Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Running after a cocky one

Invité
avatar
Invité
Running after a cocky one - Dim 24 Mai 2015 - 17:30

Get Back Here !



Le réveil brutal. Encore une fois, avec un couteau à la main, à la recherche d'un fantôme qui n'existe pas. La sueur coulant sur sa tempe, Jacob scrute cette chambre sans originalité et sans vie qu'on lui avait imposée à son arrivée. Personne n'était à côté de lui, il ne sentait rien, si ce n'est la forte pression qu'il avait pour la lame qu'il tenait d'une main ferme. Les nuits sont plutôt dures pour le mercenaire, après tout il y a à peine quelques jours il était un vendeur d'armes infiltré dans le marché noir de masse dans le monde, aujourd'hui il est professeur dans une académie qui cultive des dieux. La seule chose qui réunit ces deux états c'était la mort, oui Jacob était censé mourir en prenant cette pilule alors qu'un convoi de l'armée américaine venait pour l'attraper tel un rat piégé au fond de sa cave. Cependant, le ciel n'en décida pas ainsi, ou plutôt ne décida pas de laisser l'âme du sans-identité tranquille et dieu, ou Deus comme ils l'appellent, avait décidé de faire de lui un enseignant dont le seul devoir sera de transmettre son savoir. Tâche qui ne devrait pas être trop compliquée, elle paraissait même trop simple pour le vétéran de guerre... Mais Jacob était tout aussi bien placé pour savoir que c'est quand la mission paraît facile qu'il y a un grand taux d'improbabilité, comme la trahison par exemple...

En tout cas, plutôt que de s'imposer cette réflexion, l'homme aux multiples cicatrices de guerre se leva pour aller se préparer à courir, le schéma habituel dans sa matinée à 5h : s'habiller, s'échauffer avec des étirements, courir autour de l'académie sur deux heures sans trouver la nécessité de faire une pause. L'école en elle-même était plus grande qu'il ne l'imaginait, pendant son footing il pouvait apercevoir de grands bâtiments assez modernes, passer au milieu d'un parc rempli d'abricots, passer à côté de l'immense gymnase etc. Tout ce qui ressemble à une université réputée dans le monde, bien qu'elle est en-dehors du monde connu de Jacob. Finissant sa course, il retournait dans sa chambre pour se préparer. A quoi ? Pas au combat, pas à une rencontre entre terribles mafieux, pas une négociation entre les vrais dirigeants de certains pays, non. Il se préparait... A faire un cours. La leçon devait débuter à 9h dans le gymnase, alors le brun préparait le terrain à l'avance, observant les lieux pour se demander par où il pourrait bien commencer. Une fois que la sonnerie retentissait, annonçant la fin mais également le début d'un cours, Jacob patientait sagement l'arrivée des élèves. Des apprentis-dieux... Plutôt normaux à vrai dire, pour le moment. Même si certains avaient des détails originaux comme une queue d'animal ou des traits étranges, ils ne dégageaient pas d'eux une aura aussi imposante que cela. Après tout ils n'étaient que des diamants bruts, pas assez taillés pour révéler leur véritable force.

Jacob • Bonjour, je m'appelle Jacob Loan et je serais votre nouveau professeur de combat rapproché. Je ne sais pas jusqu'où vous êtes allés avec les autres enseignants, mais sachez que cette séance servira à évaluer votre niveau. Avant de commencer je vais faire l'appel pour voir s'il ne manque pas quelqu'un...

Le professeur observait les nombreuses fiches d'informations qu'il avait en main, celles sur les élèves qu'on lui avait confiés aujourd'hui. Lorsqu'il énumérait un à un leur prénom, ils répondaient afin de montrer qu'ils étaient présents. Seule une personne manquait à l'appel... Une jeune femme, Clarke Griffin. D'après la fiche qu'il possédait sur elle, il pouvait y voir plusieurs remarques désobligeantes sur elle, de la part des autres professeurs. « Sécheuse récidiviste, ne sait pas se tenir en place, veut tenir tête au professeur ... » etc. Elle avait tout d'une élève à problèmes... Pas un véritable cadeau pour notre tout nouveau professeur. D'un long soupire il rangea la fiche dans la poche de sa veste, commençant sans tarder par débuter la leçon avec les autres élèves. Il s'occuperait du cas de la demoiselle plus tard...

__________________

La sonnerie sonnait une nouvelle fois, marquant la fin de la pause du midi, lançant une nouvelle fois les élèves sur leur long apprentissage. Jacob était tranquille lui, le cours de ce matin c'était plutôt bien passé même s'il espérait que les élèves auraient un meilleur niveau et il n'a pas d'enseignement à réaliser cette après-midi. Il avait quartier libre, en somme. Il passa quelques temps à marcher, aucun objectif en tête. Entre temps il s'était changer, optant pour un T-shirt sombre aux longues manches et son pantalon blanc habituel. Le soleil était bien haut dans le ciel, éclairant l'académie d'une douche chaleur. Alors qu'il arrivait près d'une étendue d'herbe, il se disait que la vie était plutôt paisible par ici... Loin des champs de batailles, des menaces de morts à l'ouverture d'une porte... Bien qu'il eu vent du nom d'un groupe qui menaçait l'académie et tous les humains sur Terre : les Renégats. Il ne connaissait rien d'eux donc difficile d'avancer un jugement définitif à leur égard, mais pour l'instant il se laissera dire qu'ils sont des personnes beaucoup trop suspectes pour être plus gentilles qu'ils ne le disent.

Le regard dans le vide, il suivait du regard les fines herbes qui bougeaient de concert avec le vent, ce dernier les forçant à se mouvoir telle une vague dans l'océan. Ses yeux se bloquèrent sur une personne étendue sur l'herbe, semblant se reposer. Cheveux roses, assez jeune... Jacob fronçait légèrement les sourcils, ressortant la fiche qu'il avait soigneusement gardé de sa poche. Il fit rapidement la comparaison et il finit par la trouver plus vite qu'il ne l'espérait : Clarke Griffin. Tout de suite il se mis à afficher un regard encore plus sérieux, soutenu par ses sourcils froncés. Il s'approchait d'un pas décisif, prêt à lui faire comprendre qu'elle n'allait pas s'en tirer comme ça pour avoir séché les cours, pour avoir séché son cours à lui. Malheureusement, alors qu'il brisait une brindille au sol qui fit un bruit de craquement assez sourd, la demoiselle remarqua la présence du professeur et se mit aussitôt à courir dans la direction opposée. D'un sourire amusé, Jacob lui annonçait :

Jacob • Si tu penses pouvoir m'échapper, c'est trop tard ! Ne penses pas t'en sortir comme ça !

Débutant la course poursuite frénétique, le mercenaire venait de se lancer dans une drôle d'histoire. La première qu'il écrivait dans cette académie...


