Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Atelier pâtisserie française

 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Invité
avatar
Invité
Atelier pâtisserie française - Sam 7 Fév 2015 - 21:47
C'était un jour spécial à l'académie. A la cafétéria plutôt.

L'idée était née de la curiosité de la souveraine pour ces bonnes choses qu'ils mangeaient le matin. Après quelques recherches menées à la bibliothèque et auprès des quelques cuisiniers qui daignaient parler de leur métier, elle avait découvert que les "pâtisseries" étaient une sorte de dérivés du pain, sucré, et que n'importe qui pouvait apprendre à en cuisiner à condition d'avoir les ingrédients, le matériel et le savoir nécessaire. Quelques livres de recettes plus tard, elle s'était mise en tête de découvrir les progrès de la gastronomie aquitaine en matière de pâtisseries et n'avait pas été déçue : deux spécialités bordelaises avaient retenu son attention. La merveille, d'une pâte moelleuse et dense, était généralement agencée en forme de triangle, ou autre au gré des fantaisies, et recouverte de sucre glacé. Le canelé pour sa part, était un mélange de pâte parfumée au rhum et à la fleur d'oranger, recouverte de caramel tantôt moelleux, tantôt croustillant, jalonné de cannelures, comme l'indique son nom.

Mais, comme il fallait savoir partager, elle adressa une demande au secrétariat pour mettre en place un atelier de pâtisseries de diverses natures. Afin d'être sûre d'avoir les bonnes fournitures, le thème officiel était celui de la pâtisserie française. Ainsi il y en aurait pour tous les goûts. La bibliothèque avait accepté de prêter une dizaine de livres de recettes variées, les cuisines de commander un surplus de farine, œufs, sucres, levures et autres condiments, ainsi que de prêter tout ce qui était vaissellerie et nappes de protection.

C'est ainsi que, par un beau jour de soleil, un petit quart de la cafétéria avait été isolé du reste par une rangée de chaise en rangs d'oignons, un étiquetage digne des films policiers et un regroupement de tables sur lequel trônait tout ce qu'il fallait. Trois élèves s'étaient portés volontaires pour inaugurer l'atelier, un serveur surveillait le bon déroulement des opérations, et un cuisinier superviserait la préparation et la cuisson de chaque type de pâtisserie.

Enthousiaste et affamée, et aussi parce qu'elle était la principale responsable de la mise en place de ce projet, Elione était la première arrivée sur les lieux, avec une bonne demi-heure d'avance. Elle s'était procurée un tablier, avait noué ses cheveux en une longue queue de cheval dorée, remonté ses manches et les avait attachées à ses coudes. Elle inspecta les ouvrages de la bibliothèque et fut ravie de trouver dans l'un d'eux la fameuse recette des canelés.

Les yeux pleins d'étoiles, elle dut se forcer à attendre l'arrivée des autres élèves pour ne pas sauter sur le cuisinier. Celui-ci se lissait la moustache avec un sourire en coin, ravi de l'enthousiasme de la jeune femme.


"Cheune demoiselle, tu sembles bien pressée.
-Oh oui j'ai hâte ! Il s'agit là des spécialités de mon pays !
-Ah, che vois. Ch'est une bonne chose de mettre du cœur à l'ouvrache. Chela donne meilleur goût à la cuichine."
♦ Rose ou chou ? : Euh... Chou. J'suis un homme.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 381

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
7455/1000  (7455/1000)
Votre domaine: Les Ombres
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Atelier pâtisserie française - Sam 7 Fév 2015 - 22:25
Pâtisseries.... Bon sang que c'est bon les pâtisseries, et ça Jack le savait très bien, vu que c'est ce qu'il mange très souvent. Ces petites merveilles souvent sucrées doivent être ce qu'il adore manger le plus. Bon évidemment, il y a les gros repas, avec la viande, des pâtes ou des bonnes pommes de terre, mais la on parle de pâtisseries. de PÂTISSERIES! Les pâtisseries c'est trop bon. D'ailleurs Jack venait d'en manger il y a quelques heures. Et il doit confirmer que les pâtisseries de cet endroit sont délicieuses. Il se souvenait encore d'autre chose: Il avait vu qu'apparemment, un atelier pour apprendre comment faire quelques pâtisseries allait être mit en place.

...Hmmm faire ses propres pâtisseries. Ce serait très bien ça! Bon, Jack se demandait tout de même si il n'allait pas manger la préparation avant même de réussir à mettre ce qu'il faut au four, mais pouvoir faire ses propres petits gâteaux, c'est génial! C'est toujours bien de savoir faire la cuisine. En bref, il s'est inscrit pour ce fameux atelier, qui apparemment se déroulerait dans la cafétéria. Jack ne s'était pas vraiment demandé comment ils allaient faire,   vu qu'en même temps, il faut avouer que cette cafétéria est... énorme. Il ne pouvait s'imaginer qu'est-ce qu'ils allaient apprendre à faire- Tout ce qu'il savait pour l'instant, c'est que ça allait être des spécialités françaises. Cela promet d'être délicieusement délicieux.

D'ailleurs, qu'est-ce qu'il fait encore dans sa chambre en train de fixer le plafond et de rêver de pâtisseries? Aujourd’hui, c'est justement le jour ou il y a l'Atelier. Se levant d'un bond, il alla prendre une douche rapide, avant de s'habiller d'un gilet propre, jean, et tout cela. Il se coiffa légèrement, sachant que ses cheveux risquent de se hérisser encore plus qu'il ne faut durant la journée, juste après une douche, aussi... il devrait les prendre la nuit. Meh. Passons. Il finit par sortir de sa chambre, fermant la porte à clé, direction la cafétéria.

Il n'avait même pas vu l'heure, et bon sang qu'est-ce qu'il avait envie de commencer. Il devra tout de même s'empêcher de manger toute la préparation... Faut avouer que ce serait bon tout ça. Mais les pâtisseries finies sont bien meilleures, va falloir résister à la tentation, espèce de goinfre. Il faudrait que tu apprennes à faire tes propres petits gâteaux, comme ça si un jour il fait froid au point de penser être à l'âge glacial tu auras pas à sortir pour chercher des pâtisseries. Il finit par se rapprocher de la cafétéria après un moment de marche, sentant déjà quelques bonnes odeurs. Il était arrivé genre quoi, dix minutes en avance? Peut-être plus?

hmmm... ça sent bon.

Entrant dans la cafét, il regarda autour de lui, avant de voir plus loin un coin qui a l'air d'avoir été spécialement fait pour ce fameux atelier, il arbora un léger sourire amical, encore un peu gêné, nerveux au début de parler avec des gens, il se gratta l'arrière du crâne en regardant les deux personnes.

Hum.. Bonjour. Jack Winter. Je suis la pour participer à l'Atelier!
Ah, une autre personne pressé à ce que che vois. Bien, bien ! Ch'aime les chens enthousiastes.

Jack cligna des yeux, on pouvait vraiment.. entendre son accent, il sourit, hochant la tête.
Oui.. j'adore les pâtisseries, autant apprendre à en faire, n'est-ce pas?il tourna la tête ensuite vers la jeune demoiselle qui semblait participer aussi au cours. Il se gratta encore l'arrière de la tête, avant de se remettre droit, arborant son léger sourire qui se voulait amical à nouveau.

Hem. Enchanté.
Invité
avatar
Invité
Re: Atelier pâtisserie française - Dim 8 Fév 2015 - 0:17

Pâtisserie d'amour français

C’était une journée spéciale pour Eros il avait décidé de s’inscrire à un atelier de cuisine et plus précisément de pâtisserie française. Ah la France, Paris, la ville des amoureux et la gastronomie populaire. Il y avait là dans ce thème de quoi attirer l’apprenti divinité de l’amour. Il était donc littéralement aux anges en ce jour et sautillait joyeusement jusqu’à la cafétéria qui n’était autre que le lieu des festivités.

