Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 18 Oct 2014 - 21:27


Posant son verre maintenant vidé de son liquide, le chevalier fixa ce dernier un instant, mais cela ne l'empêchait pas d'écouter attentivement la mademoiselle Tensho. Il était intéressant d'apprendre qu'elle avait décidé d'aller voir son père après la rébellion, qu'elle avait tenté de faire changer les choses, mais visiblement ce fut en vain, elle n'avait pas réussit, mais bien qu'il pense naturellement qu'elle avait échoué, il n'en dit rien, elle devait en être consciente. Si il se permettait de le dire ce ne serait que faire une remarque blessante.

Le professeur finit par se mettre bien droit, croisant les jambes sous la tables et se mit à la fixer tandis qu'elle lui racontait quelle manquait de motivation, et surtout qu'elle aurait préféré une histoire comme celle que l'on voit dans nombre de livres.
La jeune fille releva les yeux, il songea alors qu'elle pouvait se sentir mieux, mais il ne s'agissait là bien que de spéculation, car aussitôt elle croisa son regard, qu'elle regarda de nouveau la table, évidemment qu'elle manque de courage si elle n'ose pas regarder dans les yeux quelqu'un ...


- Je n'encouragerai pas des gens à tuer Jhoken ou les renégats… de peur qu'ils ne tuent mon père en passant.

Le chevalier plaqua alors son dos contre le dossier de la chaise, passant sa main droite dans ses cheveux dans un désir non masqué de chasser une mèche qui commençait à l'agacer. Puis il soupira, de ce soupir de celui qui ne saisissait probablement pas tout les tenants de l'histoire, mais il la comprenait en grande partie, et savait qu'il réagirait d'une manière similaire si une pareille chose lui arrivait. Il prit une inspiration avant que, tandis que ses mains se joignaient sur la table, il ne prennent la parole.

- Ne pas pouvoir faire de mal à sa famille est une chose normale, moi même en suis bien incapable et ne le pourrais probablement jamais. Ceux qui annoncent fièrement pouvoir éliminer leur famille sans sourciller n'ont jamais eut à le faire.

Il décroisa les jambes, afin de pouvoir tirer d'avantage sa chaise sous la table, continuant de la fixer avec son air neutre, même si bien sur il avait un peu mal pour elle, il se refusait à se montrer trop expressif, car même si son esprit n'arrivait pas à être neutre, lui, préférait que les autres ne puissent pas savoir comment pense le chevalier, sous peine de se jouer de lui.

- Combien de personnes, si l'on oublie les trois directeurs, sont capables d'affronter ton père et de le terrasser à ton avis ? Il eut un bref petit sourire tandis qu'il se relevait de sa chaise, se mettant à nouveau debout. Il y en a pour ainsi dire aucun, certains pourraient peut être le blesser, mais pas beaucoup plus.

Il attrapa d'une main son verre et fit le tour de la table pour se mettre à coté de Maya, l'observant, et il glissa sa main libre sous le menton de Maya pour lui relever rapidement la tête avant de retirer sa main.

- Reste fière de toi, tu as choisit de rester à l'académie et de ne pas suivre ton père, ceci est déjà une immense preuve de courage. Maintenant, si tu estime que la chose t'es vraiment hors d'atteinte, alors reste droite et attends, peu être qu'un jour, quelque chose arriva, et que cet événement te donnera les cartes qu'il te manque afin de recommencer à avancer.

Il était bien dommage de voir une jeune fille si tourmentée, tout comme son pouvoir n'allait probablement pas l'aider à avoir ces cartes qu'il lui manquait, après tout la réalité n'est pas un tour de passe pas que l'on contrôle comme on le veut. La réalité est une chose très dur, mais le destin, lui, offre de temps en temps le nécessaire.




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Jeu 23 Oct 2014 - 23:51
Maya n'aime pas le fait qu'il lui relève la tête et l'oblige à le regarder dans les yeux… elle n'aime pas du tout. Mais elle ne va pas chipoter : c'est un prof après tout, pas un adulte lambda qui se prendrait pour un grand charmeur. Par contre, elle ne comprend pas non plus pourquoi il est venu s'asseoir à côté d'elle plutôt que de rester en face. À quoi joue-t-il ? Est-ce un geste censé avoir une signification particulière ? « Je m'approche de toi pour te rassurer, pour t'encadrer, te montrer que tu n'es pas seule » ? Pour ce qu'elle en pense…
Finalement, au bout du compte, la jeune femme est encore moins à l'aise. Et le fait qu'il l'ait traité de « courageuse » n'y est pas étranger. Elle n'a pas eu besoin de beaucoup de temps pour trouver sa réponse.

- Mais qu'est-ce qui me dit que c'était du courage de rester à l'académie et d'abandonner mon père ? Pourquoi pas le contraire ? Pourquoi pas de la lâcheté ? Ce n'est pas une remarque objective, ça ne me va pas…

Cette conversation, c'est presque comme un jeu : trouver la bonne remarque qui pourra enfin convaincre Maya qu'elle a fait le bon choix et qu'elle est sur le bon chemin. Mais ça fait plus d'un an maintenant… un an qu'elle ne sait pas, un an qu'elle se pose des questions sur son parcours et sur ses choix. Avec la meilleure volonté au monde, Alexander Urmanis ne pourra rien faire d'autre que… remonter encore et encore les choses à la surface, sans les résoudre. Tout simplement parce que c'est impossible, personne ne peut l'aider. Et personne ne devrait perdre son temps à essayer d'ailleurs. Une vie perdue vaut mieux que deux. Une vie miteuse perdue vaut mieux qu'une vie… exceptionnelle.
Assez de déception ?

- Vous m'excusez, je n'ai pas vraiment le cœur à continuer de parler de tout ça… La vérité, c'est qu'il n'y a aucune chance que cette histoire se termine bien.

Elle hausse les épaules et soupire bruyamment et profondément.
Au passage, elle retire le sachet de glace de son visage et touche sa joue, froide et humide… ce qui lui permet une énième fois d'éviter le regard du prof. Experte en la matière… même si pour cette fois, elle revient rapidement sur lui. Elle le regarde et il voit : elle ne ment pas, elle ne stresse pas, elle n'a pas peur… ce n'est qu'une information comme une autre qu'elle porte à son attention.

- Enfin si : la seule fin cool, c'est la réunion de la famille… dans ni l'une ni l'autre des factions. C'est-à-dire, tous les deux, sans les dieux ni les humains, pour l'éternité. Est-ce que vous pensez que ce serait… un bel épilogue… ?

Question ouverte, elle n'en a aucune idée.
Problème : il ne faut pas croire, elle ne connaît pas Isanagi Tensho. Bien sûr, il existe un lien entre eux, lien de parent à enfant qui noue la relation naturellement… mais Maya n'a jamais côtoyé son père. Ils n'ont jamais passé plus de quelques minutes ensemble, ne se sont jamais amusés, n'ont jamais passé de "bons moments" tous les deux…
Mais là-dessus, ils se sont mutuellement promis qu'une fois leur mission terminée, ils pourraient enfin se retrouver. Il n'y aurait plus d'obstacles à leur bonheur, plus de frein à leur relation… et c'est là-dessus que Maya se raccroche de toutes ses forces. Plutôt ça qu'une relation charnelle avec un autre garçon de l'Académie, plutôt ça qu'un entraînement et des efforts sans doute vains, c'est peut-être parce que la solution existe qu'elle trotte sans arrêt dans la tête de la jeune femme. Il aurait fallu qu'on lui dise « non, cette solution n'est pas viable »… mais le fait est que c'est impossible.

Isanagi Tensho n'abandonnera jamais sa fille tant qu'il sera en vie.
Bien sûr que si, puisqu'il l'a déjà abandonnée pour créer les renégats…
Mais non… il a fait ça dans le but de se débarrasser du problème et de la retrouver ensuite, qu'ils soient réunis pour le restant de leurs jours, pour le meilleur et pour le pire.

- Je reviens, je vais chercher quelque chose à boire.

