Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Une journée banale. Ou presque....

 
Invité
avatar
Invité
Une journée banale. Ou presque.... - Sam 4 Oct 2014 - 20:00
Le soleil est déjà levé et pourtant, la jeune amérindienne a du mal à ouvrir bel et bien les yeux. Elle sait parfaitement qu'elle doit se lever, que son travail au Conseil des Élèves l'attend plus que jamais et que les cours ne l'attendront pas mais malgré tout, elle essaie de gagner encore quelques secondes de repos. Jace s'est déjà levé, elle l'a senti partir plus tôt, sans doute pour finir de préparer ses cours et sa main s'attarde un instant sur la place encore tiède que son corps occupait à ses côtés. Oui, elle ne dort quasiment plus dans sa propre chambre maintenant même si elle rechigne encore à l'abandonner. Elle y a des souvenirs et surtout, le plus gros de ses affaires. Dont un bonsaï dont elle s'occupe toujours avec soin.

Finalement, prenant son courage à deux mains, elle finit par se laisser glisser hors des draps. Une bonne douche l'aide à émerger mais elle continue de se sentir fatiguée. C'est récurrent depuis la fin des événements qui ont suivi son mariage. Cette attaque sur Terre, elle y a dépensé beaucoup d'énergie pour sauver les Humains tout en découvrant de nouvelles possibilités sur ses propres pouvoirs. Elle avait évolué et gagné en puissance mais maintenant, elle peinait à récupérer. Sans doute le contre-coup de toutes ces choses qui s'étaient enchaînées trop vite. Et comme elle ne prenait pas réellement le temps de souffler, elle ne faisait qu'accumuler de la fatigue, encore et toujours.

Ce matin, ce fut presque au radar qu'elle se dirigea vers la cafétéria. Elle avait faim mais d'un autre côté, la plupart des aliments la répugnait légèrement. Ce n'était vraiment pas sa journée. Peut-être qu'elle devrait penser à prendre un peu de temps pour se reposer finalement. Mais il y avait tant à faire. Beaucoup de gens comptaient sur elle et la jeune mariée ne pouvait pas se permettre de les décevoir. Alors, la brune avala rapidement un croissant et en emporta un second, une gorgée de jus de fruit lui souleva assez l'estomac par la suite pour lui faire comprendre que cela suffirait comme exploit pour ce matin. Même si elle n'était pas rassasiée, se forcer ne ferait que la rendre malade et ce n'était absolument pas le moment. Elle salua rapidement la serveuse, lui assurant qu'elle allait bien lorsque cette dernière lui demanda comment elle se sentait, lui offrant un sourire qui ne sembla guère la convaincre, avant de filer en direction du bureau du Conseil. Là au moins, elle pourrait souffler. Un peu. Peut-être.

Comme la plupart du temps, la jeune précolombienne se retrouvait seule ici. Il était loin le temps où ce bureau avait été plein. Il serait sans doute temps de penser à un nouveau recrutement mais il y avait des choses plus urgentes à régler en priorité. Elle réfléchirait à tout cela le moment venu. Complètement perdue dans sa paperasse, l'amérindienne faillit ne pas voir arriver l'heure de son cours de sport. Elle termina en hâte son dossier, quitta la salle et courut en direction du gymnase, Kirara sur les talons. Elle aperçut le Professeur à la porte, attendant son arrivée avant de refermer la porte derrière et sonner ainsi le début des hostilités. Ouf, elle serait à l'heure, quel soulagement. Sauf qu'une fois arrivée à 3 pas de l'entrée, sa vue se voila soudainement et sans crier gare. Elle se sentit tomber, incapable de réagir, sentant simplement l'appel inquiet de Kirara résonner dans son esprit avant que le noir ne l'engloutisse.

Le professeur la rattrapa, soucieux et inquiet de ce phénomène auquel il ne s'était nullement atendu et sans perdre de temps, ordonna aux autres élèves de s'échauffer tandis qu'il emmenait lui-même la Présidente du Conseil à l'infirmerie. Déjà, Kirara avait détalé, cherchant à trouver Jace au plus vite. C'était devenu le réflexe de la nekomata depuis qu'il avait sauvé la vie de sa maîtresse. Par deux fois déjà. Même si l'animal devait faire le Tour du monde, elle le trouverait et le ramènerait auprès de la jeune indienne. A tout prix.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Dim 5 Oct 2014 - 14:48
Ce matin là Jace s'était levé assez tôt, il avait des cours à préparer, il n'avait pas pris le temps de le faire depuis quelques jours et du coup il avait pris un certain retard. Il avait pris soin de ne pas réveiller sa compagne. Car oui, désormais Abygaïl vivait quasiment à plein temps dans la chambre de Jace pour ne pas dire tout le temps. Un vrai couple de jeunes mariés. Si un jour on lui avait qu'il partagerait une chambre avec une femme qu'il aurait épousé après sa mort, il vous aurait rit au nez. Avant de s'attaquer à ses fiches il donna un doux baiser à sa compagne sur la tête, un bon café et c'était partis... décidément, être professeur de combat ce n'était pas simple, il était obligé de faire des partis théorique et ce n'était pas forcément simple et qui plus est... ce n'était pas forcément son truc de faire ça, des fiches des fiches et des fiches de cours. Mais il ne pouvait pas passer son temps à taper sur les élèves sans qu'ils apprennent quelques chose, il fallait faire des actions au ralentis, expliquer pourquoi il fallait faire ceci et pas cela, pour parer à ce moment là et pas avant ou après, ou bien se faire violence et encaisser un bon coup et passer un tabac à son adversaire. Pourquoi fuir à tel moment alors qu'on pouvait continuer un combat ?

Une fois une partie de ses fiches finit, il pouvait enfin prendre un petit truc à manger à la cafétéria avant d'aller à son cours également, prendre juste deux croissants et ça suffira, avec un petit café au passage dans l'un de ses multiples mug qu'il avait pour continuer faire les fiches, il avait déjà rattrapé son retard, c'était une bonne chose, maintenant il fallait prendre un peu d'avance. Il pris sont temps pour faire le trajet, il était assez en avance sur l’horaire. Une fois arrivé, il pu ouvrir la salle et admirer cette dernière qui était encore calme et vide. Dans pas longtemps ça allait être remplis et pas très calme... il pris place à son bureau et commença donc son travail avec son air habituel qui vous aurez fait fuir un élève.

Environ un bon quart d'heure plus tard, les élèves commençaient à rentrer dans la classe, un par un ou par groupe. Bien... le cours allez donc pouvoir commencer, il commença par un rituel classique, l'appel. Evidemment il y avait les 4 ou 5 absents habituels. Marre de prendre des coups peut-être ? Il s'était déjà fait réprimander pour ça mais ce n'était pas pour autant qu'il allait arrêter, fallait leur mettre du plombs dans la tête à certains. Et c'est à peine après une demi-heure de cours qu'il vit Kirara entrer dans la salle et sauter sur son bureau pour attirer son attention. Elle semblait assez mal à l'aise, énervée, comme si quelque chose s'était passé. Aby ?

- Continuait le cours sans moi, je reviens.

C'est alors qu'il suivit Kirara, le guidant donc jusqu'à sa compagne. C'est alors qu'au fur et à mesure il comprenait qu'il ne se dirigeait ni vers les chambres, ni vers une salle de cours en particulier, mais plutôt vers l'infirmerie, qu'est-ce qui avait bien pu se passer ?? Une fois rentré à l'intérieur, il tenta de la retrouver pour au moins voir si tout allait bien. Ah... la voilà, elle était dans un lit, allongée à moitié, elle n'avait pas l'air d'être mal en point ni blessée, juste une petite mine... il entra donc pour aller à son chevet et lui prendre la main.

