Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

L'or des professeurs [PV Asrael]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 16
♠ Petits messages : 78

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3235/1000  (3235/1000)
Votre domaine: Les Sons
avatar
La Dame Parpaing
La Dame Parpaing
Voir le profil de l'utilisateur
L'or des professeurs [PV Asrael] - Ven 10 Juin 2016 - 17:42
En cette soirée du 28 Août, je sortais de la salle de bain les cheveux trempés et enveloppés dans une serviette après avoir pris une douche froide pour survivre à la chaleur étouffante. Une journée normale, sans incident ni évènement particulier, comme je les aime. Tout s’était bien passé pour une fois et j’étais de très bonne humeur alors je fredonnais l’air d’une chanson que j’avais appris durant mon enfance, une chanson enfantine et douce, presque une comptine. J’étais vêtue ce soir là d’une robe blanche et rouge ample m’arrivant aux genoux et d’une paire de chaussons eux aussi rouges, cela changeait du tailleur blanc et de la jupe noire que je portais habituellement en journée me donnant un côté strict et austère, cette fois j’avais une apparence plus… détendue ? normale ? Peu importe c’était juste différent de d’habitude et je m’en accommodais parfaitement.

Otant la serviette de ma tête puis essuyant mes cheveux avec, je regardais par une fenêtre le ciel azur de l’été, le temps passait si vite.... Je n’avais rien de spécial à faire, ni contrôles à corriger ni cours à préparer, tout avait été fait avant. Je n’avais pas spécialement l’envie de sortir alors je prenais dans un tiroir de mon bureau, des feuilles de papier et quelques crayons, stylos et gommes et m’asseyais sur une chaise devant ce même bureau. Je griffonnais le papier du bout de mon crayon avec intérêt, j’écrivais, inventais, dessinais des visages, des objets, des animaux… Je n’étais pas dotée d’un talent particulier en dessin mais je me débrouillais, avec de l’entraînement je m’améliorerais surement.
Une fois qu’une feuille était recouverte de crayon papier, je passais à une autre et ainsi de suite jusqu’à en être lassée alors j’abandonnais les crayons et les feuilles comme si je les boudais et me dirigeait vers une étagère sur laquelle était disposée de nombreux livres. Je mis un moment à en choisir un, un roman policier sympathique d’un peu plus de 600 pages, j’aime les romans policiers et l’imagination des auteurs pour créer une histoire à la fois cohérente et passionnante. Enlevant mes chaussons, je m’allongeais sur mon lit, lunettes sur mon nez et tête sur les oreillers et ouvrit le livre à la première page où figurait un titre écrit en gras et en police Arial ainsi que le nom de l’auteur puis commença à lire… absolument tout le livre, y compris les inscriptions concernant la date d’édition, après tout quand quelque chose est écrit dans un bouquin, c’est que ça doit être lu pensais-je.

Alors que le temps passait, je dévorais les pages du livre, captivée. L’air pesait lourd et je fatiguais, c’est cela l’été, c’est épuisant, ça te frappe dessus jusqu’à l’endormissement. Au final j’essayais tant bien que mal de rester éveillée, luttant inlassablement, après une heure et une petite centaine de pages de lues, la chaleur avait eu raison de moi, je m’étais endormie comme une masse sur ma couverture, sans avoir enlevé mes lunettes, le livre ouvert et délicatement posé sur mon ventre et les cheveux humides partant dans tous les sens, bouche entre-ouverte. J’avais en général un sommeil moyen, entre le lourd et le léger, je ne me réveillais donc pas au moindre bruit mais un énorme boucan me réveillerait à coup sûr. Je n’avais donc pas entendu la porte de ma chambre s’ouvrir et une personne rentrer à pas feutrés…


~Fiche D'Akiah~
Akiah parle en #008686
♦ Rose ou chou ? : Choucroute! J’aime pas La choucroute...
♦ Combien de rides ? : 17
♠ Petits messages : 89

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
745/1000  (745/1000)
Votre domaine: L'Imagination
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Sam 11 Juin 2016 - 17:58

L'or des professeurs

On est en été, le 28 Août... Les cours étaient terminés depuis un moment déjà...

. Le soleil commençait déjà à se coucher dans la cour pendant que moi, je faisais ma ronde habituelle, à marcher par ci et par là. Il faut dire que je n'avais pas grand chose à faire, les élèves des autres classes étaient pris à leur occupation pendant que moi je cherchais encore à me familiariser avec l’académie.

L'air était agréable aujourd'hui. Là où je vivais auparavant, l'air était toujours humide et avec la chaleur il faisait extrêmement chaud, mais ici, sans l'humidité c'était plus que confortable.

J'avais pris une pause dans l'internat, en me m'adossant au mur. J'étais à côté de ma chambre et les élèves discutaient entre eux. Dans mon ancienne vie j'avais plein d'amis, mais mon intégration ici ne s'était pas prévu comme je l'avais imaginé, du coup je me retrouvais seul à écouter les différentes conversations entre élèves. Et une avait grandement attiré mon attention! Par chance le groupe qui en parlait n'était pas très loin de moi et je pouvais les entendre clairement.

Ces élèves racontaient des ragots, je savais qu'un ragot pouvais refléter la vérité comme le mensonge sur une histoire, et, pour moi, toutes les histoires méritaient d'être écoutées!

Leur conversation était sur quelque chose des plus insolites. "Les murs des chambres des profs étaient en or"

*De l'or ?! Des murs en OR ?!!!!!*




J'étais très surpris en plus d'être choqué... Dans ma tête je me disais que c'était n'importe quoi, mais en y repensant, on est dans le domaine des dieux ! Tout pouvait arriver et tout était possible.

J'en avais assez entendu, j'avais encore une fois cette soif d'aventure, mais au fond, je savais que ce n'était que la fièvre de l'or qui m'attirais. J'ouvrais la porte de ma chambre et demandais à Naldo où se trouvait la chambre des professeurs. Lui d'un air moqueur m'expliquait que c'était dans une autre section de l'internat. Il me donnait en détail le chemin à suivre, et moi, plus que déterminé, je m'empressais vers ces fameuses chambres aux murs d'or.

. Dans les couloirs menant aux chambres des professeurs, je m'étais faufilé en faisant sorte que personne ne me remarque. Ce n'était pas trop compliqué , puisqu'il n'y avait pas grand monde aux alentours.

La peur au ventre, j'agrippais la poignée d'un coup sec et j'ouvrais la porte. Cependant, c'était fermé! Que se soit en poussant en avant ou en poussant en arrière, rien ne la faisait bouger... Pas le choix... Je me dirigeais donc vers une autre, celle d'à côté précisément, en prenant soin de ne laisser aucune trace de doigt avant de partir.

Cette fois, la porte s’ouvrit et j'entrais sur la pointe des pieds. Je me demandais qui ne fermerait pas sa chambre à clé... Mais en regardant sur le côté, je vis bien vite que la chambre était occupée. Un grand frisson parcourut instantanément tout mon corps. La propriétaire de la chambre était une jeune femme, cheveux bruns, habillée d'une grande robe associant le blanc et le rouge... Face au stress je commençais à suer et à paniquer... Je restais donc immobile.

Après quelques secondes de paralysie, j'étais soulagé de voir que la dame était endormie. Je refermais alors doucement la porte pour éviter les éventuels témoins ET je prenais le soin d'enlever mes chaussures par principes.

*Bon !! Maintenant que j'ai fini avec ça, passons à l'inspection*


Je me rapprochais donc des murs, pour vérifier de plus près. Mais le soleil ne se faisait
plus voir et la nuit commençait à s'installer. Sans lumière pour m'éclairer, je ne voyais pas bien le reflet du mur... Au fur et à mesure que je perdais du temps à essayer de deviner la matière de cette paroi, la pièce s'assombrissait de plus en plus, jusqu'au moment où je m'en rendais compte, qu'il faisait nuit et que je n'y voyais plus rien !

Une seule solution simple et efficace, allumer la lumière! Mais comment faire ? Je ne connaissais pas la pièce où je me trouvais et le moindre bruit pouvait la réveiller... Pas le choix, il fallait que j'essaye. Je tapotais la surface des choses qu'il y avait devant moi.

D'un coup et soudainement, une douleur vive me parcourais le corps, un signal d'alerte était envoyé dans ma tête et moi je me retenais de crier, je venais de frapper un meuble avec mon petit doigt de pied... En mon for intérieur je tressaillais.

*OH MON DIEU !! SA FAIT MAAAAAAAL*




Je m'étais cogné lors d'un grand mouvement... et par réflexe j'avais rattrapé mon pied droit avec mes deux mains, mais maladroit comme j'étais, j'avais perdu mon équilibre et commençais à tomber sur le côté, mais je me rattrapais en mettant ma main du même côté de ma chute et lors de l'impact avec le meuble, il secoua un grand coup et fit tomber de gros bouquins...



