Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance

 
Invité
avatar
Invité
De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Ven 31 Oct 2014 - 15:05
Popom. Popom. Popom.

Un cœur qui bat. J'entends un cœur qui bat. Où suis-je ? Que suis-je ? Ai-je enfin trouvé le repos ? Ai-je enfin rejoint l'ange qui m'a tendu la main ? Je n'ose pas ouvrir les yeux. Je n'ose pas me réveiller pour me découvrir dans le néant, définitivement perdue après des siècles d'errance. Avais-je raison de le suivre ? Avais-je raison d'abandonner tout ce qui fut pour moi source de réconfort ? Je voudrais bien savoir. J'ai peur de savoir. Il me faut la vérité ou je ne pourrai pas dormir tranquille. Oui, il me faut me lever une dernière fois au moins. Pour savoir.



A cette heure, le temple de Deus était plutôt vide -comme la majorité du temps en vérité. Les doux rayons solaires, approchant du zénith, traversaient les vitraux et autres ouvertures pour illuminer le vaste espace de recueillement. Plusieurs alcôves avaient été aménagées, parfois pour la prière, parfois pour pratiquer des offrandes, parfois simplement pour profiter du silence. Le vent agitait de doux soubresauts les quelques bougies allumées ici et là, murmurant des mots de réconfort à qui voulait les entendre. On prétendait aussi qu'il était les oreilles de Deus, sa voix s'il souhaitait transmettre un message à ses ouailles. Le temps était radieux, la température agréable. Il n'était pas rare que dans cet endroit surviennent ce que tout humain considèrerait comme des miracles. Mais ce n'était pas le monde mortel... c'était la Deus Académie.

Dans l'une des alcôves que comportait le temple se trouvait un autel, sous un vitrail représentant la création du monde par Deus. Le vent s'y faufila lentement et vint cueillir des reflets de lumière colorés. Comme une pluie de neige, des étincelles de mirent tout à coup à tomber sur l'autel, de plus en plus en grand nombre, à la différence près qu'elles ne fondirent pas. Mieux, elles s'agglutinèrent les unes sur les autres en une masse, puis une forme plus distincte, un corps. Lorsque la dernière étincelle se posa, le corps de lumière devint chair, os, cheveux, nerfs et vie. Le cœur nouveau-né tambourina, une inspiration ébranla l'ensemble, les muscles frémirent, le sang circula, la chaleur se répandit. Quelques minutes encore et la femme -car c'était une femme- ouvrit doucement les paupières.


D'abord immobile, elle fixa le plafond inconnu, les arcs de soutènement s'entrelaçant en un indescriptible bal hypnotique de courbes et d'étoiles gravées au plus profond de la pierre.

*Était-ce vrai ?*

Elle voulut tourner la tête, se trouva engourdie dans son effort. Puis une évidence s'imposa à son esprits :

*J'ai un corps. Un corps vivant.*

Trouvant en elle une force neuve, celle de la curiosité, elle tourna la tête après quelques minutes. Elle eut à peine le temps de constater que la pièce était ouverte sur une autre plus grande qu'un frisson la prit.

*J'ai froid.*

Une autre poignée de minutes lui fut nécessaire avant qu'elle ne parvienne à pousser sur ses bras et à se redresser en position assise pour scruter la pièce. La tête lui tourna quelque peu puis sa vue lui revint, de même que son ouïe et son toucher. Il n'y avait pour meuble qu'une armoire fermée, des chandeliers de diverses tailles, à pieds ou posés sur un meuble, une vasque d'eau bénite et deux chaises. Nouveau frisson. En se regardant plus attentivement, elle s'aperçut que ses cheveux avaient la couleur du blé doré, teintés d'un reflet écarlate à cause du vitrail au-dessus d'elle. C'était le glissement de cette magnifique crinière sur sa peau nue qui la faisait frissonner. En fait, elle était entièrement nue, comme tout nouveau-né au sortir du ventre de sa mère. Excepté qu'elle ne sortait du ventre de personne et qu'elle pensait déjà comme une adulte, qu'elle était adulte. Qu'elle était morte.

Elle s'en souvenait à présent, morte au fond d'un lit, accablé du poids des ans et de la fatigue du règne. Malade, au point que ses fils -ses derniers fils épargnés par la guerre fratricide, les Croisades et les querelles intestines du pays- s'étaient reliés à son chevet, pour enfin lui souhaiter un repos éternel en paix.

Avec précautions, elle pivota sur ses jambes perpendiculairement à l'autel, tenta de se mettre debout, vacilla mais tint bon. L'écho de ses propres pas sur le sol la fit sourire.

*On dirait bien... Oui, on dirait que je vis à nouveau !*

Les souvenirs affluaient peu à peu à sa mémoire. Parmi eux celui d'avoir couru après la voix d'un ange, après la main d'un ange, l'avoir saisie. Une voix, une autre que celle de l'ange, lui avait alors souhaité la bienvenue. Quel endroit cette voix avait-elle mentionné ? En fait, aucun. Il avait parlé d'être le soldat de quelqu'un. Deus. Il avait parlé d'honneur. Pour sûr cet homme -elle était sûre que c'en était un- avait été bref. Peut-être était-ce aussi un ange ? Son guide dans l'au-delà ? Non, elle vivait. Ce n'était pas l'au-delà. Afin d'en être sûre, elle se pinça la joue. D'abord elle ne sentit rien, ses forces étant celles d'une âme tout juste revenue à la vie. Elle pinça plus fort, fut parcourue d'une douleur qui lui sembla cuisante.


"Je suis vivante, pas de doute..."

Elle sourit, éclata de rire.

"Je suis vivante ! Je suis à nouveau moi !"

Moi ? Qui est-ce ? Quel est mon nom ?
Elle ne sut pas répondre. Comme d'autres souvenirs revenaient à mesure que le temps passait, elle se dit que son nom ferait de même. Profitant de l'occasion offerte, elle chercha à savourer sa nouvelle vie. Mais d'abord... trouver des vêtements !
Une fois son pas plus sûr, elle quitta la pièce, se retrouva dans la grande salle du temple. Le vent fit onduler sa belle crinière et lui apporta les senteurs de dehors : les fleurs, la terre, la poussière s'imposèrent à elle comme le mélange nostalgique de sa vie de mortelle. Elle se rappela le champ des cigales, l'odeur des pins des Landes, celle des épices dans le port en forme de croissant de lune, la musique du Poitou et les cours d'amour qu'elle y tenait, la vue de l'océan, le sable chaud sous la plante de ses pieds, les bouquets de lavande.

