Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Godbusters!

♦ Rose ou chou ? : chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 129

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
1000/1000  (1000/1000)
Votre domaine:
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Godbusters! - Ven 31 Oct 2014 - 13:21


La ville était bien calme en ce début d'après-midi. Eren en vint à se dire que les Allemands faisaient la sieste après avoir changé pour la troisième fois de rue sans croiser âme qui vive. Il était parti le matin même de la capitale française et avait voyagé toute la journée pour finalement arriver dans la métropole bavaroise. Malheureusement pour lui, le blondin ne l'avait jamais visitée et ses artères avaient une fâcheuse tendance à toutes se ressembler. Ainsi, il s'était retrouvé à déambuler dans cette ville fantôme, à la recherche d'une adresse qui ne semblait pas exister sous une pluie battante. Sa chevelure blonde tombait le long de son crâne, lui obstruant la vue pour ne rien arranger, alors que ses vêtements avaient commencé à coller à sa peau. C'était une sensation extrêmement désagréable, mais lors de son éducation au Centre, Eren avait eu l'occasion de pratiquer dans de bien pires conditions, aussi il ne s'en formalisa même pas.


La raison de sa venue en terres inconnues était surprenante, même pour un personnage aussi atypique que lui. Suite à une conversation qu'il avait eue -enfin, c'était un bien grand mot, si l'on considère les circonstances*- avec un certain VVVParaclet (drôle de nom, vous en conviendrez), Eren avait décidé de lui rendre visite pour qu'ils parlent des phénomènes étranges qui se produisaient depuis quelques temps. En vérité, le garçon n'était pas vraiment certain de ce que VVVParaclet entendait par « étranges ». A son sens, un certain nombre des choses qu'il avait vues depuis la fermeture du Centre pouvaient répondre à ce qualificatif. Il était en réel décalage avec le reste du monde, et il le savait. Pour autant, c'était la première fois qu'il croisait -si on pouvait employer ce terme- une personne qui cherchait un interlocuteur. Durant sa maigre expérience, il n'avait pas beaucoup vu les humains s'entraider ou chercher ne serait-ce qu'à discuter. Ils semblaient tous si pressés, si occupés... Lui qui s'était décidé à partir à l'aventure en avait pris un sacré coup. C'était principalement pour cette raison qu'Eren avait décidé de rendre visite à VVVParaclet, et puis il fallait l'admettre, ces rêves et les pensées qui l'assaillaient depuis quelques temps avaient de quoi susciter des interrogations.


C'était ainsi que le blondin s'était retrouvé à déambuler dans les rues de Munich, au beau milieu de l'après-midi, déchiffrant tant bien que mal les panneaux servant à indiquer le nom des différentes allées. Finalement, après quelques heures de recherche infructueuse, il trouva la demeure qu'il cherchait. C'était une petite maison sans prétention, plutôt ordinaire d'après le peu que connaissait Eren à ce sujet. Il sonna à la porte et attendit qu'on lui ouvre. Eren n'en avait pas conscience, mais dans l'état actuel des choses, n'importe quelle personne normalement constituée lui ouvrant la porte de chez elle la lui claquerait au visage aussitôt, probablement pour aller appeler la police dans la foulée, et pour cause ! Sa mine était absolument épouvantable : la courte nuit de la veille avait laissé des traces immanquables sur son visage sous la forme de profondes cernes, tandis que le déluge qui s'abattait sur la capitale de la Bavière avait fini d'achever son costume, ayant pourtant déjà l'apparence négligée qu'Eren s'efforçait de lui donner chaque jour. Et ceci sans compter son habituel regard totalement vide qui lui donnait l'allure d'un psychopathe en puissance tant il suintait l'inhumanité, vestige du conditionnement qu'il avait subit durant son enfance.


Droit comme un piquet, presque au garde à vous, Eren attendait donc que le mystérieux VVVParaclet lui ouvre la porte de son domicile, sans même se douter un seul instant de l'étrangeté de la situation.


-----------------------------------------------------------------
*Etant tout bonnement incapable de lire et d'écrire, Eren a simplement entendu deux pochtrons parler d'un forum où les gens discutaient de choses « pas normales, normales ». Intéressé, il aurait ensuite demandé à l'un d'entre eux de faire l'intermédiaire avec un membre dudit forum, moyennant une compensation financière. Pas grand chose de spontané, si vous voyez ce que je veux dire...
Invité
avatar
Invité
Re: Godbusters! - Sam 1 Nov 2014 - 13:40
Il n'y avait rien à faire, toute tentative de concentration était impossible. Assis face à son bureau, Tobias admirait sans passion la trombe torrentielle qui s'abattait sur son quartier depuis ce midi. Sa feuille de rédaction ne se remplirait probablement pas d'elle-même mais il n'en avait cure. À quoi bon se forcer quand on a le spleen ? Les gouttes d'eau s'écrasaient allègrement sur ses fenêtres et leur pathétique reflet ne se dessinait pas dans les prunelles du jeune homme. Ce doux regard de sang fixait une ligne d'horizon indéterminée, et de ses limbes cornéens semblaient émaner le saint des saints du romantisme. Dans un silence religieux, il ne priait nulle providence et ne méditait point, et son huit-clos impeccable et aseptisé de chambre était plongé dans la pénombre. Sa mère était à son lieu de travail comme chaque fin de journée, accaparée par des intérêts matériels et excentrés si communs à nos sociétés d'aujourd'hui. Les heures s'égrenaient comme les prières d'un chapelet, et ces multitudes de perles liquides en représentaient tant d'autres tombant des cieux jusqu'aux oubliettes de ce monde terrestre.

Un soupir à fendre l'âme brisa finalement ce tableau, et accablé par le désamour de sa muse c'est Tobias qui décida d'officialiser la rupture. Sa plume se meut alors avec une fluidité aérienne sur la surface du papier, et les pensées nouménales deviennent des phrases intelligibles et calligraphiées. Il n'y a pas plus grande invention humaine que l'écriture, les linguistes sont unanimes à ce sujet, mais naguère c'était le verbe oral qui planait au-dessus d'un amas informe et quantique d'unités. C'est bien de ça qu'il s'agit, d'une cloison immatérielle qui évoque la philosophie d'une genèse immémoriale. Premier paragraphe achevé en moins de 4 minutes 36, Tobias posa son stylo sur le côté et prit la peine de se relire sans grande conviction. Son regard morose défilait sur les lignes et n'y voyait que des sillons d'encre déflorant une pristine surface prévue à cet effet. Il songeait à sa propre opinion, se questionnait sur l'origine de sa vision aigre-douce de la réalité et tentait encore une fois de décrypter ses rêves fantasques. Une septième heure s'écoula, et il se dit que c'était bien… malheureux.

Il s'étira alors à la manière d'un félin et quitta son siège de démiurge mal inspiré. Les os de son bassin craquèrent légèrement, le sermonnant d'être resté assis plus que de raison. Qu'aurait-il pu faire de mieux ? Cette averse le confinait à son domicile tant et si bien qu'il était passablement dégoûté, et il n'allait certainement pas regarder la télévision pour passer le temps. Son estomac s'indigna enfin et il dut évidemment s'incliner devant cet organe hégémonique. Il descendit l'escalier calmement et rejoignit la cuisine se situant à l'extrémité du couloir, las qu'il est de satisfaire pareilles velléités il ouvrit machinalement son réfrigérateur. C'est quand il se décida pour un plat à réchauffer qu'on sonna subitement à la porte… étrange songea-t-il, d'habitude sa mère se contente d'entrer sans s'en formaliser. Qui d'autre pourrait venir le déranger ? Qu'importe, comme disait le Christ : « Gardez votre porte ouverte à tous. Seul le voleur tente de passer sans s’annoncer. » Il alla donc ouvrir sans s'embarrasser des fioritures nommées "consignes de vigilance". Et sous cet auspice, il bifurqua sur un carrefour de son destin.

………

Un pauvre hère tout à fait atypique lui faisait face, trempé jusqu'aux os et aux traits plus tirés que ceux de sa despote maternelle les jours de surmenage ou de menstruations. Pour un peu, il aurait envie de lui claquer la porte au nez rien que pour échapper à ce regard bovin qui agressait inconsciemment son prochain. Mais, il se garda de toute action précipitée et resta planté bêtement à son hall d'entrée. La scène en deviendrait risible pour tout regard extérieur, tantôt il maudissait presque la pauvreté de son quotidien si bien qu'il eut oublié une visite annoncée maintenant imprévue. Il distingua de justesse les quelques mots articulés par son "correspondant" et arqua un sourcil à l'entente de son fameux pseudonyme à dormir dehors. En effet, il s'agit bien de ce type bizarre qui lui a proposé un face à face pour "discuter" des derniers évènements étranges qu'ils avaient respectivement vécus. Tobias déglutit difficilement en réalisant que ce jeune homme était resté debout sous la pluie en attendant qu'il réagisse. Prestement, il se rattrapa en l'invitant à franchir l'entrée et se présenta.

Soyez le bienvenu… Eren Morgan, c'est bien ça ? Oui, je suis bien VVVParaclet… excusez-moi, je me nomme Tobias. Tobias Kristensen. Je vous en prie, ne restez pas sous la pluie et entrez. Je vais vous chercher de quoi vous sécher.

