Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya]

Aller à la page : Précédent  1, 2
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Mer 25 Mar 2015 - 22:04


Comme convenu, rien ne se passe comme prévu.
Maya pousse une exclamation surprise quand elle se fait contrer, avant même d’avoir pu capturer la Méduse. Elle ne s’attendait définitivement pas à être repoussée si vite et avec autant d’énergie. Clarke enchaîne alors avec un coup agressif qu’elle stoppe heureusement avant qu’il n’atteigne sa cible. Frapper avec la paume… la technique des cinq points et la paume qui font exploser le cœur ? L’adolescente regarde un peu trop de films et de séries TV… mais c’est peut-être une variante que son amie allait utiliser par réflexe pour se défendre. En deux coups, c’était terminé…
Regardant cette paume à deux centimètres d’elle… Maya déglutit et relève les yeux, très hésitante… donnant presque l’air d’un chien abattu. C’était couru d’avance : on n’attaque pas dans le dos quelqu’un qui peut transformer en pierre d’un simple regard… à force, elle doit avoir l’habitude, et même être plus efficace dans cette configuration. Bon… alors, la petite joueuse pas bien maligne le saura pour la prochaine fois… et par la même occasion, elle saura qu’il ne faut pas essayer de toucher Clarke ni la serrer dans ses bras… elle doit vraiment détester ça au plus haut point pour réagir de cette façon.


L’action suivante lui donne peut-être tort : Clarke la prend dans ses bras. Mais c’est pour la rassurer, pas par gaieté de cœur. Maya ne fait rien, ne répond pas à l’enlacement, laissant ses bras pendre le long de son corps. C’était pourtant l’occasion d’offrir un peu d’amour… mais elle n’y arrive pas. Elle ne veut pas être hypocrite. Son amie s’excuse, puis la lâche, et tente de la rassurer, de la faire sourire… de lui faire oublier ce qu’elle a failli lui infliger. Et l’adolescente ne tergiverse pas, lui donnant exactement ce qu’elle veut, le plus naturellement du monde.

- Ce n’est pas grave, ce n’est rien, tout va bien. Mais n’y allez pas par quatre chemins, dites-moi les choses en face telles qu’elles sont, ce sera beaucoup plus facile : vous n’aimez pas ça, qu’on vous touche, c’est ça ? J’ai bien noté le message, je ne recommencerai plus, pas de souci !

C’est une remarque tout à fait sérieuse qu’elle prononce sur un ton humoristique, elle aussi. La vérité, c’est qu’elle n’a effectivement pas l’intention d’essayer de la toucher à nouveau dans le futur… en tout cas pas tant que Clarke ne le lui aura pas expressément autorisé. Et elle n’essayera pas non plus de lui demander, elle se le promet. À ce stade, ce n’est pas la peur du danger qui la taraude, c’est la peur que l’autre lui fasse du mal sans le vouloir… et qu’elle s’en veuille pour ça.


Mais zut… ses câlins sont pourtant agréables. Elle enlace bien, c’est indéniable… alors… pourquoi est-ce qu’elle n’aimerait pas qu’on la touche ? Ce n’est pas possible, elle a dû s’entraîner et pratiquer énormément pour en arriver à ce résultat… Comment ne pourrait-elle pas aimer ?
Du coup, Maya ne sait plus.

- Oui, il faut être honnête. Comme moi, je me dois d’être honnête envers vous… alors… je dois vous avouer quelque chose… je…

Elle met ses mains derrière son dos, tourne la tête sur le côté et baisse les yeux. Elle se mord la lèvre inférieure, hésitant énormément. Va-t-elle avoir le courage d’être honnête ? Le courage d’avouer ?

- Qu’on se le dise, je suis sûrement très bonne en ragoût !

Et elle lui balance une balle en mousse très légère en pleine figure avant de s’enfuir… balle qu’elle vient de dessiner et matérialiser dans son dos en quelques secondes à peine. La course ne dure pas plus d’une dizaine de mètres, histoire de pouvoir être rattrapée et… le cas échéant, être à nouveau enlacée ? Ou touchée, ce serait suffisant, elle n’en a jamais assez. Mais pas être mise au ragoût, non !
Il y a un monstre qui a déjà tenté… une Bulette qui l’a effectivement avalée toute crue… et cette pauvre créature s’est retrouvée éventrée. Pas de la main de Maya, mais de celle d’une professeur qui passait par là. Le résultat est là : tous ceux qui ont essayé de la manger sont morts dans d’atroces souffrances ! Madame Clarke devrait faire attention à ce détail non négligeable, tout à fait troublant !
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Jeu 26 Mar 2015 - 23:07



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Il lui avait suffit d'un regard pour me faire comprendre que j'avais gaffé. Elle avait beau sourire, ses paroles avaient beau paraître un temps soit peu honnêtes ou rassurantes, rien n'y faisait. Ce n'était pas tellement que je n’appréciais pas le fait que l'on me touche seulement... Certains réflexes témoignaient de ma méfiance envers les humains et les dieux. Me justifier vis à vis de cela ? Je ne voulais pas paraître telle une victime, je ne voulais pas qu'elle ai pitié de moi.. Elle semblait en rire mais cela me paraissait .. étrange. Elle semblait apprécier les contacts avec les autres, alors le fait que je la repousse aurait probablement dû la froisser, même quelque peu ? Je fis la moue, alors que la jeune femme repris la parole. Être honnête avec moi ? Pour une raison fort étrange que je ne semblait saisir, les battements de mon cœur accélérèrent. Comme si tout d'un coup, mon fort intérieur s'attendait à quelque chose, à certaines paroles touchantes... Maya semblait gênée... ? Je déglutis. Mais il fallait que je l’arrête. En fait, je savais parfaitement pourquoi ces mots me donnaient le tournis. Pourquoi son étreinte me paraissait si apaisante. Pourquoi mon cœur s'emballait de cette manière aussi étrange lorsque l'apprentie se trouvait près de moi .. Mais de là à mettre des paroles sur ce sentiment ? J'en avais peur. Je ne voulais plus jamais ressentir ce genre de chose.. Et pourtant, cela était si agréable.

A contre cœur, ma bouche s'entrouvrit pour stopper la jeune femme dans on élan. Qu'elle ne révèle rien, je ne voulais pas savoir si elle ressentait la même chose, surtout pas, sinon … Sinon j'avais peur de connaître de nouveau « ça ». Redressant mon bras, je voulais poser mes doigts sur les lèvres de l'apprentie pour l'inciter à ne rien dire. Mais elle fut plus rapide. A peine arrivé au niveau de mon nombril, mes doigts se raidirent.

Être bonne .. en ragoût. L'information mit du temps, avant d'arriver à mon cerveau, et encore pire, lorsque je pris une masse ronde et mollassonne dans le visage. Clignant des yeux bêtement, je regardais Maya partir en courant. C'était ca, ca révélation ? Moi qui m'attendais à quelque chose de plus.. Sérieux .. ?  Je ne pu contenir un soupire, avant d'étirer sur mes lèvres un sourire. Elle voulait jouer au chat et à la souris ? Et si je décidais de partir en sens inverse, rien que pour l’embêter ? L'idée me paru bien plaisante. Et pourtant. Une force invisible me dicta d'aller dans l'autre sens, vers l'apprentie. Et devinez quoi ? Je suivais cet instinct. A croire que je n'étais pas si net que cela, si au lieu de prendre la fuite, je décidais de poursuivre ce qui risquait de devenir une faiblesse. Rien de pire que des sentiments, pour faire fléchir une volonté ou des idéaux. Combien de monarques et de seigneurs avaient par amour, commis d’énormes erreurs ? Beaucoup trop.

- Fais attention à toi, si je t'attrape !»


Et comme une idiote, je prolongeais cette dynastie de sot en me mettant à courir pour rejoindre l'apprentie. Elle s'était arrêtée, finalement pas si loin. Mais en me voyant courir, elle repartie. Elle courrait vite, tout de même. Et pourtant j'avais l'impression qu'elle ne se donnait pas à fond. Peut-être pour que je la rejoigne tout de même ? La course poursuite se stoppa, lorsque finalement, les deux bras légèrement tendus, je parvins à saisir les hanches de Maya de mes deux mains, l'obligeant à s’arrêter... Dans mon élan, mes deux mains glissèrent le long du ventre de l'apprentie, pour la serrer contre moi. Son dos coller à moi, je repris mon souffle. J'étais soulagée. Au fur et à mesure que l'apprentie avait prit de la distance, j'avais sentie mon cœur se serrer, comme prit dans un étau. Sa présence me rassurait.

- Ne pars pas. S'il te plait.»


Pourquoi cet air si grave ?

- Je dois avoir des restes d'abricots hallucinogènes dans le sang. Je ne vois pas d'autre explication au fait que j'ai désormais un faible pour les filles. Les filles aux cheveux bleus.»


