Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Sam 28 Fév 2015 - 23:13


Pâlir de honte n’est même pas un terme assez fort pour qualifier le visage de Maya quand elle entend la première réponse de Clarke. « Quel genre d'être peut se prétendre apprenti dieu et se révéler aussi lâche »… hein ? Évidemment que la petite adolescente le prend pour elle… parce qu’elle est lâche de ne pas se défendre quand ces groupes d’apprentis dieux l’agressent. Moins elle en fait, plus ils se lassent vite et la laissent tranquille… alors que si elle était courageuse et se défendait… ce serait peut-être pire. Ou mieux. Mais se laisser faire, purement et simplement, c’est lâche…

Sa gorge se noue, son visage devient blanc comme un linge… elle pose sa main sur ses lèvres pour s’empêcher d’avoir un haut-le-cœur. Pour couronner le tout, elle est prise d’une fièvre subite qui la plombe littéralement. Ce qu’elle se sent mal… Mais bien sûr : si jamais un jour, elle se décide à être moins lâche, Clarke viendra l’aider dans sa lutte pour la reconnaissance, pour le respect… en parfaite et admirable amie qu’elle est. Maya n’a plus qu’à acquiescer, infiniment reconnaissante qu’on daigne vouloir l’aider alors qu’elle s’avère être si lâche, si misérable, si indigne d’être une apprentie.

Elle ne peut plus manger. Elle met également un bout de temps avant de se décider à changer de sujet. L’instrument du diable, le téléphone. Toutes les applications sont passées en revue, même si au départ, Maya bafouille affreusement, se demandant même si elle a encore le droit de parler.
Elle se détend au fur et à mesure.

- Vous voyez ? Là, je vous envoie la photo que j’ai prise tout à l’heure. C’est vous en train de manger votre pizza. J’ajoute un message pour l’accompagner… et… envoyer, voilà. On devrait recevoir quelque chose sur votre téléphone d’ici quelques secondes…


À peine a-t-elle prononcé le dernier mot qu’une sonnerie retentit sur l’engin électronique de Clarke. Il n’y a plus qu’à tapoter sur l’écran pour valider la lecture, ce que fait Maya, et à regarder le message reçu. Une photo de Clarke qui mange sa pizza. Elle a l’air plutôt grimaçante, pas tout à fait à l’aise… en fait, c’est une image plutôt amusante.
L’adolescente lui montre l’écran et tente un sourire… mais celui-ci s’éclipse quasi instantanément : elle n’est pas sûre que cela amuse réellement sa camarade apprentie déesse. Mieux vaut rester neutre et agir comme une prof expliquant à une élève. C’est ce qu’elle essaye d’être en tout cas… la meilleure prof de technologie possible.

- Voilà, image reçue. Comment est-ce que ça marche… ? Je crois que c’est le même fonctionnement que la radio et la télévision : ce sont des ondes qui voyagent dans l’air et qui sont réceptionnées par des antennes, des satellites, qui renvoient le message vers le bon téléphone. Enfin… vers tous les téléphones de la zone en réalité, mais seul votre téléphone sauvegardera ce message, les autres, non. Donc… pour imager… c’est un peu comme si la photo se mettait à flotter dans l’air… mais on ne la voit pas, il n’y a que les téléphones qui la détectent…


Ce serait trop difficile à expliquer de toute façon… et Maya n’a pas eu la possibilité de faire des études assez longtemps pour entrer dans les détails plus en profondeur. Une histoire de signaux, d’informatique, de réseau… de 1 et de 0… bref, ça marche, c’est le principal.
Après avoir montré à Clarke comment retrouver le message, elle lui montre que le numéro de l’envoyeur est écrit dans l’entête. Elle lui montre comment enregistrer ce numéro pour créer un contact, comment ajouter un nom, comment mettre une sonnerie personnalisée pour cette personne… tout ça pour qu’au final, Maya soit inscrite en tant que contact sur le téléphone de Clarke, et qu’à chaque fois qu’elle lui enverra un message, elle entendra quelques notes de piano. Pas de photo par contre… si elle en veut une, elle n’a qu’à… mettre en pratique les leçons qu’elle vient de revoir.

- Voilà, moi aussi j’ai votre numéro, comme ça je pourrais vous contacter n’importe quand. Euh… Hmm… je peux ? Ça ne vous dérange pas ? J’ai tendance… à beaucoup écrire pour un rien… Attendez… faisons ça par message.

D’une main, elle prend sa cuillère et la plonge dans panna cotta, et de l’autre, elle se met à taper un SMS. En une trentaine de secondes, son discours est envoyé par messagerie à Clarke… tout y est au mot près. Elle regarde ensuite son accompagnatrice, se demandant si elle va y arriver. Probablement, oui. En tout cas, plus elle trainera et plus Maya aura le temps de manger.
Elle tape un second message, alors que Clarke n’a encore rien répondu.

« Je reconnais que je suis lâche… il y a des choses que je n’oserais même pas dire à l’oral, mais au contraire, l’écrire au téléphone ne me pose aucun problème. Dites… très honnêtement, qu’est-ce que vous pensez de moi ? »

Elle continue de regarder son téléphone et mange, comme si de rien n’était.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Dim 1 Mar 2015 - 12:39



Viens mon enfant



Avais-je dis une bêtise ? Peut-être était ce mes propos trop direct concernant les gens qui s'en prenaient à elle en les traitant de lâches ? Peut-être Tiramisu avait-il mauvais goût et lui avait donné cette couleur si pale ? A vrai dire, je n'avais pas saisit la réaction de la jeune fille, pensant surtout à une intoxication alimentaire. Peut-être était elle trop polie pour recracher la crème qui avait probablement tournée et qui lui avait été servi ? Cela expliquerait le manque d’appétit soudain de l'apprentie déesse ? Je n'osais lui demander, ayant peur de la gêner. Si il s’avérait que ce soit le mauvais goût et la péremption de l'aliment qui clochait, il se pouvait que Maya soit indulgente envers le patron du restaurant et ne souhaite rien dire .. ? Le connaissait-elle ? Je jetais un regard discret sur le côté, en direction de l’espèce de bar. Si ils avaient osé lui servir quelque chose d'infecte, ils auraient de mes nouvelles, pensais-je, en notant dans le fin fond de ma cervelle le nom et le lieu où ce restaurant se situait  Alors ça oui, et plus tôt qu'ils ne l'imagineraient.

Reprenant ma bouchée de Pizza, je regardais Maya qui tentait bon nombre d'explication.Je crois que j'avais saisit l'essentiel. Ou du moins, ce qu'on pouvait appeler les rudiments. Au moins grâce à cela, je n'aurais plus besoin de me déplacer pour faire passer un message ? Il me suffisait d'avoir le numéro de Jenny et des autres pimbêches qui me servaient de couverture pour que cela passe crème. Elles avaient toutes des portables de toutes façon et en tripotaient le clavier à longueur de journée. Même les apprenties déesses avaient besoin de passe-temps, comme les humains ? Baissant le nez sur le téléphone, je regardais bêtement la chose. Maya prévoyait-elle l'avenir ? Elle avait dit qu'un message arriverait dans quelques secondes, et le voilà déjà présent ! C'était vraiment un outil étrange et étonnant. La jeune fille me présenta une photo de moi, avec Pizza dans la bouche. Clignant des yeux, je regardais bêtement l'engin. Pouvait on avoir des clichés du passé grâce à cet outil ? Je secouais la tête en me rappelant le fait que Maya l'avait prise sous mon nez tout à l'heure. J'hochais la tête devant les propos de la jeune fille. Une photo qui flotte dans les air grâce à des ondes.. Ça me semblait très , très étrange, mais cela relevait donc plus du scientifique que de la sorcellerie. Repoussant légèrement l'assiette terminée, je pris ne gorgé de « coca ».
- Oui oui, bien sur, tu sera l'un de mes premiers « contacts » … »

Annonçais-je en étirant un sourire sur mes lèvres. Pour dire vrai, elle devrait être le deuxième. Jenny, avait du inscrire son numéro dans mon téléphone un jour, car il m'arrivait de voir afficher son prénom sur l'écran pendant que celui-ci vibrait de tout côté et se mettait à chantonner. Mon téléphone vibra et une image en forme de lettre apparu sur l'écran. C'était donc Maya. J pris l'appareil dans mes deux mains, et essaya d'ouvrir ce message.Je galérais. Non pas pour la théorie, car j'avais compris les explication. Mais alors la pratique.. Une bonne minute pour ouvrir le message. Relevant le nez du téléphone j'ouvris la bouche, surprise..
- Oh non non tu n'es pas lâc- …

Les mots se perdirent dans ma gorge. Quelle imbécile, je devais lui répondre en message ! Main dans la main gauche, me voilà en train de plisser les yeux en appuyant sur chaque lettre, une à une, avec mon index droit, telle une mamie découvrant la technologie. Magique spectacle.