Avant qu'il n'ait pu répondre quoi que ce soit, elle le quitte et retourne à l'entrée de la cafétéria. Elle commande un malheureux verre d'eau, dont elle boit quelques gorgées… puis reste là, au comptoir, pour prendre une pause. C'est qu'elle a horreur qu'on parle d'elle, la petite…
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mer 29 Oct 2014 - 14:15


Les belles histoires, celles que l'on voit dans les comptes, elles n'existent bien souvent que dans les livres, Maya devait bien le savoir, la vie était bien plus dur qu'elle ne le laissait paraitre.
Enfin, le pire dans cette histoire était qu'il lui disait des choses alors que lui même manquait terriblement de motivation, une chevalier qui servait quelque chose en quoi il ne croyait que très peu, simplement car il n'arrive pas à se résoudre à oublier son ancienne vie et radicalement changer. Alors si il fallait rester objectif, lui aussi pourrait voir son choix comme une énorme preuve de lâcheté, tout ceci n'est qu'une simple question de point de vue, et de motivation. Si l'on se motive on voit la chose d'une manière positif, en revanche, en déprimant, on aura tendance a voire chaque choix comme mauvais, le bon choix, le mauvais choix, seul celui qui le fait peut dire si il est bon ou mauvais. Et suivre sans réfléchir, est-ce vraiment un bon choix ? Alexander dans le fond ce réfugiait derrière l’obéissance et sa vertu pour ne pas y réfléchir et se tourmenter.

Tandis que sa question laissa songeur le chevalier, elle prit congé de lui pour s'installer au comptoir, ne voulant visiblement pas revenir rapidement. Le chevalier réfléchissait à en faire fumer son cerveau, un bel épilogue ? Une fin acceptable ? Ça existe vraiment ? Il n'en était pas convaincu du tout, la fin en elle même coupait toujours des choses, empêchait d'en réaliser d'autres, qu'importe l'âge où le moment. Une réunion de famille entre deux ennemis, ça donne quoi ? Si cette réunion avait que ce serait-il passé avant aussi ?

Le chevalier soupira, faisant tourner son verre entre ses doigts, restant immobile, re pensant à son passé, il revoyait ses combats, l'énergie qu'il y mettait a chaque fois tant il croyait à sa cause, bien que ce n'était pas comme cela au début. Il repensa à se camarades mort au combat aussi, le problème de chaque guerre, ce qui l'avait lentement rendu à ne plus réagir à la mort des personnes.
Tandis que dans sa tête il se repassait nombre de scènes de batailles, dans les images qu'il laissait aller dans sa tête il y en a une dont il ne se souvenait absolument pas qui arriva. Il vit deux jeunes personnes encercler par des hommes qui semblait pas en être. Il rouvrit les yeux et secoua la tête en se relevant, il réfléchissait vraiment trop.

Il se dirigea d'un pas rapide vers les toilettes pour se mettre un coup d'eau sur le visage et ressortir, revigoré. Il repensait encore à cette vision qu'il avait eut, intrigante car elle ne faisait pas partie de ses souvenirs, mais pour le moment il l'a mettait sur le dos de la fatigue mentale qu'il accumulait. Puis il arriva au comptoir, encore quelques traces d'eau sur le visage avant de demander le plus simplement du monde à être servit.


- Quelques chose de fort, je me met à voire des souvenirs qui ne sont pas les miens, surement la fatigue ...

Le serveur hocha la tête et lui prépara un café bien corsée, la couleur du liquide lorsqu'il le laissa devant le chevalier donnait plus sur du pétrole que la douce couleur chocolat noir du classique. Il préféra d'ailleurs ne pas parler à Maya, si elle n'était pas retourner à la table, c'est qu'elle voulait une pause, et il le respectait. Alors décidant d'attendre il retourna s'assoir avec son café, laissant les vapeurs aromatisé lui enivrer l'odorat un instant.

-*Peut être que je devrais me reposer ...*




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Ven 31 Oct 2014 - 23:15
Plusieurs fois, elle jette discrètement un coup d'œil derrière elle. « Que fait-il pendant qu'elle reste là ? »… « Va-t-il en profiter pour partir, ennuyé par les plaintes incessantes de l'élève apprentie ? »… Maya a beau se poser mille et une questions à son sujet, force est de constater qu'il reste à leur table, sans bouger. Persévérant ?
Alors que quelque chose ressemblant à de l'espoir monte en elle, Alexander finit par se lever et quitter les lieux. Chez la déesse, cela réveille un sentiment de soulagement… et de gêne à la fois. Avoir fait… ce qu'elle a fait, c'était vraiment inconvenant. Mal. Mauvais. Stupide. Ridicule. Et donc, au bout du compte, parfait. Parfait pour la jeune fille qu'elle est : immature et misérable. Il devient de plus en plus nécessaire qu'elle reste seule pour ne pas déteindre sur les autres, c'est d'une évidence… Malheureusement, ce n'est pas le genre de trucs que l'on apprend à des élèves : comme toujours, les enseignements les plus importants ne sont jamais transmis… encore moins à ceux qui sont dans le besoin.

Maya boit une gorgée d'eau, puis repose son verre en soupirant. Elle fouille ensuite dans une poche de sa veste pour en sortir son Dea'Portable. Elle pianote rapidement sur l'écran tactile pour écrire un message, puis elle l'efface, en écrit un autre et l'envoie à une ancienne connaissance qui ne lui a plus répondu depuis un bail. Elle n'espère pas qu'il réponde un jour… ni qu'il lise ses messages d'ailleurs : ce n'est qu'une façon de parler, de se confier et de se rassurer sans aucune retombée.

Alors qu'elle écrit un second message, une voix s'élève près d'elle et la fait sursauter. Alexander Urmanis… il n'était pas parti, mais s'était finalement approché… dans son dos… sans même qu'elle ne le voit ou le sente arriver. Bien sûr, cela lui fait perdre tous ses moyens : elle bafouille, se rend compte qu'elle raconte n'importe quoi, boit une gorgée d'eau, éteint son portable, détourne la tête, tape ses pieds l'un contre l'autre nerveusement… tout ça pour finalement remarquer plusieurs secondes plus tard qu'Alexander est déjà reparti. Elle le voit, là-bas, de retour à sa place… tranquille et tout à fait détendu.

Elle reprend également son calme.
Finalement, c'est l'inverse de ce qu'elle pensait qui se passe : il ne l'abandonne pas, au contraire… c'est presque comme s'il la couvait. L'idée qu'il puisse se prendre pour son père lui revient en tête et pourtant, c'est parfaitement ridicule. Peut-être est-il simplement un professeur qui fait bien son boulot ? Comment pourrait-elle comparer ? Elle en connaît si peu des comme ça… et en sait si peu sur le métier de père.

- Dîtes, savez-vous où se trouve M. Urmanis ?

Un jeune homme s'est approché d'elle et la accosté avec cette question. Maya le regarde de la tête aux pieds, se demandant ce qu'il peut bien vouloir au professeur… alors que celui-ci est censé être tout à elle pour le moment. Quand elle se rend compte qu'elle jalouse l'enseignant déjà un peu trop, elle secoue la tête puis montre le chevalier du doigt.

- Oui, bien sûr, il est là-bas.
- Merci.

L'apprenti dieu se dirige alors vers monsieur Urmanis, puis s'arrête à sa table. Elle les regarde tous les deux, semblant échanger des mots… et elle serre les poings. Elle n'aime pas. Elle a l'impression qu'elle vient de perdre quelque chose… ne serait-ce que l'attention du professeur. Et bizarrement, elle n'aime plus tant que ça, l'effet d'être oubliée si facilement. Chercherait-on à l'éclipser ? Se fout-elle elle-même dans la panade ? Est-ce réellement ce qu'elle veut faire… ?
C'est difficile.
Il n'y a pas 2 minutes, elle voulait être oubliée du monde… et maintenant, Maya se demande si elle ne ferait pas mieux de retourner auprès de son professeur pour… quelque chose, elle ne sait pas encore quoi, mais elle en a envie. Sans doute sa grande affection envers les relations amicales, le fait de parler aux autres même pour ne rien dire… juste discuter. Et aider… pas se faire aider. Alors, elle termine son verre, se motive, se lève et y va… mais elle se fige à mi-chemin.

L'apprenti dieu vient de sortir une arme tranchante… et son attitude n'a pas l'air très amicale.
Maya court pour les rejoindre et se met entre eux deux, bras tendus en croix.