Maladroite, comme toujours.
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Ven 27 Mar 2015 - 23:54
Si elle se laissait attraper trop facilement, elle donnerait l’impression de n’attendre que ça… or, Maya est une joueuse, une compétitrice qui ne perdra pas cette petite course volontairement. Et si Clarke ne l’attrape jamais, alors… l’adolescente aura remporté la victoire et pourra chambrer une ex-créature mythologique très réputée ! Dans les deux cas, elle est gagnante… et tout ça, ce n’est rien que pour les amuser.
Courir, ralentir, tourner la tête, recourir… en vérité, elle n’arrive pas à s’éloigner, à augmenter l’écart entre elles. Clarke court vite, elle aussi, et ça n’a rien d’étonnant. Une Gorgone à corps de serpent qui retrouve des jambes… c’est comme une infirme qui retrouverait la possibilité de marcher : elle en profite et y prend énormément de plaisir. Aucune similarité avec Maya, une humaine malheureusement décédée de dégénérescence physique… à cause d’un corps qui l’a lâchement lâchée. Mais c’est la même chose pour tous les académiciens, il ne faut pas chercher des points communs dans tout et n’importe quoi.


Finalement, après une minute de course, le chaton est capturé dans les bras de la Méduse. Très correctement et agréablement capturée. Boum : elle devient toute rouge. Ces caresses sur son ventre… c’est peut-être un peu too much, non… ? Peut-être qu’elle est allée trop loin…
Maya agrippe les poignets de Clarke, tout en forçant ses mains à rester sur son ventre. Elle écoute son amie… et petit à petit, fait glisser ses doigts sur le dos de ses mains. « Un faible pour les filles aux cheveux bleus »… qu’est-ce qu’elle n’a pas dit là. Il faudrait être idiot pour ne pas avoir compris… mais… si l’abricot est effectivement responsable, alors… ce n’est pas juste. Interdiction de profiter de la situation. L’adolescente manipule les mains de Clarke, les fait glisser un peu plus bas, descend, puis remonte, les aide à glisser sous sa chemise pour qu’elles entrent en contact direct avec sa peau. Contre son ventre, à l’endroit même où Clarke l’a touchée et attrapée.

- Je m’avoue vaincue, vous m’avez attrapée. fait-elle, pas même hésitante. Vous avez gagné… ce que vous voulez ! Je vous fais ce que vous voulez. Vous avez vu mon pouvoir, vous me connaissez un peu… alors voilà, choisissez une chose qui vous ferais plaisir, et elle est à vous !

Les bras de Clarke désormais bien placés, Maya les a libérés de ses mains qu’elle lève à présent et qu’elle passe autour du cou de son amie. De dos, comme ça, ce n’est pas pratique… d’autant que pour viser, elle doit basculer légèrement la tête en arrière, la poser contre l’épaule de Clarke et regarder vers le haut et sur le côté pour observer son visage. Mais ça vaut le coup : voilà du partage et du contact comme elle n’en avait pas fait depuis… toujours.
Alors, que va-t-elle demander ? La première chose qui vient à l’esprit de Maya, c’est… « rien ». Elle ne va rien demander. Classique réponse des académiciens qui n’acceptent que rarement de recevoir des cadeaux de la part des autres. Autres réponses… « je ne sais pas » ou « plus tard »… qui, en soi, sont exactement la même chose que « rien ». Se faire plaisir, demander le premier truc qui lui viendrait à l’esprit, voilà ce que Clarke doit faire. Il n’est pas question de difficulté ou d’impossibilité de la tache : Maya veut la récompenser… et elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour y arriver.

- Ah… et comme je suis une très vilaine fille, je ne vous l’offrirai que demain. Ça nous oblige à nous revoir… même si je ne compte pas vous quitter de sitôt ce soir. Pourquoi pas demain… pendant le bal ? Vous savez, pour la Saint-Valentin, le bal de musique et de danse… Là où les abricots n’obscurciront plus votre jugement !


Elle sourit, d’humeur taquine. Elle a décidé de donner absolument tout. Mais cette histoire d’abricot hallucinogène… après avoir vu un monstre, Clarke voit peut-être une Maya qui n’existe pas non plus. Peut-être que tout est embelli, trop sublime… trop faux. Alors, pas de risque. Reste qu’elle profite tout de même largement de ce contact. Elle se sent entourée, prise en main, protégée et appréciée… tout à la fois et dans des proportions inimaginables. En un mot, « parfait ».

- Je peux même me teindre les cheveux en rose si vous voulez : au moins, vous n’auriez plus à supporter ce faux, handicapant et absolument horrible petit faible envers… moi ? Qu’est-ce que vous en pensez, madame Clarke ?

La seule faiblesse de la position, c’est que Maya ne peut pas toucher. Elle aime recevoir, c’est vrai… mais donner, transmettre une bonne intention, c’est encore mieux. Et si c’était ça, la demande de Clarke : donner un peu d’amour dans ce monde de haine… L’amour… celui-ci en tout cas, n’a jamais fait de mal à personne.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Dim 29 Mar 2015 - 16:28



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Quelle excuse, peu convaincante. Des restes d'abricots ? C'est ce que j’espérais au plus profond de moi, probablement. Car l'amour n'était à mes yeux qu'une faiblesse. Il ne fallait en aucun cas ressentir de nouveau ce genre de sentiments. On finissait toujours trahi, le cœur brisé et seul. A  quoi bon tenter la chose dans ces cas la , puisque l'on finissait toujours par souffrir ? Je n'en voyais aucuns intérêt. Se contenter de soi-même était largement suffisant.  Et pourtant. Si seulement mes pensées n'étaient pas si contradictoires. D'une part elles me disaient de partir, de l'autre je me sentais agréablement apaisé avec l'apprentie dans mes bras, comment vouloir s'échapper ? Les mains de l'apprentie se déposèrent sur les miennes avant de les guider, contre sa chemise. Me faire, ce que je voulais ? Absolument tout ? Je pourrais lui demander un objet capable de détruire la terre, les Renégats seraient fier de cette trouvaille. Non. Quelle était la chose que je désirais le plus au monde matériellement ?

Une seule réponse me venait en tête. Mais avais-je le droit de la demander ? Maya me prendrait probablement pour une folle, ou bien elle verrait que je ne suis en total pardon avec mon passé ? L'apprentie bougea ses bras. Par réflexe, l'une de mes paupières se ferma, au cas ou maladroitement, je devais me prendre un coup. Rien. Je n'allais pas m'en plaindre ! Baissant légèrement le regard, je zieutais le visage de l'apprentie, un peu plus petite en taille que moi. Se revoir demain ? Un bal ? Que diable irais-je faire à ce genre d’événement ? Je clignais des yeux, bêtement.

- Il y a un bal pour l’occasion … Si tu m'accompagne, je dois venir en smoking ?»


Un nouveau mot que j'avais appris, en me documentant sur les modes actuelles. Ils appelaient cela aussi, la mode « pingouin ». Le terrien avait un humour que j'avais parfois du mal à saisir. Je ne savais même pas, si j'avais des vêtements digne de ce genre de « soirée ». Ou encore, comment on devait s'y comporter ? Avoir de bonnes manières, j'imagine. Mais tout de même, ce n'était qu'un « bal » pour académicien de tous âges, pas de snobinard.. Bon. Peut-être pour une fois, pourrais-je faire abstraction de mes dégoûts internes pour la foule et les académiciens réunis. Il allait me falloir une bonne préparation psychologique. En espérant que je ne croise pas trop d'abrutis, cela m'éviterais de montrer à Maya mon côté un peu rustre. Je fis mie de réfléchir à la proposition.

- J'accepte, marché conclu.  Et comme cadeau je voudrais.. Si je puis me permettre .. C'est un trophée disons..»


Mes lèvres se pincèrent légèrement. Un trophée ? Quel trophée, une arme de destruction, de mort oui.

- L'épée magique de Persée. Juste en souvenir, pour remplacer mon Kopis. C'est un peu glauque sachant qu'elle m'a ôté la vie, mais je préfère la savoir entre mes doigts que dans les mains d'un autre.»


Même si dans le fond, elle ne serait qu'une copie.  A moins que Maya, dans la pureté de sa magie puisse donner les propriétés magiques à ses créations comme à l'identique ? Offerte par le message céleste, Hermès, l'épée possédait de drôle de particularités, même si je l'avais compris que bien trop tard. L'épée, de par sa magie avait la capacité de tuer tout mortel qu'elle frappait. Une aide considérable en outre. Bien que face aux apprentis-dieux, il me faudrait faire plus que les frapper.. Non. Je n'allais tuer personne. Je ne le devais.

- Non non, ne te teins pas les cheveux. Pas en rose, c'est moche.»


Dixit la personne qui à elle même les cheveux de cette couleur rose chewing-gum.
Une sonnerie retentis, indiquant la reprise des cours. Mon emprise sur l'apprentie se resserra légèrement pour la ramener vers moi, tandis que dans un même temps, je déposais sur sa joue un baiser.

- Viens, nous devons aller en cours.  Je ne voudrais pas nuire à ta .. « scolarité » ?.»


Relâchant mon emprise sur la jeune femme, j'attendis qu'elle ne se tourne vers moi pour lui sourire, avant de me mettre à marcher vers l’académie. Regard vers l'apprentie. Mon bras se tendit dans sa direction pour qu'elle me rejoigne. Pour qu'elle me donne sa main.

-Nous sommes censés avoir quoi, comme cours, en fait.. ?»

© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Lun 30 Mar 2015 - 23:19
Smoking ? Est-ce qu’elle se prend pour James Bond ? Elle serait affreuse là-dedans… bien que le charme continuerait d’opérer. Mais quand même… c’est l’un des pires accoutrements qu’elle pourrait décider de porter. Même un costume de Pikachu ou un bikini serait plus adéquat. La robe de soirée restant l’option la plus logique, celle qui donnerait la touche « charme » à la soirée, plutôt que l’humour ou le sérieux.

- Pas de smoking, non, venez comme… elle regarde les vêtements que son amie porte, la reluquant de la tête aux pieds… comme vous serez le plus à l’aise.

Un jean pour danser, ce ne doit pas être top… mais Clarke est bien parvenue à courir et à attraper Maya en portant ce truc inconfortable à souhait… alors, si ça lui convient… qu’elle reste habillée comme ça. Elles ne vont de toute façon pas jouer à « celle qui sera la plus belle pour aller danser »… la Méduse gagnerait haut la main sans même avoir à forcer sa beauté.
Information supplémentaire : ne pas se teindre les cheveux en rose… traduction : ne pas non plus porter de robe rose. Pour le bal, Maya adoptera peut-être du bleu pour plaire à Clarke… ou du vert avec des motifs floraux, pour représenter le printemps, la saison des amours… tout ça. En tout cas, quelque chose de clair. La Saint-Valentin, c’est un évènement coloré et joyeux, elle ne va pas y aller en sombre ! Ce sera différent des années précédentes.


Maintenant… pour le lendemain, la petite déesse va avoir du boulot. Créer une arme… elle aurait pu demander autre chose qu’un symbole de violence, mais c’est son choix et Maya s’y plie. Cependant, la chose que Clarke n’a peut-être pas saisie, c’est que le pouvoir de Maya, c’est la matérialisation par le dessin… ce qui veut dire qu’elle va devoir trouver l’image exacte de l’épée de Persée, celle qui réside dans la mémoire de la Méduse et qui n’a peut-être jamais été représentée fidèlement sur les peintures ou les gravures réalisées depuis. Comment en être sûre ? Et quid de la taille, des métaux utilisés et du poids de celle-ci ? Et le côté magique alors… ? Et le côté… inutilisable ? On ne peut pas faire confiance à une arme matérialisée qui disparaîtra quand Maya l’aura décidée… ou la prochaine fois que son cœur cessera de battre. C’est inévitable : si elle meurt, tout ce qu’elle a créé disparaît.
L’adolescente acquiesce puis redresse sa tête et, visage caché, elle grimace légèrement. Mais elle va faire tout ce qu’elle peut pour satisfaire sa Valentine. Plusieurs versions de l’arme s’il le faut, pour lui offrir la bonne, celle qui sera la plus proche.

Temps estimé : 5 heures.
Sans compter les ratés… et il y en aura pléthore.

Bise sur la joue et fin de l’étreinte. Maya se retourne pour la prendre dans ses bras dans le bon sens… mais Clarke s’éloigne, semblant en avoir décidé autrement. Elle s’arrête et se tourne à son tour, pour lui tendre la main. L’adolescente hésite. Bizarrement, si elle accepte de lui prendre la main, ce sera pour les séparer… donc, la fin de l’entrevue. Et si elle ne fait rien… alors, elle ne lui touchera pas la main. Cruel dilemme.

- Les derniers cours de la journée… ce sont des cours généraux. Je crois qu’aujourd’hui, c’est un cours de musique avec madame Exria. fait-elle, espérant que cela n’intéresse pas Clarke. Analyse de musique baroque, XVIème siècle… il me semble.


Rien de vraiment indispensable… rien de vraiment utile. À moins que ce ne soit de la mauvaise volonté de la part de la gamine, qui ment parce qu’elle n’a pas envie de lâcher le rendez-vous si rapidement. Il est 15h passé, il ne reste qu’un seul cours et si elles y vont… elles se perdront de vue. Une seconde d’inattention et hop… Clarke aura disparu.

- Je pense que ça peut vous intéresser, la musique de l’époque. dit-elle à contrecœur, même si ça ne se voit pas, tellement l’entrain s’entend dans sa voix. C’est très joli… surtout Bach. Je ne sais pas si les Olympiens étaient très branchés danse ou musique, ni quel style ils adoptaient… Vous devriez peut-être organiser des cours, vous aussi : des cours d’histoire où vous nous en diriez plus sur… l’antiquité. La Grèce Antique, ce soit être… intéressant.

Maya s’approche de Clarke en traînassant des pieds, puis pose sa main dans la sienne avant de la serrer un peu. Voilà un cours auquel elle assisterait avec joie… voilà un cours durant lequel elle se montrerait très attentive, n’en perdant pas une miette. Peut-être grâce au sujet, peut-être grâce au prof… quoique. Par définition, un professeur, c’est distant de l’élève… et donc incompatible. L’Histoire n’existerait même pas. L’Histoire avec un grand « H »… pas la matière, ni le récit du passé. On parle d’un moment intime partagé par deux personnes.
Les deux femmes se sont mises à marcher. L’adolescente tourne la tête vers Clarke, la regarde longuement en caressant ses doigts quasi imperceptiblement… Elle regarde ses yeux, sa peau, ses lèvres. Si tout se passe bien, si tout est parfait, alors demain… elle se lancera. Après le slow, sur la terrasse… c’est classique, mais tellement romantique.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Jeu 2 Avr 2015 - 1:20



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Je ralentis le pas, fronçant légèrement les sourcils. Quelque chose n'allait pas ? L'apprentie ne semblait pas convaincue. Elle ne voulait pas me suivre, dirait-on. Maya, semblait plus au courant que moi, sur les emplois du temps. Et ô joie, un cours de musique. Parfois, je trouvais les lubies des dieux un peu étrange. Nous étions là, de retour dans le monde des vivants. Et que faisions nous ? Des cours. Comme un étrange bond en arrière. A quoi bon se former aux lettres et aux mélodies de la musique ? Il était important, pour les défunts de longues années comme moi, de se conformer aux règles et aux nouveauté du présent. Mais si cela m’intéressais, je ferais la démarche seule, comme ce que j'avais déjà commencé à faire. Et pourtant non, je me retrouvais obligée d'assister à ce genre de cours ridicules. Pourquoi ne pas se cantonner seulement aux cours de combat ou de potion, où ce genre de chose utile ? Non évidement que non. Pourquoi faire simple quand on pouvait faire compliqué. Mais Maya ne semblait pas plus intéressée par ce cour que moi, semblait-il. Elle me le conseilla, comme si il pourrait m'être utile par la suite de savoir analyser des musiques d'une époque que je ne connaissais que de nom. Je pensais lui faire plaisir, en lui montrant que je n'étais pas si irresponsable et que je me pliais aux règles de l'académie en allant moi-même au cours, mais elle même ne semblait guère intéressée, même si elle me le conseillait vivement.

Sa remarque me fit sourire. Les olympiens branchés musiques ? Oui , probablement autant que les grecs. Mais la musique était disons, très différente de ce que l'on pouvait entendre actuellement. Celle de mon époque paraissait bien désuète comparée à l'actuelle, jaugée dans le traditionnel ou le classique, probablement. Et encore, si elle pouvait être classée ! Cela me manquait un peu, l'entrain et l'ambiance de l'époque. Il était dommage de ne pas voir plus de convivialité autour d'un feu de camps gigantesque de la part des Deusien. La seule personne semblant avoir un vaguement sentiment de regret envers ces temps là restait le professeur de Latin. Bien que beaucoup plus « jeune » que moi de part son époque, il avait connu des temps presque similaires aux miens. Mais de là à le raconter à des gens de l'académie... Qu'en avaient-ils à faire, en fat ? Peut-être certains curieux seraient amusés de nos traditions et conditions de vies, d'autres peut-être passionnés d'histoire.. Mais le reste des apprentis viendraient m'écouter juste pour « sécher leur autres cours ». Quel intérêt ? Pessimisme, quand tu nous tiens.

- Intéressant ? Les grecs étaient disons.. Très différents à l'époque de ce que l'on peut voir aujourdhui des hommes. Enfin, tu te doute qu'à l'époque, tout était beaucoup plus « simple »... Il y aurait autant à raconter que si tu me parlais de la vie quotidienne des hommes de cette ères ! Tu imagine ? Mes cours prendraient probablement .. « la moitié de l'année »...»


La moitié de l'année... Drôle de terme, pour des immortels. Que représentait une année quand les autres défilaient comme des grains de sables ? Cela paraissait tellement ridicule de parler en année scolaire. La main de l'apprentie se posa dans la paume de la mienne, que je fermais dans un même temps, comme un réflexe, une habitude oubliée. Elle me suivait, donc elle devait approuver le fait de nous rendre au cours de madame Exria ? Nous nous dirigeâmes de nouveau vers le bâtiment. Mais plus on approchait plus.. Une angoisse semblait surgir du plus profond de mon estomac. Comme une peur. Pourquoi ? A cause du monde ? Du fait que l'apprentie ne serait pas forcement à côté de moi ? Qu'elle allait être éloignée de moi … Ma main excerça une petite pression sur celle de l'apprentie, pendant que mes pas, comme si tout était normal, bifurquèrent du chemin habituel. Pour aller ou, je ne savais pas réellement. Juste l'éloigner, au final.

