Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Tout oublié

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tout oublié - Mar 23 Juin 2015 - 20:38

Cauchemar


Alors que Yanina rentre dans la chambre, une serviette de bain enroulée autour de la taille, elle prononce quelques mots d’une voix faible avant de s’écrouler. Maya tend la main pour la rejoindre, mais c’est finalement Clarke qui arrive et l’assiste la première. Impuissante, la jeune adolescente paraît très inquiète de l’état de son amie… très inquiète et totalement dépassée. Elle ne s’attendait pas à ce que celle-ci soit en forme après ce qui s’est passé… mais elle ne s’attendait pas non plus à ce que cela empire. Les lames étaient-elles empoisonnées ? Les blessures sont-elles plus graves que ce qu’elle avait imaginé ? Si seulement elle avait des notions en médecine…
Clarke l’aide à avancer et à s’asseoir sur son lit avant de donner des conseils sûrement biens avisés. Maya hoche la tête : elle fera ce que cette femme lui a demandé. En attendant, dès qu’elle s’éloigne, c’est Maya qui prend le relais au côté de Yanina.

Quand Clarke fusille le comportement des apprentis dieux, Maya ne peut que baisser la tête et prendre une mine sombre, elle aussi convaincue. Isanagi Tensho était un homme bien meilleur que ces types… et il l’est toujours, où qu’il soit. Comment est-ce que de telles agressions peuvent arriver sans que personne ne lève le petit doigt ? Qu’a fait le conseil des élèves jusque-là ? Une bien belle pique envers eux… ces bons à rien qu’elle remplacera au pied levé. L’académie s’en tirera mieux avec des personnes motivées à sa direction… pas forcément des guerriers qui laissent tout passer.

Un timide « Bonne nuit Clarke, dormez bien… » accompagne la sortie de celle qui était encore une inconnue une heure plus tôt. Elles se reverront bien assez tôt pour la suite de leur enquête, et finiront par connaître le fin mot de l’histoire. En attendant…
Fatiguée, fiévreuse… Comment est-ce que Yanina pourrait se reposer dans cet état ? Elle n’arrivera pas à dormir… et ça ne l’aidera pas à guérir. Maya pose sa main sur son front brûlant. Elle prend sa main dans la sienne, pour vérifier la température de sa peau. Cette chaleur n’est pas due à la température de la douche… son corps est engagé dans une lutte, il se défend d’une agression.

- Yanie… ça ne va pas, je ne vais pas te laisser comme ça. Je ne sais pas pourquoi, mais ton état s’aggrave… et je ne risquerais pas le diable. Tant pis, allons à l’infirmerie tout de suite… et pas la peine de discuter. Ni de mentir d’ailleurs…

Y aller dans cette tenue serait impensable, alors Maya va de nouveau fouiller dans leur placard pour récupérer un pantalon et une veste de pyjama. Elle l’aide à enfiler le pantalon sous sa serviette de bain, puis se positionne derrière elle pour l’aider à enfiler la veste, une fois la serviette tombée. Yanina semble molle et rechignante… mais il lui est impossible de faire de la résistance : son amie est bien trop insistante et déterminée. Une fois la blessée habillée, Maya redescend du matelas et s’agenouille devant Yanina en lui tournant le dos. Elle l’aide à s’allonger sur son dos, à passer ses bras autour de son cou pour se tenir, puis attrape ses jambes et la soulève. Elle ajuste, rééquilibre la charge et trouve une position confortable adéquate pour que ni l’une ni l’autre n’aient à souffrir durant le trajet. Difficile de la transporter autrement, mais Yanina est légère, Maya arrivera à l’emmener jusqu’à l’infirmerie en la portant sur son dos sans problème.

- Tiens-toi bien surtout. Allez, dans cinq à dix minutes, nous y serons… et il y aura forcément quelqu’un de garde, j’en suis sûre. Tu résistes jusque-là, d’accord ? N’oublie pas que tu es forte… et que c’est la stricte vérité.

Assez forte pour ouvrir les portes, elle l’espère… parce qu’avec les deux bras pris, Maya ne sera pas capable de baisser les clenches pour avancer… tout juste pousser les portes du bout du pied. Les deux filles sortent donc de la chambre, laissant derrière elles toutes leurs affaires en plan. Dans le couloir, la membre du conseil, curieuse, se demande par où est partie Clarke. Peut-être qu’elle dort plus près qu’elles ne le pensent ? Ce sera l’occasion de regarder sur les registres… puisqu’en tant que future Déléguée de Communication, elle sera censée tout connaître, tout savoir.

Sur la route, dans les escaliers, Maya pousse la chansonnette, fredonnant des airs doux et mélodieux pour calmer ses inquiétudes… quand bien même celles-ci restent palpables. Tant qu’elle continue d’entendre et de sentir la respiration de Yanina sur son cou, tout va bien. Bientôt, les filles sortent des dortoirs et s’engagent dans les chemins de l’académie. La nuit est calme, personne en vue… mais Maya reste sur ses gardes. Jamais plus elle ne se sentira en sécurité maintenant.

Bâtiments de classes, Maya commence à avoir mal au dos. Elle n’a pas l’habitude, il faudra qu’elle s’entraîne, là encore. De nouvelles marchent à monter, de nouveaux couloirs à traverser… ça semble ne jamais en finir. Et finalement si : la porte est en vue… et il y a de la lumière ! Poussant la porte, Maya entre dans l’infirmerie, regarde à gauche et à droite, puis avance vers un lit encore vide. L’infirmière tourne la tête vers elles, alors qu’elle soignait un autre patient.

- C’est pour ?
- Une agression, mon amie est blessée, fiévreuse… je ne sais pas ce qu’elle a mais elle ne va pas bien…

S’accroupissant, Maya aide Yanina à descendre de son dos et à s’allonger ensuite sur le lit.
Alors que l’infirmière commence à déshabiller et à ausculter Yanina, Maya observe les deux corps occupant les lits voisins, curieuse. Deux cadavres, dont l’un sacrément amoché et l’autre avec le cou brisé. Morts il y a peu, sans doute…
Horreur !
Elle espère qu’il ne s’agit pas de…
Maya attrape une chaise et s’assoit à côté de son amie, afin de lui masquer les lits d’à côté. Elle lui caresse le visage et se veut rassurante. Ils n’ont pas encore été ressuscités… et une vivante est plus importante que des morts. L’infirmière s’occupera de Yanina avant… ses agresseurs… sûrement assassinés par Clarke.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1632

Feuille de personnage
Niveau:
13/30  (13/30)
Expériences :
1351/2000  (1351/2000)
Votre domaine: La Terre
avatar
♡ Titanfall ♡
♡ Titanfall ♡
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tout oublié - Mer 24 Juin 2015 - 23:14




Clarke. C'est à ce nom qu'elle répondait. C'est qu'elle avait entendu en tout cas avant de s'agenouiller lamentablement au sol. C'est d'ailleurs cette dernière qui était venu l'aider à s'installer dans son lit, était-ce de la pitié ? Aucune idée, son esprit était trop embrouillé pour faire tel ou tel jugement sur une personne. Après un ou deux échanges à peine, la jeune rouquine comprenait que Clarke allait partir, quant à ses dernières paroles... elle devait reconnaître que c'était à méditer. Quand bien même leurs objectifs restaient flou à ses yeux. Elle avait été conditionnée à se dire que c'était eux les méchants et Deus le gentil dans l'histoire, mais qu'en était-il réellement ? Certes deux des leurs s'en étaient pris à sa famille, mais autrement ? Étaient-ils si différent de nous au final... peut-être pas après tout, elle ne pouvait que le constater de par ses blessures. Les yeux fermés elle entendit la voix de Maya dire bonne nuit à Clarke, mais faiblement, est-ce que c'était elle qui était proche de l'inconscience ou alors sa colocataire qui parlait vraiment bas ?

