Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Quand le doute nous submerge....

Invité
avatar
Invité
Quand le doute nous submerge.... - Jeu 5 Fév 2015 - 10:43
Le temps continue de suivre son cours, inlassablement. Les journées passent, les une après les autres, de façon immuables et pourtant, tout change si vite, tout évolue tellement rapidement. Comment avait-elle pu à ce point manquer de contrôle? Pourquoi les choses avaient-elles dû prendre ce virage aussi tragique? Cela faisait déjà presque 5 jours que l'épisode du 'double Jace' était terminé et 2 qu'elle avait été autorisée à quitter l'infirmerie mais rien ne lui permettait de retrouver le moral. Chaque instant dans la chambre de Jace la renvoyait à ces petits moment agréables de partage, où elle s'était réellement sentie investie d'une mission auprès de ce petit être encore innocent. Mais au final, elle avait tout raté. Absolument tout. Et cette vérité la rongeait mieux que le plus corrosif des produits existants.

L'infirmière assistante passait la voir tous les jours, histoire de s'assurer que tout allait bien mais elle savait que cette fois, la blessure ne guérirait pas aussi facilement. La repentie avait eu dû mal mais à force de persuasion et d'efforts, elle avait réussi à lui tirer une parti des vers du nez. Oui, elle avait peur. A tel point que cet enfant qu'elle se savait pertinemment incapable d'abandonner, qu'elle aimait déjà profondément, elle n'en voulait plus. Cette grossesse surprise la forçait déjà à renoncer à tant de choses auxquelles elle n'avait pas pris le temps de se préparer, cette mauvaise expérience là avait fini d'achever sa détermination. Sa volonté n'avait jamais été aussi branlante, semblable à un bout de chandelle que le moindre souffle un peu trop puissant suffirait à éteindre pour toujours.

Son corps qui commençait à changer, à se modifier, ce ventre qui s'arrondissait de façon de plus en plus marquée bien que cela reste encore minime, elle ne voulait plus le voir. Elle ne se sentait plus capable de le supporter. Elle avait frappé cet être qui était, d'une certaine façon, un bout d'elle-même. Elle l'avait même torturé, complètement aveuglée par sa douleur et ça, elle ne pouvait pas se le pardonner. Elle était devenue un monstre envers cet enfant qui au final ne demandait rien de plus que de l'amour et de l'attention. Comment pourrait-elle jamais se le pardonner? C'était impossible.

Simplement assise à son bureau, fixant le bonsaï face à elle, elle sentait les larmes ruisseler en silence sur ses joues, traçant encore et toujours les mêmes sillons sur son visage. Elle ne se sentait pas la force de sortir et d'affronter les regards, pas après ce qu'elle avait face. Pourtant, ce n'était pas la première vie qu'elle prenait, loin de là. Mais tout était devenu tellement différent. Kirara sur ses genoux, les yeux perdus sur la contemplation d l'horizon par la fenêtre, elle tentait de comprendre, de réfléchir. Mais cela ne servait à rien, elle ne parvenait qu'à tourner en rond, revenant systématiquement à la même conclusion.

Cet enfant, elle ne serait jamais capable de s'en occuper correctement. Elle n'était pas prête. Ce n'était pas le bon moment. Elle ne pourrait pas lui offrir la vie qu'il mériterait. Jamais elle ne saurait être une bonne mère, n'étant déjà même pas une épouse correcte et à peine une déesse en devenir. Non, c'était trop, tout simplement.

Oui, elle s'était toujours battue, jamais elle n'avait accepter de renoncer ni d'abandonner mais aujourd'hui, elle ne savait plus. Il n'y avait lus de certitudes dans son esprit, simplement des questions sans réponses, des peurs viscérales et des doutes. Des craintes qu'elle voyait se réaliser dès qu'elle avait le malheur de fermer les yeux. Une des raisons pour lesquelles elle dormait aussi très peu et mal depuis les derniers événements. Ah bien la regarder, il était évident qu'elle se mettait à dépérir, par sa propre faute. Mais elle était tout bonnement incapable de réagir. Le choc avait été trop puissant, ses ondes trop profondes pour la laisser indifférente.

Son mariage avait viré au cauchemar, ce bébé qui arrivait sans crier gare et maintenant, cet être vivant, semblable à l'homme de sa vie, qu'elle avait en partie élevée avant de devoir l'éliminer, c'était plus qu'elle ne pouvait en supporter. Et un instant, la lame du kriss qui brillait sur la table, à portée de sa main, lui parut très attirante. Ce serait tellement facile finalement. Une seconde de douleur et puis plus rien, tout serait réglé. Mais même ça, elle n'avait pas le courage de le faire. Et puis, cela ne résoudrait rien puisqu'elle revivrait, encore et encore.

Finalement, cette seconde existence ne serait-elle qu'un immense piège à son égard? Elle en venait à se le demander.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand le doute nous submerge.... - Sam 14 Fév 2015 - 17:41




Le cours normal des choses avaient repris son cours, ou pas en fait. Il y avait un grand sentiment de vide ces derniers jours dans le cœur et l'esprit de Jace et ça se faisait ressentir dans ses cours, les élèves voyaient bien qu'il n'était pas du tout le même, il les laissait s'entraîner tranquillement dans leur coin ou faire ce qu'ils avaient à faire. Depuis un moment la discipline avait été acquise dans cette classe, et c'est justement ce qui les intriguait, un élève avait "perturbé" le cours, mais Jace n'y avait même pas prêté attention à vrai dire.

Depuis cet incident, ce n'était plus vraiment pareil avec sa compagne. Ce n'était pas une question d'amour ou quoi, mais tout simplement que ces deux-là avaient sûrement changé à cause de cette expérience, il se remettait en question, il se demandait déjà comment ça se passera plus tard, maintenant il se demandait s'il méritait d'être père, il n'avait pas su gérer une situation qui se voulait être normale, il y a toujours un âge où l'enfant devient rebelle. Quand bien il se disait que ce n'était pas son fils, que ce n'était qu'une chose qui avait été créée pour semer le trouble, il n'arrivait pas à enlever cette idée de son esprit.