SMS: "Lorsque je parlais de lâcheté, je ne parlais pas de toi. Bien au contraire, tu es courageuse et forte pour endurer cela et garder la tête haute avec ce magnifique sourire sur tes lèvres."

Ces deux phrases, si courtes soient-elles, me prirent bien deux à trois bonnes minutes. Je repris l'écriture avant d'envoyer ce qui me semblait être un immense pavé écrit, sur un écran si petit.

SMS : "Je pense qu'il faut beaucoup en avoir, de force et de volonté, pour tenir tête à autant de gens et de continuer d’arborer le sourire. C'est l'arme des gagnant. Tu es la personne la plus  rayonnante et la plus magnifique qui m'a été donnée de voir."

Fière d'avoir réussis à taper mon message, je l'envoyais. Puis je me sentis très con. Pourquoi diable avais-je écris cette dernière phrase ? Était-ce cela le fait de pouvoir dire par écrit ce qui semblait plus caché à l'oral ? Je pris Tiramisu et porta la cuillère à mes lèvres, le plus naturellement possible.
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Lun 2 Mar 2015 - 23:08
Le téléphone se met à vibrer. Pas de sonnerie pour Maya, juste des vibrations pour indiquer que quelqu’un tente de la contacter. Et avant de valider la lecture, voyant le nom de Clarke s’afficher, l’adolescente sourit, fière d’avoir réussi à apprendre quelque chose à quelqu’un. Fière de sa camarade également, qui a tout fait toute seule… comme une grande.
Au fur et à mesure que ses yeux parcourent les lignes composant le premier message, la jeune femme se rassure et reprend des couleurs : cette histoire de lâcheté… c’est comme un énorme poids qui s’enlève de ses épaules. Le second message, par contre, la surprend. Curieuse, Maya l’ouvre et le lit… et celui-ci ne manque pas de la contrarier. Oui, contrarier. Une grimace, comme si elle ressentait une douleur. Elle se mord la lèvre inférieure. Elle relève les yeux pour regarder Clarke, qui goûte le tiramisu l’air de rien, puis rebaisse les yeux. Elle reste immobile, les pouces tremblants, prêts à écrire une réponse… mais ses yeux préfèrent lire ces mots, une fois encore.

En temps normal… elle n’accepte pas ce genre de compliments. Encore moins ceux qu’elle juge être faux. Elle n’est ni rayonnante, ni magnifique… et si c’était vrai, elle en serait très malheureuse. Aujourd’hui, elle n’est plus que l’ombre de ce qu’elle a été, plus que le mauvais souvenir de ce qu’elle espère devenir demain… et si ça, la Maya du présent, est la personne la plus radieuse et la plus épanouie au monde aux yeux de Clarke… alors cet épanouissement prouve que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue plus longtemps. Éventuellement, l’adolescente possède une certaine dose de courage, ou plutôt de ténacité… ça, elle le reconnaît. Elle est également droite dans ses bottes et ne fait que regarder au loin. Mais les autres compliments ne sont pas en adéquation avec ce qu’elle pense d’elle-même… même si…


Ça y est, elle commence à taper sa réponse.
Même si… cette femme est Clarke… et qu’elle montre que comparé aux autres apprentis, elle est remarquable. Un mode de pensée totalement différent, paisible, saint, donnant le bon dieu à celle qui, pourtant, s’avère être la fille du diable.

« Merci madame (ღ˘⌣˘ღ) <--- ceci est un smiley, il montre un visage de façon imagée… le mien en l’occurrence !
Encore une fois, je suis étonnée par votre comportement par rapport aux autres… vous êtes vraiment extraordinaire. Beaucoup de personnes, me voyant sourire dans ces conditions, me trouvent "fausse". Ils croient que je me force à sourire, que je simule mon comportement pour faire semblant d’être heureuse. Alors bien sûr, je ne suis pas heureuse… mais les sourires, ce sont ces petits moments d’amusement qui me restent et que je ne lâcherai pas. Le jour où je perdrai mon sourire, je perdrai ma vie… uniquement dans ce sens, et pas dans l’autre. »


Une fois ce message écrit, elle l’envoie sans hésiter, puis elle laisse tomber son téléphone sur la table un peu brutalement. Maya se jette alors sur son verre de thé glacé et elle le boit d’une traite. 33cL avalés d’un coup… et ça fait du bien par où ça passe. Elle pousse un soupire de soulagement, confirmant au passage qu’elle a totalement retrouvé sa quiétude.

- Mais c’est vrai, les sourires, c’est vraiment joli. reprend-elle oralement. Le vôtre aussi est… mignon, il inspire vraiment confiance ! C’est comme ça qu’ils devraient être tous.


En cet instant, elle s’est remise à pencher la tête en avant pour réfléchir, visualiser un sourire en particulier. Il y en a un qui l’obsède, un qu’elle n’oubliera jamais… c’est celui du renégat du nom de Johken. Ça ne surprendra personne, mais voilà le pire et le plus vil sourire qu’il lui ait été donné de voir.

- Je ne suis pas belle… mais je pense pouvoir le devenir. Il faut pour ça que je m’entraîne… que je trouve Johken et que je l’élimine. Il est la cause de tous les maux. Il a… il a convaincu mon père de partir, de tuer les humains qui lui prenaient tout son temps… toute sa vie… et à cause de lui… mon… Je… je suis sûre que vous pouvez me comprendre. Cette personne, avec son… sourire maléfique… son aura sombre et malsaine, sa folie assumée… c’est… quelque part, mon opposé. Ce n’est pas un apprenti qui m’embête personnellement mais… si je me mettais en tête de l’affronter… est-ce que je pourrais… également vous contacter ?

Il y a une différence entre accepter l’aide de quelqu’un et profiter de l’aide que nous accorde quelqu’un. Maya ne veut pas pousser Clarke, elle ne veut rien lui obliger… alors elle lui demande encore. Et si elle accepte, peut-être que l’adolescente demandera plus… encore plus, toujours plus. Ou peut-être qu’elle est réellement ce que l’on pourrait appeler… « Pure ».
La jeune femme relève la tête. Elle n’est ni rougissante, ni triste, juste déterminée. Que ce soit un combat hors de sa portée ou non, même Clarke sait que sa camarade de table ne changera pas d’avis et ne reculera jamais. Et puis, surprise : Maya rougit un peu, sourit, et lance un clin d’œil amusé à la voleuse.

- Mais arrêtez de rayonner vous aussi ! Vous m’éblouissez !
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Mer 4 Mar 2015 - 1:35



Viens mon enfant



Passant de réceptive et souriante à assombrit, la jeune fille semblait lire mes messages et les prendre très à cœur. Elle me semblait très sensible et probablement se préoccupait un petit peu , de ce que les gens qu'elle semblait apprécier, pouvait penser. La nature humain, dans un sens. Qui aimerait se savoir critiqué par un proche ? Baissant les yeux, mon regard se posa de nouveau sur le téléphone qui vibrait. Le nom de Maya venait de s'afficher sur l'écran. Je l'ouvris et le lu, dans ma tête. Un smiley ? Étrange dessin. Les paroles écrites de l'apprentie-déesse se révélaient encore plus mélodieuse, encore plus tenace. Mon message avant semblait bien fade désormais. Elle ne rayonnais pas. Elle inondait le monde de tout son être. Magnifique.

Quoi qu'elle dise, même si elle se révélait désormais avoir peur de chose ridicule, comme d'un pigeon, ou des chats, elle ne pouvait perdre à mes yeux toutes crédibilité. Je la plaçais en haute estime. Les apprentis-dieux ne la méritaient pas. Ou du moins, leur actions faisaient que cette jeune génération ne méritaient pas sa présence. Ils devraient être puni, banni, renvoyer dans le monde des morts.. Et pourtant, Deus leur pardonnait. Mais qui était diable cet empoté, pour laisser passer cela ? J'avais décidé de me venger sur le tiramisu qui souffrait entre mes coups de cuillères. Tiens, tiens souffre vilain.

Malgré mon nez penché sur le dessert, je me mis à rire devant la remarque de l'apprentie. Un sourire.. mignon ? On ne m'avait rarement dit ce genre de chose. De toute manière, mon statut de Gorgone avait laissé peu de gens m'approcher. Et pour ce qu'ils auraient vu.. Cette affreuse femme avec ses cheveux de serpent. Qui diable en aurais regardé mon sourire ? Mais mon sourire se figea légèrement, sous le nom du renégat. Je le connaissais, bien évidement. Qui ne le connaissait pas ? Dans la voix de la déesse, on pouvait décerner un léger dégoût autant qu'une fascination.
- Je peux comprendre ton point de vue.. Mais si Jhokken ne l'avait pas fait quelqu'un d'autre l'aurait probablement fait, je suppose..»

La question de Maya me surprit. Je clignais des yeux, bêtement...
- Actuellement, je ne serais qu'un fardeau pour toi, si duel devait avoir lieu. Mais je compte m’entraîner ...

