Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny]

Invité
avatar
Invité
Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny] - Dim 19 Aoû 2012 - 20:18
Voila donc l’académie des dieux… Charmant …

C’est avec une certaine ironie, un certain dégout que cette voix surnaturelle s’éleva au milieu du chemin. En effet, Tenebrae en avait finit avec cet endroit. Il s’était réincarner il n’y a pas longtemps et a prit se temps pour parcourir les lieux de fond en comble. Oui, prestigieux ! Oui, magnifique ! Mais … c’était tellement propre, tellement … pas son élément. Lui, il n’a connu que les coins sombres et où le danger règne. Comparé à ce qu’il a vécu, cet endroit était le paradis. C’est ce qui l’agace tant … Mais bien entendu, ce qui l’agaçait vraiment, c’était ce corps pour le moins unique. Sa longue queue trainait au sol alors qu’il se dirigeait lentement vers un grand portail. Il se disait que sa tache est bien ingrate mais justifié. Il sait quel est son rôle ici, il a été fait pour ça. Après une existence consacrée à enlever la vie, il doit maintenant la protéger, protéger les apprentis dieu … Une belle bande d’idiot si il devait donner son avis mais pour l’instant, son avis n’intéresse que lui.
Tenebrae finit par se laisser tomber contre les murs de l’internat, un peu paresseux, un peu lassé de voir le soleil taper si fort. S’il aime se faire appeler un chien, il semblerait qu’il adopte avec plaisir les habitudes des matous. Après tout, lui n’a pas de cours à assumer, il n’a pas de réelle obligation à part être là en cas de problème. Il s’était couché prés de la porte d’entrée, regardant le paysage, déjà blasé.

Et voila comment vont être mes journées à partir de maintenant … En effet, la rédemption est vraiment difficile à obtenir, c’est certain !

Il parlait comme si il était déjà le vieux de l’académie, l’ancêtre, alors que bien évidement il n’est qu’un nouveau ici. Un petit bébé qui vient d’arriver et qui n’a encore aucune idée de ce qu’est la vie ici. Mais autre fois, Tenebrae était un Chef. Personne n’osait défier Jackie, l’élégant tueur, le meurtrier sans scrupule. Ici, c’est lui le sbire mais comment pouvait-il en avoir l’esprit ? Même sous cette forme féline, canine, on ne sait pas trop, il était encore celui qui pouvait faire ce qu’il voulait, quand il voulait. Et cette après-midi était vraiment trop chaude à son gout, si bien qu’il profita de la tranquillité des lieux pour reposer sa tête … Et bientôt somnoler dans les bras de Morphée. Il ne pensait à rien, pas vraiment endormit, pas vraiment réveillé. Il n’avait juste plus la force de garder les yeux ouvert et profitait d’un bon moment depuis longtemps. Une ombre vint finalement lui cacher la vue et il pouvait parier sur un … professeur ou un des grand et puissant directeur venu lui faire la morale. Ah oui, les tout puissant directeur qui disent quoi faire, vraiment … Ou les professeurs qui ont déjà des années d’expérience derrière eux, bien entendu ! Tenebrae avait bien vite oublié son engagement de devenir quelqu’un de meilleur et avait bien envie d’envoyer se faire voir celui qui allait, à son gout, le réprimander.

Mais en ouvrant les yeux, il eut la surprise de voir que ce n’était pas un professeur, ni un des trois directeurs qui lui cachait le soleil. Cela lui donna la force de relever la tête pour regarder la personne un peu plus intensément.

Oh … Par les neufs enfers, ne serais-je donc pas le seul quadrupède en ses lieux ?

En effet, c’était un chat. Une chatte même ? Déduction facile lorsque le chat en question a un pelage rose. Enfin, au fond, il ne savait pas. C’était un peu comme un nouveau monde pour lui. Il était bien une espèce de chien noir avec des griffes au bout de sa queue, qui aurait cru qu’il était humain à une époque ? Alors peut-être qu’un chat rose peut être un male mais … Elle était trop mignonne pour se laisser pousser la moustache. Tenebrae mit alors son masque du gentilhomme avec un sourire en apparence gentil, héritage de son ancienne vie humaine.

Qu’est-ce qui vous amène par ici, très chère ? Serait-ce mon humble personne que vous cherchez ? ♪
Invité
avatar
Invité
Re: Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny] - Dim 19 Aoû 2012 - 23:01
L'académie des dieux est un endroit fantastique pour quiconque y pénètre. Dotée d'installations fascinantes pour les humains, le campus et l'établissement en lui même étaient d'une beauté à couper le souffle. Tout paraissait immense et magnifique. La mirobolante bibliothèques de 30 étages croulant sous les livres, la tour de l'horloge pas a l'heure nimbée de mystères, le parc aux abricots hallucinogène... Tout avait un goût de renouveau pour la plupart des êtres qui passaient le portail de l'école, qu'ils soit anciens humains ou animaux. C'est pour toutes ces raisons que Zenny, ancien chat, maman de quatre magnifiques chatons dans sa dernière vie terrestre, initiatrice de la grande peste noire du XIVe siècle, amie intime de la mort, était absolument enchantée de la chance qui lui était donnée. Elle avait extrêmement mal agit durant ces différentes vies, aussi, lorsque qu'un homme s'approcha d'elle dans le néant pour l'informée qu'elle avait été choisie parmi d'autres pour devenir la gardienne d'un lieu sacré, elle avait traité la nouvelle avec un grand remerciement et avait, pour la première fois de ses vies, suivi un homme de son plein grès.