Aby avait quitté l'infirmerie mais était retournée dans sa propre chambre initiale et non celle où ils vivaient tout les deux depuis un petit moment désormais, il fallait dire que maintenant cette pièce rappelait quelques douloureux souvenirs encore récent. Une partie de lui était morte ce jour-là, encore une fois il avait démontré son impuissance à protéger Aby et à la réconforter. Peut-être devait-il ré-essayer après tout, il ne pouvait pas la laisser dans cet état, il ne pouvait pas se le permettre. De toute manière, il n'y a qu'à deux qu'ils pouvaient traverser cette épreuve, il en était persuadé. Maintenant il fallait le prouver.

Après les cours il se dirigea donc vers la chambre d'Aby, ne cessant de se demander comment elle allait, comment est-ce qu'elle allait réagir s'ils en parlaient de nouveau, il espérait juste que le futur qu'ils présageaient, craignaient, à cause de cette mauvaise expérience soit fausse, ils seraient incapable de tuer leur propre enfant, en tout cas Jace n'en serait peut-être pas capable, l'autre d'avant pouvait être considérait comme un fils, mais ne l'était pas pour autant. D'où le fait qu'il n'avait pas hésité à le tuer, il n'y avait plus qu'à espérer qu'il n'y aurait pas de prochaine fois. Une fois devant la porte, il prends le temps de toquer à la porte, attendre de voir si elle lui répondait, si elle était là, il préférait que ce soit elle qui lui ouvre la porte cette fois-ci.
Invité
avatar
Invité
Re: Quand le doute nous submerge.... - Sam 21 Fév 2015 - 11:57
Le regard perdu sur l'horizon se dessinant derrière les carreaux fermés, Kirara sur ses genoux, ronronnant pour essayer de raviver cette flamme combattive qui avait toujours animé la jeune précolombienne, les doigts caressants nonchalamment son pelage, emmitouflée dans le poncho qu'elle avait ramené de ce voyage sur Terre avec son aimé, à l'époque où il n'étaient pas encore un couple. Tant de petits détails, de choses sans importance qui aujourd'hui semblaient pourtant peser des tonnes. A moins que ce ne soit la fatigue des plus de 200 ans que son corps avait traversé qui finissait par se manifester. Elle ne savait plus au final. Mais voulait-elle vraiment le savoir. Elle voulait seulement se reposer à présent. Oublier, au moins quelques instants.

Un bruit à la bruit. Quelqu'un qui frappe. Le son la fait émerger d'une demi-torpeur dans laquelle elle s'était plongée. Elle se redresse, hésite à se lever quelques secondes avant de se diriger vers la porte. L'assistante de l'infirmière est déjà passée et elle se manifeste toujours en parlant. La seule autre personne susceptible de venir la voir n'est autre que Jace. Un instant, elle a peur de lui ouvrir. Non pas qu'elle craigne son époux mais tous ces évènements l'ont réellement chamboulées et le revoir, c'est aussi revivre ces scènes toutes plus horribles les unes que les autres.

La poignée tourne doucement, tandis qu'elle se décale, libérant le passage pour permettre à au futur père de son enfant de pénétrer dans sa demeure. D'habitude, c'est toujours elle qui se rend chez lui. C'est dans sa chambre qu'ils s'étaient installés. Mais aujourd'hui, c'est lui qui pénètre dans son territoire. Sa 'Tanière'. Qu'elle occupe seule depuis tellement de temps maintenant qu'elle en a oublié que c'est une chambre commune à la base. elle l'invite à entrer, sans prononcer un mot. Elle n'y arrive pas, elle a tellement peur de craquer à nouveau. Les changements de son corps, le jeu des hormones ne fait rien pour l'aider à rester sereine. La porte refermée derrière eux, elle lui laisse le temps de découvrir son antre.

Puis, doucement, elle vient passer ses bras autour de son torse, venant caler sa tête dans le creux de son cou, s'appuyant légèrement contre son dos. Sa présence est rassurante, douce et chaude. Pourtant, elle est aussi douloureuse. Elle resserre légèrement son étreinte, retenant un sanglot. Si au moins elle arrivait à parler, mais même face à lui, elle a honte. Honte de ce qu'elle a fait, de cet échec qui fut le leur à sauver cet enfant. Doucement, les larmes se mettent à couler tandis qu'elle manque de chuter. C'est si dur, d'accepter d'avoir échouer et de vivre avec cette peur au ventre.

"- Je suis... Tellement désolée, Jace... Je t'en prie... Pardonnes-moi..."


Oui, elle avait tant de choses à se faire pardonner. Son échec, cette distance qu'elle avait prise, cet abandon de ses fonctions depuis quelques temps, cette peur qui l'habitait tellement depuis peu. Accrochée à lui, elle se laissa aller à pleurer, sans être soulagée pour autant. Son cœur était lourd mais c'était au ventre qu'elle avait le plus mal. Car la crainte de cette vie qui grandissait en elle devenait une véritable terreur. Elle avait toujours tout su affronter, mais pas ça. C'était trop nouveau, trop différent. Trop complexe aussi pour elle. Et pour lui?
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand le doute nous submerge.... - Dim 15 Mar 2015 - 2:22




Il resta un long moment devant la porte, ou plutôt, il lui semblait qu'il était resté une éternité devant cette porte, pendant qu'il attendait derrière, il se demandait comment allait Abygaïl, que faisait-elle, quels étaient ses pensées, comment réagirait-elle. Mille et une pensées et possible scènes lui traversèrent l'esprit à ce moment là, de la pire à la meilleure des scènes possible. Le temps s'était un peu comme ralentis dans son esprit, il en avait perdu toute notion.