Il savait que c’était sous l’initiative d’une élève que cet atelier était né, une certaine Elione d’Elande d’après les affiches qu’il avait pu voir dans les couloirs. Il ne l’avait cependant jamais vu qu’il trouvait son prénom très original. Peut-être était-elle française ? Avait-elle connu la chance d’un rendez-vous galant dans un café parisien ?
L’apprenti dieu si voyait déjà. Emmitouflé dans une longue veste rouge, assis sur la terrasse d’un café alors que l’air était froid et glacial. Il attendait celui qui lui avait donné rendez-vous en sirotant une tasse « d’or noir » comme indiqué sur la carte. Jolie formule pour désigner une tasse de café colombienne. Il attendait alors qu’une silhouette apparaissait un peu plus loin se détachant des autres par son béret visser sur son crâne. Son amant du moment…

Eros poussa un soupire. C’était une des scènes qu’il ne verrait sans doute que dans les films ou les séries à l’eau de rose. En attendent il était bien décidé à se montrer comme un cuisinier hors du commun. Il ne se rappelait pas durant sa vie d’humain avoir cuisiné. Du moins il ne se rappelait strictement rien de sa vie sur Terre. Cela compliquait un peu les choses et il se devait de se donner des défis chaque jour afin de savoir s’il était ou non capable de tel ou tel chose. C’était une chose atroce de ne pas savoir qui l’on était, tout en sachant ce que l’on aimait. Imaginez-vous que vous savez que vous aimez le chocolat et que pourtant vous ne vous rappelez pas en avoir un jour mangé un morceau ? La science infuse avait de quoi déstabiliser le plus grand des colosses. Il essayait tout du moins de ne pas y penser et de rester ainsi comme il était à profiter de chaque moment présent. C’était pour lui comme s’il avait toujours vécu à l’académie. Bon le point noir dans l’histoire restait qu’il avait horreur des cours, mais il y avait des choses bien à faire dans ce monde, comme les cours de pâtisserie.

Il arriva devant la porte de la cafétéria et se décida à entrer. De délicates effluves commençaient déjà à se faire sentir et Eros n’en était que plus heureux. Il repéra très rapidement le petit coin de salle réservé à l’atelier. Il ne comprenait pas vraiment comment cela se faisait que l’académie ne disposait pas déjà de salle destiné à ce genre d’animation. N’y avait-il pas une quelconque salle magique qui pouvait changer de forme sur commande ? C’était peut-être trop estimé la magie des lieux.
Nombre de livres étaient empilé sur des tables protégés de nappe blanche. Il y avait déjà des gens de présent et Eros ne se fit pas prier pour les saluer de loin tout en creusant l’écart entre eux.

- Hey ! Enchanté je suis Eros Lussuris !

S’approchant de plus près alors que son entré ne pouvait être que remarqué il pouvait ainsi voir qui allait participer. Il remarqua alors un homme avec une toque au haut du crâne qui passait son temps à lisser sa moustache. Sans doute le « professeur » pour ce cours. Il le salua d’un hochement de tête entendu. Une tignasse blonde vint alors attirer le regard d’Eros. Une femme au visage sévère, presque impassible, presque noble… L’apprenti divinité fit une petite grimace. Cette demoiselle était d’une beauté noble et devait avoir à ses pieds nombre de soupirants. Il devina son nom avant même qu’elle ne se présente : Elione d’Elande.
Alors qu’il s’apprêtait à la saluer comme il se doit, une nouvelle tignasse vint attirer son attention. La beauté glaciale et timide, Jack Winter. Ni une ni deux, l’apprenti divinité se jeta à son cou pour l’étreindre dans un tendre câlin, de pure amitié bien entendu !

- Coucou Jack ! Comment tu vas depuis le temps ?

Lui laissant à peine le temps de répondre, l’apprenti divinité de l’amour se mit en quête d’un tablier – rose avec des petits cœurs tout mimi – et attacha sa longue tignasse rouge en une queue de cheval élégante. On aurait cru la pièce traversé par une tornade écarlate, tellement Eros essayait de se pressé à se préparer dignement pour le cours en préparant son plan de travail convenablement. Une fois cela fait il contempla le petit coin qu’il c’était fait les poings coincés sur les hanches. Il se décida enfin à se présenter à l’organisatrice. Il était temps tout de même !

- Bonjour, je suis Eros Lussuris, mais ça je l’ai déjà dit. Je te remercie pour ton initiative pour cet atelier c’est super !

Tout en disant cela il avait attrapé la main de la jeune femme et la balançait vigoureusement de haut en bas sans véritablement se rendre compte de sa force. Décidément cet atelier promettait de lui apporter un peu trop de gaieté.

Invité
avatar
Invité
Re: Atelier pâtisserie française - Dim 8 Fév 2015 - 13:09
Quelle plaie. Pourquoi était-il toujours celui à qui on refilait les tâches farfelues ? Évidemment, il ne pouvait pas faire mine d'avoir oublié, puisqu'une autre serveuse, Sarah, était venue le lui rappeler en personne le matin-même, alors qu'il rampait hors de son lit vers la salle de bain. Elle l'avait donc trouvé, étendu sur le sol, nu, tentant vainement d'atteindre la poignée de la porte en tendant le bras. Il y avait eu un instant de silence, de stupéfaction, suivi d'un sentiment de gêne qui resterait probablement présent un bon moment, entre les collègues de travail. Sous une douche brûlante, car il avait effectivement appris, finalement, à se servir du thermostat, il s'était remémoré sa tâche du jour.

Surveiller un... Atelier de pâtisserie. Vraiment. Premièrement, il y avait donc des individus capables de penser à lancer une telle activité, et en plus de cela, on l'y collait en tant que responsable. Pourquoi, hein ? Vêtu de son habituel ensemble de serveur, délaissant le noeud papillon et la cravate, comme à l'habitude, puisqu'il ne savait pas les faire, et n'avait nullement l'intention d'écraser sa gorge avec quelque chose du genre, il s'était rendu avec pas mal de retard au réfectoire, en traînant les pieds, mains dans les poches. Ses lunettes noires masquaient toujours ses deux iris dorés, alors qu'il dépassait le seuil de la cafétéria, jetant la cigarette allumée durant son trajet à ses pieds. Le Repenti s'était composé une expression froide et impassible, intérieurement profondément ennuyé d'être affecté à une tâche aussi inintéressante. Quelle était la logique quant à attribuer à un espèce de groupuscule fanatique de pâtisserie un Lycanthrope, Dieu de la Prédation ? Aleksander ne savait pas qui était le responsable, mais c'était sans doute un diminué mental. Les odeurs de sucre et autre arôme alléchant se frayèrent un chemin jusqu'à ses narines, en raison de sa capacité de perception sensorielle surprenante. Aussi, il avait entreprit de se glisser dans la foule d'élève qui passait son temps assis, à se nourrir en permanence. Cependant, sa pseudo-discrétion n'eut pas l'effet escompté. Tous s'écartèrent, devant lui, une lueur d'inquiétude dans le regard.

Certes, il y avait un petit côté avantageux, quant à la vague de terreur liée à son apparition. Ils s'écartaient tous. En revanche, pour l'arrivée discrète, et se mettre dans un coin pour simplement jeter des coups d'oeil de temps à autre, on repassera. En soupirant, réajustant ses gants, comme pour garder contenance, il s'était dirigé d'un pas pressé vers le quart du réfectoire destiné à accueillir l'atelier. A mi-chemin, il perçut les moqueries d'un duo d'élève, qui regardait avec mépris deux jeunes hommes qui participaient. A renfort de propos misogynes, ils ne manquèrent pas de glisser quelques remarques visant la demoiselle à la crinière blonde, que le Lycan avait remarqué un moment plus tôt.

Le Serveur se figea, arrivé au niveau des deux apprentis, à quelques mètres des rangs de chaise qui délimitaient l'espace attribué à l'atelier. Son sang bouillonnait déjà. Faute de pouvoir libérer sa frustration en raison de son poste du jour, il faudrait bien un exutoire à la rage passive qu'il ressentait en permanence. Arrachant sa main droite de sa poche, il referma celle-ci avec une poigne de fer sur la gorge du petit gros, le soulevant de quelques centimètres du sol. A bien y regarder, le Dieu était gigantesque. Du haut de son mètre quatre-vingt dix, taillé comme une armoire à glace, le voilà dans toute sa splendeur animale, alors qu'il laissait les rouages de son esprit élaborer multiples manières de massacrer cet adolescent.

