Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Quête]Un bond dans le passé

Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Mar 9 Sep 2014 - 22:27
Un bon dans le passé...
d'Ethan et de Tenshi
A trop parler, on en oublie de manger. Inconnu.
Acte VIII



La journée avait été particulièrement longue, le sommeil commençait a se propager dans mon esprit, dans mes membres... C'était l'heure du marchand de sable je crois.


Ma cavalière sera la charmante infirmière qui a voulu me martyriser ce matin même. Elle m’a demandé de sortir avec elle et j’ai accepté. J’avoue ne pas être habitué d’être abordé ainsi par une femme.


J'écoutais alors mon ami, se rendre heureux d'avoir à nouveau une fille qui tombait amoureuse de son charme légendaire ou de son nom et de son argent tout aussi grand. Je ne calculais pas alors la chance qu'il avait par rapport à moi de porter ce nom. Fukkatsu ne devait pas être assez aguicheur qu'Abberline. Je soupirais, gardant tout de même un sourire aux lèvres en le regardant fixer l'eau. Tant qu'il allait bien finalement, ça m'allait, c'est tout ce qui comptais pour moi.


En un sens je suis désolé de t’avoir entraîné dans ce voyage avec moi. Je pensais que l’on s’amuserait bien plus or c’est vraiment pas le cas. Toutes ses mondanités commencent à me tuer. Faire partie de la famille Abberline ça n’a pas que des avantages.


Je remarquais alors Ethan s'ennuyer de tout ça... de toutes ces conneries qu'étaient la noblesse. J'en étais plus ou moins ravis, c'était l'une des raisons de notre amitié d'ailleurs... Moi je voyais toute cette noblesse d'un œil critique et de extérieur et lui de l'intérieur... ce qui me permettais largement de rester dans la justesse et ça, je ne pouvais qu'apprécier. Je n'avais jamais eu de problèmes par rapport à tout ça. Comme j'étais toujours dans la justesse de ce que je disais, les nobles ne m'embêtais pas mais... les plus bas de la société ne venait pas m'engloutir sous une gloire légendaire. J'étais... comme quelque chose d'utile sans lettre. Combattant "le mal" pour rétablir un équilibre... A vrai dire rien qu'y penser, ça me donnait de nouveau un mal de crâne.


Tenshi fait un vœu !


Je levais mon seul œil valide vers le ciel accompagnés de milliers d'étoiles en laissant un faible sourire se dessiner sur mes lèvres. Je fermais mon œil, prenant une grande respiration pour faire un vœu... Seulement... Je réfléchissais mais, je n'entendais rien dans ma tête. Aucune voix me disant ce que je devais souhaiter... j'avais comme la tête complètement vide sans rien avoir a souhaiter... Tout ce que je voulais, c'était une sorte de paix... Comme si je souffrais encore, encore, encore et encore. Comme si mon estomac se tordait dans tous les sens, comme si par mes oreilles, du sang tombait, comme si... comme si ma présence dérangeait et qu'on tentait de me faire fuir du monde pour retrouver mes ancêtres plus haut, dans les cieux. J'ouvrais à nouveau les yeux, l'air relativement désolé, ne sachant pas bien pourquoi, pour qui... Je me sentais comme de trop par ici. Je me demandais alors quoi faire de moi, de mon corps, de mon âme... Je me sentais fautif.


Bonne nuit


Bon et bien après ce vœu que dirais-tu de retourner à notre cabine de commander une bonne bouteille et de profiter de la soirée entre amis sans personnes pour venir nous embêter ?


"Bonne idée, j'ai hâte de retrouver mon chez moi."


Nous sommes alors rentrés côte à côte, comme des amis, comme des frangins... Comme si nous étions de la même fratrie ! Je m'en foutais alors complètement à ce moment là de ces regards accusateur. Je défiais même la populace avec mon regard. Je ressentais en moi cette rage, cette tristesse envers eux, ces gens racistes qui ne connaîtraient jamais le véritable amour, quel que soit la "race" comme ils aiment le souligner de certaines personne. J'étais asiatique, eux parfaitement blanc, blanc-bec à vrai dire. Je n'avais plus peur ce soir d'affronter ces regards tueurs, voulant m'assassiner directement, n'était pas de l'élite. Je continuais de marcher avec mon ami, s'engouffrant petit à petit dans une foule qui devait être là pour bouffer comme des porcs au buffet de ce soir. On s'engouffrait, continuant notre route vers notre cabine pour au final fermer lourdement la porte derrière nous. Je découvrais alors notre chambre, toujours aussi bordélique qu'à notre sortie...


"Eh bien... Tu charmes que les bonnes."


J'attrapais une petite culotte en dentelle que je soulevais du bout de ma canne pointant cette choses vers Ethan puis contre son torse lui déposant dans les mains. Je lui laissais un petit sourire se dessiner pour poser mes affaires... Puis après ? Pas grand chose. On a bu un peu... on a beaucoup fumée. De tout et de rien. On a passé véritablement la soirée ensemble comme avant même si je n'avais pas vraiment de souvenirs d'avant... Comme si ça avait toujours été comme ça, même si j'avais l'impression que c'était la toute première soirée que je passais avec Ethan... Comme si, ça allait rester comme ça avec la sensation qu'une catastrophe approchait... Je me relevais, un fou rire envahissant le corps d’alcoolique qui m'habitais en ce moment.


"Ahah... Qu'est-ce que tu es bête Ethan... Je crois bien que tu es saoul !"


Je trébuchais, me rattrapant directement au mur.


"C'est moi ou sa bouge ?"


Je prenais un air relativement inquiet, tout semblait... Étrange... Puis je criais sur mon ami.


"BOUH! Evidemment que ça bouge ! C'est un bateau... Aller à demain, MÔSIEUR ABBERLINE!"


Je faisais un salue militaire et je partais, sauter dans mon lit, écoutant cette douce chansonnette dans mes oreilles, dormant maintenant, me laissant ronfler comme la pire des loques humaine.
© Gasmask  
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Ven 12 Sep 2014 - 13:53
La cabine à l'envers




Ethan et Tenshi était rentré côte à côte comme il l’avait toujours fait. Ils se tenaient ainsi en ami presque en frère. Il y avait toujours eu se respect profond entre eux, une amitié au-delà de la compréhension humaine. C’était tout simplement leurs âmes qui étaient tombés en accord et qui trouvait l’une dans l’autre un camarade précieux que rien ne pourrait faire flancher. Ethan aimait grandement cette idée même s’il avouait franchement ne rien connaître de la religion.
Le trajet jusqu’à la cabine ne fut pas aisé. Les deux jeunes gens durent fendre en deux la marée humaine qui se pressait devant eux. Tous ses gens avides de nourriture se marchaient les uns sur les autres pour avoir la meilleure table du restaurant. Le jeune aristocrate anglais n’en avait cependant rien à faire. Il évita tout de même de croiser un visage connu pour ne pas devoir faire un excès de zèle en amorçant une conversation polie. Il était dur parfois de devoir accomplir son devoir d’homme de la haute société. Par chance personne ne lui courra après et il put sans encombre rejoindre Tenshi qui avait pris de l’avance dans la traversée.
Ethan se mit à jouer machinalement avec sa canne jusqu’à arriver dans la cabine ou il prit un plaisir immense à fermer la lourde porte. Il en poussa même un soupir de soulagement, enfin c’était avant de voir le visage de son ami s’étirer dans une grimace en voyant le désordre alentour. Il est vrais que le jeune anglais n’avait pas vraiment fait attention à l’ordre ce matin en partent. Mais on aurait cru qu’une guerre c’était déroulé en plein milieu du salon, une guerre assez… chaude ?

Eh bien... Tu charmes que les bonnes.

Sans qu’Ethan si attende il se retrouva alors avec une culotte en dentelle entre les mains. Objet que Tenshi avait délicatement déposé à l’aide de sa canne. Il fallait tout de même avouer que l’aristocrate ne savait plus vraiment comment tout cela c’était déroulé. Du moins il se rappelait vaguement une jeune femme à la tignasse blonde, mais cela étant des souvenirs avant l’accident il avait du mal à s’en rappeler.

Bah tu sais… Je ne me rappel même pas à qui appartient ce dessous ça va m’être difficile de la lui rendre.

Comme si cette petite culotte avait été l’objet le plus délicat du monde, Ethan prit grand soin de ne pas l’abîmer et la reposa délicatement dans un coin de la pièce. Il prit cependant soin d’en dissimuler la présence. Il n’avait jamais été un grand maniaque du nettoyage, mais il savait faire fît des convenances et si demain il n’avait pas le temps de passer un coup de balais, il était tout de même hors de question que sa cavalière voit un faux pas fait quelques jours plus tôt. Il pensa alors à une chose terrible, il avait peut-être déjà la réputation d’un coureur de jupon à bord. C’était une bien horrible perspective.
Le jeune homme chassa cependant très vite cette idée et se contenta de profiter de la soirée avec son ami. Le tabac et l’alcool se mirent à embaumer toute la pièce et leurs pauvres corps finirent par être imbibé par l’un comme par l’autre. Cela rappela à Ethan leurs anciennes beuveries dans les clubs privés de Londres, mais fait étrange il ne se rappelait pas exactement de ses soirées. Il se souvenait en avoir eu avec Tenshi, il en était certains, mais c’était comme si quelque chose faisait obstacle à ses souvenirs. Un soudain mal de crâne l’assaillit et il comprit rapidement qu’il fallait mieux pour lui arrêter de prendre les verres que son camarade lui servait avec de plus en plus de peine. C’était drôle de le voir ainsi ce petit étranger devenir si gaie, lui qui était toujours aussi sérieux était drôlement bien déluré face au whisky anglais. Ethan se mit alors à prononcer une phrase incompréhensible, sa bouche pâteuse ne lui permettait pas d’articuler clairement. Cela le fit beaucoup rire et il sentait que ses pensées étaient toute engluées dans un épais brouillard alcoolique. Tenshi fut lui aussi la proie d’un rire au relent de whisky.

Ahah... Qu'est-ce que tu es bête Ethan... Je crois bien que tu es saoul !

Je crois bien que toi aussi mon vieux !


Cette fois la phrase fut clairement prononcer et le jeune aristocrate en fut fier. Il alla même jusqu’à bomber le torse, tandis que son ami était en train de tanguer dans le salon de manière inquiétante. Par chance ses zig zag incessant lui permirent de rencontrer un mur qui se porta à son secours.

C'est moi ou ça bouges ?

L’ai inquiet qu’afficha Tenshi rendit perplexe Ethan. Ils étaient dans un bateau, même si leur esprit était embrumé c’était une évidence. D’ailleurs le whisky n’arrêtait pas de tanguer lui aussi. L’aristocrate se perdit d’ailleurs dans l’admiration du liquide ambré en train de faire ça drôle de danse dans le verre en Crystal. Quand un crie le fit sursauter au point de manquer de lui faire renverser son verre.

BOUH! Evidemment que ça bouge ! C'est un bateau... Aller à demain, MÔSIEUR ABBERLINE !

Bonne nuit matelot !

Ethan éclata de rire devant son ami. Ce dernier lui fit même un salue militaire de haut rang avant de rentrer dans ses quartiers. Ce n’était cependant pas sans mal. Les quelques mètres qui le séparait de son lit devait d’ailleurs lui sembler bien long étant donné le peu de ligne droite qu’il était capable de parcourir.

Le jeune aristocrate se trouvait maintenant seul dans cet immense salon. Enfin il lui paraissait tour à tour immense et très étroit. Il devait être beaucoup plus atteint par l’alcool qu’il ne le pensait. Mais comme tout homme qui se respectait il ne devait en aucun cas gâcher le si bon whisky qui trônait dans son verre. Il le descendit donc d’une traite sans se soucier de son gosier qui était déjà totalement anesthésié, c’était d’ailleurs le cas pour son corps tout entier. Il se leva d’un bond mais sentit son corps être étrangement attiré vers le sol. La gravité avait-elle pris plus d’ampleur ? Ne cherchant pas à répondre à la question il se mit en route dans son périple pour parvenir à son lit. Cette aventure si quotidienne avait en ce jour à une tout autre allure et il fallut bien plusieurs minutes pour cet aventureux jeune homme pour arriver à sa chambre et se camoufler dans les draps. Ne souhaitant pas courir le risque d’être brutalement attiré vers le sol lors de son déshabillement, Ethan pris soin de rester tout habiller. Un excès de prudence n’avait jamais fait de mal à personne. C’est avec joie et sans aucune difficulté que les yeux du jeune aristocrate anglais se fermèrent pour lui dévoiler un nouveau monde de songes.