Tout en me penchant, mes deux coudes se posèrent sur la table. J'attrapais entre mes deux mains celles de Maya.
- Mais bien-sur que oui, je viendrais.

La question ne se posait même pas. Je renierais les renégat pour le sourire de cette fille. Je tuerais ce renégat pour elle, tel un chasseur decidant d'achever un petit singe dans une cage. Cette pensée me surprit. Trahir les renégats, en étais-je réellement capable ? Deus me pardonnerait-il d'avoir trahit les apprentis-dieux ? J'en doutais. Mais à vrai dire, si je devais choisir, je prendrais le parti de cette jeune fille. Baissant les yeux, je vis du coin de l’œil l'heure indiquée sur le portable.
- Je pense que nous devrions rentrer, au cas où. Nous pourrions être accusées de traîtrise si nous ne rentrons pas à l'heure ..

Je fis la moue, relâchant les mains de l'apprentie. Déjà qu'en tant que renégate, je me devais d'être discrète, alors si je rentrais tard tout le temps..  Je pris la cuillère et terminai mon dessert.
- Tu seras dans l’académie, demain ?

© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Mer 4 Mar 2015 - 20:49
Finissant également son repas, la jeune femme s’essuie la bouche avec sa serviette, tout en restant attentive aux différentes interventions de… sa confidente ? D’un certain sens, oui, puisqu’elle lui a tout déballé… mais elle ne pense pas du tout avoir pris un risque : ce ne sont pas ces informations qui déterminent entièrement ce qu’elle est, ce n’est pas si simple. Elle réserve encore énormément de choses pour elle… seulement pour elle, pour qu’on ne puisse jamais complètement la comprendre ou la deviner.

- Quitte à ce que quelqu’un convainque mon père de le suivre, j’aurais préféré que ce soit moi… mais… bon.

Elle n’avait pas « accès » à son père… un directeur d’académie beaucoup trop occupé pour qu’elle daigne lui faire perdre son temps. Il est très facile de regretter à posteriori ce temps où elle aurait pu être avec lui, où elle aurait pu lui parler et l’accompagner vers un chemin beaucoup plus lumineux et joyeux que celui qu’il a finalement choisi. Comme lui a déjà fait remarquer un professeur, monsieur Alexander Urmanis, Maya possède un caractère trop réservé, pas assez affirmé. Résultat : elle n’a pas osé… et n’a donc jamais eu ce qu’elle désirait.
Johken, lui, a su approcher et a su convaincre Isanagi. Pourquoi l’a-t-il suivi ? Ils ont dû penser que Maya serait de leur côté… qu’en tant qu’enfant, elle n’aurait pas le choix… qu’elle n’aurait pas développé sa propre vision des choses, qu’elle n’aurait pas d’avis et qu’elle les rejoindrait sans sourciller. Après son refus… l’ex-directeur ne pouvait plus faire marche arrière, c’était impossible…


Clarke lui agrippe les mains pour la rassurer, puis confirme qu’elle viendrait l’aider pour quelque raison que ce soit. Maya la remercie du fond du cœur, souriant et retenant une petite larme. Elle secoue la tête pour ne pas se laisser aller.
Finalement, alors que l’instant est passionnant, le temps les rattrape toutes les deux.

- Rentrer ? Déjà ? Mais… je n’ai même pas eu le temps d’en savoir plus sur vous ! fait-elle, déçue. D’où venez-vous, de quelle époque, comment c’était, qui étiez-vous, que faisiez-vous… ? Je veux partager, sinon, ce n’est pas juste… Vous me promettez que se revoit demain ? Si vous ne me contactez pas… je vous bombarderai de messages…

Pas facile de savoir si elle est sérieuse ou si elle dit ça sur le ton de la plaisanterie… sans doute un peu des deux. Pour quelqu’un qui n’est pas encore habitué aux téléphones, de toute façon, ça sonne un peu ridicule : il suffira de l’éteindre, et voilà… pas de problème. Mais Maya sera bien à l’académie demain et elle cherchera Clarke si elle doit la chercher. Pourquoi demain d’ailleurs… ?

Elle soupire.


Toutes les assiettes vidées, mis à part la glace italienne que Maya comptait déguster en marchant, pendant une promenade qu’elles auraient faite toutes les deux, les deux femmes se relèvent. L’adolescente s’approche alors de Clarke, la regardant bien dans les yeux, puis s’arrête face à elle, se met sur la pointe des pieds et passe ses bras autour de son cou. Un câlin très affectueux, c’est exactement ce qu’elle est en train de lui offrir. Elle aime les contacts rapprochés, comme quand les mains de Clarke ont saisi les siennes… et elle décide de lui rendre tout cet amour à l’état brut à travers ce geste. Plutôt ça que la violence, voilà à quoi devraient ressembler tous les contacts entre les humains et les dieux…
Puis, elle recule son visage, pour mettre sa joue contre la sienne, et dépose le bruit d’un baiser au creux de son oreiller avant de la lâcher un faire un pas en arrière.

- Mais merci, merci de me croire, merci pour ce que vous faites et sûrement pour ce que vous ferez.

Un petit salut asiatique et elle se retourne, retourne à sa place presque en courant, récupère son téléphone qu’elle dépose dans sa poche, puis saisit son cornet de glace et commence à la lécher. Ce n’est pas son dessert préféré, loin de là, mais c’est si tentant…
Elle continue de fouiller sa poche et sort à nouveau sa piécette de deux euros qu’elle pose sur la table. La somme des prix de tout ce qu’elle a commandé dans le restaurant est bien loin de ce montant… mais elle tient à participer, quand bien même ce devrait être Clarke qui règle l’addition.

Maya regarde Clarke dans les yeux, souriante.
Elle pétille littéralement.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Jeu 5 Mar 2015 - 0:58



Viens mon enfant



Je ne pus m’empêcher de sourire, voyant la réaction aussi vive de l'apprentie. On aurait dit un enfant à qui on ordonnait de cesser de jouer sous la pluie pour venir rentrer à la maison, au chaud. Que ferais-je si elle tombait malade ? Pleins d'interrogations sortirent de ses lèvres tel un flot de paroles en continue. Elle semblait si curieuse tout d'un coup. Quant à mon passé, lui exposer.. Je n'étais pas certaine que lui raconter ce genre de contes allait lui plaire réellement. Mon histoire brisait les mythes. Casait les légendes et les louanges faites à ces merveilleux dieux, prouvant leur hypocrisie certaine. Savoir mon passé risquait peut-être de la rendre triste, de la décevoir ? Probablement avait-elle voulu que je sois meilleurs et bonne avec les autres plutôt que de me venger après avoir avoir subit le sort d'Athéna ?
- Je peux t'en conter une partie, sur le chemin du retour, si tu le souhaite ? »

De toute manière, vu la détermination de l'apprentie, elle ne laisserait pas tomber en si bon chemin. Quant à moi, lui mentir, cela me semblait relever de l'impossible. Le mensonge était ma nature. Mais devant ses yeux si purs, comment pouvais-je le faire sans en éprouver aucune honte ? Le (gros) « quatre-heure » terminé, nous nous décidâmes de nous lever. Baissant les yeux sur mon portable, je repris cet engin et le glissa dans la poche de mon pantalon. Il serait bête de l'oublier alors que je commençais à le comprendre, non ? Occupée par cet besogne, je ne vis pas la jeune femme s'approcher. Manquant un battement de cœur, mon corps se raidit sur le coup, dans un mouvement de surprise. Tellement peu habituée à ce genre de geste. Je les avais un peu oubliées, avec le temps. La tendresse.. Mes mains se refermèrent sur le dos de l'apprentie quand mon corps se relâcha. C'était agréable, dans le fond, pensais-je dans un déchirement lorsque l'apprentie me relâcha. J'aurais aimé que son étreinte soit plus longue, c'était apaisant.. Continuant de me surprendre, l'apprentie me fit un bisous. Je me mis à rire, devant tous ses mercis et posai ma main sur le sommet de son crâne, comme on le ferait à un petit animal, pour lui ébouriffer quelque peu les cheveux.
- Il n'y a pas de raisons de me remercier ..

A mon tour, je sortis les piécettes de ma poche et en laissai une petite montagne. Le compte semblait y être, non ? Le serveur, approcha pour encaisser son dû. Une fois réglé, nous pouvions quitter cet endroit. Quelque peu déçue, je devais admettre que finalement, la nourriture italienne.. Ce n'était pas si mauvais que cela.

En marche pour trouver le passeur pour nous ramener à l'académie, mes mains se glissèrent dans mon dos, croisant mes doigts les uns avec les autres. Le menton légèrement relevé, je scrutais légèrement les cieux, tout en avançant aux côtés de la jeune femme. Par où commencer ? Être honnête en lui révélant directement de but en blanc qui j'étais ?
- Mon époque est bien différente de la tienne, tu sais.. J'ai vécu sous la Grèce antique.. Bien évidement, j'ai réussis à m’adapter à votre langue, aux expressions..

