Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool...

 
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 879

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
15423/2000  (15423/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Dim 24 Aoû 2014 - 15:11
Petit pinceau… que peut faire Maya sans toi, mis à part sombrer encore une fois dans le doute et le désarroi ?
Petit pinceau… dis-moi de quoi est capable ta déesse si tu n'es plus à ses côtés pour la renforcer et la rassurer ?

Ce qui arrive est injuste et pourtant si prévisible, si logique... comme si tout était joué d'avance. Quand le domaine divin d'une déesse ne peut se dévoiler qu'à travers un objet aussi fragile qu'une tige de bois, il suffit de le briser ou de le voler pour écarter à jamais un ennemi de sa route. Et c'est ce qui s'est passé, à peine quelques jours plus tôt. Leya, une déesse renégate, s'est emparée du trésor et a disparu avec… sans doute définitivement. Que cette femme soit morte ou en fuite, qu'est-ce que cela change ? Maya a eu beau chercher trois jours et trois nuits durant dans les décombres d'un vieux manoir, elle n'a trouvé ni corps, ni objet, ni indice. Pas la moindre piste, pas le moindre espoir.

Coude sur la table et main dans les cheveux pour dégager son front. Son autre main empoigne un verre large, contenant un breuvage alcoolisé tellement immonde qu'elle a à peine réussi à l'entamer. L'alcool, ce n'est vraiment pas son truc, même s'il est difficile de noyer sa peine dans autre chose pour le coup… c'est pour cette raison qu'elle a demandé la pire liqueur à la serveuse, celle avec laquelle elle oublierait toute cette misérable existence le plus rapidement possible. Cela dit, c'était il y a 3 heures… et la demoiselle n'a fait qu'y tremper les lèvres pour le moment. Ça a suffi à la faire tousser et recracher, mais surtout à se faire remarquer et moquer par les bonshommes alcoolos qui se trouvent ici.
Des crétins.

Elle s'est donc déplacée dans un coin de la salle, là où on arrêterait de la mater pour se foutre d'elle et où on la laisserait tranquille. Se faire accoster par des mecs bourrés qui empestent l'alcool à peine la bouche ouverte, ce n'est pas très agréable non plus… mais ça, c'est la bêtise de s'être ramenée ici. C'était il y a 4 heures donc, puisque le temps passe à une vitesse phénoménale. Elle n'a pas bougé, n'a accordé aucun regard à qui que ce soit… mais en revanche, elle en a lâché des soupirs : très exactement deux-cent-soixante-sept. Plus d'un par minute. Et elle s'est fait emmerder par cinq personnes, cinq hommes, dont les désirs et le but de l'approche laissaient franchement à désirer. Encore une fois, ce doit être une histoire de lieu… Maya n'est clairement pas dans son élément, elle ne devrait pas être ici.

- Pfffff… merde.

Il n'empêche que c'était le deux-cent-soixante-huitième soupir de la soirée. À quoi était-il dû, celui-là ? Elle se voyait, s'imaginait en train de manipuler son pinceau entre ses doigts. Le faire tourner autour de son pouce, le transmettre de son index à son majeur, son annulaire, son auriculaire, l'envoyer en l'air pour le faire tournoyer et le récupérer impeccablement au creux de sa main. Mais bien sûr, dès qu'elle cligne les yeux, il n'y a rien.
Et c'était malheureusement la vision de trop.
Elle pousse son verre hors de la table et celui-ci s'écrase sur le sol, déversant le contenu sur le plancher. Maya s'affale ensuite sur la table, décontenancée. Il y a bien quelques types bourrés qui gueulent suite à ce geste impardonnable (parce qu'elle a gâché un bon verre), mais en définitive, on la laisse tranquille.

La tête allongée sur la table, Maya va maintenant observer quelques personnes ici présentes, en cette heure tardive. Elle va finir par s'arrêter sur une petite femme rousse, à l'air bien jeune, peut-être même plus jeune qu'elle… allez savoir. Sans doute est-elle ici pour oublier quelque chose, elle aussi.
Rien à foutre.
Qu'elle oublie toute seule, dans son coin.
♦ Rose ou chou ? : Patate ninja wesh' égyptienne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 1151

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
1015/1500  (1015/1500)
Votre domaine: Ondes de choc.
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Lun 25 Aoû 2014 - 16:44
Le bar scolaire ... Endroit idéal pour rencontrer de nouvelles têtes, enfin pour Agathe, l'endroit idéal pour observer de nouvelles têtes. Agathe ne voyait pas vraiment l’intérêt de nouvelles rencontres puisque cet endroit était surtout et principalement fréquenté par des gens de l'académie, c'est à dire des ennemis. Fraterniser avec certains d'entre eux n'aurait pas grand intérêt sauf si ils étaient assez naïfs pour se laisser mettre à son service. Mais Agathe avec sa bouille de gamine et sa plastique peu avantageuse n'avait pas l'éloquence nécessaire à la manipulation de petits dieux.
Donc, elle allait au bar pour observer, son but étant de réussir à mémoriser un maximum de visages pour savoir de qui se cacher dans le monde des humains ou qui chasser plutôt. Et bien sûr pour boire en même temps, après tout elle n'allait pas aller dans un bar juste pour faire joli ! De plus, il était bien connu que s'asseoir à une table sans commander quelque chose était malpoli et mal vu, autant ne pas trop se faire remarquer et en profiter.

Quand Agathe pénétra dans la salle bondée, elle retira son capuchon, malgré le fait qu'elle se sentait ainsi moins en sécurité que camouflée derrière ce bout de tissu. Si elle continuait à masquer son visage, tout le monde la trouverait louche et tout le monde saurait pour ce qu'elle était. Certes ce lieu était conçu pour être convivial et impartial, mais il suffirait à l'un des membres de l'académie de la sortir de force pour lui faire quitter la zone neutre et l'éliminer. Elle ne pourrait alors pas vraiment se défendre, elle était sans conteste en infériorité numérique. Agathe avait tout de même fait le choix de prendre son katana avec elle, en quelque sorte comme une force dissuasive. Au moins, personne ne s'aventurerait dans sa direction ni même envisagerait de la draguer ou avoir une quelconque interaction avec elle.
Agathe, une fois rentrée, observa à la ronde si il y avait une table de libre. Au premier coup d’œil elle ne vit rien. Elle décida donc de commander au bar, un rhum ambré sans glaçon avec une rondelle de citron vert. Agathe lut dans le regard du barman qu'il la trouvait un peu jeune pour boire ce genre de boisson mais le regard de glace qu'Agathe lui réserva l'empêcha de poser la question qui lui brûlait les lèvres. A la place, il lui marmonna juste qu'il n'avait plus de citron ici et qu'il devait aller en chercher un en réserve.

Pendant ce temps là, Agathe prit le temps de mieux observer son entourage. Des éclats de rires venant d'une table d'hommes qui jouaient aux cartes, des éclats de voix venant d'un groupe buvant entre amis, des éclats de verre venant d'un couple en pleine dispute. Rien de plus banal dans un bar, mais Agathe s'intéressait bien plus à ceux qui se la jouait discret plutôt que ceux qui étaient les plus tapageurs. Elle finit donc par apercevoir quelqu'un qu'elle pouvait appeler "intéressant". Dans un des coins les plus sombres de la pièce une jeune fille affalée sur sa table, le regard posé sur elle. Agathe sourit et se retourna brusquement pour prendre son verre.
Son sourire était plus malicieux et fier que gentillet, mais le barman, croyant que ce sourire lui était réservé, lui offrit humblement son verre. Agathe le remercia d'un simple clin d’œil. Alors elle se retourna de nouveau vers la salle. La fille n'avait pas changé de position, pas plus perturbée que ça d'avoir été prise en flagrant délit d'observation d'autrui.