Contre mauvaise fortune bon coeur, sans l'ombre d'un doute. Tobias ferma la porte après qu'Eren eut franchi l'entrée, et s'empressa de monter à l'étage lui chercher une serviette et des vêtements de rechange. À un coup d'oeil, ils avaient le même gabarit donc il ne devrait pas y avoir de problèmes. Il revint rapidement en bon hôte et remit ses affaires à son correspondant en lui indiquant les toilettes au rez-de-chaussée pour qu'il aille se changer. Mal à l'aise sans le montrer, il se disait que la situation était très peu propice à la discussion qu'il s'imaginait avoir au départ. Se massant la nuque, il se rendit en cuisine pour servir à son invité un plateau de petits sablés avec une boisson fraîche au choix. Sa mère aura beau lui reprocher de laisser entrer des inconnus, il ne sera pas dit que leur accueil soit déplorable. Il dénicha également un sac de sport qu'Eren pourra utiliser afin de transporter ses vêtements détrempés. Néanmoins tout en s'occupant d'épancher la traînée d'eau tout le long du couloir, l'hôte de maison anticipait déjà leur échange à suivre.
♦ Rose ou chou ? : chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 129

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
1000/1000  (1000/1000)
Votre domaine:
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Godbusters! - Lun 3 Nov 2014 - 0:22


Quelques secondes s'écoulèrent avant que la porte ne s'ouvre sur un gringalet à l'air tout aussi rachitique qu'Eren. L'espace d'un instant, les deux garçon s'observèrent sans dire un mot, la pluie continue de tomber drue, les gouttes dégoulinant sur le visage du blondin, ruisselant de temps à autre le long de son nez avant de venir enrichir la flaque déjà abondante à ses pieds. La scène avait quelque chose de grotesque, presque pathétique : deux adolescents aux allures semblables se regardant sans parler, l'un sous un déluge sans nom tandis que l'autre le dévisage sans piper mot. Oui, c'était définitivement un tableau atypique. Eren lui-même fut presque troublé par cette rencontre, première en la matière en ce qui concernait sa vie sociale débordante. Ce qui le heurta le plus fut leur ressemblance physique. De leur carrure frêle à leur coupe de cheveux désordonnée, en passant par leur visage juvénile, ils étaient similaires en tout point, à l'exception de la couleur de ladite crinière.


Après quelques secondes, VVVParaclet l'invita à pénétrer dans sa demeure, tout en lui indiquant son véritable nom. Eren s'apprêtait à s'exécuter, mais un instant de doute le fit hésiter. C'était la première fois de toute son existence que le blondin allait entrer dans une maison qui n'était pas la sienne -en tout cas sans avoir l'intention d'en assassiner l'habitant. Depuis qu'il avait quitté le Centre, le jeune homme s'était retrouvé à de nombreuses reprises dans des situations gênantes provoquées par son ignorance des us et coutumes du monde extérieur. Pour une fois qu'il allait peut-être réussir à établir une relation viable avec une autre personne, il ne voulait pas tout gâcher. Eren commença donc à s'interroger sur les pratiques à respecter lorsqu'on était invité chez quelqu'un comme il l'était à cet instant. L'ancien assassin avait eu vent du fait que dans certains pays, il était grossier de conserver ses chaussures avant de rentrer chez un hôte. Un rapide coup d’œil à l'hôte en question lui indiqua que celui-ci était en chaussettes. Dans le doute, le blondin retira ses chausses avant d'entrer, plongeant ses deux jambes profondément dans l'énorme mare qui gisait à ses pieds, achevant ainsi de le tremper jusqu'aux os. Il emboîta ensuite le pas de Tobias pour se planter dans l'entrée de la maison, laissant derrière lui une longue traînée dégoulinante, s'amplifiant au son des *splotch* de chaussettes détrempées occasionnés par les foulées rythmées d'Eren.


Tobias disparu de sa vue pendant quelques secondes, gravissant un étape pour aller lui chercher des vêtements de rechange qu'il ne tarda pas à lui remettre. Faisant fi de toute notion de pudeur, le garçon se déshabilla presque entièrement dans le couloir, ne conservant que ses sous-vêtements en guise d'habillement. C'était un exercice tout à fait banal pour lui, et il n'y voyait aucune gêne -en réalité, Eren n'était pour ainsi dire gêné par rien au monde. Ce dernier enfila ensuite les atours secs qui lui avaient été fournis, non sans remettre à sa place, à savoir dans son dos glissée entre sa peau et son pantalon, la paire de Berettas qu'il portait en permanence sur lui, une fois encore sans chercher à se cacher se serait-ce qu'un tant soit peu.


Le garçon rejoignit ensuite Tobias dans le salon, le remerciant pour les gâteaux qu'il dévora sans vergogne et la boisson -qu'il aurait préférée chaude, qui subit à peu près le même sort. Un silence terriblement gênant s'installa alors dans la pièce, tandis que Tobias essuyait tant bien que mal la piscine laissée par le garçon à la crinière dorée lors de son entrée. Celui-ci était visiblement mal à l'aise, probablement surpris par sa rencontre. Eren, quant à lui, avait comme toujours des difficultés à lancer -ou même maintenir- une conversation. Finalement, il fut tout de même le premier à briser le silence, interpellant Tobias alors qu'il revenait dans le salon.


-Donc vous avez été témoin d'événements étranges ? Quel genre ?

Au moins, les deux compères ne tourneraient pas indéfiniment autour du pot. La délicatesse, à l'instar du tact, était une notion plutôt abstraite chez Eren. Il était tout simplement incapable de faire preuve de doigté et disait toujours les choses telles qu'elles étaient, de la manière la plus franche possible, sans s'imaginer un seul instant que cela pouvait gêner, blesser ou porter préjudice d'une quelconque manière que ce soit à son interlocuteur. De son ton monocorde et protocolaire, le garçon reprit dans la foulée.


-Au fait, j'ai cru comprendre que je vous avais causé du tort en divulguant votre adresse lors de notre conversation. Bien que j'en ignore la raison, si c'est le cas je souhaite vous présenter mes excuses.
Invité
avatar
Invité
Re: Godbusters! - Lun 3 Nov 2014 - 22:02
Pester en silence était le mieux à faire dans une telle situation. Tobias savait pertinemment que tout labeur ne reçoit pas forcément de salaire… mais là, c'en devenait ridicule. Qu'est-ce-qu'il lui a pris d'accepter cette visite ? Personne de sensé n'irait tolérer qu'un parfait inconnu, vraisemblablement décérébré, vienne s'annoncer sur le pas de sa porte avec toute cette flotte. Une demi-douzaine de jurons lui venait déjà à l'esprit tant il s'efforçait de chasser l'eau à coups de serpillière, et c'est en bataillant pendant plus de vingt minutes qu'il parvint à en disposer. Quelle plaie ! C'est le cas de le dire. Harassé par cette corvée non-méritée, il s'en alla ranger tout le matériel de nettoyage dans le placard; non sans darder un regard noir sur son impudique "correspondant". Faire semblant de rien n'est pas la meilleure solution à adopter, mais qu'y pouvait-il… il n'était pas du genre à élever la voix ou se plaindre devant des inconnus. Toutefois, c'est cette discrétion proverbiale qui lui octroyait un avantage méritoire dans son discernement. Il en a vu des mimiques et expressions traîtresses, mais jamais d'armes réelles.

Tobias eut la vivacité d'esprit de réprimer une quelconque réaction, et machinalement il alla ramasser les vêtements grossièrement éparpillés sur le sol. D'un regard en biais, il vérifia que Eren continuait à s'empiffrer de gâteaux et en profita pour fouiller dans les poches du pantalon puis celles de la veste. Malheureusement, il s'avéra que le petit blond au profil de criminel en liberté conditionnelle n'était pas de ceux qui laissent traîner leurs effets personnels "compromettants". Nonobstant la tournure de la situation, il s'admonesta à la réflexion et fit dériver son adrénaline dans un axe diamétralement opposé à l'effroi. Sa conscience l'alarmait, l'implorait et exigeait qu'il aille appeler la police sur l'instant, mais il n'en fit rien. Nanti qu'il est de l'intime conviction d'avoir plusieurs manches, ce Peter Pan aux affinités sélénites ne put s'empêcher de défier le sort. Il revint donc cinq minutes plus tard dans le salon, et tendit les vêtements empaquetés à leur propriétaire; puis il prit ses aises et se laissa tomber sur le sofa en face de son interlocuteur. Posture bien droite, gestuelle fluide et façade farouchement neutre.

Si j'ai été témoin ? Non, pas à ma connaissance. J'ai bien précisé sur le site du Watcher que j'étais en quête de témoignages. Mais, je vous le concède, mon quotidien a été particulièrement peu anodin ces derniers temps.

Sur mesure et concis, le laïus habituellement pompeux qu'il servait en sa qualité de ménestrel des lettres françaises ne passera point ce soir. Il avait été assez stupide pour accueillir un loup aux yeux de Bambi, et il en assumerait donc les conséquences par toutes sortes de tactiques psychologiques; la maïeutique en premier lieu. Un roi n'en est un que s'il s'expose devant ses soldats sur le champ de bataille, une initiative suicidaire aux échecs mais ingénieuse dans l'ordre des relations humaines. Cependant, il resta interdit par la communication démonstrative de son invité à l'aspect si insidieusement enfantin; pas que par le physique qui plus est. Il se sentit perdre de son assurance, incapable de cerner l'intention cachée derrière cet amas compact de mièvres inclinaisons humaines à l'ouverture sur le monde. Ça ne cadrait décidément pas… tantôt c'était un androïde dénué d'expression et de manières civiques qu'il avait accueilli, et là c'est un type presque cordial qui produisait matière à converser. Tobias accordait certes peu de crédit aux apparences, pour autant il ne tournait pas la psychologie et le profilage en dérision.

