Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Lun 25 Aoû 2014 - 19:44
- Et voilà, c'est gagné !

Et elle pouffe de rire.
C'est un spectacle pour le moins inhabituel qui se déroule dans les couloirs de l'académie aujourd'hui, à la sortie des cours. Une Maya toute excitée aborde tous les petits groupes d'élèves un par un pour leur proposer des tours de magie. Excitée ? Souriante ? Amusée ? Connaissant la gaillarde, il doit se passer quelque chose... Elle aurait reçu une bonne nouvelle ? Elle aurait passé une bonne nuit de sommeil ? On ne le saura jamais, mais c'est le résultat qui compte : la bonne humeur est contagieuse.

Groupe suivant.
Elle leur montre un paquet de cartes et leur propose d'en choisir une. C'est demandé avec tellement d'enthousiasme qu'un jeune homme du groupe se prête au jeu et pioche. Il regarde la carte, la montre à ses voisins, puis, pendant que Maya détourne le regard, il replace la carte dans le paquet, de façon très appliquée. Lui lançant un regard charmeur, la pseudo magicienne commence à mélanger les cartes habilement, puis elle propose à sa victime de battre les cartes à son tour. Après avoir appliqué diverses méthodes de mélange aléatoire successivement, il redonne le paquet à Maya, sûr de lui... mais la jeune femme laisse échapper le paquet de ses doigts et toutes les cartes tombent sur le sol. Quoique... il n'y en a en fait qu'une seule qui tombe, toutes les autres ont déjà disparu.
Maya se penche, ramasse la carte et la leur montre, un grand sourire aux lèvres.

- Bingo ! C'est votre carte !

Ils et elles râlent, signe qu'elle a raison.
Elle insiste pour lui mettre la carte dans la main, la lui serre en même temps... et lorsqu'elle le lâche, la dernière carte a également disparu.

Bien sûr, il y aura toujours des gens pour trouver idiot le fait de se servir d'un pouvoir divin pour faire des tours de passe-passe... surtout quand le temps de préparation est si important. Dessiner toutes les cartes d'un paquet à la main pour les matérialiser et les dématérialiser, tout ça uniquement dans le but de faire croire à une disparition, c'est un peu abusé. Ne reste plus que l'exécution, mettre le doigt sur l'objet matérialisé pour le marquer mentalement et éviter de le faire disparaître en même temps que les autres. Aussi simple que ça...

Elle leur souhaite une bonne soirée et se met à sautiller dans les couloirs, en quête de sa prochaine victime. Malheureusement, cette fois-ci, cela tombe sur un prof... au grand dam de ce dernier.

- Monsieur Urmanis ! appelle-t-elle alors que le prof se trouve à une dizaine de mètres.

Elle accourt vers lui, puis sort un nouveau paquet de cartes qu'elle garde bien en évidence dans sa main gauche.

- Monsieur, prenez une... tiens, qu'est-ce que vous avez sur l'épaule ?

Avant qu'il n'ait eu le temps de tourner la tête, elle s'est déjà mise sur la pointe des pieds et a tendu son bras vers l'épaule droite de l'honnête homme... pour en retirer une rose rouge. Magie. Bon, la fleur a un design plutôt grossier, elle a l'air d'un morceau de plastique mal fichu qui ne sent d'ailleurs rien du tout, mais peu importe. Il faut dessiner et matérialiser rapidement, c'est ça qui compte. La surprise, pas... autre chose quoi.
Maya plie la tige de la fleur, plie encore, plie jusqu’à ce que la rose tienne au creux de sa main... elle serre le poing et d'un geste, elle rouvre la main et la fleur n'existe plus. Ce n'est pas seulement visuel, c'est très stimulant pour elle. Sa force psychique et mentale est mise à rude épreuve… ce qui est pourtant difficile à déceler tant mademoiselle est souriante.

La voilà alors qui remet le jeu de cartes sous le nez du professeur, attendant une action de sa part.

- Allons, reprenons : une carte !
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Ven 29 Aoû 2014 - 14:02


Il était complétement rétablit de sa dernière mésaventure, d'ailleurs il fallait se le dire, il avait le chic pour se mettre dans des situations impossible, impossible, sauf pour lui en tout cas …
Enfin bon, au moins il lui était arrivé une bonne chose après tout ça, alors il était heureux, mais ce sentiment de joie qu'il éprouvait masquait aussi un certains mauvais pressentiment. Étant donné qu'il était convaincu qu'il n'avait pas le droit au bonheur, et bien il attendait aussi le malheur qui devait venir, quelle forme, quel nom, quelle allure il aura, il n'en sait rien, et c'est ce qui rendait la chose encore plus terrible.

Enfin bon, pour le moment aujourd'hui il n'avait pas vraiment de cours à donné, parait qu'il doit se reposer … Dire et faire ça à un chevalier … Comme si il allait attendre dans sa chambre à ne rien faire voyons ! Il rentrait tout juste de son entrainement matinal, beaucoup beaucoup plus long que d'habitude d'ailleurs, et arpentait tranquillement les couloirs où les élèves sortant de cours se bousculaient presque pour aller à divers endroits. Certains le saluait, salutation qu'il rendait bien sur, tandis que d'autres semblait plutôt l'esquiver, ses cours effrayent un peu les élèves en même temps, ce n'est pas comme si certains devaient aller à l'infirmerie car il se sont évanoui d'épuisement pendant un de ses cours de sport. Mais il semblait avoir la confiance de bien des élèves malgré cela, c'était assez particulier.
Finalement son nom finit par retentir dans le couloir de façons nettement plus impressionnante que les diverses salutations qu'on lui avait donné.


- Monsieur Urmanis !

Il s'arrêta net et se retourna, plutôt intrigué que l'on crie presque après lui en plein milieu du couloir, surtout sous le regard particulièrement interrogateur de certains élèves.

- Monsieur, prenez une... tiens, qu'est-ce que vous avez sur l'épaule ?

Elle tien quelque chose en main, un paquet de carte à jouer apparemment, et elle a voulut dire quelque chose mais voila qu'elle prend sur son épaule une … une rose ? Le chevalier perplexe tourna la tête vers son épaule et regarda de nouveaux la fleur dans la main de la jeune fille qui finit par la faire disparaitre en l'écrasant tandis qu'elle ferme le poing. Surement l’œuvre de son pouvoir, alors après les tenants exact lui échappait, mais il était en tout cas convaincu de ne pas avoir de rose sur son épaule, ou en tout cas quelque chose de semblable.
Mais bon, ne lui laissant pas vraiment le temps de tout saisir et de réfléchir voila qu'elle lui remet sous le nez le fameux paquet de carte.


- Allons, reprenons : une carte !

Le chevalier lui sourit simplement en posant sa main sur les cartes pour éloigner un peu cet immense paquet de carte, elle voulait qu'il en prenne une alors soit, il en tira une un peu au hasard dans le tas mais ne la regarda pas tout de suite.

- Bonsoir mademoiselle Tensho, il est rare de voir des élèves si joyeux.

Après tout les salutations ce doit être la première chose à faire ! Sauf avec ses ennemis, enfin, cela dépend desquelles. Il se permit ensuite de regarder la carte qu'il avait tiré, d'ailleurs cette dernière lui tira un petit rictus, le joker, la carte qui n'a aucune véritable attache, la carte qui sert à tout et à rien. Un peu comme lui en ce moment il lui semble. Comme le bouffon de ce jeu, il ne savait toujours pas à quoi il pourrait bien servir et faire.

- Oh, le joker ! Bien, pourquoi voulais-tu que je tire une carte ?