Sur le chemin, l'homme, le dieu plutôt, qui se faisais appeler Isanagi Tensho - un nom de famille, idée humaine étrange - lui avait expliqué que depuis quelque temps, certaines choses essayaient de passer l'enceinte protégée de l'établissement et que par conséquent ils avaient besoin de moi, et d'autres sûrement, et que mon rôle consisterait a empêcher certaines choses d'entrer. Avec ceci s'ajoutait la composante des élèves de l'école à qui il fallait interdire l'accès vers l'extérieur parce que le monde des humains et des endroits pas tout à fait explorés ou recommandables s'y trouvaient. Il mentionna aussi les domaines de divination, pouvoir qui se débloquait totalement au fur et à mesure du séjour à l'académie, lui expliqua qu'en outre, en tant que gardienne, elle aurait la possibilité de savoir si quelqu'un pénétrait dans le périmètre de sécurité de l'école, puis disparut dans un "pouf" associé à un nuage de fumée quand ils atteignirent l'entrée du campus.

Zenny, en bon chat qu'elle était, avais pris une journée complète pour repérer les lieux, connaitre les points d'ombre, ceux où se protéger de la pluie, visiter l'extérieur des bâtiments, faire des reconnaissances d'escalade sur les murs, les arbres, les fenêtres... Elle s'était trouvé une solide branche pour faire la sieste et réfléchir a ce qui lui arrivait. En tant que chat, elle n'avait que neuf vies. Que venait donc faire ici cette dixième chance ? Elle ne chercha pas très longtemps et s'endormit comme une masse pour se réveiller une petite paire d'heures plus tard. Le chat rose se leva doucement, s'étira et, à la façon des chats, décida d'ignorer totalement la gravité pour descendre de son arbre en prenant appuis sur le tronc. Sa petite sieste lui avait été bénéfique, aussi décida-t-elle d'assumer pleinement les fonctions qu'on lui offrait. Elle aurait voulu se présenter aux élèves, dire quelque chose pour que tout le monde sache qu'elle était là... Puis se dit que finalement, le mieux était encore de se faire discrète, d'épier de loin et d'agir quand il le fallait. Pas des vacances, mais pas ce qu'elle aurait eu a faire de plus laborieux dans sa vie. En plus, si elle s'entrainait suffisamment, elle pourrait sûrement faire autre chose que de prendre la taille d'un poney.

Les premiers jours, elle s'instaura des rondes a faire a heure précises, puis voyant que certaines élèves la remarquaient, décida de changer de tactique et d'opter pour un nombre de rondes définies par jours, mais aux horaires totalement aléatoires. C'est lors d'une de ces rondes qu'elle tomba sur quelque chose de bizarre. De bizarre, de noir et de certainement trop canidé pour être honnête. La chose somnolait à l'ombre du mur de l'internat et était... sombre. Comme une ombre. Ça ressemblait à un chien, peut-être était-ce autre chose, et possédait une queue proéminente terminée par une main griffue. Zenny se posta devant le truc et resta plantée là, à l'observer, le temps que ça émerge pour pouvoir s'identifier. S'il avait été démoniaque, son sixième sens de gardien se serait manifesté.


Oh … fit-il quand il eut réussi à se réveiller. Par les neuf enfers, ne serais-je donc pas le seul quadrupède en ses lieux ? Zenny le laissa l'observer et reprendre. Qu’est-ce qui vous amène par ici, très chère ? Serait-ce mon humble personne que vous cherchez ? ♪

La chatte le regarda avec un air blasé et lui tapota la tête avec une patte.

Monsieur le chien, fit-elle par télépathie, petit tour qu'elle avait appris a faire en arrivant a l'académie, arrêtez donc d'essayer de copuler avec des femelles de 120 ans plusieurs fois mère et dites moi ce que vous faites ici. Seriez-vous, demanda-t-elle avec un intérêt soudain, aussi un gardien ?

Ses sens de chat furent soudain de retour, plus violents que jamais. Elle commença à tourner autour de l'animal bizarre qu'elle avait qualifié de chien, l'observant sous toutes les coutures, cherchant les failles, faisant appel à son propre sens critique pour comparer avec des proies plus grosses qu'elle avait vu ou chasser... Dans le fond, se dit-elle, la chose avait l'air parfaitement bien faite et ne souffrait pas de trop gros défaut. Elle se repositionna devant lui et s'assise.

Je suis Zenny. Chat de garde, même si c'est idiot de me qualifier de chat dans l'état où je suis. Ton nom ?
Invité
avatar
Invité
Re: Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny] - Lun 20 Aoû 2012 - 18:37
Alors que Tenebrae essayait d’être gentil, à sa manière, la chatte lui répondit… en lui tapotant le haut du crane. Oui oui, comme un maitre le ferait à son toutou, comme quelqu’un de supérieur qui tien son vassal sous sa coupe. Déduction un peu poussée mais cela avait déjà le don de lui hérisser les poils… Mais si cet acte l’avait juste agacé, le reste l’avait troublé, pas habitué à ce qu’on lui parle comme cela.

Monsieur le chien, arrêtez donc d'essayer de copuler avec des femelles de 120 ans plusieurs fois mère et dites moi ce que vous faites ici. Seriez-vous aussi un gardien ?