Journal - Fiche - Ma couleur Darkviolet


Dernière édition par Asrael Madregal le Dim 12 Juin 2016 - 16:59, édité 5 fois
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 16
♠ Petits messages : 78

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3235/1000  (3235/1000)
Votre domaine: Les Sons
avatar
La Dame Parpaing
La Dame Parpaing
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Dim 12 Juin 2016 - 6:14
Endormie dans mon lit, comme tout le monde quand on dort, et n’allez pas nier ce fait sous prétexte que vous ne vous en souvenez plus, j’étais en train de rêver. C’était flou mais je rêvais de mon enfance, des chants et des jeux, de la grande maison dans laquelle j’habitais avec mes parents, une enfance heureuse, vraiment. Je revoyais dans ce rêve mon père et ma mère, les servantes et serviteurs ainsi que leurs enfants avec qui je m’amusais en cachette.

Quel âge avait aujourd’hui ces enfants d’autrefois ? Étaient-ils heureux, avaient-ils une famille maintenant, une femme ou un mari et des enfants ? Je ne le savais pas alors je devais me contenter d’imaginer à cause de cette foutue voiture qui m’avais pris ma vie. Tout s’est passé si vite et je ne me souviens qu’à peine de mon arrivée à l’académie. J’y ait cherché mes parents mais ils n’étaient pas là, ils avaient juste disparus comme le Soleil quand parait la Lune mais différemment à celui-ci, ils ne revenaient pas au matin, non ils n’étaient pas revenus comme moi j’étais revenue.

Je me revoyais petite fille, un jour de brume. Je devais avoir sept ans à cette époque. On n’y voyait pas à deux mètres et j’étais sortie discrètement dans le jardin avec deux fillettes pour jouer à cache-cache. Une purée de pois cette brume et un immense jardin, j’avais fini par me perdre dans le brouillard, je tournais en rond désespérée, je criais pour que l’on vienne me chercher mais le silence régnait. Après une bonne dizaine de minutes, des échos de voix s’étaient fait paraître. Ils m’appelaient, se rapprochaient et j’entendis la voix de ma mère puis… un gros boom ? Ce n’étais pas dans mes souvenirs ça. A moitié consciente cette fois et les yeux fermés je me mis à parler d’une voix ensommeillée :

-Maman, c’est toi ? Tu m’as trouvée dans le brouillard ?

D’un coup, j’ouvris les yeux. Il faisait sombre et on ne voyait rien, la nuit était tombée et je me rendis compte que j’avais encore mes lunettes sur mes yeux en les touchant après avoir lâché le livre puis je tendais la main vers la table de chevet à côté du lit afin d’allumer la lumière. En tâtonnant un peu, je trouvais l’interrupteur et l’allumais puis me redressa d’un coup.
Les cheveux humides et en bataille collés sur ma peau, les yeux plissés et avec un air endormi je m’habituais à la lumière orangée que la petite lampe diffusait dans la pièce. Après quelques secondes, je scrutais ensuite les environs du lit. Les murs brillaient à la lumière et je posais rapidement mon regard sur l’étagère à livre, complètement vide. A ses pieds, un gros tas de bouquins étaient tombés tous en désordre, certains ouverts, d’autres non, c’était un bazar innommable, que c’était-il passé ici pendant que je dormais ?
C’est alors que je remarquais à côté du gros meuble et du tas de livres, une personne accroupie avec des cheveux blancs, assez grande je dois l’avouer. Il avait l’air d’avoir été pris sur le fait, ce qui était justement le cas alors je me mis à lui parler.

-Tu es qui toi ? Tu dois être un élève.

Bien avant qu’il n’ait pu se relever, je sautais hors de mon lit et me dirigeais vers l’intrus, m’accroupis et lui saisit le visage au niveau des joues puis je me remis à parler avec un visage sérieux en fronçant les sourcils.

-Pourquoi es-tu dans ma chambre, accroupi à côté de cette foutue armoire dont tu as renversé tout le contenu ? Hein ! Que fais-tu ici ?! Tu as le plus grand intérêt à me répondre et tu vas le faire crois moi.


~Fiche D'Akiah~
Akiah parle en #008686
♦ Rose ou chou ? : Choucroute! J’aime pas La choucroute...
♦ Combien de rides ? : 17
♠ Petits messages : 89

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
745/1000  (745/1000)
Votre domaine: L'Imagination
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Dim 12 Juin 2016 - 12:38

L'or des professeurs

. Encore à terre je souffrais de mon mal de pied... Par chance le meuble que j'avais percuté n'était pas tombé, mais je restais recroquevillé et les larmes aux yeux, je souffrais en silence... Mais d'un coup, une voix, une voix qui confirmait la crainte que je redoutais le plus....

-Maman, c’est toi ? Tu m’as trouvée dans le brouillard ?




Je ne savais pas trop de quoi elle parlait, mais le fait de savoir que la prof s'était réveillée était à mes yeux catastrophique! La lumière s'allumait et je croisais le regard de la dame. Ça y est, elle venait de m'identifier et moi je restais bouche bée

-Tu es qui toi ? Tu dois être un élève.





Elle sautait de son lit et se rapprochait de moi... Je me demandais si je devais m'enfuir ou juste rester là... Non, elle m'avait déjà découvert, si je m'enfuyais maintenant elle me retrouverait et je pense que sa punition aurait été plus dure...

A chacun de ses pas, mon cœur palpitait et ma poitrine en fut meurtrie. Jusqu'au moment où elle était proche moi, je fermais brutalement les yeux prêt à recevoir le châtiment que je devais recevoir...

Alors elle attrapait mon visage et me questionnait :


-Pourquoi es-tu dans ma chambre, accroupi à côté de cette foutue armoire dont tu as renversé tout le contenu ? Hein ! Que fais-tu ici ?! Tu as le plus grand intérêt à me répondre et tu vas le faire crois moi.


J'ouvrais les yeux et j'avais un point de vue très proche de sa tête, trop proche.... Mais ça m'avais permis de découvrir qu'elle avait un beau visage, des yeux bleus, un visage sans défauts en plus de sa paire de lunettes qui lui ajoutait un petit air mignon. Tout à fait le genre de fille que je trouvais belle. Son apparence me faisais penser aux jeunes enseignants, c'est à dire, ceux que je confondais souvent aux élèves... Il faut dire que les visages des jeunes profs étaient assez similaire pour se confondre aux autres étudiants ....

Devrais-je lui mentir? A quoi bon ... Pourquoi ne pas juste jouer franc jeu comme toujours? Car pour l'instant cela ne m'a jamais était désavantageux, surtout que son regard perçant me dissuadais de lui jouer un mauvais tour et de dire n'importe quoi bien qu'étant en panique...

- Je... Je ne suis pas venu pour vous voler ne vous en faite pas.. Mais je voulais vérifier une rumeur intéressante et voir si les murs des chambres des professeurs étaient vraiment en or


Au final je me demandais si je voulais vraiment QUE vérifier si les murs étaient en or, car si ils l'étaient ? Je me questionnais dans ma tête pour savoir et faire le point... Cherchais-je juste une excuse ? Ou bien comme tout être humain je cherchais à m'enrichir pour avoir plus de chose et ne penser qu'à mon confort?

Puis vînt le regret... Je pensais que j'étais idiot et que je n'aurais jamais pu extraire l'or donc à quoi bon le vérifier ? Pourquoi me mettre dans une situation aussi gênante et désagréable? Je ne le savais pas... "J'avais été inconscient" comme diraient mes parents... Je ne savais même pas comment reconnaître si c'était véritablement de l'or!

Je soupirais tellement je me sentais stupide... Mais puisque la prof était là pourquoi ne pas simplement lui demander ?

- ... Est-ce que ces murs sont vraiment en or?



Si elle m'envoyait balader dans le bureau de ce vieux monsieur qu'est notre directeur, cela ne me dérangerais pas, car je trouvais que c'était effronté de lui poser cette question dans ce genre de situation...



Journal - Fiche - Ma couleur Darkviolet
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 16
♠ Petits messages : 78

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3235/1000  (3235/1000)
Votre domaine: Les Sons
avatar
La Dame Parpaing
La Dame Parpaing
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Lun 13 Juin 2016 - 4:23
Toujours accroupie et l’une de mes mains coinçant le visage de l’intrus afin qu’il ne bouge pas, je l’observais attentivement. Appart ses cheveux blancs qui se remarquaient facilement -c’était même la première chose que j’avais vue en posant mon regard sur le garçon-, il avait des yeux roses, une couleur pas courante pour les yeux, une tâche ou plutôt un dessin bizarre sous son œil droit, lui aussi rose et un casque audio sur ses oreilles. Il semblait plutôt jeune, c’était surement un adolescent.

En regardant d’aussi près, même si je n’avais pas porté mes lunettes, je pouvais clairement distinguer quelque chose sur son visage : de la panique, peut-être même de la terreur… ou de l’effroi ? Des sentiments bien compréhensibles lorsque l’on est surpris dans un endroit où l’on ne devrait pas être par la propriétaire de ce dit endroit ou plutôt de cette dite chambre dans le cas présent. Ce visage effrayé était vraiment quelque chose d’amusant qui attirait un peu mon côté sadique et un grand sourire des plus sournois se dessina sur mon visage. Mon regard perçant était fixé droit dans ses yeux, je tenais fermement ma proie, il n’avait pas de choix autre que de me répondre. Ce qu’il fit après quelques temps où il devait surement peser le pour et le contre dans sa tête.

