Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Lettre à mon père [fini]

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 246

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
1000/1000  (1000/1000)
Votre domaine:
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur http://yasashi-koji.forumgratuit.org/
Lettre à mon père [fini] - Mar 28 Avr 2015 - 18:12

28 avril 2015 – fin des vacances d’été.

Bonjour Père, comment vas-tu ?

Je sais ce que tu es en train de te dire : comment ai-je osé disparaître comme ça, du jour au lendemain, sans jamais te donner de nouvelles ? Et je sais ce que tu as pu ressentir et peut-être même que tu t’étais résigné à ma mort.

Je m’excuse d’être partie comme ça, sur un coup de tête. Je m’excuse d’avoir raté mon brevet d’études au lycée et de n'avoir pas pu passer les examens pour entrer en université.

Tu dois surement te demander où est-ce que j’étais passée. Avec un petit copain ? Avec des amies ? Rien de tout cela, hélas. La raison… je ne sais pas comment te l’annoncer. Tu risques de ne pas comprendre. Personne ne pourra me comprendre, je crois… Mais je veux bien essayer de m’expliquer :

Le jour où tu as été accusé de meurtre et emmené en prison, j’étais complètement perdue. Car oui père, c’est moi l’assassin de cet homme. Et le pire dans tout ça, c’est que ce meurtre était prémédité. Cet homme était un salaud de la pire espèce, un vendeur de drogues, un parrain ignoble de la mafia. Ce jour-là, lorsque mon ami et moi lui avons retiré la vie, j’ai cru que tout le monde allait me remercier. Où m’étais-je trompée ? Je pensais avoir aidé les gens autour de moi. Au lieu de ça, un autre prit sa place, un type encore plus horrible que son prédécesseur.

Mon collègue fut blessé et je n’ai eu d’autre choix que de le ramener au temple, afin de le soigner. C’est son sang qui t’a inculpé. Après l’avoir laissé presque mort à terre, je suis partie à la pharmacie. Il n’y avait plus de rubans pour panser ses plaies. Je ne crois pas avoir pris mon temps, mais lorsque je suis revenue, la police avait déjà entouré le temple. Je ne sais toujours pas comment ils ont fait, si nous avions été suivies ou dénoncées, mais il était déjà trop tard pour mon ami.

Alors j’ai dû prendre une décision : est-ce que je méritais la peine de mort, ou non ? J’ai choisi que non et je me suis enfouie, comme une sale égoïste.

J’ai passé ces derniers mois à droite, à gauche. J’ai fait des petits boulots, ce que je pouvais. J’ai parfois dormi dans la rue. Et un beau jour, un moine a croisé mon chemin et m’a invité dans son temple, perdu dans la montagne. Il vivait seul, afin d’être plus proche de la nature, mais ne savait pas s’occuper de lui. Au début, je l’aidais parce qu’il me donnait un toit et trois repas par jour. Puis je pris goût à notre vie ensemble.

Enfin ensemble, c'est un grand mot. Je ne le voyais que très peu. Il se levait très tôt le matin, revenez tard le soir et parfois même il ne revenait pas. Je n’ai jamais su où il allait, cela ne m’intéressait pas. Et pendant tout ce temps passé à ses côtés, je suis restée coupée du monde et de toi.

Mon maître est mort et j'ai appris que tu as été innocenté. Ou plutôt que l’affaire avait été abandonnée. Tu as eu beaucoup de chance et je prie chaque jour pour remercier l’inspecteur qui t’a défendu jusqu’au bout.

Maintenant, je pourrais rentrer sans crainte chez nous, au temple. Mais je ne peux plus… Je ne suis plus scolarisée, j’ai perdu l’habitude de vivre en société et j’aurai bien trop honte de me remontrer devant toi. J’ai commis un péché très grave et je n’ai pas été puni comme il l’aurait fallu.

La police aurait dû prendre ma vie. Au lieu de cela, elle a pris un peu de la tienne.

Alors je quitte le pays. Je pars et je ne reviendrais pas. J’ai appris les événements dramatiques de ces derniers mois et je me porte volontaire pour aller aider la population. Peut-être arriverais-je à calmer les esprits qui s’acharnent sur nous.

N’essaie pas de me retrouver, tu n’y arriveras pas. Considère que tu n'as plus de fille désormais. Je dois mener ma propre vie, seule.

Ce sera ma dernière lettre. Libre à toi de la jeter au feu, ou de la montrer à la police. J'assume.

Nobu Ogawa
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Lettre à mon père [fini] - Ven 1 Mai 2015 - 15:54

Alors que toute sa vie était tracée, qu’elle n’étudiait pas en classe, qu’elle rendait copie blanche… voilà Nobuko qui s’enfuit de cet avenir qui lui était promis. Un bien ou un mal ? Il faut savoir se jeter à l’eau… et vivre la vie que l’on souhaite vivre. Que la sagesse soit avec elle !

Bon solo, j’aime. Mise en forme, explications claires, une manière très efficace de renouveler son personnage et de repartir sur un bon pied. On te souhaite tous un bon retour chez toi et un bon courage pour la suite ! Ah… mais pourquoi « 28 avril 2015 – fin des vacances d’été. » ? L’été est déjà terminé… ?

Nobuko Ogawa : 90 xps

Xps attribués : Yep
Lettre à mon père [fini]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Cher Père Noël... le sondage
» [FINI] Ley, je suis ton père... [Leyla]
» Lettres au Père Noël
» Lettre ouverte au President en rapport avec l'UCREF
» Lettre de George Sand à Musset.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Périphérie :: Lieu de culte-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page