Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 20 Juin 2015 - 19:25


Lentement la lueur des étoiles, de la lune, tout laisse place à l'obscurité, oui Alexander  à atrocement mal, mais en fait il a aussi l'impression de ne plus ressentir grand chose, c'est … agréable ? Mourir deviendrait agréable si l'on se vide de son sang, c'est intéressant ! D'ailleurs son visage doit laisser montrer cette neutralité de celui qui ne fait rien de plus qu'attendre.
Il ne voit rien mais ce n'est pas pour autant qu'il est sourd ou sans sensation, il ressent, il entend, mais ne saisit plus trop les choses, oui il a cette sensation de s'envoler, de flotter, mais aussi des sons, oui ça parle beaucoup !

En fait il n'était plus vraiment, et venait même tout juste de passer l'arme à gauche peu de temps avant le subtile atterrissage … Une vraie poupée de chiffon que l'on jette, ca roule, se met dans d'étrange position, mais au moins une fois saignée, ben ça n'étale pas de sang partout non ?

Il ouvre les yeux, ce plafond blanc … Le chevalier ne peut réprimer une large grimace, ce qu'il ne l'aime pas ! Il le reconnait entre tous ! L'infirmerie ! Aussitôt il se redresse et … On le plaque sur le lit, la douleur au ventre vient de lui rappeler ses blessures particulièrement récentes, mais il tire toujours autant une mauvaise tête.


- Laissez moi partir d'ici ! Je ne ...

Une gifle, le chevalier s'arrête et fixe l’infirmière alors qu'un semble lui lié les poignets au lit … Cette situation n'est pas sans lui remémorer de vieux souvenir de sa vie de chevalier, mais malheureusement pas les plus appréciables …
Du coup il se contente étrangement de la même action détournant la tête avant de soupirer et prendre la parole.


- Comment suis-je arrivé ici ?

Le comble était que son ordre avait autrefois un objectif hospitalier, alors que le teuton ne le supporte pas était franchement ironique, mais c'était comme cela, il attendait vraiment sa réponse car ici il était complétement différent, impulsif, impatient, il n'aimait clairement pas y être ...

- Des élèves vous ont amené ici avec une élève, heureusement qu'ils étaient sortit si tard ! Vous pourrez les remercier lorsque vous serez soignés … Atterrir comme ça dans l'académie ...

Elle avait clairement répondu à contre cœur mais le chevalier s'en moquait clairement et ferma les yeux le temps qu'elle finisse ce qu'elle avait  à faire, il était coincé ici, juste bon pour subir les traitements … Il ne pouvait rien faire ! Et c'est probablement ce qui l'agaçait le plus encore … Finalement le groupe autour de lui partit, mais il savait qu'ils reviendraient plus tard … C'était toujours comme cela que ça se passait d'ailleurs …
D'ailleurs, ils ont été emmené ? Elle était où Maya ? Le chevalier ouvrit les yeux, enfin, ce n'était pas comme si il pouvait la chercher là … Il se contenta de fixer le plafond marmonnant quelques vulgarités prussienne entre ses dents  à l'encontre des infirmières, sans conviction, plutôt des insultes de principes à cause de son malaise et sa rage d'être coincé ici ...


- La dernière fois, deux jours, peut être que vingt quatre heures pour ce genre de blessures ? Pfff ….

Autant s'occuper en estimant son temps de repos ? Bien que cela achève de lui plomber le morale … Il aime pas être ici ! Oui, on ne le répète pas assez ! Il déteste être sur le lit d'infirmerie ! Il voulait bien lâcher tout pour une couverture et un tapis d'herbe au frais là ...Bon, au moins  il a pas prit un coup de gourdin pour pouvoir se faire soigner, juste une gifle, c'est déjà ça. D'ailleurs il entendait au loin l’infirmière qui pestait contre la pire divinité à soigner de l'académie. Ça lui tira un bref sourire. Dans le fond elle avait raison, il le savait, mais c'était plus fort que lui.




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 854

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 21 Juin 2015 - 16:36
Assise sur une chaise au milieu de la salle, mains posées sur ses cuisses, serrant les pans de sa jupe, Maya a la tête baissée. Autour d’elle, des bureaux, des chaises, des adultes qui se baladent dans la salle, entrent, sortent, prennent ou déposent des documents, des armes, discutent entre eux… un sacré remue-ménage. Beaucoup de visages se tournent vers la jeune élève, mêlant gêne, suspicion, parfois même dégoût… mais elle n’y prête pas attention. La pauvre fille est trop occupée à se sentir coupable, responsable d’une sacrée bévue… et à attendre un jugement vis-à-vis de ses actes.

Après leur arrivée à l’académie, Maya et Alexander ont été soignés et définitivement débarrassés des effets des potions empoisonnées. Bien évidemment, ce fut plus rapide pour l’élève, moins touchée que son professeur… c’est la raison pour laquelle la jeune femme a veillé quelques heures devant le lit de sa victime, tête baissée, se morfondant en excuses. Comment a-t-elle pu en arriver là ? Ce ne sont pas les explications techniques de l’infirmière qui y ont changé grand-chose : c’était elle et elle seule qui tenait le poignard et qui l’a planté dans le corps du professeur, un sourire aux lèvres. On ne se relève pas si facilement d’une telle vision… mais il est également difficile de vivre avec un tel secret sur la conscience.
Prenant sa décision, la jeune femme a alors affectueusement serré la main d’Alexander… puis a décidé de tout avouer et de se rendre, pour être punie comme il se doit. Elle est entrée dans la salle des professeurs, a entendu quelques instants le silence… et a tout dit aux premiers venus. Elle ? Maya Tensho ? Tuer un professeur ? La nouvelle a rapidement fait le tour du bureau, sans pour autant quitter la pièce dans un premier temps. On lui a demandé de s’asseoir sans faire d’histoires, et d’attendre. Voilà maintenant quatre heures qu’elle est installée sur cette chaise, tête baissée, l’expression désolée… quatre heures qu’elle ne bouge pas, attendant un verdict.

- Miss Tensho, raconte-moi tout encore une fois STP.

Un type vient s’asseoir juste devant elle, s’installant bien confortablement dans sa chaise avant de s’avancer vers elle et de poser ses mains sur les siennes, comme pour les menotter. Il est grand, plutôt baraqué… l’air gentil, mais sec. Un professeur comme les autres, de combat rapproché ou d’arts martiaux, très certainement.

- J’ai tué le professeur Urmanis de trois coups de couteau dans l’estomac…
- Pourquoi avoir rapporté le corps ?
- Parce que… hésite-t-elle. Pour le sauver bien sûr, pour essayer de me racheter. Mais s’il n’avait pas été un dieu, j’aurais tué une personne innocente de sang-froid… c’est là où je veux en venir. Et comme je n’ai pas pu retenir mon geste, je me dois de vous mettre au courant…
- Que veux-tu comme punition ?

Maya relève la tête pour le regarder. Pourquoi lui poser une telle question ? Elle n’en a aucune idée… peut-être qu’on devrait la tuer à son tour pour que ce soit équitable, peut-être qu’on devrait lui donner des travaux d'intérêt général pour se racheter… la bannir de l’académie… lui retirer ses pouvoirs… ou, quitte à aller au bout de ses idées, la tuer pour de bon. Quelle que soit cette punition, la jeune femme l’acceptera sans sourciller.

- Alexander s’est réveillé, il ne tardera pas à arriver. Il sait que tu es ici. Nous le laisserons lui-même décider du choix de ta « punition »… en attendant, l’information ne filtrera pas en dehors de ces murs. Les directeurs et les élèves ne sauront rien, tant qu’Alexander ne fera pas son rapport sur ce qui s’est réellement passé. Prépare ta plaidoirie jeune fille, nombreux sont ceux qui aimeraient voir ta tête tomber.

C’est reconnaissante que Maya acquiesce : finalement, c’est bien Alexander qui aura le dernier mot. Elle aurait pu éviter de venir ici, et rester à son chevet pour l’assister dans son réveil… elle aurait eu plus de chances d’obtenir son pardon de cette façon. Mais soit, le destin lui fait faire ce qu’il veut… et si Maya doit souffrir, alors elle souffrira. Ce ne sera ni la première fois, ni la dernière fois.
Soudainement tirée vers l’avant, la jeune femme est fauchée, soulevée dans les airs et retombe lourdement sur le sol. Elle sent la chaussure du professeur se poser dernière sa tête, dans ses cheveux, et commencer à l’écraser. La pression est forte… ce professeur est lourd, il n’aura aucun mal à la ratatiner.

