Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Quête] Rester de marbre

Invité
avatar
Invité
[Quête] Rester de marbre - Sam 4 Oct 2014 - 22:13
Tiré de sa couche par un cauchemar. Nouveau celui-là. Disparue Yliandre de son esprit, bienvenue à une paire d’yeux affamés. Récurrents.

Traverser les couloirs dans l’obscurité. Redécouvrir l’Académie sous un nouveau visage. Seule luminosité : la lune pâle, presque pleine. Les flaques de luminosité ornaient chaque fenêtre d’un précieux éclat. Il frôlait le mur à chacune, se sentant étrangement déplacé en ces lieux. Parfois, une porte se détachait, soulignée d’une clarté jaune, signe de veille tardive, mais à cette heure reculée, il n’en croisa que peu. A son plus grand soulagement. Il n’avait aucune envie de croiser une groupie empressée, ni une bonne âme qui voudrait le consoler. Soniya elle-même ne lui aurait pas tiré un sourire.

Ce qu’il voulait précisément, il l’ignorait, mais il savait très bien en revanche ce dont il n’avait pas envie. Au fond, il désirait simplement la paix.

Un bruit soudain le fit se figer. Quelqu’un titubait indubitablement dans le couloir qu’il allait bientôt croiser, et son pas lourd résonnait bruyamment dans le silence de la nuit. Ashe disparut dans l’ombre d’un rideau, espérant que cela suffirait à le dissimuler, mais il ne put retenir un cri de surprise lorsque la personne émergea du coin.

Le regard glacé de la revenante se tourna vers lui. De longues boucles sombres dans l’obscurité encadrant un visage arrogant, une bouche menue rehaussée d’une touche carmin s’étalant jusqu’à sa gorge, et dans sa main, un organe encore palpitant.

Boum.

Boum.

Boum.

Il ne parvint à détacher son regard du coeur à moitié dévoré. Les doigts aux ongles trop longs s’y agrippaient fermement, s’enfonçant plus profondément à chaque nouveau battement. La créature se dirigea vers lui. Le regard qu’elle lui lança le fit frémir.

Yliandre… Que fais-tu ici ? Yliandre…

Sous ses yeux ébahis, une Yliandre au teint blafard, à la démarche hésitante et au corps étrangement difforme, mais sans nul doute bien elle, s’avançait vers lui. Il tenta de reculer, se prit les pieds dans un tapis. Son corps s’affaissa au sol tandis qu’il envoyait les mains en avant pour essayer de se protéger de sa demi-soeur revenue le hanter. Sa tête percuta les carreaux du couloir, un cri dément quitta ses lèvres. Yliandre était déjà sur lui, le coeur toujours palpitant dans sa main. Un froid insoutenable l’attrapa à la poitrine. Il cria de nouveau, plus fort encore, mais sa raison finit par abandonner la lutte. Il s’évanouit.

~

Les pieds congelés, voilà ce qui le réveilla en premier. Incroyable sensation de froid en partance des orteils, jusqu’à ses oreilles. Il voulut ouvrir les yeux, mais malgré tous ses efforts, ses paupières demeurèrent closes. Un bruit résonna, le son mat de quelque chose qui percute le sol avec violence, mais pas quelque chose de très gros. Puis le même bruit, de l’autre côté de lui, sur sa gauche.

Nouvelle tentative pour ouvrir les yeux, nouvel échec. Il sentait confusément son bras élancé vers le ciel, sa quasi-nudité, et sa chevelure libre reposant sur son dos, mais impossible de bouger quoi que ce soit. Qu’est-ce qui lui arrivait ?

Il réfléchit, longtemps. Essaya de bouger, à intervalles réguliers. Commença à paniquer même au contact d’un objet léger courant dans son dos, lorsqu’une voix retentit au loin. Ses réflexions s’interrompirent net, il se concentra sur la conversation qui semblait se dérouler à quelques distances, et devint de plus en plus nette à mesure que les personnes s’approchaient.

- … a été injuste ! J’l’avais pas mérité sa punition !

- Si quand même, tu l’avais bien cherché ! Lui répondre comme ça, c’était pas très malin.

- Tout ça pour faire ton intéressante devant Hansen en plus, on te l’a déjà dit qu’il était gay ce pauvre gars, pas vrai Lysien que tu l’as vu en pleine affaire avec un beau mâle ?