- C'est égoïste tu crois, de te faire sécher pour aller narguer les académiciens qui eux suivent les règles ?»


Nous étions désormais devant le complexe sportif. Encore quelques pas, et nous serions là, à regarder les « élèves ». Sourcils haussés, ma main relâcha celle de la jeune femme pour se poser sur le mur vitré de l'un des bâtiments. La piscine. Il y avait des gens, qui plongeaient, marchaient au bord de la piscine, ou simplement riaient dans l'eau.

- C'est dommage qu'il y ai autant de monde, je t'aurais bien fait partager un de mes... disons.. secrets, en image..»


Secret ? Plus tellement , mais ce n'était pas quelque chose dont j'étais fière, dans le fond. Pour moi, seul les enfants pouvaient avoir peur de l'eau. Et moi, pour le coup.

- Crois-tu qu'il est possible de vaincre ses peurs les profondes ?»


Demandais-je alors à l'apprentie, en étirant un sourire sur mes lèvres. Avec elle, on semblait être capable de tout. Si cet état euphorique pouvait être permanent, probablement n'aurais-je plus cette peur maladive de l'eau ?
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Jeu 2 Avr 2015 - 21:53
À l’époque, il n’y avait pas de radio, pas de télévision, de téléphone, ni d’ordinateur… la vie devait se passer différemment. Quoique… il devait y avoir le théâtre… le Théâtre grec antique, les tragédies grecques : voilà ce qui remplaçait sûrement les activités actuelles. Maya ne peut pas vraiment se projeter dans cet univers si différent du sien sans explication complémentaire… elle croit juste qu’ils faisaient la même chose, mais avec les moyens d’antan. Marcher pour se déplacer, apprendre à l’école ou travailler, voir les membres de sa famille ou ses amis, discuter, s’amuser, chanter et danser. Tout pareil, mais différemment. Un concept dur à appréhender sans une mise en situation adaptée.


Ensemble, elles marchent dans l’enceinte de l’académie, main dans la main. Quelques regards se tournent vers le couple, intrigués. L’adolescente, tête baissée, s’est résignée : elle pense déjà à la suite. Que va-t-elle faire pendant le cours ? Que vont-elles écouter précisément ? Peut-être un échantillon de ce que les académiciens entendront demain pendant le bal. Perdue dans ses pensées, la jeune femme ne se rend même pas compte que la destination a changé. Ce n’est que lorsqu’elle entend Clarke parler de « sécher », ou plutôt « faire sécher »… qu’après un temps de réflexion, elle relève brusquement la tête pour la regarder, une lueur d’espoir dans les yeux, puis pour jeter un coup d’œil autour d’elle. Le paysage n’est pas celui qu’elle imaginait… Elles sont… à deux pas de la piscine.

- Pardon ? Oh non ! Non non, ce n’est pas égoïste ! fait-elle, enjouée. C’est même un service que vous me rendez et c’est avec plaisir que je vous suis !

La piscine ? Narguer les académiciens qui suivent les règles ? Les deux propositions ne sont pas tellement compatibles : ces jeunes gens, que les deux femmes peuvent maintenant observer, ont l’air de plutôt bien s’amuser. Ils n’ont pas cours avec un maître de la torture en tout cas… et Maya irait presque jusqu’à les envier. À son tour, elle pose les mains sur le mur vitré et regarde à l’intérieur du bâtiment. Jeux de ballon, plongeons, nage… pouvoirs divins de manipulation de l’eau pour arroser quelques spectateurs : c’est sûr, ces gens s’amusent. Mais comme le fait remarquer Clarke, il y a beaucoup de monde… ce serait finalement la même chose qu’aller en cours : elles ne pourraient pas discuter et se perdraient de vue trop rapidement. Et même… de toute façon, elles n’ont pas pris leur maillot.


Puis, l’adolescente tourne la tête vers la Méduse, intriguée. Un secret en images ? Montrer un secret ? De quoi parle-t-elle ? De… quelque chose… sur son corps ? Clarke continue en posant à Maya une question… plutôt pointue. Quel est le message qu’elle tente de faire passer, si souriante qu’elle est ? Maya baisse les yeux et réfléchit… mais elle n’a pas besoin d’aller chercher bien loin pour trouver ses peurs les plus profondes. La solitude, l’hypoesthésie, la perte d’un être proche. Vaincre sa peur, ce serait alors…

- Vaincre… non, je ne pense pas… en tout cas, pas complètement. Par contre, on doit pouvoir l’amenuiser. Hum… En fait… Si, on doit pouvoir la vaincre totalement. fait-elle finalement, en posant son front sur la vitre. J’essaye d’associer la peur à quelque chose qui m’effraie moins, puis chaîner sur autre chose encore moins effrayant… jusqu’à arriver à un évènement banal dont je me fiche.

Maya se tourne, s’approche à nouveau de Clarke et reprend sa main entre les siennes.

- Imaginons… qu’une de mes peurs les plus profondes… ce soit… l’absence de sensation, l’incapacité à sentir des choses sous mes doigts. dit-elle en remuant ses doigts et en caressant sa peau, comme pour vérifier que le contact entre elles fonctionne toujours. Pour la vaincre, soit je l’expérimente… soit je trouve un moyen de me dire : « non, finalement, ce n’est pas si terrible ». En fait… toutes mes peurs, je peux les effacer en me disant : « ce n’est pas grave, j’ai un ou une amie à côté de moi ». Confiance absolue en elle, donc si j’ai un problème… elle m’aidera de part son unique présence, même sans rien faire.

Vrai pour tous les problèmes qu’elle a et que n’importe qui pourrait avoir. Peur du vide ? Pas grave, il y a quelqu’un à côté qui peut la rattraper. Peur des araignées hideuses ? Quelqu’un pour la rassurer bien sûr. Peur du noir ? Le contact d’un corps ou d’une couverture peut la réconforter. Il suffit d’une personne, d’une amie… c’est si simple quand elle y pense. Mais ses yeux à mi-clos et son regard fuyant en disent long. Elle met du cœur, de l’impact dans ses propos… elle ne peut évidemment pas en sourire, même si elle garde beaucoup de tonus dans sa voix.

- Donc, avec ça, ma peur devient la solitude elle-même… et ça, je l’ai déjà expérimenté. Même si je ne connais personne, il suffit que j’aille en cours… au milieu d’un mariage… et j’aurais l’ambiance que je cherche. Il y a toujours les directeurs et les membres du conseil, je peux compter sur eux, même s’ils ne me connaissent pas !

Des gens biens, sur qui elle peut compter, même s’ils ne font pas partie de ses amis ni de ses connaissances… plus maintenant en tout cas. Il fut un jour…

- Aucun directeur et aucun ami ? reprend-elle, continuant sa « chaîne ». Alors, je me tourne vers mes ennemis… qui… même s’ils me frappent et me torturent, me permettent d’échanger, de ressentir un contact et d’avoir une relation humaine avec d’autres personnes. Pas d’ennemi ? Pas d’humain ? Seule au monde ? Alors… autant en finir, pas vrai ? La mort, ce n’est pas si effrayant.

Voilà le final le moins effrayant pour Maya : la mort. Et sur ces derniers mots, elle adresse un sourire ravi à son amie, même si celui-ci paraît un peu forcé. Elle est déjà passée par là, par cette solitude qui l’a tuée… et c’est presque les bras ouverts qu’elle y retournerait si elle n’avait pas d’autres choix. Ainsi s’achève sa réponse à la question de Clarke, qui n’en attendait sûrement pas tant ! D’ailleurs, elle souriait… peut-être que le sujet n’aurait pas dû devenir tout à coup si sérieux. Mais il faut bien dire les choses telles qu’elles sont, de temps en temps. La vie n’est pas toujours heureuse, il faut savoir en profiter dans les bons moments.

- C’est agréable les contacts humains, pas vrai ? Il faut en profiter, tant que ça marche… !

… et tant qu’on peut le faire aux bonnes personnes.
Sourire adorable, avant de rire un peu.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Ven 3 Avr 2015 - 10:57



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Je l'admet, j'avais vu plus torturé, côté académicien. Dans ma vision personnelle, ce genre de pratique aquatique relevait plus de la torture mentale que de l'amusement entre copains. Alors qu'au lieu de les narguer joyeusement, nous les observions presque avec envie. Que ne donnerais-je pas pour profiter de cette eau sans avoir les jambes qui lâchent, comme avant. Le seul réconfort que je pouvais trouver, c'était d'observer les deux idiots qui courraient le long du bord de la piscine et qui venaient de se vautrer. Réconfort quelque peu stupide, mais bon, on fait avec ce que l'on a sous la main.