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 30 Aoû 2014 - 12:35
Urmanis, Tensho… il est presque étonnant de constater qu'ils se connaissent l'un l'autre. Maya est une sécheuse professionnelle des cours, tandis qu'Alexander est un prof qui côtoie certainement des centaines d'élèves chaque jour. La déesse devrait cependant avoir un avantage non négligeable sur lui : connaître le nom du seul et unique Mister Deus, ça ne mange pas de pain. Alors, tout le mérite lui revient, lui qui a retenu le nom d'une personne en ne l'ayant aperçu qu'une ou deux fois… et croyons-le ou non, ça émeut notre joyeuse petite luronne. On s'intéresse à elle, c'est toujours agréable de s'en rendre compte.
Ou alors, pas spécialement… puisque ça pourrait signifier que l'homme a fait une fixation sur un certain Isanagi Tensho et par-delà même, sa fille. Son visage ne révèle pourtant aucune animosité pour le moment, alors tout va bien !

Prise dans son jeu et dans son personnage de magicienne, Maya regarde la carte qu'il vient de dévoiler oralement. Enfin, elle se penche sur le prof pour vérifier la véracité de ses propos.

- Le joker ? Vraiment ? Mais…

Et là, elle se met à regarder les cartes qui lui restent… les 53 autres cartes. Dans un premier temps, elle ne lui montre pas, trop occupée à froncer les sourcils et à se gratter la joue. Quelque chose semble la perturber, peut-être un truc qu'elle n'avait pas prévu. La pioche a-t-elle été mauvaise ? A-t-elle raté le tour qu'elle souhaitait lui montrer ?

- ... il n'y a que des jokers dans ce paquet, regardez...

Les cartes en éventail, elle tourne son poignet pour lui révéler une ribambelle de jokers, tous identiques. Pour qu'il puisse bien voir tout ça, elle les approche de son visage… peut-être même un peu trop. Ce genre de chose, c'est le péché mignon des magiciens : bien montrer que tout est en règle et qu'il n'y a pas anguille sous roche. Le tour reste à venir, mais il ne doit pas s'en rendre compte, il faut qu'il soit surpris d'une conclusion inattendue.

Mais alors qu'elle pose sa main sur son poignet et qu'elle se penche à nouveau sur la carte qu'il a choisie, une poignée de secondes plus tôt...

- ... alors, comment est-ce que vous avez pu piocher le roi de Cœur ?

Non, il n'a pas lâché sa carte un seul instant. Non, il n'y a pas deux cartes, deux facettes ou quoi que ce soit de ce style. Tout est en règle. Le morceau de carton affichait bien un dessin du joker, identique à toutes les autres cartes… mais elle semble avoir changé entre-temps. À moins, bien sûr, qu'Alexander se soit trompé depuis le départ. Est-il sûr d'avoir pioché un joker ? Est-il certain qu'un dessin n'était pas caché dessous… ?

En tout cas, la petite déesse prend un malin plaisir à se moquer de lui… gentiment, pas méchamment. Il est tombé dans son piège : en acceptant de prendre une carte, il acceptait toutes les conséquences de ses actes… et notamment les rires de toutes celles et ceux qui s'arrêteraient pour les observer. Les élèves apprentis sont pourtant peu nombreux à sourire… beaucoup préfèrent plutôt s'éloigner pour ne pas prendre de retenues ou cours supplémentaires en compagnie de ce prof, surnommé la « Terreur sportive ».


Maya claque des doigts et toutes les cartes s'évaporent lentement dans l'air, puis disparaissent. C'est dommage de dévoiler le truc, comme ça, à la fin… mais comme on dit, ce n'est pas le moyen utilisé qu'il est important de comprendre, mais comment est-ce que ce moyen a permis de réaliser le tour. Autrement dit, monsieur Urmanis sait que son élève a utilisé son pouvoir divin pour faire apparaître un Roi de cœur à la place d'un joker, mais il ne sait pas quel est ce pouvoir ni comment il a pu permettre la réalisation de cet échange. S'il veut le comprendre, il a de quoi chercher ! En attendant, la demoiselle Tensho le salue à la manière asiatique et se sauve en vitesse… avant de s'arrêter au bout du couloir, quelques mètres plus loin. Elle se retourne vers le professeur, encore une fois les sourcils froncés. Elle doute de quelque chose. Finalement, elle revient vers lui très lentement, en courbant le dos et en relevant la tête.

- Pardon ? Vous avez dit quelque chose ? Vous voulez que je fasse un autre tour… ?

Elle n'est pas vraiment sûre d'avoir bien entendu. D'ailleurs, elle n'est pas vraiment sûre de quoi que ce soit… c'est assez étrange.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mar 9 Sep 2014 - 19:27


En général c'est plutôt pendant les cours que les élèves viennent d'eux même à sa rencontre, mais bon, de temps en temps cela fait du bien de savoir qu'il est un peu reconnu parmi les élèves, même si c'est pour jouer avec des cartes, dans un certains sens ca rapproche des élèves.
D'ailleurs elle semble être perturbé lorsqu'il a annoncé le joker, il n'aurait pas dut ? Il ne sait pas se qu'il fallait faire en même temps, et elle n'a pas précisé si il fallait oui ou non qu'il l'annonce. Mais voila d'un seul coup elle lui met les cartes en éventails sous le nez, littéralement, mais quand elle lui dévoile un paquet rempli de joker, il ne voit plus vraiment l'intérêt de la chose, ca ne servait à rien d'en tirer une au hasard !

Mais aussitôt elle se repenche vers lui, agrippant sa main tandis qu'il fixait encore le paquet de joker.


- ... alors, comment est-ce que vous avez pu piocher le roi de Cœur ?

Naturellement il braqua son regard tout droit vers la carte qu'il tenait en main. ET stupéfait il resta silencieux, les yeux grand ouvert en la regardant, une tête couronné, un cœur rouge, le roi de cœur ! Il retourna rapidement la carte entre ses doigts, la frotte et l'inspecte, mais non, rien ne semble vraiment indiqué une modification, si elle avait changé de carte il l'aurait sentit d'ailleurs.
Non, il aurait peut être vraiment du suivre les conseils des infirmiers et se reposer tant qu'il le pouvait, il se demandait si il n'avait pas trop forcé sur l'entrainement de ce matin du coup … Il se frotta un peu les yeux de sa main libre et eut un bref sourire, oui, un peu repos, c'était surement la fatigue qui lui as fait ça !

Pourtant voila qu'en claquant des doigts elle faisait tout disparaitre sous les yeux du professeur qui lâcha du coup un soupir, encore un pouvoir divin, ici tous ne jure tellement que par ça que cela l'en ferait presque perdre espoir. Allez évaluer la force des élèves quand certains en profite pour utiliser un pouvoir leur en procurant d'avantage... Enfin du coup il la regarde s'éloigner joyeusement dans le couloir.


- Au moins ici il arrive toujours quelque chose, impossible de s'ennuyer.

Cette petite rencontre se finissait déjà donc ? Non, ça ne lui semblait pas possible pour une raison qu'il ignorait (et qui n'est pas que le rédacteur trouve que c'est court ). Enfin bon, dans une école ce genre de petite escarmouche sont possible après tout, tout comme dans la chevalerie. Pourtant comme il l'avait pressentit elle est revenue devant lui pour lui adresser de nouveau la parole.

- Pardon ? Vous avez dit quelque chose ? Vous voulez que je fasse un autre tour… ?

Un peu interrogé il la regarda un instant songeur, un autre tour ? C'était les élèves pendant les courses d'endurance qui disaient ce genre de propos, mais pas exactement avec une intonation similaire.

- Je sors de mon entrainement matinale, je vais d'abord aller me désaltérer à la cafétéria, et comme tu n'as pas encore commencer nous nous dirigeront vers le terrain de sport si tu veux faire des tours ma foi.

Il s'étira un peu et regarda un peu autour de lui avant de porter de nouveau son regard sur Maya.

- Pour une fois qu'une personne qui esquive mes cours de sport se propose à courir !




