Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Une collision inévitable. (pv l'Apex Predator)

 
Invité
avatar
Invité
Une collision inévitable. (pv l'Apex Predator) - Lun 12 Jan 2015 - 17:23

Une collision inévitable.





« L'un a un tempérament de feu. Il est en quête de rédemption, à la recherche d'une seconde chance. Dans l'obscurité des ténèbres, il recherche la lumière. L'autre se considère comme étant l'homme le plus électrisant au monde. Par sa fougue et sa rage, il recherche un second souffle. Dans l'obscurité de la nuit, il cherche à atteindre les sommets par ses actes. Quand deux étoiles montantes se rencontrent...
La collision est inévitable. »



Nos actes retentiront-ils à travers les siècles ? Qui pouvait dire si leurs noms traverseront le temps ? À sa mort, les gens diront-ils de lui qu'il fut jadis brave et fort ? Et bien après sa mort, contera-t-on ses exploits, tel un mythe ? Parlera-t-on de lui dans des ouvrages, des récits ou des poèmes ? Combien d'hommes peuvent se vanter d'être rentrés dans la légende ? Qui sont les héros de ce monde ? Dans le fond, était-il apte à devenir un héros ? Les hommes rêvaient du paradis mais dans le fond, qui souhaite mourir ? Le paradis en fin de compte, n'était-ce pas ces moments de joies que nous mortels, avons partager avec nos proches, nos amis et nos familles ? Et la gloire dans tout ça ? À quel prix devait-il l'obtenir ? Serait-ce là la raison de vivre des hommes ? Et s'il ne parvenait pas à aller au bout de ses rêves, qu'adviendra-t-il de l'humanité ? Qu'adviendra-t-il de ces fils de chiens qui vendraient leurs âmes à un soit disant dieu ? ... Pour Miles, la gloire n'avait d'autres prix que celui de devenir un héros.

Un vent venait de s'élever. Une averse chutait sur la Deus Académia. Les nuages recouvraient le ciel. Les branches d'arbres bougeaient, faisant valser les feuilles. Le temps était pluvieux. Il pleuvait des cordes. À chacun de ses pas, ses bottines prenaient l'eau. L'apprenti-dieu aspirait à une promenade bucolique, sous un soleil d'été. Ce ne fut pas le cas. Très bientôt, ses orteils seraient noyés. Des gouttes coulaient depuis les pointes de ses mèches. Dissimulés derrière sa tignasse, ses pupilles n'étaient pas perceptibles. Ses vêtements étaient trempés. Sa démarche était lente, l'élève peinait à se mouvoir. Le brun traînait des pieds. Le jeune homme avait l'air d'un chien abandonné. Sur son visage, on pouvait encore distinguer quelques séquelles de son dernier combat. Mais celles qui étaient les plus douloureuses n'étaient pas visibles. L'intrépide semblait vagabondait d'un coin à l'autre, sans trop savoir où aller tel un spectre errant sans but précis. L'homme le plus foudroyant du monde semblait perdu, au fond du gouffre. Diable qu'il avait l'air misérable ainsi !

Plus les semaines passaient et plus il lui était pénible de vivre dans ce nouveau monde. Lui qui désirait tant devenir un héros, ne faisait que d'enchaîner les défaites. Pourtant, le justicier travaillait dur afin de progresser. C'était comme si une personne avait jetait une sorte de malédiction. Le plus inquiétant, c'était l'état mental du jeune brun. Il paraît qu'un homme avait parfois besoin de se perdre pour se retrouver. Mais pour le moment, l'ex-étudiant en médecine se sentait juste perdu. Le gardien de la paix déprimait depuis la défaite cuisante qu'il avait subi face à son clone. Et même lorsque l'homme aux pupilles saphir agissait de façon perfide avec ses adversaires, il perdait. Depuis quelque temps, Tracey était moins narcissisme. Sa fierté en avait pris un coup. L'être le plus électrisant du monde se sentait vide. L'apprenti-dieu avait besoin de se retrouvait, de redevenir cette boule d'énergie qu'il était à ses débuts. Alors l'espace d'une journée, juste une seule... La voix du peuple voulait se réfugiait du monde.

Ses bottines trouées les avaient emmenés à la cafétéria. À l'intérieur, il y avait de la lumière mais le lieu semblait désert. C'était typiquement le genre d'endroit dont l'homme le plus électrisant au monde avait besoin. Alors silencieusement, l'intrépide pénétrait l'enceinte de la cafétéria et il referma la porte derrière lui. Par la suite, Tracey explosait de colère. Le jeune homme se saisissait d'une chaise et il la balança de l'autre côté de la pièce. Lunatique, le brun se laissait aller. La chaise avait percuté le comptoir avant d'exploser laissant retentir un fracas effroyable. Tel un catcheur, l'homme aux yeux bleus plaçait ses mains sous la table et il la renversait la table se trouvant à proximité. On aurait dit une tornade que rien ne pouvait arrêter. Ses doigts s'enfonçaient dans sa chevelure, sa mâchoire se crispait. Son regard était sombre, les sourcils froncés. La voix des sans voix laissait parler sa rage. L'ex-étudiant en médecine se sentait humilié. Le brun avait honte d'être aussi faible. Il aurait aimé disparaître de cet univers pour réapparaître dans un nouveau monde.

L'espace d'une journée Miles voulait être tout, sauf un héros.




