Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
[Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Mer 11 Mar 2015 - 23:30



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



J'avais tellement les pensées prises par des interrogations, ma foi, futiles, que le sommeil avait mit beaucoup de temps à me gagner. Regardant le plafond de ma chambre, mon regard se perdit dans des détails de peintures. Tout était impeccable, pas une seule bavure. Pourquoi tout était parfait ici ? Pourquoi les gens semblaient vouloir devenir eux aussi parfait ? Qu'y avait-il à se prendre pour un dieu, était-ce réellement si jouissif que cela ? Et si moi aussi, j'en devenais un en atteignant un stade d'évolution avancé, que ferais-je de ce statut ? La vengeance est une chose, mais après. Si je venais à trouver Poséidon et la possible réincarnation de Persée, qu'est ce que cela pourrait m'apporter mis à part la satisfaction de trancher leur cous ? Et quand bien même je m'en serais débarrassé, que ferais-je de ma vie ? Pourquoi continuer d'exister une fois l'objectif ultime atteint ? Devrais-je quitter ses lieux et continuer en tant que renégats pour les aider à servir leurs projets ? Je n'étais qu'un pion, au même titre que les autres. Si ils devinaient une quelconque faiblesse chez moi, ils n'hésiteraient pas à me dénigrer et ne plus me considérer  comme l'un des leurs. Mais n'était ce pas la bonne chose à faire, afin de m’abstraire de tout cela ? Je pourrais me repentir ? Non. Bien sur que non. Une personne ayant tué des humains et des apprentis dieux ne peut être pardonné aux yeux de Deus. Surtout quand on lui ment comme je le faisais, en vivant sous son nez tout en servant l'autre camp.

Le regard perdu sur le plafond, je ne vis pas les heures défilés, quand bien même mes camarades de chambres -aussi peu soient-ils-, venaient de rentrer. Ils avaient leurs habitudes, leurs manies. Certains allaient direct se laver, d'autres se changeaient, mais tous venaient pour une seule et même raison, se coucher. Était-il si tard que cela ? Je n'avais pas pris le temps de manger, après tout, mon ventre était encore rempli à bloc depuis cette après-midi. Et c'est bien plus tard dans la nuit que mes pensées cessèrent de me harceler, me laissant en paix. Morphée venait de passer.

Ouvrant les yeux d'une traite, je me redressais sur mon lit, comme hypnotisée. Ma tête me cognait. Avais-je pris trop de médicaments hier soir ? Non, pourtant non. Ça ressemblait plus à une gueule de bois, sans l'alcool. Mon bras droit se posa sur mon front. Je me sentais bizarre, un déchirement dans ma poitrine. Pourquoi diable avais-je ce genre de ressentit ? C'était comme si une personne s'éloignait de moi alors que je ne le désirais en aucuns cas. Un drame romantique. Quelle niaiserie, pensais-je en en posant les pieds sur le sol.

J'avais l'impression que la tête me vrillait, avais-je trop dormi ? Je pris mon téléphone et cliqua sur un bouton. L'heure s'afficha. Quinze-heures, déjà ? Mince, Maya devait m'attendre quelque part ? Était-elle sortie de l'académie ? Je me sentais vide, d'un coup, constatais-je, en m'habillant. Comme si j'étais .. Seule. Après avoir jaugé le temps en jetant un coup d’œil par la fenêtre, je pris un jean et un chemisier simple que je passais sur moi. A vrai dire, je ne savais comment m'habiller. J'aurais pu m'habiller classe, de manière jolie, car étrangement, j'en avais l'envie. Comme un étrange besoin de plaire. Mais ce sentiment me paraissait complètement tordu. J'optais pour quelque chose de simple. La contradiction de mes pensées allait me rendre chèvre.

Prenant soin de prendre mon téléphone, je sortis de la chambre et envoya un message à Maya. Dur d'écrire en marchant. Je venais d'en prendre conscience en évitant tout juste le mur dans lequel je fonçais.

SMS : " Bonjour Maya, je m’excuse de mon message tardif, je viens seulement de me réveiller. Je vais au parc des abricots, connais-tu l'endroit ? "

J'avais entendu quelques conversations hier, de mes camarades de chambre. Ils avaient parlé d'un lieu avec beaucoup d'abricots dans les arbres. Ce n'était, me semble-t-il, pas la saison. Et pourtant... Je pris la direction de ce fameux parc. Parfois, je me sentais attirée par une force invisible qui semblait vouloir me faire ralentir.  C'était assez étrange..

Après quelques minutes de marche, je venais de rejoindre le parc et m'y introduis, inspectant les alentours. Il faisait beau, c'était agréable... Je pris un abricot et le mis dans ma bouche sans scrupules. Ce n'était pas du vol, j’espère ?
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Jeu 12 Mar 2015 - 23:50


Endormie immédiatement, réveillée à 5h30… dans une forme plus qu’olympienne. Maya s’est rarement sentie aussi bien. Elle se lève d’un bond, se met à danser, à se trémousser et à fredonner tout bas une chanson joyeuse, bénissant la nuit d’être passée rapidement et sans encombre. Bien entendu, à dormir habillée, ses vêtements sont maintenant complètement chiffonnés… signe qu’elle a énormément bougé pendant la nuit. Sans doute a-t-elle fait de beaux rêves ou de mauvais cauchemars… dans les deux cas, elle ne s’en souvient plus. Et pour les fringues, elle ne comptait de toute façon pas les garder deux jours de suite.

La joyeuse luronne allume son téléphone portable et constate qu’elle n’a reçu aucun message hier soir… rien en provenance d’une certaine Clarke Griffin en tout cas. Toujours radieuse, elle fouille dans un tiroir, choppe une paire de sous-vêtements blancs, puis se dirige vers la salle de bains. Elle se déshabille, s’agenouille à côté de la baignoire et commence à faire couler l’eau en testant la température avec le bout de ses doigts. Ce matin, c’est certain, il lui faut quelque chose de très chaud ! En attendant que la cuve se remplisse, l’adolescente file sous la douche pour s’y laver avec énergie, application et délicatesse.
Un peu de bain moussant à la vanille et enfin, elle peut entrer et se prélasser dans ce bain qui s’annonce… exquis. Et aujourd’hui, elle ne le prend pas seulement pour elle : c’est toute une préparation minutieuse pour un rendez-vous… tout à fait normal, à priori. Pour qu’il soit réussi, mademoiselle se doit d’être propre, sentir bon, sa peau doit être douce et tendre… ça ne s’improvise pas, c’est tout un art. Vingt minutes ne seront pas de trop… et vu l’heure, Yanina Lando, sa camarade de chambre, ne se plaindra sûrement pas de cette monopolisation matinale interminable.
L’apprentie sort finalement et s’enveloppe dans sa serviette, vide et rince la baignoire, enfile ses sous-vêtements, puis va choisir de quoi s’habiller. Devant l’armoire ouvert, le choix s’avère difficile… mais elle a beau avoir un rendez-vous, Maya aura également des cours à suivre… alors, ce sera l’uniforme de l’école. La chemise, la veste, la minijupe et roulez jeunesse.


Enfin, 7h10, il est temps de partir.
Maya récupère un paquet de gâteaux qu’elle place dans son sac avec toutes ses autres affaires, puis regarde son téléphone, sourit, et sort de la chambre en sautillant. Dans les couloirs, elle passe par hasard devant Simply Room… s’arrête… écoute… puis part gaiement vers les escaliers. C’est pour aujourd’hui de toute façon, il suffit d’être patiente ! Un étage plus bas, elle s’arrête soudainement et s’écroule à genoux en posant une main sur sa poitrine. Une douleur insupportable… elle souffre… et pourtant, tout allait bien ce matin. Que lui arrive-t-il ? La fatigue ? Une crise ? Un pouvoir divin malveillant ? Elle regarde autour d’elle. Il y a bien quelques individus, dont certains la regardent, mais ils n’ont pas l’air agressif. Alors quoi ?
En se relevant, elle gémit en grimaçant. Personne n’a l’idée de venir vers elle pour lui demander si tout va bien… alors, elle grimpe quelques marches pour remonter à son étage… et plus elle avance, plus la douleur se calme. De retour dans la Blue Key, la demoiselle s’agenouille devant son lit et pose sa tête sur son matelas. Il faut croire que c’est une bonne excuse pour ne pas aller en cours et prendre un jour de repos… mais pour son rendez-vous avec la Méduse… elle ne peut pas l’annuler comme ça ! C’est impossible… elle préférerait même y aller et devoir supporter cette douleur atroce pendant tout le temps que durerait leur petite réunion à toutes les deux.
Et c’est ce qu’elle fera.

