Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Conférence sous haute tension PV Blake Charon

Invité
avatar
Invité
Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Lun 18 Mai 2015 - 12:49



Conférence
sous haute tension.







Le Caire, Egypte, 23 Mars 2014.

Le 15 Janvier 2014, à la surprise générale, les négociations sur le nucléaire entre l'Iran et les pays occidentaux aboutissaient à la signature d'un accord signé en Suisse à Genève. Ce traité historique ratifié par la Russie, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et la Chine, autorisaient à la République Islamique d'Iran un accès exclusif à l’énergie nucléaire, ainsi que la levée des sanctions économiques qui pesaient sur le peuple iranien. Toutefois, l'aboutissement d'un tel accord, ne satisfaisait pas tout le monde. Notamment la nation d’Israël, qui voyait d'un très mauvais œil cet accord sur le nucléaire. Et qui deux mois plus tard, montra sa ferme opposition en décrétant la loi martiale sur la Palestine et en braquant son armée vers l'Iran. Dès cet instant des pays tels que la Jordanie ou l'Arabie Saoudite, avaient rameuté leurs armées aux frontières limitrophes avec Israël, avec la ferme intention de faire face aux forces israéliennes. Le monde était donc à nouveau inquiet face au regain de tension au Moyen-Orient, la peur qu'une nouvelle guerre éclate dans la poudrière du monde planait sur tous les visages, même celle des dirigeants les plus inflexibles.

Afin de mettre un terme aux escalades de tensions entre les nations du Moyen-Orient, une conférence de paix avait été organisée par les Etats-Unis et la Russie au Caire en Egypte, pour trouver une sortie de crise le plus rapidement possible. Tous les regards étaient tournés vers le delta du Nil, la sécurité de la ville était au niveau maximal, surtout depuis l'annonce de la venue du président iranien. Le consentement de ce dernier à venir avait étonné plus d'une personne, qui ne s'attendait pas à voir venir ce président prendre part directement aux négociations de paix. Le peuple d'Orient retenait son souffle, certains s'inquiéter d'un éventuel attentat contre le leader iranien, d'autres contre le chef d'état d'Israël. Si une telle chose arrivait, il était certain qu'une guerre allait embraser les terres de l'ancien empire perse.

L'Académie, elle-même, craignait une éventuelle attaque terroriste au Caire, ayant pour but de faire échouer les pour-parlers et provoquer la guerre. Il voyait surtout une opportunité en or pour les renégats d'agir, ce qu'elle ne voulait absolument pas voir arriver. Et pour assurer le bon déroulement des discussions, l'établissement prit la décision d'envoyer des académiciens. Dont Gregorio, qui avait vu ses pouvoir libérer pour l'occasion. Le romain n'avait pas râlé en apprenant sa nouvelle mission, au contraire, il en était ravi. Car il s'agissait la première fois, depuis les incidents, que le conseil l'autorisait à bénéficier pleinement de ses pouvoirs.

Gregorio et ses coéquipiers avaient été plus qu'informer à propos de la crise géopolitique que traversait le monde. Et sur le coup, Caesar ne put s'empêcher de voir le conflit qui avait Rome et Carthage, à travers le tension entre Israël et l'Iran. Deux nations que tout oppose, qui montent en puissance et sont prêtes à en découdre à tous moment. Si la guerre venait à être déclarée, il était certain que l'un des deux pays était voué à disparaître... L'italien trouvait cela bien triste que les hommes d'aujourd'hui ne retiennent rien du passé, et finissent par commettre les mêmes erreurs. Mais bon, lui et les académiciens étaient toujours là pour réparer les bêtises des hommes.

La fine équipe, pour ne pas dire les bras cassés comme le pensait Gregorio, avait embarqué pour le pays des pharaons plusieurs heures avant l'arrivée des chefs d'État. Les deusiens devaient en premier lieu s'assurer de la sécurité des lieux, puis repérer tout éventuelles menaces et la neutraliser. Cela paraissait simple sur le papier, mais en réalité, la tâche était monumentale, le professeur était déjà fatigué rien qu'en pensant à la journée éreintante qui les attendait. Si avec ça, Gregorio ne pouvait pas obtenir une prime sur son salaire, qu'il réclamait depuis plusieurs semaines... Il était certain qu'à son retour, l’Académie allait se retrouver avec un enseignant en grève pour les trois prochains mois.

Pour le moment, le romain attendait tranquillement le débarquement au Caire, depuis le pont du navire dimensionnel. Il était spécialement vêtu pour sa mission, arborant une tenue conforme à la couverture qui lui avait été confiée. Ainsi pour cette journée si particulière, il n'était plus Gregorio Alessandrini, mais Armand Richard, un membre de la délégation française, qui serait présente lors de la rencontre. Bien sûr, l’empereur avait tiré une mine dépitée, qui aurait cru qu'un jour, celui qui avait asservi la Gaule finisse par être assimilé à sa descendante... Personne, pas même l'italien, qui pestait avec dégoût contre sa nouvelle identité. Il jeta alors un dernier regard à l'horizon, où naissaient les toits du Caire, avec un air légèrement contrarié. De toute évidence, l'italien avait rudement hâte de reprendre son patronyme d'origine, au plus vite. Mais l'italien devait passer outre les détails, car la mission qui l'incombait s'avérer plus délicate que prévue.







Dernière édition par Gregorio Alessandrini le Ven 22 Mai 2015 - 0:14, édité 2 fois
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Mer 20 Mai 2015 - 16:09

   
Mission d'assassinat


« Accepté.»


   
" Ce que je te demande? Tue le président de l'Iran, et que la guerre soit!"

En bref c'est cela qu'on lui avait dit, aller en Égypte et attendre que le président de l'Iran ainsi que le chef d'état d'Israël  arrivent pour faire des négociations de paix- Tuer l'un ou l'autre, c'était sans importance- Il fallait simplement provoquer une guerre. La cible recommandée était tout de même le président de l'Iran, Blake devra donc se concentrer sur son assassinat. Peu importe comment, temps que l'on ne le repère pas, ou simplement que l'on suspecte Israël ou un autre pays.

Le Caire. C'était précisément à cet endroit que les négociations auront lieu. C'était une occasion à ne pas manquer, mais également à haut risque, car il était très probable que l'académie soupçonne elle-même qu'un attentat soit tenté envers l'une des personnalités importantes. Que ce soit des humains ou des renégats. Blake avait été envoyé, seul, mais quelqu'un était censé l’accueillir la-bas et lui fournir ce dont il aurait besoin, découvrir les emplacement d'éventuels tireurs, caméras, et cetera, discrètement. Il pourrait peut-être même l'aider à descendre quelques gars. Blake avait simplement accepté la mission, un assassinat ne devrait pas poser trop de problèmes, après tout.

Il devait se déplacer de nuit pour l'instant, il était recherché après tout, et on pourrait peut-être facilement le reconnaître s'il ne fait pas attention. Tout ce qu'il fît, c'est rejoindre son contact. En tout premier lieu il lui dit simplement d'attendre quelques jours et de "profiter de l'Egypte". En étant recherché? Ce sera facile. Son contact, appelé Charles, d'ailleurs, lui avait donc donné une tenue qui pourrait un peu l'aider à se mêler dans la foule.. Un manteau couleur sable, capuche incluse et semblant être idéale pour cacher son bras gauche... Bien, c'était déjà ça. Blake pouvait donc librement explorer Le Caire- spécialement le lieu ou était supposé se passer les négociations. Charles par la suite finit par fournir Blake d'une meilleure tenue, encore couleur sable, mais cela ce sera pour plus tard.... pour le jour J.

Le renégat devait ne pas être suspicieux, et d'autre part ne pas croiser de forces de l'ordre ou  avoir le visage visible sur des quelconques enregistrements de caméras- facile à dire, hein?  Enfin bref, Blake devra simplement continuer d'explorer et analyser les rues et ruelles, pendant que Charles fait une carte indiquant la position des tireurs- il pourra peut-être en prendre un par surprise et achever les autres avec l'arme de leur coéquipier- encore une fois, facile à dire, mais pour la pratique, ce sera sûrement bien plus difficile.

[HRP: Arf... j'espère que ça ira... >< ]


   


© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)


Dernière édition par Deryck Whibley le Dim 24 Mai 2015 - 13:36, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Jeu 21 Mai 2015 - 17:46



Conférence
sous haute tension.







Le Caire, Egypte, 23 Mars 2014, H-5.

La capitale égyptienne était en effervescence depuis plusieurs jours, les rues étaient constamment sous la surveillance de policiers, des hélicoptères balayaient les cieux de la cité, et des hommes en arme avaient été posté aux sommets des toits. Le pays hôte avait mobilisé toutes ses forces, afin de s'assurer du bon déroulement de la conférence de paix. Cette dernière avait d'ailleurs lieu à l'El-Sadate Building, un gigantesque gratte-ciel spécialement aménagé pour l' occasion afin d'accueillir les deux chefs d'états en toute sécurité. Il ne restait plus que quelques heures avant l'arrivée des premiers diplomates, et pourtant, il restait aux académiciens tant de choses à faire. Les membres de l'équipe, dont Gregorio, étaient rassemblés dans la cabine principale pour un dernier briefing avant le début de la mission.

