Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

La folie de deux êtres

Aller à la page : 1, 2  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
La folie de deux êtres - Sam 27 Juin 2015 - 12:57

Occupation sanglante


« Viens m'aider, tu veux bien? »


Il faisait nuit à ce moment même, alors que Blake marchait dans les banlieues avec le peu de discrétion qu'il essayait d'avoir lors de son.. occupation du moment. Il venait de finir une mission pour les renégats, et marchait tranquillement dans la banlieue, passant par des ruelles sombres pour pouvoir simplement raccourcir son temps de trajet jusqu'au véhicule qu'on lui avait mis à disposition pour pouvoir rejoindre la guilde noire, ou un simple hôtel, qui sait, pour passer la nuit. La mission avait été assez simple, si ce n'est le fait que sa cible n'arrêtait pas de fuir. Mais bon, Blake a fini par l'avoir et lui arracher la jugulaire.

Il s'arrêta de marcher lorsque, dans une ruelle, deux hommes armés de pied-de-biche l'entourèrent. Le regard rouge sang de Blake fixait celui en face de lui d'un air neutre. Celui en face de lui leva son pied-de-biche vers lui, lançant un rire alors que Blake poussa un simple soupir.

Sympa! Un idiot en costard s'est décidé à venir par ici! Tu dois avoir pas mal de tune dans tes poches! Vu ta dégaine, c'est pas la peine d'essayer de te le demander gentiment. C'est plus simple de te tabasser et de prendre l'argent ensuite!


La racaille face à lui leva son pied-de-biche, prêt à frapper alors que celui derrière Blake essayait déjà de rejoindre leur position. Blake leva simplement sa griffe au moment ou la racaille face à lui essayant de le frapper.

Pathétique.


...

Le "combat" s'était déroulé assez rapidement, Blake étant pile dans la position ou il était, droit, un peu de sang ayant atterri sur son visage, alors que les corps mutilés des deux racailles étaient face à lui. Il baissa son regard rouge sur les cadavres, penchant la tête de côté. Qu'est-ce qu'ils pensaient, à venir l'attaquer comme ça? Incroyable. Blake entendit des bruits de pas derrière lui. Il se retourna, juste pour voir ce qui était un des "amis" des deux corps mutilés, armé d'une matraque. Il semblait pas très content, vu qu'il lui a foncé dessus, donnant déjà un coup de matraque. Il ne savait pas se battre en tout cas, c'était donc facile à esquiver, Blake attrapa son bras armé pour donner un coup dans l'articulation de son coude, puis planter ses griffes dans le ventre de sa victime du moment, arrachant ses intestins tout en posant sa main sur la bouche de la racaille pour l'empêcher de produire un son un peu trop bruyant, puis le vit s'écrouler à terre, mourant doucement en se vidant de son sang...

Une nouvelle fois, il entendit des bruits de pas. Il soupira, se retournant.

Encore une racaille qui veut essayer de me... hm?


Même si son regard inexpressif ne le montrait pas, Blake était assez surpris. Devant lui se trouvait une jeune femme aux cheveux noirs, qui lui rappelait d'ailleurs quelque chose... Attendez, ne serait-ce pas Ealia, celle qu'il a croisé sur les toits de la Deus Académia? Blake ferma les yeux, poussant un soupir.

Bonsoir, Ealia. Que fais-tu ici? Sinon, aide-moi avec... ceux-la, veux-tu?


Il dit cela en montrant les trois cadavres qui gisaient à ses pieds. Il avait bien besoin de se débarrasser des corps, après tout. D'ailleurs il était fort improbable qu'ils ne soient que trois, en même temps... Blake se regarda ensuite, bon, il avait un peu de sang sur sa manche gauche et sur le visage, mais sinon, il a réussi à être plutôt propre. Enfin, sans parler du cadavre le plus récent qui a ses intestins qui lui sortent du ventre. Il releva ensuite son regard vers Ealia, espérant qu'elle ne lui causera pas de problèmes. Ce serait.. dommage.



© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: La folie de deux êtres - Mer 1 Juil 2015 - 23:24


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
___Tu sais, je me rappelle encore quand tu t’étais promise de ne plus jamais sortir de l’académie à cause d’une attaque de canidés qui s’était plutôt mal terminé. A ce moment-là, tu te disais qu’il valait mieux ne pas ressortir du havre de paix que t’offrait l’académie. C’était une bonne résolution ma foi ! Plus de trop gros problèmes, plus d’emmerdements avec de méchantes bêtes. J’aimais bien l’idée, même si elle voulait dire s’ennuyer à mourir la plupart du temps. Enfin, c’était ton choix, encore, donc bon. Je ne pouvais pas faire grand chose contre ça, seule Aleana le pouvait. Bien sûr.
___Mais bon, Aleana n’est plus. Toi-même, tu n’es plus réellement Ealia par moment, et la noirceur de ton coeur s’est intensifiée, pour se propager, partout, toujours un peu plus loin, plus profond. C’est pourquoi cette belle promesse, ce voeu émis par une jeune fille frèle et effrayée a volé de plus en plus souvent en éclat. Mais en même temps, non. Car, même si tu sortais, c’était souvent en douce, dans le monde des humains. Ces humains que tu observais, cachée par le voile de la divinité. Apprenant peu à peu à les comprendre, mais aussi à t’en dégoûter, à les haïr pour ce qu’ils accomplissent au quotidien.
___Me voici poétique.
___Pathétique.
___Cela ne me ressemble pas. Autant que toi, te promener dans les ruelles sombres d’une ville au hasard. Mais en même temps, cela ne m’étonne plus vraiment. Quand on veut se dégoûter de l’humain, il suffit de tomber dans les endroits propices à cela. La nuit, ou le soir, ou très tôt le matin, ou peu importe, vraiment, dans le territoire de prédilection des voyous en tout genre, ceux qui n’ont jamais reçu assez d’éducation pour être capable de faire un réel travail, ou ceux qui désirent arrondir leurs fins de mois de manière peu honnête. Et c’est bien grâce à cela que tu as pu sentir cette aura.
___Une bien mauvaise aura.
___Elle n’est pas loin, cette aura, profondément meurtrière. Tu l’as même sentie plusieurs fois, au loin, peu avant. Elle ne t’avait pas inquiétée, non. Sûrement un renégat qui passait par là, trop occuper à opérer ses méfaits pour prêter attention à ta presque très faible propre aura et faire un détour pour te voir. Mais par contre, toi, drapée de ce voile d’invisibilité effectif uniquement pour les humains, tu suis la trace, tel un chien de chasse, l’aura se trouve quelque part, tu peux la sentir, en toi, comme un sixième sens. Et ce que tu peux surtout percevoir, ce sont les bruits de bagarres, les cris et le bruit de choses métalliques qui tombent au sol.
___Mais ça, chhhhht, c’est moins cool.

___En tout cas, tu as suivi ces bruits, qui se sont rapidement tûs. Un combat qui s’est rapidement terminé, il faut croire. Tu aurais bien voulu voir ça, pour observer, pour te nourrir de la noirceur de la méchanceté, tel un vautour, perché en haut de sa branche, dans l’attente d’une opportunité pour se sustenter. Et olala, qu’elle est belle, cette occasion. Qu’elle est belle, putain.
___Quand tu arrives dans cette ruelle, sans te cacher le moins du monde, en trainant les pieds, vêtue d’un kimono court, coloré à outrances de fleurs de tout horizon, c’est un spectacle digne d’un film d’horreur qui se joue devant toi. Pas un, ni même deux cadavres, mais trois. Si frais qu’ils ne sentent même pas encore la mort, qu’aucune mouche ou larve n’a élu domicile en leur sein. Au milieu, le personnage principal ; le tueur. Il a déversé les tripes d’un des hommes sur le sol, et sur ses griffes. Ses griffes ? Mais c’est qu’il te dit quelque chose, celui-là. La silhouette se retourne. Oui, tu le connais. Tu recules un peu. Le professeur, le fou, le tueur. Celui qui t’avait offert le bandeau que tu portes désormais au poignet, après un rapide raccommodage. Oui, c’est lui, n’est-ce pas ? Mais comment, pourquoi, quand ?!

« Encore une racaille qui veut essayer de me... hm? »  


___Une racaille ? Il parle de quoi ? Ça commence à s’emmêler, beaucoup d’information pour ton équilibre de plus en plus fragile. Ton regard va et viens du tueur aux morts, de Blake aux racailles. Olalala.
___Olala.
___C’est peut-être pas le moment de sombrer. Pas ici. Non, Ealia, maintiens toi s’il te plait ! J’ai pas envie de la voir, elle va faire des dégâts. TU vas faire des dégâts. Allez, s’il te plait, quoi !

« Bonsoir, Ealia. Que fais-tu ici? Sinon, aide-moi avec... ceux-la, veux-tu? »



___Heeeenh. Ouais ok, c’est bon, j’insiste plus.
___C’est malin aussi de dire ça ! Allez j’abandonne, à quoi bon tenter de résister quand monsieur demande de jouer avec des cadavres qui pissent encore de sang ! Tu clignes des yeux, comme si tu bugais. Mais non, tu ne bug pas, tu attends de bien sombrer, de bien tomber tout au fond du trou et que tous les insectes remplissent ta tête. Ils me submergent, grouillent partout dans ta tête, autour de moi, jusqu’à en avoir au torse. Bon, j’apprends à faire avec hein, même si c’est pas vraiment la situation que je préfère là dedans. Tu fermes quelques secondes les yeux. Ok, on applique le filtre flippant avec les trucs qui coulent et les insectes sur les paupières s’il vous plaît, plus vite que ça, stupides insectes !
___Ahaha, le pire, c’est que vous l’êtes, donc c’est même pas une insulte.
___Bon, là, c’est moi qui deviens fou. Un peu de calme, voyons.
___Bien. Scène complètement sans queue ni tête, première prise. Action.