Dernière édition par Miles Tracey le Mar 13 Jan 2015 - 22:24, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Une collision inévitable. (pv l'Apex Predator) - Lun 12 Jan 2015 - 19:56
Pfuh'. Quelle sale journée. Et maintenant, il faisait un temps dégueulasse. C'est puant le chien mouillé qu'Aleksander était rentré dans la cafétéria, s'ébrouant. Pour une fois, il avait emprunté la porte arrière, réservée au personnel. Un détour sous la pluie ? Très peu pour lui. Quelle belle rime que voilà ! La chevelure de blé plaquée sur son crâne était dégoulinante. Sa chemise blanche était plaquée sur son torse, épousant bien trop sa musculature à son goût, alors qu'il foutait de l'eau partout en tentant vainement de se sécher avec l'outil dont la fonction était... de sécher les mains. Grandiose échec. C'est alors qu'il perçut une autre présence, à cette heure. Normalement, la cafétéria aurait dû être déserte.

Mais cet individu puait la colère. Pas une haine comme celle qui sommeillait chez la Bête, non. Elle était plus amère. Plus ciblée. C'est alors que les bruits de fracas démarrèrent. Qui que ce soit, l'intrus commençait à saccager le lieu. Et qui devrait tout remettre en place ? Oui, bingo, le seul témoin, le serveur. La simple idée de réparer les erreurs d'autrui le fit sombrer dans une rage profonde. Hors de question qu'en plus de crever de froid, et d'avoir l'horrible sensation des vêtements collants à sa peau, il fasse le boulot des autres. Il n'était plus contraint de ramasser les déchets d'un maître quelconque. Non. Et tout le monde devait désormais savoir qu'une Bête terrifiante avait fait de la cafétéria son repaire. Celui-ci n'était pas au courant ? Qu'à cela ne tienne, il était l'heure d'un exemple.

Déboulant comme une furie dans le réfectoire, Aleksander ne perdit pas un instant. Un simple coup d'oeil lui suffit à repérer le fauteur de trouble, qui éclatait une chaise contre le comptoir. L'adrénaline se répandant dans ses veines à une vitesse démentielle, déjà, l'heure de la discussion était passée. Un éclair zébrant le ciel orageux sonna le début de la confrontation, les deux iris étincelants du Prédateur se braquant sur l'Apprenti. Alors qu'il s'amusait à renverser une table, l'élan destructeur du Repenti le rapprocha à une vitesse folle de lui, et, d'un geste d'une simplicité surprenante, fracassa son poing droit en plein visage de l'élève, le balançant au même titre que la chaise contre le comptoir. Ses deux yeux dorés s'étaient verrouillés sur l'adolescent, qui ne sortirait jamais indemne d'une telle rencontre. Le Serveur s'approchait de lui, à pas lents, grondant comme une bête féroce.

« — T'as la moindre idée du temps qu'il nous faut pour réarranger la cafétéria, tous les soirs, petit con ? Ca va me prendre plus de temps que séparer ton tronc de tes membres. Bouge de là. Sinon, la chasse va commencer, gamin. Cours, ou crève. »

Comme pour donner de l'impact à ses propos, un rugissement puissant et tout à fait inhumain jaillit de sa gorge, faisant vibrer toutes les vitres de l'endroit, sans pour autant les briser. Un tel déchaînement parvient même à rendre muet la foudre qui frappe, au loin, illuminant d'un flash la scène, alors que le corps d'Aleksander commence à se tordre sous l'effet de l'habituelle douleur fulgurante qui accompagne la mutation. En un instant, il venait de libérer la Bête, sans la moindre tenue. Il souffrait probablement, à l'heure actuelle, des troubles intermittents qui lui étaient propres. En attendant, c'était bel et bien le soi-disant héros, qui allait pâtir d'un tel manque de maîtrise et de lucidité d'esprit...
Code by Rain
Invité
avatar
Invité
Re: Une collision inévitable. (pv l'Apex Predator) - Mar 13 Jan 2015 - 22:18

Une collision inévitable.





Qu'était-ce cette lumière apparut si soudainement ? On aurait dit qu'une tempête avait fait son apparition dans la cafétéria. L'atmosphère avait instantanément changé. Tel un monstre tout droit sorti d'un cauchemar, cet inconnu avait fait preuve d'une violence rare. Cette force... Était-ce là l'œuvre d'une être humain ? Dans sa courte vie, jamais il n'avait ressenti une telle force brute. Tel un pantin désarticulé, Miles sentait son corps subir la force de cet être sortie de nulle part. Son dos percutait le comptoir, l'arrière de son crâne vint percuter le rebord. Jamais personne auparavant ne l'avait bousculer ainsi. Un seul coup. D'un point de vue extérieur, cela semblait être un simple coup de poing, tout ce qui avait de plus banal. Mais ce coup était suffisamment puissant pour faire perdre la mémoire à l'apprenti-dieu. Les yeux du brun se fermaient lentement, Durant un court laps de temps, son esprit était ailleurs. Il errait, loin de ce lieu, loin de ce monde. C'était probablement cela, que les boxeurs appelaient se faire mettre k.o. Mais un grondement bestial ramena son esprit sur terre.

« — T'as la moindre idée du temps qu'il nous faut pour réarranger la cafétéria, tous les soirs, petit con ? Ca va me prendre plus de temps que séparer ton tronc de tes membres. Bouge de là. Sinon, la chasse va commencer, gamin. Cours, ou crève. »

Le brun ouvrait ses yeux avec lenteur, avant de déposer ses deux saphirs sur les pupilles dorées de la bête. Devant lui, se dressait un monstre. Telle une bête qui aurait tenté de s'approprier l'apparence humaine. À moins que ce soit l'inverse ? L'homme aurait-il tenté de muter avec un loup ? Probablement. La bête se dressait debout, laissant sa victime admirer ce physique atypique. L'élève pouvait sentir sa respiration, cet air chaud tout droit sorti de ses grosses narines et son haleine qui venaient chatouiller le bout de son nez. Quelle horreur ! À croire que l'animal était tout droit sorti du célèbre compte : le petit chaperon rouge. Si c'était le cas, cela faisait-il de lui le petit chaperon ? Sur le coup, Tracey était bien trop effrayé pour pouvoir réagir. L'intrépide voulait fuir. Un goût salé dans sa bouche. Munit de sa langue, il fit sortir de sa bouche une molaire qui roulait jusqu'aux pieds de la bête. Que pouvait-il faire face à une telle créature ? Cette chose n'était même pas humaine... C'était un combat déloyal, perdu d'avance. Il n'y avait aucune honte à s'en allait, c'était même la meilleure des options.

