Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Toits déserts... ou pas

Aller à la page : 1, 2  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 230

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3160/1000  (3160/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Toits déserts... ou pas - Dim 19 Avr 2015 - 15:57

   
Cursed Arm


« Un bras étrange et qui fait souffrir... »


   
Pour être franc, Blake n'aurait jamais pensé qu'il reviendrait dans cet endroit aussi tôt- il avait emprunté le passage magique qu'il avait pris la première fois qu'il a vu la guilde noire, pour revenir par ici... il était de toute façon encore bien considéré comme un " Professeur " ici, pour l'instant. Par contre, ses futures absences probablement nombreuses se feront remarquer. Du coup il se fera peut-être.. virer, disons... Il devrait un peu observer l'endroit pour savoir se faufiler dans l'endroit quand il le souhaite... Qui sait, peut-être qu'il pourrait trouver quelque chose d’intéressant ici pour la guilde. Il voulait simplement observer un peu les alentours en hauteur- et qui dit hauteur, dit toit.

Son bras gauche le faisait souffrir en plus de cela, et rejoindre un endroit plutôt désert serait meilleur. Il serrait les dents alors qu'il montait sur ce toit, gardant encore son gantelet doré alors qu'il se mit un genou à terre sur les toits, restant assez prudent en observant les alentours... Il se tenait le bras gauche avec sa main droite. Le temps qu'il arrive sur les toits, tous les élèves- enfin presque tous, étaient déjà allés en cours. Alors que les retardataires discutaient entre eux et d'autres simplement séchaient les cours. Il avait une belle vue de ce toit, c'était vrai...


   
Bordel...


Il recula du bord du toit pour ensuite s'assoir un peu plus en sécurité, dans un coin un peu plus reculé du toit, alors qu'il commençait à retirer son gantelet de couleur or, observant ensuite ce bras de couleur sombre, ses griffes... pourquoi est-ce que ces humains ont tant voulu lui greffer ce bras pour faire ressusciter leur dieu? Culte à la noix... ressusciter un dieu à partir d'un bras... Enfin, c'est vrai que c'est possible, mais pas avec de simples expériences avant de rattacher le bras au reste du corps. Les veines étaient bien plus visible sur ce bras, et bordel qu'est-ce qu'il lui faisait mal.

Ce bras aurait apparemment encore un peu de mal à entièrement se connecter au reste du corps de Blake, Il poussa un grognement, agrippant son bras gauche, essayant de faire une sorte de massage comme ceux que l'on fait aux patients qui souffrent de douleurs musculaires... C'est déjà mieux. Il poussa un soupir, levant ensuite ses griffes en les observant. Sombre, Sombre, et encore sombre. Tout son bras gauche semblait garder une couleur très sombre, et les points de suture sont encore visibles également. Et bien, c'est merveilleux. Blake poussa un soupir, avant d'entendre un bruit. Il baissa rapidement son bras pour le cacher un minimum sous son manteau rouge, lançant un regard vers la source du bruit.


Qui est la?

 
   


© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: Toits déserts... ou pas - Dim 19 Avr 2015 - 18:18


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
___Aaah, les cours. Ces heures et ces heures passées avec des adultes parfois plus récemment arrivés que les élèves qui tentent vainement de leur inculquer quelque chose. Enfin, pas forcément vainement, mais bon. Dans tous les cas, cela ne marche pas sur toi, et encore, ça aurait plus de chance de marcher si tu suivais les dis cours plus souvent. Or, ce n’est pas le cas, il n’y a donc pas d’espoir à avoir quant à ton éducation. Oui, tu en as assez de l’éducation, je sais, Ealia. C’est bien pour ça qu’en plein après midi nuageux, tu te diriges plutôt vers le toit que vers une salle de classe. Ce bon vieux toi, l’endroit préféré des sécheurs pour passer du bon temps. Pourquoi personne ne ferme cette porte à clé, franchement ? Bonne question, bonne question, que tu ne prends pas la peine de te poser, à quoi bon être si pessimiste, après tout, oui, et tu ne l’es jamais, toi.
___Enfin, en tout cas, tu débouches sur le toit, affublée d’un habituel kimono à manches longues, de sorte qu’on ne voie pas tes mains, d’un blanc immaculé et brodé ici et là de pétale de rose. Rien de bien exceptionnel en somme, juste de quoi te couvrir. L’endroit est calme, bien qu’habité. Tu jettes un regard circulaire, personne ne mérite ton attention, aux premiers abords. Ils sont tous, là, à s’amuser entre amis, amis que tu n’as pas, n’est-ce pas ? Allez, si, un, peut-être. Et encore, il te considère comme un animal, tu sais ?
Mais voyons, ne le prend pas mal, je déconne. Enfin, il y a toujours une part de vérité quand même.

___Tu avances un petit peu, et d’autres personnes s’offrent à ton champ de vision, d’autre chose se dévoile. A l'occurrence, quelque chose qui attire cette fois-ci ton attention. Oui, une grande main tendue vers le soleil dissimulé. Une main griffue, comme un animal sanguinaire qui n’attendrait que le bon moment pour éviscérer ses proies avec cette arme naturelle. Je n’entrerai pas dans les détails gores. Tu es intriguée, surtout. Comme pour beaucoup de choses. Tu t’intéresses au possesseur de ces griffes, un homme. Une femme ? Elle a les cheveux longs, ou il. C’est une bonne question, il - ou elle - te tourne le dos. Tu approches, d’un pas léger et silencieux au premier abord, sans que ton visage ne laisse paraître aucune émotion, juste une bouche légèrement entrouverte. La main se baisse, et avec lui ton regard. Ta tête se penche sur un côté. C’est bien la première fois que tu vois ça. Un homme avec des griffes et un bras tout bizarre ? Mais comment est-ce seulement possible ?
___Question plutôt stupide, quand on sait où on se trouve, Ealia.
___Mais bon ! Dis-toi ce que tu veux. Va toucher si tu le sens. Moi, je ne m’approcherai pas. Regarde bien, c’est plutôt démoniaque, tu ne trouves pas ? Qui dit démoniaque dit dangereux, tu dois l’avouer. Tu t’arrêtes aussitôt en pensant à cela. Que faut-il faire ? Pourquoi personne n’y prête attention ? Et si il s’agissait d’un monstre qui venait tous vous tuer ? Tu ne peux accepter cela ! Réfléchis donc, petite tête. Il est près du bord, t’as vu.
___Non, tu n’y penses pas réellement, n’est-ce pas ?
___Tu ne peux pas penser à cela, la moitié de l’âme que tu as n’as pas cette faculté, c’est l’autre moitié, Aleana, qui l’a. Et elle est avec moi, dans ta tête. Regarde, elle est… Enfin, elle était là. Dois pas être loin.
___Tu te rapproches encore. Tu ne veux quand même pas le…
___Impossible, tu ne le ferais pas, tu n’es pas certaine qu’il soit réellement méchant. Je déconnais hein, alors, toi, déconne pas. Pas de connerie. Tu tends une main, avançant toujours discrètement.


 « Qui est là ? »


___Les paroles de l’inconnu,  - un homme, c’est sur maintenant - font l’effet d’un « un deux trois piano » et tu stoppes tout mouvement. Ta main est tendue, preuve de ta culpabilité. Mais il se retourne, cet homme, - un prof ? - pour te regarder. Tes pensées étranges s’envolent aussitôt. Vite, trouve quelque chose, un prétexte, une échappatoire. Tu restes immobile, comme pétrifiée, ou comme si tu étais pleine de bugs. Tu te rappelles ce que Monsieur la petite voix dans ta tête t’a dit il y a quelque temps. Oui, touche, allez.

___Ta main parcourt le chemin restant et un doigt vient se poser sur le bras noir. La texture n’a rien d’extraordinaire.
___Pas étonnant.
___Maintenant que tu as l’air stupide et gamine. - Remarque, c’est souvent. - tu laisses le doigts où il est, penchée vers l’homme, la bête, ou qui que ce soit d’ailleurs. Là, tu vas soit mourir d’un coup de griffes en travers de la gorge, soit il va se révéler quelqu’un de très civilisé. Après tout, il a eu l’esprit de tenter de dissimuler l’étrange membre derrière ses vêtements. Sans succès bien sûr, vu que tu t’es mise à côté. Comment t’as pu oublier tes drôles de pensées si vite ?
___Quelles pensées ?
___Mh, et bien, aucunes.
___Revenons en à nos moutons. Tu devrais dire quelque chose, aussi. Que tu ne passes pas trop pour une dégénérée mentale, même si tu l’es. Tu murmures, avec peine :

« Bizarre… »


___Ca n’a rien de bizarre ! Enfin, si, quand même. Il s’est fait coudre un bras monstrueux, ça a quelque chose de bizarre. Mais ça prouve que ce n’est pas un monstre ! En tout cas, que ce n’en était pas un, au départ. Après, comment en être certain aujourd’hui.
Je me pose trop de questions ?
___Bah quoi, je suis là pour ça.
___Tu glisses deux doigts désormais le long des points de suture, comme pour bien appuyé le fait que tu ais remarqué ça, aussi, avec tes yeux grands ouverts, comme un putain de poisson rouge. La bouche ouverte en rajoute encore plus que d’habitude, c’est juste parfait.
___Débile va, ferme la bouche un peu.
___Comment ça, ne pas t’insulter ? Depuis quand ça t’importe ?