- Ola ola… calmez-vous s'il vous plaît, on ne peut pas se permettre… cette… violence. Je vous en prie, calmez-vous.

Son regard est dirigé vers le jeune homme puisqu'évidemment, de par sa posture, Maya est plutôt… le bouclier d'Alexander.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 1 Nov 2014 - 23:33


Le café, sont arôme amère, mais surtout la caféine qu'il contient, de quoi lui donner un coup de fouet pour éviter de sombrer dans ses étranges pensées. D'ailleurs quand il en bu une gorgée, il est très aisé d'annoncer qu'il l'a bien sentit descendre ! Il avait demandé costaud, et bien il avait eu le droit au dragon et pas au troll !
Mais il n'allait pas s'en plaindre l'effet recherché ne serait atteins que plus rapidement. D'ailleurs quand il arriva approximativement à la moitié de sa tasse, toujours plongé dans ses réflexions, qui tournaient en rond, il fut surprit de voir qu'un élève venait de venir se planter devant lui lorsqu'il releva la tête.


- Monsieur Urmanis ?

- Bonjour, que puis-je pour toi ?

Le jeune homme avait ce regard, le regard de celui qui n'appréciait pas le professeur, ce regard avait clairement changé lorsque le blond avait annoncé être le professeur Urmanis. Mais en tant que représentant du corps professorale il préfère ne pas bougé, ne rien faire pour le moment. C'est alors que le jeune homme commença à essayer de rappeler au chevalier un événement assez lointain. Il lui fallut quelques échanges avant que le professeur ai l'illumination et ne comprenne enfin !

- Oh je me souviens ! Ce jour là un directeurs m'avait envoyé sur Terre pour tuer une créature piégeant de nombreuse personne ! Hmm, non, j'avais été piégé aussi je crois ...

L'élève eut soudain un grand sourire, il arrivait tout doucement à le faire venir là où il voulait arriver.

- Ce jour là vous n'étiez pas le seul, il y en avait d'autres dans l'établissement, dont ma famille !

instinctivement le professeur compris, la bulette qui avait fait des ravages, et surtout, il était reparti ... seul … Le chevalier se leva donc, laissant son verre en voyant que l'expression de colère grandir sur le visage du jeune homme.

- Je comprends, tu me rends donc coupable de ne pas les avoir sauver d'une bulette enragé ?

Il ne disait plus rien, mais ces gestes eux en disaient bien plus long, le bord reluisant d'un objet saisit directement l’œil du chevalier, un couteau, et visiblement bien entretenu ! Alors c'était comme ca hein, il veut le tuer car un doppelgänger le bloquait tandis que la bulette faisait rage ?
Mais soudain elle arriva juste devant, tendant les bras pour faire office de bouclier au professeur, Maya Tensho … Elle n'aimait pas le combat, mais elle se jetait comme ça dedans ? L'élève ne semblait vraiment pas vouloir reculer, bien au contraire, aveugler par sa colère il s'avança d'un coup. Alexander posa une main sur l'épaule de Maya pour légérement l'écarter et saisir à plein main la lame avec sa main libre dans une grimace tandis que la coupure laissait filer du sang. Il regarda le jeune homme avec un regard particulièrement méchant, limite inquisiteur, ce gamin …
Mais Il n'avait pas vu la deuxième lame, et se retrouvait coincé, tenant Maya d'un coté, et la lame de l'autre. Il grimaça, il ne pouvait pas accepter qu'elle soit blesser par un gamin qu'il n'avait jamais vu ! D'ailleurs en y réfléchissant bien, d'où il y aurait eu des humains dans le piège qu'il à eut ? Il n'y avait pas tout qui était logique dans cette histoire ! Il y avait des défauts !


- Vous méritez que ça Urmanis !




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 2 Nov 2014 - 23:55
Écartée d'un main, comme ça… il y a des jours où être une femme légère se révèle être un défaut particulièrement révoltant. Il suffit de si peu d'énergie pour la pousser, la dégager d'un travail qui devrait pourtant être sien. Pourquoi le prof a-t-il fait ça ? Si elle se met devant, ce n'est pas pour faire joli… c'est parce que d'ordinaire, ou plutôt dans la théorie, son domaine divin peut lui permettre de se protéger du danger… justement sans courir de danger. Fabriquer des cartes, c'est pour amuser la galerie, mais pas tout ce qu'elle peut faire ! En doute-t-il ? En doutent-ils tous ?

Alexander Urmanis prend tout en charge : Maya, l'arme blanche de l'agresseur, et bientôt la seconde lame que celui-ci vient de sortir. Et c'est trop tard, la demoiselle sait déjà que son enseignant ne lui demandera pas son aide… juste qu'elle ferme son joli minois jusqu'à ce qu'il ait lui-même réglé le problème. À quoi sert-elle si elle n'est pas bouclier ? À faire perdre du temps ? À être le boulet de service qui, s'il n'existait pas, rendrait la vie des autres plus sûre ?

- Fichez-moi la paix !

Elle repousse le bras d'Alexander et, profitant du fait que tout le monde la considère comme une petite fille inoffensive, elle lève la jambe et assène un violent coup de talon en pleine poire de l'autre énergumène dans un formidable coup de pied latéral, frappe qui l'envoie valser sur une table voisine qui se renverse sous son poids, entraînant et cassant toute la vaisselle qui pouvait s'y trouver. Maya baisse et repose son pied sur le sol, puis regarde son professeur avec un air… plutôt haineux. Même ses cheveux, maintenant en vrac, contribuent à lui donner l'air d'une sauvageonne.

- Je… ne… suis… pas… un boulet que l'on traîne. fait-elle en insistant sur tous les mots qu'elle prononce. Auquel cas je n'existerais même plus aujourd'hui. Ce ne serait pas cool de ne servir à rien et d'être constamment dans les pattes des autres, vous ne croyez pas ?

Finalement, très rapidement, elle rebaisse les yeux et reprend l'expression qu'elle avait à cette même table, quelques minutes plus tôt, avant qu'elle ne s'échappe pour aller boire un verre au comptoir. D'ailleurs, le ton de sa question était aigu et interrogatif… en définitive, c'était une vraie question. À croire qu'elle a repris son calme avec une rapidité fulgurante. Elle est comme ça, changeante du tout au tout, et personne ne serait surpris de la voir sourire dans un futur très proche.
Maya Tensho, tout simplement.

Le type agressif s'est relevé, plus en rogne encore qu'il ne l'était précédemment. L'inconvénient, c'est que maintenant qu'il a découvert la présence de Maya, elle ne va plus pouvoir faire grand-chose contre lui : les arts martiaux, ça marche quand l'autre ne s'y attend pas… parce que sinon, c'est sans doute kif-kif. Soit il est nul et elle le maîtrise grâce à son agilité et à sa rapidité, soit il est moyen ou fort et dans ces conditions… c'est mort, littéralement. L'élève frappe très fort dans la table en bois sur laquelle il est tombé. Il la brise en mille morceaux tout en hurlant, tel un animal enragé. L'apprentie déesse le regarde en levant le menton, curieuse… et somme toute très provocatrice. Maintenant que cet élève est complètement focalisé sur elle, il suffit de réutiliser la même technique, c'est-à-dire laisser monsieur Urmanis le frapper par surprise. Et cette fois, puisque ça semble l'amuser, le prof aura la possibilité de protéger la toute petite femme fragile et innocente qu'est Maya…

- Pourriez-vous me protéger s'il vous plaît ? fait-elle en… souriant… Je n'aurais peut-être pas dû attaquer… j'aurais peut-être mieux fait de m'écouter…

Et pourquoi est-ce que Maya n'a pas peur ? Quelqu'un a un comportement agressif envers elle, quelqu'un veut la tuer… ce n'est pas normal de sourire. Elle a sans doute confiance… elle doit être certaine qu'Alexander est plus fort que cet élève et qu'il pourra s'en débarrasser avant que celui-ci ne lui ait effleuré le moindre cheveux.
Par contre, elle ne se rend pas compte du côté « manipulation » de sa propre démarche. Elle ne se rend pas compte qu'elle commet de grosses erreurs. Frapper quelqu'un, puis le provoquer de cette façon sans en estimer les conséquences préalablement… c'est dangereux. Elle finit fort heureusement par se méfier de quelque chose : elle recule donc d'un pas et fixe l'élève furieux… tout en se positionnant un peu plus correctement sur ses jambes, au cas où il faudrait se défendre… ou fuir. Elle déglutit. On ne sait jamais ce qui peut arriver.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Jeu 6 Nov 2014 - 15:20

- Fichez-moi la paix !