Outre passé le fait qu’elle venait de fermer son clapet d’une simple phrase, Tenebrae commença à faire les petits yeux en essayant de comprendre. Elle n’avait pas peur des mots, tout comme lui d’ailleurs. Il ne savait pas si il s’agissait de moquerie ou si il y avait une quelconque réalité dans ses paroles mais ce qui l’interpella, c’était bien sa dernière phrase. Elle aussi est une gardienne ? Alors, est-ce que tous les gardiens de l’académie ont l’apparence d’animaux ? Elle commença à lui tourner autour pour l’observer, obligeant ce paillasson à se relever, s’étirant un bref instant avant de se rassoir, continuant d’afficher un sourire tranquille pour paraitre inébranlable. Elle finit par s’asseoir elle aussi, devant lui, faisant remarquer au ténébreux la légère différence de taille entre eux.

Je suis Zenny. Chat de garde, même si c'est idiot de me qualifier de chat dans l'état où je suis. Ton nom ?

Le chien finit par ricaner, prêt à faire parler son coté sarcastique.

En quoi mon nom vous intéresse-t-il, « Zenny » ? Vous ne désirez pas « copuler » avec moi, à quoi bon vous faire ce cadeau ? Ahahah ♪

Sans gène, il se servit de la main au bout de sa queue pour lui rendre la pareille, allant lui tapoter le haut du crane tout en riant d’elle. Il ne pouvait pas s’en empêcher, si il pouvait se moquer de quelqu’un, il le ferait et en serait fière s’il trouve son gag à la hauteur, qu’importe les foudres qui lui tomberont dessus par la suite. Ce n’est pas le meilleur moyen de se faire des amis mais il avait envie de dire … qu’elle l’avait cherché. Comme si il voulait copuler avec un chat … Il est encore bien trop humain dans sa tête pour ça, quel horreur … Et espérons pour lui qu’il restera humain …

Tenebrae finit par réfléchir, maintenant qu’il était satisfait de cette pique. S’ils étaient gardiens, ils devront travailler ensemble. Il parait que des choses essaient d’entrer à l’académie et comme il se sent particulièrement faible en l’état actuel des choses, peut-être serait-il plus malin de se présenter au lieu de la laisser sur une boutade foireuse.

Aaaah … Mais si vous changez d’avis, ma chère, sachez que je me retournerai à l’appellation de Tenebrae ! Gardien et trouble-fête à mes heures. Maintenant, je vais retourner à mes occupations de gardien, c'est-à-dire dormir jusqu’à ce que quelque chose se passe …


Il lui sourit d’un air un peu plus… supérieur avant de toucher du bout d’une griffe le museau de Zenny, encore une manière de la taquiner. Si elle n’avait plus rien à rajouter, il se lèverait et irait tout simplement se dorer la pilule au soleil. C’est dur la vie de gardien quand même !
Invité
avatar
Invité
Re: Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny] - Lun 20 Aoû 2012 - 19:55
La réponse du chien ne se fit pas attendre. Loin d'avoir l'air troublé, l'inconnu gardait son petit sourire moqueur et s'autorisa même à ricaner. Il lui répondit de façon sarcastique, ses paroles reflétant bien plus l'état de léger énervement dans lequel il se trouvait que son attitude générale. Il s'autorisa un mouvement pour parfaire sa mine moqueuse. Mouvement dont elle avait l'habitude, parce que se faire tapoter ou gratouiller la tête était une habitude depuis sa naissance, et ne s'en offusqua pas outre mesure. Elle trouvait même ce geste attendrissant. Cet être, toujours sans nom à ses yeux, devait avoir eu quelques soucis dans sa vie pour tenter de punir quelqu'un par une action aussi grossière. Elle afficha une mine réjouie quand la petite main griffue s'éloigna d'elle et qu'il réfléchit un instant.

Zenny profita de cet instant pour tenter de catégoriser l'animal. Ce n'était certainement pas un chat, même s'il en avait un peu les formes, et on ne pouvait pas non plus appeler cela un chien, les oreilles étant bien trop grandes et sa queue trop bizarre pour qu'elle ne se souvienne pas de cette espèce particulière quand elle piochait les souvenirs de ses autres vies. Non, cette chose avait l'air d'avoir été créée spécialement pour l'occasion. Un peu comme son propre corps qui, au fil de ses vies, était passé de chat tout à fait normal à chose un peu plus grosse, agile, puissante et rose qu'un félin ordinaire. Elle trouvait son nouveau corps très bien, cela dit.

Elle fut coupée dans ses élucubrations par la voix de la créature assise en face d'elle. Tenebrae de son petit nom, il était effectivement un gardien. Il avait l'air nettement moins inquiété qu'elle par le travail qu'ils avaient à faire et venait de décider de retourner dormir. Quelque chose disait à Zenny que l'animal n'en avait pas été un dans sa vie passée. Ses manières, sa façon de parler, étaient typiquement humaine, et l'instinct dont il faisait preuve avait l'air quasi inexistant. La griffe s'avança encore vers elle, comme pour signifier que l'échange était terminé. Mais il ne l'était absolument pas. Puisque Tenebrae voulait jouer au plus malin avec un chat centenaire, il allait être servit.

Elle se déplaça doucement, attendit que la griffe soit le plus proche d'elle et la plaqua au sol d'un coup de patte bien placé, lui opposa une forte résistance en plantant ses griffes dans le sol, puis, avec un sourire, la relâcha d'un coup, espérant que le chien, car il avait l'air d'être aussi paresseux qu'un canidé, serait entrainé par le retour de force. Elle avait joué a faire ça a ses frères et sœurs de la première minutes de sa première vie. Se désintéressant totalement de son interlocuteur, elle entreprit de faire sa toilette, dos a lui, sans même le regarder, et lui parla par télépathie en même temps.