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 13 Sep 2014 - 17:41

Un "tour"…
Comme on dit, quand on a le choix du sens d'un mot, on choisit toujours celui qui nous arrange le plus. Qu'est-ce que ça veut dire dans ce cas ? Qu'il pense vraiment qu'elle aimerait courir ou qu'il aimerait vraiment la voir courir ? Une chose est sûre : ce type prend ses désirs pour des réalités. Et puis, pourquoi "tours" devrait nécessairement être synonyme de "courir" ? Elle pourrait très bien les faire en marchant tranquillement, ces tours…

Quoi qu'il en soit, d'après le ton employé pour ces deux derniers commentaires, c'est une punition qui ne laisse pas de place à la négociation… et en plus, le professeur se permet de faire de l'humour. Elle l'a cherché ? Elle l'a trouvé. Mais si on ne peut plus plaisanter avec n'importe qui, si on ne peut même plus faire des tours de magie en toute impunité, si on ne peut même plus s'amuser sans avoir peur de représailles… alors, le monde est perdu.
Merde.

Résultat, Maya est soudainement moins joyeuse, plus crispée.
Mais peut-être que dans un certain sens, elle aussi prend ses désirs pour des réalités... ou pas.

- Mais monsieur... fait-elle sur un ton plaintif digne d'une gamine. Je n'ai même pas mes affaires, je ne suis pas dans la bonne tenue, je ne peux pas courir comme ça…

En prononçant ces mots, elle a regardé et agrippé un pan de sa jupe pour lui faire comprendre de quoi elle parle. Plus bas, ce sont ses chaussures qui posent problème… et elle lui porte également à l'attention en pliant et dépliant son genou pour frapper le sol du bout du pied. Puis, Maya baisse la tête et joint ses mains dans son dos.

Ce n'est pas pour rien qu'elle sèche les cours d'habitude : elle aime peut-être courir ou faire du sport de manière générale, mais elle n'apprécie pas vraiment qu'on lui impose des activités, surtout quand mademoiselle est physiquement indisposée à les faire. Ça peut éventuellement fonctionner si le prof est bon et contribue à rendre le tout amusant… mais au contraire, si c'est un sadique tortionnaire, gageons que Maya ne sera pas aussi docile qu'il pourrait l'imaginer. Si tant est qu'elle puisse un jour tenir tête à un professeur plus âgé et plus sage qu'elle… et ça, ce n'est pas gagné non plus.

Pour sa défense, elle est habillée de son uniforme d'étudiante et ce n'est effectivement pas top pour faire du sport… Peut-être peut-elle amadouer le professeur avec cet argument ? Non… rien n'empêche l'apprentie de retourner dans sa chambre, récupérer ses affaires, se changer et retrouver le prof au terrain de sport… c'est l'affaire d'une dizaine de minutes maximum. Seul hic : il faudrait vraiment être très naïf pour croire qu'elle reviendrait faire sa punition. Foi de Maya Tensho, si elle parvenait à fausser compagnie au prof et à disparaître de son champ de vision ne serait-ce qu'une seule seconde… il ne la reverrait jamais.

- … et puis, je ne veux pas déranger plus longtemps. Vous avez beaucoup mieux à faire, je n'ai pas forcément besoin de vous pour faire des tours… c'est vraiment pas sorcier après tout.

Ah… si seulement elle n'avait pas eu cette sorte de réflexe, ce doute qui l'a fait revenir vers lui… quelle mauvaise idée. Elle ne suivra sûrement pas son intuition la prochaine fois… enfin, son intuition, ses oreilles ou quoi que ce soit d'autre.

Alors, que va-t-il arriver maintenant ? Dans sa tête, Maya le voit déjà lui agripper le poignet et l'entraîner avec lui vers la cafétéria, tout ça pour ne pas qu'elle s'échappe. Il n'aurait pas tort… mais dans sa vision, ce qui se passe après est tout de suite moins joyeux. Quelle plaie…
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 21 Sep 2014 - 19:15


La chose qui perturbe vraiment le plus le chevalier à cette époque c'est cette peur, cette fuite qu'ont la plupart des personnes envers le sport et les activités physiques en général. Il avait l'image la plus parlante de cette situation devant lui. Une jeune fille gémissante qui donnait ce sentiment qu'il s'agissait là de la plus grande des tortures qui pouvait lui arriver.
Alors tandis qu'elle continuait à tenter de trouver une excuse pour esquiver la chose, le professeur la fixait en souriant.


- … et puis, je ne veux pas déranger plus longtemps. Vous avez beaucoup mieux à faire, je n'ai pas forcément besoin de vous pour faire des tours… c'est vraiment pas sorcier après tout.

Il s'approcha un peu d'elle, arborant toujours son sourire puis lui tapota d'une main le haut du crâne. En dehors des cours pour qu'il oblige de la sorte il fallait l'avoir poussé à bout ou lui demander des cours particuliers qu'il ne refusait jamais. Soyez rassuré, la première option n'est pas encore arrivé jusqu'à maintenant. En revanche pendant son cours une attitude comme celle-ci lui aurait coûté.

- Chacun son tour d'être piégé n'est-ce-pas ?

Il sourit encore un peu avant de reprendre son air neutre. Faisant quelques pas vers la cafétéria, il avait l'impression qu'il devait lui faire une leçon de moral façons croyance de chevalier, pourtant ca ne lui semblait pas être pour cette raison, mais c'était aussi comme si il lui avait déjà faite, pourtant il ne l'avait pas encore croisé plus que cela, ni eut d'échange digne de ce nom avec elle, alors cette impression était un peu perturbante.

- Étant donné que j'ai reçu l'ordre de me reposer du temps ce n'est pas vraiment ce qui me manque en fait ...

Il baissa un peu le regard et soupira en repensant à sa situation personnel, lui demander de ne rien faire, à lui, le professeur qui ne se stoppait que pour manger ou dormir ...

- Sinon, tu crois qu'un adversaire éventuelle te laissera le temps de changer de vêtements pour le combattre ? Honnêtement je ne vous comprends pas, vous donnez l'impression que la force vous arrivera comme tombé du ciel quand vous en aurez besoin,mais c'est faux ! La force s'obtient à lui sueur du front ! En travaillant et s'entrainant sans relâche chaque chose nous faisant défaut, c'est l'unique façon de progresser !

Le professeur était devenu passionné, le poing serré devant son torse, le regard planté vers le plafond, le timbre de sa voix n'était absolument pas en accord avec son regard neutre.

- Les chevaliers que je formais avaient tous se désirs ardent de gagner en force pour défendre leurs idéaux ! Ce regard portant vers l'avant, faisant face à tout les obstacles et embuches !

Il se retourna soudainement, sa cape faisant volt-face en s'agitant dans un bruit de tissu.

- Mais aujourd'hui cette volonté je ne la vois plus autant chez mes élèves, travailler apparait même comme un supplice ...



♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Lun 22 Sep 2014 - 23:18
Des paroles qui ont le don de la convaincre. Si, c'est la stricte vérité : en tant qu'élève, en tant que « nouvelle génération » par rapport à lui, Maya ne peut pas accepter qu'on la traite de fainéante partisane du moindre effort. Elle irait bien lui exposer son point de vue en pleine poire pour le ramener à la raison… mais le seul souci, c'est que si monsieur Urmanis formait réellement des chevaliers dans une vie antérieure, c'était obligatoirement à une époque différente de l'époque actuelle… et par conséquent, il ne sera pas capable de comprendre son élève aujourd'hui.

L'excuse classique, mais tellement pleine de bon sens…

La première réaction de Maya, en tant qu'adolescente, c'est de le trouver aussi pénible qu'un adulte, voire qu'un parent : il donne des conseils hors de propos. Il ne sait pas, mais croit savoir, par expérience de la vie qu'il a vécue. Le relou par excellence, incapable de se mettre dans la peau de ses élèves, incapable de voir le monde qui l'entoure autrement qu'à travers ses propres yeux, incapable d'adapter son discours. Entre les problèmes d'avant et les problèmes de maintenant, entre deux générations ou plus, la façon de vivre change, ce n'est pas comparable. D'ailleurs, homme ou femme, il doit également avoir une prédisposition à imaginer la gent féminine moins encline à fournir des efforts que ces messieurs. Maya n'est pas douée en combat ? Elle n'en fait qu'à sa tête et croit que tout tombe du ciel ?