- Je suis venu aussi vite que possible, tout va bien ma chérie ?
Invité
avatar
Invité
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Dim 5 Oct 2014 - 15:40
Lorsque que la jeune amérindienne rouvrit les yeux, il lui fallut quelques instants pour comprendre où elle se trouvait. Ce n'était pas le gymnase, elle en était persuadée. Et puis, elle était allongée. Dans un lit. Ce n'était pas le sien non plus. Elle laissa tomber sa tête sur le côté et pu discerner la présence d'autres lits autour d'elle, vides. Ah, elle se trouvait donc à l'infirmerie. Pourquoi donc? Lentement, les derniers événements lui revenaient en mémoire. Le réveil difficile, la perte de motivation et puis la fatigue. L'arrivée au gymnase aussi et ... Le noir qui avait suivi. Oui, elle avait dû perdre connaissance, elle ne voyait rien d'autre. On avait donc du la ramener ici pour s'occuper d'elle et ne pas déranger le cours. mais maintenant, elle devait y retourner, elle ne pouvait se permettre de perdre du temps pour si peu.

La jeune précolombienne était en train d'essayer de se lever lorsque l'infirmière fit irruption dans sa chambre. Aussitôt, ce fut comme si une marée humaine lui avait déferlée dessus. A elle seule, entre sa voix nasillarde, ses gestes précis et puissants par rapport au manque de force flagrant de la brune et sa verve insatiable, elle parvint à ses fins sans le moindre souci. Très bien, la jeune amérindienne ne bougerait pas d'ici. Pas tout de suite. Elle n'avait pas tout compris de ces histoires. En fait, elle n'avait rien écouté de son discours et n'avait retenu que le principal: rester ici se reposer sinon elle reviendrait à la charge. non merci. La présidente se recoucha donc, soulagée du silence qui retomba dans la salle et retombant aussitôt sans une sorte de demi-sommeil.

Ce fut le retour de son lien spirituel avec Kirara qui la fit émerger doucement de son état de torpeur. Kirara, c'est vrai ça, où était-elle passée? Un instant, elle s'inquiéta un peu mais déjà, la nekomata apparaissait au bout du couloir avant de venir sauter sur le lit pour se blottir contre son bras, sa tête sous ses doigts, réclamant des caresses et une forme de réconfort rassurant. Oui, elle allait bien et un léger sourir se dessina sur son visage alors que Jace la rejoignait également.

- Je suis venu aussi vite que possible, tout va bien ma chérie ?

"- C'est Kirara qui est venue te chercher? Oui, ne t'en fais pas, ce n'est rien. Juste un petit coup de fatigue. Je n'ai pas été assez sérieuse, j'aurais dû avaler quelque chose de plus consistant pour le cours de sport. Mais toi, tu n'avais pas cours? "

Il risquait d'avoir des ennuis s'il avait quitté son poste juste pour elle et la jeune indienne ne voulait pas cela. Elle avait commis une erreur, elle avait compris le message, elle ne le referait plus. Mais maintenant, tout était réglé. Fin de l'histoire. Elle devait le rassurer pour qu'il puisse reprendre le cours de sa journée normalement et comme ça, sa bêtise n'aurait aucun impact sur eux.

"- Je suis juste sérieusement fatiguée. Alors, je vais me reposer un peu et quand j'irais mieux, je pourrais retourner en cours. Tu vois, pas la peine de s'inquiéter pour rien. L'infirmière ne me laissera pas partir tant que je ne serais pas en état de toute façon alors ne t'en fais pas pour moi. Je vais bien."

Sur ces mots, l'infirmière fit justement son apparition et commença par sermonner la Présidente du Conseil. Elle devait se RE-PO-SER alors, pas de visite sans son autorisation. Elle toléra cependant que Kirara reste avec elle, les crocs de l'animal grondant ne lui plaisant pas du tout. En attendant, elle intima au Professeur l'ordre de la suivre et cela, sans discussion possible. Elle l'emmena à sa suite dans son bureau, à l'abri des oreilles indiscrètes et hors de portée d'écoute d'Aby' et de son cher animal de compagnie. Une fois la porte refermée derrière eux, elle se rapprocha de son bureau, invitant Jace à prendre place sur la chaise face à elle. Puis, elle prit une grande inspiration avant de fixer Jace et de se mettre à sourire.

- Eh bien, Félicitation Professeur.

Elle laissa un instant de silence avant de prendre un papier et un crayon sur lequel elle se mit à noter tout ce qu'elle lui racontait de vive voix.

- Bon, par contre, il va sérieusement falloir que vous la surveillez parce que votre femme est une véritable catastrophe ambulante. C'est à se demander comment elle a fait jusqu'à maintenant pour tenir.
Alors, terminé les attaques et autres expéditions dangereuses. Ensuite, il faut qu'elle mange, et franchement. Qu'elle se remplume un peu. Sans oublier du repos. Le but n'est pas qu'elle nous claque dans les doigts et qu'elle recommence à tomber dans les pommes toutes les dix minutes.
Ensuite, elle va devoir apprendre à déléguer cette petite, qu'elle arrête de porter l'Académie sur son dos parce qu'elle va avoir bien d'autres sujets de préoccupations d'ici peu. Et vous avec.
Et surtout, passez du temps avec elle. Profitez-en, ça vous fera une excuse aussi. Et elle aura besoin de tout votre soutien et de votre présence pour les mois à venir.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Dim 5 Oct 2014 - 17:58
"- C'est Kirara qui est venue te chercher? Oui, ne t'en fais pas, ce n'est rien. Juste un petit coup de fatigue. Je n'ai pas été assez sérieuse, j'aurais dû avaler quelque chose de plus consistant pour le cours de sport. Mais toi, tu n'avais pas cours? "

Jace acquiesça d'un signe de tête quand elle lui demanda si c'était bien Kirara qui était venu l'alerter d'un potentiel danger, mais heureusement ce n'était pas grand chose, juste de la fatigue à priori. En même temps il le voyait bien qu'elle se surmenait beaucoup, ne se reposait que très peu, remarque c'était un peu ce que voulait dire se surmener... bref.

- Ne t'en fais pas pour le cours, ils sont assez grand pour se prendre en main. Dit-il en la rassurant en mettant une main sur sa joue pour la caresser tendrement, il ne faudrait pas qu'elle s'inquiètes trop, déjà que c'était pas le top niveau forme, si en plus elle s'en voulait de lui avoir fait quitter son poste, même indirectement... elle s'en voudrait, il valait mieux éviter ça.

"- Je suis juste sérieusement fatiguée. Alors, je vais me reposer un peu et quand j'irais mieux, je pourrais retourner en cours. Tu vois, pas la peine de s'inquiéter pour rien. L'infirmière ne me laissera pas partir tant que je ne serais pas en état de toute façon alors ne t'en fais pas pour moi. Je vais bien."

Et avant même que Jace ait pu dire le moindre mot, l'infirmière entra dans la salle et la sermonna pour justement lui dire qu'elle allait devoir se reposer, limite écrit dans l'air en gros et gras pour bien qu'elle le voit, et non seulement ça voulait dire qu'elle devait rester au lit, mais aussi que Jace devait partir sur le champs, ou plutôt la suivre pour lui parler en privée, il se mit presque au garde à vous, il ne l'avait jamais vu aussi remontée comme une pendule celle-là. Il ne put qu’exécuter ses "ordre" et lança un dernier regard à Aby avant de partir de la pièce de rejoindre l'infirmière dans son bureau. Il pris place pendant que l'infirmière elle, le fixait, comme s'il avait fait une faute grave.

- Eh bien, Félicitation Professeur.

Pour le coup il ne compris pas très pourquoi, mais il doutait peut-être qu'elle parlait du mariage...

- Hum... et bien... merci. S'en suivis donc un silence avant qu'elle ne reprenne la parole et lui sorte tout une série de phrase toute aussi incohérente les unes que les autres.

