Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Bergen, capitale du comté de Hordaland [Norvège]

♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 27
♠ Petits messages : 10
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur https://instagram.com/metek_fat_dad/
Bergen, capitale du comté de Hordaland [Norvège] - Jeu 12 Nov 2015 - 0:58
Bergen [ˈbærgən] est une ville du Sud-Ouest de la Norvège, capitale du comté de Hordaland. C'est également une ville portuaire, une ville universitaire, et un évêché.

La cité est divisée en huit bydeler (districts de la ville), équivalents administratifs de gros quartiers : Arna, Bergenhus, Fana, Fyllingsdalen, Laksevåg, Ytrebygda, Årstad et Åsane. Le centre-ville occupe le bydel de Bergenhus, c’est-à-dire la ville historique qui compte environ 35 000 habitants, les autres n'étant affiliés à la kommune de Bergen qu'administrativement. Il convient aussi de signaler que beaucoup de Bergenois tiennent compte des anciennes appellations non-administratives, les strøk, quartiers traditionnels qui ont hérité le plus souvent du nom du domaine agricole présent sur place auparavant. Bergen fait partie du district historique (non administratif) de Midhordland.

La commune de Bergen est délimitée dans sa majeure partie par des fjords : le Sørfjord et le Byfjord au nord et le Raunefjord et le Grimstadfjord à l'ouest.

C'est dans le bydel de Bergenhus que se trouve l'atelier de Theudbald,
non loin du port et donc du chantier naval ou son frère pratique ses activités de charpentier.



C’est de mai à mi-juin que la nature est la plus spectaculaire en Norvège, avec les arbres et les fleurs qui reviennent à la vie, la neige et l’eau de fonte alimentant les cascades dans les montagnes. Au mois de mai, les vergers d’arbres fruitiers en fleurs dans le Hardangerfjord forment un spectacle paradisiaque.

Les Norvégiens ayant plusieurs jours fériés en mai, ils en profitent pour fêter la venue du printemps après un long hiver.

Au printemps, les écarts de température entre le sud et le nord du pays sont les plus grands. C’est aussi la période de l’année où les températures varient le plus entre le jour et la nuit.

En début de printemps, le littoral de la Norvège des Fjords possède les températures moyennes les plus élevées, mais en mai, les températures les plus chaudes sont enregistrées dans la partie méridionale de la Norvège de l’Est et la Norvège du Sud.

Le climat printanier peut être très varié. Il peut y avoir des jours où il fait assez froid pour la neige et des jours où il fait assez chaud pour s'asseoir dehors au soleil. Le printemps peut aussi être très venteux.

La météo et les températures peuvent brusquement changer, en particulier dans les montagnes. Donc, été comme hiver, en automne ou au printemps - anticipez les surprises de dame nature en emportant de bonnes chaussures et des vêtements chauds.


La topaze est du Silicate d’aluminium avec du fluor
La topaze, autrefois appelée « pierre de joie » :  son rayonnement dissout les idées noires et combat les états dépressifs.
Les Indiens de l’Arizona l’appelaient aussi  « pierre du bonheur » car elle rendait les femmes amoureuses et fécondes.

Lorsqu'elle est nuancée de rose, elle agit puissamment sur le cœur. Elle propage une affection riche et complexe. C'est une pierre de grande passion amoureuse, très complète. Elle agit à la fois sur le cœur et l'esprit, elle stimule les facultés et la sensibilité sexuelle, toujours avec une grande tendresse.

http://www.deus-academia.com/t6092-theudbald-ysgramor-termine


Dernière édition par Theudbald Ysgramor le Jeu 12 Nov 2015 - 5:47, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 27
♠ Petits messages : 10
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur https://instagram.com/metek_fat_dad/
Re: Bergen, capitale du comté de Hordaland [Norvège] - Jeu 12 Nov 2015 - 3:10
C'est avec des sueurs froides que Theudbald se réveilla ce matin la. Il se redressa d'un coup et regarda autour de lui, rien n'avait changé. Il était toujours dans l'arrière boutique de son atelier où il avait installé une couchette afin de ne pas avoir à payer un deuxième loyer pour un appartement. La petite pièce qui lui servait de chambre n'avait pas de fenêtre et les seuls meubles qu'on pouvait y trouver étaient un petit poêle à charbon qui s'était éteint pendant la nuit et un lavabo en métal surplombé d'un miroir ovale contourné d'une moulure de laiton.
L'artisan avait lui même façonné ces objets, ils étaient donc de très bonne manufacture.

