Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Ven 27 Mar 2015 - 22:16
Il se relève, il se gratte le menton, sûrement prêt à refuser l’offre… et finalement, il accepte. Encore une très agréable surprise ! C’est signe qu’elle ne l’a pas encore si bien cerné qu’elle ne le pensait… et ça, Maya s’en réjouit. Elle aime être surprise, elle aime qu’on accepte ses services : ce sont des petites attentions qui lui donnent envie de faire plus plaisir encore.
Elle ne répondra pas à sa question, lui adressant juste un sourire malicieux et énigmatique ; à lui de deviner ou de découvrir comment elle va se débrouiller. Et alors qu’Alexander s’éloigne pour une raison qu’elle ne veut sans doute pas connaître, la demoiselle va reproduire la même scène que dans son rêve : courir vers le point d’eau d’où ils sont sortis, confectionner non pas un mais deux gobelets en inox, en n’oubliant pas les anses en porcelaine, puis les plonger dans l’eau et retourner au camp. Elle va ensuite s’enfoncer dans la forêt pour arracher les aiguilles de pins dont elle a besoin… et quand elle croise Alexander sur le chemin, elle ne peut s’empêcher de sautiller et lui adresser un clin d’œil coquin.

Retour près du feu, le thé chauffe lentement dans chacun des gobelets. Alexander est venu s’asseoir à côté de l’élève apprentie, elle-même agenouillée devant le feu. La déesse a également matérialisé deux touillettes en plastique pour remuer l’eau de temps en temps… et puisque le silence s’est installé, c’est la tache à laquelle elle s’attelle actuellement. Quand le professeur reprend la parole pour proposer de rendre le tour de garde pour qu’elle puisse se reposer, elle faillit rougir de honte : si, elle a dormi… et plutôt bien même. Dormir encore ? S’il l’oblige, elle fera semblant, parce qu’elle n’en a vraiment pas envie.
Et puis… il pose LA question. Maya tourne la tête vers lui et ouvre de grands yeux.

- P… p… pardon ?

Elle se relève dans un sursaut et… se regarde. C’est bon, sa jupe ne s’est pas accidentellement relevée, son pull matérialisé est également OK et ne laisse rien dépasser… tout le reste semble plus ou moins correct… non, pas de problème de pudeur. Elle ajuste tout de même ses vêtements pour en être bien certaine. À moins qu’il ne parle de ses pieds et jambes nues ? Non, ce n’est pas spécialement ça… d’autant qu’elle est en jupe depuis le début et qu’elle n’aurait pas pu lui faire de réflexion si elle n’appliquait pas elle-même les règles de pudeur en vigueur.
Est-ce qu’il croit que c’est lui qui manque de pudeur ? Ou est-ce qu’il ne sait vraiment pas de quoi il parle ? Ou est-ce elle qui n’a pas la même définition que lui ? Calmement, Maya peut se rasseoir – en prenant soin de s’asseoir correctement sans possibilités de manquer de pudeur – et le fixer. Elle le regarde de la tête aux pieds, non sans… rougir un peu et détourner de temps en temps les yeux pour reprendre un peu de contenance.

- Hum… enfin… commence-t-elle, ne sachant pas vraiment comment répondre convenablement. Ça dépend quoi… la vision est différente selon les pays… Si c’est moi qui devais analyser, je dirais… hum… n…

C’est compliqué… Comment balancer entre deux idées, celle qui tend à dire que Maya est trop pudique, et celle qui tend à dire qu’effectivement, il y a un souci ? Soit elle se critique elle, soit elle le critique lui… bonjour le choix. Il n’empêche qu’elle baisse les yeux, rougit et déballe tout.

- Je dirais non, ça va. Enfin… disons plutôt… « borderline », si vous voyez ce que je veux dire. C’est limite, pas loin de pencher… du mauvais côté… mais supportable. Un peu embarrassant quand même, mais ça, c’est moi qui suis fleur bleue… Pour n’importe qui d’autre, ce serait OK. D’ailleurs, je suis sûre que vous vous êtes déjà retrouvé dans une situation similaire avec d’autres femmes et qu’elles ne vous ont rien dit… vous voyez ? C’est plutôt moi qui suis trop pudique… même si… je pense être dans la moyenne… des jeunes asiatiques de notre époque.

… c’est bête à dire, mais elle espère vraiment qu’il n’a rien compris et qu’il n’essayera pas de creuser un peu plus dans les détails. De toute façon, en quoi est-ce que la situation serait proche de manquer de pudeur pour un type qui n’a eu aucune gêne à se promener nu, plus tôt dans la soirée ?

- Tant que vous n’êtes pas en… sous-vêtements… ni… moins, ça va, je pourrais gérer. Tant que je suis habillée, je peux gérer aussi. Qu’on soit en forêt… peut… donner plus de droits qu’en ville concernant la pudeur… mais… mieux vaut… demander à l’autre avant de faire. Voilà, demander, c’est bien.

Elle est toute rouge… et pour le masquer, elle prend une tasse et commence à souffler sur la fumée, puis goûte le thé qu’elle vient de préparer. Trop chaud… Résultat : elle rougit encore plus.
Son discours tient la route, elle a bien elle-même demandé à Alexander de se tourner et de ne pas regarder, dans la grotte. S’il ne sait pas, mieux vaut qu’il demande avant de se lancer, et tout le monde sera content ! Enfin… sauf s’il est trop… « cru ». Et la pudeur dans le langage alors… ? Maya, elle, est toute fragile, facilement embarrassée… mieux vaut ne pas trop la choquer. Enfin… sauf à devenir rouge, elle ne risque pas grand-chose. Mais c’est désagréable, de se sentir rougir…

- Pourquoi… ? Vous aviez justement une… requête… ?

Dire que c’est elle qui insiste et qui persiste…
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Lun 30 Mar 2015 - 23:42


La première réaction laisse à comprendre qu'il n'aurait peut être pas dû, c'était comme voire le visage d'un cavalier lors de sa première chute, convaincu que plus rien n'allait. On pouvait aussi sentir un début de panique, mais le chevalier ne bougea pas, ne comprenant pas en quoi cette question pouvait être si gênante.
Après tout il ne demande qu'une explication pour comprendre une loi qui semble si chère à cette époque, enfin, selon les personnes …

Puis enfin se fut le grand discours de Maya, sous l’œil du professeur qui tentait de saisir les propos bien qu'il ne saisissait pas tout, en particulier le terme anglais, le collier traducteur est resté à l'académie, évidemment … Il tente mais là il ne suis pas, la forêt change la donne ? Le lieu de sa vie sur terre aussi ? Mais alors cela donne tellement de règles à apprendre … Si à chaque fois tout change … Le professeur finit par se lever lorsqu'elle lui pose une question, le coup de grâce à son incompréhension. Il jeta une buche ramassée un peu plus loin dans le feu, projetant un peu de braise à certains endroits, mais rien de bien grave, il se gratta ensuite longuement le menton. Oui, dans le genre mine du je comprends il n'était terriblement pas crédible …
Pourtant il avait compris certaines choses, enfin, peut être, c'était ce qu'il pensait du coup il retourna vers Maya.


- Une requête ? Non, pas vraiment … en fait j'essaye de comprendre des remarques que l'on m'a fait de temps en temps.

Il se réinstalla à coté d'elle tranquillement. Les genoux au sol et assit sur ses mollets.

- Je suis très conservateur, mais je tente tout de même de comprendre un minimum les choses, bien que ce soit difficile et souvent illogique à mes yeux.

Il leva une main pour se saisir doucement du bas de la chemise qu'il a redonner à Maya, soulevant cette dernière pour révéler à nouveau se ventre où trône son petit nombril discret. Oui, il n'avait pas bien retenu le propos sur le fait de demander avant, et c'était malheureux, mais il voulait se servir pour illustrer son prochain propos, du coup coup il posa un doigt de son autre main sur le ventre de Maya qui recula vers une braise, qui brula et rongea doucement de sa chaleur un élastique plutôt important.

- hmmm … Par exemple certains élèves montre leur ventre, et certaines critiques ce fait. La personne ne suit-elle pas les usages ou bien est-ce un usage que certains ne connaissent pas je me le suis ...

Il se stoppa net et jeta un coup d’œil éclaire de chaque coté avant de se mettre à courir, disparaissant dans le noir, plongeant pour saisir quelques choses qui a eut le malheur de faire s'agiter un buisson. Mais la chose s'évapora entre ses doigts, une sorte de nuage de fumée dont il ne restait plus qu'une étrange ceinture où pendait des fioles de couleur et de formes diverses ainsi que des plantes. Le chevalier retourna donc vers le feu et posa cela à coté pour mieux l'observer et l'analyser, on dirait un cuir brut et des cordes en végétation.

- C'est étrange la chose ou la créature à soudainement disparut d'entre mes mains pour ne laisser que cela ...