Ça commence à sentir le faisan cette histoire, et je ne serai pas le dindon de la farce. Espère-t-il me faire relâcher ma garde ? C'est à n'y rien comprendre.

Eren poursuivit sur la même lancée pour s'excuser du désagrément causé sur le site du Watcher. Un mouvement de tête approbateur y répondit, sans rancune même dans le cas où son adresse serait restée visible. Mais, encore une fois, ça avait valeur d'écran de fumée pour Tobias qui devenait de plus en plus suspicieux. Entre songer à considérer le blondinet comme un dangereux individu ou un abruti fini, il y avait encore de la marge. Faisant fi de son anxiété, le fils Kristensen resservit deux verres pour mettre une pause à cette discussion qui n'en était pas une. L'horloge du living room sonna 6h30 de l'après-midi, et donc l'occasion de se débarrasser de l'autre sous prétexte du retour de sa mère. Bien entendu, il n'en est rien car elle ne rentrera pas avant 10h du soir au plus tôt mais ça il était le seul à le savoir. Ou peut-être pas, et à l'évocation de cette possibilité il porta la main à son verre pour boire une longue, très longue gorgée… La simple idée que son vis-à-vis puisse être plus informé que malintentionné lui donnait un tournis monstrueux. Quelle paranoïa l'avait saisi d'un coup !

Dans le fil de ses pensées, il réalisa un peu tard qu'Eren avait été le seul à initier la conversation et que lui ne faisait rien pour paraître concerné. À force de se faire des films et tenter de paraître détendu, il avait érigé une véritable barrière entre eux deux et de justesse il évita de se mordre les lèvres. Ça ne sert plus à rien de cogiter en feignant un raide intérêt, il devait faire entrer son invité dans la confidence de ses recherches sinon la situation ne ferait qu'empirer. Il s'excusa donc de le quitter un instant et remonta à l'étage chercher son ordinateur portable, prêt à lui soumettre quelques fichiers tout au plus. D'une pierre deux coups, sa main s'empara d'un spray au poivre qu'il dissimula dans sa manche en cas d'attaque. Puis, il redescendit dans la pièce oppressante avec un message vocal préenregistré pour le commissariat du secteur. Ses yeux eurent tendance à fuir la silhouette juvénile, mais il dut à contre-coeur s'asseoir à sa gauche. Aussi adroitement que possible, il ouvrit une session et présenta à Eren quelques fichiers ainsi que les articles téléchargés du Watcher. Dusse Eren lui rire au nez, il serait justifié !

Tout est là, des séries d'évènements et de témoignages inexplicables… mais, encore là ce n'est rien du tout. J'ai simplement sélectionné les sources qui me semblaient les plus fiables. J'ai moi-même fait - ou plutôt "vécu" - des songes qui n'ont objectivement rien à voir avec mon entendement. Des rêves où je vois des cieux ouverts et… je ne saurai pas le décrire, mais… c'était Dieu.
♦ Rose ou chou ? : chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 129

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
1000/1000  (1000/1000)
Votre domaine:
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Godbusters! - Mar 4 Nov 2014 - 22:57


La situation était devenue plus que gênante. Même Eren pouvait (presque) sentir l'atmosphère s'alourdir à chaque instant. Tobis était sur les nerfs, et à raison ; sans vraiment le faire exprès, le blondin se comportait comme le dernier des enfoirés depuis qu'il était arrivé, salissant tout sur son passage, dévorant les quelques gâteaux que son hôte avait eu l'amabilité de partager avec lui et exhibant toujours, bien malgré lui, cet air presque robotique à faire froid dans le dos. S'il avait été une personne possédant un tant soit peu de bon sens, le garçon aurait comprit depuis bien longtemps qu'il n'était pas le bienvenue ici. Au lieu de cela, ce dernier attendait patiemment assis dans le canapé, sa boisson terminée depuis longtemps, dont l'ancien contenant avait laissé une énième trace du passage du blondin sous la forme d'un arc de cercle humide sur la table, contemplant de son regard vide couleur émeraude Tobias s'affairer à réparer tant bien que mal les dégâts qu'il avait causés, ne s'émouvant ni ne faisant mine de se lever pour lui porter assistance.


Lorsque finalement, celui-ci vint s'asseoir dans un fauteuil en face de lui, Eren resta impassible, attendant toujours une réponse, ou du moins une quelconque réaction, à ses interrogations. Celle-ci ne tarda pas à lui parvenir, amenant Tobias à contredire sa pensée selon laquelle il avait été lui-même témoin de faits étranges récemment, brisant ainsi prématurément ses espoirs d'obtenir des réponses quant à ses rêves étranges. Des... « témoignages » ? C'était là ce qu'il recherchait ? Et bien il allait être servi le bougre, quand on savait que n'importe quel bambin de plus de deux ans avait une expérience de la vie au moins aussi étendue que celle d'Eren. Seule sa dernière phrase attira suffisamment la curiosité de ce dernier pour l'empêcher de se lever et de quitter la pièce dans l'instant. Un quotidien peu anodin ? Voilà qui pouvait s'avérer intéressant. Peut-être que finalement, cette rencontre n'allait pas être aussi infructueuse qu'elle en avait pris le chemin étant donné le niveau d'implication -à différents niveaux- de nos deux protagonistes. Malheureusement pour lui, le blondin n'en sut pas plus car son interlocuteur cessa de parler, instaurant un nouveau silence pesant sur la pièce, tandis que le coucou de l'horloge sonnait six fois et demi (oui oui), leur indiquant que la journée était déjà bien entamée et leur rappelant par la même occasion qu'ils n'avaient toujours pas avancé d'un pouce.


Comme s'il avait reçu le message du volatile de bois, Tobias sembla soudainement s'agiter. Il se leva en s'excusant pour repartir à l'étage, revenant quelques instants plus tard avec un ordinateur portable sous le bras. Contrairement à ce que l'on pouvait s'imaginer, Eren était relativement familier avec cet outil. Le garçon était bien évidemment quasiment incapable de s'en servir, mais c'était un instrument tellement commun du monde contemporain qu'il avait été suffisamment témoin de son utilisation pour savoir de quoi il en retournait. Le seul couac restant était donc que le blondin ne savait toujours pas lire, et par conséquent qu'il ne pourrait pas vérifier la véracité ou la valeur des informations que Tobias avait pu glaner. Le jeune homme aux cheveux nacrés vint s'asseoir sur sa gauche, ouvrant rapidement le laptop pour faire défiler beaucoup trop vite différents documents sous les yeux d'Eren, qui essayait non sans mal de capter la moindre parcelle de renseignement qu'il pouvait intercepter, tout en lui résumant d'une traite ce qui était rassemblé sur cette machine.


Complètement largué, le garçon aux yeux de jade se tourna vers son homologue pour lui annoncer sa cécité littéraire et lui demander s'il ne pouvait pas lui faire un résumé à la place. D'aucuns se seraient sentis honteux à cette annonce ; un tel aveu relevait de la fantaisie dans une société où la quasi totalité de la population savait lire et écrire avant même la demi-douzaine d'années. Mais pas Eren. Contrairement à ses lacunes sociales, celle-ci faisait partie de celles dont il avait conscience, et n'en éprouvait pas le moindre trouble. C'était tout simplement un fait. De sa voix sans âme, il brisa son long moment de silence, sans se soucier de couper la parole à son interlocuteur.


-Je ne sais pas l... Commença-t-il, pour s'interrompre subitement. … Qu'avez-vous dit ?

Eren avait écouté tout le reste de l'allocution de Tobias d'une oreille distraite, n'y prêtant pas vraiment attention tant il était absorbé par les articles de The Watcher. Mais son ultime phrase l'avait stoppé net dans sa propre tirade. Un déclic s'était fait dans sa tête à l'écoute du mot « rêve ». N'en croyant pas ses oreilles, le jeune homme avait alors commencé à faire tourner sa cervelle pour essayer d'associer le reste des paroles de Tobias à ses maigres connaissances. Une parole tiqua à son esprit : Dieu. Il en parlait comme s'il était quelqu'un que tout le monde connaissait. Eren mit quelques secondes à se rappeler de ce qu'il avait entendu à son sujet, et finit par se souvenir qu'un certain nombre de gens avaient une pratique qu'ils nommaient religion, et croyaient en l'existence d'un être suprême portant ce nom. Là où le lien se faisait, c'était que la plupart d'entre eux le mentionnaient comme vivant dans le ciel, accompagné d'anges, des sortes de créature un peu moins suprême, mais bien au dessus des humains quand même affublés d'ailes. Les connexions se firent une à une dans sa tête tandis qu'Eren se rappelait de son rêve à lui : un être ailé, descendant de nulle part, détenteur d'une aura surnaturelle, lui délivrant un message.


-Je fais pratiquement le même rêve presque toutes les nuits depuis quelques temps, sauf que ce n'est pas Dieu mais un ange.

