Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison.

Invité
avatar
Invité
L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison. - Jeu 5 Fév 2015 - 16:21


Ma chambre. J'avais dis que cette académie était un coin de paradis, je m'étais trompé. Le véritable paradis était ma chambre. Non seulement elle est agréable, bien que très peu garnis par rapport à ce que j'aurais pu mérité mieux, mais ma chance, une nouvelle fois, avais bien fait les choses pour me permettre d'obtenir ce que je désirais déjà le plus de mon temps vivant : Octavie. Alors, elle n'était déjà plus là dans chambre, mais elle vivait ici, dans la même que la mienne. Mais aujourd'hui, j'étais tranquille, pas de cours, pas de raison de me lever tôt, pas de d'obligation, hormis celle de pioncer. Oui, c'était définitivement le paradis.

Levé à quatorze heures, je le fis péniblement, mais toujours avec la même classe. rejoignant la salle de bain pendant que mon lait chauffé au micro-onde. Une journée simple, mais parfaite jusque-là. Rejoignant mon balcon après une petite douche pour finir mon réveil, je me ramena de nouveau dans la chambre avant de me rallonger, ma tasse de chocolat en main. Cette journée sera une journée de repos. Oui, je souhaitais rien faire de la journée, et qu'importe, qui pouvais se permettre de me le reprocher ? Personne. Malheureusement, rien n'est parfait, et malgré tout mes espoirs que j'avais mis en cette journée, je ne peux que contrôler ce que je peux avoir en main. Certaines choses sont immuables, même par delà la mort. La bêtise humaine par exemple, elle n'a jamais eu aucune limite, et c'est bien l'une des rares choses qui doit pouvoir dépasser mes astres.

C'est donc ce qui se passa. Comment ? Et bien par des bruits, des sons, des gémissements. J'avais décidé de laisser ma fenêtre du balcon ouverte pour profiter d'un bon vent frais en cette journée ensoleillée, mais les voix de certains êtres non nécessaires à la pérennité de ce coin de paradis qu'est l'Académie. Ce genre d'énergumène mériterait la peine capitale pour m'avoir dérangé et me forcer à leur adresser la parole : Redevenir de vulgaires humains.
Malheureusement, je n'ai pas de tels pouvoirs pour le moment, alors il fallait donc que je leur apprenne un truc :"L’amabilité."

- Hé vous là. M’adressai-je à eux deux, discutant sous mon balcon. Vous n'avez pas un endroit plus propices à la discussion ? Fuyez mon balcon.

Les deux jeunes hommes levèrent les yeux vers moi, surpris d'y voir quelqu'un. Il est vrai que j'étais le premier occupant de cet endroit, du moins depuis longtemps il semble.

- Uh ? Et tu es qui pour nous donner des ordres ?

- Tu oses me demander mon nom ? Tu dois être un être bien plus ancien qu'un Homo Sapiens pour avoir l'audace de cette question.

- Hein ? Mais qu'est ce qu'il raconte ce type ?

- Je sais pas, il doit être dingue.

- Quoi ?!

Déballant de la chambre en récupérant mon épée et arriver à la hauteur de ces parasites, il avait voulu me provoquer, ils en subiront les conséquences. Malheureusement, une fois, il semblait avoir fichu le camp. Par peur ? Sans doute. Rengainant ma lame, une fille venait de faire son apparition, avec les deux jeunes hommes près d'elle. Leur protectrice ?

- Vous êtes partis chercher quelqu'un pour vous protéger ? Vous êtes des hommes ou des lâches ? Quand à toi, qui es tu ?

Lâchant un regard plutôt mauvais à la fille, elle avait intérêt à ne pas m'agacer plus que je ne le suis maintenant. Cette journée avait si bien commencé pourtant...