Il regarda Maya un instant puis se décida à aller saisir la fameuse infusion et en boire une gorgée, il avait comme le sentiment que cet événement tombait à pic … C'était un peu chaud, mais le gout était sympathique, il resta du coup un peu silencieux pour le savourer mais se stoppa en chemin pour décrocher une feuille d'une plante sur la ceinture, elle dégageait un odeur agréable, de la menthe ! Il sourit en la posant et attrapa alors une potion couleur bleu claire, dans une fiole particulièrement allongée. Cette agréable découverte l'avait rendu curieux, il déboucha et sentit donc cette dernière, là en revanche l'odeur était intenable et il s'empressa de refermer dans une grimace, en projetant un peu sur ses doigts pour l'occasion sans s'en rendre compte. Il se frotta machinalement le nez, mais aussi ses doigts sur ses lèvres ....

- Ah ! Quelle infection ! Je ...

Les muscles de son visage ne répondaient plus, il n'arrivait plus à parler, il ne pouvait même déja plus déplace sa tête, et cette sensation le gagnait de plus en plus vite, le torse, les bras, les jambes, jusqu'au pied, et il finit par tomber sur le dos à terre, paralysé. Et voila … la curiosité qui pousse à en apprendre qui le conduit à toucher un paralysant musculaire … Une chance qu'il ne soit pas trop fort immobilisant uniquement les muscles moteurs ...




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mar 31 Mar 2015 - 22:43
… MAIS !

- Mais ne me touchez pas comme ça, espèce de…

Il aura suffi de ça pour qu’elle ne croie plus en sa bonne volonté. Est-ce que, par hasard, il ne profiterait pas un peu du fait qu’il « ne sait pas » pour… justement en profiter ? Comme on dit, il faut être patient et tolérant envers les ignorants, leur apprendre sans s’énerver… mais là, c’est trop. Un peu plus tolérante… et ce ne sera pas son ventre que cet obsédé sexuel dévoilera et touchera. Même si c’est un professeur… il va bien falloir le lui faire comprendre et quoi de mieux que la manière forte ?
Pas assez confiante dans son jugement, la demoiselle préfère se reculer brusquement… et bien mal lui en prend : elle atterrit juste à côté du feu. À quelques centimètres, elle finissait en grillade. Mais rien qu’à cette distance, les flammes la frôlent et la chaleur est insupportable… alors, elle ne s’éternise pas plus longtemps et roule sur le côté. La demoiselle pousse tout de même un petit cri, puisqu’elle n’en sort pas indemne. De retour en position assise un peu plus loin dans l’herbe, elle soulève légèrement sa jupe sur le côté – le côté opposé de sieur Urmanis, bien entendu – et se frotte le haut de la cuisse. C’est mineur, mais elle s’est brûlée. Est-ce que souffler sur le bobo sera suffisant ou est-ce qu’elle ferait mieux d’aller piquer une tête dans le lac pour soulager la peau ? Reste que… en regardant mieux… la voilà victime d’un nouveau dysfonctionnement vestimentaire.

Les larmes lui montent aux yeux quand elle agrippe les deux morceaux de sous-vêtement qui ne sont plus reliés ensemble, et dont les bouts sont brûlés. Heureusement, le tout tient encore correctement tant qu’elle reste assise, ce n’est qu’un seul côté qui a brûlé… mais qu’est-ce qu’elle va faire maintenant… ? Comment est-ce qu’elle va s’en sortir jusqu’à ce qu’ils partent enfin de cet endroit maudit ? Elle se sent… beaucoup plus vulnérable.
Et soudain, un bruit dans les buissons la fait sursauter comme jamais. C’est Alexander qui s’est jeté… non pas sur elle pour la défroquer complètement et s’amuser ensuite à demander si la situation est pudique ou non, mais qui s’est jeté à la poursuite de quelque chose dans la forêt. Quelque chose qui les observait ? Elle en frissonne de... malaise. À peine quelques secondes plus tard, retour du chevalier avec un butin entre les mains… une sorte de ceinture où sont glissées des fioles et des feuilles. Son commentaire la laisse perplexe. Une créature ? Un monstre qui disparaît en laissant quelque chose derrière lui ? À tous les coups, c’est extrêmement dangereux, et… ce naïf les manipule avec si peu d’attention… enfin. Alors que Maya tente de résoudre son petit problème personnel… elle l’entend bientôt se plaindre et… s’écrouler.

- Mais quel… fait-elle en se précipitant vers lui… Monsieur ? Monsieur… ? Bon dieu…

Elle s’est placée à côté de lui et bouge sa main devant ses yeux. Est-ce qu’il respire ? Elle a l’impression de reproduire la scène de la noyade. Alors, rebelote : elle pose sa main sur… son torse. Évidemment, puisqu’elle le fait très mal, elle n’entend pas de cœur battre. Plutôt lui saisir et serrer le poignet alors… et c’est tout de suite beaucoup mieux. Son cœur bat. Elle penche sa tête au-dessus de lui, positionne son oreille juste devant sa bouche, et entend puis sent sa respiration. Tout va bien… c’est comme si… il dormait les yeux ouverts. Elle espère que la substance ne s’est pas attaquée à son cerveau et qu’il n’est pas subitement devenu un légume…

- Ça va ? Vous m’entendez ? Ça vous apprendra à… à vous précipiter. Elle s’est retenue de dire « faire n’importe quoi ». Je ne sais pas si vous êtes conscient, mais vous allez m’écouter… et m’entendre. Oui, des élèves montrent… leurs jambes, leurs bras, leur ventre… et, bien ou pas bien, ce n’est en tout cas pas une invitation, on ne touche pas le corps d’une autre personne, jamais. Sauf… comme moi sur vous… c’est-à-dire, dans les cas d’urgence… ou pour être… câlin envers quelqu’un. Mais… si vous ne savez pas, vous ne faites pas. Deuxièmement…

La liste risque d’être longue… mais Maya est calme. Ça n’a rien d’une engueulade en tout cas. Pour preuve : elle le regarde droit dans les yeux en lui caressant le visage. Elle s’occupe de lui, vérifiant sa respiration et son pouls régulièrement. Si elle lui en voulait à mort, elle le laisserait tomber. Mais elle n’est pas non plus contente… il ne faut pas se tromper. Elle fait ce qu’elle doit faire, ça s’arrête là. Sûrement… probablement… possiblement.

- … vous me devez… un sous-vêtement de rechange. dit-elle, légèrement rougissante. Non ! Ne vous mettez pas en tête de m’en acheter un… vous me laisserez faire… complète-t-elle, sûre qu’il jetterait son dévolu sur n’importe quoi. D’ailleurs, il n’a pas à savoir ce qu’elle peut porter là-dessous, ce ne sont pas ses oignons. En attendant, qu’est-ce que je fais moi…

Elle resoulève légèrement sa jupe sur le côté, et reprend les deux morceaux qui pendent, perplexe. Impossible d’utiliser son pouvoir pour les refaire fusionner, ça ne marche pas comme ça… elle ne corrige pas la réalité. L’enlever pour en dessiner une autre ? Et puis quoi encore… Elle peut dessiner avec tout son corps, certes… mais le dessin suivrait trop parfaitement les courbes de sa peau, là où les vêtements classiques sont tous un peu plus larges : c’est pour cette raison qu’elle utilise quasiment toujours ses mains pour confectionner des vêtements. Mais glisser ses mains sur… pour… non, définitivement non. Elle essaye de tirer sur les deux morceaux d’étoffe pour les joindre et éventuellement essayer de faire une boucle ou un nœud… elle tire, elle force en serrant les dents… mais abandonne : si par chance, elle y parvenait… soit l’élastique craquerait autre part, soit ce serait trop serré. Elle soupire.

- Vous avez le chic pour me faire vivre des situations… embarrassantes… Et pourquoi est-ce que je dis ça alors que ça me fait rougir… ? se demande-t-elle tout haut avant de lâcher un long soupire. Vraiment, j’aurai tout vu. Enfin… j’espère que ça ne s’aggravera pas encore… parce que vous savez : les gens vraiment pudiques… comme moi… si… si quelque chose arrivait de travers, ils préféreraient mourir plutôt que continuer à vivre tout en sachant que… voilà… quelqu’un aurait vu et fait des choses… bref, ce serait dégradant, déshonorant… et ils auraient tellement honte qu’ils ne supporteraient pas de le savoir et de vivre avec. Voilà… Surtout si c’est un professeur qu’ils doivent revoir quotidiennement après l’incident. Ah ! Ça y est, je sais.

Après cette intervention tarabiscotée, à l’aide du bout son index, Maya dessine finalement une ligne d’une dizaine de centimètres de long, ligne qu’elle matérialise en ruban de tissu blanc après s’être concentrée quelques instants en fermant les yeux. Elle regarde ensuite Alexander… et bascule sa tête de l’autre côté pendant qu’elle s’occupe de son problème. Une boucle bien serrée sur l’un des côtés brûlés, elle tire un peu sur le ruban, rejoint l’autre bout, fait un second nœud bien serré… et lâche tout. Elle met son pouce sous l’élastique, teste sa résistance… ok. Elle baisse et remonte un peu le ruban, tire dessus… ok. Elle se relève, sautille un peu sur place, mime quelques pas et vérifie que tout est bien resté en place… ok. Alors celui-là, ne pas le dématérialiser… ou c’est la mort qui l’attend. D’elle ou de lui, au choix.
De retour au-dessus d’Alexander, elle redresse sa tête bien droite et revérifie la respiration : toujours calme, toujours en vie… toujours incertain. Maya regarde maintenant ces fioles, d’un mauvais œil. Pour le bien du couple prof/élève, mieux vaut s’en débarrasser. Elle saisit donc la ceinture… et par mégarde, renverse de la potion sur sa jambe. La fiole n’était pas fermée… c’est la même fichue… potion bleu.