Bip… bip… bip… bip
|Musique|

Ethan se fit réveiller par un son strident qui semblait lui percer le crâne. Délicatement, il glissa sa main or des draps pour chasser l’origine du bruit. Ses tombèrent alors sur une surface gelé familière. Il appuya alors sur un petit bouton et saisit l’objet rond à pleine main pour l’attirer dans son antre de lin. Ses yeux mirent à certains moments avant de faire la mise au point sur ce qu’il regardait. Sa montre indiquait 8h pile. C’était dimanche et dans exactement deux heures et trente minute aurait lieu la messe. Bien qu’Ethan n’apprécie en rien ce genre de démonstration presque fanatique de religion il se devait étant donné son rang d’assister à ce genre d’évènement.
De façon inexplicable le jeune homme réussit à s’extirper de son cocon, même si l’envie d’y retourner était tout de même grande. Il se mit à marcher d’un pas incertains jusqu’à la salle d’eau. Le choc fut terrible quand il se vit dans le miroir. Ses yeux étaient rouges comme s’il avait une quelconque maladie étrange digne des plus grands films d’horreur. Ses cheveux étaient imbibés de sueur et il avait un teint vraiment pâle. L’alcool ne lui réussissait pas de toute évidence. Il lui fallut donc plusieurs minutes d’acharnement pour pouvoir réussir à rendre son visage moins gâté par la beuverie d’hier soir. En plus de cela le jeune homme avait un horrible mal de crâne qui lui donnait encore plus la sensation que le bateau tanguait sur les flots.
Une fois son corps délaissé de la sueur de la nuit et entièrement vêtue par un nouveau costume trois pièces des plus beaux effets, Ethan s’admira pour voir s’il pouvait ou non sortir ainsi.



Son costume dans un marron clair faisait naturellement ressortir la teinte de ses cheveux et de sa moustache. La chemise blanche qu’il avait mise était impeccable avec aucun mauvais pli. Il avait réussi à nouer sa cravate même si ses doigts engourdis par les restes d’alcool dans son sang avaient eu du mal à lui obéir. Machinalement il agrémenta sa tenue de gants en peau de chevreau d’un blanc laiteux. Le tout lui donnait belle allure dans des teintes peut utiliser. En général les hommes favorisaient le noir mais Ethan cherchait à se faire remarquer et pas à passer inaperçus. Autant dire qu’en ce jour dédié au Seigneur cela n’allait pas manquer d’attirer les regards des gens en costume du dimanche.

Ethan se mit alors en quête de son ami qui devait dormir comme une âme en peine dans son lit. Quand il ouvrit cependant la porte de sa chambre il tomba sur un drôle de spectacle. Le salon était s’en dessus dessous à croire qu’une tornade était passé par là. Pourtant son esprit embrumé ne trouvait pas la réponse à ce phénomène. Aurait-il oublié ce qui lui était arrivé hier soir ? Pourtant ça lui semblait si clair sur certains moments. Tenshi aurait-il continué la soirée de son côté ?
Le jeune aristocrate se précipita dans la chambre de son ami tout en évitent les objets éparpillés au sol et lui faisant obstacles. Il poussa délicatement la porte ne souhaitant pas vraiment réveillé Tenshi. Mais quand il le découvrit ronflant sur le tapis au sol il ne put s’empêcher d’éclater de rire. Chose qui ne fit qu’empirer son mal de crâne en passant.

Mon pauvre Tenshi tu as moins l’habitude de l’alcool que moi.

Utilisant sa canne qu’il avait récupèré dans son passage au salon il se mit à titiller les côtes de son ami. Celui-ci pas plus perturbé que ça fit juste un petit geste pour chasser la canne. Ethan faillit de nouveau éclater de rire. Il se mit alors à s’accroupir et secoua gentiment Tenshi pour le réveiller. Il remarqua alors un magnifique filet de bave s’échappant de sa bouche et finir sa course sur le tapis.

Hey Tenshi… Tenshi ! Réveille-toi ! Tu es tombé de ton lit dans la nuit ?

Un grognement se fit entendre ce qui lui signala que son ami venait de se réveiller. Il en profita alors pour lui jeter quelques mots et quitter la pièce pour le laisser émerger de son sommeil agité.

Il est 9h l’ami il faut que tu te prépares pour que l’on aille à la messe. C’est loin d’être un programme excitant mais les mondanités reprennent.

Ethan partit sur se fait. Il se retrouva de nouveau devant le triste désastre ménager du salon. Il poussa un soupire et se dirigea vers l’un des murs de la pièce ou été figé un poste téléphonique. Seul les quelques cabines les plus luxueuses possédaient ce genre de dispositif. Les postes téléphoniques de toutes les cabines étaient de type intermédiaire à pavillon de Graham et comprenait un combiné avec un bouton poussoir circulaire en métal et un boitier terminal. Sur la garniture était indiqué :

Pour appeler un poste distant presser le plongeur
Breveté NAVYPHONE
Alfred Graham & Co Londres


Ethan fit comme il était indiqué et tomba sur l’homme du standard de 1ère classe. Il demanda naturellement le service de chambre pour qu’on lui pote son déjeuner en cabine. Il fit une commande très sommaire. Il n’avait pas très faim et il savait que Tenshi serrait certainement dans le même cas de figure. Une fois la commande passé le jeune aristocrate retroussa ses manches et se mit à faire le ménage. Il retrouva d’ailleurs quelques dessous féminins venant s’ajouter à la culotte en dentelle d’hier. Mais il ne se rappelait vraiment de rien c’était étrange…
Son camarade fit alors son apparition ce qui lui arracha un sourire.

Alors l’ami pas trop mal au crâne ? J’ai commandé notre déjeuner, autant manger un morceau avant d’affronter les récits d’aventure divine.

Ethan ne put s’empêcher de penser que la religion était un aspect bien étrange des êtres humains. Lui n’en supportait aucune et ne croyait pas en l’existence de ce Deus… Deus ? Non il se trompait il voulait dire Dieu. Son mal de crâne se fit plus intense et il prit alors soin de s’installer dans un fauteuil avant de tomber à la renverse. Que ce passait-il donc dans sa tête ?



HRP : Le système téléphonique interne du navire assure l'intercommunication entre un certains nombre de cabines grâce à un central d'échange. Le standard possède une capacité de 50 lignes, les postes connectés étant certaines cabines luxueuses, les cabines des employés responsables et divers offices. Le central est prévu pour donner un signal lumineux lorsqu'un appel est effectué, et en plus de l'habituel signal sonore, un appel vocale peut être émis vers le central depuis chaque poste qui lui est reliée, de sorte que la rapidité de fonctionnement soit assurée. Lawrence Alexander Perkins était le Steward de 1ère Classe en charge du standard téléphonique. Il était âgée de 22ans et avait servit tout d'abord dans l'Olympic navire jumeau du paquebot avant de servir dans ce dernier.




J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Sam 13 Sep 2014 - 19:42
Un bon dans le passé...
d'Ethan et de Tenshi
A trop parler, on en oublie de manger. Inconnu.
Acte IX


14 Avril, 8h30

Le sommeil était nécessaire aujourd'hui... la soirée d'hier avait été quelque peu mouvementée et je n'arrivais même plus a aligner deux mots dans ma tête... J'entendais Ethan me forçant a me réveiller mais... rien. Je n'en fis absolument rien, me retournant dans ce qui me servait de couverture et de lit pour retrouver à mon sommeil. Retourner embrasser Morphée, me relaxant le plus possible, retournant à mes rêves les plus fous... mais aussi les plus sombre. Ce n'était pas parce que je pensais à cette femme, dans mon lit, avec moi en train de m'embrasser sur le torse, ses cheveux courts et noir se baladant sur mon ventre que... tout ne pouvait absolument pas basculer vers quelque chose de noir, de très dur a admettre... Cette nuit, j'ai rêvé. J'ai surtout cauchemardé sur ce monde horrible... Cette ville où, entre ces bâtiments se tenait un golem, ce golem grignotant de la place petit à petit sur cette ville semblant avancée et presque futuriste. J'étais là en revanche, sur un nuage, le corps nu avec cette femme, Urmanis, regardant tout ça d'un œil abstrait, presque sans vie. Elle m'embrassait et je faisais de même. Le golem embrasait la ville et elle ne faisait que succomber à ces blessures mortels...


Cependant, je voyais dans la pénombre une silhouette se dessiner puis une ombre j'hallir des ténèbres éternels qu'offrait cette nuit de drame. Je voyais cette jeune femme, sortant de nulle part, une lame dans chaque main, une magnifique écharpe s'envolant autour d'elle, attachée à son cou. Je détournais le regard alors vers cette jeune femme, l'air admiratif, laissa alors mon amoureuse à son sort. Elle sauta sur le golem, détruisant une partie d'un des bras, sautant sur la tête, tentant de l'égorger mais en vain... Je voyais une deuxième silhouette se pointer, une ombre parmi les autres mais... plus maléfique, plus puissante ! Des yeux jaunes terrifiants se dessinaient alors dans la nuit noire, une armure presque qu'organique se dessina aussi par la même occasion. Alors... une sorte d'aura rouge s'empara de la jeune femme et le combat commençait... Affolé, je tombais de mon nuage, une armure de chevalier s'emparant de mon corps nu dans un éclat blanc. Je tombais, mes narines agitées par l'odeur des braises et de la mort... Dans un autre éclat blanc, une épée apparue dans ma main... Je tombais lourdement sur le sol en laissant un grand et profond cratère... Je commençais alors a courir vers la jeune femme. Je la voyais, elle était devant ! Elle se battait avec cette sorte de monstre... Je devais faire quelque chose ! Alors j'armais mon poing, une aura violette puis mauve s’empara de celui-ci. Je courais à toute vitesse, bien décider a aider cette femme qui se faisait complètement maltraitée à ce moment... Elle tomba à genoux, désarmée, cherchant du regard son exécuteur... L'aura devenait noire... Ce monstre au sourire maléfique alors passa un katana sous sa gorge, me fixant, rigolant le plus fort possible... J'arrivais... j'allais la sauver ! Mais d'un coup sec, le katana laissa la jeune femme tomber à terre, inerte, du sang lui servant de lit pour son éternel sommeil. Le monstre s'avança et j'allais pour lui donner le coup... mais... une simple esquive, un blocage pour me maîtriser et il m'empala dans le dos, me faisant tomber, inerte à côté de la jeune femme, la prenant dans mes bras pour mourir...


Je me réveillais en sursaut... ! Je regardais alors ma chambre autour de moi en bazar complet... Je ne comprenais pas bien tout ce qui se passait autour de moi mais ce que je savais c'est que j'étais complètement en retard pour cette foutue messe... Même si je n'étais pas spécialement croyant je devais absolument y retrouver Ethan qui y tenait certainement. Je me posais alors sur mon lit pour avoir les idées plutôt claires... J'avais un de ces mal de crâne en tout cas... J'allais alors pour sortir de ma chambre, ma porte était entre-ouverte.


"Alors... un petit meurtre?!"


Je sursautais, reculant d'un coup en ayant cru voir devant moi le même monstre que dans mon rêve mais avec les habits d'une servante... Elle me regarda bizarrement avant de poser le plateau et s'enfuir rapidement...


"Je voulais juste savoir si vous vouliez un petit-déjeuner. Je... je suis désolé."


Je reprenais mes esprits essayant de la rattraper pour m'excuser mais c'est en glissant sur une sorte de boîte en fer qui m'appartenait que je tombais à terre. Je regardais tout autour de moi... Tout était sens dessus dessous. J'attrapais alors la boîte en fer en regardant à l'intérieur... J'observais de petites perles noires briller... C'était un bracelet. Il y en avait un deuxième justement, un autre de couleur bleu clair... Je les prenais pour les enfiler, comme si... finalement je ne les avais jamais vu de ma vie. Je me relevais, découvrant aussi une plume d'un blanc si pur... comme celle d'un ange... Je secouais la tête, comme si je n'avais pas envie de regarder ce qu'il y avait d'autre... Je balançais alors la boîte pour sortir entendre Ethan m'appeler, il était déjà quasiment sorti...


Alors l’ami pas trop mal au crâne ? J’ai commandé notre déjeuner, autant manger un morceau avant d’affronter les récits d’aventure divine.

"Une seconde ! J'arrive !"


Je réajustais simplement mes vêtements pour attraper ma canne et sortir, me présenter à Ethan...


