Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon]

 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
avatar
Invité
Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Dim 2 Sep 2012 - 14:53
Oui, il était près de deux heures du matin. Mais c'était là qu'il travaillait le mieux.

Janma avait les cheveux noués sur la tête, un turban fait d'un vieux torchon, et un tablier vert anis qui mettait en valeur sa peau hâlée. Les sourcils froncés par la concentration, il malaxait la pâte à pain avec sérieux, se laissant à peine distraire par le ronron doux et constant de son frigidaire. C'était étonnant, mais l'époque avait fort évolué depuis sa mort. On avait inventé tout un tas de cuisines diverses et variées, et il n'avait eu que très peu de temps pour s'y faire. Il avait rapidement assimilé les recettes les plus élémentaires, salades et soupes. Et puis il savait faire cuire de la viande, et avait compris le fonctionnement des féculents. Mais pour les recettes élaborées, il devait s'entraîner.

D'abord le pain, auquel semblaient tenir si fort les élèves de cette académie. De ce que lui avaient expliqué les autres, le pain était devenu un géant de la consommation. Consommation. Le monde avait évolué à tel point que les plus pauvres pouvaient devenir gras et manger pour le plaisir également. Quelle étrange planète que la Terre. Il avait fait un sondage rapide, alpaguant trois élèves au hasard et leur demandant ce qu'ils voulaient manger. Il avait reçu trois noms qu'il n'avait d'abord pas compris. Des frites. Des tomates farcies. Et des fondants au chocolat.

C'était pour ça que, armé d'un livre de cuisine et d'une dizaine d'ingrédients, Janma fronçait les sourcils, s'efforçant de comprendre comment la "patate" avec son air de tête réduite pouvait être bonne. Apparemment il devait l'éplucher d'abord, avec un drôle d'engin qu'ils appelaient "économe". Janma saisit le féculent dans sa main, et tira la langue de concentration, tentant d'enlever la peau sans en mettre partout. Bizarre. Si c'était une pomme qui poussait dans la terre, pourquoi ne faisait-elle aucun jus ? C'était une drôle de fantaisie.

Le cuisinier de la Deus Academia jura.

Lui qui maniait le couteau avec une habilité moyenne n'était vraiment pas doué pour éplucher des pommes de terre. Son pouce venait de se faire méchamment entailler, et saignait beaucoup pour un doigt. Laissant là ses considérations culinaires, et fonçant à travers le réfectoire pour trouver un robinet qui ne serait pas en contact avec la nourriture, il mit son doigt sous l'eau et s'essuya le front, qui luisait de sueur. Levant les yeux vers une de ses mèches rebelles, ses bijoux dépassant de la poche de son tablier, et clinquant à chaque pas, il pensa qu'elle était très loin, l'allure de prince qu'il aimait à se donner.

Janma : Le ridicule ne tue pas. Et de toute façon, je suis déjà mort. Aah, nom d'une babouche. Ça pique.
Invité
avatar
Invité
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Dim 2 Sep 2012 - 15:39

Ce que je faisais là, près de la cafétéria si tôt dans la mâtiné ? Je prenais l'air, tout simplement.

Ma vie était maintenant emplie de combats, d'aventures et de cours. Bien que j'avais toujours souhaité une vie palpitante de mon vivant, ce rythme fou devenait difficile à porter sur mes maigres épaules.
Je n'en dormais plus, torturée dans mon sommeil par des terribles cauchemars, des scènes de carnages que j'avais vécu, malgré moi, et que je revoyais sans cesse, impuissante. De peur de m'endormir pour revivre encore une épouvante, j'avais donc quitté ma chambre et je faisais le tour de l'académie.
Il faisait une nuit douce et sans lune, un vent qui annonçait l'automne soufflait légèrement sur les feuilles des arbres.

* Que c'est agréable...*
Par hasard, je passais devant la cafétéria et je remarquai un jeune homme, déjà au travail, que je n'avais jamais vu auparavant. Il était certainement un nouveau dans l'académie et s'occupait de la cuisine, en tant que repenti.
C'était bien le premier que je voyais travailler si tôt, même s'il ne semblait pas doué. Je me cachai alors derrière un tronc d'arbre et l'observai longuement faire sa cuisine. Il était mignon comme jeune homme, ses cheveux d'une étrange couleur violette lui donnait un air....mystérieux.... enfin ce n'était que mon avis.
Cependant, les bijoux qui dépassaient de ses poches lui donnaient l'air d'un riche déchu. J'imaginais alors sa vie humaine, il était certainement né riche, il avait bien vécu dans sa naïveté et son argent. Et il était mort...étouffé....peut-être. Et maintenant, Deus l'avait condamné à faire la cuisine pour le reste de son existence.

Ce jeune homme m'intéressait de plus en plus, mon imagination débordante voulait savoir d'où il venait et s'il avait été un roi de son vivant. Qui sait, pourquoi pas.
Je m'approchai alors doucement de lui, en faisant bien attention de ne pas le faire remarquer. Lorsqu'il eut enfin le dos tourné, je vis une magnifique pomme rouge et bien mure sur la table et je ne pus m’empêcher de sauter dessus avec l'idée de m'enfuir tout aussitôt.

♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
4355/2000  (4355/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Dim 2 Sep 2012 - 16:33
Son masque lui causait encore des problèmes, comme toujours, en fait. Même s'il semblait indestructible, il était trop près du visage pour servir de protection, question d'ondes de chocs, et trop gênant pour être porté constamment. Pourtant, tout ce qu'il avait pu essayer pour s'en débarrasser n'avait eu aucun effet, et il était bel et bien obligé de le porter nuit et jours. De ce fait, il devait se rendre à la cuisine, ne serais-ce que pour en avertir le cuisinier, qui pourrait trouver une solution pour qu'il ne doive pas manger avec une paille ou verser sa nourriture dans un entonnoir pour les éléments plus denses. non seulement, ça le forçait à découper ses aliments en minuscules morceaux, voire à les broyer, mais c'était aussi franchement ridicule et très voyant... Même si le ridicule ne tue pas, autant qu'il soit agréable.

Il entreprit donc, naturellement de se rendre à la cantine, antre des défenseurs de la gastronomie divine, pensait-il. Mais en arrivant, il tomba sur un drôle de spectacle : une demoiselle aux cheveux verts, cachée derrière un arbre, épiait un jeune adulte, qui, au robinet, soignait une blessure, sans doute grave vu la quantité de sang qui se mêllait au jet d'eau.

La jeune fille s'approcha de la table proche de l'homme, en allant doucement, sans, du moins semblait-elle le penser, se faire remarquer. Alors qu'il n'était plus qu'à quelques petits mètres d'elle, il la vis sauter sur ce qui semblait être, à première vue, un pomme bien rouge. Alors qu'elle tentait de s'enfuir en courant avec son butin, il se rendis invisible et lui bloquait le chemin, en bondissant rapidement devant elle. Comme prévu, elle se heurta à son torse comme à un mur et eut un mouvement de recul. Se rendant de nouveau visible, il la grondait, assez fort pour que le cuisinier l'entende :

- Ce n'est pas bien de grignoter entre les repas !


[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.


Dernière édition par Lord Vlad le Lun 3 Sep 2012 - 15:18, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Dim 2 Sep 2012 - 16:48
Janma ne savait plus où il avait la tête.

D'ordinaire, il était plus vigilant, particulièrement avec la marchandise. Son expérience longue de voleur puis d'esclavagiste lui avait donné les bases de l'observation. Mais cette fois-là, peut-être s'était-il laissé endormir par le bruit de l'eau. Ou simplement le fait que, pour lui, un apprenti-Dieu n'avait pas vraiment besoin de voler, sauf si c'était dans sa nature.

Lentement, il se tourna vers le reste de la cafétéria et haussa les sourcils. Un homme au masque plutôt étrange - une série de petits carrés terriblement étrangers à Janma - et une jeune femme aux cheveux verts semblaient s'être entre-arrêtés. En un clin d’œil, l'esclavagiste toisa la table, puis la jeune fille, et enfin le jeune homme. Si la scène ne lui avait pas été trop familière, il se serait mis à rire.

Homme au masque : Ce n'est pas bien de grignoter entre les repas !
Janma : Non, et c'est encore pire lorsqu'on se fait prendre. Jeune fille.

S'approchant avec douceur mais assurance, il se plaça face à l'étrange couple qui venait d'envahir sa cafétéria et porta son pouce à ses lèvres pour éponger le léger filet de sang qui persistait à s'enfuir.

Janma : Je peux savoir ce que deux élèves font dans ma cafétéria à une heure pareille ?

Son oeil ambré se posa calmement sur l'homme au masque, et se fit plus dur, accusateur, en se portant sur la fille qui l'accompagnait. Il ne leur voulait pas de mal, mais il faut avouer qu'il était peu habitué à se faire déranger, surtout lorsqu'il menait une... expérience culinaire. Ah la jeunesse. Les moeurs avaient bien évolué, si aujourd'hui se lever en pleine nuit n'était plus réservé aux oisifs petits fils de riches.
Invité
avatar
Invité
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Dim 2 Sep 2012 - 17:00
Alors je me m'enfuyais en courant, fière de mon coup, j'heurtai soudainement....le vide. Quelque chose, ou quelqu'un m'empêchait de continuer ma course. Je manquais de tomber au sol de stupeur lorsqu'un élève très étrange apparu devant moi, avec un masque vraiment effrayant. J'aurai voulu crier, mais au lieu de cela je me raidis sur place en pensant :

* Ahh !! Dégoûtant !!! J'ai touché un homme, berk !*
Celui-ci se mit alors à me faire la leçon, en criant pour que tout le monde l'entende :

L'homme bizarre : Ce n'est pas bien de grignoter entre les repas !
Le cuisinier : Non, et c'est encore pire lorsqu'on se fait prendre. Jeune fille.

Le cuisinier s'était donc rajouté à la conversation, sans un bonjour, sans même dire son nom. Certes je n'aurai pas du m'enfuir mais dans l'académie, les fruits sont à tout le monde !
Je fis un pas en arrière et m'inclinai devant ces deux jeunes hommes en guise d'excuse puis le cuisinier continua :

Le cuisinier : Je peux savoir ce que deux élèves font dans ma cafétéria à une heure pareille ?
Je regardai alors la pomme que j'avais toujours en main et croquai dedans avec l'intention de ne pas répondre tant qu'ils ne se seraient pas présenter auparavant.

♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
4355/2000  (4355/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Dim 2 Sep 2012 - 17:43
La demoiselle semblait... apeurée ? Non, ce qui se lisait sur son visage à ce moment-là ressemblait plus à du dégoût. Serait-elle androphobe ? Vu le gratin de personnes bizarres (dont Vlad ne se prive pas de faire partie) que l'on pouvait trouver à l'académie, c'était plausible. Toujours est-il que le jeune homme, en entendant sa voix, ajouta juste après que la dernière syllabe eut été prononcée :

- Non, et c'est encore pire lorsqu'on se fait prendre. Jeune fille.

Elle recula d'un pas et contrairement à ce que Vlad s'attendais à voir, elle s'inclina légèrement pour signifier la soumission et ainsi, demander pardon. C'est alors que le cuisinier s'enquit de savoir ce qui se passait dans son domaine :

- Je peux savoir ce que deux élèves font dans ma cafétéria à une heure pareille ?


La jeune fille croqua dans sa pomme, n'ayant décidément pas du tout envie de répondre.
S'éloignant donc de quelques pas, se retournant et regardant en l'air pour se donner l'air magistral, il déclara :

- Je suis venu pour parler au cuisinier, mais je crois que je suis mal tombé.


Utilisant ses deux pieds comme pivot, il se retourna et demanda directement à la fille aux cheveux verts.

- Et vous, mademoiselle ?


HRP : je sais que c'est court, mais je vois mal comment en faire plus sans patauger dans la farine et parler pour ne rien dire.


[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.


Dernière édition par Lord Vlad le Lun 3 Sep 2012 - 15:21, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Dim 2 Sep 2012 - 18:09
Il n'avait jamais été un très bon pédagogue.

D'abord, parce qu'il n'avait jamais eu d'enfants. Ensuite, parce que jamais il n'avait eu une adolescence très compliquée. En une époque où la survie-même est un luxe, les jeunes gens étaient généralement polis, courtois, et surtout respectueux de leurs ainés. Aussi, Janma plissa les lèvres en signe de désapprobation lorsque l'élève chapardeuse croqua dans la pomme.

En soi, elle avait parfaitement le droit de se nourrir, surtout d'un fruit. Mais au lieu de s'enfuir sans même lui dire bonsoir, elle aurait au moins pu venir le lui demander. Il ne l'aurait pas envoyée paître plus loin s'il y était. Levant les yeux au ciel, Janma défit son tablier pour le laisser plier sur ses hanches, ses bretelles pendant lamentablement. Il était depuis un moment à la cuisine, si longtemps qu'il avait fini par mourir de chaud. Bon sang, il avait besoin de quitter son turban.

Mais pas devant les élèves.

Homme au masque : Je suis venu pour parler au cuisinier, mais je crois que je suis mal tombé.

Janma sentit ses lèvres s'étirer d'un sourire ironique. Mal tombé ? Au contraire sans ce garçon il aurait passé une autre soirée tout seul. Sa première rencontre avec Aleandro ne lui avait pas forcément fait un ami, puisqu'il était assez réticent à l'idée de se lier avec qui que ce soit, même mort, et même parfaitement détaché du reste du monde. L'homme au masque était perturbant. Il agissait comme une girouette. Sans doute son masque l'empêchait-il de voir partout, pour qu'il se sente obligé de se tourner tout entier face à son interlocuteur.

Janma : Je suis le cuisinier, et tu n'es pas mal tombé au contraire. Enfin peut-être que la demoiselle aura un autre avis là-dessus.

Le cuisinier croisa les bras sur son torse, levant le menton. Il avait l'impression d'être face à un chiot qui avait fait ses besoins sur le tapis. Sauf qu'en l'occurence, la jeune fille n'avait strictement rien à faire des deux inconnus qui s'attendaient à la révélation du siècle de sa part. Devait-il... faire quelque chose de particulier pour qu'une femme lui parle en ces temps modernes ? Se creusant la tête, il plissa les yeux, puis haussa les épaules.

Janma : Si elle ne veut rien nous dire qu'elle ne dise rien. Mais finis de manger ta pomme ici, je me suis déjà fait réprimander par ceux qui nettoient parce que je laisse de la nourriture sortir.

Plus curieux désormais que fâché, il examina l'homme au masque. Il était légèrement effrayant, même si Janma avait vu bien plus horrible que l'absence de visage par un tissus. La maladie, la putréfaction et la mort en plein désert en faisaient partie. Alors cet enfant avec un drôle d'air, à côté de ça c'était du pipi du chat.

Façon de parler.

Janma : Que puis-je pour vous, jeunes gens ?
Invité
avatar
Invité
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Dim 2 Sep 2012 - 20:02
Un étrange quiproquo s'était installé entre l'homme au masque, qui cherchait le cuisinier et le cuisinier devant lui. C'était pourtant évident qu'un homme qui travaille si tôt dans la mâtiné avec un couteau est un repenti.
Mais peut-être qu'il n'avait tout simplement pas remarqué la blessure au doigt du jeune cuisinier.