- Non ! Je n’ai pas fait ça ! Quelle id…

Ses muscles sont rapidement engourdis. Elle laisse tomber la ceinture sur le sol, où d’autres fioles se brisent et commencent à déverser leur contenu sur l’herbe, juste à côté d’eux. En attendant, sans pouvoir lutter, Maya faiblit, se penche en avant… et chute sur Alexander. Sa tête se pose sur son torse, sa main sur son ventre et ses abdominaux… et tout son corps s’allonge en travers, à côté de lui. Ses muscles refusent de répondre, mais ses yeux voient parfaitement… oui, ils voient parfaitement et de très près le torse nu, le cou et le menton du jeune professeur. Mais ce n’est pas sa faute, ce n’est absolument pas voulu ! Mon dieu… pourvu qu’ils s’en remettent rapidement…
Ils sont à la merci de n’importe quoi maintenant.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Jeu 2 Avr 2015 - 16:25


Le voila réduit à un état plus que lamentable, incapable de quoi que ce soit … Vous parlez d'une galère … Enfin Maya est venu à coté de lui, il la voit, enfin, un peu, sur les bords de son champ de vision immobile pointant vers le ciel étoilé, il entend à peu près ce que Maya raconte, des critiques, des explications, tantôt sur la généralité et tantôt sur elle, mais dans l'esprit d'une chevalier une phrase se répète inlassablement alors qu'il se concentre comme jamais sur ses essais pour bouger.

*Bouge … Mais tu vas bouger ! Allez ! Bordel … C'est …. Raaah*

Mais bon, il était bloqué dans sa situation, priant un coup pour que ça se débloque … Il ne pouvait pas faire grand chose de plus que de l'écouter et … espérer non ?

- Vous avez le chic pour me faire vivre des situations… embarrassantes… Et pourquoi est-ce que je dis ça alors que ça me fait rougir… ? Vraiment, j’aurai tout vu. Enfin… j’espère que ça ne s’aggravera pas encore… parce que vous savez : les gens vraiment pudiques… comme moi… si… si quelque chose arrivait de travers, ils préféreraient mourir plutôt que continuer à vivre tout en sachant que… voilà… quelqu’un aurait vu et fait des choses… bref, ce serait dégradant, déshonorant… et ils auraient tellement honte qu’ils ne supporteraient pas de le savoir et de vivre avec. Voilà… Surtout si c’est un professeur qu’ils doivent revoir quotidiennement après l’incident. Ah ! Ça y est, je sais.

Il notait donc qu'il fallait être très prudent, surtout avec elle vu que cela semble pouvoir conduire à la mort ! Bon elle lui tourne la tête, le changeant un peu de paysage au passage, mi-forêt mi-ciel, un peu moins de monotonie !
Ah sa tête bouge de nouveau, la situation lui a étrangement fait penser à un moment dans la grotte, surement encore une histoire de pudeur ! Pourtant visiblement tout n'est pas encore fini puisqu'il sent qu'elle ... tombe sur lui ? En tout cas les derniers mots laissent à penser qu'elle a aussi touché le mauvais liquide.


*Bon ...*

Par ailleurs, une odeur bien plus particulière lui monte jusqu'au nez, une odeur qu'il à déjà sentit dans son ancienne vie … Il se met alors à réfléchir à cela avant de soudain réaliser, l'odeur de la chaire et du sang vieillissant ! Il y a du vent dans la clairière ! Autant dire que les flagrances émise vont attirer les animaux sauvages !
Et le voila qui recommence dans son esprit à lutter pour bouger, c'est vraiment pas bon signe tout ça !
Ah ! Enfin après quelques minutes un doigts bougent lentement, de la main coincée sous Maya … Tant pis, il sait qu'il ne devrait pas mais il va tenter de bouger celle là un peu plus ! Mais tout ça prenait du temps, il y avait déjà un peu de bruit autour d'eux … Il manquait cruellement de temps pour se remettre … Le chevalier se concentra, tient, ses paupières viennent de se fermer !
Lorsqu'il ouvre ses yeux son avatar divin se penche vers lui, il ne pouvait pas lui donner d'instruction, mais il allait bien comprendre qu'il fallait faire quelque chose hein ? L'armure animée tapota du bout d'un doigt les deux étalés par terre puis se redressa en entendant un cri.


*Emmène nous loin d'ici bon sang!!!!*

Et enfin elle réagit, attrapant d'abord Maya pour la jeter par dessus son épaule, la tête pendante dans son dos, et en faire de même avec le chevalier. Les deux poupée de chiffon sur ses épaules l'avatar divin partit en courant dans une direction hasardeuse, avec un peu de chance vers l'académie à une distance de … ou s'éloigner d'elle, mais ce sera toujours mieux que cette zone devenue dangereuse. La lumière du feu s'évanouissait dans l'obscurité, enfin, la pénombre grâce à la généreuse lumière fournie par la lune, et le chevalier confiant se permettait de s'acharner à pouvoir se mouvoir un peu plus, grattant quelques muscles tout doucement, il en était déjà à un bras et le cou, même si c'était atrocement difficile de faire de grand mouvement, il était sur la bonne voie, une chance qu'il n'en ai touché que très peu ! Et Maya ? En a t-elle touché d'autre en lâchant la ceinture ? Ce serait malheureux ...

- D … dé ...déso … lé ...

Tient, encore un progrès.




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Ven 3 Avr 2015 - 23:58
Les couleurs ont changé… les formes sont différentes… l’univers et tous les corps qui le composent semblent se mouvoir d’eux-mêmes, zigzaguant dans tous les sens, sans logique apparente. Tout semble n’être que confusion autour d’elle.
Alors que Maya est bloquée sur la vision d’un torse dénudé et d’un menton appartenant à son professeur, elle voit des strates de couleurs s’échapper de la surface de sa peau et bouger dans l’air, s’éloignant de lui en même temps qu’elles décroissent et se rétractent, comme si tout à coup… son aura était devenue visible à l’œil nu. L’aura… à moins que ce ne soit son odeur, ses douces effluves qui se dissipent dans l’air ? Ou la délicieuse chaleur qu’il dégage ? Heureusement que la jeune femme ne peut pas voir les flammes alors, elle en serait complètement éblouie. Il n’empêche que le phénomène, bien qu’étrange, n’a pas trop l’air de la déranger… pas plus que le fait d’être paralysée.
Plus rien ne la dérange en vérité. À moitié allongée sur Alexander, elle se sent vidée, paisible, décontractée au possible. Ses sensations ne l’ont pas abandonné, elle peut apprécier le contact de sa joue contre le torse nu d’un homme, ou la main qu’il remue sous son corps à elle… mais ça ne fait pas le même effet que d’habitude – si tant est que ce soit une habitude. Difficile de dire si le contact est jouissif, voire carrément orgasmique… ou s’il ne provoque tout bonnement rien, pas même un début de rougissement. Ce doit être tout ça à la fois, même si c’est difficile à concevoir.

L’un de ses doigts trempe dans un mélange de potions, sur le sol…
L’effet de presque toutes les potions en même temps, voilà ce qu’elle expérimente.
La pauvre fille est durablement et sévèrement droguée.
Un filet de bave s’écoule hors de sa bouche. Lentement, il glisse le long de ses lèvres, tombe et vient souiller le corps d’Alexander. Ne pas pouvoir bouger, ça donne aussi ça, ce genre d’accident malencontreux. Par chance, elle n’a pas besoin d’aller au petit coin… sinon, c’était également fait sur place, ici et maintenant.

Bientôt, ou plusieurs heures plus tard, elle n’en sait rien, quelque chose la saisit par les hanches et la soulève dans les airs avec une facilité déconcertante. Qu’elle en soit consciente ou non, la voilà désormais portée par une armure… un avatar divin qui la place sur son épaule et qui, pour éviter qu’elle ne tombe, la retient par la jupe. Encore un qui n’y connaît rien… mais s’il la sauve ainsi, elle sera prête à l’accepter et à le remercier… quand on le lui racontera. Elle n’est pas non plus en état de retenir des évènements. Reste qu’elle remarque que la vue change : c’est maintenant un… morceau d’armure dorsal, tout ce qu’il y a de plus banal. Et il ne dégage aucune couleur… donc pas d’odeur ni de chaleur, ce qui le rend totalement inintéressant. Qu’on lui remette le plan précédent pour l’amour de Dieu ! Là, au moins, c’était joli et excitant…
Ses jambes, ses bras, tout se met à se balancer. Ils se déplacent, lentement, puis de plus en plus rapidement. Il n’y a rien à voir, Maya ne sait pas ce qui se passe et elle s’en fiche. Mais dès lors qu’elle entend la voix de son professeur, tout change dans son esprit.