Jacob Loan
Le Prof pas content
Clarke Griffin
La sécheuse
© Halloween sur Never-Utopia

♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Running after a cocky one - Dim 24 Mai 2015 - 19:28



Running after a cocky one



Plus le temps passe et plus mon attrait pour cette académie ne cesse de diminuer. A mes yeux, ils perdaient leur temps, à tenter d'inculquer quoi que ce soit à ces boulets d'apprentis-dieux. Comment diable pouvait-on imaginer que ces pleutres pourraient devenir des dieux ? ô combien j’espérais que me supérieurs me donnent le feu vert pour les diminuer d'un tiers. Beaucoup se contentaient de ne rester qu'avec leur misérable niveau. Un peu comme si venir ici, cette aubaine après la mort, n'était qu'une chance de refaire une vie. Ils ne cherchaient pas a progresser, ni à utiliser ce don qu'on leur avait fait.  Pourquoi diable gâcher cette chance de devenir quelqu'un ? Ils n'étaient que ratés. Et cela me désespérait de plus en plus. Autant que ces cours inutiles auxquels on m'avait inscrite. Si encore il y avait des apprentissages sur la manipulation, sur la stratégie militaire... Non. Rien de tout ça. Malgré ma bonne volonté, je désertais de plus en plus toutes ces choses qui me paraissaient veines. A quand la destruction de cette académie?

Mes paupières se rouvrirent, lorsque ce qui servait de cloche annonçait la fin d'un cours. Déjà ? Je n'avais pas vu l'heure passer. Décidée à ne pas aller ruiner ma journée à traîner à côtés de ces misérables,  je m'étais assoupis là. Dans l'herbe. Personne ne viendrait m’embêter par ici, si ce n'est les amoureux dérangés de tout à l'heure. N'avaient-ils que cela à faire eux aussi d'ailleurs? J'avais été réveillée, il y a bien une heure, par deux personnes transit l'une de l'autre qui commençaient à copuler près de moi. Dégoûtée par leur agissement, je les avais dégager vite fait en leur faisant comprendre que s'ils osaient faire pareille chose sous mes yeux, je leur arracheraient les leurs. Je ne saurais dire si c'était le ton, mon regard ou quoi que ce soit, mais ils firent la moue avant de se relever et de partir. Si il y avait bien une chose qui me rebutait plus que les hommes, c'était les hommes en train de copuler avec des femmes. Mais faire la contre-apologie de l'homme me prendrais bien des heures. Autant parler de pingouins, cela me semblait tout de suite plus acceptable, même si je ne connaissais d'eux que ce que j'avais pu voir lors d'un documentaire, animé par des ménestrels lilliputiens dans la boite télévisée.

Mes paupières étaient lourdes, louurdes. Devais je me laisser de nouveau entraîner par la belle Morphée? Craquement. Agacée, j'ouvris les yeux de nouveau, prête à aller engueuler de nouveau les gêneurs. Si ils venaient encore se bécoter près de moi, je vous jure que.. Mes paupières clignèrent bêtement, l'espace de quelques instants, alors que dans mon champs de vision, (même si je regardais la tête légèrement à l'envers), apparaissait une personne. Je dirais même plus, un gêneur. Son fasciés ne me disait rien. Mais il venait vers moi, j'en étais persuadée. Faisait-il parti lui aussi de ces pervers étranges qui rôdaient dans l'académie ? Il fallait que je me tire. Si je tabassais encore quelqu'un, ca risquait de se voir. Hors avec les pervers... J'avais du mal à me contrôler, jugeant leurs actes aussi monstrueux qu'un meurtre.Non, surtout, ne pas rester là, qu'il ne 'approche pas, si il ne voulait pas finir plus bas que terre. Il me faudrait me débarrasser de son corps également, car je n'étais pas sur de retenir mes coups. Alors la disparition du corps éviterait qu'une personne bien intentionné ne l’emmène à l'infirmerie pour le ramener à la vie. Rah. D'un bond, je me redressais, avant de partir en courant. Ne reste pas là Clarke, cours.

En toute logique, il ne me suivrait pas. Les pervers n'étaient pas des hommes à courir derrière une victime, non, ils attendent généralement dans une vieille ruelle sombre que leur victime, homme, femme, enfant, vieille, chien (?) ne s'approche pour en faire leur repas du soir. Je fis la moue à cette idée, tout en continuant  ma course. Les paroles de l'homme me parvinrent tout de même..."Si tu penses pouvoir m'échapper, c'est trop tard ! Ne penses pas t'en sortir comme ça ! " ... M'étais-je trompé ? Il était du genre à poursuivre sa victime ? Quelle horreur ! Cherchait-il désespérément la mort? Ne t’arrête pas , ne t’arrête pas Clarke. Tu as déjà techniquement parlant un assassinat et un second ou tu es complice, tu ne dois pas en ajouter un de plus ou cela se ferait sentir ! Je me retenais sévèrement, pour ne pas me stopper à l'angle d'un bâtiment pour lui régler son compte. Les pervers et moi, c'était une longue histoire.

Le chemin défila sous mes pas, le parc, la grande place... Oh tiens, le marché en plein air... A cette heure-ci, bien que les étudiants étaient majoritairement en cours, cette partie là était tout de même assez animée. Ralentir le pervers ?Un jeu d'enfant.. Alors que je continuais ma course, mes yeux se fermèrent, l'espace de trente secondes, avant de se rouvrir, embué de larme. Je fis alors en sorte de percuter un homme, un costaud. Il fronça les sourcils lorsque mon corps se percuta au sien et s’apprêta à me lâcher un commentaire agacé. Mais sa bouche se stoppa lorsque son regard croisa le mien. Effet larme de crocodile? Okay.

Je suis désolée messire.. Il y a cet homme la-bas, il me poursuit , j'ai peur..


Ça marche toujours. L'instinct de protection, l'effet du "je sauve la demoiselle en détresse" ne semblait pas avoir perdu de son efficacité, même après des siècles d’existence. A l'antiquité déjà, j'en avais eu recours. Ça marchait très bien. Une autre  chose n'avait pas changé, la bêtise des hommes. L'homme se redressa et croisa les bras, attendant l'arrivé de mon poursuivant pour lui toucher deux mots sur le sujet, et au besoin, peut-être le menacer.

Cessez votre course jeune homme ! Vous importunez la demoiselle à lui courir après. Allez-vous en, avant que je ne finisse par m'énerver.


Lança t-il à son adresse. Et pendant qu'il me tournait le dos, je m'éclipsais, chapardant au passage une pomme sur le stand le plus proche. Le vendeur trop occupé à regarder ce qui allait se passer ne fit même pas attention à ce que je venais de prendre sur l'étalage.. Une fois en "sécurité", je ralentis le pas pour reprendre un rythme de croisière normale et croquais dans la pomme. Trop facile, pensais-je.

© Ethan
Invité
avatar
Invité
Re: Running after a cocky one - Dim 24 Mai 2015 - 20:25

Get Out My Way You PUNK



Elle avait sentis venir le professeur, alarmée par un simple craquement de brindille. Dès qu'elle avait vu Jacob s'approchait elle s'enfuyait, loin de lui, comme s'il représentait la peste. Il va sans dire que cela ajoutait un peu plus de sel dans la plaie, cette dernière faisant ressortir un jolie nerf animé par la colère et l'agacement. Après tout c'est comme lorsqu'un criminel ajoute plus de crimes sur son ardoise : elle enchaînait les fautes. Donc pas besoin de se poser trop de questions pour cette fois, la méthode la plus simple reste de la poursuivre et de l'attraper avant qu'elle ne refasse la même bêtise. Donc oui il courait à toute allure, sentant le vent caresser son visage tandis que ses cheveux subissaient le contrecoup du mouvement, se dressant vers l'arrière de sa tête. Elle courait plutôt vite pour une élève ! Jacob évitait de percuter la plupart des passants qu'il rencontrait, misant sur les nombreux pas de côtés pour passer à un cheveux près des autres et donc prolonger sa course pour rattraper Miss Griffin.