-Je… je ne suis pas venu pour vous voler ne vous en faites pas… Mais je voulais vérifier une rumeur intéressante et voir si les murs des chambres des professeurs étaient vraiment en or.

Je lui jetais alors un regard circonspect. Qui avait bien pu lancer cette rumeur ? Et surtout le jeune homme pouvait tout aussi bien me mentir pour essayer de s’en sortir… il ne s’était même pas présenté à moi. Je jetais rapidement un coup d’œil aux murs. C’est vrai que c’était tout à fait probable, après tout je ne les avais jamais vraiment examinés de près, de loin je les prenais juste pour des murs couverts d’une étrange tapisserie où de la peinture jaune/ dorée, oui c’était une réflexion tout à fait stupide et faite à la hâte. Le garçon soupirait, surement à cause de lui-même et de la situation dans laquelle il s’était embourbé puis, pris d’un certain « élan de courage » si on pouvait appeler cela ainsi, se mit à me poser à son tour une question :

-…Est-ce que ces murs sont vraiment en or ?

A mon tour de soupirer… l’adolescent avait réussi à me mettre le doute avec cette question. Si ces murs étaient vraiment en or, ça serait un bon moyen de s’enrichir étant donné que depuis mon arrivée à l’académie, j’étais fauchée. Et oui, j’ai peut-être emporté mes vêtements et les objets que j’avais sur moi dans la mort, c’est-à-dire mes lunettes et ma broche mais je n’avais pas emporté la fortune familiale ! Je ne laisserai surement pas passer cette opportunité, il en était hors de question.
Je pris tout de suite une attitude plus intéressée et me leva, toujours en tenant le garçon par le visage d’une main, l’obligeant à se relever puis je me dirigeais vers mon bureau et ouvrit un tiroir en y sortant une clé. Je fis chemin vers la porte et la ferma à double tour afin, non seulement de ne pas être dérangée et surtout afin que le jeune homme ne s’enfuisse pas dès que je l’aie lâché. On allait pouvoir faire affaire tranquillement.

Je le lâchais donc, reprenant la clé et cherchant un bout de corde fine dans un tiroir, corde que je trouvai rapidement puis je fis un collier avec la corde et la clé que je nouais autour de mon cou afin qu’on ne me la vole pas. Ceci fait j’allais chercher une chaise supplémentaire et une boite de biscuits, posa la chaise en face de celle du bureau et invita le garçon à s’asseoir tout en faisant de même et mis la boite sur le bureau. Je répétais donc tranquillement et d’un ton plus aimable la première question que je lui avais posée précédemment :

-Tu n’as pas répondu à ma première question. Qui est-tu ? Si ça peut te rassurer, parce que je te sens particulièrement stressé, je me présente en premier. Je suis Akiah Exria, professeur de musique ? Et toi, quel est ton nom ?

Un grand sourire tout à fait charmant se lisait sur mon visage, comme quoi, on n’est pas les mêmes lorsqu’il s’agit de parler d’argent et d’affaire. Certains deviennent aimables et amicaux, d’autres deviennent agressifs…. C’est fou ce que la mention du mot « or » peux changer les esprits. Je prenais un biscuit dans la boite et tendit cette dernière vers l’adolescent en lui faisant signe qu’il pouvait en prendre s’il en voulait puis croquant dans le gâteau, je me remis à discuter :

-Tu as parlé d’une rumeur comme quoi les chambres des professeurs auraient des murs en or, peux-tu m’en dire plus sur cette fameuse rumeur ? Par exemple qui en a parlé ?


~Fiche D'Akiah~
Akiah parle en #008686
♦ Rose ou chou ? : Choucroute! J’aime pas La choucroute...
♦ Combien de rides ? : 17
♠ Petits messages : 89

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
745/1000  (745/1000)
Votre domaine: L'Imagination
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Lun 13 Juin 2016 - 15:57

L'or des professeurs

... Elle soupirait? Était-ce une façon d'exprimer son mécontentement? Voulait-elle dire que j'étais stupide de croire que les murs étaient en or? Qu'il ne fallait pas croire tout ce que l'on pouvait entendre? Je ne le savais pas... Mais je le saurais bientôt. Le regard de la dame avait été attiré ailleurs, puis d'un coup elle se levait me forçant à suivre le rythme. De par sa petite taille je devais la suivre avec le dos courbé vers l'avant et le visage tiré par son bras.

Elle ouvrait un tiroir de son bureau et sortait une clé, clé qu'elle utilisa pour fermer la porte de la chambre. En voyant ça, pleins d'idées farfelues m'étaient venus en tête...

-Cette prof avait-elle déjà commis un crime? Allait-elle m'attacher? Allait-elle me séquestrer?! Me priver de nourriture? Me fouetter?! Me battre???!! Me torturer ????!!!!


Cependant, elle lâchait prise et attrapait une corde, qui traînait dans le tiroir, avant de le mettre autour de son cou pour en faire un collier avec la clé comme ornement.

Le fait qu'elle me libère me soulageais au plus haut point et j'en profitais pour me masser un peu les joues... Ce qui m’étonnais le plus dans cette histoire c'était lorsque qu'elle saisissait une chaise, la plaçait à l'opposé de son bureau et m'invitait à m'y installer. Par politesse des choses, je me voyais mal refuser... En plus ce n'était pas comme si je pouvais refuser, donc j'obéissais et m’asseyais en même temps qu'elle. Par la suite, elle déposait une boite au centre de la table et d'un air plus détendu me parlais.

-Tu n’as pas répondu à ma première question. Qui est-tu ? Si ça peut te rassurer, parce que je te sens particulièrement stressé, je me présente en premier. Je suis Akiah Exria, professeur de musique ? Et toi, quel est ton nom ?


C'était donc cela? Elle voulait seulement discuter et connaître mon nom... Lorsque je la regardais, elle m'affichait un sourire amical, ce qui me mettais dans l'embarras après tout ce que je m'étais imaginé... Avec cet atmosphère plus détendu je pouvais lui répondre correctement bien qu’étant encore gêné.

- Je m'appelle Asrael Madregal et je viens d'arriver dans cette Académie...


Elle sortait des biscuits de cette boite et m'en tendit une que j'acceptais volontiers.
Croquant à pleines dents la friandise, ce goût sucré m'avait manqué... Depuis que j'étais arrivé dans l'académie je ne savais pas où m'en procurer, que se soit des biscuits ou autres chose et je n'osais pas en demander à la cafétéria que je venais seulement de découvrir... En plus leurs repas gratuits étaient déjà plus que suffisants pour moi.

-Tu as parlé d’une rumeur comme quoi les chambres des professeurs auraient des murs en or, peux-tu m’en dire plus sur cette fameuse rumeur ? Par exemple qui en a parlé ?


Ce n'était pas comme si je connaissais personnellement les élèves qui en parlaient... J'avais juste tendu l'oreille et écouté ce qu'ils se disaient entre eux...

-C'est à dire que... J'ai écouté une discutions entre trois gars et que par hasard, l'un d'eux racontait ce qu'il lui était arrivé hier, il racontait que depuis la chambre des professeurs quelque chose l'avait éblouie, et qu'en voulant vérifier ce que c'était avec un télescope depuis sa chambre. Il affirmait que vos murs étaient dorée comme de l'or.


Faut dire que pour avoir entendu ces quelques informations, j'avais du les écouter pendants 10 minutes... A ce moment, j'attendais à côté de ma chambre et je n'avais rien d'autre à faire qu'à part les écouter parler tout haut!

Je reprenais un biscuit par la suite !

-... même si cela pouvait sembler stupide de me baser sur des rumeurs, on est quand même dans l'académie des dieux, donc pourquoi les choses folles comme des murs en or, ne pouvaient-elles pas êtres vraies?


Je détournais ensuite le regard, car avouer un fait était dérangeant... Je pense que c'était comme pour fuir ou pour le nier d'une certaine façon.

-... et je voulais seulement vérifier si cette rumeur farfelu était vrai...






Journal - Fiche - Ma couleur Darkviolet
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 16
♠ Petits messages : 78

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3235/1000  (3235/1000)
Votre domaine: Les Sons
avatar
La Dame Parpaing
La Dame Parpaing
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Mer 15 Juin 2016 - 6:32
Connaître le nom de mon interlocuteur me satisfaisait grandement. Alors comme cela il était nouveau à l’académie, ça expliquait le fait que je ne le connaissais pas auparavant. En attendant les réponses à mes questions, je croisais les jambes et mis le biscuit dans ma bouche en le maintenant entre mes dents pour ne pas qu’il tombe par terre.
Mes cheveux humides qui me collaient à la peau m’indisposaient, je fis donc basculer la chaise en arrière, la bloquant contre le rebord du bureau et essayais d’attraper ma brosse à cheveux dont quelques élastiques à cheveux parsemaient le manche, placée sur le meuble. Ceci fait, tout en écoutant le jeune homme parler, je me coiffais afin d’être plus à l’aise. Sa réponse était très vague, il n’avait pas tellement d’informations que ça, il disait :

-C’est-à-dire que… j’ai écouté une discussion entre trois gars et que par hasard, l’un d’eux racontait ce qui lui était arrivé hier. Il racontait que depuis la chambre des professeurs quelque chose l’avait ébloui, et qu’en voulant vérifier ce que c’était avec un télescope depuis sa chambre. Il affirmait que vos murs étaient dorés comme de l’or.