Comme à chaque fois dans ce genre de situation, son foulard humide vint lui donner du courage. Ce foulard qui lui était si précieux, lui donnait le courage d'affronter le grand méchant loup. Alors la voix des sans voix faisait mine de se redresser et d'obéir à l'animal. À peine qu'il s'était penché en avant, de façon totalement imprévisible, l'intrépide envoyait un uppercut dans les parties intimes de la bête. Combien même il s'agissait là d'un mâle, Miles n'eut aucune compassion. L'homme le plus électrisant du monde n'avait pas retenu la puissance de son coup. Le brun se relevait de telle façon à pouvoir faire face à la bête. À cet instant, le justicier concentrait tous ses muscles. Il contractait son biceps droit si fort que le jeune brun crut l'espace d'un instant que ce dernier allait exploser. Tel une bête enragé à son tour, comme une réponse du berger à la bergère, l'élève poussait un hurlement à la fois viril et hargneux, digne d'un croisement entre un homme et un fauve. À pleine puissance, son poing venait de se planter juste sous le nez du démon. L'apprenti voulait lui rendre la monnaie de sa pièce :c'était chose faite. Son regard se posait à présent sur la bête, qui n'avait rien d'une belle.

- « Ta mère la louve et ton père le gorille sale bâtard. Va t'acheter un chewing-gum, ton haleine sent le cul ! Tu crois que tu fais peur, hein ? C'est bon, t'es chaud là ? T'es peut-être le loup mais ici : la proie, c'est toi. »
La foudre venait de s'abattre une nouvelle fois. Entre ses mèches humides, le jeune homme affichait un tout autre regard. C'était les yeux d'une homme serein. Il était le futur, le héros de ce nouveau monde. Il n'avait pas le droit de fuir. Les héros triomphaient toujours de ce genre de situation. L'homme le plus foudroyant du monde allait faire face à un monstre tout droit sorti d'un conte de fées. Et dans ces contes pour enfants, les gentils gagnaient toujours, pas vrai ? Pourquoi cela changerait-il dans ce monde ? Les poings serraient, le regard menaçant, les sourcils froncés, la mâchoire crispée... Il était prêt à en découdre, usant de son pouvoir à pleine puissance. Dès lors que Tracey contractait ses muscles, ses cheveux se mirent à hérisser. Le bruit que pouvait produire l'électricité se fit entendre dans la cafétéria. L'intrépide concentrait son pouvoir si fort dans ses poings que des petits arcs électriques étaient visibles autour de son corps. Combien d'hommes pouvaient se dresser ainsi devant un démon ? Seuls les héros pouvaient agir ainsi. Cette sensation de puissance, cette prestance... L'impulsif avait l'air si fort à cet instant. Miles voulait honorer les héros qu'il admirait tant.

- « J'vais te terrasser. »

Malgré le fait qu'il ait oublié la raison de sa présence dans cette pièce...
Les rôles venaient de s'inverser.

Invité
avatar
Invité
Re: Une collision inévitable. (pv l'Apex Predator) - Mer 14 Jan 2015 - 17:09

L'atmosphère était devenue oppressante alors que la symphonie morbide mêlant craquements d'os et bruits si caractéristiques de la chair se tordant s'achevait. Le silence avait figé le temps, dans l'horreur et la peur, alors que les deux iris bestiaux de la Créature se braquaient sur l'Apprenti-Dieu. Dans les yeux de la Bête se lisaient une cruauté sans borne, accompagnée d'une haine profonde envers toute chose. Comme un prélude. Les inexorables prémices d'un ravage. C'est uniquement lorsque le jeune homme fracassa son poing dans les parties génitales de la crainte et redoutée chose que le temps reprit son cours normal. Un couinement pathétique et involontaire s'extirpa de la gueule fermée du Lycan, alors que la vague de souffrance refluait, persistante. C'était comme si une explosion sonore venait de lui vriller les tympans, le désorientant totalement.

Sauf que la Créature était encore lucide. Et qu'un tel assaut ne fit qu'intensifier sa rage, qui bouillonnait dans ses veines, prête à se répartir dans les différents assauts qui serviraient bientôt au Prédateur pour réduire sa proie en pièces. Le second coup ne tarda pas. Le poing de l'humain se fracassa au niveau de son museau, arrachant un nouveau grognement au Lycan, qui rejetait sa tête en arrière. Du cinéma. Un spectacle. Bien que la douleur se faisait pressante, rien n'était plus plaisant que retourner l'issu d'un combat. Pourtant, n'était-elle pas évidente ? Aussi claire que la nature du Repenti ? Il était d'une espèce supérieure à toute autre. Des siècles d'évolution. C'en était presque mécanique. Il était le chasseur suprême. Sa gestuelle était d'une pureté sans égale. Rapide. Impitoyable.