Une fois encore, Eren avait fait preuve d'un tact tout à fait discutable. Il s'était à nouveau exprimé de sa voix monotone, privée de toute intonation, qui avait dû avoir l'effet d'une douche froide sur Tobias, qui s'était finalement ouvert à lui dans l'espoir de trouver, si ce n'était un soutien, au moins une oreille attentive. Et il avait eu pour toute réponse une phrase bazardée de la sorte, sans aucun contexte pouvant la justifier, digne du plus grand illuminé que cette Terre avait pu porter. En vérité, rien ne pouvait distinguer à l'heure actuelle le garçon et un tel être, tant son attitude de fanatique sorti tout droit d'une secte pouvait faire froid dans le dos. Il avait planté son regard émeraude dans celui de Tobias et le dévisageait avec insistance, donnant l'impression de ne même plus cligner des yeux. Il ne bougeait plus, ne cillait plus, ne disait plus rien. Eren avait plus ou moins dit tout ce qu'il avait prévu de dire en venant ici, et la seule chose qu'il désirait désormais c'était une explication concernant ces songes. Cependant, sans vraiment savoir pourquoi, ce fut lui qui rompit le silence, se souvenant comme par enchantement du reste du discours de Tobias.


-Quant à ces événements dont vous parlez, en quoi sont-ils si différents de ce qu'il se passe habituellement ?

La pauvre âme était à des années lumières de s'imaginer qu'il avait probablement traumatisé à vie celui qui lui faisait face...

Invité
avatar
Invité
Re: Godbusters! - Lun 10 Nov 2014 - 16:40
La soirée était déjà bien entamée, à cette heure-ci les eaux du ciel avaient terminé de s'épancher sur cette périphérie de la ville de Munich. Les trottoirs et coins de verdure étaient à présent lavés de diverses souillures que l'Homme considère comme inconséquentes. Quelques étoiles et un pâle croissant de lune apparurent progressivement, promettant une nuit paisible aux habitants de cette partie du monde. Ce spectacle du jour et de la nuit qui se rejouait inlassablement constitue pour l'humanité le cycle le plus fondamental de l'équilibre naturel. Personne n'y prête plus vraiment attention, mais ce fait intemporel demeure dans le plan divin une constante inébranlable. Près des résidences et dans les jardins des propriétés, toute la faune du sous-sol ressurgit à la surface pour profiter de cette manne revitalisante et faire fructifier l'écosystème nocturne. Les êtres humains auront beau s'entêter dans leur inconduite, ces piliers qui soutiennent le monde tiendront sur leurs positions. Tant que la terre subsistera, les semailles et la moisson, le froid et la chaleur, l'été et l'hiver, le jour et la nuit ne cesseront point. — Genèse 8:22

Les fenêtres du living room furent ouvertes par le souffle du soir qui délivra une onde fraîche dans toute la pièce éclairée; chassant le renfermé généré par la confrontation ayant lieu. Deux êtres, deux regards, deux dimensions que tout oppose étaient face à face dans un contact visuel intangible. L'un avait deux orbes couleur d'émeraude vibrant d'un néant indicible, tandis que ceux de l'autre flamboyaient littéralement de conscience dans des tons vermeils. Eren n'avait pas changé de posture depuis tout à l'heure, ses cheveux d'un blond platiné avaient presque fini de sécher et le courant d'air intempestif s'annonçait à point pour achever le travail. Presque sur un air de défi, Tobias ne cligna que très peu des yeux pour ne pas manquer une attaque jugée imminente. L'homme en face de lui le reluque depuis maintenant un bon quart d'heure, sans doute en attente d'une réponse mais il n'avait pas l'intention de lui faire cette fleur. Le spray au poivre dans sa manche n'attendait qu'une pression de sa part pour vaporiser son contenu nocif dans les orbites de ce malpropre sans manières.

Malheureusement, rien de fâcheux ne survint et son interlocuteur n'amorça aucun mouvement menaçant. Tobias dut opter pour un repli stratégique afin de calmer le jeu et alla donc fermer la fenêtre tout simplement. Inutile pour lui d'avoir des yeux dans le dos, sa sensibilité exacerbée l'avait doté à sa naissance d'une frilosité prémonitoire aux agressions de sang froid. Son invité resta immobile comme si l'absence de réponse le mettait en veille, et cette allure d'androïde à la réactivité faciale désopilante corroborait ses craintes. Qu'allait-il bien pouvoir faire de lui ? Bonne question… son regard consulta l'espace offert et rencontra la présence d'un presse-papiers. Ce n'était pas son idée la plus lumineuse jusqu'à là, mais qui ne tente rien n'a rien comme tout le monde le dit. Il s'empara donc d'une demi-douzaine de feuilles et d'un crayon, tout compte fait sa muse ne l'a peut-être pas totalement abandonné. Et avec appréhension, il revint s'installer à côté du *freaking cyborg* qui ne s'intéressait même plus aux amuse-gueules sur la table basse. Qu'à cela ne tienne, il lui servira du *mind fuck* en compensation !

Veuillez m'excuser pour cette attente incongrue. Je vais tâcher de vous répondre du mieux possible, toutefois ce sera sans formulations verbales car moi-même je ne trouve pas les mots justes. Si vous voulez bien patienter encore un peu…

Et là-dessus, il prit mentalement congé de son interlocuteur moins que loquace pour se lancer dans un croquis. Son poignet fut mû par un sens artistique supérieur à l'écriture, et la mine du crayon exécuta dès lors un ballet des plus sensuels sur la feuille. Allant et repassant sur des contours, il sentait toujours la présence d'Eren mais elle fut de moindre importance en l'état. Toute son attention était à présent focalisée sur l'oeuvre qu'il reproduisait, sa mesure visuelle et tactile en soupesait chaque détail. Le croquis prit forme en quelques minutes, mais cela ne convenait pas du tout à Tobias qui éprouva le besoin de repousser les limites. Du simple croquis il passa à la représentation picturale, et sa main dansait allègrement au point d'en paraître vrombissante. Un court instant, il s'autorisa un furtif coup d'oeil en biais vers le blondinet pétrifié puis s'en retourna vers sa création. Comme sortie ex nihilo de son imaginaire, c'est toute une scène digne d'être exposée dans une mosaïque ou sur un vitrail qui prit substance. Là, sur cette même feuille, son effort pour recréer son rêve fut couronné de succès.

Tobias se sentait bien altier sans avoir à le montrer, car pas une seule fois sa conscience n'a su reconstituer ce rêve avant aujourd'hui. Cela il le doit à Eren, sincèrement il songea à lui sourire avant de lui présenter son chef d'oeuvre. Bien entendu il se garda de s'y risquer, n'oubliant pas que l'atmosphère établie entre eux ne s'y prêtait guère. Il tint donc la feuille en évidence, le verso face à Eren et jaugea ce dernier avec une circonspection plus crédible maintenant que son activité cérébrale travaille à plein régime. Devrait-il lui accorder une telle confiance ? Pourquoi flatter de tels orbes creux avec une production précieuse à son for intérieur quand on peut leur offrir une inflammation bien méritée ? Une voix fluette et cristalline résonna alors dans l'esprit de Tobias pour se gausser de lui : « Parce que c’est précisément plus fort que toi. Tu aimes à te pavaner allons ! » Excédé par cette manifestation grossière de sa psyché, Tobias se décida enfin à briser ce miasme ambiant et régler cette histoire une bonne fois pour toutes. Sur un ton perçant dans la solennité, il révéla le recto de la feuille à Eren.

Un rêve comme celui-ci ? Les anges et Dieu sont intimement liés, sachez-le !

♦ Rose ou chou ? : chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 129

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
1000/1000  (1000/1000)
Votre domaine:
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Godbusters! - Jeu 13 Nov 2014 - 23:15


Une fois encore, le silence avait imposé sa dictature sans merci sur le séjour. Eren n'avait pas changé de position depuis sa dernière intervention, soit plusieurs minutes auparavant. Son regard inexpressif couleur de jade était toujours planté dans celui de Tobias, le dévisageant avec une intensité tout à fait anormale étant données les circonstances. Anormale en toutes circonstances, en fait. Il était tout à fait inconvenant de fixer quelqu'un de la sorte, mais cela le jeune homme à la chevelure d'or était bien incapable de le comprendre. Seuls le tic tac de l'horloge du living et le son discret du courant d'air s'y engouffrant vinrent briser tour à tour l'agonie du silence, le vent frais achevant par la même d'éponger la crinière d'Eren encore gorgée d'eau quelques minutes plus tôt.


Lorsque finalement, Tobias se décida à réagir à ses paroles, le blondin lui prêta une oreille attentive, impatient malgré les apparences de connaître enfin la signification cachée derrière ses songes pour le moins préoccupants. Le seul changement notable dans son attitude se révéla être un fléchissement de sourcil lorsque Tobias lui indiqua qu'il ne pourrait pas lui répondre de manière orale. Comment pouvait-on ne pas trouver les mots ? Quelle forme d'expression souhaitait-il utiliser, qui aurait la capacité fort épatante de surpasser la parole en terme d'explicité ? Loin de laisser éclater sa surprise, Eren laissa le garçon aux cheveux opalins s'exécuter sans piper mot, acquiesçant en silence la suggestion. Beaucoup en auraient déjà eu marre depuis longtemps à ce moment-là, que ce soit à la place de Tobias ou de son homologue, mais ce dernier ne semblait pas avoir perdu une once de patience. S'il était une vertu qu'on ne pouvait lui enlever, c'était bien celle-ci. Les années passées à attendre sa victime chez elle ou dans un endroit isolé pendant des heures avaient été un exercice plus que formateur dans ce domaine. Si Tobias avait cherché à épuiser sa résolution, le pauvre bougre en aurait eu pour la nuit au moins.


