Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles

Invité
avatar
Invité
Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Jeu 28 Aoû 2014 - 15:04
La nuit était tombée depuis quelques heures désormais. L'usage voulait que le commun des mortels regagne sa pénate et que chacun se couche au fond de son lit. Mais voilà, une fois que vous deveniez un apprenti Dieu, les besoins corporels n'étaient pas les mêmes. Et pour peu que votre passé ne soit pas celui du mortel commun... Et bien, les longues veillées nocturnes ne font pas peur. Elles auraient plutôt une légère tendance à vous emmerder même. Les introspections personnelles, quand vous en faites un soir sur deux, ne vous révèlent plus grand-chose sur vous-même ou la condition humaine. Mais aujourd'hui, il était un apprenti Dieu. Allait-il devoir réfléchir sur la condition humaine qui devient divinité ?
ll lui fallait aussi peut-être commencer à se demander ce qu'était tout ce bazar. Autrefois, il n'avait jamais entendu parler de Deus, d'Académie et de... Bah il aurait tout le temps d'avoir des réponses à ses questions en temps voulu. Ou pas. Du moment qu'il arrivait à tenir les choses comme il le voulait, la connaissance n'était qu'une sécurité supplémentaire.

À force de marches au sein de l'enceinte de l'Académie, au rythme nocturne dicté par le chant des grillons qui chantaient depuis les arbres jonchant les allées, il avait atteint la limite accessible aux élèves de l'Académie. Un grand panneau signalait l'interdiction de faire davantage marche en avant, et rappelait les dangers auxquels on pouvait être confrontaient.
Peut-être un frisson d'inquiétude, à l'idée des dangers encourus s'il traversait cette limite, allait poindre sur sa chair.
Quelques pas en avant, le regard vague perdu derrière la barrière, il la franchit sans guère plus de cérémonie en posant sa main sur la pancarte. En un instant, le panneau vint se replier sur lui-même, le métal se déformant sous la décharge soudaine de puissance qui émanait de la main de Priam, criant sa douleur dans un bref supplice de ferraille tordue.
Un petit sifflotement allègre aurait surement ponctué le tableau à la perfection, mais... L'image nonchalante s'exprimait déjà suffisamment sans qu'il ait besoin d'en rajouter.

Plusieurs chemins s'offraient à lui, et il n'était pas certains de celui qui l'intéressait le plus. Aller à droite, aller à gauche, d'ici le lever du soleil il aurait probablement arpenté la zone entière sans pour autant être touché par une épiphanie soudaine.
Aussi, alors que le bruit de ses pas contre le goudron disparaissait, étouffé dans le chemin de terre dans lequel il s'engageait, il prit la direction de l'Observatoire, qui se détachait du paysage au loin.

Un observatoire ? Curieuse construction en un lieu comme celui-ci. Quelles étoiles brillaient au sein de ce ciel ? Il savait qu'il était dans l'Académie, mais encore fallait-il savoir où l'Académie se trouvait. Sur un plan détaché de la Terre, dans une autre galaxie... Tant de questions, pas spécialement importantes, mais qui demandaient à obtenir une réponse néanmoins.
Mais à se poser autant de questions, les pas s'enchaînaient plus vite qu'il ne s'en rendait compte, et Priam se retrouva rapidement au pied du grand Observatoire.
L'imposante bâtisse se dressait devant lui tel un champignon au chapeau rond et petit. Une sorte de petit gris court sur pattes. À mi-hauteur de la bâtisse, un escalier sortait du mur pour permettre l'accès sur les hauteurs, mais la grosse porte en bois de l'entrée lui était pour l'heure fermée.

Son domaine divin... C'était sans nul doute l'étrangeté à laquelle il s'était le moins fait, et celle dont il n'était pas encore le réel maître et ignorait même l'étendue de la puissance. Ce qui contrastait avec autrefois. Sa main vint se poser sur la serrure. ll hésita. Les doigts se crispent, il se concentre sur la paume de sa main et son Domaine Divin, puis la paume s’aplatit d'un coup sans déchaînement de puissance. Ses oreilles furent chatouillées par un bruit lointain. Était-il toujours seul ?
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Mer 3 Sep 2014 - 2:48

Longue Nuit




Ethan avait passé la journée à attendre que la nuit tombe et maintenant que le ciel c’était assombris il bouillait d’impatience. Cela faisait un moment qu’il observait les étoiles depuis la fenêtre de sa chambre la nuit, cependant il regardait ses petits point incandescent comme si de rien n’était, dans un pur réflexe de contemplation. Hier cependant une idée lui avait traversé l’esprit. Sur Terre il était bien connu que l’on pouvait se diriger selon les étoiles et c’était d’ailleurs ses dernières qui permettaient aussi une sorte de carte d’identité de la planète. Chaque monde possédait son propre ciel. C’était là que les réflexions d’Ethan lui avait conduit. Il se trouvait à la Deus Academia et elle possédait son propre ciel elle aussi. Elle avait donc sa propre carte d’identité et s’inscrivait quelques par sur la carte de l’univers tout entier.
Le jeune anglais souhaitait savoir où il se trouvait exactement. Il espérait trouver au moins cette réponse alors que tant d’autres questions se bousculaient dans sa tête. Ses derniers temps il n’arrêtait pas de réfléchir au bien-fondé de l’humanité. Pour lui celle-ci était gangréner par les mauvaises émotions. Les êtres humains étaient tout simplement voués à s’entre-tuer à se mutiler à chaque fois qu’ils le pouvaient. Il se rappelait durant sa vie humaine les reportages à la télévision qui se faisait dans les pays encore en guerres, les attentats retransmis en direct, les prises d’otages et tous ses autres actes vint que les hommes s’infligeaient entre eux. Depuis sa mort et les événements qui avaient suivis il avait nettement changé, il se demandait s’il y avait un réel intérêt à protéger les humains. Il ne reniait en rien le fait qu’il était né humain et qu’il avait ressuscité en apprenti dieu et il ne sentait pas devenir un renégat désireux de s’amuser avec les pauvres mortelles. Même s’il devait bien l’avouer l’existence de Deus était tout de même dure à avaler pour lui qui n’avait jamais crus en aucune religion.
Ethan était perdu. Sa rencontre avec Rain l’avait cependant aiguillé sur une piste, mais le chemin entrevu était bien sombre. Il ne savait pas vraiment s’il devait l’emprunter mais l’idée avait été plantée dans son crâne et il avait maintenant bien du mal à s’en défaire.
En tout cas cette nuit Ethan voulait se changer les idées et il c’était donné le but de savoir ou situer l’académie dans l’univers. Après tout cela lui servirait peut-être un jour même s’il avait de gros doute là-dessus. Le jeune homme se surpris à rêver du monde de Tenshi, cela devait être si beau en un sens. Un nouveau monde remplit d’humains si différents des terriens.

Le jeune homme secoua la tête pour se sortir de sa rêverie. La nuit était tombée et les premières étoiles étaient en train d’apparaître. Il était donc temps de partir pour son expédition. Prenant son manteau et son écharpe ainsi que quelques livres d’astronomie sous le bras, il sortit le plus discrètement possible du dortoir. Il pensait l’entreprise périlleuse mais il fut étonné de voir qu’il n’y avait personne dans les couloirs. Il se mit à sourire de toute ses dents son cœur battent la chamade. Il avait l’impression d’être un enfant qui ne devait surtout pas se faire prendre par ses parents.
Une fois en dehors du bâtiment il ne put retenir un petit gloussement de plaisir. La première partie de son escapade semblait être si simple qui ne se préoccupait pas plus que cela de la suite. L’air frais du dehors lui fit cependant un grand bien. Il prit cependant soin de bien resserrer l’écharpe autour de son cou pour ne pas tomber malade.
Il connaissait assez bien le chemin qui menait au dortoir. Il avait pris soin de consulter une carte avant de mener sa petite exploration. Cependant quand il arriva aux grilles de l’académie son enthousiasme vola en éclat. Son insouciance enfantine était partit pour laisser place à l’adulte qu’il était devenu. Au-delà de ses grilles se trouvaient le danger. Jusqu’à l’ancien observatoire et même dans ce dernier il n’aurait plus aucune protection. Ses muscles se mirent soudain à trembler. Ce n’était cependant pas de la peur qu’il ressentait mais de l’excitation. Le jeune homme avait bien changé si autrefois il avait peur des monstres sous son lit maintenant il n’en était plus rien. Il avait affronté bien des épreuves depuis son arrivé à l’académie, il avait combattu un griffon de pierre, avait résisté aux hallucinations des abricots, avait tenu bon dans l’arène avec Nasline et avait même tenu tête à Rain. C’était des exploits qu’il était fier d’avoir accomplis et ce soir il se sentait prêt pour un nouveau défi.
C’est donc sans véritable crainte, mais avec un sourire étrange aux lèvres qu’Ethan franchit les grilles de l’académie.