Désolé.
Elle aime cette voix, ce ton, cette délicatesse… plus que de raison, elle lui donne des frissons. Mais elle ne comprend pas vraiment ce que le professeur lui demande. « Désolé »… que doit-elle faire avec ça ? Comment peut-elle l’analyser ? Doit-elle adopter un comportement « désolé » ? Doit-elle comprendre qu’il est désolé et qu’il demande à être réconforté ? Elle adorerait parler pour se plier à ses désirs, mais rien ne semble répondre correctement… alors niet. Elle ne bouge pas et attend le prochain dialogue, le prochain ordre qu’il va lui donner : peut-être que celui-là, elle sera capable d’y obéir. Maya existe pour ça, pour servir son maître dont la voix cristalline est source de pureté. Celui qui lui apportera le bonheur éternel, pas vrai ?

Sans savoir comment ni pourquoi, Maya finit par tourner la tête vers Alexander. L’expression qu’elle affiche est alors saisissante : la jeune femme semble vide de tout sentiment, de toute émotion… ses yeux n’ont aucune flamme. Ce n’est qu’une poupée vivante et obéissante… et ce, sûrement pour un bon moment !

- Dé… so… lée.

À défaut de répondre, autant répéter.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Jeu 16 Avr 2015 - 18:56


Du métal, de l'acier formé à la forme d'une armure, au premier coup d'oeil il savait que c'était ca, mais il avait un petit trou noir, bizarre, il savait pourtant qu'il était porté par son avatar divin mais … Il tenta de secouer la tête et soupira, ok, il avait du fermer les yeux un instant … probablement peu de temps, enfin, il l’espérait et voulait y croire, sinon l'avatar ne serait plus présent ici !
Il tourne à nouveau le visage vers Maya, et à en juger par tout ce qu'il voit, elle doit avoir touché un produit … La poisse … heureusement que tout allait bien sauf physiquement hein ? Enfin, c'est ce qu'il pouvait croire, un avait eu une petite projection d’hallucinogène sur lui … Mais sa vision restait bonne, ce produit touchait autre chose, son ouïe !
Lentement il devenait plus mobile, pas très réactif, mais mobile, c'est déjà un début ! Visiblement l'armure remarqua ça et se stoppa au bord d'un renfoncement rocheux, posant l'un à coté de l'autre les deux drogués, adossés à la roche avant de rester planté devant eux.


- Bon, maintenant tu vas faire quoi ? Et puis pourquoi la garder avec nous hein ?

Le chevalier ouvrit grand les yeux, son avatar venait de lui adresser la parole ! Il ne l'avait jamais fait avant ! Et puis … depuis quand une armure sa cause ! Non, impossible que ça vienne des produits qui l'aurait touché lorsque la ceinture se brisa au sol ! C'était forcément vrai !

- Je ne sais pas ! Et puis elle reste ! Je lui ai promis de la raccompagner ! C'est de ma faute si elle subit tout ça !

L'armure ne bougeait pas, le professeur était le seul à parler, mais les propos de son maître sans sens ou ordre pour lui donner des indications, et vu que la situation n'imposait pas d'agir, et bien il restait là, patient. De l’extérieur la situation devait être particulièrement gênante, le fier chevalier qui discutait seul avec son avatar divin silencieux et immobile … La voix de l'avatar se trouvant uniquement dans l'esprit touché par une douce mixture du blond.

- Et dans cette situation, ça ne risque pas de faire comme avec Trish ? Je trouve que tout cela y ressemble !

-Je ne te permet pas ! Elle a disparut et … et je ne veux plus subir ça ...quand bien même elle m'avait rendu heureux le peu de temps ...

- Elle fera comme elle !

Le chevalier baissa soudainement les yeux, se calmant tout seul ...

- M'embrasser ? Me pousser à … Je pense pas qu'elle le fera ...

Il aurait bien ajouté, pas avec un type comme lui, mais la fierté avala ce propos il détourna juste la tête lorsque l'avatar divin commença à disparaître. Il n'avait pas vraiment le choix que d'admettre des similitudes mais de là à en dire que les choses se passeraient à l’identique … Il haussa un sourcil, des plantes était accrochées à son pantalon, il se demandait bien ce que cela pouvait être, mais choisit d'ignorer ce détail.

- Tout va bien Maya ?

Pourtant il se sentait étrange, il frotta son flanc pour découvrir d'autre couleur s'étaler sur sa main, tout ca ne laissait rien de bon à venir … En parlant de rien de bon, pourquoi la voix de l'avatar lui parlait encore ? C'était pas lui en fait ! Il posa ses mains sur sa tête et se mit à marmonner des calomnies dans sa langue natal, il craquait … Les provocations ne se stoppait donc pas !



♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Ven 17 Avr 2015 - 23:53
Pas un geste, pas un mouvement, le temps passe lentement tandis que Maya se contente de fixer Alexander, attendant des commentaires ou des ordres de sa part. Tant qu’il ne demande rien, la jeune femme ne se sent pas dans l’obligation de bouger… par conséquent, elle reste aussi statique et muette qu’une poupée exempte de tout libre arbitre.

Adossée à la roche, elle regarde et écoute son professeur parler en direction de cette chose qui les a portés jusqu’ici. L’esprit embrouillé de la déesse tente d’analyser le discours tenu par l’homme, cherchant à déterminer ce qu’il lui demande ou ce qu’il souhaiterait qu’elle fasse à son égard. « Elle reste » : si le pronom personnel « elle » fait référence à Maya, alors elle va s’exécuter et rester avec lui. Non pas qu’elle ait déjà eu l’intention de partir… mais cette fois, c’est officiellement acté. « Elle a disparu », « je ne veux plus subir ça » et « elle m’avait rendu heureux »… cette phrase est beaucoup plus compliquée à analyser que la précédente. La jeune apprentie ne se souvient pas avoir disparu… sauf peut-être quand ils ont été séparés, peu après leur agression aux portes de l’Académie. Soit, elle se jure qu’elle ne lui fera pas subir ça une seconde fois. Et si elle pouvait le rendre heureux à nouveau, en se basant sur… quelque chose qu’elle aurait fait dans le passé…
Tout cela est bien trop flou et confus dans son esprit.
Et s’il pense qu’elle n’aura pas le courage de l’embrasser… alors, il se trompe : il lui suffisait de demander.

- Je vais très bien monsieur, je reste avec vous. fait-elle avec une voix… plate et sans vie, à l’opposé de son ton habituellement mélodieux. Voulez-vous que je vous embrasse, c’est ce que vous avez demandé ?

Tout d’un coup très entreprenante, Maya s’est approchée de lui, visiblement à nouveau capable de bouger correctement. Toujours assise, elle a tourné le buste dans sa direction, s’est collée contre son bras et son épaule, puis a posé une main sur son torse nu et l’autre sur son épaule opposée, comme pour le rassurer. Elle a approché son visage, attiré Alexander vers elle, fermé les yeux… et hop ! Elle a déposé un baiser sur sa joue.
Suite à quoi, la demoiselle éloigne son visage, mais reste collée au professeur, prête à recommencer s’il le lui demande. À quoi est-ce que cela sert ? Pourquoi l’embrasser ? Des questions futiles, tant que cela répond aux besoins de l’homme à la voix pure et au physique avenant…

- J’espère que cela vous satisfait, que cela vous réconforte. Sachez que je ne vous pousserai jamais à faire ce que vous ne voulez pas faire, et que je refuse de faire tout ce que vous refusez que je fasse. Soyez tranquille, tout ira bien, je reste à vos côtés.

Suite à cette tirade, le silence revenu, elle commence à l’entendre marmonner des ordres incompréhensibles. Il a posé ses mains sur la tête, comme pris d’une violente migraine, et s’est tout à coup renfermé sur lui-même. Maya, qui était collée à lui, est légèrement bousculée par son geste… mais elle continue de le regarder, une main délicatement posée sur son torse, attendant de voir s’il a besoin d’elle ou non. Tant qu’il ne dit rien, tant qu’il ne demande pas… elle ne peut pas vraiment agir, ne sachant pas ce qu’il lui autorise de faire pour le satisfaire. À vrai dire, elle ne se pose même pas la question, son esprit ne fait que suivre des indications orales. Et si Alexander ne demande rien, c’est que le contact de sa main doit être suffisant…
Alors elle le regarde et attend.
De ce regard, elle continue de voir les strates de couleurs… et toutes indiquent que la température dégagée par sa tête a augmenté. L’homme est en proie à une fièvre.

- Vous avez de la fièvre.