Aucune idée... peu après que Clarke soit partie, Maya qui était au chevet de l'adolescente, lui disait qu'elle ne pouvait pas rester ici, qu'elle était obligée d'aller à l'infirmerie. Elle tentait bien de prendre sa main pour qu'elle se veut rassurante mais rien n'y faisait, elle était déjà entrain de vouloir l'habiller un minimum pour aller jusqu'à l'infirmerie. Elle aurait voulu qu'elle arrête tout ça, lui dire que c'était inutile d'en faire autant pour elle après ce qu'elle avait fait mais Maya ne l'écouterait sûrement pas. Il fallut un moment avant qu'elle soit habillée complètement et qu'elle s'installe sur son dos également. Yanie fût forcée de faire un effort assez titanesque pour son état, entre se placer sur le dos et ensuite ouvrir la porte ou du moins juste tourner la poignée. Puis entre cet instant là où elles étaient sorties et son arrivé à l'infirmerie, elle était à moitié endormie. Elle savait qu'elle faisait le trajet chambre - infirmerie mais ne se souvenait pas du tout des endroits par où elle regardait, comme si elle se retrouvait de manière régulière à aller d'un point A à un point B s'en s'être souvenu d'avoir fait le trajet. Elle n'avait qu'entendre quelque mots sortant de la bouche de Maya, tout ce qu'elle avait entendu c'était "Tiens-toi bien", "forte" et "vérité". Elle eu la force de sourire en entendant ces mots là.

C'est alors qu'elle fut allongée sur le lit, elle voyait bien qu'il y avait d'autres personne mais incapable de savoir qui. Elle avait voulu tourner la tête pour le savoir mais Maya lui boucha la vue à l'instant même, elle ne savait pas que c'était pour cacher le spectacle d'horreur qui orrait pu s'offrir à elle. Au final, tout était de sa faute. Clarke ne voulait que des réponses, et Maya aussi... elle ne l'a pas cru... elle a douté de ses paroles. A ce moment là Yanie voyait en Clarke une fille bienfaisante, quelqu'un de sympathique... bref... quelqu'un que Maya pouvait considérer comme une amie, ils étaient tellement rare. Seulement ce qu'elle ne savait pas, mais que seul le conteur lui savait, c'était que Clarke n'était pas du tout ce qu'elle laissait paraître, traîtrise, manipulatrice, fourberie, violente... voilà ce qui la qualifiait vraiment. Se tournant vers Maya, une main sur la joue.

- Clarke, elle gentille hein ? Maya ? Pas vrai ? Fit-elle faiblement, on aurait presque pu croire qu'elle délirait en disant ça et surtout la manière dont elle le disait, comme si elle était désespérée de voir encore quelqu'un de gentil.

- Je vais devoir t'enlever ces... machins que tu as sur le corps. Tu risques d'avoir mal... et de saigner de nouveau. Mais si je ne le fais pas ton état empirera.

- Juste... laissez-moi... ces cicatrices... s'il vous plaît... Répliqua-t-elle avec ce qui lui restait de force. Avant de tomber à moitié dans les vapes.

L'infirmière ne comprenait pas vraiment, en fait, seule Maya pouvait réellement comprendre le sens de cette phrase. Elle enleva les habits de la jeune élève (non sans difficultés) avant de procéder à l'opération. Ré-ouvrant ainsi les plaies accompagnées de la douleur qui allait bien avec. Yanie avait mal, très mal, mais elle ne pouvait rien faire, elle ne faisait que lâcher des petits cris de douleurs étouffés, c'est tout ce dont elle était capable, subir et supporter du mieux qu'elle le pouvait. l'opération fut longue et douloureuse, elle avait tout fait un à un, au lieu de tout faire d'un coup. Inconsciemment elle serait la main de Maya, comme si c'était un message pour lui demander de ne pas partir, de ne pas la laisser seule même si elle l'aurait mérité pour le coup en fait. Elle ne voulait pas être de nouveau seule, ça la terrifiait maintenant... tout ces amis et connaissances qu'elle avait perdues... dire de ne plus jamais vouloir en perdre serait une utopie, mais le moins possible serait le mieux et sûrement pas Maya. A l'instant c'était la dernière personne qu'elle voulait perdre... mais parmi les disparus, il y a encore une qui était vivante encore, elle en était sûre. Une raison de plus pour ne pas se laisser abattre ? Sinon c'était cette personne qui se chargerait de l'abattre elle-même... donc dans un sens... il valait mieux continuer de se battre.





Veux-tu connaître mon histoire ?
♣ Veux-tu voir mon journal ? ♣
Code couleur ~ #EC9D01
♥ 祝大家新年快乐, 就算你们不知道读中文 ♥
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tout oublié - Dim 28 Juin 2015 - 13:44

Déchirée


Souffrance, fièvre… mais sourire et espoir. Maya continue de caresser son visage pour la rassurer, pour montrer sa présence continue à ses côtés.

- Oui Yanie… Clarke est très gentille, je suis sûre qu’elle dit la vérité et qu’elle pourra nous aider. Je ne sais toujours pas si… quelque chose s’est passé entre nous pendant cette soirée… si c’était vrai ou si nous sommes face à une machination… mais que ce soit tombé sur Clarke… c’est rassurant. C’est une bonne personne.

Maya se rend compte trop tard qu’elle est allée un peu trop loin dans la confidence… mais comme toujours, tout cela est bien trop compliqué. Il y a des choses qu’elle peut dire, et d’autres qu’elle doit éviter. Clarke a beau être une « bonne personne »… comment faut-il la ranger dans l’échelle de l’amitié ? Cela impliquerait également d’y ranger Yanina une bonne fois pour toutes, de la classer dans la catégorie adéquate… et ça, c’est un problème. Mais pour la rassurer… est-il nécessaire de dire à Yanina qu’elle est au-dessus de tous les autres ? Son amie est-elle jalouse ? A-t-elle des raisons de s’inquiéter ? Si l’on en croit ces images sur les Dea’Portables… Mais c’est tout bonnement… compliqué.

Regardant l’opération se dérouler sous ses yeux, Maya voit les blessures se rouvrir à peine les pansements de fortune retirés. Le sang coule… et il est d’une couleur et d’une consistance abominables. La peau de Yanina est légèrement violacée autour des coupures, signe évident d’infection et de manque d’oxygène dans ces cellules… parce que ça, aussi stupide soit-elle, l’adolescente le devine aisément. Le sang n’a plus été capable de circuler correctement dans ces zones, abandonnant l’oxygénation de certains organes et… leur mort prématurée. Pas étonnant que Yanina grimace… qu’elle souffre… Maya s’étant attelée à accélérer le processus conduisant à sa mort, plutôt qu’à la guérir ou la soulager réellement. La pauvre fille se sent soudainement idiote, coupable. Elle regarde le visage fermé de son amie, désolée. Oui, c’est elle qui est responsable maintenant… c’est elle qui a cherché à la tuer.
Elle cesse de serrer sa main…

Les minutes passent, pendant lesquelles on n’entend plus que les gémissements et les plaintes sortant de la bouche de Yanina. Maya, le regard perdu sur le corps dénudé et meurtri de son amie, est absente. Pour son propre bien, elle doit faire quelque chose… mais par respect pour sa camarade, elle ne doit rien faire. « Laisser les cicatrices »… À chaque fois qu’elle se dénudera, elle les verra et se rappellera. Chaque douche, chaque bain, chaque matin au levé et chaque soir au couché… elle sera torturée par cette vision macabre. Les cicatrices pourraient la rendre forte… comme elles pourraient la briser. On ne marque pas un corps après un viol pour se rappeler… ça ne marche pas comme ça. Il faut effacer les traces quand cela est possible, même si les souvenirs restent.