Puis il entendit la poignée de la porte bouger, il revenu à la réalité quand il vit sa compagne ouvrir la porte et lui laisser le passage pour qu'il entre, sans un mot, ni même une quelconque expression, elle était sûrement plus touchée qu'il ne le croyait. C'était sûrement la première qu'il venait ici, dans cette pièce... il pu apercevoir les quelques rares choses qu'il lui avait offert par le passé, avant même qu'ils ne se lient l'un pour l'autre. C'est alors que peu de temps après avoir entendu la porte se refermer, il sentit une présence venir se blottir contre lui, une présence qui avait de réconfort, qui avait besoin de quelqu'un pour la soutenir. Tout comme lui aurait sûrement besoin d'elle pour cette épreuve.

"- Je suis... Tellement désolée, Jace... Je t'en prie... Pardonnes-moi..."

Il tentait tant bien que mal de le cacher pour éviter de ne pas perdre pied, de montrer qu'il pouvait toujours la soutenir, mais lui aussi avait été affecté. Quand bien même il l'avait tué, qu'il savait qu'il n'y avait pas d'autres solutions à ce moment là... il regrettait amèrement que les choses se soient passé ainsi. Il aurait voulu que tout se passe autrement, un genre de happy end en quelques sorte. Mais ça ce n'était que dans les films ou le dessins animés, pourtant il savait très bien lui-même que ce n'était pas la marmotte qui mettait le chocolat dans le papier alu.

Il ne savait pas comment s'y prendre, que devait-il faire concrètement ? Au final il n'était pas d'une grande aide, pire sûrement... il passa ses mains sur les bras de sa compagne, faisait comme des caresses sur ses mains, mais il n'arrivait pas à dire quoique ce soit non plus. Il se retourna pour lui faire face et mis ses mains sur les joues d'Aby, tentant sûrement de la réconfortant autrement que par les mots, des mots qu'il ne trouvait même pas à dire pour pouvoir la rassurer, lui dire que tout ceci n'était pas de sa faute, que jamais elle ne sera une mauvaise mère et ne l'a pas été pendant ce très court instant où ils ont eu cet enfant.

- Chuuut.... fit-il doucement en la serrant un peu plus dans ses bras. Je suis là, je ne te reproche absolument rien, je serais toujours là pour toi... continua-t-il sur le même ton se voulant doux et réconforteur.

Il avait le dire, il fallait aussi que ses paroles l'atteignent également. Elle n'avait rien à se faire pardonner, rien n'était de sa faute, c'était... le destin dira-t-on. Un peu comme si c'était Deus lui-même qui s'était immiscé dans leur vie pour leur faire subir ce tragique accident. Était-ce une sorte d'épreuve ? Aucune idée, et il ne le saura probablement jamais de toute manière, tout ce qu'il sait c'est que tout ceci laissera à jamais des séquelles dans le couple qui seront sûrement dures à refermer, mais tant que ces deux là seront ici l'un pour l'autre, ils pourront se relever encore, et encore... traverser les moments les plus difficiles à deux, ensemble, côte à côte.

Invité
avatar
Invité
Re: Quand le doute nous submerge.... - Dim 15 Mar 2015 - 15:42
Les larmes coulent, silencieuses mais ininterrompues. Son corps se soulève au même rythme que ses pleurs. Elle sanglote, tout simplement incapable de faire autre chose. La jeune fille brune sent si mal en cet instant. Et elle a si peur. De la réaction de Jace, de son regard et de son jugement. Elle avait échoué. Et ce n’était pas la première fois. Cet enfant lors de l'avalanche en haute montagne. Cet apprenti-dieu qui lui avait demandé de mettre fin à ces jours, demande à laquelle elle avait fini par accéder. Tous ces gens qu'elle avait vu disparaître, ces innocents qu'elle n'avait pas pu sauver. Au final, elle n'était pas cette femme forte qu'elle se targuait d'être. Elle n'était pas une divinité. Mais même plus une humaine. Alors qu'était-elle réellement?

- Chuuut....
Je suis là, je ne te reproche absolument rien, je serais toujours là pour toi...


Ses mains qui caressent sa peau avant de remonter sur ses bras, doucement, la font frissonner. A la fois de soulagement mais aussi d'inquiétude. Oui, elle pourra compter sur lui mais si jamais elle venait à vraiment faire une erreur, lui aussi en souffrirait et elle ne le voulait pas. Il n'avait pas à supporter le poids qu'elle avait déjà à soutenir, entre le Conseil et tout le reste. Elle chercha à éviter son regard mais ses mains venues se poser sur ses joues ne lui laissèrent pas l'occasion de se défiler.

A travers ses pupilles, elle cherche comme une marque diffuse de reproche, quelque chose qu'il lui cacherait. même une simple déception à son égard mais elle ne trouve rien. Alors, finalement, elle perds pieds, encore davantage. Comment se fait-il qu'il ne lui en veuille pas? C'est pourtant à cause d'elle si tout s'est ainsi mal terminé. Elle ne pourra jamais se le pardonner et sa main qui vient passer sur son ventre, s'attardant sur sa forme qui s'arrondit de jour en jour ne fait que la faire douter davantage. Il a beau ne pas prendre beaucoup de place physiquement, il occupe tellement ses pensées et ses cauchemars que ce bébé en est devenu trop envahissant pour elle. Elle n'arrive plus à faire face.

"- Ce bébé... Je ne vais pas... y arriver... C'est trop dur... Je ne suis pas capable..."

Sa détresse est perceptible dans chacun de ses mots, même dans les mouvements de sursauts de son corps. Perdue, naufragée d'un corps et d'un esprit qu'elle ne reconnait même plus comme les siens. Elle a osé lever la main sur un être qui était peut-être son enfant, qui était à l'image de Jace. Et jamais elle ne pourra se le pardonner. Ses poings s'agrippent aux vêtements de son époux alors que ses genoux peinent à le soutenir. Effondrée, il n'y a pas d'autre mots pour décrire son état actuel.