Une cascade de rires fit écho à ces paroles, que la dénommée Lysien ne sembla pas affirmer ou infirmer. Pas verbalement du moins. Soudain, il entendit des souffles se retenir, et perçut comme une présence près de lui. Plusieurs présences en vérité.

- Elle est nouvelle cette statue. Plutôt beau gosse le type.

- Plutôt ? T’exagères, il est carrément canon ouais ! Mate-moi ces abdos. Dommage qu’ils lui aient taillé un pagne…

Une main chaude se posa sur son ventre, caressant ses muscles jusqu’à ses pectoraux. Puis un sifflement approbateur retentit.

- Dommage que ce soit qu’une statue, un mec comme ça, j’en ferais sans problème mon quatre heures. Et mon dessert aussi.

Une toute petite voix, timide, prit alors la parole, retentissant sur son côté gauche

- Il y a quelque chose de noté sur le socle… Ashe Harst, Vertiges et Séduction…

- Ah des vertiges, c’est clair qu’il m’en donne l’animal ! Les directeurs ont de bonnes idées des fois quand même, et l’artiste était sacrément doué. Regardez-moi ça, on peut même voir les veines sur son avant-bras !

Des doigts coururent le long de son poignet, lui tirant un invisible frisson qui n’eut lieu que dans son esprit. Il entendit des pas lui tourner autour, puis sentit une tape sur la fesse qui lui aurait arraché un cri de fillette s’il avait pu parler. Il n’en fut rien, bien entendu.

- Allez Lysien, prends nous en photo, on va pas garder la pause longtemps !

Il sentit un corps se glisser entre ses bras ouverts, un autre se colla à son dos, un troisième, accroupi, s’adossa à sa cuisse.

- Allez grouille !

La voix timide reprit :

- Mais vous rentrez pas toutes, le portable prend une photo trop petite !

La suite se perdit dans des éclats de voix plus ou moins menaçantes desquels il détourna son esprit. Il sentait toujours la chair contre lui, mais il tenta là aussi d’en faire abstraction. Statue… A moitié nue qui plus est. Qu’est-ce que c’était cette histoire encore ?… Il tenta de rassembler ses esprits, ne vit que l’image d’une Yliandre inquiétante et sanglante, et oublia bien vite.

Les quatre filles enfin s’éloignèrent, après ce qui lui parut une éternité, le laissant seul dans le silence angoissant des lieux. Le bruit mat de nouveau résonna, plus près cette fois. Puis l’attente commença.

A un moment, la pluie se mit à tomber. L’eau coula ce qui lui sembla des heures dans sa gorge, sur son torse, et dans ses reins, jusqu’à ce qu’il ne sente plus aucune de ses extrémités. La luminosité changea, il en devina les variations malgré ses paupières closes, sans pouvoir réellement donner une estimation réelle de l’heure. Le temps s’écoula, infime ou infini, les bruits de chute se reproduisirent, souvent. Quelques fois, il sentit quelque chose lui percuter le crâne, éclatant sous le choc, mais il ne sut pas plus de quoi il s’agissait.

Enfin, une présence de nouveau. Des pas, lents, puis un corps à ses pieds, assis sur son socle, le dos appuyé à ses mollets et la tête calée entre ses cuisses.

- J’en ai marre. Salut Ash.

Il reconnut la voix timide, et grimaça intérieurement lorsqu’elle écorcha son prénom.

- T’es bien toi là, au fond du jardin. Personne pour venir t’ennuyer, enfin, à part moi. Tu t’ennuies pas trop ? Ca doit être quelque chose, la vie de statue quand même. Heureusement que t’as pas de conscience, sinon ça te paraîtrait drôlement long tout ça.

Il sentit la tête basculer en arrière, et imagina le regard porté à son visage.

- Ouais parce qu’ils t’ont même pas fait les yeux ouverts. M’enfin, t’as quand même tout pour toi. La beauté, l’immortalité, pas de sentiment à gérer, pas de blessure, ni physique, ni psychologique… Heureusement que tu sens pas le froid non plus, parce que ça caille sévère.

Oh mais il le sentait bien au contraire. Tellement bien qu’il ne sentait plus grand chose à vrai dire. Ses jambes semblaient se réchauffer peu à peu au contact du corps chaud serré contre elles, mais pour le reste… Tout était encore porté disparu.