Lors de mon arrivée, j'avais été prise en charge, comme potentiellement « compliquée à aider ». Mais l'on m'avait enseigné tant bien que mal tout ce que je savais aujourd’hui. Je n'aimais ni les dieux, ni les apprentis dieux. Pourtant, certains se révélaient être plus utiles et plus différents que leurs congénères..
- Connais-tu les histoires des dieux grecs ?

Questionnais-je, en recentrant légèrement le sujet, pour répondre aux interrogations de l'apprentie. A vrai dire, peu de gens connaissais ma personne, ou du moins, s'en souciait réellement. Pas même miséricorde ne sonnait à leurs yeux. Je n'étais qu'un monstre, pourquoi y aurais-je droit ? Un large sourire était tiré sur mes lèvres tandis que nous traversions notre première rue.

© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Jeu 5 Mar 2015 - 23:06
Il n’y a pas à dire, Maya est ravie que Clarke accepte de raconter son histoire. La petite adolescente vient de pousser un « D’accord ! » plein de joie et d’entrain, confirmant qu’elle souhaite bel et bien entendre le récit de son amie. Cette dernière vient d’une époque différente, d’un passé lointain… elle aura sûrement des tonnes d’anecdotes amusantes à relater. Ou des faits marquants tristes à révéler. Peu importe : ce qui compte pour Maya, c’est le partage, l’échange et pourquoi pas le soutien. Tout ce qui pourrait leur permettre de se rapprocher, de tisser davantage de liens, de chercher leurs ressemblances… quoi qu’elle puisse dire, tout sera captivant, et sans doute même charmant.

Les voilà toutes les deux sorties du restaurant. Maya continue de lécher sa glace tandis que Clarke avance droit devant elle, silencieuse. Gardant toujours un demi-pas de retard, l’adolescente peut ainsi continuer d’observer inlassablement la voleuse… qu’elle ne considère d’ailleurs plus en tant que telle maintenant. Non, c’est une femme pleine de sympathie, prête à aider son prochain, exactement comme elle l’a fait avec… cette mamie bousculée par un homme mauvais ! Il suffisait donc de discuter un peu avec elle pour se convaincre qu’elle avait bien dit la vérité.
Enfin, sa langue se délie… et Clarke commence par définir l’époque et le lieu, puis elle pose une question à son auditrice. Elle contextualise, cherchant à savoir quel degré de détail elle devra fournir à Maya pour que celle-ci comprenne et puisse imaginer, se plonger dans ce monde nouveau… très ancien.

- La Grèce Antique… ça me dit quelque chose. Est-ce que c’est l’époque où vivaient certains philosophes européens dont on parle encore aujourd’hui ?


Chaque région ses philosophes… mais tout autant que les Miyamoto Musashi et autres Siddhartha Gautama, Maya a également en tête les noms Héraclite et Aristote. Il lui semble bien qu’ils étaient grecs et grands penseurs, sans pouvoir l’affirmer… mieux vaut se taire plutôt que dire des bêtises  dans ce cas.
Pour essayer de se fondre dans le récit, la jeune femme ferme les yeux et imagine, cherche dans sa mémoire des bribes de souvenirs sur ce qu’elle a appris sur la Grèce. Pas grand-chose à vrai dire… quoiqu’il y a bien des images qui lui viennent en tête naturellement. Peut-être de films, de livres, de bandes dessinées qui ne représenteraient pas forcément la réalité mais qui décriraient avec beaucoup de détails les lieux qui avaient dû exister par le passé.

- Quand je ferme les yeux, je vois des gens vêtus de toges blanches et je vois des temples blancs avec des colonnes de pierre gigantesques. Je vois des statues… vraiment très grandes, elles aussi. Les dieux grecs, le mont Olympe, ça me dit quelque chose, oui ! Enfin… c’est éventuellement une vision imagée, je connais surtout ce que j’en ai lu dans des livres… Saint Seiya, vous co…

Bien sûr que non, elle ne connaît pas. Une série de mangas japonais parue dans les années 90, jamais Clarke n’aura pu en entendre parler. D’ailleurs, Maya pourrait lui en toucher deux mots plus tard, peut-être que ça pourrait l’intéresser…

- Je veux dire… reprend Maya, après avoir rouvert les yeux. En dieux grecs, je dois connaître… Zeus, Hadès, Poséidon, Athéna… Chronos peut-être aussi… après, je sais que c’est très compliqué, ces histoires de dieux qui forment des couples entre eux, qui se reproduisent avec des humains pour créer des demi-dieux… ou avec des animaux… pour enfanter d’autres créatures étranges… je ne pourrais pas faire d’arbre généalogique, mais ça me parle un peu, oui. Ah ! S’exclame-t-elle soudain. Et je connais Aphrodite aussi. C’était vous Aphrodite ?


Smile. Petit rire tout plein de pureté et d’innocence.
Déesse de l'Amour et de la Beauté… un compliment… c’est amusant, tout ça.
Pourquoi lui parle-t-elle de dieux grecs de toute façon ? Parce qu’elle en a rencontré un ? Parce qu’elle a été servante d’un dieu ? Ou parce qu’elle était elle-même déesse ? Ce serait difficile à croire… ces choses-là, ce sont des mythologies… et des dieux avant les dieux de maintenant… mais pourquoi pas. Même si ce serait étonnant… ou pas tant que ça finalement. Qu’un dieu, après sa mort, soit ressuscité en tant que dieu… quoi de plus logique.

Maya mange sa glace, redevenant silencieuse… et un peu rougissante. Si on ne l’arrête pas, elle parle trop… plus encore quand on lui pose des questions : elle montre alors son grand intérêt à son interlocutrice en lui déballant tout ce qu’elle sait, en tentant de la satisfaire le plus possible. En espérant que ça marche…
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Ven 6 Mar 2015 - 19:34



Viens mon enfant



Tournant légèrement le visage vers mon interlocutrice, je l'observais en pleine réflexion. Sa description de ma Grèce Antique me satisfaisait, car venant d'une personne extérieur, il était difficile de s'imaginer comment était le monde, il y a de cela des siècles et des siècles. J'avais connu par le passé divers habitats, passant de la belle « maison » de pierre à la caverne recluse où jonchait les cadavre sur le sol. Mais je préférais que Maya n'y voit que la partie brillante, l'aspect poétique et sa superbe. J'hochais la tête à sa réponse, comme pour l'inciter à continuer de parler.
- Saint Seiya ? »

Quel étrange nom, étaient-ce des dieux grecs dont j'ignorais l’existence ? A vrai dire, beaucoup de chose s'était déroulé, pendant que techniquement, je fus morte. Les hommes se mirent à croire et à inventer nombre de dieux et croyance. Peut-être était-ce pour se rassurer ? Les humains avaient tellement peur de la mort. Si ils acceptaient leur sort, ils ne se sentiraient pas obligé de s'inventer une religion afin de traverser cette épreuve plus sereinement.  Maya cita des noms de dieux, ainsi que du titan, Chronos. Notre histoire était tout de même assez compliqué... Tous m'irritaient, mais certains plus que d'autres. Je trouvais cela étrange qu'on puisse admirer ce genre de dieux.  Clignant des yeux, la partie « se reproduisent entre eux, avec des humains ou des animaux » semblait presque me viser. Je me mis à rire. D'autant plus lorsque l'apprentie déesse me compara à la déesse de la beauté.
- Non non, tu n'y es pas du tout...

Mais bon, au moins , Aphrodite, bien que semeuse d'ennuis et de discorde à cause de sa beauté n'était pas la plus irritable. Etre comparée à elle ne me froissait pas.
- A vrai dire, je ne suis pas techniquement née déesse, ou humaine. Les titans, tels que Chronos ont engendré d'autres espèce, tu vois ?

Comment lui expliquer. Je ne voulais pas l'effrayer en lui disant que j'étais un monstre que ensuite, j'avais été enlaidie par cette sorcière d'Athéna, et que pour couronner le tout, j'avais engendré deux enfants de Poséidon, dont un cheval ailé et un humain.. Allait-elle me prendre pour une folle alliée ?
- Pour être Honnête, mes grands parents se nomment Pontos et Gaia. Quant à mes cousines éloignées, on les surnomme étroitement Hydre de Lerne et chimère...  

Cela semblait à une charade, et pourtant, je venais de dépeindre une petite partie de ma famille. Parler d'Euryale et Sthéno, mes deux sœurs me rendaient nostalgique, alors je ne puis le faire. Je ne voulais pas lui rendre les explications trop compliquées...
- Savais-tu que la vilaine méduse, celle qui s'est battue contre Persée, ne possédait pas de serpents sur la tête lorsqu'elle fut jeune ? 