- Tenebrae, sachez que le travail de gardien ne consiste pas qu'à attendre que quelque chose se passe. Il faut aussi empêcher les élèves de sortir, et c'est autrement plus stressant qu'empêcher je ne sais quoi d'entrer. Nous n'avons de sixième sens que si la menace s'approche.

Toujours sans se retourner, elle soupira violemment. Elle aurait aimé, une fois dans sa vie, ne pas traiter quelqu'un comme un chaton tout juste mis au monde, mais les vies n'avaient pas l'air clément sur ce point précis. Elle lâcha un second soupir avant de reprendre.

- En parlant de 6e sens, nous ne savons même pas quelle forme il peut avoir, ce sixième sens. Est-ce qu'une petite lumière va nous guider vers les imposteurs ? Ou bien serait-ce simplement une vision de l'endroit et de la chose ?

Et comme c'est toujours quand on parle du loup qu'il se montre, pendant qu'elle s'interrogeait à voix télépathique haute, s'adressant aussi bien aux insectes qu'au chien, derrière elle, une sorte de petit tintement de grelot résonna dans ses oreilles. Puis, elle sut. Elle sut que quelque chose approchait, par delà le portail, dans l'endroit qu'on appelait les jardins entortillés. Elle voyait très bien la zone, une sorte de jungle de plante plus bizarres les unes que les autres. Elle sur que le monstre qui s'approchait dangereusement de l'académie était un Gnoll. Elle n'en avait jamais vu de ses vies, aussi ne savait-elle pas comment elle savait tout ça. C'était à en perdre la raison. Elle se retourna vers Tenbrae en prenant un air décidé, tentant de cacher son amusement et son intérêt.

- Je crois que c'est à nous.

La chasse, à nouveau.
Invité
avatar
Invité
Re: Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny] - Mar 21 Aoû 2012 - 19:37
Zenny ne se laissa pas toucher comme ça… Elle plaqua assez habillement la queue de Tenebrae au sol, plantant ses griffes dans la terre, le chien ne pouvant agir sous la surprise. C’est vrai quoi, pourquoi se méfierait-il d’un chat ? Il mit toute sa force à essayer de se libérer de son emprise et là, c’est le drame ! Elle retira sa patte, les griffes du gardien qui se soulevèrent brusquement et allèrent cogner, presque comme un uppercut, juste au niveau de son museau. Il se retint de couiner, tout comme de verser une larme, mais se coucha subitement, les deux pattes avant sur sa gueule un peu comme un chien quoi voulait se cacher les yeux.

Mon nez … Gnnnn … Raaa, j’en ai tuer … pour moins que ça ! …

Comment avait-elle osé… Heureusement que Deus nous regarde et nous surveille, sinon il aurait fait de la pâtée pour chien maison. Pas tant la douleur qui le gêne, il avait déjà survécu les tripes à l’air … Mais c’était honteux pour lui, sa fierté venait d’être touchée. Humilier par un tour tout bête de félin, super ! Et le pompon sur le gâteau … Nan, la cerise sur le pompon… Merde, c’est qu’elle lui tourna le dos, presque pour l’ignorer alors qu’elle se lavait à la manière d’un chat. Bon, Tenebrae, calme toi, respire un bon coup et reléve toi comme si de rien n’était. C’était le mieux à faire

Tenebrae, sachez que le travail de gardien ne consiste pas qu'à attendre que quelque chose se passe. Il faut aussi empêcher les élèves de sortir, et c'est autrement plus stressant qu'empêcher je ne sais quoi d'entrer. Nous n'avons de sixième sens que si la menace s'approche.

Biensur, comment ai-je pu l’oublier ! Oh, honte à moi ~~

Ce ton qui se voulait intéressé, sincère, ne cachait bien évidement qu’un autre foutage de gueule. Evidement qu’il le savait, mais était-ce vraiment cet argument qui le fera bouger d’avantage ? La frontière entre vouloir se faire pardonner et se satisfaire de sa condition était très mince chez Tenebrae…

En parlant de 6e sens, nous ne savons même pas quelle forme il peut avoir, ce sixième sens. Est-ce qu'une petite lumière va nous guider vers les imposteurs ? Ou bien serait-ce simplement une vision de l'endroit et de la chose ?

Que de bonne question qui, étrangement, n’intéressait pas trop Tenebrae à l’heure actuelle. Il venait d’arriver, ce serait jouer de malchance si quelque chose débarquait juste à son arrivée. Et c’est connu, le Tenebrae n’a jamais de chance … Au moment où il allait encore sortir une pique, un long et désagréable frisson parcourra son corps tout entier. Sa vision se troubla jusqu’à ce qu’il puisse voir une scène teinté d’ombre digne des plus grands cauchemars une sorte de transe qui le bloqua quelques secondes. Une bête ignoble qui se frayait un chemin vers l’académie, à travers une espèce de jardin … ou de jungle, à s’y méprendre. Sans savoir comment, il savait qu’il s’agissait d’un Gnoll et savait où cette jungle se trouvait, juste après le portail de l’académie. Mais comment ? Même de son vivant d’humain, il n’avait jamais vu, lu, et entendu parler de telle bête, comment pouvait-il savoir ce qu’était un Gnoll ? Deus, tu fais vraiment des miracles … Il finit par reprendre ses esprits, sa main frottant ses yeux comme si ça lui démangeait, trouvant cette expérience des plus désagréable. Est-ce qu’elle aussi l’a perçu ? Oui, sur et certain, mais de la même façon ? Cela semblait quand même bien moins l’affecter que lui.