Elle repousse le bras du chevalier, mais surtout, visiblement furax elle décroche à l'élève qui attaquait avec la deuxième lame un coup … particulièrement violent. Assez pour l'envoyé sur une table à coté, brisant toute la vaisselle, intérieurement le chevalier avait mal pour lui. En parlant de douleur, sa main commençait a vraiment le lancer maintenant, il avait toujours la lame en main, mais ce coup l'avait fait un peu bouger, augmentant significativement la coupure.

- Je… ne… suis… pas… un boulet que l'on traîne. Auquel cas je n'existerais même plus aujourd'hui. Ce ne serait pas cool de ne servir à rien et d'être constamment dans les pattes des autres, vous ne croyez pas ?

Le chevalier la regarda un instant, il l'avait vexée ? Ceci dit ce qu'elle disait était vrai, mais il avait agit par réflexe, cela aurait pu être n’importe qui d'autre qu'elle il aurait fait exactement la même chose. Il lui adressa un petit sourire, même si avec sa tête de nouveau baissée elle ne le verra probablement pas.

- Un boulet empêche t-il un professeur d'avoir une dague visitant son ventre ? Je ne crois pas, tu m'as aidée, je n'avais pas vu cette deuxième arme, et tu m'as permit de ne pas m'en prendre un coup.

Mais voila qu'il se relevait, visiblement enragé à en juger par ses yeux rougit, à moins que ce ne soit le choc qui ai cet effet. Et maintenant Maya qui demande une protection, comment faisait-elle pour changer si vite de fusil d'épaule ? Mais dans tout les cas, il n'allait pas tergiverser longtemps, il laissant tombé la lame maintenant ensanglantée qu'il tenait, l'autre arme se trouvait à terre à ses pieds, conclusion, il ne lui restait plus que sa capacité !
Alexander s'élança exactement en même temps que lui, lui sautant dessus en le plaquant au sol. Il n'avait qu'une main qu'il pouvait vraiment utiliser, ce n'était pas facile.
Pendant ce combat à main nu au sol, tandis que le professeur prenait lentement le dessus, l'élève changea doucement de forme, tandis qu'il utilisait inconsciemment le pouvoir qu'il avait. Toute les personnes présentes dans la salle, à savoir plus grand monde à cause du combat qui avait commencé ici, reçurent dans leurs esprits des images, souvenirs de l'élève, révélant qu'il s'était fait avoir par des doppelgänger.


- Espèce de ...

Le chevalier saisit un couteau qui trainait à coté, mais la créature finit de changer de forme, prenant celle de Maya. Et se débattant avec d'autant plus d'acharnement.

- Vous blesseriez votre élève Monsieur Urmanis ?

Le chevalier était prêt à planter le couteau dans le torse de ce qu'il se trouvait en dessous de lui, mais il commençait à avoir du mal, il le voyait dans son regard plein de doute, du coup il n'avait plus de mal à résister au professeur qui perdait lentement du terrain. Serrant les dents, le professeur n'arrivait pas à attaquer aussi sereinement la créature, malgré qu'il sache qu'il ne s'agissait pas de Maya, il en avait l'apparence, et cela suffisait à le distraire et perdre de sa colère, comment diable un enseignant pourrait-il faire du mal à une personne à qui il enseigne si. Blesser quelque chose que l'on connait et toujours plus dur que de tuer un inconnu. Le chevalier se mit à marmonner des insultes dans son langage d'origine tant il s'énervait contre lui même, il se trouvait si faible ...




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 9 Nov 2014 - 18:19
Ce qu'il est doux… attentionné… mais Maya est telle qu'elle élude tout ce qui pourrait ressembler, de près ou de loin, à des compliments à ses yeux. Et son cerveau est parfaitement préparé à ce genre d'éventualité, en pointant des éléments incohérents qui monopoliseront toute son attention.

C'est insensé !
Un enseignant, c'est puissant, omniscient et omnipotent, ça prend toujours les bonnes décisions, ça possède un jugement et une maîtrise parfaite de tous types de situation… et plus que tout, ça n'a aucun point faible… alors, que se passe-t-il ? Pourquoi le Doppelgänger reprend-il petit à petit l'avantage ? Pourquoi le professeur ne peut-il pas vaincre un… monstre… prenant la forme d'une fillette toute petite, fine et inoffensive ? Que cette créature ressemble à Maya ou non, qu'est-ce qui peut le gêner ? N'a-t-il pas mis une baffe à l'apprentie un peu plus tôt ? Pourquoi s'en empêcherait-il maintenant alors que ce n'est pas elle… ? Ça lui permettrait en même temps de se défouler sur elle, chose qui devrait intérieurement le réjouir… au vu des mauvais moments qu'elle lui fait passer.

Alors qu'elle se trouve un peu un retrait, observant le professeur sur la créature… lui ressemblant comme deux gouttes d'eau, Maya a mis ses mains devant sa bouche. Elle s'est mise à jouer le rôle de l'adolescente choquée par ce qu'elle voit… et elle-même se trouve ridicule. Mais il y a du sang, Alexander Urmanis saigne de la main abondamment, et le fluide coloré se répand sur les vêtements du monstre à une vitesse folle.
Ce qu'elle peut faire, c'est regarder autour d'elle et chercher si quelqu'un peut leur venir en aide. Il y a bien quelques types, mais ils ne se sont même pas donné la peine d'approcher. Les combats sont autorisés à l'académie alors, pourquoi diable est-ce qu'ils prendraient la peine d'intervenir ? Peut-être que si elle appelait au secours… ? Impossible, non… elle a toujours détesté être au centre de l'attention. Si elle interdit aux autres d'approcher, alors elle doit nécessairement s'en occuper personnellement, quel que soit le degré de danger… ou d'envie.

- Monsieur… vous…

Si Alexander n'a pas envie de « toucher » cette créature parce qu'elle ressemble à Maya… du côté de la jeune femme, c'est exactement l'inverse. Voir cette petite trogne qu'elle déteste, pouvoir la toucher et lui faire du mal… c'est peut-être tout ce qu'elle a espéré de plus cher depuis… aussi loin qu'elle se souvienne. Depuis qu'elle est seule et détestée. Au final, elle a envie de faire exactement ce que les autres ont envie de faire : défigurer ce visage… maléfique, en quelque sorte.

- À deux, ce sera plus simple, laissez-moi vous aider !

Maya s'approche, sans attendre l'approbation de l'intéressé. Pour pouvoir intervenir, elle va devoir se synchroniser avec son professeur : il a l'avantage d'être au-dessus de la fausse Maya, ce qui lui permet de maîtriser ses mouvements… tant qu'il en a l'énergie, bien entendu. Alors, l'apprentie déesse s'agenouille et tente d'attraper un bras gigotant de la créature. C'est chose faite très rapidement. Elle écarte ensuite Alexander vers l'arrière, puis se place à califourchon au-dessus du Doppelgänger, au niveau de sa poitrine. Elle maîtrise rapidement les débats en coinçant les poignets du monstre sous ses propres jambes, puis pose ses mains sur ses joues. Ça le calme… et l'oblige a utiliser une autre technique : la pitié. Le visage de la fausse Maya regarde la vraie Maya avec pitié, avec les larmes aux yeux.

- Laissez-moi partir s'il vous plaît…

Ce qu'elle est…
Difficilement, l'apprentie déesse caresse le visage du monstre… puis, elle le caresse davantage avec ses ongles. Elle gratte ce visage, ces joues… puis elle lui met une violente baffe. Elle serre les dents et lui administre un violent coup de poing de l'autre main. La fausse Maya, abîmée, saigne du nez et paraît encore plus… mignonne, victime qu'elle est. Hors d'elle, la vraie Maya pose ensuite ses mains sur la bouche du monstre, puis bouche ses narines pour l'étouffer, soit à cause du manque d'oxygène, soit à cause du sang qui coulera désormais directement dans sa gorge. À partir de là, le Doppelgänger recommence à bouger et à se débattre pour se défaire de la prise.