Je ne savais réellement par où commencer. « Coucou, moi je suis Méduse ».
© Ethan
[/quote]


Dernière édition par Clarke Griffin le Sam 7 Mar 2015 - 16:58, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Sam 7 Mar 2015 - 15:28
Pas techniquement née déesse ou humaine… aïe. Des titans ? Qui engendrent d’autres espèces ? C’est assez pour égarer Maya en cours de route, mais pas encore assez pour que la petite adolescente interrompe la conteuse et prenne la parole pour poser son milliard de questions. Des grands-parents qui se nomment Pontos et Gaïa… moui. Des cousines éloignées surnommées Hydre de Lerne et Chimère…
Pourtant, certains de ces noms lui disent quelque chose. Gaïa… c’est la Terre, non ? La planète elle-même, mère de toute vie ? Et pour l’hydre et la chimère… ce sont de sales bestioles… sûrement. Mieux vaut qu’elles soient cousines « éloignées » de Clarke alors… le plus éloigné possible.

Puis c’est au tour de Méduse d’être citée, un peu différemment. Maya fronce les sourcils, visualisant dans sa tête ces créatures en forme de champignon qui vivent dans l’eau… et elle ne voit pas le rapport avec une tête ou des serpents. Une méduse avec des serpents sur la tête qui combat Persée ? Mais qu’est-ce que c’est que ce charabia ? Il est peut-être temps d’ouvrir la bouche pour déverser son flot de questions…

Non, pas encore. Elle veut essayer de réfléchir dans l’autre sens. Une créature avec des serpents sur la tête, peu importe son nom. Elle change son cornet de glace de main et récupère son téléphone dans sa poche. Internet sera peut-être son sauveur… Le moteur de recherche de l’académie sait tout : il lui suffit alors de taper « serpent » et « tête »… et le résultat « Méduse (mythologie) » apparaît presque automatiquement ! C’est un monstre dont la chevelure est entrelacée de serpents… rien à voir avec la créature marine donc.

- Fille de Phorcys et de Céto, et donc sœur des Grées, Méduse est une belle jeune fille dont Poséidon s'éprend. lit-elle à haute voix. Violée… hmm… par ce dieu dans un temple dédié à Athéna, elle est punie par cette même déesse qui la transforme en Gorgone… Ses cheveux deviennent… des serpents, ses yeux se dilatent et désormais, son regard pétrifie tous ceux qui le croisent. Selon une autre version, que cite… Apollodore, Méduse était une jeune fille tellement fière de sa beauté et de sa chevelure qu'elle avait osé rivaliser avec Athéna. Pour la punir, la déesse changea ses cheveux en serpents et modifia son regard. C’est très…


Elle s’arrête pour grimacer de dégoût. Non seulement, les dieux grecs forment une famille très complexe de libertinages effrontés, mais en plus, ils sont… ou donnent l’impression d’être mauvais. Des viols maintenant ? De la jalousie ? C’est pire que l’académie. S’ils existaient encore aujourd’hui, ils seraient tous dans le camp des renégats sans exception, c’est une certitude…
Avec son pouce, Maya fait défiler les écrans pour avoir quelques visuels. Dans la plupart des images, la Méduse représentée est effrayante… mais son regard est beau, bien mis en valeur. Justement le regard qu’il ne faut pas regarder pour ne pas être changé en pierre.

- Ces histoires de dieux grecs… c’est toujours très… malsain j’ai l’impression. reprend Maya après avoir fermé l’application et rangé son portable. Une belle jeune fille qui se fait violer et changer en monstre… tout ça pour un rien… Ça ne dresse pas un portrait très reluisant de Poséidon ni d’Athéna… D’ailleurs… je ne vois pas en quoi leur caractère diffère de ce que l’on peut trouver à l’académie. Enfin, je veux dire… en quoi il diffère du comportement des dieux actuels…


Maya n’a jamais été violée, oh non. Ses détracteurs auraient trop peur de « choper quelque chose », d’être souillés ou quoi que ce soit. C’est finalement assez pour dire que les gens vivant à l’académie sont moins pire que ces dieux grecs. On ne peut pas forcément en dire du même des renégats… c’est là où l’adolescente veut en venir.


Clarke était Méduse.
Les indices poussent à le penser en tout cas.
Est-ce bien ce qu’elle a voulu dire ?
Pas née déesse ni humaine… donc, née monstre ? Ou plutôt, devenue monstre ? Si c’est vrai, cela place Maya dans une situation délicate. En effet, elle a raconté son histoire et s’est plainte d’une vie affreuse… alors que Clarke aurait apparemment vécu sans nul doute 100 fois pire. Et encore une fois, l’humour de Deus lui échappe : comment peut-il, des fois, ramener à la vie d’anciens dieux très puissants… et d’autres fois, une simple humaine qui n’a rien eu le temps de faire durant sa courte vie ? Jouer aux jeux vidéo, Pokémon, Animal Crossing… lire des mangas… mais qu’a-t-elle fait qui ait pu le séduire ?

- Que s’est-il passé ensuite ? fait-elle avec beaucoup d’anxiété, pas loin de commencer à se ronger les ongles. Après sa transformation… tout le monde la fuyait ?

Pitié, que ce soit une histoire « heureuse »…
… ou que Maya se plante totalement. Pitié.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Sam 7 Mar 2015 - 17:34



Viens mon enfant



Contrairement à ce que je m'attendais, soit, un flot de questions et de paroles intriguées pour en découvrir plus, la déesse semblait se taire, écoutant chaque chose que je disais. Comme si elle était suspendue à mes lèvres, attendant de savoir qui je pouvais bien être dans toute cette histoire. Baissant les yeux, je l'observais sortir son engin numérique pour se rendre sur ce qu'elle appelait « internet », une base de donnée volante, immatérielle. Il y avait beaucoup de chose dedans, et visiblement, j'y étais aussi, répertoriée tel un animal. Mon sourcils droit se haussa, entendant le noms exacts des mes parents. Étonnant comme cette source d'information pouvait n savoir autant sur moi. Mais apparemment, divers versions y régnait. Il était vrai qu'à l'époque, j'étais très fière de mes cheveux, que je les aimais beaucoup et que leur beauté m'avaient aidé dans beaucoup de chose. Mais de là à essayer de rivaliser avec Athéna, je trouvais cela mesquin. Si j'avais voulu la rivalité de quelqu'un, je me serais montrée digne d'Aphrodite dans ce domaine là. Athéna n'était qu'une idiote qui ne méritait pas mon attention. Le fait est que dans les différentes versions, il m'arrivait toujours une part de vérité, les cheveux de serpents. Comme par réflexes, ma main droite se porta dans mes cheveux, comme pour vérifier que les serpents n'y étaient pas. Je surpris alors l’expression de Maya et eu un léger pincement de lèvres. C'était le fait d'imaginer mes cheveux en serpents, qui lui faisait cet effet ?

D'après ses paroles, non, elle semblait presque approuver mon cas en dénonçant les dieux grecs ? Mes pas ralentirent quelques instants, suivant l'apprentie du regard. Elle prenait mon parti, réellement ? Alors que Poséidon et Athéna sont sensé représenter l'incarnation de dieux à aimer, alors que moi je n'étais que la descendance de titan?Sans quelle le sache, sa remarque me toucha droit au cœur. Comme si un baume venait de s'appliquer sur une blessure vieille de plus de mille ans.

La question de Maya ne me facilita pas la tâche. La suite ? Des souvenirs remontaient, petit à petit. Comme si la providence voulait me rappeler des choses douloureuses qui avaient cicatrisés en partie, avec le temps.
- Athéna ne l'a pas épargné. En plus des cheveux, le corps de Méduse à muté, changeant sa paire de jambes en un corps froid et flasque de serpent. Alors tu te doute que les gens, peu habitués à ce genre de spectacle le l'ont pas vu d'un bel œil. Si ca avait été que cela, ça aurait été, mais il a fallut que la déesse grecque décide en même temps, de jeter sa malédiction sur les sœurs de cette dernière. »

Déjà qu'être enfant de titan, ce n'était pas chose facile à vivre, mais alors être transformé en monstre, voilà qui couronnait le tout. Des pensées malsaines se dirigea vers la déesse grecque. Je me demandait comment cela se passait réellement. Y avait-il plusieurs dieux très puissant à l'image de Deus ? Athena, Poseidon et les autres, étaient ils des dieux mineurs, qui avaient été formé à l’académie .. ?
- Méduse et ses sœurs firent un carnage chez les humains. Le rejet , la frustration n'avait engendré que l'aggravement des choses. Puis elles se sont isolés, chez les Hyperboréens..

Je n'avais pas eu envie d'aborder le sujet du fiancé. L'homme qui laisse sa compagne pour morte après l'avoir battu en voyant la malédiction d'Athéna ? Je ne voulais pas de pitié, ni que l'apprentie ne se sente peinée pour moi, dans le fond. Je passais également le fait que l'on m'avait pris la chair de ma chair. Aussi monstrueuse que l'union avec le dieu ai pu être, ils restaient ma possession. On offra même l'un d'eux, Pégase à Zeus en l'honneur de la naissance de son fils.. Ironie du sort.
- Mais sa vie n'était pas si mal tu sais, elle n'était pas seule. Je crois que c'est le plus important.