3 heures plus tard, Maya s’est allongée sur son lit, les yeux rivés vers le plafond. De temps à autre, elle jette un coup d’œil à son portable, mais rien. Clarke est sérieuse, elle : les cours avant tout.
Midi. La petite apprentie n’a rien avalé depuis le goûter de la veille, mais elle n’a pas particulièrement faim. La morosité l’a gagnée.


Quelle heure est-il maintenant ? Ça n’a plus vraiment d’importance. Il faut croire que l’adolescente aurait largement eu le temps de terminer tous les niveaux de Candy Crush Dea au niveau le plus difficile… le fameux « God Mode ». Les académiciens ont toujours eu de l’humour, ces génies de l’informatique aussi. Mais quand on n’a pas la tête à ça… alors, on regarde le plafond toute la journée en ayant des idées de plus en plus sombres. Et c’est alors qu’à nouveau, son cœur lui joue des tours. Cette fois, pas de douleur, mais la sensation d’un serrement… et tout cela juste avant que le téléphone posé sur la table de chevet ne vibre. Maya précipite ses mains dessus et lit, oubliant tous ses soucis.

Trois secondes plus tard, elle est debout, elle sort de la chambre et court dans les couloirs. Elle saute littéralement dans les escaliers pour descendre encore plus vite. Elle pousse les portes de l’internat en bousculant des gens, puis court en direction du parc aux abricots.

- Bonjour… madame… Clarke… fait-elle, pliée en deux, essayant de reprendre son souffle.

Son interlocutrice se tient juste devant elle.
Maya s’approche, ravie et totalement chamboulée de revoir Clarke, et, exactement comme hier, elle passe ses bras autour de son cou et dépose le doux bruit d’un baiser à son oreille. Une oreille, puis l’autre. C’est comme ça qu’elle la salue aujourd’hui… et c’est ainsi qu’elle la saluera à partir de maintenant et pour des siècles et des siècles.
En reculant, elle remarque que sa camarade… mâche quelque chose.

- Ah… Euh… est-ce que… vous êtes… en train… de manger… un abricot… de ce parc… ? reprend Maya, toujours essoufflée. Il ne… faut pas… vous allez… fiouu… vous allez être malade après. À ce qu’il parait, c’est encore… plus puissant que de la drogue… ou… pour vous expliquer plus simplement… ça… peut nous mettre dans un état… second.

Et ce n’est pas idéal… Il est déjà plus de 15h, et si Clarke mange ça… elles risquent d’avoir un peu de mal à discuter convenablement.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Ven 13 Mar 2015 - 12:14



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Comme une étrange sensation de perdre pied. A peine venais-je d'ingurgiter l'abricot que je me sentais.. Étrange. Un étrange ballonnement enflait mon ventre, et pourtant, j'avais l'impression d'être dans un rêve. Un rêve avec des couleurs , beaucoup de couleurs, et tellement réaliste. Tournant la tête pour regarder autour de moi, l’endroit lui-même avait « changé ». Les couleurs étaient plus éclatantes, la chaleur se faisait plus chaude, plus douce. Les abricotiers donnaient naissance à d'étranges phénomène. Plissant les yeux , je fis un pas vers l'un des arbres et regardai ce qui auparavant était un abricot. Désormais, une grosse larve mole de couleur orange avait pris sa place. C’était un arbre à larve ? Retroussant le nez, je reculais, un peu dégoûtée. Cela voulait dire que je venais d manger.. une larve... Tirant légèrement la langue de dégoûts, je continuait de reculer jusqu'à ce qu'une voix ne m’interrompt. Dans un sursaut, je me tournais vers ce qui devait être Maya.. Mes yeux s'écarquillèrent en voyant une larve, une larve taille humaine. Elle avait.. Qu'avait-elle donc fait de Maya ? Elle me fit un bisous, sur la joue. Je restais droite comme ahurie. J'étais tellement sous le choc que je n'avais pas rejeté la petite étreinte à laquelle j'avais eu le droit (et heureusement).

La larve se mit à parler, avec la belle voix de Maya. Clignant les yeux bêtement, je la regardais de haut en bas, ahurie. Qu'en avait-elle donc fait ? Se cachait-elle derrière elle ? Non, elle avait du se faire manger !

Mes yeux trahissais la prise de cette chose, de l'abricot. Ils étaient trouble, pupille dilatée. Chose étonnante vu la clarté du jour. On cœur s’accéléra, je devais sauver Maya en me débarrassant de cette larve géante ? Peut-être devrais-la la lui faire recracher ? Si je tapais la larve, cela risquait de se faire sentir, Maya percevrait probablement les coups. Me détournant de ce qui semblait être la grosse larve, je me tournait et regardais le sol.  Je fis quelques pas plus loin et revins, avec une branche tordue que j'avais trouvée sur le sol en main. Branche d'environs 1cm de diamètre. Donc en soit, rien de très menaçant.

- Rend moi l'apprentie que tu as gobé, vile créature ! »


Branche tendue vers l'apprentie-déesse que je prenais pour une larve, j'avais la posture d'un chevalier un peu bancale. Peut-être un poivrot. Quelle classe. A moins que.. Peut-être... Peut-être était-ce la véritable apparence de l'apprentie ? Qu'elle avait essayé de me faire une belle surprise en se montrant sous son vrai jour ? Elle aussi aurait donc un passé hybride, ou même simplement.. animal...

- Ma … Maya … ? »


Sourcils froncés, je regardais l'apprentie, ahurie. Devais-je m'excuser ? Devais-je me frapper la tête sur le sol pour me faire pardonner d'un tel affront ? Je venais de la traiter de vile créature, elle qui avait été adorable et qui ne montrait aucune hostilité envers les autres -si on enlève Jhoken de l'équation-. Elle voulait se montrer sa vraie apparence pour que je l'accepte et moi... Moi je la menaçais avec une branche. Baissant les yeux sur la branche que je tenais en main, mon regard se perdit dessus, avant baisser ce qui semblait être une arme de fortune. Mes doigts se desserrèrent, faisant tomber la branche au sol.

- Alors toi non plus, tu n'as pas été « qu'une humaine » ? »


Mon regard la détaillais, de haut en bas, observant le corps flasque de la larve. Elle n'avait rien en commun avec la Maya que j'avais vu hier, seulement sa voix et ses yeux. Le reste... Tendant légèrement le bras en avant, mon index vint toucher la peu flasque de la larve au niveau de son ventre. Des bourrelets se mirent à danser. Je fis la moue.

Et pourtant, ce qu'il me semblait être des bourrelets étranges et visqueux n'étaient rien d'autres que de jolies vêtements. Maudits abricots.
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Ven 13 Mar 2015 - 22:01
L’abricot hallucinogène a commencé à agir : Clarke délire totalement. À moins que… Maya ait vraiment une tête monstrueuse ? Cette expression de dégoût encrée sur son visage, tandis qu’elle reluque l’adolescente de la tête aux pieds… c’est un peu effrayant.

Maya baisse la tête, regarde ses vêtements, ses mains, ses doigts… tout semble en règle. Elle touche ensuite son visage, ses joues, se pince pour vérifier que tout est là, doux et tendre au toucher… pour le coup, ça ne servira sans doute à rien si la Méduse pète un câble comme ça. Le rendez-vous risque de tourner court. Dernière vérification en passant ses mains dans ses cheveux, pour vérifier qu’il n’y a pas de… genre d’insecte qui serait en train de squatter ou de la gober, comme semble le penser Clarke. Là encore, bredouille, tout est en ordre. Alors, la petite apprentie relève les yeux et voit son amie ramasser puis braquer un morceau de bâton ridiculement petit vers elle. Ainsi mise en joue, la miss a un réflexe stupide : elle lève les bras en l’air. Après tout, on ne sait jamais : le plus petit morceau de branche peut s’avérer infiniment puissant dans les mains d’un dieu… mais quand même.
Finalement, rien. Ou plutôt si : Clarke la reconnaît. Ou pas.