La tension était palpable dans la pièce, même étouffante. Et pour la première fois depuis deux mille ans, Gregorio ressentit la pression de son travail pesé sur ses épaules. Jamais depuis sa résurrection, l'italien s'était vu assigner une aussi lourde tâche. Le superviseur de la mission décrivit pas à pas les détails des lieux et du fonctionnement du dispositif de sécurité. Ses explications révélaient peu à peu l'ampleur de la tâche qui les attendaient, mais aussi de l'implication des humains dans cette conférence. Ils n'avaient rien laissé au hasard, pas une seule fenêtre, pas un toit, ni même un trou de souris sans surveillance. C'est dire à quel point, les hommes étaient déterminés à faire réussir cette rencontre historique. Pourtant, les moyens mis en place ne semblaient pas suffisants aux yeux de l'Académie, qui estimait que les renégats pouvaient facilement tromper la vigilance des humains.

Gregorio avait été assigné à la détection des individus susceptible de commettre un attentat. Il devait analyser les comportements des différents individus et déterminer les potentiels dangers. Il était le pivot de l'équipe, puisqu'il était la seule personne capable lire le langage corporel et émotionnel. Tous les autres membres de l'équipe avaient le regard posé sur lui, chacun d'eux comptaient sur lui pour démasquer les éventuels renégats fondus dans la masse. Le romain était, d'ailleurs, relié à ses coéquipiers par un oreillette. Il ne devait omettre aucun détail, et faire acte de présence toutes les deux minutes. De toute l'équipe, l'empereur déchu était vraisemblablement celui qui avait le travail, le plus sensible, l'italien était sur un siège éjectable. Car pour lui, l'erreur n'était pas permise...

Le navire dimensionnel débarqua finalement sur les berges du Nil, à proximité de l'immense monstre d'acier et de verre qui dominait e delta du fleuve. On pouvait d'ors et déjà entendre le brouhaha de la foule qui convergeait vers l'El-Sadate Building. Des journalistes, des diplomates, des militaires, s'affairaient autour du gratte-ciel en attente de l'arrivée des premiers convives. Les deusiens se mêlèrent alors à la foule, commençant leurs travaux respectifs. Ainsi, tandis que certains partaient inspecter les différents points sensibles des environs, Gregorio était resté dans la foule et se dirigeait vers l'entrée du building. Là, où les chefs d'états étaient censés arriver avant de pénétrer dans la tour. Pour le romain, si un terroriste devait agir, c'était bien à cet endroit, devant les caméras, sous le regard du monde entier.

Un homme en treillis se mit alors en travers du chemin du professeur, et le stoppa en lui faisant un geste de la main. Gregorio étaient arrivés à un cheackpoint, où tous les invités à la conférence devaient se faire contrôler. Et toutes personnes jugeaient suspectes ou ne présentant pas les papiers nécessaires, était embarqués ou rejetés. Un militaire égyptien s'approcha de l'ancien dictateur, il souhaitait, visiblement connaître l'identité de Gregorio.

-Sir, stop please . Could you please state your full identity.
Spoiler:
 

Sans discuter, l'albino sorti de sa poche la carte qui lui avait été remis, ainsi que le badge qu'il portait autour du coup. Puis le remis au soldat qui partit regarder le registre des participants. Heureusement pour Gregorio, l'Académie avait pris le soin de pirater le système informatique de la sécurité, et avait inscrit chacun des membres de d'équipe d'infiltration. Finalement, le garde revint auprès de l'italien et lui rendit ses papiers.

-Welcome sir Richard, Egypt welcomed the members of the French delegation and Minister Fabius.
Spoiler:
 

Ensuite, le soldat s'écarta et laissa passer Gregorio à travers un portique de sécurité, avant de subir une fouille au corps méticuleuse, puis un passage au détecteur de métaux. Et enfin le professeur put franchir la totalité du cheackpoint. L'albino activa alors son oreillette et contacta le reste de son équipe, pour signifier qu'il était en place.

-Ici Alessandrini, je suis arrivé devant le building. Terminé.





♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Dim 24 Mai 2015 - 14:08

Préparations


« Un peu d'aide est la bienvenue. »


Jour J

Charles a appelé Blake après plusieurs analyses des environs- il lui avait donné un téléphone jetable pour pouvoir prévenir Blake de ses plans et analyses. Il pourra -justement- le jeter après cette mission. Charles avait donc apparemment fini la carte avec la position de tous les tireurs autour, marqué d'un point rouge, ainsi que les patrouilles aériennes aériennes des hélicoptères autour du Building- Charles analysait sa propre carte à la recherche d'une quelconque erreur, une seule simple petite erreur dont ils pourraient profiter. Etant donné le niveau de sécurité élevé pour l'évènement, il devait avouer que c'était difficile pour lui- mais encore, il sembla avoir eu une idée- il a donné un sacré pot de vin à l'un des tireurs d'élite, indiqué en bleu sur la carte, pour qu'il tente de descendre les pilotes des hélicoptères survolant la ville- Comment il a réussi à atteindre le tireur, et combien il a dû donner pour qu'il accepte l'argent, ça, Charles le gardait secret, agaçant un peu Blake, même.

Il ne pourrait pas entrer dans le building, la sécurité dans l'immeuble lui-même était encore plus renforcée qu'à l'extérieur- et tenter de rentrer par une fenêtre avec les tireurs autour sera difficile. Il devra donc éliminer sa cible quand il est encore à l'entrée du building. Mais avec les tireurs autour?
Et en plus, ils ne perdront sûrement pas de temps devant l'immeuble- Il n'aura probablement que quelques secondes avant que les deux personnalités ne rentrent dans l'immeuble. Si il rate son coup, Il devra soit s'enfuir, soit tenter un plan B... Vu le nombre de gardes de sécurité, ce serait probablement la fuite.
Blake portera donc sa tenue couleur sable pour se placer sur un des immeubles autour-"remplaçant" un tireur d'élite en lui "empruntant" son fusil. Charles allait également participer- il allait également tenter de prendre la place d'un tireur, pour pouvoir descendre les autres tireurs pendant que Blake se concentre sur sa cible.

Ils étaient donc trois pour cette action... Charles ne semblait pas calculer les académiciens dans son plan, mais il dit, dans un sourire:

"Apparemment ils vont vraiment venir, et l'un d'entre eux pourrait nous avérer utile.. comme bouc émissaire."

Bouc émissaire? Ils auront donc un suspect potentiel... Et Blake n'aura peut-être pas forcément de problèmes avec les autorités- évidemment il devra encore prendre la fuite, mais cela ne devrait pas être trop difficile à faire. Charles finit par enfin montrer en intégralité la carte à Blake, prennant un crayon en dessinant les patrouilles de certains gardes... Comment il a fait pour remarquer tout cela? Blake n'a pu repérer que caméras, tireurs et les hélicos, il n'a pas pu se noter mentalement les patrouilles des gardes et autorités à pied.


...Bien.


Avant de se diriger vers leur cible, Charles tendit un masque à Blake- si un satellite dans l'atmosphère se trouve juste au-dessus de l’Égypte à ce moment la, ce serait malchanceux, non? Blake le prit donc, il le mettra quand il sera arrivé à destination.
Changement de tenue, pour cette fameuse tenue sablée- il devra être discret pour atteindre le tireur sur les toits de l'immeuble à l'est.

Jour J H-4

Blake était arrivé à destination, capuche sur la tête et tête baissée, cachant son visage aux satellites et caméras. Blake avait une oreillette et suivait les instructions de Charles: " Hélico en approche" " Patrouille en approche". On pourrait plutôt l’appeler Oracle vu à quel point il est doué pour repérer tout cela... Blake saisit son occasion pour monter sur le toit de l'immeuble en vitesse, mettant son masque et assommant le tireur d'élite, inspirant un coup- il devra également répondre aux autres tireurs pour confirmer quelconques visuels pour l'instant. Le tireur soudoyé se trouvait juste en face de lui- il l'avait vu assommer le tireur et prendre sa position, mais vu qu'il est dans le coup, il ne dit rien. Blake lui, plaça le corps du sniper hors de vue des hélicos en patrouilles aérienne. Le renégat prit donc sa position, ajustant le réticule du fusil. Comment avaient-ils nommé cette position? Ah oui.

...Delta en place et en attente.




© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Lun 25 Mai 2015 - 17:32



Conférence
sous haute tension.







Le Caire, Egypte, 23 Mars 2014, H-3.

Le temps défilait à une allure phénoménale, même un peu trop au goût du professeur de latin. Son regard parcourait l'assistance autour de lui passant de visage en visage, il recherchait l'expression de haine viscérale, le visage d'un potentiel meurtrier. Il ne restait plus beaucoup de temps avant que le premier convoi n'arrive. Le parterre de journalistes était bondé. CNN, BBC, Al-jazeera et bien d'autres chaînes de télévision, toutes présentes afin de retransmettre cet événement historique. Ou diffuser la terreur, qu'inspirait un possible attentat, un moyen idéal pour répandre la peur à travers les esprits des hommes. Gregorio vérifia un à un les membres des médias, mais ne trouva aucun danger potentiel, pour son plus grand soulagement et malheur.