Je crois que c'est à nous.

Le ténébreux lui rendait son regard, mais d’un air neutre cependant, soupirant doucement.

Oui… Je vous en prie, les femmes d’abord. Je vous suis dans un instant.


Il se doutait que cette réponse devait la désespérer mais qu’importe, elle devrait bien être capable de s’occuper de ça toute seule. Après tout, en entrant en ses lieux, on eut tous le droit à un pouvoir divin. Les gardiens aussi, utiles au combat qui plus est. Zenny avait l’air inoffensif mais elle venait de prouver à Tenebrae qu’elle avait de la ressource. Elle s’en sortira ! Le chien attendra donc qu’elle parte par le portail avant de ricaner comme un bon, prêt à se coucher pour enfin reprendre sa sieste. Mais avant qu’il puisse ne serait-ce que se coucher, un poignard transperça son cœur et son crane.
Il avait une vision plus horrible encore que la précédente, qui lui prenait au trip et figeait son sang. Il se cambra sous la douleur qui transperça son corps, comprenant bien vite que Deus n’aimait pas les gardiens déserteur. Tenebrae ne pouvait plus réfléchir et se mit à courir, sprinter comme il ne l’avait fait jusqu’ici en s’écriant à voix haute.

D’accord, j’y vais, j’y vais !


Il eut vite fait de rattraper Zenny, passant le portail et s’enfonçant dans une forêt plus qu’étrange, comme si le diable en personne en avait après lui. Il n’eut pas le temps d’admirer les milliers de spécimens qu’il dépassait, ne faisant même pas attention à leur étrangeté. Il venait de se recevoir une décharge du feu de dieu, si vous me permettez l’expression, il avait mieux à faire que de sentir le parfum des fleure, le risque de s’en prendre une était bien trop grand.

Ils finirent tout deux par ralentir pour bientôt se stopper au milieu de la végétation. De grands arbres aux courbes surnaturelles obstruaient la vue, un petit coin ou même le soleil avait du mal à se faufiler entre les feuilles. De grand buisson de plante rouge, verte et parfois même … d’autre couleur bien plus étrange pour un végétal. Certains étaient doté de fleures magnifique, d’autre de bourgeons macabre … Tout ça pour dire que le Gnoll n’était pas là … Tenebrae balaya la zone du regarde avant de baisser la tête pour se servir de son nouvel odorat de chien.

Etrange … J’étais sur qu’il était par ici … Hum ?


Mais finalement, Tenebrae eut un pressentiment. Une sensation qu’il connaissait bien pour avoir eut une vie dangereuse. Ce fameux éclair qui traverse votre âme et vous prend, comme pour vous dire que quelque chose d’horrible allait se passer. Il regarda au dessus de son épaule et aperçu quelque chose briller en hauteur et qui … fonçait vers eux. Par réflexe, Tenebrae fit sortir de sa propre ombre un tentacule noir qui s’éleva vers la chose et la réceptionna à quelque centimètre à peine de Zenny. Une hachette … Sans les ombres, Zenny aurait été une mouche épinglée sur le sol. Toute forme de bonne humeur s’effaça du visage du ténébreux, même son éternel air malicieux s’était dissiper pour laisser place au sérieux qui se cache sous tous ses masques. Une énorme bête sortit finalement d’un épais buisson, grognant aux deux bêtes qui se voulaient être son bourreau, une grande hache à double tranchant à la patte.

Ceci est à vous, je suppose.

Et, par son tentacule, il engagea les hostilités en renvoyant l’arme de jet vers le Gnoll. Dommage, cela ne coupa qu’une partie de son oreille… C’était le moment de voir si il était aussi bon tueur en chien sombre que lorsqu’il était humain …
Invité
avatar
Invité
Re: Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny] - Mar 21 Aoû 2012 - 21:15
Elle partit sans même l'attendre. L'appel de la chasse était bien trop fort pour y résister. Tenebrae lui dit quelque chose qu'elle n'entendit pas. Elle était toute portée sur sa proie. Elle savait où elle se trouvait, elle n'avait qu'a faire comme d'habitude, a la façon des félins, puissants chasseurs, agile guerrier et intelligents soldats : courir, se planquer, égorger la proie, jouer avec, partir manger sa gamelle. Dans cet ordre. Elle courrait déjà, c'était une bonne chose. Elle traversa l'école comme un gracieux éclair rose, sautant d'obstacles en obstacles, se réceptionnant sans un bruit à chaque saut, galopant à vive allure sur terrain plat... Elle se remettait en condition. Son corps était meilleur en tout point que celui d'un chat normal, la Mort n'avait apparemment pas épargné ses muscles. Il lui fallait simplement reprendre l'entrainement. Elle se la coulait douce depuis qu'elle était arrivée ici. Il fallait y remédier.