Pourquoi cet individu là en particulier ? Le Lycan ne le savait pas lui-même. Il ressentait simplement le besoin d'assouvir, tout du moins partiellement, sa soif de violence. Ici, et maintenant. Qu'à cela ne tienne, il détestait le genre humain. Tous les représentants de l'espèce. Avec quelques maigres exceptions. Le pire était probablement que celui dont les yeux étaient exorbités, alors que le souffle lui manquait, le reconnaissait. Le Tyran de la Cafétéria, hein ? En jetant un coup d'oeil derrière lui, il remarqua que bon nombre de regard étaient désormais braqués sur lui, tandis qu'il maltraitait le jeune homme. D'une seule main. Avec désinvolture. Pas qu'il ressentait de la gêne, mais cet apprenti en surpoids pesait son poids. Et il sentait ses muscles hurler à l'idée de continuer l'effort. En pivotant à moitié, il projeta d'un ample geste le petit gros sur la table la plus proche, qui céda sous l'impact, cumulé à la charge corporelle hors-norme, qui la percuta. Avec un profond soupir, Aleksander chercha le second élève, qui s'amusait à critiquer son atelier.

Son atelier ? Pourquoi ressentait-il tout à coup un sentiment d'appartenance à cette curieuse occupation ? Secouant doucement la tête, il remarqua que le compagnon avait déjà pris les jambes à son cou, terrifié à l'idée de faire face au grand méchant loup. Le Réfectoire était enfoncé dans un silence pesant, et doucement, tous reprirent leurs occupations. Après tout, ce genre de spectacle devenait plutôt fréquent. Aleksander Anderson, le Serveur, avait pour habitude de maltraiter ceux qui tenaient de propos qui ne lui plaisait pas, ou qui dégradait le matériel gracieusement mis à leur disposition par l'Académie. Et tous le connaissaient désormais. Ce qui avait marqué une brutale chute du taux de " délinquance ". Certains le prenait pour un justicier de pacotille. Un justicier ? Si seulement ils avaient raison. Non, la vérité était tout autre. Et bien plus sinistre.

En pénétrant enfin dans l'espace réservé à l'Atelier, il se glissa dans un coin, n'adressant qu'un sobre signe de tête à ceux dont le regard s'était porté sur lui, sans qu'il ne daigne décrocher un mot. Il s'était penché vers le Chef, étrange caricature du cuisinier, et avait murmurer quelques brèves excuses, avant de se hisser sur le rebord d'une fenêtre. Déjà, il se désintéressait de l'atelier, son regard braqué vers l'extérieur. Ses iris toujours masqués derrière les verres fumés ne l'empêchaient pas de dégager une écrasante aura bestiale, mêlant une violence difficilement maîtrisée à une espèce de colère vouée à tous. De plus, il ne semblait pas très amical. Et il était prêt à parier qu'évidemment, les principaux acteurs de ce cours, eux, n'avaient jamais entendu parler de lui. Et qu'ils allaient l'importuner à l'infini, et au-delà.
Code by Rain
Invité
avatar
Invité
Re: Atelier pâtisserie française - Dim 8 Fév 2015 - 14:16
Alors qu'elle amorçait la discussion avec le cuisinier, la souveraine eut le plaisir de voir arriver le premier volontaire de l'atelier, plutôt timide à première vue. Il se présenta sans fioritures, précisant qu'il était là car il aimait la pâtisserie. Cela semblait logique, mais sa motivation de gourmandise fit sourire la jeune. Elle n'eut pas le temps de répondre que le second volontaire lui sauta au cou, surgi dans une vague de cheveux rouges et visiblement très enjoué. Elle se retrouva à se faire secouer frénétiquement la main sans comprendre pourquoi il insistait autant.

Quand il la lâcha enfin, sa main resta en suspend dans l'air un moment tandis qu'elle le regardait avec des yeux ronds comme des choux à la crème. Il y eut un instant de silence de plusieurs secondes avant qu'elle n'éclate de rire.


"Eh bien ! Que de motivation ! Ravie de vous avoir avec moi. Je m'appelle Elione, et j'espère que cette initiative en amènera d'autres. J'ai effectué cette demande afin de découvrir de manière pratique les avancées gastronomiques d'une région qui me passionne et leurs nouvelles saveurs. Si vous avez des envies particulières, n'hésitez pas à le signaler."

Elle se tourna vers le cuisinier qui affichait un sourire satisfait.

"Bien, les enfants. Il est temps de commencher. Che ne suis là que pour vous observer et vous concheiller en cas de problème. Che pense que notre surveillant devrait arriver sous peu, mais pour le début nous pouvons y aller sans lui. Elione, veux-tu nous exchpliquer comment tu as prévu de procéder ?
-Alors, nous avons quatre heures au total, temps de cuisson inclus. Bien sûr nous pouvons utiliser moins de temps, ou laisser nos préparations à cuire si nous dépassons ce délai. Il est possible de faire du froid aussi, comme des mousses au chocolat par exemple. Et il n'y a pas de limite de quantité mais restons raisonnables. Pour la première partie, je vous propose de consulter les livres prêtés par la bibliothèque afin de déterminer ce que nous allons cuisiner. Et bien sûr personne n'est forcé de faire comme les autres, nous pouvons travailler chacun de notre côté, c'est pourquoi l'espace est assez grand. Pour ma part, j'ai déjà jeté mon dévolu sur des canelés, des merveilles, et s'il me reste du temps, des éclairs au chocolat et de la fougasse sucrée."

Elle en salivait d'avance, les yeux brillants d'étoiles. Tout en parlant elle avait disposé plusieurs ouvrages devant les deux jeunes hommes et ouvert les siens aux pages correspondantes.

"A vous de jouer !"

Et tandis qu'elle s'emparait d'un verre mesureur et d'un paquet de farine, on entendit un craquement dans la salle, avant qu'un homme de grande stature ne s'approche d'eux. L'apprentie-déesse le dévisagea sans s'en rendre compte, surprise par sa violence et impressionnée par sa taille, inhabituelle à ses yeux.
Le chef se racla la gorge pour ramener tout le monde à l'atelier et passa auprès de Jack et Eros pour voir avec eux ce qu'ils pourraient faire.
♦ Rose ou chou ? : Euh... Chou. J'suis un homme.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 381

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
7455/1000  (7455/1000)
Votre domaine: Les Ombres
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Atelier pâtisserie française - Dim 8 Fév 2015 - 19:17
Jack sourit en observant l'atelier, il était, c'est vrai, assez enthousiaste. IL allait quand même apprendre à faire des pâtisseries! Mais lesquelles? Il n'y avait pas trop pensé. Avant de pouvoir réfléchir aux éventuelles pâtisseries qu'il pourrait tenter de faire, il vit arriver le prochain volontaire... et Jack cligna des yeux en l'entendant d'un peu plus loi de la salle. Il le reconnu tout de même presque immédiatement: C'était Eros, l'apprenti-dieu aux longs cheveux rouges. Il se gratta l'arrière du crâne.

Salut Er-, il n'euût pas le temps de finir sa phrase, qu'Eros lui sauta dessus pour lui faire un câlin. Jack rougit un peu sur le coup, tapotant un peu sur son dos avant de lui faire un petit câlin hésitant. Comment il allait? Et bien maintenant, il est assez gêné, à vrai dire! E-euh... je vais bie-, encore une fois pas eu le temps de répondre, Que le rouquin le lâcha pour aller se présenter à la jeune demoiselle. Il se gratta l'arrière du crâne en les observant. Vraiment très sociable, cet Eros... Il sourit un peu, calmant sa gêne assez rapidement.

La jeune demoiselle s’appelait Elione, et elle semblait être celle qui avait organisé ce petit atelier de pâtisserie. Elle demandait si les participants avait des envies particulières... à vrai dire, Jack ne savait même pas ce qu'il allait faire! Il aurait dû y penser avant de venir ici. Il pensait trop aux muffins et autres bons petits gâteaux... tiens il pourrait simplement faire ça... un surveillant était censé arriver, et le chef était apparemment la uniquement pour conseiller et surveiller ce que l'on fait également. Jack ne savait pas trop quoi penser. Qu'est-ce qu'il allait faire? Aah... Il se concentra à nouveau sur Elione, qui maintenant expliquait comment l'atelier allait se dérouler.

Quatre heures? C'est sûr, Jack aura le temps de faire autre chose que des muffins, qui sait... il pourrait faire des choses simples, comme des cookies, des muffins, peut-être autre chose encore, si il a le temps... en même temps question pâtisserie il débute, il adore en manger, mais il ne sait pas trop comment en faire! Enfin, Elione allait tenter de faire des cannelés... ah... ça mettait déjà l'eau à la bouche de l'apprenti-dieu. Il regarda le livre déposé devant lui, avant de regarder tous les ingrédients disponibles. Il pourrait peut-être faire quelque chose de spécial non...? Mnnh... Peut-être un bon gros gâteau? Non, non. il ne faut pas viser trop haut, Il débute après tout. Il prit le livre, tournant les pages à la recherche d'une quelconque recette l’intéressant...