Soudain des sirènes se firent entendre. Une berline noire accompagnée de plusieurs motards, apparut alors dans le champ de vision des caméras et appareils photos. Une cacophonie insoutenable envahit l'entrée du gratte-ciel. Entre les crépitements des flashs, et les journalistes qui braillaient à tout-va, Gregorio se retrouva rapidement désorienté. Les gens s'agitaient de plus en plus, à mesure que le premier convoie se rapprochait. Chacun essayait de savoir qui se cachait derrière les vitres teintées de la grosse automobile. La tâche de l'italien se retrouva, on peut plus ardu, mais il ne se découragea pas. Et continua à scruter les humains qui l'entouraient. Derrière lui, un journaliste de CNN débuta sa retransmission pour les millions de personnes assises devant les postes de télé.

-Here, CNN's Anderson Cooper , live from Cairo. We are more than a few hours of the start of the peace conference, held at the El-Sadat Building. And it seems that the first participants start arriving. As you can see, the first convoy has just made its appearance. And stops in front of the entrance, it is probably the Egyptian president , Abdel Fattah al-Sissi, the host of the peace conference held right here.

Spoiler:
 

La voiture s'arrêta pile devant le tapis rouge, qui bordait l'entrée du bâtiment. Puis, un garde du corps ouvrit la portière, laissant sortir un homme en costume au teint hâlé. Les militaires présents autour du chef d'état égyptien se mirent au garde-à-vous, tandis que le président saluait la foule et les journalistes. Quand tout à coup, le visage d'un homme attira l'attention de Gregorio. Les sourcils froncés, des lèvres serrées, un regard ne laissant paraître aucune hésitation. Cet individu, vraisemblablement d'origine arabe, avait l'expression typique de la personne prête à passer à l'acte.

-Individu suspect identifié dans la foule... D'origine arabe, je dirais même égyptien, juste à l'entrée.

-Bien reçu, ne le quittez pas des yeux. Si le suspect fait quoique ce soit de brusque, n'hésitez pas à l'appréhender

-Compris, communication terminée.

Gregorio se mit alors en mouvement, et se plaça à proximité de la personne suspectée de commettre un attentat. Mais contre toute attente, l'individu commença à se déplacer et se diriger vers le dirigeant de l'Egypte. Ce dernier tenait un objet, que l'italien n'avait pas pu identifier. Et ne voyant aucune autre option, le romain traversa la foule et poursuivit l'homme sans plus attendre. Et ni une, ni deux, le romain suivit au plus vite l'homme, qui se rapprochait dangereusement de la voiture présidentielle. L'homme semblait, d'ailleurs, avoir attiré l'attention de la sécurité avec son comportement étrange, puisque des soldats accoururent en direction de ce dernier. Qui se mit à crier en arabe, tout en brandissant une bouteille.

-المجد ل فلسطين ! الموت لإسرائيل ! الموت للخونة !

Spoiler:
 

Heureusement, Gregorio arriva juste à temps pour plaquer l'intrus au sol sous les yeux des caméras du monde entier, qui avaient braquaient leurs objectifs sur ce qui se passaient. L'italien prit soin de détourner son visage, afin de ne pas paraître sur tous les écrans du monde. Puis, le romain saisit la bouteille et l'ouvrit, s'apercevant qu'il n'avait pas affaire à de l'eau, mais à de l'essence. De toute évidence, l'individu avait eu l'intention de s'immoler et non d'agresser qui que ce soit. Un soulagement pour l'apprenti-dieu, qui avait cru avoir affaire à un potentiel terroriste, car si toutes les personnes suspectes étaient comme le précédant fauteur de troubles, alors il n'aurait aucun mal à entrevoir les futurs dangers.

Après avoir remis la bouteille et le briquet, qui traînait par terre, au responsable de la sécurité. Gregorio retourna se fondre dans la masse humaine au plus grand damne des médias, qui tentèrent de l'approcher afin de comprendre ce s'était passé.

Pendant ce temps, un autre membre de l'Académie chargeait d'inspecter les lieux, monta sur les toits. Et à sa grande surprise, il découvrit le corps d'un soldat assommé, qui gisait dans un angle mort des patrouilles aériennes, mais aussi des caméras. Et trouvant bon de ne pas prévenir ses camarades, ce dernier s'avança discrètement et vit qu'il y avait un autre individu présent sur le toit. Il comprit alors que le tireur mit en place avait été remplacé par un inconnu... Soudain, un horrible crissement se fit entendre, le malheureux académicien avait fait crisser sa chaussure sur les cailloux qui recouvraient le toit. Un son qui parvint aux oreilles d'un potentiel terroriste...


♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Lun 25 Mai 2015 - 23:47

   
Tentative ratée


« Heureusement, sinon la cible ne serait pas venue du tout...»


   
Jour J, H-2

Blake continuait d'observer silencieusement les environs avec le fusil de tireur d'élite qu'il avait à sa disposition à ce moment, entendant de temps en temps Charles donner des nouvelles des environs ou diverses informations. Il se déplaçait de son côté, tentant de repérer  les policiers en civil qui participaient à la sécurité de l’événement. De temps à autre Blake entendait les tireurs parler, en train de confirmer leur positions régulièrement, pour être sûr qu'aucun tireur n'ait un problème- A un moment, il entendit la voix de Charles, très similaire à la voix d'un des tireurs, répondre à l'appel. Il semblerait qu'il ait prit sa propre position de tireur désormais. Il sera sûrement encore en train d'observer les environs. Blake restait attentif, silencieux- il inspirait un bon coup de temps à autre- Il n'aura que quelques secondes pour son tir, après tout.

Quelque chose d'imprévu arriva, pourtant- Un homme palestinien apparu dans la foule, voulant apparemment s'imoler lui-même, face au bâtiment- Avant que qui ce soit n'ait reçu l'ordre de tirer- un homme était apparu et avait plaqué au sol l'homme en question, l'empêchant de faire son attentat- Charles avait parlé à ce moment même, alors que Blake avait l'homme aux cheveux blancs dans le viseur.

"Tu le vois? C'est l'un d'entre eux." Il dit cela dans la ligne sécurisée, Blake confirma simplement en observant l'homme un instant, tiquant sur le coup... Blake voulait se remettre dans ses observations... quand il entendit un bruit derrière lui. Il lâcha son fusil- restant pourtant allongé. Il coupa les  communications avec les autres tireurs d'élite, gardant pourtant celle que Charles et lui-même avait.

   
Delta. Besoin d'un visuel.


Charles a immédiatement aligné son fusil vers la position de Blake. Il a repéré quelqu'un plus loin derrière Blake. " Ennemi à 6h. De ton point de vue." Une légère pause se marqua, alors que Charles semblait analyser l'homme en question " Académicien. Sois prudent. Patiente un instant. Hélico en approche."

Blake confirma simplement par un " Affirmatif", attendant patiemment le signal de Charles, alors que l'académicien derrière lui semblait vouloir essayer de le neutraliser... L'hélico ne l'avait plus en visuel. Blake se leva en vitesse- L'académicien lui donnant un coup avec ce qui semblait être un poing entouré de roche, brisant une partie de son masque, révélant une de ses pupilles rouges, alors que Blake se dépêcha de venir lui tordre de bras et lui donner un grand coup dans la nuque, l’assommant donc à son tour- Ou bien lui brisant les cervicales, qui sait, vu que le coup a été fait avec son bras gauche... Charles se remit à ses observations, alors que Blake prit le corps de l'académicien et alla vite le poser près de l'autre corps, hors de vue des hélicos... Il vit juste à côté une couverture assez grande. Bien, quel coup de chance. Il colla les deux corps ensemble et les recouvra de la couverture- bon comme ça, peut-être qu'ils ne seront pas repérés aussi rapidement.

Charles appela Blake par la suite: Une autre voiture blindée était en approche. Blake se dépêcha de se mettre en position, utilisant son oeil désormais plus recouvert du fameux masque brisé pour viser, ajustant le réticule, inspirant un bon coup en visant la voiture...

Ce n'était pas sa cible. Charles et le tireur soudoyé n'allaient commencé à tirer qu'au moment ou Blake donne le premier tir, pour tuer le président Iranien. Le renégat inspira un coup. Bon, Egypte et Isräel viennent apparemment d'arriver. Les prochains qui arriveront seront probablement des ministres, mais Blake restait concentré, patient: Le président Iranien Hassan Rouhani pourrait arriver plus tôt que prévu.  Blake ouvra les communications avec les autres tireurs, juste au moment ou ils confirmaient leurs positions à nouveau.

 
Delta. En position.


   


© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Mer 27 Mai 2015 - 20:36



Conférence
sous haute tension.




Le Caire, Egypte, 24 Mars 2014, H-1.