"Salut, désolé... sale nuit je crois euh... on en a pour longtemps ? J'ai vraiment mal à la tête là et... bref... on y va ?"


Je commençais directement a marcher d'un pas décidé, rapide et j'essayais d'engager la conversation.


"Il fait vraiment froid ces derniers temps sur ce foutu bateau ? Qu'est-ce qui se passe ?"
© Gasmask  
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Dim 14 Sep 2014 - 1:40
Messe





Tenshi semblait pressé, il était arrivé aussi vite qu’il avait envie de partir. Tout avait l’air de s’enchaîner très rapidement dans sa tête du moins au point qu’il dise un nombre incertains de phrase dans un petit lapse de temps. Ethan n’eut même pas le temps de comprendre la moitié des paroles de son ami que celui-ci était devant la porte de la cabine prêt à partir.

Mais attend donc quelques minutes je te prie le déjeuner n’est même pas encore arrivé. Et le mal de crâne est tout à fait légitime après une soirée comme celle que nous venons de passer.

Mais même après cette phrase Tenshi ne semblait pas pour autant vouloir s’asseoir sur le fauteuil à côté de lui. Ethan soupira et tira sur la chaîne en argent qui fit sortir sa montre de sa poche. Ses doigts caressèrent machinalement le dessin de corbeau gravé au dos. Il était 9h30 ils leur restaient une heure avant le début de la messe. Le commandant serrait celui qui allait mener l’évènement dans le restaurant transformé en lieu de culte.
Le jeune aristocrate pris alors le parti de suivre son ami. Il se leva du fauteuil et se mit en quête de ses quelques affaires. Une fois les gants enfilés et la canne dans les mains il laissa Tenshi conduire la marche.

Il fait vraiment froid ces derniers temps sur ce foutu bateau ? Qu'est-ce qui se passe ?

Nous devons approcher d’une banquise quelconque.


C’était la seul explication qui lui était venu à l’esprit. Il savait qu’il n’était pas rare de croiser des morceaux de glace dérivant sur l’océan et surtout dans cette partie du globe. Toutefois le froid environnant lui donna la chair de poule. Par chance son attention fut vite distraite par la vue de silhouettes connus. Lady Brown et Lady Astor étaient en promenade sur le pont, elles semblaient être en pleine discussion et se dirigé de toute évidence au même endroit que les deux hommes.
Ethan fut le premier à les aborder comme il avait l’habitude de le faire.

Bonjour Mesdames.

Alliant le geste à la parole le jeune homme fit une légère courbette pour montrer son respect. N’aillant pas souhaité mettre de haut de forme aujourd’hui il ne pouvait certainement pas lever son chapeau comme il en était coutume. Ce fut Lady Brown qui réagit la première, elle était comme toujours la plus téméraire des deux.

Oh vous nous avez surprise messieurs. Comment vous portez vous ?

Très bien, très bien, je vous remercie. Je suppose que vous allez à la messe ?


Cette fois-ci la jeune Madeleine répondit :

Bien entendu, vous souhaitez nous accompagner ?

Ce serait une joie pour nous d’avoir une si charmante compagnie.


Ethan afficha un sourire charmeur et proposa naturellement son bras à la jeune madame Astor qui semblait ravi. Le ventre rond qui se dessinait sous ses vêtements semblait indiqué que sa grossesse se passait au mieux. Il demanda tout de même poliment si c’était bel et bien le cas. Elle répondit avec joie, elle semblait vraiment ravie d’attendre un enfant. Ethan chercha machinalement le père du bébé des yeux mais il ne semblait pas se trouver dans les parages.

Sir Astor ne vous accompagne pas en ce beau matin ?

Non, mon mari est occupé ailleurs. Il ne viendra pas à la messe avec nous.

Oh… C’est bien dommage j’avais une requête à lui soumettre.

Ah oui ? Et de quoi il s’agit ?


Ethan cacha le plus possible son petit sourire de victoire. Même si son esprit restait quelque peu embrumé par le reste d’alcool dans son sang il se rappelait avoir entendu que les Widener organisait ce soir une réception en l’honneur du capitaine du navire. Il souhaitait faire partit des quelques rares élus à y être.

J’ai ouï dire que la famille Widener organisait une réception. J’aurais souhaité savoir si vous y alliez et si je pouvais vous accompagner. Ma réputation n’est pas parvenu jusqu’en Amérique et j’aimerais pourtant m’y faire connaître. J’aurais espéré que votre mari puisse m’aider.

Ne vous inquiétez de rien Sir Abberline. Je ferais part à mon mari de votre demande et elle sera acceptée avec joie.


Comme pour rassuré le jeune homme la lady tapota doucement le bras de son cavalier. Celui-ci était d’ailleurs très heureux de cette nouvelle. Il espérait bien commencer à développer des relations américaines tout en montrent à la belle Emma ce qu’était une réception de première classe. Il se doutait cependant que celle-ci devait bien en avoir vu quelques une.

Ils arrivèrent finalement pile à l’heure pour la messe. La salle étant remplie il fut délicat de trouver des sièges. Certaines personnes furent cependant assez aimables pour permettre à Lady Astor de s’asseoir étant donné son état délicat. Ethan lui resta debout non loin du pupitre ou présidait en maître le commandant Edward John Smith.


L’homme d’un certain âge semblait très à l’aise dans ce rôle de chef spirituelle. Il dirigeait les opérations d’une main de maître. Il avait même annulé l’exercice de sauvetage prévu ce matin sur le pont pour éviter des désagréments, car cela empiéterait sur l’office religieux. Une délicate attention que beaucoup de passagers avaient aimés. Après tout ce genre d’exercice était contraignant pour tout le monde et l’on était à bord du plus performant navire de tous les temps.
L’orchestre se mit à jouer un court morceau pour signaler le début de la messe et c’est à ce moment précis que le calvaire d’Ethan commença. Il n’aimait rien de la religion, il trouvait cela trop « fantastique ». Pour lui les hommes avaient trouvé en cela un moyen de ne plus avoir peur de la mort. C’était aussi simple que cela. Tout le monde a peur de mourir mais la mort nous apparait moins pire quand on se dit que quelque chose nous attend de l’autre côté.
Le temps passa lentement et Ethan profitait de la messe pour laisser vagabonder ses pensées. Mais son attention revint à la réalité quand le commandant fut interrompu par l’un de ses subordonnés. Ce dernier semblait inquiet tout du moins cela semblait assez urgent pour arrêter le prêtre de fortune dans sa lecture d’un passage d’Evangile. Le jeune aristocrate n’arriva cependant pas à entendre le contenu du message mais il parvint à distinguer clairement les paroles du capitaine :

Information périmée… Faites doubler les vigies si la visibilité diminue.

Et tout naturellement le capitaine repris sa lecture laissant Ethan et les autres dans le doute et la perplexité. Le jeune aristocrate se demandait tout de même ce qui avait pu agacer le commandant à ce point dans l’information que lui avait donné son subordonné. Mais la messe continuait à se poursuivre tandis que les aiguilles se rapprochaient de midi et que le ventre d’Ethan commençait à montrer son mécontentement.



HRP : Le message dont fit part le lieutenant Murdoch au capitaine lors de cette messe, était une nouvelle transmission faisant écho à celle faite par un navire suivant la même route que le paquebot plus en avant et qui fut obligé de faire demi-tour suite à un problème sur la voie de navigation. Tout au long de cette journée les messages ne feront que se répéter, signalent un problème droit devant.




J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Dim 14 Sep 2014 - 16:34
Un bon dans le passé...
d'Ethan et de Tenshi
A trop parler, on en oublie de manger. Inconnu.
Acte X



Il fallait se presser... le froid n'avait jamais été mon fort... jamais. Je marchais toujours d'un pas vraiment décidé pour aller à la messe que je méprisais au plus haut point. Je me disais que de toute manière, plus vite ce sera fait, plus vite je serais moins embêté par toutes ces bondieuseries. Sur la route, nous avons rencontré les deux Lady qui nous avait invité à table. Lady Brown et Lady Astor alors, entama la conversation avec Ethan... Et non, je n'étais pas étonné qu'une fois de plus, ça arrive. J'attendais alors, les bras croisés que le groupe nobles discutent pour finalement voir lady Brown prendre mon bras, nous dirigeant donc tous ensemble vers la messe... Mission ratée, j'allais devoir laisser le cours du temps s'étaler sur moi, ne prêtant absolument pas attention à ce que disais Ethan à La femme d'Astor... Plus le temps passait et plus je me sentais mal, j'avais mal aux yeux, à la tête et... je sais pas. J'étais mal à l'aise sur ce bateau et quelque chose me disait que ce n'était qu'à cause de la boisson, du mal de mer... du mal du pays. Je n'en fis rien ceci dit, j'avançais, encore et encore jusqu'à arriver à la messe... Seulement. A l'entrée, j'observais une jeune femme. Elle... me semblait familière. Métisse, une silhouette incroyablement attirante, des yeux dans lesquels je me suis tout de suite perdu, un sourire charmant comme je n'en avais jamais eu et une voix... une voix me permettant d'oublier mes soucis, mes douleurs, mes peines... Elle m'absorba littéralement, elle... elle était bizarre, tous le monde le voyait. Sans doute complètement folle, déjantée mais... elle me regardait, moi. Avec son regard pleins d'étoiles, je semblais enfin important, enfin je servais à quelque chose et enfin je me sentais fort...


La plus grande douleur et la création


Un gamin vint alors se cogner contre moi. Je détachais le regard de cette jeune femme une seule seconde pour regarder l'enfant et l'aider a se relever en lui tendant une main. Il couru directement vers sa mère qui me lançait un sale coup d’œil. Je reposais alors mes yeux sur la jeune femme mais... elle avait disparu... Je me rappelle simplement d'une seule petite chose. Elle portait une robe rouge... pas comme vous l'imaginez de mon époque mais... une sorte de robe... bizarre je crois. Mon mal de tête s'empara une nouvelle fois de moi. Je laissais alors les deux Lady aller s'installer. Je restais moi à l'entrée de la salle, debout, je préférais rester près d'une sortie pour... le mal de mer et tout ça... Seulement, je pensais à cette fille... Elle me semblait totalement familière, comme si je la connaissais très bien et depuis une ou deux années... Soudain, une envie de pleurer vint à moi. Je me sentais incroyablement mal mais... pas comme si ce mal venait de moi, comme si il venait de quelqu'un d'autre et que la tristesse faisait échos. Je me retournais alors pour observer ce qu'il y avait derrière moi et... je n’apercevais qu'encore une fois cette jeune femme, maquillée. Je m'avançais vers elle et je me postais juste à côté d'elle. J'engageais la conversation...


"Qu'est-ce que faites là et qui êtes vous ?"

"Je suis un peu comme ta maman."

"Je vous demande pardon ?"


Elle se tourna vers moi et me prit la main.


"Tout ce que je peux te dire Tenshi c'est que je suis la plus grande douleur de ce que tu pourrais considérer comme ton père dans un autre monde et je suis sans doute la raison pour laquelle tu existes."


Je reculais, ne la laissant pas prendre ma main, ne comprenant absolument rien à ce qui se passais avec elle... Elle me souriait tristement... Une vague un peu plus grosse fit pencher le bateau. Je tombais alors sur le ventre... Je me relevais, rattrapant ma canne pour reprendre cette conversation mais la jeune femme avait de nouveau disparue... Qu'est-ce qu'elle voulait dire par la plus grande douleur et la raison pour laquelle j'existe...? Je m'adossais à un mur, les larmes coulant sur mes joues et ça.. même si je n'en avais pas l'idée. Je ne me sentais pas triste, ni rien mais juste... mal comme si il manquait dans ma vie quelque chose, quelqu'un... J'avais l'envie d'embrasser, l'envie d'être alors que j'étais pas malheureux moi même... Tout ça est très compliqué, je ne le comprend même pas moi même et... j'oserais dire même que si quelqu'un arriverait a comprendre tout ceci, ce serait un dieu. Je reprenais mes esprits, regardant la salle se vider, j'avais du louper finalement toute la messe, comme si les quelques mots échangés avec cette personne avait duré des heures. Je regardais alors au loin, mon ami venir vers moi. Tous le monde chuchotaient des choses... il devait y avoir un soucis. Je m'approchais de mon ami, le bruit de ma canne tapant au sol m'accompagnant.


"Ethan ? Il y a un problème ? Tous le monde à l'air d'être... plutôt bizarre."


J'essuyais mes larmes le plus discrètement possible me sentant encore plus mal que toute à l'heure. Là en revanche, c'était le mal de mer qui me donnait l'envie de vomir. Je posais une main sur l'épaule de mon ami, reposant la question, il avait l'air dans ses pensées et il ne m'avait sans doute pas bien entendu.