- Je… je… mais qu’est-ce que vous racontez… ? fait Maya, très stressée, alors que son amie s’approche d’elle à nouveau. Je suis bien une humaine… j’ai toujours été une humaine…


La Méduse avance une main et la touche du bout des doigts… un peu comme une enfant qui toucherait une créature inconnue pour la première fois. De son côté, Maya baisse les bras et la laisse faire un peu… mais pas pour longtemps. Elle aime bien les contacts, d’accord… mais se faire tripoter de cette façon, c’est tout de suite moins agréable. Surtout quand on le prend pour… quelque chose d’autre. Si bien qu’elle finit par agripper le poignet de Clarke, un brin agacée, pour l’empêcher de la toucher encore.

- Madame… ! Vous avez une hallucination, vous voyez des choses imaginaires… enfin je crois. C’est Maya, la même qu’hier, coucou… elle bouge sa main devant ses yeux, qui n’ont malheureusement pas l’air de suivre le mouvement. Ce sont les abricots qui font ça. Combien est-ce que vous en avez mangé… ?

Un peu trop apparemment. Vu son état, il faudra peut-être un passage par l’infirmerie pour calmer tout ça. Ou alors, attendre… mais ça risque de ne pas être très drôle. Attendre, c’est ce que Maya fait depuis ce matin… et bien que sa patience soit quasiment sans limites… ça suffit maintenant. Elle aimerait converser avec Clarke sérieusement… de femme à femme.

- Vous êtes dans un état second… J’ai lu des choses sur la Grèce antique hier soir, j’ai l’impression que vous êtes dans le même état que… que les oracles pendant leurs divinations. Vous voyez des choses… mais tout est dans votre tête, c’est le fruit de votre imagination. Vous voyez… soit vos pires cauchemars… soit ce que vous souhaiteriez voir…


Dans les deux cas, ce ne serait pas très flatteur… mais est-ce que Clarke écoute au moins ? Ou est-ce que ses oreilles la trahissent également ? Tant que Maya n’aura pas la réponse, mieux vaut ne pas lui lâcher le poignet… il ne faudrait pas qu’elle s’enfuie dans cet état. Ah… et depuis qu’elles se touchent ainsi, l’adolescente ne ressent absolument plus aucune douleur ni aucun pincement au cœur… ce serait même le contraire. Une sensation de liberté, de chaleur, de bien-être, d’épanouissement… une liste sans fin d’adjectifs positifs, c’est assez incroyable et insolite pour être souligné.
Posant son autre main sur le front de l’ex-Gorgone, la jeune femme ne constate rien d’anormal… mis à part l’insouciance et l’impolitesse dont elle fait elle-même preuve. Elle s’autorise à toucher le corps d’une autre sans son autorisation… Pour un câlin, passe encore, mais pour vérifier sa température… c’est totalement grossier et malvenu. Comprenant sa gaffe, elle retire précipitamment sa main et recule un peu… tout en gardant tout de même prise sur son poignet.

- Allongez-vous un peu, je vous en prie... Vous irez mieux rapidement… j’espère.

En vérité… que faut-il faire ? Maya n’y connaît rien en médecine ni en secourisme… Elle ne sait que verser de l’eau sur la figure des gens pour leur remettre les idées en place. Est-ce que ça fonctionnerait dans ce cas ? Sûrement pas…
Pourvu que tout se passe bien…
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Sam 14 Mar 2015 - 18:05



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Froncement de sourcils. Après tout le temps que l'on avait passé ensemble, je ne pouvais pas simplement partir en tournant le dos à Maya. Si c'était sa véritable apparence, alors je l'accepterais ainsi. Je me devais  de le faire, de toute manière. Moi même n'avais-je pas toujours été faite comme une humaine puisqu'un tiers de ma vie, je l'avais passé avec une queue et des cheveux de serpent.  La voix de l'apprentie sortie de la bouche de ce qui me semblait être une larve. Plissement de sourcils. Donc c'était vraiment elle, et non pas une voix qui venait de l'intérieur de son ventre, comme si elle avait gobé l'apprentie. Baissant le nez, mon regard s'attarda sur la membrane ? La main ? Qui se posa sur mon poignet. C'était froid et visqueux. Qu'elle étrange sensation. Fermant les yeux, je me concentrais sur sa voix. Les oracles ? Elle me comparait à ces vieilles biques ?
- Il y avait en effet deux types d'oracles, à l'époque.. Ceux dont les dieux venaient réellement leur souffler des sibyllines et ceux qui pensaient voir et entendre des choses...»


Même les yeux fermés, il me semblait que la terre tournait plus vite, comme si je dansais sur place alors que mon corps ne bougeait pas. D'étranges couleurs dont je ne pourrais donner de noms, pétillaient sous mes paupières closes. Étrange phénomène. D'après Maya, soit je pouvais voir ainsi mes pires cauchemars, soit cela pouvait être des choses, que je souhaitais voir. Je ne détestais pas les larves, mais je ne les aimais pas non plus. Peut-être juste était-ce une hallucination, tout comme les oracles ? Je sentis la main se poser sur mon front, ce qui m’invita à rouvrir les yeux derechef, surprise. Entre deux battements de cils, il me semblait voir Maya, la vraie, avec son corps humain.

Baissant légèrement le menton, je m’exécutais et m'assis par terre sous le conseil de l'apprentie déesse. Pire, je venais de m'asseoir contre le « larvier » ou j'avais pris tout à l'heure un abricot. Dos contre le tronc, ma main droite se posa sur mon front.

- Savais-tu que dans les temps anciens, que ce soit en Égypte, en Grèce ou en Inde, beaucoup de personne pensaient avoir la visite des dieux et se considéraient tel des oracles ou des prophètes alors qu'il n'en était rien ? Tout comme aujourd’hui, les drogues existaient. L'inhalation des vapeurs eut provoquer de drôles de phénomènes.. Certaines prêtresse de Delphe n'étaient simplement que des droguées.. »


Avouais-je, en étirant un sourire sur mes lèvres. Que d'ironie. Dire que certains croyants étaient tellement désespérés qu'ils étaient poussé à avoir recourt à la drogue pour espérer parler à leurs dieux. Quelle bande de nigaud. Si leur dieu avait voulu se manifester, probablement l'auraient-ils déjà fait. Paupières closes, je entais de me concentrer sur les bruits aux alentours qui me semblaient décuplés. C'était donc cela. Les parole de Maya concordaient. Les abricots n'étaient pas simplement des fruits basiques mais avaient aussi ce genre de contenus hallucinogènes. Manquerait plus que j’aperçoive Poséidon dans une ultime ironie.

Mes yeux s'entrouvrirent pour que je puisse poser mon regard sur l'apprentie. Elle n'avait donc rien d'une larve, ce n'était que mon imagination. Et quelle imagination tordue.

- Je suppose que tu as donc fais la connaissance de mes deux fils, en faisant tes recherches ? »


Même si mes pensées envers mes deux monstres n'étaient en général que tristesse et regrets, j'arrivais à garder un sourire perpétuel sur mes lèvres. Être séparé de ses enfants étaient probablement la pire chose qu'une mère pouvait supporter, même si ceux-ci ne sont pas désiré, dans le fond.

- Tu dois donc te demander quel est donc le secret de ma jeunesse ! Bien conservé, pour une vieille, non ?. »


Questionnais-je, en refermant les yeux, amusée. Même si je voyais encore des choses étranges, je tentais de me concentrer uniquement sur la voix de l'apprentie, afin de ne pas paniquer. Si j'allais frapper des apprentis-dieux en les prenant pour des monstres, je me retrouverais bien embêtée...
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Dim 15 Mar 2015 - 15:24
La communication entre les deux jeunes femmes semble bien se dérouler, les abricots ne perturbent donc pas tout le système nerveux. À moins que Clarke ne se soit arrêtée suffisamment tôt pour s’éviter des crises d’hallucination aigües... ce qui, somme toute, est une bonne nouvelle.

- À notre époque aussi, on trouve des gens qui prédisent l’avenir… des voyants. J’ai toujours pensé que c’était faux… mais… en y repensant bien… je pense que c’est la même chose : il y a les honnêtes voyants et les charlatans.

Des dieux qui soufflent l’avenir aux vivants… C’est vrai, il pourrait y avoir des domaines divins qui fonctionnent en ce sens. Certains humains, choisis par les dieux, auraient la capacité de les entendre et de répandre leurs bonnes paroles… que ce soit par choix ou sous la contrainte. D’autres humains jaloux, qui n’auraient pas la chance d’avoir été choisis et qui chercheraient gloire et fortune, se mettraient à les imiter. « L’état second », ce serait simplement pour faire plus réaliste… d’où la prise de substances… Bref.


