Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel]

Invité
avatar
Invité
Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Sam 18 Aoû 2012 - 18:23
Que je résume ce qu'il m'est arrivé depuis mon arrivé, un moment de pause s'il vous plait merci, alors, des mon arrivé, une prof, bizarre pour une prof c'est sur, qui m'a fait un cours de rattrapages des plus étranges, ensuite, j'ai rencontré Alice, une bien brave fille, la seule qui a voulu ma parlé en dehors de ma mère.

Ensuite, rencontre avec 3 nouveaux profs dans des circonstances des plus loufoques, ainsi qu'un membre du conseil des élèves et d'une élèves, belle soirée me direz-vous, hé bien non, la pire nuit de ma vie, je suis ensuite retourné me coucher et j'ai mal dormi, le lendemain, j'ai "accueilli" deux nouvelles personnes à ma façon bien sûr, comment ça c'est mal, je fais ce que je veux quand même, y avait personne pour me réprimander donc j'en ai profité, je suis diabolique je sais, insultez si vous voulez de toute façon je ne les recevrais pas, je suis trop fort, bref, là je me balade dans les couloirs ne sachant pas trop quoi faire, raaaaah, pourquoi y pas de plan, on est pas des devins, un bon point, il y a des casier, m'évitera de me casser la clavicule si j'ai des grosses charges, même si mon corps est fort et large, on ne sait jamais, continuant de marcher, jouant avec les ombres, je lançait un objet et grâce à mes mains, je les rattrapais, je faisais de plus en plus compliqué quand j'ai lancé trop fort et l'objet a heurté une fille, et merde, je me suis empressé de la rejoindre.

"Escuse moi, tu t'es fais mal ?"
Invité
avatar
Invité
Re: Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Mar 21 Aoû 2012 - 0:04
Journée normale, tout est banal. Je sors de ma chambre tranquillement, je me balade. Pas de cours aujourd'hui, je vais pouvoir prendre le temps de faire ce que je veux. Je passe la majorité de la journée seule à m'occuper de moi.

Je me retrouve dans les couloirs à déambuler, la tête dans les nuages, pensives. La dernière fois je me suis pris un professeur mais là ça ne sera pas le cas ! Je fais attention ! Je continue de m'avancer, les fenêtres laissant de la lumière passer et éclairant mon chemin. Oui, je suivais le soleil, la lumière. La Lumière, je l'avais vu une fois, quand je me suis faite manger par l'autre psychopathe, c'est pour ça que je me suis laissée faire, il allait m'apporter le repos éternel (enfin, ce que je croyais parce que c'est pas vraiment le cas : je suis ici, dans cette académie de fous !). Mais voilà que je marche, je ne vois plus devant moi ni autour de mon petit corps pâle. Mes pensées m'emportent, encore et toujours. Je reste dans la lune.

Je m'étais arrêtée après être passée devant des casiers je crois. Pensés, Douces Pensés. J'entendais des bruits de pas mais je n'y prêtais pas attention. Pensés, Tendres Pensés. Les pas se rapprochent, quelqu'un approche. Pas de réaction, Pensés. Des sifflements dans l'air, des objets volent. Absence pure. Je marchais à un rythme très lent, perdue dans mon monde, ma conception des choses. Sifflement. Choc. Douleur. Un mal de crâne arrive après un impact, quelque chose (ou quelqu'un) m'a frappée. Je sors de mes pensées d'un seul coup et me frotte la tête. Je vois une silhouette approcher, une jeune homme je pense. Je suis sonnée. Une voix raisonne dans ma tête, comme de très loin :

- Excuse-moi, tu t'es fait mal ?

Vertiges. Je regarde vers la personne qui m'est inconnue, j'aurais presque envie de sourire "c'est pas moi qui me suis fait mal mais toi qui m'en a fait" pensais-je alors. Les traits du jeune homme redeviennent normaux, je l'observe puis murmure :

- Je suis maudite, maudite ! ; puis, plus fort; J'ai un peu mal mais rien de grave, ne t'inquiète pas...