- Bon, par contre, il va sérieusement falloir que vous la surveillez parce que votre femme est une véritable catastrophe ambulante. C'est à se demander comment elle a fait jusqu'à maintenant pour tenir.
Alors, terminé les attaques et autres expéditions dangereuses. Ensuite, il faut qu'elle mange, et franchement. Qu'elle se remplume un peu. Sans oublier du repos. Le but n'est pas qu'elle nous claque dans les doigts et qu'elle recommence à tomber dans les pommes toutes les dix minutes.
Ensuite, elle va devoir apprendre à déléguer cette petite, qu'elle arrête de porter l'Académie sur son dos parce qu'elle va avoir bien d'autres sujets de préoccupations d'ici peu. Et vous avec.
Et surtout, passez du temps avec elle. Profitez-en, ça vous fera une excuse aussi. Et elle aura besoin de tout votre soutien et de votre présence pour les mois à venir.


Jace la regarda d'un oeil assez interrogateur, qu'est-ce qu'elle voulait dire par là ? Il savait qu'Aby était fatiguée mais quand même, elle n'était pas atteinte d'une maladie grave, sinon elle n'aurait pas commencé par un "Félicitation professeur" avec un grand sourire, ça n'avait pas de sens. Il se demandait pour le coup si tout deux parlaient le même langage, ce qui était absurde vu qu'ils parlaient tout les deux.

- Je suis désolé mais je crois que nous ne nous sommes pas très bien compris...

- Vous êtes le futur élus d'un heureux événement.

- Je vous demande pardon ? Dit-il de manière spontanée pour être bien sur d'avoir compris.

- Votre femme est enceinte. Est-ce que nous parlons la même langue ?

Pour le coup Jace fut un peu sous le choque d'apprendre une telle nouvelle, il ne savait pas trop comment réagir. Il demanda ensuite à l'infirmière s'il avait l'autorisation d'aller voir sa conjointe pour lui annoncer la nouvelle, on ne savait jamais... vu qu'elle avait besoin de repos. Après une réponse positive il partis donc en direction de la chambre, et entra d'un pas silencieux, comme pour ne pas déranger et ne pas trop la brusquer. Il vint s'asseoir près d'elle et tenta de trouver ses mots pour lui annoncer la fameuse nouvelle. Il ne pouvait pas lui apprendre comme ça tout de même ?

- Hum... comment te dire... l'infirmière m'a fait part d'une nouvelle.... et... tu es enceinte. Finit-il par dire. Donc en fait, dans une certaine mesure, il l'a fait... il lui a appris, comme ça. Maintenant il attendait la réaction de sa compagne et tenait près à la rattraper au cas où elle s'effondrerait à nouveau dans les vapes.
Invité
avatar
Invité
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Dim 5 Oct 2014 - 19:01
Se reposer, voilà finalement une idée à laquelle elle devait se faire. De toute façon, elle n'était pas en état de s'en aller pour le moment. Et puis, la présence de Kirara auprès d'elle était douce et rassurante, lui permettant de se laisser à moitié sombrer, pas vraiment endormie mais pas réveillée pour autant. Ses doigts continuaient de remuer, au ralenti, entre les oreilles de la nekomata qui ronronnait doucement à son intention et dehors, elle sentait les présences animales suivre leur vie, vaquer à leurs occupations. Le soleil extérieur se répercutait un eu sur ses draps, chauffant légèrement la pièce. c'était agréable. Depuis quand n'avait-elle pas pris le temps de profiter de ces simples instants? La jeune précolombienne ne saurait le dire mais une éternité. Trop longtemps en tout cas, c'était évident.

Un léger soupire de bien-être, un soulagement qui se lit sur son visage. Oui, elle serait presque bien ici. Sans se soucier de rien, simplement au repos, loin de ses obligations. Mais cela ne durerait pas, la brune le savait mieux que quiconque. Enfin, pourquoi se soucier de demain? Pour une fois qu'elle n'avait rien à penser. La jeune amérindienne se laissa glisser un peu plus confortablement dans ses draps, la faim venant la tirailler de nouveau. Mais elle ne voulait pas manger, ce n'était ni le lieu ni le moment en plus. Alors elle chassa cette sensation de son esprit, se laissant porter au loin par le chant des oiseaux et la mélodie des grillons sous sa fenêtre.

La Présidente du Conseil somnolait doucement lorsque la porte se rouvrit, laissant apparaître son mari dans l'embrasure. Elle tourna le regard vers lui tandis que le professeur s'avançait, à pas lents mais pas si assurés que ça. Son expression semblait perdue, un peu hésitante mais elle ne le nota vraiment que lorsque que son conjoint finit par s'asseoir sur le bord du lit, près d'elle. Cette attitude plutôt inhabituelle de la part de son compagnon termina de la réveiller parfaitement alors que Kirara le fixait également, interrogative, à l'unisson de sa maîtresse. Bien qu'intriguée cependant par son état, la jeune fille préféra attendre qu'il parle car visiblement, il y avait quelque chose qu'il voulait lui dire. Elle le connaissait assez pour savoir cela. Par contre, elle ne s'attendait pas du tout à ce qu'il allait lui révéler.

- Hum... comment te dire... l'infirmière m'a fait part d'une nouvelle.... et... tu es enceinte.

Sur le coup, la jeune mariée ne réagit pas plus que cela. Il avait donc discuté avec l'infirmière et cette dernière lui avait parlé d'elle. Lui faire part d'une nouvelle, qu'elle était enceinte. C'était bien pour elle, elle devait même être drôlement heureuse d'être bientôt maman. Cela expliquait d'ailleurs sans doute son caractère légèrement irascible de ce matin. Elle ne lui en tiendrait donc pas rigueur.

Et puis, lentement, les mots se remirent en place, les uns après les autres, dans le bon sens. L'infirmière lui a fait part d'une nouvelle. Tu es enceinte. TU. Autrement dit, elle-même. Son visage qui était restée assez neutre finit de changer de couleurs, devenant livide en réalisant la portée de ses mots. Elle allait avoir un enfant. Ils allaient devenir parents. mais non, ce n'était tout simplement pas possible.

"- Mais... Comment... est-ce arrivé? Je... ne comprends pas..."

La voilà complètement désemparée, se mettant à trembloter légèrement. Et, réflexe idiot, elle vient poser ses mains sur son ventre. Non, rien n'a changé. Elle est toujours la même, rien n'est différent et la jeune femme ne se sens nullement différente. Et sur le coup, encore moins prête à devenir maman. Son regard complètement ahuri remonte se noyer dans celui de Jace. Une fois de plus, la voilà dans le genre de situation qu'elle ne supporte pas. Elle ne maîtrise rien, n'est même plus maître de son corps. Désemparée, elle cherche de l'aide au plus près d'elle. Et donc forcément, auprès de Jace.

"- Explique-moi... Je t'en prie, dis-moi... Pourquoi?"

Oui, la panique la gagne, manquant de la submerger. La jeune indienne parvient encore à retenir ses sanglots mais c'est avec une peine non dissimulée. Elle n'a plus que pour seul repère son mari, son compagnon et maintenant, la peur la tenaille, manquant de lui soulever le cœur alors qu'elle n'a déjà quasiment rien dans le ventre.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Lun 6 Oct 2014 - 11:20
Au départ sa compagne n'avait pas l'air de vraiment réagir aux mots qu'il venait de lui dire, en fait c'était clairement le genre de situation où ne s'attendait pas à une telle annonce et qui, du coup, provoque une réaction à retardement, un peu comme l'effet d'une bombe. Bien évidemment c'est ce qu'il se passa, il voyait qu'Abygaïl commençait à paniquer rien que dans la lueur de ses yeux, elle n'y croyait sûrement pas, qu'elle allait être maman, qu'elle allait devoir accepter le fait qu'elle porte en elle une graine qui grandira jusqu'à éclore. Quant à Jace, il avait eu le temps de digérer un peu cette nouvelle, cette nouvelle qui lui annonçait qu'il allait être papa. C'était tout simplement... à peine croyable, au début il se demandait s'il n'était pas juste entrain de rêver et qu'à son réveil il serait accompagner de sa femme dans son lit après une bonne nuit de sommeil, mais non, ce n'était vraisemblablement pas le cas.