Je comprenais en gros ce qu’il me racontait et le manque d’informations me fit grimacer, le gâteau toujours entre les dents. J’achevais de me faire une queue de cheval, comme à mon habitude et reposant la brosse sur le bureau, je repris la friandise pour la croquer juste après. Le garçon reprit un biscuit dans la boite, continuant de parler.

-… même si cela pouvait sembler stupide de me baser sur des rumeurs, on est quand même dans l’académie des dieux, donc pourquoi les choses folles comme des murs en or ne pouvaient-elles pas être vraies ?


Il marquait un point, ce genre de chose était tout à fait probable ici et je ne serais pas étonnée si ces murs étaient vraiment en or. Asrael fuyais du regard, surement gêné par son aveu. Je marquais mon approbation par un petit râle. Puis le garçon termina son monologue.

-… et je voulais seulement vérifier si cette rumeur farfelue était vraie…

Après avoir attendu un peu de temps pour être sûre qu’il ait terminé, je décroisais mes jambes et m’appuyais sur le bureau derrière moi pour me relever. Je tiquais en voyant le tas de livre par terre et mon regard devint blasé. Je répondis :

-Bon, je vais vérifier si ces murs sont en or ou non, pendant ce temps, tu me ranges tous les livres par ordre alphabétique inversé, d’accord ?

Avant qu’il n’ait eu le temps de bouger, je me jetais sur la pile de livres et y cherchais quelque chose, éparpillant ce qui ne m’intéressait pas pour au final tomber sur un gros volume sur les minéraux et les métaux, comment les reconnaître. Je saisis le gros livre et me releva puis je feuilletais les pages à la recherche de celle qui donnait des informations sur l’or. Une fois trouvée, je la lisais attentivement et alla allumer la grande lumière et éteindre la lampe de chevet qui éclairait toujours faiblement les lieux.
Maintenant que l’on y voyait mieux, je me dirigeais vers un grand mur vide et l’examinais minutieusement comme le livre me l’indiquait et, quand bien même je pensais ne pas être étonnée si les murs étaient en or, j’écarquillais les yeux et mon cœur accéléra son rythme. CES MURS ETAIENT EN OR ! Mais vraiment en or ! On pouvait devenir riches en revendant tout ça ! Je lâchais le livre par terre, pauvre livre, tombé deux fois en une soirée et me mis à parler en essayant de ne pas crier ma surprise.

-Les murs sont vraiment en or ! Ta rumeur était fondée mon garçon, FON-DEE !

Je me jetais sur lui en lui saisissant les mains et en sautant stupidement comme une gamine pour montrer mon bonheur. Dans ma tête, j’imaginais tout un plan pour récolter l’or et d’un coup j’arrêtais de sautiller et dit :

-Reviens demain matin vers 11 heures lorsque les dortoirs des professeurs seront presque vides, j’ai un plan en tête et tu seras de la partie.


~Fiche D'Akiah~
Akiah parle en #008686
♦ Rose ou chou ? : Choucroute! J’aime pas La choucroute...
♦ Combien de rides ? : 17
♠ Petits messages : 89

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
745/1000  (745/1000)
Votre domaine: L'Imagination
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Mer 15 Juin 2016 - 15:57

L'or des professeurs

-Bon, je vais vérifier si ces murs sont en or ou non, pendant ce temps, tu me ranges tous les livres par ordre alphabétique inversé, d’accord ?


Elle voulait que je range les livres que j'avais fait tomber. Ce qui voulait dire que j'allais devoir lire chacun de leur titre pour les rangers dans un ordre particulier. Alphabétique Inversé? C'est la première fois que j'entendais cet ordre de rangement... Donc je devais ranger de Z à A? Seule Akiah rangeait ses livres comme ça je pense.

Avant de commencer le travaille, elle attrapa un livre dans la pile et partait allumer la lumière. C'est vraie qu'on y voyait mieux! Relever les titres des livres était beaucoup plus simple maintenant.

Je devais avouer qu'Akiah possédait beaucoup de livre... Avec une grande diversité en genre en plus de tout. Que se soit de simple roman fantastique jusqu'au documentaire des plus complets! Bon après, je n'étais pas non plus un rat de bibliothèque, donc que je ne m'y connaissais pas vraiment en livre et cela était pour moi une bien belle collection...

-Les murs sont vraiment en or ! Ta rumeur était fondée mon garçon, FON-DÉE !




Avant même d'avoir terminé, la prof de musique s'étonnait tout haut. Elle avait dit quelque chose qui me choquais. Je n'en croyais pas mes oreilles... Ces murs étaient vraiment en or? La réaction de la prof me le prouvait bien.. La voir s'extasier en sautant de joie et en m'attrapant les mains... C'était tout de même incroyable de savoir qu'une tel quantité d'or se trouvait juste à côté de nous sans qu'on le sache !

AKiah s’arrêta brusquement de sauter et me dit

-Reviens demain matin vers 11 heures lorsque les dortoirs des professeurs seront presque vides, j’ai un plan en tête et tu seras de la partie.


Elle voulait déjà que je parte? C'était dommage puisque ça en devenait amusant, mais la nuit était déjà tombé et je ne devais pas trop tarder. Avant de partir, je rangeais tout le reste des livres, puis j’enfilais mes chaussures.

-Bon... Beh on se revoie demain





. Demain midi? Heureusement que c'était les vacances... En plus c'était une bonne idée, car les autres profs seraient sûrement en train de manger et nous, nous aurions tout l'espace nécessaire.

En rentrant dans ma chambre, Naldo m’accueillit en buvant dans une tasse thé

- Bien mangez? Tu semble particulièrement excité aujourd'hui...



- Il y a de quoi, j'ai découvert que les profs étaient riche !




- Sinon c'était une journée banal... Je me suis baladé un peu partout et non je n'ai pas mangé


Face à ma réponse Naldo avait failli renverser sa tasse pendant qu'il dégustait... Même si ça s'était renversait je ne voyais vraiment pas où le liquide irait...

-Ha! En voila quelque chose de pas très commun, je suis moi même pas très commun, mais des murs en or! Il y a de quoi rendre fou...

*Tousse* Si tu veux à manger il y a tes restes de poulets d'avant hier qui sont conservé.


Pendant que Naldo riait tout haut, moi, je prenais mon plat de poulet aux épices que j'avais ramené de la cafette. Je le mettais au micro-onde et commençais à faire du riz par la suite... J'avais déjà commencé à ranger mon appartement, donc il était bien propre! Bon je doit avouer qu'il y avait trop d'affaires, donc forcement je devais mettre le tout à un endroit... Et ne sachant pas trop où mettre le surplus, j'avais laissé d'énormes piles d'affaire dans le salon... Mais au moins, ma chambre, la cuisine et la salle bain étaient nickel!

Sur la table il y avait l'image d'un bistro en bord de mer. Naldo s'y trouvait et y prenait son thé.. Je n'avais appris qu'il pouvait se déplacer de portrait en portrait que depuis peu. D'ailleurs si on jetait un coup d’œil sur le grand tableau, où je l'avais rencontré la première fois, à l'entré, il serait vide ou alors on aurait juste dit que le tableau était une représentation d'un paysage. D'après ce que j'avais vu, il n'avait besoin que de marcher pour se retrouver d'un cadre un autre! Comme dans Harry Potter maintenant que j'y pense...

Pendant que je mangeais, je regardais Naldo et lui demanda

- Si je te disais que je serais riche, tu pense que je devrais faire quoi?



- *pose la tasse de thé sur la table ronde lui faisant face*

Mmm... N'oublie pas que tu es à la Deus académia, cet or ne te servira à rien ici puisque comme tu le sais, les repas à la cafétéria sont gratuit. Le seul endroit où ça te sera vraiment rentable sera dans le monde humain.


- Justement! Si j'ai besoin de me balader dans le monde humain j'ai besoin d'argent et si j'en ai beaucoup j'aurai pas à m'en faire !

*Attrape une cuisse de poulet*


- Ah mais, tu fais ce que tu veux! Si tu veux satisfaire ton désir vas-y, mais bonne chance pour tout déplacer.


- *mâche et avale* Ne t'en fait pas va, la prof avec qui j'ai découvert l'or avait un plan



- *sourire narquois* En plus de tout monsieur compte prendre l'or sans avertir tout le monde? Hé hé hé, tu as enfin une aventure depuis que tu es là.


- Ouais! Et j'ai rendez-vous avec elle à 11h... Je me demande qu'elle est son plan... Mais j'ai hâte de le découvrir...


Après on a changé de sujet. Quand j'avais terminé je rangeais le tout avant de prendre une bonne douche chaude et d'éteindre la lumière pour aller me coucher. Sous ma couette, j'avais du mal à dormir. Avec toute cette excitation que j'avais en moi , j'avais juste envie de bouger... Mais Lentement je m'assoupissais jusqu'à enfin arriver à m'endormir.

