Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Animaux en cage vaut mieux que Bêtes en liberté....

Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
avatar
Invité
Re: Animaux en cage vaut mieux que Bêtes en liberté.... - Dim 11 Jan 2015 - 23:42

Comme la Bête s'y attendait, le sourire sur le visage du félin s'était accentué. Plus marqué. Prévisible petite créature. Ce serait faciliter la tâche à son hôte que de lui dire de le mettre en garde à propos de cette femelle, qui ne se résumait pas à de l'arrogance, malheureusement. Elle était intelligente. Bien trop. Quoi qu'il en soit, il était évident qu'elle attendait qu'Aleksander retourne à sa forme humaine. A l'heure actuelle, il résidait dans un coin de son esprit, barricadé, terrifié par la Créature qu'il était en réalité. Il réagissait comme un gosse face à la vérité. Rien ni personne ne le sortirait du cauchemar dans lequel il vivait désormais. Petit à petit, les moments de lucidité se multiplieraient, lorsqu'il se transformerait en Lycan. Et alors, Vasilis servirait de composant pour former le Prédateur Alpha. Consumé comme une proie. Absorbé par l'être final.

« —  J'apprécie ta franchise. Peu importe ce que tu sois, converser avec toi est très instructif. Cependant, tu dois te douter de ma future question. Aleksander s'est déjà posé les mêmes questions que celles que je viens de t'énoncer. Alors, pourquoi n'avoir jamais pris la peine de lui répondre mais accepter de révéler tout cela à une parfaite inconnue ? »

Pourquoi ? N'était-ce pas évident ? Le Dieu était un véritable gosse. Incapable d'agir correctement. De réfléchir correctement. De s'adapter. Alors, la voilà, l'épreuve que la Bête lui infligeait. Trouver des réponses par soi-même. Et au final, même s'il avait demandé une aide extérieure, il était parvenu à résoudre l'énigme. C'était un triomphe comme un autre. Il n'y avait aucun prétexte pour lui refuser cette victoire. De plus, cette parfaite inconnue était vraisemblablement la seule ayant accepté de prêter main-forte au Repenti, torturé. A l'heure actuelle, c'était probablement l'unique personne digne de ce que les humains appelaient de l'affection. C'était involontaire, et intéressé, comme intervention. Cette infirmière attendrait quelque chose en retour, un jour ou l'autre. Soit. Aleksander paierait cette dette.

« — Je ne suis qu'une personnification de son instinct. Si je lui avais expliqué ça dès le départ, penses-tu qu'il serait venu vers toi ? L'expérience le forgera. Te côtoyer également. S'il n'apprend pas, il ne grandira pas. Et à l'heure actuelle, penses-tu que ce gosse a l'étoffe du Prédateur Alpha ? Non. C'était une épreuve comme une autre. Mais aucun doute là-dessus. Même Deus ne se rend pas compte de l'erreur qu'il a fait d'avoir ramené un monstre pareil. Tout dépendra de ce qu'il vivra. La Bête sera capable du meilleur comme du pire. Et quand je ne serai plus là pour veiller au grain, et le pousser à régulièrement étancher sa soif de sang, que penses-tu qu'il se produira ? Sans contrôle, ce sera une bombe à retardement. Son principal moyen de se transformer est la colère. La rage. Il va donc devoir apprendre à supporter les autres. Peu importe que les espèces inférieures, les proies, le craignent, ou le respectent. Sa suprématie est aussi évidente que le besoin de respirer. Seuls les fous ne le percevront pas. Et à ce moment-là, tant pis pour eux. Tu as joué un jeu dangereux, femelle. Et je ne peux que t'en féliciter. Tu y as survécu. J'aurai tout à fait pu tenter de te réduire en pièces, mais mon intuition me hurle que tu seras utile. »

Et déjà, les craquements commencèrent, signant la fin de la métamorphose. Ses poils se résorbaient, alors que son corps perdait en volume. Une douleur fulgurante irradiait de toutes parts. Étrangement, cette fois-ci, Vasilis se sentait presque apaisé. Eh bien, finalement, ce traquenard aurait été un succès. La Bête n'était pas rentrée dans une frénésie destructrice, et ils avaient réussi à deviser. Cette curieuse expérience octroierait peut-être un léger contrôle sur la Chose à Aleksander, qui, si l'Infirmière lui répétait ses dires, devrait être en mesure de garder conscience, lors de ses mutations.