Si elle parle si librement, cela signifie que les effets d’une potion sont en train de s’estomper. La jeune femme progresse, même si elle est encore loin d’être en état de proposer des idées et des solutions. Pour l’instant, elle ne fait que remarquer et partager ses observations, sans pouvoir les développer derrière un raisonnement logique. Elle n’a plus de logique… elle n’est qu’une poupée qui observe et qui parle maintenant. Et son esprit n’est pas dérangé par ce qui se passe, il n’essaye pas de lutter pour remonter à la surface.
Maya n’existe plus… elle n’a même pas conscience d’être elle-même. En se réveillant de ce cauchemar, libérée des effets des potions, elle aura certainement tout oublié.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mar 26 Mai 2015 - 12:16


Maya semblait légérement différente, il ne saurait dire pourquoi, mais elle lui paraissait différente. Peut être que cette voix qui raisonnait dans sa tête altérait son jugement ? Ou bien c'est car elle n'a pas cette gêne qu'elle avait juste avant ? Ou bien c'était cette mixture colorée ? De toute façons plus rien n'était clair dans l'immédiat !
Par réflexe quand Maya s'approcha de lui pour déposer ce baiser sur sa joue il posa une main dans le bas du dos de la jeune fille et ferma les yeux pour seulement écouter sa voix monocorde et sentir la chaleur de ce contact, sans feu cette chaleur était bien agréable !


- J’espère que cela vous satisfait, que cela vous réconforte. Sachez que je ne vous pousserai jamais à faire ce que vous ne voulez pas faire, et que je refuse de faire tout ce que vous refusez que je fasse. Soyez tranquille, tout ira bien, je reste à vos côtés. Vous avez de la fièvre.

Il était toujours silencieux, les yeux toujours clos, il s'attachait à garder son sang froid et ne rien faire pour lentement repousser cette voix, enfin cette action était bien vaine, c'était de pire en pire. Gardant toujours les yeux clos il replaça sa main dans le dos de Maya, peut être un peu trop bas, mais les yeux fermé c'était délicat de faire correctement non ? Et il prit enfin la parole.

-Ce que je ne veux pas faire ? Pour dire vrai je ne vois rien de ce genre … Dans notre situation, rien ne me semble impossible, ou cas échéant je saurais te le dire. Suis tes envies

Il finit par ouvrir à nouveau les yeux, la voix dans sa tête le poussait à faire tout et n'importe quoi, si bien qu'il n'en arrivait plus à juger de ce qui serait bon ou mauvais …
Mais encore si il n'y avait que cela, les yeux ouvert, il remarqua le visage devant lui changer comme ça d'apparence, et dés qu'il se fixait un peu sur d'autres traits cela lui avait semblé l'être depuis le tout début.
Mais parmi les traits de connaissances qui défilèrent un bloqua bien plus, celui de Trish. Immédiatement il écarta doucement quelques cheveux de devant les yeux de Maya de sa main libre et laissa cette main sur sa joue, immobile et silencieux, il ne savait tellement pas quoi dire, puis le visage de Maya revint et ce petit tour s'enchainait encore et encore sous les yeux d'un chevalier qui à l'époque se serait fait nommer fou et tuer pour ce genre d'événement hallucinatoire. D'ailleurs il en venait à se demander qui se tenait là, contre lui … Enfin, ce n'était pas le plus important non ? Au moins avec ça la voix venait de se mettre sur silence, sa tête cessait de résonner au rythme des propos qu'elle tenait. Un larme parcourra sa joue et il posa son visage contre l'épaule de la jeune fille pour la cacher.


-J'ai oublié ce que nous sommes venu faire ici, la raison de notre présence à l'écart de tous … Si une idée te vient fait moi en part immédiatement, je te suivrais, je te le jure.

Amnésie provisoire quand tu nous tiens … Le voila qui avait même oublié l'identité de la personne, la reprise de conscience lui donnera une bonne raison de ne plus touché à n'importe quoi n'importe comment … Mais en attendant, deux personne droguées et seules dans une forêt, que vont-elles faire dans leur état ? Il redressa lentement le visage pour al regarder droit dans les yeux, très proche d'elle, toujours à moitié dénudé.

- Tu crois que … ?

Ce serait quelque chose non ?




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mar 26 Mai 2015 - 23:13
Cette façon de parler est si énigmatique que la droguée n’y comprend rien. « Suis tes envies »… Elle n’a envie que d’une chose, c’est de faire ce qu’il demande. Ce n’est même pas une envie, ce serait plutôt comme une nécessité, sans le caractère obligatoire… disons une programmation, un algorithme à suivre dont elle ne pourrait s’écarter. Au final, ce qu’il demande, c’est qu’elle fasse ce qu’elle a envie de faire… et donc ce qu’elle fait puisqu’il le demande. Une chance qu’elle s’en sorte facilement cette fois-ci… parce qu’en cas de proposition absurde disant tout et son contraire, son esprit pourrait se mettre à chauffer et se perdre dans une boucle infinie sans jamais trouver de sortie.

Maya ne tressaille pas quand le professeur pose ses mains sur elle. Épaules, bas du dos, joues, tout ce qu’il veut… la poupée le regarde dans les yeux, faisant fi du reste. Tant qu’il ne demande rien sur le sujet en tout cas. Quand il pose son visage sur son épaule, elle le suit du regard… sans bouger, sans chercher à le consoler, jusqu’à ce qu’il se soit redressé.
Alexander vient de lui ordonner de dire ce qu’ils font ici, loin de tout… et ça, elle va pouvoir lui raconter sans problème, et sans sourciller. Elle « ne croit pas que… », elle en est sûre.

La jeune femme commence son histoire par leur rencontre dans les couloirs, et récite absolument tout ce qui s’est déroulé depuis ce moment-là. La violence, les combats, la recherche, la peur, l’attirance, la honte… tout, vécu depuis ses yeux, depuis sa tête, entrant dans les détails les plus intimes de la personne qu’elle a été tout le long de l’histoire… mais tout ça de manière complètement détachée, derrière son masque inexpressif. Qu’elle ait eu peur pendant les affrontements, qu’elle exige qu’il se retourne pour se déshabiller et se sécher, qu’elle lui demande s’il avait quelqu’un dans sa vie pour possiblement pouvoir y rentrer… et finalement, son changement d’avis sur cette ultime question, son petit roupillon pendant son tour de surveillance du camp… il sait tout.

- … et cette chose nous a amenés ici. Vous m’avez ensuite demandé de vous embrasser, ce que j’ai fait. Vous m’avez suggéré de suivre mes envies, puis de vous expliquer la raison de notre présence ici, tous les deux, à l’écart de tous. Ce que j’ai fait. Avec envie.

Silence désespérant.
Mais rapidement, et contre toute attente, Maya lève la main, puis pose son pouce au coin de l’œil du professeur pour effacer une trace d’humidité. L’espace d’une fraction de seconde, elle a également baissé les yeux, avant de redevenir droite et stoïque. Est-ce que ses envies lui joueraient des tours ? Le vraie Maya n’aurait pas fait ça par envie, mais par honte. Honte de voir ce qu’elle n’aurait pas le droit de voir… une autre façon de penser la pudicité.

Pudicité ? La jeune femme grimace une seconde, victime d’une sorte de déclic désagréable dans la tête. Encore une fois, la sensation s’évapore rapidement.
A-t-elle une idée sur… « quoi faire maintenant » ? Mis à part suivre ce que dit Alexander à la lettre, pas vraiment, non. Ce n’est pas comme si elle pensait à l’Académie, à la bonne douche et au matelas confortable qui l’attendent là-bas, ou même aux dangers encourus en restant dans un endroit pareil… Maya n’est ni en état de philosopher, ni en état de penser à son bien-être. Des principes qui n’existent même pas, biens loin de lui effleurer l’esprit.

- Hum… je… fait-elle, retrouvant un certain niveau d’initiative. Il y a deux formes globuleuses rouges derrière vous, je penche pour des yeux.

Déconnectée de la réalité, elle ne sent pas le danger… et pourtant, cette chose énorme… monstrueuse… s’approche en chargeant. Avec ses yeux temporairement thermiques, Maya le voit de loin, mais elle est bien trop concentrée sur le professeur pour faire attention à quoi que ce soit d’autre, son esprit se recentre donc sur Alexander pour ne plus regarder que lui. Qu’il lui demande de l’embrasser une nouvelle fois ou de le défendre contre cette bête non identifiée, la jeune femme le prendrait de la même façon. Par contre, quand elle émergera enfin de ce cauchemar… mieux vaut qu’elle soit encore en un seul morceau, et si possible, en dehors de l’estomac d’un Doppelgänger géant !
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mer 10 Juin 2015 - 14:33

- Pssst, il sont pas différent de dans la grotte ? On dirait qu'ils sont défoncés à je sais pas trop quoi non ?
- Ouais ! Carrément ! Mais il se passe rien, le boss s'est trompé nan ?
- Aidons les un peu, ça sera facile et comme ça on filmera enfin un truc pour les faire chanter comme prévu vu qu'on a pas pu les remplacer !