*J'étais une grande dame... C'est moi qui organisais ces réunions. Je le pouvais. Je voulais que l'Aquitaine soit belle et riche comme je l'étais. L'Aquitaine...*

Elle se dirigea droit vers la sortie, émergea sans pudeur aucune sur le parvis du temple. Pourquoi se sentir gênée ? Si elle vivait de nouveau, il était certain qu'elle n'était plus chez elle. Le pays n'était pas le même, l'atmosphère non plus, et elle était déjà morte, ventredieu ! Un pas de plus et elle pourrait sentir la lumière du soleil sur sa peau, sa chaleur réconfortante, son éclat aveuglement dans les yeux. Elle avança et fut soudain illuminée comme de l'intérieur et de l'extérieur à la fois.

Elle sentit quelque chose buter contre son pied soudain protégé par le doux confort d'un haut-de-chausse blanc et le renfort d'une botte de cuir épais. Son buste, jusqu'à mi-cuisses, venait de s'orner d'une tunique de velours rouge brodé de l'or, mais sans le lion et le léopard en regard l'un face à l'autre. Ce fut pour elle la preuve qu'elle n'appartenait plus au monde mortel, ses armes ne l'y avaient jamais quittée là-bas. Un poids nouveau sur ses hanches lui fit baisser la tête vers une ceinture de cuir de même facture que les bottes, à laquelle pendait un fourreau tout en or duquel dépassait une garde d'épée forgée dans le même matériau. Son regard descendit encore, au niveau de ses pieds, pour découvrir qu'elle avait cogné... dans le dos de quelqu'un allongé par terre !


"Oh !? Toutes mes excuses, je ne vous avais pas vu ! J'espère ne pas vous avoir causé trop de mal !"
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Ven 31 Oct 2014 - 17:32
Bell était fatigué en ce début d'après-midi... Il avait cavalé toute la journée à la recherche de son arc qu'il avait perdu la veille... Qu'elle étourdit il faisait... Il était paniqué à l'idée de ne plus le revoir... Il avait d'abord vérifier derrière le gymnase ou il s'était Entraîner un petit peu plus tôt... Il l'avait fouillé de fond en comble... Il n'y était pas.

Il avait ensuite fouillé sa chambre, en dessous des lits, derrière les meubles ainsi que sous les meubles, il ne retrouva pas son arc... Il avait ainsi fouillé tous les endroits de l'académie a la recherche veine de son arc... Il était maintenant épuisé, il s'arrêta devant les marches du temple... Il faisait plutôt bon et le vent était frais, le temps idéal pour faire une sieste dehors, il s'allongea sur les marches du temple et ferma les yeux...

La dernière fois qu'il avait fait une sieste dehors, c'était avant de se faire kidnapper... Il se rappelait que c'était sous un pommier ... Il se rappelait de l'odeur sucrée des pommes et la chaleur de cette été... Il s'endormit à cet penser et rêva paisiblement d'un monde meilleur sans monstre ni démon... Mais son rêve fut de courte durée... La cause... Une Chaussure en cuire planté dans son dos... Bell poussa un petit couinement et se réveilla instantanément...

Il papillonna des yeux et regarda la bottine en question, elle était en cuire... Il regarda un peu plus haut et vit qu'elle appartenait à une femme... On aurait dit... Une elfe... Qui vêtue de cuire Principalement et armée d'une épée... Elle lui demanda s'il allait bien... Bell se releva maladroitement et bafouilla quelque mot en rougissant... Puis il se reprit un peu en mains... Bell ne la connaissait pas, mais vue ces habits, on aurait dit une noble... Bell fit se prosterna puis il prit la parole...

"Ce n'est rien Madame ... Je... Je m'excuse de m'être assoupit... Je... Je..."

Bell se tut et était tétaniser... Il avait oublié qu'il était a deus-académia et qu'ici les anciens rangs de la noblesse ne fonctionnais plus ...

"Je... Je m'appelle Bell Shi... Pour vous servir..."
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Ven 31 Oct 2014 - 18:01
L'ancienne souveraine examina attentivement l'inconnu, qui avait plus une allure d'enfant qu'autre chose, malgré une taille adulte similaire à la sienne. A mesure qu'il s'excusait, bafouillait maladroitement et rougissait, un petit sourire moqueur s'inscrivit sur les traits fins de la Dame. Elle lui rendit gracieusement sa révérence, plus par jeu qu'autre chose, puis posa doucement les mains sur ses épaules, se voulant rassurante.

"Ce n'est rien, mon garçon. Du moins, cela ne me dérange pas. En revanche, je doute que s'assoupir devant ce qui me semble fortement être une église soit une tâche très appropriée pour... une personne telle que toi."

Elle le détailla de nouveau, en particulier sa tenue vestimentaire d'un genre qu'elle ne connaissait que vaguement. Fouillant dans sa mémoire encore embrouillée, elle chercha où et quand elle avait bien pu voir une telle manière de se vêtir. Pas de son vivant, c'était certain. Quand à sa mort, avoir passé plus de sept siècles à errer ici et là sans pouvoir demander des explications sur son environnement changeant était plus qu'irritant et déstabilisant. Elle avait pu voir changer sa région natale du tout au tout. Les maisons de chaumes et de bois n'étaient aujourd'hui plus que des pierres moulées ensemble. Les remparts des villes avaient pour la plupart cédé, tout avait été détruit puis reconstruit. Les bateaux ne tiraient plus de boulets de canon, les charrettes émettaient des détonations inquiétantes et n'étaient plus tirées par des chevaux. Les valets s'étaient un jour rebellés contre leurs maîtres et les rois avaient chu les uns après les autres.

Non, définitivement non, elle ne savait pas comment traiter ce jeune homme devant elle. Elle avait déjà du mal à digérer le fait d'avoir retrouvé, à ce qu'elle avait constaté, le corps de ses 20 ans et une vie neuve... Ce fut à son tour d'hésiter, mais il fallait qu'elle pose ses questions.