-This Summit does not seem to unanimously among all the inhabitants of the Middle East . Since there are only a few minutes , a Palestinian tried to set himself on fire , just before President al- Sissi . But luckily , security has managed to neutralize that individual, who was unable to put his plan into action. Wait, I just got a last-minute information . And, apparently the Israeli Prime Minister is about to happen here one minute to another.

Spoiler:
 

La sécurité redoubla de plus belle à l'entrée de l'El-Sadate Building, car non seulement l'incident avec l'homme palestinien avait mis à cran les militaires présents sur place, mais en plus, les invités semblaient arrivés plus tôt que prévu. Un brouhaha assourdissant s'était soudainement emparé des personnes présentes sur le porche du gratte-ciel. En effet, l'annonce de l'arrivée du premier ministre israélien avait eu l'effet d'une bombe, et venait de parvenir aux médias, qui s'empressèrent de relayer l'information au reste du monde.

Finalement, seulement cinq minutes après, un convoi lourdement protégé fit son apparition au bout de l'allée. Et se dirigea devant l'entrée du gratte-ciel, sous les flashs et le regard des caméras étrangères. Rapidement, un cordon de sécurité se mit en place autour du véhicule, qui se retrouva entouré par une douzaine de personnes prêtes à faire évacuer le dirigeant d'Israël en cas de danger. L'attente fut interminable, mais le premier ministre israélien et son ministre des affaires étrangères sortirent enfin de la voiture blindé et s'exposèrent aux yeux du monde. Des journalistes s'attroupèrent autour du leader israélien, Benyamin Netanyahou, cherchant à soutirer une quelconque parole du leader hébreu, mais sans succès. Car l'homme aux cheveux grisonnants et aux traits sévères, rentra directement à l'intérieur du bâtiment, laissant à son ministre des affaires étrangères, Avigdor Liberman, le soin de faire une déclaration publique devant les médias.

- ראש הממשלה נתניהו ואת עצמי שמחים להיות כאן כדי למצוא משבר מתח שיזעזע את המזרח התיכון. ישראל היא נואשת למצוא שלום בר-קיימא עם שכניה. עם זאת, אנשי עברית יישארו יציבים ולא לתת במול כל איום.

Spoiler:
 

La déclaration du conseiller de Benyamin Netanyahou suscita de nombreuses réactions, certains y voyaient une volonté de négocier, d'autres pensaient que le comportement d'Israël ne permettrait pas de faire retomber les tensions. Cependant, tout cela importait peu pour Gregorio, qui s'assura que le premier ministre avait passé le portique de sécurité sans encombre. Il ne restait plus qu'à assurer la protection du président de l'Iran et  tout serait terminé pour de bon.

Malheureusement pour les académiciens, une anomalie allait chambouler tous leurs plans. En effet, le superviseur et le reste de l'équipe, remarquèrent bientôt la disparition de l'un d'entre eux qui ne répondait à aucun des appels. Gregorio eut alors un frisson qui parcourut son échine. Il y avait quelque chose de louche derrière la disparition de ce deusien. Il n'aimait pas la tournure des événements, et pour peu, il pensa que son pair avait fait une mauvaise rencontre. Il en était presque certain.

Et ne se fiant qu'à son instinct, le latiniste quitta son poste pour se diriger vers un bâtiment à l'est de l'El-Sadate Building. Il s'agissait là du dernier lieu, qu'avait indiqué son camarade avant de disparaître. Le romain n'eut aucun mal à pénétrer à l'intérieur. Mais une fois dedans, ce dernier tomba nez à nez avec des militaires égyptiens qui le sommèrent de décliner son identité sur le champ. Et pour toute réponse, Gregorio tendit son badge, et leurs répondits avec un sourire narquois.

-I am Armand Richard, member of the French delegation. I am here to inspect the place on the order of the Minister Laurent Fabius.

Spoiler:
 

Les hommes de la sécurité se regardèrent d'un air déconcerté, avant de hocher la tête.

-Fine, you can go. Do you require any escort, sir ?

Spoiler:
 

-No, Thanks. I can handle myself of that task. You can return to your post.

Spoiler:
 

L'albino n'avait eu aucun mal à berner la sécurité présente dans le bâtiment, une chose bien inquiétante, alors qu'une menace terroriste planait sur le Caire. Le romain marcha à travers les couloirs et ouvrit une à une les portes, qui ne donnaient que sur des pièces vides. Il ne trouvait aucune trace de son coéquipier, comme s'il s'était volatilisé.

Au même moment, de nouveaux convois arrivèrent à l'El-Sadate Building, pour le plus grand bonheur des journalistes qui couvraient l'arrivée.

-And these are the representatives of the other countries participating in the peace talks, arriving . You can see from our pictures , the US secretary of state John Kerry with his Russian homologue Sergei Lavrov that enter together in the building. Follow by European ministers, Laurent Fabius for France, the German Minister Frank-Walter Steinmeier and Sir Phillip Hammond British Foreign Minister . This leaves only the last guest to the conference begins . In other words, Iranian President Hassan Rouhani.

Spoiler:
 

L'impatience était à son comble, chacun attendait avec inquiétude le président de la République Islamique d'Iran. Car, cela devait bien être la première fois que les leaders d'Israël et de l'Iran se rencontraient depuis la Révolution Islamique de 1979. En effet, ces deux nations étaient aussi proches qu'ennemies, certains les comparaient à la France et l'Allemagne du début du vingtième siècle. Et il était impensable, pour bon nombre de personnes, qu'un plan de paix soit adopté par les deux pays.s

Les secondes s'égrainaient une à une, tandis que Gregorio parcouraient un bâtiment annexe de l'El-Sadate Building. Il l'avait fouillé de fond en comble chaque pièce et chaque recoin du bâtiment, où il était plausible de retrouver l'apprenti-dieu qui était porté-disparu. Il avait par ailleurs déconnecté son oreillette, et avait cessé de communiquer avec son superviseur. En effet, le romain avait décidé de retrouver son camarade lui-même et les terroristes. Cependant, son initiative se révéla être une erreur monumentale. Puisqu'elle sema suspicion dans son équipe, qui voyait d'un mauvais œil son silence radio. Par ailleurs, ce dernier ignorait, qu'il était observé depuis l'instant même où il était rentré dans l'immeuble. Une chose, ou plutôt quelqu'un espionnait Gregorio à l'aide des caméras. Et cet inconnu ne lâcha pas le romain, jusqu'à ce que ce dernier atteignît la porte menant au toit.

Son cœur battait à la chamade, il ne restait plus qu'un seul endroit à vérifier. Il avait la certitude qu'il trouverait ceux qu'il cherchait depuis le départ. Mais ce qu'il ne savait pas, c'est qu'on l'attendait lui aussi sur le toit de l'immeuble.

Il s'empara tout d'abord d'une lame en céramique, caché derrière sa cravate. Solide, discrète et indétectable par les détecteurs de métaux, l'arme de Gregorio était passée sans encombre à les procédures de sécurité. Puis il ouvrit silencieusement la porte, et se glissa dehors à pas de loup.

Sa surprise n'en fut que plus grande, lorsqu'il ne trouva qu'un toit complètement désert. Gregorio s'avança avec prudence sur de la terrasse. L'endroit était parfait pour un tireur, puisque le sommet de l'annexe donnait exactement sur l'entrée de l'El-Sadate Building. Le vrombissement assourdissant des hélicoptères régnait dans le ciel, mais un son presque imperceptible parvint aux oreilles de l'italien qui ne put éviter le coup qui fila droit dans sa nuque. Et comme s'il avait été foudroyé par la douleur, le romain s'effondra inconscient...

-Live from Cairo to CNN, we witness this historic event. The arrival of the president of the Islamic Republic of Iran, Hassan Rouhani .

Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Jeu 28 Mai 2015 - 14:04

Target acquired


« and Suspect in place. »


Jour J- Heure H



La prochaine voiture venait d'arriver- c'était les représentants des autres pays. Blake gardait son calme, écoutant tranquillement les informations que Charles passait par son oreillette. Les représentants de la Russie, des USA et les représentants de divers pays de l'Europe étaient arrivés et sont immédiatement rentrés dans le building. Blake ne devait pas rater son coup. Ne pas rater son tir- Le président de l'Iran était le prochain, et probablement le dernier qui allait arriver.  Son oreillette grésilla. Charles avait repéré quelqu'un d'autre dans le bâtiment, en train de monter les étages. Blake tiqua. Il lâcha le  fusil à nouveau, allant se cacher dans un coin- sa tenue couleur sable l'aidant un peu à se dissimuler. Il attendait patiemment, tout en gardant un œil sur la zone face au building- juste au cas ou Hassan Rouhani arriverait.

Il finit par entendre des bruits de pas, puis l'homme aux cheveux blancs de tout à l'heure arriver, inspectant les lieux  et se rapprochant de la position de tireur d'élite- Blake se faufila derrière lui alors qu'un hélico passait, sans pour autant les repérer. Il donna un coup rapide dans sa nuque, l'assommant. Il se réveillera dans peu de temps, mais Blake aura le temps de tuer sa cible. Et à le regarder, également... Ils avaient trouvé leur bouc émissaire.