La jeune fille était seule à sa table, Agathe avait donc une raison valable pour aller vers elle : une place assise. De plus, il lui semblait avoir déjà croisé cette petite déesse. Elle ne lui avait jamais adressé la parole certes mais elle l'avait déjà aperçu, ce qui prouvait que cette jeune fille était une étudiante plus ancienne que récente. Par conséquent qu'elle se devait d'être beaucoup plus intéressante que le reste des vivants de cette pièce.
Son verre à la main, Agathe s'avança vers elle, cette fois ne souriant plus. D'un pas à la fois nonchalant et à la fois langoureux, elle traversa la pièce, sans se presser. Une fois à la hauteur de la table de ce semblant d'inconnue elle posa son verre sur la table. Juste assez fort pour que l'autre l'entende elle dit :

"Puis-je m'asseoir ? La place est libre après tout."

L'idée n'était absolument pas d'attendre la réponse de l'autre, elle était bien décidée à s'asseoir. Ce pourquoi elle contourna la table en prenant bien soin d'y faire traîner son verre pour obtenir un bruit irritant et s'assit à côté de l'inconnue. Elle ne la regarda pas, elle continua à observer ce qui l'entourait. Mais si l'autre se décidait à lui parler alors, à ce moment là elle daignerait poser à nouveau son regard sur elle.


Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 879

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
15423/2000  (15423/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Mar 26 Aoû 2014 - 22:03
Grognement. Si Maya avait été parfaitement audible et dans de bonnes dispositions, l'autre jeune femme aurait distinctement entendu quelque chose comme "Laissez-moi tranquille s'il vous plaît...". À la place de ça, elle n'a pas fait d'effort et va désormais devoir se coltiner la compagnie d'une inconnue en manque d'affection et d'amis.
Elle soupire une fois de plus et tourne la tête de l'autre côté, histoire de bien lui signifier qu'elle n'a rien à lui dire. Pas intéressée. Au moins, ça, ça aura le mérite d'être clair.



Le pire, c'est que même si elle engage la conversation - ce qui ne saurait tarder vu son caractère -, elle aura l'air d'une fille chiante qui se plaint sans arrêt, qui se confie à n'importe qui, et tout ça dans l'optique de raconter des choses sans intérêt puisqu'elle n'a aucune chance de tomber sur quelqu'un capable de l'aider. Bref, trois caractéristiques humaines qui ne siéent pas du tout à la déesse… Ce n'est pas le genre d'image qu'elle souhaite véhiculer autour d'elle, ça non.
Comme on dit, le choix est vite fait.

Alors, il se passe un certain temps. La tête allongée sur la table, le regard tourné vers le mur, Maya ne voit pas ce que fait sa camarade de beuverie. Reste qu'elle y est attentive grâce tous ses autres sens : elle entend des bruits qu'elle suppose provenir du frottement de ses vêtements contre le dossier de sa chaise… elle entend le bruit que produit sa gorge lorsqu'elle avale une gorgée de boisson alcoolisée… elle visualise le moindre geste de la Rousse dans sa tête… alors non, Maya n'est pas en mode détente ou je-m'en-foutiste : elle est au contraire très concentrée. Et d'une certaine manière, peut-être égoïste, elle pense que l'inconnue lui jette des regards... intéressés. Maya se pense être source d'intérêt. Après tout, ce n'est pas pour rien que cette femme s'est assise là, si ?


Cessant d'un coup d'être statique, Maya relève la tête et lève la main, espérant attirer l'attention de la serveuse. Cette dernière la remarque rapidement et s'approche des deux jeunes femmes.

- Besoin de quelque chose ?
- Je voudrais...

... de l'alcool ? De la drogue ? Quelque chose ? Non merci... Ça non plus, ce n'est pas son genre. Soit dit en passant, elle ne pourra jamais se débarrasser de cette hantise que représente le regard des autres… même si ça n'a pas grand sens dans un bar tel que celui-ci. Tout le monde boit, personne ne juge personne...

- ... du jus d'orange s'il vous plaît.
- Bien madame, je vous l'apporte tout de suite.

Aller dans un bar, avoir une infinité de possibilité quant aux cocktails proposés... et prendre un jus d'orange : certains ne sont décidément pas faits pour fréquenter ce genre d'endroits. Mais après tout, un boisson à base de fruits, c'est sûrement beaucoup plus saint que ce que boit cette... personne.

- ... C'est bon ce que vous buvez... ? demande Maya en s'adressant à sa partenaire et en la regardant dans les yeux.

Question idiote : Maya n'a jamais aimé l'odeur du rhum… qu'est-ce que ça peut lui faire de savoir si cette femme apprécie ou non son verre ? C'est de la conversation inutile. Remarquez, peut-être qu'il s'agit là d'une technique toute trouvée pour se faire passer pour une personne inintéressante… tout ça avec pour objectif qu'on la laisse tranquille.
Mais peut-être que cette petite femme n'aime pas davantage ce qui se trouve dans son verre et qu'elle se force pour oublier…
… bah.
♦ Rose ou chou ? : Patate ninja wesh' égyptienne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 1151

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
1015/1500  (1015/1500)
Votre domaine: Ondes de choc.
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Mer 27 Aoû 2014 - 23:26
Si ça ce n'était pas de l'arrogance ! L'autre l'avait ignoré mais d'une manière vraiment ... parfaite. Détournement du regard et même de tout le corps dans la direction opposé, soupir et même si Agathe ne les voyait pas, elle était presque sûre qu'elle avait même fermé les yeux. Certes Agathe n'était pas sensée l'observer de son côté comme elle était pas vraiment venue pour taper la causette, mais se faire ignorer ça elle n'appréciait pas du tout ! Elle ne voulait pas lui taper sur l'épaule et lui sortir un "Hého je suis là.", elle n'avait pas de raison de se faire remarquer ni de forcer l'autre à la regarder ou à s'intéresser à elle. C'était un peu contradictoire quand même de vouloir venir incognito pour observer ses ennemis mais en même temps ne pas vouloir passer inaperçue comme un mouton de plus dans le troupeau. Mais comme on dit : un bon berger voit le loup caché sous la peau de mouton.
Ruminant quelque peu de l'inintérêt croissant que lui réservait sa voisine, Agathe se mit à siroter son verre lentement pour ne pas à avoir à en commander un de nouveau, les citrons étaient bien trop loin à son goût, le service donc, pas assez rapide. Agathe se remit à observer la salle, rien de bien anormal pour un bar, personne ne les regardait, personne ne les écoutait -même si elles ne disaient pas grand chose-.

