarade, Marcel regarda attentivement les mouvement de la jeune femme. C'était en effet impressionnant, elle bougeait tout son corps d'une manière frénétique, y compris ses boobs, ce qui ne l'empêcha de les contemplait avec plaisirs. Ainsi, lorsqu'elle eut finit, elle ferma les yeux, posant son violon sur ses genoux. Les yeux fermé, on aurait dit qu'elle était en transe... Puis elle ouvrit un peu plus tard, quelques secondes après les yeux.

Alors qu'il était toujours caché tel un ninja furtif en compagnie de son camarades philosophe ninja Nietzsche, Marcel pensa qu'il était judicieux de partir discrètement de la place. Après tout, il avait eut sa dose de matage pour aujourd'hui. Avec son compagnon ninja, les deux discrètement tentèrent de regarder le toit de la bibliothèques. Et c'est à ce moment précis que alors qu'il n'était plus caché derrière un banc discrètement, un son se fit entendre. Ni une note, ni une percussion, ce son sentait une certaine puanteur. Nietzsche avait pêté, révélant la position des deux êtres dans la place à la femme qui jouait de ce violon, contre leur gré... Marcel se retournant tout estomaqué, annonça d'un rictus à son compagnon :

"-T'es pas sérieux là mec ?"

Quoiqu'il en soit, il ne pouvait désormais plus échappé à la rencontre d'une élève de l'académies, quelque chose qui jusque là, il avait évitait le plus possible...

"-Non mais t'es pas sérieux ?!"
Invité
avatar
Invité
Re: Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous] - Jeu 6 Sep 2012 - 0:21
Le vent soufflais légèrement le temps que mes yeux étaient fermés. Je profitait de cet air fra... Un bruit me coupa la pensée, un bruit comme une sorte de tuba... ou de trombone.. En plus gras peut-être.
Je parlais d'air frais légèrement plus haut, celui-ci se transforma très vite en air moins frais.. Une sorte d'odeur qui vous prends au nez comme pas possible. J'ouvris donc les yeux et vis 2.....choses.
L'une était un personne normal, d'apparence assez ancienne, d'un style vestimentaire assez ancien, je dirais fin des années 1800, il ressemblais étonnamment a une personnalité connue que j'avais déjà du étudier dans un de mes bouquins d'histoire. Un certain Friedrich Nietzsche. Sujet assez assommant, je dois l'avouer malgré que je suis quelqu'un d'assidu. Enfin bref, un grand homme brun, avec une énoooooorme moustache. Sa ne lui va pas. Il devrais la couper. Enfin bon, il était accompagné d'un... d'une... boule ?

On dirais une sorte d’ectoplasme gris, volant portant un vieux masque en forme de crane qui semblais récupéré je ne sais pas ou, des yeux d'un rouge perçant, de quoi vous glacer le sang. Le truc du genre flippant a mort, que l'on vois dans les vieux dessins-animés pour gosses ! Enfin oui, quand je dis flippant, c'est parce que quand vous voyez sa dans un scoobi-doo ou une connerie du style, c'est marrant. On sait tous que c'est le tenancier de l'hotel ou une connerie du style déguisé. La il semble vrai.. Il est la, a flotter dans l'air, avec la composition d'un étron mou volant et gris. C'est... flippant.

Tout de même, je viens seulement en fait de me rendre compte après avoir calé deux minutes sur eux. Ils sont dans une position du style " On se barre discret de la, avant qu'elle nous repère ". Ils semblaient m'avoir écoutés joué. Je joue si mal que sa pour qu'ils veuillent se barrer en douce ?! Pourquoi aucun des deux n'applaudis ou me fait un sourire ? Pourquoi le fantôme a l'air de parler avec son pote et me tourne le dos maintenant ?! Je joue si mal que j'ai le droit que A UN PET COMME RÉCOMPENSE ?! Grooh ! Bon aller, reste calme Octi, reste calme... Tu est une dame éduquée après tout.