Déclarais-je, en étirant un sourire sur mes lèvres. Je n'en parlais que très peu, mais il est vrai que mes sœurs, aussi désagréables avaient-elles pu être et malgré leurs choix désastreux, elles me manquaient. Levant le nez, nous étions arrivé sur une sorte de quai, comme dans un petit port.. ? Était-il ici à mon arrivé .. ? Un passeur y était assis.
- Je pense que c'est cela qui rend les choses facile à vivre. La compagnie d'autrui. On est plus en phase d'accepter les choses, ce qu'on est, ce que l'on vit.. Ne jamais rester seul.

Ma main se posa sur le poignet de l'apprentie qui venait à bout de sa glace. Message subliminal ?
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Dim 8 Mar 2015 - 13:40
Une histoire heureuse, hein ?
Après certains mots et certaines expressions employées par Clarke, la petite apprentie redevient pâlichonne. Difficile de savoir si son amie a dit ça sous le feu de l’action ou non, mais il est bien question de… meurtre d’humains en masse. Un carnage… c’est peut-être même pire que ce qu’elle doit être en train d’imaginer.

Maya croque dans le cornet de glace et mâche. C’est soit ça, soit tous ses ongles qui y passent. Ce qu’a vécu Méduse, c’est exactement ce qu’il pourrait lui arriver. Clarke pose sa main sur son poignet, comme pour être rassurante… mais ça ne peut pas marcher. Dans sa propre histoire, Maya, Isanagi et Atios étaient également trois… comme trois membres d’une même famille. Et chacun est allé de son côté, chacun a craqué à sa façon… sauf Maya, qui, de son propre point de vue, tiens encore la tête au-dessus de l’eau. Dans l’histoire de Méduse, elles ont toutes cédé en même temps, elles sont toutes devenues… des tueuses… mais elles se sont serré les coudes. Alors quoi ? C’est ça le secret ? Maya aurait dû rester dans le camp de son père ? Il n’y a que leur amour l’un pour l’autre qui aurait dû compter ? Et Atios alors ? Même chose ? Elle a l’air maligne maintenant, quasiment esseulée à l’intérieur d’une académie qui ne souhaite que sa mort. Abandonner l’amour pour la droiture… Quelles sont ses perspectives d’avenir maintenant qu’elle a raté « le plus important » ?
À nouveau, le visage de l’adolescente change. Alors que les deux femmes embarquent tant bien que mal dans la barque qui les ramènera à l’académie, Maya s’installe vers l’arrière et détourne la tête. Les yeux fermés, elle a mal, elle souffre, elle grimace… une ou deux larmes s’échappent de ses yeux.

- Je comprends… le rejet, la frustration… Au bout d’un moment, elles ont fini par craquer.

Non. Ce n’est pas une raison. Elles n’auraient pas dû se laisser aller à la mutinerie. Deus a accepté « ça » et a ressuscité la Méduse sous forme de Déesse aujourd’hui ? Mais qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ? Que tuer les humains, ce n’est pas grave selon lui ? Ou alors, il a la naïveté de penser que ces gens qu’il choisit vont se repentir de leurs péchés ? Qu’ils lui seront redevables ?
Maya ne se laissera pas aller comme Méduse et ses sœurs… et si cela devait arriver un jour, elle n’entraînerait personne dans sa chute. Parce que rien ne prouve qu’elle tiendra le coup, bien sûr. Peut-être qu’en leur temps, les trois sœurs ont pensé la même chose… et qu’à force d’accumulation… on finit par exploser. Plus l’attente est longue, plus l’explosion finale est forte. Peut-être…
Alors, plutôt finir seule que piéger d’autres personnes avec elle.

- C’est Poséidon et Athéna qu’elles auraient dû attaquer… pas ceux qui n’y étaient pour rien dans cette histoire. Les académiciens sont comme les humains… ils n’ont rien fait, ils ont juste peur… la vraie cible… c’est Johken…


Le poing fermé, l’adolescente s’essuie les yeux. Les larmes la rassurent et l’effrayent en même temps. Est-ce le début de la crise ou l’indice qui prouve qu’elle reste bien humaine, bien solide ?
Un vent doux vient caresser leur visage. La barque est partie et a atteint sa vitesse de croisière. D’ici peu, l’académie sera visible. L’académie avec ses ennemis qui veulent la tuer et ses amis qui… tentent tout ce qu’ils peuvent pour elle. Ils sont… exceptionnels.

- … mais dites-moi… fait-elle, hésitante, en regardant vers les planches de bois qui composent le sol. Je sais que ça va vous paraître un peu compliqué comme question, mais dites-moi ce que vous en pensez : si Méduse était avec nous aujourd’hui…

Puisque Clarke parle de Méduse à la troisième personne, Maya fait la même chose… mais toutes les deux savent, ça se voit. Parler de la créature de cette façon, c’est s’extérioriser… ce qui tend à prouver qu’elle a changé, que Clarke ne se considère pas comme ayant été Méduse, la massacreuse d’humains.

- … est-ce qu’elle… en voudrait encore aux humains au point de vouloir les tuer ?


Maya relève la tête et regarde dans les yeux celle dont le domaine divin doit être équivalent au pouvoir de la Gorgone. L’adolescente ne montre aucune animosité, aucune crainte… Ses yeux, légèrement rougis, ne dénotent qu’une pure et simple interrogation. Si Clarke peut se faire passer pour une déesse maléfique et espionner les renégats de l’intérieur… elles pourraient récupérer des informations sur Johken. Peut-être est-elle déjà dans le camp adverse… et si c’est le cas, Maya est en train de commettre une énorme bêtise.
Mais jamais Maya ne proposerait une chose si dangereuse à une amie… plutôt perdre la tête et mourir que ça.

- Non… ne répondez pas… fait Maya en posant sa tête sur l’épaule de Clarke. Peu importe la réponse, je vous apprécie beaucoup, c’est tout ce qui compte. Je ne ferai pas l’erreur cette fois…

Ce n’est pas le « camp » qui décidera de ça.
Il y a Johken, et il y a les autres. Point.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Dim 8 Mar 2015 - 17:25



Viens mon enfant



Comme escomptés, les paroles que je servis à Maya ne semblèrent pas lui plaire. En même temps, pour une personne aussi droite et gentille que ce que j'en avais vu, il devait lui être impensable de faire ce genre de chose. De péter un plomb et de détruire des dizaines, que dis-je... des centaines de vies si ce n'est plus.

A cette époque là, nous pensions mes sœurs et moi qu'attaquer des humains étaient un moyen à la fois de défouloir et à la fois d'exutoire. Où que nous allions, les humains nous rejetaient comme si nous étions la peste en personne. Nos intentions n'étaient pourtant pas mauvaises. Mais notre aspect, notre manière de nous mouvoir, tout semblait offrir du dégoût à quiconque nous voyait. Alors pourquoi se montrer gentil avec ceux qui nous haïssent avant même que l'on tente d'ouvrir la bouche pour leur adresser la parole ? Les efforts, nous en avions fait, un temps, avant de passer à l'offensive. Nous avions des dettes à régler avec certains dieux. Mais pourquoi viendrait-ils eux-même sur terre ? Ils n'étaient rien d'autres que des hypocrites. Mêmes lorsque mes sœurs et moi-mêmes nous rendions nos comptes en massacrant des humains pour faire venir les dieux, aucunes de nos victimes ne trouvèrent grâce à leurs yeux. Athéna ne daigna lever ses grosses cuisses de son fauteuil de marbre.

D'un coup d’œil, je vis le visage de l'apprentie, détournée. C'était comme si on venait de m'arracher une partie de mon cœur pour le piétiner sur le sol. La voir déçue comme cela me retournait l'estomac. Je ne voyais pas comment améliorer les choses, que pouvais-je dire ? Que je regrette ? Non, la vérité est toute autre. Je les déteste. Tous. Les humains, les apprentis, les dieux. Certains moins que d'autres. Probablement ne pourrais-je jamais haïr l'apprentie car elle avait touché mon être, mais mis à part elle..

Mon histoire sembla toucher Maya plus qu'il n'y paraissait, puisqu'elle avait pu raccrocher mes paroles à son propre passé. Isanagi, Jhoken, Maya, ils étaient également trois dans son histoire. Comme si ce chiffre était sensé être porteur de sens.
- Pense-tu vraiment qu'il est accessible de se rendre dans l'Olympe aussi facilement que de monter un escalier ?

Questionnais-je, en étirant un léger sourire sur mes lèvres, comme pour alléger la chose. Évidement, que si j'avais pu, je l'aurais fait directement. Tuer Athéna et Poséidon était la première motivation, qui m'avait poussé à devenir renégate. Imaginer pouvoir me débarrasser de ces deux individus était mon but ultime. Peu m'importait la suite. La vie, la mort, une fois que cette besogne serait exécuté. Ils tomberont avec moi, cette fois. Et ce ne serait pas l'un des fils de Zeus qui m'en priverait. Je les tuerais tous.