Voila ce qui se chuchotait à plusieurs mètres derrière Maya, la conspiration des doppelgänger allaient loin, où alors ils ont réadapté leur stratégie ? Toujours est-il que nos deux pauvres compères ne sont au courant de rien.
Le chevalier lui continue de fixer la jeune fille droit dans les yeux pendant sa tirade, il n'entend pas tout, il est omnibulé par ces changements de visages à la chaîne, enfin il a quand même comprit qu'ils ont été capturé et que pour fuir ils ont été transporté par une créature, une armure qu'il a invoqué.
Bon, tout cela est assez, dans la mesure des moyens d'un drogué, facile à comprendre, mais pour résumer, ils sont perdus et dans la merde non ? Le chevalier regarde autour de lui, il n'arrive pas a distinguer ces fameux point rouges lui … sa vue lui joue des tours ? Non il ne peux pas le concevoir (et pourtant il devrait avec ce qu'il voit) Il est juste muet en la fixant, comme si … comme si il buggait ? Un bon gros freeze du cerveau du chevalier, mais c'est la faute au contact si chaleureux de Maya ça ! Et à la drogue ...

Le temps lui parait figée, puis soudain il y a tellement de fracas, le petit abris où ils étaient est pulvérisé, les séparant de force malheureusement … Le chevalier se retrouve étalé dans l'obscurité un peu plus loin, et les deux curieux qui observaient se lancent dans un débat sur que faire maintenant qu'il y avait ce souci, mais en fait il allait l'utiliser à leur avantage, cette bulette qui courait semblait avoir prit peur et n'avait juste rien remarqué en défonçant tout sur son chemin, ils posent leurs caméras, réduisent leurs tailles et chacun va vers une des divinités, le chevalier reste face contre terre, ce qui permet au mini doppelgänger de venir susurrer des mots avec la voix de Maya à l'oreille de ce dernier.


Professeur, où êtes vous ? Je vous envie …. apprenez moi à ne pas avoir honte qu'importe ce qui se passe, faites tout de moi, je dois apprendre à la dure ~ Mais pour ça vous devez me retrouver.

Le chevalier redresse soudainement son visage et secoue la tête, encore une voix ? C'était celle de Maya il n'en doute pas, il faut qu'il la retrouve, mais avant on tousse un peu de poussière. Ensuite on se redresse maladroitement, il lève le regard au ciel, un nuage passe devant la lune, il doit attendre un peu, même si il avance très lentement et à tâtons.

-Maya ?

La créature est partie aussi vite qu'elle est venue murmurer et manipuler le chevalier qui se demande encore si Maya l'a appelé de loin, mais son esprit le pousse à y croire, étrangement … Alors petit pas après petit pas, il marche, attendant avec patience le retour de la faible lueur de la lune. Pendant ce temps la créature panique en silence.

*NOOOOOONNNNN !!!!!! j'ai perdu la caméra !*

Mais elle est toujours posée quelque part et filme, d'ailleurs elle film jusqu'à la petite créature qui murmure à l'oreille du chevalier de là où elle se trouve.



♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Jeu 11 Juin 2015 - 22:11
Entendant des chuchotements dans les environs, Maya s’est levée, pensant s’approcher des voix qui semblent l’appeler et lui demander assistance. « Aidons-les »… « Filmer un truc »… pourquoi pas après tout : elle fera tout ce qu’on lui demande de faire, peu importe la personne qui demande ou la raison invoquée. Mais à peine debout, l’abri autour d’eux explose et la pauvre femme est poussée, éjectée plusieurs mètres plus loin par une Bulette furieuse. Son corps fait un vol plané impressionnant avant d’atterrir dans un buisson d’épines, exactement ce qu’il lui fallait pour… gâcher un peu plus sa journée.

- Aïe… aïe… se plaint-elle en essayant de s’extraire du piège, mais en se piquant davantage.

Voilà que la sensation de douleur est revenue… c’était le moment idéal, vraiment. Son visage a été quasiment épargné, ce qui n’est pas le cas du reste de son corps, ni de ses vêtements. Quand elle devra retirer toutes ces épines une à une… ce sera du joli, encore une fois.

S’extirpant du buisson, Maya marche à quatre pattes encore quelques mètres avant de s’allonger sur le sol. Mauvaise idée. Elle se relève et regarde ses jambes, ses bras, ses mains… il y en a partout, en plus d’écorchures et de morceaux de tissu déchirés. Les vêtements qu’elle porte ne ressemblent plus à rien… mais tant qu’ils continuent à cacher le maximum possible, ils ont toujours leur utilité. Peut-être devrait-elle redessiner par-dessus ? Il y a plus important à faire…
À l’aide de son pouce et de son index, la chasse aux épines commence.

- Maya ?

Elle relève le menton, entendant la voix de son professeur et maître. Pourtant, la forme qui se présente devant elle est différente. Les strates de couleurs représentant la chaleur qu’il dégage ne sont plus exactement les mêmes, comme s’il avait plus chaud. Son cerveau semble être en train de bouillonner, ce qui n’est pas le cas de sa peau, de la surface de son corps, qui, contrairement à quelques minutes plus tôt, est bleue, donc froide. Quand elle sent sa main sur sa joue, caresser son visage, sa tempe, jusqu’à son front, elle ne se pose aucune question.

- J’ai froid, je souhaiterais que tu me réchauffes, et… hey !

Aussitôt demandé, aussitôt servi : Maya vient d’enlacer son interlocuteur pour lui transférer sa chaleur corporelle… et, dans un même temps, les épines qui la recouvrent. Bizarrement, la copie d’Alexander Urmanis n’a pas l’air satisfaite, elle tente même de se dégager de l’étreinte…

- Lâche-moi, saleté d’humaine ! hurle-t-il, ordre immédiatement suivi à la lettre par Maya. Bien… crève, salope… Attends attends attends…fait-il, la voyant porter la main à son cou pour s’exécuter. J’ai une meilleure idée. Plutôt que de me réchauffer, ferme les yeux, compte jusqu’à 60 à haute voix… puis tue-moi. Assassine-moi froidement, d’une dizaine de coups de couteau dans l’estomac. Et si tu vois que je suis toujours vivant, continue jusqu’à ce que je cède définitivement. Ça ira ? Tu peux faire ça ?
- Oui monsieur.
- Cet ordre ne peut pas être annulé, fais-le quoi qu’il arrive.

Le Doppelgänger agrippe le poignet de Maya et dépose un poignard dans sa main dominante. Il referme ensuite ses doigts un à un sur l’arme blanche, puis s’enfuit à toutes jambes, rejoindre son complice. Pendant ce temps, la jeune femme a fermé les yeux et a commencé à compter. Quatre, cinq, six… dans son esprit, tout est clair : Alexander lui a demandé de le tuer et c’est exactement ce qu’elle va faire, pour son plus grand plaisir. Plus elle lui donnera de coups de couteau, plus il sera ravi et fier de ce qu’elle fait à son égard.
Le monstre a retrouvé son acolyte, caché dans les hautes herbes. Tous deux se mettent à observer les apprenties divinités, satisfaits de leurs manipulations.

- Tu as la caméra ? Ça tourne ? Avec ça, nous aurons ce que nous voulions.
- Non, je l’ai paumée…
- Idiot ! Il faut la retrouver tout de suite !

Quinze, seize, dix-sept… le compte et les secondes s’égrainent. Les monstres cherchent bruyamment leur appareil, tandis qu’Alexander se rapproche dangereusement de son élève. Elle, toute détendue, serre fort le couteau dans son poing fermé, imaginant déjà la lame s’enfoncer dans la chair du professeur de sport. Vingt… vingt-et-un…
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 13 Juin 2015 - 21:21


La nuit est vraiment un gros problème … Ne rien voire, qu'importe la raison et ce qui se passe, cela rend toujours les choses bien plus complexe ! Et avancer en forêt n'y fait pas exception, la preuve en est que le chevalier chute au sol en trébuchant sur une branche, et tandis qu'il se relève, il entend distinctement Maya qui compte à travers l'obscurité ambiante et cela l'intrigue.
Une fois le travail pour reprendre appuis sur ses pieds effectué le chevalier resta immobile un instant, continuant à s'avancer lentement vers la direction d'où venait la voix, les chiffres continuaient à monter le barre des quarante était franchie. Mais la question de jusqu'à combien elle allait compter naissait naturellement, et l'ambiance .. Il y avait quelque chose d'assez pesant actuellement, du coup il se concentrait, il ne voulait pas chuter, pourtant le problème n'était pas celui-ci … Il s'agissait vraiment de ce sentiment qu'il allait arriver quelque chose de particulièrement dangereux.


- Ca y est ! Je l'ai retrouvé ! On va pouvoir reprendre !