La riposte de la Chose fut cuisante. Rapide, et d'une puissance inégalée. Ce qui aurait pu s'apparenter à une simple gifle se transforma en brutal coup de griffe qui déchira une partie du visage de Miles. Brusque retour à la réalité, qui repoussait en arrière le jeune homme, alors qu'une patte vicieuse se refermait sur son poignet, le stoppant dans son élan. D'un geste sec, la Bête tira sa proie vers elle, alors qu'un second coup porté à son estomac le soulevait du sol, ses appuis disparaissant sous lui, désorienté. La foudre frappait à nouveau, dehors, laissant à la victime entrapercevoir les crocs de la Créature, dégoulinant de bave.

Les gentils gagnaient toujours, hein ? Dans les contes pour enfant. Manque de chance, cette atrocité sortait tout droit d'un roman d'horreur. Que se passe-t-il, dans les récits de ce genre ? Les humains meurent tous, sans exception. Abattus comme du bétail à l'abattoir. Et ici, en cet instant, le boucher, l'origine d'une telle tuerie, c'était le Repenti. Il lui avait dit, de commencer à courir. Lui laissant une longueur d'avance pour rendre le tout un tant soit peu distrayant. Mais l'instinct du brun lui avait visiblement conseillé de rester. Ce dernier était vraiment peu développé. Rester, face à un monstre sans vergogne et sans égal ? La chasse venait de commencer. Et il était hors de question d'arrêter le déchaînement de violence aussi vite. Se penchant légèrement sur l'être dont la respiration devait probablement être coupée, Aleksander saisissait une cheville, le traînant sur quelques mètres. Au moins, celui-ci était moins fragile que les précédents. Il n'avait pas encore l'air désarticulé. C'était l'heure d'arranger ça.

Alors, il avait entrepris de soulever sa proie, sonnée, au-dessus de lui. L'ascension dans les airs fut bien plus agréable et longue que la chute brutale qui s'ensuivit. Balotté comme un sac, il était fracassé à répétition sur le sol, passant au-dessus du Lycan qui s'en servait comme d'un hochet, pour peu qu'au lieu d'être une abomination, il aurait été un enfant colérique. Alors que les rencontres avec le sol devait se faire douloureuse, le Repenti eut une autre idée. C'était comme si un verrou avait sauté, dans son esprit, depuis sa petite aventure avec l'Infirmière, sur Terre. Le Prédateur se faisait implacable, ne laissant aucune chance à sa cible, s'acharnant dessus, entrant dans une frénésie sanguinaire qui ne s'achevait qu'avec l'assouvissement de ses pulsions meurtrières.

Pendant un instant, le Prédateur Alpha fixa sa proie, éclatée devant lui. Respirait-il encore ? Cela importait-il réellement ? Ce corps ne tarderait pas à se briser sous la pression et la force surnaturelle de la Créature, qui enfonça profondément ses crocs dans l'épaule de Miles, et en faisant volte-face, le projeta loin de lui, à dix mètres de là, pile sur une table qui bascula en recevant une telle et inattendue charge. Seule la pluie battante sur les fenêtres se permettait de perturber le silence qui s'installa un instant après le déchaînement de la Bête, qui respirait lourdement, oreilles dressées sur le sommet de son crâne. Elle avait été légèrement étourdie par le début en apothéose de son opposant. Son opposant ? Sa proie. Au moins, elle était robuste. Cela ne faisait aucun doute. Nombreux sont ceux que la vie aurait quitté à peine les premiers coups portés. Sans parler de la sauvagerie dont elle avait fait preuve en l'éclatant à répétition sur le sol, dur et froid, de la cafétéria. Des éclairs, suivis de leur compagnon, le tonnerre, illuminait l'endroit, suivi par un grondement assourdissant.

Aleksander exultait. Est-ce que l'Apprenti se relèverait ? Il y avait tant de choses à essayer, avec corps qui parvenait à conserver ses membres ! Dépecer, déchirer, lacérer... Les possibilités semblaient infinies ! Tellement excitant, de rencontrer une victime plus solide que les précédentes. Qui ne s'effondraient pas comme des poupées. Mais quelque chose n'allait pas, chez cet individu. Et il fallait lui inculquer au plus vite.

La peur. La peur avait beau être ce qu'on aurait pu juger être un sentiment négatif, elle était aussi un conseiller parfait. L'écouter, sans l'ignorer. Il ne fallait pas foncer tête baissée dans l'action. La terreur permettait d'éviter bien des dangers, car elle donnait également à ceux qui lui offraient leur oreille la prudence. Même le Prédateur suprême avait conscience de cela. L'instinct de ce petit humain lui avait-il fait défaut, par le passé, pour qu'il refuse ainsi d'y prêter attention ? Était-ce sa nature belliqueuse, qui l'avait mené ici ?

L'heure n'était plus à la réflexion. Mais à la sanction. Personne ne croise le chemin du Dieu de la Prédation sans en faire les frais. Une colère sans borne envahit à nouveau le Lycan. Supprimer. Bientôt, il sentirait sa mâchoire se refermer sur l'intrus. Chacun de ses os craquerait sous ses doigts. C'était ça, la Chasse dans laquelle le Prédateur s'était lancé.

Et, qu'il le veuille ou non, Miles venait de mettre les pieds en plein dedans.
Code by Rain
Invité
avatar
Invité
Re: Une collision inévitable. (pv l'Apex Predator) - Dim 15 Fév 2015 - 2:27

Une collision inévitable.