- Crève !

Maya s'est penchée en avant pour utiliser son poids comme force supplémentaire. Elle espère que son prof est toujours derrière elle. Elle espère bientôt sentir ses mains rassurantes sur elle, lui indiquant son soutien. Bientôt, alors quasiment à bout de souffle, le Doppelgänger lance un dernier regard à Maya avant de changer de forme et prendre les traits d'Alexander Urmanis… et arrive la même réaction chez Maya que chez son professeur, quelques instants plus tôt : impossible de tuer quelqu'un ressemblant à un académicien. Ce n'est pas négociable, même pas envisageable et sans s'en rendre compte, comme par réflexe, la jeune femme se redresse et desserre sa prise, suffisamment pour que le monstre libère ses mains et agrippe le cou de l'apprentie déesse pour commencer à l'étrangler.
À son tour, c'est Maya qui va poser ses mains sur les poignets du faux Alexander pour tenter de se libérer avant d'étouffer.

Mais il est fort, et elle, faible.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 9 Nov 2014 - 21:05


C'est dur du tuer une personne que l'on connait peut importe comment on le voit, et bien sur avec une main en moins alors que al créature en possède deux de disponible, il reprend lentement l'avantage. Le chevalier serra les dents, ca lui apprendra à saisir une lame de la main sans protection adéquat …
Mais voila qu'elle le fait reculer, le forçant à s'assoir un peu plus loin sur les cuisses de la fausse Maya tandis qu'elle venait s'assoir devant lui pour commencer à clairement contrôler la créature avant de se mettre à la blesser, à la frapper comme si elle avait toujours attendu de se frapper elle-même sans réussir à s'y résoudre. Le chevalier assis derrière était particulièrement surprit, elle changeait si facilement de la douceur à la violence …
Et en tant que soldat il savait que la frontière entre la violence et le meurtre était mince, aussi il fut témoin privilégié de chaque réaction de Maya en réponse à celles de la copie. Elle finit rapidement par repousser cette demande de pitié qui l'aurait fait craquer d'avantage si elle n'avait pas prise sa position.

La jeune fille désirait maintenant clairement de tuer ce double, commençant à l'étouffer, mais voila qu'en réponse il se modifiait de nouveau après quelques débats sous le regard vigilant du professeur encore surprit, il prenait sa forme ! Le doppelgänger le copiait ! Et cela eut visiblement le même effet sur l’élève, elle lâcha prise et il profita de ce moment pour lui agripper le cou.


T- Il suffit !

Le chevalier s'avança de nouveau, plaquant son torse contre le dos de Maya, il se pencha tandis que levant son poignet intact et utilisant le dépassement des limites il frappe le monstre en plein visage, la frappe fut si violente que le sol se fendit, et que le crâne de la créature éclata, reprenant lentement sa forme d'origine, les membre agités de quelques soubresaut, et le blond arracha les mains similaire aux siennes qui tenait encore le cou de son élève. Laissant pendre le long de son corps sa main blesser dont le saignement ne semblait vouloir cesser, il posa son autre main sur l'épaule de la jeune fille.

- Tout va bien Maya ?

Le cuisinier venait de faire irruption dans la salle et ouvrit juste grand la bouche ne pouvant parler devant ce qu'il voyait. Alexander et Maya, collé l'un à l'autre, assit sur un doppelgänger au visage exploser. Il y avait du sang a quelques endroits, mais surtout une énorme flaque là où le chevalier avait frappé.
Le professeur avait perdu assez de sang pour maintenant se sentir faible, engourdit, il ne valait mieux pas qu'il regarde sa plaie à ne pas en douter … Mais du coup il commençait à avoir des respirations un peu plus rapide.


- Je suis navré de t'avoir emporté dans cette situation … Ce que je peux détester ces créatures manipulant l'esprit des gens ...

Il regarda un peu le plafond et ferma brièvement les yeux.

- Il faudrait aussi que j'aille à la recherche de cet élève, si il a prit sa place, il l'a donc piégé quelques part ...




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 9 Nov 2014 - 23:59
Le monstre n'a pas eu le temps de l'étouffer assez pour qu'elle perde conscience, ni même son souffle d'ailleurs. Quand Maya sent quelqu'un s'appuyer contre son dos, quand elle voit la tête du Doppelgänger éclater sous un coup de poing titanesque, quand le vrai Alexander Urmanis la libère de la strangulation… Maya récupère une grande bouffée d'air frais, tousse un peu et tout va bien. Tout ? Non…
Elle penche sa tête en arrière pour la poser contre le torse ou l'épaule de son enseignant, elle ne sait pas où exactement. Elle sent sa main chaude et réconfortante se poser sur son épaule. Elle-même place ses propres mains sur son cou pour essayer d'atténuer la douleur, puisque c'est le seul mal qui perdure après la mort de la créature. Ce monstre a appuyé tellement fort sur sa gorge qu'elle doute pouvoir sortir le moindre son de sa bouche… Il n'y aura donc pas de remerciement, juste une sorte de grésillement enrayé accompagné d'une quinte de toux très douloureuse.

Elle soupire, puis sourit, amusée, puis reprend son sérieux en regardant la face écrasée du Doppelgänger. Il a droit au repos éternel, une chance pour lui. S'il avait voulu terminer autrement, il ne se serait pas approché d'eux. D'ailleurs, pourquoi s'être approché ? Maya n'a pas suivi la conversation, elle sait simplement qu'il en avait après Alexander. Peut-être une histoire de vengeance, de renommée… peu importe, c'était stupide de la faire dans une cafétéria remplie d'apprentis dieux, ça n'avait aucune chance d'être un succès.

Du bruit à côté d'eux. Maya relève et tourne la tête pour finalement apercevoir une dizaine de personnes approcher. Plus curieux quand le danger s'est évaporé que pendant le bruyant combat en lui-même, n'est-ce pas ? L'élève tourne un peu plus la tête sur le côté pour regarder le professeur, derrière elle. Ça ne fait rien, ils n'ont pas de dommage insurmontable… avec de l'aide extérieure ou sans, ça n'aurait pas changé la donne. Elle ne leur en veut pas.
Quand elle tourne la tête pour regarder à nouveau la créature morte, elle aperçoit le sang et se rappelle : une entaille dans la main. Sans demander quoi que ce soit, sans se demander si ça pourrait faire mal ou non, Maya agrippe le poignet d'Alexander et place son bras devant elle. Elle lui ouvre délicatement la paume et observe. Bien que la main soit rouge de sang, la jeune femme distingue assez facilement la coupure : ce n'est pas très profond, mais c'est assez large, important. En langage humain, il lui faudrait sûrement des points de suture pour raccommoder tout ça. En revanche, en langage « Maya Tensho », un peu de magie et ça pourrait repartir…

Elle n'a besoin que de deux doigts : l'index et le majeur. Elle les colle l'un à l'autre, puis, après avoir fermé les yeux, elle les passe sur la blessure. Encore une fois, elle ignore si c'est soutenable du côté du professeur… elle fait juste ce qu'elle peut pour subvenir à sa santé. À mesure que ses doigts glissent le long de l'entaille, Maya dessine. Arrivée au bout, elle matérialise le dessin, qui n'est autre qu'une peau synthétique de remplacement pour reboucher presque totalement la blessure.

- Je… commence-t-elle avant de se rendre compte que sa voix ne sort toujours pas correctement. S'adaptant à sa situation, elle se met à chuchoter pour ne pas forcer ses cordes vocales. Je pense que médicalement, ce que je viens de faire n'est pas du tout approuvable… mais ça permettra de ne pas perdre plus de sang sur le chemin. Sitôt arrivés, je ferais disparaître ça et on pourra vous soigner avec des… méthodes de soin plus conventionnelles.

On n'imagine pas mettre du métal au contact du sang pour arrêter une hémorragie… sauf si on avait la géniale idée de vouloir gravement infecter la blessure. Même chose dans le cas présent : elle a beau stopper la perte de sang, Maya n'a aucune idée des effets secondaires que peut avoir une matière matérialisée sur une blessure. Mieux vaut ne pas chercher à savoir et ne pas tenter le Diable : les médecins de l'académie vont s'occuper de lui illico, dès qu'ils auront rejoint l'infirmerie.
Un second passage sur la blessure avec ses doigts et Maya matérialise ce qui pourrait ressembler à un pansement : pas très esthétique, mais il fait le job, à savoir coller à la peau pour l'isoler des microbes extérieurs.