Le jeune homme aux cheveux violets semblait ne pas m’apprécier et continuait sans cesse de me faire des reproches et de me rabaisser en disant :

Le cuisinier : Si elle ne veut rien nous dire qu'elle ne dise rien. Mais finis de manger ta pomme ici, je me suis déjà fait réprimander par ceux qui nettoient parce que je laisse de la nourriture sortir.
Pour qui me prenait-il donc ? Il était vraiment méchant et si l'homme au masque ne m'avait pas demandé pourquoi j'étais là, je me serais enfuie en courant.
Je fixai alors le cuisinier d'un regard noir, puis cherchai le petit carnet que j'avais dans ma poche, un stylo et écrivis ce message :

Bonjour, moi c'est Ion je ne peux pas parler donc j'écris. Et toi c'est comment ?

Je pris soin de ne montrer mon papier qu'à l'homme bizarre pour rendre jaloux le cuisinier, ma vengeance personnelle. Puis j'allais continuer en racontant pourquoi j'étais ici mais, par malchance, je n'avais plus de pages libres sur mon carnet !
Je parcourrai alors la cour du regard, espérant voir un mouchoir ou un morceau de papier qui avait été abandonné dans la cour, mais rien l'équipe de nettoyage était déjà passé.

Bien décidée de continuer la discussion, je quittai le petit groupe un instant et me dirigeai vers la table de travail du cuisinier. Je cherchais alors du papier ou au moins de la poudre pour écrire. Ne trouvant rien, je me décidai à utiliser mon pouvoir et articulai ce mot :

" Paprika "
Aussitôt, une vive douleur me parcourut la tête et des tas d'épices rouges apparurent sur la table. Je saisis un bol d'eau, y trempai mes doigts et écrivis sur la table quelque chose pour le moment d'illisible. Puis je versai la poudre dessus et ma phrase apparue en soufflant sur le surplus d'épices :

" Quelqu'un a du papier ? "
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
4355/2000  (4355/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Dim 2 Sep 2012 - 22:27
L'homme, d'origine indienne à première vue, portait des vêtements de travail et quelque chose cliquetait dans sa poche, sans doute des bijoux. Mais pourquoi diable faisaient-ils une telle bosse dans ses poches, alors ? Comment pouvait-il en avoir tant ?... Peu importe au fond, car il dut mal comprendre sa phrase, en effet, il sourit et déclara :

- Je suis le cuisinier, et tu n'es pas mal tombé au contraire. Enfin peut-être que la demoiselle aura un autre avis là-dessus.

Alors que Vlad retournait mentalement ses paroles pour tenter de savoir ce qu'il avait compris par "je suis mal tombé", celui-ci prit un air de réflexion intense, sans doute volontairement, les bras croisés sur le torse et la tête haute. Puis quand il arriva, semble-t-il, à sa conclusion, il plissa les yeux, leva les épaules pour bien donner le ton lorsqu'il déclara :

- Si elle ne veut rien nous dire qu'elle ne dise rien. Mais finis de manger ta pomme ici, je me suis déjà fait réprimander par ceux qui nettoient parce que je laisse de la nourriture sortir.

La fille aux cheveux verts sembla ne pas apprécier cette remarque, sans doute son étrange silence n'était pas volontaire, elle le fixa avec un regard plus sombre que le noir, puis après avoir quelques secondes fouillé ses poches, elle sortit un petit carnet dans lequel elle commença à écrire quelque chose avec un stylo. Le cuisinier qui semblait ne pas avoir remarqué le mécontentement de la demoiselle, leur demanda poliment.

- Que puis-je pour vous, jeunes gens ?

Avant d'avoir eu le temps de répondre, il vit la jeune fille lui monter ce qu'elle venait de poser sur papier :

"Bonjour, moi c'est Ion je ne peux pas parler donc j'écris. Et toi c'est comment ?"

Elle sembla avoir un problème avec son carnet, elle regarda autour d'elle, mais apparemment, sans résultats. Quel était le problème ? Cherchait-elle quelqu'un ou quelque chose ? Un objet pour illustrer son propos ?

Toujours est-il qu'elle se dirigea vers un plan de travail proche et le fouilla du regard sans trouver ce qu'elle voulait. C'est alors qu'elle se contredit elle-même, articulant un unique mot, certes, mais parlant :

- Paprika


Il comprit alors pourquoi elle ne pouvait pas parler : des tas de l'épice en question apparurent sur la table, comme par magie. De toute évidence, son pouvoir était très puissant, elle ne devait plus être loin du stade de dieu. Toujours est-il qu'elle prit un bol d'eau et y trempa ses doigts pour écrire quelque chose avec le liquide. Elle y déposit une bonne quantité de poudre qu'elle souffla juste après, laissant apparaitre les mots :

"Quelqu'un a du papier ?"

Ayant enfin comprit, Vlad sortit de sa poche intérieure, un petit bloc note, minuscule comparé au carnet d'Ion, mais déjà largement suffisant, du moins pour l'instant. En lui tendant, alors qu'il venait de se le procurer et ne l'avait jamais utilisé
(comme quoi c'est un chic type) il dit, en souriant derrière son masque :

- Tiens, je te l'offre, même si c'est une de mes règles d'or d'avoir de quoi écrire, il te sera plus utile qu'à moi. Ah, et je suis Vlad,... Lord Vlad.