"- Mais... Comment... est-ce arrivé? Je... ne comprends pas..."

Voilà, elle commençait à paniquer, et lui ? Que pouvait-il faire pour essayer de la calmer ? Il ne savait pas vraiment, pour le coup lui aussi était un peu paniqué par les événements. Elle vint plaquer sa main sur son propre ventre pour voir si elle sentait quelque chose sûrement, ou pour se rassurer peut-être ? Elle ne devait pas savoir quoi faire, elle tremblait et Jace ne pouvait essayer de que de la tenir pour éviter qu'elle ne fasse un malaise ou autre chose dans le genre, ce n'était pas le moment. Certes ils étaient à l'infirmerie mais c'était clairement le genre de situation où Jace perdrait totalement son self-contrôle, s'il y a bien quelque chose qui pouvait le mettre hors de lui-même, c'est de voir que sa compagne se fasse attaquer ou bien tout simplement que dans ce genre de situation personne ne vienne l'aider. Bon... ok, les infirmières ne sont pas là pour ne pas aider justement, mais il manquerait sûrement de jugement à ce moment là.

"- Explique-moi... Je t'en prie, dis-moi... Pourquoi?"

Il la voyait tellement en état de panique qu'il en avait presque oublié la première question... une question à laquelle il était assez difficile de donner une réponse simple et cohérente alors que ça semblait couler de source. Seulement ce sont les choses les plus évidente qui sont les plus difficile à expliquer, comment allait-il bien pouvoir lui dire que c'était lors d'une nuit où ils étaient juste tout les deux dans sa chambre. Evidemment il ne pouvait pas annoncer ça comme une formule mathématique à dire qu'un homme, plus une femme, plus un endroit confortable (quel qu'il soit), le tout sans vêtement et sans protection... et bien des fois c'était possible que le résultat soit le même que celui qu'on leur avait annoncé aujourd'hui.

- Calmes-toi voyons. Fit-il en lui prenant les mains. Comment t'expliquer ça... Continua-t-il alors qu'il lâcha une de ses mains pour venir se gratter la tête. Il ne voyait décidément vraiment pas par où commencer, et surtout il ne savait pas quels mots choisir.

- En fait... ça s'est passé quand nous étions tout deux dans ma chambre, enfin... notre chambre désormais, il y a un peu plus d'un mois, et que... enfin quand nous avons... fait... le passage à l'acte, il est probable que dans ce genre de situation il en résulte ce que nous vivons actuellement. Finit-il par dire assez difficilement, il avait bien dû passer une bonne trentaine de secondes entre chaque coupure pour bien choisir ses, pour faire en sorte qu'elle comprenne bien pourquoi ils en sont arrivé là désormais.

- Est-ce que... tu as compris mon explication ? Demanda-t-il alors qu'il vint la serrer contre lui pour la réconforter, dans ces situations là ils avaient besoin l'un de l'autre pour se soutenir, maintenant il comprenait mieux ce que l'infirmière voulait dire par "elle aura besoin de tout votre soutien et de votre présence pour les mois à venir", jamais il n'aurait cru que ce genre de nouvelle pouvait toucher une personne à ce point. Maintenant restait à savoir s'ils étaient prêt à accepter cette nouvelle et à se faire à l'idée qu'ils allaient être parent d'un enfant et être une... famille ?
Invité
avatar
Invité
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Lun 6 Oct 2014 - 20:24
L'avalanche, les renégats, ce golem sur Terre, comme toutes ses chose peuvent lui sembler insignifiantes en cet instant par rapport aux abîmes de sa détresse. Comment a t'elle pu en arriver là? Non, elle ne comprend pas et elle ne risque pas d'y arrivée toute seule. Son éducation est peut-être très complète mais elle reste celle d'une jeune indienne Shoshonni de la fin du 18è siècle, fille de chef de clan. De ce fait, certains points réservés aux femmes selon les Sages et Shamans de sa tribu ne lui ont jamais été expliqués. De ce fait, la voilà en proie à des interrogations aussi diverses que variées, ne la laissant que plus perplexe à chaque instant. Kirara couine près d'elle avant de se mettre à ronronner comme un beau diable, venant se frotter contre ses bras et son ventre, ses jambes aussi, afin de tenter de l'apaiser. Mais pour le moment, c'est de Jace dont elle a besoin et son regard ne peut se détacher du sien, guettant la moindre de ses réactions.

- Calmes-toi voyons.
Comment t'expliquer ça...


Ses mains qui viennent saisir les siennes, elle les agrippent comme si elle risquait de couler soudainement et profondément. Non, elle ne peut pas le lâcher, pas maintenant. Elle ne veut pas, elle a trop peur pour cela. Et visiblement, il sait, lui. Alors, il va pouvoir lui expliquer. Elle va pouvoir comprendre et après, tout ira forcément mieux. C'est obligé. En tout cas, c'est ce dont elle veut se convaincre, de toute la force de ses pensées.

- En fait... ça s'est passé quand nous étions tout deux dans ma chambre, enfin... notre chambre désormais, il y a un peu plus d'un mois, et que... enfin quand nous avons... fait... le passage à l'acte, il est probable que dans ce genre de situation il en résulte ce que nous vivons actuellement.

Dans la chambre, tous les deux. Il lui faut bien quelques secondes pour arriver à bien imprégner ses mots avant d'en saisir le sens. Les paupières de la jeune précolombienne clignent à de multiples reprisent, comme pour chercher le détail qu'elle n'aurait pas saisi et puis, finalement, le puzzle semble s'assembler tout seul. De lui-même. Oh, c'était donc ça? En y réfléchissant un peu, il est vrai que de son temps, on ne mélangeait pas les femmes et les hommes avant le mariage. Et puis, cette Infirmière étrange, mi-femme mi-oiseau présente à son arrivée s'était bien moquée du manque de notions de la jeune amérindienne à ce sujet lorsqu'elle l'avait questionnée sur ses affiches dont celle traitant de contraception. Étrangement, le brune comprenait mieux à présent, même si elle n'aurait pas dit non pour être mise au courant clairement avant.

- Est-ce que... tu as compris mon explication ?

"- Je... Oui... Merci... "


La Présidente du Conseil avait rougi, sans même s'en rendre compte. Pourquoi? C'était idiot après tout. Ce qu'elle avait fait avec Jace, au fond, elle ne le regrettait pas. Mais son étreinte la soulagea bien plus que le Professeur ne pourrait s'en douter. Oui, elle avait peur. Qu'il parte, qu'il ne veuille plus rester avec elle. Que cette nouvelle change quelque chose entre eux. Pour eux. Parce qu'il fallait bien l'admettre, jamais ils n'avaient parler de cela. Et franchement, elle n'avait elle-même jamais songé à devenir un jour maman. Il y avait bien eu ce rêve étrange, une fois, mais la fin était si tragique, si difficile qu'elle refusait même d'y repenser. La brune revint se blottir davantage dans les bras de son mari, tâchant de rester calme alors qu'elle se mettait à sangloter doucement. Il fallait qu'elle évacue ce trop-plein d'émotions violentes et l'apprentie-déesse n'avait rien trouvé de mieux que les larmes pour chasser tout cet excédent loin d'elle.

"- Jace?... Est-ce que... Enfin... Qu'est-ce que... Ca te fait?... De savoir ça?..."

Après tout, si elle n'avait jamais songé ne serait-ce qu'un seul instant à ce cas de figure, qu'en était-il de Jace? Sans doute avait-il déjà un avis sur la question. Et puis, ce monde était bien plus contemporain du sien, alors il saurait forcément quoi faire. Oui, elle s'en remettrait complètement à lui car pour le moment, elle se sentait trop perdue encore pour réaliser la portée de cette nouvelle. Elle avait besoin de lui, pour reprendre pied et garder la tête hors de l'eau.

"- On va être... parents..."