Puis, Clarke se lance dans le sujet sur ses fils. L’adolescente n’arrive pas à cerner si le ton employé est joyeux, neutre ou empli de reproches… alors, elle va plutôt se lancer dans une réponse à base d’admiration. Au besoin, elle s’adaptera à la réaction de la Méduse... mais mieux vaut rester naturelle et spontanée. Parce qu’il vaut mieux rire qu’en pleurer.

- Oui, j’ai vu pour vos enfants ! Ils sont vraiment extra, surtout Pégase ! Regardez, en tant que déesse, j’ai même des ailes, exactement comme lui !

En prononçant ces mots, elle a croisé ses bras devant sa poitrine et a fermé les yeux. Elle respire profondément quelques instants… et ses ailes divines finissent par se déployer dans son dos. De belles et grandes ailes blanches qu’elle bouge lentement pour créer une petite brise fort agréable. Tournant la tête sur le côté, détendue, souriante et sereine, l’adolescente ramène ensuite une aile devant elle pour en caresser le bout sous ses doigts. Les plumes sont froides, sensibles et douces... les réchauffer en les touchant ainsi est agréable, là encore. Enfin, la petite apprentie sautille vers Clarke pour s’asseoir à genoux sur le sol, en face d’elle, et, en se penchant légèrement en avant, déposer délicatement le bout de son aile dans la main de son amie.

Techniquement, Maya ne conçoit pas ces ailes comme étant celles de Pégase, mais plutôt celles d’un ange… mais ces créatures bienfaisantes sont apparus bien après dans l’histoire, non ? Méduse ne comprendrait pas de quoi elle parle, pas vrai ?
Que ces ailes soient un héritage de Pégase lui-même, c’est beaucoup plus beau… c’est pour ça qu’elle favorise cette version plutôt que l’autre.

- Vous devez être fière d’eux… même si… pour qu’ils naissent… vous avez dû…

… mourir. Clarke sourit, mais que pense-t-elle de tout ça ? Maya ne peut pas se mettre à sa place pour s’imaginer… parce que devoir mourir pour donner naissance à deux êtres, c’est se sacrifier… mais ce n’est pas le même type de sacrifice que pourrait faire une mère humaine, même si le résultat final est le même.
Clarke n’a pas choisi de leur donner naissance…

- Vous savez qu’ils vous regardent, pas vrai ? Chrysaor a eu une belle vie, même si nous ne savons pas grand-chose de lui… quant à Pégase, il est devenu la constellation qui brille parmi les étoiles, dans le ciel. De là-haut, il peut nous voir, j’en suis sûre ! fait-elle en levant la tête vers le ciel bleu. Elle se tait un instant avant de baisser la tête. Je suis désolée… j’ai vraiment tout lu sur vous…


Désolée d’en savoir en peu trop, désolée d’avoir fait du voyeurisme. Toute cette histoire, toute l’intimité de cette famille révélée au grand jour et pouvant être lue par n’importe qui…

- Mais je veux vous rassurer : aux yeux de tous, vous n’êtes ni monstrueuse, ni vieille… vous êtes juste vous, une femme… une mère jeune et jolie…

Elle pourrait l’être davantage encore. La nature lui a donné de beaux yeux, un regard envoûtant… il lui manque peut-être le style vestimentaire, moins classique… ou plus adapté. Enfin… la vie ne se résume pas à être belle aux yeux des autres, il faut aussi se faire plaisir soi-même et être à l’aise dans sa peau. Maya aime les uniformes de l’école puisqu’ils laissent ses jambes libres, contrairement aux pantalons ou autres jeans qui empêchent d’écarter ou lever les genoux et porter des coups hauts.
Mais l’adolescente ne peut s’empêcher de penser : qu’aurait été Clarke au mariage ?
Une invitée classique ou la femme la plus… convoitée ?
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Dim 15 Mar 2015 - 18:05



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Comme c'était étrange. Finalement, l’espèce humaine ne semblait pas évoluer. A croire qu'elle répétait les mêmes erreurs et les mêmes bêtises que par le passé. « Les voyants » que l'apprentie les appelait..  Mon sourcil droit s'arqua lorsque Maya parla de Pégase et de ses ailes. Tout comme les siennes. Ma bouche s’entrouvrit pour dire quelque chose, mais quoi, moi-même je ne le savais réellement. Mes yeux étaient ouverts depuis quelques minutes, et je ne voyais plus l'aspect de larve que par intermittence. Je voyais désormais ses ailes. De grande ailes blanches. On aurait dit un ange. Ou du moins, les représentations tel que j'en avais vu dans les livres. Alors les anges seraient-ils des dieux ailées, finalement, un peu comme l'apprentie ? Dodelinant de la tête, je regardais l'aile qui désormais touchait la main que j'avais tendue vers elle. J'en avais vu des choses depuis mon « retour à la vie », mais cela était d'une grande beauté. Il ne manquait plus qu'une petite auréole au dessus de sa tête.

J'écoutais les paroles de la jeune femme sans l'interrompre. Tout ce que je savais de mes deux fils, je l'avais lu dans les livres moi aussi. Leur vie avait probablement été plus paisible et sereine que la mienne, ce qui en soit me rendait assez heureuse pour eux. Mais je trouvais assez paradoxale les propos de Maya. « La haut » ? N'étions nous donc pas dans ce que les humains appelaient « le ciel » ? Au dessus de l'Olympe, y'avait-il nos défunts ? N'allaient-ils donc pas au royaume d’Hadès ?

L'apprentie semblait étonnement gênée tout d'un coup. Mais pouvais-je lui reprocher d'avoir fait des recherches sur mon passé ? Je me redressais alors, et tendis le bras droit pour poser ma main sur le dessus du crâne de Maya. Dans un geste affectueux, mes doigts entraînèrent ses mèches en arrière, dans une simple caresse, pendant que sur mes lèvres, un sourire s'étirait de nouveau.

- Crois-tu réellement que j'ai motif à en vouloir à l'une des seules personnes qui s’intéresse à moi ?»


Relâchant ses mèches, ma main droite longea son visage pour se poser sur sa joue. Je tendis alors ma seconde main pour la poser sur son autre joue. Puis, de mes deux pouces, je tirais légèrement les commissures des lèvres de l'apprentie.
- Ne fais donc pas cette tête là, d'accord ? Tu as le droit d'être curieuse. Ma vie n'est un secret pour personne, je suppose. Même si certaines versions ne sont pas tout à fait vraies, elles en gardent une part de vérité, et cela, même des personnes ignorant mon existence ont probablement du en entendre parler. Au même titre que les aventures de Mr Potter.. »


Ça, c'était de l'exemple, du bel exemple. J'avais lu le premier livre retraçant son parcours, son aventure. J'étais persuadé qu'il était n grand sorcier. Probablement était-il décédé. C'est lorsque les personnes ne sont plus de ce monde que l'ont relate leur vie et leurs actes non ?
- Tu le connais, tout de même, ce grand sorcier ? Il a combattu un grand mage, celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom …»


Déclarais-je en baissant le ton, comme si quelqu'un pouvait nous entendre.
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Dim 15 Mar 2015 - 20:43
Boum ! Encore une fois, Clarke pose sa main sur les cheveux de Maya pour les lui ébouriffer. C’est le geste qui compte et l’intention qu’il y a derrière… et comme la Méduse a dû très bien le comprendre, l’adolescente aime ce type de démonstration d’affection. Plus encore quand sa main descend sur sa joue… plus encore quand sa seconde main se pose sur son autre joue et la caresse tendrement. Là par contre, ça va loin, très loin… quasiment le point de non-retour tant attendu. Elle rougit et n’a d’autre choix que de fermer les yeux très fort et d’attendre le moment fatidique.