C'est donc toujours aussi impassible qu'Eren attendit le retour de son compagnon, qui s'empressa de se mettre à crayonner une feuille, occultant complètement la présence du blondin -qui n'en fut pas vexé le moins du monde- pour se laisser aller au croquis dans un état presque second. Sa réalisation lui prit plusieurs minutes, durant lesquelles l'ancien assassin eut le temps d'admirer le fusain aller et venir sur le dessin, glissant sans accroc aucun, transformant petit à petit le gribouillis d'origine en véritable œuvre d'art. Tout insensible qu'il était, Eren ne put qu'admettre que Tobias avait un don certain. Ce qu'il voyait tant bien que mal prendre forme étant donné que le bras de ce dernier formait une barrière en masquant une partie était un chef d’œuvre. Ceci étant, aussi beau que soit ce dessin, il ne répondait pas à la question initiale que se posait notre bambin : En quoi cela allait-il l'aider ? En quoi cela pouvait-il être plus pertinent que des paroles ?


Les pensées d'Eren s'interrompirent aussi sec qu'elles avaient commencé à germer alors que Tobias retournait la feuille pour le laisser admirer sa création dans son ensemble. Tout bascula alors. Ses yeux s'écarquillèrent alors qu'il prenait une profonde inspiration de surprise. Outre sa splendeur, le croquis représentait à merveille l'ange qu'il voyait en rêve, à ceci près que le sien était vraisemblablement un mâle alors que la créature couchée sur papier avait tout d'une femelle. Mais le ressenti était strictement le même. Sans réellement savoir pourquoi, Eren visualisait désormais parfaitement son apparition, alors même qu'elle apparaissait au mieux floue jusqu'à présent. Il tendit une main tremblante vers le papier et s'en empara sans demander son avis à Tobias.


-Wow...

L'attitude du blondin avait changé du tout au tout en l'espace d'un instant. Son regard autrefois vide de toute émotion était désormais animé d'une flamme presque aussi effrayante que le néant qui l'avait précédée. On pouvait sentir son âme vibrer d'excitation à la vision de ce tableau irréel. Ses yeux couleur émeraude pétillait d'une vie nouvelle, jurant atrocement avec le rien qui les emplissait auparavant. A ce stade, Eren était devenu un mélange détonnant entre un gamin émerveillé et un illuminé hystérique. L'ensemble de son corps s'était mis à frissonner d'émoi et on pouvait sentir qu'il avait du mal à contenir l'agitation qui faisait maintenant tourner ses méninges à plein régime. Et, finalement, il n'y parvint plus. Son regard de jade se planta à nouveau dans celui de Tobias.


-Vous dessinez vraiment bien ! Vous avez appris où ? Vous faites ça depuis longtemps ? Vous voudriez pas m'apprendre ? Je vous payerai pour bien sûr ! Ohlala c'est vraiment superbe !

Sa réaction était plutôt imprévisible. Son débit avait au moins triplé, débitant des paroles à une vitesse ahurissante, complètement hors de contrôle. Tobias était en train de subir les affres du lunatisme du blondin et entrait en contact avec la seconde facette de sa personnalité : le jeune homme n'avait durant son enfance pas eut la chance de réellement s'épanouir. Il était resté un gamin qui s'enivrait pour tout et n'importe quoi, qui était animé d'une curiosité maladive et voulait en apprendre le plus possible. Eren resta quelques secondes ainsi, un grand sourire aux lèvres, les deux mains figées en l'air, la gauche tenant toujours le papier qu'il avait légèrement froissé sans le vouloir sous le coup de l'excitation. Et puis il se ressaisit, comprenant qu'il avait dérivé du sujet. Il replaça la feuille sous ses yeux, toujours grand ouverts comme s'il avait du mal à se remettre de sa découverte. Ses paroles étaient entrecoupées de « waow » réguliers, et il était relativement évident que le garçon peinait à trouver ses mots.


-L'ange... Dans mes rêves, je crois que c'est un ange. Il est exactement comme celui-ci. Sauf que c'est un homme, je pense. Vous dites que les anges et Dieu sont liés... Vous pensez que nos... visions peuvent l'être aussi ? Quelle peut bien être leur signification ?

Invité
avatar
Invité
Re: Godbusters! - Lun 24 Nov 2014 - 15:12
Il n'avait pas vraiment apprécié la manoeuvre, mais il fut bien obligé de réfréner tout jugement inconsidéré. L'attitude d'Eren était subitement devenue très… intéressante, un bien doux euphémisme mais le mot est juste. Tobias conserva une expression uniformément neutre et replia ses doigts qui tenaient le croquis un peu plus tôt, son poing se retira pour retenir son menton qui n'en avait nul besoin. À l'évidence, son intérêt pour Eren devenait aussi fulgurant que la frénésie émotionnelle et expressive qui contrastait tant avec la léthargie précédente du blondin. Pratiquement extatique à en faire peur, son invité semblait presque prêt à baver sur la feuille tellement ce simple dessin apparut le transcender. Le verre de l'observateur circonspect se remplit à nouveau et fut porté à ses lèvres, sans quitter des yeux ce spécimen de cas social il but une longue gorgée. La soirée promettait d'être insolite, harassante et paradoxalement prolixe avec ça.

Plusieurs monosyllabes élogieuses et mélioratives plus tard, Tobias accueillit avec une espérance bien camouflée la suite des révélations de l'analphabète. Pour un quelconque spectateur ou lecteur mal avisé de venir fourrer son nez ici, il apparaîtrait que ce cher garçon à crinière de Blanc Flocon aurait un talent inouï dans le show de Secret Story… si seulement il pouvait y songer sans présenter une moue dédaigneuse. Mais, plus sérieusement tout cela commençait à le fasciner autant que ça l'intimidait précédemment. Cette soirée serait celle où il a pour la première fois géré une rencontre et interagi avec un individu plus que singulier. À un moment donné, il fut même apitoyé par ce badaud émotif qui était parcouru de spasmes dus à son trop plein d'excitation. Quelque part, il voyait à présent un enfant innocent dans ces traits émerveillés et dut se résigner à admettre qu'il n'y a aucune crainte à avoir. Si on omet un certain facteur d'imprévisibilité !

Aux compliments soudains qui lui furent destinés, le jeune étudiant en lettres se mordit la lèvre inférieure tant et si bien qu'une goutte de sang y perla. Il ne se souvenait pas être devenu aussi cynique et mesquin intérieurement, ce qui devenait un acquis depuis que la société nous imposait ce trait de caractère orgueilleux. Or ce qu'il abhorrait par-dessus tout était de singer les autres pantins de ce contrat social aliénant. Pauvre de lui, il ne valait pas mieux que le politicien véreux médiatisé ou l'étudiant lambda pique-assiette et pédant. Une résolution avait pourtant encore de l'importance à ses yeux, c'était la charité sincère de venir en aide à ceux qui demandaient à "savoir", "connaître" et "apprendre". Afin que lui-même puisse se réaliser et comprendre l'essence de l'interaction, cela devait passer par une initiation interdépendante dans un esprit de soutien. C'est ainsi qu'il réajusta sa position sur le canapé et accorda à Eren un pied d'égalité cordial et civilisé.

Je n'ai pas besoin de votre argent. Par ailleurs, je doute de pouvoir vous souligner autre chose que les bases fondamentales. À savoir la symétrie et le doigté nécessaire, mais vous avez une qualité primordiale qui est la patience alors usez-en. La vérité étant que ce qui nous semble être exceptionnel est en réalité l'oeuvre de la patience sereine. Je vous parlerais bien de la première fois où j'ai pu admirer des oeuvres de la Renaissance et…

Voilà qu'il se mettait à débiter en veux-tu en voilà, décidément ça frise le pathologique. Encore une leçon d'humilité à retenir pour lui et d'autres qui jugent être dans la norme alors qu'ils baignent tous clairement dans une société de névrosés chroniques. C'était ça quand on imposait des compromis et du trop politiquement correct à la communication, résultat des courses on ne se comprend plus et un effet pernicieux s'instaure entre notre verbiage prémâché et le langage corporel qu'on laisse fuir. Fort heureusement, ça n'atteignait pour ainsi dire pas ou plus Eren qui poursuivit ses béates effusions. Ce à quoi Tobias ne put que répondre avec un sourire d'où l'on sentait poindre une tendresse exquise et modérée. Tout pré-adultes peuvent-ils paraître, il y a comme un lien éclatant qui se nouait entre eux et que Tobias reconnut comme étant de la compassion. Une âme d'enfant perdu et une âme de Peter Pan… quelle paire !

Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange; mais s'il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux.