Tenebrae la rejoignit en ayant l'air d'avoir le feu à ses fesses canines. Ils se trouvaient à quelques mètres du portail, ils le dépassèrent à une vitesse folle et s'engagèrent dans une forêt luxuriante, plus proche de la jungle que d'autre chose. Mais si c'était une jungle, elle était issue d'un autre monde que la terre. Zenny voyait pondre ce qui ressemblait à des palmiers, un peu partout, mais qui mesuraient seulement quelques dizaines de centimètres de haut. L'herbe avait l'air d'être de l'herbe normale, certes, mais pourquoi fallait-il qu'elle mesure une trentaine de centimètres ? Et cette chose qu'elle identifiait comme un platane ? Pourquoi avait-il la taille d'un chêne centenaire ? Tout était beaucoup trop bizarre dans le paysage et cela la mettait mal à l'aise. Il allait falloir qu'elle revienne seule ici, pour d'habituer a la végétation et aux couleurs.

Ils s'arrêtèrent bientôt, au milieu d'une épaisse herbe bleue bordée de buissons oranges (mais qu'est-ce qui n'allait donc pas avec le créateur de ce monde ?!) et se regardèrent. Tenebrae trouvait cela étrange, et effectivement, le monstre, qui devait être présent à cet endroit là ne s'y trouvait pas. Le gnoll, ou quoi que c'était d'autre, elle se moquait de son nom, était parti. Elle s'assit et commença à se lécher la patte tout en réfléchissant. Ils étaient sensés chasser une grosse créature, environs deux mètres vingt, et qui ne se déplaçait normalement jamais seule. Elle ne savait pas comment, mais elle savait tout sur cette créature. Elle connaissait aussi tout sur quelques autres créatures, comme les terrifiants loups-garous qui n'étaient qu'une légende sur terre, ou les intéressants Dragons-nains, sorte de gros lézards géant et venimeux. La faune et la flore étaient flamboyantes d'intérêt et les odeurs que portaient le vent étaient exquises. Le vent... Le vent... Mais bien sûr, le vent ! Ils avaient le vent de dos en arrivant, la créature avait pus sentir leurs odeurs et se cacher pour attendre ! Comment avait-elle pu être aussi naïve ! Elle avait 121 ans et elle se faisait encore avoir par des ruses de chatons !

Elle était tellement énervée contre elle même qu'elle ne remarqua pas tout de suite la hache qui s'arrêta à quelques centimètres d'elle. Tenebrae dit quelque chose qui la fit enfin réagir. Elle se retourna, regarda la hachette s'envoler vers le gros monstre, lui découper l'oreille... Elle vit rouge. Elle. Une chatte centenaire, ayant tué des tas d'humains, en ayant même fait revenir à la vie, elle qui était une chasseuse hors pair, capable des plus grandes prouesses... Elle venait de se faire avoir par la plus facile des ruses, la plus vile, la tactique d'approche la moins respectée qui soit... Ce chasseur de pacotille allait voir une experte en action.

Les yeux luisant de haine, Zenny activa son pouvoir. Ses poils se mirent à se hérisser, comme un chat tout à fait normal, puis c'est elle même qui se mit à grossir. De plus en plus. De base, elle était un peu moins grande que Tenebrae, qui était lui même un canidé de taille assez moyenne. Mais là, elle faisait la taille d'un grand poney. Toutes griffe dehors, les canines en avant, elle se campa sur ses pattes arrière et plongea directement sur le monstre. Elle fut réceptionnée assez durement par le plat de la grosse hache à deux mains qu'il portait et fut repoussée sur le côté. Elle se releva instantanément et, inconsciemment, évalua la situation mentalement, tout en transmettant ses pensées à son acolyte canin.


- La chose est grande, forte, agile, rapide et possède une arme dont elle sait se servir. Agir avec retenue et stratégie. Prendre la chose des deux côtés à la fois, ou faire diversion pour l'attaquer de dos. J'arrive à voir pulser une veine sur son cou, fit-elle en esquivant assez facilement un coup de hache. Il faut viser là. Ou les cuisses et les mollets, mais ils ont l'air solides. Je ne sais pas comment chasse ton espèce, mais c'est à toi de voir, lança-t-elle en évitant un coup vertical qui fit voler l'herbe autour de l'impact. Vite.
Invité
avatar
Invité
Re: Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny] - Lun 27 Aoû 2012 - 20:04
Zenny s’était transformé en … Non, en rien finalement, mais elle grandissait à vu d’œil aux cotés de Tenebrae. Il fut que peu étonné, après tout, tout le monde avait un pouvoir ici et manipuler les ombres était quand même plus étrange que de grandir … Elle finit par être bien plus grande que lui, presque à la hauteur d’un humain, à l’humeur d’une bête sauvage enragée. Elle ne tarda pas à sauter sur le monstre pour essayer de l’avoir mais la bestiole était assez forte pour la repousser. Pourtant, un chaton de cette taille, ça fait un peu lourd à contrer…

Tenebrae, quand à lui, s’était plutôt assit en fixant la bête. Même lors de son vivant, il n’était pas un fonceur. Lorsqu’il devait tuer, il le faisait toujours … en y réfléchissant, avec calme et doigté. Bien évidement, il tuait de simple humains … Mais l’air dans son regard ne changeait pas pour se monstre, c’est sans sentiment qu’il visualisait ce qu’il allait faire pour torturer la bête, et qu’elle souffre le plus possible … Il ne s’en faisait nullement pour Zenny, elle avait l’air de très bien se débrouiller. Par contre, ses paroles l’agacèrent. Tenebrae n’était pas très travaille d’équipe et il savait comment tuer, qu’elle ait l’air de dire le contraire lui hérissait les poils. Il était le seul à décider pour lui ce qu’il devait faire.