Soudainement l'autre se redressa. Agathe ne s'y attendait tellement pas qu'elle se crispa et fut légèrement paralysée par la surprise. Mais elle allait pas bien l'autre aussi de faire des mouvements aussi brusques et violents dans un endroit où tout le monde était endormi par l'alcool ! Tout ça pour attirer l'attention d'une serveur avec un grand geste de bras et commander ... un jus d'orange. Agathe se retint alors de lui faire une remarque après tout, les goûts et les couleurs chacun en a des différents. Mais là, tout de même se fut dur de se taire ... Un jus d'orange, le truc que tout le monde a dans son réfrigérateur ! Quelle idée d'allée dans un bar pour cela ? Mais bon au vu de l'état dans lequel elle était quelques secondes auparavant, elle en avait consommé de l'alcool et avait juste soudainement décidé de s'assagir.
Et là (enfin) après avoir passé sa fabuleuse commande sa voisine de table se tourna vers elle et lui accorda un regard ... Enfin pas vraiment à Agathe, à son verre plutôt.

"... C'est bon ce que vous buvez... ?"

Mais c'est qu'en plus elle parlait ! Certes pour poser une question quelque peu inutile mais Agathe n'avait cédé en premier, c'est l'autre qui avait craqué et qui avait perdu leur petit jeu du silence inavoué ! Cependant Agathe aurait préféré qu'elle pose une question un peu plus intéressante ou en tout cas un peu moins évidente ! Si elle buvait du rhum, c'est parce qu'elle aimait ça ! C'est logique non ? Qui irait boire quelque chose qu'il n'aimai pas ?

"Oh oui c'est très bon, j'affectionne tout particulièrement cette boisson, après tout c'est celle qui pour moi ce rapproche le plus du s... Hum ... de ce que je bois d'habitude."

Et voilà, cela faisait même pas dix minutes qu'elle était dans cette salle et moins de cinq minutes qu'elle était assise à cette table qu'elle avait déjà failli commettre une bourde et se retrouver en mauvaise posture. Bien comme observatrice tactique et discrète ! En effet, dans ce monde merveilleux il n'y avait pas des milliers de vampires qui traînaient dans les parages, à vrai dire elle n'en connaissait pas d'autres qu'elle-même. Si ça, ça ne la grillait pas, cela voulait dire que même les dieux avaient des anges gardiens. Si on la découvrait elle espérait franchement ne pas avoir à se battre, son katana n'était pas en aussi bon état qu'elle le voudrait -en quittant l'académie, Agathe avait oublié ses produits d'entretien dans sa chambre de l'internat-.
Agathe sourit bêtement, cherchant désespérément quelque chose à lui dire pour faire s'envoler ce sous-entendu qui pouvait causer malentendu. Apercevant au loin la serveuse revenir avec le plateau chargé de la commande de sa voisine, elle n'hésita pas un seul instant et utilisa le même sujet de conversation stupide auquel elle avait eu droit quelques minutes auparavant :

"Et toi, tu aimes le jus d'orange c'est ça ?"


Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 879

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
15423/2000  (15423/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Jeu 28 Aoû 2014 - 22:42
- ... si j'aime le jus d'orange ? s'étonne Maya. Non, pas spécialement...

... Voilà voilà, c'est tout.
C'est le jeu de celle qui posera la question la plus idiote ? Pour le moment, c'est cette inconnue qui remporterait le prix haut la main. Entre demander si la boisson bue est bonne ou si une boisson est bonne en général, il y a quand même une sacrée marge. Un jus d'orange, la plupart du temps… enfin, aucune idée, ça peut être bon ou mauvais. Tout dépend du bar dans lequel il est servi, tout dépend des fruits en eux-mêmes, de leur provenance, de leur mûrissement… ou même de la fraîcheur et de la température de la boisson… des tas et des tas de paramètres dont personne n'a franchement envie d'entendre parler, ici et maintenant. La déesse saura si celui-ci est particulièrement bon quand elle l'aura goûté, pas avant…

D'ailleurs, la serveuse dépose le verre sur la table, avec un grand sourire, puis elle repart après avoir salué les deux femmes. Maya baisse les yeux, regarde la boisson où flottent deux gros glaçons... mais au final, elle n'en a plus vraiment envie. Ce doit être l'amertume qui coupe la soif et la faim, qui rend le plus appétissant des mets aussi insignifiant qu'une compagne de tablée…
… compagne qui, d'ailleurs, a l'air de bien galérer à choisir ses mots. Cidre ? Smoothie ? Sangria ? Ça n'aurait rien de choquant d'entendre ces noms de cocktails… et peu importe d'ailleurs, elles sont toutes les deux adultes et responsables… à priori. Et pour tout dire, Maya se contrebalance de ce que peut bien boire ou faire cette femme, elle n'a pas envie de la juger. Trop coûteux en temps et en énergie, sachant qu'elles se seront oubliées le lendemain au réveil. À moins qu'il ne se passe quelque chose d'extraordinaire entre elles, ce dont la demoiselle aux cheveux clairs doute fortement.


Encore une fois, c'est un silence lourd qui s'installe à la table, alors que le bordel resplendit partout ailleurs. Les types de la table d'à côté sont en train de faire un concours de résistance à l'alcool : ils boivent des bières le plus rapidement possible, le tout dans des chopes de tailles impressionnantes. Ça chante, ça gueule, ça rote… C'est idiot, mais ce serait presque divertissant à regarder… si seulement ça ne donnait pas envie de vomir. Sans s'en rendre compte, Maya a agrippé son verre entre ses mains et la fraîcheur de celui-ci a engourdi ses doigts. Elle le porte à sa bouche et humecte ses lèvres, histoire de les réhydrater un peu. Elle repose ensuite le verre sur la table et le lâche, puis elle passe sa langue sur ses lèvres pour les goûter.

- Oui, c'est bon… reprend-elle naturellement, comme s'il était normal qu'il y ait de si gros blancs dans la conversation. En tout cas, certainement meilleur qu'un verre d'alcool quel qu'il soit. Si seulement ça pouvait en produire les mêmes effets… en particulier, permettre d'oublier…

En voilà une réplique intéressante ! Mais il ne faut pas se fier aux apparences : ça ne lui a pas échappé, c'était totalement volontaire. Maya souhaiterait oublier, au moins le temps d'un instant, que son pinceau est perdu à jamais. Croyez-vous qu'elle avouera toute l'histoire à son acolyte ? Elle préférera mille fois inventer une stupide anecdote de relation amoureuse avortée plutôt qu'avouer la vérité… même si ça ne la rendra pas plus intelligente aux yeux de la Rousse, bien au contraire.

Il n'empêche qu'elle la regarde, qu'elle l'observe en lui jetant des petits coup d'œil, l'air de rien. Elle ne veut pas paraître trop insistante, elle ne veut pas non plus lui faire croire qu'elle lui porte le moindre intérêt… mais elle évolue un peu dans sa manière d'aborder l'inconnue. Ce doit être son côté naturellement amical qui prend le dessus sur son humeur macabre… ou alors…

- Je crois que vous saignez un peu des lèvres.