___Quand tu rouvres les yeux, le monde a changé. Te voici personnage principal, toi aussi. Les immeubles commencent à fondre, pour accorder avec les cadavres dégoulinant au sol. Te voici partie dans un trip dark fantasy, en fait. Blake devient soudainement plus grand, plus menaçant, plus noir encore. Il en devient une ombre, uniquement mue par le désir de nuire à autrui. Sa griffe luit au milieu des ténèbres, son regard le fait également, comme deux phares au milieu de la nuit. Des insectes se mettent à recouvrir le sol, le mur, toi-même. Tu peux les sentir grouiller partout sur toi, dans ton kimono, dans ta bouche, dans tes oreilles, dans ton nez. Ils s’appliquent à te corrompre dans ton entièreté, même à l’intérieur. Ils font comme un cocon, sur toi.
___Et ce cocon finit par se briser, un large sourire s’est alors dessiné sur ton visage. Tu as l’impression qu’il est si large que quelqu’un a découpé tes joues pour qu’il le soit encore plus. Tes pupilles se sont rétrécies à l'extrême. Et cela, même Blake peut le voir, tout comme le sourire. Des chuchotements s'introduisent dans ton crâne. Les cadavres, ils te parlent, leurs bras se lèvent vers toi.

« Joue avec nous, Kaithrynn, joue avec nous… »



___Qu’ils sont adorables, ces cadavres. Même s’ils ne sont pas très polis hein ! Regarde les, à se lamenter, on dirait de petits vers qui se tortillent.
___Même si en réalité, ils ne bougent pas, bien sûr. Tu t’approches, acceptant ainsi la proposition avec joie, mais sans dire un mot. L’excitation seule se fait ressentir, l’euphorie, même, de jouer avec ces si gentils hommes. Tes genoux rejoignent le sol pour arriver à la hauteur du premier cadavre murmurant. Il se tait enfin, quand tu arrives. Deus merci.

___Quittons un peu le n’importe quoi de ta tête. Parce que ça me donne mal à la mienne, j’ai déjà assez à supporter. De toute manière, on se doute tous très bien que c’est égal à « jdfsjgfskhfdpfjhs » et rien de plus. Tu t’es donc agenouillée, de manière erratique, comme une poupée mécanique défectueuse, sur l’homme mort le plus récent. Ses tripes en auraient dégoutés plus d’un, c’est certain. Ils t’auraient certainement fait vomir également, avant. Mais là, non. Cela représente plutôt un jeu super cool dans lequel tu peux faire des noeuds. Tu plonges tes doigts dans les intestins encore chauds de la victime pour les sortir et les étaler sur le sol.
___Voilà qui est… Mouais, intéressant. Ou pas, en fait. Non, c’est carrément l’inverse que tu dois faire. Tu fais quoi là ? Tu en arraches un long bout; ok, très bien. Puis tu l’enroules autour de ton crâne.
___Ok, c’est tout à fait crade. Je refuse de décrire ça ! Hey ! J’ai pas signé pour tes dégueulasseries !
___Ah non hein. Il a demandé de faire disparaitre le tout, pas d’en faire des accessoires de mode !
___Et non, c’est pas non plus une raison pour les manger. Stop je te dis. Oui, c’est ça, fait un bracelet, c’est sûrement plus intéressant … Et des peintures de guerre. Ok, tu t’amuses, c’est le principal.

___Bien, maintenant, soulève moi ce sale cadavre. Disons que tu vas… l’emmener chez toi voilà ! Allez, tire le, tu m’écoutes ? Oui Kaithrynn, le ramener dans la chambre pour l’accrocher au mur, c’est ça. Et pour ça, tu dois suivre Blake. Non, chut, ne dis rien. Oui, souris, juste, voilà, paaarfait. Voilà, tu es fort mignonne, avec tes bijoux tripes et tes peintures de guerre, oui. Tu le tiens bien, c’est bien. Allez, écoute tonton Blake maintenant.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La folie de deux êtres - Jeu 2 Juil 2015 - 9:45

Folie


« Let the madness begin »


Ealia semblait être perdue dans son propre monde- après tout c'est un peu comme cela que Blake la connaissait, Il restait donc silencieux en baissant son regard sur son poignet. Il pencha un peu la tête de côté en remarquant un bandeau rouge autour du dit poignet de la jeune apprentie. Ce bandeau lui disait quelque chose. Puis il se souvint, fermant les yeux lui-même en croisant les bras. Elle avait donc gardé ce fameux bandeau qu'il lui avait donné, il n'arrivait pas vraiment à y croire… Elle devait se dire que vu que c'est un cadeau autant le garder… voir même le porter. Ou bien elle aimait juste le bandeau. Bah qu'est-ce qu'il en sait après tout, il ne la connaissait pas aussi bien que ça.

Blake rouvrit les yeux et posa son regard rouge sang sur Ealia. Il l'observait silencieusement, regard inexpressif comme d'habitude, alors qu'il vit un énorme sourire apparaître sur son visage, et ses pupilles se rétrécir. Est-ce que la vue du sang a déclenché quelque chose chez elle? Il semblerait, mais Blake ne dit absolument rien, continuant de l'observer alors qu'elle s'était baissée pour s'agenouiller, dans des mouvements qui semblaient assez…. instables, disons. IL se tourna vers les deux autres cadavres et se baissa à son tour, retirant son costume- il ne voulait pas le salir de trop non plus- avant de plonger sa griffe dans leur chair… Les découpant. Il laissait Ealia vaguer à ses occupations, alors qu'il arrachait les membres des cadavres, un à un, avant de couper la gorge profondément  aux deux cadavres… pour avoir plus de facilitée à leur arracher la tête. Laissant les morceaux par terre, il se retourna vers une benne à ordures, l'ouvrant et attrapant quelques sacs poubelles au hasard, les vidant dans la dite benne, il posa ensuite les sacs près des morceaux de chair qu'il a au préalable découpé. Il plaça tous les membres ainsi que les deux têtes dans un sac poubelle, et plaça le reste du corps des deux cadavres dans deux autres sacs. Après cela, il soupira en se retournant vers Ealia. Il cligna simplement des yeux en voyant son espèce de bandeau ninja autour de la tête, et un bracelet fabriqué à partir des intestins du troisième cadavre…

…Sacré accessoires que t'as la.


Il haussa les épaules, après tout, il a bien vu la dernière fois qu'elle était un peu … instable, alors cela ne le surprenait pas plus que ça. Son regard se posa à nouveau sur le poignet de la jeune fille, alors qu'il prit les trois sacs poubelles qu'il venait de remplir pour les jeter dans la benne à ordures. Ces deux la, c'est fait, mais bon pour les troisième, il a déjà pissé un peu plus le sang que les autres, alors vaut mieux l'emmener ailleurs. Il aida Ealia à porter l'homme, attrapant au passage la veste de son costume.

Tu as gardé le bandeau que je t'ai offert, à ce que je vois. Bon, trouvons un autre endroit ou … mettre notre ami.


Il regarda autour, à l'autre bout de la ruelle. Personne. ils pouvaient passer par la, il marcha donc simplement dans cette direction accompagné d'Ealia. Quel était son domaine divin d'ailleurs? Il ne lui avait finalement jamais vraiment demandé... moins qu'il ne s'en souvienne pas. Cette question pourra attendre plus tard après tout. Mais ce qui intéréssait Blake, c'était le fait qu'Ealia ne semblait pas être dérangée par le fait de transporter des cadavres d'humains que ceux de l'autre académie sont censés "Protéger".
Le vengeur marchait simplement le long de la ruelle, arrivé au bout il regarda autour avant d'en sortir- personne dans les environs, il se dépêcha donc de passer dans la prochaine ruelle avec Ealia. Il posa son regard sur Ealia à nouuveau, se concentrant un peu. Bon apparemment elle est camouflée aux yeux des humains, donc si jamais ils se font repérés peut-être qu'ils ne verront pas les... accessoires particuliers de la jeune femme. Dans tous les cas, il devait se débarasser du corps et rejoindre le point de rendez-vous.... plus tard.




© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: La folie de deux êtres - Mer 22 Juil 2015 - 15:59


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
« …Sacré accessoires que t'as la. »


___Hey, hey, il se moque de toi, là. Mais si, écoute bien. La pointe de moquerie dans la voix, tu l’entends, non ? Celle teintée de perplexité, celle qui te juge pour tout ce que tu peux accomplir. Non ? Tu t’en fiches ? Oui, je comprends ça, tu te trouves un peu trop loin pour arriver à penser comme une personne normale. Bien sûr, oui, dans ton monde, les morts parlent, ils sont joueurs, leurs tripes se font remplacées par d’adorables couronnes de fleurs pourpres, car tout le monde sait qu’à l’intérieur des morts chantonnant il y a des fleurs, des papillons et des banderoles. Qu’est-ce que c’est joli sur toi, qu’est-ce que ça illumine ton teint, chez toi ! Regarde toi, comme tu es adorable.

« Ho Kaithrynn, qu’est-ce que mes intestins te vont bien ! Je tomber ais amoureux de toi, si tu n’étais pas si supérieure à moi que s’en est impossible ! Heureusement que je suis mort, sinon j’aurais été écrasé par ce style, cette mode incroyable ! »


___Il cause beaucoup, ce cadavre. Sa bouche se tord, se contorsionne pour en sortir les mots, traînants comme un rat dans la boue, euphoriques comme un vainqueur d’un grand concours. Cependant, tu ne l’écoutes pas, ce fan blafard, tu es concentrée sur l’oeuvre de la grande ombre, la faucheuse munie de son grand bras à la conscience propre. Quelle grande oeuvre, de découper des personnes ! C’est une si bonne idée. Comme cela, on peut les ramener à la maison et papoter encore plus souvent avec. Comme… John.
___Prénom acceptable. Pas le meilleur, mais on fera avec hein.
___Oui, voilà, John est une pipelette. Il faudrait lui coudre la bouche pour qu’il arrête de faire tes louanges. Pas facile tous les jours d’être l’idole des morts, hein, Ealia. Surtout quand on porte les fleurs de ses entrailles sur la tête.
___Mais c’est vrai que ça te va bien, si on regarde par tes yeux. Sinon, cette vue se révèle plutôt… Dégueulasse. Heureusement que tu es invisible, ma petite ! Je ne sais pas ce qu’il se serait passé, sinon. Tu rigoles à cette idée. Ouais non, c’est pas sensé être drôle non plus ! Désespérante. Voilà l’ombre aux yeux rouges qui vient à ton aide.