Ne t’en fait pas, cela sera facile … Je ne chasse pas moi, je tue …

Alors qu’il restait immobile, toujours assit et ne semblant pas vouloir partir de là, il fit agir son pouvoir, les yeux luisant d’une lueur sombre. Alors que le Gnoll essayait d’atteindre la chatte en s’élançant, Tenebrae fit sortir de l’ombre une liane qui enlaça sa patte. La créature trébucha et fut stoppée dans son mouvement, un genou à terre. La liane disparut, la bête encore confuse de ce qui lui ait arrivée, et le chien sollicita une autre ombre pour porter le premier coup. Une aiguille noir assez épaisse sortit du sol face à lui et tenta de lui percer le torse. Mais une chose étonna Tenebrae, le fait que l’aiguille s’enfonce à peine et soit rapidement bloquée. Son pouvoir était mortel dans la théorie mais, malheureusement, pas des plus puissants pour le moment. Lui qui croyait directement déchirer le cœur en deux, l’empaler vif, son ombre n’est même pas assez robuste pour faire l’effet d’un poignard.
Bien sur, le Gnoll couina sous le picoti qu’il avait sentit, un peu de sang coulant sur l’ombre solide, sur son torse, mais ce n’était pas ça qui l’arrêterait. Au contraire, d’un coup de griffe, il brisa facilement l’aiguille et se releva, un peu plus énervé, pour s’élancer vers le manipulateur d’ombre. Les yeux de Tenebrae revinrent à la normal et il du cette fois se bouger les fesse pour ne pas prendre de coup. Par reflexe, il se jeta puis glissa à même la terre sous les jambes de l’animal pour éviter sa hache qui laissa sa marque dans le sol. Sa queue griffue s’accrocha au passage à la cheville du Gnoll, le tailladant et essayant d’enfoncer les lames de rasoirs qu’étaient ses doigts. Mais la chose était effectivement plus vive que prévue et réussit à attraper la main de Tenebrae, le ramenant entre ses jambes comme un chiot la queue entre les pattes, et le souleva presque devant lui.

Wow, ce n’était pas prévu ça !


En plus d’être humiliant, cela faisait mal … sa queue n’était pas faite pour supporter son propre poids. Bien pire risquait de lui arriver cependant, il espérait juste qu’il pourrait s’en sortir sans l’aide de Zenny. Pour quoi il passerait, lui ? Lui qui se plait à s’appeler tueur se ferait voler la vedette par une chatte ? C’était inconcevable mais le Gnoll commençait à sortir sa hache du sol, d’une seule main.


Dernière édition par Tenebrae le Jeu 30 Aoû 2012 - 13:58, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny] - Jeu 30 Aoû 2012 - 13:45
L'appel de la chasse était quelque chose de grandiose, quelque chose de tellement immense que même la mort ne vous faisait pas l'oublier la sensation qu'éprouvait le prédateur quand il parvenait à trouver une proie a sa mesure. Les rats des navires marchants, par exemple, étaient plus intelligents que les humains, à tel point que Zenny avait parfois eu du mal à en déloger certains. Ils avaient l'esprit retors et vicieux, mais c'était quand une proie opposait de la résistance que c'était le plus amusant. La chasse était un grand jeu pervers , violent et sanguinaire. Tuer n'était pas drôle, jouer l'était bien plus. C'est pourquoi les paroles de Tenebrae ne lui firent ni chaud ni froid. Elle s'amusait beaucoup trop, s'il ne voulait pas rejoindre la danse, tant pis pour lui. Elle était consciente que sa forme actuelle était quelque peu limitée dans le temps, mais 15 minutes seraient suffisantes. Mais contrairement à ce que disait le chien, ce ne serait pas facile du tout.

La chose était bien trop grande et rapide pour se faire avoir par les techniques basiques. Elle avait l'air de chasser elle même assez souvent et ses armes étaient un réel danger, même à la vitesse où les animaux surnaturels bougeaient. La peau du Gnoll était épaisse, elle le savait pour avoir éprouvé la chose, et arrêtait les coups de griffes assez facilement. Elle n'avait même pas entamé ses chairs. Le cou paraissait moins puissant que le reste du corps, mais le chat ne prit pas la peine de réitérer ses conseils. Tenebrae bougeait enfin. Du moins, son pouvoir, qu'elle avait déjà vu à l'œuvre un peu plus tôt. Pendant que l'adversaire se jetait sur elle, le cabot le fit tomber grâce à une fine liane qui s'entortilla autour de sa jambe. Elle ne vit pas grand-chose ensuite, vu qu'elle dut esquiver le corps tombant de la chose, mais quand le Gnoll se releva, il saignait. Une règle fondamentale de la vie. Si ça saigne, on peut le tuer. Un sourire fugace passa sur sa face féline. Qui s'évapora aussi sec quand Tenebrae se fit attraper, comme un bleu. Il avait quand même réussi à lui entailler la cheville. Visiblement, la queue du chien était une arme efficace.

La chose ramassait sa hache. Zenny mit en action une idée folle mise au point en un quart de seconde. Elle changea de taille jusqu'à reprendre sa forme normale et sauta élégamment sur le bras de l'animal, fit face à Tenebrae et commença à se lécher une patte. Elle fit un clin d'œil au chien, plus pour se rassurer elle même que pour jouer les héros. C'était quitte ou double pour son partenaire. Soit son pari était probant, soit il mourrait sur place, une hache plantée dans la tête. Elle entendit la hache s'abattre dans un sifflement proprement horrifiant. Horrifiant, mais bénéfique pour les réflexes. Zenny bougea au dernier moment, y laissant quelques poils roses du bout de sa queue, mais la hache s'abattit à l'endroit où elle se trouvait une milliseconde auparavant. Le bras s'écrase au sol.