L'Union Européenne vous salue, cher Alfred de Musset… paix à votre âme. Voyez-vous ce qu'est devenu le monde, ô prophète ayant jadis eu le coeur brisé ? Nous entrons dans une ère nouvelle dédiée à l'éthique des pleutres et des démagogues où une thématique axiologique digne de ce nom ferait un carnage. Le monde est - tel que vous le dites - rempli d'êtres difformes assoiffés d'hédonisme. Voilà où tend l'esprit du monde, à briser les faibles et les miséreux pour le profit de nations pécheresses. La prostituée assise sur une bête écarlate s'était levée et est venue étendre son harem sur tout le pourtour de la Terre. Envahissant les pensées et les rêves des multitudes au point que le Bien et le Mal se confondent. Tout à ses conjectures et tortueuses analyses, Tobias émergea de sa rêverie romantique quand une voix l'y conjura. Les informations supplémentaires d'Eren étaient au moins de son domaine d'intérêt pour le tenir en haleine.

Un message divin n'est jamais transmis de manière hasardeuse. Tout a un lien, aussi quelconque cela puisse nous sembler. Quant à votre ange, si vous me dites qu'il ne diffère du mien que sexuellement ça ne change rien au fait que c'est le même. Selon chaque message, chaque occasion et chaque individu, ces esprits asexués que sont les anges peuvent revêtir un aspect physique à connotation symbolique. Le sexe masculin symbolise la nature prédominante de son message, dans un pôle spirituel où l'homme doit faire montre de volonté sur le sentier qu'il emprunte. Le sexe féminin que j'ai représenté m'appelle peut-être à offrir plus d'humanité et d'amour à mon prochain pour qu'un fruit en soit fécondé. Le principal étant que Dieu a l'air de se tenir tout près, presque à portée puisque sa lumière touche les êtres humains y défilant. Voyez par vous-même sur ces extraits bibliques !


« Je répandrai mon esprit sur toute chair; vos fils et vos filles prophétiseront, vos vieillards auront des songes, et vos jeunes gens des visions. » — Joël 2:28
♦ Rose ou chou ? : chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 129

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
1000/1000  (1000/1000)
Votre domaine:
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Godbusters! - Jeu 27 Nov 2014 - 22:50


Eren buvait littéralement chaque parole de son interlocuteur, bien qu'il peina à en comprendre le sens. Tobias avait, pour une raison obscure, changé lui aussi d'attitude après la réaction démesurée du blondin. La courtoisie et la patience avait pris la place de la méfiance et l'agacement qui le caractérisaient quelques instants plus tôt. Ainsi, c'est sur un ton beaucoup plus détendu et dans une position bien plus décontractée qu'il répondit à ses désirs d'apprendre le dessin. Bien évidemment, sa requête était impossible à satisfaire dans l'état, Tobias n'était pas un professeur d'arts plastiques et en considérant l'absence totale de connaissances d'Eren dans le domaine, il aurait fallu un prodige et des années de travail pour que ce dernier puisse ne serait-ce que s'approcher d'une œuvre comme celle présente sur la feuille qu'il tenait toujours en main. Cependant, comme un symbole de la glace qui se brisait entre les deux énergumènes, Tobias ne s'arrêta pas à cela et se lança dans une longue tirade. Il mit également en valeur l'une des -rares- qualités d'Eren, sa capacité à attendre presque indéfiniment. En vérité, les circonstances de l'obtention de ce don ne sont pas aussi louables que la patience infinie qui en découle, aussi nous n'insisterons pas sur cet aspect.


-Vous le pensez ? Que la patience est un atout dans l'apprentissage du dessin ? Eh bien cela tombe bien, c'est un domaine -un des seuls, en fait- dans lequel j'excelle.

Le garçon aux cheveux blancs comme neige poursuivit ensuite son monologue en décrivant ses premiers émois artistiques. L'intérêt de cette histoire était en soit relativement limité, cependant l'ancien assassin n'en perdit pas un mot. C'était la première fois qu'une personne s'ouvrait à lui de la sorte, lui parlant de ses voyages, de ses expériences... l'apport culturel qu'il pourrait tirer de cette entrevue était incalculable, c'était du pain béni pour lui qui cherchait absolument à obtenir la connaissance. Cependant le récit laissa place par la suite à un pamphlet cinglant sur l'espèce humaine, et l'émerveillement dans les yeux d'Eren à une incompréhension subite, le blondin se trouvant totalement dépourvu face à ce nouveau revirement dans l'attitude de son homologue. Un lourd silence s'ensuivit, Tobias visiblement perdu dans ses pensées misanthropes et Eren complètement abasourdi par sa dernière tirade. Dénué de tout sens critique comme il l'était dans l'état actuel des choses, le jeune homme à la crinière dorée n'avait pas la moindre idée de ce qu'il était supposé répondre à cet instant précis.


Fort heureusement pour lui, son interlocuteur lui épargna la peine de trouver quelque chose à dire en reprenant le fil de ce qui était leur discussion à l'origine, captant par la même à nouveau toute son attention. Une fois encore, le sens profond de sa phrase échappa à notre blondin, même si ce dernier parvint tant bien que mal à en capter l'idée principale. Cependant, Eren ressentit un malaise s'emparer de ses tripes alors qu'il comprenait ce que Tobias voulait dire. A l'idée que des entités telles que Dieu ou les anges puissent réellement exister, le garçon sentit son esprit pragmatique vaciller. Cela allait à l'encontre de ce que sa maigre expérience de la vie lui permettait d'imaginer. Tout ignorant qu'il était, Eren avait une certaine vision des choses. Son endoctrinement, ses missions, même sa vie après le Centre, tout ce qu'il avait vécu se basait sur un certain nombre de fondements archi concrets : un homme meurt si l'on touche l'un de ses points vitaux avec une balle, il est possible de contrôler sa respiration de manière à ce qu'elle soit complètement silencieuse, un AWP DSR-1 peut toucher une cible jusqu'à 800m en .308 Winchester... Toutes ces choses tangibles, réelles, l'avaient accompagné durant toute son enfance et le rassuraient. La pensée qu'un être omnipotent les domine provoqua un frisson d'effroi -le premier depuis bien des années- chez le blondin, qui resta silencieux plusieurs secondes, son esprit refusant de digérer l'ensemble des informations apportées par Tobias.


Le fragment de Bible que celui-ci lui exposa acheva de faire voler en éclats ses certitudes. Eren avait perdu tout son enthousiasme au profit d'une apathie aux allures de déjà vu. Il sombra dans un mutisme profond qui dura plusieurs minutes, son regard de jade à nouveau perdu dans le vague. Le refus catégorique de sa conscience d'accepter un concept aussi délirant que l'existence de Dieu se heurtait à sa curiosité naturelle, qui brûlait d'en savoir plus, de creuser cette idée folle et d'en extraire les secrets les plus incroyables de ce monde. Contre toute attente, ce fut finalement ce dernier sentiment qui prit le dessus. Un rire nerveux s'échappa de ses lèvres alors qu'il reprenait la parole, d'une voix toujours tremblante d'excitation.


-Alors c'est ainsi... Je ne vais pas vous mentir, je ne suis pas familier avec tous ces concepts. Vous pensez donc que nous sommes liés par ces messages divins ? Mais... Que peuvent-ils bien signifier ? Pourquoi un être tel que Dieu, si tant est qu'il existe, nous parlerait-il ?

Malgré toute sa réticence à adhérer à la masse d'informations qu'il avait déjà reçue, Eren ne parvenait à nier son intérêt pour la question, à l'instar de toutes les autres choses qu'il ne connaissait pas dans ce monde. On pouvait aisément le sentir en proie à un tiraillement intérieur grandissant, fragilisant sans mal l'esprit déjà instable du jeune homme. Le nombre de ses questions ne cessait d'augmenter ; à chaque fois que Tobias lui apportait une réponse, deux nouvelles interrogations faisaient leur apparition. Pour l'heure, l'albinos était la seule source de savoir du jeune garçon, et l'impression qu'il dégageait d'en connaître un rayon sur la question faisait foi de la véracité de ses paroles à ses yeux.

Invité
avatar
Invité
Re: Godbusters! - Mer 17 Déc 2014 - 15:21
Deux orbes écarlates cherchèrent à sonder ce qui pouvait déterminer l'attitude si lunatique de son interlocuteur. À mesure qu'ils échangeaient ou soliloquaient sur un sujet, c'est une richesse d'expressions et de réactions que le blondin reproduisait. Actuellement, Tobias commençait à ressentir un mélange de sympathie et de malaise à l'égard d'Eren; comme si une espèce de chiasme s'instaurait entre eux. Le simple fait de préciser n'avoir pour seule qualité que la patience n'est en soi plus une preuve de modestie mais un manque de confiance en soi. Ce à quoi Tobias s'était bien gardé de répondre honnêtement, il n'est pas là pour éduquer après tout. Par ailleurs, il ne comprenait que trop bien le désarroi d'Eren par rapport à ces maigres révélations d'ordre théologique; en vérité ce ne sont même pas des révélations car lui-même les considère comme des supputations approximatives. Tobias se versa un autre verre de jus frais pour calmer un soudain accès de toux, puis il se permit de venir en aide à Eren.

C'est une singularité que tout le monde rencontre au moins une fois dans sa vie. Dans les malheurs comme dans les joies, les recherches, les désirs et les découvertes, on en arrive à un certain point où l'on identifie une cause première et absolue. La science comme la philosophie se heurtent à cette constante dans leurs théories et concepts, c'est qu'il ne peut y avoir du rien avant qu'il n'y ait quelque chose. Ainsi en est-il de l'univers et des origines de la vie, avec toutes les forces et lois mises en oeuvre; seules des consciences discursives peuvent chercher à esquiver et discréditer la thèse de l'Intelligence ordonnatrice de Dieu. Cette antithèse de l'incrédulité à outrance chez l'être humain est une matrice nocive de l'esprit, qui au lieu de creuser dans le sentier le plus évident cherchera plutôt un détour opposé à ce qui lui déplaît. Comme on le dit si bien : « Le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions ! » Ainsi il est d'autant plus malheureux de constater que la société toute entière chemine inéluctablement vers l'abîme.