"Hey l'ami... Ca va ? Tu es avec nous ? Qu'est-ce qui se passe pour que tu réfléchis autant ? Une attaque de dinosaure géant ? Ou alors il va se battre en pleine ville avec un gorille tout aussi grand ? Ou alors une attaque de... vampires ?"


Je commençais très sérieusement a m’inquiéter pour Ethan, il avait un air qui faisait vraiment peur en plus de sa mine de détérré. Je me frictionnais les bras pour ne plus avoir froid, attendant sa réponse.
© Gasmask  
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Jeu 18 Sep 2014 - 21:13
Vitesse de croisière




La messe avait été longue et Ethan était bien content qu’elle se termine. Cependant son esprit était troublé. La phrase qu’avait prononcée le commandant avec autant de hargne ne laissait présager rien de bon. Il y avait aussi le fait qu’on ait osé perturber ce cérémonial religieux vieux de plusieurs centaines d’années. Quelle information pouvait être assez importante pour que l’on aille jusqu’à braver la foule de première classe ? C’était vraiment étrange.
Le jeune homme en pleine réflexion ne vit ni n’entendit Tenshi qui s’avançait vers lui et lui adressait la parole. Il était trop préoccupé à chercher quelle information pouvait avoir le subordonné du commandant Smith. Peut-être y avait-il un problème ? Le bateau insubmersible n’était peut-être qu’un mirage que la couronne d’Angleterre avait mis en place afin de s’affirmer face au monde entier. Non, la reine ne pouvait pas être au courant de ce genre de chose. Elle n’aurait certainement pas autorisé un voyage s’il était risqué d’autant plus quand des personnes de haute importance étaient de la partie. Il ne fallait pas s’inquiété pour si peu.

Hey l'ami... Ca va ? Tu es avec nous ? Qu'est-ce qui se passe pour que tu réfléchis autant ? Une attaque de dinosaure géant ? Ou alors il va se battre en pleine ville avec un gorille tout aussi grand ? Ou alors une attaque de... vampires ?

De quoi ?


Ethan réalisa alors que son ami s’inquiétait pour lui et qu’il lui posait des questions. Cependant quand il l’entendit il ne résista pas à l’envie de rire. Des dinosaures géants, des gorilles gigantesques et des vampires cela faisait une belle brochette de catastrophe que ce navire éviterait. Décidément Tenshi avait une imagination débordante. Cependant s’il posait ses questions c’était évident qu’il n’avait pas assisté à la messe et cela perturba quelque peu Ethan, même s’il comprenait la « fuite » de son ami envers une cérémonie des plus ennuyeuses.

Pour te répondre je crois que les gens sont perplexes face à l’intervention d’un lieutenant durant la messe qui a coupé le sifflet à Smith pour une raison qui nous échappe à tous. C’est assez déroutant.

Ethan n’eu pas le temps d’en dire plus que lady Brown et lady Astor vinrent les rejoindre. Elles proposèrent aux deux jeunes hommes de venir mange avec elle au restaurant. Madame Astor insista sur le fait que son mari serrait présent, il le lui avait promis. Le ventre d’Ethan se mit à faire quelque gargouillis peu discret et il fut contraint d’accepter l’invitation que lady Brown réitéra.

Vous ne pouvez pas vous balader le ventre vide venait donc avec nous !

C’est ainsi que lady Brown mit son bras sous celui d’Ethan pour l’entraîner à sa suite. Tenshi fut tout naturellement contraint d’en faire de même.
C’est donc ainsi que les deux amis se retrouvèrent autour d’une table au restaurant à la carte. Comme l’avait dit lady Astor son mari était déjà là. Il était d’ailleurs très enthousiaste et l’ambiance du restaurant était pareille à son humeur. Il attendit à peine que le petit groupe s’installa pour expliquer ce qui le rendait si joyeux.

Figurez-vous que nous pourrions arriver à New-York mardi dans la soirée et non mercredi comme prévu. C’est extraordinaire ! Le bateau est beaucoup plus rapide que prévu. Un communiqué a été affiché dans le salon des fumeurs il indique le nombre de milles parcours entre le samedi et le dimanche matin. 547 milles vous vous rendez compte ? C’est 27 de plus qu’au cours de la journée précédente. Je vous conseils d’utiliser le télégraphe pour informer vos familles ou les gens qui vous attendent à New-York pour qu’ils puissent vous accueillir.

Ethan fit quelque peu la moue. Il se fichait de quand le paquebot arriverait à bon port. Ses plans ne pourraient pas se dérouler mieux avec un jour d’avance. Ce qu’il lui fallait c’était des relations qui lui permettraient de percer en Amérique. Le fait que ce bateau de luxe soit plus rapide que prévu ne lui faisait donc ni chaud ni froid. Il se permit tout de même un mince sourire pour participer à l’enthousiasme général.

C’est extraordinaire vous avez raison Sir Astor, ce bateau nous réserve que de bonnes surprises.

Ethan n’en pensait cependant pas un mot. Certes il était sur le plus beau navire du monde et qui était assuré être insubmersible de surcroit mais pour le jeune anglais cela restait un bateau comme les autres. Il se tournait alors vers Tenshi regardent sa réaction face à cette nouvelle. Lui n’avait personne à contacter par télégraphe pour prévenir de son arrivé avancé. Ethan lui avait bien ses parents mais il ne souhaitait pas leur parler ni leur communiquer une quelconque information après tout il voulait partir en Amérique loin d’eux. Quelque chose au fond de lui disait qu’il était déjà bien loin de sa famille plus que la distance que le navire était en train de mettre entre eux. Cela lui donna un léger mal de crâne et il due concentrer son attention ailleurs pour éviter que cela empire. Il se tourna alors vers son ami comme pour chercher une aide quelconque. Comme il l’avait toujours fait, enfin c’est ce qu’il lui semblait…



HRP : Il est beau, grand et rapide mon bateau :p




J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Ven 26 Sep 2014 - 5:04
Un bon dans le passé...
d'Ethan et de Tenshi
A trop parler, on en oublie de manger. Inconnu.
Acte XI



Le temps commençait doucement a se rafraîchir par ici... Je me frictionnais les bras, frissonnement brutalement, toussant un coup.


Pour te répondre je crois que les gens sont perplexes face à l’intervention d’un lieutenant durant la messe qui a coupé le sifflet à Smith pour une raison qui nous échappe à tous. C’est assez déroutant.

"Tu t'inquiètes encore pour rien... Regarde. Même moi qui déteste les bateaux, j'ai presque pas vomis."

Vous ne pouvez pas vous balader le ventre vide venait donc avec nous !


Je voyais mon ami, attiré par la lady qui nous avait tenu compagnie la veille pendant le repas finalement sympathique j'avais passé avec mon ami. Je suivais la troupe et au moment d'entrer dans la salle, une sorte... de forme je crois avait disparu dans le coin de mon œil. Je me suis retourné, fronçant les sourcils et l'air surpris en même temps qu'inquiet. Tout... était peut être bizarre en effet. Le lieutenant n'était pas net en effet, Ethan avait peut être raison. Je regardais alors à mes pieds et... une sorte de miroir était posé ici. Je veux dire... un miroir tout noir sans vraiment l'être. On aurait dit une sorte de téléphone mais... comme portable. Je prenais cette chose dans mes mains, le verre froid sur la paume de l'une d'elle. Je ne cherchais pas plus loin, retournant mon attention sur mon ami, mettant l'objet dans ma poche, à côté de ma montre. Je m'installais alors à côté de mon ami pour déjeuner avec le même groupe de personne qu'il y avait hier matin.


Figurez-vous que nous pourrions arriver à New-York mardi dans la soirée et non mercredi comme prévu. C’est extraordinaire ! Le bateau est beaucoup plus rapide que prévu. Un communiqué a été affiché dans le salon des fumeurs il indique le nombre de milles parcours entre le samedi et le dimanche matin. 547 milles vous vous rendez compte ? C’est 27 de plus qu’au cours de la journée précédente. Je vous conseils d’utiliser le télégraphe pour informer vos familles ou les gens qui vous attendent à New-York pour qu’ils puissent vous accueillir.


Un blanc se fit sentir... Je fixais alors la table, mon verre à pied puis la fenêtre montrant l'océan. "vos familles". Qu'en était-il de la mienne ? Tout à coup, cette question me traversa l'esprit... Qu'était-il devenu de ma famille ? Je n'en avais que de vague souvenir tout à coup.


C’est extraordinaire vous avez raison Sir Astor, ce bateau nous réserve que de bonnes surprises.


Je sentais par la suite le regard d'Ethan sur moi. C'était embarrassant évidemment mais... Je devais faire avec. Tout au pire, ma famille était déjà loin, un continent de plus... tout au pire me rapprochait en quelque sorte d'eux sous un angle différent. Je ne laissais juste qu'un simple sourire, abordant rapidement mon verre d'eau pour le descendre quasiment cul-sec. La serveuse m'en proposa, j'acceptais alors d'un simple geste de la tête me faisant tout petit dans mon coin. Tout à coup, je sentis une légère vibration au niveau de ma montre. Je me levais, présentant mes excuses pour m'échapper.


"Pardonnez moi."


Le plus rapidement possible, je me suis dirigé vers les toilettes les plus proches et une fois enfermé, je sortais le miroir... Il faisait une lumière étrange... Artificielle du moins mais... d'un si petit appareil et surtout sans câble, ni rien. Je fronçais les sourcils, découvrant sans doute devant mon nez de la sorcellerie ? C'est alors que je me suis aperçu qu'il y avait un dessin, une... forme. Je n'aurais pas pu dire ce que c'était réellement... Bizarre. Mais en regardant cette forme dans tous les sens, je sentais le bas de mon dos me grattait... C'était insupportable ! J'en devenais réellement fou ! Je sortais alors des toilettes, rangeant le miroir dans ma poche pour me mettre de l'eau sur le visage. Je remarquais alors mes iris devenu rouge... Rouge sang. Je reculais brusquement effrayé. Un blanc s'installa... Une tension vint se blottir le long de mon dos, me donnant des sueurs... Quand un gros bruit. C'était un homme sortie des toilettes qui venait se laver les mains puis sortir en me regardant mal... Je reprenais ma respiration, sortant des toilettes pour prendre un grand bol d'air frais. Je ne pouvais pas rester à ce déjeuner et encore moins sur ce bateau... Je regardais sur ma droite... Cette femme. La peau bronzé et la robe rouge... Elle était encore là. Je me précipitais vers elle quand... Elle tomba dans l'eau. J'allais pour crier qu'il y avait quelqu'un à la mer mais... Rien. Rien ne sortie de l'eau. Mes yeux se brouillait et je ne voyais quasiment rien... Je m'appuyais alors contre un mur, observant l'océan... Tout ce qui se passait sur ce bateau n'était pas cohérent... Il fallait que je prévienne Ethan au plus vite qu'il y avait quelque chose de pas net mais... Je ne sentais plus mes jambes ni mes bras, je restais alors contre ce mur, dans le froid.

[hrp : Désolé pour le gif bâclé mais j'ai la flemme de tout refaire là.]
© Gasmask  
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Jeu 9 Oct 2014 - 0:01
Distorsion





Tenshi ne semblait pas se sentir bien, l’évocation des familles qu’avait faite Sir Astor semblait l’avoir profondément touché. Ethan comprenait très bien cela, même si pour lui c’était toute autre chose. Pour lui le terme famille était une notion abstraite. Les noëls en famille ou les réunions du même genre avec des gens du même sang que vous, c’était pour lui comme les repas mondains. Il n’y avait aucune tendresse dans ses moments, juste des obligations familials. Prendre soin de ne pas vexer un oncle trop riche était une banalité dans la famille Abberline. Ethan lui était bien loin de se soucier de tout ça.

Pardonnez-moi.

Tenshi se leva soudain et quitta la table laissant toute le monde perplexe. Ethan trouva rapidement une excuse au comportement de son camarade pour ainsi faire retomber la tension soudaine qui avait envahi la table.

Mon camarade souffre du mal de mer et je pense qu’il est maintenant partit prendre l’air pour éviter de rejeter au sol un si bon repas.

