Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke]

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
[Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Jeu 9 Avr 2015 - 23:50


Sms pour Clarke Griffin : « Tenez, regardez : dans le manga Saint-Seiya, le chevalier de la constellation de Pégase affronte le Dieu Poséidon ! Je ne vous en dis pas plus sur le déroulement du combat, peut-être que ce sera l’occasion pour moi de vous offrir tous les volumes de la série ! »

Envoyer. Ce n’est pas le premier SMS qu’elle écrit aujourd’hui, et pas le dernier non plus. Elle dessine depuis plus de 10 heures d’affilée maintenant… il faut bien faire quelques pauses de temps en temps ! Déjà sept versions de l’arme sont prêtes, elle s’attelle désormais à matérialiser la huitième… et sans doute la dernière avant épuisement total de ses ressources. Comment procède-t-elle ? Elle commence par chercher une image sur Internet. Elle la détaille, la recopie au crayon à papier sur une feuille plusieurs fois, dans différentes positions, puis vérifie les arrangements et se renseigne sur les métaux, le poids et les éventuels défauts de fabrication. Dans la plupart des écrits, il est mentionné que l’épée de Persée, offerte par Hermès, possédait une extrémité légèrement courbée pour faciliter la décapitation de la Méduse, tout en évitant soigneusement de la regarder dans les yeux. Cette épée était dite magique, qui ne se tord ni ne se casse, et à travers laquelle Athéna a pu guider le bras de Persée vers son objectif.
Lugubre.

Les faits mythologiques ne font jamais mention de métaux ou de couleur, juste de solidité. Mais d’après les écrits sur l’armement antique, en Grèce, il y avait deux sortes d’épées à cette époque : les Xiphos et les Kopis. La lame faisait entre 50 et 60 centimètres de longueur et était éventuellement faite de bronze. Les récits sont difficilement situables dans le temps, mais les faits doivent se situer durant l’Âge du bronze… ce qui, par la même occasion, pourrait expliquer la solidité hors-norme de l’arme. Pour la couleur, cependant, elle peut différer selon si le bronze est oxydé ou non… soit sombre/noir, soit marron/brun. Et à dessiner, ce n’est pas du tout la même chose… d’autant que Maya ne possède pas encore le pouvoir de corriger. Alors pour ces cas… elle fait les deux versions, tout en modifiant quelques microdétails qui pourraient se révéler cruciaux.

Une fois l’objet à matérialiser enregistré dans sa tête, Maya prend son pinceau et commence à dessiner des formes dans l’air. Le pinceau est beaucoup plus fin, beaucoup plus précis que n’importe quelle partie de son corps… quoi qu’elle pourrait utiliser ses cheveux pour tracer des traits plus fins encore. Mais ce serait compliqué, il faudrait pencher la tête, éviter de trop tirer dessus pour ne pas se faire mal… bref. À chaque fois qu’elle se trompe ou dépasse un peu, c’est mort : elle efface tout et recommence à partir de zéro. Tant qu’elle ne matérialise pas, dessiner des traits argentés dans l’air ne lui pompe pas trop d’énergie… mais si jamais l’épée de Persée se révélait être ratée après matérialisation… là, ce serait un gros coup au moral.
Sms pour Clarke Griffin : « Finalement, j’ai aussi fait un achat, hier soir. Il fallait que je vous offre un petit cadeau Saint-Valentin en plus ! »

Hier soir, alors qu’elle parcourait les étals du marché, elle est tombée sous le charme d’une barrette à cheveux… en forme de cœur. Elle en a acheté deux : une pour chaque membre… du couple. Maya ne pourra pas la fixer aux cheveux de Clarke, déjà coiffée spécialement pour le bal… mais elle la lui donnera. Un petit souvenir en plus, rien de bien méchant.

Assise par terre, Maya observe la forme flottante dans l’air. Une version de l’épée de Persée qu’elle doit maintenant détailler sous toutes les coutures. Forme ? Ok. Design ? Ok. Défaut ? Non, celle-ci n’en aura pas, en hommage aux pouvoirs magiques qu’elle est censée posséder. Elle ne peut pas s’émousser ni se briser… ou en tout cas, n’est pas censée avoir enduré les ravages des combats et du temps. Tout est ok dans ce cas.
L’adolescente ferme les yeux, respire profondément et place ses mains sous la forme. Se concentrer pour l’étape finale maintenant : la matérialisation dans l’esprit. Choix du matériau, de la couleur… le reste est déjà dessiné et suivra la forme sans qu’elle ait à s’en soucier. Son énergie divine est lentement aspirée vers l’arme, qui se solidifie, se matérialise… et, une fois complète, tombe finalement dans les mains de la déesse sous l’effet de la gravité. Maya rouvre les yeux pour observer son œuvre… surprise que celle-ci soit si légère. L’arme doit bien se magner au bout du compte, ce doit être efficace. Elle la tourne dans ses mains, l’approche de ses yeux pour bien la détailler… puis elle sourit.

Bien… plus que la poignée et ce sera terminé.
Parce que oui : celle-ci est dans un autre matériau… il ne peut pas être dessiné en même temps. Ou alors, il faudrait que Maya soit un peu plus forte qu’elle ne l’est actuellement, malheureusement. On dessine les objets séparément, puis on les assemble… le tout étant de bien les raccorder pour qu’ils forment finalement un tout cohérent.

Le travail achevé, Maya se lève… et retombe. Elle s’allonge sur le côté, en regardant ses œuvres. Elles sont belles, elles ont bien profité de toute son énergie… et maintenant, l’apprentie n’a plus qu’une chose à faire : se reposer… et faire sa nuit. Elle chope son téléphone tant bien que mal, regarde l’heure… et grimace.
Sms pour Clarke Griffin : « J’aurai un peu de retard, ce soir… j’espère que ça ne vous dérange pas. N’arrivez pas avant 21 heures, ce sera très bien ! Désolée pour ce contretemps. (´・︹ ・` ) »

Elle pose son téléphone un peu plus loin, ferme les yeux et s’endort instantanément, à même le sol. Toutes les recherches, tous les dessins, tous les essais ratés, toutes les pauses… depuis hier, 18 heures, jusqu’à maintenant, 15 heures, Maya n’a fait que travailler là-dessus, pour un résultat qui ne sera sans doute pas concluant : elle n’a pas trouvé l’épée de Persée, juste réalisé quelques pâles copies de vieilles épées qu’elle suppose appartenir à cette époque. Le boulot était hors de sa portée, voilà tout. Il reste la barrette à cheveux… comme cadeau, ce n’est pas si mal.

A-t-elle le temps de rêver ? Elle a le temps de voir Clarke en tout cas… dans sa belle robe blanche, au milieu d’un temple grec. Une main posée sur une colonne de pierre, le vent soufflant doucement dans ses cheveux et sur son simple vêtement, elle regarde au loin, vers la mer… vers l’horizon. Elle attend. Elle l’attend.
Maya ouvre les yeux. Posant ses mains sur le sol, elle se redresse en poussant sur ses bras. L’équilibre semble plutôt bon… tout va bien. L’adolescente se lève et s’étire, avant de jeter un coup d’œil par la fenêtre : la nuit est tombée. Elle regarde son portable. 20 heures. Elle a bien fait de repousser, parce qu’il lui faudra bien une heure pour se préparer. Direction le dressing pour y décrocher… sa robe verte printemps, celle qui a un petit style de kimono asiatique. Puis, salle de bains pour se doucher et se préparer. Les cheveux mouillés, elle se regarde devant le miroir. Que faire ? Quelque chose de pas compliqué… juste, se lisser un peu les cheveux et ajouter la barrette ? Laisser un effet mouillé également, pour qu’ils aient l’air plus brillant… ? Vendu.

Fin prête, bien habillée et bien coiffée, Maya sort de la salle de bains.

- Yanie… ? Tu es prête ? C’est le grand soir, j’espère que tu as pu trouver un partenaire ! Sinon, tu me fais signe, je danserai avec toi, promis.

Yanina Lando va l’accompagner, au moins jusqu’à l’entrée de la salle. Ravissante, elle aussi ! Maya se dirige vers son lit, sa table de chevet, pour récupérer la seconde barrette. Elle la regarde… et rougit légèrement en la plaçant dans sa poche. Elle ramasse ensuite toutes les armes matérialisées dans un sac, qui laisse les poignées dépasser, le soulève et place les deux sangles tant bien que mal sur son épaule. Il ne faut pas grand-chose pour confondre ça avec un carquois rempli de flèches… ou un sac de golf… sauf pour celle qui le transporte, ça ne pèse pas du tout le même poids. Six kilos au minimum, dans son cas.

Les deux amies sortent enfin de la chambre, vers 20h55, et partent vers de nouvelles aventures : direction les salles de classe, réaménagées pour l’événement ! L’ambiance est aux sourires et à la rigolade.

En un rien de temps, et après avoir croisé beaucoup beaucoup de gens bien habillés, eux aussi, les deux jeunes filles arrivent enfin devant la salle, d’où s’échappe une musique plutôt mélodieuse. En entrant, elles voient déjà quelques personnes danser. Des regards se tournent vers les nouvelles arrivantes… puis, voyant la fille Tensho… ils  finissent par ignorer et ne pas les aborder. Maya et Yanina vont se choisir un coin tranquille pour poser leurs affaires et commencer leur soirée. L’homme devenu femme file d’ailleurs directement vers le bar pour commander une boisson, sous le regard amusé de Maya… qui voit un homme l’approcher. Dès qu’on s’éloigne d’elle, tout devient possible !

Dans son coin, écoutant la mélodie et fermant les yeux, Maya se met à bouger un peu, au rythme de la musique.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Ven 10 Avr 2015 - 12:35



Juste une danse avant le bain de minuit



Ma première pensée ? «  Mais c'est qui cette morue ? », me questionnais-je en observant la fille qui accompagnait Maya. Enfin non, techniquement parlant, j'étais resté à regarder Maya, à l'admirer dans sa jolie petite robe verte. Mais l'autre lui faisait de l'ombre. Cela m'aurait presque insupportée de la voir rester plus longtemps avec l'apprentie aux cheveux bleus. Possessive, moi ? Le fait qu'elle se rue sur le buffet et se fasse abordée par un grand jeune homme foncé de peau me rassura. Qu'elle se fasse draguer, comme ça, elle ne resterait pas sur le dos de ma jolie Maya. Je n'étais pas de nature stressée, en temps normal, et pourtant là, tout me semblait disproportionnée. On aurait dit le cœur d'une gamine de douze ans qui croit avoir trouvé son grand amour. Ce que l'on peut-être bête à cet âge là, tentais-je de me rassurer. Je ne me pressais pas pour la rejoindre. Non pas que je n'en éprouvais pas l'envie, car au contraire, j'aurais aimé la rejoindre au plus vite histoire que l'autre pimbêche ne revienne pas la voir, mais plus par nécessité. Je sentais très bien que si j'accellerais le pas, je risquais de tomber. En temps normal, j'avais pour habitude de porter mes sandales grecques, plates. Et ce soir, grâce à mes idées aussi stupide que de mettre un éléphant dans un magasin de porcelaine, j'vais décider de porter les chaussures que j'avais acheté sur le marché. Enfin, chaussures... Tout était question de point de vue. Instrument de torture convenait bien oui.

