Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Quête] Une aventure microscopique

♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
[Quête] Une aventure microscopique - Mar 14 Oct 2014 - 23:43

On trouve toujours plus petit que soi

... ou plus grand ? Je ne sais plus.

Toujours en état de choc, Rain battit des paupières. Tout semblait danser autour d'elle, des colonnes corinthiennes qui soutenaient les étages de livres, aux vitraux encastrés dans la voûte de marbre. C'était comme si son cerveau avait décidé de se la jouer appareil photo et que la tendance du jour était le zoom et le dézoom. Faute d'adhérer à ce genre de sensations fortes, la membre du Conseil ferma les yeux et tenta de rassembler ses esprits, dans l'espoir de pouvoir reconstituer le rêve étrange qu'elle venait de faire.

Elle se revoyait marcher dans les couloirs de la grande bibliothèque, à la recherche de réponses quant aux Liens si spéciaux qui pouvaient unir un apprenti-dieu et un humain. Et soudain, au milieu d'une étagère, un livre lui était apparu comme une révélation. Tout naturellement, elle était venue saisir ce mystérieux ouvrage qui avait su attirer son regard au détriment des autres. Cuir violet, absence de titre. Tous les caractéristiques pour intriguer. Tous les arguments pour la pousser à feuilleter ses pages. La première d'entre elles avait été tout bonnement indéchiffrable tant le texte était petit. La seconde en revanche avait offert une phrase tout-à-fait lisible, mais pas plus facile à décrypter. Une lumière dorée était alors venue l'englober, à peine avait-elle fini de lire ces mots issus d'une langue qui lui était étrangère. Elle avait assisté alors à une étrange métamorphose, celle du décor qui l'entourait, à moins que ça ne fusse son propre corps qui fut victime d'un mauvais sort. Toujours était-il que les proportions habituelles s'étaient vues pulvérisées, et qu'elle avait fini par atterrir sur une surface violette, dont le toucher lui rappelait étrangement le livre qu'elle avait tenu entre ses mains auparavant...

Un grommellement. Sans doute sa raison qui disait à son inconscient d'y aller molo dans les délires. Sans doute que son crâne lui intimait aussi l'ordre de la boucler, parce que ce n'était pas en se laissant aller dans de telles fantaisies que sa migraine allait s'arranger. Allez, assez dormi, il était temps de se lever, de prendre un cachet et de repartir au boulot.

Machinalement, Rain roula sur le ventre jusqu'au bord de ce qu'elle pensait être son lit. Ce ne fut que lorsqu'elle sentit le vide sous ses jambes que son instinct se réveilla. Ses mains s'accrochèrent in extremis à son matelas improvisé. Hélas, l'effet anesthésiant dont était victime son esprit semblait s'étendre à l'ensemble de son corps, et ses muscles ne purent tenir le coup. Résultat des courses, elle fut contrainte à lâcher prise et à effectuer une chute de plusieurs mètres… du moins, c'était l'impression qu'elle avait eue.

La jeune femme atterrit ainsi sur le parquet en produisant un bruit de marshmallow écrasé. Décollant son faciès du plancher, elle se mit en position assise et se mit à masser son dos endolori tandis qu'elle balayait les alentours du regard.

— C'est pas vrai… pourquoi toujours moi...

Eh oui, la membre du Conseil commençait tout doucement à émerger, et à réaliser qu'elle n'avait pas rêvé jusque là. Les mètres qu'elle venait de parcourir en chute libre n'étaient en réalité que ce qui séparait le sol de la table commune de lecture, à savoir septante-cinq (ou soixante-quinze) centimètres grand maximum. Ce qu'elle avait pris pour son matelas n'était autre que le livre violet qu'elle avait eu le malheur de feuilleter. Et tout, absolument tout autour d'elle avait l'air de s'être arrangé pour pointer sa taille de moucheron du doigt.

Maudite, elle était décidément maudite. À chaque fois qu'elle se pointait à la bibliothèque, il fallait que quelque chose lui tombe dessus. La première fois, cela lui était arrivé au sens littéral du terme ; le professeur Urmanis avait décidé d'atterrir dans ses bras suite à une mauvaise chute depuis une étagère. Ensuite il y avait eu cet autre professeur, Franz Breitner, avec qui elle s'était retrouvée enfermée dans une pièce sans issue protégée par une malédiction. Et aujourd'hui il avait fallu qu'elle fusse réduite à la taille d'un minimoys. Quelqu'un voulait la tenir à l'écart des livres, c'était certain. Mais il aurait pu envoyer un sms, le message serait tout aussi bien passé, mieux qu'actuellement même.