Les mots avaient eu du mal à sortir. A peine un murmure mais il n'avait pas pu le rater, son visage calé au creux de son cou. Oui, le fait de le dire rendait soudain les choses tellement plus réelles. La jeune mariée continuait de trembloter mais c'était devenu plus léger. Ses sanglots s'étaient faits épars également, comme si lentement, cette idée commençait à s'imposer à elle. Mais qu'en pensait-elle, elle n'arrivait pas encore à la savoir avec certitude car la peur dominait encore le tout.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Mar 7 Oct 2014 - 12:02
"- Je... Oui... Merci... "

Sa compagne avait l'air d'avoir compris le pourquoi du comment cet événement a eu lieu, il la vit même rougir un peu, Jace souriait intérieurement, au moins elle avait compris et elle avait peut-être l'air un peu mieux rassurée par l'étreinte de son compagnon. Kirara en faisait de même, de toute manière elle a toujours été là pour sa maîtresse également, c'est elle qui est venu le chercher pour la sauver de ce mauvais pas dans cette foret, c'est elle aussi qui était venu le sortir d'un sacré pétrin sur Terre. Au fond ils étaient déjà comme une famille, mais avec ceci en plus, c'était "juste" comme si leur famille s’agrandissait au fond.

"- Jace?... Est-ce que... Enfin... Qu'est-ce que... Ca te fait?... De savoir ça?..."

Ce que ça lui faisait ? Dans le fond il ne savait pas vraiment, bien qu'il ne pensait pas être père un jour, pourquoi devrait-il le refuser ? Certes tout ceci allait perturber leur petit quotidien, mais était-ce pour autant qu'il devait refouler cet enfant ? Sûrement pas, même s'ils se n'étaient pas préparé à une telle éventualité, il fallait quand même l'accepter et vivre avec, et le vivre pleinement et sans regret.

- Que nos journées seront sûrement plus mouvementées qu'avant. Lui dit-il en affichant un sourire pour la rassurer.

Oui, Jace acceptait cela, le fait qu'il allait devenir le père d'un enfant, qu'il allait falloir prendre soin de ce petit bout, assumer le rôle et la responsabilité qu'un père a au sein d'une famille. Des choses qui ne sont sûrement pas facile à faire, qui ne s'apprends qu'avec le temps et l'expérience. Et alors qu'il reprenait son étreinte avec sa promise elle murmura "- On va être... parents..." comme si elle n'y croyait toujours pas, d'un autre côté c'était assez compréhensible. Quant on ne s'attendait pas du tout à ce genre de chose il y avait de quoi être... surpris, et le mot était faible. Maintenant il était clair qu'ils allaient devoir se retirer un peu de l'académie pour que sa grossesse se passe bien, il comprenait mieux le fait que l'infirmière lui impose du repos, aucun travail, aucun stress, rien de tout ça.

- Il va falloir que je veille à ce que tu te reposes correctement. Fit-il en venant déposer un baiser à sa femme. Et pour ça, il va falloir que tu te retires de ton poste. Indiqua-t-il avec son doigt dressé devant elle pour lui indiquer qu'il ne la laissera clairement pas travailler, et ce même s'il devrait louper plusieurs cours et les faire faire pas un remplaçant. Temporairement. Rajouta-t-il quand même. Il n'avait pas l'intention de la faire démissionner mais plutôt de l'obliger à ce concentrer sur un nouveau travail qui sera sûrement encore plus dur que son poste actuel. Celui de maman.
Invité
avatar
Invité
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Mar 7 Oct 2014 - 21:05
- Que nos journées seront sûrement plus mouvementées qu'avant. 

Sur le coup, une esquisse de sourire naquit sur le visage fatigué de la jeune mariée. La réaction de son compagnon la rassurait plus que n'importe quel discours au final. Elle avait craint qu'il ne parte, que cette nouvelle ne soit finalement qu'un problème mais visiblement, il n'en était rien. Le sourire du Professeur suffit à faire refluer le gros de cette angoisse qui avait soudain jaillit de plus belle. Cela n'enlevait en rien ces autres peurs mais au moins, cela ne changeait rien entre eux et le savoir la soulageait énormément.

La jeune amérindienne revint se blottir dans ses bras, un peu triste soudain. Ils allaient former une famille. Oui, elle aurait Jace mais à côté de ça, qu'aurait-elle à offrir à cet enfant? Un passé ancien et révolu, inexistant et une mère qui ne comprenait rien au monde qui évoluait autour d'elle. Ce n'était sans doute pas une bonne idée de penser comme ça mais elle ne pouvait s'en empêcher. Ce bébé, il ne connaîtrait rien de sa famille en dehors de ses parents, ces deux derniers étant même déjà mort. Non, elle devait arrêter de penser à tout cela. Car ces pensées ne faisaient que rendre la Présidente du Conseil un eu plus fébrile à chaque réflexion. Tout semblait soudain si compliqué.

- Il va falloir que je veille à ce que tu te reposes correctement.  

"- Je pense que tu n'auras pas à me rappeler de trop. Visiblement, mon corps a décrété de lui-même de bien me le faire sentir aussi. Sans oublier l'infirmière. "

Et encore, si elle n'avait qu'eux sur le dos entre guillemets, c'était aussi parce qu'ils étaient les seuls avec elle à être au courant de sa grossesse pour le moment. Mais elle doutait que cette nouvelle demeure un secret pour très longtemps. Les rumeurs vont vite à la Deus, comme partout ailleurs. Et ça aussi, elle devrait apprendre à le gérer. Pitié, une chose à la fois, ce serait possible? Parce que là, la brune craignait vraiment de ne pas arriver à s'en sortir alors que finalement, tout cela ne faisait à peine que commencer.

- Et pour ça, il va falloir que tu te retires de ton poste. 

"- Pardon ?!"

 Temporairement.

Stupeur de la part de la future maman. Comment ça, abandonner ses fonctions? Mais ce n'était tout simplement pas possible. Le Conseil se résumait à seulement deux membres, elle ne pouvait pas ne plus en faire partie, même à titre temporaire. Elle en était la Présidente qui plus est. Pour les cours, on pourrait se passer d'elle sans soucis mais ça non, elle ne pouvait pas l'envisager. Par réflexe, elle s'était un peu crispée malgré tout. A croire que cette nouvelle était une véritable avalanche, destinée à tout balayer sur son passage.

"- Je pourrais sans doute déléguer certaines tâches mais je ne pourrais pas arrêter complètement. Ce n'est pas possible. Et puis, je suis... Enceinte?... Enfin, je ne suis pas mourante non plus. Je ne vais pas rester allongée à attendre que le temps passe quand même, si?"

Techniquement, elle était déjà morte alors affronter une grossesse ne devrait pas être aussi terrible. Et puis, était-elle vraiment enceinte? Parce que finalement, l'indienne avait beau chercher, elle ne voyait aucune différence entre son état habituel et celui d'aujourd'hui. Mis à part cette fatigue impressionnante, bien sur. Enceinte... Elle avait encore du mal avec ce mot là, cela lui paraissait encore trop irréel. Pourtant, elle ne mettait pas en doute les paroles de l'infirmière. Mais elle ne tiendrait pas plusieurs mois à ne rien faire, à simplement regarder les mouches voler, c'était inimaginable.

"- Il va falloir prévenir les Directeurs. Après, je ne pense pas que cela reste secret très longtemps de toute façon..."

Même si elle ne s'y connaissait pas, de son vivant, elle avait vu des grossesses de femmes dans son clan. Et forcément, le ventre s'arrondit toujours, souvent même très rapidement. Alors, même si la rumeur ne se répandait pas, cela finirait par se voir. Enfin, ce n'était qu'un détail. Car pour l'instant, il lui restait une interrogation qui la faisait encore s'inquiéter assez pour risquer de l'empêcher de se reposer. Et elle avait promis de faire des efforts alors, autant lâcher ce qu'elle avait sur le coeur une bonne fois pour toute.