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 230

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3160/1000  (3160/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Toits déserts... ou pas - Dim 19 Avr 2015 - 21:21

Fille étrange


« ... tout comme beaucoup d'autres qui sont étranges. »


Une jeune femme- jeune fille? Se tenait donc derrière lui, la main tendue vers lui. Qu'est-ce qu'elle essayait de faire? Le pousser du toit, peut-être? Mauvaise idée, c'était sûr... Blake garda un regard inexpressif sur elle, regardant sa main puis la jeune fille vêtue d'un kimono blanc à pétales roses. Sa peau était un peu comme celle de Blake il semblerait, mais encore plus pâle. Elle ne semblait plus bouger, mais elle finit par continuer de s'avancer... plaçant le bout de son doigt sur son bras gauche, qui était encore placé sous son manteau rouge déchiré.

Et donc...? Blake fronça les sourcils. Elle avait utilisé son domaine divin, peut-être? Et elle doit poser son doigt sur une partie du corps pour l'activer? Pourtant rien n'arrivait. Alors ça ne devait pas être ça- mais tout de même pourquoi reste-elle penchée comme ça avec son doigt sur ton bras? Une chose est sûre, c'est qu'elle semblait intriguée par la griffe de Blake.... et en plus elle vient s'installer à côté de lui en gardant son doigt dessus?

Bizarre...


Bizarre? Blake soupira, oui son bras était bizarre mais sa drôle de façon d'analyser son bras était également bizarre. Il gardait un certain calme- pas besoin de s'énerver. Il n'y a de toute façon aucune véritable raison de s'énerver. Bordel en plus il fait encore mal ce bras. Blake serra les dents, se faisant un léger petit massage sur ce bras de sa main encore " Humaine", essayant d'amenuiser la douleur, avant de lâcher son bras pour reposer son regard sur cet être en Kimono. Il restait encore silencieux. Attendant autre chose de sa part, mais non, elle était désormais juste en train de glisser deux doigts le long de ses points de suture. Elle semblait un peu trop dans son monde. Blake poussa un soupir.

Pourquoi mon bras te fascine tant que ça?


Il finit par lever un peu sa griffe pour éloigner les doigts qui glissaient sur ses points de suture. C'était tout de même un peu désagréable comme sensation. Il posa son regard sur la jeune fille, reposant son bras gauche, ne bougeant tout de même pas. Elle semblait curieuse, mais surtout.. ailleurs, avec ce regard vide. Tiens. Cela en fait deux qui ne montrent pas d'émotions sur leurs visage. Tout de même Blake, essaie de ne pas avoir l'air suspicieux... ce serait déjà bien quelque  chose.

...Et ne touche pas les points de suture, c'est désagréable, comme sensation.


Il sentit une autre douleur dans ses griffes, serrant le poing- enfin, les griffes sur le coup. Bordel, on dirait bien qu'aujourd'hui il va avoir des douleurs au bras gauche pendant un moment...Il laissa la douleur s'amenuiser, arrêtant de serrer le poing, du coup, lâchant un simple soupir, restant ensuite silencieux en reposant son regard sur la cour visible devant lui, observant les alentours.

...Que fais-tu ici? Tu es repentie?




© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: Toits déserts... ou pas - Mer 22 Avr 2015 - 17:01


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
___Comment dire. Il soupire beaucoup, c’est sûr en tout cas. Il a l’air tellement blasé, mais genre, lui le fait de son plein gré. Ce n’est pas ton cas, heureusement. Tu en serais bien plate, si c’était vraiment le cas. Enfin. Tu es plate, mais autrement, quoi. Tu vois de quoi je veux parler, non ?
___Je dérive, oui, ok.
___Reconcentrons nous sur les points de suture, après tout, autant pousser le délire jusqu’au bout. Ça semble même t’intéresser un peu, au fur et à mesure. Il est vrai que tu es en droit de te poser des questions. Ce n’est pas une chose que l’on voit tous les jours. Ou peut-être bien, on en sait rien nous; on a vécu enfermé toute notre vie.

« Pourquoi mon bras te fascine tant que ça? »



___Tu relèves les yeux, incapable de répondre. A vrai dire, il se trompe, tu es juste à moitié en train de penser à ta vie, à des choses inutiles et à me demander de faire moins de commentaire. Mais je suis comme ça, tu ne vas quand même pas m’empêcher de remplir ma fonction. Puis tu ne peux enliser une pensée continue. Alors reviens sur terre, répond un truc, au lieu d’hausser les épaules. Ça ne te ressemble même pas d’ailleurs. Ces temps-ci, tu es plutôt étrange, Ealia. Je commence à me poser des questions, quand même. Tu me ferai presque peur ! Mais non, ce n’est rien de tout cela. Aleana est là, donc bon. Elle dit plus rien et reste dans un coin depuis que vous êtes revenues du triangle des Bermudes, mais elle est là, c’est le principal.

___Des doigts viennent chasser les tiens des liens qui relient le bras du reste du corps. Tu reprends vite la tienne et la refait disparaître sous tes manches très longues. Que faire maintenant ? Fuir ? Le pousser par surprise ? Tu ne sais pas encore très bien si il est un homme, un monstre infiltré et particulièrement doué, ou n’importe quoi d’autre de dangereux et particulièrement méchant vilain pas bô. Tu te décides à le déterminer pendant cette journée. Tant qu’il est là, tant que sa position est favorable à sa perte, il n’y a que des bonnes choses à continuer dans ce sens. Et puis, toi, converser avec quelqu’un ? C’est assez extraordinaire pour ne pas rater l’occasion. Allez quoi, tu te crois où, dans les livres pour jeunes filles, où l'héroïne est gênée de parler au garçon dont elle est amoureuse ?
___C’est potentiellement un monstre, déjà. Puis tu ne peux pas aimer, Aleana le peut, pas toi, alors, chut. Et puis c’était une comparaison, rien de grave, ne te met pas dans tous tes états. C’est pas parce que le Lord Maître a des sentiments pour toi que tout le monde doit en avoir. Comment ça, tu ne savais pas ? Ne joue pas l’innocente. Regarde, t’es encore en train de papoter avec la voix dans ta tête, tu vas passer pour une imbécile. Tu clignes plusieurs fois des yeux et remonte ceux-ci vers ton interlocuteur.

« ...Et ne touche pas les points de suture, c'est désagréable, comme sensation. »


___Regarde comme tu fais du mal autour de toi. Il a dit que c’était désagréable. Tu hoches la tête, compréhensive, mais pas dans le bon sens, malheureusement. Tu as envie… de recommencer ? Quelle blague. Tu mens. Tu ne ferai jamais de mal à une mouche, si ce n’est pour sauver ta peau. Alors pourquoi tends tu presque inconsciemment le bras vers le sien ? ___Incompréhensible. Hey.
___Arrête quoi. Tu peux pas faire ça. Réagis, hey ! Tu m’écoutes ou pas ? Impolie !
___Il contracte déjà. J’espère que tu n’utilises pas ton pouvoir divin ! Non, impossible, je m’en serai rendu compte. Il a déjà mal, même quand tu ne le touches pas, pas besoin d’en rajouter.
___Il soupire, tiens, pour changer.

« ...Que fais-tu ici? Tu es repentie? »


___Ah, lui, il arrive à te faire revenir à la réalité. Pourquoi pas. Il te prend pour une fille du personnel. Étonnant, vu que tu n’as pas vraiment l’air de l’être. Il veut faire quoi, la conversation ? Ton bras se replie contre toi et tu décides de t’asseoir au bord, avec lui, et suis son regard vers la cours désertée. Les cours sont toujours en… cours. Normal.
___Tu veux répondre hein ? C’est dur, hein. Ben oui, heureusement, c’est ton état normal. Tu inspires longuement. Tente le coup ! Tout en secouant doucement la tête, tu articules avec une certaine peine :

« N-non… Elè...Elève… »


___Voilà, et si lui est un professeur, tu fais quoi, hein ? Il va te coller en retenue, comme les autres. Cela te fait te redresser un petit peu. Tu n’aimes pas ça, hein. Oui, je comprends. Allez, tu veux rectifier le tir ? Pas la peine. Abandonne.