"Hum, cela va te paraître étrange comme question mais... à quelle époque sommes-nous ? Et où sommes-nous ? Es-tu un page ? Si c'est le cas, pourrais-tu me conduire à ton maître ?"

Elle se retint d'en demander trop, le pauvre jeune homme semblant tout décontenancé par son réveil en fanfare. Cette époque n'était pas la sienne, parviendrait-elle à s'y intégrer ? Elle ne laissa rien voir de son léger malaise par rapport à cette situation insolite et sourit pour le rassurer.

"Pour être honnête, je viens juste d'arriver dans cet endroit... J'ignore comment je m'y suis prise et je ne connais pas les lois qui sont en cours ici. Pourrais-tu m'aider à m'y retrouver ?"
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Ven 31 Oct 2014 - 23:31
Bell n'osait pas la regarder dans les yeux, il se souvient de l'époque ou il avait osé regarder de travers un noble, il se souvint de chaque coup de fouet, la douleur commise par ces coups incessants, son dos qui saignait... Rien que d'y penser un frisson lui parcourut le dos... Mais soudain, il se souvint... Les nobles n'existaient plus sur deus-academia... Il n'osa pas lui en touche un mot pour le moment, mais il faudrait lui dire au bout d'un moment... Bell se fit légèrement rabaisser par la jeune damoiselle... Il n'aimait pas ça du tout... Puis elle lui posa qu'elle que question sur le lieu et son rôle ici ainsi que l'époque a laquelle nous étions...

"Nous sommes en... Si je ne me trompe pas... En 2014... Et... Je ne suis pas une page... Je... Je suis un élève... Un apprenti dieu de cette école... Comme vous... Sinon vous ne seriez pas ici en ce moment même... Et nous sommes à la Deus-academia Pour étudier et apprendre à devenir de bons dieux et apprendre à maîtriser nos pouvoirs de dieux... Si vous êtes ici c'est que deus au moment de votre mort vous a choisi et vous a trouvé assez digne pour renaître en tant que dieu dans ce monde... Il vous a aussi donné un pouvoir particulier que seul vous a en votre possession... Je peux vous faire visiter l'académie si vous le souhaitez Madame ? Qu'elle est votre nom, je ne vous l'ai point demandé..."

Bell regarda la dame et enfin osât la regarder dans les yeux... Il attendait de voir sa réaction et ça risquait d'être fort amusant... Il se souvient de lui à son arrivée et de sa surprise face à ce nouveau monde qu'il venait de rencontrer...
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Sam 1 Nov 2014 - 0:22
L'ancienne souveraine marqua un temps d'arrêt. Très long en vérité. Elle se repassa plusieurs fois en boucle les mots que venait de prononcer le dénommé Bell Shi avec le plus grand sérieux du monde. Non, décidément, non, cela ne voulait pas rentrer. Être en 2014 passait encore, même si cela faisait 810 années de hantise pour son esprit opposé à la simple déchéance dans le passé. Mais être une "élève", pour devenir "déesse", avec ce garçon et tous les gens de cette "académie".

Elle le relâcha lentement, regarda autour d'elle, puis lui de nouveau. Sans avertissement elle éclata de rire, un fou rire même qui la laissa pliée en deux et se tenant les côtes. Cela dura de longues minutes avant qu'elle ne réussisse enfin à se calmer, puis elle essuya les larmes qui lui coulaient des yeux.


"Ah quelle bonne plaisanterie ! Je n'ai pas défié le Pape à plusieurs reprises pour me retrouver vassale de ce "Deus" inconnu... Dût-il essayer de me découdre ou me trousser pour arriver à ses bonnes fins. La reine d'Angleterre ne sera point si facilement bernée ! Qu'on m'amène ce malandrin et il tâtera de ma lance dans une lice à mort !"

Elle continua de rire un moment, mais son rire était bien plus jaune, et son teint bien plus pâle. Losqu'enfin elle se calma, les mains moites et le regard confus, elle se força à rester digne et droite, comme lorsque Louis lui avait un jour proposé le fouet pour expier le crime d'adultère qu'il avait découvert. Sa voix baissa d'un cran et elle détourna le regard une nouvelle fois sur les édifices autour deux, les découvrant d'un nouvel œil.

"A l'heure de ma mort, n'est-ce pas ? Cela fait beaucoup de retard. Énormément de retard..."

Maintenant qu'elle y repensait, la voix différente de celle de l'ange avait bien dit "Deus". Peut-être était-ce vrai. Peut-être la farce dont elle pensait être la victime était-elle réelle. Après tout, elle ne rêvait pas, vivait de nouveau, s'était réveillée elle ne savait où, pour tomber sur une personne visiblement étrangère à sa condition. Oui, peut-être après tout. Peut-être que l'ange avait exaucé sa prière de renaissance. Dans ce cas, cela voulait-il qu'elle était dotée de magie, comme sa chère Loanna ? Ce Deus était-il une autre forme de Merlin, qui lui accordait simplement une nouvelle chance d'intégrer sa lignée à celle d'Avalon ? Était-ce l'héritage de Richard et des autres après leur mort ? Un don se révélerait bientôt à elle, et elle guiderait alors les prêtresses vers leur destin.

En attendant, elle devait jouer le jeu de sa nouvelle existence, et donc oublier temporairement son nom qui lui était enfin revenu. Aliénor d'Aquitaine disparaissait pour mieux revenir, plus forte, mieux armée, et reprendre ses droits sur les couronnes oubliées de France, d'Angleterre, d'Espagne et même du Saint-Empire. La lignée des Plantagenêt avait étendu ses racines dans nombre de contrées.

Un sourire confiant reparut sur ses lippes, son regard prit sa fermeté habituelle et revint sur le jeune homme face à elle.


"Soit, je vais te faire confiance. Tout cela me paraît vraisemblable. Donc nous sommes dans une académie... Est-ce une sorte d'Ordre ? Je devrais pouvoir m'y faire. Je te serai gré de ta proposition et l'accepte avec joie. Et pour te répondre, je suis..."

Renaissance, nouvelle existence, nouveau nom. Aliénor, Éléonore, Aléanor, Eli... Elionor... Elionie... Elione. Pas trop éloigné mais pas trop semblable non plus. Et pour ne pas se trahir, ne pas parler de Bordeaux et de l'Ombrière. Ni du Poitou... Mais la belle Gascogne possédait d'autres régions dignes d'intérêt, les Landes par exemple. Bien sûr ! Elione des Landes. Elione d'Elande. Avec un peu de chance il ne connaîtrait rien du pays. Parfait.