Delta. On a notre suspect. C'est l'homme qui a empêché le palestinien de s'immoler... Alessandrini? Oui, il a les cheveux blancs...


Charles finit par le prévenir de rapidement se mettre en position. Blake mit rapidement Alessandrini  hors de vue des hélicos, se remettant à nouveau en position. Son oreillette grésilla alors qu'il entendait un reporter sur les lieux en train de prévenir l'arrivée du président de l'Iran. Blake inspira un bon coup.

Ici Delta. Préparez-vous.


Confirmation rapide de Charles et du tireur soudoyé, qui se préparait à s'occuper des hélicos qui survoleraient le toit ou se trouve Blake, ainsi que Gregorio Alessandrini. Le président de L'iran finit par sortir de la voiture blindée, les gardes du corps autour de lui rendant le tir encore un peu plus difficile. Blake inspira une nouvelle fois en ajustant son réticule- Hassan se dirigeait déjà vers le bâtiment. Blake visa, il ne devait pas rater son tir- ne pas échouer la mission. Feu.

Le corps de Hassan Rouhani tomba à terre alors que le sang éclaboussait de derrière sa tête, le tir de fusil de sniper laissant un écho dans les environs. Cible éliminée. Sur la place, des cris se faisaient entendre, les gardes du corps tentant de voir d'où venait le tir. Les reporters continuaient de diffuser malgré tout, voulant " Informer le monde" de cette ... tragédie.

Charles changea rapidement de cible en visant un tireur d'élite et e neutralisant, alors que le tireur soudoyé visa en l'air vers les hélicos, neutralisant un pilote qui était sur le point de survoler la zone ou se trouvait Blake. Le renégat se déplaça rapidement: prenant le fusil et le mettant dans les mains de l'académicien qu'il venait d’assommer. L'hélico au-dessus s'écrasa  sur un des autres toits, tuant un autre tireur d'élite par la même occasion- un autre tir se fit entendre. Charles venait de neutraliser un autre tireur et disait à Blake, dans un calme impressionnant, de quitter les lieux. Il ajusta donc la position de Greg pour donner l'impression que c'est bien lui qui a tiré, et fini par courir. Le tireur d'élite soudoyé finit par se faire descendre- il n'a pas été assez discret dans ses tirs, semble-t-il.

Charles avait quitté sa position après son dernier tir, ainsi que Blake- il ne devrait pas simplement descendre par les escaliers, des policiers en civils pourraient déjà être en train de monter les étages du bâtiment. Blake... descendit par le mur, s'accrochant donc aux murs du bâtiment à l'aide de sa griffe, descendant aussi rapidement qu'il le pouvait, gardant sa tenue sablée, se fondant dans la foule en s'éloignant des lieux des crimes- Espérons que tout se passera bien.



© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Sam 30 Mai 2015 - 0:02



Conférence
sous haute tension.




Le Caire, Egypte, 24 Mars 2014, H+1.

Le monde retenait son souffle face à l'imposante voiture présidentielle qui venait de s'arrêter sur le porche du gratte-ciel. Et soudain, une cohorte d'homme en costume se déploya autour du véhicule, repoussant sans aucune gêne les caméras un peu trop curieuses, qui s'étaient approchées d'un peu trop près, de la voiture blindée. Les secondes donnaient l'impression d'êtres des heures, tant, le temps paraissait long. Soudain, un membre de la sécurité saisit la poignet de la portière, qui s'ouvrit sous la pression exercée par ce dernier. Un homme en turban, la barbe grisonnante finement taillé, s'extirpa de la berline et se retrouva totalement encerclé par une horde de gardes du corps. Le président iranien salua alors brièvement la foule, avant de se diriger vers l'entrée du bâtiment, en compagnie de son ministre des affaires étrangères.

La vigilance était à son niveau maximum, les hélicoptères survolaient la zone avec insistance, tandis que les tireurs postés sur les toits étaient appointés chacun à leurs tours. Tout semblait se passer sans accro, au plus grand soulagement du service de sécurité et des deusiens, qui observaient la scène sans prendre la peine de respirer. Puis tout bascula en un instant, lorsqu'une détonation raisonna dans les environs. De l'effroi se dessina sur le visage de tous, alors que les regards fixaient avec stupeur, le corps d'Hassan Rohani s'écrasait au sol dans un bruit sourd.

- الرئيس هو أسفل! يجب علينا اخلاء ! الآن !
Spoiler:
 

Un chaos sans précédent s'installa alors autour l'enceinte de l'El-Sadate Building. Puisque les coups de feu continuèrent, propageant la terreur parmi les invités, qui commencèrent à s'éparpiller sous les effets de la peur. Tout à coup, une explosion eut lieu au sommet d'un des bâtiments, où l'un des hélicoptères de sécurité venait de s'écraser au grand désarroi des militaires égyptiens. Seuls les journalistes et les membres de la surveillance gardaient un calme relatif, afin de se retrouver dans cette situation quasi-apocalyptique. Par ailleurs, les quelques caméras encore debout filmaient avec bien de mal, la scène qui se détériorait de secondes en secondes.

-Here Anderson Cooper , live from Cairo, where the situation has turned tragic . Indeed, shots just been fired at the same instant as I speak . Iranian President seems to have been touched and ... OH MY GOD ! Watch this helicopter! He just crashed on the roof of this building ... We are likely in the presence of a terrorist attack ! I repeat! A terrorist attack !
Spoiler:
 

Des gardes du corps s'emparèrent du corps inerte du président de l'Iran et le posèrent sur la banquette arrière de la voiture présidentielle, avant de démarrer au quart de tour pour se diriger vers l'hôpital le plus proche.

Gregorio gisait encore à terre, pendant que le monde autour de lui s'embrasait. Il pouvait à peine voir ce qui arrivait autour de lui, mais il pouvait entendre. Les tirs, les cris, puis l'explosion, l'italien avait entendu tout cela sans pouvoir bouger le petit doigt. Il n'arrivait presque pas à serrer les dents, tant ses membres étaient engourdis. Il sentit la présence d'une autre personne, et sentit qu'on lui mettait un objet entre les mains, avant de bouger son corps. L'empereur reprit uniquement ses esprits qu'après de longues et exténuantes minutes, mais ne se rendit pas compte de la situation jusqu'à ce qu'il s'aperçût du tintamarre qui avait lieu aux pieds du Building.

Puis, en se rendant compte de la présence de l'arme entre ses mains, Gregorio sentit un frisson parcourir son échine. La situation ne pouvait pas être plus mauvaise pour l'italien, qui s'était retrouvé avec l'arme du crime entre les mains, à proximité des lieux du meurtre... Il allait servir de bouc émissaire, et serait jugé coupable par les humains, s'il venait à être appréhendé. Sans perdre une seconde, le professeur se rua vers la sortie en espérant pouvoir s'échapper au plus vite. Toutefois, c'était sans compter la venue de militaires égyptiens, qui débarquèrent toutes armes dehors braquées sur Gregorio.

- الأيدي في الهواء! لا تتحرك! لا تتحرك!
Spoiler:
 

L'empereur n'était pas un idiot fini. Constatant qu'il était entouré par des hommes lourdement armés, l'albino se résigna à toute tentative d'évasion suicidaire et se mit à genoux dans l'intention de se rendre. La suite des événements s'avéra assez violente, puisque les hommes en armes le plaquèrent durement au sol, puis lièrent ses mains avec de solides gaines en plastique. Gregorio fut ensuite forcé de se lever, et traîné dans les escaliers jusqu'en bas de l'immeuble avec brutalité. Là, un fourgon blindé de l'armée égyptienne qui attendait, accueilli l'italien et le commando de soldat. Puis démarra en trombe en direction de la sortie du Caire... Dès lors, les militaires commencèrent à martyriser l'apprenti-dieu en le battant le plus douloureusement possible, dans le but de le faire parler. Pour Gregorio, il s'agissait là d'une longue et interminable descente aux enfers qui ne faisait que s’amorcer...  



♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 231

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3260/1000  (3260/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Sam 30 Mai 2015 - 0:48

Fuite


« Bien discrète. »


Un fourgon blindé venait de passer à côté de lui, alors que Blake entendait encore les cris et pleurs de panique qui venaient du Building. Il s'éloignait tranquillement de la scène du crime, se doutant que ce qu'il y avait dans ce fourgon, c'était probablement son bouc émissaire. Il gardait un regard plutôt neutre, restant discret dans la foule, s'éloignant petit à petit pour pouvoir rejoindre le point de rendez-vous que Charles avait donné. Un véhicule les attendrait à cet endroit, pour pouvoir les ramener au port Said, Pour prendre un bateau hors de l'Egypte à l'aide de faux papiers. Charles avait prévenu que si l'un d'eux était encore absent deux minutes après l'heure fixée du rendez-vous, que l'autre devrait simplement partir.