… ou alors son sens accru de l'observation qui l'oblige à alerter. Remarque, certains types se battaient tout à l'heure… ce ne serait pas étonnant qu'ils aient fait gicler du sang un peu partout. Pour le coup, Maya regarde sur ses propres vêtements pour vérifier si elle n'en aurait pas reçu une goutte… ça ferait tache sur du clair. Elle tire sa chaise en arrière, se lève et se met à se reluquer… sans rien expliquer à son interlocutrice. Le dialogue ne passe pas encore tout à fait bien...
♦ Rose ou chou ? : Patate ninja wesh' égyptienne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 1151

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
1015/1500  (1015/1500)
Votre domaine: Ondes de choc.
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Ven 29 Aoû 2014 - 23:39
Boire de nouveau une gorgée, faire comme si de rien était, ne pas se laisser perturber par ses agissements contradictoires. Agathe ne pouvait pas comprendre la logique dans tout ça, comprendre pourquoi commander une boisson que l'on n'aimait pas, c'était trop dure pour elle et actuellement cela ne lui paraissait pas essentiel et beaucoup trop bizarre pour s'interroger sur la question. Pourtant quand l'autre reçoit son verre, elle sourit comme si elle était vraiment heureuse de recevoir -voir payer- une boisson qu'elle n'aimait pas. De plus après elle agrippe avidement son verre, si attache comme si il s'agissait d'une question de vie ou de mort d'en engloutir le contenu. Et cela sans accorder un intérêt visuel à son action, en le faisant inconsciemment, en effet elle s'était mise à balayer la salle du regard. Elle avait l'air de tout observer, un peu à la manière d'Agathe en fait.
Puis elle boit, très peu, une fine gorgée. Ensuite, soudainement, elle relâche son verre, le laisse choir de quelques centimètres sur la table et brusquement en plus comme si elle regrettait son geste. Tout ça était vraiment contradictoire. Pour encore en rajouter, elle osa lui dire que ce qu'elle avait bu était bon, comme si de rien était comme si son comportement n'avait rien d'étrange ...

Mais le mieux dans tout ça fut ce qu'elle rajouta après pour accompagner sa phrase déjà surprenante. C'était bon seulement en comparaison à l'alcool -c'était une insulte à l'alcool soit dit en passant-. Mais malgré ce dégoût apparent face à l'alcool, elle s'avoua en louer quelque vertu : l'oubli. Ainsi donc Agathe savait désormais ce que l'autre faisait ici, elle avait eu quelques petits soucis dont elle ne voulait pas se souvenir, en tout cas surtout ce soir. Voilà donc pourquoi Agathe l'avait trouvée abattue et affalée sur la table : la tristesse et l'alcool. Voilà donc pourquoi venait cette boisson si sage désormais, elle était déjà finement bourrée la petite ! Elle essayait sans aucun doutes de s'éclaircir les idées désormais. Quel effort incommensurable devait-elle éprouver en pratiquant l'exercice du langage ! Agathe se fichait bien d'elle mais pour le coup elle compatissait ... De son vivant cela lui arrivait tous les soirs, l'alcoolisme n'était pas chose drôle ni mince affaire. La compassion n'était pas vraiment le genre de la maison mais bon personne ne saurait jamais le sentiment qu'elle venait d'éprouver envers une "ennemie".

Agathe, trop occupée à rêvasser, ne vit pas les regards furtifs que lui avait réservé sa voisine de table, pourtant, elle ne les cachait pas vraiment, ils se faisaient même de plus en plus insistants. Agathe finit tout de même par s'en rendre compte mais seulement quand la fille craqua et lui sortit verbalement ce qu'elle avait pu remarquer, fruit de ses observations : du sang sur les lèvres d'Agathe. Voilà donc ce qu'elle avait remarqué.
Agathe fut très surprise de cette remarque et rapidement elle essuya sa lèvre inférieur à l'aide de son index gauche. Une fois le sang transposé à un endroit accessible à sa vue, elle s'interrogea. D'où venait-il ? Elle crut d'abord qu'il s'agissait là de son propre sang, inconsciemment elle se serait mordu la lèvre un peu trop violemment jusqu'à en saigner. Mais rapidement cette théorie fut écartée lorsque elle porta le sang à ses lèvres d'un air songeur.
Elle se rappela alors d'où venait ce sang et de la raison de sa présence sur ses lèvres. Elle s'en souvint immédiatement car ce sang elle s'en souvenait, il était particulièrement peu savoureux. Certes vous me direz qu'il est normal de se souvenir de ce qu'on a fait avant de rentrer dans un bar, mais quand on a tué des centaines de personnes en ayant pour objectif le rassasiement, ces petites choses s'effacent bien rapidement de votre esprit. Mais là soudainement elle s'en souvenait clairement, elle avait même fait cela se forçant quelque peu car elle savait qu'elle allait venir ici et qu'elle allait devoir se tenir tranquille pendant tout son "séjour". Elle avait tué un homme qu'elle avait croisé dans une rue, l'avait embarqué de force et tué avec un minimum de discrétion, pour cette fois là elle n'avait même pas joué avec la nourriture ! C'était vraiment intéressant tout ce qu'une petite gouttelette pourpre pouvait lui ramené à l'esprit.
Ce souvenir la fit se sourire à elle même tout d'abord puis elle réserva ce sourire à sa voisine, étrangement elle était toute soulagée qu'il ne s'agisse là du sang d'un insignifiant humain.

"Il n'y a pas de quoi s'inquiéter ! Ce n'est pas le mien !"


Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 879

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
15423/2000  (15423/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Dim 31 Aoû 2014 - 14:09
C'est bien ce qu'elle redoutait : une belle tache de sang rouge sur sa robe vert pomme… un vêtement bon à jeter. La demoiselle se rassoit sur sa chaise, encore plus abattue qu'auparavant. Comme si c'était possible. Et pendant ce temps-là, elle n'a bien sûr pas prêté la moindre attention à sa collègue, sauf sa réponse, qui dans un sens, la rassure. Si elle ne saigne pas, tout va bien… cool… elles vont toutes les deux pouvoir continuer à s'ignorer et ne rien se dire.

Maya récupère son verre et en avale tout son contenu d'une seule traite, aussi froid le liquide soit-il.
Puis, contrairement à ce que l'on pouvait s'attendre, elle pose son coude sur la table, dépose sa tête sur sa main et se met à fixer cette femme. Ce n'est plus ni le petit coup d'œil, ni les regards timides, mais la bonne grosse fixation bien insistante et bien gênante. Tout est fait pour que l'autre regrette de s'être installée là, pour qu'elle soit le plus mal à l'aise possible, sans pour autant faire quoi que ce soit d'impoli ou de déplacé.
Alors, qu'a-t-elle d'intéressant cette rousse ? Elle a l'air petite, plus que Maya – un exploit –, aussi jeune qu'elle voire plus encore, toute pâlichonne et toute maigrichonne… en gros, une étudiante classique morte dans des circonstances dramatiques alors qu'elle n'était encore qu'adolescente. De maladie peut-être, au vu de sa pâleur et du reste de ses caractéristiques physiques, pas encore totalement développées. Un point commun entre elles, c'est déjà pas mal. Par contre, l'une des deux semble beaucoup plus apprécier l'alcool que l'autre… sans doute une différence culturelle. Chez Maya, on n'avait pas le droit de boire avant 19 ans, âge qu'elle n'a jamais atteint… mais foncièrement, même si elle avait tenu jusque-là, elle pense qu'elle n'aurait pas bu. En revanche, il doit bien exister des pays où l'on peut boire en étant beaucoup plus jeune… et cette femme-là doit avoir vécu dans l'un d'entre eux.