« — Prends garde à ne pas trop enfler quand même, Aleksander risquerait d'exploser sinon. Et ne t'en fais pas pour moi. Aussi arrogante et égocentrique que je sois, je connais mieux que quiconque mes propres limites et celle des autres. Son corps, je l'ai déjà inspecté et j'aurais maintes occasions de recommencer. Quand aux changements, ce n'est pas à un vieux singe que l'on apprend à faire la grimace. »

Pfuh'. Bien sûr qu'elle connaissait ses limites. Cette femme s'exprimait avec une façon de parler qui évoquait un millénaire de vécu. Probablement n'était-elle pas ce qu'elle semblait être. Un simple chat, réanimé sous forme de déesse ? Quelle blague. Aleksander goberait peut-être ça pour un temps. Il s'en rendrait bien compte à un moment, ou à un autre. La manière qu'elle avait eu de parler du corps de son hôte était assez amusante, car l'esprit tordu de la Créature le retournait dans un sens tout autre. Ses griffes devenaient ongle, son museau s'écrasait, ses oreilles réadoptaient une forme humaine.

« — En tout cas, j'ai été ravie de faire ta connaissance. Au plaisir de te croiser à nouveau, la Bête. Et surtout, profite bien de ton existence, puisque celle-ci t'es comptée. »

Ravie de faire sa connaissance ? Plutôt heureuse de ne pas avoir été sommairement démembrée. Cet animal avisé souhaitait le rencontrer à nouveau ? Amusant. S'attendait-elle à une immunité permanente vis-à-vis de ses pulsions meurtrières ? C'était exceptionnel. Il était peu probable qu'elle puisse lui reparler. Son existence ? Il n'était qu'une expérience tordue d'un esprit tourmenté. Mais Vasilis considérait déjà en avoir bien profité. Il lui restait un petit moment, devant lui. Des besoins bestiaux à assouvir. Des êtres à tuer. Non, ce n'était pas la fin. La chasse venait tout juste de commencer...

Aleksander s'effondra lourdement à quatre pattes, se tenant sur ses genoux, et ses coudes. Sous l'astre lunaire, sa peau luisait de transpiration, comme à l'habituel. Ses cheveux blonds étaient plaqués sur son crâne pour la majeure partie, alors que le reste tombait comme un voile doré devant son visage, orienté vers le sol. Il était prit de haut-le-coeur, crachant régulièrement, alors que ses flancs se soulevaient à un rythme démentiel, sa respiration cherchant à se stabiliser, et à calmer son organisme affolé par la brutale vague de souffrance qui avait assailli ses sens. Malgré le fait qu'il soit nu, son corps lui paraissait brûlant. Où était-il ?

Les événements revinrent alors au galop. Le blondinet relevait la tête, les yeux difficilement ouverts, comme si ils étaient agressés par la lumière du soleil. Ses iris sauvages se braquèrent instantanément sur le chat. Entre deux inspirations difficiles, il l'appela.

« — Alors ? »
Code by Rain
Invité
avatar
Invité
Re: Animaux en cage vaut mieux que Bêtes en liberté.... - Lun 12 Jan 2015 - 9:34
« — Je ne suis qu'une personnification de son instinct. Si je lui avais expliqué ça dès le départ, penses-tu qu'il serait venu vers toi ? L'expérience le forgera. Te côtoyer également. S'il n'apprend pas, il ne grandira pas. Et à l'heure actuelle, penses-tu que ce gosse a l'étoffe du Prédateur Alpha ? Non. C'était une épreuve comme une autre. Mais aucun doute là-dessus. Même Deus ne se rend pas compte de l'erreur qu'il a fait d'avoir ramené un monstre pareil. Tout dépendra de ce qu'il vivra. La Bête sera capable du meilleur comme du pire. Et quand je ne serai plus là pour veiller au grain, et le pousser à régulièrement étancher sa soif de sang, que penses-tu qu'il se produira ? Sans contrôle, ce sera une bombe à retardement. Son principal moyen de se transformer est la colère. La rage. Il va donc devoir apprendre à supporter les autres. Peu importe que les espèces inférieures, les proies, le craignent, ou le respectent. Sa suprématie est aussi évidente que le besoin de respirer. Seuls les fous ne le percevront pas. Et à ce moment-là, tant pis pour eux. Tu as joué un jeu dangereux, femelle. Et je ne peux que t'en féliciter. Tu y as survécu. J'aurai tout à fait pu tenter de te réduire en pièces, mais mon intuition me hurle que tu seras utile. »