Une grimace… Clarke la force à sourire. C’était pour ça, les mains sur les joues ? Très bien, message parfaitement reçu : à partir de maintenant, en présence de Clarke, il faudra qu’elle montre son sourire, qu’elle reste curieuse et joyeuse quoi qu’il arrive ! Ou plutôt… le plus souvent possible. Et la mère du cheval ailé a raison : Maya elle-même souhaiterait que le monde entier soit heureux en sa présence, qu’il n’y ait jamais de tristesse, de peur ni de honte et que les gens ne soient que joie et bonne humeur. Alors, Maya rouvre les yeux et sourit. Et elle restera curieuse… même si… ce sera difficile. Il y a des bornes à ne pas dépasser, des chemins à ne pas emprunter pour ne pas blesser.
Comme quand elle se met à parler d’un grand sorcier du nom de M. Potter… là… c’est gênant. Une aventure censée se passer au XXIème siècle… mais non, rien de tout cela n’existe. Enfin… on ne peut jamais dire jamais… mais… l’auteur n’est pas une magicienne elle-même, ce n’est qu’une humaine. Dès lors que les sorciers du livre n’ont pas le droit d’apprendre aux humains qu’ils sont sorciers… cette femme n’aurait jamais pu connaître la vérité ou aurait été censurée… non ?

- O… oui, je le connais. J’ai lu les 7 livres ! Harry est courageux et très bien entouré… et c’est comme ça que, même en étant moins fort, il arrive à vaincre n’importe qui !


Finalement… lire des livres… c’est être fouineur ? Maya est-elle une petite fouine qui fouille et s’introduit dans la vie des gens sans qu’ils n’aient rien demandé ? Dit comme cela… c’est en effet peu glorieux. À moins que ces livres n’aient été validés par les aventuriers eux-mêmes, souhaitant, à travers chaque page, faire passer des messages d’espoir à tout un peuple. Cela expliquerait également le fait qu’il n’existe que très peu d’histoires qui finissent mal…

- Je suppose que quand nous aurons fait de grandes choses ici en tant que déesses… peut-être qu’il y aura des livres qui parleront de nos aventures ? Clarke Griffin & Maya Tensho : le mystère des abricots divins ?

La plaisanterie n’est pas assez amusante pour la faire éclater de rire, mais elle rit tout de même un peu de bon cœur, sans se forcer. Quelle mauvaise histoire ce serait ! Mais le fait que les deux héroïnes soient Clarke et Maya, que ce soit une histoire qu’elles partagent… ce serait ça, le plus intéressant. Quoi qu’on puisse en dire, elles partageront quelque chose toutes les deux, ça ne peut pas être autrement. Aucune chance qu’elles partent toutes les deux, du jour au lendemain, chacun de leur côté… aucune des deux ne le permettrait.
Toujours statique – Clarke lui touchant les joues, elle n’ose pas bouger – Maya regarde son amie droit dans les yeux. Elle s’interroge sur tout ça… sur cette vie qui apparaît au grand jour quand on devient trop connu. L’arrivée des renégats, la bataille de New York… L’adolescente est déjà certaine d’être citée comme étant la fille du vilain de l’histoire de l’académie. Des détails, des mentions de passages sur sa vie privée sont sûrement à l’ordre du jour pour expliquer son choix quant au refus de suivre son père. S’il y avait une salle des archives recensant ces évènements, tout y serait noté… et ça… ce serait éventuellement fâcheux. Non pas qu’elle ait fait quelque chose de mal, mais…

- Est-ce que ça veut dire qu’on doit faire attention à tout ce qu’on fait, pour être… irréprochables dans nos livres ? Vous auriez peut-être préféré être anonyme… ou qu’on ne mentionne pas… ce passage avec Poséidon dans… le temple d’Athéna…


Ce « Viol ». Elle ne sait pas prononcer ce genre de mot oralement. Ce n’est ni de la peur, ni de la curiosité… c’est juste malsain. Pourquoi ne pas avoir parlé de véritable amour ? Ça aurait été moins lourd à porter… même si cela n’aurait pas été la vérité. Et la vérité sur la décision de Maya, c’est quoi ? Son amour pour un autre ? Sa peur pour son autre famille, encore vivante sur Terre ? Une raison plus bête encore ? Elle n’a pas envie que l’on se souvienne d’elle comme une stupide petite gamine.

Maya sourit tout de même. Personne n’est parfait de toute façon. Ce que raconteront les livres… que ce soit vérité ou non… peu importe. Ce qui compte, c’est le présent, pas le passé.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Lun 16 Mar 2015 - 12:39



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Dodelinant de la tête, mon regard resta posé sur l'apprentie, sereine. C'est comme-ci je n'avais pas besoin de changer ma façon d'être, mon comportement. A vrai dire, depuis que j'avais rencontré Maya hier, je n'avais pas senti le besoin de lui montrer la façade que je présentais aux autres. Un peu comme si sa bonté et sa droiture m’empêchait de me montrer hostile ou manipulatrice. Si l'ordre venant d'un renégat m'avait été transmis, d'abattre la déesse, je n'aurais probablement pas su répondre. Il valait probablement mieux pour elle comme pour moi que notre rencontre ne s’ébruite pas trop. Si cela devait venir aux oreilles de « mauvaises personnes », je m'en verrais bien contrariée. Mais il fallait donc être discrète. J'imaginais le sourire de Johken, si celui-ci apprenait l'affection que l'apprentie avait pour moi. Ce que moi je ressens, il en avait rien à faire, mais si il pouvait s'en servir pour contrôler l'apprentie. Une vague de tristesse passa dans mes yeux, même si dans mes gestes, je ne souhaitais pas lui en montrer quoi que ce soit.
- Le mystère des abricots divins est vite résolu, ils sont .. pas bon pour la santé.. Je crois...»


En espérant qu'il ne serve pas cela un jour, à la cafétéria. Si tout le monde se mettait à divaguer et à voir des limaces comme moi, cela deviendrait vite étrange. Probablement y aurait-il des bagarres entre élèves se prenant pour des monstres ? Des blessés, et probablement pire... Cette idée, bien que saugrenue était finalement intéressante. Si un jour les renégats me demandaient de mettre le K,O dans cette école, l'affaire serait vite réglée. Tarte aux abricot pour tout le monde. Enfin non, je ferais en sorte d'emmener Maya ailleurs, pour ne pas qu'elle voit ce genre de chose. A cette idée, une drôle de pensée me vint en tête, que dirait l'apprentie ? « c'est mal, il ne faut pas faire de mal aux autres ». Serait-ce ma conscience qui voulait désormais se manifester ? Quelle garce. Je ne lui demandais rien à elle, juste qu'elle me laisse en paix. Mais non, elle avait décidé de me taper sur le système. Maudite conscience. Relâchant les deux joues de l'apprentie, je fis un signe, probablement incompréhensible pour Maya, en secouant ma main droite au dessus de ma tête, comme pour appuyer mes pensée et dire « oust » à ce qui me perturbait.

- Non, il ne faut pas s’arrêter à l'image que l'on renvoi aux autres...»


C'était assez … Tordu de ma part. Moi qui jouait sur les apparences en me faisant passer pour une imbécile aux yeux des personnes de l'académie. Ou du moins, qui essayait. Pour ne pas se faire remarquer, j'y étais un peu obligé, dans le fond. Rester souriante, aimable quand on médit sur les autres demandait un self contrôle à toute épreuve.. J'avais beau avoir relâché son visage, ma main se posa sur la sienne, dans un contact qui se voulait rassurant.
- Je me serais en effet bien passé, de certains écrits du passé, mais ils sont là, alors tant pis. Après tout, c'est pas comme si tout le monde savais qui j'étais réellement, ou encore m'en parlais. Enfin, disons que maintenant, en parler ne me fait plus grand chose. J’ai juste .. un peu de rancœurs mais bon, c'est comme ça.»

Mes épaules se haussèrent, pour accentuer mes paroles. Si je voyais Poséidon, la douleur serait vive. Mais je vivais dans l'espoir de le tuer de mes mains, tout comme Persée. Alors pour l'instant, j'étais juste disons...  « excité », à l'idée de trouver des pistes.

- Je pense qu'on à tous nos bons, tout comme nos mauvais moment à passer. Si ça doit arriver, ça arrivera, que ce soit relaté plus tard ou non. Peu importe ce que les autres pense dans tous les cas ! Il faut vivre le moment présent.»


Déclarais-je en me redressant légèrement, pour déposer un baser sur le front de l'apprentie.
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Mar 17 Mar 2015 - 23:45
Difficile de sourire après ça.
Ne pas s’arrêter sur l’image que l’on renvoie aux autres… pourtant, c’est ce que Maya fait tout le temps. Pas par choix, mais parce que les autres la lui remémorent à chaque instant par des regards haineux, des insultes ou des coups. À force, on finit même par devenir celle que les autres voient, avant d’être soi-même. Elle est la fille de Isanagi Tensho, c’est comme ça.