Je posa mon violon dans son étui, rangea proprement l'archet a son endroit et me leva finalement donc pour aller rejoindre ces deux.... machins. L'un des deux, l'humain semblait être en train de rire pendant que la boule flottante était en train de faire des grands gestes dans le vide comme si il disais " VITE ON SE BARRE, COURS, ELLE ARRIVE ! ". Quand je dis " Grand geste " sa veux plutôt dire des grands geste a sa taille hein parce que bon.. L'autre abrutis a moustache me pointa du doigt au fur et a mesure que j'avançais, pour finir a quelques pas d'eux, la boule fantomatique se retourna pour me regarder. Ils calaient tout les deux comme des abrutis sur moi.

- " C'est le quel qui m'as.... applaudis a sa.... manière ? "
- " Non parce que.. Vous savez en présence d'une dame, sa ne se fait pas.. et.. "

L'aspect de la petite boule me traumatisais, mon regard était littéralement braqué dessus et pleins de choses me vinrent en tête, plein de petite question. La boule semblaient complètement déboussolée que je cale sur lui comme sa. le masque était devenu un peu rouge comme si... Attends, il peux rougir ?! C'est pas un masque ?! C'est son visage ?! Non c'est pas vrai ! Sa existe des trucs pareils ? J'en reviens pas... Toujours est-il que la première chose qui sortit de mon esprit pour passer par la parole fut une question complètement con qu'une gamine de 6ans aurais demandé sans réfléchir.

- " Je peux vous.... toucher ? Votre aspect me trouble.

Et j'approchais donc ma main, comme si je voulais palper de l'air. Tout en fessant attention a la réaction de la boule, pour pas me faire surprendre si celui-ci veux tenter quelque chose.
Invité
avatar
Invité
Re: Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous] - Dim 9 Sep 2012 - 14:34
La fabrication d'un instrument, en particulier d'un violon, est quelque chose de compliqué. Il faut une précision sans pareille pour en faire un, ainsi qu'une grande patience, et un grand savoir faire. Il n'est déjà pas évident de jouer d'un instrument produisant des notes (pour exclure de cette liste les percussion), mais encore moins en construire un. Pour ce qui du violon donc, vous pourrez voir comment l'on le fabrique sur wikipédia, car ayant la flemme de le décrire en détail parce que c'est trop long, l'on vous proposera à la place afin de rendre ce post éducatif à la demande de 4kids et non violent (dont cette demande ne pourras pas être respecté, quoique.. avec un peu de bol ca peut réussir), de vous diffuser un documentaire ci dessous. Si vous n'êtes pas raciste du flash et de youtube, merci de cliquer sur le spoiler ce dessous et de player la vidéo le temps que je trouve une idée pour ce RP.

Spoiler:
 

La la la la... Quoi ? Déjà là ? Vous avez été rapide, vous avez triché j'en suis sûr ! Mais m'en fou de toute façon j'ai trouvé une idée hé hé ! Je suis diabolique...

...

Non sérieux je vais improviser.

Marcel Duchamp, le bibliothécaire, et son compagnon ninja philosophe trop puissant nommé Nietzsche (pour rappel... bien que ce ne soit pas très utile) était dans une bien mauvaise position. Tandis que le chiant de philosophe se moquait de leur situation réciproque (il se moquait de lui même le con !), Marcel se souvint 'une leçon de son vieux maitre chinois, Isanagi (ou colombe.. je sais plus... enfin bref)


*flash back avec une musique chinoise calme et l'ambiance qui va avec*

-Hey toua !
-Quoi moi ? ö vieux maitre chinois
-Oui toua, toi nou pas té montré ou public, moi, viou maitre chinois, tiens à la répoutassioune dé mon école compris ?
-Euh.. ok

*Fin du flash back avec le vieux maitre chinois*

Ainsi donc Marcel évita le plus possible de rencontrer des élèves, sous les conseil de son maitre. Il restait donc à la bibliothèque, ou ses seuls amis était ses livres, avec qui il prenait une bière ou deux parfois, comme celui présent à côté de lui. Cela ne l'empêchait pas de connaitre quelque tête féminine et leur bas, depuis le haut de sa bibliothèque ou il observait l'académie et ses passants de sex pur pour noter des informations capital. Quant aux passant du second sex opposé au premier cité, nul temps n'avait Marcel pour les observait malheureusement, celui-ci n'ayant le temps donné que pour les boobs, le second à la lectures, et le troisième à la bière, mais pas pour les hommes son grand regret.