- Je vous signale que moi aussi, je me suis entraînée. La seule différence entre vous et moi, c'est qu'au temps des chevaliers, les gens n'avaient rien d'autre à faire que s'entraîner et… forniquer, oui, parfaitement.

Elle a croisé les bras et haussé le ton, visiblement mécontente…

« Au temps des chevaliers »…
Maya n'y connaît rien, elle n'est pas Européenne, elle n'a pas vraiment connu ces histoires de chevaliers… mais ce doit être à peu près similaire aux histoires de Samouraïs qui ont vécu dans les pays voisins. Il n'avait qu'à apprendre à se battre, rien de plus… normal puisqu'ils n'avaient ni ordinateur, ni technologie, ni connaissance en quelque domaine que ce soit. Et dans les temps modernes alors ?

- Eh ben de notre temps, il y a des millions d'autres choses à faire…

Les mathématiques, les sciences, l'histoire, la géographie, l'économie, l'informatique, la technologie, les langues, le sport… Voilà tout ce que les élèves ont à apprendre. Alexander doit forcément le savoir puisqu'on retrouve toutes ces matières à l'Académie… mais comme tout professeur qui se respecte, il n'y a que sa propre matière qui compte pour lui… le reste, c'est du temps gâché inutilement. Baston, combattre, toujours travailler son physique pour attaquer et tuer.

Mais le monde s'est trop diversifié, trop assagi.
Les mentalités ont évolué.
D'une certaine manière, au fond d'elle-même, Maya sait qu'il a raison : étant une apprentie, une déesse en devenir, elle doit apprendre à se défendre, c'est la base… et puisqu'elle est si incompétente par rapport à la moyenne, elle devrait redoubler d'effort plutôt qu'abandonner et se cacher sans cesse. Mais la vie a fait que… elle est née au mauvais moment, dans une mauvaise époque, et sa mentalité ne peut pas être réécrite d'un claquement de doigts. Une succession de malchances qui fait qu'elle est née dans un monde de paix et qu'elle doit maintenant se confronter à la guerre.

Maya baisse la tête, se rapproche du prof et emboîte son pas. Puisqu'elle l'a décidé ainsi, elle va le suivre… et elle ira jusqu'à lui montrer qu'elle sait faire des efforts, mais que comble de malchance, ceux-ci ne sont jamais payants.

- Moi, je me suis entraînée… j'ai été gymnaste. Très bonne d'ailleurs. Mais comme par hasard, ça ne sert à rien ici. Tout ça n'est qu'une question de chance… vous avez de la chance et moi pas. Comment voulez-vous que j'aie la volonté de faire autre chose maintenant ? J'ai mis tant d'effort pour quelque chose qui ne sert plus à rien maintenant…

Il est dit qu'un adulte moyen n'écoute pas les arguments d'une adolescente… et dans le cas du professeur, de toute manière, cette conversation ne sera qu'une manière pour l'élève de se plaindre et de se défiler. La jeune femme ne baisse cependant pas les bras, au contraire. Elle court un peu pour le dépasser, se retourne vers lui et se met à marcher à reculons, tout ça pour continuer la discussion en le regardant dans les yeux.

- Imaginez qu'on vous dise que la nouvelle façon de se battre demain, ce soit la gymnastique… vous apprendriez ? Vous apprendriez en ayant moi comme prof ? Vraiment… ? Je n'y crois pas une demi-seconde.

Il n'empêche qu'elle aura beau se chercher des excuses, la demoiselle n'en reste pas moins assez performante en sport… en général. Rapidité, endurance, souplesse… sur les bases de son époque, elle est plutôt au-dessus du lot. Mais pour ce type, 14 secondes aux 100 mètres, qu'est-ce que cela représente ? Et à quoi ça sert surtout ? Tant qu'elle n'aura pas des muscles et des abdos d'acier, il ne sera jamais content… Impossible à contenter.
Parce qu'avant tout, si elle fait quelque chose, ce sera pour lui, pas pour elle-même.
Maya n'a rien à se prouver.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Mar 23 Sep 2014 - 17:36


En tant que fière chevalier de son époque, il avait une certaines tenu qu'il parvenait à conserver dans toute les situations, mais avec le temps et l’expérience il avait découvert que certains sujet était trop sensible pour lui pour qu'il reste de marbre. Il s'agissait bien sur de son ordre, des chevaliers, et de sa propre famille. Des propos, qu'importe qu'ils soient positifs ou négatifs, l'enflammaient tout de suite et brisaient sa contenance, en bien ou en mal selon la tournure des événements, alors bien sur dans ce qu'avait dit Maya, il y en avait un qui l'avait particulièrement blessé !

- Je vous signale que moi aussi, je me suis entraînée. La seule différence entre vous et moi, c'est qu'au temps des chevaliers, les gens n'avaient rien d'autre à faire que s'entraîner et… forniquer, oui, parfaitement.

Il serra fort le poing, la gifler, ce n'était pas l'envie qui lui en manquait, mais dans un couloirs avec d'autres élèves autour, et qui plus est une demoiselle, et bien en tant qu'homme, en tant que chevalier il ne se le permettrait pas. Pourtant rabaisser tellement la noble fonction qu'il avait endossé, l'insulte était très grande. Mais tout en avançant et se retenant de se retourner pour la gifler, il écoutait tout ce qu'elle avait à lui dire, notamment sur les nombres de choses à faire actuellement. Il n'était pas aveugle, il s'était et se heurte toujours à ce problème lui aussi. Et il était peut être même le mieux placer de tous pour s'en rendre compte, il n'avait vaincu que d'effort physique, de combat et de foi, aujourd'hui on lui demandait de maitriser et de connaitre des centaines et centaines de choses lui aussi.
Elle finit par se placer devant lui, ce qui après quelques pas le fit s'arrêter pour la fixer droit dans les yeux.


- Imaginez qu'on vous dise que la nouvelle façon de se battre demain, ce soit la gymnastique… vous apprendriez ? Vous apprendriez en ayant moi comme prof ? Vraiment… ? Je n'y crois pas une demi-seconde.

Dans son regard déterminé il avait l'impression de sentir qu'elle ne reviendrait jamais sur le propos qu'il l'a le plus blessé, et en fin de compte il ne put se retenir d'avantage, la gifle parti sous les yeux de certains élèves qui restèrent comme surprit, après tout Alexander utilisait souvent uniquement les mots, depuis sa résurrection il n'a jamais frappé un élève avec le regard qu'il avait actuellement,énervé.

- Je ne tolérerais pas que tu rabaisse la fonction à laquelle j'ai dédié toute ma vie ! Car non, les chevaliers ne faisaient pas que s'entrainer et … et forniquer ! L'entrainement devait nous servir à défendre ceux dont les activités ne leurs permettaient pas de se défendre ! De plus, un chevalier fait vœux de chasteté en entrant dans un ordre de chevalerie ! Ou en tout cas c'était le cas pour mon ordre, j'ignore pour les autres !

Il restait parfaitement droit et la fixait d'un regard inquisiteur.

- Tu crois que je suis aveugle ? Je vois bien que maintenant chacun doit tout savoir faire ! Je suis une relique du passé, je ne sais pas faire grand chose de plus que m'entrainer et combattre alors je suis a même de connaitre cette difficulté on me demande à moi aussi de savoir nombre de choses ! Et tu dis que j'ai de la chance ? J'ai dédié ma vie à deux choses, et en ressuscitant ici, je m'aperçois que ce pour quoi je me suis battu est détruit. Je suis un homme qui a passé sa vie à défendre quelque chose, et maintenant je n'ai plus rien à défendre, j'ai tout perdu et n'ai plus rien d'autre que mon idéal, il s'agit peut être d'une chose dépassée depuis bien longtemps, mais je sais que pour s'améliorer dans un domaine, il n'y a pas d'autres choix que d'en sacrifier d'autres, c'est la raison pour laquelle je vis aujourd'hui comme je vivais autrefois, simplement car je ne renierais pas ce que je suis et resterais fidèle à moi même.