Une fois qu'elle l'eut en main, il se tourna vers le cuisinier, dont il ne savait d'ailleurs toujours pas le nom et répondit, un peu tard à sa question précédente :

- Ce masque est joli et indestructible, mais j'ai tout essayé, et il ne s'enlève pas. Donc, je dois manger ce qui peut passer par la fente de la bouche, qui est, comme vous le constatez, assez fine. Jusqu'à maintenant j'utilisait un entonnoir pour y menez les aliments et buvait avec une paille, mais je suis venu vous voir pour demander s'il est possible d'avoir, comme dans une école que j'ai fréquenté de mon vivant, de la soupe tous les midis.


HRP : désolé, j'ai été très long à écrire celui-ci. La fente pour la bouche fait à peine un centimètre, à peu près, pour info.

Et ça m'amuse de le préciser, mais je me balade vraiment avec de quoi écrire, et mon école sert vraiment de la soupe tous les midis.


[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.


Dernière édition par Lord Vlad le Dim 7 Oct 2012 - 19:10, édité 2 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Dim 2 Sep 2012 - 23:48
Oups. Janma se sentait vraiment maladroit maintenant.

Apparemment et au vu du cirque qu'elle venait de lui faire, la petite n'était pas simplement une enfant gâtée refusant de parler. Elle ne pouvait le faire. Est-ce que c'était une punition divine ? Était-elle morte la langue coupée? Elle n'avait pas l'air d'être de son époque mais en tout cas, elle ne respirait pas la confiance en elle. Et lui au lieu de comprendre une infirme, il s'était moqué du fait qu'elle ne parle pas. Bon sang. Son karma avait dû en prendre un coup. Et pour l'occasion, son moral aussi venait de chuter de quelques crans.

Enfin au moins elle venait de réussir à s'exprimer. Par un moyen peu habituel, mais astucieux. Même si pour le coup, Janma n'était pas très content qu'elle ait envahi sa cuisine. Il ne voulait pas qu'on voie ses expériences culinaires. Et surtout pas qu'on devine qu'il ne savait pas cuisiner des plats "modernes". Si les élèves savaient se contenter de Cheese Nan et de Curry, il ferait le bonheur de tous les habitants de la Deus Academy. Malheureusement, il devait apprendre très vite à faire autre chose aux chers apprentis-dieux. Ou il allait se retrouver avec une émeute sur les bras.

Mais plus surprenant que la fille muette, l'homme au masque.

Serviable et donnant à sa compagne de mésaventure une occasion d'écrire, il se tourna ensuite vers lui avec un effet que Janma aurait qualifié de dramatique. Surjoué. Mais pourtant, il lui était sympathique. Peut-être parce que son visage était parfaitement inexpressif car caché par un large masque. Intéressant défi. Que se cachait-il, sous ce masque? Un visage tuméfié, défiguré, brûlé ? Une coquille vide ? Une porte vers le reste de l'Univers ? Ou un simple élève, qui avait la tête bloquée dans un moule, tout simplement.

Lord Vlad : Ce masque est joli et indestructible, mais j'ai tout essayé, et il ne s'enlève pas. Donc, je dois manger ce qui peut passer par la fente de la bouche, qui est, comme vous le constatez, assez fine. Jusqu'à maintenant j'utilisais un entonnoir pour y mener les aliments et buvais avec une paille, mais je suis venu vous voir pour demander s'il est possible d'avoir, comme dans une école que j'ai fréquenté de mon vivant, de la soupe tous les midis.

En soi, cette demande ne posait pas de problème. Après tout avec la salade, la soupe était un des rares plats que Janma savait exécuter sans trop de raté. Mais en réalité, le cuisinier était très surpris d'une telle demande. C'était vrai que manger avec une paille chaque aliment devait en gâcher le goût. Rien que s'y penser, cela lui donnait la nausée. Janma détestait ce qui était gluant, froid, et sale. A peu près tous les liquides humains le dégoûtaient. Il n'osait même pas imaginer ce que c'était de ne faire que BOIRE toute la journée.

Janma : Oh. Je ne m'attendais pas à une telle demande, mais ce sera avec grand plaisir. Je dirai aux autres de te servir le bol de soupe que je te réserverai... en espérant faire quelque chose de plutôt équilibré. Tu n'auras qu'à leur dire que Janma a laissé un truc pour toi, ils s'en souviendront. Mais à part cela...

Janma se tourna cette fois vers la fillette, et la fixa un long moment. Il inspira avec calme, la toisa un instant, puis s'inclina très brièvement, juste pour le geste.

Janma : Je te présente mes excuses. Je n'aurais pu deviner que tu ne peux parler. En revanche...