« Tu as gardé le bandeau que je t'ai offert, à ce que je vois. Bon, trouvons un autre endroit ou … mettre notre ami. »


___Le bandeau ? Ah oui, ce bandeau là. Oui, tu l’as gardé, c’est vrai. Une relique de l’Ombre ! Quoi de plus précieux ! Avec cela, tu es protégée de sa folie meurtrière, c’est certain, tu deviens comme une alliée dans ses méfaits, ou ses bienfaits. Au final, tu ne peux pas vraiment le savoir. Ils étaient méchants, ces gens, non ? Mais si.
___Tu t’en fiches je sais ! Mais Ealia elle, la vraie, celle qui s’apitoie tout le temps sur son sort, elle se pose ce genre de question.
___Bref, tant pis.
___Il porte aussi John. Il n’arrête pas de parler, ce mort ! Bon, les autres aussi, mais ils ne font que s’agiter mollement dans leur poubelle et leurs paroles viennent à toi trop étouffées pour que tu comprennes, les insectes dans ta tête n’aide pas. En plus de jouer avec les papillons qui sortent de son ventre. Tu pinces les lèvres, embêtée par tant de paroles. Pas que des compliments te dérangent vraiment, tu en as si peu droit, en temps normal, mais bon, côté discrétion… Tu t’efforces alors de parler. Pas si difficile, quand on représente en fait le recollage d’Aleana et d’Ealia, corrompu certes, mais au moins, il y a tout. Ta voix se fait entendre, peu forte, marquée d’une irritation étrange, mais qui reste tout à fait crédible. Même si bon, voilà, tu parles toujours seule, ou potentiellement à un cadavre tout à fait normal dans lequel tu as farfouillé.

« M’John… Tu fais trop de bruit… On va se faire remarquer…! Attention hein… Sinon ZIP je te couds la bouche et CRACK je t’arrache les mains pour que tu puisses plus jouer avec les papillons… »


___Un sourire angélique se dessine ensuite sur ta bouille autrefois innocente. Bien sûr que cette idée te réjouit ! Après tout, John s’en fiche lui, il sera quand même content au final. D’ailleurs, il te regarde avec sa face déformée par la mort et te sourit. Il a perdu des dents, sa putréfaction se fait plus rapide, dans ton esprit. Sa peau se désintègre déjà, elle tombe en lambeaux, lentement, la pourriture fait apparaître les muscles, les os, les tendons. Tu as un côté adorable, quand même, quand tu dis ça. Ouais, adorable... Ou pas.

« Bien sûr, ô grande Kaithrynn, je serais muet comme un mort… Un mort… Hahaha... »


___Son rire retentit encore quelques secondes alors que vous traversez simplement les ruelles. L’Ombre a-t-elle son camouflage ? Il vaudrait mieux quand même. Demande lui. Allez ! Si, c’est important. Non, ce n’est pas parce qu’il s’agit d’une Ombre maléfique que seuls les élus peuvent la voir, et puis arrête un peu, tu n’es pas élue, tu es juste… Conne ? Ou folle, ou les deux. Oui je t’insulte, et alors ! Dans ton état, je pense que rien ne peut changer. Et je suis intouchable. Je suis même supérieur à toi, petite.
___Je n’ai pas envie de me disputer avec toi, là, maintenant. Vous devez cacher John je vous signale. Alors réfléchis, au lieu de te battre avec moi. Voilà, fais un petit coucou aux araignées qui rampent sur les murs. Les énormes araignées qui font probablement ta taille, mais qui sont si gentilles en vrai.

« Ombre, tu dois… Tu dois rester invisible pour les personnes communes ! Elles ne méritent pas ta vue, et puis… On sera.. Discret, hein ? Ahahah.. Oui… Discret, comme la maladie, ou la mort ! Ou des trucs comme ça, non ? Hihihihi… Allez, invisible, et… John va aller… Tu veux aller où John ? »


___Comme si il allait te répondre…

« Je veux rester avec toi Kaithrynn ! »


___Ah oui, j’oubliais.

« Non ! Tu dois partir, je peux pas te ramener… Ou si ? Ou non ? Ombre, dans ma chambre, on peut ? Hein, hein, hein ? C’est le souhait de John ! Hihihi… »


___C’est trop d’enthousiasme pour un souhait pareil. Abandonne, ce n’est PAS une chose envisageable. Comment tu pourrais transporter un cadavre sans que personne ne te voit, hein ? C’est pas logique, ma pauvre. Allez quoi. Pourquoi tu racontes des conneries pareilles. Et arrête de sourire comme une enfant qui demande un poney à ses parents !
___Il va te dire non, tu le sais très bien. Il va rire, et te dire que tu es irréaliste. Remarque, oui, tu l’es, parce qu’entre ce que tu vois et la pauvre réalité qui se présente, il y a un gouffre, je te raconte pas.
___Je préfère Ealia, moi. C’est bien pour ça qu’elle est l’âme principale. Pas ce… truc que tu es, actuellement.
___Hum ? Non, j’ai rien dit.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La folie de deux êtres - Mer 22 Juil 2015 - 21:24

Bloody Mess


« Camouflé et invisible. »


Ealia semblait être ailleurs, littéralement. Le regard de Blake se posa sur elle lorsqu'elle se mit à parler... semblant s'adresser.. au cadavre qu'ils transportaient. Blake ne fit aucun commentaire, l'observant simplement un instant alors qu'ils continuaient de marcher à travers les ruelles. Le sourire qu'elle arborait était quelque chose de bien nouveau pour Blake- oui, il semblerait qu'elle soit plongée dans la folie en ce moment. En même temps qui en aurait douté, vu qu'elle est en train de porter des intestins comme des accessoires? Enfin bon. Blake déplaça son regard pour regarder à nouveau droit devant eux. Cherchant une autre benne à ordures vide ou un autre endroit ou il pourrait balancer-enfin, cacher- le corps.

Ealia sembla ensuite s'adresser à lieu, vu que son regard s'était posé sur le vengeur pourpre (harhar) lorsqu'elle recommença à parler.

« Ombre, tu dois… Tu dois rester invisible pour les personnes communes ! Elles ne méritent pas ta vue, et puis… On sera.. Discret, hein ? Ahahah.. Oui… Discret, comme la maladie, ou la mort ! Ou des trucs comme ça, non ? Hihihihi… Allez, invisible, et… John va aller… Tu veux aller où John ? »


Ombre...? elle devait être en train de voir quelque chose de complétement différent avec ses yeux... Elle était vraiment ailleurs, c'est le cas de le dire. Blake hocha simplement la tête alors que son regard se reposa sur la route droit devant.

Je le suis, et j'ai également un camouflage- ceux capables de me voir ne voient pas à quoi ressemble vraiment mon bras gauche. Pour eux, c'est un bras humain tout à fais normal.... j'imagine que ceux la arrivaient à me voir... surprenant. De toute façon, on a beau être invisibles, si quelqu'un nous voit.. enfin si quelqu'un voit notre ami juste ici, ils vont se demander pourquoi un cadavre avec les intestins à l'air est en train de bouger par lui-même, comme si il était transporté... Ou ils vont juste hurler " Zombie!"


Il haussa les épaules en poussant un soupir à la fin de sa phrase. Ce serait bien possible que les gens prennent des centaines de photos du cadavre " Ambulant" et aillent dire que c'est le début de l'apocalypse zombie. Dans tous les cas Ealia et lui-même devaient encore être prudents. Ils finirent par tomber sur une autre benne à ordure, Blake posa son regard sur Ealia alors qu'elle recommençait à parler avec le cadavre.... puis avec le renégat... ramener le cadavre chez elle? Qui sait, elle se fera peut-être bannir de l'académie après tout, et ensuite les renégats pourraient la recruter.. Ou bien ils pourraient décider de faire autre chose. C'était risqué. Blake secoua la tête en prenant " John" avec lui, le rapprochant de la benne à ordures, l'ouvrant... pleine. Pas moyen de le cacher la-dedans.

Blake ferma la benne à ordures, soupirant alors qu'il entendit des bruits de pas s'approcher. Merveilleux. Blake se mit dos contre le mur, alors qu'une femme à talons hauts passa devant la ruelle.. puis recula, tournant la tête vers le cadavre à terre. Elle était sur le point de hurler. Blake l'attrapa avec son bras droit, plaquant sa main sur sa bouche pour l'empêcher de hurler, alors qu'elle se débattait contre une force invisible à ses yeux. Il lui brisa la nuque, sa tête dans une position assez improbable, et laissa le cadavre de celle-ci tomber à terre. Blake soupira.

C'est pas mon jour... Ou je vais les cacher...


Blake se pencha un peu pour regarder dans les alentours, cherchant du regard un endroit ou ils pourraient cacher ces deux-la. Bingo... Une boîte en carton assez grande, du scotch, et il pourrait vider les sacs poubelles de tout à l'heure pour que le sang ne passe pas forcément. Il attrapa ça, rassembla les deux cadavres.. et commença à découper leurs membres, il devait essayer de gagner autant de place que possible.

Ealia, si tu veux bien vider un ou deux sacs poubelles dans la benne et me les passer... Ce serait une bonne aide... "John" et son amie vont passer du temps ensemble.




© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: La folie de deux êtres - Sam 12 Sep 2015 - 16:35


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
« Je le suis, et j'ai également un camouflage- ceux capables de me voir ne voient pas à quoi ressemble vraiment mon bras gauche. Pour eux, c'est un bras humain tout à fais normal.... j'imagine que ceux la arrivaient à me voir... surprenant. De toute façon, on a beau être invisibles, si quelqu'un nous voit.. enfin si quelqu'un voit notre ami juste ici, ils vont se demander pourquoi un cadavre avec les intestins à l'air est en train de bouger par lui-même, comme si il était transporté... Ou ils vont juste hurler " Zombie!" »


___Tu te mets à rire bêtement. L’image de personne effrayée comme tout fuyant tout en hurlant au zombie semble quelque chose plutôt agréable pour toi. Il ne semble pas vouloir faire de commentaire sur ton idée de ramener ce sympathique John chez toi.
___Au moins, il est assez réfléchi pour trouver que c’est une mauvaise idée.
___Puis, sérieux quoi.
___Ce sera cramé avant même que vous n’arriviez à destination.

___Vous continuez donc dans ce paradis infernal, jonché d’insectes et d’ombres mouvantes, des cadavres dansant entre vos doigts et chantonnant un hymne en l’honneur de leur bienveillante déesse Kaithrynn.
___Je me demande si c’est toi qui es affreusement narcissique ou si c’est juste le thème de tes délires d’aujourd’hui.
___En tout cas faut vraiment que tu consultes.
___Ahahah.
___Ok, j’arrête.
___L’Ombre ouvre une boîte vers le néant profond, mais on dirait bien que ce néant contient déjà trop de cadavres ! Quel dommage. Il la referme donc, l’air mécontent. Toi, tu tapotes avec compassion le corps en tortillant une légère moue.

« On va te trouver une maison, John, t’inquiète pas. »


___Votre voyage se prolonge. Puis s’écrase tout à coup contre un mur. Que se passe-t-il donc ? Pourquoi ainsi se cacher alors qu’il est impossible d’être visible, ici ? Tu regardes autour de toi. Tu le vois soudainement, ce gros cafard dressé sur ses pattes arrières. Il se promène tranquillement, ses pas font des cliquetis désagréables. Il vous regarde, il a l’air choqué.
___Et il aurait sûrement crié si l’Ombre, ton alliée, ne lui avait pas tordu la tête dans un angle bizarre. Tu rigoles comme une enfant. C’était vachement marrant, ouais, c’est ça.
Le cadavre tombe. Et puis, surprise ! Que vois-tu ! Subterfuge ! Le cafard était une dame déguisée ! Elle se met à te sourire.

« Je voulais t’approcher discrètement, belle enfant ! »


___Quelle discrétion c’est sûr.
___En tout cas, voilà que vous avez deux cadavres sur les bras. Tu agites les doigts pour lui faire un petit coucou. John te rejoint. On dirait deux imbéciles.

« C'est pas mon jour... Ou je vais les cacher… »


___C’est vrai que là, c’est pas son jour. Tu t’accroupis pour serrer la main de Bernadette avec joie.

« Enchantée Bernadette, voici John ! »


___Allez boire du thé aussi, au milieu de la route, comme ça, vous ferez bien connaissance. N’est-ce pas une SUPERBE idée ? J’ai envie de me frapper la tête contre un mur, là, tout de suite. Tu t’écartes finalement en voyant ton alliée meurtrière rassembler les deux nouveaux amis qui se mettent à chanter joyeusement en agitant leurs membres désarticulés. Quel beau spectacle.
___En tout cas plus beau qu’un homme découpant des corps. Détourne les yeux. Détourne les yeux. Détourne les yeux j’ai dit ! Rah, tu m’obliges à regarder cette chose immonde juste parce que John s’amuse à dire qu’il va être super souple maintenant, ahahahah.
___Non, ça me dégoûte toujours !

« Ealia, si tu veux bien vider un ou deux sacs poubelles dans la benne et me les passer... Ce serait une bonne aide... "John" et son amie vont passer du temps ensemble. »


« C’est Bernadette. Et ils sont très contents hihi ! N’écoute pas les blagues de John, il est bête. »


___Oui, qu’il est bête, ce CADAVRE.
___Bon, je perds patience, moi. Mais au moins, tu as quelque chose à faire. Jouer à la videuse d’ordure pendant quelques secondes, ce qui ne te fait pas broncher une seule seconde. Qu’est-ce qu’on s’amuse, à balancer des insectes grouillant dans le néant et à les regarder se désintégrer petit à petit. Très amusant, oui.
___Tu ramènes les sacs poubelles à ton grand ami et, pour t’occuper, tu saisis le bras de John, ou Bernadette, ou on ne saura jamais qui après tout, et joue au pirate. Ou plutôt, tu pokes la joue de la tête de Bernadette, non sans un amusement tellement sincère qu’il en devient ridicule.
___Non John, c’est pas drôle, John.
___Mon dieu, voilà que je parle à des cadavres.
___Il faut vraiment qu’on rentre nous. Ou que tu cesses de dire, faire et surtout voir des conneries. J’ai vu tellement de sang et d’insectes que je sens que je pourrais en chier demain matin ! Et quoi ! Oui je suis vulgaire.
___Mais moi, au moins, je ne tapote pas la joue de cadavre avec le doigt d’un autre cadavre. Ahah ! Tu vois. Je suis mieux que toi. De toute façon, cela en a toujours été ainsi.

___Après, ma foi, un trop long moment d’amusement à mon goût, tu décides d’aider la chère Ombre et de placer les morceaux de corps dans les sacs poubelles. Ton kimono, tes mains et même ton visage entier est couvert de sang. Mais ça ne te dérange pas trop. Tu têtes même tes doigts entre deux morceaux de corps. Le goût métallique du sang est si agréable, penses-tu. On pourrait en boire des litres, penses-tu.
___On verra ce que tu en penses quand tu seras redevenue toi-même, hein.
___Tu es quand même vachement inoffensive, quand on y pense.
___Enfin, on va dire ça comme ça.
___Entre temps, tu en profites pour retirer de la bouillie un os, un de la main de John. ( Il t’a dit de le prendre en souvenir, tu n’allais pas refuser, quoi. ) et, une fois la besogne terminée, tu as remis tout correctement à sa place pour que cela ai presque l’air normal.
___Bon, pour toi, c’est une oeuvre d’art, une boite d’or noir dans un néant rougeoyant, mais peu importe, c’est la réalité qui compte.
___En tout cas, la réalité demande que tu ranges cet os encore maculé de chair avant que quelqu’un d’autre ne passe et ne voit un os volant. Et personnellement, je n’ai pas envie de revoir un mort aujourd’hui.
___J’ai envie de gerber, moi, ok ?

« Au revoir John, au revoir Bernadette. Prenez soin de vos bouts ! Buhuhu. »


___Ahahah, qu’est-ce qu’on se marre.



CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La folie de deux êtres - Dim 13 Sep 2015 - 23:56

Box Ready for Delivery


« Full of blood and meat. and bones. And stuff. »


Le regard de Blake était tombé sur Ealia au moment ou elle s'était baissée pour  serrer la main du nouveau cadavre.. " Bernadette." Son esprit semble rapidement trouver des noms pour les fragments de son imagination. Ce nouveau cadavre n'allait sûrement pas aider sa crise de folie. Et le rire juste avant que la femme ne heurte le sol... Ealia, couverte de sang, d'ailleurs, semblait vraiment apprécier le spectacle... Elle l'avait appelé " Ombre" juste avant non? Blake se demandait tout de même qu'est-ce qu'elle voyait autour d'elle.

Enfin, ce n'est pas important. Ealia a accepté, avec une sorte de joie, d'aller vider deux sacs poubelles dans la benne à ordures. Blake lui hocha simplement la tête, se retroussant les manches en soupirant. Il n'avait pas vraiment de lame, alors encore une fois, il se servit de son bras gauche pour découper, voir arracher les membres des deux cadavres. Décapiter les corps,  découper le tronc en plusieurs parties... Ealia était revenue assez rapidement, avec les deux sacs que Blake avait demandé. Il les prit et les mit de côté se dépêchant de découper les corps. Le sang giclait, et il y aurait une  belle flaque de sang pile à cet endroit, mais  il fallait au moins cacher le corps- Le sang, on verra après.

Merci.


Blake baissa le regard pour retourner à son découpage, avant de voir Ealia, du coin de l'oeil, ramasser un bras et... jouer avec. Il releva le regard,  lâchant un léger soupir en la voyant utiliser le bras pour tapoter du doigt du bras la joue d'un des cadavres... Blake ne dit rien, elle était déjà en plein dedans, il baissa la tête de nouveau, découpant simplement ce qu'il reste, et il commença à placer les morceaux de corps dans les sacs poubelles, espérant juste que la boîte aura assez de place pour accueillir les deux sacs. Ealia finit par arrêter de jouer avec les morceaux et aida le vengeur pourpre à mettre tout ça dans les sacs.

Tant mieux, ils avaient fini plus rapidement. Blake avait tourné le dos à Ealia pendant un instant, plaçant un des sacs dans la boîte en carton.. Oui il y a assez de place.  Il se retourna ensuite, pour voir Ealia ranger un doigt... Elle va le garder? Blake n'y pensa pas trop- prenant l'autre sac et  le mettant dans la boîte, attrapant le scotch pour bien refermer la boîte- Il espérait juste que ces deux-la ne commenceront pas à décomposer avant qu'il n'ait quitté les lieux.

Il soupira, une nouvelle fois, avant d'entendre Ealia..

« Au revoir John, au revoir Bernadette. Prenez soin de vos bouts ! Buhuhu. »


Il se retourna, passant par-dessus la flaque de sang, regardant autour...

Il faut juste qu'on nettoie tout ce sang par terre.. ou le dissimule.


