Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 29 Nov 2014 - 0:09
Vers une fosse… ou plutôt sous terre. En tout cas, Maya ne le voit pas : contrairement à Alexander Urmanis qui n'a pris qu'une misérable fléchette dans le cou, l'apprentie Déesse a reçu un objet contondant à l'arrière de la tête qui l'a assommée net. Elle ne devait pas être assez importante à leurs yeux pour avoir le droit de rester éveillée. Quant à savoir pourquoi « ils » s'en sont pris à elle alors que seul le professeur aurait dû être visé… ça… il faudrait le leur demander. Soit ils sont déjà au courant pour l'épisode dans la cafétéria, soit… c'est autre chose. Peut-être ont-ils des idées malsaines derrière la tête concernant ces deux-là… ?
L'un des Doppelgänger assaillant l'a ensuite attrapée et chargée sur son épaule pour la transporter plus facilement. Tout le groupe s'est alors enfoncé dans la forêt et, après une bonne dizaine de minutes de marche, ils ont fini par trouver l'entrée d'une grotte s'enfonçant dans la terre. Plus profondément qu'on aurait pu le croire à première vue.

Ils sont descendu, descendu, descendu encore… sans fin.


Maya se réveille avec un sacré mal de crâne. Elle couine, tout en essayant de se remettre les idées en place. Difficile. Elle a l'impression d'avoir du mal à respirer, que sa tête va exploser… et ce n'est pas dénué de bon sens : elle est actuellement pendue par une cheville, à l'envers, la tête en bas. Par effet de pesanteur, le sang afflue et s'accumule dans le cerveau, ce qui lui donne une sensation de vertige désagréable… blablabla, et plein d'autres bizarreries, pas agréables pour un sou. Elle a beau savoir garder la position plusieurs minutes, ce sera toujours une figure de gymnastique détestable… probablement celle qu'elle déteste le plus d'ailleurs.
La jeune femme ouvre les yeux et regarde tout autour d'elle, mais il fait noir. On voit juste une fente de lumière… sous ce qui doit être une porte ou quelque chose comme ça.

- Monsieur Urmanis ?

Le coup derrière la tête ne lui a pas endommagé la mémoire, c'est déjà ça. Elle sait parfaitement ce qui s'est passé ou tout du moins, elle est capable de l'imaginer. Des Doppelgängers, un groupe d'au moins deux individus dont un à découvert, l'autre caché. Alors que le professeur et l'élève se focalisent sur celui qui apparaît devant leurs yeux, l'autre attaque par surprise par-derrière… et bingo, le tour est joué. Nos deux académiciens se sont fait berner comme des bleus. Peut-être que l'un d'entre eux n'était pas assez concentré et qu'il a par conséquent… provoqué ce malheureux… destin funeste ?

Aucun bruit.
Aucune réponse de la part du prof, Maya est donc seule… à moins que le bonhomme ne soit toujours dans les vapes et qu'il ne puisse ni entendre, ni répondre. Ou alors, à la différence d'elle, peut-être qu'il ne s'est pas fait capturer. Ou peut-être qu'il est mort. Mieux vaut ne pas trop espérer qu'il vienne la sauver, et essayer de se débrouiller seule pour se sortir de ce pétrin.
Pour commencer, la jeune femme essaye de se balancer un peu. Ses mains ne sont pas liées, alors elle peut facilement user de sa force et de sa souplesse pour agripper ce qui l'attache au plafond… ce qui, en l'occurrence, semble être une chaîne froide, sûrement faite de métal ou d'acier. Couper ou casser un truc pareil, vu son épaisseur, c'est mission impossible. À sa connaissance, aucun objet qu'elle pourrait matérialiser ne viendrait à bout de cette matière… et de toute manière, impossible de dessiner dans le noir. L'apprentie reste donc fermement accrochée à cette chaîne – qu'elle a d'ailleurs fait passer entre ses jambes pour éviter de se fatiguer à la tenir de la force de ses bras – afin de rester en position plus classique… ou en tout cas, plus la tête en bas.

Nouvelle tentative d'appel du professeur, mais rien. Maya fouille dans ses poches pensant y retrouver son compagnon électronique… mais manque de chance, aucune trace non plus du téléphone portable. Pour le S.O.S. de détresse ou la lampe de fortune, c'est raté.

Petit à petit, la pression monte. Il n'y a pas de solution, elle n'a même pas le début d'un plan en tête… les perspectives de s'échapper sont assez minces. Soit : il faudra attendre que les Doppelgängers entrent, la détachent pour une raison ou pour une autre… et elle pourra soit engager le combat, soit tenter de leur fausser compagnie. Probabilité de succès… dans les 5 % peut-être ?
Ce qu'elle est mal engagée…

- Il y a quelqu'un ? S'il vous plaît ! Laissez-moi sor…

Une odeur immonde vient s'engouffrer dans ses narines… Elle essaye de s'en protéger en mettant sa manche sous son nez, mais a un haut-le-cœur incontrôlable. Qu'est-ce que c'est que cette horreur ?
Où est-ce qu'elle peut bien être… ?
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 6 Déc 2014 - 0:24


Il ne savait pas trop ce qu'il y avait sur l'aiguillon qu'il avait eut dans la nuque, mais cela le rendait tout … Étrange, sans force, l'esprit troublé, mais toujours conscient. Il sentait encore tout ses membres mais ils ne répondaient plus.
Il a vu défiler les arbres à l’extérieur, puis les rochers du tunnel, il comprenait aussi quelques paroles de satisfaction des créatures. Mais tout ceci lui échappait à moitié, en fait il était complétement drogué, et pour que cela l'affecte comme cela la dose devait être importante.

D'ailleurs dans la grotte le chevalier finit par se faire accrocher contre un rocher au milieu d'une immense salle éclairée par quelques torches éparses. Celui qui semblait être le chef s'approcha de lui, le fixant, enfin, c'était surement ce qu'il devait faire, ces créatures sans visages sont difficile à fixer dans les yeux … Et lui caressa doucement la joue avant de prendre son apparence, un faux professeur de sport de l'académie, mais en meilleur état que l'original.


- Depuis le temps que j'attendais de remplacer une personne plus importante qu'un misérable apprenti de cette école, je vous ai enfin ! L'autre et sa vengeance tombait si bien.

Ce fut ensuite un défilé, il n'arrivait même pas à bien compter, il en avait vu combien passer sous ses yeux pour mémoriser ses traits ? Quatre ? Peut être cinq … Un petit groupe, exactement comme celui qu'il avait vu sur terre. Mais tandis qu'il se sentait aller un tout petit peu mieux, une nouvelle piqure se fit ressentir, et le voila repartit dans le nuage de son esprit, observant cette réalité brumeuse dont il était un acteur passif.

- Mais vous savez professeur, je ne suis pas un monstre Il ricana un grand coup puis poursuivit Il tenait à sa vengeance, alors plutôt que de me débarrasser de vous, je vais d'abord jouer pour lui offrir sa volonté post mortem.

Il serra le poing et frappa le professeur au visage, ce dernier ne put réagir et n'a pas eut d'autre choix que de subir, mais ce ne serait clairement pas tout. Après ce coup dans la mâchoire plusieurs autres suivirent, le ventre et le visage en ont bavé, enfin principalement le ventre, il n'a eut que deux ou trois coups dans la mâchoire. Pourtant alors que la drogue refaiblissait il trouva la force de parler. Après tout il ne la voyait pas ...

- Ou … Ou est-elle ?

Sa copie rit et demanda à un autre une nouvelle injection, c'était repartit pour le brouillard … Pourtant dans cette brume il entendait clairement l'autre lui parler, lui annoncer dans un grand discours qu'il voulait lentement placer son groupe dans l'académie, pour toujours aussi doucement monter en remplaçant des personnes de plus en plus haute placer, et tout contrôler.Au fond le professeur en avait rien à faire, si jamais il commettait l'erreur de lui laisser la moindre occasion, ils étaient fini, quitte à s’enterrer vivant avec eux. Mais finalement il aborda le sujet qu'il voulait entendre.

-Quand à elle … hmmm … je ne sais pas ce que l'on va lui faire, mais on s'amusera aussi avant de la jeter comme une merde, enfin, tu vas subir en premier, tu comprendra ce que je veux dire bientôt.


La suite s'approcha plus de la torture qu'avant, sa tête immerger dans l'eau jusqu'à ce qu'il perde le souffle, une remonter brève et de nouveau il devait résister à cette envie d'inspirer, de remplir ses poumons d'airs, car ce serait de l'eau qui viendrait. Enfin, on tient pas éternellement, il finissait par craquer de plus en plus vite, il n'arrivait plus à rien, il se demandait pourquoi la mort ne l'emportait pas, pourquoi ces coups de pied et de talons le traînant au sol ne pouvaient pas l'achever.
Pourtant plusieurs mètres et minutes après, il sentit qu'une partie de son corps ne touchait plus le sol.


- Direction la poubelle, dit bonjour à la bestiole de ma part.

Et ce fut le vide, la chute, mais surtout l’atterrissage dans des craquements prenants aux oreilles et faisant penser à mal. Pourtant, après un instant il remarqua qu'il n'était pas brisé, ces os intact, il avait atterrit dans un amas d'os divers, certains portant encore des traces de chaire, le tout dégageant une odeur … terrible ...

*Diantre ...*

Rien ne répondait encore à sa volonté, il regardait en haut, ils refermaient une grille, un lit d'os brisé ce n'est pas confortable, mais il ferait avec … En parlant de ça, le sang coulait un peu de sa main, sûrement à cause des os … Il ne pouvait rien faire d'autre qu'attendre ...