Vous aurez donc compris maintenant que désormais était en mauvaise posture, contraire à ce qui lui avait conseillé son maitre. C'était un problème numéro un. Mais ce ne fut pas le seul problème. Outre le fait que l'air ambiant sentait assez mauvais et que Marcel essayait s’empressait en vain son compagnon de partir avant de se faire repéré par la joueuse de violon, en vain aussi, celle-ci l'avait repéré et se dirigea vers lui étrangement, en demandant la question très flippante pour notre chère être fantomatique :


-Je peux vous.... toucher ? Votre aspect me trouble.

Puis elle leva la main en direction de Marcel. De son vivant, c'était d'habitude Marcel qui avait vers les filles pour toucher leur attribut au niveau de la poitrine, mais là, aussi étonnant que cela pouvait être, et inhabituel pour Marcel, c'était une fille qui allait vers lui. Une jolie fille en plus, et qui voulait directement le toucher. Dépaysé par cette situation dont il n'avait aps l'habitude de vivre (voir pas du tout), la boule Duchamps (dont d'ailleurs, le touché était semblable à un doudou au pelage soyeux et fin, très confortable) eut un réflexe soudain. Crier

-AAAAARH !

Et se faufiler derrière son ami Nietzsche ou depuis son dos, il observait la bête qui voulait de sa peau et de son touché avec un air apeuré, mais aussi prudent.

- ééé....Ecoutez madame, c'est un peu rapide non vous ne trouvez pas ? Non pas que ca me dérange mais quand même un peu... Bon... bon... moi je suis venu juste pour vous dire d'arrêter de jouer et de me... de me... déranger pendant que sirote une bière avec un pote. Je veux bien que vous jouiez certe, mais jouer d'un beau morceau au moins, pas une musique de sauvage à rendre fou hein...

Après avoir finit se phrase, Marcel tira Nietzsche avec ses petits bras ectoplasmique pour essayer de filer, mais celui-ci résista...

- Allez Nietzsche on y va là
-Oh oh, mais moi je suis bien ici..
-M'emmerde pas c'est pas le moment hein !

Ainsi donc la boule essaya de fuir la fille, alors qu'avant, c'était de son vivant l'inverse qui se produisait. En tout cas Nietzsche lui, avait l'air de prendre son pied...

Invité
avatar
Invité
Re: Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous] - Dim 9 Sep 2012 - 16:46
J’ai dans la tête une triste mélodie, comme un requiem, une complainte triste. Depuis que je suis levée ce matin, cet air ne me quitte pas. Pourquoi reste-t-il, j’aimerais qu’on me laisse. Que le monde entier disparaisse… mais il y aura toujours de la vie autour de moi, sans que je ne puisse jamais la faire disparaitre… hélas.
Je ne suis pas ici depuis très longtemps, mais j’ai compris certaines choses. Notamment sur mes capacités, ainsi que ces migraines et ces malaises qui me prennent si souvent. Ils sont liés à mes émotions. Je dois donc rester calme, le plus possible. Mais comment rester calme dans un univers où personne ne fait attention à vous ? C’est totalement impossible. Complètement. Alors je préfère restée seule. Je ne prends aucun risque.