Et il ose me traiter d'arrogante après? C'est l’hôpital qui se fout de la charité en réalité ce type. Mais ce ne fait que m'amuser davantage. Et puis, dans le fond, il n'a pas tout à fait tort. J'apprécie sa façon de réfléchir et de vouloir pousser son pauvre hôte, car pour le moment c'est bien tout ce qu'il est jusqu'à ce qu'il prenne conscience de la véracité des dires de Vasilis, vers ses propres réponses. En effet, Aleksander n'est rien de plus qu'un gosse. il a toute son évolution à faire et moi, je vais être là pour assister à ça. voilà qui est très intéressant. Je sens que je ne vais pas m'ennuyer dans les mois à venir. Dommage pour lui, je ne risque plus de le lâcher d'une semelle à présent. Et si la Bête disparaît, ce ne sera pas mon cas alors, j'ai hâte de voir la suite de cette histoire.

En attendant, la métmorphose prend fin. Les craquements reprennent tandis que son corps semble soudain fondre comme neige au soleil. Son pelage noir et profond s'éclaircit et tombe, laissant la peau revenir sur le devant de la scène. Les muscles changent de forme tandis que les tendons et autres ligaments finissent de se rétrécir pour venir adopter la forme naturelle propre à l'être humain. En quelques instants, il n'a plus rien de l'imposante créature carnassière et prédatrice. pourtant, je l'observe d'un œil nouveau. C'est bien lui qui mène la danse, quel petit cachottier celui-là. ET dire qu'il ne le sait pas lui-même, c'est vraiment du gâchis. Enfin, maintenant l'erreur est réparée, il nous a entendu, il sait.

Je lui laisse le temps de souffler, de laisser faire refluer la douleur par lui-même. Je ne vais pas passer mon temps à le materner non plus, faut pas pousser. Et ses métamorphoses font parties de lui alors autant qu'il apprenne dès maintenant à les apprivoiser. Je suis toujours confortablement installée à ma place, mon regard braqué sur cet être qui malgré tout me ressemblait un peu. Lui aussi était à la fois animal et humain. Ses iris brûlant vinrent accrochés mes pupilles hétéro-chromes avant d'articuler difficilement.

« — Alors ? »

"- Tu n'as pas entendu ce que nous avons dit?"

Oui, légère surprise de ma part. Pourtant, dans un sens, cela ne m'étonne qu'à moitié. Vasilis l'a dit sans entrer dans les détails. Il sait sans savoir. Il décide sans s'en rendre compte. Il est le Chef sans en avoir conscience. Franchement, la Bête est de bonne composition vis à vis de son Humain. Mais ce n'est pas la question du moment. Alors, je reviens à ma préoccupation principale. Répondre à Aleksander.

"- Eh bien, j'ai des réponses. Vasilis s'est montré très compréhensif et très intéressé par ton cas. Mais je ne suis pas certaine que tu apprécies tout ce que j'ai à te dire. Alors, pour commencer, reprend ton souffle tranquillement, nous ne sommes pas pressés."

Enfin, lui doit l'être de savoir ce qui l'attend mais dans son état, il risque plus de tourner de l'oeil qu'autre chose. Je m'étire et quitte enfin mon perchoir afin de me rapprocher de lui. Je n'ai pas envie de crier et dans son état, il ne pourra rien me faire. Le souci principal des métamorphoses, il y a un réel contre-coup, ce qui n'est pas mon cas. Mais revenons à mon mouton.

"- Tes hallucinations cesseront, rassure-toi. Mais pour cela, il faudra d'abord que tu accepte Vasilis. Non pas comme la Bête partageant ta vie mais comme une réelle partie de ton être. Car ce n'est pas lui, le Prédateur Alpha. Lui, ce n'est qu'un intermédiaire, une sorte de professeur et de guide pour t'aider à mieux appréhender ce que tu es réellement. Tu connais la réalité, tu te souviens de ton vivant, de ce que tu as fait, vécu et de celui que tu as été. Alors au fond de toi, tu sais déjà ce que je vais t'annoncer. N'est-ce pas?"

Le silence. Oui, je ménage mon effet dramatique. Allez, digère lentement, que j'entende presque les rouages de ton esprit se mettre en route et commencer à remettre en ordre toutes les pièces du puzzle que tu possédais déjà sans parvenir à les organiser. Je le fixe, calme et souriante, amusée dans un sens. Et enfin, je prends le temps d'articuler clairement les mots suivant.

