Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Les dieux nous envient. [Riding solo !]

Invité
avatar
Invité
Les dieux nous envient. [Riding solo !] - Dim 12 Oct 2014 - 23:23


Les Dieux nous envient.


Laissez-moi vous révéler un secret : les dieux nous envient.


La vie n'a de valeur que par le biais de la mort. Immortels, les dieux jalousent les hommes. Imaginez leur vie, comparable à un conte sans fin ou à une fable sans moral. Concevez que cela peut vite devenir redondant et lassant. Par la mort, chaque instant peut être le dernier. Et c'est ce qui rend les moments de la vie si beaux et si uniques. Telle une fleur au sommet de son éclat avant de faner, vous qui me lisez, vous ne serez jamais aussi beau, aussi grand et aussi fort qu'à cet instant. Chaque seconde nous est précieuse. Et pour cette raison...
Les dieux nous envient.



La vie n'est qu'une succession d'événements qui possède une fin imprévisible et brutale. Un immense coton blanc venait de traverser ce vaste océan d'une couleur bleu clair. Le ciel ne lui avait jamais semblait aussi large. Le nuage se déplaçait au même rythme que sa nouvelle vie : avec lenteur. Non loin de là, se trouvait des arbres. Sur l'un d'entre eux, un aigle suspendu à l'une de ses branches. L'animal semblait observait les alentours. Un vent s'élevait, faisant ainsi divaguer les branches. Déployant de toute son envergure, l'oiseau déployait ses ailes et il prit son envole en direction des cieux. La puissance de ses ailes fut telle que les branches s'agitaient de plus belle. Les feuilles accrochaient aux branches semblaient se détacher et tout comme l'animal, voler en quête de liberté. L'une d'entre elles se distinguait des autres. La feuille volait si haut que si les arbres pouvaient ressentir les émotions, ils la jalouseraient. Elle s'envolait jusqu'à atteindre le toit de ce vaste bâtiment. Le vent cessait de souffler et la petite feuille perdait de la hauteur avec douceur et délicatesse. Au fil des secondes, elle chutait tendit que les autres avaient déjà atteint le sol depuis un bon moment. Avant même qu'elle ne put toucher le sol, du bout de son doigt, il la réduisit en cendre.

Miles se trouvait au sommet de ce bâtiment. Là haut, le jeune homme se sentait tel un troyen dissimulé derrière les murs fait de pierre qui avait jadis repoussé à maintes reprises les assauts des Spartes. Tracey se sentait comme supérieur aux autres. A cet instant, ce n'était pas de l'arrogance mais bel et bien son ressenti. Observant ce nouveau monde qui s'offrait à lui, on aurait même pu le comparer à un dieu. Le jeune brun ne se sentait plus comme un être humain ordinaire depuis sa renaissance. Le ciel avait beau être de la même couleur, les nuages de la même forme... Ce monde lui paraissait différent. Il ne ressentait pas la même sensation lorsque le vent soufflait sur sa nuque. Ici, tout lui semblait tellement irréel et néfaste. C'était probablement cela, être un apprenti dieu. En bas, les gens semblaient se réjouir de cette nouvelle vie. Tous semblaient ravis d'avoir échappé à la mort. Ceux qui fut autrefois dans l'ancienne vie des croyants pensaient qu'ils avaient été sauver par dieu. D'autres savaient tout simplement qu'il y avait une vie après la mort et il considérait ce monde à présent comme un paradis. Et pour les « non-croyants », ils avaient été sauver par une puissance supérieur. En gage de remerciement, ils promirent fidélité à ce dernier.

Quelle déchéance ! Ce que les commérages disaient été donc vrai. Les hommes étaient des êtres faibles et naïfs. L'humanité est faible car ils étaient incapables d'affronter la mort dans les yeux. Personne ne pouvait se préparer à mourir. Et naïf car ce monde ne pourra jamais égaler l'ancienne vie. Dans cette vie, qui étaient nos mères ? Nos pères ? Et ceux qui avaient un époux, une amante, un enfant... Miles eut un temps de réflexion et il se demandait à quoi pouvait bien ressembler un paradis sans sa mère. Songeant à cela, le justicier ne put s'empêcher de grimacer. Les hommes étaient minables. Offraient leur un moyen d'échapper à la mort et ils devenaient de véritables pantins. Quelle bande de catins ! Ils vendraient leur mère pour un morceau de pain. Comparables à des chiens errants, ces hommes qui jubilaient à l'idée de vivre et de devenir à leur tour des dieux, avaient vendu leur famille pour un inconnu, un soit disant dieu de pacotille. La race humaine était si écœurante. Au final, c'était triste à dire, mais l'être humain n'avait définitivement pas de fierté. L'humanité était condamnée à devenir les marionnettes des dieux.