- Et soit toujours sur tes gardes. Tu devrais prendre des cours, ce ne serait pas du luxe.

Libérée de la pression, Maya pose ses mains sur le sol et se relève finalement.
L’autre type part, sans rien dire de plus.
Maya est dépitée.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mar 23 Juin 2015 - 0:20


En fait non, il ne pouvait pas rester planté ici, il allait devenir dingue ! Le professeur commença donc à s'agiter, cela finit par payer en desserrant légérement les attaches qu'il pu alors finir d'ouvrir comme il pouvait … Avec les dents quoi …
Il prenait garde à ne pas faire trop de bruit alors que tout souriant il enfilait les vêtements posés à coté dans la petite table. Une chemise, un pantalon, on remet les bottes, une veste qu'on ne ferme pas et une fois n'est pas coutume, on attache les cheveux derrière le crâne.

On pose les pieds au sol en se touchant un peu le ventre, les plaies étaient déjà bien guéries alors ca ne poserait pas de problème ! Sauf qu'au moment où il écarta le rideau il tomba nez à nez avec un visage familier ...


- Oh … bonjour ! De nouveau ...

Le regard qu'elle affichait en disait long, mais le chevalier ne bougea pas beaucoup, juste le nécessaire pour reprendre une posture droite en digne. Et s'expliqua aussitôt.

- Les plaies sont assez guéries, je peux bougé, et surtout si je reste je vais devenir vraiment invivable je vous préviens !

Elle soupira avant de hocher la tête pour accepter son départ, elle ne pouvait pas stopper le chevalier, il était trop têtu.

- En attendant pas de sport, vous changez régulièrement le bandage, et vous allez faire votre rapport dans la salle des professeur, vous y êtes attendu, et ensuite transmettez aux directeurs. D'accord ?

Il pouvait partir, donc il pouvait bien accepter tout ça, enfin … on verra pour le sport cependant. Admettant qu'il sera prudent il la salua et prit donc congé d'elle. Sur le chemin son ventre lui annonça la couleur, le sport attendrait encore un peu … Mais bon il pouvait toujours redonner des cours !
Sur le chemin il croisa un collègue qui l'interpella pour lui expliquer un peu mieux ce qu'il se passait, il sourit lorsqu'il entendit qu'elle avoua l'avoir tué. En revanche la suite fut plutôt une douche froide pour le professeur … son collège qui lui conseille que vu que Maya est prête à tout accepter de lui demander une nuit avec elle … Le chevalier balaya la proposition d'un revers de la main et remercia l'homme pour l'explication. Le chevalier ouvrit aussitôt la porte et entra repérant immédiatement Maya.


- Et bien, on sera revenu plus vite que je ne le pensais ! Il faudra que tu me raconte la fin, après les coups de couteau, c'est un peu trouble dans mon esprit, enfin même un peu avant encore mais … Enfin voila.

Il alla s'asseoir et récupéra un crayon et une feuille avant de commencer à écrire, puis changea pour sa plume d'oie et l'encre, il préférait ça. Il commença donc à rédiger son rapport comme on le lui avait demandé, n'abordant pas vraiment le sujet de la punition pour le moment. Il survola pas mal de passage, pas besoin des détails du monstre pieuvre par exemple ...

- Bien Maya, je t'écoute.

en y repensant il avait discuter avec l'autre professeur quasiment derrière la porte, avait-elle entendu la conversation ? Il releva enfin le nez de sa feuille pour fixer la jeune fille, intrigué.Il fallait voire la tête qu’elle tirait !

- Et bien ! Tu en fais une tête !




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 854

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mer 24 Juin 2015 - 21:40
Toujours tête baissée, se focalisant sur le brouhaha environnant, elle entend et reconnaît une voix dans le couloir. C’est lui, Alexander… le professeur est réveillé. Il discute avec une autre personne qui semble lui proposer des idées farfelues. Demander à passer une nuit avec elle ? C’est exactement ce qu’ils viennent de faire… et cette nuit s’est soldée par un meurtre froid et violent, ce n’est pas comme s’il avait pu… aimer. Il n’a pas envie de réitérer. Il ne veut peut-être même plus avoir affaire à elle. À moins qu’ils ne parlent d’une nuit passée à la torturer pour lui faire regretter ses actes… ?

Quand il arrive en trombe dans la pièce et pose son regard sur l’élève, celle-ci tressaille et devient plus tendue encore. Va-t-il la frapper ? L’engueuler ? Non, il commence par lui rappeler les faits et lui demander des précisions, puis, il s’assoit face à elle, un crayon et une feuille à la main, prêt à noter. Maya se rétracte un peu plus encore. Il veut qu’elle lui avoue ses fautes en face, il veut voir sa réaction… voir si elle est souriante, apeurée, si elle regrette, une larme à l’œil, ou si elle reste totalement stoïque et détachée. Ses moindres faits et gestes pourront être retenus contre elle.
Elle restera tête baissée, c’est bien suffisant pour lui faire comprendre qu’elle ne peut pas le regarder en face.

- Après vous avoir… tué… deux monstres nous ont approchés, deux nouveaux Doppelgängers. J’ai poignardé le premier à sa demande, puis j’ai affronté le second avant de le tuer à son tour. Voyant votre état… j’ai repris conscience… et je nous ai ramené ici, grâce à l’étoile Polaire, un objet que j’ai reçu Noël dernier. Je ne pensais pas qu’il me servirait un jour… je ne sais même pas qui me l’a offert…

Une personne qui a eu beaucoup de flair… parce que sans ça, Maya serait toujours en train de voler, cherchant son chemin dans les terres inexplorées, les larmes aux yeux et un cadavre dans les bras. L’étoile Polaire lui a montré la voie, c’est à cet objet qu’ils doivent la vie.

- Je me suis réveillée à l’infirmerie, soignée. Je vous ai vu sur un lit à côté… et… après… mais elle s’arrête. Mieux vaut ne pas dire qu’elle est restée à ses côtés quelques heures. Au final, je suis venue ici pour avouer ce que j’avais fait. Je ne veux pas me cacher, je veux recevoir la punition que je mérite. Tout ce que vous voulez, qui soit… équitable comparé à ce que je vous ai fait subir.

Maya ne veut pas d’une punition agréable… c’est tout le contraire. Elle veut regretter de l’avoir poignardé de cette façon, elle veut garder en mémoire un supplice qui lui rappellera son acte odieux, chaque jour. Elle veut souffrir le martyre… exactement comme lui. D’ailleurs, la jeune femme porte toujours les mêmes vêtements en lambeaux, dont son pull rose matérialisé couvert de sang… le sang d’Alexander qui s’est étalé sur elle quand elle le portait, plaqué contre elle. N’a-t-il pas envie à son tour de la planter, pour voir son propre sang couler ? Ou tout ce qu’il a envie de faire… c’est soulever le pan de sa chemise pour dévoiler une nouvelle fois son ventre… ? Ca n’a rien d’équitable. Même l’humiliation d’être déshabillée devant tous les professeurs, les regards pervers détaillant son corps nu, ce ne serait rien comparé à un meurtre de sang-froid.

Soupire profond.
Levant le bras, Maya regarde sa main droite, la paume qui tenait ce maudit couteau. C’est comme si elle le sentait toujours sur ses doigts, comme si elle revoyait cette lame ensanglantée… et son sourire odieux dans le reflet de celle-ci.

- Que dois-je faire pour… être pardonnée, et pouvoir me pardonner, moi aussi… ? Je m’en veux tellement…

Elle lève la tête, se relève, écarte la chaise du pied et s’agenouille devant le professeur. Si elle avait un poignard, elle le lui aurait tendu sans hésiter. À la place, elle va plutôt emprunter l’une de ses mains, l’approcher de sa tête et la poser sur son cou, en position parfaite pour un étranglement : il n’a plus qu’à serrer.

- Allez-y, tuez-moi… je le mérite.