La route se fit sans encombre. La lune était assez claire pour permettre à Ethan de voir le chemin se dessiner devant lui. De toute évidence ce n’était pas le premier élève à quitter l’enceinte de l’académie dans sa quête d’aventure.
L’observatoire se dessina au loin de son imposante masse sombre. Il se dressait majestueusement au milieu d’une sorte de clairière, découpant sa forme sur le ciel étoilé. Le jeune homme se mit à sourire tout en contemplant quelques minutes le but de sa quête. Ce vieux bâtiment sera bientôt l’un de ses lieux de prédilection, le temps tout du moins qu’il trouve la réponse à sa question. Où pouvait bien donc se situer l’académie dans l’immensité de l’univers ?
Il se remit en marche tout en cherchent l’entrée du bâtiment. À mi-hauteur se trouvait un escalier permettant l’accès sur les hauteurs et juste en dessous il y avait l’entrée. Une imposante porte en bois. D’un geste hésitant il la poussa d’une main tout en tenant les livres de l’autre. Cette dernière se mit à grincer provoquant un écho sinistre à l’intérieur du bâtiment. Cela lui fit penser aux anciens films d’horreurs qu’il avait pu regarder adolescent. Si quelque chose devait se passer se serrait dans les prochaines minutes du scénario. Alors bêtement il attendit dans l’entré tout en étant aux aguets du moindre bruit, mais il ne se passa rien. Attendent tout de même quelques minutes salvatrices il se décida à pénétrer dans l’observatoire. Le jeune homme prit cependant soin de fermer la porte derrière lui avec la clef qui avait été laissé dessus, ce qui lui paraissait bien étrange pour un endroit dit « abandonné ».
Il se mit à grimper les marches devant lui afin d’atteindre le sommet. La coupole de l’observatoire était l’endroit idéale pour regarder les étoiles et essayé d’en identifier quelques-unes.
Il y parvint cependant en quelques minutes, son enthousiasme ayant raison des centaines de marches. Quelques gouttes perlèrent cependant sur son front, tandis que ses yeux cherchaient à s’accoutumer à l’obscurité. Comme il s’en doutait la coupole n’était pas ouverte et l’on ne pouvait donc pas observer directement le ciel. La première chose qu’il avait à faire était donc de trouver le levier qui actionnait l’ouverture. Il y parvint mais ce dernier ne se laissa pas faire et il du recommencer l’opération plusieurs fois avant de parvenir à ouvrir la coupole. Mais une fois cela fait, le ciel qui s’offrit à lui était splendide. Les étoiles lui semblaient tellement proches qu’il pensait presque pouvoir les toucher en tendent la main. Il n’essaya cependant pas sachant cela totalement impossible.

Le jeune homme se posa alors tranquillement sur le plancher poussiéreux, les jambes sous ses fesses, en tailleur et un livre ouvert posé entre ses jambes. Toute son attention était tournée vers les étoiles dans lesquelles il essayait de reconnaître des constellations qu’il avait déjà vu sur Terre. Cependant il comprit que c’était peine perdu et qu’il devrait se contenter de faire des comparaisons avec le livres qu’il avait sur les genoux et qui semblait parler de constellation plus lointaines. Mais alors qu’il était en train de chercher la constellation dite « en verre d’eau » il entendit des pas de quelqu’un qui montait les marches. Son sang se figea dans ses veines. Il ne savait pas comment cela était possible, il avait lui-même fermer la porte derrière lui et à double tour en plus.
Par pur instinct il se leva et brandit la seul arme qu’il avait à sa disposition, son livre. Il attendit ainsi de longues minutes jusqu’à ce qu’une silhouette sombre se dessine devant lui dans la sortie des escaliers.

J’aimerais savoir qui vous êtes et ce que vous venez faire là ? Vous faites partie de l’académie ? Êtes-vous seulement humain ? Approchez-vous que je vous vois mieux !


Copyright Ethan Abberline





J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
Invité
avatar
Invité
Re: Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Jeu 4 Sep 2014 - 21:16


Oui, c'était bien un bruit qu'il avait entendu. Léger, mais le son se faisait à nouveau entendre à présent. Et dans un long grincement, il peut observer la coupole de l'observatoire pivoter pour s'ouvrir. Le grincement lancinant s'étire et se prolonge misérablement à mesure que les panneaux coulissent autour du champignon immobilier. Un ballet très âgé qui peine à maintenir le rythme d'antan.
Soit, il y avait donc quelqu'un là-haut, qui avait jugé utile de s'enfermer pour mener à bien le déroulement de ses opérations. Puisque la curiosité est un vilain, dont il se badigeonne le nombril avec le pinceau de l'indifférence, il profite du bruit offert par les panneaux qui claquent à mesure que les uns s'emboitent sur les autres, pour venir exploser la serrure de la porte en bois, à l'aide de son Domaine divin. Ce n'est que la deuxième fois, et pourtant, l'utilisation lui coûte. Pas de fatigue ou de douleur, mais il ressent le geste, ce n'est plus comme la première fois, un geste aussi facile qu'un claquement de doigts. Il y avait donc une limite à son utilisation dans le temps.
Une fois de plus, le métal se déforme sous la pression, la clé saute de la serrure et heurte lourdement le sol tandis que le verrou se délogera de la porte, complètement recroquevillé sur lui même. Une simple poussée du bout des doigts, et la porte s'ouvre, découvrant le hall sobrement décoré de quelques meubles en bois, et bibliothèques gavées de bouquins centenaires, dont la lumière nocturne ne suffira pas à révéler les titres.
Un pas en avant pour pénétrer les lieux, il inspirera une grande goulée d'air. L'odeur du bois vieilli, de l'intérieur fermé depuis longtemps lui emplit les narines. L'endroit est vieux, un peu comme lui si l'on cherche par là. Cela lui plaît et rappelle à Priam de vieux souvenirs. Pas forcément bons, pas forcément mauvais. Des lieux intemporels où s'accumulaient poussières, savoir écrit et atmosphère sèche, il en avait connu bon nombre, et les citer prendrait probablement trop de temps pour une vie. Même pour un dieu immortel.

Alors que son regard se posa sur les escaliers, il lui revint à l'esprit qu'une personne en haut des escaliers à l'étage devait toujours se penser seul. Un sourire naquit sur les lèvres de Priam, il n'imagina pas qu'il puisse être en danger. Non, c'est lui qui allait jouer les troubles-fêtes et pas plus tard qu'à l'instant puisque comme le confirmer le silence nouveau, les panneaux ne coulissaient plus.
Il entame alors son ascension le long des escaliers, retrouvant un bref instant l'extérieur lorsque l'escalier commence à quitter l'enceinte intérieure du bâtiment. Le bois grince, les portes pour entrer et sortir à l'extérieur se referment dans un petit claquement, et surtout, il pose son pas. Le rythme est maîtrisé en permanence, il veille à bien espacer chaque pas de quelques secondes, probablement trop longue pour la personne en haut, seul à attendre. Seul ? Il n'en était plus vraiment sur d'un seul coup.
Douce musique à ses oreilles que le plancher qui craque derrière la porte qui mène à la coupole. Le plancher ne craquait pas suffisamment pour tabler sur deux personnes. La personne devait être là derrière à l'attendre, se demandant quelle était l'origine de ces pas, et probablement leur motif.

Priam saisit la poignée de la porte. Silence.
Dans un film probablement que la musique se serait suspendue et que la caméra aurait quitté le plan de sa main pour se placer sur la porte de l'autre côté.
Et imaginons la scène, visualisez donc cette porte en bois du côté d'Ethan, amusez vous-même à placer la scène en noir et blanc, avec une légère teinte sépia un peu fade. La poignée tourne, retenez dès à présent votre souffle :

Gniiiiiiiiiiiiiiiih

La porte pivote lentement dans un couinement hollywoodien, et la lumière se fait timide dans l'embrasure, juste assez pour éclairer faiblement les bottines de cuir marron et le pantalon noir de Priam. Le temps se fige durant un instant afin de laisser le suspense planer, jusqu'à ce que Priam se décide à avancer et lever le voile d'obscurité cachant son corps, qui se dévoile alors à Ethan à mesure qu'il avance dans la pièce, de sa démarche droite et posé. Du bout des doigts, il poussera délicatement la porte derrière lui qui se refermera dans un claquement dans son dos. Silence.
Ses longs cheveux tombent sur ses épaules et dans le col de sa chemise blanche, dont les boutons du haut ne seront pas fermés trop près de son cou. Son visage, contrairement à celui d'Ethan, semble davantage marqué par le temps. Il n'a rien d'un vieillard ou d'un cinquantenaire, mais il semble avoir dépassé l'âge de l'adolescence étudiante. Ses joues sont quelque peu creusées, et dans la pénombre dans laquelle il transitera un bref instant, son visage ressemblera davantage à un crâne.
L'ambiance de vieux films disparaît, la pièce est de nouveau plongée dans sa demi-obscurité, la lumière des étoiles éclaire la pièce.

À la lumière des étoiles son sourire se dévoile en entendant les questions de l'homme. La voix ne laisse pas transparaître de peur. Certes un léger trouble se fait entendre, trahit par le livre brandit telle une épée indicatrice devant lui, mais, l'individu avait semble'il eu le courage de se redresser et de tenir front contre la menace de Priam. Peut-être que l'avenir de l'Académie n'était pas si obscur que cela...

Ma foi cela fait beaucoup de questions d'un seul coup ! Prenez le temps de profiter jeune homme. J'en serai presque mal à l'aise. Teuh teuh, il se racle faussement la gorge et fera quelques pas, tournant autour d'Ethan.
Priam Soak, enchanté jeune homme. Je visitais l'Académie à la faveur de la nuit, il y a moins de monde à croiser, moins de professeurs susceptibles de réciter leurs cours... et la nuit offre toujours un silence appréciable.
Et je suis bel et bien de l'Académie, un apprenti Dieu apparemment.
Il stoppe sa marche, et se tourne de nouveau vers Ethan, ayant tourné autour de lui afin de mieux l'observer à la lueur nocturne.
Qu'en est-il de... toi ? Si tu peux me permet de privilégier le tutoiement, tu dois probablement être un apprenti Dieu vu ton âge...



♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Sam 6 Sep 2014 - 16:41

Observation




La silhouette apparus plus clairement à Ethan. C’était un homme plus âgé que lui, il avait de longs cheveux noirs qui lui tombaient en cascade sur les épaules. Le jeune homme baissa son arme improvisé et mit son livre sous son bras.

Ma foi cela fait beaucoup de questions d'un seul coup ! Prenez le temps de profiter jeune homme. J'en serai presque mal à l'aise. Teuh teuh

Ethan le regarda avec un sourcil levé tandis que celui-ci était en train de se racler la gorge, même si cela paraissait être de la mise en scène. Il se mit à alors à tourner autour de lui comme s’il était un vautour attendent que sa proie décède.

Priam Soak, enchanté jeune homme. Je visitais l'Académie à la faveur de la nuit, il y a moins de monde à croiser, moins de professeurs susceptibles de réciter leurs cours... et la nuit offre toujours un silence appréciable. Et je suis bel et bien de l'Académie, un apprenti Dieu apparemment.

L’inconnu avait maintenant un nom : Priam Soak. Il semblait très courtois même trop. Cela laissa Ethan septique, il se permit de planter son regard dans ce faux prédateur afin de savoir qu’elles émotions pouvaient bien l’animer. Cependant son don ne lui fit part que de quelques sensations. Ce Priam semblait rempli de… Chaos. C’était une chose bien étrange de découvrir une telle pelote de laine d’émotion. Il lui était difficile de se concentrer sur une chose à la fois. Mais il semblait tout de même que l’homme était sincère dans ses dires.
Priam stoppa soudainement sa marche pour fixer le jeune homme dans les yeux.

Qu'en est-il de... toi ? Si tu peux me permet de privilégier le tutoiement, tu dois probablement être un apprenti Dieu vu ton âge...

Ethan esquissa un sourire étrange presque malsain.

Je m’appelle Ethan Abberline et je te permets le tutoiement. Je suis effectivement un apprenti dieu tout comme toi, mais ne te fie pas à mon âge. J’ai rencontré ici des professeurs qui n’ont même pas encore vécu pleinement leur adolescence.

Ethan se mit à repenser aux jumeaux et à son jour d’arriver. Cela lui paraissait si loin tout d’un coup. Il c’était passé énormément de chose depuis le jour de son réveil. Les combats qu’il avait menés lui avait donné bien plus de force et de confiance en lui qu’il n’en aurait jamais lors de sa vie d’humain. Il avait changé et se trouvait un peu mieux dans sa vie d’apprenti dieu. Le fait est qu’il se trouvait actuellement devant un de ses camarades, mais il ne savait pas vraiment comment celui-ci voyait son rôle.

Quand à ce que je fais ici.

Ethan tourna le dos à Priam pour admirer le ciel étoilé. Le paysage était magnifique et le jeune homme était en admiration devant le spectacle que lui offrait la nature même dans ce monde.

Je suis venu observer les étoiles et je cherche à déterminer où se trouve ce monde par rapport à ma planète d’origine. C’est un vrai casse-tête.

Ethan s’installa en tailleur le livre de nouveau ouvert entre ses jambes. Il ne faisait plus vraiment attention à Priam étant bien trop pris par ses observations. Il espérait vraiment découvrir au moins la réponse à l’une de ses questions. Il ne c’était toujours pas placé dans son choix pour l’humanité et ne savait vraiment pas quoi faire. Il se devait donc d’occuper son esprit et quoi de mieux qu’une question totalement théorique pour cela ?


Hrp : C'est peut-être un peu court mais je me demande se que tu ferras x)


Copyright Ethan Abberline





J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
Invité
avatar
Invité
Re: Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Jeu 11 Sep 2014 - 16:42


Ressentir des émotions ? Qu'il est mignon ! Il risque de ressentir des émotions en effet. Comment bien imager la chose ? En une seule image, l'explication est probablement impossible. Prenez les sentiments comme des courants d'air. De forts courants d'air. Jetez-les tous ensemble les uns contre les autres, pour obtenir une tornade. Un magnifique cyclone déchainé, qui fonce sur les landes et emporte tout sur son passage. Maintenant, imaginez que vous ayez le pouvoir d'enfermer ce cyclone dans le corps de quelqu'un, qu'il se déchaine de toute sa violence, mais que pourtant, votre être, demeure d'un grand calme. Comme si toute cette violence était retenue par une fine et mince ligne. Il faudrait pouvoir se représenter un lac, une eau parfaitement étale, calme, alors que pourtant, sous l'eau, se trouve le plus grand chaos imaginable. Seules quelques bulles filtrent parfois.
Ce n'est pas surement le meilleur dessin que l'on puisse en faire, mais il est très difficile d'exprimer le Chaos, tant il est complexe et contraire à lui même. Parfois, le plus grand calme est synonyme d'un chaos latent. Un ordre caché. Ne dit-on pas qu'il faut partir d'un grand désordre pour créer de l'ordre ? Si cet ordre résulte d'un désordre, n'est-il pas lui même le reflet d'un Chaos agencé, enfoui dans cet ordre, dans le coeur de ceux qui y vivent ? Vous avez 4 heures pour y réfléchir. N'oubliez pas de prendre en compte le libre arbitre de chacun au sein d'une société régie par des moeurs et des codes moraux.
La réflexion serait surement intéressante, mais les paroles du jeune Ethan vinrent probablement créer une nouvelle réflexion dans l'esprit de Priam.

Il était jeune, c'était indéniable, mais comme il le soulignait, certains professeurs n'avaient même pas fini de vivre leur adolescence. Une fois de plus, les doutes qui se trouvent dans son coeur à l'égard de Deus et de cet ensemble qu'est l'Académie et cette seconde vie offerte à plusieurs élus s'avèrent être remués. Apprendre à être un Dieu ? Comment cela pouvait-il, être possible d'inculquer à des gens qui pour la plupart avait été des moutons alignés en rang, l'échine courbée dans une foi aveugle portée en des croyances vieillies, émanant elle-même de l'imaginaire humain ? Encore plus quand on prenait en compte, que les professeurs étaient des humains et non pas des Dieux ! Les projets de Deus, pour l'heure, lui apparaissaient réellement comme désespéré, pour placer son espoir dans les Humains.

« Quelle idiotie »pensera-'il.

Mais le jeune homme ne perdit pas vraiment de temps à s'épancher sur ce sujet. Tournant le dos à Priam, il lui confiera être venu observer les étoiles, et ne tardera pas à venir s'asseoir en tailleur, son livre sur les genoux, le regard perdu dans l'immensité stellaire.
Un hasard amusant. Deux personnes inconnues qui se retrouvent dans le même lieu, le même soir, avec la même idée en tête. Quel hasard ?!
Et de fait... Priam est curieux. Quelles idées trament dans l'esprit de ce jeune homme ?

Tiens donc je me posais la même question. Je ne suis pas spécialement attaché à mon monde, j'ai par le passé, eu pas mal de temps pour l'observer sous tous ses aspects, mais nous avons tellement était contraint à vivre de force avec ce monde, que l'idée qu'il puisse en avoir d'autres que l'on ignore, laisse dubitatif, ou rêveur dans certains cas.
Quand je vois ces étoiles, et imagine qu'elles abritent de la vie, et quand je repense à mon Ancien Monde, je ne peux m'empêcher de me dire, qu'une chose d'apparence si petite qui se tient devant moi, qui abrite tant de richesses et de beauté, ne peut surement pas résister face à moi. Je me demande,
et il marque un arrêt, faisant quelques pas pour venir se positionner à côté d'Ethan, la tête levée vers les étoiles, le regard, en coin vers Ethan qu'il scrute, s'il n'est pas possible de faire régner une forme d'ordre.
Un rire, bref et assez cristallin, il dodeline de la tête un instant. J'ai surement la folie des grandeurs, il est vrai que j'ai l'impression de pouvoir tenir une étoile dans ma main d'ici, mais les choses sont différentes en vrai n'est-ce pas ?

Pour l'instant, il reste assez évasif. La nuit ne faisait que commencer, et il n'avait aucune idée de la réponse que son interlocuteur allait lui donner. Et si même il allait lui répondre. Alors, pourquoi s'épancher sur tout ce qu'il avait au fond de lui, et ses projets ?


♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Dim 14 Sep 2014 - 0:17

Ordre et Chaos




Des mythes l’ont dit : au commencement il y avait le chaos. Souvent à la fin de ses légendes l’ordre apparait et évince le chaos. Mais Ethan se demandait comment il pouvait faire naître l’ordre du désordre. Comment pouvait-on mettre de l’ordre dans l’humanité alors qu’elle n’était même pas capable de le faire elle-même ? Est-ce que c’était ça être un Dieu ? Les êtres vivants devaient-il à tout prix avoir quelqu’un pour les gouverner ?
Le jeune homme commençait à perdre tout bonnement la tête. Lui qui était là pour se changer les idées il se voyait de plus en plus s’enfoncer dans son chaos de question habituelle. Pour couronner le tout quand Priam ouvrit la bouche c’était pour faire écho à ses questions.