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 7 Déc 2014 - 19:48
Le temps s'écoule si lentement…
Depuis combien de temps attend-elle maintenant ? Dans pareille situation, il n'y a que deux solutions de toute façon : crier pour se faire entendre ou rester silencieuse pour qu'on l'oublie. De manière surprenante, Maya a choisi la seconde solution et n'a pas bougé depuis… peut-être deux heures, voire davantage, elle n'en sait foutrement rien.

En soufflant, en maîtrisant sa respiration, elle a retrouvé son calme et sa patience à toute épreuve. Ses yeux distinguent un peu mieux les formes dans le noir, ses oreilles entendent les allées et venues de l'autre côté de la porte et pour ce qui est de l'odeur environnante, ses narines ont fini par s'y habituer. Concernant sa position par contre, celle-ci commence à être intenable : les crampes la font souffrir horriblement. Les douleurs liées aux frottements de la chaîne contre sa peau sont de plus en plus insoutenables, elles aussi. Mais mieux vaut ça que de rester tête en bas.
Quoique…


Enfin, la porte s'ouvre… et la lumière vive et soudaine aveugle la jeune femme. Elle met une main devant ses yeux, même si elle sait qu'elle ne peut pas se le permettre. « Tourne le dos à ton adversaire et tu es morte… », un enseignement qui aurait sûrement pu lui être donné par un professeur de combat quelconque… si tant est qu'elle l'eût écouté.

- Cette déesse est le point faible de l'autre. On devrait la cogner et l'abîmer un peu, tout comme lui a fait souffrir les nôtres.

Mince… Alexander est donc lui aussi captif dans les environs… Mais qu'a-t-il pu bien leur dire ou leur faire ? A-t-il dit quelque chose sur elle ? L'a-t-il appelée ? A-t-il prononcé son nom, rien qu'une chose qui leur aurait permis de comprendre… ce qu'ils ont compris ? Mais il ne fallait pas ! La meilleure chose à faire, c'était de la laisser en dehors de tout ça, ne pas y faire référence du tout, l'oublier… du moins oralement ! À moins qu'il n'ait une idée derrière la tête ? Elle l'espère de tout cœur… parce que déjà, 3 Doppelgängers se sont rapprochés d'elle. Ils n'essayent même pas de se cacher sous les traits d'un autre, gardant leur forme humanoïde monstrueuse qu'on leur connaît si bien. Ils sont parfaitement confiants face à la déesse…

- Il est dans La Poubelle, n'est-ce pas ? Alors, il pourra entendre ses cris d'ici.
- N'approchez pas ! les prévient-elle avec beaucoup d'assurance.

Ils approchent, commençant par tenter de lui saisir les chevilles, à défaut de pouvoir faire autre chose. Toujours suspendue au plafond par une chaîne robuste accrochée à son pied droit, Maya se défend comme elle peut en tentant de grimper hors de leur portée, puis en se débattant et en leur décochant des coups de pied en pleine figure. C'est un peu ridicule, mais tant que ça marche…
Ils s'y mettent à deux en même temps et lui saisissent sa cheville libre, puis tirent dessus d'un coup sec et suffisamment soudain pour obliger Maya à lâcher la chaîne et à retrouver sa position pendue, tête en bas. Aussi vulnérable qu'un animal à l'abattoir… et elle le sait. Le plus rapide et le plus fort d'entre eux lui décoche un coup de poing dans le ventre pour lui couper la respiration. Un second lui administre un coup de pied violent dans la tempe et le troisième, un coup de genou en plein visage. Il aura suffi de trois coups pour la mettre définitivement hors jeu…
Ce qu'ils croient.

Par réflexe, sans même réfléchir, Maya déploie ses ailes divines et écarte ses adversaires d'un battement d'ailes. L'un des Doppelgängers va s'encastrer dans un mur, un second est éjecté au plafond et le troisième est carrément expulsé de la salle. Les ailes viennent ensuite entourer et protéger celle qui s'étouffe dans son propre sang, qui coule au fond de gorge jusque dans ses poumons.
Ils auront beau approcher à nouveau, frapper, essayer d'entailler ces ailes, brûler ces plumes ou quelque autre torture que ce soit, les monstres resteront bredouilles. Cette barrière est infranchissable pour des créatures… si faibles.

- Très bien ! fait celui avec la voix la plus grave. La bestiole doit encore avoir faim. Un deuxième dieu ne sera pas de trop, même si celle-là manque sûrement de consistance.

Après avoir décroché le corps pendu, les monstres soulèvent Maya, la portent sur quelques mètres et la balancent dans un trou qui se trouvait dans un coin de la pièce. Un trou ? Un puits plutôt… la chute est longue et l'atterrissage, lourd et douloureux.
Les ailes divines disparaissent et Maya rampe sur quelques mètres, toussant et crachant du sang par la bouche. Le reste sort désormais normalement de ses narines et pour le coup, ce sera moins… étouffant. Elle ne se noiera pas dans son propre sang, c'est déjà ça.
Tout autour d'elle, retour du noir complet.

- M… monsieur Urmanis ? fait-elle entre deux toussotements.

Elle ne sait pas… elle ne voit rien.
Pas le temps de respirer : quelque chose vient de se poser sur sa cheville et remonte lentement en s'enroulant le long de sa jambe. Quelque chose de chaud… d'humide… de gluant… et de très urticant. Maya grimace et attrape le bout de la chose... mais le relâche rapidement quand celui-ci lui brûle la main. Sa peau est comme rongée par l'acide, c'est humainement insoutenable.
Maya crie sa douleur et sa peur du plus fort et du plus aiguë qu'elle peut. Cette chose… elle est quasiment sûre de savoir ce que c'est. Et la jeune femme n'a aucune envie d'être avalée… une seconde fois dans sa vie… ça non. Elle a encore des choses à faire…



♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 14 Déc 2014 - 17:34


Le noir, un lit d'os peu engageant, mais le chevalier restait immobile, dans ce petit tas pour se reposer, il avait connu moins confortable comme matière sur laquelle se reposer dans sa vie, ce tas lui offrait une position approximativement raisonnable.
Il ferma un peu les yeux, tentant d'écouter ce qui l'entourait, il ne pouvait pas faire plus dans sa situation. Il entendait de faible respiration, mais trop grave et forte pour venir d'un humain, surement la bestiole qu'ils nourrissaient …

Au moins il ne pouvait pas tomber plus bas, il n'avait plus qu'à survivre un peu pour se reposer, évacuer et attendre que l'effet de la drogue parte pour leur faire regretter tout ça, et lui aussi jouer avec eux … Une petite toux qu'il tenta d'étouffer, il sortait encore un peu d'eau de ses poumons … La créature endormie sembla s'agiter un peu mais pas se réveiller, s'était déjà un miracle que ça chute ne l'ai pas fait d'ailleurs.
Doucement il finit tout de même pas se décaler, prenant soin de tâtonner doucement avant de tirer pour limiter au maximum le bruit … oui … le limiter … jusqu'à ce qu'autre chose atterrisse dans le tas d'os … Ca toussait, et au vu de la situation, les chances qu'il s'agisse de Maya était très haute.
Ca ne manqua pas de se confirmer lorsqu’il l'entendu parler.


- M… monsieur Urmanis ?

Le chevalier qui était parvenu à rester calme, à ne pas faire émerger l'animal de son sommeil … Il se mit à prononcer des jurons dans sa tête lorsque deux énormes iris rouge apparurent dans la nuit. N'arrivant pas à s'expliquer pourquoi, un frisson parcouru l'échine du chevalier, tout ceci ne présageait vraiment rien de bon … Et lorsqu'il entendit le cri, la monté d'adrénaline qui s'en suivit le remit sur ses jambes, dissipant les dernières traces de la drogue, enfin, les plus gênantes en tout cas.
Dans un bref éclair de lumière il revêtit son armure, la brève luminosité semble avoir d'ailleurs agiter l'animal, le chevalier ne sentit rien, mais il se retrouvait déjà entouré par deux tentacules lui saisissant les bras et le torse. Tirant vers les deux tâches rouges, les appendices ne lui laissèrent guère le choix et l’entrainèrent avant de finir par le décoller du sol et resserrant leurs prises.


- Maya ? Tout va ...

Et soudain il se fait jeter au sol, dans un fracas de métal et peine à se relever, si seulement il pouvait y voir quelque chose … Il ne serait pas surprit par tout ce qui lui arrivait, les genoux au sol il tousse et se refait soulever tandis qu'il sentait cette fois la chose tentant de se glisser dans son armure.

- Tout va bien ?

Un mouvement bien choisit (si on veut), il coince une partie de ce dernier entre deux plaques de sa solide défense, achevant d'énerver la créature qui se met à le marteler comme un menuisier tenterait d'enfoncer un clou de le sol, exception que le clou est allongé et pas droit … L'effet sur le chevalier se fit ressentir au bout de deux ou trois coup, à chaque fois quand il tentait de se relever le poids retombait sur lui, le remettant à terre, lui annonçant clairement que la poussière serait meilleure que l'air pour respirer … Il serra les poings, aveugle il n'arrivait à rien … Il ne s'était jamais entrainé pour combattre sans la vue ou dans le noir, à nouveau le professeur n'avait d'autre choix que de subir sa faiblesse en plein visage … Et si Maya devait subir pareil sans protection … il allait échouer une fois de plus à défendre quelqu'un … Un nouveau coup le fit tomber et il frappa le sol du poing avant de crier.