Dans ses yeux, il peut lire la détermination. Elle est sûre de son choix, elle se donne à lui. Preuve en est : elle a repositionné ses bras le long de son corps… Maya ne se défendra pas.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Jeu 25 Juin 2015 - 22:10


Silencieux alors qu'elle racontait certains détails dont il n'avait plus souvenir le chevalier écrivait son rapport. Il écrivait d'ailleurs pas tant que ça, faisant plus plusieurs petits phrase à la suite pour expliquer chaque étape de cette saugrenue histoire. Tout y passe du doppelgänger dans la cafétéria, le piège à l’extérieur, la grotte, la sortie de la grotte, avec une petit esquive du passage des pieuvres, il a juste écrit affrontement contre une créature piégée par le regroupement de monstre.
Ensuite il enchaina rapidement sur les événements externes à la grotte, parlant juste de fuite en étant poursuivit, d'un passage où ils furent drogué et qui causa quelques problèmes de mémoires sur ce qui s'y déroula. Apparemment deux des poursuivants les auraient rattrapé et encore drogué le combat fut difficile, mais Maya le ramena ici, il est mort sur le chemin.
Il sortit de sa poche une feuille donnée par l’infirmière pour l'ajouter, étant mort son corps n'a pas éliminé aussi vite la drogue et du coup le cocktail a pu être découvert par analyse sur le professeur.


Au final, je suis venue ici pour avouer ce que j’avais fait. Je ne veux pas me cacher, je veux recevoir la punition que je mérite. Tout ce que vous voulez, qui soit… équitable comparé à ce que je vous ai fait subir. Que dois-je faire pour… être pardonnée, et pouvoir me pardonner, moi aussi… ? Je m’en veux tellement…

Achevant son rapport le chevalier le signa et le glissa dans une pochette qu'il scella à l'ancienne par réflexe avec une bougie qui trainait sur la table et fixa songeur et souriant ce qu'il venait de faire, à la base il aurait du écrire ça sur la boite à image, mais non, il envoi un courrier scellé … même pas, il doit aller le remettre en main propre …
C'est là que Maya décida à faire une chose incongrue, il vint devant lui, à genoux, le chevalier ne comprenait pas ce qu’elle comptait faire, et ce jusqu'à ce qu'elle lui force la main autour de son cou implorant la mort.


- Allez-y, tuez-moi… je le mérite.

Le chevalier se mit a rire en éloignant sa main et lui tapota la tête, non mais elle croyait vraiment qu'il allait se sentir mieux en l'étranglant comme ça ici ? Il finit par reprendre contenance et se releva en prenant la lettre en main. Il tendit l'autre vers Maya avec un sourire.

- Maya, tuer n'a pas de sens dans cette situation, il faudrait déjà que je saisisse tout ce qu'il s'est passé dans la forêt pour agir, et donc je préfère largement ne rien faire.

D'autant plus que tuer quelqu'un ne lui apportait et ne lui apportera rien, il l'avait enfin comprit, et c'est bien pour cela qu'il arrivait à tuer simplement les personnes de son vivant, et qu'il pouvait encore le faire sans broncher dans certaines situations maintenant. Mais si elle tenait tant que cela à avoir une punition il en trouverait bien une.

- Suis moi, je vais déposer cette lettre et nous nous occuperont de ta punition.

Il ne dit plus rien en traversant les couloirs et entra seul dans le bureau du directeur pour y déposer son rapport avant de ressortir aussitôt, Maya étant rester devant en attendant qu'il revienne à peine une minute après son entrée dans la pièce.

-J'ai entendu que tu esquivais beaucoup les cours, je pense que te punir à ne plus jamais les esquiver sera déjà un bon début de punition.

Il se gratta le menton et soupira.

- Obtenir le pardon peut être facile selon ce que l'on fait, dans notre situation à partir du moment où tu m'a ramené ici, en ajoutant que dans le peu de souvenirs que j'ai du moment où les potions nous ont … troublé je ne voit pas de raison de me venger … je n'étais pas loin d'abuser de toi en te prenant pour une autre, et cela me tracasse assez aussi. Nos remords, nos regrets, se pardonner à soi même est très difficile, et bien souvent nous sommes contrains de vivre avec pour, soit finir par l'oublier, soit finir par enfin découvrir comment l'effacer et faire table rase de ce dernier.



♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 854

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 27 Juin 2015 - 12:07
Il s'est mis à rire... Pourtant, Maya était tout ce qu'il y a de plus sérieux. La tuer pourrait avoir du sens si ça permettait au professeur de se soulager, de se défouler... ou de se venger, pour les ramener à égalité. Elle pensait que ce serait la solution la plus simple... la plus logique. Mais finalement, Alexander, grand seigneur qu'il est, préfère ne rien faire... et ça, c'est à Maya que ça ne plaît pas. Elle se sent coupable d'avoir tué un homme trop honnête, trop droit, trop bon : elle ne mérite pas son pardon.

Tête penchée en avant, ses cheveux masquant en partie son visage rougi par la honte, la jeune femme se relève de sa chaise et traine des pieds un bon moment pour sortir de la salle.
Il lui a demandé de le suivre, c'est ce qu'elle va faire, sans quitter le sol des yeux. Les mains jointes dans son dos, penaude, elle va emboîter son pas dans les couloirs en prenant soin de faire le moins de bruit possible. Pieds nus, ce n'est pas si compliqué après tout. Par chance, ils ne croisent aucun élève sur la route. Ils sont probablement tous occupés en cours à l'heure qu'il est... sans quoi les regards se seraient encore tournés vers elle. Si seulement elle pouvait disparaître et cesser d'importuner les véritables dieux... le monde s'en porterait mieux.

Devant la porte du bureau d'un directeur, Maya s'arrête, attendant le retour d’Alexander. Les responsables de l’Académie seront peut-être moins cléments que son professeur ? Ils lui demanderont peut-être de rentrer pour s’expliquer ? Malheureusement encore, le retour rapide d'Alexander à ses côtés lui donne tort : il n'a fait que poser la lettre sans adresser le moindre mot à qui que ce soit. Il suffit maintenant qu'il n'ait pas fait mention du meurtre dans son rapport pour que tout soit oublié à jamais.

Et il se met à parler.
Et elle se met à rougir encore davantage, allant jusqu’à fermer les yeux du plus fort qu’elle peut pour se retenir de pleurer comme une gamine. Il touche juste. Elle sèche énormément de cours, et l’obliger à y assister serait une très bonne punition… très noble aussi, puisque ce serait pour le bien de Maya, et non pour son plaisir personnel à lui. Il enchaîne sur le fait qu’il aurait abusé d’elle… mais non, c’est faux, elle n’a rien remarqué de tel… Il tente de l’apaiser en exprimant une faute qu’il aurait commise, afin de rééquilibrer gratuitement la balance. Enfin, et ce qui l’achève, c’est qu’il déclare que la véritable punition de Maya… c’est de vivre avec ce qu’elle a fait et de ne pas avoir droit au pardon de son professeur. À elle de trouver une solution pour se pardonner elle-même…
En vérité, il n’a rien à lui reprocher… et elle l’a parfaitement compris, pour son plus grand malheur.

- C… c’est d’accord… vous avez raison… Je devrais être… plus assidue… pour rattraper les gros retards que j’entretiens dans tous les domaines…

Sa voix est cassée, brisée, mais Maya tient le choc. La première étape, c’est d’accepter, croire en ce que disent les adultes. Ils ont vécu, leurs conseils sont sages et avertis… plus encore quand ils sont professeurs et qu’ils n’essayent pas de profiter de la situation.

- Q… quand aura lieu le prochain cours de sport… ? J’y assisterai… je viendrai en tenue adéquate et je me donnerai à fond, c’est promis… je ferais mieux que tous les autres, je me rattraperai, vous avez ma parole…

Elle renifle, puis passe brièvement sa main sous ses yeux encore clôt.

- J’espère que vous ne me ménagerez pas… parce que je serai forte…

Pourtant, elle reste molle dans sa façon de parler. Peut-être n’est-elle pas convaincue par ses propres paroles, peut-être ment-elle… peut-être est-elle trop émue pour faire passer le message dans sa forme appropriée. Tant que ces cours ne seront pas des combats, tant qu’elle n’aura pas à l’affronter à nouveau dans l’optique de le tuer, Maya fera tout ce que Alexander lui demandera. Mais pourquoi faire ? À quoi bon ? Ce n’est pas comme s’il appréciait cette élève plus qu’une autre, pas comme s’il allait la prendre sous son aile pour qu’elle devienne son égal, pour qu’elle le dépasse un jour. Elle n’est qu’une sécheuse effrontée qu’on tente de ramener dans le droit chemin.

- Merci pour ce que vous faites, vous êtes… un excellent professeur… et j’espère devenir une bonne élève à vos yeux, quand je le mériterai…
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Jeu 2 Juil 2015 - 18:57


Bon, la petite morale de chevalier qui estime que ses élèves doivent avoir une seconde chance surtout lorsqu'ils faut preuve d'une excellente initiative, en l’occurrence sa survie, c'est plutôt une bonne chose, elle est fait, et pourtant plus il avançait dans ses paroles, plus Maya semblait bouleversée et là cette fois il le comprenait bien ! On n'a pas les larmes au bords des yeux pour des dizaines de raisons !