L'or des professeurs

Partie 2



. Il faisait chaud et j'avais du mal à me réveiller... Quand d'un coup une voix me fit lever de mon lit

- Hey! Il est 8h! Encore une belle journée qui s'ouvre à toi! Alors réveille toi et va en profiter, surtout que c'est un jour spécial aujourd'hui ! Et c'est toi qui l'a dit alors ne le rate pas


C'était Naldo qui depuis un portrait sur ma table de chevet me criait dessus de bon cœur... C'était lui qui me réveillait de la même façon chaque jour...

Je m'étirais un bon coup avant de sauter de mon lit et d'attraper les premiers vêtements que j'avais soigneusement plié dans une commode de la chambre. Au petit déjeuné j'avais prévu de manger brunch! Parce que je prévoyais déjà qu'à midi je ne mangerai pas. Mais d'abord je me débarbouillais dans la salle de bain et en profiter pour me changer.

La salle de bain était la seul salle où il n'y avait pas de portrait où Naldo pouvait entrer... Je sais que ce n'était qu'un tableau parlant, mais je me voyais mal me changer devant lui...

Me dirigeant vers la porte, j'attrapais ma jolie veste puis la vue de ma cuisine m'attristais. j'en soupirais, car j'avais tout ce qu'il fallait pour cuisiner, mais que je n'avais pas les ingrédients pour... Naldo lui, m'avait juste dit que je pouvais en ramener du monde humains, mais que je ne pouvais pas y aller seul..

Je partais donc vers la cafétéria pour prendre mon petit dej' en promettant à mon tableau parlant que j'allais revenir avec un souvenir pour lui.

Sur place j'avais commandé trois œufs brouillés avec du bacon, du chocolat chaud et un verre de jus. Un déjeuné de roi! Enfin c'était toujours ce que je pensais avec cette combinaison de plat.

Une fois rassasié je regardais la montre a gousset dans ma poche Il n'était que 9h30 ! J'avais encore à attendre une heure et trente minutes ! J'allumais donc le casque audio, que j'avais tout le temps sur ma tête, pour écouter de la musique. Et ainsi, je gardais mon impatience et observais les alentours.

Je me souvenais encore du moment où je m'était retrouvé pas loin d'ici, à me demander où est-ce que j'étais jusqu'à ce que l'une des serveuses était venu demander mon aide...

C'était bientôt l'heure... Souriant bêtement, je me voyais déjà être riche et être couvert d'or à ne plus savoir quoi en faire! Je faisais quelques petits détours et faire en sorte que personne ne me remarque pour terminer ma course devant la chambre d'Akiah... J'étais excité comme une puce lorsque je toquais à la porte avant d'entrer.




Journal - Fiche - Ma couleur Darkviolet
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 16
♠ Petits messages : 78

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3235/1000  (3235/1000)
Votre domaine: Les Sons
avatar
La Dame Parpaing
La Dame Parpaing
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Jeu 16 Juin 2016 - 6:14
Avant de partir, le garçon rangea le reste des livres et se rechaussa, jusqu’à ce moment, je n’avais pas réalisé qu’il avait enlevé ses chaussures. J’en profitais pour rouvrir la porte avec la clé et le laissais partir en l’observant en train de partir dans les couloirs de l’internat après qu’il m’ait dit :

-Bon… Beh on se revois demain.

Une fois qu’il eut disparu de ma vue, je rentrais dans ma chambre et refermais la porte derrière moi puis je reposais la clé dans un tiroir et rangeais la chaise en trop et la boite à biscuits à leurs emplacements originaux. Je regardais les murs qui brillaient de leur éclat doré… et dire que je n’avais pas réalisé avant que ces murs étaient en or alors que je vivais entre ces murs !

Un grondement sourd venant de mon estomac se fit entendre, c’est vrai qu’appart un malheureux biscuit, je n’avais rien avalé de la soirée. Je me dirigeais donc vers la cuisine et ouvrit un frigidaire peu fourni, la nourriture est meilleure à la cafétéria. Dans le frigo je trouvais une ou deux bouteilles d’eau et quelques restes de plats que j’avais essayé de cuisiner quelques jours auparavant. Je fis la grimace et pris les restes, un peu déçue, pour la peine, j’allais manger froid car l’envie de réchauffer le plat me manquait. Je saisissais dans un tiroir une fourchette et un couteau et m’installais à table.

Je mangeais en réfléchissant à un moyen pour étoffer mon plan que nous allions appliquer le lendemain. Quelques problèmes se posaient à moi : Premièrement, il serait louche d’être la seule personne à avoir des trous dans son mur, alors il fallait piocher dans plusieurs chambres mais, une grosse partie des portes sont fermées quand les propriétaires sont absents, il me fallait donc quelqu’un qui puisse débloquer la situation, de ce côté-là, je pensais déjà à une personne de confiance et compétente dans le domaine du crochetage de portes et je savais où la trouver le matin.

Ensuite venait le problème du matériel à utiliser pour enlever l’or du mur, une solution serait d’emprunter une ou deux pioches le temps de faire le travail mais emprunter des pioches nous rendrait louche et les voler ne seraient pas une bonne idée car le vol risquerait d’être rapidement découvert. Il ne me restait plus qu’une solution et elle ne me ravissait pas, je devrais utiliser mon pouvoir de métamorphose afin de devenir l’outil convoité… c’était plus sûr pour le plan mais l’idée d’être saisie comme un objet normal par quelqu’un et frappée contre un mur sans savoir si je ressentirais une douleur ou non me rendait perplexe. Pour l’or, je me devais de le faire quand même, ce n’était qu’un mauvais moment à passer.

Enfin se posait le problème du transport de l’or. L’or est un métal lourd et le transporter dans des sacs serait compliqué pour diverses raisons. Sur ce coup-ci aussi, il me semblait avoir une solution mais je n’en étais pas sure. Je me rappelle avoir un jour obtenu un petit artéfact, une chaussette de noël d’apparence tout à fait banale mais on pouvait stocker tout un tas de choses à l’intérieur, comme un petit frigo et en plus, même une fois remplie, elle ne pesait pas plus lourd qu’initialement.
Il me suffirait de la retrouver dans les tiroirs de ma chambre et on pourrait transporter l’or sans aucune difficulté. Pour les autres détails du plan comme « où allons-nous cacher l’or une fois récolté » je verrais cela le lendemain avec Asrael.

Une fois mon repas terminé, je débarrassais assiette et couverts et alla ranger les deux derniers livres qui trainaient avant d’aller me coucher, je devais me lever tôt le lendemain matin pour préparer ce dont j’avais besoin pour ce qui allait être, le premier vol de ma vie. Je mis un moment à m’endormir, le fait de m’être assoupie plus tôt m’avait ôté toute fatigue et je m’efforçais tant bien que mal de fermer un œil. A force de persévérance, je finis par m’endormir…

Je me réveillais vers 6h à cause de la lumière… maudite lumière, je n’avais pas fermé les volets. Je soupirais et comme je savais pertinemment que je ne pourrais pas me rendormir, je décidais de me lever de mon lit et de me changer pour aller sortir un peu. J’allais dans la salle de bain, mes vêtements quotidiens s’y trouvant presque toujours. Je me vêtis tranquillement et alla chercher dans un tiroir, la chaussette à laquelle je pensais.

Après une bonne dizaine de minutes à farfouiller un peu partout, je trouvais enfin mon bonheur, l’objet était plié dans un coin de tiroir avec d’autres chaussettes. Je testais alors l’artéfact en y mettant un gros dictionnaire à l’intérieur et il fonctionnait ! Le gros volume rentrait parfaitement dans le petit objet et en tenant la chaussette à une main, je ne sentais plus le poids du dictionnaire, je ressortis donc ce dernier, épatée et le rangeais à sa place avant de reposer la chaussette de noël dans le tiroir où se trouvait la clé de ma chambre que je pris pour ouvrir la porte.

Je sortis de la chambre sans faire de bruit et referma la porte à clé derrière moi en enfournant cette dernière dans ma poche et quittais le bâtiment de l’internat vers 6h43. Tout était calme dehors, peu de gens étaient sortis, la plupart des personnes devaient avoir décidés de faire la grâce matinée, c’étaient les vacances après tout. Je marchais sans réel but à travers l’académie pendant une bonne trentaine de minutes pour enfin me décider à aller prendre un petit déjeuné à la cafétéria vers 7h 20.

Je savais que la personne que je recherchais pour le plan était posté derrière le centre de sport dès 7h30 du matin, il me l’avait dit, sa journée suivait tout un rituel et si je voulais le voir, il fallait que j’aille là-bas entre 7h30 et 9h pendant les vacances alors que je pouvais lui parler après le cours lorsque nous sommes en période scolaire. Après avoir mangé, je me hâtais d’aller au point de rendez-vous et trouvais le jeune homme, adossé à un mur en train de jouer avec des clés. Il ne m’avait pas encore remarqué alors je l’abordais gentiment.

-Hey Johan ! Comment vas-tu aujourd’hui ?