Assise sur la même planche de la barque que l'apprentie, je n'osais pas trop tourner la tête. Voir son visage triste me faisait vite déchanter. L’apprentie me questionna, une nouvelle fois. J'avais l'impression que c'était la dernière fois où je pouvais trouver grâce à ses yeux. Et pourtant, elle me stoppa, me demandant de ne pas répondre. Sans tourner le visage, je sentis le visage de l'apprentie se poser sur mon épaule. Je parvins à décaler mon bras à l'arrière avant de poser ma main sur le sommet de son crâne.

Comme par réflexe, mes doigts remuèrent, caressant les cheveux de Maya. La barque arriva, plus vite que ce que j'avais imaginé. Je devais contraindre mes doigts à délaisser les doux cheveux de l'apprentie. Mais avant même que Maya se redresse, mon bras gauche se glissa contre ses côtes, m'obligeant quelque peu à me pencher sur elle pour la prendre dans mes bras. L'apprentie dans mes bras, je n'vais pas besoin de parler fort, son oreille étant près de mes lèvres.
- Si Deus lui avait donné la possibilité de revenir pour lui pardonner ses erreurs, je pense qu'elle aurait également pardonné aux humains le mal qu'il lui à été fait.

Vérité et mensonge s’entrelaçaient. Je n'avais pas de raisons de les tuer, j'avais d'autres personnes sur cette liste. Le passeur stoppa sa barque sans piper mots et nous invita à descendre. Avec regrets, mon éteinte sur l'apprentie se desserra pour la laisser partir. Je me levais à mon tour, pour descendre de la barque et fis quelques pas de plus avec Maya.
- J'ai encore quelques informations à te demander.. pour l’engin électronique... On se voit toujours demain .. ?

Je me sentais.. d'un ridicule hors norme. Pourquoi donc baragouinais-je cette excuse minable ? Pourquoi j'en avais perdu mes mots, à l'idée de ne plus la voir après ? Je me sentais vraiment à côté de la plaque, mais je ne savais qu'une chose, j'avais envie de la revoir. Moi qui ne supportais pas les apprentis et les dieux, voilà que je ne pouvais plus m'en séparer. Quelle ironie.
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Dim 8 Mar 2015 - 21:02
Silence.
Maya se laisse caresser les cheveux, prendre dans ses bras… tout ce que Clarke voudra. De toute façon, personne ne peut résister à l’affectuosité des caresses… personne, et encore moins l’adolescente, très attachée aux contacts rapprochés avec les autres. Répondre au mal par le bien, aux coups violents par de tendres câlins…
Cet instant, elle l’apprécie énormément. Elle ferme les yeux. Elle se détend. Elle est aux anges.

Finalement, Clarke lui donne la réponse qu’elle ne voulait plus entendre. Ainsi, ressuscitée par Deus en tant qu’apprentie déesse, Méduse redeviendrait bonne envers les humains ? À entendre, ça sonne doux aux oreilles… mais non, ça ne peut pas être tout à fait exact. Elle leur « pardonnerait »… mais ça ne l’empêcherait pas de les tuer pour d’autres raisons. Après avoir pris la vie d’un certain nombre d’humains, un de plus ou un de moins… qu’est-ce que cela représenterait pour elle ? Sans doute rien. Si seulement Maya avait été dans une autre position, elle aurait pu observer le visage de Clarke prononcer ces mots… et là, peut-être aurait-elle mieux compris.


La barque approche du quai et finit par s’arrêter. Le câlin prend fin au même instant. Maya met en bouche le dernier morceau de cornet de glace, le croque un peu et l’avale. C’est signe que le goûter est terminé, qu’il est temps de se quitter. L’adolescente se lève ensuite, réajuste sa robe en tapotant dessus pour éviter les plis, puis enjambe le rebord et sort de la barque, suivie par Clarke. La petite asiatique ne manque pas de remercier le passeur cordialement… lui, s’inclinant de la même façon, un peu pris au dépourvu.
Cette fois, elles marchent côte à côte, sans plus se toucher. Et puisque Clarke parle à nouveau du portable, c’est avec cet engin du diable que Maya va lui répondre. Pas un simple message, mais tout un bloc. Encore une fois, elle résumera tout ce qu’elle n’a pas su dire oralement.

« Même si elle le voulait, Méduse, tout comme Isanagi Tensho, ne pourrait redevenir totalement bonne envers les humains. Il faudrait un miracle, une rencontre avec la déesse de la bonté, la déesse du pardon, que sais-je encore. Mais je suis contente de vous l’entendre dire : au moins, je sais qu’elle essaierait ! Ça laisserait alors présager de bons espoirs concernant d’autres personnes qui elles aussi, voudraient essayer !
Et ne vous inquiétez pas : aujourd’hui, votre physique est parfait, il ne fait peur à personne. Vous êtes très jolie ! (✿◠‿◠)

Le monde n’est pas si sombre : les tueurs peuvent devenir bons, les ennemis peuvent devenir bons, tous ces académiciens qui me veulent du mal, eux aussi peuvent devenir bons. Pour cette dernière catégorie, le plus tôt sera le mieux… il faut que je m’y atèle sans tarder ! C’est un rôle que je peux assurer !
À demain, madame Clarke ! (✿◠‿◠)
Bonne soirée et bonne nuit ! »


Envoyer. Et avant que le message n’arrive à destination du téléphone de celle que l’on appelait Méduse, Maya court sur quelques mètres avant de se retourner vers Clarke, lui adresser un grand et triste sourire, puis un grand signe de la main.

- Au revoir madame Clarke !


Alors, elle se retourne, puis s’enfuit en courant, direction l’internat. À peine 20 mètres plus loin, elle s’arrête brusquement. Elle bifurque alors vers la droite et disparaît derrière un mur. À nouveau, elle s’arrête. Elle n’arrive pas à partir… c’est trop difficile. Mais pourquoi ? Il n’y a aucun danger et elle souhaite plus que tout rentrer dans sa chambre et s’allonger ! Plaisanter avec Yanina, son autre amie avec laquelle elle partage la chambre ! Quelque chose à l’intérieur d’elle l’en empêche : la curiosité. Clarke. C’est ça : elle a envie de partir, mais il faut que Clarke soit près d’elle.

Se rapprochant du bout du mur, Maya jette un coup d’œil discrètement. Elle est toujours là… elle lit le message que l’adolescente lui a envoyé. C’est décidé : elle va la suivre de loin… rien que pour voir où elle crèche. Ce serait éventuellement intéressant comme information, non… ?

« Ah ! Et sonnez-moi demain, je me rendrai où vous voudrez, quand vous le voudrez ! »
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 359

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1855/2000  (1855/2000)
Votre domaine: La Vision
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Lun 9 Mar 2015 - 22:23



Viens mon enfant



Quelques secondes, c'était exactement le temps qu'il m'avait suffit pour me maudire d'être aussi sotte. Et niaise. Et tout ce qu'on pouvais dire réellement. J'avais une envie, mettre mes deux mains sur mon crâne et me décoiffer telle une ahurie en laissant sortir de ma bouche d'affreux jurons. On aurait dit une enfant qui ne voulait pas laisser partir sa mère. Ou pire, son petit ami enfant lui aussi. N'avais-je pas passé le cap de cette période de ma jeunesse ?

Pas de réponses. Bonne ou mauvaise nouvelle ? L’apprentie venait de dégainer son téléphone portable et se mit à taper quelque chose dessus. Un texte. Long. Mais à la fois court à la fois, tellement elle allait vite à taper sur les touches. Ce n'est pas moi qui irait aussi vite, armée seulement de mon index pour taper. Peut-être un jour, si je me décidais à m'y mettre sérieusement.. Mais là.. A mon niveau actuel, je mettrais probablement une bonne heure pour y écrire la même chose.

Mon portable vibra, dans ma poche. Je me doutais que c'était causé par le message que venait de taper Maya. Ce que je n'avais pas imaginé en revanche, c'est que l'apprentie se mette à courir à peine avais-je baisser le nez pour sortir le téléphone. Relevant le menton, je vis la jeune femme plus loin qui cavalait sur les graviers, me laissant derrière, telle une idiote. Tendant le bras devant moi dans un geste de dernier recourt, comme pour la ramener vers moi, j'entendis ses paroles. Au revoir.
- Bonne soirée... »

Articulais-je, tout bas, tout en rabaissant le bras. Dans un soupire, je rebaissais le menton pour lire le message immatériel que je venais de recevoir. Pas de reproches, seulement de l'espoir. Même si elle ne pensait pas réellement que je pouvais avoir totalement  passé l'éponge sur le cas des humains, peut-être qu'avec le temps et de bonnes rencontre ? Et si la déesse de la bonté était simplement Maya, elle même..  Un sourire étira mes lèvres, subtilement. Rebaissant de nouveau le nez sur mon téléphone, je ne vis pas l'apprentie déesse sur le côté et passa à côté d'elle, sans même imaginer qu'elle ne puisse être là.