- C… c’est d’accord… vous avez raison… Je devrais être… plus assidue… pour rattraper les gros retards que j’entretiens dans tous les domaines… Q… quand aura lieu le prochain cours de sport… ? J’y assisterai… je viendrai en tenue adéquate et je me donnerai à fond, c’est promis… je ferais mieux que tous les autres, je me rattraperai, vous avez ma parole…

Tout ceci était la bonne initiative, bien qu'il sache qu'il n'y ai pas que son cours, la voire avec tant de volonté vouloir venir aux cours de sport, cela ne pouvait que ravir le chevalier. Montrer de la volonté, de la dévotion à une chose, une cause, c'est ce pour quoi il à décidé de travailler, bien que lui même ne sache pas trop ce qu'il doit faire en ce moment, il ne reste pas qu'il espère bien le trouver lui aussi, d'ailleurs il se demande ce que penses Maya, si elle a une raison de se dépasser maintenant, et surtout laquelle.

- J’espère que vous ne me ménagerez pas… parce que je serai forte… Merci pour ce que vous faites, vous êtes… un excellent professeur… et j’espère devenir une bonne élève à vos yeux, quand je le mériterai…

Le chevalier s'avança alors vers elle, frottant d'une main son ventre mal cicatrisé tandis que l'autre se posa sur le sommet de la tête de Maya dans un large sourire. Se faire féliciter, il ne devrait pas se sentir si bien après cela, il ne faudrait pas qu'il devienne trop fier mais bon, une fois ne sera pas coutume hein ? Il peut bien s'accorder un bref instant de joie après toute cette histoire.

Il me semble qu'il y a cours ce midi, mais ce ne sera probablement pas moi, j'ai du être remplacé, et puis vu mon état, l'infirmière serait capable de recruter des élèves pour ma ramener sur le lit de l'infirmerie si je bouge trop.

Il se mit à rire, cela lui faisait se rappeler de bon vieux souvenirs, notamment les écuyers qui ont décidés d'eux même de l'assommer par surprise pour qu'il se fasse soigner, on pouvait surement voire dans ses yeux qu'il était perdu dans son passé et ses pensées.

- Je te dois la vie, et cela donne forcément une bonne image de la personne non ? Mais ne t'en fais pas, je suis bien souvent plus exigeant avec ceux que je connais, je te garantis que ce ne sera pas facile de suivre !

Si la pauvre Maya savait dans quoi elle s'embarquait ! Mais elle le découvrirait bien assez vite, et avant de son endurance ne s'améliore, cela allait être particulièrement difficile ! Enfin bon, si elle restait toujours aussi motivée, elle y arriverait bien à un moment ou un autre ! Il la regarda et se rappela soudain une phrase qu'elle a annoncer un peu plus tôt, à propos de tenue adéquat. Il retira enfin sa main qui trônait sur la tête de Maya et toussota.

- D'ailleurs, tu sembles bien moins pudique qu'avant, mais il ne me semble pas que ta tenue actuel soit assez adéquat pour ta situation, tu ne t'es pas changé à l'infirmerie ? Bien souvent l’infirmière prépare quelque chose pourtant.




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 854

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 4 Juil 2015 - 22:10
Il pose sa main dans les cheveux de son élève, comme s’il cherchait à l’apaiser… mais à chaque fois qu’il parle, il la poignarde un peu plus. À moins que ce ne soit elle qui se poignarde toute seule, en l’entendant rire de bon cœur alors que l’ambiance ne s’y prête pas le moins du monde. Il lui doit la vie ? Maya en rougit de malaise. Tuer froidement, puis ramener à la vie, c’est une bonne action ? Une mauvaise action suivie d’une bonne action donne, au final, une bonne action ? D’après le comportement qu’elle adopte, la jeune femme n’est pas de cet avis. La mauvaise action mène au doute, à la perte de confiance, à la haine… la bonne action ne sert, quant à elle, qu’à limiter les dégâts.
Maya a fait ce qu’elle a pu pour se racheter… mais elle doit faire bien plus pour que Alexander ait à nouveau une bonne image d’elle. Suivre ses cours, ses conseils, et se montrer forte même s’il est très exigeant envers elle. Plus il sera exigeant… plus il pourra être fier de l’implacable volonté de son élève. Elle n’a pas le choix.

Touchant son pull matérialisé, Maya hoche la tête, négative.

- Ce n’est pas une histoire d’être pudique ou non cette fois… c’est… la volonté d’afficher extérieurement ce que je ressens intérieurement. Je vous ai tué… je me sens… déchirée, sale, puante, immonde, les mains couvertes de sang. Je voulais qu’on me voie telle que je suis… pas propre, ni pure… parce que je ne suis pas un ange.

Ce serait se moquer du monde. La meurtrière qui se met sur son trente-et-un, qui se maquille, qui se parfume et qui sourit pour séduire ceux qui doivent la juger… ? Qui tolérerait pareil comportement ? Elle se ferait lyncher. C’est exactement l’opposé de l’effet qu’elle voulait produire, c’est pourquoi, impure, elle s’est montrée sous son vrai jour… Encore une fois, elle ne s’est pas cachée, que l’infirmière lui ait proposé des vêtements propres ou non.

- Mais… j’ai hâte de retirer tout ça maintenant que… c’est bon… fait-elle en se regardant… et en commençant à placer ses bras et ses mains sur son corps pour le dissimuler mieux que ça, remarquant qu’elle est… effectivement… à la limite d’être impudique. D’ailleurs… n’oubliez pas que vous me devez… un… vêtement de rechange.

Sous-vêtement de rechange… oui, elle n’a pas oublié cette histoire d’accident, autour du feu de camp. Il la bouscule, elle se brûle… et elle improvise le raccommodage. Alors que toute sa tunique est en lambeaux, elle fait une fixation sur ce que lui doit Alexander… elle ne perd finalement pas le nord.

- Non, non, ce n’est pas grave… je m’achèterai des habits toute seule sur mon temps libre, ne vous occupez pas de ça. Surtout pas. Ce ne serait pas pudique. Vous avez à faire maintenant… et puisque vous n’êtes pas apte à travailler, vous feriez mieux de vous reposer…

Elle a beau donner l’impression d’essayer de se lâcher, de dire des choses amusantes… elle n’y arrive pas. Pas un sourire, le regard fuyant : juste de la gêne. Il reste indéniablement quelques détails à régler avant que tout ne rentre dans l’ordre… et elle vient de tous les avouer. Une douche et des nouveaux vêtements, le vent qui caressera de nouveau sa peau douce et propre, voilà le secret qui la remettra enfin d’aplomb. Maya n’est plus la Magical Girl de la veille, amusante avec ses tours de passe-passe, mais elle compte bien le redevenir rapidement. Ça ne l’empêchera pas de travailler avec beaucoup d’ardeur désormais… grâce à Alexander.
Bon Dieu… elle lui doit tant…

- Et si vous avez besoin d’aide… tout le temps que vous ne serez pas complètement remis… je serais à vous. N’importe quelle tâche, je vous aiderai, vous n’avez qu’à m’appeler. D’ailleurs… avez-vous besoin que je fasse quelque chose… tout de suite ? Les cours n’ont pas encore repris…

Tête relevée, yeux dans les yeux, avec détermination : voilà comment elle vient de lui proposer son aide pour une tache quelconque. Maya ne veut pas paraître agressive, ni désolée… juste affectueuse. Douce. Câline. Tendre. Dans sa tête, elle doit lui redonner confiance, lui montrer qu’elle est une personne serviable et attentionnée, l’inverse de ce qu’elle a pu montrer.
Elle passera après lui.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mer 2 Sep 2015 - 15:26


C'était bien visible que la jeune fille n'appréciait pas tant que ça le fait que le professeur ne lui en tienne pas tant de rigueur. Mais il fallait bien admettre que tout ce qu'il s'est passé n'était pas claire dans son esprit, le chevalier n'était pas le genre a agir si il ne comprenait pas ce qu'il avait fait, et tant que dans son esprit la compréhension et surtout la présence de tout souvenir ne venait pas alors il agirait comme si il n'y avait rien eut, enfin pas vraiment, mais disons qu'il n'agirait a cause de fragments de souvenirs.
Il retira sa main des cheveux de Maya en regardant au loin, et dire que tout ceci avait commencé avec quelques conseils pour le combat, il voulut s'étendre en amenant ses bras en l'air mais se courba légérement très rapidement lorsque que la douleur le prit aux tripes, ok, il est peut être vraiment parti un peu tôt … Il reprit pourtant très rapidement sa contenance et eut un petit rire d'auto dérision en repensant à la remarque et la réaction de Maya sur le fait d'avoir ôté la vie. Il regarda un instant ses mains puis prit la parole.