"- Jace... Tu crois que... Ce bébé... C'est une bonne chose?..."


Ses doigts serrant les siens, son corps blottit contre le sien, elle était comme un enfant doutant de tout. Elle avait besoin de savoir ce que lui en pensait aussi car pour elle, tout était si soudain, si précipité. Et a nouveau, elle recommençait à paniquer de façon démesurée, sans comprendre sa propre réaction, totalement inconscient que le chamboulement hormonal dont elle était victime était en grande partie responsable de son actuel état de crise.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Jeu 9 Oct 2014 - 20:44
"- Pardon ?!"

Il semblerait que la future mère ne soit trop d'accord avec son mari en ce qui concernait l'abandon temporaire de son poste, c'était normal après tout, elle se sentait responsable de beaucoup de choses, trop de choses même... elle ne semblait pas trop apprécier non plus, mais Jace restait sur sa position, et ça se lisait sur son visage, il n'avait pas l'intention de se contre-dire après seulement dix secondes.

"- Je pourrais sans doute déléguer certaines tâches mais je ne pourrais pas arrêter complètement. Ce n'est pas possible. Et puis, je suis... Enceinte?... Enfin, je ne suis pas mourante non plus. Je ne vais pas rester allongée à attendre que le temps passe quand même, si?"

Décidément elle avait vraiment du mal avec ce genre de chose, certes au début d'une grossesse il était toujours possible de travailler, etc. Seulement arrivé à un moment où la future devait se reposer et surtout ne pas engendrer trop de stress, enfin, Jace pensait formellement que le stress était mauvais. Peut-être qu'il avait tord, après tout, il n'avait pas dépasser les 22 ans lors de sa mort, donc dans un sens il était plus ou moins ignorant sur certaines chose, il le savait, mais il était assez tête de mule sur certains points. Et puis elle enchaîna.

"- Il va falloir prévenir les Directeurs. Après, je ne pense pas que cela reste secret très longtemps de toute façon..."

Certes... une femme enceinte ça se voit au bout d'un certains moment, ça ne passera donc pas inaperçu. Puis de toute manière, pourquoi devraient-ils le cacher ? Il n'y avait rien qui interdisait aux dieux d'avoir une progéniture quand même, non ? Et puis pourquoi est-ce que ce serait interdit ? Quand bien même il s'agissait d'un couple enseignant élève, ils avaient quasiment le même âge au final, et puis il y avait Vinpap et Topaze qui était ensemble également... certes pour eux rien n'avait été encore dit, mais lors du mariage il l'avait compris, et puis au vu de la réaction de ce cher Yskaliv, il n'y avait pas besoin d'être futé pour le savoir.

"- Jace... Tu crois que... Ce bébé... C'est une bonne chose?..."

- Pourquoi est-ce que ça ne le serait pas ? Répliqua-t-il tout en serrant sa femme dans ses bras. Pourquoi une telle question ? Elle n'avait pas à penser ça, enfin, pourquoi être négative sur ce sujet, il se pourrait que ce soit de bons parents, personne ne peut le savoir à moins d'essayer. Mais il tenta quand même de la rassurer en prenant un ton montrant qu'il était assez sûr de lui.

- Nous seront de bons parents, quand ce petit bout viendra au monde nous lui donneront notre amour. Fit-il en passant une main dans ses cheveux.

Restait encore le problème du conseil, elle ne pouvait pas se permettre de se surmener comme elle avait l'habitude de le faire. Qui plus est le nombre de membres au conseil avait fortement diminué ces derniers temps, sans pour autant se faire remplacer, ce qui donnait encore plus de travail à sa compagne, et l'autre membre du conseil qui restait. Ce n'était sûrement pas à lui de le dire ou le faire, mais il devait lancer la question.

- Pourquoi ne recrutes-tu pas d'autres membres ? Voir même... un remplaçant ? Quelqu'un qui t'assisterait beaucoup dans tes tâches pour éviter le trop plein de stress et de fatigue ?

Il essayait de faire avaler la pilule un peu mieux, même si dans un sens pour le coup... il venait de se contre-dire et de céder une partie du terrain dans lequel il s'était engagé. Il devait faire en sorte qu'elle travaille le moins possible, il n'avait pas envie de retourner à l'infirmerie toute les semaines sous prétexte que madame n'avait pas voulu se reposer, ce qui l'avait inquiété pour le coup... décidément, chaque qu'il y avait quelque chose concernant Aby, il retenait son souffle presque pour "prier" qu'il ne lui soit rien arrivé. Désormais, à l'avenir, il aura une personne de plus à ce soucier.
Invité
avatar
Invité
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Ven 10 Oct 2014 - 9:50
- Pourquoi est-ce que ça ne le serait pas ? 

Il n'avait pas vraiment répondu au final. Une question pour répondre à une question, c'était pourtant aussi une manière très proche de la manière dont elle s'exprimait elle aussi en temps habituels. Pourtant, elle ne releva pas et se contenta de sourire doucement. Son étreinte était la seule réponse dont elle avait réellement besoin pour se sentir rassurée. Oui, c'était un événement inattendu mais malgré tout, ce n'était pas un problème pour autant. La jeune indienne avait été prise de cours et était en train de se faire une montagne de cet imprévu mais elle devait aussi prendre compte un autre paramètre. Celui qui faisait qu'elle n'était plus seule pour tout affronter. Et à deux, cela serait forcément plus facile pour préparer l'avenir.

- Nous seront de bons parents, quand ce petit bout viendra au monde nous lui donneront notre amour. 

"- De bons parents... Notre amour..."

Oui, sur le coup, elle ne peut que répéter bêtement ses mots, comme afin de mieux s'en persuader. Oui, au fond, il n'y avait pas de raison pour qu'elle ne sache pas devenir maman. Elle était bien devenue Déesse, Présidente du Conseil des Élèves, elle s'était bien mariée et commençait même lentement à comprendre le fonctionnement réel du monde terrestre dans lequel elle se retrouvait aujourd'hui à devoir évoluer. Alors finalement, ce n'était qu'une étape de plus à passer. Et il n'y avait aucune raison pour qu'elle ne puisse pas la franchir. En compagnie de Jace, elle ne pourrait qu'y arriver. Oui, pour le coup, la brune comptait beaucoup sur son compagnon et elle espérait qu'il ne lui en voudrait pas. Sa main dans ses cheveux, leurs corps simplement blottis l'un contre l'autre et sur le coup, elle pourrait tout oublier, même sa panique et son angoisse.

- Pourquoi ne recrutes-tu pas d'autres membres ? Voir même... un remplaçant ? Quelqu'un qui t'assisterait beaucoup dans tes tâches pour éviter le trop plein de stress et de fatigue ?

Et voilà, le sujet du Conseil qui revient sur le tapis. Quelque part, qu fond d'elle-même, la jeune mariée sait bien qu'il ne fait pas cela contre elle. Que ses questions n'ont pour but que de la soulager elle, pour permettre à la future maman qu'elle est de se reposer et de pouvoir conjuguer ensemble ses divers rôles au sein de la Deus mais malgré tout, cela lui semble encore si compliqué. La jeune femme ne peut s'empêcher de lâcher un léger soupir fatigué aux paroles du Professeur. Décidément, les choses s’enchaînent vraiment trop vite pour elle en ce moment et elle risque vraiment de ne pas pouvoir tout suivre. Et ce constat l'attriste un peu.

"- J'y avais déjà pensé, à un recrutement, mais suite à ce qu'il s'est passé récemment, j'avais manqué de temps pour pouvoir organisé le tout. Il y avait lus urgent à régler en priorité. Mais visiblement, le temps à décidé de jouer un peu contre moi pour les mois à venir. Alors, il va falloir sans doute que je m'en occupe plus sérieusement, en effet."