Après avoir traversé la grande place, le professeur se retrouvait au beau milieu du marché en plein air qui, même en plein milieu d'après-midi alors qu'il y a cours, était plutôt bondé et très bien animé. Se stoppant un instant, il regardait de droite à gauche afin d'essayer de retrouver la trace de la sécheuse, apercevant brièvement ses cheveux d'un rose aussi vivant que celui des bonbons. Il continuait donc de la suivre en accélérant le pas, jusqu'à ce qu'il se confronte à un homme faisant bien une tête de plus que lui, énorme cicatrice au visage et plutôt bien musclé. Il regardait de haut Jacob qui lui, serrait les dents d'agacement alors qu'il remarquait que Clarke prenait la poudre d'escampette pendant que le mercenaire perdait son temps avec ce gus.

Jacob • Écoute bonhomme j'ai pas de temps à perdre avec toi, donc si tu veux avoir une après-midi tranquille je te conseille de...

Jacob n'eut pas le temps de terminer sa phrase que le grand gaillard s'offusqua en posant son imposante main sur son épaule. Il regardait définitivement de haut le professeur, et ça il ne pouvait que guère l'accepter. Passant ses doigts sous le pouce de l'homme, il refermait sa prise sur le poignet avant de serrer fermement et de pivoter à 90°, forçant le type à se baisser tout en ressentant une vive douleur. Il suffirait d'un léger mouvement en plus pour lui briser le membre mais Jacob n'avait pas de temps à perdre, alors il se contenta de faire plus pression pour que garçon accepte de se rendre et de le laisser passer. Au moins il n'aura pas à faire couler son sang inutilement. Il relâchait le poignet de l'homme qui avait posé un genou par terre à force de se baisser, puis passait un pied sur son épaule pour pouvoir bondir par-dessous la foule qui s'était agglutinait autour d'eux. De là-haut il avait pu apercevoir l'élève qui repartait d'un air tranquille. Mauvais choix, lorsqu'on a un chien de chasse au trousse, on se doit de courir sans réfléchir.

Il la rattrapait bien vite, cette fois-ci en espérant être beaucoup discret qu'il ne l'avait été, jusqu'à ce qu'il ne se trouve qu'à quelques pas, lui annonçant :

Jacob • Tu comptes continuer de fuir ou tu vas accepter l'idée que tu ne peux pas semer ton nouveau professeur de combat rapproché ?

Le ton était assez dur et lourd pour montrer à quel point c'était pénible de devoir traverser tout cela rien que pour la rattraper. Il espérait sincèrement qu'elle ne lui ferait pas perdre plus de temps que cela, auquel cas c'est elle qui devra subir ses prises...


Jacob Loan
Le Prof pas content
Clarke Griffin
La sécheuse
© Halloween sur Never-Utopia

♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Running after a cocky one - Dim 24 Mai 2015 - 21:25



Running after a cocky one



Étrange voix familière. Elle avait retenti dans mon dos, peut être quelque peu blasée. Et pourtant, elle sonnait à mes oreilles plus comme un défis qu'une quelconque question.Impossible de s'enfuir dites-vous ? Rien était moins sur pour quelqu'un possédant des dons tels que les miens. Un coin de rue, et mon corps disparaîtrait avant même qu'il ne puisse se dire "trouvé". Ma tête dodelina, pour avoir dans mon champs de vision l'homme qui me suivait. Il me paraissait bien jeune. Enfin, c'est pas comme si tous les gens ici étaient d'une époque inférieur à la mienne.. Mais si, en fait si. Je n'avais rencontré encore personne ayant vécu avant moi. Quel age avait-il, 20 ans , quelque chose dans le genre ? Il était probablement mort tôt. Ou alors il possédait tout comme moi une "nouvelle apparence" depuis sa résurrection. Pour sur, c'était un vieux croûton d'au moins cinquante ans.

- Vous n’êtes donc pas un pervers ?"  


Enfin, comme ci cela allait changer quoi que ce soit. Ca me donnait juste encore plus envie de m'enfuir. Cette fois, pas pour éviter d'écraser mon poing contre son nez, mais seulement car ils avaient le dons de me donner de l'urticaire avec leurs belles paroles. Regard en arrière. Ou était mon colosse avec ses 2 de QI prétendant défendre la veuve et l'orphelin lorsqu'on avait besoin de lui ? C'était-il fait la malle ? Je plissais légèrement les paupières, pour regarder derrière. On voyait au loin le colosse se redresser petit à petit. Je ne saurais dire ce qu'il avait, mais j'étais persuadée que désormais, je ne pouvais compter que sur moi-même. Chose habituelle, en somme. Toujours faire sois-même les choses, cela évitait toutes déceptions et travail mal fait.

Entre temps, j'avais croqué de nouveau dans la belle pomme verte. Jaugeant celui qui se prétendait professeur de combats rapprochés. Était-ce une blague ? Je n'avais guère entendu parler de lui, ou d'un quelconque remplacement. A vrai dire, ce post me semblait quelque peu maudit depuis le temps. Le seul cours qui me paraissait un tant soit peu utile pour avoir un véritable entrainement physique, et j'en avais jamais vu la couleur. A croire que savoir nager et prendre des cours de natation paraissait plus normal, où disons, plus utile aux yeux de ces gens.

De mon humble avis rien ne valait mieux pour jauger une personne de ce calibre que de le tester sois même. J'en avais marre de tous ces professeurs, se prétendant excellent dans leur domaine, sans jamais pour autant nous prouver quoi que ce soit. A quoi bon suivre les enseignements d'un charlatan ? D'un haussement d'épaule, je rompis d'une part la distance qui me séparait du prétendu professeur.

- Et que me vaut l'honneur d’être poursuivie par vous, monsieur ?"  


Questionnais-je, en le fixant dans les yeux. Non. J'aurais pu activer mon domaine divin, lui paralyser un membre, un bras, une jambe, le coeur ? Mais ce n'était pas ce que je recherchais non. Moi, je voulais juste évaluer ses prétendues connaissances. C'est pourquoi d'un geste, je lui envoyais la pomme, profitant de son questionnement interne ( "dois-je la rattraper ? Pourquoi me l'envoie-t-elle ?") pour tenter de venir frapper son plexus solaire de ma paume. Bloquera-t-il, bloquera-t-il pas ? Était-il plus vif que moi ? Grand questionnement.Je ne perdis pas de temps, me préparant au cas où il bloquerait ma paume, à me servir de mon genoux gauche pour tenter de lui frapper le bas ventre. Fourbe ? Non, juste prévoyante. Parfois, certains avaient de sacrés réflexes. Et je n'en doutais pas, celui-ci risquait probablement de m'en retourner une. Mon bras gauche restait en garde, au cas ou l'homme aurait la bonne idée de vouloir m'attaquer à son tour.