— Si j'attrape celui qui a fait ça, il va le sentir passer, grinça la jeune femme en dégainant son pistolet.

Cela aurait un poil plus de force si le pistolet en question n'était pas plus petit encore qu'une réplique Playmobile.


© Illustration & code par Rain.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: [Quête] Une aventure microscopique - Mer 15 Oct 2014 - 2:10
La bibliothèque, lieu d’angoisse et d’épouvante pour qui peine tant à déchiffrer la moindre phrase. Alors pour Ashe, c’est pas franchement l’éclate. Assis sur une chaise, la tête rejetée en arrière, il tente de calmer la migraine oppressante qui lui enserre les tempes en se reposant un peu. Le livre dans lequel il était plongé est posé à l’envers sur ses genoux, son bras pend dans le vide, sa main effleurant le sol froid. Il voudrait mourir.

Décidément, il n’y comprend vraiment rien à toutes ces histoires d’orthographe, et il a beau lire et relire, certains mots qu’il emploie pourtant sans souci à l’oral lui demeurent parfaitement impénétrables à l’écrit. Qui a eu l’idée de telles graphies, franchement. Et toutes ses lettres muettes, comment est-il même possible de savoir qu’elles existent puisqu’on ne les entend pas ?

Il soupire, et rouvre les paupières. Non loin de lui, une demoiselle est occupée à parcourir un épais volume à la couverture violette. Son regard ne s’attarde pas sur elle, sautant déjà sur la personne suivante, un garçon visiblement plus intéressé à chaparder les stylos de sa voisine qu’à travailler lorsqu’une lueur aveuglante trouble son attention. Tout devient blanc, la nausée grimpe, et le vertige s’empare de lui. Il tente de se raccrocher au bord de la table, soudain étonnamment loin, mais crie sa surprise lorsqu’elle se dérobe à lui, le faisant terminer sa course en s’écrasant violemment contre une surface dure. Pas le temps de récupérer du choc, un énorme fracas résonne près de lui lorsqu’un livre démesurément grand manque de peu l’écraser.

Arrêt sur image. Yeux grands ouverts. Souffle court.

Qu’est-ce qu’il se passe ?!

Son esprit rattrape son corps, et tente d’analyser la situation. Mains, ok. Tête, à sa place. Jambes toujours au nombre de deux. Jusque là, tout semble aller.

Puis il regarde autour de lui, et se fige. Qu’est-ce que… Putain de quoi qu’il se passe ?! Depuis quand la bibliothèque est aussi grande ? Alors là, c’est le pompom ! Se faire dévorer par une créature tentaculaire, c’est bon - c’est même très agréable, mais ça, il le dira à personne, privilège personnel. Se retrouver transformé en statue, c’est nickel, c’est au nombre des choses accomplies. Survivre à une horde de prétendantes déchaînées, quotidiennement, c’est passé au rang de routine. Rencontrer des repenties lubriques et échapper à leurs griffes, check. Est-ce que ça n’était pas suffisant ?!

Pourquoi il se retrouve à la taille d’une sauterelle sur une chaise en plein milieu de gens qui n’ont visiblement pas changé, eux ? Ce foutu livre aurait pas pu l’écraser tant qu’à faire ? Au moins ça réglait la question, et il crevait là une bonne fois pour toute. Mais non, même pas, il va falloir qu’il se tire de là par ses propres moyens. Un coup de pied rageur dans la couverture désormais plus épaisse que son poing lui arrache un couinement de douleur et l’enrage encore plus, si la chose est possible.

- Nom d’un ours, Deus, sors moi de là ! La blague était très drôle, tu peux me rendre ma vraie taille maintenant ? Je promets de plus t’insulter dans ma tête.

Le brouhaha désormais assourdissant de la bibliothèque pour seule réponse. Evidemment.

- Allez quoi, s’teuplait, je te jure que…

Sa réponse se perd dans le bruit d’un corps percutant à vitesse inquiétante une surface dure. Oui oui, tout à fait le même son qu’il a fait quelques secondes plus tôt, c’est pour ça qu’il le reconnait bien.