Le sourire qui se dessinait sur son visage rassura pleinement les convives et les conversations reprirent normalement. Il était commun que quelqu’un sorte de table en s’excusant mais le fait que Tenshi soit un étranger posait dans ce cas de figure des problèmes. Un invité qui part soudainement laisse à penser qu’il a été froissé et c’était souvent à cela que les gens pensaient quand Sir Fukkatsu partait ainsi. Ethan savait qu’il y avait bien une autre raison à son départ. Son ami était loin de tenir compte des réflexions des gens, certes parfois l’accumulation de propos raciste lui faisait parfois exploser de rage mais cela ne durait pas bien longtemps. Pour l’heure il n’y avait eu aucune phrase allant à son encontre et le mal de mer ne le ferait pas partir ainsi. Ethan l’avait vu lors des premiers jours souffrir de ce mal et il avait eu l’impression de se retrouver face à un véritable zombie. Tenshi avait donc un tout autre problème, un problème totalement inconnu.

Ethan était perplexe et il espérait voir revenir rapidement son ami, mais ce ne fut pas le cas. Le repas pris beaucoup de temps comme c’était souvent le cas dans de tel situation. Les conversations furent diverses et le jeune aristocrate fit son possible pour y participer comme l’exigeait son nom. Le temps passa donc ainsi et le moment de la séparation arriva rapidement. Ethan état frustré du fait que Tenshi ne soit pas à ses côtés comme cela avait toujours été le cas. Pourquoi son ami n’était-il pas ici ?
Les Astor furent les premiers à partir et la Lady prit grand soin de dire à Ethan qu’elle attendait vivement de le voir ce soir à la réception. Le jeune homme lui répondit par un sourire charmeur. Lady Brown quant à elle prit plus de temps avant de se décider à quitter la table. Elle aborda quelques sujets qui lui tenaient à cœur et dont elle souhaitait l’avis d’Ethan. Grand nombre de ses sujets relevaient du droit des femmes et d’autre de la culture mondiale. Par la suite le jeune anglais compris rapidement ce qui hantait véritablement l’esprit de la lady. Elle s’inquiétait vivement pour Tenshi.

Ne vous inquiétez pas pour lui Lady, Tenshi est un brave homme il ne se laissera pas avoir par un stupide mal de mer.

Oui mais tout de même, pour partir ainsi de table et n’être toujours pas revenu.

Il est sans doute partit se reposer dans notre cabine. Ne vous inquiétez de rien. Je pense qu’il serra en pleine possession de ses moyens d’ici ce soir.


Lady Brown fit un petit sourire entendu tandis que son visage se détendit quelque peu. De toute évidence il y avait eu une certaine attirance si ce n’est physiquement du moins intellectuellement entre Tenshi et elle. Ethan ne put s’empêcher de sourire tandis qu’il s’imaginait une scène des plus cocasses. Il fallait dire que la dame n’était plus toute jeune mais elle pouvait tout aussi bien aimer les jeunes gens.

Une fois toutes ses mondanités terminé Ethan se trouvait seul à vagabonder dans les longs couloirs du navire une cigarette coincée entre ses lèvres. Il était assez nerveux pour avoir eu besoin de cette drogue douce. La fumée l’avait toujours détendu et de plus c’était presque l’accessoire nécessaire aux aristocrates. Un gentleman se devait de fréquenter les clubs et les fumoirs. C’était assez drôle de voir comment la société pouvait percevoir les hommes. Ethan était heureux d’une certaine manière d’être née dans une famille de banquier fortuné. D’un autre côté il se demandait comment aurait été sa vie si cela avait été autrement. Il aurait surement finit par s’enterrer dans une vie banale avec une un métier tout aussi simple dans l’informatique sans doute.
Un fulgurant mal de crâne le saisit tandis qu’il se repassait sa dernière pensé. « Informatique » que pouvait bien finir ce mot ? Il n’en avait aucune idée mais cela lui était venu si naturellement. Il posa une main sur son front tandis que son crâne le faisait étrangement souffrir. Il lui fallait vraiment passé de nouveau à l’infirmerie pour s’assurer de calmer cette douleur de plus en plus régulière. Il jeta sa cigarette à la mer et essaya de porter son attention sur la mer pour ne pas penser à ce chantier qui faisait soudainement tapage dans son crâne.

Vous allez bien Sir Abberline ?

Le jeune aristocrate se tourna vivement vers l’endroit d’où provenait la voix. Devant lui ce tenait Emma. La jeune infirmière semblait le regarder de manière inquiète. Un sourire ravi se dessina alors sur les lèvres d’Ethan tandis qu’il s’empressa de lui répondre.

Pour le mieux maintenant que vous êtes ici.

Le rouge vint peindre les joues de la jeune femme tandis que ses yeux s’abaissèrent naturellement vers ses pieds. Ethan suivit son regard et vit alors une goutte vermeille tombé sur les bottines de la demoiselle. Il releva les yeux vers son visage et vit que cette dernière était en train de pleurer des larmes de sang.
Ethan se pétrifia soudainement. L’image qu’il avait du monde était en train de se dédoubler. Emma avait maintenant une jumelle avec des vêtements étranges et couvertes de sang. C’était comme si tout son corps était en train de se vider de ce liquide vitale. Pourtant juste à côté Emma l’infirmière était normale, sans blessure, saine et pleine de vie. Le jeune aristocrate poussa alors un crie perçant et tomba à genoux comme si on venait de lui scier les jambes. Il porta ses deux mains comme un étau autour de son crâne qui semblait vouloir exploser. Le monde qui l’entourait semblait se dédoubler sur une autre réalité. Un autre monde. Comme son rêve. Il était fou. FOU.

Une main vint se poser sur son épaule. Une chaleur rassurante qui petit à petit vint prendre possession de tout son être. Petit à petit il se sentait revenir à la réalité. Sa vision redevenait nette.

Vos maux de tête reprennent. Ne vous inquiétez de rien ils vont passer.

Dans un geste tendre la jeune femme se mit à genoux et prit délicatement la tête d’Ethan pour le serrer contre lui. Il entendait distinctement le son de son cœur. Il avait un rythme régulier. Le tempo de cette vie fragile était magnifique à entendre. Comme Emma l’avait dit la tête du jeune homme ne le fit plus souffrir. Il n’osa pas couper court à ce contact chaleureux et ferma les yeux pour laisser pleinement son être se mettre au rythme des battements du cœur de la jeune femme. Il lui semblait ne faire qu’un avec elle. Comme si son propre cœur faisait écho avec le sien. C’était beau.
Emma repoussa délicatement le jeune homme pour contempler son visage avec un grand sourire.

Vous allez mieux ?

Oui je vous remercie Emma.


Ethan posa sa main sur l’avant-bras de la jeune femme dans un geste tendre de remerciement. Une idée étrange lui vint alors à l’esprit. S’il avait vécu une autre vie, une réincarnation ou autre truc du genre il pensait sincèrement qu’Emma serrait toujours à ses côtés. Ils étaient des âmes sœurs. Il en était certain.
L’infirmière se releva et le jeune aristocrate en fit tout autant. Ils se regardèrent avec un large sourire. Ethan se sentait quelque peu perdu et en même temps honteux que la jeune femme fut témoin de ce moment d’égarement.

Je suis désolé pour tout ça. J’ai un peu honte je dois vous l’avouer.

Un petit rire cristallin s’échappa alors de ses fines lèvres.

Ne vous sentez pas honteux, vous venez juste de me prouver que les aristocrates sont tout aussi humain que les gens de bas lignage.

Vous en doutiez ?


Ethan lui lança un sourire charmeur. Décidément il était bien trop attirer par cette femme. Elle lui faisait beaucoup de bien, sa présence était apaisante pour lui. Il lui semblait qu’il l’avait toujours connu qu’elle avait toujours été là mais qu’il ne c’était jamais aperçut de sa présence. Comme si elle avait toujours demeurer dans l’ombre de son corps et qu’aujourd’hui elle avait souhaitée lui apparaitre.

Je ne doute de rien Sir Abberline. Je ne doute d’ailleurs pas de vos sentiments à mon égard.

Elle l’embrassa alors soudainement. Ses lèvres étaient brulantes et Ethan se laissa aller à répondre à son baiser. Sa main vint même se poser sur son doux visage. Elle coupa alors soudainement court à ce moment intime. Un grand sourire se peigna sur ses lèvres et elle partit soudainement en tournant le dos au jeune homme.

À ce soir Sir Abberline.

Ethan était en état de choc. Il n’y avait rien d’autre à dire sur cet évènement. Il ne si attendait simplement pas mais il en était heureux. Il sentait comme des ailes lui pousser dans le dos et bizarrement elles étaient lourdes de question. Pourquoi la jeune femme avait-elle fait ça ? Avait-elle elle aussi des sentiments pour lui ? S’agissait-il d’un coup d’un soir ou d’une histoire bien plus sérieuse ?
Ethan n’en savait strictement rien, mais il souhaitait que cette histoire soit longue car il ne doutait pas qu’elle serrait passionnante.
Petit à petit l’homme sortit de ses pensées et repartit à la recherche de son camarade. Ou pouvait bien être Tenshi ? Il espérait tout de même qu’il ne se trouvait pas sur l’un des plusieurs ponts du navire car il faisait vraiment froid soudainement.



HRP : Rien de particulier à ajouter juste une envie de confronter rêve et réalité.




J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Mar 14 Oct 2014 - 1:13
Un bon dans le passé...
d'Ethan et de Tenshi
A trop parler, on en oublie de manger. Inconnu.
Acte XII



Je regardais mes doigts devenir rose... puis rouge et enfin quasiment bleus. Je ne les sentais plus... Mes doigts de pieds devaient être dans le même état... Mon esprit lui vivait encore... Je comprenais une chose alors, les extrémités de mon corps subissent les dégâts de températures en premier... C'était étrange. C'était comme si je savais déjà ça depuis très longtemps, mais que je n'y avais jamais pensé... C'est vrai. Je n'avais jamais eu le temps de m’asseoir quelque part dans ma vie et... juste penser à ce qui se passe autour de moi. A penser à ce que je vais faire le lendemain... Je me rendais compte par la même occasion que je n'avais pas de rêve. Pas de réels envies. J'avais un objectif que je finissais pour passer à un autre encore, encore, encore et encore pour créer du profit grâce à mon nom...


Je sentais quelques secondes plus tard une présence près de moi. C'était cette jeune fille vêtu de cette robe rouge et de ses cheveux relevés et attachés. Je tournais la tête pour la fixer et la contempler... Plus je la regardais, plus j'avais envie de la cajoler, de faire en sorte qu'elle n'ait pas froid... Mais... Elle était en robe, les bras, les épaules et le cou nu... Elle semblait à l'aise. Comme si le froid autour de nous n'existait pas pour elle mais... que pour moi. Je recommençais donc a discuter avec elle...


"Qui êtes-vous ?"

"Spoilers."

"Quoi ? Sérieusement... tout ça me tape sur le système."

"Il disait pareil quand il ne comprenait pas quelque chose dans le domaine des jeux vidéos ou des cours."

"Je ne comprend absolument rien à ce que vous dites... Vous êtes... venu d'ailleurs ?"


Elle tendait maintenant une sorte de paquet en papier épais. Dedans... Des sortes de portions étrange... On aurait dit que du sucre peuplait une sorte de pâtisserie.


"C'est des bonbons, prend en."

"Je... je suis gelé."


Elle garda le paquet pour elle... Fixant avec moi l'océan s'assombrissant de minutes en minutes. Elle se rapprocha de moi, posa son épaule sur la mienne et entoura son bras autour d'un mien, extrêmement froid. Je la laissais faire, ne comprenant absolument pas tout ce qui pouvait se passer ici... Bizarrement, je me sentais incroyablement n'empêche avec elle... C'est comme si je me mettais à mourir de l'intérieur et qu'au final ça me soulageais. Je n'étais pas dépressif, je n'étais pas complètement fou mais juste... à l'aise. Comme ce vent frais pendant les nuits d'été, pendant que la fenêtre est ouverte, on ressent ce froid... ce froid délicat qui nous accompagne tout au long de la nuit qu'on le veuille ou non. Je fermais alors mes yeux quelques instants... Puis... après quelque minutes de repos, je les rouvrais pour me découvrir seul. Quelques "bonbons" sur le sol roulaient d'un côté à un autre à cause de la gravité que la mer apportait au vaisseau. Je me relevais comme si ça faisait un siècle que je ne l'avais pas fait. Je m'appuyais à un mur et je commençait a marcher délicatement, le plus délicatement possible vers une salle pour bénéficier de la chaleur ambiante des humains... Des humains ? Ce mot m'était venu comme ça, comme si j'étais différent d'eux... Je rentrais dans salle en fermant les yeux, mes yeux me faisaient souffrir. Laissant à l'abandon mes pensées, ma souffrance physique, j'ouvrais les yeux, voyant le monde sous une autre couleur... Le rouge.