Moi qui voulais me faire discrète, c'était pas terrible, pensais-je, en voyant es gens autour qui nous regardaient d'un oeil suspicieux. Nous n'étions pas resté en plein milieu du marché, nous étions même presque sorti de celui-ci, ce qui apparemment, n’empêchait pas les badauds de nous regarder curieusement. "Il frappe sa conjointe ?" "Faut-il appeler SOS homme battu ?" "Tu crois qu'il lui a volé son sac à main ?"
© Ethan
Invité
avatar
Invité
Re: Running after a cocky one - Lun 25 Mai 2015 - 0:42

Don't Get It Wrong : I'm Stronger



Enfin elle daignait à ne pas prendre ses jambes à son cou pour fuir loin, très loin du professeur. Ce qui, en réalité, le soulagé vraiment, il était vrai que plus il lui courrait après, plus les envies de lui briser les jambes se seraient faits sentir dans son regard. Il l'observait un instant, l'analysant de sorte à voir ce qu'il avait en face de lui : femme, plutôt jeune d'apparence, assez grande et plutôt élancée. A cause de ses habits il ne pouvait pas en être sûr mais elle avait l'air d'avoir une fine musculature, donc de bonnes bases. Jacob ne s'attardait pas sur la couleur de ses yeux ni même sur les quelques traits de son visage : cela ne l'intéressait tout bonnement pas. On n'obtient pas des capacités physiques avancées avec des beaux yeux ou autre. Il se crisper en entendant ce qu'elle avait à dire, lui demandant ouvertement s'il n'était pas un pervers. De quoi faire revenir le petit nerf de colère qui se logeait sur son arcade, alors qu'il croisait les bras, répondant sur un ton provoquant :

Jacob • Un pervers ? Désolé mais tu n'es absolument pas mon genre de fille.

Et hop, un pic d'envoyé. Il n'allait pas dire quelle genre de fille elle était à ses yeux mais rien que l'énoncer à haute voix et de façon franche suffisait à remplir le rôle qu'il avait donné à cette phrase. Alors qu'elle croquait dans sa pomme verte, elle semblait laisser ses yeux se perdre sur Jacob, comme si elle l'analysait à son tour. Après tout il venait de lui annoncer qu'il était professeur de combat, allait-elle le croire ou alors fera-t-elle comme l'autre bonhomme et ne croire que ce qu'elle voit ? Ces apprentis-dieux étaient définitivement trop soucieux de l'apparence que pouvait bien avoir la personne en face d'eux... Ils sont bien trop stupides, au goût de Jacob. Mais soit, ils n'avaient qu'à penser ce qu'ils veulent, après tout il sait qu'à tout moment il peut les ramener à la raison avec une bonne séance d'exercices physiques.

En attendant, alors qu'il la voyait hausser des épaules, Clarke s'approchait vers lui, coupant la distance les séparant tandis que Jacob restait neutre dans son attitude, les bras croisés et le regard froncé.

Clarke • Et que me vaut l'honneur d’être poursuivie par vous, monsieur ?"

Elle savait très bien pourquoi elle lui courait après, bien que Jacob était prêt à le dire clairement et à voix haute histoire qu'elle l'entende bien. Néanmoins elle changea brusquement le sens de la conversation en jetant la pomme sur le mercenaire. Il écarquillait les yeux de surprises, son esprit brouillé par tant de questions sur la forme de cette pomme, le pourquoi un tel fruit existait et était-ce réellement le fruit qui apporta le savoir aux humains etc.... Bien sûr que oui c'était une blague, il n'y avait aucun moyen que le professeur se fasse avoir par un coup de théâtre aussi enfantin. Bien que la pomme filait trop vers sa tête, il continuait de fixer Clarke, remarquant qu'elle commençait à bouger ses épaules de concert, l'une avançant tandis que l'autre reculant. Il soupirait, si elle voulait le prendre par surprise qu'elle essaye d'y mettre du sien au moins.

Jacob décidait de saisir la pomme d'une de ses mains tandis que l'autre il la passait sur le poignet de Clarke, le déviant en poussant légèrement sur le côté pour qu'elle manque son coup. Le fait qu'elle ait voulu donner un coup avec sa main a créer une chaîne de mouvements entre sa main et son épaule, que Jacob a pu percevoir d'un simple coup d'oeil. Le fait que son épaule bouge c'était comme téléphoné au professeur par où le coup allait venir, alors il se contenta juste de saisir la pomme, dévier le coup et... Faire un pas de côté pour éviter le soudain coup de genou. C'est une bonne idée de toujours prévoir un plan B lorsque la première attaque échoue, mais il va falloir faire un peu plus que ça pour prendre de court le vétéran de guerre. Alors qu'il bougeait sur le côté droit de Clarke, il lui renvoyait d'un simple geste la pomme vers le visage, tandis que sa jambe à lui se plaçait derrière celle de l'élève pour lui faire un croche-patte et donc, tenter de la faire chuter.

Jacob • Si tu comptes utiliser la pomme comme un écran, évite de laisser à ton adversaire l'occasion de voir ce que tu vas faire ensuite.

Il en profitait pour lui dire la plus grosse erreur qu'elle ait fait dans ce premier assaut, après tout puisqu'ils y étaient... Même si cela pourrait risquer d'attirer un peu trop l'attention, le fait qu'il y ait du monde autour d'eux. Il attendait de voir si Clarke se calmait pour poursuivre la conversation qu'ils devraient avoir.


Jacob Loan
Le Prof pas content
Clarke Griffin
La sécheuse
© Halloween sur Never-Utopia

♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Running after a cocky one - Lun 25 Mai 2015 - 2:40



Running after a cocky one



Deux options s'offraient à moi. Primo, ce grs pouvait n'être qu'un charlatan, un de ces professeur engagé sans compétences particulière. Après tout, Deus ne ressuscitait-il pas n'importe qui ? J'en étais moi-même la preuve vivante. La seconde option quant à elle visait à me positionner en difficultés. Chose qui visiblement, m'arriva. Il avait anticipé. La pomme ? Rattrapé d'une main. Autant dire que dévier mon coup de paume semblait lui être aussi facile que d'écraser de sa grosse botte le château de sable qu'un gamin. Curieusement, depuis que j'avais "osé" le questionner quant à son étrange attitude de suivre les gens, et donc, comparé a ce qui me semblait relever d'un pervers, celui-ci semblait plus ... Agacé, disons. Chose qui ne manqua pas d'étirer un léger sourire sur mes lèvres.

Je n'avais pas adopté de position de faiblesse. Je pouvais encore pré-sentir ses sales coups. Notamment lorsqu'il me renvoya la pomme. Je la saisis au vol en relevant mon bras gauche, juste avant que celle-ci ne tente de percuter ma joue. Et puis quoi encore, un peu plus et j'aurais eu un coquard sur l'oeil. Et tout ca, à cause d'une pomme? Ce n'était même pas la peine d'y penser, cela n'arriverait pas. Ses paroles me firent tiquer. Laisser l’occasion à mon adversaire de savoir ce que je comptais faire? Avait-il donc anticipé chaque mouvements que j'avais réalisé ?

Le professeur ne se stoppa pas, car déjà je sentais sa fourberie se glisser derrière ma jambe et me faire chuter? Réflexe premier : se raccrocher à ce qu'on peu. Entre-autre, le professeur lui même en pivotant légèrement. Ma main s'agrippa à son épaule, qu'il tente de me faire tomber tiens.