Autre chose ? Ah oui : cette arme qu'elle porte… une sorte d'épée ou de katana. C'est dangereux… mais très intelligent d'y avoir pensé. Maya aurait dû apporter une arme, elle aussi. Dans un bar fréquenté par des alcooliques, qu'ils soient dieux ou non, il vaut mieux ne pas se laisser aller ou croire que tout va bien se passer.
Finalement, qui qu'elle soit, cette femme est plutôt équilibrée. Dans un autre contexte, elle pourrait apparaître comme sympathique. Mais les prédispositions de Maya font que...

- Je crois que je ne vous ai jamais vu à l'académie. fait Maya, toujours en la regardant fixement. Est-ce que vous êtes nouvelle ? Non… vous n'êtes pas nouvelle, vous ne pourriez pas connaître cet endroit sinon. Alors, ce doit être moi qui suis à la ramasse, comme souvent.

Lorsqu'elle est arrivée à l'académie, Maya a beaucoup fait attention à ceux qui sont arrivés juste après elle. Elle souhaitait bien faire et les aborder pour les rassurer, comme on l'a rassurée elle. Si elle n'a jamais appris le nom de cette inconnue, c'est soit parce que celle-ci est arrivée bien après, alors que Maya créchait sur Terre à la suite du départ de ceux qui deviendraient « les renégats », soit bien avant… Pas d'avis tranché sur la question.

- Qu'est-ce que vous venez faire toute seule ici alors ? Normalement, soit on vient accompagnée pour s'amuser entre amis, soit on vient pour être toute seule… mais vraiment toute seule. Et vous, vous entrez ici, et vous vous arrêtez à ma table.

En tout cas, la machine à communiquer est en route.

- C'est vraiment parce qu'il n'y a aucune place libre ou… vous n'avez aucun ami et vous tenez absolument à discuter avec une inconnue ? Me demander un service peut-être ?

Qu'elle lui demande tiens… Maya la rembarrera bien comme il faut. Il ne faut pas pousser non plus. Ou alors… si c'est rapide à faire, elle l'aidera, rien que pour qu'elle lui fiche la paix ensuite. Ça semble être un bon compris, même si ce pourrait ne pas être très équitable.
♦ Rose ou chou ? : Patate ninja wesh' égyptienne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 1151

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
1015/1500  (1015/1500)
Votre domaine: Ondes de choc.
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Ven 19 Sep 2014 - 21:33
Agathe avait -elle une tâche sur le nez ? une saleté sur le visage ? un cil sur la joue ? Elle avait besoin actuellement d'une explication au pourquoi de cette soudaine attention que sa voisine de table lui portait. Sincèrement, elle la fixait avec un telle intensité que l'on pouvait presque interpréter ça comme une attaque personnelle. Un sorte de violation de l'intimité en fait. Agathe espérait alors de toutes ses forces de ne pas se mettre malencontreusement à rougir. Elle but une nouvelle gorgée dans son verre espérant que le regard se détournerait entre temps, mais non, impossible, le regard était fixé et le resterait.
Alors l'autre commença à parler, mais pas de simples petites répliques, mais des monologues longs de questions rhétoriques, presque une conversation en aparté avec elle même en réalité. Elle fit donc part du fait qu'elle n'avait jamais vu Agathe, elle supposa sa nouveauté mais la démentit par la suite par pur logique. Elle ne se laissa que quelques instants de réflexions et de respirations pour ensuite continuer. L'interrogation qui suivit fut à propos de sa présence ici, il est vrai qu'elle ressemblait à une enfant et qu'elle venait tout de même paisiblement boire ici seule. Elle demanda également pourquoi sa table, pourquoi à côté d'elle … Elle fit des suppositions de réponses encore une fois, mais elle ne vit pas juste. Dans tous les cas, Agathe commençait vraiment à se dire que l'autre essayait de lui faire passer un message avec toutes ses questions, comme quoi elle la gênait et qu'elle préférait la voir partir et disparaître à jamais. Enfin si Agathe ne se trompait pas. Il restait toujours la possibilité que l'autre se soit transformer en pipelette d'un instant à l'autre ! Dans tous les cas, Agathe se sentait bien ici pour le moment malgré son étrange voisine légèrement bipolaire elle décida donc de répondre à la liste (non exhaustive) de questions de Miss Bipolaire.

''Cela fait longtemps que je suis ici, je ne suis pas du tout une nouveauté mais ça tu l'as deviné par toi même, je me suis même une des premières à être arrivée ! Je suis venue ici et bien parce que j'apprécie boire de temps en temps un bon verre, je sais pour mon âge c'est bizarre, mais je suis une des rares ici à avoir rajeuni en arrivant ! Je suis une vieille coincé à jamais dans un corps d'adolescente et qui ne retrouvera plus jamais ses roudoudous comme avant ! Et sinon je me suis assise à côté de toi pour la place mais également parce que tu me semblais assez gentille et qu'il me semblait également t'avoir déjà croisé de loin. Mais bon comme ça fait longtemps que je ne suis pas venue dans le coin, je sais pas trop … Et sinon je n'ai pas de service à te demander, autrement je te l'aurai demander bien plus rapidement, enfin quoi que … Y a bien un petit quelque chose mais pas forcément très important !''

Agathe sourit et eu un léger rire. Décidément l'autre devait l'avoir contaminé avec sa maladie de la pipelette, Agathe n'en avait jamais autant dit sur elle même d'une seule traite. Elle était quelque part fière d'en avoir dit autant, c'était tellement rare qu'on lui donne des occasions où elle pouvait réellement bavarder ! Enfin cela semblait tout de même un peu surfait comme conversation mais elle en avait cure ! Elle avait réellement envie de raconter toute sa vie désormais … Cela devait vraiment faire trop longtemps qu'elle n'avait pas eu de conversation avec une fille … Il n'y en avait pas beaucoup à la guilde remarquons. Agathe en avait même oublié d'être supérieure, sarcastique, pessimiste et horripilante. Pourtant, l'autre était de l'académie, elle était donc sensée la détester mais là elle ne savait pas pourquoi, elle n'y arrivait tout simplement pas. La seule chose qu'Agathe fut capable de se dire à elle même, était le fait qu'elle avait oublié de lui retourner la politesse en lui posant à elle aussi au moins une question. Elle répara donc immédiatement son erreur en lui disant d'un ton jovial la surprenant plus qu'autre chose :

''Et toi ? Depuis combien es tu là et pourquoi bois tu ? Et tu as besoin de quelque chose ? Je serais ravie de te rendre service, peu importe ce que c'est je suis prête à le faire, sans même te poser une question !''

Cela ne lui ressemblait vraiment pas mais elle en avait vraiment envie.


Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 879

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
15423/2000  (15423/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Sam 20 Sep 2014 - 23:18
C'est parti… Cette femme rousse imagine avoir trouvé une nouvelle amie… voire peut-être même une confidente ! D'après ses mots, cela fait un bon moment qu'elle n'était pas venue par ici… et, bien que cela paraisse étrange en soi, il est logique qu'après une longue période d'absence, elle ne connaisse plus grand monde et cherche à recréer quelques liens, par-ci par-là. La population divine semble se renouveler assez régulièrement alors, créer et briser des liens, c'est plutôt monnaie courante. Maintenant, se confier à la première venue, c'est faire preuve d'une naïveté à toute épreuve et cela donne une image très… « désespérée ». Et elle demande un petit service pas très important, c'est ça ? C'est sans nul doute mille fois plus important qu'elle ne veut le faire croire.