- Tu sais… Je me suis disputé avec Ava aujourd’hui. Ava c’est celle qui a dit que t’étais carrément canon l’autre jour. Elle comprenait pas que je puisse être si timide, alors elle m’a crié dessus quand j’ai pas voulu aller parler à Daien. Daien, c’est le garçon qui me plait. Il est grand, beau et musclé, bon par autant que toi certes, mais presque. Et puis il est drôlement intelligent aussi. En cours, il a toujours la bonne réponse, et toutes les filles le dévorent du regard. C’est pour ça que je peux pas aller lui parler. Bon, tu le vois pas, mais moi je suis pas très grande, et même s’il parait que je suis jolie, je fais plutôt poupée de porcelaine que fille à laquelle on s’intéresse. Alors bon…

Soupir intérieur. Que voulait-elle que ça lui fasse à lui ? Au cas où elle ne l’aurait pas remarqué, il était une statue, congelée en l’occurrence, et incapable d’ouvrir les yeux par dessus le marché. Il ne pouvait juger de son éventuelle beauté, et se moquait bien de ce qu’elle racontait à vrai dire… Pourquoi, même sous cette forme, y avait-il encore quelqu’un pour venir l’emmerder ? Ok, il était apparemment une belle statue musclée, mais que diable, il devait y en avoir d’autres dans le périmètre, non ? Et puis quand bien même, il ne pouvait pas répondre… C’était déjà assez pénible d’être transformé en morceau de marbre, sans avoir en plus droit à toutes les pleureuses du quartier…

Mais sous cette forme au moins, il ne pourrait plus rien lui arriver de mal… Même si de grands yeux affamés revenaient sans cesse dans son esprit. Inlassablement. Créant à tour de rôle diverses émotions, depuis une tendresse insoupçonnée dans son coeur à un effroi pur et simple. Mais ici, jamais plus ils ne l’atteindraient. Il en éprouvait du soulagement. Et des regrets aussi, un peu, au fond…

- Bon… Faut que je reparte, sinon Ava va s’inquiéter, et si elle part à ma recherche, elle va revenir t’embêter. Ca serait dommage que je te crée des ennuis alors que t’es le seul qui m’écoute sans rechigner… A bientôt Ash !

Il sentit des lèvres douces contre sa joue, puis le silence se fit. A nouveau.

Longue reprise de l’attente. Il réfléchissait, à Yliandre, à Elena, à Soniya, à toutes ces femmes aux approches si différentes. Chacune passait au spectre de ses perceptions, provoquant parfois colère, parfois douceur, souvent amertume. Bientôt, cela ne lui suffit plus, et il plongea dans une sorte de transe.

Il en fut tiré par des pierres jetées sur lui par deux apprentis-dieux visiblement éméchés, qui réussirent à arracher un éclat de marbre au niveau du biceps. Etrangement, aucune douleur. Les vandales repartirent comme ils étaient venus, non sans avoir dessiné des moustaches sur son visage. C’est ce qu’ils dirent en tout cas, tandis qu’une pointe froide traçait quelque chose au dessus de ses lèvres.

Il replongea dans l’oubli. Parfois, le bruit mat revenait, le tirant de ses songes par un sursaut intérieur. Puis même lui perdit de son pouvoir. La conscience ne fut plus que flammèche. Quelques pensées parasites revenaient, par instant, éclair de lucidité, puis s’évanouissaient aussi vite. La conscience ne fut plus qu’étincelle. Un frémissement se produisait de temps à autres, quelque part en lui, puis disparaissait. La conscience ne fut plus que braise…

Et quelqu’un se jeta à son cou. Des larmes noyèrent sa gorge, des bras enfermèrent sa nuque, et de violents sanglots résonnèrent. La reprise fut brutale, à un point tel qu’il mit un long moment à comprendre ce qui lui arrivait. Cet infime parfum qui lui chatouillait les narines ne lui était pas inconnu. Puis la voix timide s’éleva, brouillée de pleurs.

- Ash ! … Je veux mourir, je suis foutue… Je lui avais dit que c’était pas une bonne idée, je savais qu’il fallait pas…

Le reste se perdit dans des sanglots incompréhensibles. Le coeur d’Ashe se serra, métaphoriquement. Il n’avait jamais fait face à telle détresse, et même son habituelle rancoeur à l’égard des femmes fondait devant la tristesse perceptible de la demoiselle. Les reniflements peu à peu s’espacèrent. Les bras se détendirent un peu autour de son cou. Puis enfin le visage quitta son torse. Un hoquet de surprise retentit.