"- L'Apex Predator, c'est toi et toi seul...."
Invité
avatar
Invité
Re: Animaux en cage vaut mieux que Bêtes en liberté.... - Lun 12 Jan 2015 - 13:01
« — Tu n'as pas entendu ce que nous avons dit ? »

Comment était-il supposé avoir entendu ce dont ils parlaient ? Il était confiné dans un recoin de l'esprit de la Bête, repoussant les vagues de violence qui l'assaillait. Aleksander n'avait aucune intention de la laisser le happer, comme tous les autres. Il ne serait pas aussi faible qu'eux. Il était évident qu'il existait un fossé entre lui, qui avait conscience du statut de la Créature, et les autres. D'un signe de tête, il informait le chat dont il ne connaissait toujours pas le nom qu'effectivement, il n'avait eu aucun écho de sa discussion avec la Chose.

« — Eh bien, j'ai des réponses. Vasilis s'est montré très compréhensif et très intéressé par ton cas. Mais je ne suis pas certaine que tu apprécies tout ce que j'ai à te dire. Alors, pour commencer, reprend ton souffle tranquillement, nous ne sommes pas pressés. »

Pas pressés ? Vasilis, compréhensif ? Cela n'avait ni queue ni tête. Bien sûr que si, le temps pressait. Chaque seconde qui passait, il pouvait être assailli de visions démentielles visant à le réduire à l'état de fou. A part ça, bien sûr, ils pouvaient même prendre le thé, avec quelques biscuits sec pour agrémenter le tout. Presque nonchalante, la femelle s'était redressée, avant de s'approcher de lui. Elle pesait chacun de ses mots. Sa surprise fut sans borne, lorsque ces derniers, qui auraient en temps normal lui apporter des réponses, et du réconfort, lui firent l'effet d'une douche gelée.

« — Tes hallucinations cesseront, rassure-toi. Mais pour cela, il faudra d'abord que tu acceptes Vasilis. Non pas comme la Bête partageant ta vie mais comme une réelle partie de ton être. Car ce n'est pas lui, le Prédateur Alpha. Lui, ce n'est qu'un intermédiaire, une sorte de professeur et de guide pour t'aider à mieux appréhender ce que tu es réellement. Tu connais la réalité, tu te souviens de ton vivant, de ce que tu as fait, vécu et de celui que tu as été. Alors au fond de toi, tu sais déjà ce que je vais t'annoncer. N'est-ce pas ? »

Les yeux du Dieu s'écarquillèrent. Vasilis, un Professeur ? Qu'il devait accepter comme... Une partie de lui ? N'était-il pas la Bête ? Aleksander pouvait presque l'entendre jubiler, derrière. Pourquoi se liguaient-ils contre lui ? Que cherchaient-ils à lui faire comprendre ? Tous ses souvenirs refluaient soudainement. Les meurtres horribles. Accompagnés d'assouvissement des pulsions sexuelles malsaines et morbides de la Créature. Les corps gisant, sans vie, et sans membre. Les murs repeint de sang. Sa vie toute entière, qu'il avait enfermé derrière une porte cadenacée. Douleur. Soumission. Haine. C'est vrai. Il s'en souvenait. Il détestait le genre humain. Pour sa cruauté. Pour ce qu'il lui avait infligé. Quels avaient été ses derniers mots ?

« JE VOUS HAIS. JE VOUS HAIS TOUS. »

Comme une plaie mal cicatrisée, cette balafre se rouvrait, saignant abondamment. Pourquoi s'était-il menti à lui-même ? Les morceaux s'assemblaient lentement, pour former une réponse aussi funeste que prévisible. Pourquoi s'était-il mit en tête de devenir le meilleur serveur ? De tomber amoureux ? Quel genre de connerie était-ce donc ? L'Infirmière marquait un temps, temps durant lequel le blond ne respirait plus. Il devait rêver. Oui. Ou alors, elle se moquait de lui. C'était peu probable que...

« — L'Apex Predator, c'est toi et toi seul... »

Quelque chose vola en éclats. Comme un miroir, projeté à travers la pièce, qui s'éclatait en milles morceaux contre un mur. Aleksander porta ses mains à son crâne. Son sang battait à ses tempes. C'était de la folie. Il ne pouvait pas être la terrifiante Bête qui massacrait sans vergogne. Ou alors, au contraire, n'était-ce pas sa véritable nature ? Ses pulsions de meurtre refoulées, d'une vie toute entière, en captivité ? Il semblait en état de choc, alors que sa réflexion, instinctive, continuait de lui dévoiler la véritable histoire. Il n'était pas le prince charmant et bienveillant du conte. Non, loin de là. Aleksander était la Bête. Le Prédateur Alpha. Celui qui détruit, dévore. Dont le chemin était jonché de corps brisés, et de sourires mutilés. Il avait modelé son esprit, comme pour se protéger. Mais la réalité le rattrapait. Le plaquait. Et lui hurlait toute la vérité, le forçant à écouter tout ce qu'il avait jamais fait.