Il se retourne immédiatement, s’approchant du bord de la chaise, et pris de vertige, s’allonge finalement de tout son long pour passer son visage par dessus l’abime afin de voir ce qu’il se passe. Plus loin sur le plancher, ce qui semble être une demoiselle se relève difficilement d’une rencontre brutale avec le sol. Il jette un oeil à la table plus haut et grimace. En voilà une qui a eu encore moins de chance que lui.

Bon, il est pas tout seul. Déjà, c’est une bonne chose. Reste le très léger détail qu’il s’agit d’une femme, et qu’elle a visiblement pas l’air très contente. Et ça, c’est un combo dont Ashe préfère rester très très très très… très éloigné.

Il observe l’arme qu’elle dégaine, étrecissant le regard en reconnaissant une de ces étranges machines cracheuses de mort, et sa détermination à rester loin de tout ça se renforce. Femme = Ennuis. Femme énervée et armée = Mort.

Soudain, sa chaise se met à trembler, l’obligeant à s’accrocher très fermement au bord pour ne pas s’écraser au sol à son tour. Le livre non loin de lui s’envole vers la table, et un postérieur à la taille démesurée fonce à toute allure sur lui. Ashe glapit, roule sur le côté, et bascule finalement tout son corps dans le vide, demeurant accroché à la chaise par ses dix doigts.

Bon sang de rat crevé ! Voilà qu’il est désormais pendu à une cinquantaine de centimètres du sol entre un apprenti-dieu capable de l’écraser en remuant les fesses et une mini-déesse à l’air pas commode. Y a pas une alternative sympa ? Une créature cauchemardesque tentaculaire, un cadavre encore fumant de vie et une main en moins ? Non, c’est pas possible ? Même demandé gentiment ?

Ok, récapitulons. S’il se laisse tomber d’ici, il se pète au moins une cheville. Si c’est pas deux. Il rencontre ensuite, selon toute vraisemblance, une femme armée. Puis il meurt. Ou tout comme. S’il reste pendu ici… bah il reste pendu ici. Et c’est pas que, mais les bras commencent à tirer, l’air de rien. Regard désespéré alentour.

Ah, là ! Le pied de la chaise en aluminium est à peine à quelques centimètres. S’il arrive à se hisser jusque là bas, il devrait pouvoir se laisser glisser jusqu’en bas sans trop de casse. Ca enlèvera pas son souci de déesse en colère, mais au moins, il aura ses deux chevilles pour courir. Bon, vendu.

Il jette ses jambes sur le côté, imprimant un mouvement de balancier à son corps, et réussit à enserrer le tube de métal entre ses cuisses. Ses mains rampent le long du bord jusqu’à parvenir à toucher elles aussi le montant, et il lâche finalement prise pour se laisser glisser le long de la barre. Deux secondes plus tard, il est au sol. Entier.

Soupir de soulagement, il se retourne, prend son courage à deux mains, et se dirige finalement vers la mini-déesse. Faut bien mourir de quelque chose un jour. Par précaution, il lève tout de même les bras en l’air comme il l’a vu faire dans un film, et prend la parole à une distance raisonnable d’une cinquantaine de centimètres d’elle.

- Euh, salut ?
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête] Une aventure microscopique - Mer 22 Oct 2014 - 3:37

Alors qu'elle venait à peine de retirer le cran d'arrêt de son pistolet, prête à éclater sa gueule à elle-ne-sait-même-pas-qui, Rain entendit un bruit derrière elle. Un bruit de glissement suivi d'un autre qui ressemblait davantage à celui qu'elle avait elle-même produit en atterrissant sur le sol quelques instants plus tôt. Se retournant alors vivement et se tenant sur ses gardes, la mini jeune femme se retrouva face à… un apprenti-dieu qui avait de toute évidence vécu la même mésaventure qu'elle. Tout du moins, c'était le seul être aux alentours qui avait une taille relativement normale par rapport à elle, le seul qui se trouvait à son échelle. Naturellement, il y avait de quoi se méfier. Comment se faisait-il qu'il était dans le même pétrin qu'elle ? Se pourrait-il qu'il fusse responsable de leur sort à tous les deux ?

— Vous… comment se fait-il que vous soyez transformé vous aussi ?