- Bon dieu ! Si seulement je pouvait te voir ! Saleté !

Le casque légérement incliné la créature sembla se désintéressé de lui après un coup bien plus fort que les autres, le mettant à bout et incapable de se relevé pour une ou deux longue minutes, mais il ne dira pas son dernier mot, si les chiffres annonçait ça, alors il forcerais pour se relever avant, sa détermination n'avait de limite que son dernier soupir.

*Va falloir taper à l'aveugle, j'aime pas ça ...*




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mar 16 Déc 2014 - 23:56
Elle ne peut pas se permettre de se laisser faire, de se laisser avaler une nouvelle fois par un monstre sans rien tenter. Par chance, la dernière fois, une prof était dans les parages et l'avait tirée de ce mauvais pas. Aujourd'hui pourrait être un remake de cette situation passée… ou simplement la dernière fois que cette jeune femme aura attendu et espéré qu'on vienne la sauver, plutôt que de se bouger.

Alors, Maya se débat. Elle replie son genou emprisonné sans trop de difficulté et de l'autre jambe, elle frappe. Elle tente d'écraser cette saloperie sous sa chaussure. L'écrabouiller, la racler sur le sol jusqu'à en faire du jus de tentacule. Après plusieurs coups, elle se doute qu'elle le touche forcément mais… cette matière organique semble gluante, mole et élastique, impossible de lui faire du mal en attaquant de cette manière. C'est comme si la déesse roulait de la pâte à modeler sous ses pieds… ça se déforme, ça se reforme et ça ne sert strictement à rien.
L'espace d'un instant, elle s'imagine l'agripper une nouvelle fois sous ses doigts pour tirer dessus et l'arracher de sa source… mais elle se convainc rapidement que son entreprise ne donnerait pas le résultat escompté. Ce serait pire qu'actuellement… et il faut bien l'avouer, elle est déjà dans de beaux draps, pas la peine d'en rajouter.

Réfléchir… et supporter la douleur, quitte à serrer les dents et se mordre la langue jusqu'au sang.
Gros bruit, suivi d'un choc métallique sourd qui stoppe Maya dans sa tentative d'évasion. Elle déglutit en regardant autour d'elle et en laissant échapper un gémissement peu rassuré. Qu'est-ce que c'est que ça ? Ça ne peut pas être le monstre… la position des yeux ne colle pas avec la provenance du bruit. Alors qu'est-ce que c'est, bon dieu ? Ça suffit…
Et « ouf » de soulagement, elle reconnaît la voix d'Alexander Urmanis. « Tout va bien ? », non, tout ne va pas bien ! Il y a un monstre dangereux qui sévit dans le noir, il faut le prévenir ! Sans perdre une seconde, elle se met à ramper vers la voix, sans se soucier de sa jambe et de ce qui la retient.

- Monsieur ! Attention, il y a un m…

Second bruit sourd.
La déesse reçoit quelques gravats dans la figure, ainsi qu'un peu de poussière… elle l'imagine. Elle se stoppe à nouveau et protège sa tête derrière ses bras. Peut-elle prendre le luxe de patienter sans bouger ? Sa peur et son instinct de survie répondent « non ». Alors Maya se remet à ramper, et c'est le moment choisi par la créature pour se remettre à bouger. Elle ne faisait plus rien depuis tout à l'heure… se concentrant peut-être sur le professeur pour le mettre hors d'état de nuire. C'est comme débarrasser la table… pour servir le repas ensuite…
Le tentacule s'enroule autour de la cuisse, toujours un peu plus haut et toujours un peu plus fort, puis il se met à tirer. Maya s'accroche aux os qui jonchent le parterre, puis aux parois rocheuses du sol, puis à tout ce qu'elle peut trouver… mais elle finit par lâcher. Elle est alors projetée dans les airs en même temps qu'elle est tirée vers le monstre.

C'est fini…

Non ! La gymnaste virevolte dans l'air et, plutôt que de terminer sa course dans la gueule du monstre, elle parvient à dévier sa trajectoire à un donner un coup de pied dans la nuque de la créature… ce qui lui permet en même temps d'y prendre appui pour s'en éloigner. Bizarrement, contrairement au tentacule, cette partie-là du corps est… dure. Mais pas le temps de cogiter, Maya n'atterrit pas comme elle l'aurait imaginé : son corps chute et, au lieu de se ramasser sur un sol rocheux, il est plongé sous une surface liquide. Les évacuations, les déchets, les ordures, les égouts… de l'eau.
Par réflexe, elle coupe sa respiration et remonte à la surface, sans avoir besoin d'y réfléchir. De retour à l'air libre, elle reprend bruyamment sa respiration en secouant sa tête.


Vite : ne pas rester là-dedans. Son esprit fait rapidement le lien entre tentacule, eau… et créature aquatique. Maya ne doit pas rester dans l'élément qui n'est pas le sien… auquel cas elle n'aura aucune chance d'en réchapper. Elle nage donc, cherchant un rebord qu'elle finit par trouver à peine deux mètres plus loin. Elle s'aide de ses avant-bras, remonte un pied, émerge de l'eau et court. Violent craquement derrière elle, qui va jusqu'à faire vibrer le sol et provoquer un mini-séisme très localisé. Maya trébuche… mais elle s'en sort sans dommage, elle sait qu'elle a eu chaud. Après s'être relevée, elle se remet à courir, bras en avant pour se protéger d'un éventuel choc ou d'une éventuelle attaque.

Un bout de tentacule vient lui agripper la cheville… l'autre cette fois. Et c'est reparti pour un tour. Maya grimace et couine, à cause de la douleur que cela provoque. La substance acide sécrétée par le tentacule ronge immédiatement sa peau… mais ne l'empêche pas de bouger librement. L'adolescente s'arrête, s'accroupit, tâte le sol et ramasse un os pointu qu'elle plante dans le tentacule. Elle le perce, y enfonce profondément l'arme blanche… le transperce de part en part et le plante profondément dans le sol.

Après cela, il lui est très facile de se libérer… alors, elle s'éloigne un peu plus et finit par percuter un mur. Elle le palpe, s'adosse à lui et soupire de soulagement : d'ici, au moins, elle ne peut plus se faire attaquer que d'un côté. Pas de quoi être rassurée… mais…
Toujours dégoulinante d'eau, Maya se risque à reprendre la parole pour rassurer Alexander Urmanis. Ils sont deux sur le coup… mieux vaut faire équipe, même si la jeune femme ne se sent pas jouer un grand rôle dans cette bataille insolite.

- Tout va bien ! fait-elle assez fort. Faites attention, la base du monstre est dure, contrairement à son tentacule ! Je ne sais pas comment on pourra le br…

Quelque chose vient lui tacler les chevilles et elle se retrouve par terre, sur les fesses. Est-ce le même tentacule qui s'est libéré ou… est-ce qu'il y en a d'autres ?
Impossible de redéployer les ailes divines pour se protéger pour le moment, il va falloir tenir…
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Ven 9 Jan 2015 - 21:39


Allongé dans son armure, partiellement enfoncé dans le sol sec par endroit humide par d'autre, le chevalier fait le point sur son passage à tabac, il a déguster, sur ce point il n'y a aucun doute possible, mais il semble encore en un morceau, pas d'os brisé, des pièces de l'armure au forme pas particulièrement normal, témoin de la violence des coups, mais sinon ça va, juste un peu étouffé par la poussière et surtout le manque d'air à cause des coups répétés de la créature. Le professeur plaça ses coudes devant lui pour se redresser un peu, appréciant enfin la pause dans son martelage, la créature ne serait pas forgeronne ?
Frapper à l'aveugle hein, ce ne sera pas facile, et si c'est son mauvais jour … il pouvait craindre de toucher la pauvre Maya sans même s'en rendre compte ...


- Tout va bien ! Faites attention, la base du monstre est dure, contrairement à son tentacule ! Je ne sais pas comment on pourra le br…

Le chevalier lève soudainement la tête, cette coupure n'est pas bon signe, mais là il lui faut encore un peu de temps pour se remettre du choc et reprendre son souffle, il est trop épuisé à cause de ce manque d'air … La base dur ? Pourtant ce qui l'a frappé ne faisait pas penser à des coup de coussin bien moelleux … toussant un peu la poussière il voulut se remettre à parler mais s'avisa, il ne fallait pas donner à l’adversaire le plaisir de savoir qu'il était presque opérationnel pour une nouvelle session … Ça lui prit un temps fou mais il se releva et plaqua sont bouclier droit vers les deux iris rouge flamboyant au milieu de cette obscurité.