- Attendez… ne laissez pas…

A-t-elle le droit de choisir pour Yanina ?
Son amie a prouvé son incapacité à prendre les bonnes décisions. Elle est sortie seule de la chambre, sur un coup de tête, et n’a pas cherché à se défendre – ou si peu – face à des agresseurs. Dans les esprits… si Yanina doit être mise sous tutelle à cause d’une déficience quelconque… sa famille… ou sa plus proche amie doit choisir pour elle. Quelle est la bonne solution ? Accepter… ou passer outre ?

- Oui ?

La jeune femme a envie de s’en mordre les doigts. Elle approche la main de Yanina de ses lèvres et y dépose un baiser avant de serrer fort à nouveau.

- Yanie… ça suffit. Quand tu seras réveillée, tu vas me promettre de faire ce que je te dirais. Grande sœur, tutrice, ou… Elle déglutit. Ce que tu veux, mais quand tu auras envie de quelque chose… je regrette, mais tu devras me demander mon avis avant de laisser parler tes hormones. Ce qui t’arrive est beaucoup plus grave que ce que je pensais… et je ne peux pas permettre que nous souffrions toutes les deux. Je te canaliserai, Yanie. Puis, après un moment de pause, portant son regard sur l’infirmière. Soignez là s’il vous plaît, mais laissez… des cicatrices là où se trouvent les blessures… je vous prie. C’est notre requête.
- … Très bien, pas de problème.

Elle est compréhensive… elle ne sait pas quel type de relations ces deux jeunes femmes entretiennent… mais elle fera ce qu’on lui demande de faire. Aussi bizarre que cela puisse paraître, les cicatrices sont temporaires, elles pourront facilement être retirées plus tard… Maya en est sûre. Certaines personnes possèdent des facultés de soin très poussées, qui permettent au corps de retrouver un état passé. Si l’adolescente le juge nécessaire, elle prendra contact avec ces gens pour aider Yanina à nouveau. Elle fera tout pour elle, si, de l’autre sens, Yanina fait exactement tout ce que Maya préconise. Tel est le deal maintenant…

La membre du conseil lâche finalement la main de son amie et replace son bras le long de son corps. Il reste du travail, l’infirmière va s’en occuper. Maya se relève et regarde encore ce corps… ce si beau corps… qui va rester souillé et enlaidi par ces horribles cicatrices. Il sera difficile de poser les yeux dessus pour le reluquer désormais. Les mauvais souvenirs perdureront.
Se retournant, Maya s’avance vers le cadavre encore en un seul morceau, monte sur le matelas et s’assoit à califourchon au-dessus du corps. Elle regarde cette fripouille… serre les dents et les poings… et se met à le frapper de toutes ses forces. Droite, gauche, droite, gauche. Elle entend sa mâchoire se briser, sous le regard médusé de l’infirmière… qui pourtant, semble saisir et finit par ne plus y prêter attention. Gauche, droite, gauche, droite… ces ordures, même s’ils ne sentent plus rien, doivent payer. De leur faute… l’esprit de Yanina sera entaché et hanté par cette agression pour le restant de ses jours.

Après un énième coup qui vient briser le nez du cadavre, Maya, haletante, se relève et saisit le corps pour le renverser sur le sol, tête la première. Le saisissant par le col de la chemise, elle le relève encore, le bloque contre elle et va foncer dans un mur pour l’y encastrer. Nouveaux coups dans l’estomac, dans le torse, dans la tête. Pour finir, elle l’agrippe une dernière fois, tourne sur elle-même pour lui faire prendre de la vitesse et de l’élan, puis elle le lâche en direction de la fenêtre qu’il traverse littéralement. Cette chute de plusieurs étages sciera parfaitement avec sa face éclatée.
Se tournant vers l’autre corps, découpé, déchiré, et dont l’intérieur se balade à l’air libre, Maya s’avance… grimace… puis s’écroule sur le sol avant de vomir. Elle respire… puis se relève difficilement… regardant une nouvelle fois cette carcasse odorante d’un mauvais œil. La jeune femme… ne fera rien de plus à cette victime, il a déjà payé suffisamment… grâce à Clarke.

Titubant, Maya retourne aux côtés de Yanina et pose sa tête sur le matelas, mêlant ses cheveux aux siens. Dès que son amie sera sauvée… l’affaire de quelques heures… Maya la portera jusqu’à son lit, dans leur chambre. Jamais elle ne la laissera seule ici.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1632

Feuille de personnage
Niveau:
13/30  (13/30)
Expériences :
1351/2000  (1351/2000)
Votre domaine: La Terre
avatar
♡ Titanfall ♡
♡ Titanfall ♡
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tout oublié - Sam 4 Juil 2015 - 22:02




Maya tentait bien de la rassurer, en disant également du bien de Clarke, peut-être un peu trop ? Mais elle était là, main contre son visage, elle montrait qu'elle était présente pour la jeune rouquine, qu'importe ce qui venait d'arriver, même si elle savait que ce n'était pas à refaire... c'est alors que se déroulait l'opération douloureuse, au début elle étouffait ses cris quand Maya était encore là, avec cette présence qu'elle sentait elle se pensait plus forte, une idée qu'elle s'était mise en tête pour mieux supporter la douleur sans doute, il paraît que sa faisait moins mal d'être accompagné que d'être seul. Quelques instants plus tard seulement, elle cessa de ressentir cette présence si rassurante, elle se sentait si seule... c'est alors que le calvaire commençait vraiment, lâchant de plus grand cris, le sang dégoulinant de partout sur son corps, un sang qui avait eu un manque d'oxygène, bien plus sombre que d'habitude.

Le temps semblaient si long et pourtant, il s'écoulait en quelques minutes seulement, pas plus. Cette douleur semblait ne jamais vouloir finir, jusqu'à ce que l'infirmière s'arrêta un moment, à cet instant là son esprit était assez troublé et fatigué aussi, sa vue aussi se faisait trouble, la fatigue devenait de plus en plus intense. Elle entendait Maya et l'infirmière discuter ensemble, elle savait vaguement qu'elle parlait de ses cicatrices, ce n'est que quand Maya s'adressa directement à elle que Yanina se concentra de toutes ses forces pour l'écouter. Ce qui l'avait interpellé c'était de nouveau cette présence et ce baiser qu'elle reçu sur le bout de ses doigts, doux et chaleureux... Elle ne put qu’acquiescer de la tête, trop faible pour parler pour le moment, elle ne pouvait sortir que quelques bref gémissement où on comprenant juste qu'elle approuvait les dire de Maya, qu'elle n'était pas contre, bien au contraire... bref, quelque chose dans le genre.

Puis de nouveau cette présence s'en alla, elle ne savait pas vraiment ce qu'il se passait mais elle entendait des bruits qui étaient proche, bien trop proche... elle ne pouvait même pas identifier ce que c'était tellement ça tête tournait avec cette nouvelle perte de sang. L'infirmière faisait tout pour arrêter l’hémorragie d'ailleurs, hémorragie qui s'arrêta quelques instant plus tard. Yanie était exténuée, pendant cette opération il lui semblait avoir entendu un bruit de verre qui se brisait, elle ne savait vraiment plus ce qu'il se passait autour d'elle, c'était la guerre ? Non quand même... peut-être pas non plus... Puis Maya était de retour à nouveau, comme épuisée, elle entendait son souffle alors qu'elles étaient l'une contre l'autre, tête contre tête quasiment, Maya assise juste à côté. Yanie tourna sa tête et essaya de venir caresser du bout des doigts cette touffe de cheveux, lui adressant le plus beau sourire qu'elle était possible de lui faire.

- Je suis désolé de t'avoir causé tant de soucis... je ne voulais pas, que ça tourne comme ça. La prochaine fois tu me donnera un coup sur la tête pour m'arrêter. Fit-elle en rigolant un peu et en tirant la langue avant de tourner sa tête brusquement pour tousser.