Tel était les pensées de Lilith aujourd’hui. Des pensées sombres, qui tournaient en boucle dans sa tête. Elle aurait aimé éteindre son cerveau, cessé de penser. Cessé de se rappeler aussi. La mémoire était parfois un fardeau plus lourd que la vie elle-même. C’est du moins ce que pensait son altesse, qui en ce moment même se promenait dans l’académie, visitant les lieux. Il aurait été idiot, et honteux, qu’elle se perde à un moment, devant alors demandé sa route à un quelconque individu, qui ne manquerait pas l’occasion de rire d’elle. Et il était absolument inconcevable qu’on rie de sa personne. Elle pourrait très mal le prendre. Bref, elle faisait donc du repérage, s’orientent vers une horloge qui se voyait de loin. Une fois sur la place, abritée sous son ombrelle, elle laissa le vent bercer ses cheveux ainsi que ses jupons. Elle avait opté, ce matin, pour une robe noire. Le haut était serré autour de sa poitrine par un fin corset de cuir attaché dans le dos. Les manches étaient moulantes, puis s’élargissaient aux coudes, atteignant ensuite les poignés. Le jupon était fait de deux couches : celle du dessous était noire, opaque. La seconde était faite de dentelle très finement ouvragées, pas opaque du tout elles. Le bas flottait doucement autour de ses genoux. Point de collant pour couvrir ses jambes, juste de grandes bottes qui lui arrivaient sous les genoux, si bien que ces derniers étaient visibles. Ainsi vêtue, elle se promenait.
Alors qu’elle se perdait dans les méandres troubles de ses pensées, une mélodie lui parvint. Elle ne peina pas à reconnaître du violon, mais pas les mélodies qu’elle avait eut l’habitude d’entendre. S’était dynamique, vivant. Entrainant aussi. Et juste, très juste même. Curieuse de connaitre l’identité de l’artiste, qu’elle estimait légèrement, elle suivit la mélodie. Elle aurait aimé féliciter cette talentueuse musicienne, mais quand elle la vit, elle ne put que rester derrière les buissons qui lui servaient de cachette, ne voulant point la déranger pendant qu’elle jouait. Elle restait stupéfaite devant son talent. La jalousie pointa un peu. A part le piano, elle n’avait jamais était douée avec les instruments. Si elle avait eut ce talent, sa mère aurait sans doute était plus douce avec elle. Bien plus douce. Les souvenir revenant, elle crispa ses mains sur le manche de son ombrelle. Quand je vous dis que le passé est un poids, vous voyez bien que j’ai raison. Mais là n’est pas le sujet. Enfin pas pleinement. Voulant éviter de croiser cette femme, de lui parler, elle commença à faire le tour, quand un son grotesque troubla le calme, rapidement suivit de l’odeur qui accompagnait généralement une flatulence. Elle ne loupa rien des propos qui s’échangèrent. Son sang se mit à bouillir. Au sens propre du terme. Comment osait-il s’adresser ainsi à une telle artiste, comment osait-il seulement vouloir lui demander d’arrêter ? Au moins il la vouvoyait, il avait une certaine idée de la politesse. Furibonde, elle sortit de sa cachette.

« Dis donc, vous pourriez être aimable. Surtout avec une musicienne de talent comme celle que vous avez face à vous. Vous pourriez, de plus, rester poli dans votre langage. »

Elle planta son regard dans celui de personne… la chose… la boule… elle ne savait comment nommer cette créature en face d’elle. Jamais elle n’avait vus un pareil individu, et il fallait bien avouer que s’en était troublant. Très troublant. Elle s’en approcha légèrement, le fixant de ses yeux verts, arrondis par la surprise. Elle resta à l’envie de le toucher, bien que celle-ci soit forte. Pour se retenir, Lilith crispa un peu plus ses mains sur son accessoire, si bien que ses phalanges pâlirent légèrement. Après un petit instant, la demoiselle se redressa un peu brusquement, toussotant avec une légère gêne.

Troublant. Je n’avais pas d’autres mots pour décrire cette chose. Enfin il y avait bien curieuse, étrange, anormale, ronde, intrigante. Pas effrayante, non, quand même pas. Un peu… mmh… je ne trouvais pas d’autres termes que troublant. Il était vraiment le plus approprié. Vraiment. Je devais prendre sur moi pour ne pas la prendre et la câliner, car il fallait l’avouer, sa forme ronde et son petit masque était assez craquant. Un peu comme une peluche. Mais ce geste aurait été honteux, et terriblement impolie aussi. Indigne de la lady que je suis. Je me contentais donc de la fixer, mon regard oscillant entre envie et colère. Il avait tout de même manqué de respect à une impressionnante musicienne.
Invité
avatar
Invité
Re: Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous] - Mer 12 Sep 2012 - 18:18
La petite boule ne semblait pas du tout coopérative a ma demande, encore pire, il pris peur pour se réfugier derrière son ami a grande moustache. C'est comme si ma question l'avait fait fuir. Bon.. Il faut dire aussi que sa n'était peut-être pas la question a poser dès le début, j'avouerais que comme approche, il y a largement mieux a faire. Je baissa donc ma main avant de le regarder d'un air un peu blasé.. Enfin non, pas blasé dans le sens dégouté mais un peu dans le style mélange de déception et d'excuse, comme une petite fille qui aurais voulu un gâteau mais qui aurais cassé le pot de cookies quoi.
Bref, il me regardait, passant son regard entre le corps et le bras de son pote.