Que des mots, du vent... L'homme qui se donnait en spectacle à l'instant, avec fierté et bravoure tel l'aurait fait un héros, fut réduit au silence... Ou presque. Le justicier avait perdu cette fougue qui l'avait envahi il y a de cela quelques secondes. Comme la nature pouvait parfois se montrer cruelle ! Elle avait fourni à l'homme la force et l'intelligence. Mais elle a également fourni la faiblesse. Face à une bête féroce, que pouvait-il faire ? Ô comme il aurait aimé rester mort. Comme l'élève aurait aimé ne pas sentir davantage cette faiblesse. C'était donc ça l'enfer ? Si c'était le cas, Miles se demandait ce qu'il avait pu faire jadis pour offenser les dieux de ce monde. Son cœur battait. L'ex-étudiant en médecine se sentait tel une marionnette, un jouet entre les mains de ce monstre. Son corps tout entier était un jouet. Et lorsque l'intrépide sentait les crocs de l'animal se planter dans son corps avant d'être balancé à plusieurs reprises telle une balle, le brun reconnaissait cette douleur : c'était l'humiliation.

L'apprenti-dieu avait fait preuve de démence, il devait en payer le prix fort dorénavant. Quelle aberration de croire qu'un homme pouvait vaincre un loup-garou. C'était absurde, il y a une différence entre faire preuve de courage et danser avec le diable. En parlant du diable, si seulement Miles avait écouté les semonces de ce dernier il n'en serait pas là. Quelle était cette chaleur ? Ce liquide chaud qui immergeait ses vêtements, c'était son sang. Les crocs de la bête étaient parvenu à rendre son bras gauche complètement inutilisable. Face à une telle situation, faire le mort semblait être la meilleure solution. C'était assez comique à voir. Lui qui était si intarissable d'habitude, le voilà réduit au silence sous la violence des coups. Entre sa côte fêlée, son épaule gauche trouée, sa tête qui cognait... La voix des sans voix en pouvait plus, l'élève était terrassé. S'il ne se sentait pas muselé, Tracey aurait probablement demandé grâce.

Qlors pourquoi se relever ? Pourquoi tenter de combattre une chose qui s'avérait être imbattable ? C'était comme nager à contre-courant, cela revenait à jeter ses forces inutilement ses forces dans une bataille voué à l'échec. Et pourtant, le gardien de la paix se relevait. Le jeune homme se dressait devant cette chose comme s'ils étaient de forces égales. Malgré le sang versé, sa rage l'empêchait de rester face contre terre. Sa respiration était saccadée. Son regard était celui d'un chien battu. Aucun homme ne pouvait se préparer à une raclée si cuisante. Ses jambes le portaient à peine. Pourtant, par la force du désespoir, le justicier parvenait à enrouler ses bras autour de la taille. L'apprenti-dieu serrait cette être avec le peu d'énergie qu'il lui restait. L'intrépide manquait cruellement de force pour pouvoir soulever ce poids lourd. Et son endurance laissée à désirer... Usant de la puissance de ses jambes, il traînait l'animal à l'autre bout de la pièce. Miles n'avait plus rien à perdre. En réalité, l'homme aux yeux bleus voulait sauver son honneur.

Le dos de la bête traversait la porte d'entrée et le corps des deux êtres s'étalaient au sol, sous cette pluie qui n'avait cessé de redoubler depuis. Le fracas de la porte avait couvert le tonnerre qui grondait au loin. L'homme le plus électrisant au monde devait agir de manière suicidaire pour espérer rivaliser avec son adversaire. En y repensant, il était idiot d'essayer de vaincre un animal. Mais malgré la brutalité et la cruauté de cette bête, Tracey sentait chez lui quelque chose d'humain. Tandis que sa tempe était posée sur le torse de la bête, la voix du peuple se redressait une nouvelle fois. En califourchon sur cette chose, il enchaînait des coups de coude du droit. Son bras gauche invalide le faisait hurler de douleur. Le brun enchaînait ses coups tel un combattant d'UFC. Miles venait d'élever son niveau. Leurs corps s'humidifiaient à chaque seconde. Si ses coups de poings étaient dignes d'un guerrier celte, son endurance laissait à désirer.

Avant de perdre ses dernières forces, il serrait son poing droit et l'intrépide fit apparaître la foudre dans son poing. Les éclairs avaient redoublé avec l'humidité. La lumière de son poing éclairait les pupilles du brun. Sentant sa respiration saccadait davantage, son poing vint s'écraser sur le corps de cette chose. Le choc avait retenti tel un taser déraillé. Et lorsque les éclairs avaient disparu de son poing... Le maitre de la foudre sentait ses dernières forces l'abandonner. Alors le haut de son corps basculait vers l'avant, avant que son corps vint percuter la poitrine de l'animal. Il essayait de récupérer son souffle. Sa respiration était bruyante et hachée. Ses dernières forces venaient de le quitter. Le gardien de la paix était à sa merci. Le sang continuait de s'échapper de son corps. Le torse poilu aurait pu faire office d'un bon coussin dans d'autre circonstance, mais la forte odeur de la bête le tenait en éveille. La mort semblait la seule issue possible et Miles en avait conscience. Alors le jeune homme se résigna.


- « Saloperie... Finis moi. »



Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Une collision inévitable. (pv l'Apex Predator) - Dim 15 Fév 2015 - 14:55
Lentement, sa victime s'était redressée. Désespérée. Un rictus mauvais déformait les babines de la Créature, qui s'écorchait à moitié les pattes, en marchant sur les morceaux de vitres brisés. Plus Aleksander se battait, plus sa haine et sa soif de violence croissaient. Il avait littéralement cédé le contrôle à la Bête. Et cette dernière dégoulinait de mépris envers l'être humain. Ce fou qui avait pensé pouvoir s'opposer à un véritable Monstre. Car nul n'était plus cruel que lui. Il était au sommet du monde. Des siècles d'évolution. Plus fort. Plus véloce. Plus agile. Plus violent. Plus mauvais. Il dépassait les limites physiques. Il était l'impitoyable despote contre lequel il était impossible de lutter. Une véritable catastrophe naturelle. Que faisaient les hommes, lorsqu'un tsunami s'abattait sur leurs côtes ? Lorsqu'un séisme détruisait leurs villes ?