Elle devait se reposer, ne pas trop parler... elle se retourna de nouveau coller son front contre celui de Maya, fermant ainsi les yeux pour avoir cette sensation de repos. Elle s'imaginait loin d'ici, sur une plage ou n'importe quel endroit ensoleillé avec pour support un transat ou bien une serviette sur du sable et Maya à côté, profitant toute les deux du beau temps, loin de ces malheurs, ces histoires, de l'académie, des renégats, tout... aucun problème si ce n'était les petits aléas de la vie. Pas grand chose en soit quoi. Mais il fallait se rendre à l'évidence, ce genre de moment sera sûrement très très rare, elle ne sait même pas si un jour elle pourrait profiter d'une telle journée juste pour se détendre et se reposer l'esprit. Du repos, oui, c'est tout ce qu'elle voulait... s'en était même devenu un rêve, ça et aussi d'avoir des moments où elle se sentirait humaine, normale... C'est dans ces pensées là qu'elle commença à s'endormir, elle était dans une phase de sommeil très léger où le moindre bruit pourrait la réveiller, elle savait que des gens étaient non loin d'elle, mais son esprit lui, était plus loin que là où se trouvait son corps.





Veux-tu connaître mon histoire ?
♣ Veux-tu voir mon journal ? ♣
Code couleur ~ #EC9D01
♥ 祝大家新年快乐, 就算你们不知道读中文 ♥


Dernière édition par Yanina Lando le Jeu 12 Nov 2015 - 22:15, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tout oublié - Jeu 16 Juil 2015 - 18:42
Pour Yanina


Non Yanina… la prochaine fois, Maya ne te donnera pas un coup sur la tête pour t’arrêter…
Front contre front, l’adolescente regarde son amie se reposer. Ce n’était pas le bon moment pour sortir une tirade humoristique… mais Yanina est Yanina, il ne faut pas la blâmer, juste la remercier de se montrer si joueuse dans les moments les plus difficiles. Une chose est sûre : elle a compris et accepté la vie qu’elle va désormais devoir mener. Maya en est soulagée… même s’il sera difficile de la contrôler contre sa volonté. Ses pouvoirs étant plus puissants que ceux de l’adolescente, plus tournés vers le combat… une simple crise lui permettrait de mettre sa camarade hors d’état de nuire et de s’enfuir. Qu’elle se pardonne ensuite ou non ses actes, c’est une autre histoire…
Mais c’est aussi à Maya de tenir sa promesse et d’empêcher Yanina de se conduire ainsi… sans quoi son amie aura de bonnes raisons de lui en vouloir. Il faudra le faire à fond. L’enfermer dans la chambre ? Ne la laisser sortir qu’en sa présence, sous certaines conditions ? L’attacher à son lit ? La droguer ? Ce sont des extrêmes… elle ne peut pas aller jusque-là. À quoi bon la transformer en légume… si elles ne peuvent plus discuter et vivre ensemble comme avant ?

Où est le juste milieu ?

Les soins durent.
L’infirmière guérit les tissus internes, les vaisseaux sanguins, les muscles, puis les blessures externes… en prenant soin de laisser des cicatrices visibles. Maya les regarde toutes les quatre, ces ignobles impuretés qui tachent le corps de son amie. Elle pose son index sur celle qui se trouve près de son épaule droite et la parcourt du bout du doigt, avant de soupirer. Comment a-t-elle pu accepter de lui laisser de telles abominations ?

- Bien, voilà qui est fait. Il faut la laisser se reposer maintenant, une nuit ici devrait suffire.
- … non, impossible, je veux la ramener dans notre chambre maintenant. rétorque Maya du tac au tac, après s’être redressée. Elle n’est pas en sécurité ici… encore moins si ces… types… se réveillent.
- Je regrette, elle n’est pas en état d’être transportée, ses blessures pourraient se rouvrir.

Maya ouvre la bouche pour répondre… mais elle se rétracte et soupire. Visiblement, elle est contrariée par cette mauvaise nouvelle, à laquelle elle ne peut rester sourde. Si les blessures de Yanina se rouvrent et qu’elle meurt durant la nuit… ce serait… mieux vaut ne pas l’imaginer. Mais se réveiller en voyant ses bourreaux se faire soigner à côté d’elle, c’est concevable, ça ?

- C… combien de temps… avant que je puisse la ramener ? Je ferai très attention, je serai la moins brusque possible, promis… je veux juste qu’elle se réveille… en douceur, « chez elle ». fait Maya, implorant l’infirmière de raccourcir le temps de guérison alors qu’elle ne peut rien y changer.
- Têtue… réplique la femme en se relevant.
- Je vous en prie, combien… ?
- … deux heures.

L’infirmière soupire en sortant de la pièce, Maya la salue respectueusement pour la remercier. Regardant ensuite l’horloge, elle note l’heure dans sa tête et démarre le compte à rebours : ce sera deux heures, pas une seconde de plus.
Observant le corps dénudé et couvert de sang de Yanina… l’adolescente grimace. Pas question de rester inactive ou de s’endormir… alors, elle va en profiter pour la laver, la purifier. Direction les toilettes pour récupérer une bassine, la remplir d’eau froide, puis choper un gant de toilette et retourner près de son amie, s’asseyant sur le lit, à ses côtés. Gorger le gant d’eau, l’essorer, puis commencer à l’appliquer sur la peau pour absorber et laver toute impureté. Maya manipule les bras de son amie avec douceur et avec soin, afin de faire disparaître les traces de sang dans les moindres recoins. Elle rougit légèrement quand elle doit effleurer sa poitrine… mais rien de trop gênant. Aucun sous-entendu.

Une fois le corps rincé et essuyé, Maya recouvre son amie du drap pour cacher son corps entièrement dévêtu, ainsi que pour la garder au chaud… même si la fièvre n’est pas encore tombée et que la température de son corps reste trop élevée. Pendant plusieurs minutes, elle va ensuite regarder cette eau et ce gant rougis par le sang… imprimant l’image dans un coin de sa mémoire pour finir de l’en dégoûter. Caressant la joue de Yanina, au bord des larmes, l’adolescente se relève et court aux toilettes pour se débarrasser des preuves de cette effroyable torture. Regardant son reflet dans le miroir… elle observe son visage, meurtri par la culpabilité. Des yeux rouges gonflés, des cernes, une mine épouvantable… mais soit, Maya n’est pas jolie, elle n’est que ce qu’elle est.

À son retour, la membre du conseil voit l’infirmière ramener un corps… celui de l’agresseur, sur lequel elle s’est défoulée. Maya préfère ne pas y prêter attention, et retourne s’asseoir… puis s’allonger près de Yanina, serrant son bras contre sa poitrine.

30 minutes, une heure, deux heures.
Alors qu’un gémissement se fait attendre dans la pièce, confirmant la résurrection des agresseurs, Maya se relève et commence à envelopper son amie dans le drap de telle sorte qu’il ne puisse pas tomber. Elle la transportera comme ça, tant pis… il n’y a plus de temps à perdre. La faisant glisser sur son dos, attrapant ses jambes, les voilà reparties de la même manière qu’elles sont venues… sans le sang ni le stress, cette fois.

- … faites attention, et bonne nuit.
- Bonne nuit madame, merci pour tout.