Tiens donc je me posais la même question. Je ne suis pas spécialement attaché à mon monde, j'ai par le passé, eu pas mal de temps pour l'observer sous tous ses aspects, mais nous avons tellement était contraint à vivre de force avec ce monde, que l'idée qu'il puisse en avoir d'autres que l'on ignore, laisse dubitatif, ou rêveur dans certains cas.
Quand je vois ces étoiles, et imagine qu'elles abritent de la vie, et quand je repense à mon Ancien Monde, je ne peux m'empêcher de me dire, qu'une chose d'apparence si petite qui se tient devant moi, qui abrite tant de richesses et de beauté, ne peut surement pas résister face à moi. Je me demande…


Il marqua alors un arrêt, faisant quelques pas pour venir se positionner à côté d'Ethan, la tête levée vers les étoiles, le regard, en coin vers Ethan qu'il scrutait. Ce dernier retenait son souffle dans l’attente de la suite.

S'il n'est pas possible de faire régner une forme d'ordre.

Il se mit à rire tout en dodelinant de la tête, ce qui lui donnait un drôle d’air. Ethan se fit même la réflexion qu’il était peut-être devant un fou.

J'ai surement la folie des grandeurs, il est vrai que j'ai l'impression de pouvoir tenir une étoile dans ma main d'ici, mais les choses sont différentes en vrai n'est-ce pas ?

La question perturba quelque peu Ethan. Il n’était pas devant un fou mais plus devant un conquérant ou une sorte de visionnaire. Il ne savait pas quelle option était la bonne. Mais Priam avait l’art de poser les bonnes questions. Le jeune homme se mit à lui lancer un regard de défit tout en essayant d’employer son don. Le chaos était maitre en lui et pourtant quelque part il y avait du calme. Rien ne présagé que ses intentions étaient mauvaises, la colère n’était qu’un sentiment passager chez lui comme chez tous les êtres humains normaux.

Tu penses pouvoir faire régner l’ordre ? Tu es bien présomptueux mais… Je ne pense pas que cela soit impossible. J’aimerais moi aussi apporter l’ordre dans le cœur des hommes de l’univers entier mais… Je ne sais pas comment y parvenir. Le chaos semble si difficile à maitriser mais je pense que tu sais ce que c’est non ?

La question était perfide et le jeune homme se mit à regarder en coin la réaction de son interlocuteur. Il savait que dans cet être aux cheveux corbeau vivait un chaos inexplicable. C’était un autre mystère qu’Ethan souhaitait élucider. De toute évidence la question qui avait nécessité sa venue dans l’observatoire était maintenant passée entreposée dans un petit coin de son esprit. Cette nuit était pleine de surprise et elle n’était pas prête de s’achever. Ethan referma le livre sur ses genoux dans un grand « clap » qui se mit à résonner dans toute la coupole. Il se leva alors délaissant au sol sa pile de livre d’astronomie.

L’univers s’ouvre devant nous et pourtant il semble insaisissable.

Ethan c’était tourné vers les étoiles et tendait une main vers le ciel comme pour essayer de cueillir une étoile. Il laissa soudainement tombé sa main mollement comme si une décharge électrique venait de la lui paralyser.

Regarde tout ça et dit moi, dit moi que tu y vois de l’ordre. Pourtant vu d’ici-bas tout semble en désordre comme si quelqu’un avait distribué ses points lumineux sur un fond noir totalement au hasard or toi et moi nous savons qu’il y a de l’ordre. Nous savons qu’il n’y a pas de hasard. C’est sans doute le cas pour les êtres vivants qui peuples ses étoiles on ne voit que le désordre en eux mais il doit y avoir de l’ordre quelque part. Les humains forment des gouvernements se donnent des leadeurs ce n’est pas pour rien. Ils cherchent l’ordre sans forcément y parvenir. Mais je n’arrive pas à cerner quel est notre rôle dans tout cela. Tu y arrive toi ?

Pris dans la tourmente de ses pensées Ethan se rapprocha au plus près de Priam, lui saisissant le bras et ses pupilles écarlates plongent dans ses yeux.

Je ressens les émotions des gens quand mon regard se pose sur eux. Je sais qu’il y a un chaos d’émotion en toi et pourtant tu es si calme. J’ai croisé une personne qui ne ressentait rien et comme elle tu es presque imperturbable. Comment tu fais pour résister au chaos ? Comment t’imposes-tu de l’ordre alors que tu es assailli de tellement de chose ? Explique-moi, donne-moi ton secret !

Ethan se demandait s’il était en train de devenir fou. En un instant ses doutes et ses questions avaient surgit hors de lui et il était en train de serrer le bras de Priam comme si c’était sa propre vie qu’il avait entre les mains. Se rendent compte qu’il devait lui faire mal il relâcha sa prise.

Excuse-moi.

Le jeune homme se rendait compte que la situation ne pouvait être qu’étrange. Il ne connaissait Priam que depuis quelques minutes qu’il lui harcelait déjà de question en tout genre. Mais Ethan cherchait des réponses depuis tellement longtemps qu’il commençait à désespérer…


Copyright Ethan Abberline





J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
Invité
avatar
Invité
Re: Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Mar 16 Sep 2014 - 10:50


S'était-il, il y a quelques instants, plaint d'une avalanche de questions ? Cette fois-ci réellement on pouvait parler d'une abondance de doutes et d'interrogations personnelles pour le jeune Ethan Abberline. Et pas des moindres. Il était loin de la crise existentielle que ressentent certaines personnes à l'approche de la cinquantaine d'années. L'Homme, avec un grand H, semblait davantage au coeur de son énigme, dans ses rapports avec les autres, au niveau planétaire. Toutes ces interpellations que se posait Ethan, firent naître le plus grand des sourires ravis sur le visage de Priam. Il avait voulu voir ce que pensait le jeune homme en essayant de lui tirer les vers du nez, et il s'avérait que les affaires de l'adolescent n'étaient pas si éloignées de celles de Priam.
Cette douce musique, que ces plaintes qu'il lui adresse. Il n'a pas l'intention de le manipuler, Priam n'est pas assez joueur pour tenter de manipuler les autres, mais pourquoi ne pas le façonner ? Se contenter de donner un écho à ces questions, aiguiller ces réponses dans son sens. Ce serait fabuleux de rencontrer quelqu'un qui puisse partager, même de loin, son point de vue.
Mais n'allons pas trop vite en besogne, il s'agissait de pouvoir trouver les bons mots pour ne pas froisser le jeune homme et le perdre.

Alors qu'il tentait de réfléchir à tout cela, au milieu de la course effrénée d'Ethan qui trouvait une nouvelle supplication, chaque fois que sa bouche se refermait sur une phrase, pour en trouver une autre, le jeune homme vint lui saisir le bras, le suppliant presque de lui confesser son secret. Le jeune homme était touchant. Presque naïf. C'est probablement le destin qui attend chaque personne en proie au doute, au point que son être perde un instant le sens des réalités. Priam eut de l'affection pour Ethan, et peut-être aurait-il même été capable de poser une main sur son épaule pour le réconforter. Mais, c'était peut-être trop en demander à Priam, dont les rapports sociaux n'étaient pas encore une chose qu'il maitrisait totalement.
Comment faisait-il ? Il avait été Chaos, un Cavalier de l'Apocalypse. C'était... naturel qu'il en soit ainsi auparavant. Il était le Chaos, avec un grand C, aucune raison ne pouvait contredire le fait qu'il puisse être si calme et si impulsif sans raison, si abandonné à toutes les émotions. Mais aujourd'hui ? Son statut d'apprenti dieu, qu'avait-il réellement changé chez lui ? Était-il devenu similaire aux autres, un Humain devenu divin ? Ou bien était-il subitement un divin ? Y'avait-il encore cette notion de Cavalier Apocalyptique en lui ?
Comment pouvoir allez au bout de sa volonté quand on était même plus sur de ce que l'on était ? Peut-être en croyant seulement en soi même et en ses capacités, être doté d'une volonté de fer implacable.

Allons mon jeune ami, souffle un instant. Tes questions sont légitimes et tes doutes fondés, mais je ne suis pas non plus l'apprenti divinité de la raison.
Je ne sais pas si je suis la bonne personne pour faire régner l'Ordre, car l'Ordre est une notion extrêmement complexe, et foncièrement subjective. Chacun verra de manière différente l'Ordre, entre les êtres vivants. Tu me dis que cette déstructuration stellaire est pourtant le fruit logique et raisonné d'une absence de hasard, qui permet la vie. Ne trouves-tu pas que le même schéma s'applique aux humains ? N'est-il pas prodigieux de se dire que sous cet emmêlage confus, tous les humains sont liés dans une forme d'harmonie ? L'ordre existe déjà sans que nous n'ayons rien à faire. Le chaos individuel qui existe en chacun s'articule à la masse pour imposer une coordination. Ce sont dans les petites choses que tout se dispose à merveille.
Tu veux maîtriser le chaos ? C'est une sottise ! Ce n'est pas le chaos qui dérègle la vie sur Terre, c'est justement l'affluence de ceux qui veulent faire régner l'ordre qui le contredise. N'y as-tu jamais pensé ? Il y a tant de gens dans l'ombre qui tire les ficelles qui sont pourtant si justement dressées. Ce sont eux les véritables traîtres à l'humanité. Animés par des envies de guerre et de pouvoirs, d'argent et de luxure, ce sont eux les diables qui viennent perturber cette harmonie. Chacun justifie de tirer davantage qu'un autre sur cette harmonie, et leurs intérêts se perturbent entre eux, avant même de perturber le bas de l'échelle.