Je fait un truc avec ma bouche qui est censé ressembler à un sourire mais qui ressemble plus à une grimace qu'autre chose. J'ai mal à la tête mais je tiens debout, je vois, je parle et j'entends à peu près correctement. Tant que je ne suis pas morte ça devrait aller ! Je dévisage le jeune homme; m'appuyant au mur le plus proche.
Invité
avatar
Invité
Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Ven 24 Aoû 2012 - 20:12
Bon, tout va bien, elle n'a rien de cassé, remarque que si elle l'était, j'aurais été un peu embêté, mais bon, alors tant que je suis là, je dirais qu'elle à 17 ans pas plus, des long cheveux blanc, bienvenue au club chère inconnue, bref je m'égare, assez grande pour une fille mais pas assez pour m'atteindre, je la regardais, elle semblait quand même un peu sonné, la pauvre, mais bon j'avoue c'est ma faute, elle s’appuie sur un mur.

T'es sûr que ça va ?

bien maintenant, réfléchir à comment continuer la conversation, pense pense.

Moi, c'est Hank et toi ?

Vous moquez pas, j'ai rien trouvé de mieux, vous auriez été pareil si vous étiez dans ma situation, bref, j'attendais la réponse de cette jeune fille que j'avais "blessée" légèrement, faisant sortir une de mes mains d'ombre pour ramasser l'objet qui était à ses pieds, alors voyons voir, seras t'elle surprise et resteras t'elle totalement stoïque face à cette étrange chose qui sort des ombres, jusqu'ici, tout ceux qui on vus ça, on été surpris, d'autres, totalement apeuré, c'est vrai que voir ça pour la première fois, c'est assez effrayant, joué pas au dur les gars, c'est normal d'avoir peur, surtout si on est en face d'un futur dieux, qui plus est, des ténèbres, bref, j'attendais la réponse de l'inconnue qui semble un peu sonné, remarqué, elle vient de se manger un projectile dans la tête, quel incroyable raisonnement dont je fais preuve.
Invité
avatar
Invité
Re: Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Ven 24 Aoû 2012 - 22:02
- T'es sûre que ça va ?

Sa voix résonna dans ma tête, encore légèrement sonnée, je hochais doucement la tête pour lui dire que oui. J'étais un peu ailleur je dois l'avouer, il était si étrange ! Je regardais ce jeune homme sombre lorsque le son de sa voix retentit à nouveau :

- Moi, c'est Hank et toi ?

Ra zuut ! Je vais devoir parler mais vais-je réussir à dire quelque chose de correct ? Quoique mon nom n'est pas le truc le plus dur à avouer ! Un sourire se dessina sur mes lèvres :

- Je m'appelle Mégara.

Je lui souris puis vit un mouvement sur le côté "tiens, c'est quoi ?" me demandais-je. Je fixa et vit des sortes de mains, ma vision était floue, encore un peu. Je me dis alors que cela devait faire partit de son pouvoir. Je regarda sans arrêt les mains s'activer à récupérer ce qui était au sol. "c'est à moi ?" Questionnement. Je le va doucement ma main vers lui, puis, tandis mon doigts vers lui. Une lumière blanche y apparue et s'atténua peu à peu. Une petit coccinelle rouge et noir s'y trouvait. Elle s'envola et tourna autour de lui avant de disparaître dans un petit éclat blanc, lui aussi. Je lui sourit :

- Enchantée, il y a de meilleures circonstances pour une première rencontre...

J'attendis sa réponse, mais désormais, j'allais parfaitement bien. J'étais heureuse de rencontrer quelqu'un, peu importe la personne. Cette personne était Hank, pour aujourd'hui.
Invité
avatar
Invité
Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Lun 3 Sep 2012 - 16:16
Oui, elle va bien, heureusement, car si elle était blessé, j'aurai eu des ennuis, puis elle pointe son doigt vers moi, je pensais qu'elle pointait quelqu'un derrière moi, en fait non, elle a fait apparaître une coccinelle, elle est capable de donner la vie, incroyable, impossible et pourtant croyez moi ou non, elle vient de donner vie à un insecte.

- Enchantée, il y a de meilleures circonstances pour une première rencontre...

C'est vrai, il y a de meilleurs circonstances pour une rencontre, mais je pense que les circonstances les plus étranges font de meilleures rencontres, c'est ce que je pense, pensez ce que vous voulez, nouvelles précision aussi, que j'ai oublié de dire, elle s'appelle Mégara, 2eme personnes qui me parle depuis ma mort, avant moi qui m'isolait et fuyait le monde, je suis prêt à découvrir de nouvelles personnes.