Les gens me regardaient bizarrement. Je ne comprenais pas bien leur regards. Étaient-ils racistes ? Tous... Tous... Je n'avais qu'une, les fracasser contre mon poing, tous... tous... J'allais pour sortir brusquement de la salle, mais en faisant bousculer un serveur avec une carafe d'eau dans les mains, celle-ci répandue sur le sol et moi à genoux, je regardais mon reflet dans l'eau. Je voyais un jeune homme... aux yeux rouges identique aux yeux d'un démon... Un sourire se dessinant sur le visage de mon double né de cette eau, je pris peur. Je me relevais et je courais dans la salle pour m'échouer à terre une nouvelle fois... Sur ma droite, j'observais mon ami. Ethan était là... Je voyais particulièrement trouble et je n'avais pas envie qu'il me voit comme ça... Avant même de pouvoir lui adresser la parole, j’entendais des gens courir... Une sorte de cuisinier. Il sauta sur moi avec un couteau de cuisine. Par reflex ou je ne sais quoi, j'esquivais son attaque en roulant dans la direction opposé de mon agresseur pour me remettre debout. Il se releva et voulu porter la lame à ma gorge, je tapais dans son couteau pour le faire tomber par dessus bord puis dans le ventre pour le mettre à genoux, je me reculais, toujours dans cette... posture de combat, le laissant parler.


"Tu es un démon de Lucifer... Je t'ai pas vu à la messe ! C'est pour ça ! Hérétique ! Tes yeux en disent long..."


Je m'arrêtais alors, touchant un liquide sous mes yeux... C'était ds larmes, mais rouge. Pas du sang. C'était juste... des larmes. Je regardais alors mon ami plus loin. Je ne distinguais pas exactement quel air il avait... Je ne sais pas non plus si il distinguait correctement ce que j'avais sur le visage... Mais... Peut être que le cuisinier avait raison. J'étais peut être un démon... C'était peut être ça le problème. Le fait que je tout me semblait étrange ici... J'étais différent... Et je n'étais certainement pas un enfant de Dieu. Je reculais alors... Essayant de trouver rapidement une échappatoire. Je me mettais alors à courir à travers le bateau, à travers les salles, essayant de me retenir pour ne pas fondre en larmes. Bousculant les plus riches et esquivant les plus serviteurs. Sautant par dessus des comptoirs, sortant par l'arrière des salles que le magnifique bateau offrait. Je me cachais alors dans un placard à balais... Je me recroquevillais sur moi-même... Et je découvrais une fois de plus sur moi-même. Les yeux fatigués... le cœur à la limite d'exploser... Je n'avais jamais autant couru dans toute ma vie. Cette jeune fille était à côté de moi encore... Cette robe rouge et noire... Elle me rappelait quelque chose mais je ne savais absolument pas quoi.


"Ils te détestent ? C'est ce qu'il pense aussi. Tu n'as pas ta place ici Tenshi. Ce n'est pas ton monde."

"Joyeux anniversaire."

"Tu t'en rappelles ?"


Je m'en rappelais... Ça voulait dire que je l'avais déjà connu ou que je la connaissais déjà. Un battement de paupières et pouf... la voilà de nouveau disparue. Je me retrouvais seul.
© Gasmask  
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Mar 28 Oct 2014 - 11:44
Réveil






Ethan était entré dans une des nombreuses salles du paquebot à la recherche de Tenshi. Il poussa un long soupire en voyant que son camarade n’était pas là. Où pouvait-il se trouver ? Comme si Dieu lui-même l’avait entendu il vit son camarade apparaître dans l’embrasure de la porte. Celui-ci tenta de sortir brusquement de la salle mais bouscula un serveur qui renversa alors une carafe d’eau au sol. Tenshi était affolé, son regard se porta sur l’eau étalé au sol et il se mit à courir dans le sens contraire à travers toute la salle. Il tomba au sol une nouvelle fois à la gauche d’Ethan. Il était affolé comme un animal sauvage. Le jeune aristocrate s’apprêtait à l’aider à se relever mais des gens se mirent à courir sur eux. Un homme au ventre énorme dépassent de son tablier sale arrivait le visage rouge par l’effort de sa course. Dans sa main brillait une lame, celle d’un grand couteau de cuisine.
Ethan ne comprenait pas. Qu’est-ce que tout ça pouvait bien dire ? Pourquoi cet homme était là ?

Encore une fois ses questions trouvèrent vite des réponses. Le cuisinier (il lui était maintenant évident que s’en était un) attaqua Tenshi avec son couteau. Ce dernier par réflexe fit une roulade dans le sens opposé de l’attaque et se remit rapidement sur ses pieds. L’homme-baleine n’en resta pas là et essaya de trancher la gorge de Tenshi. Le jeune homme ne se laissa pas faire et frappa l’arme, ce qui l’envoya glissé plus loin sur le sol de la salle. Profitant que son adversaire soit désarmé il lui porta un coup au ventre qui le mit à genoux. Le cuisiner se mit alors à tenir son ventre immense et cracha une phrase venimeuse.

Tu es un démon de Lucifer... Je t'ai pas vu à la messe ! C'est pour ça ! Hérétique ! Tes yeux en disent long...

Tenshi porta sa main à son visage et s’enfuit brusquement de la salle en courant. Ce qui venait de se passer pouvait troubler n’importe quel homme sain d’esprit. Ethan lui sentit une colère sourde monter de son ventre et s’emparé totalement de lui. On venait de tenter d’assassiner son ami sous ses yeux ? Il savait que les gens étaient réticent face à son amitié avec un étranger mais de là à le traiter de démon et à vouloir le tuer. Cela était incompréhensible, une folie venait-elle de s’emparer des voyageurs ? Ethan ne savait pas pourquoi une tel scène c’était déroulé devant lui, la seule chose dont il était certain c’est que la colère qui grondait en lui n’allait pas tarder à éclater.
Sa vision devint trouble tandis que son regard se portait sur le cuisinier qui se relevait avec l’aide d’une autre personne, l’un des nombreux spectateurs de la scène. Un attroupement c’était fait tout autour de cet assassin. Les gens semblaient tout aussi perplexes que le jeune aristocrate. Mais lui contrairement aux autres allait réagir. Il se fraya un chemin jusqu’à l’homme au ventre pendent. Une fois face à lui il fit sentit sa rage grandir d’autant plus que sa vision se troublait.
Le cuisinier c’était relevé et il remerciait la personne qui l’avait aidé tout en se tenant le ventre. Ethan écarta gentiment se spectateur de la main gauche tandis que sa main droite vint trouver la gorge de l’homme-baleine. Il était incroyable de constater la force que pouvait avoir un homme en colère et tandis qu’il était en train de tenir la gorge de cet assassin Ethan en prit pleinement conscience. Le visage de cuisinier commençait à rougir tout autant que sa gorge et son regard était affolé.

Tu as le culot de traiter mon ami de démon alors que tu as tenté de le tuer ? Tu n’es qu’un porc. Un gros et sale porc. Comment peux-tu justifier ton geste en évoquant Dieu ? Dieu a ordonné aux hommes de ne pas tuer leurs semblables. Tu n’as donc pas écouter les sermons de notre capitaine ?

Le cuisinier tenta de parler mais aucun mot ne vint. Sa gorge était bien trop serré et ses mains qui tentaient de desserré l’étau qu’Ethan lui imposait ne parvint à rien. Le jeune homme était ravi d’entendre son adversaire couiner sans pouvoir prononcer un mot. Un sourire mauvais se dessinait sur son visage. Il sera un peu plus la gorge de sa victime.

Écoute-moi bien. Si je te revois tourner autour de Tenshi, tu finiras par nourrir les poissons. Je pense bien qu’avec toi ils auront de quoi manger.

Ethan regarda alors les gens regroupés autour d’eux. Sa vision était maintenant claire, sa colère c’était un peu calmé. Son sourire c’était effacé et son visage exprimait un sérieux comme nul autre.

Mon avertissement est valable pour vous tous. Je suis Ethan Abberline et je peux vous jurer sur mon nom que je ferais de votre vie un enfer si vous vous confronté à moi.
Il lâcha la gorge de sa victime tandis que cette dernière tomba à genou au sol tout en expirant comme un bœuf. Le cuisinier parvint tout de même à regarder son bourreau avec des yeux rougit par le manque d’air. Il siffla entre ses dents :

Démon.

Range ta langue ou je me chargerait de te l’arracher.


Ethan le regardait de haut et il n’attendait qu’une chose. Que cet homme vil lui donne la chance de se défouler. Toute la frustration qu’il avait accumulée depuis le début de ce voyage était en train de se muer en une colère froide et meurtrière. Si seulement cet homme pouvait lui donner l’occasion de se soulager de tout cela. Cependant ce ne fut pas le cas. Les yeux du cuisinier se rivèrent sur le sol tandis qu’il essayait de reprendre un souffle normal avec sa main massent inlassablement son cou. Ethan était quelque peu déçu, mais son esprit se concentra sur autre chose : Tenshi. Où était-il maintenant ? Il fallait qu’il le retrouve. Son ami devait se trouver dans un triste état.

Le jeune aristocrate quitta la salle tandis que des murmures s’élevèrent à sa sortit. C’était toujours ainsi, les langues se déliaient bien plus facilement quelques minutes après l’incident. L’homme ne sait jamais comment réagir face à une situation. Il suffit dans un groupe qu’un membre bouge pour que les autres suivent. Les humains étaient vraiment des moutons en un sens. Ethan poussa un long soupire. Etait-il un mouton lui aussi ? Il n’en savait rien. Tout ce qu’il voulait pour l’heure c’était retrouver son ami et le préserver de tout cela.
Sa recherche fut facile à faire. Partout où Tenshi était passé les gens étaient mécontent, ils murmuraient, ils grognaient. On les avaient bousculés dans leurs mondanités. Ethan porta la main à sa montre, il était dix-sept heure, il lui restait deux heures avant que les mondanités commence pour lui. Il ne voulait pas manquer les festivités. Le visage de la charmante Emma vint se glisser dans son esprit, mais il le chassa très vite. Il n’était pas temps de penser à elle, il avait d’autre préoccupation pour l’heure.
Le foutoir qu’avait laissé le jeune japonais derrière lui le mena jusqu’à loin dans le bateau. Il ne compta plus le nombre de couloir et de salle qu’il venait de traverser. Il ne demanda à personne où était son ami. Le regard que lui lancé les gens étaient bien suffisant. Pour eux, il était responsable de Tenshi, de ses actes comme de sa venue sur le navire. Il se fichait bien de ce que pouvait penser ses gens au portefeuille bien remplie et aux exigences immense. Lui était née aristocrate mais il ne souhaitait pas avoir un esprit aussi étriqué qu’eux. Comment pouvait-on être aussi fermé à ce qui nous était étranger ? Il serra les dents et les poings. Il aurait volontiers donné des coups de poings à tous ses imbéciles.

La fin de la piste de chasse le fit arriver dans une des salles d’entretiens. Il pénétra à l’intérieur avec une certaine appréhension. Dans quel état se trouvait son ami ? Il n’en savait rien et cela lui donnait une boule au ventre. Il ne souhaitait aucun mal à Tenshi et se sentait mal de la situation qui c’était produite sous ses yeux. Etait-ce sa faute ? S’il n’avait pas demandé à son ami de l’accompagner dans ce voyage sans doute que ce dernier n’aurait pas subit une telle agression. Le jeune homme s’en voulait. Il se reprit cependant pour faire claironner sa voix.

Tenshi ? Tenshi tu es là ? Hou hou l’ami ?

Le silence s’installa en guise de réponse. Il recommença son appel tout en se déplacent dans la pièce pleine de produit ménager et autre instruments de torture contre la crasse. Il entendit alors le bruit de quelque chose qui s’agitais dans le placard à sa droite. Ethan n’était pas du genre peureux mais il était tout de même méfiant. Que pouvait-il bien trouver dans ce placard ? Son ami ou… des monstres ?
Il se rappelait qu’enfant il avait peur des monstres qui pouvaient s’être glissés dans son armoire. Il déglutit et pris son courage en main. Il se dirigea vers le placard et d’un geste brusque se saisit de la poignée pour l’ouvrir tout aussi rapidement.