"Je suis Elione d'Elande, baronne de Carsac. J'ai déjà séjourné dans plusieurs Cour royales fastes en tant que dame de compagnie des têtes couronnées qui y siégeaient. C'est pour cette raison que je t'ai pris pour un page, tu sembles très jeune et peu aguerri au combat. A mon époque les jeunes hommes comme toi étaient donnés à des baronnies de bonnes familles pour accomplir leur apprentissage de page, puis d'écuyer, avant de devenir chevaliers et d'acquérir leur propre fief en qualité de vassal ayant prêté l'Hommage. Je me suis méprise. Si tu es toujours partant, nous pouvons faire le tour de cette demeure maintenant !"
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Jeu 6 Nov 2014 - 22:12
Elle se mit a rire pendant de longue minute, elle était pliée en deux et Bell avait l'impression qu'elle se moquait de lui... Il n'aimait pas ça du tout, son regard se durcit au fur et à mesure qu'elle rigolait... Quand elle eut fini de rigoler Bell avait un regard froid et dépourvu de sympathie pour elle... Elle dit deux trois trucs a propos d'un pape et elle recommença a rire ce qui agaçait Bell au plus haut point... Bell voulait en finir au plus vite avec cette jeune Dame qui se croyait tout permit...

Ce n'était pas son jour... Dabord il perd son arc et après il rencontre cette dame qui se prenait pour quelqu'un de supérieur et elle osait se moquer de deus, de l'académie et de tous ces résidents a la fois... Bell avait les points serrer et ses jointures étaient extrêmement blanches... Elle dit a bell qu'elle lui faisait confiance et enfin elle finit se présenter ...

Elle avait pris son temps ... Elle m'expliqua qu'elle avait vécu dans des châteaux et qu'elle avait servi de dame de compagnie a des rois... Puis soudain, elle reparla de la visite, Bell n'y avait plus penser sur le coup donc... Que pouvais donc t'il faire visiter à la jeune dame... On pouvait commencer par la cafétéria... Elle devait avoir faim vue qu'elle n'avait pas mangé depuis un moment...

"Nous allons commencer par aller manger... Je pense que vous devez avoir aussi faim que moi... Je ne me trompe pas j'espère ?"

Bell s'était remis a sourire... La nourriture allait peut-être lui faire oublier les désagréments de cette rencontre... Sans attendre sa réponse bell lui prit la main et la tira jusqu'à la cafétéria... Il se perdit comme à son habitude dans l'académie et après une dizaine de minutes, ils arrivèrent saint et sauf a la cafétéria...

"Voilà l'estomac de l'académie... La cafétéria... Ouvert tout le temps a pars la nuit... Ici, vous pouvez vous servir à volonté de tous les plats tant que vous ne faites pas de gaspillage..."

Bell prit une assiette et se servit dans plusieurs plats avant d'aller s'assoie accompagné de la jeune femme... Mais il partit quelque instant pour lui faire un soda de sa spécialité... Il revint avec deux grands verres remplit de soda spécial bell...
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Jeu 6 Nov 2014 - 22:48
La souveraine fut surprise de la rapidité de décision du jeune homme, qui avait semblé vexé par ses propos sans qu'elle ne s'explique pourquoi. De plus, il avait dit ne pas être un page, mais il n'avait pas mentionné ce qu'il était. Partant de ce principe, Elione le prit volontiers pour un valet, avec une livrée certes bien insolite, mais après tout si le temps avait passé pourquoi pas ? Ce fut à son tour de s'offusquer lorsqu'il la prit par la main sans cérémonie, pour l'amener après un long moment d'hésitation dans les couloirs jusqu'à un endroit d'où émanaient un certain nombre d'odeurs inconnues. Mais s'il y avait autant d'odeurs, alors il y avait probablement de la nourriture à foison ! Elle se laissa conduire à l'intérieur et écarquilla les yeux sous l'impact du bruit ambiant, en voyant les tables groupées et séparées à la fois, tout le monde se lever en même temps, des chariots de vaisselle sales et de restes non consommables tels que les os et le gras.

"Cafétéria ??? C'est le nom de cet endroit... ?"

Elle le regarda, choquée, se servir de tout les plats lui-même debout, valsant entre les différentes tables de victuailles. Et il n'attendait même pas son roi ! Et à bien y regarder, personne n'attendait le roi, aucun échanson, aucun jongleur, aucun danseur, aucune musique... De petits groupes de 2 à 4 personnes en moyenne parlaient entre eux, sans se soucier des autres. Une impolitesse indécente et inadmissible ! Et le pire... LE PIRE fut de voir un duo de filles aux cuisses découvertes par des jupes assez courtes. Elione se rua dans leur direction, rouge de honte et de colère.

"QUE VOILA DES DEMOISELLES INDÉCENTES ! Explosa-t-elle devant tout le monde. N'avez-vous pas honte de vous montrer de la sorte en publique ! Même les catins sont plus présentables que vous ! C'est proprement impardonnable, vous devriez être châtiées !
-Oh du calme ! T'es qui toi pour nous parler comme ça sérieux ? T'as vu tes fringues en plus ?
-On dirait que tu sors tout droit d'un film du Moyen-âge avec tes collants ringards, va jouer ailleurs. La vraie mode est visiblement pas à ta portée !"

Le ton monta rapidement, tant et si bien qu'un attroupement se forma autour des deux filles avec leurs assiettes, et d'Elione qui dénonçait le "scandale". Elle crut que les gens autour d'eux venaient se ranger à son avis, trop pleutres pour oser clamer haut et fort leur désaccord. Mais elle déchanta en entendant la moitié des partisans se ranger contre elle, et l'autre dans son dos, riant de son audace plutôt que la soutenant vraiment. Le conflit attira l'attention des rares surveillants de la cafétéria et des cuisiniers. Outrée comme elle ne l'avait jamais été, et faute de posséder un gantelet à jeter à la face de ses interlocutrices, Elione défourailla son épée et la pointa sous une des deux gorges, prête à la provoquer en duel.
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Ven 7 Nov 2014 - 0:32
Bell avait commencé a manger un somptueux gâteau a la chantilly mais n'avait pas vu que Dame elionne c'était attiré des ennuis auprès des jeunes apprentis dieux... Il pensait qu'elle aurait suivi sagement, mais les nouveaux de nos jours... Il remarqua sa disparition surtout quand elle entendit des éclats de voix et une foule... Bell se leva subitement et se dirigea vers la foule... Heureusement grâce a ça petite taille, il arriva à passer à travers la foule en furie...