A ses mots, Il se replaça à la fin de la ruelle, regardant à gauche, à droite: Il ne vit rien de bien utile, juste une autre boîte en carton, plus petite que celle d'avant. Bon, ça fera l'affaire.

Il l'attrapa et déchira un peu la boâte- Ahem, la boîte-  pour  la poser, en largeur, sur le sang par terre. Le carton épongeait un peu le sang.. mais bon, ça cachera la flaque durant la nuit. Il se releva et posa son regard sur la jeune fille, couverte de sang. Son regard tomba ensuite sur sa propre chemise- Rouge au lieu de blanc. Au moins, il avait prit le soin de retirer sa veste avant de commencer à découper... " John et Bernadette".


... Va falloir qu'on se lave, nous aussi. Se laver du sang à une fontaine quelconque serait risqué, par contre... Bon, au moins on est invisibles- essayons d'éviter les regards tout de même, il pourrait y en avoir un ou deux qui pourront nous voir. Allez.


Il fit signe à Ealia- Dernier objectif, c'était de trouver un point d'eau discret ou ils pourraient se laver un peu du sang sur eux et leurs vêtements.



© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: La folie de deux êtres - Jeu 24 Sep 2015 - 18:35


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
___Ealia, non, ce n’est pas une piscine de sang. Mais une flaque. Alors ne t’avises même pas de sauter dedans. Non, sérieusement, vire toi ça de la tête, c’est une mauvaise idée. Voilà, tu recules gentiment pendant que l’Ombre, ce grand Esprit du monde réfléchit à quoi faire de cette flaque. Flaque.

« Il faut juste qu'on nettoie tout ce sang par terre.. ou le dissimule. »


___Voilà qui me semble une bonne idée. Tu hoches simplement la tête, celle-ci est ailleurs. Vrai que cela fait désormais un moment que tu délires complètement. Je crois que ça va commencer à un peu se stabiliser. Tu vas peut-être arrêter de trop halluciner petit à petit, maintenant qu’il n’y a plus de tripes à l’air, de cadavres et de choses dégoutantes. D’autant plus que ton cher ami professeur - Un professeur, vraiment ? Je commence à en douter franchement. - a essayé tant bien que mal d’essuyer le sang avec un morceau de carton. De tout manière, je ne pense pas qu’on vous retrouvera un jour. Enfin, ce serait surtout pour l’Académie. Manquerait plus qu’elle apprenne ce qui s’est passé. Et tu ne veux pas être renvoyée, non, tu ne veux pas.
___Ça voudrait dire errer on ne sait où pour l’éternité. Ou tomber dans des choses pas nettes.
___Remarque, pour ça, c’est déjà fait.

___Ses yeux se posent sur toi, sur tes cheveux poisseux à cause de tes ornements, que tu as pris la peine d’enfermer dans la boîte, parce qu’il faut pas déconner, et sur le reste de ton corps globalement dans un état lamentable. On pourrait te prendre pour une méchante de film d’horreur. Mais si, tu vois de quoi je parle. Tu lui fais un petit coucou tout innocent, pour bien contraster avec l’horreur de la situation.

« ... Va falloir qu'on se lave, nous aussi. Se laver du sang à une fontaine quelconque serait risqué, par contre... Bon, au moins on est invisibles- essayons d'éviter les regards tout de même, il pourrait y en avoir un ou deux qui pourront nous voir. Allez. »


___Vous voir ? Comment ça, vous voir ? Impossible ça ! Votre camouflage ne peut pas être percé par des humains, quelle idée. Ou par des apprentis dieux en mission ? Peut-être oui. C’est sûrement de cela qu’il voulait parler.
___Quant au lavage, tu n’aimes pas trop cette idée. Enfin, moi, j’aime pas ça. Toi, tu commences à avoir des flashs de réalité qui pointent et des tics nerveux qui te font pencher la tête et la redresser aussitôt. Tes yeux recommencent à se figer dans la neutralité, mais ton grand sourire de gamine trop trop contente reste bel et bien présent. Voilà encore un contraste intéressant, un regard mort avec un sourire plus que vivant, carnassier même.
___Je ne sais même plus si je parle à cette « Kaithrynn » ou à toi, Ealia. C’est un peu flou, même pour moi qui suis à l’intérieur de tout cela.

___Mais, oui, la fontaine ! On en a vu une, en se baladant, tu te rappelles ? Sur une petite place médiévale, là où les voitures ne peuvent pas passer, et la où peu de personnes se retrouvent. Des maisons pleines de vieux en fin de vie et de chats errants. Ça doit faire l’affaire, sans doute. Mais faudrait, pour cela, que tu parviennes à voir la réalité. Tu y es presque, je le sais ! Les contours des maisons se vident du sang qui les tapissaient, les insectes rentrent sous ton kimono. Seules les ombres demeurent, les chuchotements, les cris lointains et les distorsions de l’espace. Comme si on mélangeait un point fixe. Tu hoches doucement la tête entre deux tics. Une main vient mettre deux trois coups sur ta tempe, comme pour remettre les choses en place, sans grand succès tandis que l’autre saisit l’Ombre aux grands yeux rouges pour l’emmener à travers les petites et grandes rues, les avenues et les boulevards, en travers de la ville, dans un silence tout particulier. Sans perdre l’objectif de rester dans l’ombre, chose que tu as au moins comprise, vous parcourez le chemin plutôt long en évitant tout contact avec les mortels. Tu ne les regardes pas, ils ne te regardent pas. Ils ne voient pas le sang sur ton visage, ni la masse de ténèbres de l’Ombre qui, comme quoi, se fond très bien dans son élément.
___Côté mentalité, on dirait que ça stagne. Comme une grosse gueule de bois, tu ne marches pas très droit, tu dois te retenir au mur à quelques reprises. Cela t’oblige à cesser de te frapper la tempe du bout des doigts pendant plusieurs secondes, avant de recommencer une fois ton équilibre revenu. Tes yeux te jouent des tours. Les buildings penchent, le sol se tache de noir. Les chuchotements te donnent mal au crâne comme la vodka de la veille.
___Une bonne grosse cuite, ouais. Sanglante même.

___Mais enfin, vous arrivez sans accros, c’est le principal ! La place est malheureusement peuplée d’un couple de vieux assis sur un des deux bancs présents autour de la fontaine austère et négligée. Mais au moins, de l’eau en coule et elle est plus ou moins claire. Tu regardes à gauche et à droite. Queques pigeons squattent le rebord, mais c’est plutôt les vieux qui posent problème. Ou pas ? Je ne peux même pas dire si l’eau va se colorer de rouge quand vous allez vous laver.
___Bah, au pire, ça fera comme un miracle de dieu ! Tu te mets à rire, ton sourire ne s’est pas évaporé, pas encore.

« Là ! Là ! Et comme ça, les vieux… Buhuhu… Ils penseront que c’est un miracle ! Rigolo… Hihihi ! »  


___Oui oui, c’est bien c’est bien. Tu lui lâches la main et trottines joyeusement vers la source d’eau, avec les bras positionnés comme les ailes d’un avion. Tu effectues quelques virages. Les pigeons ressentent ta présence et s’envolent tandis que tu grimpes sur le rebord, ton équilibre réussit à te maintenir debout. Parfait.
___Tu parviens à te retourner pour t’exclamer :

« J’ai gagné la course ! »


___On dirait une enfant.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La folie de deux êtres - Ven 25 Sep 2015 - 18:09

Fountain


« Miracle? Maybe »


Ealia semblait avoir des tics nerveux lorsque Blake parla de se laver de tout ce sang. Il croisa simplement les bras un instant en l'observant. C'est peut-être par la noyade qu'elle est morte? Son regard de poisson mort avec ce sourire de gamine heureuse était... étrange? Il ne saurait quoi en dire. Un humain sans quoi que ce soit de spécial serait probablement effrayé par ce genre de regard de la part d'une jeune fille, couverte de sang, en plus. Mais Blake restait le visage neutre. Le renégat laissa tomber ses bras le long de son corps, soupirant, pas la peine de se poser des questions.

Blake releva le regard en la voyant s'approcher... et lui attraper la main. Le vengeur pourpre l'observa un instant, avant de simplement suivre le mouvement, la laissant le trainer peu importe ou elle voulait qu'ils aillent. Blake se disait que c'était probablement un endroit ou ils pourraient se laver... Dans tous les cas ils s'enfonçaient un peu plus dans les endroits peu visités de la ville. Ils restaient dans les ombres, alors qu'Ealia titubait en marchant. En même temps, elle se donnait des coups- de petits coups, mais des coups quand même. Et à avoir été dans un état de folie plutôt longtemps a dû lui donner un peu mal au crâne. Blake restait silencieux pendant qu'ils marchaient, son regard tombant sur la main autour de la sienne, intrigué. Son regard se releva vers Ealia, qui restait elle aussi silencieuse durant tout le trajet. IL se retint de lâcher un petit rire. Il avait l'impression d'être le père de cette fille. Bordel, Il se sentait vieux alors qu'il n'avait pas encore atteint la trentaine.

Et question folie, nous aurions pu dire " Tel père, Tel fille" en restant dans le délire du Papounet au bras de démon fou et à la fille fofolle- sauf qu'Ealia semble avoir une folie plus importante que Blake, alors... cela ne compte probablement pas. Même si, il fallait l'avouer, Blake n'avait pas encore usé de son pouvoir en exagération- il ne le savait pas exactement...

Ils étaient enfin arrivés à destination, Blake regarda autour, l'endroit étant vide et juste quelques pigeons se trouvant dans les parages. Enfin, ceux-la, et les personnes âgées assises à une fontaine... Tiens, une fontaine? Semblant bien vieille également. Bon, l'endroit est peu visité, ces vieux vont soit croire à un miracle religieux ou bien vont se dire qu'ils sont séniles d'eux-mêmes.. Autant se laver dans cette fontaine- du côté opposé aux vieux, bien évidemment.