Il n'eût pas le temps, car il entendit des moqueries derrière lui, Il se mit droit, jetant un regard aux deux apprentis-dieux qui pointait cet atelier du doigt.. Puis vit un homme, qui semblait être un serveur, attraper un des dieux par le cou puis l'envoyer contre une table, qui se brisa sous le poids du dieux assez... et bien, gros. Il se dirigeait ensuite vers leur direction. Jack se retourna, l'entendant passer à côté de lui, il ne fit que dire

-Joli lancé, avant de se remettre à la recherche d'une recette qui pourr-

Le regarde Jack se figea sur une page. G-gâteau aux trois chocolats...Cela lui mettait l'eau à la bouche... et il y avait une recette bien détaillée à côté en plus! ... Il n'allait pas foirer la préparation, si? Non, il allait prêter attention à la recette. 1h45 de préparation en tout.. et bien, il pourrait commencer avec la préparation, qui durerait apparemment une heure, avant de mettre tout ça au four, ou en tout cas, faire comme la recette le montre. Il pourrait préparer quelques muffins aux fruits ou chocolat après, aussi... Il fit ensuite surprit par le chef cuisiner,il tourna rapidement la tête et vit son visage moustachu.

AH! Euh.. rebonjour., il toussota, regardant ensuite la recette dans le livre Est-ce que ça irait pour moi, de faire ce gâteau?

Le chef hocha la tête, disant simplement qu'ils avaient tout ce qu'il faut pour préparer le gâteau ici, et que bien sûr, si besoin, il apporterait son aide et ses conseils... Parfait. Jack sourit, hochant la tête, il allait donc faire un bon gros gâteau trois choco! Et des muffins. Voir encore d'autres petits gâteaux, qui sait. Il posa son regard sur Elione, occupée avec ses cannelés, puis Eros, qui avait l'air d'encore chercher, à moins que Jack ne se trompe, il se mit droit, tapant dans ses mains.

Bon, temps de se faire un bon gâteau pour ma part!, dit il en commençant à prendre tous les ingrédients nécessaires, et lire la recette dans le livre avec attention...

Invité
avatar
Invité
Re: Atelier pâtisserie française - Dim 8 Fév 2015 - 20:27

Eclairs amoureux

Eros lâcha enfin la main d’Elionne la beauté majestueuse et celle-ci lui adressa quelques mots :

- Eh bien ! Que de motivation ! Ravie de vous avoir avec moi. Je m'appelle Elione, et j'espère que cette initiative en amènera d'autres. J'ai effectué cette demande afin de découvrir de manière pratique les avancées gastronomiques d'une région qui me passionne et leurs nouvelles saveurs. Si vous avez des envies particulières, n'hésitez pas à le signaler.

Le cuisinier vint s’incruster à la conversation pour lancer véritablement l’activité.

- Bien, les enfants. Il est temps de commencher. Che ne suis là que pour vous observer et vous concheiller en cas de problème. Che pense que notre surveillant devrait arriver sous peu, mais pour le début nous pouvons y aller sans lui. Elione, veux-tu nous exchpliquer comment tu as prévu de procéder ?

La chef de groupe prit alors la parole afin d’expliquer la manière de procéder. Ils avaient tous quatre heures pour faire la recette qui leur plaisait. Ils pouvaient travailler en groupe ou chacun de leur côté. Eros préféra travailler seul. Non pas qu’il n’appréciait pas ses camarades mais il voulait se donner un défis à lui-même et l’idée qu’on l’aide était pour lui quelque peu embêtante. Il vit que ses nouveaux amis en firent de même, il lui sembla même qu’Elione était motivé au point que l’on voyait des flammes dans ses yeux quand elle sélectionnait les ingrédients pour sa préparation.
L’apprenti dieu de l’amour resserra un peu plus son tablier et chercha du regard un livre quelconque qui pourrait lui donner une idée. Trouvant son bonheur assez facilement - Elionne devait avoir ramené la bibliothèque du rayon cuisine c’était pas possible autrement – il feuilleta les pages et tomba sur une pâtisserie qu’il trouvait élégante. Il n’en avait jamais mangé, n’ayant jamais goûté au mode de vie français.

***

Eclairs au chocolat
Pour 15 éclairs au chocolat


Préparation : 25 min, Cuisson : 20 min

Pour les choux :
10 cl d'eau, 50 g de beurre demi-sel, 100 g de farine, 3 gros œufs.

Pour la crème pâtissière :
25 g de maïzena, 50 g de sucre en poudre, 25 cl de lait d'épeautre ou de vache, 3 jaunes d'œuf, 150 g de chocolat noir.

Pour le glaçage :
75 g de chocolat noir, 5 cl de lait

La recette :

1. Préparez la pâte à choux et formez des éclairs à l'aide d'une poche à douille sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Faites cuire entre 15 à 20 min, dans le four préchauffé à 180degC, jusqu'à qu'ils soient dorés.
2. Mélangez la maïzena et le sucre. Dans un saladier, battez les jaunes d'œufs et le mélange maïzena-sucre à l'aide d'un fouet.
3. Incorporez le lait tiède peu à peu, en battant vigoureusement.
4. Faites chauffer la préparation dans une casserole et faites cuire sur feu moyen, environ 5 min, jusqu'à ce que la crème soit prise.
5. Incorporez le chocolat fondu et poursuivez la cuisson quelques minutes. Versez la crème dans un bol pour la laisser refroidir et déposez un film alimentaire au contact de la crème pâtissière pour l'empêcher de sécher.
6. Faites deux petits trous sous les éclairs, à chaque extrémité, pour pouvoir les garnir.
7. Garnissez les éclairs avec la crème pâtissière au chocolat, à l'aide d'une poche à douille.
8. Pour le glaçage, faites fondre le chocolat noir et le lait. Glacez les éclairs à l'aide d'une cuillère.

***

D’après la recette il avait LARGEMENT le temps de la faire, mais il préférait ne rien prévoir de plus pour le moment. Ne se rappelant pas la dernière fois qu’il avait cuisiné il ne préférait pas prévoir un don innée chez lui dans la pâtisserie.
Un grand fracas le fit vivement levé la tête. Une table venait de céder sous le poids d’un apprenti dieu tout simplement immonde et obèse par-dessus le marché. L’apprenti divinité fit une grimace, lui il n’était pas dans la liste de ses potentielles amants c’était certains. Regardent la scène attentivement il comprit que l’homme en chemise était celui qui avait voulu jouer au bowling humain en plein milieu de la cafétéria. Quelle idée saugrenue. Même si « le gros » avait fait quelque chose pour le mettre en colère ce n’était pas des façons de faire.
Eros n’était pas spécialement pacifiste mais il n’était pas spécialement violent non plus. Pour lui tout problème avait sa solution, parfois gentille et parfois violente. Peut-être que là il fallait de la violence… À vrais dire il n’en savait rien, mais afin de palier à ce future problème il avait une idée.

Le joueur de bowling qui d’après sa tenue devait exercer une profession proche de celle de serveur était en train de venir vers eux. Eros devina que ce devait être le « surveillant » qu’Elione avait mentionné un peu plus tôt. Qu’à cela ne tienne, si l’homme était violent Eros préférait l’avoir dans son camp et si possible éviter que le cours de cuisine ne devienne une bataille rangé. Ainsi donc quand l’homme à la carrure monstrueuse et plustôt mignon passa à côté de lui, l’apprenti dieu de l’amour déchargea une dose de phéromone dans l’atmosphère. Oh ce n’était rien ! Il c’était découvert ce don avec un naturel flagrant, une infime dose de son coktail de phéromone et on lui portait beaucoup plus d’attention, comme une envie soudaine de l’écouter. Oh ça ne marchait pas tout le temps mais c’était parfois pratique. Il profita donc que sa cible respire l’air autour de sa personne pour dire :

- Evite de détruire la cafétéria tu serrais un ange.

Sur ses quelques mots la tornade rouge se mit de nouveau en route pour rassembler tout les ingrédients et instruments nécessaire à la réalisation de ses éclairs. Il se prit tout de même à rêver de Paris. L’amour à la française, ça devait être beau.