Ils encaissaient. Attendaient que ça passe. Sauf que la Bête était un phénomène destructeur bien trop récurrent. Alors, comptaient-ils laisser le Lycan détruire en permanence tout ce pour quoi ils oeuvraient ? Probablement. Lâches. Couards. Faibles. En plus de s'être relevé, le jeune homme l'entraînait avec lui dehors. Vasilis, vicieux, et mauvais, le laissait faire, jouant la comédie. Il heurta le sol, après avoir franchi la porte, le morveux s'écrasant sur lui. Et alors, ce dernier utilisa les dernières forces pour asséner ses coups. Qui se révèlent relativement peu efficaces, contre le cuir épais de la Créature. La pluie le trempait. Comme un déluge d'aiguilles givrées qui se fichaient directement dans sa chair. Alors que le Monstre fixait de ses iris lupins l'homme qui continuait de le rouer de coup, sans vraiment parvenir à quoi que ce soit de concluant, une douleur fulgurante traversa son torse.

La foudre. La foudre venait de le frapper. Désormais, ils étaient quasiment plongés dans le noir, la Lune ayant disparu derrière d'épais nuages orageux. Sa vue vacilla un instant, sous la force du choc. Puis son organisme se remit de la décharge. Et une colère sans borne envahit ses veines. Plus intense encore que la fureur vindicative qui la précédait. Oui. C'était un désir de vengeance profond, une rancune totalement viciée, tordue. Accompagnant sa soif de violence, et de sang. Une frénésie sans pareille imprégnait déjà ses gestes. La moindre parcelle de sa chair était galvanisée à l'idée de broyer ce pantin. 

« — Saloperie... Finis moi. »

Le finir ? Oh, non. Il venait de s'effondrer sur son opposant, sans force. Mais le jeu venait de commencer. Le Lycan s'était redressé, repoussant l'humain sur le sol sans ménagement. Il s'était hissé au-dessus, et avait enfoncé ses griffes dans l'épaule gauche de sa victime. Et avait entreprit de lentement tourner. Il sentait les muscles et tendons se déchirer. Le sang suintait comme du pus des blessures. Ils étaient plongés dans le noir, éclairés par intermittence par les éclairs qui zébraient le ciel, dont l'air lourd semblait ajouter à l'aura horrifiante de la Créature.

Une torture s'annonçait. Et elle serait douloureuse. Violente. Et de très longue durée. Sauf si la forme humaine du Repenti décidait qu'il lui avait rendu la monnaie de sa pièce. Il n'y avait personne aux alentours. Et la pluie diluvienne les dissimulait probablement aux yeux des autres. Personne ne viendrait l'aider. Non. Personne. Lentement, une patte se referma sur le bras gauche de l'homme. La force tout bonnement irréelle du Lycan ne rencontra aucune résistance lorsque, d'une pression brève et intense, il brisa les os proche de sa prise. Douleur. Souffres-tu ? Vas-tu hurler ? Distrais-le. Implore-le. Tu vas comprendre pourquoi nul ne s'oppose jamais à la Bête.

Alors, elle commença à tirer. Qu'est-ce qui allait céder en premier ? Ton épaule, qui se disloquerait ? Ou ton bras, qui s'arracherait ? Qu'il était amusant de démembrer quelqu'un encore en vie. Ne t'évanouis pas, surtout. Reste en vie. Accroche-toi. Peut-être t'accordera-t-il la vie sauve. Mais rien n'est moins sûr, au vu du regard dégoulinant de dégoût qu'il t'adresse.

Spoiler:
 
Code by Rain
Invité
avatar
Invité
Re: Une collision inévitable. (pv l'Apex Predator) - Mar 17 Fév 2015 - 0:57

Une collision inévitable.




Dans ce monde, la cruauté humaine n'a aucune limite. Qu'en est-il d'une bête ? En fin de compte, c'est la loi du plus fort qui prime. Si l'enfer devait exister, alors cette chose en serait probablement le diable. Lorsque ses griffes crochues de cette chose venaient se planter sur l'épaule meurtrie du jeune apprenti, la douleur vive s'éveilla. Ses pupilles s'écarquillaient. L'espace d'un instant, l'intrépide croyait entendre le bruit d'une lame s'enfoncer dans sa peau. Mais lorsque la bête pivotait ses sales griffes toujours enfoncées dans sa chair, ses yeux se refermaient à petit feu, au fur et à mesure que la douleur s'intensifiait. À ce rythme-là, son épaule gauche sera inutilisable pour le restant de ses jours. Peut-être même qu'il faudrait l'amputer dans un avenir proche ? Cette idée le faisait sourire. C'était comme si le destin se jouait de lui ou qu'un divinité prenait son pied à le voir souffrir. Comme si son ancienne vie n'était pas assez misérable ainsi.

Son sang se mariait bien avec cette flaque d'eau, au loin. Comme la pluie semblait douce. Le monstre pouvait bien le torturer autant de fois qu'il le souhaitait, la douleur avait atteint un tel degré d'intensité que le justicier ne ressentait plus rien. C'était comme si ce dernier était sous morphine. Peut-être avait-il perdu bien trop de sang... Certainement. La mort avançait à grand pas, il était inutile de lutter. De toute façon, à quoi bon se battre ? Et combien même si Tracey gagnait, qu'est-ce cette victoire pouvait-il bien lui apporter ? Un autre réapparaîtrait pour lui faire encore plus de mal. Alors telle une viande froide, il se laissait faire. Miles se laissait aller et ce dernier accepta sa sentence. Mais diable que ce fut long de crever. Une machine à tuer ? Bah voyons. Cela faisait combien de temps qu'il aurait dû mourir ? Qu'attendait-il pour lui donner le coup de grâce ? Alors Le jeune brun plaquait la paume de sa main droite au sol.