Il arriva au centre de la foule en jouant un peu des coudes et vit qu'elionne se querellait avec deux jeune femme vêtu de jupe assez provocatrice... Il est vrai que pour quelqu'un de son époque cela pouvait fortement choqué, ces habille aussi cours était réservé aux catins ou aux femmes dans les harems, Bell comprenait le sentiment d'Elionne car lui-même avait été étonné par les vêtements aussi cours et le sans gêne des jeunes dames de cette époque...

Bell rougissait un petit peu, mais son regarde se porta sur elionne... Elle se tenait droit face à ce groupe de jeune qui aurait fait fuir bell si in n'avait pas été en compagnie de cette jeune dame... S'il ne faisait rien, il risquait d'y avoir une pagaille monstre et la nouvelle risquait de grave ennuie, car les profs risquaient de venir s'il avait vent des problèmes qu'elle causait... Il ferma les yeux quelque seconds pour réfléchir à un plan de sortie... La seule solution possible d'après bell était de la prendre et de foncer dans le tas mais cela risquait de fortement déplaire aux élèves ainsi qu'a dame elionne mais bon il fallait tenter le tout pour le tout, ce n'est pas tous les jours que l'on croisait quelqu'un comme elle...

Bell retroussa ses manches et se rapprocha d'elionne et lui chuchotas un "Désolé..." Ces bras devinrent noirs instantanément, il souleva Elionne sans trop de difficultés puis il fonça à travers la foule sous les yeux étonnée et ahurie de tout les élèves... Pendant sa fuite, il attrapa quelque sandwich qui traînait sur un table, il n'entendit qu'une voie loin derrière raller...

Il sortit de la cafétéria en quelque seconde et une poignée de secondes plus tard il était dans l'internat... Il courait a travers les couloirs et il finit par trouver une chambre vide ou il pénétras avec elionne sous le bras... Il referma la porte derrière lui et il Posât Elionne a terre et il s'écroula par terre... La noirceur avait presque entièrement recouvert son torse et il avait du mal à respirer... Il ferma les yeux pour se calmer et la noirceur décrut lentement... Quand la noirceur disparut et enfin, il respira un peu mieux...

Bell regarda Elionne quelque instant, il réfléchit a quelque chose puis il lui dit franchement...

"Vous... Vous cherchez vraiment les ennuie dés votre arrivé ? Qui sait ce qui serrait arrivé si je n'avais pas été là... Il aurait pu... Vous faire du mal... Je suis désolée de vous dire ça mais... Je vais devoirs vous éduquer... Pour votre bien... Et pour le bien de tous..."

Bell s'était un peu inquiété quand même cela aurait put dégénéré en bagarre... Il devait tout lui apprendre sur ce nouveau monde qui s'ouvrait à elle...
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Ven 7 Nov 2014 - 13:01
Encerclée de toutes parts, la belle blonde ne vit pas revenir Bell dans son dos. La surprise fut totale lorsqu'il la souleva avec sa carrure plutôt frêle et l'emmena au loin. D'abord déroutée par la gravité tout à coup modifiée, Elione se débattit comme une diablesse, lui ordonnant de la lâcher avec toute sa hargne.

Quand enfin il daigna la lâcher, elle fit aussitôt volte-face, épée en main et pointée sur lui.


"JE NE SUIS PAS UN VULGAIRE SAC ! TU NE SAIS PAS A QUI TU AS AFFAIRE IMPUDENT PERSONNAGE !"

Elle le vit alors, noir et dégageant quelque chose d'horriblement dérangeant. Elle n'en fut que plus méfiante et renforça sa garde, prête à lui enfoncer sa lame dans le cœur à la moindre occasion. Et elle l'aurait probablement fait dans la seconde s'il ne s'était pas écroulé devant elle, épuisé. Elle tremblait, dans cette pièce silencieuse et pleine de lumière, de colère et d'indignation. Elle était furieuse et farouche, comme rarement elle l'avait été.

"Sale engeance ! Tu as passé un pacte avec le Diable ! Sorcier ! Hérétique ! Tu mérites le bûcher ! Je te garantis que si je trouve une torche, tu n'en auras plus pour longtemps !"

Le tenant à l’œil, elle attrapa une chaise et l'écrasa violemment au sol pour en récupérer un pied, puis chercha de quoi faire du feu pour l'allumer. Malheureusement pour et heureusement pour Bell, elle n'en trouva pas avant qu'il ne se redresse enfin, calmé.

"Vous... Vous cherchez vraiment les ennuis dès votre arrivée ? Qui sait ce qui serait arrivé si je n'avais pas été là... Ils auraient pu... vous faire du mal... Je suis désolé de vous dire ça mais... Je vais devoirs vous éduquer... pour votre bien... et pour le bien de tous..."

Elle s'immobilisa face à lui, intriguée. Ce n'était pas vraiment le genre de paroles qu'elle s'attendait à entendre venant d'un sorcier sur le point de brûler. Son pied de chaise dans une main, son arme dans l'autre, elle s'approcha de lui et plaça sa lame près de sa gorge.

"Qui êtes-vous pour prétendre m'éduquer ?! Je sais parfaitement me débrouiller seule ! Et je doute qu'aucun de ces manants n'aurait pu prendre le dessus sur moi en combat singulier ! Aucun n'était armé et aucun n'a eu assez de cran pour me défier ! Vos histoires à dormir debout ne m'intéressent guère ! Vous allez recevoir le jugement que Dieu réserve aux pêcheurs de votre espèce ! Vous... !"

Un gargouillement sonore brisa son élan. Elle avisa le sandwich qui fleurait bon, qu'il tenait encore en main, son épée assez proche pour qu'elle puisse l'embrocher sans s'approcher trop près de Bell. Et de toute façon, elle n'avait pas encore de feu pour le rôtir. Elle repensa à l'endroit appelé "cafétéria" et à toutes les choses que les personnes mangeaient là-bas malgré leur aspect immonde. Cela faisait trop d'un coup. Beaucoup trop de choses à encaisser. Même s'il était un hérétique, il était le seul à essayer de la comprendre et de l'aider -maladroitement, mais tout de même.