Et si il s’avérait effectivement que la façon de combattre à changé, alors oui, il l'apprendrais, et la tête, le sexe, ou même l'age du professeur qui lui enseignerait cela lui importerait peu, tant qu'il pourrait continuer à s'entrainer, et chercher un idéal à défendre.

- A mon époque chacun avait un rôle bien précis et se concentrait dessus, pas comme maintenant.

Oui, il était nostalgique depuis le tout début de sa résurrection, et ça n'avait toujours pas changé pour le moment, et il espérait bien qu'au fond de lui ça ne changerait pas, sinon il aurait changé.




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 27 Sep 2014 - 0:01
Avec un peu d'entraînement, elle aurait acquis les réflexes nécessaires pour pouvoir esquiver cette agression, sans l'ombre d'un doute. Là, elle n'a juste rien vu venir… et elle n'aurait d'ailleurs jamais pu imaginer que le prof réagirait avec tant de véhémence.

Elle a baissé les yeux et a posé une main sur sa joue endolorie. Elle détourne le regard sur le côté, le bord de ses yeux s'humidifiant légèrement à cause de l'humiliation qu'elle subit. Elle veut se faire toute petite, elle veut se faire oublier le plus rapidement possible. Qu'a-t-elle fait de mal ? Simplement répondu à un argument par un autre… mais le prof n'a pas apprécié, il n'a même pas essayé de lancer le débat. La violence, puis la réponse… n'est-ce pas le mode opératoire des parents pour apprendre aux enfants ? Faire mal pour qu'ils sentent le danger et se souviennent toute leur vie ?
Est-ce que cet homme se prend pour son père… ?
Maya aurait de quoi s'énerver et répliquer avec virulence.

- Vous n'aviez pas le droit…

D'ailleurs, c'est exactement ce qu'Alexander attend : que l'élève réplique avec autant de violence que lui, qu'elle lui montre qu'elle a le caractère nécessaire pour ne pas se laisser marcher dessus. Un chevalier qui se prend une baffe ne tend pas l'autre joue… c'est encore un comportement qui rendrait certainement le professeur fou de rage. Il faut avoir bien peu d'estime de soi et d'honneur pour se laisser faire de la sorte.

- Ce n'était pas une critique… je jouais juste à la fille jalouse et envieuse… Pourquoi est-ce que vous m'avez frappé ?

Un ton plein de reproche qui indique très clairement qu'elle lui en veut à mort.
Ce qu'elle a compris, c'est qu'Alexander est du genre conservateur : il n'a pas du tout envie d'évoluer ou de s'adapter à sa nouvelle condition divine… d'où l'erreur de Maya d'aller le titiller sur son domaine. Mais ce n'était pas une raison pour déverser toute sa frustration accumulée sur elle. La pire chose qui puisse arriver, c'est qu'il ait justement trouvé en l'adolescente le défouloir qui lui manquait.
Qu'a-t-elle dit qui soit faux ? Elle n'a fait que toucher le point sensible. Et lui, qu'a-t-il répondu à ces accusations ? Rien… rien du tout… et elle a bien remarqué qu'il faisait parfois le distinguo entre « lui » et « son ordre », voire « les autres chevaliers ». Le tout n'est pas clair, trop évasif… et finalement, Alexander ne réfute jamais les faits.

Mais de toute façon, il est bien connu que la violence et les longs discours cachent la vérité qu'on ne saurait avouer.

Maintenant, est-ce un mal de s’entraîner ? Est-ce un mal de n'avoir que deux activités dans la vie : guerre et amour ? À l'époque, les chevaliers devaient être adulés… Vouloir devenir un gardien ou un défenseur devait être un rêve de gosse, à n'en pas douter. Née à cette époque et de sexe différent, Maya serait peut-être devenue un chevalier, elle aussi. Alors quoi ? N'a-t-elle pas le droit de se sentir envieuse vis-à-vis de lui ? N'a-t-elle pas le droit de le traiter de chanceux ? Comparé à la vie qu'elle a vécue au 21e siècle, qui continue malheureusement aujourd'hui à cause d'un élément perturbateur qui l'a suivie dans cet univers, il n'y a pas photo… mais ça, Alexander ne le saura jamais. D'une, parce qu'il s'en ficherait royalement, et de deux, parce qu'à la différence de ce monsieur, Maya ne se confiera jamais.

- Vous ne devriez pas essayer de recréer votre "ancien monde" ici… Il n'existe plus. Vous entraînez des élèves dieux, pas des chevaliers… et moi, je ne suis pas un chevalier, à peine une… Ne vous évertuez pas à…

Elle se stoppe, se rendant compte qu'elle risque gros à continuer de discutailler. Tête baissée devant lui, elle préfère agripper le pan de sa jupe et fermer ses poings très forts.

- … rien, pardon monsieur.

Alexander a tout déballé, Maya, elle, préfère dorénavant s'abstenir. Pourtant, elle va quand même y aller de son petit commentaire et tant pis si une autre baffe vient compléter la première… parce que celle-là, au moins, elle l'aura sans doute méritée.

- Vous ne vous rendez pas compte… vous n'essayez même pas de vous remettre en cause… Alors honnêtement oui, je crois que vous êtes aveugle… exactement comme devant un tour de magie. Mais je ne pense pas avoir la solution à celui-ci…

Tremblante, elle ferme les yeux et serre les dents, s'imaginant recevoir un nouveau coup.
« Si tu veux connaître quelqu'un, commence par trouver ce qui le met hors de lui… » disait un personnage de manga japonais. Maya a trouvé comment pousser à bout Alexander… quant à savoir si elle veut vraiment le connaître, c'est une autre histoire.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 27 Sep 2014 - 16:39


Et voila, comme a chaque fois qu'un des sujets qui lui tenait particulièrement à cœur était trainé dans la boue … Enfin de son point de vue en tout cas. Il avait réagit sous l'impulsion du moment … C'est probablement pour cela que les hauts commandants avaient évités de lui offrir une position nécessitant de se lancer dans des débats, la stratégie, la subtilité n'avait jamais été son point fort. Et le pire c'est qu'il en était conscient, mais n'arrivait pas à changer ça.
Tandis qu'elle détournait le regard, il aperçus pourtant un début de larme autour des yeux de la jeune fille, et il ne put s'empêcher de se sentir mal, il avait réagis de façons surement trop disproportionné, il le faisait toujours quand cela venait à toucher des sujets qui lui sont chère, en témoigne son précédent discours ou bien la terrible gifle qu'il venait de faire ...


- Vous n'aviez pas le droit… Ce n'était pas une critique… je jouais juste à la fille jalouse et envieuse… Pourquoi est-ce que vous m'avez frappé ?

Elle jouait juste à la fille envieuse ? Il ne voyait vraiment pas ce que sa situation avait d'envieuse, celle d'un homme qui ne faisait toujours qu’obéir aux ordres fanatiquement, bien que irréfléchis de son point de vue, il les faisait, c'est tout. Un homme qui n'a jamais vraiment réussit à défendre ce qu'il souhaitait défendre, mais ceci elle ne le savait probablement pas, elle n'avait pas non plus le même point de vue des chevaliers qu'elle, ils n'étaient pas adulés de tous malheureusement.
Il l'avait frappé, mais malgré tout elle était resté devant lui, une attitude des plus dignes, et cela malgré les rigolades de certains élèves environnant. Choses qui déplaisait au chevalier, le professeur adressa alors un regard assez agressif envers un groupe qui semblait se moquer plutôt ouvertement d'elle.