Les deux manipulateurs jubilaient de leur cotés, ayant compris la situation ils savaient qu'ils n'avaient plus besoin d'être discret, au contraire, ils avaient maintenant plus l'air de deux producteurs qui contrôlaient leurs acteurs que de deux créatures qui allaient les tuer …
La lumière de la lune perçait enfin lentement la couche nuageuse, augmentant lentement mais surement la luminosité, le chevalier, juste devant Maya commençait enfin à doucement pouvoir la regarder de nouveau, sauf qu'il remarqua immédiatement l'arme blanche en sa possession. Et c'est là que retentit le terrible chiffre, le soixante, qui fut immédiatement suivit de l'ouverture des yeux de la jeune fille, mais surtout, de ce mouvement du poignet, droit vers le ventre du chevalier qui eut tout juste assez de temps et ce réflexe conditionné par l'entrainement de faire un petit pas en arrière en saisissant de sa main déjà blessée la lame qui le visait, de justesse, la pointe du couteau coupait légérement son ventre, pile au dessus du nombril.
Inutile de décrire la douleur d'un nouvelle plaie par dessus la première, pas plus que le sang qui en sortait abondamment. Le chevalier sentait bien que sa main n'était plus en état de suivre longtemps, que bientôt elle s'immobiliserait lorsque cette décharge d'adrénaline allait se dissiper, alors il força, repoussant Maya et la mettant à terre, les mains écrasé au sol au dessus de sa tête, le professeur à califourchon sur elle qui la fixe droit dans les yeux, il fallait qu'il comprenne là.


- Maya ? Non … Encore un coup de … Tu ne veux plus hein ? Tu ne l'as jamais voulu en fin de compte ?

Oui, il parlait bien de partir d'ici … Mais il ne savait plus qui se trouvait sous lui maintenant … Il était toujours autant perdu, d'autant plus qu'il entendait toujours des voix dans sa tête ! Enfin, c'est ce qu'il croyait.

- Non ! Ma scène ! Il a tout gâché ! Mais c'est pas possible ! Va falloir faire autre chose !
- Allons calme toi, on a la caméra, ils sont toujours là, il vont continuer à suivre les instructions !

Le chevalier ferma les yeux, bon sang, cette voix, elle voulait quoi à la fin ? Et ce sentiment qu'elle se trouvait dans sa tête, lui soufflant ce qui ne venait pas dans son esprit embrumé, lui indiquant quoi faire ou dire pour que tout ce passe bien …
Les deux créatures semblaient soudainement peu d'accord sur ce qu'il devait se passer, sur quoi dire, ils commençaient à s'aboyer dessus, pourtant il se mirent d'accord sur une chose avant de lancer une discussion à ce propos.


- Profitez donc de la nuit pour le moment !

Le chevalier était définitivement perdu, son regard parcourait la forêt sans vraiment chercher quelque chose, un peu comme si il avait espoir de voire son lui intérieur sous ses yeux, histoire de s'achever et de se considérer comme fou, il soupira et se repencha vers Maya, les yeux plein d'interrogation alors que sa poigne faiblissait déjà, la main s'endormant de plus en plus avec le sang qui en coulait. Heureusement serrer le poignet de Maya semblait servir de point de compression mais pour combien de temps ? d'ailleurs quelques gouttes tombait aussi du ventre du chevalier pour toucher la peau blanche de Maya ou un tissu, selon leur chance.

*Et bon sang !*




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Lun 15 Juin 2015 - 1:20
« Ne le veux plus » ? « Ne l’as jamais voulu » ? Bien sûr qu’elle l’a toujours souhaité, mais Alexander Urmanis ne l’a pas laissé faire. C’est pourtant lui qui a demandé à être planté de la sorte… et dès qu’elle tente d’obéir pour lui faire plaisir, il contre, la brutalise et l’immobilise. Il faut qu’elle comprenne là.

- C’est vous qui ne le voulez pas ! Et laissez-moi… lâchez-moi…

Victime de violents maux de tête, la jeune femme n’essaye pas de se débattre. De toute façon, son bourreau l’a parfaitement maîtrisée, il a bien agrippé ses poignets et positionné ses bras de façon à ce qu’elle ne puisse pas se délivrer… Mais dans cette posture critique, il n’y a bien que les effets d’une potion qui peuvent maintenir la jeune femme dans ce calme olympien, loin de la dangereuse réalité. La véritable Maya se serait débattue de toutes ses forces pour en réchapper.

Pourtant, et c’est surprenant, elle vient de formuler une requête précise à son professeur. Ce n’était pas une réponse à une question, ni un avis qu’il aurait pu lui demander… l’intervention vient d’elle-même. Commencerait-elle vraiment à émerger ? Il semblerait que ce soit le cas. Plus que quelques minutes et les effets de ces maudites potions se seront envolés ! Jusque-là, il faudra tenir.

Le professeur saigne abondamment. Maya a beau avoir beaucoup de mal à distinguer les détails, d’après les couleurs, c’est un liquide chaud qui s’échappe de lui et qui vient imbiber son pull, précédemment matérialisé. Elle n’a que faire de l’état de ce vêtement, ni même du fait que le sang le traverse très probablement, pour venir se répandre sur sa peau, en dessous… tout cela n’a aucune incidence. Cependant, l’expression de la jeune femme change. Par à-coups, ses yeux se ferment et se rouvrent, ses sourcils se froncent, ses lèvres tressaillent… elle non plus ne va pas bien.

- Je vais continuer… à… à suivre les instructions, monsieur. Je… Elle gémit de douleur un instant, avant de se reprendre… Je… nous devrions profiter de la nuit pour le moment… profiter de la nuit… pour… pour dormir… rentrer… soigner… oublier… travailler… courir… faire des tours…

Tout se mélange, ou elle n’arrive pas à se décider… elle n’est en tout cas pas en état de comprendre ce qui lui arrive. Bientôt, elle parvient à se tourner brusquement sur le côté, puis à se tourner encore pour s’allonger sur le ventre. À partir de là, elle peut lutter contre la prise d’Alexander, baisser progressivement ses mains, devant sa tête, au niveau de ses épaules, jusqu’à ce que son professeur lâche. Bras enfin libres, Maya se retourne à nouveau sur le côté, attrape le poignard qui lui a échappé des mains et le plante violemment dans la jambe de son professeur. Elle visait pourtant le ventre, comme il le lui avait demandé… mais ce n’est pas important. Grâce à cette attaque surprise, la jeune femme parvient ensuite à repousser définitivement Alexander et à se relever. La voilà libre !

Alors que le professeur n’est pas encore relevé, elle s’approche et s’arrête, face à lui. Elle sourit, le couteau ensanglanté dans la main. Elle n’est pas folle, pas détraquée, ce n’est pas un sourire sarcastique… au contraire, elle semble plutôt radieuse. Comme si elle retrouvait son amoureux après des années d’attente… voilà ce que montre son expression. Et pourtant, après avoir posé sa main sur son épaule tendrement, elle plante à nouveau son couteau dans son ventre. Une fois, deux fois, trois fois… avant de s’arrêter. Quelqu’un d’autre s’approche, voilà de quoi la rendre curieuse !

- Et voilà, elle l’a fait ! Il aura suffit de dire « plante-moi » pour qu’elle…

Qu’il ait eu le temps de comprendre ou non, à peine une seconde après sa bourde, le voilà avec un poignard planté en plein estomac. Hanche, côtes, thorax, poitrine, cou. Alors qu’elle retire la lame pour la sixième fois en moins de 4 secondes, une gerbe de sang s’échappe du dernier point vital touché. Le Doppelgänger s’effondre, sous le regard interrogatif de Maya. A-t-elle parfaitement exécuté son souhait ?
Le deuxième monstre s’approche, apparemment très remonté.
Elle le regarde à son tour, surprise de cette nouvelle apparition.

- Qu’as-tu fait ? rugit le monstre.
- Je l’ai planté, comme il me l’a… aïe… demandé. Réplique Maya, ressentant à nouveau une douleur dans la tête qui la fait tressaillir quelques instants.
- Tu vas payer ! Obéis-moi, ne fais rien, et laisse-moi te buter !

Il lui décoche une droite monumentale en plein visage alors qu’elle était droite, sereine, serviable… sans défense. Maya atterrit directement sur son professeur, sonnée. Peut-être que quelques coups lui remettront les idées en place… mais encore faut-il survivre assez longtemps.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mar 16 Juin 2015 - 18:49

- C’est vous qui ne le voulez pas ! Et laissez-moi… lâchez-moi…

Lui qui ne veut pas ? De quoi pouvait-elle parler ? Il avait refuser quelque chose ? Tout était si peu claire ici … toute cette histoire ne tenait décidément pas la route !

- Je vais continuer… à… à suivre les instructions, monsieur. Je… Je… nous devrions profiter de la nuit pour le moment… profiter de la nuit… pour… pour dormir… rentrer… soigner… oublier… travailler… courir… faire des tours…

Oui, il était bien d'accord, mais il réfléchissait tant qu'il ne faisait rien, or elle se débattait se tortillait, et lentement lui glissait d'entre les mains. Et on réalise bien que l'on perd le contrôle lorsqu'un couteau vient s'enfoncer dans sa cuisse n'est-ce-pas ? D'instinct le chevalier va repousser Maya et écraser de sa main blessée cette plaie dans un râle douloureux et une petite citation contre sa poisse.
Relevant les yeux il l'a voit, devant elle, avec ce sourire du combattant victorieux, et bien aussi surprenant que ce soit, le chevalier ne trouve rien à faire que de sourire avant de sentir à nouveau la froide lame de métal se glisser dans sa chaire, plusieurs fois. Cela faisait des lustres qu'il n'avait plus gouté cette sensation. En fait il se sentait comme lorsque cet autre chevalier l'avait terrassé et marqué dans le dos en l'épargnant.