J'avais passé, une bonne partie de la journée à m’entraîner à les porter. Les résidents de la chambre que nous partagions se trouvant absents une bonne partie de la journée, j'avais gardé les talons pour tenter de m'y habituer. Mes débuts furent fastidieux, manquant de tomber tous les deux pas. Autant être en équilibre ne serait-ce que pieds nus ne me posais aucuns problèmes car je me sentais en osmose avec la nature, autant là … Perchée sur ces ridicules talons d'environ 7 centimètres, j'avais l'impression de faire la taille d'un cyclope. Bien heureusement, contrairement à eux, j'avais mes deux yeux, moi. Mon entrainement avait pu se prolonger, d'autant plus que l'apprentie m'avait avertie qu'elle ne serait prête que pour 21 heure. Un soulagement, je pouvais encore m’entraîner à défiler, comme sur les podiums de mode française. Quelle horreur. J'avais eu l’occasion de voir ce qu'on appel un « défilé » dans la machine de télévision. C'était d'un ennui mortel. Mais comme je me renseignais à ce moment là sur les styles vestimentaires et la « mode » actuelle, j'avais du passer par là. C'était parfois effrayant. Tant d'horreur sur un seul vêtement. Désespérée, j'avais tout de même tenter d'aller acheter d'autres chaussure, plus confortable et pus basse. Mais à chaque fois, à peine venais-je de m'éloigner de ma chambre que je ressentais une oppression. C'était comme si quelque chose essayait de me dissuader de m'éloigner, d'aller acheter d'autres chaussures. Peut-être était-ce ma conscience qui me sommait de cesser les dépenses inutiles ? Car il est vrai qu'après la soirée, ce n'était pas sur que je retente ma chance avec ces affreuses chaussures. Peut-être était-ce le cadeau de Maya, de nouvelles chaussures ? Cette pensée me fit sourire. Je n'y croyais pas trop, cette coïncidence aurait été trop parfaite, mais surtout trop étrange.

Esquivant deux abrutis qui dansaient comme des allumés sur un rythme qui correspondait pas du tout à la chanson, je rejoins l’apprentie tant bien que mal. Plus j'approchais, plus je me demandais si je ne devais pas juste prendre la fuite. Je n'arrivais pas à mettre un mot sur ce que je ressentais, mais cela me contrariais. Devenais-je une chiffe molle ? Serais-je attendrie par une apprentie déesse ? Je fis une halte à la table ou des verres étaient disposés et en prit un, sans me renseigner sur le contenu, que j'avalais d'un trait. C'était étrange. Des fruits dedans ? Alcoolisés ? Pas mauvais dans le fond. Je pris deux autres verres. Et malgré mes interrogations, mes pas continuèrent a se diriger vers Maya. Voilà que j'étais à la hauteur de l'amie collante de Maya. Le grand jeune homme de tout à l'heure l'avait attrapée par les hanches. Elle semblait pourtant pas trop emballée. Mais qu'importe, je n'allais pas aller l'aider, ça ne me regardait en aucun cas. A moins que Maya s'en mêle, et dans ces cas là, j'irais lui porter secours. Mais cela n'impliquait que son amie, non merci.

Voilà que je me trouvais désormais face à Maya. Déjà ? Je n'étais pas encore partie en courant ? Même si j'avais voulu, je me serais rétamé en deux secondes avec les maudits talons, autant laisser tomber. L'apprentie avait les yeux fermés. Il était encore temps de..

- Cette robe te va à merveille, Maya..»


Déclarais-je, en guise de salutation. Je lui avais parlé un petit peu par SMS dans la journée. Alors je trouvais cela étrange de dire de nouveau une politesse de bonjour.bonsoir.  J'osais espérer qu'elle ne me prenne pas pour une malpolie.

- Je t'ai pris cette... Cett liqueur étrange avec des fruits. Je ne sais pas si tu vas aimer, c'est assez étrange. Enfin, pour moi ca va, car de mon temps je buvais pas mal mais...»


Arrêt des paroles. Que diable étais-je en train de raconter ? Que je buvais comme un trou ? Fichtre non. Il y avait bien quelques orgies et autres soirées animée par l'alcool à l'époque, mais ce n'était pas des choses à dires, ça non. Je fis une mine désolée et souris. On arrête de dire des bêtises Clarke, ça suffit.

- J'ai croisée ton amie, elle était en très bonne compagnie …»


Pardon ? Lui donner une information pour voir si elle s’inquiétait pour l'autre fillette ? Procéder par question détournée, certes, ce n'était pas très franc de ma part. Je voulais juste savoir ce qu'elle était pour être. Pet-être était-ce sa fameuse colocataire ?

© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Ven 10 Avr 2015 - 23:09
Ouah !
La huitième merveille du monde vient de l’aborder.
Maya stoppe ses mouvements de danse et reluque la nouvelle arrivante de la tête aux pieds, les yeux grands ouverts et la bouche entrouverte. Pour la troisième journée consécutive, sa perception de Clarke change… et cette fois encore, elle la voit plus belle. Plus belle, plus rayonnante, plus parfaite que jamais… et demain, et les jours suivants, les émotions qu’elle ressentira s’amplifieront, encore et encore, jusqu’à ce que… non, l’évolution de ses sentiments envers la méduse est sans limites. Clarke lui fait déjà tourner la tête, alors, qu’est-ce que ce sera dans les jours qui viennent ?

- Bonsoir Clarke !

En guise de salutation, Maya se met sur la pointe des pieds, passe ses bras autour de son cou, l’obligeant à se pencher en avant, pose sa tête sur son épaule et la serre fort contre elle. La reproduction quasi exacte de ce qu’elle avait fait dans le restaurant italien, deux jours plus tôt. Cette fois, pour réussir son coup, notre petite adolescente futée a profité du fait que Clarke portait un verre dans chaque main, l’empêchant de bouger trop brusquement, et par conséquent, de contrer l’attaque affective. Tactile, le toucher, le contact affectueux… sa partenaire n’a pas oublié au moins ? C’est agréable… nécessaire… indispensable pour… s’apprécier convenablement et s’échanger une bonne dose de tendresse.
Le câlin ne s’éternise pas non plus, Maya ne souhaitant pas dégoûter son amie de ces moments intimes : elle la lâche donc rapidement, puis, se remettant face à elle, elle sourit… des étoiles dans les yeux. Admirative et totalement sous le charme, il n’y a pas meilleure définition pour qualifier cette expression sur ce visage conquis.

- Merci, vous êtes merveilleuse, vous aussi ! Grande, distinguée… si… belle. J’aurais peut-être mieux fait de mettre des talons, moi aussi. Je me sens toute petite avec mes ballerines !
C’est fini, elle ne voit plus rien d’autre que Clarke. Elle doit même se retenir de l’enlacer à nouveau, sans quoi, à ce moment-là, elle deviendrait un peu trop collante. Pour s’en empêcher, elle accepte le verre que lui tend son amie, comme s’il s’agissait du cadeau le plus précieux qu’elle n’ait jamais reçu. Elle y trempe les lèvres pour goûter… grimace parce qu’elle n’aime pas du tout… mais avale tout de même une ou deux gorgées. La dernière fois qu’elle a bu une boisson alcoolisée, qui restait jusqu’à aujourd’hui la seule fois de toute sa vie, c’était après le départ de son père : elle n’avait alors qu’une seule envie, se foutre en l’air. Quoi de mieux que noyer sa tristesse dans l’alcool pour oublier ? Boire une seconde fois, plus d’un an après, alors que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes… ça n’a pas du tout la même signification. Ça ressemble davantage à une initiation vers l’âge adulte.
Et si Clarke buvait de son temps… alors, Maya doit accepter de boire aussi.
C’est un raisonnement stupide, bien sûr… mais c’est une fête : elles doivent célébrer.
La Méduse montre l’exemple, à l’adolescente de le suivre !

La conversation diverge rapidement sur Yanina. Elle serait en bonne compagnie ? Maya tourne la tête et la voit en train de repousser un homme qui semble un peu trop entreprenant. Bonne compagnie… non : le type n’est pas rassurant, pas très beau – désolée pour lui – et n’a pas l’air d’être un bon cavalier. Pire que tout ça : on ne force pas une femme qui refuse une première fois. Inutile d’insister, encore moins d’une manière si agressive ! Mais, inutile également de s’en faire pour Yanina, elle saura se débrouiller… normalement. Maya l’espère… sinon, elle interviendra rapidement.

- Ça va aller, Yanie a une botte secrète pour se débarrasser des hommes collants. Je suis sûre que… elles observent l’homme reculer d’un pas, grimacer, puis « s’enfuir » à toutes jambes. Vous voyez ? reprend Maya en soupirant, rassurée, puis en pouffant de rire. Ce n’est pas très drôle pour elle, sûrement pas agréable, mais elle sait y faire face. Par contre… non, c’est un secret, je ne vous dirais pas comment elle s’y prend… elle m’en voudrait à mort. Yanie est Yanie, très bien comme elle est ! Ah ! … elle s’appelle Yanina, on partage la même chambre, toutes les deux.
Yanina tourne la tête en direction des deux femmes… et Maya lui répond d’un sourire et d’un salut de la main, salut auquel elle répond timidement, puis se retourne. Elle a promis de ne pas déranger tant que l’adolescente serait avec Clarke… elle tiendra promesse, même si ça lui en coûte. En espérant tout de même que ça ne gâche pas sa fête… le programme initial qu’elles avaient mis en place ayant été largement bousculé par l’arrivée soudaine de la Méduse dans la vie de Maya. Il y a même de grandes chances pour que Yanina se mette à les observer, toutes les deux, pour vérifier que sa camarade de chambre est bien en sécurité avec cette femme dont elle ne sait quasiment rien.