Question légitime. Et puis avec le canon de son pistolet braqué vers le visage de son interlocuteur, elle espérait avoir une réponse rapidement. Même rétréci à la taille d'un morceau d'écharde, cela restait un gros calibre à leur échelle. Bien évidemment, Rain n'avait aucunement l'intention de tuer la seule personne qui pouvait éventuellement la renseigner sur ce qui venait de se passer. Du moins pas pour le moment. S'il se révélait être trop casse-pied, la demoiselle pouvait bien changer d'avis. Elle s'était toujours débrouillée seule après tout, mais préférait tout de même éviter de perdre sa seule source d'informations inutilement.

Un tremblement parcourut le parquet, manquant de faire perdre l'équilibre la membre du Conseil miniature, qui n'était décidément pas habituée à ces changements. Oui car ce qui les avait chamboulés à ce point, c'était simplement un élève quelconque qui venait de se lever de sa chaise en la faisant bien racler sur le plancher. Levant les yeux, Rain aperçut le jeune roux format XXL s'approcher et, sans vraiment réfléchir, saisit son vis-à-vis par le col pour le traîner vers une corbeille. Une fois à l'abri de tout regard, elle risqua le bout de son nez pour constater avec horreur que le livre violet, celui qu'elle avait ouvert en dernier, se trouvait entre les mains de l'élève aux cheveux de feu.

Que faire ? Lui bondir dessus avec un tonitruant « geronimo » ? Pas sûr que cela fusse la meilleure solution, sans compter qu'il ne risquait même pas de l'entendre. Est-ce que son pouvoir sur le sang avait effet sur lui à cette distance ? Étrangement, elle n'avait même pas besoin de tester qu'elle connaissait déjà la réponse. Non évidemment, comment pourrait-elle avoir la moindre emprise sur une cible d'une telle envergure ? Car il y avait à présent plus d'écart de taille encore qu'entre un dragon noir et elle dans sa forme habituelle. Forcément, il ne fallait même pas espérer.

Sans passer par trente-six chemins, l'ancienne professeur s'élança vers le pied de la table à côté de laquelle se tenait l'élève curieux. Il y avait un moment où elle se contentait d'appliquer ce qu'elle savait car son cerveau refusait tout simplement de s'adapter à une situation nouvelle et non-recensée. C'était tout le bonheur d'être une arme humaine programmée à sa naissance. On sautait toutes les étapes de l'apprentissage, bien embêtantes pour certaines et pourtant bien essentielles. Car c'était le simple fait d'apprendre qui échappait à Rain. Et son esprit, bien trop habitué à obtenir des réponses rapides face aux différentes situations, sonnait déjà l'alerte à cause du manque de réaction.

En quoi consistait son formidable plan alors ? Tout simplement, se jeter sur l'élève et le contraindre à lâcher le livre. Simple donnée qu'elle n'avait pas prise en compte dans l'équation : ses balles pouvaient à peine dessiner de nouvelles tâches de rousseur au garçon, sans plus. Il y avait plus convainquant comme manière de persuasion, ça, c'était certain.

Un énorme poteau s'écrasa à côté d'elle. Un crayon. C'était humiliant de se faire agresser de la sorte par un crayon, mais cela arriva. Celui-ci se mit à rouler sur une certaine distance, coursant une mini Rain qui ne pouvait encore se permettre un bon nombre d'acrobaties à cause de ses courbatures. Finalement, elle se jeta sur le côté et se glissa sous l'une des étagères cependant qu'une ombre immense passait au-dessus d'elle ; le propriétaire du crayon venait de récupérer son bien.

Risquant un peu sa tête hors de sa cachette, elle put constater avec joie que l'élève à la chevelure flamboyante s'éloignait au loin avec le livre mauve. SON livre. Non, elle n'allait pas le laisser s'en aller comme ça. Elle allait le récupérer coûte que coûte. Comment rattraper un géant ? Ce n'était pas en restant planquée sous son étagère que cela allait se faire en tout cas. Alors la jeune femme se hissa hors de la fente où habituellement elle pouvait à peine rentrer un doigt.  

— C'est quoi ce truc ?

Le regard qui venait brusquement de se poser sur elle était presque pesant. Oups.

— Eh Liam...