« En...Enfin je… »


___Tu n’y arrives pas, Ealia, c’est ridicule. Tu secoues la tête, comme si tu pouvais effacer les mots que tu as prononcé avant, toujours en suspension dans l’air.
___Remarque, ce serait plutôt pratique.
___Mais non, rien de tout cela.
___Tu soupires, déçue et dépitée. Voilà, la punition te tend les bras. Quel dommage. On va encore passer deux heures à somnoler sur le banc. C’est pas drôle pour moi non plus, tu sais !

« Pas… de… re-retenue… S’il… vous… »


___La suite ne sort pas, tes cordes vocales sont comme toutes usées, c’est comme si tu n’avais plus de voix en continu. Que c’est mignon !
___Mais si.
___Je suis la petite voix dans ta tête, je dis ce que je veux.
___Chose mignonne.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 230

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3160/1000  (3160/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Toits déserts... ou pas - Mer 22 Avr 2015 - 23:53

Sécher les cours


« Après tout c'est ton choix. »


Elle ne répondait même pas, elle gardait simplement ce regard de poisson mort en continuant de... toucher son bras. Et bien, heureusement qu'il a éloigné la main de la jeune fille. Déjà que son bras lui faisait mal, manquerait plus qu'elle commence à faire plus qu'à simplement passer ses doigts dessus et commencer à le tâter. La douleur s'amenuisait doucement et Blake laissait donc un peu le temps à celle-ci de le faire. La main de la jeune fille finissait par disparaître sous la manche longue de son kimono... c'était un peu mieux comme ça, non?

...Par contre, à un moment elle finit par tendre son bras à nouveau vers le sien, juste après avoir hoché la tête dans un air compréhensif. Est-ce qu'elle se fiche de lui? Blake gardait un regard sur son bras pendant quelques secondes, se retenant de lui donner un bon coup de griffe. Attendez. Pourquoi il s’énerve comme ça sans raison? Encore un effet de cette espèce de griffe, peut-être? Tout cela n'est peut-être que dans sa tête... Mais heureusement, elle semblait laisser tomber l'idée et avait décidée de.. s'assoir à côté de lui. Il lui avait lancé un autre regard silencieux avant de reposer son regard sur la cour vide. Une élève? Elle était donc une élève, et non pas une repentie... elle séchait les cours. Blake était resté silencieux en l'entendant, gardant son regard sur la cour en l’entendant commencer à balbutier un peu... et demander à ne pas avoir une retenue.

Ah. Il avait donc bien l'air d'un prof comme ça, en fait? Ou bien on a pas oublié qu'il était- enfin... " est" un prof dans cette académie. Blake poussa un simple grognement, ne sentant plus son bras lui faire mal du tout, il l'observa un instant, serrant ses articulations quelques fois, avant d'attraper son gantelet, le posant sur ses genoux, et reposant son bras, tournant désormais sa tête vers la jeune fille, finissant sa phrase.

...plait?


Dit-il, sans pour autant changer de regard, il haussa les épaules- gardant le rôle du professeur de combat aux armes à feu. Il s'en fichait quand même un peu pas mal qu'elle séchait les cours.

Sèche les cours si tu le veux, et pas la peine de commencer à bégayer comme ça avec moi. Je ne te donnerais pas de retenue. Fais juste gaffe aux surveillants et autres profs. Eux, vont probablement te la donner, ta retenue.


Après tout, si elle ne participe pas à certains cours, elle n'aura pas de connaissances sur certaines choses, et moins d'expérience au combat, non? Il ne savait pas s'il pouvait lui faire confiance de toute façon... c'était quoi son nom en plus de cela? Il commençait à laisser quelques traces de griffe sur le toit, reposant son regard sur la cour en observant les environs.

...Quel est ton nom, d'ailleurs? Si cela ne dérange pas l'élève.




© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: Toits déserts... ou pas - Dim 26 Avr 2015 - 10:10


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
« … Plait ? »


___Son regard bizarre t’interroge. Bien sûr, s’il vous plaît, quoi d’autre. Il n’avait pas besoin de le préciser. Enfin, ça partait d’une bonne intention, on ne peut pas lui en vouloir.

« Sèche les cours si tu le veux, et pas la peine de commencer à bégayer comme ça avec moi. Je ne te donnerais pas de retenue. Fais juste gaffe aux surveillants et autres profs. Eux, vont probablement te la donner, ta retenue. »



___Par contre, ça, c’était maladroit. Il n’aurait pas du, je sais. Mais lui ne sait pas ! Donc il ne voulait pas être méchant, ce demi monstre. Même si, c’est plutôt méchant. Ne prend pas la mouche, Ealia ! Il n’y a pas de raison à cela. Il n’aurait sûrement pas aborder ce problème de langage si il avait appris que c’est quelqu’un qui t’en empêche. Enfin, pas quelqu’un, juste l’âme, quoi, la partie d’Aleana a pris une grosse partie pour pouvoir insulter tout le monde, du coup, il ne te reste plus grand chose. Tu baisses la tête, comme piquée au vif. Oui, tu veux tenter de parler mieux, mais tu ferais mieux d’abandonner, tu ne feras que te ridiculiser encore plus face à ce prof que tu vois pour la première fois. Normal, dans un sens, tu ne peux pas avoir tous les cours, tous les profs, surtout quand on ne participe globalement à un seul cours tous les deux jours, et aux retenues durant lesquelles tu termines tes nuits de sommeil, vu que tu n’as aucune choses à réviser, aucun livre à lire, aucune personne avec qui tu pourrais parler pour passer le temps, rien. C’est bien pour ça que tu ne veux pas de retenue, tu préfères occuper ton temps à te balader en esquivant le plus d’étudiants possible pour ne pas qu’on t’ennuie, et découvrir le plus petit recoin de l’académie. Ce but est déjà rempli, depuis le temps, c’est bien dommage. Et ta chouette Heleth qui te permettait de sortir un peu de ta solitude a maintenant disparu depuis belles lurettes.
___Je n’aurais pas du te le rappeler ?
___Peu importe ! On rigole bien tous les trois, avec Aleana, même si elle râle beaucoup ces temps-ci. Elle ne réagit même pas à l’affront de ce prof plutôt blasé et agressif. Enfin, agressif. Disons plutôt sec et froid. En plus de blasé, bien sûr. Il pense que tu joues la comédie, c’est pas sympa, et tout, tu sais. Personnellement, je te conseille de lâcher l’affaire. Prend ton calepin, arrête de te forcer, tu vas avoir mal au crâne.

« ...Quel est ton nom, d'ailleurs? Si cela ne dérange pas l'élève. »


___Une chose est sûre, il ne parle pas vraiment comme un professeur normal. Il te demande ton nom ! Si ce n’est pas pour te coller un avertissement ou prévenir les autres profs, je ne sais pas ce que c’est ! Voilà que je te fais hésiter à lui donner ton nom. J’aime bien semer le doute. C’est un de mes rôles, après tout, tu dois t’en souvenir. Ton regard passe de la griffe, au visage, à la cours, à ton kimono dissimulant ton calepin que tu rechignes de plus en plus à utiliser quand tu dois parler à quelqu’un. C’est à dire jamais, enfin, sauf le Lord Maitre Vlad qui daigne t’adresser la parole. Vous êtes dans la même chambre, après tout, il est bien obligé de le faire, ce serait invivable sinon, autant pour lui que pour toi. Puis il t’aime, donc il ne va pas t’ignorer.
___Mais c’est vrai ! Arrête de le nier. Regarde, tu lui as toujours pas répondu, il va croire que tu ne connais pas ton propre nom, si c’est pas stupide ça. Donne lui, c’est bon, c’est facile de te reconnaître, de toute manière, il peut aisément prévenir les profs en te décrivant seulement.