Amenuiser ses peurs.  L'apprentie observait à son tour les académiciens. Peut-être pourrais-je tenter sa technique ?  Elle me reprit la main, pendant que consciencieuse, je tentais de bien saisir ses propos pour pouvoir les appliquer. Mais cette technique.. Certes, la présence d'un(e) ami(e) s'appliquait sur la chaîne de Maya. Mais sur la mienne je n'en étais pas très sûre.  Je m'imaginais, en train de nager dans la mer. Car la piscine, ce n'était qu'une étape. La mer était bien pire. Le dieu grec y avait accès de manière fréquente, habituelle. Alors qu'une piscine .. Il n'allait pas s'infiltrer dans les tuyaux. Et pourtant cela me fichait une angoisse terrible. Admettons. Si je me retrouvais dans la mer. Mis à part un monsieur en T-shirt blanc sur maillot rouge, avec une planche sous le bras et des lunettes de soleil présent pour surveiller les baigneurs, je voyais mal qui pourrait venir m'aider. Je fis le tour de mes connaissances, rapidement.  Un renégat ? J’avais beau connaître des gens, la plupart se révélait individualiste et se la jouait perso. Un professeur ? Ce n'est pas comme si ils se souciaient de mon existence. Un apprenti-dieu, m'aider ? Pitié, autant subir la tétanie que d'avoir des comptes à rendre à ces gens là.  La seule personne qui me tendait la main dans mes pensées et dont j'acceptais l'aide restait finalement Maya.  Le plus étrange, c'est que je crois que je n'hésiterais même pas, si elle me demandait d'aller dans l'eau avec elle. Persuadée que le petit nuage qui embrumait ma tête continuerait d'accomplir sa tâche, je ne serais pas consciente de ces choses là, de ma peur ou de quelques angoisses que ce soit. -Même si en soit, j'avais peur que si je paniquais tout de même, l’apprentie ne puisse pas me sortir de là, elle n'avait pas la carrure d'une bête en soulevé de poids-.

L'apprentie m'expliqua également que lorsqu'elle n'avait pas de personne proche sous la main, le procédé marchait aussi avec  des gens que l'on aimait moins. Se servir du mal qu'elle pouvait ressentir à cause d'eux pour savoir qu'elle pouvait encore ressentir... J'imaginais bien mon grand ami « Midô » le hautain en train de poser sa paume de main sur le sommet de mon crâne pour me renfoncer la tête dans l'eau. Bien la solidarité. Dommage que de ce point de vue là, je n'aurais pas grande aide.

- Je crois que je vois, là où tu veux en venir.. Il n'y a pas besoin de trouver l'origine du problème pour atténuer la chose, simplement de savoir qu'il y a une aide qui n'est jamais loin .. ?»


Dans une légère pression, mes doigts se refermèrent sur ceux de Maya.

- Ne t'en fais pas. Tu ne seras jamais seule de toute manière. Je tacherais de t’éviter cela.. »


J’essayerais. Il ne fallait plus laisser l'apprentie seule, à son désarroi. Baissant les yeux vers la main de l'apprentie, je souris de plus belle. Admettons. La prochaine fois que je devrais me jeter à l'eau, il me suffira de me dire que je ne suis pas seule et que mes amis , enfin, du moins, Maya, car c'était l'une des seules que je pouvais avoir car les liens sociaux et moi.. Voilà quoi, serait donc présente.

- J'aurais bien aimé expérimenté la chose, mais trop de gens sont présents à l'intérieur. Je ne voudrais pas alerter tout le monde en leur montrant à quel point je peux  m'angoisser dans l'eau.»


Je me mis à rire, cela paraissait tellement ridicule. Bien que je ne fuyais pas comme un chat que l'on mettrait dans une douche et qui péterait un câble, moi il me fallait une certaine quantité d'eau.

- C'est un peu ironique tout de même, de porter le nom d'un animal aquatique , tout en ne pouvant y rester plonger plus de deux minutes avant de paniquer.»


Déclarais-je, en rigolant. "Méduse" ... Ouai , ça craint total.
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Sam 4 Avr 2015 - 21:42
Peur du regard des autres… peur qu’on la trouve ridicule ou qu’on connaisse l’un de ses points faibles. Une déesse qui a peur de l’eau, l’angoisse de se noyer ou de se retrouver entourée d’eau dans toutes les directions, sans voir une seule parcelle de terre à l’horizon… il n’y a aucune honte à avoir. Maya rit également de la dernière remarque sur la « Méduse »… parce qu’encore une fois, c’est bien l’animal aquatique qu’elle a imaginé quand elle a entendu ce nom pour la première fois !

- Une méduse angoissée dans l’eau, vraiment ? fait-elle après avoir cessé de rire, mais sans cesser de sourire. Pourquoi ? Il vous est arrivé quelque chose ? Vous avez déjà failli vous noyer ? Vous ne savez pas bien nager ?

Si l’eau est l’une de ses peurs les plus profondes, il doit forcément y avoir un traumatisme, et par conséquent une explication quelque part. Soit c’est une mauvaise expérience rencontrée dans son enfance, soit elle a déjà vécu une noyade, soit elle n’a pas confiance dans ses capacités à nager et à rejoindre le rivage. Pour Maya, désormais, il est très facile de ne plus être effrayé par l’eau : avec ses ailes divines, elle décolérait et volerait dans le ciel jusqu’à retrouver le continent le plus proche. Elle pourrait battre des ailes des heures durant sans ressentir la moindre fatigue, tout en transportant une personne sur son dos… elle s’est entraînée pour ça, elle est convaincue de ses propres aptitudes. Du côté de Clarke, en revanche…
Savaient-ils nager à l’époque ? Normalement, oui… ils devaient même être meilleurs que de nos jours. Mais aller sur les plages en maillot de bain pour bronzer et se relaxer, courir dans l’eau pour sauter par-dessus des vagues, faire du jet-ski avec des amis, faire des longueurs dans une piscine… ça ne doit pas faire partie de la panoplie d’activités d’une Gorgone. Il lui reste des choses à apprendre et à expérimenter… et peut-être qu’avec ça, elle arriverait à se détendre dans l’eau.


Mais elle en parle… et ça la fait sourire. Clarke n’est pas fermée à l’idée d’aller dans l’eau, c’est même l’inverse. Couplé au fait qu’elle ne souhaite plus jamais laisser Maya seule… c’est une proposition. Elle se sent prête, mais a besoin d’un bon prétexte : une jeune fille nommée Maya Tensho !

- Allez… je vois que vous avez vraiment envie de le faire… l’eau vous fait envie. Pas de fausses excuses ! On pourrait aller au port pour nager près des docks. Ou on pourrait sortir de l’académie, trouver un lac dans une forêt, là où n’y aurait aucun regard indiscret. Ou… on peut aussi revenir demain soir pendant le bal ? Là encore, Il n’y aurait personne… et vous seriez tranquille.

Maya irait jusqu’à sacrifier le bal pour nager dans une piscine, chose qu’elle peut faire tous les autres soirs de l’année ? La Saint-Valentin, ça n’arrive qu’une fois tous les ans… et trouver une partenaire idéale en la personne de cette femme, c’est une chance plus rare encore. Attendre 365 jours pour pouvoir profiter de la prochaine fête de l’amour et de la tendresse… Dieu sait ce qui pourrait arriver sur une si longue période : destruction de l’académie, mort de Maya… fin de ce cycle calme où ce genre de fêtes peut encore être célébré… les barrières sont nombreuses.


Mais oui, elle irait jusqu’à faire ça. Elles pourraient aussi nager toutes les deux… puis danser en fin de soirée. Après tout, le bal va durer plusieurs heures… six au total, si ses souvenirs sont bons. Et c’est bien connu : au début de la cérémonie, tout le monde est si coincé que c’en est presque gênant ! Elles pourraient également former le couple qui lancerait les festivités… oh oui. Mais elles devraient alors tenir les six heures pour… pouvoir terminer sur la terrasse et… admirer… le feu d’artifice. Est-ce que Clarke est une femme capable de danser six heures d’affilée ? Est-elle plutôt du genre à vouloir changer d’activité toutes les dix minutes ? Maya saura ça bien assez tôt, mais… mieux vaudrait assurer.

- Au pire, si vous avez peur de couler, vous pouvez mettre des brassards ou porter une bouée… non, mais je suis très sérieuse ! ajoute-t-elle, se rendant compte que cette remarque pourrait être prise pour de la moquerie. Et si des gens se moquent de vous à cause de ça, j’irais les voir personnellement pour les remettre à leur place !

Pour illustrer ses propos, Maya remonte ses manches, serre les poings et fait mine de gonfler ses joues pour paraître énervée. Volontairement ridicule. Mais quand elle pense à Clarke, habillée d’un maillot et d’une bouée canard… elle est sûre d’elle : son amie sera tout à fait chic !
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Dim 5 Avr 2015 - 20:03



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Mon rire cessa sur un sourire. Il m'était difficile de rester sérieuse avec l'apprentie. Elle était légère, et la voir parler de chose inquiétantes ou qui pouvaient faire de la peine ou la rendre pensive ne me tentait pas. Je la préférais souriante. Peut-être parce que je ne voulais pas voir cette jeune fille, elle plus que quiconque attristée. Son rire était si adorable .. Il cessa également pour laisser de nouveau ses questions resurgirent. Qu'elle était curieuse. De tout. Cette pensée étira un peu plus mon sourire. S’inquiétait-elle du monde entier ? Cela devait être compliqué à gérer.. L'avantage de n'avoir de liens avec pratiquement personne résidait dans cette optique là, au moins, je n'avais ps besoin de me faire du soucis pour n'importe qui à n'importe qulle heure. Je pouvais m'occuper de moi-même. Seulement de moi...