- Si tuer nous rends si immonde que cela, je me demande bien dans quel état je devrais alors me trouver. Je suppose que si je te parle de croisade et d'inquisition ainsi que de mon titre de chevalier tu comprendra rapidement la quantité de sang que je peux avoir sur les mains. Il faut vivre avec, ce qui est fait ne se changera pas et ...

Son ventre gargouilla soudainement et il se tût, son visage avait laisser passer les traces d'une gêne, mais cela ne dura pas, oui, il se refusait à laisser ses sentiments et ressentit se faire remarquer, il regarda Maya dans les yeux, il n'avait pas tout a fait comprit cette histoire de dette vestimentaire, mais elle avait fini en annonçant cela comme inutile, fallait-il insister ? Une dette … C'est assez important tout de même, ça ne lui plaisait pas d'en avoir une … Il se frotta rapidement les yeux, trop de choses lui viennent en tête, diantre ce qu'il n'aime pas ça ...

- Et si vous avez besoin d’aide… tout le temps que vous ne serez pas complètement remis… je serais à vous. N’importe quelle tâche, je vous aiderai, vous n’avez qu’à m’appeler. D’ailleurs… avez-vous besoin que je fasse quelque chose… tout de suite ? Les cours n’ont pas encore repris…

ce regard qu'elle avait pour lui à l'instant, tant de détermination, de volonté, s'en échappait, oui, c'était ce genre de regard qu'il voulait voire chez chaque élève, toute cette motivation, cette énergie et cette envie d'agir. Le voir était toujours la plus belle récompense du chevalier, autrefois comme maintenant, certains se battait pour avoir des résultats, beaucoup ignore qu'il suffit pourtant de volonté pour que ceux-ci viennent naturellement. Oui, il ne fallait pas plus que faire preuve de volonté pour satisfaire le blond qui se mit alors a arborer un grand sourire, cette expression de joie sur son visage.

- Si tu y tiens tant, alors aide moi à changer le bandage de temps à autre, je suis parti de l'infirmerie comme à mon habitude, et l’infirmière me fera encore une montagne si je ne daigne point m'occuper de mes blessures un minimum.

Il commença alors a marcher, se dirigeant vers sa chambre lui faisant signe de l'accompagner, il passeront de toute façon à proximité des chambres des élèves elle pourra donc s'occuper d'elle en chemin non ? Après rien n'interdit qu'elle emmène le nécessaire avec elle.

- Nous passeront par les chambres des élèves, et ensuite, une fois le bandage refait, je te propose de manger avant le début des cours, nous en avons bien besoin après toute ses histoires je pense.




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 854

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 19 Sep 2015 - 22:37
Qu’Alexander ait ou non du sang sur les mains… oui, bien sûr qu’il en a, bien sûr qu’il peut vivre avec ça… après tout… après avoir expérimenté et accepté la chose, il devient beaucoup plus facile de la reproduire sans état d’âme. Blesser, aimer, tuer… on finit probablement par s’y habituer. Mais Maya, qu’elle ait déjà tué ou non, ne peut se résoudre à accepter d’avoir poignardé… un être proche. Elle ne se comparera pas à son professeur, elle ne sera pas rassurée parce qu’un autre réussit à vivre avec une douleur infiniment pire dans son cœur ; mieux vaut s’en rappeler et en être écœurée toute sa vie pour que jamais, cela ne se reproduise.

Silence.
Tous deux entendent le ventre du professeur crier famine. Amusée, la jeune femme devine immédiatement les prochaines paroles et actions d’Alexander, tout en oubliant instantanément tout le reste. Il lui fait signe de l’accompagner… mais il ne se dirige vraisemblablement pas vers la cafétéria. Curieux.
Le programme qu’il dévoile ensuite est tout de même assez proche de ce qu’elle avait imaginé.

- Ok ! réagit-elle simplement.

Quelques interrogations subsistent. Que veut-il faire dans les chambres des élèves ? Laisser à Maya le temps de se doucher et de se changer ? Refaire son bandage par la même occasion ? Tout ça prendra un certain temps… une durée plutôt élevée même. Est-il au courant ? Elle risque de le faire poireauter près d’une vingtaine de minutes… ils risquent de rater le début des cours, ou de ne pas avoir le temps de manger… alors soit, pour cette fois, elle se dépêchera. Pas de détente sous une bonne douche chaude méritée, juste effacer ces traces disgracieuses et retrouver une mine sortable.

- … mais… je ne suis pas infirmière. reprend-elle, cherchant déjà à relativiser ses talents et à se rabaisser pour ne pas qu’il attende énormément d’elle. Ce ne doit pas être trop compliqué de faire un bandage… mais est-ce qu’il sera… bien fait… ça, j’en doute un peu. Pourquoi est-ce que vous n’iriez pas à l’infirmerie à chaque fois que vous aurez besoin d’en changer ? continue-t-elle avant de grimacer et de secouer la tête et les mains comme pour évacuer la précédente question. Non non non, ce n’est pas que je refuse de le faire… c’est juste que… on ne plaisante pas avec des blessures, il ne faut pas que vous preniez tout ça à la légère.

La voilà qui vient de prononcer ces mots avec une infime pointe d’autorité dans la voix, comme s’il lui avait demandé d’être responsable de lui. Finalement, se montrant d’un caractère remarquablement adaptatif, la jeune femme parle presque comme une infirmière qui s’adresserait à son patient… tout ce que le professeur doit finalement détester, puisqu’il s’est enfui du centre de soins alors qu’il n’était pas totalement guéri. Bizarre de ne pas aimer se faire chouchouter par les infirmières… et plutôt choisir une adolescente lambda, loin de correspondre à ses besoins, quels qu’ils soient.
Derrière lui, Maya pose une main sur son épaule, au cas où le professeur souhaiterait se tenir à elle pour marcher. Sur le trajet, les regards des élèves se tournent vers le couple. Dépassés par ce qu’ils voient, ils n’osent cependant aucune remarque, laissant les deux aventuriers blessés tranquilles.

- Dix petites minutes et je suis à vous !

Après être tous les deux entrés dans la « chambre d’Atios », Maya file dans la salle de bains et ferme la porte derrière elle, non sans adresser un regard furtif vers le professeur, yeux dans les yeux. Cinq minutes plus tard, elle ressort, une serviette nouée autour de la taille, et court jusqu’à son placard pour récupérer quelques affaires. Sous-vêtements, chemise, veste, jupe, chaussettes, chaussures, la demoiselle s’habille derrière la porte ouverte du placard, cachée de la vue de son professeur. Éponger rapidement les cheveux, coiffure approximative, elle se présente devant Alexander à nouveau fraîche et dispose, suite à quoi elle le fait s’asseoir sur son lit et s’installe à ses côtés.

Lui relevant légèrement les vêtements, elle défait le bandage et regarde la plaie… reprenant son air grave et confus.

- À cause de ça, j’ai l’impression d’être… transformée à vie, d’avoir atteint le point de non-retour. D’être devenue la « digne fille de son père », comme les autres pourraient finalement me désigner. Peut-être que tous les apprentis doivent passer par là pour devenir des dieux, peut-être que c’est ce que veut Deus. Peut-être que je fais fausse route depuis le début.

C’est avec ses mains et ses doigts qu’elle crée un nouveau bandage autour de la plaie : elle dessine consciencieusement grâce à son pouvoir, prenant garde à ne pas faire de mal à Alexander, puis matérialisera une bande de tissu blanc lorsque l’œuvre sera achevé. Avec cette technique, le bandage ne sera pas trop serré… juste à la bonne taille.

- Je n’aime pas mais… est-ce que vous pensez que j’évolue en bien… ? Est-ce que je suis sur la voie de la… divinité ? Ou plutôt sur celle de… des renégats ? Ou des repentis… ? Comment est-ce qu’on distingue… la voie que nous empruntons ?
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Jeu 8 Oct 2015 - 11:52


Aucune opposition de Maya au programme proposé par le professeur, un simple mot signifiant son accord. Mais déjà sur le trajet, alors qu'elle prenait la parole, ses propos devienne incertains, elle se contredit elle-même sans même qu'il n'ai à dire quoi que ce soit, enfin bon, elle était comme cela, il avait bien fini par le comprendre, donc il laissa couler ses propos, même si la question sur le fait de retourner à l'infirmerie pour le bandage ne lui avait pas particulièrement plu.