Nonobstant les questions audacieuses qui lui étaient posées, Tobias reposa son verre vide en silence et se plut à scruter Eren d'un visage amical, compatissant et… navré. Ses mains étaient jointes et son dos légèrement voûté alors que sa silhouette restait tournée vers le blondin. Quelque part cela lui conférait une forte impression d'ouverture mais paradoxalement d'hermétisme, ce qui ne cadrait absolument pas. Ses yeux écarlates se nuancèrent progressivement vers un mauve rosé tandis que son vis-à-vis l'encourageait à lui répondre. Avait-il le droit légitime de poursuivre cette conversation ? Non pas qu'il se souciait de l'opinion d'autrui ou du politiquement correct en société, mais il tenait à faire valoir les droits de l'homme. Et quels droits devaient être pris en compte pour Eren présentement ? Était-ce une forme de prosélytisme que d'aller lui enfoncer de tels raisonnements dans sa tête malheureusement bien vide ? Ou bien… et c'est là que ses lèvres s'entrouvrirent; faisant fi de sa volonté consciente.

Le monde entier est lié, ne t'y trompe pas. Il n'y aurait aucune raison à ce que nous soyons élus et d'autres non, il en va ainsi de la volonté de Celui qui est le Créateur de toutes choses. Crois-le ou non, ces messages tiennent plus de l'avertissement que de l'invitation; car il arrive un moment donné où l'illusion doit être dissipée.

Cette réponse coupait court à toute possibilité d'argumentation, et ce n'était pas commun à Tobias d'avoir à imposer un tel point de non retour. Mais, au fond de lui-même, il savait pertinemment qu'il doit en être ainsi quand on aborde de tels sujets. Il ne sera plus question de tolérance ou de compromis passé un certain stade car face à Dieu soit l'on continue d'avancer soit l'on rebrousse chemin. Eren demandait de la vérité alors il en aurait dans la limite du possible, et c'en était encore plus flagrant alors que Tobias commençait à le tutoyer. L'impression d'accessibilité qu'il affichait plus tôt s'était tout bonnement envolée avec la sympathie qui allait de pair avec elle. Son invité peinerait certainement à comprendre le sens de ce soudain revirement mais qu'à cela ne tienne, à chaque choix ses conséquences et à fortiori dans l'instant présent. Il porta à nouveau la main vers sa Bible et l'ouvrit de manière hasardeuse, feuilletant méthodiquement une succession de pages jusqu'à tomber sur un chapitre très peu étudié.

Le livre d'Ésaïe, chapitre 6 : « J'entendis la voix du Seigneur, disant: Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous? Je répondis: Me voici, envoie-moi. Il dit alors: Va, et dis à ce peuple: Vous entendrez, et vous ne comprendrez point; vous verrez, et vous ne saisirez point. Rends insensible le coeur de ce peuple, endurcis ses oreilles, et bouche-lui les yeux, pour qu'il ne voit point de ses yeux, n'entende point de ses oreilles, ne comprenne point de son coeur, ne se convertisse point et ne soit point guéri. Je dis: Jusqu'à quand, Seigneur? Et il répondit: Jusqu'à ce que les villes soient dévastées et privées d'habitants; jusqu'à ce qu'il n'y ait personne dans les maisons, et que le pays soit ravagé par la solitude; jusqu'à ce que l'Éternel ait éloigné les hommes, et que le pays devienne un immense désert, et s'il y reste encore un dixième des habitants, ils seront à leur tour anéantis. Mais, comme le térébinthe et le chêne conservent leur tronc quand ils sont abattus, une sainte postérité renaîtra de ce peuple. »

Il peut donner mais aussi reprendre selon nos œuvres, et sa justice demeure implacable. Mais sa grâce est abondante pour celui qui reconnaît ses torts et s'en repent. Cela peu s'en rendront compte, et bienheureux sont-ils !

Quelle graine de prophète décidément, sans unique autre semeur que le destin. Le garçon au regard à nouveau éoséen reprit contact avec la présence d'Eren sans lui avoir vraiment prêté attention jusque-là. Il aurait pu lui avoir sauté au cou pour le secouer comme un prunier que Tobias serait resté sans défense tant sa lecture l'avait transporté. Qu'importe, la sérénité reprenait tranquillement ses droits et son estomac aussi vu qu'il hurlait famine jusqu'aux oreilles d'Eren. Quelle négligence ! Avec tout ça il avait oublié son plat à réchauffer près du micro-ondes… c'en était décidément consternant. Il renouvela donc ses excuses auprès du blondin et partit en cuisine faire réchauffer cette satanée ratatouille. On pouvait dire qu'il avait plus ou moins confiance en son invité pour qu'il n'y ait pas de casse ou de coups bas d'ici son retour. Quoi que cela n'était pas sûr pour autant si l'on se remémore l'enchaînement des évènements récents. Ce genre de soirées n'arrive qu'une fois dans une seule misérable vie.
♦ Rose ou chou ? : chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 129

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
1000/1000  (1000/1000)
Votre domaine:
avatar
Humain
Humain
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Godbusters! - Mar 30 Déc 2014 - 12:05


Son attention entièrement tournée vers Tobias, Eren avait pratiquement oublié ce qu'il se passait autour de lui. C'était suffisamment rare pour être souligné ; le garçon n'avait pas l'habitude de baisser ainsi sa garde -déformation professionnelle, si l'on pouvait dire, et cela témoignait de l'intérêt qu'il avait pour la question dont les deux compères étaient en train de discuter. Leur échange en était d'ailleurs à nouveau à un point mort, comme un certain nombre avait déjà parsemé leur rencontre, leur imposant un rythme légèrement haché. En effet, un silence pesant s'était encore installé entre eux suite à la nouvelle série de questions que le blondin venait de poser, ce dernier attendant, toujours impassible, que Tobias éclaire sa lanterne. Même si vues les difficultés que les deux jeunes hommes avaient rencontrées pour communiquer en début de soirée, leur tête-à-tête avait clairement gagné en spontanéité, on sentait toujours une certaine distance entre eux. Ils n'étaient pas sur la même longueur d'onde, c'était évident. En fait, c'était même pire que ça : ils ne se trouvaient pas sur le même plan de réflexion. Les pensées d'Eren étaient tout au mieux superficielles, tandis que Tobias était indiscutablement habitué à analyser les choses en profondeur. Plus la discussion avançait, et plus l’abîme qui les séparait était flagrant.


Cet écart éclata à nouveau lorsque l'albinos daigna lui répondre une nouvelle fois. La précision de la réponse qu'il offrit à l'ancien assassin mit un peu plus en exergue son niveau de connaissances sur le sujet, achevant de lui octroyer un statut quasi prophétique aux yeux de celui-ci. Cela dit, si sa répartie avait des accents de vérité absolue, Eren ne put s'empêcher d'y réfléchir, à l'affût du moindre élément qui pourrait définitivement confirmer -ou infirmer- toutes ses grandes théories. Tout ceci semblait encore invraisemblable pour lui, mais il devait admettre que la force des convictions qui transparaissait dans les propos de Tobias ainsi que la cohérence de l'ensemble de son discours avaient fait mouche. Ses yeux de jade plantés dans ceux de son interlocuteur, le blondin digérait tant bien que mal ses dernières paroles. Un avertissement, disait-il ? Pour les prévenir de quoi ? Visiblement, Tobias pensait que quelque chose allait se produire dans un futur plus ou moins proche. Quant à savoir quoi...


A moitié perdu dans ses pensées, Eren écouta d'une oreille distraite le nouvel extrait biblique que Tobias lui servit. Celui-ci traitait d'une sorte d'apocalypse, une destruction de la civilisation pour lui permettre de renaître de ses cendres, purgée. Le message attira tout de même l'attention du garçon à la crinière dorée, car s'il s'avérait exact, la population était en danger, si tant est qu'il parlait bien du peuple des Hommes comme l'avait compris Eren. Cette fois, une incohérence lui sauta aux yeux, preuve peut-être que son niveau de réflexion s'élevait : si le Seigneur était commanditaire d'un tel acte, pourquoi leur enverrait-il des avertissements ? Ici, le jeune homme ne trouva pas de réponse et bien qu'il souhaita à nouveau questionna Tobias sur le sujet, il dut prendre son mal en patience tandis que ce dernier s'excusait puis le quittait à nouveau pour se diriger vers la cuisine. Obnubilé par ses songes, Eren décortiquait non sans difficultés tout ce qu'il avait appris jusqu'à présent au cours de cette soirée qu'il ne risquait pas d'oublier de si tôt.