"- Je n'en... Veux plus..."

Ces mots lui sont une véritable torture à entendre mais elle ne peut les retenir. Elle sature, elle a bout, de nerfs et de force. Se battre contre des monstres, des renégats ou même des humains, c'était une chose. Se battre contre soi-même et contre le Destin, elle n'en avait tout simplement pas les capacités. Du moins, plus aujourd'hui.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand le doute nous submerge.... - Mer 18 Mar 2015 - 16:20




Pendant l'espace d'un instant, le jeune enseignant se demandait ce qu'elle pouvait chercher en le regardant... car c'et l'impression qu'elle donnait, comme si elle chercher quelque chose de bien précis, quoi il aurait bien voulu le lui demander mais il avait la net impression qu'elle ne lui répondrait pas à ce genre de question. Puis plus le temps passait au sein de cette pièce, plus il sentait qu'elle s'affaiblissait, elle avait une douleur au coeur qui sans doute ne partira jamais, comment bien le vivre après tout ? Une telle expérience ne reste pas sans cicatrice, même pour lui. Seulement il y avait quelque chose en plus qui n'allait par rapport aux autres fois, il le sentait d'une certaine manière, comme on sentirait une atmosphère lourde dans une discussion, ou alors qu'on pouvait pré-sentir qu'une personne avait quelque chose à cacher, ce genre de sentiment.

"- Ce bébé... Je ne vais pas... y arriver... C'est trop dur... Je ne suis pas capable..."

Jace écoute attentivement ce qu'elle avait à dire, seulement il avait peur de la suite de sa phrase, quelques idées en tête lui traversa l'esprit mais il ne s'attendait pas du tout à ce qu'elle s'apprêtait à lui dire, ça dépassait tout ce qu'il aurait pu imaginer jusque là.

"- Je n'en... Veux plus..."

Pendant un court instant Jace cru que son coeur allait lâcher prise, il n'arrivait pas croire à ce qu'il venait d'entendre en fait, comment pouvait-elle rejeter la vie ainsi ? Où as-t-il péché dans son couple ? Depuis quand pensait-elle cela ? Il essayait de regarder dans ses souvenirs pour voir quand et où il l'avait abandonné, pour qu'elle pense ça c'est qu'il devait bien l'avoir laissé tombée quelque part sur un chemin, où était-il quand elle avait besoin de lui ?

Il avait beau retourner toutes les questions possible et inimaginable, il était trop tard pour revenir en arrière et la soutenir, ce qu'il fallait désormais c'était la bousculer, lui remettre les idées en place... il savait très bien qu'il n'avait aucun côté pédagogue et que ce n'était pas son fort de réconforter les gens quand ils avaient besoin de lui ou encore de leur apprendre quoique soit... d'où le fait que des fois ça le fasse "sourire" un peu quand il se dit enseignant... Ses mains descendirent des joues jusqu'aux épaules, la serrant un peu comme s'il s'apprêtait à la rattraper au cas où elle pourrait tomber à tout moment, pourquoi ? Aucune idée. Peut-être que c'était lui qui avait besoin d'être soutenu au final pour ce qu'il s'apprêtait à dire. Quelque chose qu'il regrettera peut-être, peut-être, mais une chose est sûr, jamais il ne sera fier de ce qu'il allait lui dire.

- Je sais que ce qui vient d'arriver... est dur... ça l'est pour nous deux, peut-être bien plus toi que moi car tu l'as considéré plus longtemps que moi comme notre fils. Commença-t-il avant de reprendre. Mais est-ce que tu tiens... vraiment... à ce que nous commettions... un deuxième meurtre. Finit-il par sortir.

Les paroles qu'il venait de dire n'était pas sans sentiment, c'était dur de dire de telles choses à la personne que nous aimons. Il ne s'agissait pas d'enfoncer le clou, mais de le retirer, ça pouvait paraître dur et impitoyable de dire ce genre de chose, mais comment pouvait-il le dire autrement ? Puis il a bien dit "nous", car il s'incluait dedans, c'est lui qui a tué leur "fils", ou plutôt qui l'avait achevé. Cette décision là, se prenait également à deux. Si elle n'en voulait vraiment plus, alors il devait respecter ce choix, mais il devra porter se fardeau d'avoir participé au meurtre de son vrai enfant cette fois-ci. Car oui, pour lui, c'était tout comme tuer n'importe qui, du moment que la vie existait, enlever une vie de force de cette manière est tout comme retirer la vie d'une personne ayant 10, 20, 50 ans, ou plus, qu'importe l'âge... il y a la vie dans le ventre de sa compagne et ça il ne pouvait le nier. Il s'attendait à recevoir tout ce qui était dans cette pièce sur la tête, dire une chose si horrible n'était pas digne d'un mari, mais il ne voyait aucune autre solution. Il pensait sans relâche *Aby... pardonnes-moi d'avoir dit ça...*.




Dernière édition par Jace Kayllan le Ven 20 Mar 2015 - 13:59, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Quand le doute nous submerge.... - Ven 20 Mar 2015 - 10:03
Elle la sent, cette réticence. Cette sorte de tension qui soudain s'installe dans l'air de la pièce. Oui, elle l'a choquée, ces paroles n'étaient certainement pas celles qu'il avait attendu mais elle ne pouvait plus se mentir. Dans son état actuel, elle ne se sentait même plus capable de remplir ses propres fonctions. Alors s'occuper de quelqu'un, d'une vie à élever et dont elle devrait s'occuper, qui dépendrait entièrement d'elle, non, c'était trop dur, inconcevable pour elle en cet instant. Elle avait bien vu ou les choses les avaient menées il y a peu. Et jamais elle ne pourrais digérer cela. Du moins, pas maintenant.