- Essayez donc, je vous emmènerais au sol avec moi, mon cher professeur."  


Déclarais-je, en étirant d'autant plus le sourire qui venait de prendre place sur mes lèvres. Dans un sens, ayant pivoté, cela risquait de limiter les chances d'un éventuel croche patte. De l'autre, si il avait décidé de se la jouer tyran, il pouvait facilement me repousser ou me mettre un coup à son tour au bas ventre pour me prendre au dépourvu. C'est pourquoi mon regard ne quitta pas le sien. Lorsque l'on prépare un sale coup, il y a toujours un élément, un regard, une haussement de sourcil, un retroussement de nez, une action de la mâchoire, même infime qui se laissait entrapercevoir. Je n'étais pas agacé, ni quoi que ce soit, en fait, le "professeur" venait de capter mon attention. Serait-il moins incompétent que ses prédécesseurs ainsi que ses collègues ? Je demandais à voir. J'en avais presque oublié le pourquoi du comment le professeur m'avait suivis. Me faire des reproches sur mes absences, pourquoi faire, il n'était pas gardien de prison ...

- Vous m'avez suivis pour me reprocher mes absences, je présume. Peut-être pourrions nous nous arranger..."  


Un deal ? Qu'avais-je à perdre. Au pire, si il refusait, il me suffirait d'être plus discrète en séchant, ou de prendre l'apparence d'une autre personne en temps voulu. Il ne saurait me retrouver dans une enveloppe corporelle ne ressemblant pas à "Clarke Griffin".

- Se servir d'une diversion est une technique pourtant efficace. Montrez-moi... Montrez-moi comment faire pour vous avoir par surprise et peut-être deviendrais-je studieuse."  


Déclarais-je d'un ton on ne peut plus sérieux. Si il avait quelque chose à m'enseigner, qu'il le fasse. Et pourquoi pas maintenant? J'étais probablement trop peu réaliste. Dans beaucoup de représentations lilliputiennes télévisées ainsi que dans les livres, jamais les maîtres n'acceptaient de montrer leur coups des le premier jour. Un peu à l'image d'une vierge effarouchée qui ne daignerait se dévoiler entièrement nue en une fois.
© Ethan
Invité
avatar
Invité
Re: Running after a cocky one - Lun 25 Mai 2015 - 3:54

Trying To Be A Good Student ?



Le mercenaire remarquait que la demoiselle aux cheveux roses avaient de bonnes idées, si seulement elle savait les pratiquer plus efficacement. La pomme aurait pu être une bonne diversion contre n'importe quel autre personne n'étant pas sur ses gardes et n'ayant pas passé le plus clair de son temps en situation de guerre. Néanmoins c'est pourquoi il ne faut jamais sous-estimer la personne en face de soit, lorsque quelqu'un comme Jacob a déjà faillis mourir alors qu'un enfant s'était approché avec une grenade nichée dans ses mains avant de la lâcher sur lui, on peut être sûr de ne jamais douter du danger que peut représenter telle ou telle personne. C'est pour cela que même en répondant à l'assaut de Clarke, le professeur n'y allait pas en douceur mais ni trop dans l'excès non plus, se contentant de contrôler la situation. Lorsqu'on dispose du contrôle, tout passe beaucoup plus facilement.

Bien qu'il fut assez surpris de voir l'élève se rattraper à lui, saisissant son épaule pour ne pas tomber. Jacob restait là, à l'observer, presque les mains dans les poches si ce n'est que sa réaction vis-à-vis de cela n'était pas bien différente à l'indifférence. Elle se rattrapait à lui, et ? Elle restait dans une position assez difficile à tenir, ni debout, ni à terre. Même si la situation semblait bien l'amuser, au vu de son large sourire, ce n'était pas ça ni ses paroles qui allaient la remettre sur pieds. En effet, le choix revenait à Jacob et seulement à lui, au final. Ses yeux ne quittaient pas les siens, elle semblait ne plus trop vouloir s'en prendre à lui, pour le moment. Il soupirait légèrement, quelle mise en scène, de quoi le mettre assez mal à l'aise avec autant de monde autour d'eux. S'ils restent plusieurs minutes à se fixer ça va paraître suspect, alors tout en passant sa main sur son avant-bras il tirait sur elle pour la redresser sur ses jambes, la lâchant ensuite.

Jacob • En général c'est une très mauvaise idée de compter sur l'épaule de son adversaire pour se rattraper dessus. Mais je suis ne suis pas un adversaire aujourd'hui.

Il écoutait ce qu'elle avait à dire à propos de ses absences, même si elle passait rapidement à la partie négociation plutôt que de parler d'avantages des raisons. Pas de problème, il découvrira quelle genre d'excuses elle pourra inventer plus tard. Pour le moment, il restait sagement à entendre sa proposition, lui demandant de lui montrer comment le prendre par surprise – lui un expert en combat – afin qu'elle puisse commencer à suivre ses cours. De quoi faire hausser un sourcil, et bien haut. En somme, s'il lui montrer comment le blesser, elle accepterait de devenir une bonne élève ? La bonne blague. Hilarante. A se tordre de rire. Le visage de Jacob resta aussi neutre que possible, ne trahissant aucun sous-entendu ni jugement sur ce que venait de dire Clarke.

Jetant un coup d'oeil à droite et à gauche, il voyait bien que même en étant en dehors du marché il y avait bien trop de monde pour qu'ils continuent cette discussion. Il tournait les talons pour être de dos à Clarke, lui faisant signe de la main pour qu'elle le suive.

Jacob • Pas ici, il y a trop de monde pour apprendre quelque chose de ce genre.

Après quelques minutes de marches, ils se retrouvèrent entourés de pas mal d'arbres, accompagnés par uniquement le chant de petits oiseaux. Il tournait le regard vers l'élève un peu trop sûre d'elle, souriant légèrement.

Jacob • J'avoue ne pas avoir pensé à rencontrer une forte tête comme toi dès mon premier jour, m'enfin passons. Tu veux en savoir plus sur la diversion, les coups par surprise c'est bien ça ? Pas de soucis. Observe bien, ce genre de chose ne marche qu'une fois.

Passant sa main derrière-lui il sortait son couteau de combat, le faisant tourner plusieurs entre ses doigts sur sa main, le montrant bien à Clarke avant de le lancer en l'air, assez haut, frôlant de peu une branche. Il profita de cet instant où il s'élevait dans les airs, et où la demoiselle lèverait les yeux, ne serait-ce qu'un instant, pour se retrouver face elle et poser sa main gauche sur la majeure partie de son visage pour lui cacher un œil. Ainsi il créa un angle mort par lequel il récupéra le couteau à la volée et placer le bout contre le flanc de Clarke, par lequel elle ne pourrait le voir venir. Tout cela en moins de 3 secondes, assez pour la tuer sans même qu'elle n'ait le droit de souffler un dernier mot. Il retirait sa main ainsi que sa lame, regardant Clarke en reprenant une expression assez détendue.