Finalement ils sont arrivés aux chambres des élèves, et sont entrés dans la chambre où dort Maya après avoir subit les regards des élèves, des regards curieux, certains moqueurs, d'autres surprit, il y avait tout eut. Ils oublieront tout ça rapidement au prochain cours !


- Dix petites minutes et je suis à vous !

Le chevalier la regarda disparaitre dans la salle de bain après un échange de regard, il lui adressa même un petit sourire. Le professeur se retrouvait maintenant seul, il regarda un peu autour de lui, la chambre n'était pas particulièrement rangée et n'était pas sans lui rappeler que la sienne avait bien besoin aussi d'un rangement. Du coup il tua quelques minutes en rangeant des livres où en faisant un tas des papiers qui trainaient avant d'aller se poster devant la fenêtre et regarder vers l'extérieur.
La même vue que la sienne mais légérement plus basse ! On était juste en dessous de sa chambre ! Si ce n'était pas une coïncidence amusante ! Bon du coup d'autres bâtiment dissimulaient certaines chose qu'il pouvait apercevoir, mais la vue de certains endroit passage d'élève était possible. Il ne résista pas longtemps à l'envie d'ouvrir la fenêtre pour qu'un petit courant d'air lui caresse le visage alors qu'il fermait les yeux quelques petites minutes, il n'avait pas fait attention au fait que Maya était sortie immédiatement et lorsqu'il le réalisa il ferma la fenêtre et se retourna pour la voire avec sa serviette disparaitre derrière la porte du placard, le chevalier ne bougea pas, adossé au mur à coté de la fenêtre de nouveau close.
Quand elle eut fini il se laissa guider jusqu'au lit de Maya, intrigué il va de soi, jusqu'à ce qu'elle relève sa chemise, le blond la retira complétement, ce sera plus pratique pour et pour elle là.

Tandis qu'elle utilisait visiblement son pouvoir pour refaire un bandage elle parlait beaucoup du fait de devenir méchante, qu'il s'agissait d'un passage obligatoire. Il ne partageait pas ce point de vue, en tout cas clairement pas maintenant, il ne savait pas vraiment ce qu'il en aurait pensé à l'époque, mais actuellement il était convaincu qu'elle se trompait, les épreuves, il y a des personnes qui les affronte pour les éviter à d'autres.
Elle finit en lui demandant, le questionnant sur la voie que les gens emprunte, la voie qu'il pensait qu'elle parcourait. Il leva un instant les yeux au plafond et plongea sa main dans un poche pour en sortir une bande de tissu blanc enroulée sur elle-même et se retourna pour la tendre à Maya.


- Sans épreuve les gens de changent pas, c'est justement ce genre d'événements poussant les gens à la réflexion de soi-même qui font changer, on les reconnait facilement avec le recul, leur souvenir nous hantent toujours, on ne les oublie jamais, et c'est pour cela que l'on se met à agir différemment, c'est visiblement la première fois pour toi, tu n'en as pas conscience, mais cela t'apparaitra évident avec le recul, j'ai déjà connu cela deux fois.

Il saisit une main de Maya et y déposa la bande, indiquant sans parole qu'il préférait qu'elle utilise cela, et pour une raison toute simple, si jamais il n'en a pas utilisé malgré s'être occupé de sa plaie, il se fera engueuler car si le stock ne change pas forcément ses propos ne tiendront pas la route …
Ce petit moment silencieux, il l'utilisa aussi pour préparer la réponse aux questions. Il ne lâcha pas la main de Maya lorsqu'il répondit enfin.


- Si la voie que l'on emprunte était nommé de la même façon par tout le monde elle serait bien facile à distinguer et le monde tournerait bien mieux, mais voila ce n'est pas le cas, tout est question de point de vue.

Comme pour appuyer ses propos il pointa du doigt la tête et le cœur de Maya.

- La voie que l'on choisit nous semble toujours la meilleure et de ce fait les autres deviennent mauvaises. De mon vivant pour moi les païens étaient le mal, mais pour eux c'était moi le mal. Il en est de même maintenant les renégats peuvent être le mal pour un fervent défenseur de Deus, mais pour les renégats il s'agit de l'inverse.

Le doigt qui pointait vers le cœur de Maya s'approcha et sa main se posa là où se trouvait son cœur. Elle avait un bon fond il était convaincu que sous sa main se trouvait un cœur bon.

- Je suis certains que tu es sur la bonne voie, une femme gentille et sensible, tu as du cœur. Et puis, une mauvaise personne m'aurait laissé mourir, tu ne l'as pas fait, donc tu es bonne.




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 854

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Ven 9 Oct 2015 - 22:23
Sur la bonne voie… ni sur celle de la divinité, ni sur celle des renégats finalement… juste sur LA bonne voie ? Gentille, sensible, avec du cœur… un peu manipulable également, pas très sûre d’elle, ce sont des défauts qui pourraient lui être préjudiciables, qui pourraient facilement la détourner de cette « bonne voie ». Elle le laisse d’ailleurs la toucher sans rien dire, se contentant d’observer la main qui la touche. Mais puisque c’est Alexander… un professeur… une personne qu’elle estime également être « bonne » et « digne de confiance »… alors, elle peut souffler et se sentir soulagée. Peut-être à tort. Après tout, on ne peut être manipulé et brisé que par des gens qu’on estime être dignes de confiance…

Finalement, après cette réponse convaincante, elle l’étreint. Passant ses bras autour de son cou, posant son menton sur son épaule, elle l’enlace, brièvement, mais tendrement et puissamment.

- Merci monsieur.

Et après deux secondes de contact, elle le lâche et reprend la confection du bandage comme si de rien n’était. Maya a d’ailleurs récupéré la bande qu’Alexander lui a tendue, abandonnant au passage l’idée d’en matérialiser une elle-même : les lignes qu’elle dessinait sur son corps se sont finalement évaporées sans laisser la moindre trace.
La jeune femme ne montre rien de sa déception.

- Mon père… ne m’a pas laissé mourir non plus, il est « bon » d’une certaine manière. fait-elle en restant concentrée et appliquée sur le soin. D’ailleurs… en vous écoutant et en réfléchissant, c’est exactement comme vous dîtes : pour lui, la bonne voie, c’est d’en finir avec les humains, pour que nous puissions vivre tous les deux dans un monde… divin, heureux, sans plus aucun problème à devoir gérer. Et de mon point de vue… tuer pour être tranquille, pour se débarrasser d’un problème, ce n’est pas une bonne voie…

C’est confus. Il y a tant à réfléchir sur toutes ces questions et toutes ces réponses. Personne ne leur a jamais expliqué quelle était la voie de Deus, quelle voie tous les dieux devaient suivre précisément. On dirait que tout le monde a le droit de suivre sa propre voie, que tout est confus, désordonné… que la vie d’un dieu n’est finalement que le prolongement d’une vie d’Homme, avec son libre arbitre et tout ce que celui-ci implique. Qu’ont à gagner ceux qui seront « bons » ? Rien, Maya ne veut rien gagner, elle ne veut pas être la petite sotte qui aura cru toute sa vie que l’ultime récompense, c’était un mignon petit coin de Paradis… non, il n’y a aucune récompense à la clé. Bons ou mauvais, à la fin, les gens seront tous logés à la même enseigne. Ce n’est alors plus qu’une question de… morale… ce que l’on accepte de faire ou non. Si on peut vivre avec ce que l’on a fait ou non…
… et elle en revient à ce meurtre, ce couteau qu’elle a planté dans l’estomac d’Alexander.

- … je… je vais avoir peur la prochaine fois, je vais être paralysée face à… une situation identique, j’en suis sûre. Peur de mal faire, manque de confiance… je vais mal faire… je me connais. Et je vais m’en vouloir… je vais entrer dans une spirale négative… Elle soupire, déjà abattue par cette perspective peu réjouissante. Je vais tout gâcher… perdre du temps, encore…

Pourquoi se confier ? Pourquoi avouer ses faiblesses ? Elle devrait plutôt garder tout ça pour elle et faire en sorte que cela n’arrive pas… elle se montrerait alors un peu plus adulte. Mais à l’évidence, elle ne veut et ne replongera pas dans un état léthargique… elle a assez donné, suite aux multiples abandons qu’elle a dû subir et encaisser de plein fouet.