Devant lui recroquevillé tel un animal apeuré se trouvait son ami. Il avait le visage couvert de larmes et son regard était perdu dans son imaginaire. Tenshi était en état de choc c’était indéniable. Ethan quand à lui était horriblement attristé par cette vision de son ami. Il savait qu’il était fragile mais il ne pensait pas que c’était à ce point. Une fine larme vint à naitre dans ses yeux mais avant qu’elle ne roule sur sa joue le jeune homme l’essuya d’un revers de la main. Il ne pouvait pas flancher il devait s’occuper de son ami.
Avec une délicatesse digne d’une infirmière, Ethan posa sa main sur l’épaule de Tenshi. Celui-ci ne réagit pas. Le jeune aristocrate affirma un peu plus sa prise et il vit alors son camarade tourné son regard vers lui.

Viens avec moi Tenshi.

Avec beaucoup de douceur Ethan aida son ami à sortir du placard. Il pris grand soin de laisser toujours sa main sur l’épaule de son camarade, pour lui signifier qu’il était là avec lui et qu’il fallait qu’il revienne dans le monde réel. Enfin ce que le jeune aristocrate pensait être réelle. Avec sa vision Emma en sang il avait maintenant quelques doutes. Il n’était cependant pas temps de réfléchir à ce genre de chose. Tranquillement comme s’il craignait que Tenshi ne l’attaque ou part en courant il le dirigea vers la sortit. Ils empruntèrent tous deux de nombreux ponts et couloirs pour retourner à leur cabine. Les gens les regardaient de manière étrange. Ethan n’en avait cependant rien à faire et il leur répondait par un regard presque haineux. C’était à cause de leur racisme que son ami était maintenant dans cet état de zombie.

Au bout d’un long moment, en réalité une demi-heure, ils parvinrent à la porte de la cabine. Le jeune japonais était toujours en état de choc mais semblait revenir à lui petit à petit. Ethan en était ravi mais il était toujours aussi inquiet. Il eut cependant une idée. Il poussa Tenshi dans sa cabine, le fit s’asseoir sur son lit et fila rapidement dans la salle de bain. Tout comme dans sa propre cabine il y avait une baignoire. Sans doute qu’un bon bain ferait du bien à son ami, du moins c’est ce qu’il espérait. Il ouvrit donc au maximum les vannes afin de faire couler une eau chaude sensée dégourdir les nerfs et les muscles. Il espérait que cela lui permettrait de prendre à nouveau conscience de son corps. Une fois la baignoire suffisamment pleine, il prit soin de regarder la température de l’eau en y trempent son doigt. Tout était parfait il ne manquait plus que le baigneur.
Ethan retourna dans la chambre et découvrit que son ami n’avait pas bougé d’un pouce. Une véritable poupée articulée humaine. Le jeune aristocrate ne savait pas trop quoi faire. Il ne souhaitait pas vraiment connaître le corps et surtout les parties intimes de son camarade. Qui plus est, il était persuadé qu’un petit tour dans l’eau lui ferrait le plus grand bien.

Euh… Tenshi ?

Son camarade releva la tête vers lui avec des yeux vitreux. Au moins il était un peu plus connecté à la réalité. Le retour à la vie serrait surement difficile et… douloureux.

Je t’ai préparé un bain euh… Je te laisse le prendre tranquillement.

Ethan avait déjà vu un autre homme nu, cela n’avait rien provoqué chez lui. Il savait qu’il existait des sodomites qui préférait les gens du même sexe qu’eux mais il ne faisait pas partit des leurs. Il n’avait pour autant rien contre eux. Le fait est que pour lui un minimum d’intimité était préférable, même si ses camarades aimaient parfois la partager.
Le jeune aristocrate s’affala alors dans un des fauteuils du salon. Il jeta un rapide coup d’œil à sa montre, il ne lui restait plus qu’une heure avant que la grande réception commence. Il se sentit soudainement épuisé. Il avait beaucoup travaillé pour avoir une invitation à cette soirée, il serait mal vue de refuser soudainement d’y aller. Cependant cette histoire avec Tenshi était loin d’être finit. Il se devait en tant qu’ami d’être présent pour lui, c’était là l’un de ses devoirs. Il espérait tout de même que ce dernier redevienne lui-même après cette attaque et qu’il arrive dans la pièce un sourire aux lèvres en lui annonçant qu’il était prêt pour ce soir. L’espoir était là, même s’il était mince. Sans qu’il s’en rende compte le jeune anglais partit dans un sommeil sans rêve. Souvent après une grande poussé d’adrénaline on avait ce besoin de se réfugier dans le repos. Appelons ça le repos du guerrier ou encore le corps qui se met en standby.

Des coups se firent entendre sur la porte à de nombreuse reprise. Ethan poussa un grognement, ouvrit les yeux au minimum et se dirigea vers la porte de la cabine. Il ouvrit cette dernière avec une lenteur exagéré. Dans l’encadrement se dessina une silhouette féminine et élégante qui fit ouvrir pleinement les yeux à l’aristocrate. C’était Emma dans une robe de satin rose et de perles. Elle était splendide. Sa robe avait due lui coûter une fortune car elle était digne des gens de la noblesse. Elle qui se disait faire partie du petit peuple lui avait-elle mentit ?
Brusquement l’aristocrate anglais se rendit compte de ce qu’impliquait sa venue. Il était l’heure de partir à la soirée. Il ouvrit des yeux ronds en même temps que sa bouche. Il était loin d’être prêt et encore plus loin d’être présentable. Son sommeil dans sa couche de fortune avait froissé ses vêtements et sans doute que ses cheveux devait être en bataille.
Emma poussa un petit gloussement.

De toute évidence Sir Abberline vous sortez de la sieste.

Ethan porta une main derrière son crâne et fit un sourire gêné. Il venait de se ridiculiser, mais devant elle ce n’était rien. Il aurait pu être déshabillé en public au milieu des sodomites que cela ne lui aurait fait qu’afficher un sourire si seulement il l’entendait rire. Elle avait un si beau rire.

Il vous faut vous pressé un minimum Ethan.

Emma glissa alors devant le jeune homme pour entrer dans la cabine. Elle fit mine de ne pas remarquer le désordre et s’installa sur l’accoudoir de l’un des fauteuils. Ethan s’empressa d’aller dans sa chambre se changer. Il espérait d’ailleurs que Tenshi en faisait tout autant.



HRP : Un long Rp avec un petit passage sur l'homosexualité. Le terme "sodomite" désigne les homosexuelles de façon négative il était beaucoup utilisé à l'époque. Le fait est que l'amour entre personne du même sexe était déjà largement connu pour l'époque et il y a même eu parution des Théories de Lombroso faisant rapport d'un lien entre l'homosexualité et la criminalité (dans le sens ou un homosexuelle peut être un tueur et non que le fait d'être homosexuelle est criminel). Dans un article basé sur ses théories paru en 1912 ont peut y lire "Il y a donc coïncidence des anomalies sexuelles avec l'épilepsie et même le génie". Maintenant sur nos articles du XXIe siècle on cherche à identifier le gène de l'homosexualité.




J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Lun 22 Déc 2014 - 9:51
Un bon dans le passé...
   d'Ethan et de Tenshi
A trop parler, on en oublie de manger. Inconnu.

Acte XIII



Quand on meurt, je pense qu'on ne ressent rien. Ni le froid s'emparer de nous car notre corps n'est plus alimenté, ni l'amour que les proches peuvent nous apporter pour nous donner cette petite essence de vie qui fait qu'on peut parler, respirer, manger, boire, sourire...  J'étais mort. Pas au terme officiel que les Hommes de ce monde connaissent mais mental. Plus rien ne 'alimentait. Plus d'idée, plus de pensées insignifiante, plus d'envies ou si. Juste une. Celle de dormir. Longtemps. Très longtemps.



Je me souviens avoir faire le trajet de ma place sombre et humide jusqu'à ma cabine aidé par mon fidèle ami Ethan. Était-ce vraiment mon ami ? Ou simplement un souvenir de cette amitié que je m'étais construis de toute pièce avec des éléments lu dans des livres de conte de fée ? Les yeux vides, la respiration indétectable, je m'asseyais sur mon lit, ressentant une chaleur un peu plus loin dans la salle de bain de notre cabine. De la vapeur en quelque sorte ?



Euh… Tenshi ?


Tenshi... Un prénom bien idiot pour moi. Il m'avait été donné par mon père dès ma naissance et c'était donc un cadeau que je devais supporter d'un abruti de père qui battait sa femme. Je n'ai que des souvenirs flous de ces passages où je voyais alors cette figure paternel détacher sa ceinture de son pantalon pour me prendre des coups sur le dos. Je baissais de nouveau la tête, me demandant pourquoi je pensais à toutes ces choses en ce moment...? Je ne comprenais pas bien tout ce que ce voyage me donnait... Tristesse, haine et maintenant vide ?  



Je t’ai préparé un bain euh… Je te laisse le prendre tranquillement.



Je gardais mon regard vide sur le sol pendant que mon ami se dirigeait vers ce qu'on pourrait désigner comme un salon luxueux... Je me levait alors d'un coup, assez rapidement, enlevant mes vêtements un à un jusqu'à m'arrêter au pantalon pour me regarder dans le miroir. J'entendais alors toquer à la porte... Je ne bougeais pas mais j'éteignais alors l'eau de la baignoire pour écouter qui était arrivé. Je n'ai eu guère le temps d'écouter quoi que ce soit. Ethan arriva dans la chambre, je passais alors ma tête hors de la salle de bain pour le regarder. De toute évidence il allait pour se changer. Je ne prenais pas alors mon bain, préférant déboucher la baignoire, laissant l'eau disparaître... Mais une fois mon regard posé dans le miroir de nouveau, je voyais une queue dans mon dos... Une queue de de félin... ! Je me retournais affolé pour constater qu'il n'y avait rien dans le bas de mon dos... Je reprenais mon souffle, ce moment de peur passé... Je me mettais de l'eau sur le visage alors pour me reprendre et j'enfilais alors une simple chemise pour continuer de m'habiller.  Ce soir allait être une longue soirée. J'allais rester sans doute muet pendant le reste de la soirée. De toute manière je n'avais pas de cavalière contrairement à certains.

Je me dirigeais donc dans la chambre pour chercher quelque chose dans mes affaires... Je ne savais pas bien quoi mais je savais simplement qu'il fallait que je cherche quelque chose. J’attrapais alors dans le fond de mes bagages mit en bazar sur mon lit une petite bague. Un simple anneau en fer noir... Je mettais alors celle-ci à mon doigt en la scrutant comme une source de lumière fascinante... Comme un précieux, précieux bijou. Je tournais alors la tête vers la servante dans le salon puis après un lourd soupir je cherchais d'une façon ou d'une autre de me tirer de ce mauvais pas... Je ne pouvais pas vraiment supporter cette fille. Elle était comme les autres avec moi.  Désagréable. Je tournais le dos à Ethan, fixant la jeune femme d'un air mort et blasé pour avertir mon ami.



"Pars devant avec cette servante. Je te rejoindrais avant le grand repas je pense. J'ai besoin d'être seul quelques minutes. Alors amuse-toi pour moi."



Après quelques secondes d'hésitation et de réflexions je me tournais vers mon ami avec un air moins abattu et bête que j'avais d'habitude pour laisser place à un air sans émotion et sans rictus que je n'avais jamais pris avant. Cet air m'était familier... C'était... Bizarre. Je posais ensuite les yeux  sur le paquet de cigarette qui était devant le miroir de la chambre pour m'en attraper une et l'allumer avec une allumette. Je me mettais alors sur le pas de la porte de la salle de bain en attendant que mon ami parte pour rester seul avec moi même.  
© Gasmask    
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Lun 26 Jan 2015 - 12:26
Dîner


Précipitation et désordre. Ethan ne savait plus où il en était. Il c’était habillé dans la hâte en essayant de choisir ce qui pouvait être le plus chic possible. C’était un diner mondain et non une fête de village. Le jeune aristocrate c’était donc choisit un costume trois pièces d’un noir corbeau, il vissa un haut de forme à son crâne et se mit en quête de sa canne fétiche. Il la chercha dans toute la chambre mais ne trouva rien. Ou avait-il pu la mettre ?
Un éclair se fit alors dans son esprit. Il y avait de forte chance que si elle n’était pas dans sa chambre c’est qu’elle devait se trouver soit dans le salon soit dans la chambre de son ami. Il passa la tête dans le salon mais ne vit rien, mise à part le sourire légèrement moqueur d’Emma qui le regardait du coin de l’œil. Avait-il l’air si paniqué ?
Il esquissa un petit sourire et se décida à aller rejoindre la cabine de son ami. Il était tout de même inquiet de ne pas l’entendre bouger ou autre… Il espérait qu’il ne se soit pas noyé dans la baignoire. Après tout il était dans un état second.
Il passa le seuil de la chambre et se mit en quête de sa canne. Il ne trouva pas l’objet tout de suite et entendit même son ami venir voir ce qu’il se passait. Du coin de l’œil Ethan put constater que ce dernier n’avait pas changé de vêtement. De toute évidence l’idée du bain ne semblait pas l’avoir convaincu. Ce dernier était d’ailleurs en train de passer la tête par la porte pour regarder ce qu’il se passait dans le salon. Ethan venait quant à lui de trouver du regard le fameux pommeau en forme de tête de corbeau qu’il affectionnait tant.