C'est à ce moment-là que Maya refuse… ou plutôt, qu'elle devrait refuser. Malheureusement, de bonne humeur ou non, la demoiselle n'est pas capable de jeter ou d'abandonner qui que ce soit. Trop gentille, comme tout le monde le dit si bien… même cette emmerdeuse d'ailleurs. Une vieille femme dans un corps d'adolescente ? On voit de tout par ici, de la femme aux oreilles de lapin au robot venu du futur… et honnêtement, dans le cas présent, ça explique pas mal de chose sur son cas. En revanche, ça n'explique pas pourquoi elle sait si bien s'y prendre pour approcher Maya… ce n'est pas juste.
Maya finit par détourner les yeux du visage de l'inconnue, enfin.

- Combien de temps… bientôt 2 ans maintenant. fait-elle après un instant de réflexion, daignant répondre aux questions qu'on lui a posées. Je suis arrivée au top de ma forme, joyeuse… et j'ai descendu, descendu encore, à n'en plus finir. Mais détrompez-vous madame, je ne bois pas d'alcool… même si j'essaye. Ça doit me permettre d'oublier un peu. Mais c'est tellement immonde que je n'y arrive pas.

Oui… oublier une histoire de cœur. Non… une histoire de pinceau et de pouvoir divin en vérité, mais elle ne veut pas en démordre. À quoi est-ce que ça l'avancerait de dire la vérité ? Elle avouerait un point faible à n'importe qui ? Déjà que cette femme sait que Maya est trop gentille et ne peut refuser d'aider quelqu'un, si en plus elle savait que l'adolescente déprimée n'est plus bonne à rien… ce serait le bouquet. Oh non, elle ne se moquerait pas… c'est juste que le regard, la perception que Maya pense que cette femme aurait d'elle. C'est dégradant. En tout cas, ça le serait.

- Non, c'est ridicule. Le meilleur service que vous puissiez me rendre, c'est encore de quitter ma table et de me laisser me morfondre quelques heures de plus. Après tout, être déprimé et désespéré, c'est la spécialité des humains, pas vrai ? Et moi, je suis exactement comme une humaine maintenant…

Le problème, c'est qu'à force d'y penser… à force de se forcer à ne pas y penser… ça sort tout seul.

- Une déesse qui perd son pinceau… son pouvoir… franchement… Il n'y a que les super-héros de comics Américains qui se mettent dans des situations pareilles…

En prononçant ces mots, elle place ses mains devant son visage et se masse les joues, les tempes et le front. Quand elle repose ses coudes sur la table et dévoile son visage à sa collègue, la jeune femme paraît encore plus fatiguée et résignée… mais elle a un petit sourire en coin. Un sourire moqueur envers elle-même.

Fort heureusement, son discours est assez décousu pour que l'autre n'y comprenne rien… et de toute façon, ce dernier passage ne lui était pas adressé. Elle se parle à elle-même, se critique pour se punir. Finalement, elle réalise qu'elle aimerait bien qu'on se moque d'elle… puisqu'après tout, ce qui lui arrive est ridicule. S'il y avait une chose qu'elle gardait précieusement et qu'elle ne devait surtout pas perdre, c'est son pinceau, ce qui la définissait en tant que déesse. Désormais, la situation est cocasse : le précieux don donné par Deus, envolé.
S'ils la voyaient ainsi, ses ennemis se moqueraient d'elle. Pour sûr.
♦ Rose ou chou ? : Patate ninja wesh' égyptienne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 1151

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
1015/1500  (1015/1500)
Votre domaine: Ondes de choc.
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Mer 29 Oct 2014 - 18:19
L'autre avait l'air juste purement et simplement déprimée ... C'était vraiment triste à voir, elle avait les traits tirés et piquait carrément du nez dans son verre tellement elle désirait y disparaître et s'y morfondre à jamais. Et malgré tout elle prétendait que ce n'était pas de l'alcool et qu'elle n'en buvait pas. Sincèrement, Agathe en doutait mais si elle disait ne pas aimer cela devait bien être vrai ! On ne réinvente pas ses propres goûts généralement même face à une pure inconnue. A moins que l'on veuille jouer un rôle totalement à l'opposé du sien mais dans le cas présent, vraiment aucun intérêt à son humble opinion ! Sinon, sa voisine de table était à l'académie depuis autant de temps qu'elle approximativement, c'est pour ça qu'elle déprimait en réalité ; là depuis trop longtemps dans une réalité qui s'attriste et s'efface de jour en jour. Agathe aurait sûrement tourné de la même manière si elle n'avait pas rejoint la guilde. Même si pour le moment elle n'avait pu réellement se venger, elle n'avait pas encore trouvé le courage de le faire en fait.
Bien sûr cette petite nana avait pour but d'oublier quelque chose, raison pour laquelle elle s'était quelque peu forcée à boire de l'alcool. C'était mignon comme démarche, comme si on pouvait tout oublier comme ça par magie, comme si rien n'allait redevenir clair une fois l'alcool cuvé et la brume de l'esprit dissipée. Cette ivresse ne serait que purement éphémère et plus celle-ci sera conséquente plus dur sera le retour à la réalité !

Passons, Agathe avait dit les bonnes choses au bon moment, la machine à paroles était lancée. Maintenant l'autre s'exprimait sans détours : elle lui annonça clairement qu'elle préférait la voir partir et qu'elle lui était tout à fait inutile. Agathe n'avait aucunement le pouvoir de l'aider. Elle finit même par annoncer qu'elle était comme une humaine et qu'elle ne valait pas mieux qu'une humaine. Et pour finir elle marmonna qu'elle avait perdu son pinceau et apparemment ça correspondait aussi à son pouvoir... Mais malgré tout ce qu'elle lui a annoncé l'inconnue se redresse et lui affiche un sourire assez énigmatique.
Agathe n'arrivait plus vraiment à suivre ... Est ce que l'autre lui avait fait une blague sur la fin exprès pour la faire partir ou bien était ce sincère ? C'était très perturbant d'être face à quelqu'un avec des expressions faciales qui changent du tout au tout en aussi peu de temps. Agathe était perdue et cela devait se voir sur son visage, mais elle se ressaisit et bu une gorgée de son verre. Elle approchait de la fin.

Agathe ne savait pas trop comment réagir mais une idée, un souvenir peut être, lui trottait dans la tête. Cette histoire de pinceau lui disait vraiment quelque chose. Elle avait l'impression d'en avoir entendu parler à la guilde ... Oui ... Deux rénégats en parlaient entre eux ; comme quoi il y avait un pinceau dans la salle des trophées ... La salle où on entrepose les jolies choses volées aux humains ou les objets importants dérobés aux apprentis dieux... Ils trouvaient ça bizarre, les deux rénégats, qu'il y ait un pinceau dans cette salle. Sans aucune annotation, en plus, comme si la personne qui l'avait ramené n'avait pas eu le temps d'expliquer en quoi c'était un trésor. Il y avait de grande chance que ce soit le sien à la déprimée ... Et donc qu'Agathe était tout à fait en position de régler son problème !
Certes si ce pinceau était le pouvoir de l'autre, ce n'était pas très intelligent de lui rendre sachant qu'un jour elles seraient sûrement amenées à se combattre, mais il n'y avait pas grand intérêt à se battre face à une déesse aussi molle ! La seule chose qui pourrait vraiment excuser une telle bavure venant d'Agathe serait que l'autre lui rende également un service ... Aller lui chercher son kit d'entretien pour katana par exemple.
Vous me direz l'échange paraît peu équitable, mais le katana comme le pinceau sont des armes. Et sans leurs armes chéries les deux filles sont bien dans l'embarras ! Certes Agathe a déjà son katana et pourrait juste se trouver un nouveau matériel d'entretien, mais la qualité du matériel fourni par la Deus Academia, ça ne se refait pas !