Jacob • L'oeil humain dispose lui aussi de certains « réflexes », lorsque l'attention est attirée par un objet en mouvement, l'oeil va automatiquement le suivre par pur réflexe, ce qui créer le premier angle mort. Pour ce faire j'ai commencé par jouer avec la lame devant toi pour que tu te concentres dessus avant de le jeter en l'air, de ce fait tu m'as perdu de vue pendant un instant. J'ai profité de cette instant pour me rapprocher et créer un second angle mort en te privant d'une partie de ta vue, qui t'as empêchée de voir que j'avais saisis le couteau et donc tenter de frapper en plein dans ton flanc.

Il continuait de jouer avec la lame durant les explications avant de ranger la lame dans son fourreau. Il posait ses mains sur ses hanches tout en poursuivant dans son « cours ».

Jacob • Comme tu peux t'en douter, ce genre de coup ne marche pas deux fois de suite, il faut savoir utiliser ce qu'on a sous la main pour rediriger l'attention de l'adversaire et donc créer des angles morts. Ces derniers te permettront de prendre de court tes ennemis et donc d'avoir un coup d'avance. Le principe en somme n'est pas compliqué, tu pourrais même réussir en tenant une pièce en or d'une main afin de trancher la gorge de quelqu'un avec une lame dans l'autre. Des questions ?

Il préférait poser la question tout de même, il ne voudrait pas la perdre en route alors qu'elle avait acceptée de suivre le cours. Ce serait trop bête.


Jacob Loan
Le Prof pas content
Clarke Griffin
La sécheuse
© Halloween sur Never-Utopia

♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Running after a cocky one - Lun 25 Mai 2015 - 15:33



Running after a cocky one



Le seul cours dont je n'avais jamais loupé une heure n'était autre que le cours de latin, pourtant soporifique à mon sens. Si j'y allais en fait, c'était surtout à cause du professeur, Alessandrini. Non pas que je lui trouvais d’intérêt quelconque, mais en tant qu'allié, je me devais de le tenir près de moi, de pouvoir le jaugé ou apprendre de sa gestuelle, peu importe le moment. Il était clair et net que lorsque mon départ de l'académie arriverait, je devrais probablement me débarrasser de bon nombre de personne ici, et encore plus si je le pouvais, me débarrasser de professeurs, car ils étaient plus entraîné, et plus réfléchis que les élèves, étant donné leur expérience. N'était pas professeur qui veut. Peut-être pourrais-je en épargner certains, si ces derniers décidaient de nous rejoindre. J'avais bon espoirs sur certaines cibles. Et ce professeur de combat rapproché, que diable pourrais-je en tirer? Le faire passer du mauvais côté ? Il me semblait bon, surement excellait-il dans son rôles de professeur de combat rapproché. Hors, même chez les renégats, nous avions besoin de personne dans son genre, pour entraîner les autres... La plupart de nos recrues étant des psychopathes, des pervers et des violents qui ne réfléchissaient pas qu'avec leur cerveau, il aurait pu être intéressant de pouvoir les"faire filer droit"... A voir. Il me faudrait probablement me concerter avec Jhoken ..

Qu'il était étrange de ne voir paraître sur son visage aucun signe trahissant quelconque émotion. Ni sourire, ni froncement de sourcil. Simplement la neutralité au plus haut point. Était-il simplement aussi expressif qu'une huître ou faisait-il simplement un travail sur lui-même? Allez savoir. Il était bien mon contraire sur beaucoup de choses, visiblement. Mon fasciées me servait à bien des choses, la manipulation surtout. D"un hochement de tête, j'acquiesçais lorsque le professeur me fit remarquer que trop de monde se révélaient être témoins de nos actes. Très bien, je suis. Sans piper mots, je suivis ses pas pour sortir de cet endroit. Avais-je obtenu gain de cause ? Je me doutais dans le fond, qu'il n'allait pas me dévoiler sa botte secrète. A mon sens, il allait probablement m'expliquer le comment du pourquoi de la chose avant de tenter de me coller une heure de colle pour que je nettoie son bureau, ses vitres ou peut-importe la chose en prétextant qu'avant d'apprendre quoi que ce soit, il fallait apprendre à prendre sur sois et maîtriser les gestes du quotidien. Ou une connerie du genre. Qu'il essaie donc ! Nos pas cessèrent un peu plus loin lorsque la foule dans laquelle nous nous étions retrouvée disparaisse pour ne laisser place qu'à la tranquillité d'un chemin presque désert. Mains dans le dos tel un inspecter des travaux fini, je suivais le professeur qui se tourna vers moi. Tiens, il savait sourire, finalement ? Ma tête se pencha sur le côté, c'était donc son premier jour. Pas étonnant que son visage ne me disait rien. Étrange qu'il prenne le temps d'aller embêter les personnes de mon genre, qualifié de sécheurs. Si il espérait tous les re-motiver, il devait avoir la foi, car la plupart voyait cette résurrection comme un retour au "lycée".

Et comme une bleue, je suis la danse hypnotique de cette étrange arme. Non pas que cela me distrait, mais je n'avais encore jamais vue une telle chose. On aurait dit une sorte de couteau en trois parties, vraiment très ingénieux. Mes pupilles ne cessèrent de suivre l'arme, même lorsque celle-ci virevolta dans les airs. Noir, je ne voyais plus rien de mon oeil. Mon réflexe fut de redresser mon bras droit, pour venir dégager ce qui m'obstruait la vue en me servant de mon poignet pour repousser celui du professeur. Ce qui en soit, ne semblait pas le chagriner plus que ça.  Pas besoin de baisser le nez, je savais ce qui était pointé contre moi. Pas vexée pour un sous, les commissures de mes lèvres s'étirèrent en un nouveau sourire.

- Oui monsieur, j'ai une question. Votre nom?"  


Il avait presque réussis à capter mon attention, félicitation, monsieur le professeur de combat rapproché. Néanmoins, se battre contre une personne ayant une réflexion humaine était une chose, mais affronter un animal, un monstres où un "apprenti-dieu" ne résonnant pas de a même manière se révélait être une autre problématique. Certains mêmes, comme le professeur aurait à mon avis d'autres réactions, et saurait davantage comment réagir à ce genre de situation. Que faire dans ces cas là ?

- Votre tour marche sur les gens de mon niveau. Mais qu'en est-il des gens du vôtre ?"  


Questionnais-je, en sortant un divis de ma poche pour le faire jouer et passer entre mes doigts, dans une dextérité qui se voulait aussi vive que celle dont avait fait preuve le professeur quelques instants auparavant...  

Sans le savoir, en acceptant de m’entraîner le professeur mettait sur long terme, en danger ses propres élèves..
© Ethan
Invité
avatar
Invité
Re: Running after a cocky one - Lun 25 Mai 2015 - 16:45

Not Easy To Do



Clarke tenta de se défendre contre la démonstration de Jacob, un réflexe que son corps lui hurla d'effectuer au risque de mourir s'il avait vraiment eu en tête de l'éliminer. Bien sûr lorsqu'elle sentis la pointe de la lame elle cessa toute activité, laissant place à la passivité pour pouvoir passer à autre chose. Taillant un nouveau sourire sur ses lèvres, elle demandait le nom du professeur sans que celui-ci ne s'y attende. Si elle voulait savoir c'était qu'elle a désormais plus d'intérêt pour lui et ses cours, elle était sur la bonne voie pour réintégrer correctement ses enseignements.