- " ééé....Ecoutez madame, c'est un peu rapide non vous ne trouvez pas ? Non pas que ca me dérange mais quand même un peu... Bon... bon... moi je suis venu juste pour vous dire d'arrêter de jouer et de me... de me... déranger pendant que sirote une bière avec un pote. Je veux bien que vous jouiez certes, mais jouer d'un beau morceau au moins, pas une musique de sauvage à rendre fou hein... "

Je sais pas du tout comment je dois prendre ce genre de remarque. Sa voudrais dire alors que je joue mal ? Ou alors que simplement ma musique ne lui conviens pas ? Non non non, c'est plus que sa, il a bien dis qu'il voulais bien que je joue, donc il aime ce genre de musique, mais jouer un beau morceau ? Il n'as pas du percevoir la poésie derrière les paroles. La musique de plus est entrainante, quelque chose tiré d'une bonne musique ska type irlandaise, il n'y a rien de mieux pour remettre d'aplomb une mauvaise humeur. Musique de sauvage alors ? Hum...
En fait, sans que j'm'en rende compte, ces paroles m'avaient vexée quand même. Et alors que j'étais encore plongée dans mes pensées, je laissa bêtement ma voix couler sans réfléchir a mes mots.

- " Musique de sauvage, mhh ? Très bien, j'irais donc jouer ailleurs. Mais sachez qu'il y a une autre manière de le dire et.. "

- " Dis donc, vous pourriez être aimable. Surtout avec une musicienne de talent comme celle que vous avez face à vous. Vous pourriez, de plus, rester poli dans votre langage. "

- " Voila, parfaitement ! Il y a d'autres manière de parler et... Mais euh... Vous êtes ? "

Une fille venait de sortir d'un buisson, situé a quelques pas du banc ou j'étais assise, elle m'avais donc entendue aussi ?
C'était une jeune fille habillée d'une longue robe noire, avec un petit corset sur le haut de son corps. Elle tenait avec elle une ombrelle d'une splendeur.. J'adore les ombrelles, mais je n'ai jamais eu le temps ou l'occasion de m'en acheter une. Je trouve sa d'un style, terrible! Il faudra plus tard que je lui demande une fois de me dire ou en trouver une !
Bref, j'ai beaucoup aimé son geste de me défendre, la petite boule ne disais rien et un léger silence était la.

Le fait que la boule par contre n'aime pas la musique, sa peut passer mais j'ai quelques frissons dans le dos a cause d'une chose maintenant.. L'autre abrutis n'arrête pas de caler sur moi ou précisément sur une partie de mon corps... Oui, je parle bien de ma poitrine. Depuis qu'il m'as vu et que le petit fantôme s'est réfugié derrière, il a l'air carrément de baver au sens propre du terme..

Sinon, ta pas autre chose a regarder toi ?
Invité
avatar
Invité
Re: Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous] - Sam 15 Sep 2012 - 11:54
- " Dis donc, vous pourriez être aimable. Surtout avec une musicienne de talent comme celle que vous avez face à vous. Vous pourriez, de plus, rester poli dans votre langage. "

Vous connaissez, ou vous avez surement connu ou déjà vu cette pub du cola zero ou un gars s'arrête sur un autoroute parce que sa voiture c'est d'la merde ? Mais si et après il boit du coca cola zero et une meuf arrive le secourir, et en reboit un seconde meuf arrive et tout et ça ça a 0,000001 % de possibilité que ça arrive. Mais si si, souvenez vous et... Oh et puis merde vive le flash :

Spoiler:
 

Et bah vous vous pouvez le constater, vous lecteur ébahit, Marcel était un train de vivre une situation similaire. Résumez l'épisode précédent, on appelle Marcel avec une mélodie, il vient et il croise une fille. Ca n'avait déjà pas beaucoup de chance que ca arrive, et maintenant voila la drôle de coincidence que depuis de nul part, surgit tel un ninja plus puissant que un philosophe déjà assez cheaté, pour ajouter du piment à la rencontre fortuite....