Agathe défronça les sourcils, pendant tout ce temps son visage avait été crispé sous la réflexion, mais là elle avait une solution. Souriant à son tour de manière énigmatique, elle regarda sa compagnonne du jour et lui annonça :

"Je peux te ramener ton pinceau tu sais ... Mais ce sera à une petite condition ..."


Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 879

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
15423/2000  (15423/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Dim 2 Nov 2014 - 0:26
- N'importe quoi…

Et c'est reparti pour un tour… encore une qui se moque d'elle. Ne pourraient-ils pas tous la plaindre et l'éviter plutôt que l'approcher, l'accoster et lui mentir sans arrêt ? Il est clair qu'elle le mérite… mais dans ce monde, il pourrait y avoir d'autres personnes comme Maya, qui n'hésiteraient pas à aider leurs semblables, peu importe leur humeur ou leurs problèmes, peu importe la récompense à la clé… juste dans l'optique d'être bonne, agréable et serviable envers des êtres vivants. Des dieux ou des humains, en l'occurrence. Malheureusement, il faut croire qu'elle est la seule à être comme ça… les autres ayant nécessairement besoin de « compensations » ou de « conditions » avant de daigner imaginer agir.

Cette fille croit vraiment pouvoir berner Maya en achetant un pinceau banal et en le faisant passer pour celui qu'elle a égaré ? Ou alors, comme par hasard, son domaine divin lui permet de retrouver des objets perdus ? Ce n'est pas ça… sûrement pas. D'ailleurs, en réfléchissant rien qu'une seconde, elle ne voit pas comment ce serait possible : on ne peut pas retrouver quelque chose que l'on ne connaît pas. Conclusion, c'est de l'humour… et il est de très mauvais goût.

- Écoutez… laissez tomber l'humour à deux balles ou les blagues de ce genre… parce que, au cas où vous n'auriez pas remarqué, je ne suis pas d'humeur.

Et ce sourire narquois sur son visage… Abjecte.
Mais comme toujours, depuis le début de la conversation, Maya laisse passer. Elle ne contre-attaque pas, elle se défend juste suffisamment pour ne pas être blessée. Être habituée à ce genre de choses, c'en est presque triste… mais c'est ainsi. Cette femme, quel que soit son caractère ou son nom, n'a pas un physique ou une mimique particulièrement agressive… au contraire. En vérité, et l'apprentie déesse ne peut le nier, sa compagne de table possède un physique qu'on qualifiera « de confiance »… ce qui signifie qu'elle aura beau ne pas apprécier ce que l'autre raconte, Maya la trouvera sympathique – bien que pénible et trop insistante – et ne pourra pas lui en vouloir, ni l'attaquer frontalement. Il y a des gens, comme ça, que l'on sait qu'on peut apprécier d'un simple coup d'œil. Pas bien grande, mignonne et souriante… elle n'a besoin que de ça pour obtenir ce charisme naturellement… charmeur.

- Je suis sûre que vous êtes très amusante, que vos amis vous apprécient, que moi-même, je pourrais vous apprécier dans des circonstances différentes, tout ça, bref. Le fait est que je ne suis pas là pour ça. J'ai perdu un des souvenirs les plus précieux que je possédais et franchement… vous entendre en parler avec une telle désinvolture, ça me blesse. Vous pourriez avoir la décence de… au minimum, compatir.

« Adapte-toi à moi ou… part », tout simplement. Le discours n'a toujours pas changé… quoi qu'il pourrait devenir un peu plus agressif sous peu. L'apprentie n'a besoin que de détourner le regard, ce serait-ce qu'un instant.

- Et cette idée de chantage… « une condition »… sérieusement… qu'est-ce que c'est que ça ? Vous vous prenez pour qui ?

Maya a été élevée avec des principes de politesse très stricts : si tu veux qu'on fasse quelque chose pour toi, alors fais quelque chose pour eux en premier. Ensuite, quand ils te demandent ce qu'ils pourraient faire pour toi en retour… alors, et seulement à ce moment-là, expose ton problème.
Une « petite condition »… c'est comme une prise d'otage. J'ai ton pinceau : si tu veux le retrouver, alors paye la rançon et fait ce que je te demande de faire. C'est une forme d'agissement pourrie, mafieuse, digne des plus grands malfrats… et ça sort de la bouche de cette fillette au corps d'adolescente. Quelle a été sa vie humaine pour en arriver là ? Mystère. À quoi ressemble sa vie maintenant… ? Ça… elle ne doit sûrement pas être une enfant de chœur. Peut-être la gosse pourrie gâtée ou celle qui en veut au monde entier… celle qui préférerait voir les gens six pieds sous terre.
♦ Rose ou chou ? : Patate ninja wesh' égyptienne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 1151

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
1015/1500  (1015/1500)
Votre domaine: Ondes de choc.
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Mar 26 Mai 2015 - 1:07
Sa réaction ne se fit pas attendre : l'autre ne la croyait absolument pas capable de lui ramener son cher pinceau. Agathe comprenait cette réaction, elle non plus elle ne se serait pas fait confiance ! Mais quand même quand on avait plus trop de choix face à soit à part boire tout son sâoul dans un bar, on acceptait bien l'aide du premier venu non ? A moins bien sûr que quelqu'un ai déjà très largement profité d'elle et de sa faiblesse apparente du moment. Avec des antécédents, tous les doutes pouvaient être fondés. Si elle s'était déjà faite bernée cela expliquait également ce ton sec qu'elle lui réservait et Agathe n'aimait pas du tout ça : se faire traiter comme une moins que rien à cause des actes d'un autre l'ayant précédé. Intérieurement, elle maudissait cette personne qui l'empêchait de mener des choses à bien. Mais étrangement, malgré cette rage soudaine, Agathe comprenait, des entourloupes il y en avait partout de nos jours et quelqu'un avant elle avait du avoir ramené à cette pauvre fille un pinceau de pacotille contre des services sans doutes beaucoup plus coûteux que ce qu'Agathe espérait.