« E… Eali-lia. Vay-ylond. »


___T’es téméraire Ealia, c’est une qualité, il parait, et un défaut, aussi, dans certaines situations. Ton regard descend sur les griffes qui commencent à abîmer le toit. Mais voilà qui est fort méchant vilain pas bô. Tu n’aimes pas qu’on détériore des choses, c’est vrai. Pourquoi pas. Tu soulève donc une griffe avec tes petits doigts, pour qu’il stoppe son geste.
___Ce n’était pas une bonne idée, tu sais. Oui ? Bon, ok, fais comme tu veux. Je pensais que tu prendrais peur à l’idée de te faire déchiqueter par un professeur sec et rancunier, mais non, pas cette fois-ci. On dirait presque Aleana, la méchanceté en moins. Hey, ne lui tord pas trop le doigt quand même, hein. Enfin, tu ne peux probablement pas y arriver, mais n’essaie pas quand même. Tu n’as pas à le punir pour avoir griffé un toit, franchement. Ce n’est pas l’attitude normal pour un professeur de faire de telles choses ?
___Mais qu’est-ce que tu en sais, toi, t’en connais beaucoup, des professeurs, personnellement ? Non, tu n’as pas le droit de le juger, voyons.
___Tiens, le retour des insectes dans ta tête, ça faisait longtemps. Salut, insectes par millier, vous êtes de mauvais augure, n’est-ce pas ? Allez, oust, ne la faites pas faire des bêtises.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 230

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3160/1000  (3160/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Toits déserts... ou pas - Dim 26 Avr 2015 - 16:36

Habitude


« Le bras n'a pas tellement l'air inhumain, si? Si. Si Il en a l'air. »


Tiens, elle n'avait pas vraiment l'air d'apprécier le fait qu'il lui ait dit d'arrêter de bégayer. Ah, ce serait donc une sorte de problème de parole qu'elle aurait? C'était bien possible. Bon, il est un peu tard pour s'excuser, mais c'était aussi inutile de le faire maintenant. Il ne le savait pas, après tout. Le regard de la jeune fille allait de tous les côtés, sur sa griffe, sur son visage, sur la cour, sur son propre kimono... elle ne répondait pas immédiatement à la question de Blake. Elle est aussi amnésique? En plus d'avoir un problèmes pour parler elle est amnésique? Cela va être difficile d'expliquer ce qu'elle a quand même. Elle était perdue dans ses pensées pendant un moment. Elle essayait de se rappeler son nom? Et bien, tout cela va finir par devenir gênant, si elle ne peut pas vraiment répondre à quoi que ce soit...Mais Blake n'en pose pas autant de toute façon, des questions. Qu'est-ce qu'il a s'en inquiéter? Les pensées de ce renégat vont un peu de tous les côtés, il semblerait...

E… Eali-lia. Vay-ylond.


Ah. Il semblerait qu'elle se soit souvenue de son nom. Blake garda son regard sur la cour, observant les alentours encore et toujours- toujours le même décor, mais bon, quand même un beau décor. Il prit un peu de temps avant de se " présenter" lui même.

Blake...Charon.


Voila. Présentations faites. Blake continuait d'observer les environs alors que ses griffes abimaient un peu le toit... sans qu'il le remarque vraiment, à vrai dire. Il n'avait pas encore exactement l'habitude de cette griffe, il y a bien eu une ou deux fois ou il a simplement voulu se gratter l'épaule ou le cou, et ou il s'est infligé lui-même une petite blessure.. Maintenant ce genre de gaffe lui arrive moins, mais pour l'instant ça lui arrive encore, rarement.

Il sentit un doigt se faufiler sous une de ses griffes pour la lever, Blake eut le réflexe de baisser le regard sur sa main- euh. Griffe gauche, puis sur Ealia. Oui, il avait bel et bien oublié qu'il avait ce bras, depuis qu'il a arrêté de lui faire mal. C'était rapide. Elle ne semblait pas apprécier le fait qu'il était en train d'abimer le toit. Elle n'avait pas vraiment besoin d'essayer de lui tordre le doigt comme ça. Il éloigna donc sa main gauche et mit sa griffe sur son genou, posant son regard sur celle-ci.

...Il m'arrive d'oublier que j'ai ces griffes, maintenant. J'espère que je n'ai pas fait trop de dégâts.


Quoi, sur un toit? Mais non, tu n'as rien fait du tout à ce pauvre toit. Il y a à peine une ou deux simples traces de griffures, tu n'as pas foutu de graffitis énorme sur le toit. Blake finit par prendre son gantelet, l'enfilant donc, cachant désormais le bras de couleur sombre. Il arrangea le gantelet de couleur dorée, avant de le reposer sur une de ses jambes... posant son regard sur Ealia. Pourquoi s'excuser, déjà...? Ah oui, elle a un problème pour parler, apparemment. Ou est amnésique. Ou les deux. Pas la peine de s'excuser, qui sait, cela ne ferait que la contrarier.

Mais bon, on dirait que les griffes ne te dérangent pas plus que ça, pour te mettre à les toucher comme ça...


Étant donné que la jeune fille semblait étrange à ses yeux, il espérait un peu qu'elle ne s'était pas coupée elle-même sur ses griffes quand elle a essayé de lui dire sans mots d'arrêter d'abîmer le toit. Tiens d'ailleurs c'est un prof, il n'est pas censé faire ça. Enfin il ne l'avait pas vraiment remarqué... Il va bien finir par s'habituer au fait d'avoir un bras comme ça, dans quelques jours ou semaines ce sera bon, il ne fera plus de gaffes comme ça... Il fera des griffures ou de bons coups de griffes volontairement, dans le futur.




© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: Toits déserts... ou pas - Mer 29 Avr 2015 - 0:51


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
« Blake...Charon. »


___ Il y a décidément beaucoup de blancs dans cette conversation, c’est étonnant. Mais d’un côté, cela ne te dérange pas. Tout est paisible, tu as une sorte de confiance envers cet être que tu commences à juger de moins en moins dangereux. Il est calme, pas vraiment agressif, c’est un homme un peu rude, rien de plus. Les insectes se sont mis à déguerpir dans les méandres de ton corps, loin, là où je ne m’aventurerai pas, mais où Aleana semble passer son temps. C’est dangereux, pourtant là-bas, je lui ai dit, elle ne m’a pas écouté. Ce n’est pas bon.
___ Ça a sûrement un rapport avec les facultés dont tu reprends le contrôle.
___ Ce n’est pas rassurant. L’équilibre doit être gardé.

« ...Il m'arrive d'oublier que j'ai ces griffes, maintenant. J'espère que je n'ai pas fait trop de dégâts. »


___ Voilà qu’il semble s’excuser ! C’est drôle. Ce n’est pas vraiment comme si tu étais une repentie chargée de la propreté et de la beauté des toits. La préposée au toit. Non, non. Tu pourrais t’en foutre royalement, même si c’est faux. Et techniquement, tu n’avais rien à lui dire. C’est lui, le professeur, pas l’inverse. Et pourtant, il n’a pas l’air comme tous les autres. Tu ressens moins le fossé de leurs narcissismes et leur fâcheuse tendance de prendre tout le monde de haut alors que toi, Ealia, tu es plus vieille qu’une grande partie de tous ces gens. Peut-être même de ce même professeur, ici. Après tout, pourquoi pas. Ici, les jours ne se finissent pas, une année passe si vite et si lentement. Le temps s’étire et se rétracte avec autant de rapidité qu’un élastique qu’on aurait tendu.
___ C’est beau, la philosophie, n’est-ce pas, j’aime beaucoup les comparaisons aussi. Tu l’écoutes attentivement, en faisant un léger non de la tête. Qui es-tu pour juger de l’état d’un toit ? Une personne non qualifiée, en tout cas, c’est certain. Ni quelqu’un pour lui faire la remarque, non plus. Mais pourquoi ne pas échanger les rôles, pour l’instant ? Juste comme ça, pour rigoler. Le jour du contraire. N’est-ce pas amusant ?

« Mais bon, on dirait que les griffes ne te dérangent pas plus que ça, pour te mettre à les toucher comme ça… »


___ Voilà que ce que je te dis s’évapore totalement. Ok, je parle dans le vide, c’est ça. Tu penses aux griffes, inoffensives, à ce qu’il a dit, juste avant, ce faux méchant. Il est gentil, alors, c’est ça que tu te dis. Et bien, je ne vais pas te dire le contraire, j’aime quand mon espace personnel n’est pas envahit d’insecte. En effet, ses griffes ne te dérangent pas, elles en deviennent presque amusantes et intrigantes, même, maintenant. D’où peuvent-elles bien provenir ? Dans quelle matière sont-elles faites ? Peuvent-elles tout trancher ? Tu t’approches inconsciemment de l’objet de ta curiosité, sans même penser à comment pourrait réagir le professeur. Tu tends même tes mains vers elles, pour ensuite les soulever et les examiner, en toute impunité, bien sûr, sous toutes leurs coutures. Tâter les pointes, soupeser chacune d’entre elles.
___ C’est amusant, Ealia.
___ On dirait vraiment que tu t’en fiches de comment il pourrait réagir, lui. Ca pourrait être pourtant plutôt dangereux, comme réaction. Mais peu importe, j’imagine, tu es toute émerveillée - à l’intérieur bien sûr, espèce de poisson rouge - par cette découverte insolite. Elles sont grandes ces griffes, oui. Elles sont pointues aussi, oui, on sait tous ça, on le voit autant que toi. Tu approches l’arme naturelle de son visage, il pourrait presque te saisir le crâne sans difficulté.
___ Il le ferait sûrement facilement, si tu veux mon avis. Continuant innocemment, prise d’une étrange folie personnelle, tu la poses sur ton crâne, avise le professeur, et abandonne enfin sa main, la laissant sur ta petite tête de petite folle.
___ T’as l’air vachement bien, quand même, comme ça. On dirait qu’il se gratouille ta tête de chien parce que tu viens enfin de faire pipi dehors et non sur le canapé.
Oui, oui, Ealia, c’est amusant. T’es bizarre là. Tu déconnes un peu.
___ Dis moi, ta folie est plutôt étrange, ces temps-ci, c’est étrange ! Tu vas recommencer à avoir des hallucinations ? Ça va être long, si c’est le cas. Long comme le silence qui se prolonge, dans cette position insolite.
___ Si tu te blesses, tu ne viendras pas pleurer, hein, je t’ai prévenue.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 230

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3160/1000  (3160/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Toits déserts... ou pas - Mer 29 Avr 2015 - 17:38

Un simple mouvement...