"-C'est un cauchemard... Je rêve..."

Se dit Marcel encore sous le choc de la tentative de viol de la musicienne. Regardant la bière qu'il venait de boire précédemment, il constat en effet que la bière etait... De la bière, pas du cola zéro, mais alors, comment cela était-il possible ? (peut-être que c'est parce que un rolepl..*sbaff!*). Une quesin philosophie sur le sens de la vie vint alors à l'esprit de Marcel du à sa situation omniprésente. Ou sont les toilettes ? Qu'allait-il faire maintenant ? Comment allait-il échappé à ses deux furies qui voulait lui faire du mal ?

Nietzsche ne voulait pas suivre, il était occupé a... a quoi d'ailleurs ?


"-Sinon, ta pas autre chose a regarder toi ?
-Et je vous jure c'est pas moi m'dame !"

Avant qu'il n'eut le temps de dire d'autre bêtise, Marcel se rendit compte que ce n'était pas à sa personne que la jeune femme parlait, mais bien à Nietzsche, lui même, ce philosophe. Marcel regarda alors avec attention les yeux de son ami, pour se rendre compte que leur direction était plaqué sur.... Ce qu'aimez à regarder aussi Marcel. Tiens donc, les philosophes aussi ont leur vices ? Lui qui voulait devenir pasteur, ce n'est pas saint ce qu'il faisait...

*t'aurais pas pu les mater PENDANT qu'elle jouait espèce de boulet !"

Pensait-il dans sa tête. Mais alors qu'il n'eut le temps de faire ne serait-ce qu'une action, conne évidemment cela va de soit, Nietzsche avança vers la jeune femme au violon et brandit son bras comme si...

"-Hey attend la mec ! T'es devant deux fille là !"

Marcel essaya de le tirer, sans succès (faut-il avoué qu'il n'était pas très musclé et qu'il ne faisait pas trop d'effort), mais inéluctable se produit. Nietzsche, le philosophe ninja, posa sa main... A non, juste ses deux fin doigt, aux extrémité, tout de même sur la poitrine de la musicienne, l'y retirant aussi tôt, il dégagea deux fils soyeux rouge du haut de ses doigt...

"-Euh... c'est quoi ce déli..
-Ce ne sont pas vos cheveux madames ?"

Un long silence se fit... Ou voulait-il venir le philosophe ? Celui-ci continua :


"-En tant que philosophe, j'ai le sens de l'observation, et ça, ce n'est pas vos cheveux... Alors soit récemment, vous avez fait joujou avec un homme au cheveux rouge, soit ce cheveux est tombé par hasard là... Peut-être avez vous un admirateur secret, un stalker, ou soit vous l'avez chopé sans faire exprès dans les couloir. Ca m'intéresse.... Enfin bref, je m'appelle Nietzsche, professeur allemand, et voila mon invocateur, Marcel.
-Bon on peut se casser maintenant ?"

Nietzsche, d'un air plus sérieux, et Marcel, toujours aussi décidé à partir d'ici... Pourquoi le philosophe s'intéressait-il à un simple... cheveux ?

"-Marcel, du devrais faire tes excuses à la dame. Nietzsche se retourna. Excusez le madame, Marcel avoue que vous avez du talents, mais nous deux avons des gout musicaux différent du votre, nous venons d'une autre époque vous savez ?"