« Là ! Là ! Et comme ça, les vieux… Buhuhu… Ils penseront que c’est un miracle ! Rigolo… Hihihi ! »


Le regard se posa sur Ealia, qui sautillait dans tous les sens, avant de lâcher la main du renégat et courir en direction de la fontaine... comme une gamine, les bras penchés comme pour simuler un oiseau ou un avion. Blake l'observa silencieusement, penchant la tête de côté. Elle sauta sur le bord de la fontaine, regardant Blake avant de s'exclamer.

« J’ai gagné la course ! »


Blake lâcha un soupir, et marcha dans sa direction, regardant le vieux couple en train de discuter, alors qu'ils ignoraient leur présence.

Oui, il semblerait. Allez, on va de l'autre côté de la fontaine, laissons ceux la papoter, et on va se débarrasser de tout ce sang...


Il lui fit signe, marchant à côté du rebord, réfléchissant un instant avant de lui attraper la main, la laissant garder l'équilibre sur le rebord alors qu'elle marchait dessus. Arrivé plus loin de la fontaine, il grimpa à son tour sur le rebord, regardant l'eau, plutôt claire, face à lui. Son regard se reposa sur la jeune apprentie-déesse désormais juste à côté de lui, juste avant qu'il ne se baisse et commence à se rincer du sang.

Allez Eli, Éclabousse toi un peu. Cette eau devrait déjà être pas mal pour nous laver.


"Eli..." Il lui donnait des surnoms maintenant. Il semblait s'attacher à cette petite, le renégat.



© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: La folie de deux êtres - Lun 28 Sep 2015 - 18:02


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
___Et lui, on dirait ton père fatigué qui supporte son enfant de six ans depuis toute l’après midi et qui n’a envie que d’une chose, rentrer chez lui regarder le foot à la télévision. Moi aussi, je suis fatigué, aussi. C’est pas facile, d’être dans ta tête remplie d’insectes grouillants et surtout tout à fait dégueulasses. Heureusement qu’ils commencent à repartir au plus profond des ténèbres derrière moi, loin de mon espace de lumière exigu, à l’avant de ton esprit. La où le calme est au beau fixe, là où on peut réfléchir correctement et construire des choses cohérentes. Du bon côté du grand gouffre que ta maladie - et ensuite tes traitements - ont créé.
___Oui, soit, je n’en parlerai pas.
___Ça ne me plaît pas non plus de toute manière. Heureusement, il y a de moins en moins d’insectes pour faire un pont. Tout va s’arranger, tu vas voir. Tu vas revenir Ealia, tu vas revoir le jour sous la masse noire qui a proliférer pendant cette journée.
___Indemne, je l’espère en tout cas.

« Oui, il semblerait. Allez, on va de l'autre côté de la fontaine, laissons ceux la papoter, et on va se débarrasser de tout ce sang… »


___Quelques secondes sont demandées pour que l’information arrive à être déchiffrée, à travers ce mal de crâne et ce détachement qui t’envahissent depuis le trajet tout entier. Tu hoches doucement la tête. Puis sa main rejoint la tienne pour faire en sorte que tu ne prennes pas un bain inopiné. Cela te rassure, cela me rassure surtout, qu’il commence à faire attention à toi. Qu’enfin quelqu’un ne veuille pas juste te fuir ou que tu disparaisses le plus rapidement possible.
___Pour une fois, moi aussi, je souris.
___Vous faites le tour de la fontaine. Même si cela ne changera que peu de choses au final, ce n’est effectivement pas une mauvaise idée. Vos mains se séparent, il grimpe pour se nettoyer après une courte contemplation de l’eau claire. Celle-ci commence à s’assombrir petit à petit, à se corrompre du sang d’innocents, et de moins innocents. Tu bloques quelques secondes sur la propagation des ténèbres dans la clarté, avec un curieux air de déjà-vu. Tu en viens même à cesser de frapper doucement ta tempe.
___Enfin ! On dirait que ça t’apaise. Tant mieux.

« Allez Eli, Éclabousse toi un peu. Cette eau devrait déjà être pas mal pour nous laver. »


___Ahah. Ahahahahahah.
___Eli ?
___Ealia ! Un surnom ! Je m’étouffe ! Je ris ! De joie ! De moquerie ! C’est la première fois qu’on t’en donne un qui ne soit pas un sobriquet ridicule ! Sonnez l’alerte, hissez les drapeaux, buvez à l’honneur de ce jour saint où quelqu’un semble t’apprécie assez en temps que personne pour te donner un surnom affectif !
___Youpi ! Youpi !
___Oui, oui, bon, je me calme. Mais vraiment. Je suis heureux. Et toi, tu t’en rends compte aussi. Ça t’aide, ça t’aide beaucoup. Ton mauvais sourire s’adoucit, un peu, lentement, jusqu’à disparaître pour retrouver une neutralité banale, celle de la vraie Ealia. Cependant, il me semble avoir vu un sourire heureux, juste avant que celui-ci ne disparaisse complètement.
___Un geste qui donne de l’espoir. Qui, putain, me fait croire que tu vas t’en sortir un jour, sortir de ce joug.
___Ton mal de crâne s’apaise, ta gorge se noue de nouveau, prête à arrêter les mots qui voudront s’en sortir. Ta lucidité reprend plein contrôle, après une bêtise, après un simple mot. Tu commences à rincer ton visage, tes mains, à frotter comme tu peux le tissu de ton kimono, quitte à être quelque peu mouillée au final. Mais cela t’aide, t’apaise, calme le tumulte intérieur qui te constitue. Voilà qu’enfin, je peux t’appeler Ealia, à nouveau.

___Ton regard se porte sur la fontaine, désormais trouble et teintée légèrement de rouge, puis il dérive sur le vieux couple qui ne semble pas encore avoir remarqué le subtile - mais néanmoins visible - changement de couleur de l’eau. Tes yeux terminent finalement leur course sur le professeur (disons professeur, encore, pour l’instant). Tu ne dis rien, cloîtrée dans ce blocage qui ne doit être que traumatique qui définit une Ealia en pleine possession de ses moyens. Prise d’un léger frisson, tu frottes tes avants bras après t’être assise sur le rebord de la fontaine, afin de balancer tes pieds légèrement.
___Tant bien que mal, tu tentes d’effacer cette journée de ta mémoire. Les actes, les paroles, les meurtres, le sang, les cris. Tout.
___Ah, non, pas tout.
___Ce moment-ci, tu ne veux pas l’oublier. Ce moment plus joyeux que ceux passé avec ton désormais colocataire qui lui, ne te prend que pour un animal de compagnie doué d’intelligence. Qui ne doit voir en toi qu’un être inférieur avec lequel il peut passer du temps. Je sais que maintenant tu acceptes cette éventualité. Car maintenant, tu peux presque comprendre ce que c’est, être appréciée par quelqu’un. Par un homme aussi étrange que toi, bien que plus calme et sain d’esprit. Tu souhaites sourire, mais cela ne t’es plus permis. Alors tu te contentes de le regarder, dans ce moment de calme, enfin.
___Cependant, un léger soupire s’échappe de tes narines, et tu finis par baisser les yeux.
___La journée te rattrape, hein ?
___Tu secoues la tête, dans une moue triste, mauvaise, honteuse. Comment as-tu pu donc faire ça ? Comment as-tu pu jouer ainsi avec la vie des gens ? Avec la vie des mortels ?! Et si on l’apprenait ? Et si tu te faisais renvoyer ? Et si on te tuait, toi aussi, pour ce que tu as osé faire ? Tu enfouis ton visage entre tes mains pâles. Ton esprit trop lucide te fait peur. La vérité te fait peur. La réalité, te fait peur.
___Tu te fais peur.
___C’est marrant, mais j’ai un instant cru que tu étais la réelle Ealia. Mais non. Tu es trop saine pour cela. Tu es la version trop parfaite. Un imposteur !
___Après le pic vers le bas, vient le pic vers le haut. Comme un ressors qui remonte plus haut que sa position d’équilibre, tu te retrouves à penser trop posément, à réaliser des choses qui auraient été hors de portée d’habitude. À changer de vision du bien et du mal. À…

___Calme toi, ma petite. Je suis là. Il est là. Cesse de te prendre la tête. Tu retrouveras ton innocence dans peu de temps. Et la culpabilité s’envolera. En même temps que tes pensées adultes et que tes sentiments trop humains.
___Regarde, voilà déjà que pointe l'équilibre.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La folie de deux êtres - Mar 29 Sep 2015 - 23:03

Blake


« You're getting too soft. »






Alors que Blake était en train de se débarrasser du sang sur ses vêtements, il remarqua quelque chose chez Elia: Son sourire énorme qu'elle arborait depuis tout à l'heure semblait disparaître peu à peu. Il ne prêta pas vraiment attention plus longtemps à cela, même si cela le rassurait quand même au moins un peu de savoir qu'elle commençait à se calmer. Blake s'éclaboussa le visage, alors que l'eau qu'ils utilisaient devenait rouge. Il reposa son regard sur Ealia, qui a retrouvé sa neutralité, alors que lui-même frottait certaines taches de sang sur sa chemise. Son regard était redescendu sur l'eau autrefois claire. Elle prenait peu à peu la couleur sombre, rouge du sang. Sa tête se releva pour observer le couple de personnes âgées assis à la fontaine. Coup de chance, ils leur tournaient le dos. Ils ne devrait donc pas remarquer que la couleur de l'eau change avant quelques minutes, à moins que l'un d'entre eux décide de se retourner, ou de mettre la main dans l'eau.

Le "vengeur pourpre" resta silencieux, alors qu'il vit du coin de l’œil Ealia s'assoir pour continuer de se laver. C'est vrai ça... bien que Blake essayait d'éviter trop d'éclaboussures de sang de son côté, Ealia, elle, dans sa crise de folie, s'est entièrement couverte de sang en jouant avec les cadavres... Il reposa son regard sur l'eau quand il vit la tête de la jeune fille tourner dans sa direction- elle avait repris un visage neutre en tout cas, et il se doutait bien qu'elle le regardait.