Il se mit à regarder dans ma direction et à sourire. A vrai dire, Johan était un assez bon élève, discret et pas très embêtant. De son vivant, il était un petit cambrioleur, doué pour passer inaperçu, il savait crocheter les serrures avec une aisance remarquable. Après… lorsqu’une personne l’a trouvé chez elle, ça a mal fini pour le pauvre garçon, il fut troué comme une passoire par les balles d’un vieux fusil et une fois à l’académie, il se promit d’arrêter d’aller cambrioler chez des vieilles femmes.

Après, comment sommes-nous devenus compères ? Disons que certaines personnes détestent les voleurs et Johan se fit bizuter à de nombreuses reprises par les mêmes personnes et un jour, contre toute attente, je l’ai défendu d’une méthode que je ne citerais pas et ceux qui le harcelaient ont arrêté. Depuis il a une grosse dette envers moi et nous sommes devenus des amis. C’est un garçon de confiance et il l’a prouvé à de nombreuses reprises. Le jeune homme répondit à mes salutations.

-Bonjour madame Akiah, c’est rare de vous voir vous promener de si bonne heure pendant les vacances. Sinon je vais très bien et vous ? Que puis-je faire pour vous ?

Johan avait environ 18 ans, d’une taille moyenne aux environs de la mienne, des cheveux noirs et des yeux marrons, une peau laiteuse. Il portait en général des survêtements sauf en été où il était en short et T-shirt….

-Je vais bien, je vais bien. J’ai besoin de toi pour un travail spécial, tu peux venir dans ma chambre un peu avant 11 heures avec une pioche et de quoi crocheter des portes ? Je t’expliquerais tout là-bas.

Le jeune homme s’ennuyait pendant ses vacances alors un peu « d’aventure » ne lui ferait pas de mal, il aimait les sensations fortes et déroger aux règles.

-Je suis d’accord, en échange, pourrez-vous m’accompagner dans le monde des humains un de ces jours vu que les élèves n’ont pas le droit d’y aller sans autorisation ?

-Bien, j’accède à ta requête, je te redirais quelle date le temps venu. Maintenant je file dans ma chambre et on se retrouve tout à l’heure.

Je partis en lui faisant un signe de la main, il fit de même et rentrais dans l’internat. J’ouvrais la porte de ma chambre et posais la clé sur le bureau et patienta en lisant le même livre qu’hier jusqu’à 10h46 où Johan frappa à ma porte. Je reposais le livre sur le lit et laissa entrer le garçon qui s’affala sur une chaise. Il avait trouvé une pioche je ne sais comment et avait apporté tout son matériel pour ouvrir les portes. Je souriais et m’assis sur le lit alors que Johan demanda :

-Que fait-on maintenant ?

-Maintenant nous attendons un autre invité et j’expliquerais tout en sa présence, ne t’inquiètes pas.

Nous attendions jusqu’aux environs de 11h où cette fois-ci, c’était Asrael qui frappa à la porte. Je lui ouvris et il semblait impatient à l’idée de commencer. Je décidais donc de le taquiner un peu :

-Et bien, tu es vachement en retard… ah non je n’ai rien dit, tu peux rentrer.

Johan regardait le nouveau venu intrigué, il ne semblait pas le connaître et se levait pour s’avancer vers lui et il tendit la main à Asrael. Je décidais donc de les présenter l’un à l’autre.

-Johan, je te présente Asrael, il est nouveau. Asrael, voici Johan.


~Fiche D'Akiah~
Akiah parle en #008686
♦ Rose ou chou ? : Choucroute! J’aime pas La choucroute...
♦ Combien de rides ? : 17
♠ Petits messages : 89

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
745/1000  (745/1000)
Votre domaine: L'Imagination
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Jeu 16 Juin 2016 - 14:46

L’or des professeur parties 2

La porte s’ouvrait devant moi et c’était Akiah qui m’accueillait


-Et bien, tu es vachement en retard… ah non je n’ai rien dit, tu peux rentrer.




Elle m’avait bien fait peur lorsqu’elle m’avait annoncée que j’étais en retard… Surtout avec toute cette impatience que je gardais en moi !
Alors que j’entrais sans plus tarder, j’étais encore plus surpris de voir qu’un étranger était là en plus de nous deux, tellement surpris que j'avais fait un pas en arrière. Mais connaissant la politesse le jeune homme était venu à moi pour tendre sa main, et moi j’accompagnais son mouvement en accomplissant la poignée de main, une des bases de la salutation, sauf que je hochais la tête par la même occasion. Un réflexe que j’avais de mon vivant.

-Johan, je te présente Asrael, il est nouveau. Asrael, voici Johan.




Ce gars avait une allure très banale, pendant que moi je me trouvais avec des cheveux blancs, des yeux roses et une sorte de dessin sous mon œil tout aussi rose ! c’était ce que faisait de moi quelqu’un de très voyant ! Normalement mes cheveux et mes yeux sont noirs et à la place de ce dessin, normalement un grain de beauté !

- Enchanté de te rencontrer Johan




Je lui adressais un petit sourire signe de bienveillance avant de lâcher sa main et de regarder Akiah. Toujours aussi enthousiasmé, je lui demandais :

- Alors c’est quoi le plan que tu as préparé !






Journal - Fiche - Ma couleur Darkviolet
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 16
♠ Petits messages : 78

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3235/1000  (3235/1000)
Votre domaine: Les Sons
avatar
La Dame Parpaing
La Dame Parpaing
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Ven 17 Juin 2016 - 7:35
Je laissais les deux jeunes hommes se saluer et les observais. Leurs apparences m’amusaient : leurs couleurs de cheveux faisaient contraste avec Asrael et ses cheveux blancs et Johan et ses cheveux noirs. Je me retins de me mettre à glousser, après tout, qu’y avait-il de drôle dans cette histoire ? Rien, et pourtant je m’en amusais, comme une enfant et, en prenant du recul, je pensais qu’il était mieux de se concentrer sur la tâche d’aujourd’hui. Les deux jeunes se souriaient mutuellement puis se mirent à me regarder d’un coup, ceci ne voulait dire qu’une chose, la fin de la rigolade et l’arrivée du travail. Avec l’air enthousiaste d’un gamin partant en quête d’un trésor, Asrael s’adressa à moi.

-Alors c’est quoi le plan que tu as préparé !

Mauvais point, le garçon s’était mis à me tutoyer et cela m’irritait un peu, mais j’essayais de ne pas m’énerver et lui dit un « Asrael, toi tu dois me vouvoyer, je ne t’ai pas donné l’autorisation de me tutoyer » je disais cela alors que je le tutoyais naturellement depuis le début… mais bon, je faisais ce que je voulais, je suis professeur et lui élève ! Johan lui patientait en attendant que j’explique le pourquoi de sa venue ici, il demanda tout de même :

-Professeur, pourriez-vous m’expliquer du coup, ce que vous comptez que l’on fasse avec la pioche et les crochets ?

Je me mis à soupirer puis je me rassis sur le lit après avoir refermé la porte de la chambre. Prête à déballer mon plan, alors je commençais :

-Je vais d’abord expliquer à Johan ce qui nous a amenés dans cette situation si tu veux bien Asrael. Ensuite je passerai au plan….

C’est alors que je me mis à raconter la soirée précédente, du moment où je m’étais réveillée jusqu’au moment où le garçon était reparti dans sa chambre tout en laissant à Asrael, le soin de compléter mon récit. Puis vint le moment du plan, j’expliquais alors en détail chaque élément, chaque étape de ce projet fou, qui consistait d’abord à aller vérifier quelles chambres étaient vides et lesquelles ne l’étaient pas même s’il ne devait pas rester grand monde aux alentours de midi, il fallait rester prudents. La moindre petite erreur et nous courions à la catastrophe ! Mieux valait ne pas être découverts par quelqu’un sinon nous risquions tous les trois de lourdes sanctions.

Je passais à l’étape « me transformer en pioche » en grimaçant et en priant Asrael de ne pas y aller trop fort ou il n’aurait plus de doigts de pieds à la fin. Je pensais faire alterner les tâches des garçons entre creuser le mur et surveiller les couloirs pour éviter d’être pris la main dans le sac et de créer une distraction pour aider éventuellement l’autre à s’enfuir. Si quelqu’un se rendait compte de quelque chose, nous devions fuir.
Alterner les tâches leur permettrait de se reposer les bras tour à tour et moi, j’hésitais entre reprendre mon apparence normale à chaque fois qu’Asrael serait de surveillance ou rester une pioche jusqu’à la fin du travail.
Ensuite venait le moment du débat sur « Où cacher l’or une fois ceci fait ? ». L’académie ? C’était risqué, et si quelqu’un trouvait l’or ? On pourrait sans doute remonter la piste jusqu’à nous. Dans le monde des humains ? Pourquoi pas mais où ? Il fallait déterminer un lieu et vite, l’heure tourne. A la fin de mon discours, je terminais ainsi :

-Bon, on cherche un lieu pour cacher l’or et je réponds rapidement à vos questions, d’accord ?