« S'amuser avec le feu »


Blake se fit rapidement tirer de ses pensées alors qu'il sentit son bras gauche se faire agripper et soulever... Ealia était désormais à nouveau en train d'examiner son bras. Quoi, elle voulait aussi examiner le gantelet lui-même? Blake la laisse simplement faire, restant silencieux en l'observant. Elle est comme lui, en fait. à garder un regard vide peu importe comment on se sent. Enfin en tout cas, Blake pouvait bien montrer ses sentiments s'il le désirait, un simple sourire, un soupir, un grognement, ce genre de choses. Mais la majorité du temps il gardait un visage inexpressif.

Cette jeune fille commençait à un peu jouer avec ses griffes, pour Blake. Elle jouait avec le feu, et elle risquait de se brûler. Que ce soit volontaire de la part de Blake ou pas. Il avait quand même l'impression d'être devenu un simple joujou qu'un enfant examine de tous les côtés avant de vraiment jouer avec. A cette pensée, il lâcha un léger soupir en baissant un peu la tête, cachant donc une partie de son visage derrière le col de son manteau pendant une simple seconde.

Minute, sa main vient de se poser sur quelque chose. Blake relève la tête vers Ealia, voyant sa griffe posée sur son crâne... au moment précis ou il vit ça, il semblait que ses griffes voulaient se resserrer toutes seules, même l'idée de simplement un peu resserrer sa main gauche autour de son crâne vint dans ses pensées. Un simple mouvements... et ses griffes transperçaient son crâne et son cerveau. Blake secoua la tête, retirant brusquement sa griffe du sommet de sa tête, laissant tout de même une griffure sur le front de la jeune fille, Il attrapait son bras gauche de sa main droite, serrant un peu.

C'était quoi ces idées, tout d'un coup? Cette espèce de soif de sang? L'entité du bras est-elle vraiment la? Est-ce qu'elle essaie de prendre le contrôle sur son corps? Non, c'est pas possible. Tu est juste encore en train de délirer. Inspire un coup, c'est pas "vraiment" une humaine, n'est-ce pas? C'est une apprentie...Enfin, c'est surtout que tu est en public, et plus précisément à l'académie. Si il tue quelqu'un comme ça, même si on dit que les profs peuvent être très sévères avec leurs élèves, il ne faut pas oublier que ce n'est "plus" un professeur. Il ne pourrait d'ailleurs déjà plus se faufiler dans le coin...

Inspire un bon coup Blake... et remarque enfin la saleté de coupure que tu a fait sur le front d'Ealia. Voila c'est bien, le narrateur est content que tu aies au moins remarqué ça.

Blake ferma les yeux, restant silencieux un instant avant de prendre un morceau déchiré de son manteau de sa poche et le poser sur le front de la jeune fille, laissant le morceau de tissu absorber le sang. C'était peut-être une mauvaise idée quand même, étant donné qu'il ne sait rien de cette fille, qu'elle lui semble étrange, tout ça... Et pourtant il le fait quand même. C'est de la gentillesse? Difficile à dire ce qui se passe vraiment dans la tête de cet... humain-modifié-génétiquement-mi-démon ? Peu importe ce qu'il est, aussi...

...Bouge pas. C'est qu'une petite coupure.





© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: Toits déserts... ou pas - Lun 4 Mai 2015 - 17:10


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
___Il se laisse faire, il se laisse faire ! C’est tellement hilarant ! Il reste là, simplement, à te regarder jouer avec son bras comme un chat devant un morceau de plastique qui traîne par terre. Même quand tu l’as posé sur ton crâne ébène, il n’a rien dit, rien fait, si ce n’est enfoncer son visage dans son col, comme s’il était gêné. Il faut dire, la situation, là, est un peu gênante, j’avoue. On dirait un petit chiot avec la langue qui pend et son maître ténébreux et mystérieux qui a honte de l’avoir, mais qui le trouve si mignon qu’il ne peut pas s’empêcher de le chouchouter. Sauf que là, il ne veut pas, que c’est toi qui a posé sa main là et que je doute qu’il te trouve mignonne. Au pire, oui, mignonne comme un petit animal, mais c’est tout.
___Je sais, tu hais quand je dis ça, mais c’est le but. C’est un peu plus drôle, comme ça, il se passe des trucs.

___Sauf que.
___Alors, que je disais “laisse faire” j’avais vu un peu trop rose. C’est pas mon genre, je sais. J’ai du me faire influencer par tes pensées enfantines. En tout cas, il lui a pris une drôle de pensée. En fait, pas drôle, non, toute naturelle face à la position de sa main, son instinct de monstre caché et tout le reste. En effet, le voilà qui resserre un rien ses griffes. Un peu, pas vraiment beaucoup, mais tu le sens. Il peut t’exploser la tête, là, si l’envie lui prend de serrer un peu plus fort, un peu, puis assez pour que ses griffes s’enfoncent dans ta chair. Et d’ailleurs, c’est bien ce qu’il se passe. Une de ses griffes écorche quelque peu la peau de son front. La douleur longe la blessure et se répand, lentement mais sûrement, sur tout ton crâne. Tes muscles se tendent, tu crispes la mâchoire. Ce n’est pas grand chose, au final, cette douleur, mais c’est surtout ce qu’il risque d’arriver par après qui te met une grande pression. Et pas seulement une grande pression non, aussi une grande peur, et une grande détermination. Une détermination ? Moi tout ce que je vois, ce sont beaucoup, beaucoup d’insectes. Ok, il vient de te montrer qu’au final, il était dangereux. Mais regarde ! Il enlève sa main, presque précipitamment d’ailleurs, comme s’il se sentait coupable. Les personnes dangereuses ne se sentent pas coupables, non ?
___Si ?
___Bon, ok, ça va.
___Regarde le, comme il a l’air de se sentir mal, c’est un signe, tu ne crois pas ? Un signe que tu ne dois pas le prendre pour une personne dangereuse qu’il faut absolument éradiquer de la surface de la Terre. D’autant plus qu’il ne peut pas mourir, à moins que personne ne retrouve son corps…
___Oublie ce que je viens de dire.

___Un silence s’installe, dans ta tête, ça grouille. Les tics tics tics des pattes d’insectes raisonnent comme dans une cloche, c’est à m’en donner mal au crâne, moi. Tu le fixes avec une intensité rare, tes yeux s’ouvrent encore plus. Le punir ? C’est comme tu veux, Ealia. Tu deviens la plus puissante, je crois, en terme de volonté, quand les Insectes pointent le bout de leurs nez. Mais patiente, avant de faire n’importe quoi. Comme le mordre ou lui bondir dessus, ou encore le sermoner. C’est encore un professeur, il pourrait renvoyer tout cela à la direction. Et ce ne sera vraiment pas bon pour toi. Calme donc ta soif de vouloir supprimer les nuisibles, ceux-ci ne le sont souvent qu’à tes yeux. Il est enseignant, je te l’ai dit, non ? Donc les directeurs ont confiance en lui, c’est certain.
___Le voilà qui sort un morceau de tissu, tu peux l’apercevoir à travers le sang qui se met à couler dans un de tes yeux. Il le plaque sur son front afin de stopper le flux pourpre. Voilà qui… Ne fait pas grand chose, si ce n’est te permettre de voir de nouveau. La douleur, elle, se trouve toujours là, et elle n’arrange rien à ton état.

«...Bouge pas. C'est qu'une petite coupure.»


___Petite ?
___Trop grande à ton goût ! Regarde le, il tente de se racheter, c’est un signe, non ? Ne fais rien de stupide, Ealia, quoi. Tu déconnes pas, je te préviens. Ça va mal aller, sinon. Fais toi gentille, oui.
___Mais non, pas pour attendre le meilleur moment !
___T’es irrécupérable toi…
___Bon, soit, je ne suis plus responsable de tout cela. Hein, ta faute, pour une fois, pas la mienne. Regarde le, il est dit fois plus fort que toi. Renonce.
___Renonce.
___Renonce !
___Tu saisis son bras, soudainement, de tes deux petites mains. Ensuite, tu te relèves d’un bond afin de prendre appui, et tu uses de toute ta force afin de l’attirer inexorablement dans le vide. Froide et impassible, rapide mais faible, ça a peu de chance de marcher. Mais il n’y a qu’une phrase qui raisonne entre le bourdonnement de toutes ces petites bêtes qui s’agitent de plus en plus, excitées par la frénésie du moment : Éliminer, éliminer. Éliminer éliminer éliminer éliminer !
___Ta force de sauterelle ne semble pas porter ses fruits, loin de là, même. Il n’y a rien qui bouge, tu le sens, tu le vois. Tu devras en subir les conséquences, maintenant.
___Assume dont ta folie ! Prépare toi à t’envoler probablement vers les cieux et rejoindre le sol à une vitesse trop grande.
___T’en rends-tu compte, maintenant ?
___Si il comprend ce que tu essaies de faire - car il faut dire aussi qu’on pourrait dire que tu veux le tirer vers toi - tu vas mourir.
___N’est-ce pas ce que tu redoutes le plus ?
___Hé oui.
___Revoilà la peureuse Ealia que j’aime.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 230

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3160/1000  (3160/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Toits déserts... ou pas - Lun 4 Mai 2015 - 20:57

Tomber?