Invité
avatar
Invité
Re: Atelier pâtisserie française - Lun 9 Fév 2015 - 12:56
En passant à proximité d'un curieux épouvantail tout vêtu de rouge, et à la crinière inhabituelle, l'odorat surdéveloppé du Lycan perçut un trouble, dans l'air. Comme si quelque chose avait entreprit d'altérer la composition actuelle de ce que respirait Aleksander. Curieusement, il accorda son attention à l'Apprenti, bien qu'il n'en vint pas à s'arrêter. Détruire la cafétéria ? Pourquoi ferait-il une telle chose ? Il n'était là que pour démolir les fauteurs de trouble. Et être serveur, à temps partiel. Adressant un simple hochement de tête à l'adresse de l'efféminé, le Repenti ne perdit pas un instant pour aller se jucher sur le rebord de sa fenêtre, continuant de s'interroger sur l'utilité d'un tel palier.

« J'ai cru comprendre que la cuisine était une occupation que les humains pratiquaient, la plupart du temps. Pour leur petit plaisir. Il n'y a aucune raison de t'y intéresser. Une entité aussi maladroite que toi serait capable de mettre le feu au réfectoire. »

Le Serveur fronça les sourcils. Le reflet tourmenté de sa conscience animale, Vasilis, refaisait apparition, avec le même ton méprisant qu'à l'habituel. Les choses n'avaient pas changé, sur ce plan-là. Même si avoir un peu de compagnie, mentalement parlant, n'était pas de refus, les propos rabaissants de la Bête se révélaient désagréables. Qui pouvait démontrer qu'il était incapable de faire la cuisine, hm ? Il n'avait jamais essayé. Alors, il était impossible qu'on puisse l'affirmer. De toute façon, ce n'est pas comme s'il prêtait la moindre attention à ce qu'il mangeait. Après tout, il se nourrissait bien d'apprentis que d'humains. De viande comme d'une autre. Tant qu'il pouvait dévorer quelque chose, c'était le principal, n'est-ce pas ?

« Tu sais ce qu'on dit, de ceux qui n'essayent pas ? C'est ceux qui en font le moins qui se moquent le plus. Et, je suis certain que toi et ta petite tête diminuée seraient incapables de produire quoi que ce soit de mangeable. Le sang que tu as sur les mains ne s'effacent pas avec l'eau. Est-ce que tu as envie d'en foutre partout ? Bon, eh bien, ne t'approche pas de ces fourneaux. »

Le regard invisible derrière la paire de lunettes noire toujours orienté vers l'extérieur, le blond grimaçait. L'esprit malsain venait de marquer un point. Rien ne prouver non plus qu'il était bon pour faire la cuisine. La pâtisserie était un plus, de toute manière. Elle n'était pas essentielle à la survie. Donc qu'importe, de pouvoir s'occuper du bonus, quand on a les bases ?

« Je suis persuadé que démembrer tes victimes, avant de festoyer avec leur cadavre, fasse partie des standards culinaires. »

Vasilis, trois, Aleksander, zéro. Pensif, le Lycan laissait échapper un grognement peu humain, ce qui le ramena à la réalité, clignant à plusieurs reprises des yeux, reportant son attention sur le reste de l'atelier. Où en étaient-ils ? Auraient-ils bientôt terminé ? Car, à l'heure actuelle, acculé par la Créature, il était annoncé perdant dans la joute verbale. Et il lui fallait une porte de sortie.


[Note : Les dialogues internes n'ont pas de — après la première guillemet. A moins de lire les pensées, ils ne sont pas perçus.]
Code by Rain
Invité
avatar
Invité
Re: Atelier pâtisserie française - Lun 9 Fév 2015 - 13:28
Il était temps de commencer. Un rapide coup d’œil aux livres des autres informa Elione que l'un avait choisi de faire des éclairs, mais seul, et l'autre un gâteau nettement plus conséquent. Tout cela promettait d'être délicieux et elle espérait fortement pouvoir partager entre tous le petit goûter abondant qu'ils préparaient.

Elle baissa les yeux sur son livre, concentrée.

Quantité : 6 Personne(s)
Préparation : 15 min
Cuisson : 45 min
Repos 1 jour
Coût de la recette : 16,19 €
Niveau de difficulté : Facile

Ingrédients pour Canelés de Bordeaux :

1 l de lait entier
500 g de sucre
250 g de farine
4 oeufs entiers
2 jaunes d'oeufs
3 c. à soupe d'extrait de vanille liquide
8 c. à soupe de rhum
1 noix de beurre

Préparation pour Canelés de Bordeaux
1 Dans un saladier, mélangez à la main le sucre et la farine.
2 Pendant ce temps, faites bouillir le lait avec la noix de beurre et l'extrait de vanille.
3 Ensuite, faites un trou dans le mélange sucre et farine, ajoutez-y les oeufs entiers un par un et ensuite les jaunes d'oeufs. Mélangez bien.
4 Puis, ajoutez le lait chaud, petit à petit au mélange en remuant bien.
5 A la fin, ajoutez le rhum. Laissez refroidir et mettez au frigo pendant 24 heures.
6 Le lendemain, préchauffez le four th.7 (210°C).
7 Remplissez des moules à cannelés en silicone avec la pâte qui aura été sorti du frigo 30 min avant.
8 Enfournez entre 35 min et 45 min.
9 Lorsqu'ils sont cuits, démoulez-les et laissez-les refroidir.

Elle avait terminé la première étape pendant que les autres choisissaient leurs gâteaux et le cuisinier avait eu la gentillesse de mettre le lait, le beurre et la vanille à cuire. Les directeurs avaient été clairs sur le sujet : attention aux fourneaux. Mais comme il fallait bien qu'elle apprenne, elle avait disparu dans la cuisine avec le chef et regardait bouillir la préparation tout en mélangeant les œufs dans son saladier.

Ils revinrent ensemble, elle avec son saladier, lui avec la casserole bouillante qu'il posa délicatement sur un dessous de plat.


"Prends un gant de cuishine avant de verser pour éviter les prochections. Che ne voudrais pas que tu te brûles. Verse rapidement pour que ça ne gliche pas le long de la casserole, mais pas trop sinon tu vas éclabousser tout autour."

Elle obéit, positionna la casserole au-dessus de son mélange et obtint un filet de lait chaud senteur vanille qui mettait ses narines en fête. Elle n'osa pas tout de suite se libérer une main mais prit une cuillère en bois pour délayer tranquillement.

"Bien, bien. Tu n'es pas si débutante que tu me l'as dit tout à l'heure. Tu mettras tout ça dans le frigo du fond, à droite, celui que che t'ai montré. Che vais voir quelqu'un d'autre.
-Entendu !"

Une fois le chef parti, la souveraine s'immobilisa, la casserole vide au-dessus de son saladier. Mettre au frigo ? Mais pourquoi ? Un canelé, c'était censé se cuire ! Elle posa à l'écart sa casserole pour qu'elle refroidisse sans gêner personne, ajouta le rhum comme le précisait l'étape 5 puis tomba des nues : laisser reposer 24 HEURES ??? En choisissant la recette elle n'avait pas fait attention à ce détail. Donc elle devrait revenir voir le chef le lendemain pour déguster ses canelés ? Quel dommage... Heureusement qu'elle avait prévu de faire d'autres choses ! Elle recopia la fin de la recette sur un bloc-note préparé à cet effet, alla ranger sa pâte comme indiqué dans le frigo du fond, puis referma son premier livre de recette.

"Ah ! Je vais me venger sur les merveilles ! Temps de préparation : 30 minutes.
Temps de cuisson : 2 minutes. PARFAIT !
"

Elle afficha un sourire victorieux.



Citation :
Temps d'atelier écoulé : 21 min
♦ Rose ou chou ? : Euh... Chou. J'suis un homme.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 381

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
7455/1000  (7455/1000)
Votre domaine: Les Ombres
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Atelier pâtisserie française - Lun 9 Fév 2015 - 17:37
[HRP: je dois le faire. x) ]

C'était le moment de préparer ce bon petit gâteau! Toute une heure de préparation, tout de même.
En même temps, c'était un gâteau aux trois chocolats. Un gâteau pour... dix personnes. Meh, il mangera probablement une sacrée part de toute façon.
Il fallait d'ailleurs préparer plusieurs choses séparément, il y avait des biscuits, de la ganache et bien sûr le glaçage à préparer pour ce merveilleux... tellement... délicieux... gâteau.