Blake poussa un soupir alors qu'il s'éclaboussa d'encore un peu d'eau- surtout sur son bras gauche, vu qu'il s'en est servi pour découper, ou plutôt arracher les cadavres de tout à l'heure. Cette Ealia- pourquoi il a tant fait attention à elle? Il aurait après tout pu la lâcher au moment ou ils avaient finis de cacher les corps. C'était probablement juste pour cacher ses traces, oui c'était sûrement ça...

Ou bien il a simplement développé un peu d'affection pour cette petite Folle- mauvais choix de mots, mais ce n'est pas grave. Un soupir de la part de la jeune fille fit tourner la tête de Blake dans sa direction, alors qu'elle se tenait le visage dans la paume de ses mains.

Simple supposition, mais il semblerait qu'elle vienne de reprendre tout ses moyens et de réaliser ce qu'elle était en train de faire. Tout en détournant le regard, Blake lâcha un autre soupir. Que devait-il dire? Il n'en savait rien. Pour l'instant, il se contenta de finir de se laver, avant de regarder le vieux couple plus loin en train de se partager des chocolats- ils les avaient depuis longtemps, ces trucs? Peu importe. L'eau était visiblement ensanglantée vu la quantité de sang versée dans celle-ci, et ils n'allaient pas tarder à remarquer la couleur de l'eau.

Le visage de Blake se posa à nouveau sur Ealia, il allait lui dire qu'ils devaient y aller, mais il s'arrêta en voyant l'état trempé de son Kimono. Il se retourna, attrapant la seule partie de sa tenue qui n'était pas couverte de sang- la veste de son costume et la posa sur les épaules d'Ealia.

Tu vas attraper froid.


Il l'observa un instant, avant de se retourner, croisant les bras. Il devenait trop gentil. Qu'est-ce que cette fille a qui le fait s’apaiser? Est-ce qu'il se voit peut-être un peu en elle, à cause de sa folie? Cette façon de s'occuper d'elle, comme un grand-frère avec sa petite sœur ou un père avec sa fille, pourquoi se comporte-il comme cela tout d'un coup? Serait-ce peut-être ce qui reste de ce qu'on appelle son "humanité"? Peu probable. Plusieurs questions apparaissaient dans les pensées de Blake. Certaines s'étaient répondues d'elles-mêmes, d'autres sont restées sans réponses.

Un cri sorti le "professeur" renégat de ses pensées. Il se retourna, observant la vieille femme, en train de crier au miracle en voyant l'eau de la fontaine désormais avec sa couleur rouge. Le vieil homme, lui, criait à l'hérésie. Blake soupira, tendant sa main droite(pas la griffe donc) vers Ealia, pour l'aider à redescendre du bord plutôt haut de la fontaine.

Viens, Eli. On ferait mieux de s'éloigner de cet endroit.




© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: La folie de deux êtres - Jeu 1 Oct 2015 - 19:49


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
___Ça fait du bien de voir que tu recommences à bien aller. Je peux sentir le calme revenir, la douceur et l’innocence apaiser les tensions dans tes muscles et celles de ton esprit. Le froid lui aussi, commence à te saisir les tripes. Le vent renforce la sensation de mouillé à l’avant de ton kimono ainsi que sur les manches. Tu frissonnes. Ton visage se décolle un peu de tes mains tout aussi mouillées. Tu renifles un peu, le nez qui coule, la gorge serrée, l’estomac tordu par la froideur qui t’envahit.
___Voilà une descente à la réalité plutôt dure. J’aurais pas aimé être à ta place. Subir tout ça, ça doit pas être facile pour une demoiselle fragile comme toi. Autant de changement en aussi peu de temps, tout en étant parfaitement consciente lors de tout le processus, et pouvoir se rappeler de l'entièreté, désormais, franchement, je te plains.
___Moi ? Moi ça va bien. Ahaha. Je suis très en dehors de tout cela, tu sais bien. Dans la partie supérieure à tous vos changements bizarres et ésotériques, injoignable un peu comme l’âme elle-même ! Ahaha, quelle modestie je sais.
___Tu sens quelque chose de chaud se poser sur tes épaules, cela te fait te redresser un peu plus. Une veste, celle du professeur - non, je ne peux toujours pas m’y résoudre. - sans doute, après tout, qui d’autre ? Ouais. Tu la resserres autour de tes épaules, sans mot dire.

« Tu vas attraper froid. »


___Froid ? Est-ce seulement possible ? Si on est mort, on peut tomber malade ?
___En voilà une question philosophique intéressante, tellement que tu ne te la poses absolument pas une seule seconde, si ce n’est via ma propre réflexion. Oui, c’est normal, tu peux attraper froid si tu es mouillée, c’est une question de réflexe humain de penser ça. Ok, je ne vais pas vous emmerder plus la dessus. Mais je suis certain que c’est impossible. Tu hoches la tête légèrement, certainement pour exprimer ta reconnaissance face à ce geste. Ton regard se pose sur le bras non humain de Blake. Tu ne ressens plus vraiment de peur, tu commences à t’y habituer à ce bras. Et surtout, comparé à ce qui vient de se passer, cela semble plutôt normal.
___Des images te reviennent en tête.
___Un haut le coeur te courbe un peu en avant, mais tu le réprimes assez pour que ton estomac ne flanche pas.
___Putain, vraiment ?
___Me fait pas ce coup là Ealia, pas maintenant.

___Un cri résonne soudainement pour te changer les idées. Tiens. On dirait que votre bain sanglant a été découvert. Hé bien bravo. Il va falloir se dépêcher pour partir maintenant, avant qu’un groupe débarque, avec peut-être des gens capables de nous voir - d’après ce cheeer professeur - dedans. Autant ne pas prendre de risque, tu ne crois pas ? Regarde, on dirait bien que Blake pense la même chose que moi. Sa main humaine est tendue vers toi pour que tu puisses descendre en tout sécurité. Tu la glisses dans la tienne, aucunement embarrassée par cela et mets pieds à terre, un peu dans le gaz, quand même.
___Mais ça au fond, c’est habituel, donc c’est cool.

« Viens, Eli. On ferait mieux de s'éloigner de cet endroit. »


___Tu hoches de nouveau simplement la tête pour lui faire comprendre que tout est ok pour ce plan. De toute manière, à l’heure qu’il est, tu as juste envie de rentrer te mettre dans ton lit et dormir une journée entière. Il se faisait tard, les surveillants pourraient remarquer ton absence - bien qu’au final, elle est plutôt fréquente - et commencer à te chercher. Et là, ça va mal se passer je crois.
___Tu regarde à gauche à droite. Les vieux se trouvent juste à côté de vous, maintenant. C’est bizarre, d’être comme dans une bulle, à l’extérieur de toute la vie. Tu bloques sur eux quelques instants.
___Allez, faut partir.
___Ah oui, tu ne sais pas du tout par où rentrer. J’oubliais. Maline.
___Tu relèves la tête vers ton frère, père, ami, Blake, Blake c’est bien avec un air perdu. Tes lèvres s’entrouvrent pour laisser passer difficilement quelques mots hésitants et hachés.

« Perdue… Che-chemin pour r… rentreeer… »


___Ridicule.
___Bon, ok, je suis un peu méchant. Mais bon, on dirait vraiment une enfant. Tu devrais ressembler à une jeune femme, pas à un enfant un peu concon qui vient de se rappeler qu'il avait perdu son chemin depuis tout ce temps. Allez quoi, c'est pas comme ça que tu trouveras de l'aide.
___Enfin, si, remarque. Peut-être que c'est la meilleure solution.

___Bon, continue, en fait, continue comme ça ma petite.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La folie de deux êtres - Ven 2 Oct 2015 - 23:14

Where to Go


« Perdue, hein...»






"Eli" venait donc de descendre, Blake hocha la tête en la regardant, son regard se posa sur les personnes âgées justeà côté d'eux désormais, complétement abasourdis parce qu'ils voient, ne trouvant aucune véritable source de tout ce sang. Quelle chance de ne pas être visible à leurs yeux. Ne perdant pas trop de temps, s'éloignant déjà de la fontaine, Ealia toujours à côté d'elle. La police va probablement arriver dans un instant, et avec un coup de malchance, il pourrait y en avoir encore d'autres dans le tas qui pourraient les voir... Il n'était, à ce moment la, pas important de savoir ou ils allaient aller, ils devaient simplement s'éloigner aussi loin que possible des environs- loin des cadavres-ou bout de cadavres- qu'ils avaient laissés derrière eux, et de cette fontaine désormais ensanglantée. Ealia semblait encore un peu ... mal, on va dire. Elle ne marchait pas encore exactement droit, mais ça allait déjà bien mieux, on dirait..

Ils n'avaient fait que quelques mètres, lorsque Blake entendit Ealia s'adresser à lui, difficilement. Il semblerait qu'elle ait retrouvé sa.. timidité sévère.

« Perdue… Che-chemin pour r… rentreeer… »


Blake poussa un soupir, elle ne sait plus comment rentrer? Mauvais pour lui, à nouveau. Il baissa un peu la tête... pour remarquer qu'il n'avait pas encore lâché la main de la jeune fille. Blake semble avoir oublié ce petit détail. Il lâcha sa main, croisant les bras en regardant dans les alentours. Il vit un homme en costume, assis sur un banc en train de se noter quelque chose...A ce moment, Blake eût un déclic- le bloc-notes qu'Ealia avait la dernière fois sur elle est peut-être trempé ou couvert de sang, maintenant, non? Cela va être encore plus compliqué de s'exprimer pour elle, donc.. Coup de chance, l'homme en question posa ce bloc-notes à côté de lui pour répondre à un coup de téléphone, se rapprochant tranquillement, se baissant pour prendre le bloc-notes et le crayon qui allait avec, se dirigeant vers Ealia et le lui tendant.