-Je présume que c'est à cause du dieu des Océans, que je n'ai plus le même feeling avec l'eau. Peur de le revoir ou d'en souffrir.. Mais je me dis que lorsque j'aurais dépassé ce cap, je pourrais peut-être avancer de nouveau !
»


Rien était insurmontable, dans tous les cas. Surmonter ce cap.. Soit je pouvais continuer de tenter de m’immerger sous l'eau pour vaincre ma peur. Soit je pouvais faire cette action en attendant de trouver le dieu, si vivant il est encore. Étonnement, je n'avais réussis à dégoter d'information nul part, concernant ce dieu là. Peut-être avait-il succombé sous les coups d'un autre. Cette pensée était plaisante, bien qu'un peu décevante. Ca voudrait dire que je ne pourrais lui infliger moi-même une punition digne de ce nom ? A moins que Deus, dans sa grande miséricorde avait eu l’obligeance de détruire les dieux de cette époque présente pour batir une nouvelle ére ? Idée plaisante à souhait.

Hausant un sourcil, mon regard quitta les nageurs pour se poser sur l'apprentie. En mourir d'envie … Dans un sens, elle n'avait pas tout à fait tord. L'idée de vaincre cette peur, d'aller dans l'eau me taraudait depuis fort longtemps. Mais que pouvais-je faire pour y parvenir ? Faire une crise de tétanie dans l'eau, seule, ce n'était pas le plus intelligent à réaliser. Peut-être qu'avec l'apprentie, j’arriverais à changer cela. La confiance. L'idée de savoir que je n'étais pas seule, et qu'elle serait là pour me tendre la main … Mais de là à sacrifier le bal, cet événement qui avait l'air de tenir à cœur à Maya ? Je l'imaginais bien dans ce genre d'endroit. Pas a cause du coté « reine de bal », mais plutôt car c'était un lieu animé, avec des gens là pour s'amuser. Pas d'animosité, seulement des rires, gênées ou assumés et du partage.. Ça semblait être fait pour l'apprentie, dans un sens. Je ne pouvais lui ôter. Mais rien que l'idée de l'imaginer danser dans les bras d'un abruti de demi-dieu, cela me révulsait presque. Ça non, je laisserait pas faire. Suffit qu'elle tombe sur un autre hypocrite qui allait lui dire de belle parole pour l'amadouer et peu-être essayer de la revoir le lendemain ? Non. Je n'en avais pas envie. Pas le moins du monde. J'irais là bas, rien que pour surveiller ça. Et au cas ou nous serions séparé lors de la soirée, je ferais en sorte de garder un œil sur elle et de menacer les abrutis en leur mettant l a tête dans le punch si ils faisaient des bêtises. Ou si ils l'a reluquaient un peu trop. Ou même simplement si ils jetaient un oeil dessus.

Tirée de mes pensées par Maya, je la regardait bêtement. Des brassards ? Une bouée ? Mais qu'était ce donc ? La jeune femme se prit alors pour un combattant en menaçant l'air de ses petits points. Probablement avait-elle dit une anneries. Je lui souris et dégaina mon engin électronique. Avec un peu de lenteur, je parvins à aller sur un « moteur de recherche » et y tapais « bouée et brassard eau », comme la jeune femme l'avait brièvement expliqué la veille. Elle n'avait pas trop approfondie le sujet « d'internet », mais j'avais à peu près compris le principe : taper dans une barre ce qu'on cherche, et l'instrument le trouvera. Une section image s'afficha, ou un enfant, armé d'une grosse bouée jaune était handicapé au niveau des bras a cause de deux choses gonflables, jaunes aussi. Fichtre. Relevant un visage un peu dérouté, je regardais l'apprentie. Elle m'imaginait ainsi ? Je me mis à rire. Qui aurais cru qu'un canard pourrais sauver la vie de quelqu'un ?

- Je préfère mourir de tétanie que de porter cette horreur ! Non non non ! »


Et le pire, c'est que dans la piscine, un élève possédait une bouée canard et nageait dans l'eau.

- Je t'accompagnerais demain, au bal. Ca a l'air d'être quelque chose que tu affectionne, alors je serais ravie que nous y allions ensemble.»


Petite pause.

- Et puis au pire, je te trainerais, toi et ta petite robe dans la piscine pour mourir dans tes bras. J'ai vu pire comme décès !»


Mais maintenant, il me restait à savoir : Comment diable allais-je m'habiller ? J'avais déjà ruiner l'une des seules robes que j'avais...

- Enfin... Dis moi, tu as déjà ta robe ? Je t'avoue que je n'avais pas prévue d'aller là bas, au bal, alors je n'ai rien prévue pour cette « occasion »... Saurais-tu ou je peux m'en procurer une ?»

© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Lun 6 Avr 2015 - 19:46
Violée par Poséidon… c’est la présence du dieu des mers qui l’angoisse, pas l’eau. De quoi est capable… cette ordure ? De saisir ses victimes par les chevilles et de les entraîner vers les bas-fonds ? De les emporter vers le large ? Maya grimace en ayant ces pensées… elle comprend beaucoup mieux la peur de Clarke maintenant. Dire qu’elle n’y a pas songé plus tôt…

- Si… si Poséidon vient vous ennuyer… alors, lui aussi, je le démolirai…

Elle vient de ronchonner pour elle-même, tout bas. Pas sûre que son amie l’ait entendu… et mieux vaut que ce soit le cas, parce qu’elle n’approuverait pas. Inquiétude qui serait justifiée : une adolescente maigrichonne contre la pire des raclures, on ne donnerait pas cher de sa peau. Pourtant… il faut faire quelque chose, les gens ne peuvent pas laisser faire ces individus mauvais, ces… renégats qui ne respectent rien et qui font ce que bon leur semble, au-delà des lois et des libertés des autres ! Agresser des humains innocents… Jhoken est l’une de ces pourritures qui fait ça sans arrêt, totalement gratuitement… et Poséidon doit être dans le même genre, lui aussi. Si Clarke voulait le chercher, elle saurait certainement où le trouver. Quand bien même : il faudrait avoir le courage d’intégrer le groupe des renégats et faire semblant d’être leur alliée… et ça, c’est déjà trop demander. Prendre autant de risque… c’est…

L’adolescente soupire et baisse les yeux, désolée.
Et avec tout ça, Clarke aurait tout de même le courage d’aller dans l’eau ?
Quelle femme courageuse… remarquable.


Et comme s’il ne s’était rien passé, Maya acquiesce joyeusement quelques instants plus tard : oui, elle affectionne particulièrement les bals, ce genre de cérémonies, plus encore quand elle a un partenaire pour l’accompagner ! Autrement, c’est plutôt dans l’organisation qu’on pourrait la retrouver, pour que les autres puissent s’amuser… et la remercier, en lui lançant des regards et des sourires comblés en fin de soirée. Ce sont ces petites attentions qui comptent… mais quoi qu’il en soit, cette année, le plaisir sera pour elle ! Un bal… puis un bain de minuit, c’est d’accord, le rendez-vous est pris. Le couvre-feu ne sera peut-être pas déclenché trop tôt, ça leur laissera un peu de temps pour aller nager. Dans la piscine, le risque de voir débarquer le dieu des mers est amoindri. Au pire, la jeune femme s’en fiche : elles iront, même si on le leur interdit. Et voilà comment d’une plaisanterie, Maya prend une décision bel et bien réelle ! Et honnêtement, Clarke a peu de chances d’y réchapper…
… mais cette baignade se fera donc sans bouée canard. La Méduse tient à paraître correcte en toutes circonstances… et l’adolescente respecte ça. C’est très dommage cela dit… il ne faut pas tout le temps se prendre trop au sérieux !

- Oui, j’ai déjà tout ce qu’il faut. répond Maya, faisant référence à sa tenue de soirée. Enfin… il pourrait me prendre l’envie de vouloir autre chose… et si c’était le cas, j’imagine que je trouverais mon bonheur au marché… mais, je ne pourrais pas vous accompagner pour vous aider à choisir : on dit qu’il ne faut pas voir la robe de son partenaire… avant… avant le bal. Ça gâche la surprise !

D’une, Maya n’a jamais été superstitieuse et de deux… ce « on-dit » inventé de toutes pièces est parfaitement ridicule. Ce n’est pas un mariage, ce n’est pas comme si elle ne devait pas voir la mariée avant de lui passer la bague au doigt… et la surprise, la demoiselle l’aura peut-être en se retrouvant face à la Méduse habillée en… gothique ou en clown avec une bouée et des brassards. Qu’elle vienne plutôt en toge de déesse grecque, ce serait parfait ! L’adolescente ne sait pas trop à quoi ça ressemble, mais c’est encore ce qui lui irait le mieux. Elle serait elle-même…

- Il y a des boutiques, vous pouvez tester les vêtements sur place dans les cabines d’essayage. Juste… demain soir… pas… pas de maquillage ou de surplus décoratif, d’accord ? On vient comme on est, inutile de se compliquer la vie.