Dehors, une faible lumière commence à éclairer l’horizon… le jour sera bientôt levé. Les deux amies parcourent donc les chemins gravillonnés, rentrent dans le bâtiment des dortoirs, montent les étages tant bien que mal et rentrent chez elles, sans avoir croisé âme qui vive. Maya fait ce qu’elle peut pour pousser les portes du pied, lâche parfois une jambe de Yanina pour se frayer un chemin… tente même plusieurs positions différentes pour la transporter, mais le manque de force l’handicape. Finalement, dans leur chambre, l’adolescente dépose son amie sur son lit, l’allonge confortablement, réajuste encore une fois le drap sur elle, puis la regarde… avant de saisir son poignet. Faisant glisser son doigt le long de celui-ci, la déesse trace une ligne argentée, représentant un dessin, une nouvelle matérialisation à venir.
Trois tours autour du poignet, puis elle redépose le bras tout en continuant de dessiner. Une ligne qu’elle allonge, zigzaguant dans l’air pour lui donner beaucoup de longueur, puis elle pose son doigt et dessine autour de son propre poignet. Trois tours, là encore. Elle ferme ensuite les yeux, se concentre… puis matérialise ce qui ressemble à une corde blanche, fine et robuste, qui lie les deux amies et les empêchera de s’éloigner l’une de l’autre.

Pour cette nuit uniquement.
Maya saura se rassurer, le matin venu.
D’une autre façon peut-être.

Épuisée, après avoir fermé la porte de la chambre à clef, la jeune femme s’écroule sur son lit. Tournée vers Yanina, elle la regarde quelques secondes encore, avant de fermer les yeux.

- Bonne nuit Yanie, et excuse-moi pour tout.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1632

Feuille de personnage
Niveau:
13/30  (13/30)
Expériences :
1351/2000  (1351/2000)
Votre domaine: La Terre
avatar
♡ Titanfall ♡
♡ Titanfall ♡
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tout oublié - Jeu 12 Nov 2015 - 23:37




Loin de tout et de rien à la fois, Yanina naviguais entre monde "réel" et pays des songes. Réel... tout dépendait du point de vue à vrai dire, qui irait croire qu'une académie, dans une dimension dans laquelle on ne connait ni le lieu ni le temps et je ne sais quoi encore, d'apprentis dieu existait pour maintenir l'équilibre ou la paix dans le monde, une connerie du genre quoi... Et il nous demanderait très clairement si on en avait pas à faire partager ! De la farine.
Elle savait que Maya était là, à ses côtés, mais c'était comme si elle ne comprenait pas ce qu'elle disait ni à qui elle parlait. Elle en était arrivée à un point où elle ne savait plus ce qui était le vrai du faux. Est-ce que ce qu'elle faisait n'était qu'un rêve ou alors bien réel ? Impossible à dire... et ça ne faisait qu'empirer quand d'autres rêves commencèrent à se mêler à la danse.

La jeune rouquine se réveilla, elle était à l'infirmerie il semblerait, elle n'arrivait pas très bien à voir avec si peu de luminosité, mais pour une raison qu'elle ignorait, elle savait que c'était bien ce lieux-là. Elle se leva péniblement de son modeste lit, elle était habillée d'une simple robe blanche qui s'arrêtait aux genoux, à vrai dire il s'agissait plus d'un tissus blanc qu'une robe mais passons. Elle traversa la pièce, ses pieds touchant ce sol frais, elle ne faisait qu'avancer pas à pas, assez lentement manquant à tout instant de perdre l'équilibre. Elle ne sait même pas pourquoi elle marche, ni où elle va. Tout ce qu'elle savait c'est qu'elle ne comptait pas se rendre dans son nid, ni retrouver Maya pour elle ne savait quelle raison encore une fois. Son corps bougeait seul, comme envoûté, ou dicté par une force supérieure. Elle marchait si lentement, et pourtant le décors défilait à toute vitesse, à peine était-elle sortit de la pièce qu'elle se retrouvait dehors sous une lune noire donc le ciel était, non pas bleu foncé mais gris foncé, mais pourtant il faisait nuit, les autres étoiles se distinguaient très bien... il y avait de quoi en perdre la tête.  Elle marchait sur ce qui s'apparentait à de la neige, et là aussi encore chose complètement incompréhensible, ce n'était pas froid, juste... doux au touché. Puis soudain, un grand portail, qu'y avait-il derrière ? Elle ne l'avait encore jamais vu et surtout pas à cet endroit de l'académie. Elle tentait de faire le tour, mais rien n'y faisait, qu'elle aille à droite, à gauche, le portail se retrouvait toujours en face d'elle, n'avait-elle d'autres choix que de l'ouvrir et emprunter son passage ? Il semblerait en tout cas. Ne se posant pas mille et une question la jeune fille posa ses deux mains sur cette grande masse noire et l'enfonça d'un coup sec pour l'ouvrir en grand. Elle se retrouva attiré de force à l'intérieur, se retrouvant immédiatement dans l'eau, ne pouvant respirer et ne sachant même pas par où où aller, Yanina commença à paniquer, nageant là où pensait que c'était le moins dur, puis alors qu'elle pensait être à court d'oxygène, elle se retrouva propulser sur une plage qui lui semblait familière bien qu'elle n'y soit jamais aller... aussi bizarre soit-il.

- Yan... Entendit-elle en sursautant alors qu'elle reconnaissait cette voix, bien que macabre.

- Qui va-là ? S'empressa-t-elle de répondre.

- Pourquoi m'as-tu abandonné ?! Demande cette voix qui semblait à la fois triste et en colère.

- Montres-toi ! Dit Yani... La jeune fille se toucha la gorge et le reste du corps, elle était devenu à nouveau un homme, c'était Yan, le Yan qu'il était autre fois, qu'est-ce que cela voulait dire ? Aucune idée... c'est alors qu'une main dont il ne restait que le squelette se posa sur son épaule, Yan eu un bref mouvement de recule avant de faire face à son interlocuteur.

- Pourquoi m'as-tu abandonné ?!?! Redemanda à nouveau cette voix qui n'était autre que...

- Rit... Ritsu ? Finit par lâcher Yan de manière totalement abasourdit, tout en commençant à le pointer du doigt. - Tu es mort ! Tu nous as abandonné !

- Traître... Faible... Lâche... Il s'agissait de la voix de Ritsu, mais elle semblait venir de toutes les directions. Regardes ! Le résultat de ta faiblesse !

Yan était bloqué par de multiple mains squelettiques de Ritsu, l'empêchant de bouger le moindre membre. Il n'avait d'autres choix que de regarder le spectacle de plusieurs personnes se faisant torturer et massacrer dans un village, pour aucune raison apparente il reconnu le visage de Rain, Maya et bien d'autres personnes. Dans sa tête résonnaient en continu les mots "lâche", "meurtrier", "faible", "traître", tout ceci le rendait fou jusqu'à lui supplier d'arrêter tout ça.


Crier, c'était le premier réflexe qu'elle eut en se réveillant, se touchant les cheveux, le visage, c'était bien elle et pas son ancien corps. La jeune rousse était encore en panique, tremblant encore, se retrouvant désormais adosser au mur, elle sentait une corde autour de son poignet qui lui rappelait vaguement ses mains dont la chair et les muscles étaient absent... elle tentait tant bien que mal de les retirer tout en étant en panique, encore et toujours, n'ayant pas remarqué qu'au bout de cette ligne il y avait Maya, son regard était encore plongé dans son rêve. Son esprit et son corps était là mais elle avait encore la vision de ce rêve comme si les images ne voulait pas partir. Commençant à se prendre la tête et mettre ses avant bras devant elle comme si elle voulait se protéger de quelque chose.

- C'est toi, c'est toi qui nous as abandonné, trahit... ce n'est pas ma faute... pas ma faute... Répéta-t-elle avec une voix apeurée. Elle n'arrivait pas à se calmer, cette image de Ritsu était gravé en elle, n'améliorant pas son état qui était assez choqué par ce cauchemars.





Veux-tu connaître mon histoire ?
♣ Veux-tu voir mon journal ? ♣
Code couleur ~ #EC9D01
♥ 祝大家新年快乐, 就算你们不知道读中文 ♥
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tout oublié - Mar 19 Jan 2016 - 11:08
Lien physique


Probablement qu’à peu de chose près, elle se faisait arracher le bras… mais fort heureusement, son épaule est toujours là, à sa place, malgré la violence du choc. Entraînée par la cordelette, Maya tombe du lit, tête la première. Pas de bobo, rien de dramatique mis à part un futur vilain bleu… mais être réveillée de cette façon, c’est plutôt inconfortable !