Que dire pour continuait cette conversation, je suis en panne sèche moi, elle me fit aussi un sourire. Bah autant montrer mes pouvoirs, je fis apparaître des mains dans chaque zones d'ombre possible.

Mon pouvoir est les ténèbres, le tien est la vie je crois non ?

Bien sur, je ne ferais aucun mouvement brusque pour l'effrayer, la pauvre, déjà que j'ai fait peur à Alice avec ça, je ne veux pas faire pareil avec une autre personne.
Invité
avatar
Invité
Re: Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Sam 8 Sep 2012 - 14:56
Je souris, ma coccinelle disparut dans une nouvelle lumière blanche puis je vis des mains apparaître dans toutes les zones d'ombre présente dans les lieux, et il y en avait beaucoup ! Nous étions dans les couloirs étroits où chaque recoin était plus sombre que les autres. Même si des fenêtres laissaient passé la lumières, ce n'étaient pas de grandes baies vitrées. J'espérais sincèrement que personne ne vienne En effet, je voulais qu'on reste seuls à discuter tranquillement. Et...
J'entendis alors :

- Mon pouvoir est les ténèbres, le tien est la vie je crois non ?

J'eu un sourire, il avait vu juste, dans le mille ! Je lui répondis gentiment mais avec énergie :

- C'est exact ! Mais seulement les insectes pour l'instant tu sais... et toi ? tu peux faire quoi avec toutes ses mains ?

Je le regardais, me posant réellement la question sans chercher à lui faire la conversation. Ce garçon m'intriguais vraiment, je ne connaissais que peu de monde et voulais vite rencontrer des personnes ! Je m’intéresserais à tous ceux que je rencontrerais et apprendrais à les connaître. Certes, j'aurais mes préférences, mais je ne vais pas passer à côté d'un éventuel ami !
Invité
avatar
Invité
Re: Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Mer 19 Sep 2012 - 22:50
L'homme qui avait un sens de l'humour de merde


-Tu veux une bonne blague ? l'histoire d'une femme qui n'est jamais heureuse ?
-En quoi c 'est une blague ?
-Bah c'est balo non ? C'est l'effet comique.

Gustave Flaubert fut un écrivain français né à Rouen le 12 décembre 1821 et mort au hameau de Croisset près de Canteleu, le 8 mai 1880. Il est connu pour avoir écrit de bon livre comme madame Bovary ou encore Trois contes. Tel fut la qualité de ces oeuvres chiante et inutile pour les adolescent, son nome st toutefois connu de eux car imposé dans le système d’éducation national des Français. La lecture de ses écrits permettait non seulement de gacher nos vacances de la Toussaint à lire un livre de 400 pages racontant la vie d'une pauv dame qui a vécu et qui est morte... Comme une merde il faut bien l'avouer.

Marcel ne sachant pas lire, et n'étant pas aller à l'école dans sa tendre enfance de délinquant juvénile, son nom lui était donc inconnu. Il avait juste trouver un de ces livres par hasard en rangeant sa grande bibliothèque et avait décidait de l'invoquer. Enfin lui... Disons que les instructions supérieur lui avait obligé d'au moins connaitre un de ces livres. Il y avait échappé durant son enfance juvénile, il n'y échappera pas à sa maturité nécrologique. Assis dans sa bibliothèque avec Flaubert en face, celui-ci lui faisant la lecture, une longue péripétie avait débuté..


-Le soir, sur une montagne. à l'horizon, le désert ; à droite, la cabane de saint Antoine, avec un banc près de la porte ; à gauche, une petite chapelle. Une lampe y est accrochée au-dessus d'une image de la sainte Vierge.

Flaubert était sûrement un ninja possédant le jutsu Mangekyô Sharingan. Vous savez ce jutsu qui vous emprisonné dans une dimension de torture et ou 24 heures dans ce monde égalait à une seconde dans le monde réel ? Et bah Flaubert avait cette technique, et Marcel en payait le prix...

Cela était trop, au nom de la libération et de la liberté, ainsi que la sainteté d'esprit de Marcel (du moins, de ce qu'il y avait... peu en effet), Marcel décida de brandir son mini bras ectoplasmique. D'un geste violent et sur, la tempête accompagna son geste tellement celui-ci fut vif et puissant.


-Mon dieu Marcel que faite vous...
-Vous allez subir.... Ma colère !