Jacob • Je m'appelle Jacob Loan, et arrêtes avec les vous : contente-toi de m’appeler Jacob, ce sera plus simple.

En effet le mercenaire n'a jamais été réellement fan des vouvoiements, il privilégiait une communication simple et pratique. S'il se permet de l'appeler Clarke, elle avait tout à fait le droit de l'appeler Jacob. Ce n'est pas ce genre de petits détails qui allaient agacer le professeur, au contraire. En attendant elle semblait avoir bien saisie la limite du tour que venait de lui montrer le mercenaire. En effet cela ne marchait que sur des personnes d'un niveau moyen, n'ayant pas une énorme expérience des combats. Elle finissait donc par demander comment faire pour prendre par surprise quelqu'un comme Jacob. Il la regardait un long moment, son visage neutre et inexpressif reprenant le dessus alors qu'il réfléchissait. Il finissait par soupirer, autant lui avouer sans passer par 4 chemins.

Jacob • Je ne sais pas ce que tu veux dire par « des gens de mon niveau » mais je peux tout de même te dire qu'il n'y a pas de technique magique. Le mieux tu en sais sur ta cible, le mieux tu pourras exploiter ses angles morts, synchroniser votre respiration, le prendre de court avant qu'il ne puisse réagir...

Disait-il avant de saisir soudainement le Divi entre les doigts de Clarke sans même toucher sa main. Il avait observé la façon dont elle faisait tourner la pièce, le rythme, la vitesse etc... Et il a profitait de ces informations pour saisir la pièce sans trop de difficulté. Bien sûr elle pourrait tenter de reculer brusquement, protéger cette pièce, mais cela ne ferait que créer un second angle mort encore plus grand, pouvant amener à la mort s'il voulait y aller sérieusement. Il donnait un léger coup de pouce pour rendre la pièce à Clarke, haussant des épaules.

Jacob • Le mieux tu peux comprendre ton adversaire, le mieux tu pourras le forcer à faire des erreurs. Les techniques basiques telles que les feintes ont toujours utilisées ce genre de principe. Ce n'est pas que je veuille te décourager, mais me prendre par surprise ne sera pas facile...

… « tant que tu n'utilises pas un quelconque pouvoir », il aurait bien voulu ajouter ces quelques mots mais qu'est-ce qui le forçait, après tout ? Si elle tenait réellement à le faire tomber, elle trouva bien par elle-même un moyen de ce faire. En attendant, Jacob avait rempli sa part du marché, il était temps de solliciter celle de Clarke.

Jacob • Ca te suffit ? Tu vas éviter de sécher mes cours à présent ?


Jacob Loan
Le Prof pas content
Clarke Griffin
La sécheuse
© Halloween sur Never-Utopia

♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Running after a cocky one - Lun 25 Mai 2015 - 18:48



Running after a cocky one



Monsieur Jacob Loan n'aime pas le vouvoiement? Embêtant, je ne me voyais pas le tutoyer comme si c'était mon .. Comment disent-ils aujourd’hui? "Mon pote" ? Qu'elle grossièreté. Bien que j'arrivais à tutoyer beaucoup plus de monde qu'au début, pour paraître plus "normale", j'avais encore du mal à ne pas séparer les différents grades. Une personne supérieur à moi dans une question de hiérarchie pareille méritait, à mon avis d'être vouvoyé. Ou du moins, tous ne le méritaient pas, car ca serait donner trop d'importance à un ramassis d'imbécile, mais je tentais de m'y tenir un tant soit peu. Et voilà que ce dernier décidait de casser ma logique interne pour que je le tutoie. A la rigueur, je pourrais me permettre de le nommer par son nom de famille, tel que je le faisais pour Alessandrini, mais qu'il ne compte pas sur moi pour l’appeler Jacob. Je ne connaissais que trop bien les rumeurs et les paroles d’autrui.A partir du moment ou l'on décidait de casser des codes, les rumeurs allaient de bon train. Et je voyais déjà les greluches qui me servaient de passe temps et de.. "d'ami" me poser des question et étendre des faux ragots dégoûtants. Non. Je n'avais pas besoin de ce genre de chose. Le mot d'ordre étant de rester discret au sein de cette académie. Se faire remarquer était la dernière chose qu'il me fallait.

Ses paroles me semblaient évidentes, je le savais, dans le fond, ce genre de chose après avoir pratiqué et combattu la plupart du temps à main nues. Mon glaive grec, bien que je sache le manier, n'était pas mon arme de prédilection, non loin delà. Je préférais courir, frapper ou tuer à pieds et  mains nues. On se sentait bien plus vivant, dans le fond. Pas besoin de tous ces accessoire lorsque le corps humains se révélait être lui-même une arme de premier choix. Encore fallait-il le maîtriser convenablement. Je l'apprenais. De mon vivant, mon corps de Gorgone était lui même une arme. La peur qu'il inspirait suffisait presque tétaniser mes adversaires, quel qu'ils soient.  Ils se chiaient dessus, et pas que littéralement en voyant dans leur champs de vision pareil monstre. Mais avec une telle apparence, des traits fins, un visage agréable ou un physique plus normal, je ne pouvais compter dessus. A moins de tomber sur une personne phobique du sexe féminin, je ne pouvais pas m'y fier.  La piece ne retomba pas entre mes doigts, comme volatilisé. SI le professeur avait tenté de me montrer avec un exemple ce qu'il expliquait, il avait réussis. Synchroniser les mouvements, la respirations pour attraper furtivement mon bien. Cela me faisait penser à une technique de voleur, dans le fond. Peut-être de son vivant, Monsieur Loan n'était autre qu'un Robin des bois à ses heures perdues?

Selon ses dires, le prendre au dépourvu n'était pas chose aisé.  Qu'il croit. A mon sens, rien n'était impossible. Il suffisait de tromper sa confiance. Il se basait sur ce qu'il avait appris de son adversaire, mais et si l'adversaire lui-même n'agissait pas de manière habituelle, que ferait-il ? Nouvel objectif lancé. Je lui prouverais qu'il n'est pas impossible de l'avoir par surprise. Une fois qu'il me connaîtra, qu'il pensera me connaitre du moins, je lui montrerais.

- Je prend le pari, Loan."  


Déclarais-je en récupérant la pièce que le professeur me rendais. Oui. Je l'aurais un jour, je l'aurais. Et sans subterfuges non. C'était tout là le challenge, dans le fond. Lui paralyser son bras ne serait en tout point pas du jeu. Dans un léger soupire, je rangeais la pièce avant de mettre mes deux poignets en avant, comme pour me faire passer une corde ou des menottes. Chose que l'ont faisait apparemment aux criminels.

- Ca peut se faire, j'imagine. Mais je suppose que pour l'instant, j'ai le droit à une magnifique corvée déplaisante?"  


Questionnais-je, en retroussant légèrement le nez.

- Je ne garanti pas qu'après des corvées de ménages, mes pauvres mains acceptent d'aller se faire agresser par des apprentis bagarreur."  