Heureusement, Charles était déjà sur place, près du véhicule en question qui allait donc les aider dans leur fuite. Cet homme était extrêmement utile pour les affaires des renégats... Il restera donc en vie, probablement. Le véhicule en question semblait être une simple petite voiture... qui ne semblait pas en bon état, mais Charles semblait confiant. Blake finit par ouvrir la portière du siège passager, s'installant donc en enlevant enfin sa capuche, soupirant un bon coup. Charles ne lui adressa pas la parole à ce moment, le laissant se plonger dans ses pensées, alors que lui, les conduisait hors de cette ville pour pouvoir s'extraire- la mission était une réussite.


Quelques heures plus tard, au port...

"Hey. Blake. Réveille-toi. On y est."

Mnh..? Je dors pas...


"Heh. Ouais, c'est ça. Allez, t'as réussi et t'as fait ta bonne sieste, faut que tu retournes chez toi, ils vont peut-être te faire un gâteau."

Blake regardait Charles d'un air impassible. Un gâteau? Pourquoi ils lui feraient un gâteau? C'était une mission comme une autre, après tout. De ce qu'il pouvait entendre, Charles n'allait pas rester bien longtemps avec lui- il restera un contact des renégats, mais il faut voir si il saura survivre par lui-même la dehors.... qui sait, Il aidera peut-être Blake une nouvelle fois, pour une autre mission.
Blake monta donc sur le bateau, et prit donc la fuite... en toute discrétion, peut-on dire.

Les différents pays qui étaient présents à l'évènement semblaient déjà s'accuser l'un l'autre, l'un disant que l'Iran a ramené un sosie pour le tuer eux-même et faire tomber toute la suspicion sur Isräel, et l'autre accusant simplement Isräel de vouloir prendre le contrôle de l'Iran, que cela ne serait qu'un début dans leurs " actions terroristes. La tension montait entre les pays, ce n'était pas la guerre- pas encore, en tout cas.

Les tensions au Moyen-Orient continueront à grandir, une solution diplomatique n'étant en aucun cas envisageable désormais. L'assassinat de Hassan Rohani avait été diffusé sur des dizaines voir des centaines de chaînes à travers le monde, mais aucune caméra n'a pu filmer qui avait tiré- et c'était tant mieux pour Blake... oh, et Charles.

Il restait juste à voir ce que les humains allaient faire par la suite...




© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Dim 31 Mai 2015 - 17:05

That's My Job




- Deus Academia, 2 heures après l'assassinat du Président de l'Iran -

La sueur coulait le long de sa tempe, ses yeux fixaient droit devant lui, cet adversaire qui lui faisait face. Le terrain choisi n'avait rien de particulier, rien qui ne sortait de l'ordinaire : un village en ruine situé au beau milieu du désert en Moyen-Orient, la température y était élevé et le soleil brûlait la peau, comme d'habitude. Rien qui n'était pas dans la mémoire du mercenaire, devenu professeur. En face de lui se trouvait en soldat, équipé d'un couteau de combat, tandis que Jacob lui était désarmé, devenue la proie dans ce combat. Inutile de dire qu'une erreur dans ce genre de situation et c'était finis, la conséquence ne pourrait le mener qu'à la mort et uniquement à celle-ci. Alors il ne s'avançait pas trop, observant son adversaire, là où ses yeux portaient, sa gorge qui déglutinait, les minuscules pas qu'il faisait dans le sable pour s'approcher lentement, très lentement vers Jacob. Par quoi allait-il commençait ? Un assaut frontal misant plus sur la force physique qu'autre chose ? Ou une tactique plus subtile pour pouvoir finir par le prendre à revers le moment où il s'y attendrait le moins.

Un mélange des deux dirons nous, puisque le soldat ennemi décidait de donner un puissant coup de pied dans le sable, soulevant un nuage de poussière qui aveuglait un instant Jacob bien qu'il se protégeait la vue de son avant-bras. Il profitait de l'effet de surprise pour charger, s'élancer un tenant un coup de revers avec la lame, la tenant de sorte à ce que le couteau s'empale dans le crane du mercenaire. Mais ce dernier décida de s'avancer lui aussi, passant au travers du nuage de poussière. Il passait son bras sous celui de son adversaire pour que son avant-bras rencontre le bras armé du soldat pour le bloquer dans son élan, pour ensuite dans un léger glissement laisser sa main saisir celle de son ennemi tout en donnant un coup de pied sur le côté de son genou, le déstabilisant un instant. Ce fut assez long pour que Jacob passe dans son dos et resserre sa prise sur sa main pour le forcer à lâcher le couteau, rattrapant ce dernier à la volé avec sa main libre avant de donner un violent coup de pied dans le bas de dos de son adversaire, le faisant plonger la tête la première dans le sable.

L'exercice était désormais terminer, la simulation prenait donc fin au moment où Jacob avait assuré sa victoire sur son adversaire qui n'était qu'une pâle copie des soldats qu'il a pu rencontrer en Afghanistan. Le décor du désert ainsi que l'hologramme de l'homme disparaissait pour à la fin laisser Jacob dans le vide d'une salle de gym.  Tout n'était que simulation, et pourtant il avait fait de son mieux pour reproduire une situation de combat réelle, il manquait toujours quelque chose. Néanmoins, à ce moment-là la porte s'ouvrit, quelqu'un était là pour le professeur, et ce qu'on allait lui demander n'était pas qu'un simple service...

- En route pour la Terre, 3 heures après l'assassinat du Président de l'Iran -

La mission qu'on lui avait donnée était simple à comprendre : sauver le professeur Gregorio Alessandrini qui est actuellement accusé du meurtre de Hassan Rouhani. Accusé de meurtre durant une conférence de paix.... Le pire moment pour être accusé à tort, voilà ce qu'en pensait Jacob. Il ne connaissait pas particulièrement Gregorio en lui-même mais il savait tout de la mission de ce dernier, le rapport émis par l'académie et les autres apprentis sur les lieux étaient suffisant pour qu'il puisse se faire une idée de comment les choses se sont déroulées. On peut dire que l'ennemi a été plus malin que les membres de l'académie sur le coup, c'est un échec réellement cuisant que prend la Deus Académia. Néanmoins, le professeur établissait déjà une stratégie afin de réparer les éventuels pots cassés, mais avant d'agir, il lui fallait passer un coup de fil.

Jacob • Imàm, ici « Daniel » à l'appareil. Ne poses aucune question, contente-toi d'écouter...

Imàm • Daniel ?! Ce n'est pas le moment pour m'appeler, ici c'est devenue la folie depuis... !

Jacob • Le meurtre de Hassan, je sais. Peu importe ce que tu en penses mais je sais qu'un convoi a emporté le suspect principal dans cette affaire, je veux que tu me donnes sa localisation exacte ainsi que sa trajectoire. J'aurais également besoin d'un soutien sur le terrain.

Imàm • Mais tu es fou ! Ce type est actuellement entre les mains du CSD, il est le meilleur argument qu'ils peuvent avoir pour déclencher une bonne fois pour toute la guerre et tu veux que j'aille à l'encontre de ça ? Je ne peux rien faire car le meurtre du président est une chose beaucoup trop grosse pour être couverte !

Jacob connaissait bien la différence entre le CSD (Conseil Suprême de la Défense) et le CSSN (Conseil Suprême de la Sécurité Nationale). Actuellement ce que disait Imàm était vrai, le CSD qui avait le droit de déclarer la guerre à n'importe qui était comme une bête féroce dont les chaînes se seraient brisées, vu que leur maître – le président qui avait droit à la décision finale – était mort. Cependant, le professeur n'était pas prêt à abandonner, il était même prêt jusqu'à pousser le membre de la sécurité nationale jusqu'à ses derniers retranchements.

Jacob • Écoutes, Hassan est mort, cela a été vu par le monde entier qui avait les yeux rivés sur cette conférence. Tu sais aussi bien que moi que le CSD n'a pas besoin du suspect pour déclencher une guerre, et tu sais très bien pourquoi. Le fait qu'il détienne le présumé tireur n'est là que pour renforcer le fait qu'ils pensent avoir raison. Pourtant, si le suspect venait à disparaître la situation ne changerait pas pour autant.

Imàm • Même si c'est vrai je ne peux pas t'aider ! Je peux simplement te dire que le convoi se dirige vers le Sud du pays et rien de plus !

Jacob • Imàm, n'oublie pas qu'est-ce qui t'as permis de financer ton ascension dans les pontes de CSSN. Lorsque tu es venu supplier « tu sais qui » c'est moi qui ait été envoyé démantelé ce groupe terroriste qui posait tant de problèmes. Donc pour cette fois, disons que tu me rendras un service, en souvenir du geste que j'ai fais pour toi.

Un long silence suivait la conversation. Un silence qui en disait long sur le dilemme qui s'imposait au membre de la sécurité nationale. Après une dizaine de seconde, sa voix devenait tout de suite plus calme, et il parlait lentement, comme s'il s'était résigné. Pour cette fois.

Imàm • …. Dis-moi de quoi tu as besoin.