Étrangement, Rain n'avait aucune envie de finir sous une loupe, un microscope ou autre connerie du genre. Alors elle s'éclipsa rapidement, aussi rapidement qu'elle était réapparue, sous l'étagère. Il y avait une ligne de lumière devant elle, fendant l'obscurité ambiante. C'était par où la corbeille encore ? Avec tout ça elle avait zappé un détail. Le livre lui avait paru tellement important qu'elle en avait oublié son seul potentiel allié du moment… ce n'était pas très malin. Où pouvait-il bien être ? Par précaution, la mini membre du Conseil s'éloigna un peu plus de l'extérieur, au cas où l'idée viendrait à ces élèves de lui tripoter le dos avec une latte ou autre objet à longue portée pour tenter de la choper.

— Il ne se passera donc pas une seule journée où je pourrais consulter mes livres tranquille...


© Illustration & code par Rain.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: [Quête] Une aventure microscopique - Dim 26 Oct 2014 - 23:14
Wow wow wow c’est quoi son problème à elle ?! Voilà qu’elle le menace de sa mini pétoire en exigeant une réponse. Et elle est mignonne, mais des réponses il en a pas lui. Sinon il se serait jamais risqué à venir lui parler. Téméraire mais pas suicidaire non plus… Mais pourquoi ça lui tombe encore dessus, hein ? Qu’est-ce qu’il a fait de mal dans cette vie là, nom de Deus ?!

Il louche sur l’arme pointée sur lui en grimaçant, réfléchissant à toute allure pour trouver quelque chose de satisfaisant à répondre avant de se faire transformer en passoire, mais une soudaine secousse l’ébranle et manque le faire basculer avant qu’il n’ait le temps de répondre. Il ouvre de grands yeux en voyant l’être géant se diriger vers eux, et se retrouve soudain étranglé par une demoiselle décidée qui le traîne vers l’abri précaire d’une corbeille.

Il se fait jeter au fond sans ménagement, s’assommant contre les rebords tressés de l’objet désormais démesurément grand, tandis que la jeune apprentie-déesse passe le nez en dehors pour observer quelque chose. Se frottant l’arrière du crâne pour essayer de tuer dans l’oeuf la bosse qui menace se former, Ashe maugrée quelques insultes à voix basse, lorsque sa très chère compagne se précipite à l’extérieur.

Mais… mais… Qu’est-ce qui peut se passer dans son crâne de femme ? Elle a craqué ?! Il se jette au bord de la corbeille pour observer son action héroïque et voir si elle a éventuellement besoin d’aide, n’assistant qu’à une superbe course poursuite avec un crayon qui lui arrache un rire mal contrôlé. Ouais non, même avec toute sa bonne volonté, il n’arrive pas à s’inquiéter de voir sa nouvelle tortionnaire ainsi menacée par un malheureux crayon lancé à toute allure… C’est plutôt très drôle même, et ça l’est d’autant plus que si elle savait qu’il se marre, elle lui ferait la peau sans qu’il en doute une seconde.

Il la voit se jeter sous l’abri précaire d’une étagère, et s’apprête à la rejoindre lorsqu’un apprenti-dieu la remarque alors qu’elle ressort. Non mais… C’est pas possible, elle est montée sur ressorts ? Pas moyen qu’elle tienne en place plus de trois secondes hein ? Ca, il sent que ça va le fatiguer vite fait… Non pas qu’il soit lui-même du genre mollasson, mais y a des limites quand même. Se poser deux minutes pour analyser la situation, des fois, ça peut être bien. Éviter de buter son seul allié aussi. Mais ça, non, ça a l’air trop compliqué à saisir pour une femelle. Bon, certes, ça le change qu’elle lui ait pas déjà fait les yeux doux en essayant de le séduire, mais quand même… Y a pas moyen de trouver un juste milieu ?

Elle redisparait sous l’étagère, il soupire, et sort finalement de sa corbeille. Bon, il faut qu’il la rejoigne maintenant. Le seul léger mini petit souci, c’est qu’il y a l’équivalent de trois mètres à découvert entre l’endroit où il est et le meuble sous lequel elle a disparu. Ce qui à son échelle à lui fait un joli sprint à piquer pour éviter de se faire repérer. Ca serait aussi bien qu’on vienne pas l’écrabouiller comme un cafard… D’autant plus maintenant que sa brillante partenaire a réveillé la curiosité des crétins à taille géante. Sérieux quoi, Deus, ayez pitié de nous comme ils disent.