Reprenant ses esprits, Jack  fit retomber son regard sur le livre, détaillant un peu plus les ingrédiants requis, les récupérant au fur et à mesure.

Pour les biscuits:

- 150 g de sucre en poudre
- 3 œufs
- 50 g de beurre fondu
- 160 ml de lait tiède
- 170 g de farine
- 50 g de poudre de noisette
- 1/2 sachet de levure
- une pincée de sel
- 3 x 40 g de chocolat noir, lait et blanc

Pour la ganache :

- 70 g de chocolat noir
- 60 ml de crème liquide entière
- 1 cuillère à café de miel
- 15 g de beurre

Pour le glaçage :

- 70 g de chocolat noir
- 15 g de beurre
- 20 ml de crème liquide entière

Tellement de chocolat... Jack cligna des yeux, toussotant avant d'aller récupérer tout ce qui est désigné dans la recette- autant tout préparer pour ne pas être à court de temps, il est un débutant après tout, il prendrait peut-être plus de temps que prévu, alors autant tout préparer comme il faut.. Alors, le chocolat noir, le beurre, la crème liquide, le sucre en poudre...du lait, de la farine, de la poudre de noisette- tiens ils avaient cela aussi. Jack continuait de récupérer les ingrédiants, les plaçant comme il faut. Parfait, Jack en avait déjà l'eau à la bouche. Tout cela promettait d'être incroyablement délicieux. Enfin, si il réussissait le gâteau sans encombres, évidemment. Mais le chef allait probablement l'aider dans les moments les plus difficiles.

D'ailleurs en parlant du chef, il était justement en train d'assister Elione apparemment. Aah... ça sentait la vanille... Jack était plutôt impatient de savoir comment les pâtisseries des trois participants allaient finir. Tellement de bonnes choses.

Bien , Jack allait commencer par la préparation des biscuits, prenant un saladier il suivit la recette: "Fouettez ensemble le sucre et les oeufs" Bien, Jack le fit simplement, lisant ensuite la suite. il fallait ajouter le lait tiède ainsi que le beurre fondu. Ha, ça tombe bien le beurre et le lait sont justement prêts, il verra tout cela dans le saladier, mélangeant l'ensemble, suivant encore et toujours la recette culinaire. Il fallait maintenant ajouter encore la poudre de noisette, la farine tamisée, ainsi que de la levure, et un peu de sel. Il fallait diviser le tout en trois parts égales... 230 g? Bien, alors divisons tout cela...

Le chef passa ensuite à côté de lui, et pile au bon moment, en plus, Jack lui sourit, lui demandant si il pouvait préchauffer le four à 180°, il fallait également faire fondre les trois chocolats au bain-marie, ou simplement. Le chef hoche simplement la tête en prenant les chocolats et mettant dans une casserole avant de la plonger dans une autre casserole remplie d'eau chaude. Jack devait se retenir de ne pas manger toute la préparation. ça avait l'air déjà délicieusement sucré dans cet état. Mais il se retenait. Pour pouvoir goûter à un gâteau encore meilleur- bien sûr si il réussit à ne pas foutre la recette en l'air.

Le chef était revenu. Déjà? Jack avait rêvé pendant combien de temps? Concentre-toi, Jack.Faut faire un bon gâteau- Alors la c'est sûr, il sera bon ce gâteau, même si tu le foires...Enfin peut-être pas si tu le foires mais il sera quand même bon, t'est un débutant mais tu vas le faire. Bref, Jack reposa son regard sur le livre. Donc, il fallait ajouter les chocolats fondus dans les trois récipients ou était la préparation pour les biscuits.

Verser la première pâte dans un moule ou bien un cercle à pâtisserie... puis enfourner pour 15 minutes, avant que le chef n'ait le temps de partir, Jack le regarda , ayant déjà rempli un moule en lui tendant, le demandant de chauffer ça pour 15 minutes. Le chef cligna des yeux, hochant la tête en allant mettre ça au four.

LA GANACHE MAINTENANT!

Faire fondre le chocolat, il le fait lui-même cette fois. Il le fit rapidement, avant d'aller commencer à faire chauffer la crème avec le miel avec une autre casserole. C'est qu'en plus il s'y mets vraiment, l'argenté. Il le veut son gâteau trois choco. Bien mélanger à chaque fois qu'on ajoute. Reçu cinq sur cinq! Ajouter le beurre en petit morceaux! Reçu cinq sur cinq!

Le chef, à côté le regardait un peu bizarrement.. en même temps Jack semblait être... un peu trop concentré, on va dire. Il posa simplement les biscuits qui étaient enfournés tout à l'heure à côté de lui, avant de s'éloigner voir si quelqu'un d'autre avait besoin d'aide.

Jack prit le biscuit au chocolat noir sur une grille, le recouvrant ensuite de la ganache, comme inscrit dans la recette...et ainsi de suite avec les deux autres biscuits. Il fallait utiliser des pelles à tarte pour facilement le soulever ensuite. Pas de problème. Il continuait de suivre la recette...

...Enfin, Jack prenait cela peut-être un peu trop sérieusement.

Code:
Temps écoulé jusqu'à cet instant: 50 minutes
Invité
avatar
Invité
Re: Atelier pâtisserie française - Mar 10 Fév 2015 - 2:17

Catastrophe

Eros ne s’en sortait pas trop mal. Il avait réussi à maîtriser la poche à douille avec une dextérité impressionnante. Le chef – caricature ambulante d’un chef italien ou portugais on ne savait pas – l’avait même complimenté. C’était donc avec un apprenti dieu de l’amour gai  comme un pinson qui était en train de vagabonder dans la cuisine à la recherche d’une brique de lait. La recette lui indiquait noir sur blanc qu’il en avait besoin, mais il n’y en avait pas sur sa table. C’était un comble tout de même !
Il regardait ses camarades et voyait qu’ils se débrouillaient très bien, même si Jack avait un air soucieux… ou concentré. Il ne savait pas trop comment le décrire, sa manière de froncer les sourcils était si particulière. Parcourant la table de son camarade il y vit l’objet de ses désirs : une brique de lait, reconnaissable entre toute avec sa petite vache bleu qui tire la langue. Allez savoir pourquoi la marque avait pris un tel logo stupide.
La tornade rouge se mit en action et se jeta avec une rapidité folle sur sa pauvre proie sans défense et immobile.

- Je t’emprunte ça Jack !

Sa main se saisit de la brique, la souleva… et la trouva d’une légèreté déconcertante. Plus de lait. Etait-il maudit à ce point ?
Le chef qui passait par là lui indiqua le « coin cuisine » avec les frigos et l’apprenti dieu faillit lui faire un câlin de remerciement. Enfin quelqu’un qui voulait bien l’aider !
Direction la cuisine et son frigo salvateur qui renfermait bel et bien la sainte brique sensé permettre à Eros de faire la dégustation des éclairs au chocolat. La brique avait été entamée mais il jugea qu’il en aurait assez.
Sortant de la cuisine il vit le serveur assis sur le rebord de fenêtre à regarder dehors. C’était donc ainsi qu’on était censé surveiller l’atelier ? L’académie avait du souci à se faire avec un tel personnel. Bien entendu Eros ne regardait pas du tout où il allait préférant contempler le blondin qui lui-même contemplé la fenêtre. Connaissant la malchance de l’apprenti divinité de l’amour il ne fut pas surprenant que son pied vint rencontrer une chaise – qui était là par on ne sait quel miracle – et qu’il s’étala tout bonnement au sol. La brique dans sa main se mit alors à voler pour – comme par hasard – tomber sur le pantalon du blondin à un endroit gênent. Toujours vérifier que les bouchons soient fermés, il se l’était pourtant juré.

- Aïe ! Mais qu’est-ce qu’elle fou là cette chaise ?

Se relevant avec une rapidité peu commune, due à l’habitude des chutes, la tornade rouge se rendit compte de sa bévue quand il chercha la brique de lait des yeux. Ouvrant des yeux rond en voyant le liquide blanchâtre recouvrir le pantalon noir du serveur il arriva en vitesse en face de lui, chopant un torchon au passage, et se mit à essayer de nettoyer cette sale affaire.

- Je suis désolé, vraiment désolé. Un pantalon de qualité comme ça c’est un véritable gâchis.