- « C’est comme ça »… répète-t-elle. Ça veut dire que je fais une erreur en vous considérant comme ayant été la Méduse décrite dans les articles sur Internet… je regrette un peu de tout avoir lu maintenant… je préférais ne rien savoir pour ne pas vous… vous…

Elle secoue la tête de gauche à droite, ne trouvant pas le mot exact.
Toutes deux seront libérées à partir du moment où le monde entier sera ignorant. Le jour où plus personne ne connaîtra ni ne s’intéressera à leur histoire… alors, et seulement alors, c’en sera terminé de la gêne et de la rancœur qu’elles ressentent envers et contre tout. C’est la raison pour laquelle Maya regrette de tout savoir, la raison pour laquelle elle préférerait oublier, avoir une relation normale avec Clarke, la prendre pour une simple apprentie revenue d’entre les morts, et pas comme la personne ou la Déesse qu’elle a jadis été. Mais ses connaissances ne brouillent aucunement son jugement : Clarke est sympathique… et par-dessus tout bienveillante. « Peu importe ce que pensent les autres dans tous les cas »… ce n’est pas ce qu’elle dirait si elle savait tout le bien que pense Maya d’elle ! Et peut-être inversement également d’ailleurs… on peut toujours espérer.


Clarke dépose un baiser sur le front de Maya, qui la regarde… l’air surpris. On n’embrasse pas les gens comme ça, pour n’importe quelle raison… si ? Et pas si instinctivement, si naturellement, comme si c’était normal… si ? Comment réagirait cette femme si l’adolescente venait à la serrer dans ses bras, à la coller, à la câliner de manière… très insistante ? Ce n’est pas l’envie qui lui manque… ce serait juste… trop. La petite déesse est contente de voir que son amie se remet bien de l’épisode « abricot » en tout cas, c’est le principal. Pour ce qui est du reste… la demoiselle a sûrement encore besoin de rêver avant de se lancer…

- Je… enfin, pour réagir à ce que vous venez de dire… sachez que je passe un bon moment… là, tout de suite. Et puis, je le vis à fond… je le savoure… parce que je sais que je vais le regretter… rien que ce soir.

Sous-entendu, quand elles vont se séparer… un peu comme la veille. Mais, elle ne va pas rester sur cette touche négative, elle va reprendre son sourire et enchaîner tout de suite sur autre chose. Un autre sujet. Et elle ne va pas rester toute droite, statique : maintenant qu’elle est libérée, elle va marcher un peu. Avancer vers l’arbre, regarder les fruits, en cueillir, les observer plus attentivement au creux de ses mains, les lancer en l’air pour les rattraper, battre un peu des ailes, s’étirer… et regarder Clarke quand elle s’adressera à elle, bien sûr.

- Alors, ce téléphone portable, vous y arrivez ? D’ailleurs, j’y pense… vous m’avez écrit que vous veniez juste de vous réveiller, c’est vrai ? Qu’est-ce que vous avez fait hier soir pour vous réveiller à… 16 heures aujourd’hui ? questionne-t-elle, l’air taquin. Vous êtes plutôt du genre… à hiberner ?


Rires… et pourtant, ce n’est pas drôle. Des dizaines et des dizaines d’académiciens sont victimes de troubles du sommeil, d’insomnies, revivant chaque nuit la scène de leur mort. Pour ce genre de choses, Maya a eu de la chance : sur son lit d’hôpital, tout s’est fait calmement et en musique. Le départ ressemblait plus à un rêve qu’à un cauchemar, comme s’endormir paisiblement pour ne jamais se réveiller. Au contraire, quand on se fait décapiter… peut-être qu’on se réveille en pleine nuit avec migraines, vertiges et crises d’angoisse. Clarke donne une impression de solidité, mais ce n’est peut-être qu’une façade. Tout le monde a ses problèmes qu’il préfère cacher…
Décidément, qu’importe le sujet, il est difficile de plaisanter ou de s’amuser, tout comme il est presque impossible de ne pas gaffer, d’une manière ou d’une autre. Tous les sujets ont l’air critiques… encore une fois, parce qu’elle sait. À moins qu’elle ne se fasse des idées… ce n’est peut-être pas si grave que ça.

Elle lui adresse un sourire gêné, hésitant, attendant de voir si la question était malvenue ou au contraire… effectivement amusante.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Mer 18 Mar 2015 - 21:05



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Sourcil arqué, je m'amusais de la réaction de l'apprentie. Ne recevait-elle jamais de baiser sur le front ? Il me semblait que c'était chose courante, en famille, ou je ne sais pas, peut-être avec nos amis ? Enfin, pour ma part, étant donné le peu d'amis que j'avais eu, ce n'était pas à eux que j'aurais fait cela. C'était juste venu, disons, presque naturellement. Tellement que même moi j'en étais un peu surprise, de ce geste que je venais de faire de moi-même. Comme si parfois, il me sortait des envies de nul part.. Cette déesse avait du me jeter un sort. Son pouvoir devait être celui de l'addiction, ce qui expliquerais pour je ressentais le besoin d'être en sa présence, ou d'avoir un contact avec elle ? Très étrange. Mais pas déplaisant, finalement. 

Je souris à sa remarque, sur le fait de vivre pleinement. C'était une bonne chose. Tout comme moi, elle avait un « lourd passé ». Il était dur de mettre sur une échelle de gravité ceux de l'académie ayant eu le pire passé. Cela était incomparable, chaque cas était particulier..  Dodelinant de la tête, je regardais l'apprentie jouer avec ses ailes. On aurait dit un petit oiseau, content de voir qu'il avait en a possession deux « petites » ailes adorables.
- Difficile à dire, il y a des choses qui m'échappent encore … Mais je pense en avoir saisit l'essentiel ! Je crois que d'ici un mois, je pourrais peut-être même taper sur le clavier avec deux doigts !»


Annonçais-je, fière de moi. Comme ci cela était un bel exploit, alors que de nos jours, les adultes tout comme les enfants maîtrisaient ces engins et tapaient de manière phénoménalement vite sur le clavier.. J’étais tout de même contente de pouvoir utiliser cet engin, dans un sens. Il me serait probablement plus utile désormais. Même si niveau contact, mis à part Maya et Jenny, il n'y avait pas grand monde. A vrai dire, personne. Peut-être devrais-je tenter de me faire des contacts, cela pourrait être utile.

Ma tête se pencha sur le côté, devant la seconde question de la jeune femme. Hiberner ? Me considérait-elle comme un ours, qui hibernerait l’hiver ? Elle se mit à rire, ce qui fit naître sur mes lèvres un sourire également. A croire que le rire ou le bonheur pouvaient être vite contagieux. Tout comme le bâillement. La pire maladie du siècle. Être comparé à un ours, cela ne devait pas être tordu, simplement une expression de cette époque ? De nouveau assise confortablement, je relevais les genoux vers le ciel en pliant les jambes. Mon dos se voûta alors légèrement afin de pouvoir croiser mes bras dessus.

- Tu ne rigoleras pas ?»


Je fis mine de la mettre en garde, index pointé vers le ciel.

-Hier soir, j'ai tellement réfléchis que j'ai du m'endormir tard. Sûrement très tard. Et le pire, c'est que je pensais à des choses aussi futiles que stupides...»

Je fis la moue, tout en rabaissant mon doigt pour croiser de nouveau mes bras.

- Par exemple, comment ce fait-il que cette académie soit juste... « parfaite » ? Elle a été construite par magie ? Elle a été réalisé par un maçon hors pair ? …. Avais-tu remarqué qu'il n'y a pas UNE seule bavure de peinture.. ? C'est très perturbant à mon sens .. »


Mon ton était plus sérieux qu'il ne l'aurais dû. J'avais pris cet air, tel un détective cherchant à découvrir le crime parfait. Ce que je racontais faisait parti de mes interrogations, même si j'omettais de préciser les autres concernant les meurtres que j'envisageais de Persée et Poséidon.

Je ne voyais plus de larve, ni autre étrangeté. Dieu merci, l'effet de l'abricot venait de s'estomper définitivement.
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Jeu 19 Mar 2015 - 20:17
L’expérience. À force de répéter un mouvement, on finit par s’habituer, s’améliorer, être de plus en plus rapide et précis… et cela vaut pour l’entraînement au combat comme pour la dextérité des doigts sur un clavier. Maya acquiesce en souriant, contente de cette attitude positive dégagée par Clarke. Et pour l’aider, elle lui enverra des tonnes de messages, afin que son amie puisse pratiquer…
L’amitié, ou « comment trouver une bonne excuse pour envoyer des messages sans arrêt » !