Elle n'en était pas encore à quitter ses fonctions non plus, il fallait avancer tranquillement mais déjà, elle acceptait de revoir ses priorités pour que ce recrutement se fasse bien rapidement que prévu, afin de parer à la réalité de l'Académie mais aussi du coup à son état actuel. C'était déjà un grand pas en avant de sa part. La Présidente devrait se mettre d'accord avec l'autre membre du Conseil pour l'organisation du recrutement à venir et la répartition des tâches qui en découleraient mais pour le moment, de ce qu'elle avait compris, l'indienne devait aussi apprendre à penser égoïstement à elle.

"- Je vais y réfléchir sérieusement, c'est promis. Et rapidement. Mais s'il te plait... pas tout de suite... Pas aujourd'hui en tout cas..."

Elle restait complètement épuisée et le flot des émotions qui l'avaient traversée ne faisait rien pour lui rendre des forces. Elle tenta de dissimuler un bâillement alors qu'elle revenait se caler contre son mari, ses doigts s'accrochant sans réelle force à son dos. Elle était bien là mais elle se sentait aussi tellement vidée. Elle, enceinte? Elle peinait tellement à y croire. Alors pourquoi malgré tout n'en doutait-elle pas? Comme si son corps lui, le savait bel et bien mais ne parvenait à le lui dire que maintenant qu'on lui avait déjà ouvert les yeux.

"- Je ferais plus attention. Pour nous... C'est promis..."

Nous. Non plus plus eux deux mais eux trois. Un sourire qui se dessine sur son visage sans qu'elle ne le réalise vraiment, venu là tout seul, comme par hasard. Et ses yeux qui se ferment un peu. La fatigue n'est nullement partie, elle ne l'avait que refoulée le temps de bien comprendre ce qui lui arrivait mais à présent, elle revenait, plus présente encore qu'auparavant. Oui, elle voulait se reposer, elle se sentait faible, elle le réalisait bien à cet instant mais elle était encore un peu trop fière pour réellement l'admettre. Un pas après l'autre.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Mar 14 Oct 2014 - 0:38
Il sentait bien que ça l'exaspéré que Jace remette le sujet du conseil sur la table, mais il était borné, que voulez-vous ? Il essayait de faire ce qu'il y avait de mieux pour elle, que ce soit bien ou mal fait, il y avait des choses pour lesquels il était encore assez maladroit, mais il faisait ce qui pensait être bon pour eux deux après tout.

"- J'y avais déjà pensé, à un recrutement, mais suite à ce qu'il s'est passé récemment, j'avais manqué de temps pour pouvoir organisé le tout. Il y avait lus urgent à régler en priorité. Mais visiblement, le temps à décidé de jouer un peu contre moi pour les mois à venir. Alors, il va falloir sans doute que je m'en occupe plus sérieusement, en effet."

Quand bien même ça l'exaspérait sûrement, au moins elle comprenait qu'elle allait devoir déléguer certaines tâches, qu'elle ne pourrait pas tout gérer comme elle le faisait, peut-être que ça lui permettra de mieux voir ses propres limites qu'elle ne voit peut-être pas. En tout cas c'est comme ça qu'il voyait la chose, il avait en face de lui quelqu'un qui se surmenait pour cette école, un travail assez ingrat à ses yeux quand bien même il doit être important, et si sa compagne avait accepter de prendre ce post, ce n'était sûrement pas pour rien.

"- Je vais y réfléchir sérieusement, c'est promis. Et rapidement. Mais s'il te plait... pas tout de suite... Pas aujourd'hui en tout cas..."

Il ne fit qu'un simple acquiescement de la tête, pas besoin d'en dire plus, elle savait très bien ce qu'elle faisait après tout. Et puis elle avait l'air d'avoir compris, alors il ne reviendra pas sur le sujet, surtout qu'elle semblait fatiguée, bien qu'elle tenta de le cacher, elle venait de bailler, elle était épuisée, non seulement par son état physique, mais aussi mental, elle venait de recevoir trop d'information d'un seul coup, pas besoin de parler d'autre chose, il enlaça sa compagne qui vint se caler contre lui, sa force était bien faible, il le sentit dans la force des doigts la jeune femme qui essayait de s'agripper au dos de son mari.

"- Je ferais plus attention. Pour nous... C'est promis..."

D'un bras il garda Aby dans bras, et de l'autre il vint caresser le ventre de cette future maman, il réalisait à peine encore que bientôt il sera papa. Quand bien même il rassurait sa compagne, il ne pouvait cesser de se demander comment sera leur futur désormais, lui qui auparavant, n'en avait que faire de son propre futur, mais maintenant, il allait devoir ce soucier, non seulement de lui pour une fois, mais surtout pour ces personnes qui sont sa famille désormais. Il ne pouvait pas faire la même erreur qu'il avait faite lors de son vivant, sauter tête baissé et se faire tuer lamentablement. Cette pensé là l’horrifiait, non, il ne laisserait pas sa nouvelle famille connaître la souffrance de la perte d'un être cher. Surtout leur enfant, car techniquement il l'avait déjà vécu cette sensation, elle plus que lui, étant donné que sa ligné a du complètement disparaître depuis le temps. Mais désormais l'un comme l'autre ils allaient avoir une descendance, ils avaient déjà eu une seconde vie en quelque en ayant ressuscité, désormais ils allaient avoir un peu comme une troisième vie.

- Très bien, je n'en parlerais plus. Dit-il avec un léger sourire aux lèvres pour lui faire comprendre qu'il ne l'embêtera plus avec ça, ou du moins, dans les semaines à venir en tout cas, ayant besoin de repos il ne ferait rien qui pourrait la fatiguer encore. J'aimerais juste savoir combien de temps tu vas rester ici. Que je sache pendant combien de temps je vais devoir t'emmener des pommes Reprit-il sur un ton assez joyeux alors qu'il n'y avait vraiment pas de quoi se vanter d'emmener des pommes à sa moitié.
Invité
avatar
Invité
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Mar 14 Oct 2014 - 9:32
- Très bien, je n'en parlerais plus.

Simplement blottit contre lui, la jeune femme laissa un instant toutes ses nouvelles préoccupations faire un tour au plus loin de son esprit. Rester avec lui, à cet instant, c'était tout ce qu'elle demandait. Comme ses nuits de cauchemars où finalement sa présence lui avait été plus que salutaire. Jace était à ses côtés, elle avait compris son message et elle lui avait fait une promesse. Le Professeur savait c que représentait le poids des mots des mots pour elle et donc qu'elle ne faillirait pas à sa parole. Mais là, tout ce qu'elle désirait, c'était simplement être une femme dans les bras de son Homme.Se reposer, sans se soucier de rien.

La main de son époux qui vint descendre sur son ventre la surpris un peu sur le coup mais au final, ce contact était rassurant, doux et chaud à la fois. Oui, ils allaient devenir parents et même si la jeune amérindienne avait encore du mal à le réaliser, la réalité était belle et bien là. Et pour le coup, elle ne souhaitait pas la changer. C'était imprévu, complètement incongru mais c'était arrivé. Et s'il y avait bien une chose dont la précolombienne était certaine, c'était que le Hasard n'avait pas sa place à la Deus. Alors, ça ne pouvait être qu'une bonne nouvelle.

- J'aimerais juste savoir combien de temps tu vas rester ici. Que je sache pendant combien de temps je vais devoir t'emmener des pommes.

Un léger rire de la part de la brune qui bâille à nouveau, un peu moins discrètement. C'est agréable de ne devoir se soucier de rien par instants. Même si au final, son esprit bouillonnait de milliers de questions à propos de ce nouvel avenir qui se dessinait devant eux. Mais elle s'en préoccuperait sérieusement plus tard. D'ailleurs, elle qui avait finit par oublier complètement le lieu où elle se trouvait fut soudainement rappelée à la réalité par l'entrée dans la pièce des la Cheffe suprême de l'endroit. Car bien qu'elle resta quelques secondes sur le seuil de la pièce, pour s'assurer que tout allait bien et qu'elle ne dérangeait pas trop, Kirara l'avait déjà repéré, partageant cette information avec sa maîtresse. Oui, on ne perd pas les bonnes habitudes.