"Vous prétendez avoir voulu me sauver, est-ce bien cela ? Dans ce cas, je vais vous accorder un sursis. Mais au moindre faux pas, je vous embroche. Est-ce bien clair ?"

Elle attendit qu'il ait donné son assentiment pour le laisser se relever et abaisser légèrement son épée, sur ses gardes.
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Dim 9 Nov 2014 - 15:23
Le diable... Ah... Si seulement elle savait ce que bell avais vécu elle aurait tellement plus peur de lui...

"Déja, d'une, je n'ai point pactisé avec le diable... Mon corps est... À moitié maudit... Pendant ma vie, j'ai été l'hôte d'un vil démon... De deux... Chacun de ces manants comme tu les appelles ont tous des pouvoirs spéciaux... De trois... Je viens d'un époque relativement proche de la vôtre donc je serrais plus apte à vous aider... De quatre si je meurs, je reviendrai à la vie à l'infirmerie"

Il entendit un gargouillement très sonore venir du ventre d'elione, Bell regardât les sandwiches qu'il avait en mains puis il regardât elione...

"Et de cinq je pense qu'une fois le ventre plein vous serrez plus apte a discuter et a apprendre..."

Bell se releva sans trop de difficultés et il lui tendit les sandwiches qu'il avait en mains, elle les prit...

"Je vais vous expliquer comment ça marche ici sinon vous risquer d'agresser toutes les jeunes filles habiller en jupe... Alors... On va commencer par les apprentis dieux... Les apprentis dieux sont libres de vivre habiller comme ils veulent sans que cela soit trop déshabiller... Par exemple, les deux jeunes femmes de tout a l'heure, c'était dans les normes... Chaque apprenti dieu a un pouvoir spécial qui leur sont propre, par exemple moi j'ai un pouvoir qui s'appelle "la forme démoniaque" et qui me permet de transformer mes bras en bras de démon, mais les apprentis dieux peuvent apprendre d'autre pouvoir, telle que les ailes céleste ou d'autre pouvoir de ce genre... Les apprentis dieux peuvent aller sur terre, mais ils doivent être accompagnés... Ou alors vous faite comme moi... Moi, je me suis perdu 1 mois sur terre avant que je trouve un moyen de revenir ici... Car oui... La terre et l'académie sont deux lieux distincts qui sont reliés par un port et des portails magiques..."

Bell réfléchit quelque instant ... Qu'est-ce qu'il pouvait dire... Il pouvait parler de la terre et de ce qu'elle ne devrait pas faire là-bas...

"Si vous allez sur terre ne montrer votre pouvoir à personne, ne tuer aucun humain, ne vous habiller pas comme cela et ne ramener pas votre épée les armes sont interdite là-bas... Sur terre, il existe des humains spéciaux capables de tuer les apprentis dieux donc attention... Ne mourez pas sure terre sauf si vous étés accompagner, celui qui vous accompagne pourra vous ressusciter à l'infirmerie... Bon... Je crois que j'ai dit le principale mais je pense que j'ai oublié des détails..."

Bell regarda elione dans les yeux et attendit sa réponse ainsi que ces diverses réactions...
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Dim 9 Nov 2014 - 16:39
Stop. Stop. STOP !

L'ancienne souveraine ne chercha même plus à comprendre ses paroles une fois le mot "démon" prononcé. Qu'il ait pactisé avec le Diable ou avec un démon, cela revenait au même : il devait brûler pour expier. Or l'endroit manquait cruellement de matériaux pour faire du feu et il était en train d'avancer vers elle pour lui tendre la chose qui avait l'air mangeable. Vive, elle s'en empara puis le fit reculer du bout de l'épée. Elle s'empara d'un bout de chaise au sol et le lui lança dessus pour le tenir à distance, puis un autre et encore un autre jusqu'à ce qu'il soit bien obligé de se protéger avec ses bras.

Elle repéra une porte sur le côté et tenta le tout pour le tout : à mesure qu'elle lançait ce qu'elle avait sous la main, elle s'y dirigeait. Le pauvre Bell dut alors endurer le lancer de plantes en pot, de morceaux de chaise, d'une boule à neige décorative, d'une lampe posée sur un meuble et même d'un chevalet miniature, avant qu'elle n'atteigne la pièce, n'y entre et la referme. Oh miracle ! En plus elle avait trouvé comment la verrouiller, le système ne différant que dans son apparence des poignées de porte médiévales. Se retournant, elle constata qu'elle était entrée dans les latrines, et que celles-ci étaient propres. Elle pourrait ainsi tenir un bout de temps. Elle rabattit le couvercle sur la cuvette, s'assit dessus avec son épée et son sandwich en main, puis décida de bluffer son poursuivant.


"N'approchez pas plus ! Si vous tentez quoi que ce soit pour ouvrir, je vous pourfendrai avec les armes que je viens de trouver ! Quelle malchance pour vous qu'il y ait eu un râtelier dans cette pièce, ha ha ha ! Et je suis presque sûre que cet objet est magique ! JE CROIS MÊME QUE JE SAIS COMMENT L'ACTIVER ! Fichez le camp ou je vous découdrai avec !"

Ce qu'elle ignorait, c'était que les chambres avaient toutes une disposition unique, que Bell la connaissait donc, et que ses menaces la tournaient pour le coup en ridicule.
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Dim 9 Nov 2014 - 17:43
Elle recula vivement et se mit à me jeter divers objets, Bell se protégea instinctivement avec ses bras, elle me jetait tout ce qui lui traînait sous la main telle que des chaises, des boules-de-neige décoratives et d'autre objet divers... Elle se dirigeait lentement vers les toilettes... Je la laissai faire et finalement et s'y calfeutras... Bell riait intérieurement, mais se retient pour ne pas vexer la jeune femme...

"D'accord monsieur... On va dire cela... Mais sur moi ça ne marche pas... Je... Je reviens dans quelque minute ne bouger pas..."

Bell sortit de la chambre des merveilles et se dirigea vers le secrétariat, quelque minute plus tard il y arriva... Il vit la dame qui gérait les chambres...