- Connaissez vous le respect ?

Un toussota et le groupe s'en alla sans un mot, laissant le chevalier soupirer, maintenant comme avant les gens semblait toujours apprécier les messe basse … Alexander fouilla dans sa poche pour en sortir un mouchoir d'un blanc immaculé, qu'il humidifia avec un reste de sa bouteille d'eau et s'avança vers elle pour le coller sur la joue qu'il avait frappé. Laissé la joue comme cela risquait de laisser une marque, ce serait idiot, alors autant tenter quelque chose.

-Ce serait plutôt à moi de faire mes excuses, en tant que chevalier je dois savoir faire preuve de mesure, malheureusement, je n'ai jamais réussis à le faire sur certains sujet, je réagis par réflexe sans prendre le temps de réfléchir et j'ai perçus ton propos comme un affront à l'ordre de chevalerie.

Il saisit une des mains de Maya pour al poser contre le fameux mouchoir, car bon, le tenir tout le long de la conversation, avec sa position ce sera bien embêtant. Pas que cela le gênerait, mais ce serait surtout l'image qui en découlerait auprès des autres élèves, le professeur tyrannique qui devient gentil avec une des élèves … Ni lui ni elle ne voudraient probablement de ça pour leurs images respectives.

- Il faudrait mettre quelque chose de plus frais.

Son expression était redevenu neutre, mais au fond de lui il s'en voulait de l'avoir frappé de la sorte, ces principes ne le conduisait pas à cela.

- Pourtant j'ai tenté de changer, j'ai fait beaucoup de choses qui m'auraient valut le buché de mon vivant, mais tout ceci ne m'a fait que plus de mal. N'importe qui retournerait à sa façons de vivre ancienne si une nouvelle lui faisait du mal non ? Quand bien même cela demande d'être aveugle.




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Lun 29 Sep 2014 - 22:24
Sentant le mouchoir humide et froid contre sa joue, Maya bouge la tête et tente de s'écarter. Elle rouvres les yeux, replonge son regard dans le sien… et, en lisant dans ses yeux, Alexander ne peut que comprendre qu'elle est toujours aussi débordante de reproches envers lui.
Peut-être même plus encore.
Elle s'en fiche de ses excuses… et d'ailleurs, celles-ci ne sont même pas sincères. Du bas de gamme, du pré-réchauffé, sans goût, sans personnalisation, très générique… pourtant, sa victime possède un prénom et un nom qu'il connaît, qu'il pourrait avoir la décence d'utiliser. « Désolé Maya », voire un « je regrette, mademoiselle Tensho » conviendrait parfaitement… mais pas un « mes excuses » tout court qui n'implique même pas le fait qu'elle puisse les accepter ou les refuser. Il ignore à qui il a affaire et par dessus tout, il ignore comment agir avec elle… si tant est qu'il s'intéresse à la chose. D'une certaine façon, cela prouve qu'il n'a jamais eu d'enfant et, plus précisément, jamais eu de fille… même si les comportements ont dû fortement évoluer à travers les âges.

Il n'empêche que ses excuses bidon, il peut se les garder. Par contre, ses regrets, sa gêne, voilà quelques sujets parmi tant d'autres qu'il devrait partager s'il souhaite vraiment qu'elle lui pardonne… ou, au moins, qu'elle fasse semblant de lui pardonner.

- Un réflexe ? fait-elle, dubitative. C'est… ce n'est pas grave monsieur Urmanis.

Ce n'est vraiment pas ce qu'elle souhaitait lui dire, mais comme toujours, sa gentillesse la perdra. Sa compassion également. Parce que ce ne sont pas des paroles en l'air, c'est sa pensée retranscrite telle quelle à l'oral : il s'est excusé… alors c'est d'ores et déjà oublié. Le fait est qu'elle n'est pas blessée et qu'elle ne gardera pas de marque, si ce n'est une rougeur pendant quelques heures. Ça n'est pas si grave, comparé à… autre chose de pire. Elle paraîtra moins pâle que d'habitude, c'est plutôt cool même.

Dans une intention tout à fait délicate et gentleman, le professeur la force ensuite à tenir le mouchoir elle-même parce qu'après tout, c'est de son corps qu'il s'agit : à elle de s'en occuper un peu mieux que ça. C'est à partir de ce moment qu'elle quitte à nouveau son regard, pour ne pas qu'il puisse lire ses émotions à travers ses yeux. Elle se montrerait sans doute trop démonstrative et elle n'a pas envie de le mettre mal à l'aise, de l'ennuyer… bref, même si elle ne sait pas intérioriser ce genre de sentiment, elle va le faire pour une fois.
Mais, pour détourner les yeux, il lui faut une bonne excuse. Maya tamponne donc sa joue avec le mouchoir humide, puis elle le regarde, comme pour vérifier qu'il n'y a aucune tache de sang dessus.

- Est-ce que vous êtes n'importe qui vous aussi ? Pourquoi est-ce que vous ne redevenez pas un homme alors ? Un humain ? Si c'est l'académie en elle-même qui vous dérange, vous pourriez partir… travailler sur Terre, devenir un renégat, peu importe, non ? fait-elle, plus aiguë sur la fin de la phrase pour insister sur le côté interrogatif.

Ainsi faisant, le professeur pourrait prendre d'autres personnes sous son aile, sous ses tortures, et plus forcément elle ou d'autres élèves. L'adolescente est d'avis que beaucoup y trouveraient leur compte, lui le premier. À cette époque ou à une autre, il doit bien rester des Rois à protéger : à lui de faire le nécessaire et trouver les personnes qu'il souhaite défendre. D'après ses répliques précédentes, qui résonnent encore dans la tête de Maya, il n'a actuellement plus personne à protéger… pas même les académiciens, ni ses propres élèves. À quoi bon rester dans les parages alors ?

- « Mister Deus »… je pensais que vous étiez plus impliqué que ça, plus intégré… mais en fait non : tout le monde a ses petits problèmes, pas vrai ? Moi, mon problème avec mon passé, c'est d'avoir toujours été envieuse et malchanceuse à la fois. Ça m'empêche… non, plutôt, ça me bloque dans certaines activités. Mais je crois que plutôt que le prendre comme un affront, il vaut mieux le prendre pour de l'admiration… envers… vous par exemple. Même si vous abandonnez maintenant.

En tant que gymnaste qui bossait dur pour améliorer son niveau, Maya sait ce que c'est, le travail acharné. S'entraîner, s'entraîner encore… il faut avoir le cœur, le courage et une passion à toute épreuve, mais ne pas forcément tout réussir. Et tout comme Maya n'a pas le courage ou la volonté d'apprendre à se battre des années durant rien que pour rattraper des grands guerriers comme Alexander Urmanis… lui n'a peut-être pas la volonté de devenir un véritable Dieu.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Sam 4 Oct 2014 - 14:44

- Est-ce que vous êtes n'importe qui vous aussi ? Pourquoi est-ce que vous ne redevenez pas un homme alors ? Un humain ? Si c'est l'académie en elle-même qui vous dérange, vous pourriez partir… travailler sur Terre, devenir un renégat, peu importe, non ?

Être n'importe qui ? Et redevenir un homme ? Une divinité peut encore se considérer comme un homme ? Peu être dans l'esprit, mais physiquement ce ne peut plus être le cas. Mais les mots qui résonnaient le plus dans sa tête sont bien sur cette question sur le fait de devenir renégats, à de nombreuse fois elle lui était venue en tête, plusieurs fois il s'était sentit prêt à basculer, mais il y avait toujours eut quelque chose pour le rattraper alors qu'il allait sombrer, et c'était ces choses qu'il chérissait et désirait protéger. Mais qui malheureusement disparaissaient lentement, lui mettant dans la figure une magnifique image d'échec. Kate, Trish et Rain … Il soupira un instant à cette pensée, que dirait Farell dans cette situation ? Il lui dirait de faire comme il le sentait et qu'il l'aiderait, probablement …
Le chevalier avança tranquillement, entrant dans la cafétéria pour y demander, un petit sachet de glace et un grand verre d'hypocras avant de regarder Maya un peu interrogateur, attendant qu'elle fasse elle aussi une commande. Puis il alla s'assoir, prenant bien sur le temps de présenter la chaise à Maya avant, et en repensant à la dernière chose qu'elle lui avait dit sur le chemin.