Il prendra un instant pour expirer et inspirer. Il se surprend lui même à prendre conscience de tout cela. Qu'en est-il de l'ancien Chaos, qui se contentait de faire selon son bon vouloir. D'autant qu'il le sent en lui, il souhaite instaurer le Chaos latent, mais il souhaite aussi demeurer un électron libre au milieu de tout cela. C'est le libre arbitre de chacun qui permet de jouir de la vie.

Tu veux savoir notre rôle ? Nous sommes des divins ! Notre rôle est d'être nous même, de jouir de notre pouvoir et de notre liberté. Le monde des Humains n'est qu'un vaste et immense terrain de jeu dont nous disposons. Il appartient ensuite à notre nature d'en faire ce que nous voulons ! C'est à nous et notre nature qu'il appartient d'en faire un monde meilleur, ou bien pire. Mais je ne pense pas que tu sois du genre à vouloir leur malheur... Comment pourrions-nous ensuite être satisfaits ?


Il s'essouffle un peu dans ses idées. Il n'a pas la prétention de détenir la bonne réponse, et n'est pas sûr d'offrir à Ethan les mots qu'il veut entendre. Lui-même n'est pas sûr de prononcer les mots qu'il souhaite entendre, et pourtant ils sortent de sa bouche et viennent résonner dans la coupole de l'Observatoire, qui durant un instant, semble perdre son but premier.

Je ne peux pas te dire comment résister au Chaos, car je n'en ai pas la moindre idée. Je l'embrasse tout entier et m'y abandonne, c'est peut-être pour cela que tout est si facile ensuite, tout se bouscule pour t'offrir la solution la plus adaptée.



♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Ven 19 Sep 2014 - 18:48

Prédateur





Ethan était perdu. Il ne savait plus quoi penser de l’ordre et du chaos, il attendait une réponse et Priam lui en fournit une. Une de celle qui nécessite de méditer un long moment dessus.

Allons mon jeune ami, souffle un instant. Tes questions sont légitimes et tes doutes fondés, mais je ne suis pas non plus l'apprenti divinité de la raison.
Je ne sais pas si je suis la bonne personne pour faire régner l'Ordre, car l'Ordre est une notion extrêmement complexe, et foncièrement subjective. Chacun verra de manière différente l'Ordre, entre les êtres vivants. Tu me dis que cette déstructuration stellaire est pourtant le fruit logique et raisonné d'une absence de hasard, qui permet la vie. Ne trouves-tu pas que le même schéma s'applique aux humains ? N'est-il pas prodigieux de se dire que sous cet emmêlage confus, tous les humains sont liés dans une forme d'harmonie ? L'ordre existe déjà sans que nous n'ayons rien à faire. Le chaos individuel qui existe en chacun s'articule à la masse pour imposer une coordination. Ce sont dans les petites choses que tout se dispose à merveille.
Tu veux maîtriser le chaos ? C'est une sottise ! Ce n'est pas le chaos qui dérègle la vie sur Terre, c'est justement l'affluence de ceux qui veulent faire régner l'ordre qui le contredise. N'y as-tu jamais pensé ? Il y a tant de gens dans l'ombre qui tire les ficelles qui sont pourtant si justement dressées. Ce sont eux les véritables traîtres à l'humanité. Animés par des envies de guerre et de pouvoirs, d'argent et de luxure, ce sont eux les diables qui viennent perturber cette harmonie. Chacun justifie de tirer davantage qu'un autre sur cette harmonie, et leurs intérêts se perturbent entre eux, avant même de perturber le bas de l'échelle.


Ainsi la réponse était faite et le jeune homme n’en revenait pas. Toutes ses réflexions l’avaient lui-même conduit à une conclusion si proche et similaire. Oui l’ordre régnait chez les hommes mais il y avait bien quelque chose pour le perturber. Priam prétendait que c’était certains types d’homme qui profitait de l’envie de chaos des autres. Il n’avait pas tords. Oui tout était logique, les trafiquants de drogues, les dictateurs, les présidents véreux, les avocats malhonnêtes, tous ses gens profitaient des faiblesses des hommes. Oui les êtres vivants n’étaient pas faibles ils étaient juste corrompues. Mais comment faire pour permettre à l’humanité de suivre les fils harmonieux que Deus avait tissé pour eux ? Fallait-il envisager le scénario si sombre qu’Ethan commençait à se forger. S’il voulait sauver le monde fallait-il pour cela qu’il porte des êtres en sacrifice. De grande chose nécessite de grand sacrifice. N’est-il pas mieux de détruire quelques vies que de perdre à jamais des milliers d’autres ? Car oui pour Ethan l’humanité était voué à disparaitre sous peu. Etant donné les armes que c’était forgé les hommes il était naturel de penser que la prochaine guerre aurait pour conséquence de détruire la planète toute entière et ainsi rayer la présence des terriens dans l’univers. Mais même si les pensées d’Ethan filait à toute allure la langue de Priam était tout aussi vive.

Tu veux savoir notre rôle ? Nous sommes des divins ! Notre rôle est d'être nous même, de jouir de notre pouvoir et de notre liberté. Le monde des Humains n'est qu'un vaste et immense terrain de jeu dont nous disposons. Il appartient ensuite à notre nature d'en faire ce que nous voulons ! C'est à nous et notre nature qu'il appartient d'en faire un monde meilleur, ou bien pire. Mais je ne pense pas que tu sois du genre à vouloir leur malheur... Comment pourrions-nous ensuite être satisfaits ?

Être moi-même.


Ethan répéta cela pour lui. Comment savoir quel genre de dieu il était ? Priam voyait les différents mondes comme des terrains de jeux. Pour le jeune homme c’était tout autre chose il sentait comme une importante décision peser sur ses épaules. Il était prêt à tout pour sauver sa planète et les créatures qui la peuple. Priam avait raison sur un point, il fallait faire confiance en sa propre nature pour réussir à faire quelque chose de ses pouvoirs. Un monde meilleur ou bien pire. C’était les termes qu’il avait employé. Cela sonnait tellement bien. Ethan voulait un monde meilleur mais il se demandait si pour en arriver là il ne devait pas passer par un monde bien pire. Comme il en était maintenant devenu une habitude Priam fit une nouvelle fois écho aux pensées du jeune homme.

Je ne peux pas te dire comment résister au Chaos, car je n'en ai pas la moindre idée. Je l'embrasse tout entier et m'y abandonne, c'est peut-être pour cela que tout est si facile ensuite, tout se bouscule pour t'offrir la solution la plus adaptée.


S’abandonner au chaos. Plonger le monde dans le chaos. Tout est facile ensuite. Oui.


Dans les pupilles écarlates d’Ethan on pouvait maintenant voir une détermination farouche. Tous ses doutes venaient de s’envoler rejoindre les étoiles. Il venait de comprendre quel était son rôle, il venait de comprendre comment y arriver. Tout était si clair et il se sentait si léger que c’était extraordinaire. Il aurait été croyant qu’il aurait cru à un miracle. Ethan venait de comprendre le fonctionnement de l’humanité et il savait maintenant comment faire pour corriger ses travers.

Tu as raison Priam. Tu as raison sur tout !

Un sourire vint s’épanouir sur son visage alors que ses yeux montraient toujours une expression grave, presque démoniaque étant donnée leur couleur. Pourtant son visage semblait heureux.

Si je veux corriger l’humanité je dois d’abord chasser tout ce qu’il y a de mauvais en elle. C’est ainsi qu’il faut faire. Plonger des âmes dans le chaos pour qu’enfin l’ordre naturel apparaisse. Devenir chasseur de ceux qui chasse les âmes qui se sont égarés. Toi qui dit avoir eu du temps pour observer ton monde sous tous ses aspects tu les as sans doute rencontré ses monstres qui tirent sur les fils du chaos pour leur propres intérêts. C’est d’eux que je vais m’occuper. Je vais couper un à un les fis des toiles d’araignées qui emprisonne les humains dans un chaos perpétuels et ainsi rétablir l’ordre naturel. C’est… la seule solution. Détruire le chaos de mes propres mains c’est ça que je veux faire.

Il se tourna alors vers les étoiles laissant un air grave remplacé sa joie. Il était déterminer à sauver la Terre mais il se demandait à quel point. Etait-il seulement capable de prendre la vie d’un homme ? Oh sans doute, après tout n’avait-il pas déjà mis fin à sa propre existence ? Cela avait été si simple. C’était un acte misérable en soit mais Ethan savait qu’il lui avait fallu du courage et surtout beaucoup de désespoir. Et en cette heure il avait les deux. Il était désespéré de trouver une réponse sur sa nouvelle condition d’apprenti dieu. Il venait sans doute de la trouver, mais au fond il en doutait. Priam venait de lui dire qu’il fallait écouter sa nature, à comprendre qu’il fallait se connaître soi-même. Or Ethan ne se connaissait pas. Chaque jour il était surpris par ce qu’il s’avérait être capable de faire. Cependant il ne savait pas s’il était possible pour lui de se salir les mains de cette manière.

Je ne sais pas si ma nature peut me permettre de faire ça. Je suis si faible, si… insignifiant. Comment est-ce que je pourrais devenir un prédateur alors que je ne suis qu’une faible proie ? Tu sais j’ai moi-même choisit de me donner la mort je suis loin d’être un être superbe. Je ne sais même pas pourquoi ce Deus ma choisit mais je veux… je veux sauver mon monde du chaos.