La situation devenait de plus en plus étrange, et Malsaine pour Marcel. Et ca n'avait pas de rapport avec le cola zéro...
Invité
avatar
Invité
Re: Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous] - Mer 19 Sep 2012 - 22:02
Je devais constater, avec une déception non camouflée, que ces deux jeunes… que ce vieillard et cette étrange boule ne savaient en aucun cas se tenir. Enfin, pas aussi bien qu’il l’aurait fallu devant deux demoiselles. Si ce professeur était vraiment celui qu’il prétendait être, alors il faisait honte à son lui-même. Enfin, là n’était pas mon souci, loin de là même, mon souci était plutôt que personne, à part la seconde demoiselle, ne faisait attention à moi. Je me devais de réparer cet affront, surtout si ces messieurs s’étaient présentés. J’étais une lady après tout, une femme de la haute société, moi.

« Je me nomme Lilith Von Damer, il se trouve que comme vous, monsieur, je suis allemande aussi. » Elle fit une révérence emplie de grâce et de douceur. [colors=darkred]« Le fait de venir d’époque différente n’aide pas, en effet, à l’accord des musicalités, mais il n’est jamais trop tard, je pense, pour découvrir quelques nouveautés. »

Tout en, et avec des gestes précautionneux, elle referma son ombrelle, comme si elle eut craint de l’abimer avec ce simple geste. Elle n’avait quitté personne du regard, ses yeux d’émeraudes veillant chaque geste de chaque personne. Et elle avait repéré un geste particulier qu’elle trouvait inacceptable, impardonnable, un geste qui méritait une punition, un châtiment quelconque. Et s’était à elle, le regard droit, le dos redressé avec noblesse, l’allure fier et noble, ses longs cheveux noirs flottant derrière elle avec grâce, et je m’en fiche si j’en fais trop d’abord, de punir le fautif pour ce geste infâme. Et rien ne l’en empêcherai.
Doucement, l’écoutant, elle s’approcha du professeur, un fin sourire presque inquiétant aux lèvres. Doucement, avec des gestes plein de grâce et de noblesse, la demoiselle leva son ombrelle vers le ciel… et en asséna un grand coup au professeur Nietzsche, ses yeux verts s’emplissant de colère. Elle lui mit un second coup, juste pour le plaisir de se défouler. Un peu aussi pour calmer son sang, qui bouillait intensément en elle.

« Aussi professeur qu’on soit, toucher ainsi la poitrine d’une dame est une chose odieuse, impardonnable. Principalement en public. Plus principalement encore sans son accord. »

Lilith s’approcha de la musicienne et rajusta délicatement son haut, comme si on venait de l’agresser. Elle avait des gestes délicats, précautionneux, comme si elle eut craint de lui faire du mal. Ou peut-être voulait-elle seulement faire son intéressante et se faire voir, une fois encore. Après tout, elle aimait qu’on la regarde, elle aimait être au centre des choses. Le monde ne tournait-il pas mieux ainsi, quand les gens s’occupaient les uns des autres ? Enfin, la petite lady voulait surtout qu’on la voit elle, ignorant pratiquement les autres. Quand elle eut finit ses soins, elle s’inclina gracieusement devant la musicienne, lui précisant qu’elle n’avait, bien sûr, pas besoin de la remercier. Elle ravisa ensuite les deux êtres masculins (puisqu’elle ne savait comment définir la boule au masque).

Comment faire… j’aurais tant aimé pouvoir toucher cette boule à l’air si douce. Mais elle n’était pas d’accord. Que faire… la forcer ? Non, je ne pourrais plus me vanter de ma bonne éducation si j’agissais ainsi. De plus, ça aurait été terriblement incongru. Alors que faire ? Attendre pour le moment, en fixant ardemment cette… chose à l’air si mignonne, et au masque si charmant. Sa décrocher d’elle, à aucun moment, mon regard luisant.
Invité
avatar
Invité
Re: Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous] - Jeu 3 Jan 2013 - 15:26
Plus de réponses, Lilith étant partie de ce compte, je ne prendrait en compte qu'Octavia et Marcel.

Octavia : 180 xps
Marcel : 180 xps

Xps attribués.
Contenu sponsorisé
Re: Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous] -
Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Douce brise ~ ♫ [Ouvert a tous]
» Cours de Philosophie (Ouvert à toutes et à tous !)
» ouvert à tous !!!!!
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Questions ouvert à tous.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page