- Et… vous, vous partagez votre chambre avec quelqu’un ? Des garçons collants comme celui-là ? fait la petite apprentie, à nouveau tournée vers sa partenaire. Et votre chambre, elle est comment ? Grande ? Spacieuse ? Cloîtrée, chacun dans son coin ? Avec de grands lits ? Une décoration pour vous rappeler la Grèce Antique ?

Quand est-ce qu’elles dansent ? Pourvu qu’elles dansent… Il n’y a que comme ça qu’elles pourront rester en contact physique et se toucher. Clarke est douce, chaude… irrésistible. Toutes les cellules de Maya veulent la sentir contre elles.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Sam 11 Avr 2015 - 15:15



Juste une danse avant le bain de minuit



Avait-elle prévue le coup ? Encombrée par mes deux verres dans chaque main, je n'avais pu me défaire de son étreinte. Et même sans les verre, je ne l'aurais pas fait. Elle ne m'avait pas eu par surprise, je l'avais vu bouger, alors je n'avais pas de raison de l’agresser. Enfin du moins, je n'étais pas tellement prise par surprise par l'action d'une personne inconnue... Ses paroles me firent sourire. Avait-elle la même impression que moi lorsque mes yeux s'étaient posé sur elle ? A croire que la déesse Aphrodite m'avait lancé un sort me faisant voir son portrait craché. Néanmoins, pour la partie distinguée, on y repassera. Moi l'empotée qui avait manqué de tomber toute la journée avec ses affreuses chaussures ? Bon, à croire que cet entrainement n'aura pas été vain, puisque l'apprentie n'avait rien relevé de suspect quant à ma prestance. L'apprentie relâcha son étreinte et prit le verre que e lui avais amené. Etant donné la petite grimace qu'elle venait de faire, ce n'était pas sur qu'elle en apprécie le goût. Ce que je pouvais comprendre, dans un sens. Tous n'était probablement pas habitué. Moi-même je me trouvais surprise par le goût de certain alcool que l'on pouvait se procurer aujourd'hui, et je ne les aimais pas forcement.

La tête tournée vers l'amie de Maya, j'écoutais ses propos. Elle la connaissait visiblement bien, puisqu'au moment même ou elle venait de parler de botte secrète, Blacko prit la fuite. Diable, venait-elle de lui révéler qu'elle avait un pénis dans sa culotte ? Pensais-je en voyant le jeune homme qui avait quelque peu pâlit et qui se trouvait désormais loin, loiiiin de l'apprentie.

- Yanina... Je vois.. enfin, ça me rassure ! Je me demandais d'ou tu la sortais, la demoiselle...»


D'un zoo ? D'une animalerie ? Fichtre, j'en devenais mauvaise. La fameuse collocataire se tourna vers nous, comme si elle avait capté mes pensées. Était-elle télépathe ou simple coïncidence ? A voir. En tout cas, elle se contenta d'un signe pour retourner a ses activités. Tant mieux, une gêneuse en moins. En même temps, si elle restait pas trop loin, elle pourrait servir d'aimant à garçons ? Nous ne serions donc pas dérangé si Yanina, les attrapait tous sur le chemin.

- Ma chambre ? … Elle est normale, rien de plus simpliste. Je n'ai pas tenue à la décorer, car je la préfère dans son plus simple appareil.. Quand à mes colocataires, ce sont un peu des fantômes pour moi. Je ne m'isole pas, mais nous avons peu de points communs.»


Je lui souris. Mais ce n'était pas pour autant que je me sentais seule la bas de toute manière ! Après tout, j'étais un peu habituée à ne pas avoir des masses de contacts avec les autres, donc je n'allais pas me créer une vie comme cela, juste pour satisfaire mon égo. Je vis l'apprentie jeter quelques coup d'oeil discret sur le côté. Était-ce a cause de son amie et colocataire ? Pour sûre, cette Yanina voulait garder Maya pour elle seule. Était-ce une hystérique qui allait venir me voir pour me menacer lorsque j'aurais à peine touché d'un simple contact de la main l'apprentie ? L'idée me tentai bien. Et si j'essayais, juste pour l’embêter ?

Bien que peu habituée encore à écouter ce genre de musique, je ne trouvais ps cela si déplaisant. Disons que je ne avais juste pas comment cela pouvait se danser. Que doit-on en penser ? Était-ce une chanson dite actuelle qui berçait les nuits sans sommeil des insomniaques ? En tout cas, elle semblait plaire à la jeune femme. Déposant mon verre sur le côté, je pris la main d la jeune femme. Je ne savais pas si elle voulait garder son verre ou non alors je lui laissais ce choix là, avant de l'attirer vers les autres danseurs.

- Apprend moi à danser. Je ferais de mon mieux pour ne pas te faire trop honte.»


Déclarais-je en lui souriant. Nous étions au même niveau que les autres désormais. J’avais eu l'experience de l'apprentissage d'une danse dans une boite, mais ce n'était pas réellement le même genre. Je ne me voyais pas me dandiner d'une manière aussi déplacée ici que la bas.
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Sam 11 Avr 2015 - 23:04
Entraînée par Clarke, Maya termine rapidement son verre pour le poser sur la table et s’en débarrasser, elle aussi. Aucun verre ne se mettra en travers de son chemin… Aucun verre ne contrariera ses plans... ça non ! Il lui faut les deux mains libres.

Les autres danseurs, principalement… ou plutôt exclusivement des couples mixtes, se tournent vers les deux arrivantes pour les dévisager. Leurs regards ne sont pas durs, loin de là : ils sont plutôt étonnés et amusés. Ils acceptent volontiers le nouveau couple sur la piste de danse, qu’il soit formé par deux femmes ou même que l’une d’elles soit la fille du renégat Isanagi Tensho. Cette fête ne semble pas attirer foule pour le moment, c’est une ambiance plus conviviale, plus tranquille… ils ont dû comprendre qu’ils n’avaient rien à craindre et qu’il était inutile d’être sur ses gardes, même si Maya est dans les parages. Les gens sont ici pour danser avec leur partenaire, l’amour de leur vie… pas pour se prendre la tête.
Maya et Clarke sont face à face… et rien. La Méduse  semble attendre et l’adolescente la regarde, un peu gênée. « Lui apprendre à danser »… N’étant pas elle-même experte, ce sera compliqué. Et… elle ne veut pas non plus lui apprendre à danser sur n’importe quoi… pas sur « ça » en tout cas. La musique actuelle est un mélange d’electro/dancefloor ; c’est trop bourrin, trop compliqué, et surtout, à deux… ça repose trop sur la provocation. Tout seul, il suffit de bouger ses bras, ses épaules et sa tête, de gauche à droite pour suivre le rythme… mais à deux… ce serait de la danse près du corps… se déhancher, se dandiner… caresser l’autre en suivant ses courbes… se frotter à ses jambes… bref, un peu too much.
Alors, elle préfère attendre la fin de cette chanson sans trop bouger.
Et, par une chance inouïe, la musique suivante arrive tout droit de son pays natal.
Une musique de chez elle !




- Écoutez, écoutez : le secret, c’est d’écouter la musique et de lui obéir. Hum hum hum, hum hum hum… chantonne-t-elle en suivant le rythme. J’entends une mesure en trois temps et c’est exactement ce que je vais suivre. Il faut faire un mouvement unique sur trois temps, puis enchaîner un autre mouvement sur la mesure suivante et ainsi de suite. Musique calme, mouvements calmes. Faites ce que vous voulez du moment que vous suivez la musique et comme moi, tout le monde croira que vous savez danser ! Vous avez encore… 3 minutes sur cette musique avant de passer à la suivante, peut-être complètement différente.
Les yeux fermés, elle suit un peu la musique sans bouger, tentant de la rattraper à la volée. Un, deux, trois… et la voilà partie. Première mesure, lentement, elle fait un demi-tour sur elle-même en levant gracieusement les bras au-dessus de sa tête. Deuxième mesure, elle termine son tour complet en baissant les bras… et en fixant à nouveau Clarke, un grand sourire sur les lèvres. Humaine, elle était gymnaste… pas spécialement professionnelle, mais bien classée tout de même dans sa catégorie junior. Et que ce soit pour se battre ou pour danser, la grâce et la dextérité dont elle fait preuve, dans chacun de ses gestes, ont toujours fait des merveilles. Troisième mesure, elle croise ses bras devant sa poitrine en posant un pied en arrière. Quatrième mesure, elle baisse la tête lentement et termine son pas en arrière. Les cinquième et sixième mesures lui servent à rebaisser les bras et à faire un pas en avant. Quant aux septième et huitième mesures, elles lui permettent d’avancer d’un nouveau pas, les bras, ouvrant grand ses bras pour les passer autour du cou de sa cavalière.

Un baiser sur la joue et elle la quitte aux mouvements suivants, mais en lui agrippant maintenant la main. À nouveau, et à l’aide de sa partenaire cette fois, elle effectue un tour sur elle-même tout en se déplaçant à la droite de Clarke, puis tourne encore sur elle-même en enroulant le bras autour d’elle, jusqu’à ce qu’elles se collent à nouveau, Maya, dos contre Clarke. Puis, pour les quinzième et sixième mesures, elle prend l’autre bras de sa Valentine pour lui aussi, le coller autour d’elle. Ça, c’est la position de la veille, quand la Méduse avait enlacé l’adolescente par-derrière. À ce niveau-là, ce n’est même plus un message subliminal, c’est un aveu.

- Ne soyez pas timide, personne ne vous regarde. Il n’y a que moi qui vous regarde. Vous dansez pour vous… et pour moi, juste pour nous deux !