Il se leva et avança vers le point d'eau en se grattant la tête, quel était donc ce rêve qu'il avait fait...
Il passa de l'eau sur son visage tout en se regardant dans le miroir, se débarbouilla et se rinça les narines comme le font les vikings puis réajusta ses tresses.

Malgré la confusion dans son esprit il réussit à se rappeler de certaines choses. Le visage de sa mère malade le hantait déjà depuis un certain temps mais ce n'est pas cela qui l'avait perturbé dans la nuit.
Quelque chose d'étrange s'était produit dans son rêve, il se remémora l'image d'un feu qui n'était pas celui de sa forge et une voix avait comme résonner dans sa tête.

Dans les propos de cette voix mystérieuse il était question d'une rencontre....et de chance dont il allait avoir besoin, cela n'avait aucun sens pour lui et il décida de ne plus y penser car il avait à faire.

Le forgeron sortit donc de ce qui lui servait de chambre et passa par son atelier pour atteindre la sortie. Sur son chemin il agrippa et passa autour de son épaule le sac qu'il avait préparé la veille afin de rejoindre son frère qui avait commencé à travailler quelques heures plus tôt au chantier naval.

En effet c'était la fin du mois d'août et nous approchions du festival viking de Karmoy, petit village au sud de Bergen.Les deux frères avaient donc été sollicités pour préparer l’événement.

Theudbald verrouilla la lourde porte de la forge et se mis en marche à travers les rues de la ville.
Sur le chemin il se remit à penser à ce rêve qu'il avait fait et se sentit submergé d'un sentiment de joie qui ne lui était pas familier.


La topaze est du Silicate d’aluminium avec du fluor
La topaze, autrefois appelée « pierre de joie » :  son rayonnement dissout les idées noires et combat les états dépressifs.
Les Indiens de l’Arizona l’appelaient aussi  « pierre du bonheur » car elle rendait les femmes amoureuses et fécondes.

Lorsqu'elle est nuancée de rose, elle agit puissamment sur le cœur. Elle propage une affection riche et complexe. C'est une pierre de grande passion amoureuse, très complète. Elle agit à la fois sur le cœur et l'esprit, elle stimule les facultés et la sensibilité sexuelle, toujours avec une grande tendresse.

http://www.deus-academia.com/t6092-theudbald-ysgramor-termine
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Bergen, capitale du comté de Hordaland [Norvège] - Jeu 12 Nov 2015 - 20:22
« J’ai un lié !!! »

A peine était-il entré dans la chambre qu’ils partageaient que Topaze s’était jetée dans les bras de Vinpap, un sourire joyeux sur les lèvres. Pris de court, l’homme s’était contenté de poser sur elle un regard incrédule dont elle se moqua gentiment en un rire cristallin, déposant un baiser léger sur ses lèvres avant de l’attirer avec elle vers le lit.

« Tu sais, je t’avais dit que je me sentais parfois un peu abattue sans trop savoir pourquoi ! Je crois que j’ai trouvé une explication ! »

« Un lien ? »

« Oui ! J’ai un protégé ! »


Et sur ces mots, elle l’avait serré vivement dans ses bras avant de se soustraire à son emprise d’un bond joyeux, le laissant au dépourvu, tandis qu’elle reprenait avec cet enthousiasme qui la caractérise.

« Je pars à sa rencontre dès ce soir ! »

« Ce soir ? Mais… »

« Plus vite je partirai, plus vite je saurai et plus vite je reviendrai ! »

« Oui mais… »



Un sourire tendre sur les lèvres, elle l’avait embrassé fougueusement, coupant court aux réflexions que l’homme s’apprêtait à lui faire.