Notre rénégate soupira, elle se sentait toute déprimée à nouveau. Avec sa solution géniale, elle avait pensé que tout se serait réglé mais non tout n'était pas encore aussi beau et facile que ça. Cela lui apprendrait à être optimiste de temps en temps, elle ne croyait plus en la bonté humaine et innée depuis longtemps. Alors pourquoi cette inconnue qui traîne dans un bar un soir de semaine y croirait plus qu'elle ? La confiance se donnait facilement avec naïveté, mais quand on était trop gentille on finissait par s'en mordre les doigts et se morfondre sur soi. Le pire dans tout ça c'est qu'au départ Agathe s'était sentie prête à rendre service mais l'appartenance mentale à son groupe de rebelles l'avait rappelée à l'ordre : elle ne pouvait pas être aussi gentille comme ça sans raison! Elle était sensée être une grande méchante après tout. Malgré tout, Agathe ne put s'empêcher de se justifier par rapport à la dernière pique que l'autre lui avait lancé :

'' Espérer une contrepartie à une de ses actions, qu'elle soit bonne ou mauvaise, c'est juste vouloir rendre un service en échange d'un autre ... ''

Après avoir dit cela, elle se rendit compte à quel point cette phrase pouvait sonner stupide et la faire avoir l'air beaucoup trop sûre d'elle malgré son air fraîchement déprimé. Mais si seulement Agathe avait un moyen de lui prouver qu'elle savait vraiment où était le pinceau et qu'elle pouvait vraiment l'atteindre et le lui rendre, l'autre voudrait peut être accepter cette échange de service. Cependant elle ne connaissait rien de ce pinceau, elle savait qu'il était spécial et assez spécial pour faire office de trophée. Elle ne savait cependant pas son utilité, comment il était arrivé là, quel membre en avait fait le don incroyable et plus que tout si c'était vraiment le bon.
Au fur et à mesure, Agathe commençait vraiment à croire qu'elle ne pouvait déçamment pas lui demander un échange de service si celui qu'elle allait rendre était aussi incertain … Non seulement, elle devait prouver sa validité, mais aussi elle devait vérifier qu'il n'y avait pas la un dialogue de sourd et que les personnes présentes ici parlaient bien toutes du même objet ! Ce n'était pas rien tout ça. Il fallait bien choisir ce qu'on allait dire.

Au vu de la localisation actuelle de l'objet, le sujet était délicat à aborder. Mais plus que cela, il était évidemment très risqué pour Agathe de jeter ça sur le tapis. Ce lieu_ci avait beau être neutre, il n'en restait pas moins rempli d'ennemis. D'un autre côté, elle pouvait aussi rester ici toute sa vie, il y avait de tout, même sa nourriture à elle ou alors elle pouvait tout aussi bien prendre ses jambes à son cou quand elle verrait sa partenaire de beuverie rougir et s'enrager. Mais quoi qu'il en soit la seule chose qui les liait toute deux à ce fameux pinceau était la Guilde et c'était la seule carte qu'elle pouvait jouer. A tous les coups l'autre allait deviner tout ce qui accompagnait cette révélation mais si elle était assez intelligente peut être oublierait-elle cet énorme détail. Agathe voulait vraiment tenter le coup, après tout, elle avait tout à gagner.

'' Tout ça à un rapport avec la guilde noire, je le sais aussi bien que toi. ''


Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 879

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
15423/2000  (15423/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... - Mer 27 Mai 2015 - 19:54
Rendre un service… cela dit, c’est toujours mieux présenté qu’une « condition », même si ce n’est guère plus convaincant. D’habitude, les gens honnêtes proposent leurs services gratuitement… puis espèrent effectivement une contrepartie en échange, mais sans la demander directement. Et en général, ils l’obtiennent. Est-ce la mauvaise volonté affichée par Maya qui la laisse pantoise ? Pour continuer à insister de la sorte, soit elle est très courageuse et d’une bonté supérieure, soit elle n’a pas le choix, se trouvant dans une situation désespérée…

Dès que le nom de la Guilde Noire est prononcé, Maya relève les yeux et lui adresse un regard… différent. Étonné. Un rapport avec les renégats… que veut-elle dire par là ?
En un instant, la jeune femme a recollé les morceaux. Le pinceau perdu lors d’une mission face à des renégats, le comportement de cette fille, son obsession à vouloir un échange équitable de bons procédés… seul un ennemi, ou simple adversaire, pourrait se comporter de cette façon. La « condition » redevient le mot exact qui définit sa pensée : ce qu’elle veut, c’est un service, en échange d’un otage !

- La Guilde Noire ? Vous… fait-elle, hésitante… avant de s’emporter. Dites-moi comment se porte Isanagi… Est-ce que mon père va bien ? Dites-le moi, je vous en prie !

Changeant du tout au tout, Maya s’est relevée d’un bond en écartant sa chaise, puis s’est agenouillée devant l’inconnue et a agrippé affectueusement sa main droite entre les siennes. Sa voix est devenue suppliante, son visage est sérieux, elle ne surjoue pas… elle est tout ce qu’il y a de plus sincère. Grâce à cette confidence spontanée, dont les répercussions n’ont pas été cogitées à l’avance, la femme aux cheveux roux sait désormais à qui elle a affaire : la fille d’Isanagi Tensho, chef des renégats. Une fille aimante, qui ne semble pas vouer une quelconque haine envers celui qui l’a pourtant abandonnée et qui a choisi une autre voie, moins glorieuse… plus tragique.

Par-delà même, elle ne montre aucun signe de haine envers cette fille, dont l’objectif est pourtant l’éradication totale de l’humanité… y compris sa famille, encore bien vivante sur Terre. Il n’y a qu’une seule chose qui intéresse Maya : l’état de santé de son père… cet homme si fragile…

- Écoutez… un service, je peux vous en rendre un contre… rien en échange… ou juste, me dire si mon père va bien… ce qu’il fait de son côté… si tout se passe bien pour lui, s’il arrive à vivre… convenablement. Je ne demande pas plus… même si… elle déglutit. Je ne pourrais vous rendre de service… s’il sert les renégats au détriment des académiciens…

Pourtant, elle ne peut pas se permettre de refuser quoi que ce soit… elle risquerait de perdre l’occasion d’enfin obtenir des réponses à ses questions. Son père, elle n’a plus vu depuis des mois, n’est plus en contact avec lui de quelque façon que ce soit, n’a eu vent d’aucune nouvelle le concernant… pour une enfant, c’est à mourir d’inquiétude. Peu importe qu’il soit renégat, assassin ou diable réincarné : ils se sont promis de créer une terre promise, à leur façon, pour pouvoir se retrouver au bout du chemin, quand tout serait terminé. Maya doit savoir ce qu’il devient… qu’elle fasse aveuglément confiance dans sa capacité à survivre ou non.

… Mais pas à n’importe quel prix. Elle ne perturbera pas ses objectifs pour cette inconnue et ne mettra pas en péril ses idéaux, ni sa droiture. Si la condition requise par cette femme est trop élevée… elle lui fera cracher le morceau autrement, elle se le promet. Peut-être au travers de l’alcool, cet ultime délieur de langue…

- Je m’appelle Maya… Tensho, vous l’aurez deviné. Je n’ai rien contre vous, les âmes égarées… je ne souhaite que gagner la guerre à ma façon, vous contrarier… pour ne pas donner raison à la violence et la facilité. Je ne tuerai ni humains, ni dieux pour vous…

Les têtes et les regards se sont tournés vers elles, surtout vers cette fille aux cheveux clairs qui, ainsi agenouillées, semble être en pleine demande en mariage, pour qui n’aurait pas suivi la conversation. Toutes les deux ont également prononcé les mots « Guilde Noire »… il n’y a plus qu’à espérer que cela ne provoque pas d’évènement grave dans le bar. Tout le monde le sait : les esprits échauffés par l’alcool ont beaucoup plus de facilité à se lâcher…
Contenu sponsorisé
Re: La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool... -
La chance sourit à ceux qui boivent de l'alcool...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Cafétéria-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page