Invité
avatar
Invité
Re: L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison. - Ven 6 Fév 2015 - 11:18


Le bruit d'une lame crissant sur le rebord d'un fourreau à son sortir -ou l'inverse- était un des bruits caractéristiques qu'Elione appréciait le plus et n'avait jamais manqué de reconnaître. Elle revenait de la bibliothèque où par instinct elle avait quand même emporté son épée, et grand bien lui avait pris : la foi précédente elle avait rencontré Sirius, et voilà qu'elle croisait deux jeunes hommes visiblement embêtés. Le temps de leur demander le pourquoi de leur râlerie matinale, elle entendait ce fameux bruit venant du bâtiment des dortoirs. Les deux compagnons pâlirent et se raidirent, comme s'ils s'attendaient à un funeste destin, aussi l'apprentie-déesse les attrapa par la peau du cou et les accompagna sur le demi-tour avant qu'ils ne détalent. Au bout du chemin qu'ils lui indiquèrent, un autre jeune homme. Blond aux yeux bleus, bien vêtu pour l'époque actuelle, il arborait très certainement l'épée que l'ancienne reine avait entendue. Son attitude en revanche était décevante.

"La bienséance exige que l'on se présente avant de demander le nom d'autrui. En outre lorsqu'il s'agit d'une dame, et qui est plus d'une dame de très haute naissance. Je puis passer sur le lignage car ici la richesse ou le rang de l'existence précédente compte pour nul, toutefois je constate avec bien des regrets que le fin amor s'est décidément bien perdu. Ces jeunes gens ne sont aucunement venus me quémander de l'aide, je la leur ai offerte de mon plein gré."

Le ton était cassant, le verbe acerbe. En trois phrases ce prétentieux petit insolent avait réussi à s'attirer ses mauvaises grâces. Qui avait dit que les nobles adoptaient toujours la meilleure attitude ?

"Vos manières s'approchent plus de celles d'un enfant des rues que d'une personne éduquée, aussi je ne perdrai pas de temps avec vous. Ces messieurs m'ont confessé que vous les agressasse depuis votre demeure, juste au-dessus. A ma connaissance les règles de cet établissement n'interdisent à quiconque de se trouver sur un banc public et de converser calmement. Plutôt que de les passer au fil de l'épée, si vous n'êtes pas satisfait vous n'avez qu'à demander à changer de chambre. Ou à faire contre mauvaise fortune bon cœur en les invitant à converser avec vous. Au moins tout ce verbiage ne sera point perdu."

Elle croisa ses bras gantés de blanc jusqu'aux coudes avec désinvolture. Gracieuse et élégante dans une chemise de satin blanc tissée d'innombrables fils d'or, ainsi qu'une jupe de même couleur aux longs pans fendus sur les flancs s'ouvrant sur des bottes de cuir brillant, la jeune femme le toisa de son regard azuréen avec fermeté. Aussi décontractée semblait-elle, elle pouvait dégainer à tout moment pour opposer sa lame à la sienne.
Invité
avatar
Invité
Re: L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison. - Dim 8 Fév 2015 - 17:16


Hmpf, une fille ? Ces garçons n'avaient donc aucune honte ? Et qu'allait donc faire cette fille face à moi ? Me punir ? Elle était qui pour croire que je me laisserais faire ? D'autant que son petit speech me laissait de marbre. Ses paroles étaient vide de sens à mes yeux. Alors comme ça elle se serait elle même fichu dans la panade par esprit d'abnégation ? Quelle audace. Je ne sais pas si je devais la féliciter d'avoir une telle dévotion pour autrui ou simplement rire de ne pas avoir mieux choisi qui défier. J'aurais sans doute fait de même si j'avais été à sa place, mais apprenant que ce serait moi que j'aurais à défier, j'aurais tenté la négociation... Comme elle tentait de le faire. Bravo, mais tout d'abord...

- ...Midô Eryel, de la lignée Eryel. Mais ne te méprend pas, l'unique raison pour laquelle je te donne mon nom est que j'en suis fier. Ce qui ne semble pas être ton cas vu que tu sembles ne pas vouloir nous le donner, malgré que tu te revendiques de haute noblesse. Alors garde tes morales d'un autre temps.