Son doigt pointé, les yeux sûr, Marcel pris la décision d'utiliser son ultime technique puor sortir de cette dimension ou les seconde sont des heures.. Ou vice versa... Enfin bref, ca allait être terrible...

-Teccccccccchhhhhhhhhhhnique.........
-Nom de...
-Regarde derrière toi ! Une femme qu'a jamais été heureuse dans sa vie !
-Ou ça ou ça !

La tête de patate se retournant, Marcel en profita puor prendre la fuite de sa bibliothèque et échappé à Flaubert. Mais celui-ci se rendit compte trop tôt que la terrible technique de Marcel n'était qu'un Genjutsu pathéthique (genjutsu : technique d'illusion), et se mis à la poursuite de Marcel.

-Reviens ici, je n'ai pas fini de te parler de la vie merdique de Félicité.
-Plutôt crevé une seconde fois ! Même si cela semble difficile.

Une course poursuite à la mario Kart s'ensuivit, même si il manquait les carapace et les bananes. Dans toute l'académie, se baladait donc deux nigots, l'un courant pour sa vie, l'autre pour partager son écriture tortueuse pouvant même tuer Chuck Norris. Cette poursuite se fit même dans l'enceinte des lieux de cours, ou plus précisément, jusqu'à dans les couloirs. Même si les élèves gênait le passage dans l'inter classe, la course poursuite frénétiques continuait. Mon dieu, la bête était juste derrière lui !

C'est alors qu'après avoir pris un peu de distance, Marcel se retrouva dans un couloir avec seulement deux personnes. C'était l'occasion de se cacher... Les casier ? Non trop évident.. Il regarda alors la fille, juste en face du jeune homme et un temps de réflexion vint à l'esprit de l'esprit. Puis après avoir mûrement élaboré un stratagème, il s'approcha de la jeune dame.


-Jutsu ! Technique de la dissimulation instantané. Si on vous le demande madames, vous avez un nichons plus gros que l'autre et vous êtes fille d'un difforme immonde.

Puis Marcel saisi le cou de la femme, et se glissa sur poitrine derrière son décolleté. Outre la situation confortable que cela procurait cette incrustation plutôt impolie du point de vue de la jeune femme, Marcel espera que son camouflage de la mort qui tue allait suffir pour tromper le sharingan de Flaubert. Celui ne tarda pas à rattraper la situation, et arrivant devant les deux jeunes gens, découvrit la difformité de la jeune femme au niveau de la poitrine...

-Oh non Marcel... Tu n'a pas....

Surement que la seconde mort de Marcel ne serait pas aussi tardive que prévu...
Invité
avatar
Invité
Re: Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Sam 22 Sep 2012 - 15:35
Je vis une sorte de fantôme arrivé à une vitesse folle qui me parla, je crois; avant de se glisser dans mon haut me donnant un sein d'un bonnet F et l'autre bien plus petit. Je fis les gros yeux, la bouche ouverte. Je voulais crier. Je voulais. Mais je n'y arrivais pas.

Mes joues devinrent aussi rouge que le sang. Je sentis de la chaleur autour de mon visage. Je baissa les yeux, paniquée devant Hank, ma nouvelle connaissance. Un autre homme arriva. Je me tourna vers le mur, essayant de sortir le truc qui s'était glisser dans mon décolleté. J' attrapa la "chose" et tira dessus mais elle s'agrippa à sa poitrine :

- Dé-Dégage d-de là espèce d-de... M-monstre... !

Je tira encore dessus, gênée. Pourquoi moi ? Pourquoi ?

Invité
avatar
Invité
Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Sam 6 Oct 2012 - 20:36
La discussion était un peu coupé, je ne savais pas comment continué notre discussion, je voulais lui répondre sur ce dont j'étais capable avec mon pouvoir mais une espèce de fantôme est arrivé.
Un drôle de truc ce fantôme, un élève ? Si c'est le cas, je le plains, il a une drôle de tête, comment décrire ce truc, j'allais le faire mais il s'est mis dans le haut de Mégara, lui faisant une sein plus gros que l'autre, j'hésitais à l'aider ou à me marrer, bien sur, le rire a gagné, une scène comme ça, c'est hilarant.
Malgré mon fou rire, je vais essayer de vous décrire ce fantôme avec ce que j'ai vu, il est presque rond, bizarre, une forme ovale brune avec une mèche et une queue, bizarre ce truc c'est sûr, avec en guise de visage, un masque beige en forme de crâne et dans ses orbites, deux gros yeux, une extrémité blanche, l'intérieur est rouge avec en son centre encore une cercle blanc.
Rattrapant mon fou rire, je me suis mis a respirer normalement, ah que c'est bon de rire, mais je devais aider Mégara, la pauvre, elle doit être rouge de honte, mais rien que de penser à la scène qui vient de se produire, j'ai du me reprendre à 2 reprises tellement je me marrais, ah trop excellent.
J'ai tourné Mégara vers moi et je lui ai dit :