- Je n’ai rien dit, laissez tomber, je vais m’occuper de moi… à coup de baffes s’il le faut.

Terminant de serrer le bandage, elle regarde le résultat, décontenancée. Tout a pourtant l’air de bien tenir, d’être solidement et soigneusement fixé. La jeune femme se lève et commence à traîner des pieds pour avancer. La voilà entrée dans une phase complètement amorphe… mais comme à chaque fois, ça ne durera pas très longtemps… juste le temps d’oublier, qu’une autre idée traverse son esprit et vienne remplacer les mauvais songes.

- On va manger ? fait-elle après s’être retourné… un sourire aux lèvres. Je vous aurais bien proposé de faire la course, mais vous n’êtes pas vraiment dans de bonnes conditions pour jouer… J’ai besoin de me dégourdir les jambes, les bras, les ailes. Je peux encore vous porter si vous voulez ?

Ce n’est pas vraiment de cette façon qu’on doit se comporter en présence d’un professeur, mais qu’importe : elle le fait. Montrer sa volonté de faire du sport au professeur qui enseigne cette matière… il pourra difficilement refuser. Plus de tabou maintenant, tant qu’il se rappelle et respecte les règles de pudicité… telle que celle qui préconise de ne pas rester torse nu sans raison devant une adolescente, et encore moins dans sa chambre.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 17 Oct 2015 - 17:42


Là, à cet instant précis où Maya l'a enlacé en le remerciant, dans son esprit se fut le chaos. Un mélange de tellement d'émotions qu'il fit tout simplement un blocage, blocage comme dans son passé dans le sens où il ne faisait rien, bien qu'ici ses mains aient faillit tapoter le dos de Maya dans une sorte de réflexe amical, mais il ne put pas resta immobile, bien que son regard avait clairement laissé transparaitre qu'il avait été touché par ce geste pourtant si simple. Kate lui avait fait un câlin de ce genre aussi, une seule fois … Par le passé … Mais son état d'esprit actuel était bien différent. Vraiment différent.

Pourtant alors qu'il ne réponds pas il l'écoute, il écoute tout ce que lui dit cette jeune fille religieusement, elle s'ouvre à lui. Maya lui parle de ses peurs, ses pensées, et pourtant le chevalier reste muet, il ne dit rien, son cœur lui dit de l'apprécier, de s'occuper d'elle, mais son esprit lui, marqué par tout ce qui lui est arrivé ne veut rien en savoir, il refuse de se lier à d'autres personnes, à chaque fois les conséquences furent terrible. Il ne lui a pas fallut une ni deux pertes pour en arriver à cela, mais il avait maintenant atteint l'horrible chiffre de quatre … Quatre personnes chères perdues et disparues … C'était le retour à zéro du chevalier, et quand on voit le mal que cela lui a fait, oui, le principe de ne pas avoir de lien était en fait bien une solution simple.
Il suffisait de regarder Maya pour qu'il comprenne qu'il était dans le même état d'esprit, mais pour une raison toute autre, elle a peur de blesser, lui de perdre ...


- Je n’ai rien dit, laissez tomber, je vais m’occuper de moi… à coup de baffes s’il le faut.

Le chevalier sourit et se redresse un peu, haussant les épaules et levant un peu les bras en les écartant, lui laissant le champ complétement libre pour travailler sur la blessure qu'elle soigne. Pourtant là il ne la regarde plus tout à fait, il a détourné les yeux vers la fenêtre, comme si il fuyait le regard de la jeune fille, comme si elle venait de l'intimider. Mais ce n'est pas tout à fait ça, le chevalier à peur, peur de s'attacher à elle et de l'apprécier en tant que femme plutôt que de l'apprécier uniquement pour les efforts qu'elle déploie pour s'améliorer, comme il avait fonctionné de son vivant avec tout le monde. Le blond finit pourtant par prendre le parole, d'une voix plus douce, presque légérement hésitante.

- Maya, chacun a une peur, il n'y a aucune exception. Et certaines ne peuvent être évitées, quand on y est confronté il devient nécessaire d'agir, de faire un choix, et il vient instinctivement, même si il ne s'agit pas toujours du meilleur.

Il s'arrêta un peu de parler, allant poser sa main sur le bandage maintenant terminé en regardant ce dernier, au moins dans le ventre la blessure était plus facile a voir qu'à l'époque dans son dos … Il murmura alors simplement pour lui même quelques propos supplémentaire, elle les as probablement entendu vu le silence qui régnait.

- Tu n'imagines pas comment l'admettre et en parlé peu être difficile ...

Il parlait bien sur aussi un peu pour lui, surtout pour son cas qui refusait d'admettre qu'il aimait se lier à d'autres, le bonheur de l'amour, les amitiés, les liens familiaux, qu'il s'obstinait a vouloir se montrer intraitable, froid et rigoureux …
Alors qu'il relève le regard il la voit s'éloigner toute molle, une vraie zombie. Pourtant l'énergie sembla soudainement lui revenir alors qu'elle se retournait.


- On va manger ? Je vous aurais bien proposé de faire la course, mais vous n’êtes pas vraiment dans de bonnes conditions pour jouer… J’ai besoin de me dégourdir les jambes, les bras, les ailes. Je peux encore vous porter si vous voulez ?

Le professeur ne put réprimer un rire, une blessure n'est pas une chose qui lui ferait refuser un défi, en revanche si l'adversaire à assez de fierté il ne le fait pas par risque d'avoir un avantage. Le chevalier reprit contenance et se leva finalement, remettant tranquillement sa chemise, faisant tomber au passage une fiole qui trainait dans une poche, elle l'a suivit depuis la forêt la bigre !

- Un défi ? Je ne les refuse jamais peut importe mon état ! Mais allons d'abord manger, si tu tiens tant à faire une course, nous iront la faire après, ça te convient ?

Il passa devant Maya en lui faisant signe d'avancer, ouvrant la porte pour elle, mais sortant en premier afin qu'elle referme et verrouille derrière eux. Pendant ce temps il regardait rapidement autour d'eux, peu d'élèves, midi approche pourtant mais, ils sont probablement en cours, une chance, ce sera un peu plus calme dans la cafétéria.
On y arrive d'ailleurs assez vite depuis l'internat, inutile de faire tout le tour du campus et ça c'est bien, car se déplacer n'est pas non plus une partie de plaisir pour le chevalier, enfin il y avait bien pire en mouvement à faire avec sa blessure. Accompagné de Maya il se dirigea donc dans al cafétéria, très peu d'élèves s'y trouvait pour le moment mais la foule n'allait plus trop tarder à arriver. Rapidement il indiqua du doigt un petite table pour deux contre un mur du bâtiment.


- Va t'installer là-bas, tu veux manger quelque chose en particulier ?

En tant que professeur il disposait de quelques avantages, comme par exemple le choix de son repas, chose que les élèves n'ont pas, bien entendu du coup ils ne sont pas servit aussi vite, mais on peut bien attendre un peu pour manger ce que l'on souhaite, il y a trois cuisiniers qui ne s'occupent que des repas des profs, directeurs et repentis, ce n'est pas pour rien !
Quand Maya lui donna le nom de ce qu'elle désirait manger, le chevalier parti vers le service et les cuisinier pour commander les deux repas. Bon le professeur lui n'as demandé qu'un simple sandwich avec de la charcuterie et un peu de salade, le tout avec une bonne flasque d'hypocras naturellement !
Finalement il se mit à discuter avec un des cuisiniers de tout et de rien, mais alors que le blond jeta de temps en temps un regard vers Maya, ce dernier s'enquit de lui faire une remarque légérement déplacer.


- T'es bien proche d'elle, dis moi, cette petite se débrouille bien pour ...

Le regard d'Alexander en disait long sur ses pensés et le cuisinier se coupa pour finalement poursuivre sa phrase comme si il l'avait corriger et non dites comme il le voulait à la base.

- Elle se débrouille bien en cours ?

Son regard redevenant plus tranquille le professeur prit entre ses mains le plateau avec les repas avant de répondre juste avant de partir.

-Elle les évite, mais normalement ce ne sera plus le cas maintenant, donc je ne pourrais répondre que plus tard, en tout cas merci pour les repas, bonne journée.