Consciemment. Ce n'était pas comme s'il avait été incapable d'empêcher la Créature de perpétrer de tels actes. Il aurait pu. Mais il s'était laissé aller à son déchaînement. Car c'était ça, sa volonté réelle. Sa respiration s'apaisa, tandis qu'il se redressait, levant le regard vers la demi-Lune. La barrière qui le séparait de la Bête avait été piétinée. Il n'y avait plus réellement de frontière. L'évolution venait de démarrer. Il aurait pu nier les dires de la femme. A quoi bon ? Se voiler la face, encore une fois ?

Les iris qui se braquèrent sur le chat étaient désormais ceux d'Aleksander. De la Bête. Non plus d'un gosse inconscient. Son expression neutre lui ressemblait si peu. Habituellement, il était tellement émotif, et le moindre de ses ressentis se lisait sur son visage. Vasilis venait de remporter le premier match.

« — Quelle journée. Je ne m'attendais pas découvrir... Ou re-découvrir, que j'étais un Monstre. Curieux, à quel point Deus est en réalité cruel. C'est probablement l'un des traits qu'il a donné à ses animaux de compagnie. Les Hommes. Je me sens vide, tout à coup. Ca doit être la sensation lorsqu'on comprend enfin qu'on est un... Monstre. »
Code by Rain


Dernière édition par Aleksander Anderson le Mar 13 Jan 2015 - 12:56, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Animaux en cage vaut mieux que Bêtes en liberté.... - Lun 12 Jan 2015 - 21:42
Avant que je n'ai commencé à articuler ma dernière phrase, je pouvais le voir lentement se décomposer. Pas comme lors de sa métamorphose non. C'était quelque chose de beaucoup plus subtil, d'intérieur et de profond. Une sorte de porte qu'on entrouvre simplement parce qu'il y a quelqu'un à côté qui vous colle un grand coup de pied au cul pour vous faire avancer. Je pouvais sentir l'horreur qui lentement venait prendre corps au fond de son être tandis que doucement, la mémoire et les souvenirs volontairement oblitérés se réveillaient de leur sieste prolongée. J'ai apprécié cet instant, sans doute trop pour quelqu'un de normal mais je ne suis pas n'importe qui non plus, vous parlez à un démon même si j'ai bien plus l'allure d'un ange. Et encore, ce n'était que le début.

La sentence est tombée. Froide et cruelle mais enrobée de la douceur de ma voix. La vérité est lâchée dans toute la simplicité de son atrocité. Et là, soudain, tout lui devient clair. Il ne bronche plus, limite ne respire plus mais il est bien vivant. La différence fondamentale c'est qu'à partir de cet instant, il est devenu conscient. De ce qu'il est, de la réalité de sa nature. Il y eut encore un temps d'adaptation, un moment nécessaire au repenti pour arriver à réorganiser sa pensée et son esprit comme son corps le faisait d son organisme lors de ses impressionnantes mutations lycanes et puis, lentement, le calme revint. Son souffle apaisé, son être enfin un peu plus entier. Cette fois, la guéguerre interne qu'il s'était lui-même déclarée venait de signer un véritable cesser le feu.

« — Quelle journée. Je ne m'attendais pas découvrir... Ou re-découvrir, que j'étais un Monstre. Curieux, à quel point Deus est en réalité cruel. C'est probablement l'un des traits qu'il a donné à ses animaux de compagnie. Les Hommes. Je me sens vide, tout à coup. Ca doit être la sensation lorsqu'on découvre qu'on est un... Monstre, je suppose. »

"- Parce que tu croyais que renaître était un cadeau, toi? Sur Terre oui, c'en est un. Arriver dans cette école à la noix, c'est vraiment une preuve d'humour très spéciale de la part de l'autre absent. Enfin, pourquoi se plaindre. Maintenant, nous avons l'éternité devant nous. Et l'éternité, c'est long. Bien assez long pour en profiter."