Deux bonnes heures plus tard, elle quittait la chambre, un sac à dos sur l’épaule, Sweet voletant autour d’elle avec enthousiasme. Elle ne savait pas vraiment où elle devait aller, mais elle avait assez confiance en Deus pour savoir qu’elle n’aurait pas de mal à trouver celui à qui on venait de lier son destin.

En fait ça faisait bien une semaine qu’elle la ressentait, cette crainte indicible, cette tristesse morbide. Ces émotions étaient bien trop contradictoires avec son tempérament et son existence paisible pour ne pas lui mettre la puce à l’oreille. Mais c’était seulement ce matin qu’elle avait enfin réalisé. Au détour d’une conversation anodine, captée dans un couloir, elle avait acquis des informations sur deux élèves et dans la foulée une réponse à cette question qui la taraudait. Rien n’était sûr bien évidemment, mais… Elle en était tout de même convaincue. Lien permanent ou ponctuel ? Elle ne savait pas. Mais on la réclamait en bas, dans le monde des humains. Et elle n’avait guère hésité longtemps à répondre à l’appel.

Assise à bord du bateau de l’académie, Topaze observait l’eau, plongée dans ses réflexions. Qu’est ce qui pouvait bien provoquer la tristesse et l’inquiétude qu’elle ressentait par moments ? Qu’arrivait-il à son protégé ? Etait-ce un homme ? Une femme ? Un enfant ? Un adulte ? Une personne d’un certain âge ? Elle espérait qu’il soit digne de sa protection en tout cas. Même si elle souhaitait de tout son cœur protéger l’humanité, elle n’en était pas moins lucide pour autant. Il existait en ce monde des personnes dangereuses et rien ne garantissait qu’elle ne tomberait pas sur l’un d’entre eux. Que ferait-elle alors si c’était le cas ? Accepterait-elle ce lien ? Lui tournerait-elle le dos ? Essaierait-elle de sauver son âme ? Elle penchait vers cette dernière option. Elle ne s’inquiétait pas plus que ça pour elle-même étrangement. Ces derniers temps, elle avait acquis une confiance en elle qui n’était pas déplaisante. Son don grandissait, elle était on ne peut mieux armée, sous la protection de Sweet. Et puis… sa foi en Deus était grande. Si on l’avait choisi, c’est qu’elle pouvait faire quelque chose pour cet humain, quel qu’il soit.

Bientôt, le bateau aborda une mer plus réelle et un froid s’insinua dans l’air. Frissonnante dans sa petite robe de flanelle, elle se mit en quête du gilet qu’elle avait emporté dans son sac. Heureusement qu’elle était prévoyante. Mais elle n’avait pas pensé à emporter une paire de collants ou un pantalon. Qu’à cela ne tienne, elle s’agenouilla, recouvrant ses jambes de ses nombreux jupons, avant de jeter un œil au paysage. La mer était belle et calme et elle pouvait apercevoir la côte et une ville portuaire à l’architecture pittoresque jouxtée de reliefs montagneux. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle allait voir du pays visiblement.

Quand finalement le bateau amarra sur les quais, elle inspira un grand coup avant d’arracher ses jambes à la chaleur de ses jupons. Le temps de remercier le passeur, elle mettait pied à terre au milieu d’une foule grouillante, sous le regard étonné des passants. Pour les humains, le bateau n’existait pas. Mais après tout peut-être ne l’avait-il pas remarquée ? Etonnant, parce qu’elle ne manquait pas d’attirer l’œil.

En effet, sa robe, blanche et verte pastel, arrivait à peine jusqu’aux genoux, légèrement bouffante, et ses jambes étaient nues, les pieds ornés de simples ballerines compensées blanches. Le gilet, fin, ne la protégeait que piètrement du froid et laissait deviner que la robe n’était maintenue que par des bretelles, assez épaisses certes, mais tout de même des bretelles. Fort heureusement, la robe n’était que peu décolletée, mais sa gorge demeurait tout de même à la merci de la fraicheur de ce soir d’été. En revanche sa peau pâle et ses cheveux blonds ne détonnaient que peu avec la communauté locale et le collier à son cou, fine chaine d’argent, lui permettait de comprendre et parler n’importe quelle langue humaine.