Maya pose ensuite ses deux mains autour de la main d'Alexander pour la caresser et la détendre précautionneusement. De manière douce et affective.

- Et pour le reste, ce n'est pas grave… continue-t-elle en chuchotant. Si, ça m'a même fait un peu de bien. Pour…

Soudainement, elle lui lâche la main, exactement comme si elle venait de toucher une araignée : Maya ne s'est peut-être pas rendu compte de ce qu'elle faisait, ni du lieu où ils étaient. Pas besoin de spectateurs pour ce genre de scène : tout ce qu'ils savent faire, c'est déformer la réalité pour se moquer… La jeune femme s'est relevée presque instantanément, a parfaitement réajusté ses vêtements et rebaisse la tête… pour regarder le professeur dans les yeux. Elle peut soutenir son regard sans grand problème, ce qui signifie sûrement beaucoup en cet instant.

- Si vous allez à la recherche de l'élève… fait-elle tout haut cette fois, même si sa voix déraille comme si elle muait. … alors est-ce qu'un boulet peut-être pas si boulet qu'elle ne le croit pourrait vous accompagner ? L'histoire m'affecte et ce n'est peut-être pas un hasard. Vous m'appelleriez avant de partir à sa recherche ou est-ce que je dois plutôt vous suivre sans arrêt pour savoir quand vous irez ?

Finalement, ce passage n'est peut-être pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Cette question, c'est comme un petit défi pour savoir ce qu'il pense vraiment… parce qu'évidemment, l'opinion qu'a Maya d'elle-même n'a pas changé d'un pouce. Considérons cela comme du chantage alors, simplement pour pouvoir…
… aucune idée, seule Maya sait ce qu'elle a derrière la tête.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mer 12 Nov 2014 - 14:23


C'était finit, en tout cas au moins pour le problème de celui sur lequel il était assit. Maya posa sa tête sur son épaule, a t-elle eut peur ? Est-elle soulagé ? Il ne le savait pas du tout, mais le principal était que l'élève n'ai rien de grave.
Du bruit, le chevalier tourne un peu le regard de Maya, les élèves reviennent, le cuisinier est paralyser devant ce spectacle dans sa cafétéria, en fait out le monde ne vient qu’après … Maya se traite elle même de lâche, elle est portant la seule qui soit venu, les autres, vulgaires froussards, ont préférés attendre que tout ceci ce termine …

Soudain sa main blesser se fait tirer vers l'avant, le forçant à coller d'avantage son torse sur le dos de la jeune fille. Par dessus l'épaule de cette dernière il observe ce qu'elle fait, elle semble intrigué par sa plaie, il eut un très bref sourire avant de grimacer en ouvrant sa main lentement, fichu blessure … Si il avait mit son armure avant de saisir cette dague aussi, il aurait moins dégusté … Elle frotta alors lentement la plaie du bout des doigts, il détourna le regards dans un frisson, ce qu'il ne supportait pas qu'on lui touche les plaies … D'ailleurs pourquoi tant de douceur ? Un tissus en boule sur la plaie, un autre avec un nœud pour serrer, et l'affaire serait faîtes pour lui ! Soudain un nouvelle peau se forme là où elle avait laissé glisser ses doigts de déesse.
Il fixe un peu son travail en l'écoutant, alors c'était simplement bouché … Il bouge un peu la main, serrant et desserrant lentement, effectivement c'est toujours sensible … Elle recommence pour faire apparaitre un bandage, il se demande maintenant qu'elle est la limite a ce qu'elle peut créer. D'ailleurs elle semble si douce tout d'un coup, alors que la jeune fille était si distante avant …

Enfin, il avait peut être parler un peu vite, le temps des petites caresses et de la tendresse avec sa main ce finit lorsqu'elle bondit pour se remettre debout, tandis que le chevalier lui resta encore assis sans avoir bougé plus que cela, l'observant, un peu perplexe. Ses humeurs changeaient si vite que cela en faisait presque peur en fin de compte.
Le professeur prend alors la peine de se relever en silence, observant une dernière fois sa main avant de reporter son regard vers Maya. Elle désirait le suivre, mais elle se traitait à nouveau de boulet, il eut alors un soupir avant de regarder les élèves qui commençaient déjà à murmurer des choses inconvenantes.


- Une remarque venant de ceux qui ont préférés fuir lorsqu'il y a eut un combat, et je peux vous affirmer que je ferais le nécessaire pour que vous le regretteriez, compris ?

Les élèves se turent soudainement sous le regard réprobateurs du professeur qui n'était pas connu pour sa tendresse et le fait qu'il tienne souvent parole. Un élève avait une fois fait passer un rumeur désobligeante à son encontre alors qu'il avait entrainé un jeune qu'il le lui avait demandé, une autre rumeur dit que l'élève origine de la rumeur a passé un jour à l'infirmerie pour s'en remettre …
Il se dirigea vers Maya en souriant. Lui montrant la main qu'elle avait traité, si il était possible de le dire.


-Je ne considère personne comme un boulet, chacun à ses propres qualités.

Il se dirigea vers le cuisinier et fit une respectueuse inclinaison en s'excusant de ne pas pouvoir s'occuper de cela dans l'immédiat, mais qu'un jour il lui rendrait service en retour. Après cela il s'approcha de Maya et lui tendit la main.

- Je ne compte pas attendre, alors, et si nous allions à la recherche de cet élève ensemble ?

Aller à l'infirmerie pour se soigner d'une entaille comme cela ? Non, retrouver l'élève perdu était bien plus important à ses yeux qu'une coupure, qui sait depuis combien de temps il était prisonnier, et pire, il y avait plusieurs créatures autour de cet élève dans sa vision, alors il n'y avait pas de doute que celui là n'était pas le seul dans le coup …
Il se dirigea alors rapidement vers l’extérieur de l'académie, il lui semblait avoir reconnu une partie isolé du jardin torturé dans la vision, mais il n'arrivait pas à en être certains, cependant ce serait toujours un bon début pour des recherches non ?





♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 15 Nov 2014 - 12:02
C'est un peu culotté. Alexander a la main recouverte de sang et ça n'a pas l'air de le déranger plus que ça. Ok, l'affreuse coupure est refermée… mais c'est peut-être un peu présomptueux de penser qu'elle ne pourra pas se rouvrir. C'est peut-être trop faire confiance dans les capacités de Maya ou en Maya elle-même. Qui sait… peut-être que la matérialisation ne dure pas longtemps, peut-être que ça ne fonctionne que si la déesse se concentre assez ou que ça pompe trop d'énergie au point de l'épuiser en deux temps trois mouvements ? Il ne le sait pas ça… il n'en a aucune idée et ça n'a pas l'air de lui poser trop de problèmes.
Bon.
Heureusement pour lui, tant qu'elle ne sera pas morte, le soin fait maison restera parfaitement en place, sans limite de temps et sans même la fatiguer. Heureusement pour lui, ou heureusement pour elle. Remarquez, depuis le temps, la jeune femme aurait dû comprendre que les formules de politesse ou les petites attentions amicales ne sont plus systématiques. Si elle a quelque chose à dire, un problème ou quoi que ce soit d'autre qui la gêne, le professeur s'attend sûrement à ce qu'elle le dise plutôt qu'elle le garde simplement pour elle. Mais tout le monde cache ses faiblesses pour ne pas paraître faible. Alors ces « Merci » ou ces « Ça ira ? »… qu'elle se les dise elle-même, qu'elle s'occupe de ses fesses et de ses sentiments bidons comme elle sait si bien le faire et tout le monde sera content.

- Oui, très bien, allons-y !

Une voix pleine de tonus, elle est toute radieuse, contente qu'on lui propose enfin une activité digne d'intérêt qui pourra l'occuper, au moins un moment. Maya va pouvoir sortir toute cette mauvaise conscience de son esprit et s'amuser un peu, même s'il est possible, voire extrêmement probable, que toute cette histoire vire au cauchemar. Oh, ce ne sera pas sa faute, sûrement celle d'Alexander Urmanis… à cause de son état, c'est presque couru d'avance… mais ça n'a aucune espèce d'importance. Lui sait ce qu'il fait, il connaît ses limites : autant lui faire confiance.