- Je sais que ce qui vient d'arriver... est dur... ça l'est pour nous deux, peut-être bien plus toi que moi car tu l'as considéré plus longtemps que moi comme notre fils.
Mais est-ce que tu tiens... vraiment... à ce que nous commettions... un deuxième meurtre.


Meurtre. Ce mot résonne en elle comme un coup de guillotine qui viendrait l'achever. Non, elle avait déjà tué, même si c'était indirectement, un enfant qu'elle avait pourtant considéré comme sien. Qu'elle avait pris plaisir à voir grandir. Qu'elle avait apprécié voir grandir, qu'elle aurait souhaité voir devenir un être à part entière, un homme bien. La douleur de cette disparition n'avait pas disparu quoi qu'elle veuille faire croire. Et si sa mort la blessait, c'était plus que tout son incapacité à faire ce qu'il avait fallut qui la brisait de l'intérieur.

La future maman était persuadée qu'elle ne serait pas capable de donner l'amour nécessaire, l'éducation adéquat, le temps qu'il faudrait à ce bébé en devenir pour qu'il trouve sa place et soit heureux avec eux. Mais elle ne pouvait pas se décider à le faire disparaître. Il n'avait rien demandé, ce n'était pas sa faute à lui, elle était seule fautive. Une sorte de regain d'énergie la fait se détacher de Jace, juste pour ne plus sentir son regard pesant sur elle. Elle est coupable, entièrement. Même de cette pensée atroce qu'elle vient de formuler.

"- Non... Assez de morts... Plus de sangs.... Ça suffit...."

Debout face à la fenêtre, regardant les oiseaux voltigeant un peu plus loin. Même eux se promènent en famille et cela ne fait que la blesser davantage. Comme si tout le monde en était capable sauf elle. Oui, La jeune précolombienne n'était pas destinée à devenir maman. Elle n'était pas du genre à finir entourée d'enfants, capable de voir grandir sa famille sous sa protection. Les poings serrés appuyés sur le rebord intérieur, légèrement penchée en avant, ses larmes rebondissent sur sa peau sans un bruit, alors que Kirara ronronne à ses pieds, essayant de la soulager sans grand succès.

"- Je ne ne savais même pas... Que je pouvais tomber enceinte... Je ne comprends même pas bien encore comment... Cela a pu m'arriver... Ça n'aurait pas du arriver... Pas maintenant..."

Est-ce qu'elle regrettait? Oui. Non. Le plus compliqué pour elle était de n'avoir aucune prise sur les événements qui se déroulaient à présents. Son corps qui change, les soucis que rencontre l'académie, son poste au Conseil qui lui prend trop de temps, ses pensées qui peinent à sortir de ce nuage de tristesse et de grisaille qui l’enveloppait complètement. Jace n'y était pour rien, elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même. Mais aujourd'hui, elle était trop perdue pour arriver à raisonner convenablement. Alors, elle se retourna pour fixer Jace, de la détresse plein ses yeux rougis et rempli d'eau.

"- Je t'en prie... Dis-moi... Ce que je dois faire... Comment je dois réagir... Pourquoi j'ai si mal...."

Si lui partait ou l'abandonnait, elle ne serait pas capable de continuer seule. Actuellement, il était la seule chose qui la maintenait un tant soit peu encore à la surface mais s'il lui tournait le dos, elle sombrerait, définitivement.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand le doute nous submerge.... - Sam 28 Mar 2015 - 9:27




Le jeune enseignant savait très bien que ce qu'il venait de dire fera effet, mais quel sens ? Il ne le savait pas vraiment, les mots qu'il venait d'assembler étaient cruels à entendre, tout autant qu'ils étaient difficile à dire. Il se disait qu'il avait peut-être exagéré au final en disant ça, il y avait sûrement une manière plus douce de le dire. Ah ! Oui ! Mais comment ? Bonjour la subtilité, ou au revoir plutôt. C'est alors qu'Aby se dirigea vers la fenêtre, regardant au loin.

"- Non... Assez de morts... Plus de sangs.... Ça suffit...."

Elle souffrait, elle souffrait énormément, et lui était juste là à voir cette souffrance sans ne rien pouvoir y faire quoique ce soit, était-il digne d'être son mari ? Une question qui revenait parfois dans sa tête, la réponse était peut-être évidente pour certaines personnes mais pas pour lui. Bien évidemment qu'il l'aimait, mais il n'était pas du genre doué en ce qui concernait de redressé le moral de quelqu'un vers le haut, ou du moins pas comme tout le monde le ferait.

"- Je ne ne savais même pas... Que je pouvais tomber enceinte... Je ne comprends même pas bien encore comment... Cela a pu m'arriver... Ça n'aurait pas du arriver... Pas maintenant... Je t'en prie... Dis-moi... Ce que je dois faire... Comment je dois réagir... Pourquoi j'ai si mal...."

Il n'avait jamais sa compagne ainsi, avoir autant besoin de son aide. Il voyait une telle détresse dans ses yeux qu'il en venait même à se demander si ce n'était pas lui qui avait besoin d'aide au final. Quelqu'un qui lui dise quoi faire, enfin... qui lui dise surtout comment bien faire pour tenter de la rassurer, parce-que à part lui dire qu'elle ferait sûrement une excellente mère. Non, décidément il n'avait pas le tact nécessaire pour rassurer les gens, et plus particulièrement ceux proche de lui. Il soupira avant de s'approcher de sa compagne et de la soutenir un peu plus physiquement à l'aide de ses mains, en la prenant par la taille.

- Tu ne dois pas abandonner. Nous ne sommes peut-être pas prêt, mais nous feront de notre mieux pour être de bons parents. Nous en sommes capable, alors... n'abandonnes pas. C'est normal de douter, nous sommes peut-être des dieux ou semi-dieux, mais au fond de nous on est toujours des humains. Si nous avons mal, ça prouve que nous avons encore une part d'humanité en nous. Fit-il en mettant son poing au niveau du coeur.