*En fait il y a un endroit où je suis certains que tu te trouve et pourrais te toucher.*

Il eut un rictus de sourire, l'adrénaline du combat lui montait au cerveau et le conduisait toujours à ce plaisir du combat. Il avait perdu clairement la notion temporel, il ne savait plus si il était rester allongé une simple minute ou une heure, mais il se trouvait debout, tenant à prendre sa revanche. Jusqu'à ce que quelque chose s'enroule autour de ses jambes le saucissonnant jusqu'aux épaules, les bras sortant entre deux passage de la tentacule, et cette fois il sentit le liquide agressif atteindre sa peau, lui tirant un râle agacé et énervé, il ne faisait aucun doute qu'elle les voyait distinctement et que malheureusement l'inverse ne se produisait pas.
Mais voila, le liquide l'atteignant n'est pas son seul problème, une de ses bottes tombe à terre dans un bruit métallique, tout ceci ne lui engage rien de bon, l'attache a été suffisamment rongée … Encore, si il n'y avait que cela, mais par le cou il ressent clairement la brulure, l’extrémité de tentacules lui caressant la peau. Il avait le sentiment qu'il se faisait presque gouter, explorer. Autant dire que lorsque la pointe lui toucha la commissure des lèvres il cessa soudain de râler, non, il ne pouvait pas accepter de gouter ce produit irritant, en fait il ne voulait rien découvrir dans cette situation tout court … Mais le monstre semble avoir compris qu'il porte son armure, d'autres caresses se font ressentir, descendant lentement sur son torse, laissant une magnifique marque rouge d'irritation et de brulure sans vraiment suivre un chemin précis, mais globalement ça descend. Ah oui, une autre profite du trou de sa botte manquante pour remonter sa jambe, écartant le tissu sur son chemin. Le chemin supporte, il supporte autant qu'il le peut, mais ce qu'il se passe lui fait monter en tête une suite des événement qui le font soudainement se raidir de dégout. Il se focalisait tellement sur ce qu'il se passait sur son corps, cela n'avait rien à voir avec les moments qu'il avait pu passer avec une femme, comment pouvait-il nommé ca des caresses ? C'était un frottement infâme, douloureux, et bascula soudainement à l'humiliation lorsqu'il sentit le tentacule de son torse atteindre la limite de non-retour. Brusquement le chevalier vit rouge, il avait subit une humiliation dans sa vie, jamais il n'en tolérerait une seconde du même ordre.
Ses mains légèrement libre changèrent un peu de prise sur son épée, forçant il dégagea mieux son bras, et aussitôt il lança l'épée sur une des lueurs rouge. Un hurlement et une cible s’éteint soudainement, le monstre s'agitait, il l'avait eut, et visiblement ça n'a pas plus car l’étau se resserra bien plus, à ce rythme ses os allaient y passer … Sa main libre tâta pour saisir l'origine de ce que le bloquait, et son gant d'acier rongé par endroit devenait bien plus dangereux, coupant, plus il forçait, plus il plantait profondément ses doigts, il finissait par lentement se libérer, et il tomba au sol dans un fracas, il avait laisser en jouet plusieurs pièces de son équipement, les épaulières et le plastron, mais maintenant il était libre, sans épée …
Pourtant il lui restait de l'équipement apte à servir, il brisa les cornes de son casque pour s'en servir comme projectile, si il pouvait touché l'autre œil, la bestiole aveugle s'enfuirait probablement, un animal en difficulté fait toujours cela.


- Il faut viser les yeux !

Il devait être dans un état lamentable, l'armure partiellement disparut, des traces de brulures, autant dire qu'il priait pour ses vêtements … Mais il avait crier, espérant qu'elle allait l'entendre, qu'elle pouvait participer à l'assaut, le professeur devait conserver un peu sa magie pour les manipulateurs du dessus, la vengeance d'un chevalier, son courroux, il vaut mieux ne pas devoir le subir.




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 11 Jan 2015 - 15:42
Des bruits métalliques, un bruit lugubre… puis une sorte de hurlement étouffé indescriptible qui lui glace le sang. Est-ce que ça y est ? Alexander s’est débarrassé du monstre ? Ils peuvent souffler ? Nouveau silence. Maya tremblote – sans doute parce qu’elle est trempée et que la température de l’endroit où ils se trouvent n’est pas aussi élevée qu’on pourrait l’imaginer – et écoute attentivement… espérant ne plus rien entendre à vrai dire. La tension est à son comble, Maya a d’ailleurs du mal à la supporter. Le cri que pousse alors le professeur la fait sursauter, fermer les yeux en s’appuyant contre le mur, et… elle ne peut s’empêcher de crier à son tour. De manière brève cependant, puisqu’elle étouffe le reste de son hurlement derrière ses mains, qu’elle pose devant sa bouche.

Vite. Ce n’est pas grave, il faut se ressaisir et agir rapidement.
Monsieur Urmanis lui a demandé de viser les yeux. Ces yeux rouges… ou plutôt cet unique œil rouge qui brille dans le noir. Mais Maya n’a pas le courage nécessaire pour approcher, sauter sur le monstre et éventuellement planter ses doigts dans ce globe oculaire… ni pour l’exploser, ni pour l’arracher… ni pour quoi que ce soit du style. Ce serait pourtant la méthode la plus efficace… mais non, la cruauté ne fait pas partie de son caractère. La jeune femme doit plutôt rester loin du monstre et lui lancer des projectiles : c’est la seule manière de rester sauve, sans pour autant être inactive et inutile.

Maya s’adosse au mur, sans pour autant se relever pour le moment, puis met ses mains devant elle dans l’optique de matérialiser des pierres. Elle oublie qu’elle est bien incapable de dessiner dans le noir… et qui plus est, elle tremble trop, les dessins seraient imparfaits et la matérialisation ne fonctionnerait pas. Elle repose ses doigts sur le sol, et par hasard, sur un os. Elle l’agrippe et le lance en direction du monstre, sans hésiter.

« Toc ! »



Elle n’a aucune idée du résultat, de ce que ce « toc » veut dire. A-t-elle bien visé ? Est-ce que l’os a touché l’œil ? Est-ce la partie pointue qui a touché… ? Était-il pointu au moins… ? Elle fait n’importe quoi… elle doit se calmer. Elle change de position, se met à quatre pattes et fouille le sol avec ses mains. Une fois un nouvel os trouvé, elle en tâte les deux bouts : biens lisses, ça ne sert à rien. Suivant. Le second qu’elle saisit semble pointu… en tout cas, la déesse se convainc que l’arme est suffisamment pointue pour faire des dégâts. Alors, elle se met debout, lève son bras, vise et lance.

« Toc ! »
« Grrrr… »

Un simple murmure de la part du monstre, qui indique qu’elle l’a sans doute touché. Oui mais touché où ? Avec quel côté de l’os ? Pour rappel, la base du monstre lui a semblé dure quand elle lui a donné un coup, un peu plus tôt. L’os, aussi pointu soit-il, ne transpercera pas une telle carapace. C’est sans doute peine perdue… surtout parce que maintenant, la créature regarde dans la direction de Maya et qu’il ne laissera plus aucun autre projectile le toucher. C’est sans compter sur la persévérance de la jeune femme, qui va chercher un autre os et se remettre en position de lancer. Elle vise… et c’est alors qu’une lumière l’aveugle. Une lumière, un projecteur très puissant qui s’allume, qui pointe droit sur Maya et qui l’éblouit. Elle dévie la tête et met ses bras en opposition pour se protéger. Trop tard : elle reçoit un coup de tentacule en plein ventre qui la projette contre le mur.

- Ouch… espèce de…

Maya en est la première étonnée : ce coup était… bizarrement très faible. Soit elle a gagné en abdominaux en quelques secondes, soit… le monstre est faible. Comprendre « affaibli ». À cause de la lumière ? Pas le temps de se poser des questions. La déesse agrippe le tentacule et tire dessus de toutes ses forces, comme si elle tirait sur une corde… et le monstre n’offre aucune résistance. Par ailleurs, le contact avec le tentacule ne brûle même plus sa peau. Mais que se passe-t-il ?
Le tentacule est de plus en plus gros, au fur et à mesure que Maya tire dessus et attire la créature vers elle. Dès qu’elle touche la fin du long membre, elle rouvre les yeux et distingue une ombre à côté de la lumière. Elle est à 50 centimètres à peine…
Danger.

Tenant toujours le tentacule, elle y prend appui, effectue quelques pas sur le mur, à la verticale, prend appui sur le mur et saute sur le monstre. Elle passe ses jambes autour de ce qu’elle pense être sa tête, puis le frappe avec ses points. Elle frappe, frappe, frappe encore, produisant des bruits d’écrasement, d’écrabouillement glauque, de clapotis… Au cinquième coup, elle transperce et traverse la chose, ouvre sa main à l’intérieur, tente d’attraper quelque chose et ressort son poing serré sur un organe semi-solide.

La lumière s’éteint. Les voilà à nouveau dans le noir le plus complet.
Maya ouvre les yeux, mais ne voit rien, pas même les yeux rouges de la créature qui devrait être sous elle. Il faut du temps pour se réhabituer au noir. Au final, elle n’a d’ailleurs aucune idée de ce qu’elle vient de faire.

- Je… je crois que je l’ai eue ! Monsieur, vous allez b… ?

Et c’est un choc électrique qui l’interrompt cette fois. C’est bien un œil qu’elle tient dans la main, c’est bien une créature désormais aveugle qui est sous elle… et c’est bien un réflexe défensif que cette dernière vient d’enclencher : un courant électrique qui parcourt son corps et celui de la déesse qui la chevauche. Mouillée, trempée, Maya subit, impuissante, le courant électrique qui la paralyse, tétanise ses muscles, l’empêche de s’écarter et ne s’arrêtera jamais… pas tant qu’elle sera sur le monstre et qu’il la sentira au-dessus de lui.
Et pourtant… c’est le silence le plus total.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mar 13 Jan 2015 - 0:01


C'était le bordel, les tentacules étaient vraiment partout, les pupilles rouges avaient enfin disparut, donc logiquement il aurait du enfin avoir la paix non ? Mais le flash de lumière qu'il y a eu n'a pas aidé à leur combat …
Car du coup ouais pendant les bref instant où ouvrir les yeux était possible, la distinction des formes n'était pas la meilleure … Mais il avait crut en voir à peu prés partout, autant dire que l’adversaire devait être gigantesque ! Enfin logiquement … non ?

