Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Aussi vide que mon estomac. [PV Elione d'Elande]

Invité
avatar
Invité
Aussi vide que mon estomac. [PV Elione d'Elande] - Ven 21 Nov 2014 - 22:38
Un vent glacé caressa le coup de Nathan,et un frisson parcouru son corps.
Il était censé se sentir vivant mais il avait l'impression d'avoir une centaine d'années. Tout ses os lui faisait mal et il manquait clairement de sommeil.
Ses veines était trop bleues sous sa peau trop blanche. Il regarda ses ongles rongé jusqu'au sang. Il rapprocha ses genoux contre son ventre.
Les voix des esprits l'empêcher de dormir,un brouhaha constant qui chantait dans ses oreilles.
La fatigue,l'enveloppait et lui donnait l'impression de flotter.
"Quand j'étais élève ici je mangeais toujours de délicieuses lasagnes" souffla un esprit avec une voix grave.
A chaque fois qu'il essayait d'ignorer ce qu'il se passait autour de lui,il y avait toujours un esprit pour le rappeler à l'ordre. C'était l'heure de manger et Nathan n'avait pas eu la force d'aller à la cafétéria. C'était ridicule,mais il gardait un mauvais souvenir de ses années de lycée. Il était en première quand l’incendie s'est produit et c'était peu dire que l'école ce n'était pas trop son truc.
Il avait tout sauf envie d'y retourner,lorsqu'il s'était donné la mort ce n'était surtout pas pour retourner dans un endroit pareil.
C'était pour enfin s'échapper de tout,de lui même,d'un corps qui ressemblait à celui d'un étranger et de cette vie.
Et il avait fallu qu'il devienne un apprentis-dieux.
Sa main caressa sa cicatrice,la frôler lui donnait des frissons dans tout le corps. Il aurait peut être dû passer à l'infirmerie. Pourtant on peut comprendre qu'il n'ait pas envie de mettre les pieds dans ce genre d'endroits pour un long moment. Sa solitude le pesait plus dans ce monde là.
Il se mordit la lèvre supérieure.
Si seulement il avait offert un meilleur accueil à Jonathan,il aurait peut être l'ami le plus insupportable qu'il était possible d'avoir. Enfin,il n'avait pas spécialement envie d'être son ami et ça semblait réciproque,le seul hic c'est qu'il devait partager sa chambre avec Mr.Arrogant.

Son ventre grognas.
Il n'allait pas tenir longtemps si il persistait à sauter des repas,si seulement il pouvait laisser son malheur de côté. Retirer ce qui le rongeait de l'intérieur,le faisait ressembler à un cadavre.
Son apparence lui apportait peu mais il ne pouvait pas être heureux en mangeant aussi peu. Le manque de sommeil et de nourriture,son corps le lui faisait ressentir de la pire manière.
"Je vais me venger de tout les humains" ricana un autre esprit.
Nathan esquissa un sourire,les esprits avaient de drôles envies parfois.
Son ventre fit un bruit inhumain et le ramena à la réalité.  
Il prit sa tête dans ses mains et serra les dents.
"Pourquoi tout doit être si injuste,je voulais juste mourir."
Si seulement il avait été un garçon normal dans un famille normale.
Rien ne se passait jamais comme il l'avait prévu.
Il avala sa salive qui avait goût amer,ferma ses yeux et tenta de s'endormir.
Dehors et en novembre,peut être qu'il mourrait vraiment cette fois.


Dernière édition par Nathan Walsh le Mar 25 Nov 2014 - 21:23, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Aussi vide que mon estomac. [PV Elione d'Elande] - Sam 22 Nov 2014 - 12:39
Le temps en cette fin d'automne était froid. Un froid pénétrant les os et les cœurs. Les aiguilles de l'horloge progressèrent chacune d'un trait et déclenchèrent la complexe mécanique sonnant l'unique coup des treize heures. Peu après, on vit des files d'élèves se diriger vers la cafétéria, d'autres en sortir précipitamment, au gré des emplois du temps. Nathan était si bien dissimulé entre deux buissons que le peu de personnes qui empruntaient son chemin ne le voyaient pas.

Curieuse de tout, Elione avait préféré manger tôt pour venir se promener dans les parages. Elle se surprenait à découvrir chaque fois une nouvelle sculpture cachée parmi la végétation, ou un banc abandonné, un lac miniature... C'est alors qu'elle suivait à petits pas un oiseau, silencieuse comme une chatte, qu'un bruit attira son attention. Un grondement sonore plutôt indécent, le genre de bruit qui annonçait la faim et la mendicité. Elle n'eut pas à chercher bien longtemps pour trouver un garçon recroquevillé par terre, pâle à faire peur et visiblement très affaibli.

Elle s'agenouilla aussitôt près de lui, les pans de sa robe longue effleurant ses bras maigres et posa une main brûlante sur sa peau glacée. Elle était dehors depuis une dizaine de minutes, aussi ses joues avaient commencé à rosir sous l'effet du froid, mais elle conservait la température élevée de l'intérieur. De plus, elle avait réussi à trouver une capeline chaudement rembourrée depuis qu'Alexander lui avait montré le marché et les diverses boutiques où l'on pouvait fureter.