Il arrive parfois dans notre vie, que nous pensions avoir fait le mauvais choix à tel ou tel moment, il nous est arrivé de douter, et c'est encore plus vrai pour les êtres qu'ils sont, pourquoi ont-ils eu droit à cette seconde chance ? Une question que toute personne s'est posé au moins une fois arrivé ici. Pourquoi lui ou elle, et pas une autre personne ? Tant de question qui resteront sûrement sans réponse, mais ce n'était pas une raison suffisante pour s'arrêter de "vivre" en quelque sorte, il fallait parfois accepter son destin, peu importe ce qui arrivant. Et ce qui leur arrivait faisait sûrement partis de leur destin...

- Apprenons de nos erreurs... et faisons en sorte de ne pas les reproduire, avec notre enfant... dit-il en crispant ses mains.

Oui, au final ça restait un échec total. En rien il n'avait gagné la bataille, il avait juste réussi à sauver sa peau et c'est tout. Il n'a même pas été capable de sauver celle qui était comme son fils, de vie. Il ne reproduira pas cette erreur, non... certainement pas.

Invité
avatar
Invité
Re: Quand le doute nous submerge.... - Dim 29 Mar 2015 - 12:16
Il finit par s'approcher de nouveau, venant cette fois déposer ses mains sur la taille de la brune. Une seconde, elle tressaille. Oui, elle a tellement peur en ce moment que même sa présence, suis reste pourtant rassurante, n'est plus suffisante. La Présidente du Conseil, cette jeune femme forte devenue presque une déesse à présent, n'est rien de plus dans l’intimité de cette chambre qu'un animal sauvage, méfiant et sur la défensive, complètement perdu et aux aguets. Sans repères réels dans ce monde qu'elle ne comprends plus.

- Tu ne dois pas abandonner. Nous ne sommes peut-être pas prêt, mais nous feront de notre mieux pour être de bons parents. Nous en sommes capable, alors... n'abandonnes pas. C'est normal de douter, nous sommes peut-être des dieux ou semi-dieux, mais au fond de nous on est toujours des humains. Si nous avons mal, ça prouve que nous avons encore une part d'humanité en nous.

Ne pas abandonner. Toujours des êtres humains. En être capable. Pourquoi entend t'elle parfaitement tous ces mots sans réussir pour autant à les assimiler réellement? Comme si une distance s'était créé entre elle et la réalité. Non, comment pourrait-elle jamais être une bonne mère après ce qu'elle venait de faire? C'était impensable. Ce n'était pas pour elle. La jeune précolombienne était une chasseuse, une traqueuse mais pas une maman dans l'âme. Et rien ne lui permettait de croire qu'elle y parviendrait un jour. Jace oui, il saurait le faire. Mais elle? Ce n'était plus de simples doutes qui la rongeaient à présent mais la certitude de manquer de toutes les capacités requises pour ce futur qui l'attendait.

- Apprenons de nos erreurs... et faisons en sorte de ne pas les reproduire, avec notre enfant...

"- Nous ne faisons que cela. Apprendre, sans cesse.... Et vois où cela nous a mené... Vois ce que nous avons fait... "

La jeune mariée se laisse complètement aller dans les bras de son époux. S'il n'était pas là pour la retenir, elle se serait écroulée par terre tellement ce poids sur ces épaules lui était pesant. Elle avait rarement tuée, ayant toujours cherché une issue différente aux problèmes qu'elle avait rencontré mais là, cette dernière expérience, avait été celle de trop. Ses nerfs lâchaient alors qu'elle retenait ses sanglots. A nouveau, seules les larmes semblaient capables de traduire réellement ce qu'elle ressentait. Et sa douleur n'était pas feinte, loin de là.

"- Comment pourrais-je protéger les autres... Continuer à être cette personne sur qui tout le monde peut compter.... Après ce que j'ai fait?... Je n'arrive plus à me regarder en face sans revoir... Tout ça...."

Épuisée, au bord de la rupture. Les événements qui avaient gâchés son mariage, l'annonce de cette grossesse à laquelle rien ne l'avait préparée, et maintenant 'son' enfant qu'elle avait vu grandir et même périr, non, c'était tout simplement trop. Comme si le monde entier se liguait contre elle. Contre eux. Contre leur amour et leur union.

"- J'ai si peur... De ne pas y arriver... Que cela se reproduise... Je ne suis pas capable... De tout mener de front... "

Elle se souvenait de cette fois à l'infirmerie où il lui avait demandé de lever le pied, de déléguer certaines tâches, de ne plus tout prendre sur ses épaules. La brune amérindienne y avait apposer des réticences mais aujourd'hui, elle devait bien se rendre à l'évidence. Elle était incapable de tout faire. S'occuper d'elle, de lui, du bébé, de la Deus, du Conseil des élèves, des renégats, c'était aujourd'hui au-dessus de ses forces. Comme un combat perdu d'avance.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand le doute nous submerge.... - Mer 29 Avr 2015 - 14:56




Il écoutait attentivement les paroles de sa compagne, il pouvait ressentir tout ce qu'elle endurait sur le plan moral rien qu'à sa manière de parler et aussi la façon dont elle venu s'appuyer sur son corps. Comme si elle se serait laissé tomber au sol si Jace n'avait pas été là. Que pouvait-il sincèrement y faire ? Même lui commençait à être à court d'argument pour tenter de relever sa bien aimée. Mais son moral avait un telle attraction avec le sol qui devenait presque impossible de retenir se moral de tomber plus bas. Il craignait vraiment qu'elle fasse quelque chose de stupide, quoi ? Ah beh ça libre court à votre imagination.

Il se sentait si inutile et incroyablement petit. Si lui n'arrivait à rien, qui pourra la faire changer de point de vue ? Que non elle ne sera pas une mauvaise mère et que tout ce qui c'était passé il y a quelques jours n'était rien d'autre que le fruit d'un démon. Il avait beau se creuser la tête, plus rien ne lui parvenait et quand bien même il aurait tenté de dire quelque chose, qu'elle soit nouvelle ou non, aucun son ne serrait sortis de sa bouche. Tout ce qu'il pouvait faire c'était la soutenir physiquement.