Lorsque l'apprentie était partie tout à l'heure, je n'avais pu la regarder que de loin. Et plus ses pas avaient fuis, plus mon cœur avait paru se serrer. Puis plus rien, comme apaisé. Comme si Maya n'était pas bien loin .. Je l'avais pourtant vu partir.

SMS : "Je t'enverrais un message demain, promis.
Merci, de croire en moi."

Que dire de plus ? Ces simples paroles résumaient mes pensées. Je l'avais trouvé, la déesse de la bonté. Continuant à marcher, ma main gauche se posa sur ma poitrine. Mes yeux se fermèrent légèrement. J'avais qu'une envie, aller dans ma chambre. Serrant légèrement le poing sur mon vêtement, je laissais mon bras retomber pendant que je replaçais le téléphone dans ma poche. J'en devenais presque énervée. Je pénétrais désormais dans l'établissement, ignorant les personnes que je bousculais au passage. Montant les marches deux à deux, je m'éloignais de plus en plus de la barque. Il fallait que je m'isole. Parfois pourtant, je sentais ce même pincement au cœur, comme  si quelque chose que je ne devais pas faire se produisait.. Je me hâtais dans les couloirs avant de tomber, nez à nez, devant la chambre de Maya. Depuis quand était-elle au même étage que moi ? … Je n'avais jamais fais attention, pensais-je, en effleurant les noms gravés sur la porte du bout de mes doigts. J'entendis un bruit, derrière moi et repris ma marche, pour ne pas que l'on me voit traîner devant la chambre. Environs 15 mètres plus loin se trouvait ma chambre.. étonnant.. Je me hâtais d'entrer, fermant la porte derrière moi. Je me tenais dos à la porte. Puis, comme si mes nefs lâchaient, Je me laissais glisser contre le bois de la porte pour m'asseoir par terre. Tête enfouie dans les bras que je venais de croiser sur mes genoux relevés.

Que devais-je faire, passer l'éponge sur tout ça et redevenir une apprentie sérieuse ? Voilà que je doutais de mes convictions ? Quelle imbécile. Comment pourrais-je passer au delà de ma vengeance ? Je n'avais que ce but depuis ma résurrection, détruire. Détruire ceux qui m'avait détruit. Œil pour œil, dent pour dent. J'étais partagé entre la rage et le désespoir. Comment avoir envie de meurtre quand la bienveillance de Maya vous avait touché ? Mon cœur perdit les pédales et s’accéléra, comme dans un accès de rages, plantant mes ongles dans mes avant bras. Imbécile heureuse. Avais-je donc décidé de m'enticher de cette fille ?

Je devais l'éviter, à  tout prix avant qu'elle ne déteigne sur moi. Mais dans le fond, était-ce possible ? Et si je me contentais de la voir seulement demain, et comme ça, je vois si elle met réellement mes convictions en déroute ? Mes ongles cessèrent de mutiler ma peau, laissant de vilains petits trous écarlates. Tout en me relevant, je pris soin de laisser traîner mes chaussures sur le sol et me laissa tomber sur mon lit. Je pris mon téléphone et le contempla, quelques instants. Comme si il allait s'allumer, pour m'indiquer un message. Rien ne se passa. Je l'ouvris alors et y tapota les touches. Ecrire, effacer. Ecrire, de nouveau effacer.. Au final,  un message parti, simple ...

SMS : "A demain, Maya"
© Ethan
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone - Mar 10 Mar 2015 - 23:16
Se déguiser ou ne pas se déguiser ? Le look par excellence, pour mener à bien cette filature, ce serait le chapeau ou le bonnet, les gants, les lunettes de soleil, le manteau de détective… tout ça afin que Clarke ne la reconnaisse pas si elle venait à se retourner et regarder dans sa direction. Mais comme on dit, ça fait louche… et au lieu de se fondre dans la masse, de devenir un fantôme que personne ne voit… elle se ferait justement trop remarquer. Tant pis. Ou alors, juste changer la couleur de ses vêtements ? Ou ajouter un accessoire ou une marque qui modifierait son physique ? Trop long. Elle n’aurait pas le temps d’utiliser son pouvoir de matérialisation… et encore moins le temps de dessiner quoi que ce soit de potable.

Alors, elle file.
Comme Maya s’y attendait, Clarke se dirige vers l’internat. Après mûre réflexion, c’est un coup de chance, son amie aurait pu aller n’importe où plutôt que dans sa chambre… mais se reposer après une longue balade, ce n’est pas sorcier à deviner.
La petite apprentie court, saute les marches dans les escaliers en se tenant à la rambarde pour suivre le rythme infernal imposé par celle qui se faisait appeler la Méduse. Elle accélère dans les couloirs, tourne au bout de l’un d’entre eux… et recule précipitamment pour se cacher. Clarke s’est arrêté devant une porte. Maya s’accroupit, passe la tête… et voit une porte claquer en se refermant. Elle soupire de soulagement, se relève, et avance plus lentement, en prenant le temps de respirer.

La Blue Key…
Clarke a trouvé la chambre de Maya… ou alors, la connaissait-elle déjà ? En regardant son propre nom inscrit sur la porte, l’adolescente déglutit… puis elle continue dans le couloir. N’ayant pas vu exactement où Clarke est entrée, elle va passer toutes les chambres en revue.

La Simply Room…
Clarke Griffin semble y vivre seule. Isolement ? Besoin de calme et de tranquillité ? Sûrement. Sans gêne, Maya s’approche de la porte, et colle doucement ses mains et une oreille contre celle-ci. Aucun bruit. Son cœur bat rapidement. Puis, des bruits de pas fatigués qui trainent sur le sol. Un bruit bizarre, comme une chute, puis plus rien. Inquiétude. Faut-il… frapper et vérifier que tout va bien ? Bien sûr que non ! Jamais Maya ne doit se faire prendre, il ne faut pas qu’on sache qu’elle… s’occupe… de… choses qui ne la regardent pas.


Doucement, en se mettant sur la pointe des pieds, l’adolescente s’éloigne de la porte, puis retourne à sa chambre. Elle toque très doucement, puis ouvre. Yanina n’est pas là. Immédiatement, la petite apprentie sort son portable et lui envoie un message.

Yanina ; « Je viens de rentrer de la mission ! Tout va bien. Par contre, je vais filer au lit direct, ne m’attends pas pour manger. Bisou ! »

Elle retire ses chaussures, puis se laisse tomber sur son lit. Dormir maintenant ? Sûrement pas. Pas tant qu’elle ne connaîtra pas toute l’histoire… et Internet est son ami. Une nouvelle fois donc, Maya lance l’application navigateur web et surfe, cherche tout ce qu’elle pourra trouver sur la Méduse. Qui était-elle, comment a-t-elle vécu, ce qui lui est arrivé, etc.
L’histoire du viol ou de la séduction de Poséidon, la transformation par Athéna, l’épopée de Persée qui traqua et décapita la Méduse… la naissance de ses enfants, le cheval ailé Pégase et le géant Chrysaor, fruits du viol et conséquence de la décapitation… Nés dans le sang et dans le meurtre… Elle ne les a même pas connus. Oh ! Chrysaor apparaît dans le manga Saint Seiya en tant que Général au service de Poséidon. Dans un sens, Pégase y apparaît aussi, mais cette fois en… véritable héros. Voilà une bonne manière pour Clarke d’avancer : savoir qu’elle a engendré un être si pur, si magnifique… si aimé des êtres humains. Cela pourrait être un déclic, un pardon… Maya lui en parlera demain.


Son portable vibre, l’adolescente vient de recevoir un message.
« À demain, Maya ».
Elle s’allonge sur le côté, ferme les yeux et serre le téléphone contre elle. Demain, c’est trop loin… faites que demain soit aujourd’hui ou que cette nuit passe vite. Elle ignore pourquoi, mais elle n’en peut plus d’attendre… et plus le temps passe, plus son état empire. Comment est-ce possible ? Elle n’est pourtant pas…
Rouvrant les yeux, elle tape un dernier message, l’envoie et éteint son téléphone pour ne plus être dérangée. Une réponse serait trop compliquée à supporter. Elle regarde le mur, dans la direction de l’autre chambre… cette Simply Room où « elle » vit. Puis, rougissante, elle agrippe sa couverture et s’engouffre en dessous toute entière. Elle se cache… parce que même les murs ne sont plus des remparts suffisants.

Clarke ; « ♥ »
[Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» [Terminé][Event St Valentin] - Viens mon enfant, viens te coller à la gorgone
» [Terminé][Piscine] [Event St-Valentin] "La vie n'est que des choix: continuer son chemin ou plonger" [Fletcher Salir/Aël T. Demareck]
» Event de la Saint Valentin : Pokémon Go !
» ◮ EVENT ST VALENTIN — lillias nicolson et jaimie thompson
» ◮ EVENT ST VALENTIN — luzia ozores et sean mclloyd

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Au cœur de la ville :: Quartier des affaires-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page