L'excuse pourrie. Pas crédible pour un sous, comment ca, vous trouver ? Il est vrai que je n'étais pas le genre à me soucier ni de mon apparence vestimentaire, ni de mon propre physique, mais ça, le professeur ne le savais pas, je présume. A moins qu'il juge mon magnifique jean bleu avec ce haut de couleur kaki. J'en connais qui hurleraient "à mort" pour une pareil faute de gout.
© Ethan
Invité
avatar
Invité
Re: Running after a cocky one - Lun 25 Mai 2015 - 19:55

Let's Meet Again



Jacob souriait en voyant l'élève qui osait relever le défi, celui de le prendre par surprise. Comme il lui avait expliqué, il n'était du genre à être facilement berné, la pomme n'était qu'un des nombreux exemples se révélant inefficace sur lui. M'enfin, ce n'était pas non plus parce qu'elle lui annonçait d'emblée qu'elle allait l'avoir un jour qu'il allait se servir de ses yeux dans le dos pour la venir. Si elle veut réellement frapper là où il s'y attendra le moins, il va lui falloir obtenir ce que peu de personnes maîtrisent : la patience. En attendant il finit par faire légèrement la moue lorsqu'elle l'appelait Loan. Pourquoi ne voulait-elle pas l'appeler par son prénom, comme il lui avait demandé ? Trop de fierté ? Peut-être était-elle gênée ? Difficile de savoir, il n'était pas réellement dans sa tête... Cependant ce n'est pas la fin du monde, si elle ne voulait pas tant pis pour elle, cela ne changera pas ses habitudes.

Ce qui intrigué un peu plus le professeur c'est qu'elle se mis à tendre les poignets vers lui, que voulait-elle en plus ? Des bonbons ? Ou qu'il lui passe les menottes ? Il froncé les sourcils en l'entendant parler de corvées à réaliser comme punition. Et encore plus lorsqu'elle parler de se faire agresser par les autres apprentis. Grattant le bout de son nez, il haussait des épaules avant de soupirer, après tout il n'était pas à son premier soupire de la journée...

Jacob • Je ne sais pas ce que font les autres professeurs mais je ne gagnerais rien à te faire faire une corvée. Penses à venir à mon cours la prochaine fois et tu seras toute pardonnée. Oh et de mon point de vue tu me semble bien plus bagarreuse que certains donc je n'ai pas à m'en faire.

Ajoutait-il d'un petit sourire moqueur, faisant allusion au fait qu'elle l'ait attaquée en premier tout-à-l'heure. C'est en prenant ce genre d'initiative qu'on finit par tomber sur plus fort que soit, ce qui a été le cas pour la jeune demoiselle qui n'a pas pu rivaliser longtemps en matière de combat rapproché. Jacob finit par lui tourner le dos en faisant un signe de la main.

Jacob • Surtout évites de me prendre par surprise pendant que je dors, ces temps-ci je passe les nuits avec un couteau à la main.

Étrange façon de dire au revoir diriez-vous, après tout il n'était pas du genre à simplement dire « au revoir ; ciao etc ». Trop facile et ne donne pas assez d'informations. Passant à côté de quelques arbres, il disparaissait du champ de vision de Clarke, finissant par sortir du petit nid d'arbres, et se retrouvant au beau milieu de la grande place. De retour à quelque chose de plus calme et posée. Pour le moment...


Jacob Loan
Le Prof pas content
Clarke Griffin
La sécheuse
© Halloween sur Never-Utopia

♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Running after a cocky one - Lun 25 Mai 2015 - 23:26



Running after a cocky one



Penser a venir à son cours la prochaine fois? Juste cela? Pas de sanctions disciplinaire, de reproches ou autres mesquineries ? Mon sourcil droit se arqua face à de tels propos. Il était vraiment... Différent, comme professeur. Peut-être trouvait-il que faire bosser les apprentis ne lui rapporterait rien de plus que de la rancœur, bingo monsieur le professeur, vous marquez des points. Ma tête se pencha sur le côté alors que je ne le quittais des yeux. Il semblait lasse et voulait probablement retourner dans un endroit tranquille. Il n'avait pas peur pour moi ? Moi non plus. Les apprentis n'étaient en majorité qu'une bande de ramassis informe ne sachant faire quoi que ce soit dans leur mains. A si, ils savaient utiliser une batte de baseball et placer leur doigts sur une flûte,bravo les artistes.

-  Je ne vois pas de quoi vous parlez, je suis absolument sans défenses."  


Ma phrase eu comme un goût amer, de faux. Bon certes, on y reviendra pour la jouvencelle en détresse, mais il y avait bien pire que moi oui. Cela me rappelait qu'il me fallait me rendre en ville oui, parfaire mon entrainement. Il attendait de moi que je m'améliore, que je le surprenne lors du prochain cours ? J'allais lui faire ce plaisir oui. Baissant les yeux, je sortis mon Dea-portable de ma poche et regardais l'heure. Demain. Demain je me rendrais sur terre mettre en application ses conseils, pensais-je, en étirant un sourire mauvais sur mes lèvres. Relevant le nez, je regardais le dos du professeur. Le prendre par surprise la nuit?

- Si c'est une invitation à me rendre dans votre chambre mon cher Loan, sachez que je ne suis pas de ce genre là."  


Déclarais-je, en me tournant à mon tour. Je me doutais que c'en était pas une, d'invitation.. Mais cela me faisait rire, bizarrement. En y repensant, il ne semblait pas être homme à femme, dans tous les cas. Je ne l'imaginais pas vraiment de ce genre là, ou intéressé plus que cela par la chaire. A vrai dire, il avait des airs parfois presque noirs. Je n'aurais su dire si c'était mon instinct qui me poussait à percevoir ça, mais j'avais l'impression qu'il était plus sombre que ce qu'il ne semblait paraître aux premiers abords. Oui. J'avais dès à présent deux objectifs. Devenir assez rigoureuse et intrépide pour lui prouver que le prendre au dépourvu était possible.  Et secundo... Le pousser à devenir renégat. Le comment du pourquoi ça, c'était une tout autre question ...
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 829

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Running after a cocky one - Sam 30 Mai 2015 - 21:29

Pour un professeur de combat, faire faire des corvées à ses élèves, c’est très utile, au contraire. Plus la corvée est écœurante, plus l’élève est énervé, frustré… et plus il a envie de combattre et tuer le professeur. N’est-ce pas une bonne méthode pour progresser ? Dit en pensant, madame la sécheuse s’est laissé embobiner : apprendre l’art de la diversion grâce à un lancer de couteau, alors qu’on a déjà tenté cette technique avec un lancer de pomme… et se faire avoir comme une débutante…
… à moins que. La véritable surprise pourrait venir du fait qu’elle est plus forte qu’elle n’a voulu le montrer. Plus forte, et plus… machiavélique… sournois…
Le plan, la surprise, ça se prépare sur du long terme. Le professeur est-il au courant de cette… méthode de combat ? Mieux vaut pour lui !

Je vois que ça aime l’anglais, alors je vais terminer en anglais. No additional remark. Very interesting, visually pretty, and, more important, very well written! I hope you will continue in this way, having fun writing with each other. Jacob, good luck making this woman a... let’s say... good fighter, but not too good? Take care of yourself, and don’t fall to the dark side...

Jacob Loan : 500 xps
Clarke Griffin : 495 xps

Xps attribués : Yep
Running after a cocky one
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Who is running Haiti for whom?
» 07. Girls running wild
» (11) ALEXIANE « i keep on running »
» Our time is running out [ Silk ].
» Running to the edge of the world [Soeurette]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page