En quatre mesures, elle se défait du câlin, se tourne et revient face à sa partenaire. Après cela, elle ne fait plus que des pas sur les côtés, à gauche puis à droite, suivant le rythme de la musique, sans plus accomplir aucune chorégraphie spécifique. Cela dit… même si elle attend la réplique artistique de la part de Clarke… elle espère également que celle-ci ne va pas se tordre une cheville. Avec des échasses pareilles… c’est le genre de souci qui pourrait vite arriver.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Lun 13 Avr 2015 - 19:47



Juste une danse avant le bain de minuit



Me retrouver sur une piste de danse ? Expérience étrange à mon sens. Même si j'en mourrais d'envie. Enfin non pas réellement. Être exposée devant toute une foule n'était pas ce que j’appréciais le plus. Ce que je voulais, c'était juste être avec l'apprentie. Pour suivre ses conseils, je tend l'oreille. La musique, tout concentrer sur la musique. Elle me parle de mesure et de temps, peut-être est-ce les termes utilisés pour définir ce que je perçois telles des vibrations. Les yeux fermés, j'écoute. Rien de compliqué, il suffit juste de bouger comme la musique l'ordonne. L'apprentie se lance, dans une grâce qui n'appartenait qu'à elle. Comme si son corps était un instrument, qu'elle ne faisait qu'un avec. Il m'était difficile de détacher mes yeux de ses mouvements et de sa gestuelle. Elle faisait abstraction de tout, retranscrivant de son corps ce qu'elle ressentait. Ses bras vinrent à moi, m'enlacèrent avant de repartir, aussi vite qu'ils étaient venus. Maya, dans son élan m'incita à faire comme elle, à passer outre le regard des autres. Bien évidement que c'était ce que je comptais faire. Même si de nature, j'étais soucieuse du regard des autres, j'avais appris avec le temps a essayer d'en faire abstraction.

Décrire une danse me semblait étrange. Je prenais les sons et tentais de les traduire tels que je les percevais. Pas de rythme saccadé, ni de déhanché sensuel emplis de suggestions. Non, seulement des pas, un mouvement. La , musique était douce, lente. Pas quelque chose qui me demandait de sautiller dans tous les sens jusqu'à me rompre les ligaments. Il me suffisait de la suivre, de la décrypter. Plutôt que de singer l'apprentie, je me lançais à mon tour, faisant glisser mon pieds en avant, puis en arrière, tout en faisant bouger le reste du corps de manière adaptée. Pas de chichis ni d'extravagances, seulement de la simplicité et de la tenue. Je ne pouvais, dans tous les cas exécuter n'importe quel mouvement, ma robe ne cessait de venir me le rappeler.

D'un point de vue extérieur, on aurait dit une scène de conquête, tel un paon exposant ses plus belles plumes afin de conquérir sa belle. Mais de là à savoir qui de Maya ou moi étions le paon, je crois que c'était une grande question. Nous devions l'être, chacune à notre manière.

A peine venais-je de me rapprocher de l'apprentie pour danser avec elle que le musique cessa. Main tendue, je m’apprêtais à la poser dans le bas de son dos, alors que cette dernière achevait de tourner gracieusement sur elle même. Malgré la fin de la chanson, je laissais mon geste poursuivre et souris à l'apprentie, qui se retrouvait à quelques centimètres de moi. Trop près de moi. Son visage... Mon cœur se mit à battre, bien plus rapidement. J'étais essoufflée, de part la danse que nous venions de réaliser, mais cela ne l’empêcha pas de s'exciter de plus belle.

Maladroit, un jeune homme nous poussa, me faisant légèrement trébucher sur le côté. Avec tant bien que mal, je me rattrapais, tout en faisant en sorte de ne pas faire tomber l'apprentie. Je me redresse alors, reportant mon attention sur Maya.

- Tu vas bien ? Je ne t'ai pas fait mal ?»


J'attendis la réponse de l'apprentie avant de tourner la tête vers l'autre boulet qui étais en train de geindre que son verre était renversé. Instant de solitude intersidérale. C'était ça, le liquide glacé que je sentais dans mon dos ? Je fis une tête dépité et tourna le dos à Maya pour me retrouvé face au jeune homme sur lequel je pus passer mes nerfs. De manière soft, sans hausser la voix, ponctué « d'abruti ». Tournant la tête vers Maya, mon regard se voulait dépité.

- J'aurais misé sur une entorse, plutôt que le dos de ma robe aromatisée au champagne … »


Quelle poisse. Non seulement il avait interrompu un moment assez particulier, mais en plus je me retrouvais avec un nouveau parfum.

- Si je continue de danser, ca va secher tout seul tu pense ?»


Je m'en foutisme ? Oui, je n'étais pas tellement matériel à ce niveau là. Une robe n'était rien de plus qu'une robe, un simple vêtement dénué d’intérêt. Pas besoin d'en faire une histoire, à mon sens.

© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Mar 14 Avr 2015 - 20:21
Elle en était sûre : encore une fois, Clarke fait preuve d’une excellente capacité d’adaptation. Exactement comme avec son téléphone portable, il lui aura suffi de regarder à peine quelques secondes pour savoir faire et reproduire à sa façon tout ce qu’elle vient d’apprendre. Ses pas et ses gestes sont maîtrisés, le tout donnant un spectacle agréable à regarder. À cause de cela, Maya hésite même à reprendre sa danse : elle ne veut pas en manquer un seul morceau !

La première musique se termine et dans un dernier mouvement, les deux femmes se frôlent, se touchent, se regardent dans les yeux. L’instant d’après, elles sont bousculées et séparées de force par un intrus. Maya, dotée d’un bon équilibre, parvient à rester debout… elle s’enquiert également de l’état de santé de sa partenaire, puis fusille du regard le gêneur. C’était délibéré, elle en est sûre : on ne peut pas être maladroit à ce point ! Mais qui est-il ? Elle ne l’a jamais vu. Se pourrait-il que quelqu’un lui ait demandé d’agir ainsi ? Que quelqu’un ait voulu les séparer ou gâcher ces moments magiques ?
Et quand Clarke lui tourne le dos, l’adolescente pose ses mains devant sa bouche, retenant un cri en découvrant l’étendue des dégâts… Du champagne sur la robe ! Qui pourrait être assez stupide pour avoir l’idée de danser avec une coupe de champagne à la main ? C’est irrespectueux envers sa propre partenaire, et encore plus vis-à-vis des autres, surtout quand on ne sait pas danser ! Mais comment a-t-il fait son compte ? Il voulait vraiment le faire, c’est certain. Ces gens ne sont pas si accueillants qu’elle le croyait… ils ne souhaitent qu’une seule chose : que ce couple de gêneuses parte au plus vite.

- Oh nooon… fait Maya, désespérée. Il faut faire quelque chose ! Mettre de l’eau, éponger… vite ! Mais il n’y a pas d’eau, il n’y a rien… continue-t-elle, observant les alentours, de plus en plus agacée, à la limite de craquer nerveusement. Si on ne fait rien, il va rester une tache… je refuse. Bon, vite, venez !
Sans attendre de réponse, elle la prend par la main, et après un dernier regard noir en direction du bien nommé « abruti », elle entraîne Clarke avec elle hors de la salle. Direction les toilettes, au fond du couloir… en mode pressé, mais pas trop, à cause des talons que porte la Méduse. Il ne faudrait pas qu’elle se fasse mal, ou ce serait le bouquet.
Une fois entrées dans le compartiment des femmes, Maya laisse Clarke devant les lavabos, face au miroir, et fonce prendre une dizaine de feuilles en papier, habituellement utilisées pour s’essuyer les mains. Voilà qui devrait éponger le champagne… elle prie Deus pour que cela fonctionne comme elle l’imagine. Elle lui donnerait jusqu’à sa vie pour que ça marche. Retour derrière sa partenaire, elle pose les feuilles contre la tache et presse légèrement pour bien la recouvrir.

- Allez, absorbe… absorbe, je t’en prie…

Décollant les feuilles de la robe, elle retire les deux premières les plus humides, puis applique à nouveau les autres. Rebelote dix secondes plus tard. Ensuite, les papiers ne sont plus humides, signe qu’une grande partie du champagne a été absorbée.

- Attends, attends, ne bouge pas… ne bougez pas.

Elle ouvre le robinet et humidifie un énième morceau de papier : maintenant, elle va devoir frotter la tache, mélanger le champagne avec l’eau pour diluer le tout. Est-ce vraiment ce qu’il faut faire ? Si ça se trouve, elle va agrandir la tache et ce sera pire encore… Bon dieu.

- Attention, ça va être un peu froid.
Un peu tard pour prévenir : il ne fait aucun doute que Clarke ressent ce froid depuis que Maya a pressé le papier sur la robe pour aspirer le liquide… mais ce n’est que maintenant qu’elle prévient. Elle fait ce qu’elle peut. Délicatement donc, elle applique le papier mouillé sur la tache. Elle en prend un deuxième morceau, puis un troisième… avant d’enfin commencer à se calmer. La pression retombe, même si le résultat n’est pas encore acquis. Elle ne sait pas, elle ne sait rien.

- C’est bon… soupire-t-elle en s’adossant au mur en face du miroir, soulagée. Où que j’aille, où que je me trouve, il y a toujours des problèmes de toute façon… ce n’est pas la première fois… fait-elle, les larmes montant aux yeux, relâchant la pression qu’elle s’est mise toute seule. Si vous saviez à quel point… j’en ai assez… Mais… elle renifle. Je me calme, je me calme. Retournons-y, je vais me battre pour que ce soit tout de même une bonne soirée. Je n’abandonne pas…

Suivant ses paroles, elle s’essuie les yeux et soupire… puis sourit.
Vrai ou pas, l’alcool n’aide pas… même si elle n’en a pas ingurgité une grande quantité et qu’il ne devrait pas encore lui être monté à la tête. Maya aurait pu prendre l’incident à la rigolade, elles auraient pu passer un bon moment à nettoyer cette robe de toute impureté. À la place de ça, l’adolescente craque nerveusement… mais ça non plus, ça n’aidera pas à rendre cette soirée magique. Peut-être la danse le pourra-t-elle… à moins que ce ne soit les cadeaux qu’elle compte très prochainement lui offrir. Prochainement… ou alors… sur les coups de 22 heures, 23 heures, vers le milieu de la soirée, au moment du feu d’artifice…
… quand ce sera le moment.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Mar 14 Avr 2015 - 23:09



Juste une danse avant le bain de minuit



Clignant bêtement des cils, je regardais l'apprentie qui semblait perplexe, voir un peu dépitée de voir ma robe quelque peu mouillée. Dodelinant de la tête, je ne compris pas tant ce désespoir, ce n'était qu'une robe ? Mes lèvres s'entrouvrirent pour dire à ma compagne que ce n'était pas grave e que de toute manière, je ne la voyais pas moi, cette tâche. Alors je ne m'en souciais pas. Quant au regard des autres, si ils voulaient rire de moi, grand bien leur fasse. Mais déjà, elle m’entraînait à sa suite dans les toilettes des femmes et tenta de me nettoyer. Enfin, du moins, de nettoyer la robe en enlevant l'alcool qui était dessus. L'apprentie semblait paniquée à l'idée de savoir que la robe pouvait rester tachée. Ce qui m’embêtait plus, c'était son air déconfit. Moi qui voyais ca plutôt comme quelque chose d'amusant, une anecdote à raconter un jour, cela semblait à ses yeux un cruel désastre. Pendant tout ce temps, j'avais les mains sur le lavabo, faisant face à mon reflet pendant que Maya m'épongeait le dos. Croisant mon propre regard dans le miroir, mon attention se reporta sur le reflet de la jeune femme qui faisait des allées et venues pour tenter de sauver l'arrière de ma robe. J'eu un léger sursaut, même en sachant pertinemment que le papier trempé allait venir contre mon dos. Ce n'était pas des plus agréable, mais si cela pouvait soulager Maya, je n'allais pas l'en empêcher.