La vie n'avait visiblement pas de valeur à leur yeux. Pourtant, dans l'ancienne vie, lesquels d'entre eux n'avaient pas aimé ne serait-ce qu'une seule fois ? Lequel d'entre eux n'avait jamais versé de larme ? Lesquels de ces pères et mères n'avaient jamais prié pour mourir avant leur propre enfant ? C'est dingue comme la gloire pouvait faire perdre la valeur des choses aux yeux de l'homme. Sur le toit de ce bâtiment, Miles s'interrogeait sur la valeur de la vie. Pour lui ce qui constituait une vie, c'était les gens qu'on aimait au quotidien, les amis et la foi pour d'autres. Quant à la mort, elle représentait à ses yeux juste la fin d'une histoire, qu'elle soit agréable ou pénible. La vie était faite ainsi. En changeant cela, la vie perdait tout son sens. Tracey n'avait jamais demandé à revivre une seconde fois, une seule vie lui suffisait amplement. Il n'y avait rien de plus humiliant que de revivre pour devenir l'esclave d'un autre. Sa fierté l'empêchait d'agir comme tous les autres. Se réjouir d'une vie d'esclave ? Mais qui diable en voudrait de cette misérable vie ? Il valait mieux accepter la mort. Cette vie là n'était pas la sienne, mais celle d'un jouet au service d'un dieu.

Deus était parvenu à faire de l'humanité, ses pantins. L'homme était devenu la marionnette d'un être à part. Ils devaient le divertir, rendant ainsi sa vie immortelle moins pénible. C'était là une dépravation de sa part. Et le pire était que personne ne semblait vouloir interférer dans ses plans. C'était dans ce genre de moment, lorsque tout semblait perdu qu'un héros faisait son apparition. Et ce héros, c'était lui. Grimpant avec fougue sur le rebord de ce toit, le brun observait le ciel d'un regard sombre et déterminé. Être un dieu, c'est marquer les esprits par la crainte. Être un héros, c'est marquer les esprits par des exploits. Le jeune homme avait un exploit à réaliser, juste un seul : vaincre dieu. Le jeune homme veut réaliser ce que personne d'autre n'avait eu l'audace de faire. Il souhaite que son nom traverse des générations. Comparable à Achille défiant les dieux grecs, Miles s'en allait défier Deus. Ce monde devait changer. L'homme n'était pas faire pour assouvir le plaisir d'un être supérieur, mais pour aimer, chérir, souffrir, pleurer et mourir. Autrement dit, l'homme devait vivre pour personne d'autre que sa propre personne. Alors au diable les règles de ce nouveau monde. Il était temps de changer les choses.

Le monde allait être électrifié par ses actes. Miles devait réécrire l'histoire. Brusquement, Tracey sentait la chaleur et l'excitation monter en lui. Le jeune homme ouvrait la fermeture de sa veste. Un souffle venait de faire son apparition, faisant virevolter le bas de sa veste. Se tenant debout et regardant l'horizon, le brun se demandait l'espace d'un instant s'il serait réellement capable ne serait-ce de faire face à un être qui avait le pouvoir d'échapper à la mort. Pire encore, à une chose capable de donner vie à un monde nouveau. Les battements de son cœur se mirent à doubler. Être un dieu, c'était marquer les esprits par la crainte. Être un héros, c'était de marquer les esprits par des exploits. L'homme aux yeux bleus n'avait pas peur de mourir, mais peur de l'échec. Si il échouait, cela signifierait que l'humanité était condamnée. En ce monde, Miles était le seul espoir, la seule lumière qui osait scintiller dans l'obscurité. Tracey n'était pas dupe. A l'heure actuelle, il n'était qu'un insecte parmi tant d'autres. Mais tôt ou tard, Tracey serait un héros, l'égal d'un dieu. Ce n'était qu'une question de temps. Alors il ne put songeait à esquisser un sourire, car sa légende venait tout juste de commencer.



Laissez-moi vous révéler mon secret : je veux être un héros.

Il est vrai que la mort est une chose terrifiante en soit. Mais il n'y a rien de plus terrifiant que de ne pas pouvoir être maître de son destin. Alors continuez à vivre comme de véritables chiens si cela vous amuse. Mais moi, je veux mourir en héros. Que mon nom traverse le temps. Que l'on parle de moi comme d'un mythe, d'un conte ou d'une légende. Et que l'on dise à ma mort, que je fus brave et fort. Vous avez fait le choix de vivre comme des chiens, ainsi soit-il. Mais laissez mourir durant l'un de mes exploits inachevés...Car c'est ça, être un héros.
Et toi Invité, que choisis-tu ?

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les dieux nous envient. [Riding solo !] - Ven 24 Oct 2014 - 21:46
Un héros, une personne qui se distingue aux yeux des dieux… mais dans quel sens ? Côté bon… ou côté mauvais ? Est-ce une valeur objective, un titre qu'on peut décerner, quel que soit notre camp ?
Miles sera-t-il le héros qui aura sauvé les humains des dieux renégats ?
Miles sera-t-il le héros qui aura tué les humains et sauvé la planète d'un virus particulièrement coriace ?

C'est bien écrit, sans problème : bien joué !
Et maintenant, après les belles paroles et les beaux discours, passons aux véritables actes !

Miles Tracey : 175 xps

Xps attribués : Yep
Les dieux nous envient. [Riding solo !]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» "Papi Forge" Nous voici ! [RP SOLO]
» Liberez-nous d'elles... (solo muission Rang D)
» Ensemble nous avançons [Solo multiples / Entrainement]
» Groupe #4 : Les dieux sont-ils avec ou contre nous ?
» Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Sur les toits-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page