D'ailleurs il fut prit d'un sourire lorsque Maya sembla lui annoncé la victoire, mais ce sourire fut vite raccourcit dans sa duré lorsqu'elle se tut soudainement et qu'il fut agrippé et projeté contre le mur avec violence, sans armure, ses poumons firent remonter un peu de sang qu'il cracha, un régale ...


- Mince, il est par mort … Maya ?

Son corps ne semblait plus trop lui répondre suite à ce choc, et il posa les mains au sol, sentant alors les tentacules s'en emparer pour le trainer à terre, le frottement du sol était atroce, il y rencontrait os et roche mais continuait à se faire trainer, il avait l'impression d'être un hochet au main d'un gamin … Soulever, secouer, trainé au sol, c'était un festival d'un nouveau genre, puis soudain il fut lâcher, comme si l’intérêt pour lui avait disparut.
Étalé au sol, le temps passa un peu à nouveau, il entendit des bruits de pas, ils n'étaient pas loin d'un couloir donc ? Et ça se rapprochait. Il restait immobile, il était trop engourdit pour de toute façon, puis soudainement un claquement retentit, et une nouvelle lumière apparut, venant des murs, quelques ampoules c'était mise à illuminé de leur lueur la grotte, une porte dissimulé s'ouvrit et deux des doppelgänger en sortirent.


- J'en reviens pas, on a encore perdu, la corvée de nettoyage et encore pour nous … Je déteste cette corvée !

Les deux se stoppèrent, puis refermèrent soudain la porte pour partir devant le spectacle, le chevalier n'avait pas pu tout bien distinguer, mais il entendait encore, il y avait une porte caché, et il reviendront plus tard c'est ça ?

- On va attendre encore un peu que ca finisse, là ca va durer un moment, allons jouer un peu !

Le professeur gémit, fermant et ouvrant les yeux si vite, la galère infâme de s'habituer à la lumière … Encore la lumière ? Ils ont oublié d'éteindre, qu'elle aubaine ! Vite que ses yeux s'habitue … pendant se temps il se redresse sur ses pieds. Lorsqu'il se trouvait être enfin debout, que ces yeux bien que douloureux, lui accordèrent un minimum de vue il referma les yeux, il ne voulait pas y croire … il serra les poings et cria une injure en prussien de toute ses forces avant d'ouvrir à nouveau les yeux.
Il n'y avait pas une bête, mais clairement plusieurs, quelques petits, et deux gros, dont un quasiment mort sur lequel trônait Maya. Pas très stable sur ses appuis le chevaliers secoua un peu la tête et se frotta les yeux, tout les petits se dirigeaient vers Maya, les gros devaient être les parents, mais l'autre gros sembla se dirigé vers le professeur, l'épée logé dans un des iris du monstre sembla justifier ca venue vers l'homme en armure partiel.


- La revanche hein … Ça sera pas pareil cette fois ...

La victoire était impossible dans leur état, il fallait trouver une solution, les effrayer pour les faire fuir et survire. Mais comment faire ? Il n'avait pas vraiment le temps d'y songer, un problème plus important venait vers lui, il n'avait plus d'arme dans l'immédiat … Et ça pour combattre ça n'était pas particulièrement pratique …
Il voyait bien que Maya était en mauvaise posture, mais si il tournait une seconde le dos, il se condamnait, il ne pouvait qu'avoir confiance en ses capacités. En ce qui concerne la tenue, il s'agissait du cadet de ses soucis, mais son statut de chevalier en prendrait presque un coup là.


- Courage Maya ! Tu peux tenir !




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mar 13 Jan 2015 - 23:07
Et la torture continue.

Si la déesse n’était pas mouillée, une étincelle aurait déjà pris et brûlé ses vêtements… voire, l’aurait transformée en torche humaine en quelques secondes et c’en serait définitivement terminé de Maya Tensho. Mais la jeune femme est une survivante, on l’aura constaté depuis plusieurs années maintenant. Pas forcément de son fait, elle n’est pas une combattante courageuse… mais elle résiste tant bien que mal à tout ce que l’on peut lui infliger, aussi terrible la souffrance soit-elle. Maya peut tenir, oui… mais à quel prix ?

Électrocutée, il lui est difficile même de penser. Et dans les quelques bribes de messages qui transitent dans son cerveau, on peut trouver un appel à l’aide. « Au secours » et autres « Aidez-moi » déchirants. Elle aimerait crier toute sa douleur et sa détresse, mais aucun son ne peut sortir de sa bouche. Elle ne peut s’en remettre qu’aux autres ou à la chance. « Regardez-moi, sauvez-moi »…

Même si la lumière illumine désormais les lieux, Maya ne distingue absolument rien… Dans le cas contraire, elle pourrait observer et décrire la créature qu’elle chevauche actuellement. Une immondice…
Blanc, quasi transparent, cette chose ressemble à un monstre marin octopode… on l’aura deviné. Il semble mou et léger, déformé par le poids plume de Maya. À ses côtés, des dizaines de petites créatures de la même forme, de couleur blanche ou noire, pullulent. Alexander Urmanis affronte d’ailleurs l’un de ces spécimens noirs, qui semble se caractériser par… une force et une brutalité impressionnante, ainsi qu’une dureté à toute épreuve. Soit ces deux monstres n’appartiennent pas à la même espèce, soit ils ne sont pas du même genre. L’un masculin, l’autre féminin, sans pouvoir dire avec certitude lequel est lequel. Peut-être que le monstre mâle a décidé d’affronter le dieu mâle… ou peut-être est-ce l’inverse. L’important, c’est que les poulpes taille miniature s’approchent du gros blanc, le touchent… et ne bouge plus à leur tour.

Maya tourne lentement la tête et voit l’une de ces petites choses commencer à fumer… et finalement imploser. Quoi ? Comment la déesse a-t-elle pu tourner la tête ? Elle est censée être paralysée… ses muscles sont censés ne plus répondre… à moins que la décharge ne se soit affaiblie ?

- A… Al… Al…

Et tout d’un coup, tout s’arrête. Un tentacule s’enroule autour de son cou et pend littéralement Maya dans les airs. Ses membres ne répondant toujours pas, elle ne peut même essayer de s’en défaire… et s’imagine déjà rejoindre le royaume des morts dans les prochaines secondes. Que nenni, puisque le monstre en décide autrement et envoie le corps de la petite femme valdinguer à l’autre bout de la pièce. Maya s’écrase contre une paroi, puis tombe dans l’eau la tête la première, encore une fois.
Elle coule à pic.
Les yeux ouverts, et grâce à la lumière artificielle qui illumine la salle, Maya voit sous l’eau… et elle aperçoit, au fond de ce mini-lac, des petites choses brillantes. Des dizaines… des… centaines de milliers de mini Octopus et d’œufs, qui doivent mesurer à peine un centimètre. Elle les voit. Ils… la regardent couler.

Doucement, son corps atteint le fond du bassin… et tout redevient calme.
Quand une petite créature blanche bioluminescente passe devant son visage, Maya la suit des yeux. Celle-ci nage, à l’aise dans son élément, et vient se poser sur la main de la déesse. Elle la chatouille… même si dans les faits, elle tente sûrement de la dévorer. D’autres monstres, un peu moins courageux que le premier, avancent prudemment et viennent à leur tour se poser sur la peau de leur repas. Elle les observe, comprenant qu’il s’agit d’enfants, de créatures qui viennent tout juste d’éclore. La mère – ou le père – aura décidé de leur offrir un corps humain à déguster. Mais Maya n’est pas… humaine. Ni morte. Ni encline à se laisser grignoter. Notre déesse lève le bras et tourne son poignet, s’attendant à ce qu’au moins une de ces créatures se pose sur la paume de sa main. Elle replie ses doigts sur la plus curieuse et la plus imprudente d’entre elles et, dessinant grâce aux contours de sa main, la déesse crée une petite barrière autour de la créature, qui se retrouve prisonnière.

Elle place la prison entre son pouce et son index, puis elle observe.
La petite chose heurte les parois de sa prison très étroite. Elle est affolée, comme Maya a pu l’être quand elle était attaquée et prisonnière du gros poulpe blanc. Les autres nouveau-nés ne réagissent pas. Chacun ses problèmes, c’est un monde de survie… les plus faibles n’en réchappent pas. Maya regarde encore la petite créature gigoter, puis décide de dématérialiser la prison. Inutile de l’effrayer davantage : la petite créature s’éloigne sans demander son reste.

Toujours sous l’eau, Maya se redresse et commence à mouvoir bras et jambes pour remonter à la surface. Cent mètres la séparent de l’air… et à cause de son long séjour au fond de l’eau, elle n’aura jamais assez d’oxygène pour tenir toute la durée de la remontée. Mais à quoi bon… ce n’est que la dixième fois qu’elle est proche de la mort aujourd’hui, et ce ne sera toujours pas la bonne. Un cri de volonté à l’intérieur d’elle-même suffit à faire réapparaître ses ailes dans son dos : en deux battements seulement, elle se propulse sous l’eau à une vitesse folle et atteint la surface en un temps record. Elle agrippe le rebord, tousse un peu, puis monte et sort du bassin. Dégoulinante d’eau, elle fait face au monstre blanc, cette fois en position offensive, déterminée.

- Vos œufs et votre progéniture vont bien… mais je m’excuse, je dois me débarrasser de vous.