Certes Ethan c’était toujours considéré comme une victime mais depuis quelques temps il se sentait changer. Il se sentait différent loin de la proie qu’il avait toujours été.


Copyright Ethan Abberline





J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
Invité
avatar
Invité
Re: Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Lun 29 Sep 2014 - 15:36


Tu as raison Priam. Tu as raison sur tout !

Évidemment que j'ai raison sur tout. On parle de moi là. Sans tomber dans le narcissisme, Priam s'autorisait quelquefois un petit peu de dérision. Il se savait ne détenant pas la sagesse ultime, mais... et bien il se considérait tout de même comme quelqu'un d'assez sensé, et son discours avait été des plus sincères. Alors forcément s'entendre dire que l'on avait raison sur tout, cela faisait toujours plaisir pour sa propre estime. Mais celui qui semblait prendre le plus de plaisir dans l'écho de ses paroles, c'était Ethan. Le sourire carnassier qui venait orner son visage ne manquait pas d'arrondir le coin de ses lèvres, son regard écarlate s'arrondissait devant lui à mesure que les idées se bousculaient.
La sensation de rendre quelqu'un heureux était réellement le sentiment le plus for— ... le plus foireux qui soit. Et puis quoi encore, il n'allait pas s'adoucir à ce point. Il est content. Point. N'allons pas faire de Priam un Bisounours trop vite.

Si je veux corriger l’humanité, je dois d’abord chasser tout ce qu’il y a de mauvais en elle. C’est ainsi qu’il faut faire. Plonger des âmes dans le chaos pour qu’enfin l’ordre naturel apparaisse. Devenir chasseur de ceux qui chasse les âmes qui se sont égarés. Toi qui dit avoir eu du temps pour observer ton monde sous tous ses aspects tu les as sans doute rencontré ses monstres qui tirent sur les fils du chaos pour leur propres intérêts. C’est d’eux que je vais m’occuper. Je vais couper un à un les fis des toiles d’araignées qui emprisonne les humains dans un chaos perpétuels et ainsi rétablir l’ordre naturel. C’est… la seule solution. Détruire le chaos de mes propres mains c’est ça que je veux faire.

Petit toussotement. On ne pouvait pas trop lui en vouloir tout de même. Priam ne connaissait le jeune Ethan que depuis quelques minutes seulement, mais il semblait revenir de loin dans ses réflexions. Qu'il interprète un peu vite les propos de Priam était une chose normale difficile à lui reprocher. Et quand bien même, il était probable que les deux individus tombent en désaccord sur certains points. L'entente absolue n'est pas toujours de mise entre les individus. Elle l'est même très rarement, sur Terre, l'être humain est bien trop égocentrique.
Priam ne cesse d'observer le jeune homme qui lui tourne désormais le dos, faisant plutôt face aux étoiles. Amusant, à la simple vue de ce jeune homme ainsi, il peut imaginer sans peine les émotions qui doivent l'animer, les envies de conquête qui doivent germer dans son cœur. Il s'en doute, il avait dans le regard jusqu'à présent, la même lueur que Priam, et probablement que le jeune homme guette l'Empire qui s'étend devant lui, laissant libre cours à ses envies de pouvoirs nouvelles.

Je ne sais pas si ma nature peut me permettre de faire ça. Je suis si faible, si… insignifiant. Comment est-ce que je pourrais devenir un prédateur alors que je ne suis qu’une faible proie ? Tu sais j’ai moi-même choisit de me donner la mort je suis loin d’être un être superbe. Je ne sais même pas pourquoi ce Deus ma choisit mais je veux… je veux sauver mon monde du chaos.

Priam fera un pas vers Ethan, toujours dans son dos. Plus grand que lui, il prend un instant pour jauger la carrure de l'adolescent qui se tient droit devant lui. Être pédagogue était quelque chose que Priam découvrait, et même si ce n'était pas totalement désagréable, cela demandait de savoir peser les mots dans sa bouche un instant avant de les laisser sortir, vers les oreilles tout ouïes de l'interlocuteur qui s'en abreuvait comme de l'eau de source fraîche. Il fera un pas de plus pour se mettre à la gauche d'Ethan, et posera sa main droite sur l'épaule gauche d'Ethan. Sa tête bascule légèrement sur le côté vers lui, et prenant une grande inspiration, il reprend son discours.

Tu sais, les animaux naissent pour la plupart avec des gènes qui ne bougeront jamais. L'un est la proie, l'autre le prédateur. Celui qui doit se faire manger, se fera manger, car ses gènes ne lui dicteront jamais de se rebeller, d'essayer d'inverser cette tendance de pouvoir. L'animal a besoin d'un élément déclencheur puissant pour remettre en question ses gènes, as-tu déjà vu une mère protéger sa progéniture face à un prédateur ?
Mais tu n'es pas un animal. L'homme peut écouter sa conscience et ne pas limiter sa vie aux gènes que lui ont donnée ses ancêtres. Ethan, il n'appartient qu'à toi de devenir un prédateur dès aujourd'hui, tu en es tout autant capable qu'un autre. C'est cela être un Dieu, tu ne dois plus penser à l'humain misérable que tu étais, mais songer au pouvoir qui t'habite aujourd'hui, et que tu dois exploiter. Sinon, tu resteras pitoyable, ne m'en veux pas de le dire ainsi.

Il souffle. Évidemment, entre ses phrases il prenait le temps de respirer, mais tout de même, il est bon de pouvoir souffler sa respiration. Et puis une pause permettait aux idées qu'il énonçait de s'enfoncer un peu plus dans la tête du jeune homme. Trop le bombarder d'informations risquait de l'embrouiller plus qu'autre chose et de porter préjudice à son discours.

Je trouve cela très intéressant que tu te sois toi-même donné la mort. J'aime les symboles... n'y vois-tu pas la mise à mort de ton ancienne vie, pour te permettre de renaître en tant que Dieu ?
Ne cherche pas trop loin, c'est peut-être moi qui ai l'imagination trop fertile sur ce genre de choses.

Il lâchera l'épaule d'Ethan et lui tournera à nouveau le dos, faisant quelques pas vers la Bibliothèque située dans un coin de la coupole ouverte. Tout le lieu sentait la poussière et le renfermé. Chacun de ses pas soulève de la poussière lorsqu'il se déplace à travers la pièce, laissant son regard se perdre dans les détails qui fourmillent de partout dans la coupole. Quel dommage que la lumière soit si faible, il aurait pu observer un peu plus précisément le lieu avec davantage de temps. Il lui faut se rendre à l'évidence, il était temps d'achever Ethan avec encore un peu plus de dialogue avant de le laisser réfléchir davantage à tout ce qui trottait dans sa tête.

Juste une précision Ethan, je ne pense pas qu'éradiquer le chaos soit la bonne idée. La seule chose qu'il en résulterait serait un monde stérile où personne n'aurait de libre arbitre. Le chaos est la base de tout. Sans lui, les hommes n'auraient pas eu à avoir peur, la peur à entraîner chez eux le besoin de se protéger, de protéger les autres, l'amour envers autrui... Éradique le chaos, et tu éradiques toute vie en eux, toute civilisation et l'on s'éloigne à nouveau des idées que tu sembles avoir pour ton monde.





♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Jeu 9 Oct 2014 - 1:30

Ethan le manieur de chaos




Priam était grand, un peu plus qu’Ethan. Le fait que ce dernier se postait à sa gauche, juste à côté de lui donnait vraiment l’impression que les deux êtres étaient des amis proches ou alors que l’un était le mentor de l’autre. C’était sans doute vrai en un sens. L’homme plein de chaos était en train d’apprendre au jeune homme beaucoup de chose sur la nature humaine. Comment pouvait-il avoir été si aveugle ? Il se posait la question tandis que Priam était en train de continuer son exposé tout en posant une main pesante sur son épaule.

Tu sais, les animaux naissent pour la plupart avec des gènes qui ne bougeront jamais. L'un est la proie, l'autre le prédateur. Celui qui doit se faire manger, se fera manger, car ses gènes ne lui dicteront jamais de se rebeller, d'essayer d'inverser cette tendance de pouvoir. L'animal a besoin d'un élément déclencheur puissant pour remettre en question ses gènes, as-tu déjà vu une mère protéger sa progéniture face à un prédateur ?
Mais tu n'es pas un animal. L'homme peut écouter sa conscience et ne pas limiter sa vie aux gènes que lui ont donnée ses ancêtres. Ethan, il n'appartient qu'à toi de devenir un prédateur dès aujourd'hui, tu en es tout autant capable qu'un autre. C'est cela être un Dieu, tu ne dois plus penser à l'humain misérable que tu étais, mais songer au pouvoir qui t'habite aujourd'hui, et que tu dois exploiter. Sinon, tu resteras pitoyable, ne m'en veux pas de le dire ainsi.