Bim, ceci était fais. Rengainant ma lame dans son fourreau, cette fille et les deux garçons l'accompagnant n'étaient pas de grandes menaces, et encore moins des gens dignes de prendre part dans un combat avec moi et de faire chanter "Elena". Toutefois, je me préparais quand même à l'assaut de la demoiselle, si jamais elle se décidait à passer à l'offensive. Mais laissons donc le coté agressif de la chose de coté, revenons en aux faits.

- La liberté des uns commencent là où commence celle des autres. Ils m'agacent, ils doivent trouver un endroit plus propice à leurs désirs de discussion. Je n'ai rien à dire à la basse campagne. Le jardin de l'académie est parfaite pour cela. Si vous insistez pour rester ici, tout les trois, je m'assurerais que vous déguerpissiez.

Décidément, je suis incapable d'être agréable quand je suis dans un mauvais jour. Me prenant la tête dans la main, je me dis que faire les choses ainsi n'allaient pas nous mener bien loin ainsi. D'autant que je compte bien m'investir dans ce pensionnat, il fallait que j'ai un minimum de tact. Non ? J'étais sur le point de reprendre la parole avant que notre demoiselle se mette à contre attaquer, je suppose que c'est déjà trop tard pour une solution à l'amiable ?

Invité
avatar
Invité
Re: L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison. - Dim 8 Fév 2015 - 18:59
L'entendre déclamer son nom fut une petite victoire pour la reine, bien qu'il prétendît ne le faire que par fierté. Il voulait jouer à cela ? Eh bien soit, elle n'était pas en reste question fierté. Le sang des lions aquitains coulait en elle après tout.

"Elione d'Elande, de la lignée des grands ducs de Guyenne et de celle des Plantagenêt. Je suis également fière de mon nom et ne le donne qu'aux personnes un tant soit peu respectueuses des usages."

Qu'il devine donc qui elle était de son vivant. S'il avait un peu de culture européenne, ces noms lui diraient quelque chose, sinon tant pis pour lui. Pour sa part, elle ne connaissait pas la lignée Eryel. Ils seraient donc quittes.

"En cela par ailleurs, je ne crois pas vous avoir autorisé à me tutoyer si familièrement. Je vous prie de garder la distance qui convient dans vos propos avec moi, tout du moins jusqu'au jour où nous pourrions nous considérer amis, ce qui n'arrivera pas de si tôt au regard de votre comportement. Puisque vous avez un rang, vous feriez bien de le tenir. J'entends entre vos mots cette mélodie suffisante qui prône la noblesse comme l'élite des peuples du monde. Elle qui m'est si douce par habitude sonne faux entre vos lèvres vulgaires et indisciplinées. Diantre, est-ce tout ce que les Hommes sont devenus ?"

Qu'il rengaine le fanfaron. Elle n'en avait pas terminé avec lui et mordait chaque ouverture qu'il laissait sans défense dans son argumentaire, au point que les deux jeunes gens à ses côtés commençaient à se regarder avec espoir et à l'encourager, silencieusement, de peur de commettre un impair et de mettre ses propos à bas en faisant un faux pas. Ils sentaient bien que les deux têtes blondes venaient d'un monde qui n'était pas le leur, celui de l’Étiquette et du savoir-être en société. Que pourraient-ils faire contre cela ?

"La liberté de votre balcon s'arrête précisément à votre balcon et non à l'espace public qui s'étend au-dessous. S'ils vous gênent, vous pouvez leur demander de faire moins de bruit, mais pas les menacer au bout d'une lame. Et comme je vous le disais, le meilleur remède rester de changer de chambre. Mais où que vous alliez vous risquez de rencontrer le même problème. Alors autant faire preuve de patience et de tolérance plutôt que de provoquer des incidents en ces lieux."

Elle lui lança un sourire de défi, passa nonchalamment la main sur la garde de son épée.