Perplexe, la jeune femme s’avança dans la foule en dévisageant les passants, caressant d’un doigt distrait la petite mésange blanche nichée au creux de son cou, sur son épaule droite. A en juger par la physionomie des habitants et la température « estivale », elle gageait qu’elle se trouvait dans un pays du nord, pas le plus froid fort heureusement, mais à l’avenir il faudrait qu’elle prenne en compte cette éventualité. Elle ne pouvait pas toujours rester dans les pays à température modérée. Il n’y avait que dans les mauvais films que l’action se confinait aux grands pays de ce monde.

En tout cas, l’ambiance était à la fête. Des stands de toutes sortes proposaient nombre de victuailles et de boissons, tandis que d’autres exposaient fièrement leurs marchandises diverses et variées. Pourtant, tandis que Topaze évoluait dans cette masse grouillante, un sentiment inapproprié d’amertume ne cessait de grandir en son cœur. Quel que fut le problème de l’humain qu’on lui avait assigné, il gâchait clairement l’ambiance. Qu’est-ce qui pouvait donc être aussi important ? Important au point que parmi toute cette joyeuse volubilité demeure un sentiment aussi sombre ? A mesure qu’elle s’approchait, le cœur de Topaze se serrait, d’angoisse, de tristesse et, sentiment personnel cette fois, de pitié.

Et alors que ce sentiment semblait atteindre son apothéose, elle sentit sa tête devenir lourde, comme envahie par tout ce brouhaha. Un sentiment d’asphyxie la gagnait. Elle n’était pas à sa place dans tout ça, elle devait…elle devait…

Soudain. Tout alla très vite. Bousculée par un homme légèrement éméché mais qui devait bien faire deux fois son poids, Topaze perdit l’équilibre vers sa gauche, heurta un autre homme tandis qu’elle glissait irrémédiablement vers le sol et puis, brusquement, se sentit agrippée par le bras, avant que ses fesses n’aient atteint le sol qui les aurait certainement gelées. Levant un regard perdu, elle sentit son cœur faire un bond dans sa poitrine.

Lui ?

Lui.



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥ Présidente du Maid Café Club ♥

Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 27
♠ Petits messages : 10
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur https://instagram.com/metek_fat_dad/
Re: Bergen, capitale du comté de Hordaland [Norvège] - Dim 16 Oct 2016 - 22:21
<< Est-ce que ça va? >>

Le temps de rattraper la jeune fille d'instinct et de prononcer sa phrase
il c'était passé tout un tas de choses dans la tête de Theudbald et il ne put s’empêcher de la fixer d'un regard un peu perdu mais étrangement serein.

Qui était-elle ?
Pourquoi ressentait t'il des sentiments qui n'étaient pas les siens ?

Les questions, les mots ainsi que les pensées se bousculées dans la tête du forgeron.

Cela avait sans doute un rapport avec le rêve étrange qu'il avait fais pendant la nuit, mais malgré cela rien n'avait encore pris du sens dans son esprit.


La topaze est du Silicate d’aluminium avec du fluor
La topaze, autrefois appelée « pierre de joie » :  son rayonnement dissout les idées noires et combat les états dépressifs.
Les Indiens de l’Arizona l’appelaient aussi  « pierre du bonheur » car elle rendait les femmes amoureuses et fécondes.

Lorsqu'elle est nuancée de rose, elle agit puissamment sur le cœur. Elle propage une affection riche et complexe. C'est une pierre de grande passion amoureuse, très complète. Elle agit à la fois sur le cœur et l'esprit, elle stimule les facultés et la sensibilité sexuelle, toujours avec une grande tendresse.

http://www.deus-academia.com/t6092-theudbald-ysgramor-termine
Bergen, capitale du comté de Hordaland [Norvège]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La Comté
» Un jeune PRODIGE de la norvège de 10 ans
» Entrée et tableau de la capitale
» Nou mande la peine capitale pou mouche
» En Norvège, de la bière coule des robinets...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Hors de la ville :: Vers l'océan-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page