Eros était en train de frotter comme un forcené, sans véritablement se rendre compte que la position qu’il adoptait était des plus douteux. Accroupis devant le serveur, le visage au niveau de sa braguette. Il vit cependant qu’il n’arrivait pas à faire grand-chose avec son pauvre torchon à part étaler un peu plus la tâche.

- Je suis navré ça veux pas partir. Peut-être avec un peu d’eau. Oui je reviens je vais chercher de l’eau.

Se relevant soudain l’apprenti divinité sentit la présence d’un obstacle dans sa remonté verticale. Ne faisant toujours pas attention à ce qu’il se passait autour de lui il venait de faire la rencontre forcé d’un sac de farine tenu par la charmante Elione qui sortait elle aussi de la cuisine.
La poudre blanche vint alors prendre son envol dans les airs pour retomber en pluie fine sur les trois protagonistes. Ils se mirent à tousser et furent forcer de constater qu’ils ressemblaient maintenant tous à des bonhommes de neige. Qu’est-ce qu’avait bien pu faire Eros à Deus pour mériter de provoquer des catastrophes à la moindre petite chose qu’il faisait ?

L’apprenti dieu de l’amour poussa un soupire, baissa les bras, rentra la tête dans ses épaules et fit « la tortue » tandis que le four qui lui était attribué venait de sonner. C’était cuit… Il était cuit…  

HRP : Vous m'en voudrez pas c'était trop tentent x')

Invité
avatar
Invité
Re: Atelier pâtisserie française - Mar 10 Fév 2015 - 12:27
Le chaos qui émanait toujours de la même personne tira le Repenti de sa torpeur, reprenant contact avec la réalité. Ses iris dorés, masqués derrière une paire de lunette, s'étaient braqués sur la tornade rouge qui courait dans tous les sens. Quel genre d'individu pouvait être assez excité par la cuisine pour se transformer en ouragan qui dévastait tout sur son passage ? Il courait partout, comme une furie relâchée après des siècles de captivité. C'est uniquement au moment où la brique décolla des mains de l'Apprenti qu'Aleksander comprit ce qui arriverait.

L'homme avait percuté une chaise, ce qui l'avait fait basculer, propulsant le lait dans les airs. Aussi vif qu'il soit, il n'aurait pas été en mesure d'éviter l'inexorable chute du produit laitier, qui rebondissait contre sa cuisse en aspergeant son pantalon d'un liquide poisseux et désagréable, qui faisait coller le tissu à sa chair. Les muscles de son corps tout entier se contractèrent, alors qu'une colère sourde et déraisonnable se manifestait depuis les tréfonds de son être.

« — Je suis désolé, vraiment désolé. Un pantalon de qualité comme ça c’est un véritable gâchis. »

Celui qui venait de lui infliger pareille traitement s'était rué dans sa direction, s'emparant d'un torchon, et d'on ne saurait dire combien de bonnes intentions. Cependant, son intervention n'eut pas l'effet escompté. Aleksander brandissait son poing fermé, son visage se défigurant pour adopter un rictus enragé, durant un instant, alors que la tâche grossissait, sur son bas. Qui était-il, pour ainsi détruire son  uniforme ? Sa classe ? Sa crédibilité ? Sa main gauche se refermait sur son avant-bras, comme doté d'une volonté propre, l'arrêtant dans son geste. Déséquilibré, il fracassait son poing contre le mur. Qui, pour sa part, ne se sentit pas concerné, ne flanchant pas de quelque manière que ce soit. En revanche, la peau des phalanges du Lycan s’écorcha, profonde, causant une nouvelle vague de douleur qui lui arracha un juron. A cet instant précis, la maladresse caractéristique de l'inconnu se manifesta à nouveau, propulsant dans les airs un sac de farine. Qui, bien évidemment, grâce au miracle de la gravité, et du hasard, s'ouvrit, déversant son contenu sur les trois individus. Mais qui eut pour effet de curieusement annihiler la fureur du Lycan, prit d'un élan de sympathie. Qu'il était imprévisible. Un grand sourire fendit son visage, alors qu'il riait doucement, ponctuant par intermittence son rire de toussotement dus à la farine qui infestait l'air. Vasilis ne perdit pas un instant pour se manifester, moqueur.

« Quelle splendide bande de bras cassés vous faites là. De piètres dieux, vraiment. »

Avec un étrange élan de sympathie, il déposait une main sur l'épaule d'Eros, sans perdre son sourire, bien que son regard demeurait masqué. Son pantalon était désormais un amalgame immonde de lait et de farine, qui collait. Il adressait un signe de tête à Elione, comme pour s'excusait à la place de l'Apprenti, puis lançait à l'attention de ce dernier :

« — On va rattraper le temps perdu. Dis-moi ce que je dois faire. Je vais t'filer un coup de pouce. »
Code by Rain
Invité
avatar
Invité
Re: Atelier pâtisserie française - Mar 10 Fév 2015 - 13:34
Tout se passait pour le mieux. Bien que l'imprévu l'ait empêché de mener à son terme la recette des canelés, la souveraine avait rattrapé son retard.

Temps de préparation : 30 minutes
Temps de cuisson : 2 minutes

Ingrédients (pour 8 personnes) :
- 4 œufs
- 500 g de farine
- 1/2 cuillère à café de sel
- 150 g de beurre fondu et refroidi
- un bain de friture (huile arachide... attention à ceux qui sont allergiques)
- Un zeste d'orange

Pour servir :
- 50 g de sucre semoule
- 1 sachet de sucre vanillé

Préparation de la recette :

Tamiser la farine dans une terrine.
Faire un puits, verser au centre le sucre, le sel, les œufs entiers et le beurre fondu.
Mélanger avec une cuillère en bois en partant du centre et en incorporant peu à peu la farine.
Lorsque la pâte devient trop ferme, continuer de pétrir à la main pour absorber toute la farine.
Former alors une boule et laisser reposer.
Étaler la pâte au rouleau sur 1/2 cm d'épaisseur.
Découper dans cette abaisse des rectangles, losanges... ou des bandes que à nouer.
Faire chauffer le bain de friture.
Quand l'huile est chaude (150°C), glisser alors les morceaux de pâte, 1 à 1 dans la friture en comptant 1 quinzaine environ par bain.
Les laisser gonfler et les retourner au besoin avec une écumoire.
Égoutter les merveilles quand elles sont bien dorées, sur un papier absorbant.
Les saupoudrer de sucre semoule, sucre vanillé ou de sucre glace.
Servir chaud !


Tout s'était déroulé sans encombres. Le chef avait eu la gentillesse de faire frire l'huile et de lui expliquer à quel moment la retirer du feu pour éviter les projections et les accidents. La souveraine, sous l’œil attentif de son mentor, avait effectué un premier bain, puis il l'avait laissée tranquillement préparer les suivants. Ravi d'avoir des recrues aussi appliquées, il continuait de préchauffer les fours, cuire les gâteaux déjà prêts et organiser le réfrigérateur pour accueillir les pâtes à laisser reposer.

Heureuse de goûter ses premières créations, Elione savoura quelques merveilles puis alla les mettre de côté -pour plus tard. Opérant de multiples allers et retours entre la cuisine et la salle de cafétéria pour se lancer dans son troisième projet, la mousse au chocolat. Et elle eut le malheur de sentir une volée de farine lui atterrir sur la tête, dans les cheveux, sur les épaules et dans le dos... alors qu'elle se préparait à battre des œufs en neige. D'un geste raide et emprunt d'une certaine contrariété, elle se tourna vers la source du tumulte pour voir le surveillant adossé à la fenêtre, Eros dans une position plus que compromettante qui aurait pu lui arracher un rire en temps normal, tous deux aussi blancs que des bonshommes de neige. Étrangement le surveillant qui était responsable de l'atelier semblait plus amusé que sidéré par la chose, malgré son costume ruiné.


"Hum..."

Ce simple son tenait plus de la menace qu'autre chose, un grondement de bête dérangée dans ses activités consciencieuses. Elle s'empara de son saladier, blancs pas en neige et farine à l'intérieur, puis s'approcha d'Eros, vraiment auteur de l'incident au vu du paquet de farine éventré près de lui.

"Nous sommes là... pour apprendre... Et vous venez de me faire rater mon mélange et de m'humilier devant tout le monde !"

A bien écouter, il était vrai qu'on entendait des rares élèves encore présents à la cafétéria - il était un peu plus de 14 heures - une montée de plus en plus audible de rires et de commentaires. D'un geste vengeur, l'apprentie-déesse leva son saladier au-dessus de sa tête et le renversa net sur la tête du coupable, le couvrant en plus de farine et d'un peu de lait d'une dose de blancs gluants qui s'accrocha au mélange.