"Et si vous persistez à vouloir faire de l'esclandre, nous pouvons aussi régler cela dans l'arène. A vous de choisir."
Invité
avatar
Invité
Re: L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison. - Ven 13 Fév 2015 - 14:13

Je rigolai. Mais pas de dédain, mais bien par amusement. Cette fille avait du répondant, bien qu'elle restait trop lisse à mes yeux. Il n'y avait aucun orgueil, aucune violence dans ses mots qui font que les nobles sont ce qu'ils sont. Sa vision des choses étaient trop simpliste pour moi. Elle devait être de sang royal, sans aucun doute. Bah, personne n'est parfait. Son cerveau à du être élever dans le jesaistouïsme. C'était la mode à l'époque je crois.  Malheureusement pour elle, il allait falloir qu'elle s'habitue à être une personne normale ici, ta royauté à aucune valeur ici.

De la suffisance ? Non, aucunement, d'autant qu'avec le passif de ma famille, je ne pouvais me le permettre. Il n'y avait que de l'orgueil. De l'orgueil pur et dur. Celui qui fait que le monde vous connait et vous idole ou haït. Pour ce coup, je pense que ce sera de la haine.  Tant pis, dans d'autres circonstances, nous aurions pu partager une tasse de chocolat, mais vu qu'elle semble peu encline à accepter son erreur, cela ne sera sans doute pas pour demain...

Me reprenant lentement de mes ricanements, j'avais presque une petite larme qui apparaissait tant j'avais ris.

- Désolé, princesse, je n'ai pas pu me retenir... Alors comme ça du sang de très haute société qui coule dans vos veines... Oublie le. Ici, ton statut n'a aucune place. Mais si tu préfères un titre de Duchesse plutôt qu'apprentie déesse, libre à toi. Croisant les bras, j'allais passer aux choses sérieuses en termes d'intransigeances. Il en est totalement hors de question. J'ai décidé de cette chambre, alors j'y resterais. Si les gens n'ont pas le bon sens de respecter le sommeil des autres, je me chargerais de la faire respecter. Que tu sois là ou non. Je n'ai pas le temps et la faiblesse de faire régner l'ordre par les autres. Alors je m'en occupe moi même. Et si tu as un soucis avec ça. Fais de même ou va pleurer à d'autres comme tes amis.

Mon regard se fit avec une telle médisance que cela en devenait presque odieux. Mais il n'était même pas pour elle, mais bien les deux autres zigotos derrière elle, elle n'était qu'une victime collatéral de ce regard.  Elle souhaitait me défier ? Aurait-elle perdu la tête ? Je venais de ranger Elena, il était hors de question que je la dérange pour cela. Me retournant, leur lançant un ultime regard dédaigneux, mais cette fois, aucun humour, aucune mise en garde, de la menace. Pure.

- J'ai perdu bien assez de temps avec des parasites de votre espèce. Vous deux, que je ne vous revois plus me fatiguer les oreilles, ou sinon, vous comprendrez que je ne suis pas là pour flâner comme vousPuis glissant mes yeux vers ceux de l'héroïne du jour, esquissant un très léger sourire. Quand à toi... Prouve ta valeur, nous verrons ensuite si tu es digne de moi. Je n'ai pas l'intention tout les idiots qui se disent combattants. Si tu as une idée pour prouver que tu mérites mon intérêt, je suis là.

Lui lançant un ultime ricanement, totalement infantile, pour interaction. Je pense que c'était de trop, mais c'est un peu tard pour regretter. De toute façon, je n'ai jamais rien regretté, et ce pas aujourd'hui que cela arrivera. J'avais l'intention de rejoindre la forêt, cela faisait très peu de temps que j'étais arrivé ici, et j'avais bien envie de voir à quoi celle de ce paradis. Si quelqu'un souhaite me suivre... Qui m'aime me suive, comme on dit.
Invité
avatar
Invité
Re: L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison. - Sam 14 Fév 2015 - 0:46
Ce gringalet commençait sérieusement à lui échauffer les oreilles. Cette fois, plus de trace de défi ou d'amusement dans son regard. L'agacement faisait peu à peu place à la colère tandis qu'un soupçon d'aura dorée auréolait tout son être à mesure qu'il égrenait ses mots avec cette horrible manie de la tutoyer sans permission. Il avait fait si bien qu'à l'instant où son misérable "prouve-moi ta valeur" sortait de ses lèvres, le pouvoir de la Dame entrait en action, décuplant sa prestance par des effets de lumière et de voix plus inconscients qu'autre chose. Il avait deviné son rang probablement son nom, mais semblait se croire au-dessus d'elle malgré leurs petites explications. Alors, puisqu'il persistait à être odieux, ce fut elle qui dégaina la première, lentement, avec cette sorte de lourdeur funeste propre aux prédateurs qui peuvent abatte leurs griffes sur leur proie en étant toujours sûrs de faire mouche.