- Aïe… mais quoi… ? Qu’est-ce qu’il se passe… ? gémit-elle.

On l’a tirée d’un mauvais rêve, à base de monstres tentaculaires qui lui agrippaient le poignet et tentaient de l’entraîner de force sous l’eau. Prise par surprise, elle a été incapable de lutter. Mais la surface du lac a été plus dure que prévu ; c’est ce qui l’a réveillée. Formidable esprit que celui qui invente cette histoire collant quasiment à la réalité. Quant à l’existence et la présence de ces monstres tentaculaires…

Légèrement patraque, fesses en l’air, la jeune femme a du mal à se réveiller et à se rendre compte de ce qui se passe dans la chambre. Elle entend quelqu’un baragouiner, met rapidement un nom et un visage sur cette voix et se redresse… tant bien que mal. Agenouillée, elle se masse le front, se frotte les yeux… avant de se précipiter sur le lit de sa congénère, face à elle. Si elle ne s’était pas contrôlée, elle se serait littéralement jetée sur Yanina pour la secouer bien comme il faut…

- Yanie… je ne comprends rien à ce que tu racontes… mais en général, quand on répète que ce n’est pas notre faute… c’est qu’on n’a pas l’esprit tranquille. Et peut-être que c’est de ta faute en fait. Alors soit adulte et assume. Merci.

Après ces mots, la jeune femme se relève et va pour se recoucher…
… mais elle se stoppe soudainement. Quoi ? Qu’est-ce qu’elle vient de dire ? Un discours qui ne sied pas à la Maya habituelle en tout cas, et la raison d’une mauvaise humeur, conséquence d’un réveil trop brusque, ne pourrait expliquer cette attitude exécrable.
Maya se met deux baffes, une sur chaque joue, puis elle se retourne et s’assoit de nouveau devant sa camarade, plus doucement cette fois. Il va falloir rattraper le coup tout en assumant ses mots, et éviter de se cogner davantage, surtout devant son amie. Elle aura tout le loisir de le faire après, peu importe. Les contacts physiques sont également à proscrire dans une situation comme celle-là : à Yanina de faire ce qu’elle veut pour se réconforter elle-même. S’éloigner, câliner, prendre sa main… ou rien. Plus sa peur sera forte, moins elle aura la force de tout garder pour elle. Il n’y a alors plus qu’à composer avec ce qu’elle a sous la main : une adolescente chétive avec des cernes sous les yeux, mal coiffée, débrayée… mais qui saura être un bon pilier.

- Excuse-moi… j’ai dit ça comme ça, je ne sais même pas de quoi tu parles… c’était stupide de ma part. Je suis désolée, oublions ça. Mais tu peux parler, te libérer, je t’écoute. Après tout… je vais être membre du conseil… et je suis ton amie, alors tu peux me faire confiance.

Maya touche la cordelette, ferme les yeux et, après quelques secondes de concentration, elle fait disparaître leur lien physique… pour mieux le reformer, sous la forme d’une main tendue. Une main tendue d’une personne de confiance, ça ne se refuse pas. Et c’est certainement plus doux et plus humain qu’une laisse qu’on attacherait autour d’un cou… même si la personne face à elle peut à tout moment devenir enragée et s’enfuir.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1632

Feuille de personnage
Niveau:
13/30  (13/30)
Expériences :
1351/2000  (1351/2000)
Votre domaine: La Terre
avatar
♡ Titanfall ♡
♡ Titanfall ♡
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tout oublié - Mar 9 Fév 2016 - 21:31




Yanina avait toujours cette image dans la tête, ça n'avait beau être qu'un cauchemar elle ne savait pas pourquoi ça l'avait autant choquée, pourtant elle en avait vu bien d'autres des images plus ou moins horrible. Il fallait croire que le fantôme de Ritsu la hantait encore et toujours, depuis qu'elle était devenu ce qu'elle est maintenant, son solidité mentale, qui n'était pas déjà bien grande, a chuté de manière drastique. Elle n'avait même pas remarqué que Maya était tombée par terre par sa faute. Elle continuait à se torturer l'esprit avec ses pensées ne cessant de marmonner que tout ça n'était pas de sa faute, repliée sur elle même, les mains sur sa tête, comme si elle essayait de se protéger d'une potentielle attaque mentale... comme si c'était possible pour elle de se défendre de ça. Jusqu'à ce qu'une voix l'atteigne pour la faire redescendre à l'académie.

- Yanie… je ne comprends rien à ce que tu racontes… mais en général, quand on répète que ce n’est pas notre faute… c’est qu’on n’a pas l’esprit tranquille. Et peut-être que c’est de ta faute en fait. Alors soit adulte et assume. Merci.

C'est à ce moment précis qu'elle se tût, ses seuls mots étaient le silence désormais, c'était Maya qui venait de dire ça ? Elle n'en savait rien sur le coup, mais cette voix, ça ne pouvait-être qu'elle. Depuis quand était-elle aussi franche et si distante à la fois alors qu'elle se tenait juste là, sous ses yeux, même si ce ne fut qu'une bref instant car elle était repartis aussitôt, mais là encore une fois, pas pour longtemps, Maya fit demi-tour après s'être donnée deux baffes elle-même revenant donc sur ses pas pour venir s'asseoir en face de la jeune rouquine.

C'est alors qu'elle s'adressa de nouveau à Yanina, de manière un peu (beaucoup) plus douce, que Maya était là pour l'écouter, qu'elle s'excusait pour son comportement d'il y a à peine quelques secondes. Qu'en tant que membre du conseil... mais également son amie, elle pouvait lui faire confiance. Pouvait-elle vraiment lui dire ce qu'elle avait sur le cœur ? Elle sentie la cordelette qui les reliait toutes deux disparaître, pour laisser place à une main qui ne demandait qu'à être prise. Doucement, elle retira une de ses mains se situant sur sa tête pour venir chercher celle qui était tendue vers elle, timidement, se demandant si c'était la bonne chose à faire, mais elle en avait besoin. Elle alla la chercher cette jusqu'à entrelacer ces doigts avec les siens. Cette main n'était que le résultat du pouvoir de Maya, mais cette justement le pouvoir de Maya qui fit qu'elle sentit en elle une certaine chaleur en elle, la rassurant presque, calmant un peu son état. Elle essayait de savoir par où elle pouvait commencer son histoire.

- En fait... il s'agit de Ritsu. Je me suis battu contre lui autrefois... j'ai essayé de l'arrêter, j'ai tout tenté c'est la vérité, mais j'ai échoué.

Commença-t-elle par dire. Elle avait jeté le nom de Ritsu mais si ça se trouve Maya ne le connaissait même pas, ni même les raisons du pourquoi Yanina s'était battu contre lui pour le coup. Mais tout ça elle n'y avait pas pensé un seul instant.

- Tout se dont je me souviens encore de lui c'est cette dernier image que j'ai eu de lui... une armure noire et menaçante. Une personne différente. Et l'état pitoyable dans lequel je suis rentré à l'académie, je ne sais même pas comment j'ai fait pour tenir. Lâcha-t-elle avec un léger rire nerveux.

C'est là qu'elle et Rain ont eu cette discussion quand elle l'avait ramenée à l'infirmerie, faisant part de son échec à son maître comme quoi elle avait échouée, elle n'avait réussi à arrêter Ritsu, il avait basculé du côté obscur dans un sens.

- Si jamais j'avais réussi... si j'avais réussi à lui faire entendre raison il serait sûrement encore là... Elle l'a tuée.