- Vous êtes drôlement mignons tous les deux mais désolée, je viens jouer les rabat-joies quand même. Madame a besoin de repos et pour cela, la place de Monsieur n'est pas à discuter avec elle. Alors, je ne vous chasse pas mais faudra revenir plus tard. Là, je clos l'heure des visites.


Le regard d'ambre de la jeune mariée vint croiser celui de son compagnon. Oui, elle n'a pas vraiment envie qu'il parte mais les ordres sont clairs. Et elle n'avait aucunement la force de les discuter. Une dernière étreinte alors qu'elle se sépare à contre-cœur de la chaleur de son mari.

- Oh, pas de chichis hein? Si vous vous reposez bien, d'ici deux jours, je vous laisse retrouver vos quartiers. Mais pour le moment, je dois m'assurer que vous récupérez correctement parce que là, on part de loin. Alors au lieu de faire simagrées, dormez, mangez, reposez-vous et comme ça, vous sortirez d'ici rapidement.

Il est évident dans le ton de l'infirmière qu'elle reste très sérieuse même si ses paroles sont dites avec un brin de légèreté. Oui, ça fait beaucoup alors autant essayez de ménager un peu la jeune indienne, elle n'a pas besoin de ça pour le moment. Même si l'idée de rester deux jours encore ici ne lui plait pas, la jeune Présidente se contente de hocher de la tête, acceptant son sort. Finalement, c'est elle qui s'est mise dans cette situation, alors elle assumerait. Et à l'avenir, elle prendrait garde. Mais la séparation avec Jace lui semble terriblement difficile.

"- Je vais suivre les conseils de l'infirmière et me reposer. J’attendrais que tu repasses me voir et dès que je serais en état, je sortirais d'ici. D'accord?"

Nouveau bâillement étouffé tandis que la future maman se laisse un peu plus tomber contre son oreiller, s'installant plus confortablement, Kirara toujours cale sous le bras, ronronnant doucement.

- C'est ça, exactement. Allez, dormez, on s'occupe du reste.

Et l'infirmière qui fait comprendre à Jace gentiment mais clairement que maintenant, sa place n'est plus ici. Un sourire de la part de la jeune fille lui est offert avant qu'il disparaisse à la suite de la Cheffe des lieux avant que déjà, sa tête tournée par la fenêtre, elle ne s'endorme profondément.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Sam 18 Oct 2014 - 0:27
Un petit rire vint s'échapper de la bouche de sa compagne, avant qu'il ne soit remplacé par un bâillement. Elle était fatiguée et il valait peut-être mieux qu'il la laisse se reposer même s'il n'avait pas vraiment envie de la quitter et préférerait rester à ses côtés et veiller sur elle quand bien même elle était entre de bonnes mains. D'ailleurs, il n'eut pas vraiment le temps de réfléchir à la réponse que le gong venait sonner dans la pièce.

- Vous êtes drôlement mignons tous les deux mais désolée, je viens jouer les rabat-joies quand même. Madame a besoin de repos et pour cela, la place de Monsieur n'est pas à discuter avec elle. Alors, je ne vous chasse pas mais faudra revenir plus tard. Là, je clos l'heure des visites.

Il vit bien dans le regard de sa compagne qu'elle non plus ne voulait pas qu'il parte, une dernière étreinte pour sentir la chaleur de son corps, du moins pour la journée, mais maintenant chaque minute sans elle était devenu une éternité.

- Oh, pas de chichis hein? Si vous vous reposez bien, d'ici deux jours, je vous laisse retrouver vos quartiers. Mais pour le moment, je dois m'assurer que vous récupérez correctement parce que là, on part de loin. Alors au lieu de faire simagrées, dormez, mangez, reposez-vous et comme ça, vous sortirez d'ici rapidement.

"Seulement" deux jours ? Bon, ce n'est pas comme si elle devait y rester tout un mois non plus, ce ne sera pas insurmontable également. Pour lui ce sera sûrement moins long car il aura les cours à côté, mais pour sa compagne c'était bien différent, elle allait devoir rester au lit toute la journée et ne rien faire, qu'est-ce que ça pouvait être embêtant, long et ennuyeux, il compatissait.

"- Je vais suivre les conseils de l'infirmière et me reposer. J’attendrais que tu repasses me voir et dès que je serais en état, je sortirais d'ici. D'accord?"

Il acquiesça d'un signe de tête et lui sourit avant que l'infirmière ne reprenne, pendant qu'Aby bailla de nouveau assez durement.

- C'est ça, exactement. Allez, dormez, on s'occupe du reste.

- Bien mon colonel Dit-il en se levant et en se mettant droit, pour accentuer le peu d'humour qu'il essayait de faire. Il fallait dire qu'il n'était pas très doué dans ce domaine là. D'ailleurs ça n'avait fait qu'à moitié sourire son interlocutrice. Je vais donc rejoindre mes élèves. Poursuivit-il en sortant de la pièce alors que sa femme semblait déjà partir dans un profond sommeil.

Il avait un cours à donner désormais, maintenant qu'il savait que tout allait bien il allait pouvoir pleinement se pencher sur le "travail" qu'il avait à faire. Avant de partir l'infirmière l'intercepta pour lui rappeler 2-3 petites choses.

- Professeur Kayllan, j'espère que vous irez doucement sur vos élèves cette fois-ci, nous sommes dans une infirmerie d'école, pas dans un hôpital je vous le rappel.

- Je le sais parfaitement bien. Répliqua-t-il avec un sourire malicieux alors qu'il se dirigeait vers la sortie. Pendant ce temps-là, l'infirmière soupira et interpella à son adjointe.

- Miss Dillinger... veuillez me préparer deux ou trois lits supplémentaire s'il vous plaît...

- De... Hein ?? Mais pourquoi donc ?

- Une simple intuition...

Pendant ce temps-là, dans la classe du professeur Kayllan, tout les élèves s'en donnaient à coeur joie, leur prof étant absent, ils pouvaient pleinement en profiter et rigoler comme il se devait, le remplaçant ne pouvant même pas en placer une. Il se demandait comment il faisait pour gérer une telle troupe de dévergondé ! Mais il ne se posa pas vraiment la question longtemps, il n'y avait qu'à voir la réaction des élèves quand ils s'étaient aperçu qu'il était au pallier de la porte de classe depuis ils ne savaient combien de temps, dix secondes ? vingt ? trente ? une minute ??? Aucune idée, quoiqu'il en soit, pour les élèves, ce professeur avait une aura de démon, et ils s'étaient tous assis à leur place respective et en silence. Le professeur remplaçant se sentait soulagé pour le coup de pouvoir partir de cet enfer. Jace ferma la porte derrière ce dernier avec un calme royal... peut-être même un peu trop calme... et pendant ce temps-là, tout les élèves se disaient la même chose, que c'était le calme avant la tempête.

- Le cours va enfin pouvoir commencer...
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2913

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une journée banale. Ou presque.... - Ven 24 Oct 2014 - 2:29
Bande de vilains, vous pouviez pas nous laisser le privilège du premier bébé ?! >.<

M'enfin, félicitations aux futurs parents et bon courage pour toutes les embûches qui vous attendent x)

Un RP mené sans encombres ni grand suspense, mais le style et l'orthographe sont toujours irréprochables (Même si Jace a toujours des erreurs d'inattention qui troublent la lecture, vilain garnement). Le fait qu'Aby ne sache absolument pas comment on fait les bébés m'a bien fait rire, je l'imaginais tellement envoyer son oreiller dans la poire de Jace en mode « Tu le savais et tu m'as fait ça sans même m'expliquer ?! ». Mais non, elle est drôlement sereine la Aby xD

Abygaïl Lullaby : 575 xps
Jace Kayllan : 560 xps

Xps attribués : Yep



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
Re: Une journée banale. Ou presque.... -
Une journée banale. Ou presque....
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Infirmerie-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page