Coupable. C'est l'état d'esprit qu'elle laissait apercevoir désormais. Maya pensait que c'était de sa faute finalement, qu'elle attirait les ennuis. De mon point de vue, c'était tout autre. L'apprenti était juste un idiot qui voulait rejoindre je ne sais qui sur la piste pour se la péter avec son verre mais qui au final était aussi maladroit qu'une personne atteinte de Parkinson. Sa besogne terminée, je vis l'apprentie s'adosser au mur. Je pouvais lire dans son reflet un élan de tristesse. Et ça, ça me déchira le cœur. Je me redressais alors et pivota pour regarder Maya de mes propres yeux. Était-ce des larmes que je voyais dans ses petits yeux bleus ?

- Je n'ai pas eu besoin de te rencontrer pour avoir à faire à des abrutis.»


Tentais-je alors de rassurer, bien que maladroitement, l'apprentie. Ce n'était pas grâce à mes paroles, mais plutôt grâce à son mental d'acier que la jeune femme se reprit vite, laissant un sourire se pointer sur ses lèvres. A mon tour, je lui souri en approchant d'elle. Redressant mon bras gauche, je me pris à poser ma main sur la joue de l'apprentie, laissant mon pouce caresser légèrement sa peau.

- Ils peuvent tacher ma robe, casser mes talons ou me verser vers verre sur la tête, je rirais d'eux. Ne t'en fais pas pour cela, peut importe les querelles que l'ont peu rencontrer, il en faudra plus pour briser le charme de cette soirée. »


Enfin. Je rirais d'eux, une vois leur avoir cassé les rotules et les avoir mis tellement mal pour qu'ils me supplient d’arrêter. Ca, ca me plaisait bien. Bien que je n'étais pas une bête de musculation et que je n'avais pas la force physique d'un surhomme, il suffisait de savoir viser juste pour faire mouche, tel le Dim mak. Il était étonnant qu'une civilisation telle que la Chine ai connaissance de tout ce savoir. J'en étais admirative, lorsque j'avais appris à travers de nombreux livres à quel point le corps et l'esprit était quelque chose d'important pour eux. Et surtout jusqu'à quel point leur savoir pouvait s'étendre.

Ma main délaissa la joue de l'apprentie pour prendre sa main. J'avais l'arrière de ma robe mouillé, mais peu importait, ca allait sécher. Et grâce à Maya, je n'aurais pas de tâche. Mon corps se pencha légèrement afin de pouvoir déposer un baiser sur la joue de l'apprentie.

- Merci pour ma robe. Tu lui as sauvé une union tardive avec la poubelle..»


Déclarais-je, en étirant un sourire sur mes lèvres. Je pris alors soin d’entraîner Maya à ma suite, hors de question de rester ici. Il était encore tôt et.. Je fi une halte au banquet pour regarder tous les mets. La musique était entraînante, mais à l vu de toutes ces splendeurs, je me devais de faire un arrêt. Relâchant la main de l'apprentie, mes deux mains se placèrent devant moi telle une prière alors que a bouche s'entrouvrit. Tant de beauté ! Je pris un petit four. Puis deux. Tiens, et c'était tellement bon que j'en mis un dans le bec de l'apprentie.

- Sais-tu ce que c'est ? C'est très bon ! J'en reprend un, et si tu veux, on repart sur la piste..»


Mon regard se perdit sur le poisson. Ah et le fruit jaune la bas, planté sur une boulette de viande... Je ne savais où donner de la tête !
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Jeu 16 Avr 2015 - 0:17
À son tour, Maya se laisse entraîner par sa partenaire, silencieusement. Tout en marchant, la tête baissée, elle se pose maintenant des questions, se demandant… pourquoi est-ce qu’elle s’est sentie coupable, responsable de l’accident. La tache l’a beaucoup plus affectée que la porteuse de la robe elle-même… c’est pour cette raison qu’elle a dû prendre les choses en main et être inquiète pour deux personnes à la fois. C’était quasiment une mission de sauvetage… le vêtement ne peut finir aux ordures. Jamais, c’est une option inenvisageable, il faut qu’il y ait une preuve matérielle de la soirée qu’elles vont passer. Il faut que cette robe reste belle et parfaite à jamais. En la regardant, elles pourront se souvenir de cet épisode… mais il n’est pas nécessaire de garder une trace hideuse sur un vêtement pour que des souvenirs ressurgissent. Cette robe, elle pourrait servir à d’autres soirées, d’autres occasions… d’autres évènements, même s’il ne faut pas aller trop vite en besognes.
Son amie n’est pas de cet avis ?
N’imagine-t-elle pas le futur en plus d’apprécier le présent ?

Sur le chemin, dans le couloir, l’adolescente se dit qu’elle aurait peut-être dû… répondre au baiser de Clarke. Qu’elle aurait au moins pu apprécier le moment d’une caresse sur la joue. Elle était tellement tourmentée qu’elle n’a réalisé… qu’après, bien trop tard. Zut. Pas même de petit mot gentil, pas de remerciement, rien. Encore une erreur qui va littéralement plomber son moral et détériorer l’opinion qu’elle a d’elle-même. La voilà entrainée dans une spirale négative… à vouloir à tout prix que tout soit parfait pour cette soirée, elle risque de devenir un cauchemar au moindre petit geste de travers. Maya doit se calmer, se concentrer…
Cette soirée est historique, elle fera partie de sa vie jusqu’à la fin de ses jours alors… faites que cette histoire soit bonne, juste bonne, et que sa conclusion ne soit ni un abandon, ni un rejet ou ni une trahison. Pour une fois.
Hop ! La demoiselle est tirée de ses pensées par un mets qui s’invite dans sa bouche, sans crier gare. Surprise, l’adolescente manque de peu d’avaler le petit four d’une traite et de s’étouffer avec… Sentiment de déjà-vu. La dernière fois, c’était de la gaufre… mais tout comme la dernière fois, Maya ouvre de grands yeux en regardant Clarke, la bouche entrouverte, se demandant… quoi faire, tout simplement. Elle pose finalement une main devant sa bouche, avant de commencer à mâcher et à savourer.

- Fe font des petits fours ! dit-elle avant d’avaler. Ceux-là sont salés, je pense qu’un peu plus tard, ils en serviront des sucrés. fait la gourmande, qui ne va certainement pas se gaver tout de suite pour cette raison. Attention quand même à ne pas trop manger, vous allez avoir mal au ventre en dansant après ! Tourner ou trop bouger accentue le risque !

Et cette sensation de lourdeur au ventre, de point de côté… elle n’y pense pas non plus ! Mais prévenir Clarke de cette façon amuse beaucoup Maya, qui lui lance un sourire malicieux… c’est presque comme si elle la grondait, de façon on ne peut plus mignonne. Qu’elle écoute ou n’en fasse qu’à sa tête : si jamais elle faiblit et cesse de danser, l’adolescente, toute excitée qu’elle est, se promet qu’elle continuera de lui tourner autour. Elle l’empêchera même de quitter la pièce, oui oui ! La Méduse ne se débarrassera pas de son amie si facilement !

En revanche, la musique actuelle est un peu trop excitée pour l’adolescente. À part secouer sa tête et faire voler ses cheveux dans tous les sens, elle peut difficilement effectuer des pas harmonieux là-dessus. Plus qu’à attendre la suivante… ou celle d’après. Ils ont dû lancer la playlist en mode random, voilà qui n’arrange pas les affaires des amoureux de la Saint-Valentin. Il faut des slows, des musiques qui intiment le contact entre les partenaires, quelque chose qui dégage des sentiments et de l’émotion... sans quoi… non, la soirée serait très bien tout de même, elles trouveraient un autre lieu pour s’amuser.
Une piscine par exemple.

- Ne bougez pas, je prends quelques photos souvenir !
Et puisqu’il faut patienter, autant patienter activement. Armée de son téléphone, Maya lance son appli et commence à capturer des images de sa partenaire. Clarke se sert devant une table remplie de mets appétissants. Clarke ouvre la bouche pour y glisser un petit four en regardant dans sa direction. Clarke pas très à l’aise en train de mâcher. Clarke, de face, en robe de soirée. Magnifique : elle est le modèle et le mannequin idéal, prenant des expressions craquantes le plus naturellement au monde ! Maya sautille sur place en collant son portable contre elle et en tirant la langue. Dans quelques secondes, la Méduse recevra les clichés. L’adolescente partagera tout ce soir, absolument tout.

Nouvelle musique douce.
Maya se précipite sur la piste pour danser… seule… mais regardant et intimant sa partenaire de la rejoindre. Elle danse pour Clarke, elle se donne à fond, rien que pour ses yeux. Les soirées va être longue, la soirée va être belle… et sans plus aucun incident maintenant : l’adolescente veille au grain et évitera tous les autres couples.
Dans deux ou trois chansons… pendant la pause… ce sera la distribution de cadeaux ! Oui, ce sera le moment idéal.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Jeu 16 Avr 2015 - 23:03



Juste une danse avant le bain de minuit



Si cela ne tenait qu'à moi, j'aurais probablement passé ma soirée autour du buffet. En fait pire, j'aurais quémandé de l'aide à une anodine personne, puis, sans savoir ce que je voulais en faire, celle-ci aurait été contrainte de m'aider à déplacer la table. Ainsi, j'aurais pu passer la soirée à goûter toute ces choses. Je préférais largement m'empiffrer que d'avoir à supporter tous ces gens. Même si dans le fond, j'étais résignée et que je m'étais fait une raison, si on pouvait choisir, j'éviterais tout contact avec ses apprentis-dieux. Exception pour l'apprentie déesse aux cheveux bleus. De toutes manières, j'étais bel et bien incapable de la repousser. Je ne m'en sentais pas la force.

