Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Bon anniversaire

Invité
avatar
Invité
Bon anniversaire - Lun 25 Aoû 2014 - 3:59
Bon anniversaire.
Solo de Tenshi
Les gens n'ont que ce qu'ils ont. inspiré de House. M.D.
Hors-Série XI


Bon anniversaire


C'est un jour de joie, un jour de choix. À la fin de cette année écoulée, je prends conscience que beaucoup de choses ont changés depuis que tu n'es plus là près de moi. Je regarde les autres et je me dis que c'est bien normal, c'est bien fait. Les choses doivent être bien faites de toute manière, car au final j'ai essayé au moins d'être quelqu'un de bien. J'ai essayé d'être quelqu'un de bien pour toi, pour nous et surtout pour moi comme tu le désirais. J'ai essayé d'être le plus fort, d'être l'homme le plus marquant pour toi... Oh oui toi mon amour, celle que j'aimais, celle que j'aime et celle que j'aimerais à jamais. Tu vois, "moi du passé", tout ne s'est pas si mal terminé au final. Je suis heureux donc tu le seras. A vrai dire, tout ça n'était qu'un sombre blague dont tu te remettras forcément, car je suis debout, l'air fier, l'air heureux, l'air protégé et l'air forgé.


Je t'écris alors mon amour, du haut de ma tour de cristal, transparente et pure. Je t'écris en ce soir d'été, en ce soir d'Août, un mois glorieux pour Mère, pour Père et pour moi bien entendu. Je t'écris, ma plume se délectant directement du sang coulant de mon cœur laissant alors de brèves bavures que j'essuie de mon pouce fatigué par les quelques combats, menés seul du bout de ma lame jusqu'aux battements de mon cœur. Chaque battement. Tu sais quel jour on est, tu le sais, car je me souviens avoir entendu ta voix l'année dernière. Pourquoi je ne l'entends pas aujourd'hui mon amour ? Pourquoi tu ne m'adresses pas la parole ? Je rumine souvent dans mon coin tout ce que j'ai loupé cette partie de l'année. Je ne sais quoi en penser, véritablement je me sens confus en pensant à tout ça, à toutes les choses que j'ai raté et que toi tu as vécu.


Je regarde alors la Lune, qui me regarde, elle aussi, d'un air de dire "Pauvre de toi". Seulement je ne me sens pas spécialement malheureux. J'ai mes quelques amis. J'ai ma vie à présent. Je me sens bien et je me sens talentueux et capable véritablement... Je n'ai plus besoin de ces quelques combats avec ou sans toi, car je sais me débrouiller à présent. Je sais me lever pour me nourrir de ces délicieux cookies que je raffole tellement. Je regarde les étoiles ce soir et je me demande ce qu'aurait été ma vie si tu étais encore là à mes côtés. Ces cinq mois c'est beaucoup mais j'y survis, ne t'en fais pas... Qu'est-ce que je dis...? Bien entendu que tu ne t'en fais pas. Tu ne te fais aucun soucis, car bien entendu tu le sais toi, tu l'as toujours su et tu me l'as déjà dit lors de nos premières discussions. Tu m'as dit que j'allais aller loin, seul ou accompagné.


Je regarde le sol, me demandant si alors l'Homme sait voler en dernier recours, si il a l'envie, si il a le potentiel. Cette idée me traversant simplement l'esprit, je reconnais y avoir pensé qu'il y a quelques temps. Pendant quelques minutes sous ma douche, je regardais alors la prise électrique juste en fasse de moi... Pendant quelques minutes, je fixais parfois les monstres que créait la vie, me demandant simplement si je ne devais pas me jeter dans la gueule du loup comme certains disent. Ce soir, c'était ce toit, ce point de vue inoubliable comme tes formes sur ta peau bronzée et chaude... Sur cette peau où je posais mes lèvres tant que je le pouvais, comme une drogue épousant tes lèvres encore et encore. Veillant sur ton visage si beau, si parfait pendant la nuit, cette même Lune caressant celui-ci, me laissant jaloux devant ce spectacle. J'aimais l'Hiver rien qu'à l'idée de te prendre dans mes bras, te protégeant du froid et ne te privant pas d'en profiter gaiement. Ce son de guitare résonne encore dans ma tête, me projetant dans l'avenir avec toi, avec lui, avec elle, devenant vieux, devenant cons et devenant ce que nous étions à la base ensemble... C'est à dire rien.