Il retrousse les manches de sa chemise désormais miniature, dévoilant ses avant-bras striés de veines, passe une main dans sa chevelure sombre et soupire, un geste habituel chez lui. Bon, faut la rejoindre par les chemins dérobés. Il n’a absolument aucune envie de se faire attraper par un des guignols de là-haut. Qui sait s’ils vont pas lui arracher un bras pour voir si ça fait mal, hein ?… Ils sont présentement agenouillés devant l’étagère pour essayer de voir ce qu’il y a dessous et d’attraper l’étrange bête qu’ils ont vu en sortir, donc une arrivée frontale semble proscrite.

Nouveau regard circulaire. En calculant bien son coup, il doit pouvoir contourner la zone dangereuse et se glisser derrière le meuble. De là, il devrait sans souci réussir à se vautrer dessous pour la rejoindre. En théorie.

Prenant son courage à deux mains, il bondit dans l’ombre du pied de la table, inspectant à nouveau les alentours. Lorsque la voie lui paraît enfin dégagée, il s’élance à toute vitesse sur le parquet désormais dix fois plus large que lui, priant très très très très fort que personne ne le voit. Ses pieds dérapent finalement sur les derniers centimètres, l’envoyant bouler contre le côté du meuble dans un fracas perceptible à sa seule oreille. Aïeuh ! Il frotte son crâne de nouveau victime d’une rencontre inopportune avec un élément en bois dur, puis tente de reprendre son souffle. Courir, c’est pas un souci, mais craindre à chaque instant qu’un dingue géant le piétine, c’est plus problématique ça. Et ça fait battre à toute allure son petit coeur.

Il se penche pour jeter un oeil sous le meuble, n’y voit que du noir, et gronde. L’étagère qui l’intéresse est de l’autre côté de cette bibliothèque, et il n’a pas trente-six choix. Soit le contourner, soit passer dessous. Dessous, c’est glauque. Par devant, il sera visible au regard de tous. Bon bah… Il longe le meuble, puis se glisse derrière. Immédiatement, un éternuement digne d’une souris le saisit une fois, bientôt à plusieurs reprises. Mais qui c’est qui fait le ménage ici ? Quelqu’un qui n’est pas passé depuis longtemps visiblement… La poussière s’élève à chaque pas, et de jolis moutons ornent désormais sa chevelure et ses vêtements, tandis qu’il protège son visage de ses mains relevées. Trois pas de plus et il porte l’équivalent de son propre poids en détritus et saleté sur tout son corps.

Manquait plus que ça… En insultant copieusement la supposée femme de ménage, il finit néanmoins par réussir à s’extirper de ce mauvais pas, débouchant à l’air libre entre les deux meubles. La lumière vive agresse son regard tandis qu’il tente de s’épousseter, ne réussissant pas à grand chose de plus qu’à se faire éternuer à nouveau. Puis il observe le grand panneau de bois en se disant qu’il faudrait se glisser là dessous pour bien faire… Et s’agenouille finalement, faisant porter sa voix sous l’étagère.

- Vous êtes là ?

Ses paroles résonnent fort dans l’espace clos, à peine un souffle pour une oreille humaine mais presque un cri à leur taille. Il est pas très sûr d’avoir envie de la revoir, mais en même temps… Il a pas de meilleure piste pour l’heure. Et il est encore plus sûr de pas avoir envie de finir sa vie à taille sauterelle.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête] Une aventure microscopique - Mer 21 Jan 2015 - 3:23

Notre grande Rain, du haut de son centimètre septante-sept (ou soixante-dix-sept, oh, c'est bon), traçait à toute vitesse vers le fond de l'armoire en-dessous de laquelle elle s'était retrouvée acculée. Elle venait de percevoir un craquement caractéristique issu du plancher sous les pieds de son plus gros souci du moment : des élèves curieux. En effet, ceux-ci, loin d'avoir laissé tomber l'idée d'éclaircir le mystère du minimoys édition Deus, s'étaient agenouillés et avaient collé leur gros nez dans l'ouverture pour tenter d'y apercevoir quelque chose. L'instant d'après, faute d'avoir pu déceler quoi que ce soit dans le noir poussière (il faut croire que cette couleur n'offre que peu de contraste), ils décidèrent de dégainer l'arme fatale pour toutes petites bêtes voulant s'échapper sous les meubles : une latte de trente-cinq centimètres. Après avoir échappé in extremis à un crayon, voilà que les choses se gâtaient à nouveau. Détail qui n'était guère élogieux pour la fierté de la demoiselle : l'extrémité de la latte la rattrapa presque trop facilement, venant ainsi frôler son dos alors qu'elle s'efforçait d'accélérer.