Petit met dans le bec,elle tenta d'articuler quelque chose, pour m'expliquer ce que c'était. Des petits fours. C'était donc le no de ces adorables petites choses, très bien. Et peut-importe les aliments et leurs noms qui étaient dedans, je trouvais cela très bon. Maya me déconseilla d'en manger beaucoup, et elle n'avait pas tord. Que ferais-je si en plus, d'un coup, j'étais prise de coliques gastriques ? Quelle horreur. Même en étant des académiciens, avec plus ou moins l'éternité devant nous, nous pouvions subir ce genre de chose, visiblement. Mais bon. J'haussais les épaules comme résignée et approchais le dernier petit four de ma récolte près de mes lèvres.

- Je l'avais touché.. Je ne pouvais plus le reposer !»


Déplorais-je, sur un air faussement coupable. Clignement de paupières. A peine étais-je en train d'engouffrer le petit four dans mon bac que j'entendis le bruit sourd d'un appareil du diable. Maya avait dégainé d'on ne sait où, un téléphone. Moi-même j'avais tenté de dissimuler cette affreuse chose sur moi, pour le garder au cas où, mais je n'avais pas trouvé d'endroit, de poche pour l'y placer. Une robe avec des poches, c'était chose rare. Enfin, pour les robes de soirées, évidement. Bombardement. J'avais beau tenté de paraître le plus naturel possible, je me sentais observée, prise en cliché.. Victime de mon succès ? Seule Maya me tournait autour pour faire des photo.Déglutit. Avale. Je pris un autre verre que je vidais d'une traite. Je n'en profitais pas non, il fallait seulement que je me change les esprit, car celui-ci divaguait. Il me dictait des choses étrange qui ne me ressemblaient tellement pas que cela de venait vraiment bizarre. Rejoindre l'apprentie, la prendre dans mes bras, sentir sous mes doigts le contact de sa peau.. Dos à la piste, j'entendis seulement les petites chaussures de l'académicienne s'éloigner. Verre désormais vide, je le gardais néanmoins en main tout en pivotant vers la piste ou Maya avait filé. Elle dansait déjà. Elle ne perdait vraiment pas de temps ! Son engouement me fit sourire. Reposant le verre sur la table, je me résignais. Plus de banquet, on t'attend là bas. Et je ne me voyais guère arriver au milieu de la piste, assiette à demie remplie avec des petits fours tout en remuant comme Maya.

Esquivant deux trois personnes qui dansaient un peu n'importe où, je parvins à rejoindre l'apprentie sur la piste. Je n'avais plus ni boissons, ni nourriture. Seulement l'apprentie. La seule "chose" que je ne pouvais avoir, à contrario avec ce qui se trouvait sur les tables. Un appétit qui ne pouvait être assouvi.

-Ou as-tu appris à danser aussi gracieusement ? »


Questionnais-je, tout en remuant légèrement à mon tour, face à l'apprentie. C'était le même principe que tout à l'heure. Se concentrer, percevoir les sons, les vibrations et les re-transmettre avec nos corps pour traduire tout ceci. La première chanson passe, me laissant la liberté de m'approcher, d'effleurer, de regarder l'académicienne. Je pris sa main par la suite, l'obligeant à danser en duo avec moi. Il nous arrivait de nous écarter, de se ravancer. Mais dans la plupart des cas, nous finissions par nous retrouver. Ce qui en soit ne me déplaisait pas.

Il me semblait étrange, de ne pas avoir rencontré l'apprentie plus tôt. Je me demande comment cela se serait passé. Peut-être aurais-je refuser l'offre des renégats ? Même si j'en doutais un peu, probablement l'apprentie aurait-elle apaiser mon coeur et peut-être orienter sur une autre voie, celle de la rédemption et du pardon. Au lieu de quoi j'étais désormais tiraillé entre les deux.

- Depuis combien de temps es-tu à l'académie ?»


Questionnais-je entre deux mouvements ou nous étions collées, avant de nous séparer de nouveau pour nous faire face.

© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Sam 18 Avr 2015 - 0:14
Alors que Clarke approche, Maya est aux anges. Elle est parvenue à se vider la tête de toutes ces idées noires et peut se remettre à danser en toute décontraction. Et à chaque fois qu’elle touche ou entre en contact avec sa partenaire, tous ses soucis donnent l’impression de s’envoler. Pourquoi l’adolescente danse-t-elle avec autant de grâce et d’agilité ? Parce qu’elle… est avec Clarke, bien sûr. Elle se sent pousser des ailes.

- Je ne danse pas spécialement gracieusement… je… suis gracieuse. répond-elle, un peu gênée de s’autocomplimenter. Dans tous mes gestes, je peux l’être. Mon corps est souple, je peux en faire pratiquement ce que je veux… pas jusqu’à la contorsion extrême, mais pas mal tout de même. J’ai été entraînée pour ça, et je continue puisque c’est mon atout : bouger. L’agilité. Mais vous n’êtes pas mal non plus, il ne vous manque pas grand-chose !

Il y a également un lien avec sa propre mort, mais elle ne l’abordera pas… c’est hors sujet, totalement inadapté à la conversation et à la situation. Maya préfère plutôt regarder Clarke se trémousser, de mieux en mieux au fur et à mesure que les musiques défilent et s’enchaînent, toutes ayant des styles plus imprévisibles les unes que les autres. Ce qu’elle est… captivante, hypnotisante. Plus le temps passe et plus Maya se laisse faire, se laisse entraîner par les pas et les mouvements de sa partenaire qui lui dictent ce qu’elle doit faire. Avancer, reculer, se coller… l’adolescente apprécie énormément être contrôlée et manipulée de la sorte. Elle essaye de devenir l’objet de danse de Clarke, tout en gardant quelques surprises dans ses pas, quelques gestes osés ou petits accidents délibérés…
Le divertissement et la complicité avant tout !

- Je suis arrivée il y a un peu plus de 2 ans, avec une longue pause au milieu. N’essayez pas de comprendre ce que je veux dire par « pause »… je n’étais juste plus à l’académie, je vivais différemment.

Difficile d’échapper à quelqu’un, qui plus est membre du conseil, quand on reste à l’Académie. La fuite, le temps que les choses se calment, c’était la meilleure chose à faire… et finalement, elle n’est pas partie autant de temps que ça… ou plutôt, ça ne lui a pas paru si long. Plus aucun dieu ne l’attendait… et ça n’a dérangé personne.
Les titres défilent à une vitesse affolante. Lancées et concentrées sur leurs pas, les deux femmes ne voient pas le temps passer. 22 heures. 22 heures 30. 22 heures 50. En sueur, mais toujours aussi rayonnante de bonheur, Maya finit par abandonner la piste de danse pour prendre une pause. Elle est plus en forme que jamais, prête à passer encore plusieurs heures ici si on le lui permet ! C’est aussi agréable qu’une séance de sports, étreintes affectueuses en plus. À ce train-là, elle n’est même plus capable de quantifier l’immense satisfaction et bonheur qu’elle ressent.
C’est ça… c’est elle, c’est Clarke… et ce sera tous les jours pour toute la vie.
L’élue de son cœur.

Maya prend une coupe et boit pour s’hydrater un peu. Le goût est toujours aussi affreux, mais elle fera avec. Alors qu’elle retourne près du sac qui contient toutes les armes matérialisées pour Clarke, elle aperçoit Yanina, au loin, seule, effectuant quelques mouvements de danse dans son coin. Une vision qui fait peine à voir… mais… il lui reste encore du temps pour se décoincer et se lancer dans l’aventure pour de vrai. Maya a confiance, il faut qu’elle ait confiance en son amie et camarade de chambre, aller vers elle maintenant serait une preuve d’échec. Courage.
Courant vers Clarke pour la rejoindre, Maya tend vers elle ses deux mains fermées, collée l’une à l’autre. Elle cache quelque chose à l’intérieur… chose qu’elle dévoile rapidement en souriant.

- Tada ! Voici votre premier cadeau pour vous remercier !
Une barrette à cheveux avec un cœur bien rouge pour décoration. Exactement identique à celle que Maya porte en ce moment… Clarke l’aura sûrement remarqué. Tout en gardant la barrette dans sa main, l’adolescente saisit le poignet de sa partenaire et l’entraîne ensuite vers le sac pour lui présenter les armes qu’elle a matérialisées pour elle. Pourquoi l’a-t-elle fait déjà ? Parce qu’elle a défié Clarke… et parce qu’elle a perdu, c’est vrai. Mais la Méduse ne s’attendait peut-être pas à se retrouver devant un sac rempli d’armes… au départ, il ne devait y en avoir qu’une. Finalement, ce sont plusieurs versions de l’épée de Persée qui lui sont présentées… avec, dans le tas, la réplique parfaite de l’épée légendaire, Maya l’espère.

- Et voilà pour l’épée de Persée ! fait-elle, fière. Choisissez, prenez celles que vous voulez, je ne sais pas à quoi elle ressemble pour de vrai… c’est pour ça qu’il y en a plusieurs versions. Mais vous, vous devez vous… en… rappeler…

Maya se rend compte que… l’épée plombe peut-être un peu l’ambiance chaleureuse qui s’était installée. Un cadeau, certes… mais pas un cadeau très amusant, pas un cadeau qui émerveille ou qui fait vraiment plaisir. L’épée qui l’a décapitée… comme souvenir impérissable, on a déjà vu mieux.
L’adolescente troque son sourire contre une grimace un peu gênée.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Sam 18 Avr 2015 - 18:10



Juste une danse avant le bain de minuit



"Vivre différemment" ? Ces paroles là m'intriguèrent. Comment pouvait-on vivre différemment ? Peut-être avait-elle vécue exclue de l'académie suite à la trahison de son père ? Ou parmi les humains, car elle n'avait probablement pas supporter sa propre mort... Cette idée me paraissait folle, car il me semblait que sous un certain niveau, les humains ne pouvaient nous percevoir. Comment vouloir vivre auprès de ceux que l'on aime lorsque ceux-ci ne peuvent nous voir et font le deuil de notre mort ? Ces deux hypothèses ne me plaisaient pas des masses, et pourtant elles semblaient réalistes. Cette idée ternit légèrement mon humeur, mais très vide je pus mettre ses pensées de côté, en voyant l'apprentie sourire tout en continuant sa danse.