Une robe, une coiffure un peu plus propre que d’habitude, une barrette à cheveux… que le but soit d’être désirable ou non, elle ne veut pas qu’elles se transforment en quelqu’un d’autre, juste pour faire briller les yeux de l’autre. Ou des autres, en l’occurrence, puisqu’il y aura beaucoup de monde. Clarke restera belle quoi qu’elle porte... et Maya restera Maya, inutile d’essayer de tricher.


BONG !
Maya sursaute en levant les bras, prête à se défendre. Un ballon s’est écrasé et a rebondi sur la vitre, à l’intérieur du bâtiment. Des jeunes adultes se sont approchés pour regarder les deux copines. Ils leur font des signes… mais ils n’ont pas franchement l’air d’être amicaux. Les deux plus grands se collent même à la vitre et… ils se touchent et se trémoussent de manière obscène, impossible à décrire sans vulgarité. L’adolescente cligne des yeux en les regardant, n’en croyant pas ses yeux. Personne pour les arrêter ?
La jeune femme regarde Clarke… puis elle s’avance vers la vitre et s’arrête juste en face du plus grand type. Il faut lever la tête pour continuer de le regarder dans les yeux… mais peu importe. Elle reste debout sans bouger, l’expression neutre… et d’un coup, elle frappe à son tour dans la vitre du plat de la main, comme si elle allait le frapper lui. Ils ont tous un mouvement de recul… alors que Maya recule à son tour et sourit. Elle les charrie en leur adressant un signe de la main.

- Ce n’est pas très prudent… mais voilà, ils n’avaient pas à faire ça…

Pas gênée pour un sou, Maya attrape la main de Clarke, tout en continuant d’observer les hommes en maillot de bain. Puis, elle se retourne pour aller voir ailleurs… et cesser de voir ces affreux jojos.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Mar 7 Avr 2015 - 22:43



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Dites moi que c'était une blague... Mon sourire s'affaissa légèrement à la vue du groupe d'imbécile qui venait de débarquer. Était-ce ces gens là que l'on formait à devenir des dieux ? Des idiots qui venaient se frotter sur une vitre de manière si répugnante à la vue de deux filles ? Maya était adorable, je l'admet, mais de là à se montrer si vulgaire. Ils ne connaissaient rien à la vie. Ni à l'amour. Ni à quoi que ce soit. A croire que cette ère avait engendré que des abrutis. Heureusement qu'il y avait des exception, tout comme Maya. Sinon, ou irait le monde ? Quand on voit que les dieux grecs s'étaient manifestés et avaient engendrés sur Terre à mon époque, cela allait se reproduire avec de tels apprentis. Dépitée. Mais vraiment. Deus était il un maniaque sexuel ? Pourquoi permettait-il ce genre de chose ? Cela me dépassait.

Fixant l'un des abruti, je cherchais son regard. Qu'il me croise dans les yeux et son cœur allait cesser de battre, pensais-je, prête à activer mon pallier I. Et puis quoi, que je laisse un tel affront ? Je n'avais qu'une envie, passer cette vitre et lui arracher les dents. Un seul regard et il crèverait devant ses copains. Et puis quoi encore. Il lui faudrait à peine quelques secondes pour perdre connaissance. Peut-être l'un de ses camarades auraient la présence d'esprit de lui prodiguer un massage cardiaque. Au pre des cas, son cerveau ne recevant plus d’oxygène il y aurait des dégâts cérébraux. Le mieux pour lui serait de crever comme un chien. Il aurait peut-être le privilège de se faire ressusciter et soigner par l'infirmière.

La colère. Cet élan si soudain... Ce genre de chose m'aurait simplement exaspérée dans un situation lambda. Mais là. Le fait qu'ils fassent cela devant Maya me rendait hors de moi.

Il avait probablement une bonne étoile, cet abruti. Car Maya intervint d'elle même, leur faisant peur en donnant un coup sur la vitre. Savait-elle qu'elle venait de lui sauver, probablement la vie ? Ma tension retomba. Il ne méritait pas une telle mort. Elle serait trop douce pour lui. Je le buterais, lui et ses amis, un jour. Lorsque je pourrais pleinement assumer mon statut de renégate. Ils ne perdaient rien pour attendre... La main de Maya agrippa à la mienne. Tentant de lui cacher le reste d'animosité qui m'avait animé à peine quelques instant plus tôt, Je lui souris en avança avec elle.

-Tu es bien trop gentille. Ils auraient mériter une punition... Une sale punition.
»


Sourcils froncés. Non. Je ne pouvais dire à l'apprentie que l'envie de les envoyer au fond de l'eau ou de leur arracher les ongles des orteils m'avaient traverser.

- La punition de la bouée canard. Je pense que ca aurait été très bien. Avec leur maillot moches.. »


Dernier regard sur les apprentis. L'un d'eux croisa mon regard. Oups. Mon premier palier s'activa. Le gamin, car c'est ce qu'il était se mit  alors à basculer légèrement, ne comprenant pas ce qu'il lui arrivait. Il venait de perdre l'un de ses appuis que je venais de paralyser. Il s'accrocha à son camarade ce qui, dans une scène assez comique les fis basculer sur le sol glissant dans un « aie » collectif. Je fis mine de rien et reporta mon attention sur Maya.

- Ils ne sont pas très doué, qui plus est. Enfin. Ils ont perturbé le fil de notre conversation... Je vais aller acheter une robe je pense. Celle que j'ai n'est pas.. vraiment adaptée pour ce genre d’événements, je crois.»


Celle qui était tellement courte qu'on aurait dit que je l'avais volé à une gamine ? Non en effet. Elle me donnait plus une allure de catin des bois. L'information notée, il ne me restait plus qu'à me rendre au march pour acheter de quoi avoir l'air potable. Car même si Maya disait de venir comme nous étions, je me voyais mal venir avec mes vêtement mal accordés. On pouvait pas dire que j'étais une professionnelle de « la mode ». Je portais ce que je trouvais, que ca aille ensemble ou non.De ma man libre, je pris dans ma poche mon téléphone pour regarder l'heure.  J'avais encore un peu de temps avant que les marchands ne remballent.

- Maya ... ?»


Le pas avait légèrement ralenti. Téléphone de nouveau dans ma poche, ma main libre attrapa une de ses mèches de cheveux pour la replacer derrière son oreille.

- Demain, je te remercierais comme il se doit. Tu ne te rend probablement pas compte, mais tu fais beaucoup pour moi.»


Sociabilisation. Adaptation au monde actuelle. Apaisement. Compassion, mais pas de pitié. Devais-je en citer d'autre ? Je repris la marche, pour ne pas gêner l'apprentie pour l'emmener du coté du marché. C'était la même direction que l'établissement, de toute manière.

Derrière, on pouvait voir nos amis abrutis en train de jouer les tortues et pester car il avaient mal aux fesses.
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Mer 8 Avr 2015 - 20:06
Ils auraient mérité une punition…
Selon Maya, ils l’ont eue, pas besoin d’aller plus loin. D’ailleurs, elle n’aurait peut-être pas dû frapper contre la vitre : ne jamais perdre patience, ne jamais se montrer agressif, toujours garder son sang-froid et ignorer les provocations. Ces garçons vont avoir une dent contre elle maintenant, et… elle ne perd rien pour attendre. La prochaine fois, ils feront pire que des gestes obscènes à son égard.

L’adolescente tourne la tête vers Clarke et l’observe, l’expression neutre, pour essayer de deviner ses pensées. La punition « bouée de canard », une balle sortie d’on ne sait où, n’est pas loin de la faire mourir de rire, tout comme le commentaire sur les maillots qu’ils portent. Moches ! Parce qu’ils sont d’une stupidité infinie, ils sont également moches, eux et tout ce qu’ils peuvent porter ! C’est tellement vrai, tellement excellent que Maya en verse des larmes, ne pouvant plus s’arrêter de rire. Clarke est géniale, très efficace quand il s’agit de détendre l’atmosphère. Difficile de retrouver sa respiration après ça.
S’essuyant les yeux et reprenant ses esprits, la jeune femme soupire joyeusement, totalement déstressée.

- Ah… alala, vous êtes vraiment incroyable !

Elle acquiesce lorsque Clarke annonce de partir en direction du marché pour aller acheter une robe. Cette fois, cela marquera bien la fin de leur rendez-vous… mais Maya n’en est pas trop affectée. D’une, elle ne veut pas voir ce que sa partenaire de bal va acheter et de deux, elle a un cadeau à dessiner et à matérialiser, et cela ne s’annonce pas de tout repos. Alors qu’elle allait elle-même sortir son téléphone pour regarder quelques informations, la jeune femme remarque que son amie a sorti le sien. Elle s’y habitue, petit à petit. Elle a l’air de faire ça presque naturellement, sans y penser. Une très bonne capacité d’adaptation à la technologie, c’est remarquable, ça aussi. Cette femme est vraiment pleine de ressources, pleine de qualités !