"Jeune homme ! Jeune homme ! M'entendez-vous !"

Elle le secoua un moment avant de constater qu'il répondait à peine, voire pas du tout à ses appels. Elle avait cru voir ses paupières s'ouvrir légèrement mais cela n'avait pas duré. La reine devait donc employer les grands moyens : elle défit sa capeline et lui posa sur le dos, passa un de ses bras gelés autour de ses épaules et l'obligea à se lever et la suivre, quitte à le traîner. Sa maigreur ne le rendait pas bien lourd et elle avait déjà supporté le poids de chevaliers en armure, il fut donc aisé de l'amener à l'intérieur du premier bâtiment venu, près d'un radiateur -elle avait remarqué une fois par hasard que les élèves se regroupaient souvent à côté, et s'était aperçu que ces étranges choses produisaient de la chaleur ! Elle rajusta sa capeline façon à lui faire une couverture de fortune puis alla dans les toilettes imbiber un peu de papier wc avec de l'eau. Elle revint près de lui et lui humecta le visage avec, attendant qu'il reprenne ses esprits.

"Vous devriez vous sentir un peu mieux déjà..."
Invité
avatar
Invité
Re: Aussi vide que mon estomac. [PV Elione d'Elande] - Mar 25 Nov 2014 - 22:55
Nathan sentit une main contre sa peau. La chaleur de la personne le touchant se propagea dans son corps gelé comme une vague de réconfort. Il était si faible qu'il n'arrivait pas à distinguer qui se tenait devant lui.
Le corps se mouvait avec douceur et parlait dans un langage qu'il n'arrivait pas à comprendre.
Sa gorge le brûlait,la douleur était presque insupportable.
Il voulut parler à l'humain,à la chose devant lui mais il n'en avait pas la force. Les mots qui sortaient de sa bouche étaient incohérents.
Des étoiles noirs couvrirent sa vision,une sorte de voile à la fois apaisant et terrifiant.
Il se sentit doucement perdre pied,il voulait agripper l'homme devant lui. Avant qu'il ne put même faire un geste,la forme avait disparu comme le reste.

Lorsqu'il ouvrit les yeux ses joues avaient rougies et la douleur n'était plus aussi vive.
La faim le terrassait toujours mais le froid ne brûlait plus sa peau. Le froid s'était fait remplacer par une chaleur rassurante. L'air chaud rendait sa peau rougeâtre et il avait d'autant plus envie d'une sieste. On avait emballé son corps frêle dans une capeline,il se lova à l'intérieur et poussa un petit soupir. Avant même qu'il ne put ouvrir les yeux,il ressentit une sensation froide et humide contre sa joue.
Il eut envie de se retirer pour ne sentir que la chaleur mais étrangement il manquait encore de force.
"Vous devriez vous sentir un peu mieux déjà..."
La voix était douce,d'un ton que l'on avait rarement utilisé pour parler avec Nathan.
Il entrouvrit ses yeux pour apercevoir une jeune fille avec de long cheveux blond et les traits fins. Ses vêtements n'étaient définitivement pas de cette époque. Il n'était pas vraiment très calé en histoire mais ce qui était sûr c'était qu'elle venait d'un autre siècle.
"Merci" fit-il dans un souffle.
Les joues de la jeûne-fille était eux aussi rougis par la chaleur,et elle était si jolie.
D'une beauté rare,et étrange dans un tel lieux.
"C'est une reine,une véritable reine" fit un esprit.
Invité
avatar
Invité
Re: Aussi vide que mon estomac. [PV Elione d'Elande] - Mer 26 Nov 2014 - 11:14
Enfin le voilà qui reprenait connaissance ! Elione fut soulagée, après un long moment à s'inquiéter de ne pas le voir revenir. Il avait repris quelques couleurs et elle lui sourit en entendant ses remerciements. Elle avait fait en sorte de l'amener dans un couloir à peu près désert pour que les gens qui passaient ne s'arrêtent pas autour d'eux et laissent Nathan se reprendre tranquillement.

"Comment vous sentez-vous ?"

Un nouveau grondement d'estomac retentit, instaurant un blanc entre eux, de surprise. La reine s'immobilisa, songeant qu'elle venait juste de manger, puis comprit que cela ne venait pas d'elle. Elle laissa échapper un petit rire et farfouilla dans ses poches rapidement.

"Attendez... Là, tenez. C'est tout ce que j'ai avec moi."

Elle lui tendit une miche de pain fraîche, à peine entamée au quignon, puis les quelques grosses miettes récupérables s'étant accrochées à sa robe ou dans sa poche dissimulée dans les larges plis. Pendant qu'il s'en emparait et commençait à l'engloutir, elle retourna aux toilettes jeter son linge de fortune. Elle lui aurait volontiers ramené un peu d'eau mais n'avait pas de récipient sous la main pour se faire. De retour auprès de lui et afin de ne pas le déranger dans son "repas", elle s'assit à côté de lui, dos au radiateur.