« Cela n'arrivera probablement pas. »




Étrange façon d'essayer de se racheter, de se servir d'un simple tissu pour au moins éponger le sang. Mais c'est un peu tout ce qu'il pouvait faire à ce moment même. Il n'avait rien pour cette coupure, mais après tout, le sang allait bien arrêter de couler  assez rapidement, ce n'était pas une blessure magique, non? Les apprentis-dieux ne sont pas censés cicatriser plus rapidement qu'un humain ordinaire? Enfin ce n'était pas une cicatrisation instantanée non plus, mais c'était déjà un  petit avantage assez utile.

Sauf qu'elle ne semblait pas vraiment considérer le fait que Blake essayait de tout de même arrêter le sang qui coulait. Elle avait fait un bond en attrapant le bras qu'il avait sur son front... et elle semblait vouloir le tirer dans une direction. Blake restait silencieux, et se leva simplement, lentement en regardant maintenant la direction dans laquelle elle essayait de le tirer: Le vide. Elle voulait le faire tomber avec elle? Sa force n'était apparemment pas suffisante pour faire tomber Blake avec elle. Elle avait la tête ailleurs il semblait. Le regard de Blake restait dans le vide un instant, alors que son autre bras, son bras gauche justement, s'entourait doucement d'une étrange aura malsaine. Ah, elle voulait donc tomber...? Pourquoi est-ce qu'il ne la ferait donc pas tomber? Son regard rouge sang se posa à nouveau sur Ealia, alors que l'aura qu'on pourrait appeler démoniaque entourait encore lentement son bras. Des murmures étranges commençaient déjà à envahir les pensées de Blake. " Vas-y, Tue la" " Tranche la" " Pousse la dans le vide".

Il s'arrêta tout de même, secouant la tête, il recula un peu, s'éloignant sur le coup d'Ealia et se libérant de sa prise. L'aura démoniaque qui entourait son bras disparu en même temps que les murmures qui avaient envahi ses pensées. Il posa sa main droite sur sa tête, soupirant. Non, il se devait de garder son calme. Il ne pouvait pas tuer quelqu'un par ici... Il reposa un regard froid sur Ealia.

Si tu veux tomber, saute et n'essaie pas de m'entrainer dans ta chute.


Il baissa à nouveau le bras, se baissant pour attraper le tissu qu'il avait laissé tomber, se rapprocher à nouveau de la jeune fille et reposer le tissu sur son front, laissant celui-ci absorber le peu de sang qui affluait encore légèrement de son front, jusqu'à ce qu'il arrête de saigner, retirant sa main du front de la jeune fille ensuite.

Voila. C'est tout ce que je pouvais faire de toute façon. la blessure va se refermer.


Il gardait désormais son regard posé sur elle... soupirant sur le coup, il sortit un bandeau-plus petit que celui qui lui ceigne le front- et le tendit vers la jeune fille. Il n'en avait aucune utilité de toute façon, et peut-être que donner cela  finira par la sortir de ce qui semblait être une folie passagère.

Sinon, prends cela au cas ou. Pour éponger le sang, ou le porter. Ou le foutre à la poubelle. Fais en ce que tu veux.


Elle allait peut-être encore essayer de le faire tomber avec elle, ou l'attaquer qui sait. Mais il voulait éviter cela à l'intérieure de l'académie à vrai dire, ça fera un casier judiciaire divin, tout de même...



© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: Toits déserts... ou pas - Mer 13 Mai 2015 - 16:53
HRP:
 



LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
Pourquoi vous continuez de me soigner ?



___Voilà que tu as écrit sur le calepin taille réduit tout droit sorti de ton vêtement. Car oui, c’est vraiment, vraiment étrange de réagir comme ça. Regarde. Tu as voulu le jeter dans le vide - misérablement certes mais l’envie y était - et lui, il ne te fait rien. Si ce n’est pas réellement étrange, ce n’est rien d’autre et je suis un lavabo qui parle le flamand rose. Donc voilà, c’est étrange. Je m’attendais à ce qu’il te pousse simplement dans le vide, comme le vilain qu’il est censé être. Mais non. Il a cru que tu voulais te suicider ou a pris ça pour acquis, puis il a raconté des choses que ni toi ni moi n’avons vraiment retenu, trop occupés à se rendre compte que tu n’avais pas percuté le sol plus d’une dizaine de mètres plus bas. Trop occupés aussi à regarder la lueur sombre - si c’est pas démoniaque ça, merde - qui émanait de son « bras » même si j’aurais plus tendance à appeler ça une arme de destruction massive. Voilà, quoi. Il y a même des chances qu’il n’ai rien dit. Je ne sais pas ! Je chassais les insectes. Ils sont très envahissants, tu sais. Surtout quand ils commencent à me grimper dessus. Je commence à en avoir ras la casquette de tout ça, je suis arrivé en premier, je te signale ! Je suis le chef ici, pas toutes ces fichues choses ! Je suis la personne qui contrôle ton être !
___Mh, quoi ?
___Pardon, ce n’est pas ce que je voulais dire. Je veux dire, j’ai l’entière disposition de la place que le hasard a bien voulu me donner. Oui, c’est ça que je voulais dire. Concentre toi, plutôt. Toute ton adrénaline s’est dissipée, j’ai fini par faire fuir les insectes, et la peur ainsi que la stupeur m’ont aidée, heureusement. Ils auraient été trop nombreux, sinon. Tu secoues quelque peu la tête. Regarde dont, il te tend une chose. Un bandeau, rouge. Comme les ninj-- comme lui-même porte en ce moment. Tu passes du ruban… Bon du bandeau oui, à son possesseur, au bandeau, à l’autre bandeau, à ta main, à par terre, au professeur.
___Oui, on a compris, stupide poisson rouge croisé à un moineau.

« Sinon, prends cela au cas ou. Pour éponger le sang, ou le porter. Ou le foutre à la poubelle. Fais en ce que tu veux. »



___Que quelqu’un fasse quelque chose, cet homme est trop gentil, c’est louche, c’est louche ! Tu saisis le bandeau par simple réflexe d’attraper ce qu’on te présente. Ta petite main se resserre sur le tissu. Tu as toujours le calepin entre tes autres doigts. Tu viens de te rendre compte qu’il était certainement trop bas pour que le professeur joyeusement terrifiant puisse le voir. Voilà pourquoi il a continué son petit manège, c’est plus clair.
___C’est vrai que la blessure s’est refermée, c’est bien, ça. Tu sens que la douleur s’atténue, et c’est pas mal, il faut l’avouer, tu vois de nouveau, tes idées sont plus claires également. Dur, la douleur, en fait, elle fait un trou pour les insectes. Je note. Sur de petits post-it, tout près de moi, que je n’oublie aucun détail. Et que je vérifie si c’est bien ça, ou si c’est aléatoire, ce qui serait plus embêtant au final, ne penses-tu pas. Je pense que tu contrôles un peu plus quand je t’énerve. Mais juste moi. Enfin, faut dire que personne ne t’énerve, donc c’est difficile de vraiment le savoir. Ah, tout ceci est vraiment difficile.
___Tu fais un mouvement pour ranger le bandeau. Et puis non. Si tu le portais, plutôt ? Ce serait quand même sympathique. Oui. Sur ta tête, comme un bandeau pour les cheveux. Voilà.
___Bon normalement, il doit être contre ton front, et pas contre tes cheveux - t’as l’air ridicule - mais ça passe, pour quelqu’un comme toi. Tu relèves les yeux vers le professeur, tu as toujours le calepin dans une main, mais il n’est plus visible.
___Ça y est, tu commences à culpabiliser. Parfait. C’est tout juste ce qu’il manquait. Je retrouve bien là la réelle Ealia qui revient à la charge après la surprise couplée à l’adrénaline. C’est pas mal, tout ça. Ça évite Aleana de vouloir fusionner avec toi. Ça me fait peur, ça. Surtout qu’elle ne le veut pas vraiment.
___En tout cas, je suis content, moi, je commence à relativiser. A comprendre aussi un peu les choses. Parce qu’avant, j’étais un peu paumé, quoi. Mais maintenant ça va, ne t’inquiète pas.
___Tu ne t'inquiétais pas ?
___Bon bah, vais me  faire foutre, c’est ça ?