Palier 1 : Halo divin



La lame glissa jusqu'au cou de l'apprenti-dieu avec une telle vivacité qu'il la vit à peine briller au soleil.

"Écoutez-moi bien, impertinent personnage. Je vous ai dit de cesser de me parler si familièrement. En temps normal, les gens comme vous qui se pavanent pour un rien et n'osent même pas répondre à un défi finissent dans des geôles, au pilori ou la tête plantée sur une pique par la personne qu'ils ont offensée. Vous, vous pourriez bien connaître ce châtiment plusieurs fois si vous vous faites les mauvais ennemis dans cet endroit. Donc, je vais simplifier pour votre insolente petite tête : si vous touchez aux élèves qui ont le malheur de vous croire civilisé, je vous garantis que vous en entendrez parler pour encore longtemps."

Il y avait des limites aux affronts que l'ancienne souveraine pouvait encaisser, et le blondinet marchait clairement sur un fil au-dessus du vide en ignorant sciemment le pouvoir de la reine. Pour ceux qui ne comprenaient pas la politesse, la force marchait souvent mieux, et si elle ne contrôlait pas encore pleinement son pouvoir, rien ne le laissait deviner, cela tombait à pic.
Invité
avatar
Invité
Re: L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison. - Mar 17 Fév 2015 - 16:23


Cette fille est agaçante... Elle ne voit pas quand elle a perdu ? Je venais de la battre à plate couture sur le domaine de l'éloquence et du savoir vivre, cela s'arrêtait là. Pourquoi vouloir absolument gagné quand on a perdu ? Je ne comprend pas le concept. Une mauvaise perdante, c'est tout ce que je pouvais y voir. Et même lui laissait le territoire temporairement, que voulait elle donc ? Sa lame prit place près de mon épaule, comme voulant me faire porter le poids de sa mauvaise façon de se tenir. Elle n'y arrivait pas par l'éloquence, donc elle essayait de le faire de force ? Bah, si cela lui faisait plaisir. Ses paroles finirent par devenir d'une brutalité sans nom... Quel dommage, cela aurait pu être plus drôle si elle avait eu un minimum de tact, tant pis.

Par contre, une chose me dérangeait maintenant que sa lame était aussi près de ma nuque, je me sentais... Faible. Pas forcément physiquement, mais une envie... Je n'avais aucunement l'envie de l'affronter. C'est étrange tout de même... Je... Qu'importe, je n'avais pas envie de me fatiguer.

- Impertinent ? Si la vérité vous hérisse à ce point les poils, accepte la comme telle. Quand à vos menaces... Reprenant ma marche, sa lame ne me laissait pas de marbre, il est vrai, bien que au combat, je doute qu'elle puisse me défier Garder les au plus profond de votre cœur, et ne les exprimaient plus jamais, de peur que Deus vous châtie pour de tels menaces auprès d'un de vos futures frères dieux.

Il était temps de partir, je pense qu'il suffisait, et que maintenant, nous avions tout les deux compris que nous serions sans doute jamais ami. Reprenant ma route en réajustant mes habits, je repensais à cette instant. J'aurais pû l'aveugler avec mes poussières, mais je ne fis rien, pourquoi ? D'ordinaire, un pareil affront se paye sans sommation. Cette fille avait fais quelque chose pour que je n'agisse pas de la sorte, et je découvrirais pourquoi, qu'importe le temps que cela prendra. Reine ou non, ici tu n'es rien d'autre qu'un nom. Et celui D'Eliande fait dorénavant partie de ma Blacklist.