"Excuser moi madame... Je... Je viens chercher les clés de la chambre des merveilles pour une amie... Ainsi que pour signaler quelque dégradation..."

Elle me regarda avec un regard suspicieux...

"Comment s'appelle-t-elle ? Et que voulais dire par dégradations ?"

Bell balbutia...

"Elle s'appelle Elione d'Elande... Elle... Comment dire cela... Je lui ai dit que mon pouvoir était lié au démon... Elle a commencé à me jeter tout ce qu'elle avait sous la main avant de se caché aux toilettes..."

La dame regarda bell et lui donna une clé puis elle me dit

"J'irais lui en toucher deux mots..."

Je la regardasse et j'imaginais déjà la punition qu'elle allait subir...

"Merci madame..."

Je repartis en courant et je me stoppai devant la cafétéria... Elle devait encore avoir faim... Je rentrasse dedans et je chargeai un plateau d'un poulet entier et de divers légumes... Je regardasse autour de moi et je sortis discrètement la cafétéria... Il passa par des couloirs ou personne ne passait, il évita de justesse un prof en se cachant dans un débarras... Il ressortit au bout de quelque minute et il arriva dans la chambre d'Elione... Il posa le plateau au sol et recula légèrement...

"Je suis de retour... Vue que vous avez saccagé cette chambre, je vous ai cherché la clé, car elle sera votre à partir de maintenant... Et j'ai ramené de la nourriture aussi..."

Bell prit un sac-poubelle qui traînait dans un coin et il mit tout ce qui était cassé dedans puis il s'assit par terre en attendant qu'elle sorte...
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Dim 9 Nov 2014 - 18:58
Retranchée dans ce qu'elle croyait être un abri sûr, Elione avait attendu que le silence revienne, oreille plaquée contre la porte. Elle n'était pas dupe, aussi ne sortit-elle pas. Elle préféra se concentrer sur l'étrange petit pain ouvert en deux qui contenait de la viande, de la laitue, et d'autres choses qu'elle ne reconnut pas vraiment comme ces lamelles rouges avec de petites graines*. Elle déposa son épée au sol, sans faire de bruit pour que l'autre la pense toujours sur le qui-vive, puis elle mordit à grande bouchée dedans. Le pain n'avait pas un goût excellent, peut-être parce qu'il ne sortait pas tout juste du four, la mayonnaise masquait en partie celui de la tomate et des fines lamelles de carottes, aussi eut-elle beaucoup de mal à en définir la saveur. Après de longues secondes à ne mastiquer que la première bouchée, elle décréta que cela lui plaisait assez pour qu'elle finisse, même si rien ne valait une bonne caille farcie ou un pavé rumsteak de bœuf saignant. Quelques minutes après qu'elle en eut terminé -bien trop vite pour bien trop peu de nourriture de son avis-, elle se colla de nouveau à la porte. Aucun bruit. C'était l'occasion de fuir mais elle s'abstint, attendant encore peu.

Elle en profita pour méditer ce qu'il avait dit. Voyons, de quoi avait-il parlé déjà ? Il abritait un démon, mais visiblement ce n'était pas la même chose que le Diable à ses yeux. Soit. Il avait dit qu'il venait d'une époque proche, elle se demandait bien comment pouvait être possible étant donné son accoutrement. Il avait aussi parlé de revenir à la vie dans un endroit dont elle avait oublié le nom. Et tout le reste était complètement passé aux oubliettes. Rien que cela sonnait complètement irréaliste. Un seul être au monde avait pu revenir à la vie, et jamais il n'avait partagé ce don avec qui que ce fut. La nouvelle se serait forcément répandue dans les trois continents** aussi vite que les coursiers et les pigeons voyageurs galopaient et volaient.

Elle s'interrompit dans ses pensées en l'entendant revenir. Il utilisa cette fois des mots qu'elle comprenait parfaitement puis sembla s'éloigner, mais pas autant que la première fois. Le mot nourriture fit crier famine à son estomac une fois de plus, mais elle se retint de sortir tout de suite. Agir trop vite pourrait la mettre dans une situation périlleuse à n'en pas douter.


"La chambre sera mienne ?"

Elle fit des yeux ronds. Elle l'avait mise en désordre, et donc la chambre lui appartenait ? C'était une manière de pensée vraiment étrange. Comme il restait encore là, elle décida de satisfaire sa curiosité avant de le renvoyer. Au moins, si la chambre lui appartenait, elle n'aurait pas besoin de donner de raison pour le faire.

Elle fit jouer le verrou, poussa la porte de quelques centimètres. De là où il était, c'est tout ce que Bell put voir. Puis, lentement, la pointe de son épée dépassa, petit à petit, jusqu'à ce qu'elle pousse un peu plus la porte et glisse sa tête hors des toilettes, méfiante. Elle le vit alors à l'autre bout de la pièce, avec son sac poubelle, un poulet fumant accompagné d'autres mets qu'elle ne connaissait pas tous devant elle, ainsi qu'une paire de clefs, le tout réunis difficilement sur un plateau. Elle regarda le piège en se demandant s'il la prenait pour une souris devant un fromage, balaya les alentours du regards. Rien ne paraissait destiné à l'empêcher d'en profiter. Elle sortit donc, laissant la porte entrouverte pour retourner dans sa cachette si besoin, puis s'assit devant le plateau et attira une assiette de pommes de terre vers elle. Ignorant royalement les couverts, elle souffla dessus jusqu'à ce que la fumée s'atténue puis empoigna une bouchée promptement avalée. Elle continua ainsi avec tous les plats, ne se gêna pour mordre goulûment dans le poulet qu'elle tenait à pleines mains, quittant rarement Bell du regard. Une fois son repas terminé, elle s'essuya d'instinct sur la serviette jetable et s'adossa au mur.


"Je ne pensais pas que les hérétiques pouvaient être honnêtes par moments... mais vous restez un partisan de la magie noire et je ne puis m’acoquiner avec vous ! Si vous souhaitez vraiment m'aider, réexpliquez-moi vos choses de tout à l'heure lentement, sans vous approcher, et partez d'ici aussitôt votre verbiage terminé. C'est tout ce que je puis souffrir."

Elle savait qu'après cela elle resterait pensive et perdue, alors autant l'être seule pour pouvoir y réfléchir.