Elle n'avait pas le choix, comment est-ce qu'il en serait autrement de toute manière ? Ritsu comptait beaucoup pour Rain, il est impossible qu'elle l'ait envoyée encore dans un autre monde sans avoir eu le choix de pouvoir le sauver ou non, elle aussi avait sûrement fait tout ce qui était en son pouvoir pour lui faire ouvrir les yeux, qu'il était sur la mauvaise voie. C'est alors qu'elle vint vers Maya, se jetant presque sur elle, ses deux mains accrochant son col, son front entre la poitrine et la tête de son amie. Des larmes commençant à couler le long de ses joues.

- Ne le dit à personne, que Rain l'a tuée. Promet-le moi... Elle l'aimait elle aussi... Finit-elle par dire, en essayant de lui redire qu'elle devait lui promettre de ne rien dire à personne, mais le chagrin était trop grand pour qu'elle puisse émettre le moindre son de sa bouche. Elle ne voulait que Rain ait des problèmes parce-qu'elle avait été sûrement obligé de mettre aux jours de ce jeune garçon qui était comme son frère dans un sens. Pourquoi tout devait forcément mal finir à chaque fois qu'une nouvelle histoire commençait ? Est-ce que tout était de sa faute ou bien une force supérieur s'accaparait de son destin et prenait plaisir à le lui piétiner ?






Veux-tu connaître mon histoire ?
♣ Veux-tu voir mon journal ? ♣
Code couleur ~ #EC9D01
♥ 祝大家新年快乐, 就算你们不知道读中文 ♥
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tout oublié - Mar 16 Fév 2016 - 22:49
Lien psychologique


Voir que sa main, et donc son aide, est acceptée si rapidement… empli la déesse de joie.
Yanina se lance donc dans la confidence.
Dans un premier temps, Maya semble légèrement grimacer. « Ritsu »… un nom qui ne lui évoque absolument rien. Elle a beau fouiller dans sa mémoire, essayer de se rappeler… mais rien ne vient. Tant pis, elle va s'adapter au besoin, et fera des recherches plus tard pour en savoir plus à son sujet. Son statut de membre du conseil l'aidera sans doute dans cette démarche.

D'après le discours de sa camarade, il doit s'agir d'une personne qui s'est éloignée de l'Académie… peut-être même d'un renégat. Un ancien ami qui s'est écarté de la voie de Deus. Difficile de ne pas faire le parallèle avec le départ d'Isanagi, le père de Maya, qu'elle a elle-même tenté d'arrêter par tous les moyens. L'image la plus marquante qu'elle en garde… ce serait sûrement son dos, s'éloignant inexorablement d'elle et de tout espoir de retour. La jeune adolescente peut donc facilement faire preuve d'empathie envers Yanina. Elle sait. Elle comprend. Et elle lui serre un peu la main pour lui signifier son soutien.

Si elle avait réussi à le raisonner, lui aussi serait toujours là.
Mais…

« Elle l'a tué » ?

La suite est un peu plus déstabilisante : submergée par les émotions, Yanina agrippe Maya et pose sa tête contre elle. Un élan un peu intimiste… mais immédiatement suivi et répondu par Maya qui, dans un réflexe, passe ses bras autour de sa tête pour commencer à lui caresser les cheveux. Pour la couver. Rentrer dans sa bulle, devenir sa bulle. La protéger d'agressions extérieures. Elle se veut douce, encourageante. S'il y a quelque chose à dire, il faut que ça sorte, il faut se confier, il faut se battre et se lancer.

« Ne le dis à personne, que Rain l'a tué. »

Rain ?
Promettre de ne rien dire.
Un secret.
Pourquoi ?
Tuer un renégat n'est pas un crime, c'est une bonne action. Rain, cette ex-membre du conseil, ex-professeur et connaissance de Maya, recevrait les honneurs pour ça. Tuer un ennemi qu'on aime, malgré qu'on l'aime, faire passer son devoir avant ses sentiments… certes, c'est tragique… certes, ce n'est pas ce que les gens aiment voir… mais c'est une avancée, un exemple, un modèle de dévotion envers sa cause. A-t-on caché la mort d'Isanagi ? Non… quand bien même celle-ci est fausse, Maya en reste persuadée. Le monde est cruel, il faut apprendre à vivre avec. Alors pourquoi ?

- Pourquoi… ? prononce-t-elle tout haut, s'attendant sûrement à ce que la réponse tombe du ciel.

Pourquoi quoi ? Elle ne le sait pas elle-même. Il lui faut reprendre la réflexion depuis zéro, voir la révélation différemment : si c'est un secret qui ne peut pas s'ébruiter, c'est qu'il y a eu erreur. On veut faire passer une mort pour autre chose… une disparition peut-être. Ritsu est considéré comme disparu ? Si ce n'est pas un renégat, c'est un apprenti Dieu. On veut éviter que les soupçons ne pèsent. Éviter l'interrogatoire. Protéger Rain.

- Je comprends Yanie, je comprends. fait-elle à voix basse. Ne t'inquiète pas, je ne dirai rien. Jamais. Et je ne t'obligerai pas non plus à en parler… ce sera notre secret à toutes les trois, tu as ma parole.

Parce qu'elle veut se montrer encourageante, bienveillante, Maya sourit tout en tapotant le dos de sa camarade, en guise de récompense.

- Moi, j'ai tenté d'arrêter mon père, et je n'ai pas réussi non plus… et pourtant, moi aussi, j'avais la foi. Tout l'amour, toute la volonté du monde n'ont pas suffi à le faire changer d'avis. Si j'avais réussi, il n'y aurait pas de renégat aujourd'hui, et toute l'Académie serait en paix.

Le silence qui s'ensuit pèse un peu. Son but n'est pas d'amoindrir la peine de Yanina en montrant que tout le monde souffre, plus ou moins intensément… ni de montrer que tout le monde peut surmonter la douleur et vivre avec, tout en continuant à dormir et à rêver… d'ailleurs, ce ne serait pas dans le style de Maya de se plaindre de cette façon… mais simplement… elle essaye de renforcer cette idée de lien qui les unis et les rapproche. La confiance peut se développer, son amie a le droit de tout lui raconter si ça peut la soulager. Les blessures ne cicatriseront pas immédiatement… mais un jour viendra où Yanina… non pas se pardonnera, mais surmontera. Si tant est qu'elle en ait envie, bien sûr.

- Si tu as d'autres choses à dire, si d'autres choses t'empêchent de dormir… je t'encourage à parler. Je t'écoute. Laisse-toi aller à la confidence, laisse sortir tout ce qui te meurtrit. Qui sait… c'est peut-être maintenant ou jamais.

Maya connaît Rain. Elle la respecte. Lors de leur première rencontre, la seconde a sauvé la première d'une créature volumineuse qui essayait de l'avaler. Elles ont traîné un après-midi ensemble, à se battre pour leur survie, puis ne se sont plus jamais fréquenté. Le destin n'a pas jugé utile de les rapprocher. L'enseignante est devenue Membre du Conseil, elle a grimpé les échelons… et a fini par disparaître. Qui sait s'il n'y a pas un début d'explications derrière tout ça ?
Yanina semble proche de Rain… qui sait si, un jour, elle la reverra.
Il faut être prêt à toute éventualité.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1632

Feuille de personnage
Niveau:
13/30  (13/30)
Expériences :
1351/2000  (1351/2000)
Votre domaine: La Terre
avatar
♡ Titanfall ♡
♡ Titanfall ♡
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tout oublié - Ven 25 Mar 2016 - 14:46




- Pourquoi… ?

Pourquoi ? Une question à laquelle elle n'avait pas du tout envie de répondre, mais devait-elle le cacher au fond ? Maya était son amie après tout. Elle aurait voulu dire quelque chose mais rien ne sortit, juste ses larmes qui continuaient de couler le long de ses joues. C'est alors que Maya repris la parole.