Ca y est, je me remets à divaguer. Oui, j'aime bien me perdre en conjectures. Après tout, je n'ai rien de mieux à foutre de mes journées qu'à m'amuser à préparer mon prochain mauvais coup et toutes les horreurs que je vais faire subir au premier venu. Mais là, le sujet est légèrement différent. Et bien plus attrayant. Je me permets de laisser de laisser échapper un petit rire en repensant à ses paroles. C'est vraiment encore un enfant, bien que son regard ait changé. l'évolution a sans doute débuter mais le chemin pour parvenir au sommet est long et parsemé d'embûches. Sera t'il apte à les surmonter, voilà toute la question.

"- Le fait de te sentir vide n'a rien à voir avec la découverte de ta prétendue monstruosité. Tu es Toi, Aleksander Anderson. Point barre. Tu es différent car tu sais ce que tu es et tu es en train de l'accepter. Si tu te sens vide, c'est uniquement car cette bataille intérieure que tu menais contre tes propres chimères à pris fin soudainement. Etre un Monstre, c'est bien plus que ça..."

Un sourire mauvais, machiavélique se peint sur mon visage alors que mon être tout entier gronde doucement, emplit d'un ronron profond et régulier. Oh oui mon petit, tu n'as pas encore la moindre idée de ce que c'est que d'être véritablement la pire horreur qu'il puisse exister. Mais je ne vais pas tout te dévoiler maintenant, il faut aussi que tu te fasses expériences et découvertes par tes propres moyens. Je laisse retomber lentement la pression car si je continue à m'exciter comme ça, moi aussi il va me falloir un exutoire et malheureusement, je n'ai que lui sous la main pour le moment.

"- Alors maintenant, c'est quoi ton programme?"
Invité
avatar
Invité
Re: Animaux en cage vaut mieux que Bêtes en liberté.... - Mer 14 Jan 2015 - 20:38
« — Parce que tu croyais que renaître était un cadeau, toi? Sur Terre oui, c'en est un. Arriver dans cette école à la noix, c'est vraiment une preuve d'humour très spéciale de la part de l'autre absent. Enfin, pourquoi se plaindre. Maintenant, nous avons l'éternité devant nous. Et l'éternité, c'est long. Bien assez long pour en profiter. »

La voilà qui se lançait dans une explication complexe et infernale de profondeur philosophique. Elle n'avait pas tort sur tous les points. Une preuve d'humour très... Spéciale, hein ? Eh bien, il ne restait plus qu'à lui rendre la pareille. Survivre jusqu'à ce que ce petit con descende de son trône, où qu'il soit. Et alors, Aleksander lui botterait le cul. Sauf si Deus était en réalité une femelle suffisamment jolie, pour être épargnée. Dans ce cas-là, il demanderait simplement des réparations pour les dommages et intérêts. Comment ça, il aurait tué d'innombrables personnes d'ici-là ? Dégâts collatéraux. Composants d'une expérience qui les dépasse tous. Après tout, la Bête devait bien se nourrir, n'est-ce pas ? La haine qui alimentait le Repenti ne suffirait pas toujours. Pourquoi se priverait-il de briser les autres ? Ils étaient si fragiles. Le Dieu frissonna. Il sentait presque des os craquer entre ses doigts, réminiscences des faits récents.

« — Le fait de te sentir vide n'a rien à voir avec la découverte de ta prétendue monstruosité. Tu es Toi, Aleksander Anderson. Point barre. Tu es différent car tu sais ce que tu es et tu es en train de l'accepter. Si tu te sens vide, c'est uniquement car cette bataille intérieure que tu menais contre tes propres chimères à pris fin soudainement. Etre un Monstre, c'est bien plus que ça... »

Merci pour la profondeur philosophiq-... Et puis merde. Aleksander, debout, fit craquer sa nuque, faisant mine d'écouter le chat qui continuait à déblatérer. Certes, il lui en devait une. Et il ressentait plus qu'une vague reconnaissance pour cette femelle qui avait accepté de faire un face à face avec une Créature à la puissance débordante juste pour obtenir les réponses dont il avait besoin. Mais il comprenait ce qu'elle ressentait lorsqu'il se lançait dans de longues tirades. Il se dirigeait vers une cabane branlante, et d'un coup de pied, défonçait la porte. Celle-ci devait servir de repaire aux gredins, fraîchement dévorés. Bon, il pouvait donc se servir, au milieu des bouteilles, vêtements sales, et autres déchets qui traînaient à même l'herbe. Tout ça empestait la mort. Son ouïe développée lui permettait de suivre le long monologue du chat, qui venait tout juste de s'achever. Jetant son dévolu sur un jean qui ne semblait, bien heureusement, jamais avoir été porté par ces raclures, en prenant garde à ne pas se blesser avec la fermeture éclair, il ressortit, juste à temps pour recevoir la nouvelle question du félidé.