Le monstre rugit et envoie un tentacule vers elle.
Battement d’ailes violent.
L’octopode est repoussé et va s’écraser contre le mur. Maya avance ensuite lentement, pas après pas, en prenant soin de battre des ailes régulièrement pour empêcher cette chose de bouger, pour l’écraser et la compresser contre la paroi rocheuse. Mole et légère, pas vrai ? Contre des rafales de vent de plus de 200 km/h, difficile de résister. À un mètre du monstre, Maya soupire en détournant la tête… presque comme si elle s’excusait d’avance. Tout en continuant de battre des ailes, elle se met à dessiner avec ses doigts. Comme le bébé précédemment, la déesse va dessiner tout autour du monstre et l’emprisonner dans une prison de verre, sans possibilités de bouger. Pire encore : la matérialisation va sectionner tout ce qui ne sera pas contenu dans la prison… soit tous les tentacules qui essayeront d’attaquer, encore et encore, inlassablement.

Une fois le dessin complété, Maya patiente… en lui lançant un regard désolé. Elle prévient le monstre de ce qu’elle compte faire, mais ça ne changera rien. Alors, elle ferme les yeux, cesse de battre des ailes… et referme son piège.
Pas de hurlement. Pas de contre-attaque. Juste un peu de poussière.

Maya se retourne vers son professeur, les ailes toujours déployées dans son dos. S’il a besoin de quelque chose, c’est maintenant qu’il faut demander.

- Monsieur, j’en ai terminé avec cette chose ! fait Maya, assez fort, voyant le second monstre toujours debout. Cette fois, pas de doute possible, il ne nous embêtera plus !
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Jeu 15 Jan 2015 - 23:23


Le chevalier reçu de plein fouet le fauchage d'un tentacule, mais pouvant maintenant voire l'attaque venir, il réussit à l'encaisser de plein fouet, se penchant et agrippant le bras agile entre ses bras. Mais du coup il assista impuissant à la projection de son élevé dans l'eau, et cela ne fit que renforcer sa colère.
Malgré il ne pouvait pas aller l'aider, dés qu'il tenta d'avancer il y eut un nouveau coup qu'il esquiva de peu en sautant. Son adversaire ne lui laissait pas le choix, il fallait le défaire avant d'entreprendre autre chose, mais sans arme … c'était un défi bien plus grand … Il passa plutôt un long moment à esquiver les frappes du monstres tout en se demandant pourquoi les plus petits reculaient de la sorte, il supposa qu'ils agissaient pour s'éloigner de la lumière.

Bref, il était coincé, dés qu'il tentait d'approcher la créature se déchainait tellement qu'il n'avait pas d'autres choix que de reculer. Visiblement l'épée plantée dans son œil comme Excalibur dans la roche lui faisait mal à chaque fois qu'elle bougeait de trop, et il mettait la chose à parti, la contraignant à de grands mouvements, mangeant de temps en temps un coup l'envoyant voler mais plus facile à absorber un peu en le voyant venir. Soudain l'épée chuta au sol, et le chevalier put récupérer son arme, faisant regretter à un tentacule son approche en le sectionnant nette, la lame émoussée devenu aussi redoutable qu'une scie.


- Alors ca y est ? Tu fais moins le malin hein ?

C'est là que Maya ressortit soudainement de l'eau, terrassant de façons original le géant blanc, le chevalier l'écouta lorsqu'elle lui parla, elle confirmait donc son observation. Le chevalier ne devait pas rester en reste derrière elle ! Il relança son épée qui atterrit pile dans la précédente blessure, l'arme de fer disparut dans la blessure sans ressortir tandis que le monstre se tortilla dans toute les directions, frappant aléatoirement le sol et l'air, donnant un puissant coup au visage du chevalier qui s'écrasa au sol juste après. Finalement la bête finit par se laisser s'étaler au sol sous son propre poids. Le chevalier se releva pourtant assez vite, le visage marqué d'une belle trace rouge à cause du liquide présent sur ce dernier. Devant la créature il planta la main dans la plaie pour reprendre son arme, la glissant dans son fourreau dans un état lamentable. Il alla d'un pas rapide vers Maya et la regarda un moment en se grattant le cou.

- Je suis désolé de t'avoir entrainée dans cette histoire Maya, tout va bien ?

Il disait ça tout content que ce soit terminé, mais les petits qui avaient reculés semblaient se stopper en voyant les deux plus gros tombé, certains se dissimulaient clairement pour se défendre. La situation semblait enfin sur pour quelques temps, juste le temps d'attendre le retour des nettoyeurs donc … Le professeur s'assit soudainement à terre, l'occasion de prendre un peu de repos après tout ces évènements ne pouvait pas se refuser. Du coup il lâcha un grand soupire et regarda un peu le plafond rocheux.

- Il y a une porte dans le mur, deux doppelgänger ont voulut entré et se sont ravisés en nous voyant encore un peu vivant, il vont surement revenir plus tard, nous pourrions les piéger.

Bon, il s'agissait juste de cacher un peu les poulpes, de retrouver où est la porte, de préparer un plan, ou même au moins une idée de base, en fait il y avait surement encore du pain sur la planche. D'ailleurs sur le feu il y avait toujours sa vengeance contre ceux du haut … Il ne l'oubliait pas celle-là, il ferma les yeux, profitant de ce moment calme et reposant.

- Lorsque nous sortirons d'ici, je répondrais à une demande sans réfléchir pour me faire pardonner de vous avoir entrainé là dedans.




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Ven 16 Jan 2015 - 18:57
Ça, c’est ce qui s’appelle « éradiquer un problème de façon magistrale » ! Rapide, efficace... Maya a observé avec beaucoup d’attention et a gravé l’image dans sa mémoire. La créature avait beau être d’une solidité à toute épreuve, le professeur a réussi à trouver un point faible, à le toucher exactement au même endroit deux fois de suite, et surtout à mettre dans son lancer une force telle qu’il est parvenu à transpercer le monstre de part en part.
Comme une fleur, il revient ensuite vers la petite déesse. Elle acquiesce quand il lui demande si tout va bien, puisque comparé à lui... effectivement, elle semble être en grande forme. Son ventre ne la fait plus souffrir, son nez ne saigne plus, tout baigne. Pour ce qui est du reste de sa déclaration, elle ne lui en veut pas de toute façon... ce n’est pas comme si la situation était ingérable, gênante ou traumatisante. Ce sera sans doute même un bon souvenir... enfin, une fois qu’ils seront rentrés, sains et saufs.

Alexander s’installe par terre et se détend. Il fait remarquer qu’il a vu deux doppelgängers et que ceux-ci pourraient revenir. De son côté, Maya regarde la pièce, cherchant un point de sortie... mais mis à part le « puits » duquel elle est tombée, il n’y a ni porte, ni passage. Pourraient-ils remonter en volant ? Les ailes de la déesse sont déployées, elle n’aurait pas trop de mal à les transporter tous les deux. Mais soit... elle a... quelque chose à faire avant.

La jeune femme sursaute et se retourne. Un petit poulpe blanc vient de lui mettre... le tentacule aux fesses. Il s’est sans doute dit que la protection dont est recouverte Maya - des vêtements - laissait à désirer dans cette zone... une brèche sous la jupe, comme on pourrait le voir. Elle chope le membre avant qu’il ne touche autre chose et, le visage rougi par la gêne et l’agacement, elle le rapproche et lui décoche un coup de pied qui le fait valser jusqu’à son habitat naturel... l’eau bien sûr.

- Espèce d’idiot ! Pff... soupire-t-elle en s’accroupissant et en posant ses mains sur ses joues, boudeuse.

Suite à quoi, elle éternue. Suite à quoi, Alexander lui dit qu’elle pourra lui demander ce qu’elle veut une fois qu’ils seront sortis. Maya regarde ses vêtements humides. Pourquoi « quand ils seront sortis »... ? Pourquoi pas maintenant ? Il n’y a pas à hésiter...
Elle se relève et contourne le professeur pour se retrouver dans son dos.

- Vous pourriez répondre à ma demande tout de suite ? Sans réfléchir ? Alors, ma demande... : ne vous retournez pas, s’il vous plaît !

Elle attend un peu en le regardant, histoire de vérifier qu’il fera bien ce qu’elle a demandé, puis elle lui tourne le dos à son tour et commence à retirer sa veste et à déboutonner sa chemise. Elle les retire, non sans mal à cause de ses ailes qu’elle n’ose pas faire disparaître, puis elle tord les vêtements entre ses mains plusieurs fois pour les essorer. Elle les pose ensuite par terre pour les laisser sécher un peu, même si elle se doute qu’ils ne resteront pas ici très longtemps... l’affaire de quelques minutes.
Viens le drame : elle voit une petite créature blanche lumineuse... qui semble comme ventousée à son ventre. Et c’est à partir de ce moment-là qu’elle commence à sentir ce chatouillement. Elle la prend entre pouce et index, puis tire dessus et l’écrase. Elle souffle, rassurée... jusqu’à ce qu’elle en remarque un second octopode, toujours sur son ventre. Et puis... elle commence à sentir des démangeaisons un peu partout. Son passage dans le lac souterrain... elle a laissé des bébés poulpes lui tourner autour...
Et s’ils s’étaient... glissés...

Ce second monstre, elle le repousse de la main, d’une baffe. Puis un troisième, un quatrième... de plus en plus vite. Angoissée, affreusement gênée, elle a désormais l’impression qu’on la chatouille partout... mais vraiment partout, et ce n’est pas agréable, sachons-le. C’est dans ces moments-là qu’on ne sait plus trop quoi faire. Alors, elle se met à sautiller sur place, espérant que les... dizaines de monstres qui restent accrochés à elle finissent par tomber. Et puis, elle couine aussi, quelque chose qui ressemble à un pleur forcé. Elle tourne la tête pour vérifier qu’Alexander ne s’est pas retourné... puis elle dégrafe son soutien-gorge, elle le jette par terre et se débarrasse rapidement de ces petits obsédés qui ont trouvé refuge sur ses seins. Mais comment se sont-ils faufilés jusque-là ? Mystère...