Ainsi devenir un dieu impliquait d’oublier son passé ? Renoncer à ses souvenirs humains ? Non cela n’était pas véritablement envisageable. C’était sa vie d’humain qui avait fait de lui un être unique choisit par Deus. Il voulait faire de ses souvenirs, de ses ressentis d’être mortel quelque chose de bon qui le pousserait à devenir un être immortel surpuissant. Car oui sur ce point Priam avait raison il ne tenait qu’à lui d’exploiter ses dons et de devenir un prédateur au lieu d’une victime innocente. Il en avait fini de sa triste vie d’humain. C’est à ce moment-là de sa réflexion que Priam fit part d’une de ses pensées. Il voyait dans le suicide d’Ethan un symbole, celui de l’arrêt d’une existence futile pour celle d’une vie divine. Ethan ne put cacher le sourire moqueur qui se peint sur ses lèvres. L’imagination de cet homme aux cheveux corbeau lui jouait surement des tours. Il n’y avait aucun symbole à voir là-dedans. Ethan était mort par amour, du moins pour l’amour qu’il n’avait pas pu avoir. Il ne connaissait rien à cette nouvelle vie qui c’était offerte à lui. En se passent la corde au cou il espérait juste rejoindre sa belle dans une vie meilleure et même si ça n’aurait pas été le cas il ne pouvait exister plus longtemps dans ce monde sans elle. Elle était tout pour lui, son amie la plus fidèle, sa famille et son amour. Ses parents n’avaient jamais rien représentés pour lui que des donneurs. Oui ils avaient permis à son corps de se former de rassembler les informations génétiques de ses deux personnes pour lui donner vie. Leurs rôles s’arrêtaient là car il n’estimait pas qu’ils avaient participés à l’élever. Il se rappelait beaucoup plus facilement les gestes tendres de ses nourrices que ceux de sa mère. C’était triste au fond mais c’était ainsi. On y pouvait rien.
On pouvait cependant facilement détruire l’image symbolique du suicide d’Ethan. Mais il était vrai que se donner des symboles à soi ou au peuple apportait toujours du réconfort. Combien de martyre porteur de symbole l’humanité comptait-elle ? Il y en avait sans doute trop pour le dire. Alors Ethan se surprit lui-même à répondre à Priam :

Oui on peut y voir un symbole.

Mensonge honteux mais le jeune homme n’en éprouva aucune honte. Il se donnait un nouveau statut. Au revoir Ethan la victime et bonjour Ethan le divin. L’humain c’était lui-même délivré de sa condition pour accéder à un stade de développement supérieur. L’homme fait à l’image de dieu c’était maintenant posé comme son égale. Ethan était un dieu maintenant.


Dieu à créer l’homme à son image. Il avait besoin d’un brouillon qui servirait à la création de nouveaux dieux. Il n’y a pas d’arrière-monde, pas de ciel, pas d’enfer, pas de paradis, pas d’enfer, pas de diable. Il y a Deus, il y a les apprentis dieux, il y a moi. Si je suis ce qui se rapproche le plus de la version originale du créateur divin alors je suis à même de corriger ses brouillons. Ainsi je vais créer une humanité à mon image.


Priam retira sa main de l’épaule du jeune homme. Celui-ci ressentit soudainement le manque de chaleur et cela l’arracha à ses pensées. Le chaos vivant tourna le dos à Ethan pour se diriger vers une bibliothèque dans un coin de la pièce. Sa voix à cet endroit précis de la coupole se mit à résonner donnant à sa voix un ton solennel.

Juste une précision Ethan, je ne pense pas qu'éradiquer le chaos soit la bonne idée. La seule chose qu'il en résulterait serait un monde stérile où personne n'aurait de libre arbitre. Le chaos est la base de tout. Sans lui, les hommes n'auraient pas eu à avoir peur, la peur à entraîner chez eux le besoin de se protéger, de protéger les autres, l'amour envers autrui... Éradique le chaos, et tu éradiques toute vie en eux, toute civilisation et l'on s'éloigne à nouveau des idées que tu sembles avoir pour ton monde.

Ethan ne s’exprima pas, laissant sa bouche s’ouvrir sans qu’un seul mot puisse en sortir. Priam avait raison un monde sans chaos était stérile. Le jeune homme en avait d’autant plus conscience quand cette nuit ou son cerveau était riche de mille idées impossible à trier il avait trouvé un semblant d’ordre. Une voie c’était soudainement illuminé devant lui et les réponses à cette multitude de question avaient trouvés des réponses. Ainsi le chaos ne devait pas être anéantie, il devait être contrôlé. Si l’on pouvait manier le chaos alors on serait en mesure de le doser et d’ainsi provoquer les réactions désirés. Détruire les émotions n’était pas envisageable. Des Rain par millier n’était pas une voie à suivre. Un monde peuplé d’être sans émotions était stérile, voué à la destruction.

Ce qu’il fallait au monde c’était voir en action le Courroux divin . Celui qui hantait de nombreux écrits. Ses textes que l’Homme c’était forgé pour expliquer la nécessité des bonnes émotions et le bien fait de combattre les pêchés.


Mon arme contre la nature humaine pourrissante serra le chaos. Celui qui engendrera le bonheur. Ce n’est qu’après la douleur qu’on est capable de ressentir la plénitude, tout comme après chaque guerre est venu un temps de paix. Ainsi pour faire survivre l’humanité je dois la plonger dans le plus grand des chaos.


Ethan c’était faite cette réflexion si facilement qu’un sourire carnassier vint apparaître sur ses lèvres. Priam ne pouvait pas voir son visage mais s’il l’aurait regardé il aurait sans doute vu ses deux pupilles rouges briller comme les yeux d’un prédateur au cœur de la nuit. On était bien loin du tranquille jeune homme qui était entré dans cet observatoire. Les étoiles mourantes épinglées sur ce ciel obscur venaient d’assister à la naissance d’un nouvel être maintenant pleinement conscient de ses pouvoirs et près à les utiliser.

Encore une fois tu as raison l’ami. C’est le chaos qui aide à l’ordre et le détruire reviendrait à empêcher ce dernier de s’installer. Cependant aujourd’hui le chaos est dirigé par les mauvaises personnes comme tu l’as souligné. Il est temps que cela change. Je me dois de manier le chaos comme l’on magne une épée. Et pour que cette arme, qui serra la clef de voûte de mon monde, soit en mon entière possession il me faudra d’abord la déposséder de ses détenteurs actuels. C’est si simple en un sens que s’en est presque hilarant.

Un étrange rire sortit de sa bouche pour résonner dans la coupole. C’était presque celui d’un fou. Pourtant le jeune homme était d’autant plus lucide qu’il était sérieux. Il se devait de se placer comme unique divinité. Il ne pouvait permettre à des humains à l’existence misérable de se mettre en travers de ses plans. Il voulait sauver l’humanité et pour cela des sacrifices étaient nécessaires. Il en était conscient et ce soir plus que jamais il était prêt à endosser la responsabilité de ses crimes.


Copyright Ethan Abberline





J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
Invité
avatar
Invité
Re: Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Sam 31 Jan 2015 - 23:38



Quel heure était-il ? Cela faisait un petit moment qu'il avait rencontré Ethan et quitté sa routine nocturne. Les idées s'échangeaient, quelque part ainsi les cœurs s'ouvraient à mesure que la conversation se poursuivait.
Même pour lui, d'habitude plus circonspect, il était plaisant d'échanger, la discussion s'avérant intéressante. Enrichissante même, puisqu'elle lui permettait de découvrir comment la nature humaine pouvait évoluer en se découvrant des capacités divines. Des déchets, il y en avait. Des aventureux capable de se brûler les ailes tel Icare... il en avait probablement un devant lui. Et cela l'amusait énormément, car il n'était pas en mesure actuellement de dire s'il allait contempler sa glorieuse chute, où lui donner le moyen de voler encore plus haut dans le ciel sans risque.
A bien y réfléchir, il n'était pas aussi perdu que le jeune Ethan, mais cette résurrection était quelque chose de parfaitement inconnu pour lui (Bien qu'elle le soit probablement pour beaucoup de gens). A chaque instant de cette vie, il se posait milles questions dont les réponses n'étaient jamais satisfaisantes, bien au contraire, elles en appelaient d'autres en renforts, probablement de peur que l'ex Cavalier n'en ait plus, et trouve la réponse à l'Univers, qui sait ?

Mais il fallait reconnaître que la discussion avec Ethan clarifiait certaines des zones d'ombre qu'il avait pu rencontrer jusque là. Cela ne résolvait pas tout. A défaut après tout, Ethan lui permettait de confirmer certains apriori qu'il avait développé à l'égard de la race Humaine.
Il lui fallait prendre le pouvoir. Pas le pouvoir absolu non, il n'aurait pas su quoi en faire. Beaucoup trop de responsabilités appelant à de multiples contraires. Tout voir s'effondrer par sa faute ? Frustrant. Il n'avait pas pour habitude d'avoir des responsabilités, il ne fallait pas commencer et se créer des encombres inutiles.
Non, il voulait juste assez de pouvoir pour pouvoir s'assurer une autonomie et une liberté de mouvement permanente. L'assurance d'être un électron libre, et invisible. Ce qu'il avait toujours été. Et qu'il souhaitait demeurer aujourd'hui encore. Tant que ses actes n'entravaient pas la volonté de l'Académie, il n'aurait pas de soucis particulier à se faire pour sa personne.

Encore une fois tu as raison l’ami. C’est le chaos qui aide à l’ordre et le détruire reviendrait à empêcher ce dernier de s’installer. Cependant aujourd’hui le chaos est dirigé par les mauvaises personnes comme tu l’as souligné. Il est temps que cela change. Je me dois de manier le chaos comme l’on magne une épée. Et pour que cette arme, qui serra la clef de voûte de mon monde, soit en mon entière possession il me faudra d’abord la déposséder de ses détenteurs actuels. C’est si simple en un sens que s’en est presque hilarant.