Tout en regardant Clarke s’asseoir, la petite apprentie continue de lancer l’abricot dans les airs pour le rattraper. Et enfin, comme elle l’espérait, la Méduse se confie. Surtout, même si ce n’est pas drôle en définitive, ce n’est pas non plus insurmontable. Pourquoi est-ce que l’académie est parfaite ? Parce qu’il existe des pouvoirs divins, des choses qui dépassent l’entendement et que personne n’imagine. Par contre, l’académie a-t-elle toujours été parfaite… ça…
Les yeux dans le vague, dirigés vers le sol, des souvenirs lui reviennent en mémoire. Ce jour-là, le jour où les renégats… le jour où son père…

- Hmm… l’académie n’est pas si parfaite que ça. Par exemple, il y a un an, un dragon s’est introduit ici, a attaqué les élèves et a détruit la tour de l’horloge… c’est juste qu’ensuite, de nombreuses personnes se sont attelées à tout reconstruire. Mais je pense bien qu’il existe certains domaines divins pour rendre toutes ces choses parfaites. Moi-même… je serais capable de faire quelque chose qui s’en approche.


Elle tourne la tête vers Clarke et cligne des yeux. Peut-être devrait-elle lui faire une petite démonstration pour la convaincre… ? Si elle peut l’aider à répondre à l’une de ses questions et à mieux dormir ensuite, ou en tout cas, s’endormir plus facilement et plus tôt… ce serait tout bénef. Alors, elle s’approche, puis lève la main droite et montre deux doigts : index et majeur. Elle les joint, puis regarde sa main et commence à la bouger de gauche à droite, laissant une trainée argentée derrière le passage de ces deux doigts uniquement. Ce premier mouvement décrit une surface rectangulaire dans l’air… puis elle tourne son poignet d’un angle de 90° et continue de dessiner. Puis, elle bifurque encore, créant une surface parallèle à la première. Puis une dernière fois, elle change de direction et dessine le parallèle du second plan, rejoignant le premier : 4 rectangles, formant un parallélépipède rectangle.
Elle complète la forme géométrique en dessinant les surfaces du dessus et du dessous. La forme argentée flotte dans l’air, immobile.

- Une pierre ou une brique, dont la taille peut varier. Il suffit de « copier », entre guillemets, une surface plane pour avoir quelque chose de droit et régulier… et voilà comment on crée un mur parfait, sans aucun défaut.


La petite apprentie place sa main sous la forme, ferme les yeux, respire profondément… et après quelques secondes de concentration et de patience, elle attrape l’œuvre, qui vient de se matérialiser sous la forme d’une brique bel et bien réelle. L’objet n’est pas très lourd : les surfaces dessinées n’étaient pas épaisses – la taille des doigts de Maya – et surtout, l’apprentie n’a pas pris la peine de dessiner l’intérieur de l’objet, qui du coup, se retrouve vide, creux. Le pavé de terre argileuse cuite est plutôt droit, mais surtout, il est unicolore et parfaitement régulier… même s’il n’est pas exempt de défauts. Pour un dessin fait à la va-vite, l’objet matérialisé est plus que correct !

- Vous voyez ? Ce n’est pas ma spécialité et pourtant, j’ai pu faire quelque chose… de pas trop mal quand même. fait-elle, refusant de s’auto-complimenter. Il serait possible de reboucher des trous avec cette méthode, ou de créer une couche additionnelle colorée sur un mur pour l’harmoniser parfaitement…

Ce ne serait pas si difficile… juste long et fatiguant. Et bien sûr, la matérialisation ne tenant pas extrêmement longtemps sur la durée, elle ne représenterait qu’une solution temporaire, en aucun cas définitive.
L’adolescente pose la brique devant Clarke… puis regarde vers le sol. Elle se met à tripoter le bout de ses doigts, gênée par ce qu’elle vient de faire. Se donner en spectacle, comme ça, la fait se sentir prétentieuse... C’est tout ce qu’elle déteste le plus. Mais il fallait bien lui présenter son domaine divin à un moment ou à un autre. On ne cache pas un pouvoir si pratique à une amie dans le besoin.

- Vous vous en faites vraiment pour ça ? reprend Maya en dodelinant de la tête, exprès pour imiter Clarke. Si je peux vous aider à mieux dormir de cette façon, je répondrai à d’autres questions avec joie !

Servir et aider les plus forts pour qu’ils soient au top de leur forme, c’est la chose la plus utile qu’elle puisse faire… et effectivement, elle le fera avec une joie infinie.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Dim 22 Mar 2015 - 1:19



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



Le regard posé sur l'apprentie, j’écoutais ses explications. Il est vrai que je n'avais pas intégré cette académie depuis suffisamment longtemps pour avoir connu ce genre d'incidents... Beaucoup de choses m'avaient été relaté, mais je n'en avait v que très peu de mes propres yeux. J'avais en effet entendu parler de cette histoire de dragon qui avait démoli la place de l'horloge, mais cela mis à part, très peu de chose allant contre cette académie était raconté. Si on omet le conflit renégat / apprentis. Maya posa son regard sur moi à son tour. Elle venait de m'intriguer, parlant de son domaine divin. Sourcils légèrement froncés, j'observais les gestes qu'elle effectuait de manière sûr et efficace. Elle semblait générer une forme dans l'espace, c'était juste impressionnant. Au dessus de sa main volait un rectangle argenté. C'était juste, hallucinant..

Et comme si le tour de magie n'était pas terminé, la forme venait de prendre consistance. Ma bouche s'entrouvrit, admirative. C'était vraiment quelque chose d'extraordinaire. En plus, l'apprentie venait de me montrer une partie de son domaine divin, sans préavis, comme si elle me faisait confiance..

Je me mis à rire en entendant la question de l'apprentie. Il est vrai que je ne lui avait pas fait part de mes autres pensées accablantes, et je l'en épargnerais. Mais du coup, elle devait penser que j'étais une folle qui se souciait uniquement de la gueule de son mur et de son plafond. Une maniaque probablement. Mais quelle image venais-je de lui renvoyer, franchement..
- Tu es adorable .. Mais ne t'en fais pas, tu as répond à ma plus grande problématique : l'académie n'est pas tombée du ciel, elle a été façonnée par quelque chose ou quelqu'un..»


Je voulais moi aussi lui montrer ce dont j'étais capable, pour qu'elle le sache, elle , rien que elle. Mais comment le lui montrer ? Je ne voulais pas lui paralyser quelque chose, je ne me pardonnerais pas de lui faire un mal quelconque..

- Personnellement, mon domaine divin est moins .. utile à la société disons.. Je pense que notre ami « D » ne s'est pas foulé, si c'est lui qui m'a attribué ce pouvoir. SI on connaît mon passé, on sait direct de quoi je serais capable, pas de questionnement !»


Je fis la moue.

-Si tu m'apporte un écureuil, je pourrais peut-être même te montrer comment marche mon pouvoir...»


Un sourire moqueur se dessina sur mes lèvres. J'avais pris l'air le plus sérieux de monde pour faire croire à l'apprentie que ce n'était pas une plaisanterie. Mais ma blague foireuse ne tint pas longtemps avant que je ne me mette à rire de ma propre bêtise.


- C'est une blague, n'appelle pas le comité de défens des animaux.. les écureuils, je ne les mange que dans le ragoût !»

© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Lun 23 Mar 2015 - 19:43
Songeuse, Maya s’interroge à son tour sur ce problème épineux…
L’académie n’est pas tombée du ciel… ça, c’est une affirmation que Maya ne peut affirmer. Quand a-t-elle été construite et par qui ? Par les premiers dieux ressuscités par Deus ? Cela signifierait qu’au début, ils n’avaient pas de toit, rien, et que leur nom et leur histoire doivent être écrits quelque part. À moins que les bâtiments n’aient été érigés par Deus lui-même ? Ou l’académie existait-elle déjà… avant ? Existe-t-il un « avant Deus » ? C’est possible, tout est possible.
… et comme Clarke, elle se rend compte de la complexité absurde de sa question et se met à rire toute seule, sans cependant s’expliquer. Elle s’arrête rapidement en posant ses mains devant sa bouche, ne voulant pas que son amie prenne son rire pour de la moquerie.