"La guerre est déclarée !"

Citation :
Temps d'atelier écoulé : 1 h 07
♦ Rose ou chou ? : Euh... Chou. J'suis un homme.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 381

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
7455/1000  (7455/1000)
Votre domaine: Les Ombres
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Atelier pâtisserie française - Mar 10 Fév 2015 - 18:03
Jack se mit donc au glaçage, Bien concentré dans ce qu'il faisait. Il fallait faire fondre encore plus de chocolat, oh bonté chocolatée divine, tout cela allait être incroyablement délicieux. Alors, ajouter la crème et le beurre... et maintenant faut tout répartir sur le gâteau! En lissant bien. Jack était sacrément concentré sur ce qu'il était en train de faire, il finit de lisser tout ça, se léchant déjà les babines. Clame, Jack, Calme, fallait le laisser reposer au frigo maintenant.... enfin avant, un peu de garniture, parce que comme ça il ressemble un peu à rien le gâteau!

Pourquoi pas du pralin autour du gâteau? ce serait déjà pas mal! Jack en prit une poignée et l'éparpilla un peu sur le gâteau.. bon, ça n'a pas vraiment fait ce que Jack pensait, mais ça a déjà une meilleure tête. Bon sang Jack voulait juste prendre ce gâteau et le dévorer entièrement, mais il devait résister. Il faut le mettre au frigo. Jack finit par reprendre ses esprits, souriant bêtement, avant de demander au chef cuisinier gentiment de mettre cela au frigo pour un petit moment- haha, ça allait être bon, tout ça! Jack tapa dans ses mains, les frottant frénétiquement, il avait vraiment réussi à faire un gâteau pareil? Il l'espérait en tout cas, ça avait l'air tellement bon! Cela prends un peu de temps évidemment, mais le résultat vaut le goût, avec les trois chocolats! Espérons qu'il l'ait réussi.

Revenant dans le monde réel... "Nous sommes là... pour apprendre... Et vous venez de me faire rater mon mélange et de m'humilier devant tout le monde !" Jack tourna la tête, clignant des yeux en ne remarquant que maintenant... que le surveillant ainsi que les deux autres participants étaient couverts de farine, le surveillant était en train d'éclater de rire et avait proposée son aide à Eros, mais Elione n'avait pas l'air d'apprécier ce qui vient de se passer... étant donné qu'elle vient de renverser le contenu de son saladier sur la tête d'Eros.. ouille, lui qui tient à ses cheveux, il va pas aimer non plus...

Jack tiqua, regardant le chef revenir de la cuisine, il regarda les trois personnes.

E-euh.. calmez vous, c'était un simple accident, ça arrive, non?, Jack déglutit. Il aurait mieux fait de ne rien dire. Il se gratta l'arrière de la tête, observant les trois personnes. Je le sens mal..., murmura-t-il.

Lui qui voulait simplement apprendre à faire un bon gâteau, voir des muffins et des cookies, on dirait qu'il va assister à une bataille de bouffe entre certains participants... A moins que le chef n'arrive à les calmer, Il voyait déjà le regard qu'il avait alors qu'il s'approchait d'eux, Jack restait silencieux, les observant, un peu gêné de ne pas savoir quoi dire pour empêcher d'avoir de la farine partout.

Il tenta simplement discrètement d'éloigner quelques ingrédients ou ustensiles de cuisine, pour limiter les dégâts- Se battre dans une cafétéria à coup de pâtisseries? Il ne préférerait pas avoir à nettoyer tout ça.. .et à prendre plusieurs douches de suite. Il finit par renverser une dose de sel, laissant un son s'échapper juste à côté du groupe, il tourna la tête vers eux, étant un peu le seul à ne pas être couvert de farine pour l'instant, il le sentait mais.. vraiment mal.

Hem.. Re-bonjour.
Invité
avatar
Invité
Re: Atelier pâtisserie française - Jeu 12 Fév 2015 - 21:45

Ouragan Eros


Ouragan (Irresistable) (Radio Mix) by Kelly G. on Grooveshark

La main que posa le serveur sur son épaule le fit tressaillir et un frison vient parcourir tout son corps. Loin d’être due à l’excitation cela était plus tôt dû au fait qu’il appréhender la réaction de l’homme au lunette de soleil. N’avait-il pas l’habitude de jouer au bowling avec les apprentis dieux ? Après tout il avait envoyé l’un deux valser contre une table !

-  On va rattraper le temps perdu. Dis-moi ce que je dois faire. Je vais t'filer un coup de pouce.

Eros faillis crier au miracle, l’homme n’était pas fâché. Le rire qu’il avait poussé plus tôt aurait dus le rassurer sur ce fait mais cela l’avait encore plus crispé. On ne sait jamais sur qui on peut tomber, un psychopathe c’est vite arrivé.
Le fait est qu’Eros avait des yeux pétillants de remerciement. Qu’il était sympa de ne pas l’engueuler alors qu’il avait ruiné sa tenue et en plus de ça il lui proposé son aide pour ses éclairs. C’était vraiment trop beau pour être vrai. Mal lui en pris de penser ça.

- Nous sommes là... pour apprendre... Et vous venez de me faire rater mon mélange et de m'humilier devant tout le monde !

L’apprenti divinité de l’amour se tourna prestement vers la voix qu’il venait d’entendre pour regarder Elione s’approcher de lui, un saladier sous le bras.

- Je…

C’est tout juste ce qu’il pue articuler avant qu’Elione ne lui renverse dessus le contenu de son saladier. Mélange immonde d’œuf à moitié en neige et de farine. Eros se mit à ouvrir la bouche à intervalle régulier ouvrant des yeux comme des billes tandis que le mélange coulait le long de son beau visage pour s’échouer au sol par goutte de pâte écœurante et poisseuse. Il était en état de choc et il ne voulait pas admettre qu’il avait une telle chose sur ses cheveux.

- La guerre est déclarée !

La guerre ? Etait-elle sérieuse ? Eros la regarda avec des yeux toujours aussi ronds et voyant son air sérieux, il comprit que la demoiselle était belle et bien sérieuse. De plus n’avait-elle pas dit qu’il l’avait humilié elle ? Non mais ce devait être une blague de mauvais goût. Est-ce que c’était elle qui était recouverte de se mélange immonde sur le crâne ? Non, non et non, c’était lui qui ressemblait à un golem pâtissier !

Un son parvint aux oreilles d’Eros, le bruit du verre qui tombe, mais pour lui c’était comme la cloche qui sonne le début des combats au milieu du ring. Il fixa l’origine du bruit et vit Jack essayer de se faire aussi discret qu’une souris.
Ravalant sa salive, fermant la bouche, l’apprenti dieu de l’amour se déplaça le torse bombé vers le poste de Jack. Hors de question qu’il perde le peu de dignité qu’il lui restait. Regardent d’un œil expert la table il trouva rapidement son bonheur. Une boite d’œuf. Il en restait assez pour appliquer le scénario qu’il c’était imaginé. Essuyant au passage un morceau de pâte qui commençait à couler sur ses lunettes vermeilles il coinça la boite à œuf sous le bras et prit l’un d’entre eux. Il siffla alors Elione pour que celle-ci se retourne vers lui.

- Vous savez quoi madame votre seigneurie, je connais une recette de grand-mère pour vous. Un shampoing aux œufs !

Prenant à peine le temps de viser – habitué qu’il était à tirer à l’arbalète – il lança son œuf qui s’écrasa directement entre les deux yeux de la blondinette. Headshot !

- On va voir maintenant qui sera le plus humilié des deux !

Eros vit du coin de l’œil le cuisinier furibond arriver vers lui.

- Vous n’y pensé même pas sinon je vous assure que je vous fait frire votre moustache de compétition.

Etrangement le chef retourna dans la cuisine qu’il venait de quitter laissant le groupe sans surveillance. Il fallait croire qu’il tenait à sa moustache. Quand à Eros il était furibond, on aurait presque pu voir ses cheveux se dresser en d’étrange vague derrière son dos (sans doute due au nouveau shampoing capillaire à l’essai). La tornade rouge était maintenant un ouragan !


Contenu sponsorisé
Re: Atelier pâtisserie française -
Atelier pâtisserie française
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Cafétéria-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page