Pardonne moi pour ce que je vais faire.

J'ai mis ma main dans son haut et j'ai réussi à choper cette drôle de créature et à la sortir, mon dieu, pauvre Mégara, elle doit vraiment être rouge de honte, j'ai tourné ce fantôme dans tous les sens pour l'examiner un peu.

T'es quoi exactement comme truc toi ?
Invité
avatar
Invité
Re: Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Mer 17 Oct 2012 - 17:40
La poitrine d'une femme est un lieu confortable pour l'espèce animal de Marcel... Sa douceur inexorable et son climat propice à la chaleurs donnait des conditions idéales pour le mammifère de s'installer en ce lieux. De plus , ces deux collines douces permettait un parfait maintient de la position vertébral de l'animal... Mais ce plaisir n'allait pas durer, car un autre prédateurs allait chasser le Duchamps de son territoire naturel...

-T'es quoi exactement comme truc toi ?

Après être sortit de la poitrine de Mégara, Marcel, entre les mains d'un homme qui possédait une tête à faire flipper. C'était limite si il n'aurait pas préféré être choppé par Flaubert. Si il possédait un organes vital, sûrement le petit fantome aurait-il pisser dans un froc qu'il ne possédait pas non plus. Qu'allait-il faire dès à présent ? Réponse A, lui répondre poliment, Réponse B, restait paralysé face à son visage effrayant, reponse C : Se comporter comme tout jeune de banlieu aurait fait...

-C'que je suis ? Je suis le fils de ta mère fils de...

Il n'eut le temps de répondre qu'une brique lui aggripa la tête en ricochant ailleurs dans les airs en territoire inconnue. C'était Flaubert qui lui avait lancé, le vieux savait bien viser apparament....

-Voyons Marcel, on ne parle pas comme ça à de jeunes ames innocente.

L'écrivain mort seul et triste s'approcha de Hank, s’excusa d'un hochement de tête, et repris Marcel, toujours paralysé sur le coup de la brique. Le monsieur Moustachu, avec son gros ballon de basket sur les mains, resalua la foule, puis annonça :

-Excusez nous de vous avoir dérangé... Surtout n'allez pas à la bibliothèque...

L'homme se retourna, Marcel avec lui, et commença à traverser le couloir, tel une mère qui ramenait son bébé à la maison. Regardant Hank, Marcel, qui venait de se réveiller, prononça haut et fort, sous le choix du réveil cette fois, croyant rêver et croyant que ses actes ne rattraperais donc aucunement et en aucune façon ses actes...

-Je sais ou t'habite toi ! J'aurai ta poooooooo !
-Serieux tu peux pas fermer ta gueule parfois Marcel ?!

Fit comme réflexion Flaubert, apparemment énervé de devoir s'occuper d'un bébé immature pareil, ayant l'age de ta grand mère wesh...
Invité
avatar
Invité
Re: Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Ven 19 Oct 2012 - 20:11


Le fou rire de Hank me fit rougir davantage. C'était une situation vraiment humiliante, je restais donc là, excédée. Comment avait-il réussi à se glisse si facilement dans mon haut celui-la ? Je me souvint alors que j'avais eu sport dans la matinée et que j'avais du mal serré mon chemisier. Hank ria encore et encore, et je rougissais, encore et encore. Puis il s'excusa, je ne compris que quand je me retrouvai avec sa main dans mon décolleté. Les larmes me montaient aux yeux. Il en sortit la bête qui avait l'air d'avoir son caractère bien à elle. Un autre homme l'attrapa et partit. Je me retrouva seule face au jeune...homme. Mes joues rougirent encore, ma tête allait explosée tellement j'étais mal. De petites larmes brillantes roulèrent sur mes joues et je me retourna, cachant mon visage dans mes mains. Pourquoi ? En deux petites minutes, tout avait dégénéré !