Invité
avatar
Invité
Re: L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison. - Mar 17 Fév 2015 - 20:24
De peur que Deus la châtie ? Auprès d'un frère ? Mais de quoi parlait-il au juste ? Deus, tout le monde avait ce nom à la bouche. Qui était-il en fin de compte ? Comment se manifestait-il ? D'après Bell, cette entité l'avait choisie comme élue, elle aussi. Tout comme Dieu autrefois, cette personne donnait foi à tant de personnes... sans jamais intervenir de manière visible. Elione avait cru en Dieu mais... mais parfois les circonstances pouvaient aussi être le fruit du hasard. A dire vrai, depuis sa résurrection, l'apprentie-déesse doutait de sa foi. Les choses n'étaient pas comme les moines les avaient décrites. Le Paradis, l'Enfer... Racheter son âme par la Croisade. S'ils s'étaient vraiment rachetés, Richard serait là aussi. Loanna, Jaufré. Denys de Chatelleraut. S'ils s'étaient rachetés, tant de bonnes âmes seraient près d'elle.

Tandis que le jeune homme s'en allait, laissant les deux spectateurs à la fois béats et soulagés, l'ancienne souveraine méditait ses mots. Elle rangea son arme, s'aperçut à son éclat qu'elle avait encore utilisé son pouvoir. Elle comprenait mieux son soudain changement d'attitude. Était-ce une bonne chose qu'elle l'ait éloigné de cette manière ? Pouvait-on vraiment compter sur sa rétractation comme une preuve ?

Elione se tourna vers ses accompagnateurs, rengainant son arme.


"Voilà, vous pouvez utiliser ce banc... mais faites en sorte de rester discrets. Vous éviterez quelques ennuis.
-Me-Merci... Vous n'étiez pas obligée...
-Je me suis imposée à vous. Je n'aurais peut-être pas dû, mais l'idée qu'il aurait pu vous réduire en tranches m'empêchait de faire demi-tour. Soyez prudents à l'avenir."

Les deux apprentis-dieux se regardèrent, puis sourirent timidement à la souveraine. Elle hocha simplement la tête en réponse et partit de son côté, abreuvée toujours plus d'interrogations au sujet de ce monde et de son fonctionnement.

FIN
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 854

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison. - Sam 21 Fév 2015 - 16:02

… c’est beau, c’est pur… la grande classe.
Bon… Elione… pardon, dame d'Elande n’a sûrement pas convaincu Midô… non… plutôt monsieur Eryel, ce sera même éventuellement pire par la suite d’un côté comme de l’autre… mais ça, c’est ce qu’on appelle un bon dialogue de sourds. Ce ton, cette incompréhension, cette manie de vouloir faire la morale et apprendre le respect l’un à l’autre… c’était très mignon ! Le pire, c’est que ça risque de se répéter dans le futur et monter d’un ton, j’en suis sûre ! Vivement ! ♥

Petite note textuelle pour Midô : ce que je regrette que tu passes au vouvoiement à ton dernier message ! Je ne suis pas sûre que ce soit volontaire (parce que ça ne suit pas la logique RP), parce que là, ça montre la soumission, l’abandon face à Elione… c’est le contraire de ce que tu voulais faire tout le reste du RP ! Focus, il faut penser à tout quand on écrit et se relire pour bien vérifier ! =)
M’dame Elione… c’est propre, rien à dire sinon de continuer comme ça bien sûr !

Allez : acte II, vous êtes prêts ? Action !

Midô Eryel : 280 xps
Elione d'Elande : 280 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison. -
L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison.
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'orgueil n'a jamais tort. Même si il est chiant à avoir toujours raison.
» Méline « Si vous ne courrez pas après ce que vous voulez, vous ne l’aurez jamais. Si vous ne demandez pas, la réponse sera toujours non. Si vous ne faites pas un pas en avant, vous restez toujours au même endroit. »
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page