___Je ne commenterai plus rien, si c’est ça que tu veux. Oui, je boude. ___Oui, et alors. J’en ai marre. Tu fais une petite moue en tournant une page du carnet. Oui, tu te sens toujours mal pour ce que … tu as essayé de faire avec le professeur qui n’est vraiment pas méchant au final, point final.

Excusez-moi.


___Comme c’est mignon, regarde toi. Tu es tellement illogique dans tous tes agissements, colère, puis non, puis gamine, puis non, un peu folle, meurtrière, puis non, puis culpabilisée, oui. Et quoi après ? Retour colère, timidité, joie, tristesse ? Comment ça se passe ? Il y a une roulette à émotion derrière moi que les insectes font tourner et je l’ai pas vue ? C’est ça, hein.
___Kamoulox.
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 230

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3160/1000  (3160/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Toits déserts... ou pas - Mer 13 Mai 2015 - 19:27
[HRP: Ouille Ouille bon courage, tu vas les réussir va o/ ]

   
   
Démons


« Anges, démons dieux... Ouais bon hein. »


   
Un calepin attira le regard de Blake, lisant les mots écrits dessus. Elle avait donc vraiment un problème pour parler, alors. Et elle se servait de ce calepin pour pouvoir communiquer plus facilement. Pourquoi il continuait de la soigner? Blake aurait pu se poser la question également. C'était une façon de s'excuser, peut-être? Le renégat " Professeur" ferma les yeux un instant avant de les rouvrir, haussant les épaules. Il a un peu dit "non" à ses démons intérieurs lorsqu'il fît dissiper l'aura démoniaque et taire les murmures dans sa tête- d'ailleurs, d’où et de qui sont ces murmures? Est-ce que la réponse va encore être "L'entité du bras"? Après tout bien que ce soit farfelu, il se pouvait que c'était peut-être le cas...

Il reposa son regard sur Ealia, puis baissa un peu la tête, cachant automatiquement- vu la taille du col de son manteau- une partie de son visage, murmurant ses prochaines paroles, comme pour lui-même.

   
Je me le demande...


Les regards qu'elle lançait de tous les côtés avant de prendre le bandeau qu'il lui tendait étaient étranges, tout de même. Elle était confuse qu'il lui tende ça, mais elle avait plutôt l'air d'être en train d'observer un moustique qui était en train de lui tourner autour. Puis enfin, elle finit par attraper le tissu, laissant Blake enfin lâcher ce bandeau en l'observant.

Au début elle semblait vouloir ranger le bandeau puis changea d'avis et décida de le porter... d'une... façon.. étrange, encore. Enfin elle l'avait contre ses cheveux et pas contre son front. Blake se demandait s'il n'avait pas fait autre chose qu'une simple coupure sur le front, en voyant cela. Du genre donné un sacré coup avec la griffe sans même le remarquer, l’assommant. Non il aurait quand même au moins pu remarquer ça. Elle devait sûrement et simplement ne pas remarquer que c'était contre ses cheveux et pas son front. Oui c'était sûrement cela. Probablement. Peut-être. Ou pas.

Enfin il ne devait pas se faire trop de pensées à ce sujet, après tout. Il n'était pas vraiment "normal" lui non plus. Elle avait apparemment sorti son carnet à nouveau, écrivant autre chose avant de montrer à Blake " Excusez-moi". Blake fixa le calepin silencieusement un instant, avant de   fermer les yeux. Elle avait tout de même essayé de le faire tomber dans le vide. Et lui-même a dû se retenir de l'égorger ou de même la jeter dans le vide. Il finit par rouvrir les yeux, reposant son regard rouge sang sur elle.


   
C'est bon. Aucun de nous deux n'a fini en bouillie ensanglantée au rez-de-chaussé. Pas la peine de t'excuser.


Joli choix de mots, Blake. Enfin bon, il finit par tout de même tendre la main- la main droite hein, pas ses griffes- pour arranger le bandeau sur le front de la jeune fille en silence. Il le posa contre son front donc pour laisser la petite blessure se cicatriser complétement tranquillement.. Puis s'arrêta un instant, avant de remettre sa main près de lui. Il avait l'impression d'être en train de s'occuper d'une gamine, sur le coup... Il secoua un peu la tête à cette pensée avant de regarder le calepin encore entre les doigts de la jeune fille.

 
C'est comme ça que tu communiques alors.


Il releva ensuite le regard vers Ealia, l'observant un instant. Cette jeune fille était... spéciale, c'était évident. Blake ne saurait pas vraiment dire ce qu'elle a, par contre. Il haussa simplement les épaules, restant debout en se retournant à nouveau vers la cour. Le temps continuait de passer pendant ce temps-la. Il observa simplement les environs, puis l'horizon, par-delà le portail de l'académie. C'était un peu.. un tout autre monde derrière le portail. Un monde sans humains mortels. Et avec pleins de monstres, de démons, juste derrière les murs. Sacrée pensée... d'ailleurs...

 
Démon...


Il murmura à nouveau, levant un peu son bras gauche ne observant ses griffes. Oui après tout, on ne pouvait pas exactement le considérer humain. Il était un monstre. Bah, valait mieux être un " Monstre" qu'un humain. Il baissa son bras en relevant le regard, restant silencieux désormais en observant l'horizon.
   


© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Invité
avatar
Invité
Re: Toits déserts... ou pas - Mer 20 Mai 2015 - 15:01


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
___Vu comme ça, il fait étrangement méchant. Pour ne pas changer, n’est-ce pas ! Oui, pour ne pas changer. C’est comme un anti-héros qui n’écoute que lui-même sans se préoccuper de tout ce qu’il pourrait se passer suite à ses actes, celui avec une part d’ombre qui le rend mystérieux et insondable. Celui qui est gentil, au fond, mais soumis par moment à sa part de méchanceté. Un peu comme toi, en fait ! Sauf que toi, ce n’est pas - plus - vraiment une autre entité. Ça l’était, avant. Mais ça a changé. N’est-ce pas, Aleana ? Ça fait du bien de revenir, hein, petit zombie. Même si tu as l’air morte à l’intérieur, à force qu’Ealia pompe ton être pour renforcer le sien. Elle le fait inconsciemment, la plupart du temps, tu ne devrais pas lui en vouloir. Elle s’en veut assez pour deux, si tu veux mon avis.
___Regarde toi dont, Ealia petite, ridicule, faible, si fragile qu’on aurait pu te briser en deux en soufflant dessus. Et pourtant tu te sens mal d’avoir voulu pendant quelques minutes faire du mal à quelqu’un, c’est un comble, quand même. Il pourrait sans mal te pousser, d’une main, et te réduire en bouillie, si il le voulait, contrairement à toi. Et tu ne pourrais jamais rien y faire, pas maintenant, jamais, je crois.

« Je me le demande… »


___Lui aussi, hésite. Pourquoi te soigner ? Parce que tu sembles malade, inoffensive et non responsable de tes actes ? C’est pour ça que personne ne veut te contrarier ? C’est probable. Après tout, il parait que s’attaquer aux malades et aux blessés est une preuve de lâcheté et de méchanceté. C’est bien ce que les livres t’ont appris. Bon, toi, tu ne t’en souviens peut-être pas, mais moi, si. Et je suis même là pour te les rappeler ! Il a pitié de toi, c’est tout. Pitié. Tu le regardes gesticuler une fois que toi même tu as terminé de le faire. Il ferme ensuite les yeux. Content qu’aucune pensée peu recommandable pour une frêle demoiselle ne te vienne à l’esprit. Ce doit être le calme après la surprise et la peur qui permettent de stabiliser ton état normal.