Le bout de la course fut incarné par le pied du mur, qui se présenta au moment même où Rain manqua de se faire faucher pour de bon. Rassemblant le peu d'énergie récupérée dans ses muscles encore affaiblis par sa transformation récente, l'ancienne professeur effectua un saut en avant. Les semelles de ses mini-rangers prirent appui sur le mur à l'instant précis où son agresseur en bois venait le percuter. Puis, laissant faire la détente de ses jambes, elle se laissa tomber sur la face supérieure de la latte avant de se réceptionner sur le sol avec une roulade latérale. S'ensuivit un horrible bruit de raclement, tandis que le terrible monstre rectangulaire se retirait, à deux doigts d'avoir atteint sa cible. Enroulée dans des tentacules de poussières, les cheveux encore plus en pétard que d'habitude, Rain laissa alors échapper un soupir de soulagement. Se relevant péniblement, la miss jeta un regard aux alentours, à la recherche de quelque chose qui pourrait l'aider à se décider sur sa prochaine action. A savoir, soit une voie libre pour sortir du dessous du meuble et repartir à la poursuite du livre violet, soit la silhouette de son compagnon de mésaventure.

Et il se trouva que précisément, la voix de ce dernier s'éleva quelque part dans la pénombre. A l'entendre, lui aussi la cherchait. Accessoirement, c'était la chose la plus sage à faire dans ce genre de situation. Et ils l'avaient compris tous les deux, Deus soit loué ! Ou maudit, puisqu'il ne semblait guère se soucier de leur poire. Et vu ce qu'ils se prenaient les pauvres… nul doute que cela ne ferait qu'empirer.

— Le livre ! lança la jeune femme alors qu'elle se dépêchait en direction d'Ashe. Un élève l'a pris avec lui, il faut à tout prix le récup…

Avant qu'elle n'ait pu terminer, ses yeux distinguèrent un mouvement derrière l'apprenti-dieu aux cheveux longs, pris tout comme elle dans un manteau de poussières et de toile… d'araignée. Et, au vu de la silhouette qui venait de se dresser dans le dos d'Ashe, l'une de ces petites bêtes n'avait pas apprécié que monsieur détruise son habitacle. Sachant que la "petite" bête en question se trouvait être une tégénaire faisant deux fois leur taille. Forcément. Sinon ce n'est pas drôle.

N°99 fit un pas rapide vers Ashe, juste le temps de l'agripper par le bras et le tirer de son côté. Son autre main s'était quant à elle levée vers la Bête, armée de son Sphinx 3000 miniature. Malheureusement, son geste ne put jamais être achevé, car l'une des nombreuses pattes du monstre vint se planter dans son épaule. Le coup de feu, dont le bruit s'apparenterait davantage à un pet de mouche qu'autre chose, se perdit dans le sol tandis que la membre du Conseil se retrouvait projetée en arrière. Son arme alla percuter le mur quelque part dans les pénombres et son accès fut rapidement obstrué par d'énormes pattes velues tandis que l'araignée continuait sa progression en les scrutant de ses huit yeux noirs et globuleux.

Comme si cela ne suffisait pas, le peu de lueur qui leur parvenait de l'extérieur s'éclipsa brièvement. La latte était revenue à la charge. La Latte. Cela ferait un nom de film d'horreur plutôt classe, mine de rien. Toujours est-il qu'elle était de retour, bien déterminée à ne pas revenir les arêtes vides cette fois…

Un bond en arrière hissa l'ancienne tueuse sur la surface de la règle, alors qu'elle s'aidait d'une main pour accomplir sa roulade latérale. Atterrissant souplement sur ses pattes, elle se retourna juste à temps pour voir sa poursuivante aux huit yeux se faire envoyer dans le décor par l'intrus de bois. Est-ce que cela suffirait pour l'arrêter ? Rien n'était moins sûr et à vrai dire, Rain n'avait aucune envie d'attendre que la bestiole se remette d'aplomb. Sans demander son reste, elle sprinta donc vers la lumière. S'extirpant de sa cachette, elle profita que les gros lourds d'élèves fussent trop occupés à lever leurs fesses en l'air, à quatre pattes devant le rayon de livres, pour prendre la poudre d'escampette.