"- Comment pourrais-je protéger les autres... Continuer à être cette personne sur qui tout le monde peut compter.... Après ce que j'ai fait?... Je n'arrive plus à me regarder en face sans revoir... Tout ça.... J'ai si peur... De ne pas y arriver... Que cela se reproduise... Je ne suis pas capable... De tout mener de front... "

- Alors je ferais en sorte, que plus jamais tes mains ne soient souillés par ce sang. Lâcha-t-il quasiment instantanément après qu'elle est finit sa phrase.

C'était sortit comme si c'était la chose la plus naturelle au monde, désormais, il avait pris seul la responsabilité de porter ce fardeau dans le futur. Si jamais quelque chose devait se produire à nouveau, alors il fera tout pour qu'Aby n'ait plus à se salir les mains. Il ne supporte pas de la voir dans cet état là... c'est un état qu'il a du mal à gérer. Certaines personnes arrivent très bien à gérer ça et pouvoir parler aux autres, lui, il n'y arrive tout simplement pas, sûrement qu'il est mal à l'aise. venant d'un prof qui pourrait blesser des élèves pendant un cours sans aucun regret... qui l'eut cru ?

Si c'était la seule manière pour elle de ne plus jamais avoir à affronter ce genre d'épreuve alors il était prêt à tout endurer à sa place. Il ne supporterait pas de la voir comme ça plus longtemps, il s'en voudrait tellement pour ne pas savoir comment il pouvait la sauver de ce malheur, de cette marque qui restera à jamais graver profondément dans son corps et son cœur.

- Je ne veux plus que tu ais à traverser ça...
Invité
avatar
Invité
Re: Quand le doute nous submerge.... - Mer 29 Avr 2015 - 21:33
- Alors je ferais en sorte, que plus jamais tes mains ne soient souillés par ce sang.

Ses mots étaient sortis avec une telle spontanéité, une telle ferveur qu'un instant, toute cette douleur engendrée par cette peur trop présente et sans cesse grandissante au sein du cœur même de la future maman fut dissimulée à ses yeux. Juste le temps d'une respiration, d'un battement de paupières mais c'était déjà ça. Une seconde, elle y avait cru. Elle l'avait cru, lui. Son regard encore noyé de larmes se releva un peu, venant chercher à accrocher celui de son époux pour y trouver ne serait-ce qu'une ébauche d'esquisse de solution à tous leurs malheurs.

Oui, elle avait été purement égoïste sur ce coup-là. Car la brune savait bien que si elle souffrait, Jace n'était pas en reste non plus. Simplement, il le vivait différemment, le cachait mieux qu'elle. Et tout ce temps où elle n'avait cessé de se morfondre et de se replier sur elle-même, lui avait continué à chercher à avancé et même, il était revenu la chercher, sans cesse. pour ne pas la perdre ni la laisser derrière lui. Les pupilles d'ambres brillantes d'un voile aqueux parvinrent enfin à saisir le regard profond de son compagnon alors que ce dernier reprenait la parole.

- Je ne veux plus que tu ais à traverser ça...

Les bras de la jeune femme se resserre autour de son mari, tandis qu'à nouveau, les larmes prennent les devants. Mais la douleur est un peu moins profonde, différente. Cette fois, ce sont les regrets qui sont les plus présents. Non, elle ne risque pas d'oublier ce qu'il s'est passé ces derniers mois mais comment peut-elle à ce point se montrer faible et pitoyable alors que son amour lui ne cesse de se battre pour eux deux. Eux trois même. Oui, la jeune mariée n'avait plus pensé qu'à elle-même depuis c qu'il s'était passé avec cet être étrange et ce n'était que maintenant qu'elle se rendait compte de son erreur.

"- Je suis tellement... désolée... Je ne voyais pas... Plus... combien toi aussi... Tu as souffert... Par ma faute... "

La tête de la jeune femme vient se couler dans le creux du cou de son amant et mari tandis que lentement, les larmes régressent. La douleur est toujours bien présente, sourde et insidieuse, mais il y a eu comme un déclic au fond de son esprit. Oui, elle avait mal. Oui, elle aurait sans aucun doute pu faire mieux, même dû faire mieux. Oui, elle avait tout abandonné ces derniers temps, trop enfouie dans sa détresse mais au final, elle avait laissé le mal gagné. Car durant ce temps, le Conseil n'avait pas pu prendre de nouvelles décisions. Elle n'avait pu venir en aide à personne. Son rôle même au sein de l'Académie, elle l'avait renié de son propre gré. Ou plutôt noyé au fond de sa peine. Mais aujourd'hui, elle ne pouvait plus se permettre ce genre d'égoïsme.

"- Tu me promets... Que tu seras toujours là?... Que si cela se reproduit... Nous serons toujours ensemble?... Quoi qu'il se passe?"

Oui, elle avait eu si peur que Jace ne finisse par la rejeter après l'avoir découverte capable de telles horreurs. Mais aujourd'hui, en cet instant, c'était lui qui était venu à elle. Qui la sauvait de cette fin qu'elle précipitait d'elle-même. Un mouvement, indépendant de sa volonté. naissant dans son corps et se répercutant contre son ventre. Léger mais bien perceptible. Oui, il était la aussi, cet enfant qui grandissait en silence. Cette vie qui lentement prenait corps à même celui de l'amérindienne. Sa main vient passer sur la peau de ce ventre un peu distendu, arrondi et de moins en moins discret.