- Beni Suef, 6 heures après l'assassinat du Président de l'Iran -

Jacob eu la position précise du fourgon emmenant le professeur Gregorio en direction du Sud du pays. Il eu également en sa possession le trajet exact ainsi que les forces qui accompagnaient le prisonniers : deux véhicules tout-terrain placés à l'avant et à l'arrière du fourgon, avec à l'intérieur de chacun un groupe de 4 soldats, ainsi que 3 hommes dans le fourgon en compagnie de la cible. Cela ne sera pas facile puisque les soldats sont équipés de fusils d'assauts meurtriers pouvant trouer un sac de viande avec un seul chargeur bien remplie. Imàm insista pour ne pas déployer des forces de l'armée de terre pour soutenir l'assaut de Jacob, le mercenaire n'ayant pas réellement envie d'un tel soutien. Trop voyant, cela ne ferait que soulever beaucoup trop de questions au sein même du gouvernement iranien. Non, le professeur demanda au membre de la sécurité nationale de faire appel à une force militaire privée pour des soucis de logistique, non pas de force militaire. Jacob ne comptait pas utiliser une escouade pour mener à bien sa mission, il serait le seul à réellement se battre, les autres servant uniquement de soutien au moment où il l'ordonnera.

Tout était en place, un message par talkie walkie informait Jacob que la cible s'approchait, suivant le schéma prévue. Le fourgon transportant Gregorio arrivait en compagnie de deux véhicules militaires. Ils passèrent par le centre ville qui était pour l'occasion déserté par la population locale, le CSD ne souhaitant voir personne se mettre au travers de sa route pendant cette opération. Mais le professeur profita de cela pour préparer sans problème son embuscade. Les véhicules militaires empruntaient la rue principale, cernée par de grands bâtiments. Mais au bout de la rue se trouvait un immense conteneur, bloquant la sortie. Les véhicules s’arrêtèrent les uns après les autres, ils gardaient leur formation initiale, laissant ceux de devant identifier le danger avant tout. Les 4 militaires du CSD descendaient de leur véhicule, s'approchant lentement tout en chargeant leurs fusils. Le talkie walkie transmettait un nouveau message : l'embuscade pouvait être lancée.

Jacob • Lancez l'assaut, aucune victime n'est autorisée.

Une fois l'ordre donné, un camion passant par une ruelle sur le côté rejoignait soudainement la rue principale, percutant l'arrière du véhicule militaire dans le dos du fourgon. Il faisait rouler la jeep tout terrain sur plusieurs mètres avant de la laisser retournée. L'effet de surprise fut telle que ceux qui faisaient face au conteneur se retournèrent, se mettant en position de combat. Ils savaient qu'ils subissaient une attaque, mais de qui et par où le prochain assaut allait-il être lancé ? La paroi du conteneur s'écroulait, le professeur de combat rapproché sortant soudainement. Pour l'occasion il portait une tenue de militaire renforcée, des protections sur le buste ainsi que les jambes à l'épreuve des balles, couteau de combat à la main. Un masque couvrait son visage, tandis qu'il fondait sur les 4 soldats qui, pris par surprise, eurent du mal à se défendre de l'attaque. Jacob élaborait sa stratégie d'attaque à chaque pas qu'il faisait, il savait que le premier devait être écarter instantanément. Alors qu'il tournait le visage en direction du mercenaire, ce dernier armait son bras en concentrant sa force dans son poing, assez pour qu'au moment de le frapper au niveau du menton il déverse un coup de déflagration. Le choc suffit pour lui faire perdre l'équilibre et le laisser tomber au sol, un coup net et précis. Dix secondes pour pouvoir lancer de nouveau un coup pareil.

Jacob fonçait déjà sur sa seconde cible qui commençait à le viser de son fusil, le professeur arrivait une demie-seconde plus rapidement et dévier le bout du canon en passant sa main sur le côté de ce dernier, un coup de feu partant avant que le mercenaire ne passe le fil de sa lame sur le poignet de la main pressant la détente. Il entailla profondément la chaire du soldat pour le forcer à lâcher son arme avant de poursuivre par un coup de coude directement dans le visage et un coup de paume de sa main libre dans son thorax pour le faire chuter. Les deux autres soldats approchaient dangereusement, hurlant sur le professeur de lever les mains tout en lâchant sa lame. Jacob les dévisagea tout en leur présentant son couteau, le lâchant en ouvrant la paume de sa main, dirigée droit sur eux. Il profitait de cette action pour canaliser son énergie et donc pousser une vague de déflagration qui repoussait les deux soldats du CSD, les faisant tomber à la renverse. Le professeur ramassa sa lame qui s'était plantée dans le sol, bondissant sur l'un des soldats pour planter son couteau dans l'une de ses mains, l'empalant contre le sol tandis qu'il hurlait de douleur. Jacob se redressait sans délais, ne faisant aucune pause dans ses actions alors qu'il tournait sur l'une de ses jambes pour lancer la pointe de sa botte renforcée directement dans la tête du second soldat qui commençait à se relever.  Jacob se retournait vers le soldat avec le couteau plantée dans la main, posant un genou au sol avant d'armer son bras et de donner un coup sec et rapide dans son visage, l’assommant sur le coup.

4 soldats de neutralisés, si ceux de la jeep de derrière avaient étés écartés grâce à l'attaque du camion alors le plan se suivait sans imprévus. Pendant que Jacob récupérait son couteau gorgé de sang, il apercevait deux soldats du CSD sortir du fourgon avec des fusils, tirant dans la direction du mercenaire. Ce dernier n'eut d'autre choix que de rouler sous la jeep des hommes qu'il venait de battre, attendant qu'ils vident leurs premiers chargeurs. S'il sortait maintenant, il ne serait pas mieux qu'un lapin sur un champ de tir. Il piochait dans l'une de ses poches inférieures, saisissant un objet avant de le dégoupiller et de le lancer aux soldats. L'objet explosa dans un flash aveuglant, une grenade aveuglante. Elle permis au professeur de sortir de sa couverture, fonçant sur l'un des soldats en glissant sur le sol, passant l'une de ses jambes entre les siennes tandis que l'autre servis à lui saisir une jambe en tenaille, effectuant une pression sur son genou pour le forcer à chuter. Jacob s'avançait ensuite pour serrer fermement son poing, et frapper son visage avec la force de la déflagration, avant de se relever tout de suite pour faire face au second soldat qui recouvrait la vue. Il tenta de frapper le mercenaire avec un coup de crosse de son fusil d'assaut, ce que bloqua Jacob en posant ses mains sur la crosse et sur le manche de l'arme, forçant sur ses dernières pour donner un coup de crosse contre le casque du soldat et balancer l'arme sur le côté.

Il se remettait droit en prenant une position de combat, Jacob reconnaissait cette dernière : c'était celle du Krav Maga. Le professeur ne pensait pas tomber sur pareille chose, étant donné que c'était le style de combat des forces israéliennes. Il souriait légèrement sous son masque, assimiler les forces de ses adversaires pour les réutiliser contre lui hein ? Le CSD avait déjà tout prévu apparemment, même si Jacob pensait que l'assassinat d'Hassan n'était pas dans leur prédiction, peut-être pas aussi tôt en tout cas. Le Krav Maga était un style d'auto-défense, alors pour pouvoir vaincre cet adversaire il allait falloir être plus malin que lui. Jacob rangeait sa lame de combat, prenant une position similaire, avant de s'élancer dans un crochet du gauche en direction du soldat. Ce dernier bloquait en s'avançant, passant l'une de ses mains contre le poing pour bloquer avant que l'autre ne saisisse le poignet pour lui permettre de lancer un coup de coude en direction de l'arcade du mercenaire. Jacob souriait en bloquant le coude de son adversaire avec sa main droite, tournant son poignet gauche pour saisir le bras de son adversaire et le faire tourner presque à 180° avant de repousser le coude de son adversaire pour balancer le sien au visage.

Le fait que cela ait suffit à le déstabiliser permis à Jacob de faire passer son bras qu'il détenait en otage par-dessus son épaule et lui faire l'équivalent d'une projection de judo, le faisant tomber aussi lourdement qu'un sac de patate, avant de passer sa seconde main contre le bras de son adversaire et d'effectuer une brusque rotation pour lui déboiter le bras. Un bruit sourd mélangé à un cri de douleur suffisait au professeur pour dire que ce soldat n'était plus une menace. Six soldats de neutralisés en plus des quatre autres dans la jeep renversée plus loin, il ne restait plus qu'à neutraliser le dernier soldat en compagnie de Gregorio et de sauver la cible. Jacob s'approchait du fourgon, prenant lentement en main son couteau en s'avançant, arrivant face aux portes arrières du véhicule. Au moment où il posa sa main contre la poignée, les portes s'ouvrirent brusquement, le repoussant violemment en arrière. Il tombait au sol, sur le dos, avant de voir un homme en débardeur noir et au pantalon de militaire bondir du fourgon, machette à la main. Il était partit pour planter le professeur, ce dernier roulant rapidement sur le côté avant de se redresser, en position de combat.