- Oh Ash, qui a osé te faire ça ?!

L’instant suivant, un tissu humide frottait sa lèvre supérieure avec acharnement.

- Ca veut pas partir !

Au bout d’un long moment de ce traitement douloureux, la demoiselle sembla s’estimer satisfaite. Elle éloigna son morceau de chiffon, renifla bruyamment, puis s’assit à ses pieds. Du moins est-ce ce qu’il estima à sa voix.

- J’ai parlé à Daien. Ca a été un désastre. Il me trouve repoussante, c’est ce qu’il m’a dit… J’ai envie de disparaître…

La distraction procurée par sa moustache semblait avoir été de courte durée. Déjà, de sombres pensées revenaient à l’assaut de la demoiselle. Ashe en eut une grimace intérieure. Il ne se sentait pas très à l’aise à ainsi espionner les sentiments les plus intimes d’une femme qui pensait s’adresser à un morceau de pierre, et non à une conscience.

Elle demeura longtemps ce jour-là. Silencieuse. Cette seule présence conféra une attache à la réalité pour Ashe, dont la conscience ne vacilla pas. Puis elle repartit. A nouveau. Lui promettant de revenir.

La conscience ne fut plus que flammèche. Il plut. La conscience ne fut plus qu’étincelle. La conscience ne fut plus que braise. La conscience ne fut plus.

- Ash ! Ash !

La froideur de la pierre immobile. L’immobilité de la pierre froide. Une tête qui tape contre une jambe de marbre.

- Je veux disparaître. Je veux devenir invisible. Je veux disparaître. Je veux qu’on m’oublie. Je ne veux plus être là, tout le monde me déteste, je veux disparaître…

Lancinante mélodie, reprise inlassablement. Credo, motto, leitmotiv sans queue ni tête, motif intarissable. Douleur intense, perceptible, bruit de plus en plus puissant du crâne qui cogne la pierre. Larmes. Souffrance. Etincelles. Mal. Lumière.

Son corps percuta avec violence le sol. Sa mâchoire accusa le choc, ses dents claquèrent, et une douleur fulgurante le saisit au bras. Il lui fallut quelques secondes pour remettre en place ses idées. Des élancements le traversaient de toute part, ses membres tremblaient, et des fourmis couraient dans ses extrémités. Qu’est-ce que… ?

Il parvint à relever la tête, un peu. Ses paupières encroutées peinèrent à s’ouvrir, et il dut se frotter les yeux de mains tremblantes. Le froid le saisit, accentuant ses frissons, mais il se remit sur pieds, après plusieurs essais. Sa silhouette vacillante se découpa bien sur le fond flamboyant d’un crépuscule, parfaite ombre chinoise.

Les bogues de marron et les feuilles mortes crissèrent sous ses pieds lorsqu’il se retourna. Une statue blanche tendait une main vers le ciel. Jeune fille candide. Il s’approcha en titubant, posa une main sur une épaule dénudée. La sensation d’un frisson sous ses doigts lui parut, éphémère. Puis il essuya du pouce une larme solitaire sur la joue de marbre.

- Lysien…

Il soupira, enleva sa chemise pour en vêtir décemment la statue, et recouvrit ses pieds nus de feuilles pour limiter le froid. Puis il offrit une dernière caresse à la joue glacée, essuya le sang qui coulait sur son propre bras d’un morceau de chair arraché, et fit demi-tour. Abandonnant la statue à la pénombre de la nuit.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête] Rester de marbre - Sam 18 Oct 2014 - 0:46
Un bon solo même si je trouve l'histoire assez triste sur la fin, j'ai limite plus de peine pour la fille que pour Ashe /SBAFF/. Enfin bon o/, enjoy comme on dit o/.

Ashe : 210 xps + 300 xps de quêtes

Xps attribués : Yep
[Quête] Rester de marbre
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Rester de marbre [Quête du mois de Mars]
» [QUÊTE] Rester de Marbre
» [Quête - Rester de marbre] Le retour de Pygmalion et Galatée
» On ne peut rester de marbre pour l'anniversaire du Black Perseus
» " J'ai vu un ange dans le marbre, j'ai vu un Dieu dans le feu " Héphaïstos & Galathée {Louis & Amy}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Parc aux abricots-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page