Il eut un sourire malicieux, et fit mine de ne rien voir, levant les yeux au ciel*

Janma : A cette heure-ci je crois que vous êtes en infraction envers le règlement... Si vous veniez m'aider rapidement avec bonus à la clef, je pourrais vous laisser partir...
Invité
avatar
Invité
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Lun 3 Sep 2012 - 14:59
L'étrange homme au masque était vraiment sympathique et comme j'étais dans le besoin, il me donna un tout petit carnet pour écrire en me disant :

Lord : - Tiens, je te l'offre, même si c'est une de mes règles d'or d'avoir de quoi écrire, il te sera plus utile qu'à moi. Ah, et je suis Vlad,... Lord Vlad.
Je me sentais un peu mal pour lui car je venais de toucher à l'une de ses valeurs qu'il devait défendre avec beaucoup de vigueur. En guise de remerciement, je pris la fleur que j'avais dans ma poche et la donnai à l'homme en lui faisant comprendre que c'était pour lui. Cette fleur, je l'avais trouvé en dehors de l'académie, dans la forêt, lors de notre aventure avec le professeur de survie. Que de souvenirs.... Je ne savais pas exactement les propriétés de cette fleur mais on m'avait dit qu'elle pouvait soigner le poison.

L'homme au masque nous raconta son histoire et le fait qu'il gardait toujours son masque, même pour manger, car il ne pouvait plus l'enlever. Si seulement j'avais été plus forte, j'aurai souhaité que son masque se décolle et il aurait été heureux ! Mais pour le moment, je ne maîtrisais pas encore mon pouvoir des mots.
Le pauvre, il ne pouvait même pas se brosser les dents ! Je n'imagine pas son haleine.... Et comment faisait-il pour embrasser quelqu'un avec un masque ?

Janma s'excusa pour ses paroles mais je ne lui portai pas trop attention, rêvassant devant la situation de l'homme au masque que je trouvais amusante. Soudain, l’inquiétude me fit revenir de mon petit monde lorsque le cuisinier nous dit :

Le cuisinier : A cette heure-ci je crois que vous êtes en infraction envers le règlement... Si vous veniez m'aider rapidement avec bonus à la clef, je pourrais vous laisser partir...
Je commençai à m'affoler car il avait raison, le couvre-feu était de 22h à 6h30 et si un surveillant nous voyait dehors, au beau milieu de la cour, on serait très certainement puni. Je pris alors mon nouveau carnet et écrivis ces mots :

" Caches nous des surveillants et je t'aiderai au ménage ou à la cuisine. "
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
4355/2000  (4355/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Lun 3 Sep 2012 - 19:10
La demoiselle lui avait offert une fleur magnifique, des plus belles que Vlad aie vu dans sa première vie. Il en fleurit son veston de suite, pour témoigner qu'il appréciait le geste.
Le cuisinier avait sans difficulté accédé à sa requête, il s'était excusé auprès de la jeune Ion, à qui cela ne sembla pas faire un grand effet, peut-être avait-elle fait semblant de se vexer. C'est ce qui suivit qui surpris le plus Vlad : le cuisinier essaya de les faire chanter en ces termes :

- A cette heure-ci je crois que vous êtes en infraction envers le règlement... Si vous veniez m'aider rapidement avec bonus à la clef, je pourrais vous laisser partir...

Une simple demande aurait sans doute eu plus de valeur aux yeux de Vlad que de se cacher derrière des menaces et espérer attiser les envies avec son "bonus". C'était un comportement assez lâche et typique de la civilisation depuis ses débuts, que ce soit au niveau politique ou marchand, la peur et l'envie avaient toujours été des armes de persuasion les plus efficace, surtout la peur d'ailleurs. Comme en témoigna le petit mot qu'Ion écrivit dans son nouveau carnet :

" Caches nous des surveillants et je t'aiderai au ménage ou à la cuisine. "

Enfin, lui ne pouvait pas se permettre de perdre la face, façon de parler, la grandeur de son image étant déjà fortement compromise par la raison même de sa présence. Il se devait de paraître magistral et magnifiquement sûr de lui, cool, pour le dire en un mot. Il ne pouvait pas arrêter de penser au combat qu'avait mené Drake Ula contre l'élève fou et bestial qu'il avait par la suite lui-même neutralisé. Il était resté si "cool" que c'en était à se demander s'il n'avait pas été acteur de films d'actions par le passé, décidément Vlad avait fort à faire pour lui ressembler, le masque aidant (pour une fois qu'il n'est pas une gène).

Il avait déjà un indice concernant sa tâche : tout à l'heure, le cuisinier soignait une plaie, or, à part en se coupant, il y a peu de moyens de se blesser en cuisine. La cuisine ne devait pas être sa spécialité également, car les professionnels se coupent rarement, voire jamais, mais il pouvait tout aussi bien l'avoir vu une de ces rares fois... Pour l'heure il improvisa, espérant avoir le dernier mot :

- Vous savez, je vous aurais aidé de toutes façons, un service pour un service. Et je crois que mon habileté au couteau pourra vous être d'un grand secours.


En sortant un de ses opinels, qu'il ouvrit d'un geste brusque, il ajouta :

- Que puis-je faire pour vous aider ?


[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Mer 5 Sep 2012 - 22:07
Janma sentit ses lèvres s'étirer d'un sourire narquois.

S'il y avait une situation qu'il appréciait, c'était celle du pouvoir. Et au sein de sa cuisine, il était celui qui commandait. Les enfants - si leur différence d'âge lui permettait de les appeler ainsi - n'avait pas grand chose à craindre. Janma ne les aurait pas dénoncés, même s'ils lui avaient mordu la main avant de l'envoyer au diable. Tant que son intégrité était entière, il était très difficile de lui faire perdre la tête. Enfin, sauf lorsqu'il s'agissait d'amour.