Jacob faisait face à un soldat bien musclé, le crane rasé, quelques cicatrices sur les parties de son corps visibles. Le professeur l'observait se saisir de sa machette, il était prêt à s'en servir pour fendre le crane du mercenaire, ce qui pourrait s'avérer plus fâcheux s'il venait à échouer maintenant. Le soldat du CSD s'avançait tout en donnant un coup plutôt large, tandis que Jacob ne pouvait que reculer en esquivant de peu, bien qu'il ait réussis à profondément entailler son gilet en kevlar. Pour neutraliser un tel bonhomme il allait falloir se la jouer plus fine qu'il ne l'aurait prévu. Après plusieurs feintes, le soldat s'élançait de nouveau pour taillader le professeur, ce que ne laissait pas faire Jacob. Ce dernier s'avançait à son tour par le côté, posant sa main contre le bras armé du soldat tout en plantant le couteau dans sa cuisse. Dans un cri de douleur le soldat donnait un second coup avec le revers de la lame, ce que s'empressa d'éviter Jacob en se baissant suffisamment  pour passer à l'intérieur de la garde du soldat et lancer un uppercut lui faisant cracher pas mal de sang, avant de tourner sur lui-même pour donner un coup de coude tout en pivotant. Le soldat volait en arrière, tombant sèchement au sol, la bouche ensanglantée. Il devait avoir facilement perdu quelques dents avec tout ça.

Jacob récupérer son couteau de combat, s'approchant du fourgon pour y entrer. Il retirait lentement son masque avant de jeter un regard sur Gregorio, un regard assez neutre qui ne traduisait aucun sentiment, non pas parce qu'il n'avait aucun avis sur le professeur de l'académie, mais que pour cet instant précis il aurait besoin d'analyser la scène avec sang-froid. Gregorio avait les mains attachés dans le dos et baignait presque dans son sang. Ne disposant plus de haut – étant donné qu'il était majoritairement déchiré – Jacob remarquait de nombreuses entailles faites durant une torture, avec précision pour éviter les nerfs et donc faire vibrer de douleur la victime. En jetant un coup d'oeil par terre, le mercenaire remarquait également de nombreux ongles flottant à la surface du sang séché. Gregrorio Alessandrini avait été torturé pendant son voyage, probablement pendant six heures sans une minute de repos. Jacob retirait le sac qu'il avait sur la tête, remarquant qu'il avait une ouverture dans le crane ainsi que le visage avait été roué de coups... Au final ce n'était pas une torture conventionnelle, en général on évite de toucher au crane pour ne pas atteindre le cerveau, le professeur de l'académie n'a servie que de défouloir...

Dans un long soupire le mercenaire couper les liens de Gregorio, le prenant sur son épaule. Dans son état impossible qu'il puisse se déplacer de lui-même. Descendant du fourgon, Jacob saisissait de sa main libre le talkie walkie, passant le message :

Jacob • La cible a été récupérée, on passe à la phase 2. Bon boulot mercenaires, rentrez récupérer votre prime.

En effet, leur travail été fini. Un dernier message fut néanmoins passé à Jacob : d'autres soldats du CSD se déplaçait dans cette direction, par le nord. Ils devaient venir en renfort, bien. Le professeur de dépêcha de transporter Gregorio dans un des véhicule militaire encore utilisable et s'en servir pour partir en direction de l'est. Par là il pourra rejoindre rapidement une équipe d'apprentis dieux de l'académie qui transporteront Gregorio à la Deus Académia sans tarder. Mission accomplie, Gregorio était en vie et sur le chemin du retour.

Jacob • Je te ramène au bercail l'ami.


Jacob Loan
Le Mercenaire en mission
Gregorio Alessandrini
Le Bouc émissaire
© Halloween sur Never-Utopia

Invité
avatar
Invité
Re: Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Dim 31 Mai 2015 - 18:15



Conférence
sous haute tension.




Epilogue...

Il suffisait d'une étincelle pour provoquer l'embrasement d'une région. Et la mort du président Hassan Rohani avait largement contribué pour mettre le feu au Moyen-Orient, faisant exploser les haines et les rancœurs de chacun. Et malgré la guerre des Six Jours, de Kippour, et trois les Guerres du Golfe, les pays arabes et Israël ne semblaient pas vouloir se enterrer la hache de guerre. Le peuple iranien était en furie, il ne voyait qu'un seul responsable de la mort de leur président. Les iraniens et pas seulement eux, les saoudiens, les jordaniens, les irakiens... Tous accusaient Israël, d'être à l'origine de la mort du président de l'Iran. Désormais, les voisins arabes de l'état hébreu ne voyaient plus qu'une nation traîtresse, qui avait mis à sac, la dernière issue pour la paix durable au Proche-Orient.

Les armées étaient déjà en marche, à Gaza des mortiers étaient tirés sur les territoires israéliens en guise de représailles, tandis que des tirs entre les saoudiens et les israéliens. Pire encore, le Guide Suprême de l'Iran, Ali Khamenei, appelait les iraniens à prendre les armes pour punir les "traîtres", qui occupaient la Palestine. Le monde était impuissant face à l'escalade exponentielle des violences. Le premier ministre d'Israël, Benyamin Netanyahou, avait rejoint en urgence Tel-Aviv, quelques minutes après la mort d'Hassan Rohani. Alors que les leaders européens, russes et américains, s'étaient rejoints à Istanbul, pour un sommet d'urgence. Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne faisaient déjà savoir qu'elles condamnaient fermement toutes attaques contre Israël et vice-versa. Cependant, leurs paroles paraissaient bien sourdes, comparées à la fureur qui s'était emparée de la région.

Personne ne savait ce qu'il allait advenir d'Israël, ni des nations arabes, car les couteaux étaient déjà tirés. Les médias parlaient même d'un apocalypse à venir, d'une troisième guerre mondiale... Par ailleurs, on ne connaissait toujours pas qui était à l'origine de l'attentat et où se trouvait cette menace désormais. Et déjà, les rumeurs allaient de bon train, groupe terroriste, tireur isolé, agent de la CIA, toutes les théories conspirationnistes étaient de sortie... Pour sûr, les choses ne risquaient pas de s'améliorer, pas avant un bon bout de temps.

Du côté de l'Académie, les choses ne semblaient pas allaient mieux. La défaite cuisante des académiciens, avait démoralisé plus d'une personne. Certains doutaient d'autres suspectaient, car dès le retour de Jacob, qui avait héroïquement ramené Gregorio, des rumeurs couraient comme quoi le professeur de latin avait collaboré avec les renégats, avant de se faire trahir par ces derniers. Et le conseil des élèves, ne souhaitant pas faire de conclusions hâtives, avait mis Gregorio sous surveillance rapprochée en attendant son réveil. En effet, son séjour en Egypte ne l'avait pas réussi, puisqu'il ne s'était toujours pas réveillé depuis son aventure dans le convoi militaire. Ce qui était certain, c'était que des ennuis s'annonçaient déjà pour l'empereur déchu, avant même qu'il ne rouvre les yeux.


♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Conférence sous haute tension PV Blake Charon - Mer 10 Juin 2015 - 16:36

Alors, Gregorio a échoué. À la fin, ce sont les renégats qui gagnent… et tout ça d’un simple coup derrière la nuque. Pas très glorieux, monsieur le professeur ! Heureusement qu’il est sauvé par Jacob, l’académie est bonne envers tous ses membres… ou pas. Bravo à Blake… mais ce n’est que partie remise ! Les académiciens sauront faire payer les renégats et ramener la paix sur Terre !

Quelque chose me turlupine tout de même un peu : la fin. Pourquoi n’est-ce pas Armand Richard, le français, qui est recherché ? C’est pourtant lui qui a été capturé et qu’on est venu libérer. J’imagine que ce n’est alors plus qu’une excuse utilisée par les Iraniens, pour que deux pays qui ne s’apprécient pas spécialement puissent se mettre sur la tronche. Si c’est pour cette raison, c’est très bon, sinon… il y avait moyen de faire porter le chapeau à Gregorio un peu plus encore ! Qu’il soit emmerdé par les humains, mais aussi par les académiciens, à la hauteur de ses actes (même si c’est pas lui).

Allez, c’est vraiment un très bon RP, très bien écrit et très joli, alors personne ne va chipoter ! Bravo tous les trois.
Un post sera écrit dans TheWatcher.com pour rapporter cette triste nouvelle.

PS : mister Greg… plutôt que d’utiliser Google Traduction pour traduire en anglais, il faudrait le faire manuellement ! Moi qui lit en anglais, je le vois tout de suite… *suspicious*
Et pour l’effet de style, mettre l’arabe et l’hébreu aligné à droite pour plus de fidélité, et avec les signes de ponctuation du bon côté, c'est-à-dire à gauche. Voilà, c’est tout ! =o

Gregorio Alessandrini : 515 xps
Blake Charon : 400 xps
Jacob Loan : 100 xps

Xps attribués : Yep
Conférence sous haute tension PV Blake Charon
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» habiter sous une ligne haute tension
» ATTENTION ,HAUTE TENSION...
» Un festival sous haute tension (Hyô Misory, Kenko Amaru, Aburame Kaidô)
» Récupération sous haute tension [MISSION MANDALORIENNE N°2] / TELOS IV
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Au cœur de la ville :: Quartier des affaires-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page