~Fiche D'Akiah~
Akiah parle en #008686
♦ Rose ou chou ? : Choucroute! J’aime pas La choucroute...
♦ Combien de rides ? : 17
♠ Petits messages : 89

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
745/1000  (745/1000)
Votre domaine: L'Imagination
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Ven 17 Juin 2016 - 18:05

L'or des professeurs

partie 2

-Je vais d’abord expliquer à Johan ce qui nous a amenés dans cette situation si tu veux bien Asrael. Ensuite je passerai au plan….



Je n’y voyais pas de problème à ce qu’elle fasse un petit détour pour expliquer tous les petits détails. D’ailleurs je l’avais joint à ses explications de temps à autre. Mais ce que j’attendais le plus c’était le moment où la prof expliquait son plan.

On allait donc faire ainsi ? D’abord vérifier et ensuite commencer le travail ? Pas de problème… Mais je savoir que j’allais utiliser la prof comme pioche… Je trouvais ça très… Bizarre ? Je ne m’étais pas encore bien habitué à cette histoire de « pouvoir » de dieu, surtout que je n’en avais toujours pas fait l’expérience… Et pour couronner le tout je n’avais pas vraiment eu d’éducation pour savoir comment les utiliser, car je m’étais renseigné auparavant. J’avais rejoint l’académie le dernier jour de cour, bref j’étais en vacances sans rien connaitre et sans prof pour m’apprendre quoi que ce soit….
M’enfin bon, je ne perdais pas espoir qu’un jour, je sois un dieu tout puissant !!!

Akiah abordait ensuite un sujet délicat : " L’endroit où cacher l’or "

-Bon, on cherche un lieu pour cacher l’or et je réponds rapidement à vos questions, d’accord ?



Un endroit où cacher l’or… Ce n’était pas facile, parce que ce n’était pas comme si j’avais tous les éléments en main…. Je me demandais même si cacher un objet dans un monde des dieu était possible… Je n’avais pas envie que l’heure tourne trop à ça, donc le mieux serait le monde des humains ? D’après Naldo le portail menant au monde des vivants, n’est pas disponible à tous les élèves.

Mais vu que je ne savais pas trop comment ça marchais pourquoi ne pas simplement essayer ? Parce que dans l’académie où TOUT était possible, je me voyais mal essayer... La chance, nous avions justement une prof à portée de main.

- On peux essayer le monde ds humains? ça ne me rassure pas vraiment qu'on le cache dans un monde où TOUT peux arriver.



Ensuite tout sera prêt pour commencer normalement... En réalité quelque chose me déranger... Pourquoi doit-on faire du tour de rôle ? Pourquoi ne pas mettre Akiah au poste de garde? Se serait plus discret je trouve...

- Madame, vous ne voulez pas prendre plutot le post de garde? Sa ferait plus "normal" si c'était un prof qui se trouvait dans les couloirs plutôt qu'un élève...



Puisque Johan avait déjà emmener sa pioche, je ne pensais pas que ça posait problème... En plus on pourra intervertir pour plus tard. D'abord j'attendais sa réponse pour lui en parler


Journal - Fiche - Ma couleur Darkviolet


Dernière édition par Asrael Madregal le Dim 19 Juin 2016 - 5:01, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 16
♠ Petits messages : 78

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3235/1000  (3235/1000)
Votre domaine: Les Sons
avatar
La Dame Parpaing
La Dame Parpaing
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Sam 18 Juin 2016 - 6:57
J’écoutais les avis de mes deux compatriotes les bras croisés. Ils réfléchissaient avant de se lancer. Finalement, Asrael commença.

-On peux essayer le monde des humains ? ça ne me rassure pas vraiment qu’on le cache dans un monde où TOUT peut arriver.

Johan semblait être d’accord avec ce que disait l’autre garçon. Il hochait la tête de haut en bas frénétiquement. C’est vrai que dans l’académie, l’or serait rapidement retrouvé, même enterré sous des mètres et des mètres de terre. Dans le monde des humains, il suffisait de trouver une bonne cachette, un endroit dont on allait se rappeler et le tour était joué ! Si l’endroit était correctement choisi, il y aurait très peu de chances à ce qu’un curieux aille creuser et trouve l’or.
Le monde des humains était assez vaste pour cela, c’était un avantage indéniable. Malgré ces efforts, je ne pouvais garantir à 100 pourcent que le plan finisse bien et que nous soyons tranquilles après. Il ne faut pas trop rêver, une fois lancés, nous ne pourrions plus reculer… peut-être serions-nous rapidement retrouvés et confondus en tant que ceux qui ont endommagés les murs, peut-être pas... tout pouvait arriver. Johan se mit à parler à son tour.

-Je suis d’accord avec l’idée d’Asrael mais professeur, vous pensez que vous pourrez nous faire passer dans le monde des humains sans problème avec l’or ?

Ce à quoi je répondis d’un « oui » suivi d’un « en espérant qu’ils ne soient pas au courant avant que l’on parte chez les humains ». Il fallait croiser les doigts pour cela, il fallait que cela passe à tout prix sinon nous étions cuits. Le choix étant approuvé par tous, nous passions à présent aux autres questions. Je me mis à regarder Asrael, il semblait être dérangé par un des détails du plan. Mes soupçons se confirmèrent lorsque qu’il me dit :

-Madame, vous ne voulez pas prendre plutôt le post de garde ? Sa ferait plus « normal » si c’était un prof qui se trouvait dans les couloirs plutôt qu’un élève…

D’un côté il n’avait pas tort, un professeur dans les couloirs menant aux chambres des professeurs était plus discret qu’un élève et je n’avais vraiment pas cette envie de lui servir de pioche. Toutefois, je me mis à lui expliquer :

-Et tu comptes creuser le mur avec ta tête ? Réfléchis un peu, si vous êtes deux dans une chambre et que quelqu’un arrive. Lors de la distraction, vous aurez beaucoup moins de chances de passer à deux plutôt que tout seul. Si on fait comme dans mon plan, pendant ton tour de garde tu me laisses dans ma chambre et si tu creuses, tu m’emportes avec toi en cas de problème. Celui qui fais la distraction n’aura qu’à trouver une excuse valable pour laisser le temps à l’autre de partir mais ne m’oubliez pas surtout.

De plus, Johan, paré à l’éventuelle question du partage de la pioche restante, expliquait qu’il l’avait empruntée à l’un de ses colocataires et qu’il ne pouvait donc la prêter à personne pour être sûr de la rendre en bon état. Ensuite il demandait :

-Qui se charge de vérifier quelles chambres sont vides et lesquelles ne le sont pas ?

Je répondis par un « Je préfèrerais que tu t’en occupes, tu es un professionnel après tout ». Il semblait flatté que je le considère comme un pro. Il partait alors tout de suite en direction du couloir où il allait entamer sa vérification. Pendant ce temps, je sortis la chaussette du tiroir et la mit dans la main d’Asrael en lui disant :

-Utilise ça pour transporter l’or, faites des petits trous discrets, si possible ne dépassez pas les dix centimètres de diamètre et faites ça derrière un meuble. Fais attention à l'artefact je compte sur toi pour ne pas le perdre ou l’abîmer. Transmet le message concernant les trous à Johan. Lorsque je vais me transformer, attends au moins une minute avant de me déplacer ou tu vas interrompre la métamorphose.

Johan revint quelques minutes après cela en disant « Il n’y a que deux chambres d’occupées pour le moment, j’indiquerais lesquelles après ». Je fis un signe de tête comme pour dire « bien maintenant commençons ». Il était presque midi. Johan repartit dans les couloirs avec son matériel pour guetter et moi je m’imaginais la pioche, le manche, la pique et commençais à me transformer. Une fois la minute passée, j’étais complètement métamorphosée et le travail allait enfin pouvoir commencer…


~Fiche D'Akiah~
Akiah parle en #008686
♦ Rose ou chou ? : Choucroute! J’aime pas La choucroute...
♦ Combien de rides ? : 17
♠ Petits messages : 89

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
745/1000  (745/1000)
Votre domaine: L'Imagination
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Dim 19 Juin 2016 - 12:26

L'or des professeurs

Partie 2

. Tout était dit et tout allait commencer. Bon… utiliser une chaussette pour cacher l’or me rendais un peu perplexe, mais je supposais qu’il était magique. En plus cet air sérieux que la prof avait quand elle me l’avait confié montrait clairement qu’elle était sérieuse, à moins qu’elle ne se fichait juste de ma tête….

Akiah était transformée en pioche et moi, la saisissant en main après la minute d’attente qu’elle m’avait demandé. Je me dirigeais vers l’une des chambres vides que Johann m’avait indiquées. « C’était 10 centimètres de diamètre qu’elle m’avait demandé ? » Je me remémorais les consignes pour éviter de commettre une bêtise…

Dans les grandes chambres des profs, je déplaçais les meubles assez grands lorsque je le pouvais. Je commençais ensuite par me faire un plan du trou que j’allais faire. Puis minait en faisant en sorte que le trou ne soit pas trop profond au point de le voir depuis la chambre voisine.

Dedans ma quête il y avait plusieurs questions qui trottaient dans mon esprit : Devrais-je soulever ou juste déplacer les meubles ? Devrais-je porter des gants ? Et tout un tas d’autre dans le même genre… Toutes ces questions venaient des films policiers que je regardais de mon vivant… J’étais devenu « parano » ? Ou bien je m’inquiétais trop de ce qu’il pourrait nous arriver…
Mais je continuais de faire ce qu’il me semblait bon et pour l’instant Akiah ne disait rien… Ou bien ne pouvait rien dire …….