Bon. Nous sommes quittes pour le sauvetage de vie mutuel. Elle l'aida à se libérer des gros doigts de la main coupée. Maintenant, on le tue ou bien ?

Elle lui fit son plus beau sourire, toutes canines dehors, avant de se remettre a changer de taille. Le sang commençait à couler de la blessure. Et le sang était excitant au possible pour les instincts d'une chasseresse centenaire.
Invité
avatar
Invité
Re: Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny] - Lun 3 Sep 2012 - 12:53
Il voyait déjà la hache entre ses deux yeux, ou encore, entre sa tête et le reste de son corps. Il n’était pas assez fort ni habille au niveau de sa queue pour tenter une quelconque acrobatie et mise à part les ombre, sa seule réelle arme se révèle être les griffes de sa queue. Et quand aux ombres, il ne voyait pas trop quoi faire, dans la panique, pour qu’il lâche prise … Puis vint Zenny, la personne qu’il ne voulait pas voir venir mais il n’avait pas d’autre choix que de lui faire confiance, vu la situation. La chatte sauta sur le bras du Gnoll, mais cette fois dans sa forme originel. D’un clin d’œil, elle fit comprendre à Tenebrae qu’elle savait ce qu’elle faisait… Simple spectateur, le chien regardait donc avec angoisse la bête lever son arme et l’abattre sur la chatte. Par chance ou par expérience, la gardienne réussit à sauter au dernier moment et au même moment, Tenebrae tomba lourdement au sol. Zenny l’aida à enlever le bras décapité de la chose qui s’accrochait toujours à sa queue et il se releva.

Bon. Nous sommes quittes pour le sauvetage de vie mutuel. Maintenant, on le tue ou bien ?

Elle lui sourit avant de se transformer à nouveau, dépitant un peu Tenebrae qui était quelque part frustré d’avoir eu recours à elle pour s’en sortir. A la limite, ce combat le frustrait en générale, lui qui était convaincu qu’il possédait un pouvoir destructeur, il peut créer des ombres qui peuvent à peine transpercer les muscles d’une hyène géante …
Mais quoi qu’il en soit, le monstre était rentré dans une rage folle du à la perte de son bras, et surtout à cause de la douleur si vous vouliez l’avis de Tenebrae. Il agitait sa hache comme un damné , de telle façon à ce qu’on ne puisse pas l’approcher et que si lui s’approche, les deux gardiens se prennent un coup mortelle.

Le ténébreux reculait en guettant le bon moment, tout comme Zenny qui, par sa taille, arrivait même à contrer certain de ses coups d’un simple coup de patte. Tenebrae tentait de faire pareille en érigeant des obstacles d’ombre, croyant même pouvoir l’atteindre lorsqu’il réussit grâce à ses ombres à plaquer sa hache au sol un court instant. Mais le Gnoll était trop fort pour que l’ombre garde son arme et, lorsque Tenebrae sauta vers lui pour lui taillader la gorge, son bras se libera et il fut repoussé violement. Il roula sur le sol jusqu’à atterrir dans un parterre de fleure étrange, seul chose qui lui rappela qu’il était dans une espèce de jungle d’ailleurs … La chatte semblait se débrouiller, elle, pour garder la chose à distance pendant que Tenebrae se remettait … assez difficilement de ce coup. La cause ? Le pollen irritant des plantes qu’il avait bousculé. Il ne pouvait s’empêcher d’éternuer et de pleurer tellement ses yeux et son museau étaient agressé par une odeur de l’enfer lui-même. Il s’écarta un peu du combat, le temps de se nettoyer le visage, complètement abattu par cette gène sans nom. Une ou deux minute plus tard, lorsqu’il commençait à nouveau à voir normalement et à contrôler ses éternuements, il eut une idée qui allait leur apporter la victoire. Il récolta un bouquet de fleure dans son unique main et se dirigea à nouveau vers les deux combattant qui se défendaient aussi bien l’un que l’autre.
Pour se faire remarqué, Tenebrae fit sortir une autre aiguille du sol qui alla se planter dans le flanc du Gnoll et se retira vite fait. La bête couina, ne cherchant pas à comprendre, et se désintéressa de Zenny pour essayer de trancher Tenebrae. La hache arrivait vers lui d’un coup horizontal qu’il para en érigeant un petit muret d’ombre. Le canidé sauta alors au visage de la bête, s’appuyant sur le reste de son bras pour l’escalader et arriver à monter sur son dos. Il mordit son oreille, plus pour avoir de quoi se retenir que pour le blesser, et lui tendit le bouquet de fleure sous son nez… l’effet fut immédiat. Il commença à éternuer d’une manière incontrôlable, lâchant même sa hache alors que le chien plaquait les plantes contre son visage.

Zenny, c’est maintenant !!
Contenu sponsorisé
Re: Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny] -
Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Deux protecteurs, huit pattes, un probléme [PV: Zenny]
» La problématique de l’enseignement supérieur Ayitien
» La problématique de l’albinisme en Afrique: superstition ou corruption?
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» La problématique des bassins versants ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page