***

Rain se redressa de tout son long. Les éléments environnants avaient enfin retrouvé une proportion normale. D'une main, elle épousseta nonchalamment sa veste, tandis que de l'autre, elle tenait le semi-automatique qu'elle venait de récupérer de sous le meuble. Retirant une toile d'araignée qui s'était logée sur le canon, elle replaça le cran de sécurité puis dégaina un mouchoir pour le nettoyer, le tout sous les yeux attentifs de l'élève à qui elle avait soutiré le fameux livre mauve.

Mais, alors qu'elle replaçait l'arme dans son étui, elle s'aperçut que le bouquin responsable de ses malheurs du jour s'était volatilisé. Elle était pourtant certaine de l'avoir calé sous son bras. Naturellement, elle dirigea un regard suspicieux au rouquin qui se tenait derrière elle.

— Le livre, où est-il ?

Son interlocuteur papillonna des yeux, l'air étonné.

Quel livre ?
— Le mauve, celui que je vous ai confisqué il n'y a même pas deux minutes.

Attrapant sans ménagement le bras du pauvre garçon, la membre du Conseil entreprit une fouille corporelle brouillonne, avant de constater qu'il ne possédait effectivement plus le livre. Son regard inquisiteur sonda son sac, sous la table... en vain. Sans doute que le pouvoir du Coffre Dimensionnel avait été de la partie. Cela lui paraissait être une théorie convaincante, assez pour qu'elle entraîne l'élève vers la sortie.

— Venez avec moi, je suis sûre que les directeurs seront très intéressés par vos tours de passe-passe.
Mais... quoi ?! protesta vivement son prisonnier. Je n'ai rien fait ! Lâchez-moi !
— Nous verrons bien cela. En attendant, j'ai un tas de questions à poser, et on ne peut pas dire que vous soyez très coopératif, alors j'improvise.

Le simple fait de resserrer sa poigne suffit à faire avancer le jeune homme, qui était peu enclin à se laisser broyer le bras. Il suivit alors l'ancienne enseignante, taisant ses remarques en espérant que les directeurs lui rendent justice... Un livre ? Mauve ? Jamais entendu parler, jamais vu, jamais touché. Non, il n'avait absolument aucune idée de ce dont parlait cette folle.

Quelques étages plus haut, entre deux romans de Marcel Proust, apparut une reliure d'un violet espiègle.

© Illustration & code par Rain.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 856

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête] Une aventure microscopique - Mer 21 Sep 2016 - 21:20
Notation du RP

...
...
Pardon.
Pauvre rouquin, il n'y est pour rien dans cette histoire... contrairement aux deux élèves et leur latte... contrairement à l'araignée velue très moche... et pourtant, ceux-ci ne recevront aucune punition. J'en connais un qui doit être en train de se dire :
"— C'est pas vrai… pourquoi toujours moi..."

Une quête un peu courte, j'aurais aimé voir Rain se faire un peu plus tripoter et malmener... mais pour les agresseurs en question, je crois que ça aurait été une erreur, peut-être même leur dernière. C'est donc le type le plus innocent qui prend (ou plutôt "celui qui n'avait qu'à pas prendre le livre"), bien joué et bonne chance à lui ! Par contre, l'histoire de la corbeille m'interpelle un peu... il me semble qu'en faisant moins de 2 cm, il aurait été difficile de grimper rapidement à l'intérieur. Mais comme seul Ashe parle de "se faire jeter au fond", je pense qu'il y a eu une petite mésentente ? C'est pas forcément grave, mais derrière la corbeille ou dans la corbeille, à cette échelle, c'est un exercice bien différent !

J'aime beaucoup le codage - mention spéciale aux illustrations dessinées par Rain - et le style d'écriture, la quête est respectée... alors tout va bien !
Bon courage pour la suite !
Rain : 390 xps

Xps attribués : Yep, ils sont bien à côté de la corbeille normalement et non dedans, il y a eu un malentendu du côté d'Ashe
Contenu sponsorisé
Re: [Quête] Une aventure microscopique -
[Quête] Une aventure microscopique
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Partons à l'aventure !
» [1st Rp] Petite aventure dans les plaines
» [LIBRE] L'aube d'une grande aventure...
» Event RP "aventure"
» Le début d'un grande aventure...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Grande Bibliothèque-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page