*La tomate est apparue en Europe au XVIe siècle.
**Europe, Afrique, Asie.
Suivant : [Quête] Rester de marbre


Dernière édition par Elione d'Elande le Mar 11 Nov 2014 - 16:41, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Mar 11 Nov 2014 - 15:42
"Oui, elle sera votre chambre... Vous avez saccagé cette chambre vous vous attendiez que l'on vous en donne une autre peut être ?"

Il y eut quelque minute de silence puis enfin la serrure des toilettes se fit entendre, elle entrebâilla la porte de quelque centimètre... Bell vit la pointe de l'épée sortir par cette fente puis elle l'ouvrit un peu plus et elle fit sortir sa petite tête, elle me regardait avec un regard méfiant...

Elle regarda la nourriture quelque instant, elle regarda un peu la pièce puis elle sortit complètement des toilettes... Elle était toujours méfiante à l'égard de Bell... Elle s'assit en face du plateau et elle commença par souffler sur les patates, Bell nota qu'elle ne se servait point des couverts pour préférer manger avec ses mains... Elle vida les assiettes en gardant un œil sur moi de peur que je l'agresse... Une fois qu'elle eut fini les assiettes, elle s'essuya la bouche et elle s'adossa au mur...

"D'accord... Nous allons commencer par la tenue Vestimentaire des apprentis dieux... Les apprentis dieux son libre de s'habiller comme ils le veulent temps qu'elle ne dévoila pas trop de chaires... Les jeunes femmes de toute à l'heure s'habillent ainsi, car elle veule juste attirer l'attention des hommes... Les jeunes de nos jours sont très... Comment dire... Il manque de... De... Savoir vivre et de discipline... Ils sont irrespectueux avec leur aînée... "

Bell reprit sa respiration quelque minute puis il réfléchit...

"Parlons maintenant des Apprentie dieu... Chaque apprenti dieu a en lui un pouvoir qui lui est unique... Par exemple moi c'est ma transformation... Mais toi, tu dois avoir un pouvoir différent du mien... Mais les apprentis dieux peuvent apprendre deux pouvoirs supplémentaires par exemple, je maîtrise la déflagration aussi... Je vais vous montrer..."

Bell sortit un bout de bois du sac-poubelle et le posa sur le côté... Il frappa dans sa direction et le bout de bois fut projeter contre le mur... Il le récupéra et le remit dans un sac-poubelle...

"C'est un pouvoir que j'ai acquis grâce a... Je ne sais pas bien en faite comment je l'ai obtenu, mais... Je sais qu'il en existe beaucoup d'autres... Ils sont recensés dans un livre, je crois... Enfin bon bref passons... Parlons de la terre maintenant... La terre, c'est le lieu ou tous les apprentis dieux et professeur qui sont présent à l'académie habitait avant... La terre et l'académie sont... Deux lieux séparer, mais relié entre eux grâce a des... Bateau et quelques portails magiques... Vous pouvez si l'envie vous guette d'aller sur terre, mais il faut être accompagné... Ou alors vous perdre dans l'académie et tomber dans un des rares portails magiques existant... Sur terre, il y a plusieurs règles, interdictions d'utiliser ses pouvoirs face à des humains sauf en cas d'extrême urgence, ne pas tuer d'humains, ne pas ramener d'arme sur terre ou faire en sorte qu'elle soit très discrète, Éviter de mourir sauf si vous êtes accompagné, éviter de se faire tuer pas un humain sinon il va absorber un fragment de votre pouvoir et il deviendra un chasseur de dieu et enfin... Éviter les renégats... Ils sont pour la plupart des apprentis dieux rebelles qui ont fui l'académie pour tuer des humains sur terre et les apprentis dieux trop faiblards... Bon... Je crois que j'ai tout dit et je vais vous laisser vous reposez, ces beaucoup d'informations a digérer en même temps... "

Avant de se lever bell s'étira et quelque chose attirât son regard, cela ressemblais à... Son ARC ! Que faisait-il ici, jamais il ne le sut... Il tendit sa main sous le lit et attrapa son arc ainsi que son carquois... Il regarda le carquois pour vérifier la présence de ces flèches et heureusement toutes ces flèches était là... Il poussa un soupir de soulagement puis il mit son arc et son carquois dans son dos... Ils étaient couverts de poussiere...

"Qu'est-ce qu'il faisait ici ? Depuis ce matin je le cherchais sans le trouver et voila que je le retrouve ici... Étrange... Bon, je vais vous laissez vous reposer madame Elione... ""

Bell lui fit un au revoir de sa main et sortit... Maintenant qu'il avait retrouvé son arc, il partit dans sa chambre... Qui était juste en face de celle d'elione... Il rentra à l'intérieur et il se mit à nettoyer la poussière présente sur ses flèches et son arc... Cela lui prit une vingtaine de minutes, une fois cela finit il les rangea à côté de son lit et se coucha, il ferma les yeux et se remémora les événements de la journée, il avait rencontré une nouvelle assez surprenante, mais a cette pensée, il s'endormit dans un sommeil profond...
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 881

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
15423/2000  (15423/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance - Mar 11 Nov 2014 - 22:24

J'en connais une qui va avoir du mal à s'y faire… mais nombreuses sont les étudiantes pour qui l'uniforme et la mini-jupe sont de rigueur ! Est-ce de la provocation ou du confort… ? Madame mettra sans doute beaucoup de temps avant de comprendre le nouveau monde qui l'entoure. Elle peut déjà remercier Bell pour cette mise en bouche, pour la découverte de la cafétéria et d'une chambre, même si nous savons désormais qu'Elione ne s'acoquinera pas avec ce gentleman. Attention tout de même : si son arc s'est retrouvé une fois ici… qui sait… une nuit…

Et je vous avoue que j'ai beaucoup aimé ce RP ! Elione retranscrit parfaitement les émotions du personnage paumé qui vient de loin, tandis que Bell joue à merveille l'élément perturbateur. Il fait exactement ce qu'il fallait faire pour perturber Elione, pour l'empêcher de se sentir douillette comme chez elle. J'aime j'aime j'aime !

Attention aux fautes, Bell : tu as les idées, il te manque juste l'écriture !

Elione d'Elande : 550 xps
Bell Shi : 495 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance -
De la cavalerie au ciel - Récit d'une renaissance
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Temple de Deus-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page