Que connaissaient ses deux nouveau acolytes de l'amour ? La fillettes muette avait l'air d'être mort bien avant l'âge des premiers réels chagrins d'amour, et l'homme au masque... et bien s'il l'avait conservé toute sa vie, il ne devait pas avoir eu beaucoup de contact avec la gent féminine. La mort était ironique, surtout à la Deus Academia. Qu'avaient été les deux adolescents avant de mourir ? Il leur poserait sans doute la question, mais plus tard...

Pour l'heure, il avait deux commis de cuisine gratuitement, et de bonne foi, il n'allait pas s'en priver.


Janma : Je suis content de voir que vous êtes raisonnables. Bien, laissez-moi vous montrer ce que je veux vous faire faire.

D'un part assuré, il leur tourna le dos, et se dirigea vers sa cuisine. Une pièce toute en hauteur à côté de la cafétéria. C'était un endroit étrange que ce réfectoire, presque à ciel ouvert, en tous cas ouvert aux courants d'air et aux odeurs extérieures. Tout ce qu'il manquait pour en faire un joyeux bazar étaient quelques coussins et narguilés. Mais il doutait que les directeurs acceptent de lui fournir le nécessaire pour s'installer. Enfin.

La cuisine légèrement exigüe disposait d'un plan de travail, de frigos et d'un évier destiné à la nourriture. Sur le plan de travail, la pomme de terre partiellement pelée, du chocolat, de la farine, du sucre, du beurre, des tomates, du steak broyé et des épices. Le tout pour s'entraîner avant l'heure de faire vraiment le repas des élèves. Janma prit un air légèrement embêté, lança un torchon à la fillette, et remonta ses manches.


Janma : Trois de vos camarades m'ont ce qu'ils aimaient manger. Des... frites. Des tomates farcies... et un fondant au chocolat. Je ne veux pas vous faire un laïus sur mon existence mais à par les nan et le curry... je suis un peu perdu. Si vous pouviez m'éplucher les... pommes de terre ? Pendant que je cherche le bon dosage pour le fondant, cela m'arrangerait.

Ce-disant, il sortit un récipient pour y broyer les carrés de chocolat, et une balance de cuivre à plateaux, fronçant les sourcils. Tentant d'équilibrer la balance avec un bol vide, il poussa un soupir à s'en fendre l'âme. Si seulement il s'était donné la peine d'apprendre à se faire à manger de son vivant, il n'aurait pas eu à faire le clown avec deux élèves de sa mort.

Janma : Mais puisque nous avons du temps devant nous, dites-m'en plus sur vous. Je n'ai pas eu l'occasion de discuter avec beaucoup d'élèves, et je suis curieux. Qu'est devenu le monde après ma mort ?

Il mit de l'eau à chauffer pour faire fondre le chocolat au "bain marie" comme il l'avait entendu dire, et pesa les mesures de sucre pour une grande plaque de fondant, concentré sur la tâche.

Janma : Au cas où vous-même vous poseriez la question... je suis mort il doit y avoir un peu plus de ... 1800 ans ? De mon temps, la cuisine était assez... primaire.
Invité
avatar
Invité
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Dim 30 Sep 2012 - 14:58
Le cuisinier : Je suis content de voir que vous êtes raisonnables. Bien, laissez-moi vous montrer ce que je veux vous faire faire.
Je me retrouvais donc embauchée comme assistante-cuisinière d'un chef cuisinier incompétent et avec un étrange homme masqué qui ne mange que de la purée. La belle affaire.
Il fallait faire des frites, des tomates et un fondant, des plats ridiculement simples mais pourtant le pseudo-cuisinier ne savait pas les réaliser.
Je me demandais au fond de moi-même comment Deus put prendre un tel homme dans l'académie...

Je m'emparai du petit tablier que le cuisinier me lança et pris un petit couteau pour éplucher les pommes de terre. De ma vie d'avant, maladive et chétive, je passais mon temps entre la chambre et la cuisine où j'avais appris à confectionner de bons petits plats. Un talent qui s'est révélé inutile car je ne fus jamais mariée et aucun homme ne put profiter de mes talents.
De quelques coups de couteaux, je découpais la pomme de terre, la pelais et en faisais des tranches longues de même épaisseur. En 10 minutes à peine, je finis mon tas de pomme de terre et commençai à creuser l'intérieur des tomates que j'avais sous la main.

Le cuisinier : Mais puisque nous avons du temps devant nous, dites-m'en plus sur vous. Je n'ai pas eu l'occasion de discuter avec beaucoup d'élèves, et je suis curieux. Qu'est devenu le monde après ma mort ?
C'était donc pour cela qu'il était si mauvais en cuisine ! Il ne connaissait pas les frites, des hamburgers, la mayonnaise et tous ces plats pleins de gras que les gens raffolent.
Je devins alors nostalgique, que sont devenus mes parents, mes cousins, ma famille ? Ils sont tous... morts....