« C'est bon. Aucun de nous deux n'a fini en bouillie ensanglantée au rez-de-chaussé. Pas la peine de t'excuser. »


___Te voilà qui frissonnes. Cette idée ne te plaît pas vraiment, on comprend tous pourquoi. La mort te fait réellement peur, petite fille. Tu as peur pour ton esprit, pour ta psychè qui pourrait en pâtir encore plus, ou s’améliorer ? Cruel dilemme n’est-ce pas, que de ne pas savoir cela. D’un côté, tu aimerais le savoir une bonne fois pour toute, de l’autre, tu préférerais ne jamais tenter le diable qui a déjà bien assez joué dans ta vie misérable d’humaine pour la pourrir un maximum. Quel acharné, ce diable, Satan. Ton regard, devenu quelque peu vague à force de m’écouter monologuer dans ton crâne, reste fixé sur Blake, mais tu ne sembles pas vraiment le voir, au final. C’est plutôt comme si tu étais en train de regarder à l’intérieur de ta boîte crânienne, là où je suis, en tout cas dans ta version imagée de jeune fille peu saine. Quelques uns des mots du professeur parviennent néanmoins jusqu’à tes oreilles. Ses yeux, à lui, sont tournés vers le calepin que tu tiens entre tes petits doigts, celui que ton colocataire de chambre t’avait donné à votre première rencontre. Plongée soudainement dans quelques souvenirs gris, tu sens une main frôler ton front. Tu sursautes. Tu as cru qu’il t’en voulait encore, n’est-ce pas ! Hé bien non, il remet le bandeau comme il était censé être, sur son front, pour cacher une certaine blessure. Voilà qui est mieux, il faut l’avouer. Même si, bon, ce n’est sûrement pas le même effet que sur le professeur, mais, oui, pourquoi pas, après tout. Tu affectionnes les cadeaux, toi, tu les gardes même toujours dans tes affaires, sait-on jamais, que cela pourrait servir, un jour. Tu souffles un peu, ne stresses pas, Ealia, tu vas t’embrouiller le cerveau. Et qui dit embrouilles, dit insectes pas loin. Et j’en ai marre de ces petites bêtes.
___Il reprend sa main une fois la besogne faite. Il a fait encore une bonne action, tu as vu ! Allez, il est gentil, c’est ça que tu te dis. Ou il est prit d’un soudain instinct paternel en te voyant et se croit remettre les vêtements défaits de sa petite fille un peu à l’Ouest après un coup sur la tête. Ce serait drôle, si c’était vraiment cela, n’empêche, ça mettrait un peu de piment dans la situation !
___Je sais que tu n’as jamais vraiment eu de père.
___Ni de mère d’ailleurs.
___Oui, je sais, tu ne sais pas ce que c’est, ils t’ont toujours eu en horreur, ils avaient honte de toi. Honte oui ! Tu te rends compte, n’est-ce pas. Ils auraient préféré que tu t’étrangles un jour avec de la nourriture que te laisser sortir de chez eux. La Malade, la Peste, l’Habitée par le diable.
___Je te fais de la peine ? Pourtant, c’est entièrement vrai. Et ce n’est pas en faisant comme si ce n’était jamais arrivé que les évènements vont disparaître, de la terre ou même de ton cerveau, section souvenirs. Tu aurais peut-être préféré te souvenir de la nuit de ta mort ? Ca peut s’arranger, tu sais.
___Non ?
___C’est bien ce qu’il me semblait.

« C'est comme ça que tu communiques alors. »


___Ha, le voilà qui réussit à te tirer hors de tes pensées, ou des miennes, qui sait. Tu clignes quelques fois les yeux pour refaire le point sur la situation qui n’a pas avancé. Tu hoches la tête, une fois, deux fois, puis elle dodeline jusqu’à reprendre sa place initiale. Tu peux opiner sans faire tout ça, sinon, Ealia. Pas la peine de tenter de te dévisser la tête pour simplement dire oui. Pour qui te prends-tu donc, je vous jure, elle m’en filerait des boutons. Tu fais peur, en plus, parfois, à cause de tes mouvements pour le moins… Étrange.
___Il s’intéresse à toi, as-tu vu ? Enfin, ou il veut juste taper la discute à la personne qui a voulu le précipiter dans le vide pour une simple histoire de doute. Pourquoi douter ? Ce n’est pas comme si il avait un bras qui luisait de ténèbres ! Non, pas du tout. Avoir des doutes serait vraiment abuser de naiveté.
___Tu suis l’homme, il se retourne vers la cour. Tu fais de même, du côté de son bras humain, par simple précaution.

« Démon… »


___Il pensait peut-être que tu ne l’entendrais pas, mais tu l’as fait ! Il parle de démon, tu le savais, il parle de lui, c’est certain ! Tu baisses la tête, presque peureuse. Allons, Ealia, ce n’est pas le moment de te dégonfler. C’est un gentil démon, tu te rappelles. Le genre qui te fait des cadeaux et qui ne te tue pas quand toi, tu as essayé de le faire. C’est bien non, un gentil démon, c’est même toi qui t’en ai convaincue il y a cinq minutes, voire nu peu plus. Alors ne change pas d’avis si vite ! Et surtout, ne stresse pas, c’est mauvais pour ta santé mentale. De la peur, oui, ok.
___Tu griffonnes sur le calepin qui n’a pas bougé de tes mains. Lui demander, oui, pourquoi pas. Autant mettre tout de suite les choses au clair, plus personne n’a de chose à perdre, là. C’est bien dommage. Tu poses un doigt sur le bras de ton presque interlocuteur. Un peu de calme, ça fait du bien, n’empêche. Tu espères qu’avec cela, tu attireras son attention pour qu’il puisse lire ce que tu as à lui demander.

Êtes-vous un démon ?


___Tu devrais peut-être virer cette expression presque apeurée dans tes yeux, ce n’est presque plus crédible là.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 230

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3160/1000  (3160/1000)
Votre domaine: La Vengeance
avatar
Vengeur Pourpre
Vengeur Pourpre
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Toits déserts... ou pas - Mer 20 Mai 2015 - 15:45

Confiance...?


« Deux personnes étranges... »


Elle semblait avoir été ailleurs pendant un moment étant donné qu'elle avait sursauté au moment ou Blake était allé arranger le bandeau sur son front... Pourquoi avait-il fait cela? Il se sentait probablement mal pour avoir laissé cette blessure sur son front.. Non? Ah, peu importe. C'est difficile de comprendre ses propres actions.. et dans le cas de Blake c'est difficile de savoir ce qui se passe dans sa boîte crânienne, un coup il est sans pitié et tranche tout ce qui bouge, et l'autre il est quelqu'un de... fréquentable, disons. En tout cas, cette fille.. Ealia, était intéressante, si l'on peut dire. Une jeune fille étrange, plutôt. Après tout lui aussi est étrange... Blake était encore perdu dans ses pensées, ne remarquant pas de suite qu'Ealia s'était mit sur sa droite pour observer les environs également. Blake avait lancé un regard discret dans sa direction... Le bandeau rouge sur le front ne lui allait pas vraiment, mais il était la juste pour la blessure, après tout. Elle pourra peut-être s'en servir pour autre chose après, aussi... Bah, qui sait. Son regard s'était rapidement reposé sur l'horizon.
Il devrait peut-être repartir, non? Non, après tout il a encore un peu de temps, et même si la scène présente est juste un long silence, c'était pas mal de rester la à observer les environs.

Il sentit Ealia lui toucher le bras. Blake tourna lentement la tête pour la regarder, puis voir qu'elle lui tendait son calepin. Il baissa à ce moment le regard pour lire ce qu'elle avait écrit.

Êtes-vous un démon ?


Ah. Il semblerait qu'elle ait entendu ce qu'il ait dit. Blake avait fermé les yeux à ce moment, avant de tourner la tête à nouveau vers l'horizon, réfléchissant un instant. C'était une histoire compliquée, après tout. Et devrait-il lui faire confiance? Il finit par rouvrir les yeux. Il fallait bien lui répondre- même si lui-même se posait encore quelques questions.


C'est assez compliqué, à vrai dire... Je vais essayer d'être bref. J'avais perdu un bras. J'ai subi des expériences d'une secte, d'un culte quelconque... et on m'a refilé ce bras, dans l’espérance de " ressusciter leur dieu"... Je ne pense pas que ça ait marché. Mais, tout de même, je pense que ce bras, lui, appartenait probablement à un démon, oui..


Il restait silencieux un instant, avant de retirer son gantelet à nouveau, levant son bras gauche en l'observant un peu.. cette couleur noir nuit avait une allure inquiétante, quand même. Peut-être est-ce bras qui le rends si sanguinaire, parfois. Encore cette pensée. Blake remit son gantelet, tournant ensuite la tête vers Ealia. Il lui a raconté cela, et de toute façon elle avait déjà vu son bras... On peut dire que c'est une personne de confiance pour lui. Il baissa un peu la tête, cachant une partie de son visage dans le col de son manteau. Que dire, désormais? Il était désormais à nouveau plongé dans ses pensées. D’où venait ce bras, à qui appartenait-il, est-ce que l'entité du bras va finir par lui parler d'elle-même? Après tout, les murmures qu'il entend lorsqu'il utilisait son pouvoir.. C'était peut-être le démon du bras? Blake secoua la tête, relevant le regard en déposant ses yeux rouges sur L'apprentie.

Je pense que tu seras la première personne à qui j'aurais.. tenté d'expliquer ce que je sais déjà.




© Ethan (modifié à partir du codage original fait pour Jack Winter)
Toits déserts... ou pas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Envie d'aller sur les toits?
» Les toits...ne sont pas de bons endroits pour dormir...
» Coucher de soleil depuis les toits
» Course-poursuite sur les toits
» Course poursuite sur les toits d'Oshibana [pv Layle]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Sur les toits-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page