Au fur et à mesure que le trou s’agrandissant, j’essayais d’en tirer un maximum de pépite et non pas de la poussière d’or pour la ranger dans cette fameuse chaussette. Elle semblait pouvoir en avaler énormément, à chaque fois que je la rembourrais ma main pouvait si enfoncer avec tout l’or que je pouvais y mettre et ça avec le plus grand étonnement à chaque fois.

Puis vînt la pause entre moi et johan. Je posais « ma pioche » dans la salle de bain et je toquais à l’entrée pour signaler à notre guetteur que c’était l’heure. Je lui indiquais où étaient les trous faciles à cacher avec celui que j’avais déjà terminé. Je le laissais se débrouiller pour la suite, car je savais qu’il se débrouillerais mieux sans moi de toute façon, et je prenais sa place en soufflant dans les couloirs.

Adossé au mur, à côté de la porte, je regardais bien les alentours pour éviter que qu’un imprévu arrive. J’étais en sueur, j’avais déjà terminé le premier trou et laissé la chaussette « fourre-tout » à côté d’Akiah, le temps qu’ils étaient à l’intérieure.

Le temps passait, mais ce que je craignais le plus c’était l’heure où les professeurs avaient terminé de manger… Pour l’instant seuls quelques personnes étaient passés en m’ignorant. Faut dire qu’avec ma taille, je ne ressemblais pas à un élève aux premiers abords. Mais j’avais gardé ma capuche, pour dissimuler mes cheveux, avec un livre de chez Akiah, un livre de cours plus précisément, et je faisais mine de lire avec la tête vers le bas alors qu’en réalité je surveillais les alentours.

L'or des professeurs

Fin

. C'était terminé. On avait remplis la chaussette d'or. Après de meilleurs explication, je n'avais pas compris qu'il fallait ne remplir QUE la chaussette. Heureusement que Johan m'avait avertie avant que je ne commette la bêtise.

Dans un léger soupir, je repensais à tout l'or que nous avions gagné. Un mini frigo tout entier ! On était RICHE ! Enfin... Faudrait d'abord échanger le tout en argent. Mais je savais que ce moment arriverait un jour ou l'autre et que pour l'instant, je ne devais que prendre mon mal en patience, car on devait encore cacher tout cette or. C'était plutôt simple en réalité, mais j'étais encore tout excité ! Pourtant je m'efforçais de garder mon calme avec le sourire au lèvre, un sourire qui exprimait ma joie d'être ici et non ailleurs !

Sans dire un mot, je suivais le rythme de mon groupe, marchant comme deux élève ayant un court particulier avec Akiah. La chaussette était dans ma poche, à l’abri des regardes et avec ma mains bien dessus, le serrant comme pour me rassurer et de me dire que tout allait bien.

Venait enfin le moment que j'avais le plus attendu depuis que j'avais rejoins l'académie. Le port des dimensions d'après ce que m'expliquait Johan, un port qui allait me permettre de rentrer de nouveau dans le monde des non-dieux et que j'avais quitté.

Bon je dois avouer, que je m'attendais plus à un immense portail qui tapait bien à l’œil, mais un port m'allait aussi...

Au final je me disais que j'avais de la chance d'être parmi ces élues, à moins que ce ne soit juste la réponse à la fameuse question "Que se passe-t-il après la mort ?" et qu'ici se retrouvais tout les décédés....

* Non ça ne peux pas être ça l'après-vie de tout le monde.... Sinon il y aurait BEAUCOUP plus de monde ! C'est obligé ! *





Journal - Fiche - Ma couleur Darkviolet
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 16
♠ Petits messages : 78

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3235/1000  (3235/1000)
Votre domaine: Les Sons
avatar
La Dame Parpaing
La Dame Parpaing
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'or des professeurs [PV Asrael] - Jeu 30 Juin 2016 - 7:55
Une fois complètement transformée en l’outil désiré afin d’accomplir le travail prévu, je me sentais étrange. Je n’avais que peu utilisé ce pouvoir par le passé et l’effet que cela me produisait à chaque fois que je me métamorphosais en objet me perturbais comme si c’était la première fois que je le testais. Je ne savais pas vraiment dans quelle partie de la pioche se trouvait mes bras, mes jambes ou encore ma tête, comme si tout cela avait disparu ou n’avait jamais existé.

Je ne voyais pas ou très peu, tout était très flou et presque noir comme la nuit, à vrai dire je n’avais pas d’yeux en tant que pioche qui me permettraient de voir normalement, de même pour les oreilles, les sons étaient partiellement étouffés, les mots et phrases prononcées seraient évidemment inaudibles ou plutôt incompréhensibles. Je pouvais cependant parfaitement sentir les mains chaudes d’Asrael me saisir, une sensation assez désagréable et dérangeante pour moi. L’idée d’être saisie en tant que pioche par un jeune homme me donnaient quelques frissons.

Il prenait son temps…. Je ne savais pas ce qu’il faisait puis il commença à me frapper contre le mur pour en briser des morceaux. Je me sentais percuter le mur froid à toute vitesse mais étrangement aucune douleur ne me parcourait, seulement quelques picotements parcouraient l’extrémité de mon corps qui entraient en contact avec la paroi en or. Le bruit des entrechocs des deux objets raisonnait au loin dans ma tête. Les mouvements réguliers qu’Asrael faisaient en m’agitant me donnaient légèrement la nausée mais j’essayais de ne pas y penser je me contentais de « fermer les yeux ».

Cela s’arrêta un moment puis recommença encore et encore jusqu’à s’arrêter complètement, ça devait être l’échange des rôles. Je pouvais vaguement distinguer deux voix qui se répondaient puis je me sentais transportée quelque part avant d’être posée je ne sais où…

Le temps passait, le son d’une autre pioche se faisait entendre et moi je restais au même endroit et je ne comprenais pas pourquoi j’entendais ce bruit alors que j’avais demandé à Asrael de me transporter dans ma chambre après. Après un moment la pioche s’arrêta et quelqu’un vint près de moi. Je l’entendis, son soupir mécontent. La personne me prit soudainement avec ses mains moites et chaudes et me souleva péniblement puis commença à avancer.

Le lourd bruit des pas me parvenaient… bruit qui s’accéléra un instant avant de ralentir puis de s’arrêter. J’étais à nouveau posée quelque part. Un second soupir épuisé fût lâché puis la personne se mit à me tapoter tout en poussant un son comme pour me parler. J’interprétais ceci comme un signal, un « on a fini le boulot » et reprenais ma forme initiale. Le visage de Johan m’apparût soudainement… attends, Johan ?! Je lui demandais dans la hâte où se trouvait Asrael. Il désigna la porte menant au couloir. Nous étions dans ma chambre.

Voyant mon incompréhension, le jeune homme m’expliqua la situation : Asrael avait dû mal interpréter mes instructions et m’avait posé dans une salle de bain lors du changement de rôle et ce n’était pas la seule mauvaise interprétation de sa part. Johan avait dû aller me récupérer et donc porter deux lourdes pioches jusqu’à ma chambre d’une seule traite, en courant dans les couloirs lors qu’ils étaient vides de monde. Au passage, il avait redonné la chaussette remplie à Asrael sans lui dire un mot.

Tout s’était bien passé apparemment mais au fond je ressentais une légère colère envers Asrael pour m’avoir oublié dans une salle de bain il était toutefois temps de se mettre en route pour le port des deux dimensions et passer la « douane ». Je sortais donc de ma chambre avec Johan et celui-ci partit vers sa chambre pour reposer la pioche et tout le matériel qu’il avait pris. Il revint après quelques minutes et on se mit en route.

Nous avancions calmement Johan et moi comme si rien se s’était passé tandis que l’autre jeune homme semblait particulièrement heureux. Bien que la joie m’envahissait moi aussi, je ressentais toujours une certaine amertume envers le garçon qui tentait de paraître normal malgré l’expression joyeuse qui pouvait se lire sur son visage.

Quelques minutes de marche après, nous furent arrivés au port où quelques navires volants attendaient patiemment de partir à l’aventure. Johan expliquait à Asrael l’utilité de ce port, ce dernier semblait déçu comme s’il s’attendait à autre chose. Pendant ce temps, j’expliquais à un surveillant que les deux garçons m’accompagnaient chez les humains pour un cours et que l’un des deux venait ici pour la première fois et était donc impatient. Nous pûmes sans problème embarquer dans l’un des navires et lors du trajet, je regardais Asrael et dit ironiquement avec un grand sourire :

-Merci de m’avoir oublié dans une salle de bain, vraiment !


~Fiche D'Akiah~
Akiah parle en #008686
L'or des professeurs [PV Asrael]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» L'or des professeurs [PV Asrael]
» Salle des Professeurs
» Liste des Professeurs, des cours dispensés et de leurs élèves inscrits.
» Les binômes des professeurs [Spéciale dédicace à Swann !] (Marianne)
» De la voie des professeurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Chambres des professeurs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page