Il fut tiré de ses rêveries par le tintement de la sonnette d'entrée qui résonna à ses oreilles en même temps que celui de la porte de la cuisine que Tobias fermait, vraisemblablement pour couvrir les odeurs qui pourraient en émaner. Le blondin attendit une réaction de sa part pendant quelques secondes, mais il semblait que Tobias n'avait pas entendu le son provenant de sa porte d'entrée. Après un instant d'hésitation, Eren décida de se lever et de se rendre dans le hall pour y accueillir l'invité surprise, sans se douter un seul instant que premièrement, ce n'était pas son rôle de servir d'hôte et deuxièmement, extrêmement rares étaient les personnes qui sonnaient chez les gens à cette heure tardive, sauf sur invitation. Mais après tout, peut-être que Tobias attendait quelqu'un ? Loin de ces considérations, il ouvrit la porte, pour tomber nez-à-nez avec un... livreur de pizzas. Un tel personnage était bien le dernier qu'il s'attendait à voir ici, d'autant plus que son amphitryon était en train de se préparer à manger. Il cilla pendant quelques secondes, ne sachant trop comment réagir. Et puis le livreur l'interpella, mettant ainsi fin à son trouble.


-Bonsoir, je suis bien chez monsieur... VVVParaclet ?

-Euh... En effet... C'est pour ?

Il sortit une boîte à pizza de la sacoche qui pendait en bandoulière.

-J'ai une pizza pour lui. Apparemment, ça a déjà été réglé, y a une note qui dit « Chose promise, chose due », et c'est signé par un certain « Jedi123 ».

-Oh, euh... Eh bien, je vais m'en charger, je vous remercie.

Eren s'empara de la boîte en question, et le fumet qui s'en élevait parvint immédiatement à ses narines, lui rappelant douloureusement qu'il n'avait pratiquement rien mangé de la journée alors que son ventre se mettait à gargouiller à son tour. Le livreur resta un moment sur le pas de la porte, comme s'il attendait autre chose. Il avait un air blasé particulièrement comique, comme si une telle plaisanterie était un classique et que servir des gens avec des pseudonymes aussi abracadabrantesques était son quotidien. Alors que Eren, qui n'avait pas bougé, le fixait toujours de son regard olive, il tira une enveloppe de sa veste et la lui tendit.


-Y avait aussi ça. C'est pas pour lui mais je suis censé trouver le gars en question ici. Alors débrouillez-vous.

En effet, sur l'enveloppe était inscrit le mot « Eran », qu'Eren reconnut pour être le sobriquet qu'il avait utilisé lors de sa conversation virtuelle avec Tobias. Il se saisit du conteneur en papier et remercia le livreur d'un hochement de tête. Au dos de l'enveloppe, un autre message était annoté en lettres manuscrites : « En espérant que tu seras plus chanceux ici que sur internet... ;-) ». A l'intérieur se trouvait un ticket de Loto pour le lendemain. Il s'en empara au moment où Tobias faisait son retour de la cuisine, pour tomber sur un Eren tout abasourdi, une pizza dans une main, un ticket de Loto dans l'autre, devant sa porte d'entrée béante dans l'encadrure de laquelle se tenait un livreur de pizza à l'air désabusé.

Invité
avatar
Invité
Re: Godbusters! - Ven 16 Jan 2015 - 14:25
Au bout du compte, le pauvre Tobias perdit tout appétit alors qu'il tenait un plat fumant et somme toute alléchant. Eren avait gobé sans vergogne tous les sablés mais il ne pouvait décemment pas aller se remplir la panse sans lui proposer quoi que ce soit. Il déposa donc sa ratatouille à côté et chercha un peu dans le frigo pour trouver quelques plats déjà préparés. Des flageolets, peut-être ? L'air exaspéré, l'étudiant en lettres soupira bruyamment referma le réfrigérateur et sortit de la cuisine en oubliant son plat. Il avait bien cru attendre quelqu'un sonner à la porte, aussi il s'empressa d'aller vérifier si ce n'était pas sa mère cette fois. Heureusement non, même si l'on pouvait douter que c'était un "heureusement"… en voyant Eren à l'encadrement de la porte, face à ce qui semblait être un livreur de pizza, Tobias eut un sursaut d'inquiétude mêlée d'incrédulité. Il n'avait rien commandé pourtant, ou bien était-ce le blondinet ?

Tenant une pizza dans une main et un ticket de loto dans l'autre, Eren le regardait avec une tête qui l'aurait fait éclaté de rire dans d'autres circonstances. Sans oublier le livreur qui resta planté sur place sans comprendre, pour au bout du compte leur souhaiter une bonne soirée et repartir derechef. Tobias s'avança machinalement jusqu'à Eren et referma la porte d'entrée assez sèchement, puis son regard soucieux se porta sur le petit message accompagnant la livraison. Il n'eut qu'à voir la signature pour comprendre l'origine de cette farce digne d'un jardin d'enfants. Consterné et peu étonné au final, Tobias ne fit aucun geste pour demander une quelconque explication. Son invité ne put que le voir lever une main en signe de désintérêt absolu et retourner en cuisine chercher son plat; qui devait commencer à refroidir d'ailleurs. À son retour au living-room, il prit place et alluma la télé tout en mangeant calmement.

Tu peux garder la pizza si tu veux, parce que je jetterai les restes.

Tranchant et sans la moindre aménité, Tobias laissa s'installer une tension plus lourde que précédemment. Cette soirée était devenu risible à l'extrême, ce qui brisait quelque part son quotidien pour le pire et non le meilleur. Terminant son plat, il s'autorisa un discret signe de croix en remerciement sans tenir compte de la présence d'Eren. Il avait raté les informations à cette heure déjà tardive, et sa mère risquait d'arriver d'un moment à l'autre. C'est assez nerveux qu'il attendit qu'Eren termine ou soit rassasié avant de lui faire savoir que… qu'il fut bien peu cordial et poli envers lui. Cette personne suspecte au premier abord mais fort attachante, qui avait voyagé pour le rencontrer et discuter avec lui à cœur ouvert, n'aura trouvé que peu de réponses à ses questions ainsi que beaucoup de silence. Les orbes écarlates de l'albinos restèrent clos pendant quelques secondes avant de se rouvrir, plus sereins et accompagnés d'un doux sourire.

Je suis désolé, pour tout ce temps perdu et ces silences. Si tu le souhaites toujours, on peut tenter une nouvelle rencontre mieux programmée dans l'optique où tu rallongerais ton séjour à Munich. Dans le cas contraire, voici mon adresse e-mail ainsi que mon numéro de portable. N'hésite pas à m'envoyer un sms, peu importe tes projets !

Des excuses plates mais honnêtes, en espérant qu'elles suffiront à Eren et qu'il ne repartira pas bredouille. Il y a tout à parier que leurs prochaines rencontres, s'il y en a, seront bien plus fastes que celle-ci maintenant que Tobias savait à quoi s'en tenir. Nul doute qu'ils pourront mieux dialoguer une fois habitués à quelques contacts… et bien entendu ailleurs qu'à son domicile où sa mère avait fini par rentrer. Prompte et plus fulgurante que Thor, sa voix tonna dans la pièce et elle attrapa le blondinet par le col pour le jeter dehors comme un malpropre. Quant au fils, il eut à subir la tourmente jusqu'à minuit passée sans broncher ni laisser filtrer un seul commentaire. Ce n'est qu'une fois lassée de soliloquer hargneusement qu'elle le consigna dans sa chambre, fixant d'avance deux semaines de corvée ménagère que même des indigents n'auraient pas à subir. Nécessité n'a point de loi, il n'a jamais été en phase avec la xénophobie.

Une fois seul, il se contenta de reprendre place à son bureau et surfer un peu sur Internet. Quelques pages Facebook à actualiser par-ci par là, puis il passa en revue le site du Watcher qui l'alerta quant à une de ses mises à jour. Apparemment, de nouveaux faits incongrus ont été diffusés avant que la presse ne s'en saisisse elle-même. Pas d'accalmie pour le monde, et il faut croire que la situation n'est pas prête de supplanter ce sentiment d'insécurité qui règne. Tobias en tira profit pour envoyer un mail à Eren, ajoutant pêle-mêle quelques liens pertinents mais sans rapport apparent. Son but n'était bien sûr pas de troubler son contact avec des articles à l'argumentation paniquarde. En post-scriptum, il se permit d'inclure son propre constat sans ambivalence : "La vérité se situe toujours entre plusieurs interstices, c'est comme un puzzle qu'il faut chercher à composer soi-même. Les complots existent et n'ont besoin d'aucune théorie !"
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Godbusters! - Sam 17 Jan 2015 - 20:35

C’était bien la peine de se déplacer de Paris à Munich pour faire une soirée pizza TV… *non mais*
Et au passage, merci à Jedi123 pour cette intervention capitale.

Mais j’avoue, quand on ne sait ni lire, ni écrire, ce n’est pas simple de converser à travers un site internet. Et quand un type donne publiquement l’adresse du domicile d’un autre… mieux vaut faire encore plus attention, c’est sûr. Osons imaginer que donner le numéro de portable aura été la meilleure alternative !
Maintenant, il ne s’est pas dit grand-chose : Eren a appris, Tobias… a récité. L’échange n’a pas été forcément profitable à tous les deux. Reste que Toby aura sans doute des nouvelles d’Eren rapidement, nouvelles qui se révéleront… décisives.
Ou pas.

Impeccable messieurs, rien à dire ! Sauf Tobias, qui écrit de très beaux dialogues !
Bravo et merci !

Eren Morgan : 520 xps
Tobias Kristensen : 535 xps

Xps attribués : Yep
Godbusters!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Périphérie :: Lotissements-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page