Ce n'est pas un jour de joie, ce n'est pas un jour que je choisis. À la fin de cette année écoulée, je prends conscience de tout ce que j'ai perdu pendant que je demeurais seul dans ces lieux, effrayés par chaque bruit, les combattants avec des sons agréables d'instrument à cordes. Je regarde les autres heureux, s'embrasser, s'enlacer et moi, je me regarde, seul, un simple manteau pour me protéger seul du froid de l'Automne arrivant à grands pas, un chapeau cachant mes heures de nuits blanches visibles sur mes yeux rouges de fatigue, une écharpe rouge enveloppant une partie de mon visage venant de ma mère pour empêcher d'inquiéter le monde autour de moi de ma grimace tristounette. J'ai essayé d'être un homme bien pour toi, mais visiblement j'ai échoué. J'ai essayé d'être le meilleur pour que tes yeux ne se posent que sur moi mais visiblement j'ai échoué. J'ai essayé d'être talentueux au bon moment, mais visiblement c'était trop tard. Où suis-je ? J'aimerais le savoir. Où tu es ? J'ai une vague idée et je n'ai guère envie de le savoir.


Je t'écris alors mon amour, du haut de cette tour de cristal devenant peu à peu humide, un goût salé dans la bouche. Je t'écris de cette plume, ma seule arme pour descendre tes défenses, me laissant pénétrer à mon tour auprès de ton coeur... Du moins, j'essaie. En vain je le sais. Mon coeur à moi bat toujours. Chaque battement de mon coeur ont l'effet dans mon corps d'une onde de choc à chaque fois. Je ne souhaite que le soulager, du moins j'essaie. En vain je le sais. Alors, plus le temps passe et plus j'abandonne petit à petit, laissant cette chose se détruire, partir en miette et s'effacer en petit grain de sable rejoignant cette plage que nous avons scrutée une journée de Printemps où ta tête s'est posée au creux de mon épaule, mes joues devenant légèrement écarlate, mais mon regard défiant la mer juste en face de nous. Je n'ai que trop pleins de souvenir de tout ceci. De ces moments m'arrachant le coeur de ce manque si injuste ! Mais au final, je ne fais qu'essayer d'oublier avec tout ce qui me tombe sous la main, comme si je voulais éteindre un incendie avec de l'huile.


Je regarde la Lune ce soir. Elle grimace. Est-ce qu'elle voudrait se moquer de moi en m'imitant moi ? Ce serait mérité ? Car au fond tout ce qui arrive est juste. Je suis quelqu'un de juste et tout ce qui m'arrive n'est que ma faute ou n'est que grâce à ce que j'ai accomplis. Je relativise et je me dis que tout cela a un sens, mais au final qui s'en occupe ? Je n'appelle pas spécialement à l'aide. Je n'appelle pas non plus à la pitié. Je t'appelle toi. Je regarde le sol à son tour une deuxième fois ce soir, me demandant toujours si l'Homme sait voler même si la peur au ventre est présente, même si un vide auprès de sa poitrine. Je me rappelle alors tous ces moments passés avec toi dans ce lit, tard la nuit. Dans cette cuisine en début de soirée où je sentais tes mains froides sous mon haut, me faisant sursauter comme tu l'aimais tant. Ces matinées où t'es cheveux ne ressemblait à rien, mais te trouvais tellement belle ainsi, au naturel. Ces journées où tu me faisais rire simplement parce que tu étais simplement irrésistible et craquante... Où je pouvais encore te prendre dans mes bras quand tu n'allais pas bien ! Où je pouvais te prendre les mains en te regardant dans tes yeux bruns ! Dans ces yeux où je me perdais une fois le soleil couché, nous en tête à tête. Je rêve encore de ces journées où tu m'embrassais ! Où tu pleurais mon départ ?! Où es-tu maintenant ?! Où suis-je à présent avec cette malédiction ?! Pourquoi je ne peux pas revenir simplement ?! Pourquoi je me sens simplement mort alors que je respire, que je bois, que je mange, que je ris, que je supporte ton absence et que je me bats encore ?! Pourquoi je ne peux pas te rejoindre en abandonnant tout ce qu'il faudra...? Pourquoi ce serait un jour de fête aujourd'hui...? Alors que la seule personne que je désire entendre, voir, toucher est toi...? Ce n'est pas juste. Rien n'est juste et la leçon d'aujourd'hui au final est... Que les gens n'ont que ce qu'ils ont et pas ce qu'ils méritent, rien d'autre. Ce soir je mange seul mon gâteau.

[HRP : Parce que cette nuit j'avais envie de fracasser moralement mon personnage avec son anniversaire.]
© Gasmask  
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6544

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6640/6000  (6640/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Bon anniversaire - Dim 31 Aoû 2014 - 12:21

Un RP très juste émotionnellement, sans doute le meilleur de ceux que j'ai pu lire de toi jusqu'à présent. Quelques fautes vers la fin mais vu le reste (et l'heure) c'est amplement pardonnable. Bravo pour ce joli solo, continue sur cette voie ! o/


Tenshi : 175 xp

Xps attribués : Yep



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Bon anniversaire
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint
» Anniversaire 2010 du Chef d' Etat-Major
» BON ANNIVERSAIRE DROOPY
» Un anniversaire oublié [Privé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page