J n'en peux plus. Mes talons me donnent mal aux pieds. Je suis fatiguées. J'ai l'impression de transpirer horriblement. Je suis rouillée, une grand mère. Qui aurait cru que la danse essoufflais autant ? Pourtant je reste. C'est une question de volonté surtout, car je veux être auprès de l'apprentie -et pas passer pour une feignante-. Maya cesse de danser, elle aussi à bout de souffle. J'attendis qu'elle se détourne de moi pour m’arrêter et tirer une mine d'épouvante. J'avais tellement mal au pied que je soupçonnais mes chaussures d'être infestées de ptits monstres. A peine l'apprentie avait-elle tournée la tête que j'avais arrêté de danser pour reposer mes deux pieds. Un jeune homme passa à côté de moi, deux verres en main.J e stoppais alors, pris dans l'une de ses mains une coupe de champagne et la bu d'une traite. Cul sac. Puis lui remis dans les mains dans un hochement de tête. Le jeune homme paru dépité , puis dans un soupire, reprit sa marche. Si je m'écoutais, j’enlèverais tout de suite ces horribles chaussures hautes et les jetterais dans la poubelle. Ou sur l'abruti qui avait renversé son verre sur moi tout à l'heure.

Tournant la tête comme l'apprentie, je vis sa colocataire danser la bas. Mais elle ne semblait pas seule car déjà, un grand garçon aux cheveux blonds lui apportait un verre. A tiens, n'était ce pas ce cher jeune homme que je venais de détrousser ? Quel succès. Haussement d'épaule. Je n'allais pas la plaindre d'être si bien entourée.

L'académicienne semble avoir trouvé quelque chose.. Je me redressais alors, faisant mine de continuer à danser. Elle revenait déjà vers moi. Je lui souris, en faisant semblant d’arrêter seulement maintenant de danser. "premier cadeau" ? Il doit y en avoir plusieurs ? Je me sentais un peu mal, j'en avais qu'un pour elle. Enfin non, deux, mais le 2e était immatérielle.

Voyant la petite barrette, un sourire s'étira sur mes lèvres. C'était tout à fait adorable. Mais je n'eus pas le temps de la regarder plus que Maya m’entraîna à sa suite vers les affaires que nous avions laissé un peu plus tôt. Un gros sac s'y trouvait. Dire que je n'y avait pas fait attention... Clignant des yeux, mon regard se posa sur les kopis qui remplissaient le sac. Abasourdie, je m'accroupie devant, tentant de garder l'équilibre et regarda les manches , puis les lames... Un vrai travail d'orfèvre... Que ferais-je de plusieurs lames ? Une seule me semblait bien. Et étonnement, je la tenais dans mes mains. Je n'avais pas besoin de toutes les détailler, je la reconnaissais.

- Ton don est tellement exceptionnel ..»


Déclarais-je, en ne quittant la lame des yeux. J'avais par ailleurs un kopis, en guise d'arme. Et le poids et la forme me semblaient similaires.

-Ça a du te prendre un temps fou et beaucoup d'énergie... »


Je me sentais presque coupable , en regardant les autres armes. Avec un peu de mal (car se remettre debout fut une cruelle épreuve), je parvins à me remettre face à l'apprentie. Déposant l'arme sur le côté pour libérer mes deux mains, je pris celles de l'apprentie, en prenant garde à ne pas faire tomber la barrette.

- Cela peut te paraître glauque, mais c'est un merveilleux cadeau.»


Mon sourire se n’effaça pas, tandis que je relâchais les mains de l'apprentie pour prendre dans mon sac -car oui, j'en avais apporté un en début de soirée, que j'avais acheté hier-, un petit paquet cylindrique. Dedans y était emballé un bracelet fin en argent, monté de petite pierre de jade. J'avais hésité avec un bracelet plus gros, orné de motifs types égyptiens avec une grosse pierre d’œil du tigre, mais je trouvais cela trop énorme pour Maya, ca ne convenait pas tellement d'après moi. Enfin, je l'avais trouvé hier, sur le petit marché. Ce n'était pas grand chose en soit, mais j'avais eu un coup de cœur pour lui, tout comme pour l'apprentie.

- Tiens. Comme cela, tu auras un souvenir de ta première cuite.»


Affirmais-je en rigolant. Même si je ne comptais pas la faire picoler, mais j'avais lu quelque part que les japonais ne tenaient pas bien l'alcool ! ..

© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Lun 20 Avr 2015 - 23:51



Son amie n’a pas hésité : la première épée était la bonne. C’est également une des premières que Maya ait matérialisées… et forcément, à ses yeux, ce n’était pas la meilleure. Ce choix trop rapide soulève certaines interrogations dans son esprit, même si l’adolescente se force à ne pas y voir quelque chose de négatif : est-ce que Clarke se souvient vraiment de l’épée de Persée ? Est-ce devenu flou avec le temps… ? Ou encore, a-t-elle choisi une arme au hasard, se sentant obligée de fouiller ces déchets alors qu’aucune lame ne correspondait vraiment à ce qu’elle attendait ? Pour ne pas vexer l’apprentie… l’un comme les autres, elle l’a mal fait, Maya n’ayant pas été capable de voir le bonheur illuminer son visage… comme elle s’y serrait attendue.
La barrette lui a fait plus plaisir que le kopis.
Maya peut se consoler de cette manière, en se disant qu’elle a bien fait d’acheter ces mignonnes petites décorations… sans quoi…

La petite femme s’incline légèrement en avant pour remercier Clarke de ses remerciements, puis elle la voit s’accroupir près d’un autre sac, le sien sans doute. À son tour, elle se met à fouiller dans ses affaires pour trouver quelque chose… mais quoi ? Un paquet, qu’elle tend sans hésiter à Maya, un sourire aux lèvres. Un souvenir de sa première cuite ? L’adolescente lui rend son sourire, tendant à son tour la main pour attraper le cadeau… et… finalement, elle bloque, juste après l’avoir saisi et commencé à le palper sous ses doigts. Elle observe le paquet, elle le retourne… puis elle regarde Clarke, hésitante.

- C’est… pour moi ? Je peux l’ouvrir ?
Tension. Le paquet en main, elle hésite à l’ouvrir. Maya ne se souvient pas avoir déjà reçu de cadeau de la part d’un membre de la communauté divine. Quelques babioles par-ci par-là, bien sûr, mais jamais quoi que ce soit de… vraiment sérieux. Elle déglutit, alors que son cœur se met à battre plus fort, plus vite. Il n’y a pas de quoi, ce n’est qu’un « souvenir de sa première cuite », une autre babiole amusante, rien de plus. Alors elle ouvre, dévoilant la seconde protection, du papier qu’elle écarte doucement… pour découvrir un coussin, sur lequel est déposé le bracelet argenté. Elle cligne des yeux, regarde Clarke… regarde le bijou. Tremblotante, elle le touche du bout des doigts, puis le prend dans sa main et le pose sur son poignet gauche. Elle le défait pour le passer autour de son bras… en commençant à grimacer.
Elle ne peut pas se retenir.
Tout en tentant de le refermer autour de son poignet, Maya se met à verser des larmes. Ce n’est certainement pas la réaction attendue par Clarke… mais le voilà, l’effet de l’alcool : des émotions encore plus explosives. La Maya faible et fragile ? La vraie Maya, celle qui d’habitude, intériorise tous les sentiments les plus importants pour n’afficher que des sourires de surface ? Rapidement, malgré les difficultés, la boucle est close, scellée, et l’adolescente peut contempler le bracelet d’argent, le tourner, l’admirer… lui et sa pierre de jade ornent le bras de Maya pour le restant de ses jours.

- Merci… c’est magnifique… Vous êtes la meilleure chose qui soit… la meilleure personne au monde… la plus gentille… la plus parfaite à mes yeux… Vous êtes…

Ses remerciements sont ponctués de reniflements : la pauvre femme ne peut contrôler ses émotions. Elle craque, et finit par éclater en sanglots, en passant ses bras autour du cou de sa partenaire pour l’enlacer. C’était trop de pression d’un coup… et ça l’est toujours trop. Elle la serre fort. En fond, la mélodie n’aide pas à la calmer. Maya pleure, mais pas de tristesse. Elle n’a peur de rien, n’a aucun chagrin, aucune douleur… elle n’est qu’un flot de bonheur, qu’une fille débordante de gratitude. Le cadeau n’est qu’un déclencheur, le fait qu’elle l’accepte et le porte immédiatement est un engagement. « Je te garderai toujours autour de moi, de mon poignet… il… tu es celle qui guidera ma main ». Une barrette dans les cheveux ? Non, un bracelet que l’on peut porter, voir et admirer de tout temps, en tous lieux. Le bracelet qu’elle portera pour elle, mais aussi pour celle qui le lui aura offert… pour toutes les deux.
Dehors, une explosion.
Le début du feu d’artifice, une fusée qui a produit une lumière dorée. Terminant son étreinte pour tourner ses yeux larmoyants vers le balcon, l’adolescente admire quelques autres fusées s’élever dans l’air, exploser, et scintiller. Maya scintille-t-elle aussi, après l’explosion de ses sanglots ? Est-elle belle, une chose que l’on admire, ou une chose qui nous rebute, que l’on repousse ? N’est-elle qu’une fusée bruyante parmi les autres, ou unique, un éclat brillant dans le ciel sombre de l’Académie ?

- Vous… vous m’accordez une dernière danse… pour ce soir ?

Avec douceur, elle lui prend la main, et sans lui montrer son visage, elle l’entraîne vers les balcons. Là, dehors, la fraîcheur s’est levée… mais la nuit est illuminée par ces fusées colorées, réchauffée par ces danses rythmées, ces corps enlacés. Maya et Clarke sont à nouveau collées. La Méduse n’aurait plus idée de la repousser désormais… elles ont fait du chemin depuis ce jour… si proche, et pourtant si loin.
Dansent-elles ou s’étreignent-elles ?
La danse n’est qu’un prétexte à l’étreinte. Cette chaleur, cette douceur, la beauté et l’affection de ce geste. Que manque-t-il à la scène ? Plus rien maintenant. L’émotion a cédé sa place à la tranquillité. Tout est paisible autour d’elles… et en elles, malgré les larmes. Maya se sent en phase, en harmonie avec Clarke. Elle redresse sa tête, et plonge son regard dans le sien. Ses yeux ont beau être rougis… son visage a beau être touché… elle lui sourit, puis grimace en se mettant à pleurer de plus belle.