« — Alors maintenant, c'est quoi ton programme ? »

Bonne question. Primo, il ne connaissait toujours pas le nom de celle qui l'accompagnait. Donc, il ne lui accorderait pas plus de confiance, leur alliance arrivait à son terme ici, et maintenant, si elle ne lâchait pas immédiatement un paquetage d'info' à son sujet. Aleksander détestait ça. Qu'elle sache tout de lui, mais qu'il ne puisse même pas l'appeler par son prénom. Il sonda un instant les yeux vairons de l'animal, avec ses iris devenus inexpressifs, comme à l'habituel, après ses transformations, les émotions autre que la colère ne remontant que plus tard à la surface, le laissant dans un état déprimé pour un moment. Soupirant longuement, car il ne percevait rien qui trahissait la véritable nature de la femelle qui l'accompagnait, il la dépassa, direction de la sortie, en répondant, glissant ses mains dans les poches de son jean récemment acquis, ne voyant aucun problème quant à rester torse nu.

« — Tu sais comment une Bête croît, et atteint l'âge adulte ? Elle bouffe. Elle consomme les autres. Alors, c'est ce que je vais faire. Je vais tuer des gens. Je vais dévorer des gens. Et, quand je serai fatigué de tout ça... Je continuerai de tuer des gens. Car je me sens bien plus vivant comme ça. En attendant... Je vais retourner à mon quotidien. Y'a bien des trucs à faire, dans cette Académie. Dans l'pire des cas, je te procurerai du travail. Sinon, j'finirai bien par rencontrer un opposant à ma hauteur. Ou, qui sait, plus fort encore. C'est comme ça que j'les dépasserai tous. C'est en forgeant qu'on devient forgeron, pas vrai ? Donc c'est en tuant qu'on devient un vrai tueur. Si tu veux, en signe de reconnaissance, j'éviterai de te transformer en cadavre, durant mon ascension. J'vais marquer mon nom dans la Légende. »

Aleksander tourna légèrement la tête, adressant un grand sourire sincère au Chat. Amusé, et pas vraiment convaincu de ce qu'il venait de dire. Conscient de la force qu'il avait à sa portée, de son potentiel, mais toute trace d'une arrogance trop importante s'était évaporée. Il n'était plus qu'un gosse avec un fardeau.

« — Au plaisir de te recroiser, Chaton. »





« With blood red fangs I release my cry,
Up towards the moon in the sky.


A beast of night I become,
Scaring human hunters numb.


In the forest they’ve lost their way,
And will not live another day.


Because their scent I have caught,
Them and the deer they just shot.


On the path now I can feel,
That I’m in for a tasty meal.


This is my forest and I rule,
My werewolf instincts my only tool.


My tongue burns for their taste,
Their bones I’ll gladly turn to paste.


I’m right behind them, I can smell their fear,
Fear not my friends the end is near.


Dodging their bullets and ripping them apart,
Through their rib cage and to their heart. »
Code by Rain
Invité
avatar
Invité
Re: Animaux en cage vaut mieux que Bêtes en liberté.... - Mer 14 Jan 2015 - 21:15
« — Tu sais comment une Bête croît, et atteint l'âge adulte ? Elle bouffe. Elle consomme les autres. Alors, c'est ce que je vais faire. Je vais tuer des gens. Je vais dévorer des gens. Et, quand je serai fatigué de tout ça... Je continuerai de tuer des gens. Car je me sens bien plus vivant comme ça. En attendant... Je vais retourner à mon quotidien. Y'a bien des trucs à faire, dans cette Académie. Dans l'pire des cas, je te procurerai du travail. Sinon, j'finirai bien par rencontrer un opposant à ma hauteur. Ou, qui sait, plus fort encore. C'est comme ça que j'les dépasserai tous. C'est en forgeant qu'on devient forgeron, pas vrai ? Donc c'est en tuant qu'on devient un vrai tueur. Si tu veux, en signe de reconnaissance, j'éviterai de te transformer en cadavre, durant mon ascension. J'vais marquer mon nom dans la Légende. »

"- Ouais, et c'est en sciant que Léonard de Vinci aussi."