J'avais oublié que normalement tu as du mal à t'exprimer. Ton bloc-notes habituel doit être trempé ou ensanglanté, maintenant...


Après lui avoir donné cela, Il croisa les bras alors qu'il entendait l'homme assis sur le banc juste derrière lui commençait à s'énerver tout seul en remarquant que son bloc-notes avait mystérieusement disparu. Blake poussa un simple soupir, observant La jeune fille un instant en silence, avant de se retourner.

Nous allons bien retrouver le chemin pour que tu rentres. Viens, Eli.


Tant pis pour la question de rentrer tôt. Alors qu'il continuait de marcher, près des Immeubles, des ruelles, il jeta quelques coups d'oeil à "Eli" pour s'assurer que tout allait bien.

... Blake devenait tout de même bien doux. Les questions qui avait surgi dans la tête de Blake tout à l'heure revenaient, toujours en restant sans réponses. Il leva un peu son bras gauche, observant sa main- qui n'est pas exactement la sienne- en silence. Cette griffe a des chances d'influencer sur les pensées du "vengeur pourpre", surtout lorsqu'il abusait de son pouvoir. Pendant une simple seconde, il eût l'impression de devenir plus "humain"- il se dit qu'il devait contrôler ce pouvoir, et non pas se faire consumer par celui-ci. Garder son calme autant qu'il pouvait. Ne pas laisser la soif de sang et les murmures dans son crâne prendre le contrôle sur son esprit- ne pas laisser le "démon" prendre possession de son corps. Pour l'instant il semblerait qu'il y ait déjà une sorte de combat mental entre lui-même, et ce bras. Bon sang, un bras qui influence les pensées, les émotions à l'hôte à lequel il est attaché... Il laissa retomber son bras, poussant un soupir, regardant autour de lui en s'arrêtant, avant de passer dans une ruelle, vérifiant qu'Ealia le suive bien. Il posa à nouveau son regard impassible et rouge sang sur la jeune femme.

Tu sais au moins plus ou moins ou c'est que tu dois être pour rentrer...?




© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: La folie de deux êtres - Mar 6 Oct 2015 - 18:44


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
___Voilà que tu retrouves la pleine possession de ta main, après un soupir de sa part qui n’est pas spécialement bon signe. Tu frottes tes mains l’une contre l’autre pour les réchauffer, tu prends un peu froid, malgré la veste sur tes épaules, malgré le tissu épais du kimono. Tu regardes un peu autour de toi, perdue, en pleine réflexion. Tu fouilles ta mémoire à la recherche de comment revenir dans le monde des dieux le plus rapidement possible. Malheureusement, tout ça te semble encore un peu flou, tes souvenirs baignent dans une soupe trop chaude qui t’empêche d’avoir des informations avec ta cuillère mentale. Quoi ? Dire n’importe quoi ?
___Pas mon genre.
___Ton regard s’accroche à ton nouvel ami qui se met à voler des blocs notes aux innocents qui n’ont rien demandé. Tu as envie d’hausser un sourcil; moi aussi, sauf que moi je peux le faire, en quelque sorte, et pas toi. Il vient te le tendre, comme si toute cette scène était tout à fait légitime. Que prendre un bloc note à quelqu’un pour te le donner était une chose parfaitement acceptable. Tu passes du bloc note à son détenteur provisoire ; Blake, avec autant d’interrogation dans le regard que tu peux, c’est à dire pas grand chose mais bon, je suis sûr qu’il peut comprendre que là, toi, tu n’y comprends rien.

« J'avais oublié que normalement tu as du mal à t'exprimer. Ton bloc-notes habituel doit être trempé ou ensanglanté, maintenant… »


___De fait, tu l’avais perdu on ne sait où, ou quand, ou comment. Mais on apprécie quand même le geste, moi en tout cas. Regarde comme il est gentil. Cette scène te rappelle un peu celle avec le Lord Vlad, quand il t’avait offert un bloc note un peu près similaire à celui-ci. Tu finis par le saisir, à quoi bon réfléchir au bien ou au mal, ce n’est qu’un bloc note, tout le monde s’en fiche.
___Bon, peut-être pas ce monsieur qui commence à gueuler parce que ses affaires se font voler par des pigeons ou des chats invisibles, mais bon. C’est pas comme si il allait en mourir. Tu le feuillettes rapidement tout en sortant un crayon toujours intact de ta ceinture. Il ne manque jamais à l’appel, celui-là. Griffonnant rapidement un « merci » tu lui montres alors qu’il reprend la parole, tout intentionné qu’il est devenu.

« Nous allons bien retrouver le chemin pour que tu rentres. Viens, Eli. »


___Aaaanh, qu’est-ce que c’est chou. Ton coeur bat encore un peu plus vite en entendant de nouveau le surnom qui semble devenir l’officiel. Ça fait du bien, un peu de familiarité sans sous entendu, sans ambiguïté, sans rien de tout cela ! Si on oublie évidement tout ce qui vient de se passer juste avant. Car là ça devient carrément bizarre. Comment pouvez-vous vous comporter aussi normalement après ce que vous venez de faire ? Vous avez tué, découpé et caché des corps merde ! T’as même joué dedans et c’est comme ça que tu en ressors, en jouant la petite fille perdue ? Bon, ok, c’est vrai, mais bordel, tu devrais pas te sentir un peu coupable ?
___Ho non, la réalité est déjà bien loin désormais, tu ne peux plus trop mesurer la portée de tes actes maintenant. Pourquoi je m’égosille moi, hein, tu ne comprendrais pas de toute manière.

___Vous vous mettez à marcher, tandis que tu touilles dans ta soupe incertaine de souvenirs. Tu l’as sur le bout de la langue pourtant, c’est horripilant ! Tu secoues la tête, chacun de votre côté, plongé dans vos pensées, vous restez silencieux, errant dans des ruelles humides. L’odeur de la mer te parvient au nez, elle n’a pas très loin, cette mer. Il y a un port, ici, tu t’en souviens.
___Ah, allez, le port, ça te dit rien ?

« Tu sais au moins plus ou moins ou c'est que tu dois être pour rentrer...? »


___Ça te revient ! Le bateau, voilà ! La fameuse barque pour traverser les dimensions, tu t’en rappelles maintenant. Tu sors ton bloc note en stoppant ta marche. Ton crayon gratte le papier rapidement, d’un geste habitué.

« C’était par bateau, je me rappelle, j’ai ramé dix minutes, ça fait portail. »


___Tu lui montres fièrement ton carnet, heureuse de pouvoir te souvenir de quelque chose qui s’est passé CE MATIN. C’est pas un exploit, tu sais ma grande. Allez, cesse de sautiller, ça fait bizarre avec ta tronche de poisson rouge.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La folie de deux êtres - Jeu 8 Oct 2015 - 20:03

The ship...


« ... how are we gonna find that thing now. »






Blake s'arrêta en voyant Ealia sortir "son" bloc-notes pour commencer à écrire dessus à la hâte. Elle venait de se souvenir de quelque chose? Blake se rapprocha pour regarder ce qu'elle avait écrit- Un peu difficile quand elle sautille comme ça. Il poussa un léger soupir et attrapa ses bras pour qu'ils restent stables, lisant ce qu'il y avait d'écrit, avant de lâcher les bras "d'Eli"et de se remettre droit, croisant les bras en réfléchissant.

Un bateau qui a prit dix minutes pour venir ici? Il l'avait oublié, celui-la... ou est-ce qu'il pouvait être, maintenant? Son regard se posa sur la jeune femme, alors qu'il pensa qu'elle était peut-être venue en mission avec un professeur de cette académie, ou quelque chose du genre. Non, elle ne semblait pas vraiment s'en soucier tant que ça. En même temps elle semble avoir un peu de mal avec ses souvenirs avec ce qu'il s'est passé tout à l'heure... Passons, pas important, ce qui était important c'était de pouvoir retrouver ce bateau à la noix- ou est-ce qu'un bateau magique pouvait bien être?

Blake n'avait pas vraiment d'autres idées, du coup il se retourna en faisant signe à Ealia. Le port. C'est un bateau après-tout. Il est risqué pour cet (ex-)professeur de s'approcher de trop près de Deusiens, mais ils étaient sûrement à la recherche d'Ealia- et sur le point de partir, vu qu'il commençait à faire plutôt sombre dans le coin.

Direction le port, alors. C'est l'endroit le plus logique ou aller chercher le bateau-portail...


Il se préparait à se retourner pour trouver la direction du port, alors que son regard se posa sur le poignent d'Eli. Le bandeau qu'il lui avait offert... Il se rapprocha puis se baissa un peu, attrapant son poignet doucement pour observer le bandeau. Blake restait silencieux, alors qu'il releva la tête vers Ealia- son front, précisément. Ah oui. il avait failli devenir fou sans grande raison cette fois-la, sur le toit...

Il baissa à nouveau le regard, regardant le bandeau d'un air vide, avant de, pour la première fois, se permettre de lâcher un petit sourire, suivi d'un très léger rire.

Heh... ça te va mieux au poignet qu'autour du front, c'est vrai.


Son regard redevint neutre par la suite, alors qu'il lâcha le poignet d'Ealia Pour se remettre droit et se retourner, commençant à marcher.

Allez, faut que tu rentres- moi je vais... rester sur terre un moment. Alors retrouvons ce bateau.




© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Contenu sponsorisé
Re: La folie de deux êtres -
La folie de deux êtres
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» La folie de deux êtres
» Deux êtres magiques dans un hamburger [PV Kate]
» Haânkhès Rhadamante - En Orient, tout ne peut être que clair entre deux êtres [Terminé]
» La folie de deux coeurs [PV Isaac]
» De l'amour de deux êtres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Banlieues-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page