"Je suis surprise de trouver quelqu'un d'aussi maigre dans un endroit où la nourriture est offerte à volonté... Songea-t-elle à voix haute. Depuis combien de temps êtes-vous à l'académie ? Se pourrait-il que vous ne sachiez pas ce qu'est la cafétéria et où elle se trouve ? Je vous y emmènerai quand vous vous sentirez assez fort, il vous faut manger un peu plus !"

Elle lui sourit de nouveau. La lumière pâle de l'automne s'accrochait à ses cheveux comme si des petits lutins malicieux cherchaient à s'y cacher. Sa peau rendue mate par le soleil estival semblait pâle elle aussi dans cet éclairage particulier, lui donnant la grâce sans âge d'une elfe ou d'un esprit égaré. Elle attendit qu'il ait fini son pain pour, comme elle avait appris, lui tendre la main en un signe amical.

"Je m'appelle Elione. Je ne suis ici que depuis quelques mois, mais si tu as besoin d'aide je pense pouvoir répondre à la majorité de tes questions. Enchantée !"
Invité
avatar
Invité
Re: Aussi vide que mon estomac. [PV Elione d'Elande] - Mer 4 Fév 2015 - 0:06
Le jeune homme n'était pas très causant, sans doute était-ce dû à son état de faiblesse, aussi Elione ne se formalisa de ne pas obtenir de réponse de sa part. Elle le laissa terminer le pain à son rythme puis se demanda si l'emmener à la cafétéria à cette heure de passage était une bonne idée. Après tout, elle l'avait isolé pour qu'il soit au calme, et on ne rassasiait pas un affamé simplement avec un peu de pain. Elle en savait quelque chose, les saisons de sècheresse ou au contraire les inondations sur les côtes anglaises le lui avaient prouvé plus d'une fois. Restait à savoir à quel endroit elle aurait pu l'amener en toute quiétude pour qu'on s'occupe de lui. Elle se souvenait d'avoir vu quelque part sur un mur un plan de l'académie, le plan pour se diriger vers l'infirmerie. Peut-être que là-bas elle pourrait trouver rebouteux ou guérisseur susceptible de prendre en charge son patient... Ce n'était pas vraiment une blessure physique comme elle avait pu en subir dans l'arène face à sa double, mais cela ne coûtait rien d'essayer.

Laissant Nathan se réchauffer encore un peu, elle résolut de chercher un chemin relativement peu emprunté vers la grande bâtisse qui servait de lieu d'entraînement. Ainsi Nathan pourrait marcher à son rythme sans être dérangé.


"Hum... J'ai peut-être voulu aller un peu vite, je le reconnais. Ne veux-tu pas juste me dire ton nom ? Je t'emmène à l'infirmerie plutôt qu'à la cafétéria, mais je pense qu'ils voudront savoir qui tu es, au moins pour justifier tes absences aux cours..."

N'obtenant pour réponse qu'un gargouillement supplémentaire, l'apprentie-déesse s'aperçut que le jeune homme s'était assoupi - ou évanoui ?- et qu'elle ne pourrait rien en tirer. Elle soupira, passa l'un de ses bras sous les épaules du malheureux et le souleva sans peine.

Vingt minutes lui furent nécessaires pour retrouver la voie de l'infirmerie et y laisser Nathan, avec les remerciements du surveillant en poste, avant de retourner à sa propre existence.
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 2691

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
2690/1500  (2690/1500)
Votre domaine: La Tromperie.
avatar
Tortue Ninja
Tortue Ninja
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Aussi vide que mon estomac. [PV Elione d'Elande] - Dim 15 Fév 2015 - 16:08


Des Rps qui commencent et qui avait du potentiel, mais qui ne finissent jamais... C'est toujours désespérant... Nathan, ta facon d'écrire est interessante, mais si tu séparais un peu plus tes écrits, ca faciliterait un peu la lecture ^^

Pour toi Elione, ton style est fluide, mais fais gaffe, j'ai vu quelques fautes (rien de bien grave, je te rassure) ici et là.

Dans tous les cas... Je te souhaite d'avoir un rp que tu pourras finir convenablement la prochaine fois Elione xD

Sa Majesté : 210 xps
Nathan : 145 xps

Xps attribués : Yep



Fais gaffe Invité, tu es la prochaine personne sur ma liste...
Mon theme ~ Fiche

deus awards :
 
Aussi vide que mon estomac. [PV Elione d'Elande]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Rapport: L'Isengard se vide, les Elfes aussi.
» L'estomac de deux personnes qui crit famine [PV avec Natsu] (Suite de la salle commune) [-terminé-]
» N°1 - Episode : "je te vide ton frigo parce que je t'aime..."
» De l'utilisation des points de vide
» T'as toujours d'aussi beaux yeux ϟ Pabo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page