Eh bien, t'es chevilles n'ont pas dégonflées pour autant mon petit chou. Enfin, je n'ai pas spécialement envie d'en rajouter pour le coup. Il s'y croit, c'est son droit après tout. pour le moment, il n'est un Monstre avec un M que quinze minutes par jour, autant dire un temps dérisoire. Ce n'est pas avec ça qu'il deviendra l'Apex Predator. Mais il a encore le temps. De grandir, de croître comme il dit. D'évoluer et de comprendre surtout, comment marche vraiment la réalité. Dès que tu seras sorti de ta phase infantile, on commencera à pouvoir faire quelque chose de toi, mon grand. Et passer la crise d'ado, là on pourra rire pour de bon. Mais en attendant, tu restes un gamin alors prends garde à conserver la place qui est la tienne au péril de te prendre de sacrés retour de bâtons.

Un signe de reconnaissance de ta part? Eviter de me transformer en cadavre, je me laisse aller à rire. Un éclat de voix profond, cruel et froid. Non mais sérieusement, il est vraiment trop drôle. Pour un peu, il me ferait presque peur. Ahlala, décidément, il en avait encore du chemin à parcourir. Et moi, je serais là. Tapie dans l'ombre, à l'observer. car oui, je ne compte certainement as le lâcher. Je n'ai aucune crainte quant à la réalisation de son rêve. Marquer son nom dans la légende, il en a toutes les capacités. Encore faut-il qu'il survive assez longtemps pour ça. Et qu'il prenne le bon chemin. Car Vasilis peut encore lui jouer de mauvais tours à sa façon.

« — Au plaisir de te recroiser, Chaton. »

"- C'est ça, à la prochaine. Peluche."

J'ai parlé assez fort pour qu'il m'entende mais je n'ai pas appuyé outre mesure dessus. Je le laisse s'en aller, mon regard vairon fixé sur sa silhouette qui lentement disparaît dans ce décor de carnage. Moi, je reste là, encore un peu. Après tout, je ne suis pas pressée. Un coup d’œil sur les cadavres présents qui représentent plus une bouillie infâme et méconnaissable qu'autre chose. Un joli tableau que la terre à déjà bien asséchée. Le sang, elle aussi elle s'en sourit, tellement plus qu'on ne le croit. Poussière, tu redeviens poussière.

Je baille, m'étire puis me décide à me mettre en marche. Ce soir, je pense que je vais rentrer dormir. Je sais que plusieurs place m'attendent et ma proie du jour sera certainement un apprenti-dieu masqué au sourire aussi malveillant que celui que j'ai arboré intérieurement toute la journée. Mais pour cela, il me faut prendre le bateau. Alors, direction le point d'ancrage et à partir de là, décollage et retour à la Deus. Le vent dans mes moustaches, je me permets même de somnoler doucement durant le trajet. C'est fou comme on se sent bien quand on rentre chez soi, le sentiment du devoir accompli et d'une journée bien remplie.

Oui, moi, j'ai créé un Monstre. Et je n'en suis pas peu fière. Bientôt, la véritable partie pourra débuter.
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 854

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Animaux en cage vaut mieux que Bêtes en liberté.... - Sam 17 Jan 2015 - 19:20

Qui est-ce qui se sert de l’autre ? Qui aura l’ascendant ? Est-ce que c’est notre chaton, qui, en aidant la Bête, imagine qu’elle finira par la dompter ? Est-ce que c’est notre Bête, qui, en utilisant le chaton, en apprend énormément sur lui-même et parvient à dialoguer avec la personnalisation de son Instinct ?

On en a beaucoup appris sur la Bête… mais toujours rien sur ce matou.
Rien sur son apparence humaine, pas même son nom…
Et ça, c’est sans doute une grossière erreur de la part d’Aleksander…

Allez allez, la suite ! Après un carnage pareil, il faut discuter, encore et encore. Plus on entrera dans la psychologie, dans le bouleversement, dans l’intimité… et plus j’aimerai ça ! Au tour d’Aleksander de faire parler Nelsha ! Provoque là, fais-lui peur… qu’elle déballe tout et que tu puisses revenir à égalité !

Nelsha Tadjük 2 - Aleksander Anderson 0

Nelsha Tadjük : 900 xps
Aleksander Anderson : 895 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: Animaux en cage vaut mieux que Bêtes en liberté.... -
Animaux en cage vaut mieux que Bêtes en liberté....
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)
» ❝ parfois, il vaut mieux tourner la page que d'être seule à vouloir arranger les choses ❞ › jordan
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]
» Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante
» Un mensonge vaut parfois mieux que la vérité [Feat Yvan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Périphérie :: Parc d’attractions-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page