-Tu sais, lorsque je suis arrivé on m'a confié la mission d'entrainer et de rendre fort les élèves, j'ai accepté cette objectif et m'y tiendrais tant que je n'estimerais pas avoir terminé. On me prends probablement pour un monstre, un tortionnaire et un fou à cette époque à cause de ma façons d'être et d'agir, cependant j'ai simplement décidé que je resterais moi même, que je ne renierais pas ce qui fais ce que je suis, si je renonce à mes origines, à ma vie entière, je ne pourrais plus jamais me considérer comme chevalier ou même simplement humain.

Avoir fais un choix et s'y dévouer corps et âmes, enfin, surtout l'âme dans cette situation, c'était une des règles d'or des chevaliers, renoncer n'était pas permit, abandonner était un mot qu'il avait choisit de bannir au maximum de son vocabulaire, et c'est pour cela qu'il continuait à essayer d'avancer constamment.
Il but une grande gorgée d'hypocras, ce liquide doux, très sucré, il n'arrivait jamais à s'en lasser après un bon entrainement, tout comme certains aiment boire du lait après un bain chaud. Reposant lentement son verre sur la table il observa Maya et eut un petit sourire.


- On a chacun eut nos soucis que ce soit de notre vivant ou maintenant, la tâche la plus difficile est toujours d'y faire face.

Il attrapa son verre et l'agita devant, regardant attentivement la danse du liquide rouge sirupeux dans son verre. Au fond, si il n'avait plus d'ordre de chevalier, il pouvait facilement se considérer comme chevalier errant, et de ce fait il pourrait faire tout ce qui lui semble juste quand bon lui semble. Il baissa un instant le verre pour en boire une autre gorgée et le poser.

-Je suis convaincu que ce sont ces épreuves surmontées, ainsi que les objectifs que l'on se fixe qui font qui nous sommes, et changer, c'est comme refuser ce passé bien réel à mes yeux. Tu ne penses pas ?




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Dim 5 Oct 2014 - 20:31
Alors que le professeur a repris sa marche sans rien répondre, Maya commence à le suivre, sans réfléchir. Peut-être que c'était sa façon de dire « conversation terminée », mais la déesse n'en a cure. Cette fois-ci, par contre, elle va bien veiller à rester derrière lui… sans doute l'endroit le plus sécuritaire pour elle. Sur leur passage dans les couloirs, beaucoup d'élèves apprentis se retournent, comprenant plus ou moins ce qui arrive : punition, une élève secrètement amoureuse d'un prof, une femme qui veut se taper un second Mister Deus dans sa vie… on connaît les rumeurs et les ragots, on sait que les blagues sexuelles sont les plus drôles, bref, il y en a pour tous les goûts.

Les deux protagonistes entrent dans la cafétéria. L'homme commande une boisson inconnue et la femme refuse poliment qu'on lui serve quoi que ce soit. Ils se dirigent ensuite vers une table inoccupée, plutôt en retrait, puis ils s'installent confortablement. Presque… puisque Maya restera assise bien droite, la tête baissée et les mains osées sur les genoux, jambes serrées.
Elle l'écoute reprendre la parole et réfléchit en même temps qu'il parle.
C'est au moment où il lui pose une question qu'elle daigne enfin dire quelque chose.

- Je ne sais pas…

Quand on associe les mots « passé » et « Maya », il y a toujours quelque chose qui bloque. Que ce soit sa vie humaine bien morose ou son début de vie divine, il y a de quoi vouloir oublier et devenir tout autre chose. En même temps, il n'a pas tort : elle ne va pas en cours parce qu'elle ne renie pas ce qu'elle était autrefois… ni ses objectifs d'antan.

- Vous… vous êtes déjà descendu sur Terre, à cette époque ? Je veux dire, en 2014 ? Moi, je viens de là. L'objectif d'une vie en 2014, c'est de faire des études, de trouver un travail, puis un mari, avoir des enfants, les élever, puis mourir.

Après, bien sûr, chacun s'adapte. Certains ne veulent pas étudier, d'autres profitent du système pour ne pas avoir à travailler, d'autres encore veulent vivre en ermites ou ne pas avoir d'enfant… mais tous meurent, ça, c'est une certitude. Difficile de faire le rapprochement avec cette nouvelle vie de future divinité.

- Personnellement… j'ai eu des soucis qui ont limité quelque peu ces objectifs et je n'ai pu en avoir qu'un seul au final : être joyeuse et aider les autres durant le laps de temps qui m'était imparti.

Soit 17 ans tout pile. Quels autres objectifs pouvait-elle avoir ? Faire plaisir et rendre fiers ses parents ? Sa mère et son beau-père ? Comment retransposer une chose pareille ici ? Ce serait, à l'évidence, rendre fier un certain Isanagi Tensho… et cet objectif n'est plus vraiment réalisable.
Alexander aura beau dire tout ce qu'il voudra, Maya trouve à chaque fois une raison de plus de le trouver chanceux par rapport à elle. Lui qui avait un Roi… il n'a plus qu'à considérer une autre personne comme étant son Roi et le voilà reparti pour une vie de chevalier. Elle… mis à part se morfondre sans arrêt...

- Ce n'est pas de la mauvaise foi ou autre… mais si je ne change pas, je ne peux rien faire ici. Si je reste la même, la fille joyeuse qui aime aider les autres, alors je passerai ma vie dans les couloirs à utiliser mes pouvoirs pour faire des blagues et des tours de magie. Je ne refuse pas de le faire… ça détend l'atmosphère, ça fait sourire, c'est génial. Mais… comme vous dîtes, je fais aussi face à ma situation… les renégats, tout ça… j'aimerais détruire Jhoken… mais pour ça, non, je ne peux pas être moi. Je suis obligée de changer…

Elle hausse les épaules.
En vérité, elle ment : elle n'a aucun objectif, mis à part celui de vivre et d'aider un peu les autres. Pas besoin de faire des études pour ça, pas besoin de s'entraîner un maximum… il suffit d'avoir des talents de clown et voilà. Mais pour le coup, ça ne plaît pas à tout le monde, à commencer par Alexander qui aimerait sûrement voir la demoiselle présente un peu plus souvent à ses cours. Se donner à fond pour s'entraîner et… et quoi ? Personne ne lui a donné d'objectif à elle. Aucun ordre, aucun conseil, rien. Le regard dirigé vers le bas, lasse, comme attendant qu'on lui demande un service mineur pour qu'elle aussi ait quelque chose à faire, au moins quelques minutes, voire quelques secondes.

- Je crois que personne n'a d'objectif ici… c'est pour ça que personne ne se donne à fond. Pour eux, être un dieu, c'est un jeu, une expérience…

Pour moi, c'est un cauchemar.
Et elle dit ça de manière tout à fait normale, détendue.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Ven 10 Oct 2014 - 21:53


Alors elle n'avait rien commandé, et bien soit, il s'installa donc à un table et l'observa un instant tandis qu'il lui parlait, le verre posé sur la table. Lorsqu'elle lui demanda si il avait déjà descendu dans le monde des humains il eut un petit sourire forcé en y repensant. Ses visites de ce nouveau monde où le statut divin lui était accordé n'était pas très sympathique, et les deux seules fois où elles lui apportèrent quelque chose comme du bonheur, c'était pour rapidement se transformer en expérience blessante …
Du coup il attrapa son verre et en but une gorgée aussi sec, comme pour effacer cette pensée.
Pourtant il l'écoutait toujours attentivement, surtout lorsqu'elle sembla s'ouvrir un peu, parlant de son passé et de sa situation, mais restant pourtant un peu hésitante, peu claire.