Quand il lui tend sa main, elle sourit davantage et lui tape dans la main… dans ce qui semble être une sorte de « check » improvisé. Pas sûr qu'un chevalier d'une autre époque saisisse le geste… mais pas sûr non plus qu'il ait imaginé qu'ils sortent ensemble… de cet endroit, main dans la main. Maya, elle, l'a imaginé… bref, ils quittent tous les deux la cafétéria, juste côte à côte. Quand elle passe à côté des élèves dieux, l'apprentie déesse les regarde timidement, un par un : ils ont l'air un peu dépassés, mais n'ont aucune once d'hostilité envers elle. Eux aussi ont l'esprit occupé ailleurs, ce qui n'est pas si mal tout compte fait. C'est peut-être ça, le secret de la tranquillité qu'elle cherche : occuper les autres.

Le professeur et l'élève sont à présent à l'extérieur, sur un sentier. Rapidement, ils franchissent le portail et sortent du périmètre de l'enceinte de l'académie. Pendant tout ce temps, Maya ne cesse plus de toucher Alexander Urmanis… au bras surtout. Elle le touche avec sa main, puis le colle un peu, s'éloigne, apparaît dans son champ de vision, disparaît, revient à côté de lui… elle est là, avec lui, et ne lui laissera pas le loisir de l'oublier, même une seconde.

- Monsieur, pour une personne qui utilise plutôt ses jambes et ses pieds pour se battre, vous préconisez quel type d'entraînement ? Et pour augmenter la détente ? L'explosivité ?

Trois parmi les nombreuses questions qu'elle va lui pondre tout le long de la route. On ne lui a pas demandé d'être discrète… et après tout, elle est avec un professeur, c'est sans doute le meilleur moment pour avoir les meilleurs conseils qui soient. Cela dit en passant, l'élève perdu, ce n'est qu'une excuse pour accompagner le chevalier. S'ils le retrouvent, tant mieux, sinon… ce n'est pas ça qui empêchera Maya de dormir.

Ils arrivent aux jardins, en périphérie de l'Académie. L'endroit vers lequel ils se dirigent est un peu fouillis par rapport au reste, beaucoup plus droit et carré. Maya ne sait pas trop si ce qu'ils cherchent est ici… mais en jetant un coup d'œil à l'expression d'Alexander, il la convainc sans même élever la voix. Il y a des plantes, de jolies fleurs, des haies… rien de dérangeant niveau visuel. On n'entend que le bruit du vent dans les feuilles, rien de suspect non plus. Ça sent les fleurs, plus particulièrement la rose, la lavande… enfin, en tout cas, quelque chose qui y ressemble, mais l'odeur n'est pas celle d'un cadavre en décomposition ni celle d'un animal à l'haleine putréfiée.
Maya regarde encore une fois Alexander, d'un air interrogatif.

- Qu'est-ce que nous cherchons ? À quoi est-ce que cela ressemble ?
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 16 Nov 2014 - 16:18


Cela semblait réjouir Maya que d'y aller, c'était bien, la voire sourire, cette expression de joie sur sur le visage, elle lui allait bien mieux que le vide qu'elle laissait transparaitre jusque là.
Cependant alors qu'il s'attendait à une poignée de main pour exprimer leur accord, elle décide de taper dans sa main, un mouvement incompréhensible, impossible à lier avec son accord et l'immense sourire qu'elle avait … Doutant plus que la main était douillette a cause de la blessure, enfin bon, il ne lui en tint par rigueur, surement une autre chose qu'il ne comprenait pas, ça ne lui manque pas à cette époque …

Tandis qu'il avançait, le sang séchait doucement sur sa peau, et le chevalier frottait pour l'enlever, cette croute de sang n'était pas très agréable à porter … Et la jeune fille ne semblait pas tenir en place, tantôt collée à lui, puis devant, elle lui attrapait le bras puis s'éloignait il la regarda avec un petit sourire, il se serait presque sentie comme un père avec sa fille ! Mais elle n'était pas sa fille et il ne l'oubliait pas.
Au final se fut l'élève qui relança un minimum la discussion, Alexander était un chevalier, un homme simple qui vivait simplement pour ses principes, mais à son époque sa dévotion, sa rage de progresser, il la transmettait sans de grand discours, quelques simples mots, le juste nécessaire, il savait discuter bien sur, mais il n'était pas le meilleur pour parler. Elle lui demandait conseille, il se stoppa et la regarda un instant de la tête au pied. Cette jeune fille était un mystère, ne pas vouloir combattre, puis frappé, demander à être protéger, pour ensuite réclamer des conseils pour gagner en force, au moins la deuxième était d'avantage logique.


- Ce n'est pas ma spécialité, je ne suis peut être pas le mieux placé à cet effet, mais grâce à mon expérience d'entraineur de mon ordre, j'ai pu aidé de nombreuses personnes qui ont plutôt que préféré la résistance et la force, choisit l'agilité et la dextérité, j'ai longuement réfléchit à leurs soucis pour trouver une réponse qui sembla les satisfaire, je vais te l'expliquer aussi.

Il se baissa un peu, posant ses mains sur les pieds de Maya pour les resserrer l'un contre l'autre.

- Pour améliorer un mouvement, rien ne vaut la répétition de ce dernier, si tu ne jure que par tes jambes, alors plutôt que de courir pour avoir l'endurance, lie tes pieds ensemble et fait un parcours avec quelques obstacles, tu n'aura d'autre choix que d'améliorer ta détente pour réduire le temps.

Il se releva ensuite et recommença à marcher tranquillement, réfléchissant un instant.

- Si tu le souhaite, nous pourrions faire un entrainement seul à seul, j'enfilerais des protections et jouerais le rôle d'une cible vivante que tu frapperas.

Mais quand Maya reparla, lui demandant ce qu'il cherchait il se stoppa net et posa un doigt sur ses lèvres et celles de la jeune fille, lui indiquant de ne plus rien dire, ça ne lui semblait pas être exactement le lieux de sa vision, mais comment se repérer vraiment avec un vague souvenir d'un lieu où tout se ressemble ? Enfin le problème n'était pas là, c'était qu'il n'y avait aucun bruit, pas même un oiseau ou un insecte qui chantait, le calme plat le plus complet. Les yeux du chevalier regardaient trés rapidement dans toutes les directions avant qu'il ne retire son doigt et lui parle à voix basse.

- Une rumeur dit que les doppelgänger peuvent copier une infime partie des pouvoirs de ceux qu'ils copient, et dans la cafétéria j'ai eu des brides d'images, comme des souvenirs de ce derniers dans ma tête, et j'ai cru voir un endroit par ici … Mais là n'est pas vraiment le souci ...

Il se retourna lentement, restant très proche de Maya, en ce lieux il n'y avait de visible que la verdure, rien à entendre, et uniquement les flagrances de nombreuses fleurs à sentir, aucune autres odeurs particulières … Autant dans un bâtiment ne rien entendre ne l’inquiète pas, mais dehors, dans une zone non entretenue et plutôt sauvage … Cela ne lui inspirait pas confiance d'instinct, car dans sa région, cela indiquait la présence de prédateurs dans les bois.

- … c'est bien calme ...




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 16 Nov 2014 - 22:10
Quand il s'arrête et s'accroupit pour rapprocher les pieds de Maya l'un contre l'autre, la jeune femme place ses mains sur sa jupe pour bien la serrer contre ses jambes… non mais. La distraction qu'elle s'impose sans réelle raison, puisque le prof n'essaye pas de regarder, lui fait perdre le fil de la discussion. Lier ses pieds pour mieux s'entraîner ? C'est un exercice pour se muscler ? Elle ne comprend pas. Et cet entraînement particulier qu'il lui propose… non, elle ne pourrait pas l'attaquer avec les pieds liés, ça n'a aucun sens. Elle pensait plutôt à des exercices à faire dans son coin, toute seule, pour se renforcer musculairement. C'est plus souvent comme ça que ça marche, non ?
Alors qu'elle allait lui poser d'autres questions pour obtenir des précisions, il lui met un doigt devant la bouche. Comprenant parfaitement le message, elle ne bouge plus et ne fait plus un bruit, essayant de se concentrer un maximum sur sa vue et son ouïe, cherchant l'anomalie que le professeur a peut-être déjà remarquée. C'est un peu inquiétant. La pire chose qui puisse arriver, c'est d'être en danger sans même le savoir. Pire encore quand ça se passe dans un environnement censé être sauf.