- Maiiiis... fichez-moi le camp... ! Arrêtez ! Eh !

C’est toute une aventure...
Tant bien que mal, elle dégage également ceux qui sont dans son dos. Elle relève ensuite sa jupe et se débarrasse de ceux qui sont sur ses cuisses, un peu trop hauts à son goût. Ça la démange également un peu... autre part... mais ce doit être le fruit de son imagination : ils n’auraient en aucun cas pu passer la dernière barrière. En aucun cas.
La grotte s’ouvre, une porte cachée derrière laquelle apparaissent deux doppelgängers, juste en face de la déesse. Maya, jupe relevée, reste statique, interdite... puis elle pose ses mains pour cacher sa poitrine et rougit comme pas possible. Elle bat des ailes si fort qu’elle éjecte les deux monstres sur le mur, et provoque un bruit de claquement d’air, très sec et très violent... à moins que ce ne soit l’œuvre d’Alexander, elle n’a pas regardé.

- Non ! Espèce de...

Ses ailes se sont légèrement repliées sur elle pour dissimuler partiellement son corps. La jeune femme s’accroupit pour récupérer ses vêtements et constate que sa veste et son sous-vêtement se sont envolés... Ne reste plus que la chemise blanche, rendue chiffonnée et quasi transparente à cause de l’humidité absorbée. Elle l’enfile en vitesse éclair, boutonne les boutons du haut - les plus importants - et se tourne vers Alexander. Elle court vers le professeur, s’accroupit derrière lui et lui secoue les épaules.

- Monsieur, c’est ouvert ! Vite, dégageons d’ici, je vous en supplie ! Et... ne me regardez pas, tout va très bien !
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 18 Jan 2015 - 22:38


Assis le chevalier observa la jeune fille chasser avec énergie une petit poulpe qui avait surement tenté de venger les deux gros, son initiative ne fonctionna pas vraiment. Elle montrait d'ailleurs un agacement claire à cette attaque, comme si elle avait été pire que les précédentes, ce qui le laissa un peu perplexe, mais il ne s'attarda pas trop sur ce détail.

- Vous pourriez répondre à ma demande tout de suite ? Sans réfléchir ? Alors, ma demande... : ne vous retournez pas, s’il vous plaît !

Le chevalier la suivit un peu du regard tandis qu'elle parlait, allant dans son dos, il n'aimait pas vraiment mais ne faisait rien, continuant de se reposer et écouta sa demande. Il hocha la tête, si cela lui suffisait, il n'y voyait absolument aucun inconvénient, elle devait surement faire quelques chose en rapport avec elle que personne ne devait savoir, même un professeur dans le même bourbier qu'elle.

- Si cela peu suffire, je ne me retournerais pas.

Il croisa alors les bras, lui accordant sa demande, bien qu'intrigué par la raison. D'ailleurs les bruits qu'il entendait n'aidait pas à calmer cette curiosité naissante chez le professeurs, mais il avait donné sa parole et ne bougeait pas, mais tout ceci le perturbait, alors il se décida à adapter l'armure qu'il lui restait sur le dos. Il retira quelques parties gênante, il ne lui restait maintenant plus que les bottes et les gants ainsi que l'épée, il avait perdu le bouclier, quelques part …
Le plus intriguant fut l'énorme coup de vent qui lui fit échapper un morceau d'épaulière, conduisant ce même morceau à rouler et glisser jusqu'à percuter d'autre partie de l'armure bien plus loin, il resta béat. Ses jambes décroisés l'avaient presque amener à se retourner mais il s'arrêta nette, sa parole, il devait la respecter.


- Monsieur, c’est ouvert ! Vite, dégageons d’ici, je vous en supplie ! Et... ne me regardez pas, tout va très bien !

Le chevalier se releva, ce devait être le signe que c'était bon, il se releva, découvrant les deux créatures assommé contre le mur, il s’assura de bien porter son épée sur lui et partit immédiatement vers la porte, s'accordant un minuscule détour pour briser le cou des deux afin de palier à toute alerte. Il passa donc la porte et avança rapidement dans le couloir, sortir, elle avait bien raison, il fallait sortir d'ici rapidement.
Mais naturellement les grottes ne sont jamais une belle ligne droite jusqu'à la sortie, le chevalier finit par s'arrêter net devant une situation compliquée. Il se retourna vers Maya et haussa les épaules.


- Une direction préféré ? Car là nous sommes bloqués ...

Il n'a pas particulièrement fait attention à la tenue, très légère, de Maya, bien qu'il en a vu pas mal. Il se retourna alors à nouveau vers le croisement, regardant un cotés puis l'autre, attendant une éventuelle réponse, il se décida d'ajouter une autre question, ramenant à la grotte aux poulpes un peu plus tôt.

- Loin de moi l'idée d'être indiscret, mais qu'as-tu fait dans mon dos un peu plus tôt ? Je t'entendais t'agiter, parler, c'est intriguant.




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Lun 19 Jan 2015 - 22:30
- J'étais en train de… de… fait-elle, toujours à moitié rougissante… mais… on s'en fiche de ce que je faisais, ce n'est pas important ! J'étais simplement en train de me sécher, voilà tout.

Il faut être poli envers les profs, il faut être poli envers les profs, il faut… aussi être un peu strict quand cela s'avère nécessaire, même si ce n'est pas poli. Non, ce n'est pas ça… c'est simplement que Maya présume qu'il s'en fiche. Alexander est curieux, mais s'il savait, alors il s'en ficherait. Ou alors, ça l'intéresserait un peu trop au goût de la jeune femme… Alors, elle lui mâche le travail pour éviter qu'ils ne perdent trop de temps en précisions… même si du temps, ils risquent d'en avoir pléthore dans ces tunnels labyrinthiques.
Ce que cela prouve, c'est qu'il n'a pas regardé… Ou alors, qu'il a regardé mais qu'il fait semblant de ne pas savoir… Dans les deux cas, elle s'en fiche, c'est déjà du passé. Trop tard. Et ce ne serait pas un drame.

Cherchant sa « direction préférée », la jeune femme commence à respirer un peu bruyamment, comme si elle cherchait l'air. Sans doute le fait d'être sous terre, à une profondeur inconnue, qui commence à la rendre claustrophobe. Il ne faudrait pas qu'ils s'éternisent ou qu'ils s'enfoncent un peu plus. Pour le moment, les cavernes sont plutôt larges, c'est déjà un bon point. Maintenant, à gauche ou à droite… qu'espère-t-il qu'elle lui réponde ?

- Ce qu'on m'a appris… fait-elle, prouvant l’attention qu’elle accorde aux profs par la même occasion… c'est de poser ma main sur un mur et de ne jamais le lâcher : ça permet de ne pas tourner en rond dans un labyrinthe et de trouver la sortie à coup sûr. Maintenant, à gauche ou à droite, ça…

Si les tunnels étaient plus grands, elle pourrait voler et explorer les lieux très facilement… malheureusement, le plafond doit être à environ 2 mètres, pas de quoi s'élever plus que ça. Maya se retourne pour voir d'où ils viennent, puis regarde à nouveau devant eux… et enfin, elle regarde le professeur.

- Dîtes, vous avez une petite copine ?

Boum ! Ça lui apprendra à être indiscret, elle sait très bien le faire, elle aussi… et pas besoin de raison en plus. Pendant ce temps, elle se reconcentre et dessine un petit objet cylindrique dans l'air. Elle le fait fin, assez court, blanc… et une fois satisfaite, elle matérialise ce qui se révèle être une craie : parfait pour noter d'où ils viennent et par où ils vont se diriger. Maya s'accroupit, dessine une flèche qui pointe vers le chemin de droite, puis une croix à la base de la flèche. Apparemment, elle a décidé qu'ils iraient vers la droite…

- Je préfère vers la droite. Sans grande conviction… mais je préfère. Ça vous va ?

Et elle se met en route, en posant une main sur le mur de droite et l’autre main derrière sa tête, songeuse. Elle tente en même temps de réarranger un peu ses cheveux mouillés ; mèches vers l’arrière, une barrette sur le haut du crâne à peu près centrée et hop, ses cheveux ne lui tomberont plus ni sur le front, ni devant les yeux. Résultat : une vision parfaite si elle devait combattre à nouveau. Et combat, il y aura…
Difficile à confirmer, mais le chemin a l’air de descendre un peu, puis remonter, quelques mètres plus loin. Ensuite, c’est la lumière qui commence à se faire plus rare, les ampoules plus lointaines les unes des autres… mais toujours pas de quoi s’inquiéter. Jusqu’à ce que des bruits résonnent, un peu plus loin devant. Maya s'arrête sur la pointe des pieds, et regarde Alexander, hésitante. Pour le coup, avec sa coiffure transformée et sa chemise à moitié boutonnée – ou à moitié déboutonnée peut-être –, elle fait assez différente de d'habitude… mais ce n'est pas le moment d’en parler. Y vont-ils ou attendent-ils que le danger passe ? Elle devrait attendre les conseils d'un sage… mais la jeune déesse prend l’initiative et se lance : elle se plante juste devant son professeur et bat des ailes, encore une fois. La rafale s'engouffre dans le couloir. Plus aucun bruit. Pour la énième fois, elle tourne la tête vers Alexander.