Le monde de mon vivant, je n'en connaissais que peu de choses. Je ne sortais pas de chez moi, ou rarement et l'extérieur me faisait effroyablement peur. Je me contentai alors d'écrire sur le carnet :

" Le monde a évolué... En bien, en mal ? Je n'en sais rien. Je ne prends pas le risque de sortir dehors. "
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
4355/2000  (4355/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] - Mer 3 Oct 2012 - 16:53
Jamna, car à ce qu'il avait comprit, c'était le nom du cuisinier, c'est vrai que ça sonnait indien, je disais donc... Jamna leurs désigna le plan de travail, qui, tout à fait normallement puisqu'il cuisinait, était encombré de marchandises diverses, allant de la pomme de terre à moitié oxydée et à moitié sale, à la généreuse motte de beure, aux épices diverses. Le cuisinier leur expliqua la tâche en sortant un récipient d'une armoire proche :

- Trois de vos camarades m'ont ce qu'ils aimaient manger. Des... frites. Des tomates farcies... et un fondant au chocolat. Je ne veux pas vous faire un laïus sur mon existence mais à par les nan et le curry... je suis un peu perdu. Si vous pouviez m'éplucher les... pommes de terre ? Pendant que je cherche le bon dosage pour le fondant, cela m'arrangerait.

Alors qu'il commençait la préparation fondant au chocolat avec une maladresse toute relative, sachant qu'il débutait, tandis que la jeune fille aux cheveux verts se jeta sur les pommes de terre après avoir enfilé ce que Jamna lui avait lancé, qui ressemblait vaguement à un tablier. N'en disposant pas dans l'immédiat, Vlad se dirigea d'un pas pressé vers un alignement de crochets sur lesquels étaient rangés divers vétements de travail, dont un vert qu'il s'appropria sans gène. En revenant, il enleva ses gants, qu'il fourra sans délicatesse dans ses poches et se lava les mains, avant de prendre également un tas de pommes de terre et de se mettre au travail. Ion allait à un rythme effrayant et ce, sans la moindre difficulté, en quelques minutes, elle finit sa part alors que lui n'en était qu'au trois quarts. Il était pourtant fier de sa vitesse, lorsque dans sa première vie, il se préparait une purée, ou un plat plus tipique tel que des "patates rouges", la couleur s'expliquant par le jus de betrave qu'on cuisait en même temps.

- Mais puisque nous avons du temps devant nous, dites-m'en plus sur vous. Je n'ai pas eu l'occasion de discuter avec beaucoup d'élèves, et je suis curieux. Qu'est devenu le monde après ma mort ? demanda Jamna qui mettait de l'eau dans une casserole, pour faire un bain-marie, sans doutes. En continuant son travail, il répondit aux questions qui pouvaient déjà se poser :

- Au cas où vous-même vous poseriez la question... je suis mort il doit y avoir un peu plus de ... 1800 ans ? De mon temps, la cuisine était assez... primaire.

Ion, qui avait une sacrée avance sur lui, s'arrêta un peu pour écrire sa réponse, lorsqu'elle s'écarta pour les laisser la voir, il lut ceci :

" Le monde a évolué... En bien, en mal ? Je n'en sais rien. Je ne prends pas le risque de sortir dehors. "

Alors, elle non-plus n'était pas beaucoup sortie, mais qu'importe, lui savait ce qu'était le monde, sans doute mieux que quelqu'un qui le regarde de ses petits yeux naifs d'humain, qui ne voit que la lumière. Il était une chauve-souris de la société du 21ème siècle, il refusait de voir, par précaution, pour ne pas se laisser berner par l'illusion qui cachait l'essence du monde, ce qui se faisait dans l'ombre, ce qui se faisait la nuit. Il n'était pas un "conspirationiste" à la base, il avait lui aussi, voulu croire que les gouvernements leurs disaient la vérité, ne faisaient pas d'omissions volontaire, etc. Mais lors de ses multiples infiltrations, puis destructions de serveurs, il avait trouvé des preuves, des mails disant explicitement que la vérité était toute autre que la version officielle.

Mais il ne savait pas comment l'expliquer aux deux autres, il y avait trop d'élément depuis 1800 ans et qui sait à quelle époque précisément était née Ion, il en aurait pour deux jours complets à tout expliquer. Tout en épluchant sa derrière pomme de terre en un seul morceau, il résuma donc du mieux qu'il pouvait, globalisant beaucoup, ommettant quelques exeptions :

- Le monde n'a jamais changé, les classes sociales sont toujours les mêmes, je suis même à peu près sûr que les noms n'ont pas tant changé que ça, ceux au sommet ont juste trouvé des moyens de mieux dominer, faisant les gens s'esclavager eux-même, se surveiller eux-même. Les technologies ont évolué, les mécanismes utilisés sont devenus de plus en plus complexes, jusqu'à s'actionner tous seuls, mais les gens sont restés les mêmes, ou ils sont devenu plus fou qu'ils ne l'étaient avant... Toujours est-il que les gens s'emprisonnaient, non plus entre eux, mais décidaient eux-même d'être les esclaves d'un système dégénéré... Un système de travail idiot et frénétique contenant les élément de sa propre perte, trop retardée par le nombre abusif d'humain sur terre...

Il s'interrompit et remarqua que sa pomme de terre avait alors la taille d'une cerise.

Il conclut avec une pointe d'humour :

- C'était un monde où mourir était loin de ce qui pouvait arriver de pire.


[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Contenu sponsorisé
Re: Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon] -
Ainsi font les petites frites [PV Ion Fon]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Cafétéria-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page