C'était la deuxième fois que les paroles d'Ethan entraient en conflit avec ses pensées depuis le début de leur rencontre. Cela n'était pas encore facheux, mais c'était surtout pour le garçon que les choses pêchées. A vouloir dompter le Chaos, il risquait une terrible désillusion. Le Chaos, de par sa nature même était indomptable. Ce n'était pas comme une bête imprévisible dont la maniabilité était douteuse. Non. Une boule d'énergie sous tension permanente. Elle n'est pas animé de fils d'énergie invisible que l'on peut conduire, non, c'est une énergie qui attire et emmêle autour d'elle tout ce qui l'entoure. Le Chaos. Il est confusion, complication, ruine... il est Apocalypse. Cette simple pensée le faisant sourire. L'Apocalypse...
Les paupières de Priam se ferment sur ses iris, il secoue brièvement la tête comme pour en chasser une idée, agitant sa chevelure d'ébène. Le pauvre Ethan risquait surement de rencontrer quelques problèmes à l'avenir.
Cepenant... ils n'étaient pas encore assez intime pour se permettre certaines familiarités, et Priam ne pouvait essayez de le corriger, de changer son opinion sur le Chaos.

Si les choses t'apparaissent aussi simples et amusante, je ne puis qu'en être heureux. De ce que je peux en voir, elles ont surtout l'air d'avoir pu te permettre de changer ton état d'esprit sur certains points.
Qui sait, cela produira peut-être des miracles à l'avenir, si jamais
-il penchera la tête de côté, posant ses yeux sur Ethan, il prend un réel plaisir dans la conversation, et le scrute de la tête aux pieds, comme dans une nouvelle tentative de défi, poussant le jeune homme à se dépasser - les idées qui te trottent dans la tête devaient être mises à exécution... Si jamais la folie des grandeurs te prend, je me ferai une joie de te donner un coup de main, n'en doute pas.
Les vieilles habitudes ont la vie dure, je ne pense pas être encore totalement rouillé.



HRP : Désolé d'avoir autant tardé pour te répondre. Tu le sais, j'ai pas mal de boulot dans ma formation :( Du coup, j'ai tâché de faire une réponse assez ouverte... Si tu veux répondre et clôturer, cela ne me dérangera pas, rien ne nous empêche de reprendre le jour où mes dispos seront plus normales ^^

♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Dim 1 Fév 2015 - 21:07

Promesse




La nuit apporte toujours de nombreuses choses.

C’est dans les ténèbres que l’on a les meilleures idées et c’est dans le noir complet que tout nous apparaît sous un nouvel aspect. Les étoiles n’apparaissent que quand le ciel est de couleur d’encre faisant écho à se fait étonnant de leur brillance sans nul pareil. Tout est différent le soir venu et Ethan le comprenait mieux que quiconque en cet instant.

Sous le couvert des astres stellaires il avait découvert bien des choses. Des faits qu’il connaissait déjà mais dont il n’avait jamais compris la véritable signification. Priam avait contribué à cette nouvelle découverte des choses. Il lui avait donné cette petite lueur dans les ténèbres les plus sombres. Celle qui éloigne vos pires cauchemars et vous permet de faire coexister en un seul plan les deux faces d’un monde changeant.

Deux plans d’existence, deux plans de compréhension. Ainsi l’apprenti divinité était maintenant capable de saisir toute les nuances du dilemme qui s’offrait à lui. Il pouvait rester l’Ethan que tout le monde connaissait, le gentil, celui qui épaulait son ami, celui qui souhaitait aider et comprendre. La victime de son don. Il pouvait tout aussi bien devenir celui qu’il était appelé à devenir. La divinité manieuse de chaos. Un dieu parmi les hommes. Il n’en avait certes pas encore le pouvoir mais cela arriverait tôt ou tard. Un être empli d’essence divine devait se voir devenir de plus en plus fort au fil du temps. C’était un fait d’une logique implacable. Ainsi deux lui existaient dans un même instant. Sous la lumière des étoiles il se devait de choisir définitivement. Jusqu’à maintenant il avait claironné à Priam qu’il allait devenir un véritable dieu, le manieur du chaos pour sauver l’humanité. Mais était-il réellement déterminé ?

Il se posait maintenant la question. Un dernier doute qui venait de l’assaillir. Le dernier il se l’était promis.

Si les choses t'apparaissent aussi simples et amusante, je ne puis qu'en être heureux. De ce que je peux en voir, elles ont surtout l'air d'avoir pu te permettre de changer ton état d'esprit sur certains points. Qui sait, cela produira peut-être des miracles à l'avenir, si jamais les idées qui te trottent dans la tête devaient être mises à exécution... Si jamais la folie des grandeurs te prend, je me ferai une joie de te donner un coup de main, n'en doute pas.
Les vieilles habitudes ont la vie dure, je ne pense pas être encore totalement rouillé.


Les paroles de Priam donnèrent à Ethan le pouvoir de se décider. Cet homme qui le fixait de ses étranges prunelles lui apportait beaucoup plus que quiconque l’avait fait jusqu’à maintenant. Un mentor en un sens, une lueur dans la nuit sombre. Tout était simple, il l’avait dit, il l’avait pensé, maintenant il en doutait et pourtant, pourtant il y croyait encore. Le chaos incarné l’avait deviné, il avait changé d’état d’esprit. Il était trop tard pour Ethan le gentil, cette nuit il avait en partit disparu. Son esprit avait pris conscience d’un autre aspect des choses, d’une possibilité sombre mais capable d’éclairer le monde d’une nouvelle vie. Oui il était déterminé. Non il n’abandonnera pas cette idée, ce nouveau lui qui était en train de se construire.

Ethan se tourna alors vers Priam pour le fixer de ses yeux incandescents. Il était quelqu’un d’autre à présent, il le serrait à jamais.

Un jour je changerais le destin de mon monde. Un jour qui ne sera pas celui-ci ni celui d’après, mais viendra un temps mon ami où le chaos apparaîtra ordre, ou l’ordre-chaos selon ce qu’il faudra au monde pour devenir tel que je l’imagine.

Ethan tendit la main vers le ciel étoilé pour une seconde fois cette nuit cette fois il ne laissa pas retomber son bras mais referma son poing comme si il venait d’attraper une de ses étoiles.

Mon monde n’est pas encore mûr, pas encore prêt à subir des changements. Je ne suis pas prêt non plus à vivre ses changements. J’ai grandi sans nul doute mais je ne suis pas encore la divinité capable de régir le monde. J’apprécie ton aide l’ami et je compte bien sur toi pour qu’un jour ce vaste projet prenne forme.

Il baissa son poing et fixa son regard sur Priam. Il était impossible de lire ses émotions, c’était toujours la même pelote de sentiment indémêlables. Il semblait pourtant imperturbable. Le chaos et l’ordre mêlé de manière authentique. Ce mélange incertains et pourtant visible à présent. Le blanc et le noir sans une nuance de gris. La vie était peut-être ainsi sans nuance véritable. On est bon ou mauvais, gentil ou méchant mais on n’est pas moyen ou un gentil méchant. Nous sommes appelés à devenir l’être que nous sommes sensé devenir. Appelé ça le destin, le karma ou quoi que ce soit d’autre mais il en va ainsi.
Ethan le pensait ainsi. Il n’était plus celui qu’il avait été. Il avait cessé de vouloir comprendre, il voulait maintenant agir.

Délaissant ses livres d’astronomie jonchant le sol, il se détourna de Priam, son mentor, sa lueur, et partit se fondre dans l’obscurité.

Il était temps pour lui de partir, l’aube approchait.


Copyright Ethan Abberline




J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles - Sam 14 Fév 2015 - 23:17

*Snif snif*, ça sent le renégat ! ♪
Ils auront beau essayer de comprendre les humains, essayer de comprendre comment ils fonctionnent… le temps fera le boulot. Et, chaos ou pas chaos, viendra le moment où, les humains ne faisant pas ce qu’Ethan veut… il finira par déchanter. La solution lui sautera alors aux yeux : « il suffit de les tuer » !

… mais non, ça ne se passera pas comme ça ! Priam sera là. On ne sait pas encore pourquoi, mais il sera bien là. Pour l’encourager, ou encore, pour lui parler, pour le convaincre avec autant d’aisance qu’ici. Monsieur le manipulateur éloquent n’en a sûrement pas terminé avec Ethan… D’ailleurs, ce n’est pas bien de se laisser convaincre par le premier inconnu venu ! Les renégats ne sont jamais loin… nous ne sommes jamais à l’abri…

Allez… alors, montrez-nous le chemin que vous allez maintenant suivre, tous les deux !
Petite note esthétique pour Ethan : peut-être mettre les paroles des autres dans une autre couleur ? Ça se suit bien tant que c’est du recopiage, mais ça pourrait se suivre encore mieux ! À bon entendeur !

Priam Soak : 490 xps
Ethan Abberline : 510 xps

Xps attribués : Yep
Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Qui recherche la lune ne verra pas les étoiles
» Qui cherche la lune ne voit pas les étoiles || P.V.: La mienne, d'étoile - Uren [Finit]
» Recherche Pierres Lune recherche Mélofée
» [Recherche] Pierre Lune
» Aragorn ~ J'ai perdu la lune à essayer de compter les étoiles || 1er Janvier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Au-delà du portail :: Observatoire-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page