- Je crois que personne n'a d'objectif ici… c'est pour ça que personne ne se donne à fond. Pour eux, être un dieu, c'est un jeu, une expérience…

Il releva son regard vers elle, assise droite comme un piquet, la tête baissé et les mains sur les cuisses, on dirait une fille terrorisée. Il se gratta un peu le menton, cette conclusion il l'avait déjà faites, mais qu'elle soit confirmée par une élève ne l'enchantait pas vraiment.

- Il n'y a que deux choses qui font jamais changer les gens, les drames et l'amour, et il s'agit plus d'effet contre leurs volontés que de la volonté de changer.

Il pouvait le dire, il était témoins et victime des deux, une de son vivant, une dans sa nouvelle vie. Chacune de ses deux vie lui avait enseigné cela, le marquant d'ailleurs, ce qui le fit même comprendre certaines choses qu'il n'avait jamais pensé autrefois.
Il regarda a nouveau ce liquide avant d'en boire une autre gorgé en soupirant, changer sois même était un supplice que certains tentait en vain, pourtant la solution inverse existait.


- Maya, plutôt que de te changer, n'as tu jamais tenter de faire changer les choses ? S'adapter est très difficile, je peux te l'affirmer de mes expériences passés à essayer de m'adapter ici, de mes descentes sur terre. Je me suis aussi dit que je ne pouvais rien faire au début dans ce monde, alors par mes actions je tente de le changer à ma façons.

Il acheva son verre d'une traite, laissant filer entre ses lèvres un soupir d'aise. Un bon verre d'hypocras et il était prêt à repartir s'entrainer aussi sec ! Ce fait n'avait toujours pas changé depuis sa vie de chevalier et lui avait donné une belle image chez les supérieurs, plus ou moins négative selon les personnes.

- Je lutte contre cette démotivation a ma façons, je suis peut être dur, mais j’espère que cette dureté que je leur donne les motivera soit à devenir plus fort que moi pour me stopper et me calmer, soit, même si pour cela ils doivent me détester, leur donner une raison de se battre. Je ne peux pas faire grand chose de plus à mon niveau, mais je garde espoir que cela marchera. Tu devrais tenter toi aussi de faire changer les choses, si tu tiens à voir Johken disparaitre, pourquoi ne pas utilisé ton énergie à motiver les élèves et les professeur à lutté de toute leurs forces contre lui ?

Laisser faire les choses n'a jamais apporté de changement et n'en apportera jamais, seul les actions peuvent influencer, et si on ne peut pas, alors on amène les autres a venir nous aider, un roi ne part pas en guerre seul, il entraine avec lui nombre de soldat qui ont choisit de se battre pour cette raison ou pour une autre. L'inaction ne servait rien, elle était un fléau que peu connaissait, qui pourtant existait bel et bien. Il poussa vers Maya le petit sachet de glace pilé.

- N'oublie pas de le mettre à ta joue.




♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier - Lun 13 Oct 2014 - 0:04
Le sachet de glace est désormais placé pile sous ses yeux, elle ne peut pas le manquer… mais Maya ne le récupère pas tout de suite. Déjà parce qu'elle avait presque oublié l'incident et qu'il aurait été préférable que le prof ne lui remémore pas, mais également parce que… merde, elle s'en fiche de garder une marque sur le visage ou non. Elle n'a personne à séduire et aucune envie d'aller jouer sur ce terrain-là de toute façon. La seule raison potentiellement valable, ce serait d'être agréable à l'œil les autres, pour leur tirer quelques émotions plutôt que de les laisser perplexes… mais là encore, il y a assez de beaux garçons et de belles filles dans l'académie pour que chacun trouve chaussure à son pied. Assez pour que Maya ne soit pas forcée de se rendre désirable et ne doive pas s'obliger à former un nouveau couple avec qui que ce soit.



Mais a-t-elle besoin de regarder le sachet et réfléchir si longtemps sur un sujet qui la dérange autant ? Qu'elle le mette sur sa joue ! Alors, elle sera débarrassée de la marque, de l'insistance d'Alexander envers cette marque et son geste, et de toute pensée pénible.
Elle prend le petit sachet, le pose sur sa joue et soupire, sans pour autant se plaindre.

- Oui, j'ai essayé de changer les choses. Je ne pouvais pas simplement m'adapter quand… mon père est parti. Ce n'était pas une situation acceptable, pour moi ou pour qui que ce soit, alors je suis allé le voir.

Elle allonge son bras droit sur la table et y pose également son coude gauche, puis s'avance de quelques centimètres sur sa chaise. Ce n'est pas un si mauvais souvenir, même s'il n'est pas très amusant : elle peut y faire face et c'est tout ce qui compte. Elle pourrait aussi le raconter si on le lui demandait. La gare, la vision de Deus, la proposition d'Isanagi… elle n'aurait rien à cacher de toute façon.

- Je ne crois pas avoir une motivation nécessaire… ou non, pas motivation… fait-elle en cherchant ses mots... disons « courage ». Je ne crois pas avoir le courage nécessaire qu'il faut pour affronter Isanagi ou n'importe qui de sa clique. Ça aurait pu être une histoire différente, celle de la belle héroïne dont le père est tué par le méchant au début de l'histoire… Elle trouve alors un but et les ressources nécessaires à s'entraîner, s'endurcir et terrasser le Malin.

Pour Maya, tristement, ce serait un scénario beaucoup plus acceptable. Bien plus que de devoir poursuivre son père partout en clamant sans arrêt haut et fort la phrase clichée : « il reste du bon en toi, reviens du bon côté ». Oui, elle préférerait qu'il soit mort plutôt que ça.
Elle soupire en déposant le sac de glace sur la table et en posant ses mains sur ses yeux pour se frotter les paupières et se masser les tempes. Quand elle rouvre les yeux, elle se surprend à le regarder… mais très rapidement, elle rebaisse les yeux. Elle n'a pas envie de voir l'expression de son visage, qu'elle soit joyeuse, compatissante ou moqueuse.

- Je n'encouragerai pas des gens à tuer Jhoken ou les renégats… de peur qu'ils ne tuent mon père en passant.

En passant, l'air de rien, sans faire exprès… il ne faut pas se leurrer, ils le feraient.
La voilà coincée, incapable de tuer Isanagi elle-même et incapable de vouloir sa mort de la main d'un autre. Ne reste que le cas « Jhoken », le seul qui mériterait de mourir dans l'histoire… mais le risque est trop grand. Quand elle s'imagine aller seule là-bas pour l'affronter, elle se fait tuer lamentablement… ou pire encore. Ce personnage est trop malsain pour « juste tuer ». Quand Maya s'imagine y aller en groupe, ses fidèles compagnons et elle finissent par le vaincre… mais lorsqu'ils décident d'aller tuer Isanagi par la même occasion, Maya n'a d'autres choix que de basculer de l'autre côté pour protéger son père. Et là… c'est le flou, impossible d'imaginer plus loin.
Ils auront beau avoir les meilleurs intentions au monde, il faudra obligatoirement affronter la fille avant d'avoir la chance d'attaquer le père. Est-ce une motivation suffisante pour avoir envie de s'entraîner à fond ? Vouloir protéger son père, même si on ne partage pas du tout ses idéaux ? Non… en fait, elle préfère être faible pour se faire tuer plus facilement. Elle préfère être morte plutôt que de voir son père mourir un jour devant ses yeux…
… mais après tout, peut-être que son petit minois est suffisant pour que n'importe qui baisse les bras face à sa détermination. Elle ne compte pas trop là-dessus non plus...
Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier
Page 1 sur 9Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Sujets similaires
-
» Souvenirs d'une Magical girl et d'un chevalier
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Couloirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page