Elle l’aime, ce bracelet.
Pour tout ce qu’il est.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Mer 22 Avr 2015 - 1:40



Juste une danse avant le bain de minuit



Était-ce l'alcool ou bien un trop plein d'émotion ..? Je ne faisais pas beaucoup de cadeau, de mon temps. Ils se résumaient par un tête ou un doigts a offrir à l'une de mes soeurs où à la famille de la victime. Disons que nous tenions à l'époque à rendre des coups à ceux qui nous faisais subir leur railleries. Quoi qu'il en soit, mis à part ce genre de cadeau un peu glauque, nous n'étions pas trop dans ce penchant là. Enfin. En Grèce, fêter son anniversaire était censé protéger des démons; On s'assurait de la sécurité de la personne pour l'année à venir par le biais de cette pratique. C'était censé faire plaisir aussi, me semble-t-il. Mais la réaction sur le visage de l'apprentie.. Elle semblait si.. Surprise ? Puis désireuse de l'ouvrir. Sa réaction me fit d'autant plus sourire. Était-ce une chose si rare à cette époque ? Ou bien Maya n'avait-elle pas .. Mon regard s'assombrit légèrement, sur l'instant. Ses paroles me revenait, concernant son père et le comportement des académiciens envers elle. Evidemment que non, elle n'était pas couverte de cadeau. Même en ces jours particuliers comme les anniversaires ?

Dodelinant de la tête, mon regard ne se détachait pas de l'apprentie. Elle.. Pleurait-elle ? Mes cils papillonnèrent, sans comprendre. Mon cadeau ne lui plaisait pas ? C'est pour ça qu'elle faisait cette petite mine, mais n'osait pas le dire ? Non , non. Sinon elle le mettrait pas à son poignet. Alors pourquoi semblait-elle si triste et contente à la fois ? J'ouvris la bouche pour la question, pour comprendre, mais elle me devança. Toutes ses paroles me rassurèrent, dans un sens, même si elles n'étaient, hélas pas tellement un reflet réel de ma personne. Mais allais-je la contredire ?

Je fis un pas vers l'apprentie, pour la prendre dans mes bras, mais là encore, elle me devance. Mmes deux bras se refermèrent alors sous ceux de l'académicienne . Contre moi, je peux sentir ses sanglots. Je n'aurais sur dire si mon cœur se serrait à cause de ses larmes ou par plaisir. Cette fois, ce fut à mon tour d'avoir une réaction étrange. Sursaut. Redressant la tête, mon regard se tourne également vers les fenêtres d'où on peut voir l'extérieur. Qu'était-ce que cette malédiction ? Mes pupilles se rétractèrent, sur l'instant, comme si une chose agressive me dérangeait. Pourtant j'étais la seule à être sur la défensive, car Maya ne semblait pas y porter grand intérêt. Au contraire, elle m’amène plus prêt, sur un balcon. Docile, je suis l'académicienne en tentant de marcher droit, pour ne pas trahir l'horreur de mes chaussures.

Levant légèrement la tête, j'observais le ciel empli de ces étranges lumières bruyantes. L'académicienne ne s'en méfie pas, alors elles ne doivent pas être dangereuses.. Maya en profite pour se blottir de nouveau contre moi, chose pas désagréable. A mon tour, j’enserre de nouveau son corps, mais au niveau de la taille.

- Est-ce un tour de passe passe d'un alchimiste ?»


Questionnais-je en relevant la tête pour regarder le brouha environnant. Mais pas de réponse, seulement le regard de l'apprentie embué de larmes. Je ne savais quoi faire, réellement. Je comptais lui offrir mon second "cadeau" plus tard dans la soirée, mais là, devant cet air aussi adorable... Délaissant sa taille, mes deux mains se posèrent de chaque côtés de son visages, au niveau des joues de l'apprentie. Ainsi, je pouvais essuyer de mon pouce, les larmes qui coulaient sur ses joues.

Entre deux éclats de "fusée", je laisse parler mes envies, en me penchant sur l'apprentie et en lui volant un baiser. Comme ça, l'air de rien. Pas de baiser langoureux avec la langue ou je ne sais quelle pratique, un simple baiser, comme au ralenti. La musique s’achève. Détachant mes lèvres de l'apprentie, mes paupières s'ouvrent de nouveau, observant la jeune femme. Je ne lui demandais pas de me rendre la pareille, juste j'avais eu envie, sur l'instant. En espérant que sa drôle de copine de chambre soit occupée avec blacko ou blondi.

- Je dois m'en excuser, ou tu n'es pas choquée de cette pratique ? »


Je savais, de part ce que j'en avais lu, que dans cette époque dite "moderne", que "l'homosexualité" -terme utilisé sur cette époque également- était une pratique qui se rependait, mais qui était encore peu admise. Pour moi qui n'avait pas connu cette guerre des sexes, je trouvais que nous avions fait un léger bon en arrière

© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke] - Mer 22 Avr 2015 - 20:35
Émue jusqu’aux larmes, Maya a préféré rester collée à Clarke plutôt que s’enfuir. Est-ce un nouveau cadeau de sa part pour la remercier ou est-ce que, malgré elle, l’adolescente oblige sa partenaire à endurer cette vision d’horreur… difficile à gérer ? La situation, les émotions entraînent-elles ce qui se passe ensuite ?

La Méduse pose ses mains sur les joues de l’adolescente, qui baisse les yeux. Il ne faut pas toucher aux larmes, ne pas essayer de les sécher… ou ses divines mains s’en trouveront souillées. Mais le message est on ne peut plus clair : il faut se calmer, cesser de pleurer. Prendre une bonne inspiration, respirer lentement et profondément… jusqu’à ce que le visage de sa partenaire s’approche, et que ses lèvres touchent les siennes.
Embrassée, Maya ferme les yeux et se fige.
Cette sensation, cette émotion, ce sentiment remonte à la surface alors qu’elles se quittent et rouvrent les yeux. Maya n’est ni rougissante, ni gênée, ni grimaçante… mais étonnamment calme. Clarke l’est aussi. Est-ce que ce type de baiser avait la même signification, dans la Grèce Antique ? Et de quelle pratique sa partenaire parle-t-elle ? S’il s’agit de s’embrasser impunément à la vue de tous, de montrer tout l’amour que l’on porte pour une autre personne ou le fait de sceller une relation et d’embrasser une fille sans le lui demander avant… alors non, l’adolescente n’est pas choquée, au contraire.
Alors qu’elles se regardent et que Clarke attend sans doute une réponse, Maya se met sur la pointe des pieds et lui rend le baiser. Celui-ci est plus rapide, plus déterminé, mais pas moins doux que le premier.

- Je suis choquée de ne pas avoir tenté ma chance moi-même plus tôt. Depuis hier… voire avant… mais j’attendais peut-être cette soirée. Cette soirée inoubliable pour me lancer…

Surtout, elle ne savait pas comment réagirait Clarke. Premièrement, c’est une adulte qui a vécu, que Maya vouvoie sans cesse parce qu’elle a du respect pour son aînée… difficile de faire le premier pas face à une femme mûre qui vous prend peut-être pour un bébé. Deuxièmement, et elle l’a découvert bien assez vite, cette femme était la Méduse des temps anciens, une créature légendaire qui n’aurait pas eu de temps à perdre avec l’humaine du XXIe siècle la plus banale qui soit. Troisièmement, cette rechignance qu’elle avait à se laisser toucher… Maya n’imaginait même pas ce qui se passerait si elle l’embrassait. Elle n’avait pas peur de se prendre des coups, elle les aurait encaissés avec plaisir, mais toucher quelqu’un qui ne veut pas être touché… commencer une relation sur cette base aurait été une cause perdue d’avance. Dernièrement, et non des moindres : la haine des autres envers le couple. Imaginer être avec Maya… c’est…

- Je peux nous prendre en photo ? Je ne compte pas vous lâcher, plus jamais maintenant… mais il nous faut des souvenirs du premier jour. J’adorerai les regarder avec vous, tous les jours et pour… énormément d’années.

À son tour, elle s’est essuyé les yeux avant de ressortir son téléphone de sous sa tunique. Pour cela, elle a dû lâcher Clarke le temps de sélectionner l’application… mais elle repasse un bras par-dessus son cou et pose sa tête sur son épaule bien assez tôt. Cette fois, elles sont côte à côte et font toutes les deux face au petit appareil du diable que Maya éloigne d’elles en tendant le bras. Sur le petit écran, elles peuvent voir leur bouille souriante, alors que derrière elles, au loin, le feu d’artifice s’excite une dernière fois. Clic ! Maya s’essuie rapidement les yeux, passe sa main sur ses joues pour tenter de se détendre, puis reprend quelques autres photos, toujours plus belles, toujours plus réussies, chargées d’émotions. Elle n’oublie pas de parler, de commenter, de s’esclaffer pour les faire rire toutes les deux. Pour la dernière photo, elle tourne la tête vers Clarke, la regarde amoureusement, puis l’embrasse tendrement pour la troisième fois.

- Grâce à vous… je vis la plus belle soirée de toute ma vie.
Pour cette dernière, ce n’était pas une photo… mais une courte vidéo. Des mouvements et du son, c’est encore plus réel que le reste. Elle pourra se la passer en boucle, quand quelque chose n’ira pas… mais tout ira toujours bien maintenant.
Après avoir partagé ces données et rangé son appareil, Maya saisit la main de sa bien-aimée, la caresse un peu, puis elle la pose sur sa poitrine, pour qu’elle puisse écouter les battements de son cœur. Réguliers, calmes, détendus, tout autant qu’elle.

- Je… je vous…

Elle sursaute alors qu’une musique sauvage et bruyante vient de débuter. D’abord embarrassée, Maya finit par pouffer de rire, amusée de cette interruption. Le feu d’artifice est terminé, mais pas la soirée ! Si elles veulent continuer de danser, il leur reste trois heures devant elles. Si elles veulent se sustenter, ils ont apporté les desserts sur les tables du banquet. Et si elles veulent autre chose, se diriger vers un nouveau lieu pour plus d’intimité…
Maya regarde Clarke avec un grand sourire, enfin véritablement retrouvé.
Son sourire gourmand.
[Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke]
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke]
» Event de la Saint Valentin : Pokémon Go !
» [Terminé][Piscine] [Event St-Valentin] "La vie n'est que des choix: continuer son chemin ou plonger" [Fletcher Salir/Aël T. Demareck]
» Les cries aveugles et les larmes sourdes d'une enfant [Cassie]
» Event IV.2 : Dernière étape avant le bûcher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Salles de cours-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page