- Ça va être long… je crois. J’espère qu’on s’en sortira un jour…

Est-ce que le professeur pourrait la rassurer, rien qu’un peu ? Elle ne demande que ça… pour ensuite pouvoir repartir, un sourire aux lèvres. En fait, s’il pouvait la rassurer toutes les 10 secondes ou tous les 100 mètres, ce serait extra.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mer 28 Jan 2015 - 15:55


Il a eut la réponse à sa question, c'était quelque chose de si simple que de se sécher, franchement il ne comprenait pas pourquoi en faire un pareil plat ! Enfin, cela faisait partie des choses qu'il n'a jamais particulièrement affectionné, la pudeur.
Silencieux il continue à fixer le croisement, aucune indication, les manipulateurs doivent surement connaître par cœur le chemin, il n'aurait peut être pas du les tuer, sous la menace, un aurait peut être pu leurs parler, indiquer le chemin, mais l'erreur était maintenant faite. Tandis qu'elle semblait stresser, à en juger par les respirations bruyante, à moins que ce ne soit de la peur ou un contrecoup de la précédente bataille, il l'écouta proposer une solution, surement une tactique moderne. Elle enchaina sur une autre question, tandis qu'il se retournait, intrigué par ce qu'elle faisait et la raison de cette question. Il finit par hocher simplement les épaules avec un petit sourire.


- ET bien non. Allons vers la droite, je n'y vois pas d'inconvénient.

Ils commencèrent alors une marche dans ce tunnel, uniquement éclairé par de petite ampoule à des distances variables, vous parlez d'un travail … Mais bon, au moins il n'y a plus de souci, enfin si l'on veut, les restes d'armures du chevalier et son épée disparaissent soudainement dans une faible lueur alors que du bruit raisonne un peu plus loin, stoppant le groupe. Le chevalier fixait le tunnel comme si il cherchait le bout, ou même juste la source du bruit, ce serait déjà ça, mais avec moins de lumière la tâche devient ardue. Mais l'élève finit par prendre les devant et lancer une bourrasque de vent qui agita les restes de tissu que le chevalier portait.

- Ça va être long… je crois. J’espère qu’on s’en sortira un jour…

Le chevalier s'approcha alors d'elle et posa ses mains sur ses épaules avec un sourire. Elle semblait si abattue, il ne pouvait pas la laisser dans cet état, c'était maintenant qu'il devait se montrer le plus digne. Il tapota légèrement les épaules de la jeune fille en lui adressant la parole.

- Maya, nous sortirons d'ici, je compte bien faire le nécessaire pour

Il resta planté devant elle un petit moment, attendant de voir une expression lui indiquant qu'elle reprenait un peu d'espoir, il n'était pas question de poursuivre sans que ce soit le cas. Une fois que ceci arriva enfin, il retira ses mains de ses épaules et chercha rapidement dans sa veste un petit badge en bois qu'il sortit.

- D'ailleurs ton professeur possède encore quelques atouts, même si il n'aime pas particulièrement se servir de celui-ci. Mais reste calme d'accord ?

Il serra légérement ce dernier dans sa main, une créature, sorte d'épouvantail en sortie et se matérialisa à coté d'eux. Le blond la fixa tandis qu'immobile avec ses deux bille vert olive en guise d'yeux elle semblait faire pareil.

- Pars devant, si tu vois quelque chose, revient nous prévenir immédiatement.

Le chevalier s'étira légérement, il aurait pu se servir de son avatar divin pour que la chose soit moins, particulière, mais il le réservait au doppelgänger, pour sa partie de chasse. Il finit par tendre la main à Maya, le visage redevenu neutre. Avec un éclaireur devant eux l'avancé serait moins stressante.

-Continuons.

Et la marche pu donc reprendre, peu être légèrement plus calme, mais il fallait rester un minimum prudent, ils se trouvaient en territoire ennemi après tout.



♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Jeu 29 Jan 2015 - 20:12
Bah… ? En voilà une réponse navrante… « Non, pas de copine »… Mister Deus n’a aucune femme dans sa vie. À moins que cela signifie qu’il aime les hommes ? Enfin, là n’était pas vraiment la question, c’était juste un sujet qui leur aurait permis de discuter et penser à autre chose pendant le trajet. Au final, « non » est la pire réponse qu’il pouvait donner, puisqu’elle coupe court à la conversation. Un « oui », un « peut-être », voire un « ça ne te regarde pas » aurait été 100 fois plus amusant. Alors tant pis : quand le professeur tente de la rassurer avec de belles paroles et des gestes apaisants, elle lui montre le sourire qu’il veut voir… et puis c’est tout.

Conclusion : elle boude. Elle ne parle plus, se contentant d’hocher la tête quand Alexander Urmanis lui adresse la parole. Connaissant la gamine, elle ne restera pas muette très longtemps… elle en est bien incapable. L’apparition de la créature épouvantail lui fait entrouvrir légèrement la bouche de surprise, puis elle acquiesce encore, comme pour remercier d’avance cette chose qui n’a pourtant pas l’air vivante.
Le prof lui tend la main… elle la prend, tout en gardant son autre main sur le mur, et ils se remettent à avancer. Encore une fois, et elle en est de plus en plus certaine, ce type se prend pour son père… ou alors, il la prend pour une fillette. C’est perturbant… mais en même temps, c’est un chevalier, une personne qui a vécu il y a fort longtemps, et dont les gestes et les manières n’ont rien à voir avec les mœurs traditionnelles du XXIème siècle. Maya s’adapte… elle fait ce qu’il attend d’elle, peu importe ses propres préceptes. Et puis… sa main est chaude par rapport à la sienne, elle pourra se réchauffer un peu grâce à ça.

Rapidement, nouveau carrefour, nouveaux couloirs.
Parce qu’ils en ont décidé ainsi, Maya n’a qu’à jeter un regard vers Alexander, se baisser, dessiner sur le sol une flèche qui suit le mur de droite, donc qui désigne le couloir de droite, et repartir. Plutôt pratique comme technique : au moins, ils ne perdent pas de temps à se demander quel chemin pourrait être plus intéressant que les autres. Quoique… l’ambiance de celui-ci change radicalement tout de même : les ampoules clignotent, s’éteignent un moment, s’allument… l’ambiance digne des films d’horreur. Ce qui est embêtant, c’est qu’en réfléchissant un peu, on imagine et comprend facilement que ce passage ne doit pas être emprunté très souvent… Mauvaise route ?
Finalement, ils en voient le bout : le chemin finit par s’élargir sur une pièce circulaire. On y trouve une cage avec des ossements à l’intérieur, des meubles par-ci par-là, mais plus intéressant, un trou dans le plafond. Plus qu’un trou… ce serait plutôt une sorte de tunnel, large comme une petite personne. Apercevant cela, Maya lâche la main du professeur et se place pile sous le trou. Quelques mètres de profondeur, puis il semble déboucher sur une autre pièce, plus haut. C’est une chance qu’ils doivent saisir pour… monter un peu.

- Monsieur ! fait-elle, oubliant qu’elle boudait. Je crois qu’on peut monter par là, ce doit être une sorte de bouche d’aération. Ça ne nous ramènera pas à la surface, mais tant qu’on peut monter… moi je dis oui.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Au départ, la demoiselle inconsciente pense demander au gentleman chevalier de lui faire la courte échelle, mais pour une raison évidente, elle va éviter qu’il ne se retrouve en dessous à regarder vers le haut. Elle tire donc plutôt une table, grimpe dessus et saute pour agripper le plafond. Elle manque le premier essai. Ses ailes pourraient la propulser dans le tunnel, mais elle pourrait aussi se retrouver coincée dans cet espace étroit… et encore une fois, pour une raison évidente : non, on ne se retrouve pas coincée dans un espace confiné au plafond.
Le deuxième essai est plus solide que le premier : elle s’agrippe, se projette un peu plus haut, lève les jambes et bloque ses genoux contre la paroi. Elle n’a plus qu’à bien pousser sur ses jambes et son dos fera tout le travail pour rester solidement en place et ne pas glisser. Ses ailes sont également bien calées, elles ne gêneront pas pour l’ascension. Quelques écorchures sont à prévoir sur les genoux, mais des petits bobos comme ça… c’est comme un type qui regarderait sous une jupe : ce n’est pas si grave…

En regardant Alexander Urmanis, en bas, Maya imagine quelque chose… puis elle sourit, pouffe de rire, lui fait un signe du pouce et commence à grimper. Les prises sont bonnes, les roches, solides et bien placées : monter ces 5 ou 6 mètres se révèle être un jeu d’enfant. Arrivée en haut, elle place ses mains au rebord et s’extirpe de là par la force de ses bras.

- Pfiouu… soupire-t-elle.

Elle jette un coup d’œil à la nouvelle pièce, qui s’avère être un couloir. Qui irait mettre un trou pareil en plein milieu d’un couloir ? Ces gens sont parfaitement inconscients… un faux pas et c’est la chute assurée. Sécurité, bonjour. Heureusement, tout est bien éclairé ici… c’est déjà ça.

Maya sursaute et pousse un cri de surprise qu’elle étouffe rapidement.
Sans perdre un instant, pour ne pas faire monter l’inquiétude chez le professeur, elle se penche sur le trou pour lui annoncer la nouvelle.

- Ce n’est rien, ce n’est rien ! C’est juste votre… chose… épouvantail qui s’est arrêté à côté de moi. J’imagine qu’il a trouvé un autre chemin pour monter. Mais dites… s’il s’est arrêté, est-ce qu’il y a du danger ? Ou est-ce qu’il a trouvé quelque chose ?
Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier
Page 3 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Sujets similaires
-
» Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Couloirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page