Maya.
Elle vient de l’appeler par son prénom… puis laisse un blanc, et ralentit l’allure. Maya ralentit également en la dévisageant, étonnée. Plus le blanc s’allonge et plus la tension monte. Que va-t-elle dire… ? Quelque chose d’important, quelque chose de… très important. Voyant une main s’approcher de sa joue, toucher et recoiffer si tendrement une mèche rebelle derrière son oreille… Maya rougit et déglutit. Elles se regardent dans les yeux avec beaucoup d’émotion. C’est peut-être le moment ? Il ne faut pas être impatiente, encore une fois… mais son cœur bat si vite et le désire tellement que…
… que Clarke l’achève en prononçant simplement le mot « demain ». Demain, elle la remerciera. Vivement demain alors… parce que même si Maya est d’une patience infinie, son cœur, lui, ne tient plus. Son esprit non plus.

- Ça… ça me touche beaucoup, merci. Je… promis, je ne m’arrêterai pas en si bon chemin et je continuerai à faire beaucoup pour vous, sinon plus encore. Et… moi aussi, je compte vous remercier avec l’épée de Persée !

Le risque, c’est qu’au bout d’un moment, Clarke n’ait plus besoin de Maya… contrairement à cette dernière, chez qui la présence de la Méduse sera de plus en plus indispensable, affectivement parlant. Mais ce risque est connu et est accepté, le jeu en vaut la chandelle. Qu’elle se sache à l’origine du renouveau d’une future grande Déesse lui procurera le plus grand bien, que celle-ci reste à ses côtés ou non.
Après quelques minutes de marche, elles arrivent au niveau du marché… et l’heure est venue de se quitter. Maya bondit devant Clarke en se penchant légèrement en avant, la tête relevée, les mains dans le dos, un sourire malicieux collé aux lèvres.

- 내일, 나는 당신과의 키스됩니다. 맹세 해요! promet-elle dans sa langue maternelle pour ne pas être comprise. Je vous laisse à vos petits achats ! J’espère que vous trouverez ce que vous cherchez. N’hésitez pas à envoyer un message… allez, même des photos si vous voulez, sauf de la tenue que vous choisirez. Si besoin… je suis dans la chambre Blue Key. Bon courage… et attention aux arnaques !


Et exactement comme la veille, la petite adolescente s’enfuit à toutes jambes. Et exactement comme la veille… elle est obligée de rapidement dévier sur le côté et disparaître derrière un mur, parce qu’elle n’arrive pas à s’éloigner. Elle s’arrête avec un souffle au cœur… mais pourquoi ? Qu’est-ce qui lui arrive ? Elle n’a pas pourtant pas envie d’accompagner Clarke, elle n’a pas envie de la regarder choisir la robe, elle veut juste aller dans sa chambre pour commencer ses plans de dessin… alors, pourquoi n’y arrive-t-elle pas ? Elle pose une main sur sa poitrine, sur son cœur, ne comprenant pas ses propres sentiments. Quoi ? Va-t-elle encore céder à la tentation et suivre sa Valentine de loin sans se faire remarquer ? Non… elle ne peut pas et ne veut pas. Si elle le veut ! C’est incompréhensible.

Peut-être que son inconscient essaye de lui parler, essaye de la forcer à aller au marché pour se choisir une tenue plus parfaite encore. Si c’est ça… d’accord… mais elle ne doit pas croiser le regard de Clarke. Elle vient de s’enfuir, ce n’est pas pour ensuite aller espionner son amie : elle le prendrait très mal. Penchant la tête sur le côté, Maya cherche alors des yeux celle qui a volé son cœur. Disparue ! Son cœur explose. Elle se met à courir vers le marché, pour essayer de la retrouver… et son cœur s’allège. C’était la bonne décision. Maintenant… visiter et faire un peu de shopping, tout en restant discrète.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Jeu 9 Avr 2015 - 0:49



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Mon futur pouvoir commun à débloqué ? La métamorphose. En fonction du nombre de palier acquis, je pourrais prendre l'apparence d'animaux, d'humain et probablement de monstre. Mais avant cela, il faut bien se les farcir, ces vilaines bêtes. Iil serait bien trop facile de prendre leur apparence sans les avoir au préalable affronter.

L'épée de Persée.. Alors elle comptait bel et bien la reproduire ? Cela devait probablement demander beaucoup de temps. Et d'efforts. Je me sentais presque coupable de lui avoir demandé cela. J'aurais peut-être du demander quelque chose de plus basique, de plus banal comme un bracelet, ou un bijou quelconque comme ce que toute fille normalement constituée en aurait eu le désir ? Mais non. Moi je suis une gorgone. Avec le pire des défauts, la rancune. Mais dans un sens, l'attention de l'apprentie me touche. C'est pourquoi, lors de notre arrivée près du marché, je sens mon cœur me dire merde. Plus nous avions avancé, plus je l'avais senti se contracter. Comme si une main invisible l'avait empoigné. Et l'idée même que l'apprentie ne me laisse ici m'avait un peu refroidie. J'aurais aimé qu'elle reste avec moi, pour que je choisisse. Mais sa remarque disant qu'il ne fallait pas voir le partenaire la veille avec la tenue me faisait penser qu'elle avait peut-être autre chose à faire ? Non. Elle devait être superstitieuse. C'est ce que je me plaisait à croire.

L'apprentie, me raconte quelque chose que je ne compris pas. Fronçant les sourcils, je me demandais si elle était sérieuse ou si elle se moquait de moi. Venait-elle d'inventer une langue ou cela voulait dire bel et bien quelque chose ?

-Aux arnaques ? ...»


Ma bouche resta entre-ouverte devant une telle réflexion, face à l'apprentie qui me tournait déjà le dos pour s'enfuir. Ce qu'elle ne savait pas, c'est qu'il n'était pas né, celui qui comptait m'arnaquer sans que me doute de rien ! Enfin. A mon époque, je m'en rendais compte. Aujourd'hui, avec tous ces nouveaux textiles et autres... c'était différent, je l'admet. Il m'était difficile d'évaluer le prix de beaucoup de chose, notamment concernant la "technologie". Mais cela tombait bien, car ce n'était pas ce que je souhaitais acheter. J'avais entendu dire par les pimbêches avec lesquelles je traînais en temps habituel que des robes, on pouvait en trouver des très bien pour peu cher. J'allais donc opter pour ce choix. Je n'avais dans tous les cas aucuns goûts sur ces choses là, alors il m'était difficile de choisir.

Tournant la tête, mon regard se porta sur l'endroit ou j'avais vu Maya la dernière fois. Je sentais quelque chose d'étrange dans mon fort intérieur. Comme un blocage, ou quelque chose de désagréable. Un force semblait vouloir m'attirer de l'autre côté. Était-ce dû à l'apprentie ? Tentant de reprendre ma marche, je me sentis de nouveau apaisée. Je ne savais pas réellement pourquoi.

Regardant un à un les stand, mon regard s'attarda sur l'un d'eux, au bout d'une dizaine de minutes qui présentait tout un assortiment de vêtement. Il était même possible d'acheter les chaussures qui allaient avec. Enfin, les trucs à talons, je me voyais mal avec. Hésitation. Je pris le portable de ma poche et fit un gros plans sur deux robes que je trouvais assez sympathique. Sur les photo, on ne voyait que des couleurs, robe bleue ou robe blanche, pas les formes des robes. Puis, dans un message, j'envoyais le tout à l'apprentie déesse. Elle ne se trouvait plus avec moi, mais son avis m'importait tout de même. Peu de temps après, je recevais déjà une réponse.

La réponse me fit sourire. Et sans l'essayer, je fis confiance au choix de l'apprentie. Je prenais celle dont la couleur lui plaisait le plus. C'était probablement stupide. Et niais. Mais j'en ressentais l'envie, sur l'instant. Ridicule. Mais vraiment. Et le pire c'est que je souriais au vendeur, presque niaisement. Et puis finalement, j'achetais même les chaussures avec. Des monstres avec des talons que je trouvais haut. Mais ils étaient assortis avec la robe...

Finalement, ca n'avait pas traîné. Je pris le chemin de ma propre chambre pour aller essayer tout ceci.

Pour une personne qui n'aimait pas tellement ce genre de chose, d’événement, j'étais presque impatiente que le soir tombe.

Rejoignant ma chambre, je me laissais tomber sur mon lit. La nuit allait être longue, pensais-je, en me morfondant déjà de la petite apprentie qui m'avait fait faux bond.
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Ven 19 Juin 2015 - 14:50

Un rp très tendre et tout meugnon =3
On parle de perte, on parle de peur, on parle d'amour, ce fut très agréable de vous lire et tout les sujets ont trouvés très naturellement leur place. Comme toujours un peu d'humour pour faire encore plus sourire (Maya en larve ma fait beaucoup rire, surtout quand cette dernière se met à regarder ses cheveux)
Vous avez très bien amené la contrainte de distance imposé. Attention aux petites lettres qui on tendance à s'envoler par contre x)

Je vous retrouve pour la suite o//

Maya Tensho : 1170 xps
Clarke Griffin : 1185 xps

Xps attribués : Yup =)


J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
[Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya]
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya]
» Event de la Saint Valentin : Pokémon Go !
» [Terminé][Piscine] [Event St-Valentin] "La vie n'est que des choix: continuer son chemin ou plonger" [Fletcher Salir/Aël T. Demareck]
» ◮ EVENT ST VALENTIN — lillias nicolson et jaimie thompson
» ◮ EVENT ST VALENTIN — luzia ozores et sean mclloyd

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Parc aux abricots-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page