Quelques secondes interminables de stress et finalement, rien : il se retire et s'explique doucement. S'ils sont là… c'est parce qu'ils ont été guidés ici ? Par une espèce de vision ? Ça explique tout… et pour le coup, retrouver le garçon sera un jeu d'enfant.

- Ça veut dire que le Doppelgänger a pris l'apparence du garçon par ici ? fait-elle, aussi bas que lui. Il va falloir fouiller alors… il a très bien pu cacher le corps dans les arbustes ou dans les haies.

Elle estime que si c'est arrivé ainsi, alors l'apprenti s'est fait tué. Par contre, cela signifie également que le monstre rôdait dans le coin… et ça, ce n'est effectivement pas rassurant. Il pourrait y en avoir d'autres. Si proche de l'Académie ? Encore un facteur aggravant. De mémoire de Déesse, ça n'a pas dû arriver très souvent. Difficile alors de se convaincre de chercher dans toute cette vaste zone…


5 minutes… c'est la durée qu'il aura fallu à Maya pour se détendre, se rassurer et passer à autre chose, une autre activité. Tournant le dos à Alexander, elle lève la jambe lentement, dans ce qui semble être un coup de pied au ralenti, puis tient en équilibre au plus haut qu'elle peut… c'est-à-dire le talon au niveau de sa tête, ni plus ni moins. Elle pourrait toucher… disons, une petite personne à la tête. Un mètre soixante environ… ou la nuque d'une personne d'un mètre quatre-vingts. Elle replace sa jambe par terre, regarde le sol, puis sautille une ou deux fois. Elle prend ensuite deux pas d'élan, puis saute pour tester sa détente. Elle monte, monte, monte, puis retombe en fléchissant les jambes pour ne pas brusquer son dos. Une habitude. En tout cas, elle est montée haut… peut-être environ cinquante centimètres. Un mètre soixante, auxquels on additionne cinquante centimètres… ça fait plus de deux mètres. Elle doit être actuellement capable de toucher à la tête à peu près tous les êtres humains.
Elle a de quoi être fière d'elle… même si ce n'est pas assez. Le point faible de ces personnes qui jouent avec leurs pieds, c'est que si l'ennemi en bloque un et capture la cheville… tout le corps n'a plus qu'à pendouiller à l'envers sans plus pouvoir se libérer. Et qu'est-ce qu'il faut faire dans ce cas-là ? Et on ne parle pas d'un éventuel sous-vêtement visible… ce n'est pas le sujet !

- Dîtes monsieur… et si…

Elle s'arrête. Il y a eu un craquement et un mouvement dans les arbres et ce n'est sûrement pas un oiseau. Peut-être la déesse aurait-elle mieux fait de se rappeler qu'il fallait parler tout bas désormais…

- J'aurais peut-être dû prendre des protections… fait-elle, à nouveau à voix basse. Je ne suis pas rassurée… Est-ce que vous pensez qu'on devrait prévenir quelqu'un ?

Maya a déjà sorti son Dea'portable de sa poche, prête à envoyer un message à qui voudra bien le recevoir. Elle n'a pas énormément de contact, encore moins de contacts actifs… mais autant prendre le moins de risque possible.
Nouveau craquement venant des arbres : cette fois, Maya écarte un peu les jambes, histoire d'être bien positionnée s'il fallait esquiver. Mais le danger vient finalement bien lentement vers eux… sous les traits d'un jeune homme, d'un jeune dieu… du garçon qu'ils cherchent. Il sort des bois comme si de rien n'était… et les regarde, tous les deux, sans faire transparaître la moindre émotion sur son visage. Il s'appuie sur un tronc d'arbre et les observe, tous les deux, totalement impassible. Rien à voir avec le garçon de la cafétéria et pourtant, physiquement, c'est bien lui.

- Hum… je crois qu'on l'a retrouvé. Mais… comment est-ce qu'on fait pour savoir si c'est lui ou… encore l'un de ces monstres ?

L'autre reprend sa marche et s'avance vers eux, sans dire un mot.
Maya ne peut s'empêcher d'être inquiète… et ça se voit.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Lun 24 Nov 2014 - 15:04


Fouiller ici ? Si ces créatures sont malines, le corps sera impossible à retrouver en fait, enfin, si le jeune homme est mort bien sur. Le problème c'est que rien ne peut prouver ou contredire cette supposition.
Le chevalier restait toujours immobile, cette tension ne le quittait pas, comme si le ciel allait lui tomber sur la tête dans quelques secondes. Il entend bien un bruit, mais il semble que ce soit la jeune fille qui s'agita derrière lui, avant qu'elle ne propose de contacter de l'aide. Ce serait judicieux si elle pouvait arriver d'ici, quelques secondes, autant rêver, ce serait plus plausible dans ce cas.
Le même jeune homme sort après quelques petits bruits et les observe en silence, le chevalier se raidit, se n'est absolument pas logique, tout ceci est trop beau pour être vraie, il l'aurait déjà retrouvé ?


- Hum… je crois qu'on l'a retrouvé. Mais… comment est-ce qu'on fait pour savoir si c'est lui ou… encore l'un de ces monstres ?

Le chevalier ne détourne pas un instant son regard de celui qui semblait être le jeune homme recherché tandis qu'il se remettait enfin à avancer, quittant l’appui que lui offrait l'arbre.

- As-tu déjà vu quelqu'un en fuite prendre son temps ? Ou même quelqu'un de sauvé être inexpressif ? Non, tout ça n'est pas normal, tout comme le silence qui règne en maitre dans cette zone.

Il avait parler normalement, à quoi bon parler à voix basse maintenant ? Le chevalier était convaincu que ce n'était pas le jeune homme pour plusieurs bonnes raisons qu'il venait de donner tranquillement, enfin, pas si tranquillement, car si l’adversaire ce montre, il s'agit de l'indication d'un piège bien souvent, ou alors il a confiance en sa propre force ?

-N'est-ce-pas, Monsieur le doppelgänger ? Et si tu disais à tes amis de sortir ?

Il fit un pas en avant, puis quelque chose lui piqua la nuque, le chevalier passa immédiatement sa main pour retiré une petite fléchette et soudainement foudroyé du regard l'homme, non, la créature en face de lui, il reprenait sa forme d'origine.

- Ils sont bien là où ils sont, de toute façon tu ne pourras bientôt plus faire grand chose.

Des lâches, encore, décidément se monde en était remplit … Mais c'était la nature même de cette créature, la manipulation, la ruse, il ne devait pas avoir confiance en sa force, il devait déjà savoir que son ami s'était fait exploser car il était faible, que le professeur aurait pu l'écraser lui et tout un groupe. D'ailleurs Alexander commença à avancer vers la créature, mais tomba genoux à terre rapidement, ses forces semblaient les quitter, ses muscles devenaient atrocement lourd à porter, son armure ne voulait même pas apparaitre et sa vision floutait rapidement. Cet état où tu réalise que tu deviens incapable de bouger, de te battre … Il pensa à Maya, il ne trouvait même pas la force de voire ce qu'il se passait pour elle, avait-elle eut la même chose ?

- Lâche … je … je vais … te ...

Le chevalier acheva de s'écraser au sol, mordant la poussière, il ne tenait plus, n'arrivait plus à parler et respirait avec une difficulté incroyable. Pourtant il entendit encore quelques mots sortants du masque inexpressif de la créature.

- Je vais te faire regretter d'avoir tuer les miens sur terre.

Alors c'était bien cela, les seules doppelgänger qu'il avait rencontrer était sur terre, dans ce piège qu'un petit groupe avait mit en place. Et pour se venger, celui là avait tout organisé, jusqu'à la vision, s'infiltrant même dans l'académie, et le professeur avait entrainer une élève dans tout ça …
Il vit encore quelques images, il semblait se faire trainer, mais vers où ?





Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier
Page 2 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Sujets similaires
-
» Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Couloirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page