S’ensuit l’explication de Clarke à propos de son domaine divin. Maya s’en serait doutée : s’il est si facile à trouver qu’elle le prétend, alors… c’est le pouvoir de la Méduse, transformer en pierre tous ceux qui croiseront son regard. Pourtant, l’adolescente regarde son amie depuis un bon moment sans trop de problèmes… et elle arrive encore plutôt bien à bouger. Si elle peut contrôler son pouvoir et choisir à quel moment l’utiliser, ce serait tout de même largement mieux que la malédiction dont elle était victime, des siècles auparavant. Encore une fois, ce serait un pouvoir très utile en combat, contrairement à celui de Maya… trop long à mettre en place. Mais la jeune fille se met à douter. Peut-être que son pouvoir sert plutôt à invoquer des serpents ? À se transformer en Gorgone ? Mais alors, pourquoi lui faudrait-il un écureuil pour faire une démonstration ?

- Ah, mais non ! Pas un écureuil, prenez plutôt un gobelin ou une sale bête dans le genre… nous manquons déjà de tant de…


Gamine, elle aurait froncé les sourcils et gonflé les joues pour marquer son mécontentement. Là, elle plisse simplement les yeux en comprenant la taquinerie de sa camarade… et puis, elle croise les bras.

- Très drôle… Vous êtes vraiment méchante en fait. fait-elle, prenant l’attitude sarcastique que Clarke attend. Je pensais bien que vous n’étiez pas qu’une simple voleuse, vous êtes également une tueuse de petits animaux mignons. Une chipie. Et peut-être même une mangeuse d’enfants ? Je note, je vous dénoncerai au plus tôt !

Et Maya sort effectivement son portable, sans lâcher Clarke du regard. Gardant difficilement son sérieux, pour ne pas avoir un sourire en coin, elle entonne une petite mélodie qu’elle fredonne, lui donnant l’air fière d’elle. Elle semble ensuite trifouiller des choses sur l’écran tactile de son téléphone, ses pouces bougeant rapidement comme si elle écrivait effectivement quelque chose.

- … mangeuse d’enfants. dicte-t-elle. Hop, envoyer. Et voilà, vous êtes fichée maintenant !


Elle range son portable dans sa poche… et ce doit être à peu près à ce moment-là que le téléphone de Clarke sonne à son tour. Maya place ses mains derrière son dos, se penche un peu en avant et sourit très largement… l’air de dire : « allez-y, lisez-le ».

« Attention madame la Vilaine, on ne baisse pas les yeux sur son téléphone… sinon, on se fait avoir à tous les coups ! (^.^)v »

Dès qu’elle va baisser les yeux pour lire le message, l’attention de Clarke va fortement diminuer. Forcément… elle n’a pas l’habitude de manipuler le petit engin du diable, elle doit utiliser toute sa concentration pour pouvoir s’y retrouver. L’adolescente va alors en profiter pour bouger, tourner autour d’elle… et quand elle aura déterminé que son amie arrive au bout de la lecture, elle lui sautera sur le dos, passera les bras autour de son cou… et la capturera !

Bon… ce n’est pas forcément une bonne idée. C’est gamin et assez déplacé… mais Maya ne renie pas qui elle est. Ce genre de bêtise, c’est son truc, Clarke est tombée pile dans le bon thème. Par contre, quand quelqu’un se sent agressé de la sorte, il a vite fait d’agripper le gêneur et de s’en débarrasser en deux temps trois mouvements… et le plus gênant, c’est qu’il fait ça par réflexe, sans le vouloir. Bah… si Maya se prend une prise de judo et qu’elle se retrouve par terre, le dos en miettes, tant pis : elle l’aura bien cherché. Elle n’est plus à une rouste ou une déculottée près !
Quand elle y pense… c’est à la légendaire Méduse qu’elle s’apprête à faire ce coup tordu… la légendaire Méduse dont elle est… si attachée.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya] - Mar 24 Mar 2015 - 19:11



Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes



A croire que ma blague vaseuse avait finalement touché son but ? Bien qu'au tout début, un peu surprise, l'apprentie semblait septique, elle comprit vite ma mauvaise blague -sûrement à cause du fait que je me mis à rire devant ma propre bêtise ? - . Et pire, elle entra dans mon jeu, croisant les bras et tentant une vile menace.  Mon sourire s'affaissa, faisant mine d'être outrée par cette réaction. Me dénoncer , moi ! Et puis.. Quoi ? Une mangeuse d'enfant ? Battant des cils de manière surprise, je me retenais de rire. Avais-je l'air d'attirer les enfants chez moi, dans ne maison faite de pain d'épice et de sucreries afin d'en faire mon ragoût ? L'apprentie dégaina son téléphone, et là, chose surprenante, elle tapa sur le clavier de manière frénétique, telle une habituée de cet ustensile. Tout en me redressant, je m’époussetais l'arrière de mon pantalon, comme par réflexe. Face à la jeune femme, mes sourcils se haussèrent dans une synchronisation parfaite. Elle envoya un message à qui exactement ? A Deus ? Non sérieusement elle rigolait au moins.. ? Léger sursaut. Mon propre engin électronique se mit à vibrer dans ma poche.
- Fichée ? Une « photographie » de moi va être affichée dans l'académie ?»


Baissant les yeux, je regardais le tissus bouger dans un léger vrombissement. Je pris alors le téléphone et en alluma l'écran. Évidement. Un message de Maya venait d'arriver. Relevant quelque peu la tête, mon regard croisa celui de l'apprentie, suspect. Mais la curiosité me prit. Je rebaissais de nouveau la tête pour déchiffrer le SMS qui venait d'arriver. Encore heureux, Maya écrivait comme lorsqu'elle parlait. Pas de raccourcit ni de langage codé. Se faire .. avoir ?

Je n'eus pas le temps de chercher Maya du regard qu'une pression se fit dans mon dos. Nouvelle surprise, mauvais réflexe. Mes deux mains se plaquèrent sur les bras de l'apprentie, les écartant d'un geste, tandis que je pivotais, préparant à frapper de ma paume l'estomac de la jeune femme. A quelques centimètres de son corps, mon bras se stoppa net avant de la toucher, comme figé. Mon poux avait accéléré, comme lorsque le frisson d'un combat me prenait. Et pourtant.. Je clignais des paupières, bêtement. Quelle idiote, évidement que c'était Maya. Toujours à la volée, mon cœur ne cessait de battre vite. Il voulait me faire faire un arrêt cardiaque ?J'ouvris la bouche, pour m'excuser, mais rien n'en sorti. Franchissant l'espace qui me séparait de l'apprentie, mes bras passèrent autour d'elle et l'enserra.

Un peu comme un parent, qui aurait eu peur pour son enfant et qui, sous la peur aurait lever la main pour lui mettre une fessée le prenait finalement dans ses bras, soulagé.

- Excuse moi. C'est juste que je ne suis pas encore habituée à ce genre de chose.»


A la fois gênée, confuse, coupable, je ne savais plus ou me mettre. Je ne voulais juste ps que l'apprentie ne se rende compte de la rougeur qui avait atteint mes joues. Respire. Je ne l'ai pas touché. Donc je n'ai pas du lui faire mal, juste peut-être peur ? Relâchant la jeune femme, je fis un petit pas en arrière, tout en posant mes deux mains sur ses épaules.

- Tu.. Tu m'en veux ? Je t'ai confondu avec.. Avec un enfant, que je voulais mettre dans mon ragoût... »


Une tentative d'humour ? Bien que déplacé, je ne voulais pas alourdir l'atmosphère. Tentons les choses légères. Un brin d'humour , aussi pourri soit-il, pouvait peut-être la rassurer, lui montrer que je n'avais pas changé, que j'étais toujours gentille avec elle.. Disons que j'avais mal vécu les prises dans le dos et que ça ne me rappelait pas que de bons souvenirs. Trahison.. Et toi Maya, compte-tu me trahir à ton tour, si tu découvre que je suis renégate ?
© Ethan
[Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Event St Valentin] - Je connaissais les champignons, mais pas les abricots hallucinogènes [PV Maya]
» Event de la Saint Valentin : Pokémon Go !
» [Terminé][Piscine] [Event St-Valentin] "La vie n'est que des choix: continuer son chemin ou plonger" [Fletcher Salir/Aël T. Demareck]
» ◮ EVENT ST VALENTIN — lillias nicolson et jaimie thompson
» ◮ EVENT ST VALENTIN — luzia ozores et sean mclloyd

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Parc aux abricots-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page