Brusquement. Sans raison apparente, l'ex-étudiant en médecine redressait le haut de son corps avec lenteur. Ses cheveux mouillaient valser de gauche à droite. Dans un pur moment de folie, la voix des sans voix se mit à tirer à son tour à sa droite. Son bras gauche était foutu, alors autant y aller jusqu'au bout. Il voulait son bras, alors miles lui donnait. Et quelques secondes à peine... Un craquement effroyable retentit. Le corps humain n'était pas conçu pour subir une telle agressivité. À ce stade-là, il s'agissait d'une boucherie. Un hurlement bestial résonnait. Ce n'était pas l'animal, mais Miles qui rugissait ainsi. Cette douleur venait de le réveiller, l'homme au-dessus des lois venait de sortir de son état second. La rage... Cette souffrance, l'apprenti-dieu venait de la transformer en rage. Il revenait à l'état de cannibalisme. Oubliant qu'il n'était valide que d'un seul bras, le brun se rua de façon à s'échapper des griffes de son ennemi. L'intrépide mordait son avant bras, tel un chien enragé. Il se hâtait de manière a enrouler ses jambes entre l'énorme cou de ce démon.

- « Je croyais de t'avoir dit... DE ME FINIR ! »

À ses mots, ses dents venaient de se planter dans l'oreille de l'animal. C'était là un geste totalement spontané. Cette rage n'avait rien de comparable contrairement à celle de Mike Tyson, c'était au-delà d'un sentiment humain. C'était comme si la bête l'avait initié à devenir un animal. La voix du peuple serrait ses cuisses si fort, afin de rompre le souffle de cette chose. Cette soumission, c'était son seul recours. Cela faisait un bon moment que son corps ne répondait plus. Tracey avait déjà perdu un bras, il n'en avait plus rien à faire. Le jeune homme ne cherchait même plus à gagner : Miles voulait juste blesser, telle une bête. Il hurlait pour se donner du courage, de la force. Mais l'homme le plus électrisant au monde avait déjà mis tant d'énergie dans cette guerre à sens unique. Cela ne dira qu'un temps, qu'un court instant, l'espace d'un éclair... Une dernière goutte de sang venait d'embrasser le sol humide et le jeune homme tomba en arrière. Il se sentait écraser par le poids de la fatigue.

« ... »

L'homme contemplait une dernière fois les cieux. Comme le ciel avait l'air si sombre, si sinistre. C'était comme si son âme venait de pénétrer les portes de l'enfer. Pourtant, son cœur était plus léger. Le brun se sentait en paix. Aucune étoile ne scintillait. C'était le genre de sentiment que l'on pouvait ressentir lors d'un enterrement. Même la pluie semblait respecter la minute de silence. L'environnement lui paraissait également teint d'une noirceur incompréhensible. Quel était-ce sentiment déroutant ? Que ce fut calme... L'apprenti aimait bien trop le désordre pour finir ainsi. Quelqu'un ne pourrait-il pas apparaître et dire quelque chose ? À cause de la pluie, l'élève avait attrapé froid. Ses bottines laissaient passer l'eau telle une passoire. Il se sentait seul. L'enfant eut alors une pensée pour ses parents. Miles marmonnait une dernière phrase inaudible. Et avant même de s'en rendre compte, ses yeux s'étaient déjà refermés.


« Quand deux étoiles filantes se rencontrent à sens contraire, la collision est inévitable... Tout comme cette défaite cuisante. Ce sentiment d'avoir été terrasser par une force surnaturelle, c'est douloureux. Sous cette nuit pluvieuse, la lune semblait m'observer.  Tandis qu'une étoile chutait lourdement face à cette collision, l'autre continuait de briller et de poursuivre sa course. Le comble pour une étoile, c'est de perdre son éclat.
Ce soir-là, j'ai fait la rencontre d'un être qui brillait bien plus fort que moi. »

Invité
avatar
Invité
Re: Une collision inévitable. (pv l'Apex Predator) - Lun 23 Fév 2015 - 1:20
Surprenant. Que ce petit être était résistant ! Pour une vermine de l'espèce humaine, celui-ci encaissait plutôt bien. Le rictus qui déformait le visage de la Bête n'était que la touche finale de l'horreur qu'elle était en réalité. L'aura de haine dégoulinante qui émanait de lui, à l'encontre de sa victime, était stupéfiante. Oh, ça ne tarderait plus. Bientôt, elle s'abandonnerait à la frénésie, puisque sa chasse était terminée. Rien n'est plus dangereux qu'une proie acculée. Mais qu'est-ce qu'était réellement le danger, pour le Prédateur Alpha ? Rien de ce qui se présentait, ou ne se présenterait jamais, ne serait en mesure de l’inquiéter. La puissance qui rayonnait de l'être devenu " Dieu " était malfaisante jusque dans les tréfonds de son âme. Plus qu'un animal, qui régnait sur la chaîne alimentaire, c'était un démon. Cruel, vicieux, tourmenté par des murmures insensés, lentement poussé dans la démence. Le Serveur n'avait rien d'humain. C'était bel et bien ça, sa véritable nature.