Juste arrivé à la table le professeur posa le plateau et la sonnerie de fin de cours retentit, bientôt la cafétéria serait pleine d'élèves venant prendre leurs repas. S'asseyant face à elle le chevalier grimaça soudainement, ok, se poser sur une chaise fait mal, il prend note pour les prochaine fois, il le saura … Il ne prit pas le repas en main tout de suite et se servit un verre de sa boisson fétiche avant de tendre la flasque à son élève.

- Un verre d'hypocras ?



♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 854

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Jeu 21 Jan 2016 - 10:13
Calme, Maya passe le trajet à marcher, sautiller, changer de rythme sans arrêt. Elle a assimilé les réponses du professeur et y réfléchit intérieurement, puisque comme Alexander l’a fait remarquer, « en parler peut être difficile »… Indéniablement. Dès lors, la jeune femme ne lui accorde plus le moindre regard, se contentant de fixer le sol, pensive. Au moins, avec ça, plus personne ne les croit ensemble, même si l’apprentie déesse s’arrête de temps en temps à une fenêtre, attendant que celui qui l’accompagne la rattrape et la dépasse avant de reprendre sa route.

A-t-il envie de se confier ?
Ou se fait-elle des idées ?
Le dépassant, elle lui adresse un regard, la tête penchée sur le côté. Elle le toise, essayant de fouiller dans son esprit à travers ses yeux… mais elle est incapable de savoir, de deviner. Alors, elle baisse la tête et repart comme si de rien n’était.

Arrivés à la cafétéria, Alexander lui indique la table à laquelle ils vont s’installer. Quand il lui demande ce qu’elle veut manger… elle ne se rappelle plus pourquoi ce privilège lui a été accordé. Pourquoi va-t-elle manger avec un prof ? D’habitude… elle est toute seule… et pas loin de manger debout quand elle daigne rester à l’intérieur. Des fruits, des légumes crus, ou tout simplement des barquettes contenant un repas chaud qu’elle peut néanmoins transporter pour le déguster en plein air, qu’il pleuve ou qu’il vente. Une table et une chaise… ça lui changera… même si les commentaires risquent de fuser. Poliment, elle lui indique le nom d’un plat Coréen, du Buchimgae, sachant pertinemment qu’elle n’aura pas la recette de ses souvenirs sous les yeux quand l’assiette lui sera servie. Peut-être que cela ne ressemblera d’ailleurs à rien du tout… mais elle n’en fera rien.

S’installant à la table, toujours dans sa position fétiche, les jambes serrées et les mains posées sur ses cuisses, la tête légèrement baissée en avant, elle voit le prof repartir vers les cuisiniers. Elle ne regarde pas dans leur direction… mais l’absence de bruit lui permet d’entendre leur échange de mots. Elle se crispe et se ferme, concluant exactement ce qu’elle a envie de conclure, comprenant exactement ce qu’elle a envie de comprendre. Au retour d’Alexander près d’elle, avec le plateau-repas, Maya n’y prête pas la moindre attention…

- J’ai une bonne ouïe pour entendre les… « ragots » qu’on balance sur moi. La fille à papa a profité de son paternel, de plusieurs membres haut placé du conseil des élèves, de plusieurs profs… parce qu’elle ne veut pas tremper dans le sale boulot, elle cherche à toujours tout refourguer aux autres pour ne rien faire et se la couler douce. Ou poignarder dans le dos après avoir obtenu ce qu’elle voulait. « La petite fille chétive et fragile… manipulatrice »… Des remarques qui m’ont bien aidé à me renfermer dans mon coin, je ne les en remercierai jamais assez…

De quoi lui couper l’appétit.

- Si ça peut vous rassurer… je ne cherche que des conseils pour devenir plus forte… pour pouvoir aider les autres, m’impliquer. D’une certaine façon… oui… si je le peux, je vais vous dépouiller de toutes vos connaissances et je finirai par voler de mes propres ailes… mais… ça…

Inutile de mentir ou d’essayer d’embellir : quoi qu’elle fasse, elle ne sera jamais indépendante. Dans ce monde, avec sa corpulence et sa consistance, il est inutile d’envisager vaincre le mal seule.

- … ça ne veut rien dire, parce que je ne compte pas me battre seule un jour. Je veux dire… je n’en suis pas capable, je n’ai pas un pouvoir ou un talent qui me le permet. Je combattrai avec d’autres, en groupe… et, si… le hasard en décide ainsi, aux côtés de quelqu’un comme vous.

Elle relève et croise finalement les bras sur la table avant de poser sa tête dessus.
L’entraînement, elle va le suivre. Si elle est motivée et que le prof est efficace, peut-être sera-t-il capable de modeler une Maya capable de lui apporter quelque chose… une aide quelconque dans une situation, que ce soit l’attaque, la tactique, l’esquive, l’endurance ou la protection… le bouclier humain… quelque chose, peu importe quoi. Dans leur façon de faire, les professeurs entraînent leurs élèves à se battre à leurs côtés, à leur être utile aux moments opportuns… à obéir, peut-être même. Après tout, ce sont eux les plus forts et les plus à même à faire de grandes choses…

- C’est là tout ce que vous avez à y gagner…

Maya refuse poliment la flasque pour se concentrer sur l’assiette présente sur le plateau. C’est bien présenté, de bien jolie couleur et de bien appétissante odeur… alors, à pleine main, elle attrape une galette, souffle dessus, jonglant, changeant de main pour éviter de se brûler les doigts et croque dedans.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Lun 1 Fév 2016 - 23:12


Le trajet s'était bien passé, tout autant que le moment de l'installation à la cafétéria. Bon, le teutonique avait eut un mal fou à prononcer le nom du plat demandé par Maya, mais le cuisinier avait apparemment comprit. Alors il finit par s'installer devant elle avec le plateau et les repas.
Elle avait de nouveau quitté une position digne pour se recroqueviller sur elle même, en tout cas partiellement. Et bien sur il l'écouta, en tant que professeur pour aider son élève, et en tant qu'homme pour soutenir une femme. Beaucoup lui prêtait des rumeurs de grand méchant, de professeur monstrueux et sans âme, mais ceux là n'ont jamais eut l'occasion de le connaitre autrement que par les cours, en dehors il s'était toujours montré plus amicale.

Encore une fois Maya se rabaissait, justifiait tout ce qui pouvait ce dire sur elle, en tout cas partiellement déjà. Et le chevalier bu son verre d'une traite alors qu'elle poursuivait, il lui adressa un regard plus intrigué à la mention de le dépouiller de toute ses connaissances, peu estimaient pouvoir encaisser tout son enseignement alors forcément cela la rendait d'autant plus intéressante ! Il servit deux verres d'hypocras, faisant fit de son refus précédent, et en glissa un vers elle alors qu'elle affirmait qu'il n'avait rien de plus à gagner qu'une camarade de combat, un sourire naquit sur son visage, et loin d'être énorme il était bien présent.


- Tant que l'on vit comme on l'entend que l'on poursuit ses objectifs avec honneur et fierté les ragots ont peu d'importance, il ne sont que l'illustration du mépris et de la jalousie d'autrui. Leurs propos n'ont de valeurs que si leurs vécus est similaire au notre.

D'une main il lui écarta les bras et lui releva le visage et la tête.[ Maya retournait à nouveau dans sa fuite, le chevalier n'avait plus ce sourire, mais on pouvait sentir quelque chose ressemblant à un peu de fierté dans sa voix, ce n'était pas exactement pareil mais l'effet était là, la voix semblait vouloir être plus douce./i]

- Je suis professeur, j'enseigne ici comme j'enseignais autrefois, alors si tu désire tant que ça chaque chose que je suis capable de t'apprendre, il ne tient qu'à toi de faire le nécessaire pour absorber chacun de mes enseignements.

[i]Il retira doucement sa main pour saisir son sandwich et l'approcher de sa bouche, pourtant, juste avant d'en croquer un morceau bien mérité il parla encore brièvement.


- Je n'enseigne pas dans mon intérêt mais pour celui de tous.

Il commença ensuite doucement à manger, accompagnant certaines bouchées récalcitrantes d'une gorgée du breuvage alcoolisé, rien ne valait un repas aussi rustique, pour un chevalier il suffisait de cela pour être revigoré. Pour refaire le plein d'énergie, dommage que cela ne soigne pas les blessures ! Les cuisiniers jusque là calme commencèrent à s'activer, la cohue des élèves approchaient déjà ? Du regard il cherchait l'heure mais s'y résigna, en fait il s'en moquait bien, on lui avait retiré le cours de l’après midi en sport.




Contenu sponsorisé
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier -
Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Sujets similaires
-
» Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Couloirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page