"- Je ne sais pas... Si je saurais me pardonner... Comme tu as réussi à le faire mais... Je vais essayer... Au moins de faire comme si... J'étais toujours la même personne... Digne de confiance...Mais sans toi, je n'y arriverais pas...
Alors, ne m'abandonne pas. Je t'en supplie.C'est tout ce que je te demande.... "


Sa voix était encore au bord de la rupture mais au moins, elle avait réussi à dire clairement le fond de sa pensée. Trop de chose en trop peu de temps. oui, elle avait craquée, et bien comme il le fallait. mais elle ne pouvait pas se complaire éternellement dans cet état. Jace venait de le lui rappeler. Alors, la Présidente du Conseil des élèves allait se relever. Doucement mais surement. Et qui sait, peut-être que le temps et cette présence si chère à ses yeux et à son cœur l'aiderait à gommer au moins en partie le poids qui pesait toujours autant sur ses fêles épaules.

Blottie tout contre Jace, son oreille venue à présent se poser sur la poitrine de l'homme qu'elle aimait, la brune ferma les yeux en se laissant bercer par le son calme et régulier bien qu'un peu rapide des battements du cœur de sa moitié. Et ainsi, l'espace de quelques secondes, elle oublia tout. Avant de s'endormir purement et simplement entre ses bras, son corps au moins tout autant épuisé que son esprit rempli d'interrogations et d'inquiétudes quand à cet avenir si proche et si lointain en même temps.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand le doute nous submerge.... - Sam 16 Mai 2015 - 16:03




Jace l'écoutait attentivement, comme tout le temps, il l'écoutait... le jeune enseignant avait sûrement touché quelque chose pour qu'elle réagisse ainsi, pour que sa compagne lui à quel point elle n'avait pas vu que son mari en avait beaucoup souffert aussi. Certes, il en avait souffert, mais son point de vue était différent et son recul aussi. Pour lui, avoir tuer cette chose n'était pas comme avoir tué son enfant, seulement il y voyait un échec cuisant en terme de diplomatie. S'il avait su trouver les bons mots, peut-être que de tout cela ne serait arrivé, peut-être que s'il avait été un peu plus présent, il n'y aurait jamais eu cette cassure entre lui et son "fils adoptif". Cet épisode de sa seconde vie aura eut le "mérite" de le remettre en question, beaucoup plus qu'avant. Il pensait s'être déjà assez remis en question comme ça vis-à-vis de son passé humain, mais il semblerait que ce ne soit toujours pas suffisant.

Il ne cessait de se demander pourquoi il l'abandonnerait un jour, pourquoi lui demandait-elle ça alors qu'il ne se voyait pas du tout partir. Serait-il vraiment prêt à laisser tomber quelqu'un comme ça ? Rien que cette idée lui faisait peur, était-il si cruel que ça ? Ou alors était-ce juste sa compagne qui avait si peu confiance en elle-même depuis quelques temps ? L'un comme l'autre, il allait devoir trouver une réponse.

"- Je ne sais pas... Si je saurais me pardonner... Comme tu as réussi à le faire mais... Je vais essayer... Au moins de faire comme si... J'étais toujours la même personne... Digne de confiance...Mais sans toi, je n'y arriverais pas...
Alors, ne m'abandonne pas. Je t'en supplie.C'est tout ce que je te demande.... "


- Je serais là, quoiqu'il arrive. Je serais toujours présent. Lui répondit-il en la tenant, sa tête au-dessus de la sienne.

Il voyait qu'Aby était plus qu'exténuée, quoi de plus normal après tout, malgré sa grossesse elle s'impliquait encore un peu trop dans son rôle de présidente du conseil. Elle pensait pouvoir tout faire à elle toute seule, mais c'était impossible... puis elle n'était pas seule. Il pris Aby dans ses bras pour venir la déposer délicatement sur son lit, assis à son chevet, il passa une main douce sur ce ventre qui maintenant prenait de plus en plus forme. Lui il ne l'abandonnera pas. C'était hors de question. C'était une partie de lui, tout comme lui était une partie de l'enseignant et d'Aby. Cet enfant était le fruit de leur amour, il ne faisait aucun doute que chacun serait prêt à sacrifier sa vie pour cet enfant... Il resta ainsi, pendant plusieurs minutes, avant de la rejoindre dans la pays des songes.

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand le doute nous submerge.... - Dim 17 Mai 2015 - 17:08

C’est une illusion, Abygaïl n’est pas rassurée… et Jace non plus d’ailleurs. Les paroles ne suffisent pas, il faut des actes. Bébé naîtra, bébé grandira… dépassera l’âge de ses parents, vieillira et mourra. Il faut s’endurcir et se préparer à vivre toutes ces étapes maintenant, apprécier ce qu’il faudra apprécier, profiter des moments joyeux tant que ce sera possible. Une étape ratée sera une étape irrattrapable. Alors, que les tourtereaux profitent plutôt que de se lamenter. Nervosité doit devenir excitation. La grossesse doit pouvoir devenir joyeuse, d’une façon ou d’une autre ! Courage !

Pas grand-chose à redire ! Quelques fautes qui traînent, par-ci par-là, mais rien de bien méchant. Le côté calme, lent et posé, obligé à cause de la grossesse, est bien retranscrit : Abygaïl ne peut pas faire beaucoup d’efforts et on le comprend. Rendra-t-elle son tablier de membre du conseil ? Jace devra-t-il la suivre partout pour l’aider et l’assister ? Que de questions aux résultats qui s’avéreront palpitants !
Le monde entier attend la suite des évènements !

Abygaïl : 460 xps
Jace Kayllan : 445 xps

Xps attribués : Yep
Quand le doute nous submerge....
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quand le destin nous guide sur le droit chemin [PV Brent]
» Quand l'ennui nous pousse à faire de drôles de choses... [ LIBRE ]
» Quand la vie nous fatigue, à quoi bon s'accrocher ? Certains diront que je suis une lâche mais non, c'est faux.
» (terminé) « quand le doute nous assaille, il devient notre pire ennemi » feat. maël
» "Le destin ne nous lâche pas"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Chambres des élèves-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page