Sa véritable apparence, et façon de penser. Il n'était qu'instinct. Un pur concentré de brutalité, et de soif de violence. Qu'on lui en inflige, et il ripostera avec une fureur vindicative terrifiante. En effet, la Créature n'était en rien apparentée à l'espèce humaine. En revanche, elle regroupait tous les vices humains, les poussait à leurs extrêmes, et les personnifiait. Nul doute qu'Aleksander n'était presque plus lucide, Vasilis prenant le dessus. Ou alors, était-ce au contraire un partage total, qui le laissait libre de ses actions ? Qui lui servait d'excuse pour s'abandonner à ses pulsions de meurtre ? Le sang battait à ses tempes, à cause de l'excitation qui enivrait ses sens. Il allait le massacrer. Le réduire en pièces détachées. Arracher ses membres de son tronc. Patiemment dépecer son corps, qu'il décapiterait, réduisant son thorax en lambeaux de chair dégoulinants.

Alors, contre toute attente, alors que le Lycanthrope profitait de sa victoire, ayant ignoré son habituelle conseillère qu'était la Peur, le jeune homme s'était défait de son bras. Il l'avait vu se redresser avec lenteur, les derniers tissus organiques reliant l'épaule au membre cédant sous la force herculéenne de la Bête et de l'homme qui tirait dessus. Le craquement sonore qui sonna le fin de l'effort était en réalité l'os et les ligaments qui, à leur tour, se déchiraient. Une boucherie. Le sang jaillissait de l'abîme créé, le bras à moitié sectionné. Et alors, l'humain s'était jeté vers son oreille pointue, y planta ses dents, alors que ses cuisses écrasaient son cou musculeux. La douleur qui sa matérialisa sous forme d'un pic de souffrance aiguë ne fit que raviver la colère du Dieu. Le hurlement qui jaillit de la bouche qui le mordait férocement signa la fin de la Chasse.

Lorsque l'effort cessa, un instant plus tard, c'était déjà bien trop tard. Les yeux dorés du Lycan étaient ternes. Vidés de leur éclat fou et terriblement intelligent. Non. Il n'y avait plus rien. Plus qu'un calme angoissant. La Bête avait arrêté de bouger, alors que le jeune homme retombait au sol, ses vêtements se gorgeant du sang qui s'était quelques minutes plus tôt écoulé du moignon mutilé que représentait son bras. Alors, Aleksander avait explosé.

Incarnation d'une rage profonde et fondée sur des expériences passées, une vie passée, le Repenti se déchaînait. Une vie de soumission. Une vie de remords. Une vie de haine stockée, engrangée, préparée, refoulée. Accumulée. Dans cette seconde vie, il n'écouterait plus que ses pulsions. Il avait suffisamment subi. Chacun de ses coups brisait les os de Miles. Chacun de ses coups de griffe lacérait la chair en profondeur. Tout n'était que frénésie. La Bête hurlait, dans un élan de démence, alors qu'elle perdait toute précision dans ses gestes. Elle n'était pas en train de le tuer. C'était de la mutilation pure et simple.

******

Aleksander, sorti de sa fureur, comme à l'habituel, nu, le souffle court, ses flancs se soulevant comme des soufflets de forge. Il contemplait l'homme, dont la respiration se faisait difficile. Il n'allait pas mourir. Il n'avait fait que le mutiler. Cela lui servirait de leçon. Pourquoi le Serveur résonnait-il ainsi ? Ce genre de réflexion ne lui ressemblait guère. Au moins, cet humain s'était révélé vertueux. Ce n'était pas un couard. Peut-être que le Lycanthrope ressentait un sentiment d'amusement. Portant les doigts à son oreille ensanglantée, il titubait vers le quartier propre à ses collègues de travail. Pour cette fois, il y réchapperait. C'était ainsi. Son instinct lui ordonnait de le laisser là, dans cet état. Il aurait pu l'achever. Car la colère ne manquait pas. Abandonnant derrière lui un corps dont la pluie ne parvenait pas à diluer le sang maculant sa peau, et un réfectoire aux vitres explosées, le Prédateur Alpha quitta les lieux. Un simple regard, teinté de mépris, en arrière.

« — The greatest fear in life is not of death, but unsolicited change. »
Code by Rain
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 881

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
15423/2000  (15423/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une collision inévitable. (pv l'Apex Predator) - Mer 25 Fév 2015 - 22:28

Allez… prenons-le dans le sens qui nous arrange : celui qui a gagné, c’est Miles. Que ce soit l’expérience future du comportement à adopter face à une bête sauvage ou le droit d’aller faire un tour à l’infirmerie… ce sont déjà des bonus non négligeables ! Aleksander n’a fait que se défouler de son côté, il n’a rien gagné dans cette histoire… alors… qu’est-ce qui est le plus intéressant : la victoire ou la défaite ?
Encore un petit effort et chacun trouvera la place qui est la sienne dans ce monde !
Héros ou pas d’ailleurs.

S’il y a bien un domaine dans lequel vous êtes bons tous les deux par contre, c’est bien l’écriture ! À lire, c’est vraiment top ! C’est joli, c’est mélodieux, on ressent bien les sentiments, les émotions, la douleur et l’incompréhension… alors, la voix du peuple résonne avec la mienne : continuez à nous combler, encore et encore !

Et comme on le remarque dans la distribution d’xps, vous êtes à égalité ! Encore une façon de voir les choses différemment dans le déroulement de votre combat. De rien, je vous en prie ! ♥

Miles Tracey : 335 xps
Aleksander Anderson : 335 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: Une collision inévitable. (pv l'Apex Predator) -
Une collision inévitable. (pv l'Apex Predator)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Cafétéria-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page