La perte de sang, tout autour de lui devient un peu flou, il lutte pour rester conscient et comprends qu'une discussion à lieux autour de lui mais il n'en saisit pas un mot, non, ce n'était que des bruit de paroles, des propos étouffés par une toux sanglante du blond. Bon, il est temps de poser sa seconde main sur son ventre, c'est probablement inutile, non ça l'est simplement, mais peut être que … non, là il se sent condamné en fait …
Quelque chose lui tombe dessus et une autre approche ! On bouscule la première d'un mouvement de la jambe et le pied encore viable va se loger en pleine mâchoire de l'autre, un craquement retentit, ce son caractérisant les os qui cèdent, c'est finit il n'a plus d'énergie … La créature tombent plus loin, le nez à du prendre un coup aussi, il est mort sur le coup.
Mais bon, Alexander a ce sentiment qu'il ne va pas tarder à suivre … Allongé sur le sol il fixe les étoiles, le ciel arbore déjà les traces du levée du jour, le bleu foncé s'éclaircit lentement, la lumière reprend donc ses droits alors que lui voit cette dernière décliner ...


- Cela faisait longtemps ...

Ses mains lâche ses blessures, ça ne sert à rien, il continue à sentir le sang le quitter, même si cela est de moins en moins … Et il les tend vers le ciel, subir la mort plusieurs fois est en soit une épreuve, mais les suivantes appréhendent différemment, comme si l'on savait qu'elle finirait par revenir, le poids est moins grand, pas comme la douleur et les sensations en revanche ...

- Ma première mort m'a laissée moins de sou ... Il toussa encore un fois et attendit un peu avant de reprendre ... de souvenir … Je me dit qu'elle n'était pas si mal en fin de compte ...

Tout semble tellement lent lorsque l'on s’éteint de la sorte … on réfléchit à tout, son passé, ses dernières actions, et surtout, on se remet en cause d'avantage ! On se demande où l'on a échoué, ce qu'il aurait du faire à d'autres moment. Au moins les morts instantanées épargnent ce moment de réflexion.

-Ça ne sera plus long … J’espère ...




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Jeu 18 Juin 2015 - 22:09
Attrapant la jeune femme par le bras, le Doppelgänger la relève, lui donne des coups de genou dans les côtes et une nouvelle baffe en plein visage, qui l’étale encore une fois sur son professeur. Maya parvient difficilement à retrouver ses esprits, déjà très perturbée par l’effet des potions. Elle tente de se relever, en s’appuyant sur le ventre ensanglanté d’Alexander, avant que son adversaire ne revienne à la charge, agrippant ses cheveux, puis tirant dessus pour la relever. Il a pris les traits de son professeur, plus fort qu’elle physiquement… afin qu’elle n’ait aucune chance d’en réchapper.

Placé derrière elle, il la relâche et passe un bras autour de son cou. Il va l’étrangler… c’est comme ça qu’il cherche à en finir. Maya pose ses mains sur le bras qui l’étouffe, essayant de le faire lâcher prise. Il tient bon. Elle essaye alors de le frapper dans les tibias, de lui écraser les doigts de pieds, lui donner des coups de coudes… ce qui là encore, ne produit pas l’effet escompté. Il faut qu’elle fasse appel à ses techniques d’autodéfense, ses souvenirs de cours à l’académie. Sa main cherche la sienne à tâtons. Dès qu’elle touche ses doigts, elle lui agrippe l’auriculaire et tire dessus : la main vient forcément avec, quelle que soit sa force et leur différence de niveau, ce qui a pour effet de desserrer la prise… et la jeune femme peut s’échapper. Plutôt que de s’enfuir, d’ailleurs, Maya se retourne et le repousse d’un coup d’épaule, puis approche, court et saute pour lui assener un coup de pied sauté en plein visage. Le monstre tombe à la renverse. La jeune femme ne lui laisse pas le temps de respirer : elle se précipite sur lui, glisse ses jambes autour de son cou, tourne sur le côté et force pour serrer, plier le genou…
… et rapidement lui briser la nuque.

Maya reprend sa respiration et ses esprits, sans pour autant desserrer sa prise… gagnée par le doute. Le Doppelgänger ne bouge plus, son cou est écrasé… il ne se relèvera pas. Soupirant un bon coup, la jeune femme le lâche, puis se lève, victorieuse. Elle passe son bras devant sa bouche pour essuyer le sang qui coule sur ses lèvres, puis s’approche de son professeur et s’agenouille à ses côtés.

- M… monsieur… ? Vous m’entendez ?

La scène lui rappelle la noyade… ils sont exactement dans la même position. Mais cette fois, ce n’est pas du simple bouche-à-bouche qui le sauvera.

- Monsieur ! Je suis désolée, je ne voulais pas faire ça… je ne sais pas ce qui m’a pris ! Je vous supplie de rester en vie ! Mon Dieu, que dois-je faire… ?

Finalement, les effets de la potion ont disparu : Maya a retrouvé ses esprits, malheureusement au plus mauvais moment. Elle ne se souvient plus exactement de tous les évènements récents, mais les coups de poignard ne lui ont pas échappé. Elle vient de tout simplement froidement assassiner un professeur de l’Académie. Un professeur… qui représentait sûrement davantage pour elle, après cette journée passée à ses charmants côtés. Qu’arrivera-t-il ? Il n’est pas encore mort… mais il souffre, elle ne peut rien faire pour le sauver. Rentrer à l’académie ? Il sera peut-être trop tard. L’achever… ? Elle n’ose même pas approfondir la réflexion qui, pourtant, serait plus respectueuse envers l’homme, souffrant le martyre. La voilà à nouveau perdue face à ses responsabilités.

- Alexander… je vais vous… sauver.

En disant ses mots, elle a pris son bras et l’a passé par-dessus ses épaules. Même chose pour le second bras, qu’elle fait passer de l’autre côté. Finalement, elle le serre contre elle, qu’il saigne abondamment ou non, et elle déploie ses ailes, prête à partir. Par où ? Comment se repérer dans la nuit ? Tant pis, elle n’a pas le choix… alors, elle plie les genoux, pousse, et s’envole avec le professeur dans les bras.

- Tout va bien, vous n’allez pas mourir… fait-elle alors qu’ils atteignent une bonne hauteur, permettant à la jeune femme d’accélérer... vers l’inconnu. Je veux faire les tours que vous m’avez demandés, qu’ils soient magiques ou non. Ça ne peut pas se finir comme ça… c’est vous qui m’en deviez une… et maintenant, tout est ma faute si… et ce n’est même pas équivalent... Que… qu’est-ce qu’il va arriver pour moi ? Est-ce qu’ils vont m’enfermer ? Me bannir ? Me traiter de… criminelle, comme mon père ? M… m’exécuter ?

Elle hoche la tête.

- Et je ne pense qu’à moi… idiote que je suis ! Résistez, nous arriverons bientôt, vous serez sur pied dans 10 minutes à peine… et vous pourrez vous venger de moi si vous le voulez. Je vous laisserai me tuer… mais résistez.

Les deux partenaires égrainent les kilomètres à une vitesse folle. Il n’y a rien, aucune trace de lumière, nulle part. L’académie n’est pas faite pour être retrouvée par n’importe qui… ceux qui partent trop loin ne la retrouvent jamais. Plus ils la cherchent, plus ils s’en éloignent. Maya s’agace et accélère sans écouter son corps. Cette succession de plaines, forêts, points d’eau… elle ne les reconnaît pas. Elle ne s’était jamais aventurée aussi loin.

Une étoile finit par attirer son attention. Une étoile très brillante.
Ce n’est pas un hasard, pas de la chance, pas le sort qui joue enfin en sa faveur : c’est l’étoile Polaire, l’objet qu’elle a reçu lors du précédent Noël, fêté à l’académie. Quelqu’un lui a offert ce cadeau qui permet de montrer l’endroit qui nous est le plus cher, l’endroit vers lequel on veut retourner quand nous sommes perdus. Quelqu’un savait qu’elle se perdrait… quelqu’un savait qu’elle aurait besoin d’un signe pour la ramener.
La voilà qui tourne et se positionne pour aller droit vers l’étoile. Combien de temps avant de rentrer à l’académie ? Alexander vit-il toujours ? Maya accélère encore, atteignant les limites du supportable. Quelque chose au loin. Elle accélère encore.

Deux minutes plus tard, elle se pose, voir s’écrase au milieu de la cour de l’académie.
Salement amochée, elle ouvre les yeux et s’adresse à qui pourrait l’entendre… avant de s’évanouir.

- Aidez-moi… je l’ai tué…
Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier
Page 5 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Sujets similaires
-
» Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Couloirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page