- Je comprends Yanie, je comprends. Ne t'inquiète pas, je ne dirai rien. Jamais. Et je ne t'obligerai pas non plus à en parler… ce sera notre secret à toutes les trois, tu as ma parole. Dit-elle en la rassurant d'une voix basse.

Elle avait un certain don pour rassurer les gens autour d'elle, la jeune élève se sentait un peu comme apaisée, comme si un poids venait d'être lesté. En plus de ça, Maya parla de son père, Isanagi, elle parlait comme si tout les malheurs liés aux renégats étaient de sa faute, elle voulait lui dire que non, ce n'était pas de sa faute, mais dans un sens elle ne pouvait que compatir à sa douleur car Yanina se sentait tout aussi coupable que Ritsu soit partis et mort. En réalité Ritsu n'avait qu'à pas succomber dans l'obscurité, mais elle se sentait coupable de ça, de ne pas avoir vu plus tôt qu'il avait besoin d'aide... une aide qu'elle ne pourra plus apporter désormais.

Suivit une période de silence assez longue, enfin... longue, tout est relatif, ici c'est typiquement le genre de scène où les secondes étaient beaucoup plus longue que les minutes, elle ne savait pas combien de temps elle était restée comme ça. Même quand son amie repris la parole elle ne savait toujours le temps qui s'était écoulé. Maya était toujours là pour elle ces temps-ci, Yanina était devenue une petite chose faible et fragile qu'il fallait protéger, c'est presque l'image qu'elle avait de soit-même, s'en était tellement pathétique, peut-être qu'il y avait un peu de ça aussi. Elle y réfléchit un moment, avant de prendre la parole, savoir comme elle devait tourner la chose, mais elle ne voyait pas

- Je... pourquoi je me trouve si faible et fragile. Je n'arrive pas à sortir ça de ma tête, je me suis fait à ce corps mais j'ai l'impression de... de ne pas avoir changée que physiquement. Fit-elle comme si avouer ceci était tout aussi dur que déplacer une montagne.

Depuis ce fameux changement, elle n'a plus l'impression d'avoir été une seule fois Yan, elle ne souvient quasiment plus de ce qu'était sa force d'avant, ou même ses faiblesses, c'est comme si elle ne se connaissait plus ses propres qualités ou défauts, ne pas se connaître, être... quelqu'un d'autre. Une personne que l'on n'est peut-être pas censée être. Si elle n'avait aucun souvenirs d'avant sa transformation, comment serait-elle aujourd'hui ? Forte ? Perdue ? Insensible ? Elle ne le savait pas et ne voulait pas le savoir de toute manière. Elle devait surmonter le fait qu'elle avait changée et accepter ses changements, autant physique que mental. Qui sait, c'était sûrement ça le problème, elle n'acceptait pas d'être plus faible, la manière dont elle s'est faite écrasée, ces souvenirs douloureux qui resurgissent, tout ceci en même temps était peut-être trop pour la jeune élève.

- Je n'accepte peut-être pas mes nouvelles faiblesses...
Rajouta-t-elle la gorge serrée.





Veux-tu connaître mon histoire ?
♣ Veux-tu voir mon journal ? ♣
Code couleur ~ #EC9D01
♥ 祝大家新年快乐, 就算你们不知道读中文 ♥
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tout oublié - Lun 4 Avr 2016 - 15:57
Yan ou Yanina


Des choses qui l’empêchent de dormir et qui la meurtrissent, hein ?
La pauvre doit être en train de nager dans la confusion la plus totale. Ce changement de sexe l’aura bouleversée bien plus qu’elle ne veut le montrer. Pourtant… en s’imaginant vivre la même situation, Maya n’en serait pas si… bouleversée… si ? Après tout… vivre dans le corps d’un autre tout en restant soi-même… mis à part le temps d’adaptation…
… tant que le processus est réversible, ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Il faut juste être à l’aise, bien prendre le temps de s’habituer, de trouver un nouveau confort. Se toucher, se redécouvrir et s’accepter. Ou trouver une façon de s’accepter, au moins temporairement. Ne pas se laisser aller, ne pas ressentir de dégoût, même si le nouveau corps est diamétralement opposé au précédent. Et plus important que tout : ne jamais perdre espoir. Voir la chose comme une nouvelle expérience, unique, qui permettra de mieux comprendre ce que peuvent vivre les autres, emprisonnés à l’intérieur de leur propre corps.



Sans vouloir la vexer, elle n’a physiquement jamais été très impressionnante de toute façon.

- Si… ta nouvelle condition influait sur ton comportement… enfin, j’espère juste que tu n’avais pas de préjugés sur les femmes avant, qui te feraient te sentir plus fragile aujourd’hui. fait-elle, tout en sachant pertinemment qu’une certaine Rain n’a jamais dû lui donner l’impression d’être une femme fragile. Ne t’avise pas de « copier » un comportement féminin que tu crois absolu. Ni de profiter de la situation pour te rabaisser. Tu as beau être… devenu physiquement une femme, rien d’autre ne peut avoir changé, mis à part la vision que tu as de toi-même.

Avoir pour modèle une femme forte comme Rain pourrait lui donner l’impression qu’elle est faible.
Avoir la vision de femmes toujours faibles pourrait lui donner l’impression qu’elle n’a pas d’autre choix que d’être faible, elle aussi.
Reste que… pour une personne normale, il n’y a pas de question à se poser : chacun est fort à sa manière. Et la plupart du temps, ça n’a rien à voir avec la condition physique ; tout est dans le mental et dans l’image que l’on se fait de soi-même. S’ils sont désastreux, comme cela a été le cas pour Maya… c’est toute une période de sa vie qui nous échappe sans qu’on s’en rende compte. Le réveil est alors toujours difficile…
… et la période, un véritable cauchemar.

- Projette ton esprit. reprend-elle, doucement, calmement, après avoir fermé les yeux et posé une main sur le front de son amie. Tu n’es pas dans ce corps, tu es à côté. Au-dessus, comme tu veux. Flottant dans l’air, tu nous vois toutes les deux. Tu nous observes. Deux personnes, l’une à côté de l’autre, assises sur un lit. Tu te sens bien, tu es extérieure. Tu ne portes pas de jugement, tu ne fais qu’observer. Comment les vois-tu ? Comment vois-tu leur relation ? Comment s’aident-elles, que font-elles l’une pour l’autre, qu’apportent-elles à l’autre, pourquoi est-ce que ça fonctionne ? Si tu arrives à répondre à toutes ces questions, tu sauras ce que chacune représente pour l’autre…

Que faire pour l’aider ? La psychologie humaine ou divine, ça s’étudie, ça ne s’invente pas. Maya est incapable d’expliquer à son amie « pourquoi elle est forte ». Tout ce qu’elle peut essayer de faire, c’est la bousculer un peu, l’aider à penser autrement, ou la laisser se morfondre seule.

- Ensuite, mets ton esprit dans mon corps et regarde à travers mes yeux. Regarde-toi, vois-toi, ton image. Qu’est-ce que tu vois ?

La jeune femme vient de rouvrir les yeux. Elle observe Yanina d’un regard sûr, profond, intense, sans sourciller un seul instant. Il n’y a cependant ni dureté… ni douceur… ni aucune émotion qui serait véhiculée de façon évidente. C’est un regard classique, le même regard qu’elle lui adresse depuis qu’elles se sont retrouvées à l’infirmerie. À Yanina d’y trouver ce qu’elle veut, sans être influencée.

- Ose dire que tu vois une femme faible… et je te considérerai comme telle à partir de maintenant. Mais peut-être vois-tu simplement Yan… auquel cas, tu resteras conforme à la vision que j’ai de toi. L’homme avec qui… j’ai vécu quelques aventures, pas vrai ?

Tape sur l’épaule et sourire franc seront ses derniers faits d’arme pour tenter de la rassurer.
Tout oublié
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» Tout oublié
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Chambres des élèves-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page