Invité
avatar
Invité
Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Ven 19 Oct 2012 - 20:23
Je viens de voir un drôle d'homme passé, une personne d'une autre époque à voir sa tête et sa tenue, cette personne a pris cette chose appelé Marcel, j'aurais imaginé un autre nom pour cette petite créature, va savoir ce que cette homme allait faire subir à ce petit fantôme mais je crois qu'il va pas trop aimé.
Je me retourne vers Mégara qui semble au bord des larmes, sans doute à cause de la gêne, la pauvre et moi qui me suis moqué d'elle, quel idiot je suis franchement.
Marcel me disait qu'il aurait ma peau, c'est pas avec ses petits bras qu'il va me faire mal mais bon dans l'immédiat, il y a Mégara que je dois aider parce que là, elle semble vraiment mal au point.
Je voyais couler de ses joues des larmes, oulà, faut que je l'aide là, c'est vraiment urgent.
J'essaye de la tourner vers moi.

Eh Még, faut pas pleurer pour ça, le ridicule ne tue pas tu sais.

Qu'est ce que j'aurais pu dire d'autre aussi, mais là, faut que je la console.
Invité
avatar
Invité
Re: Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Sam 27 Oct 2012 - 20:04
-Vous savez, je connais un type qui est mort par le ridicule de Marcel justement...

Flaubert, jouant au Basket avec Marcel, s'était arrêter pour en faire réflexion à Hank. De plus il avait réfléchi, tant qu'il ne pouvait rien apprendre à Marcel, autant profiter du fait qu'il soit invoqué par le fantôme rond pour vivre pleinement sa "résurrection". Après tout, on ne ressuscite que 0 fois, alors mieux valait profiter d'une impossibilité probante.

-Donc... Comment vous vous appelez déjà ? J'ai oublié... Je m'appelle Gustave Flaubert, écrivain, et le ballon là, c'est Marcel Duchamp, votre bibliothécaire.
-Aie aie aie

Toujours martyrisé par le moustachu, le ballon de Baket Duchamp, devait souffrir le temps que Flaubert en vie... Il n'aurait pas du l'invoquer en faite...

-Je suis désolé madame que cette... Chose anciennement un... Homme vous ai rallongé la poitrine. J'espère que vous vous en remettrais et que vous pardonnerai cet être qui ne se trouve qu'être un innocent, guidé par ses seuls instinct de connerie.
-Aie aie aie.
Invité
avatar
Invité
Re: Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Lun 5 Nov 2012 - 18:48


Peut importe les paroles de Hank ou celles de Flaubert, mes larmes passèrent de la honte et la tristesse à la colère :

- Je me vengerais petit crétin !

Je murmura au début, criant à la fin. Je me retins de les frapper, sachant que m'énerver contre un fantôme était inutile. Je donna un coup dans la poitrine de Hank, pas trop fort quand même. Mes larmes coulant encore. Pourquoi avait-il fallu qu'un fantôme ressemblant à rien, étant une boule grisâtre et peu intelligente, apparaisse près de moi avec un mec tout les deux pétés à l'opium et que ce truc sphérique squatte mon soutien-gorge ? Pourquoi avais-je parler avec Hank ici, à cette heure-là et pas un autre fois ? Pourquoi ?
Mon poing partit dans le mur, s'écrasant contre la paroi rugueuse. Une grimace de douleur passa sur mon visage. Je tendis ma main vers eux. Une centaine de cafard en sortit, allant embêter les deux personnes peu mature. Je souria sadiquement.


♠ Petits messages : 1681
avatar
Être tout-puissant
Être tout-puissant
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel] - Jeu 3 Jan 2013 - 17:55
Rp clôturé car Marcel abandonne son compte et Hank n'a plus d'idée.

Marcel : 100 xps
Mégara : 80 xps
Hank : 120 xps


« Donnez-moi des héros, et je vous écrirai leur tragédie. »
Discussion dans l'au-délà [PV : Mégara, Marcel]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Discussion dans les cieux
» Amour sucré, l'amour qui est poudré (et pas avec du sucre)
» Discussion dans un lieu sacré [Zenno]
» [Conflans] Discussion dans un jardin secret ( pv Alistair Brax)
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Couloirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page