Pars devant avec cette servante. Je te rejoindrais avant le grand repas je pense. J'ai besoin d'être seul quelques minutes. Alors amuse-toi pour moi.

Le ton était blasé mais c’était presque comme s’il n’y en avait pas. Tenshi semblait encore quelque peu mort. Ethan était tout de même ravi d’un côté par le fait que son ami était maintenant capable de prononcer au moins une phrase, d’un autre côté ce qu’il venait d’entre n’était pas ce qu’il aurait espéré. Il ne pouvait tout de même pas lui en vouloir, tous deux n’avait pas la même condition. Si Tenshi était quelqu’un dans son pays ici en pleine mer il n’était rien. Ethan non plus n’était pas quelqu’un d’important mais son nom de famille lui donnait quelque passe-droit. Empoignant sa canne il observa son ami. Celui-ci se retourna vers lui avec un air abattu et un peu bête.
Le jeune anglais se mit à sourire sans véritablement savoir pourquoi. Il lui semblait le retrouver dans cette moue qu’il ne lui avait jamais vue mais qu’il avait l’impression d’avoir toujours connus. Il ne lui en voulait pas le moins du monde de vouloir échapper à ses mondanités, mais pour lui c’était différent. S’il souhaitait démarrer une nouvelle vie en Amérique il se devait d’aller à cette soirée.
Tenshi traversa la pièce pour prendre le paquet de cigarette posé devant le miroir. Il tira machinalement l’une d’elle du paquet et l’alluma avec une allumette. Il se posta alors sur le palier de la salle de bain, attendent sans doute que son ami parte pour ses obligations.
Ethan fit tourner sa canne avant de prendre la parole.

Comme tu voudras, j’espère que tu nous rejoindras tout de même. Ce sera une réception somptueuse, et puis cela me permettra de rire un peu, entouré de ses snobs ce n’est pas gagné. Et ce n’est pas parce que j’ai une cavalière que je vais te mettre à l’écart.

Ethan se dirigea alors en direction du salon. Il ne put s’empêcher de se retourner une fois sur le palier pour dire un dernier mot à Tenshi.

Tu es et serra toujours mon seul ami Sir Fukkatsu.

Un sourire moqueur se dessina sur ses lèvres tandis qu’il passait la porte pour retrouver Emma. Celle-ci n’avait pas bougé d’un pouce.

Je suis prêt mademoiselle nous pouvons y aller.

Elle lui sourit et se leva tout en époussetant sa robe.

Je pensais que nous allions manger dans votre cabine.

Cela ne m’aurait pas déplu vous savez. Nous aurions pu rester loin de toutes ses mondanités et aurions pleinement profité de ma chambre. Cependant je me vois dans l’obligation de vous refuser ce dîner rêvé car nous sommes invités à des festivités qui mettront en jeu mon avenir et je l’espère le vôtre.

La demoiselle eut le rouge aux joues tandis que le jeune homme lui présenta son bras afin qu’elle si accroche. Elle n’hésita pas un instant et passa son bras sous le sien le sourire aux lèvres. Il était heureux de ce contact mais s’en voulait un peu de lui forcer la main pour cette soirée. Après tout il avait décidé cela dans son coin sans rien lui dire. Elle ne semblait pas s’en offensé pour autant.
Ils sortirent de la cabine bras dessus bras dessous, et se dirigèrent sur le pont B ou se situait le lieu de la réception de ce soir.

Ils arrivèrent à la salle avec quelques difficultés étant donné qu’ils n’étaient pas les seuls convives à se diriger vers les lieux. Il n’y avait que du beau monde et Ethan en était quelque peu gêné. Il avait l’habitude de ce genre de chose il l’avait prouvé rien durant tout ce voyage mais il voyait en cette soirée la seule et unique occasion qu’il avait de s’offrir une nouvelle vie loin de l’Angleterre et de ses géniteurs. Il sentit également Emma se crisper et lui serrer un peu plus fort le bras. Il se pencha vers elle pour lui souffler une phrase à l’oreille.

Seriez-vous nerveuse du fait que je vous mène à un tel évènement ?

Elle se crispa un peu plus mais lui répondit avec un franc sourire et un regard déterminé.

Je ne crains pas les aristocrates mais plus votre opinion. Je ne suis pas une de ses créatures qui se pavane au bras d’un riche mari et je ne serais jamais l’une d’elle. J’espère que vous ne mûrissiez pas cet espoir.

Ethan retint un petit rire alors qu’ils n’étaient entourés que de personne qui attendait de pouvoir entrer dans la salle. Il se pencha de nouveau vers elle.

Loin de moi cette idée vous êtes parfaite.

Il passa la main sur la joue d’Emma avec un regard tendre, il s’apprêtait à l’embrasser mais la file se mit à bouger et il préféra s’abstenir pour enfin pénétrer dans la salle à manger de première classe.
Un réceptionniste les accueillit, il était français comme une bonne partie du personnel du restaurant. Gaspare Antonio Pietro (dit « Luigi) Gatti était le gérant du restaurant. Il possédait de très bonne qualification et avait même deux restaurants populaires au cœur de Londres. Ethan c’était déjà rendu dans l’un d’eux, il fallait avouer que ses papilles avaient été ravies par le mélange des saveurs italiennes et françaises qui étaient à l’honneur. Luigi avait trente-six ans et avait fait ses classes aux Ritz de Londres. Un homme tout bonnement fait pour diriger le restaurant de ce paquebot de luxe.
En parfait gestionnaire il avait pris soin de sélectionner les membres du personnel. La majeur partie des membres étaient des gens qu’il connaissait bien avec qui il avait déjà travaillé ou bien même qu’il avait débauché de ses propres restaurants londoniens. Il ne fut donc pas étonnant de savoir que le personnel était en grande partit italiens et qu’une dizaine d’entre eux étaient de la même famille que lui.  
Le chef de cuisine fut également choisit par lui-même. Il s’agissait de Pierre Rousseau, un chef français avec qui il avait déjà travaillé mainte fois sur des restaurants aussi bien sur terre que sur mer. Il permit d’ailleurs à ce dernier de choisir une partie du personnel, d’où le mélange d’origine franco-italienne.
Emma et Ethan furent diriger par le jeune homme français jusqu’à une table libre ne pouvant accueillir que quatre personne. Le jeune sir anglais savait cependant que les deux chaises ne seraient pas occupées. Il espérait voir Tenshi mais ne pensait pas que ce serait le cas. Son ami avait vécu un tel traumatisme. Il sera les poings en repensent à la scène. Emma vint alors poser sa main sur la sienne comme pour apaiser ses tourments. Il plongea alors son regard dans le siens et sentit sa colère l’abandonner. Il se mit alors à lui sourire et à observer la pièce dans laquelle ils étaient. Il avait pris soin d’éviter cet endroit et était assez émerveillé par le luxe abondant des lieux.

Plan exacte :
 

La salle mesurait 18m de long sur 14m de large. Elle était entièrement décorée dans le style Louis XVI. La pièce était lambrissée du sol au plafond de panneaux de noyer français magnifiquement sculptés et d’une couleur, délicate mais néanmoins chaleureuse, de brun fauve, les moulures et les ornements étaient luxueusement ciselés et dorés. Il y avait de grandes appliques électriques en laiton moulé, ciselé et doré également, supportant des lampes chandelles, qui étaient fixées au centre des panneaux. A droite de l’entrée, se trouvait un buffet au-dessus de marbre « fleur de pêcher », soutenu par des boiseries et du placage rappelant le style des panneaux muraux. Rien n’avait été laissé au hasard.
La pièce était éclairée par de larges baies vitrées qui en cette soirée ne laissait paraître que quelque rayon de lumière, c’était cependant agréable car cela donnait l’impression d’agrandir la pièce. Les fenêtres étaient munies de croisillons ornementaux en métal et étaient tendues de rideaux de soie de couleur fauve unie, aux bordures à fleurs et aux cantonnières luxueusement brodées. Chaque détail était dans la pureté du style.
Le plafond, soutenu par des colonnes aux torsades de bronze, était en plâtre dans lequel des fleurs modelées en bas-relief s’associaient pour former, au centre, un simple motif en treillis et des guirlandes sur les baies. A divers endroits bien choisis, étaient suspendus des lustres de cristal ornés de métal ciselé et doré.
Le sol était quand à lui recouvert d’un élégant et épais tapis d’Axminster fabriqué par la manufacture anglais BMK- Stoddard Ltd., dans un style discret de l’époque Louis XVI bien entendu. La couleur était d’un délicat « vieux rose » dans le ton connu sous le nom de « Rose du Barry » en parfaite harmonie avec l’environnement.

Tout cela respirait l’argent et l’aristocratie sans aucun doute. Il y avait tout de même du confort dans toute cette luxure. 49 petites tables avaient été installées, pouvant accueillir chacune de 2 à 8 personnes et au total 137 convives pouvaient être présents. Autant dire qu’en cette soirée nous n’étions pas loin de la capacité maximale de la pièce. Chaque table, comme Ethan avait pu le constater, disposait d’une lampe sur pied en cristal avec un abat-jour rose en son centre. La plus fine argenterie avait été dressée. On trouvait également une carafe en cristal à l’emblème de la White Star Line pour se désaltérer d’eau fraîche. Quant aux assiettes elles étaient en porcelaine de couleur bleu de cobalt avec liseré doré, portant au centre le sigle de l’Oceanis Steamship Navigation Company (société mère de la White Star Line). Il y avait également quelques fleurs, des roses et des marguerites blanches. Ces dernières étaient, il le savait, conservées dans une des pièces du paquebot proche des cuisines. Qui d’autre que de grand aristocrate pour exiger des fleurs au beau milieu de l’océan ?
Le fauteuil sur lequel Ethan avait posé son fessier était en noyer français clair, identique à celui des murs. Leur ébénisterie était sculptée et lustrée à la cire. Il était recouvert tout comme ses semblables dans la pièce de tapisserie d’Aubusson aux tons sobres, représentant un treillage de roses.
Le jeune homme remarqua alors les serveurs courir vers plusieurs dessertes entourant les colonnes et faisant partit de l’arrangement décoratif. Un bon moyen pour faciliter le service et ne pas gâcher l’harmonie de la pièce.
En retrait, monté sur une estrade se trouvait un kiosque à orchestre. Pour l’instant il était vide, mais de chaque côté du kiosque se trouvait un buffet sculpté dont la partie basse était utilisée pour la coutellerie et la partie supérieure pour le service d’argenterie complétant ainsi les besoins du restaurant capable de satisfaire toutes les exigences des nobles. Le membre de personnel était d’ailleurs en pleine action et on avait l’impression d’assister à un défilé de fourmis.

Ethan reporta son attention sur son invitée qui le regardait d’une drôle de façon. De toute évidence il l’avait beaucoup trop délaissé pour contempler la pièce. Il se rattrapa bien vite avec quelques mots pour s’expliquer.

Je trouve l’endroit sublime pour notre rendez-vous.

Ce n’est pas un peu trop luxueux ?

Le jeune sir passa une main derrière son crâne avec un sourire gêné.

Beaucoup trop je dois l’avouer. Tout est si… parfait. Comme si le monde ou vivent ses personnes n’étaient fait que de se luxe rassurant pour eux. Comme si le fait d’avoir ne serrait ce que ses fleurs leur sauveraient la vie.

Il avait ponctué sa phrase tout en prenant une rose dans le vase devant lui et la regardait comme si cette dernière était une baguette magique ou un autre objet du même acabit. Emma le regarda tout sourire.

Vous savez si bien résumé la situation avec votre petite épée verdoyante.

Ethan se mit à sourire tout en voyant sa main qui faisait naturellement quelque moulinet avec la rose dans l’idée d’en montrer toute les facettes. C’était ridicule et il cacha son embarras en rangeant la fleur d’où elle venait et en regardent les convives dans la salle à la recherche de son ami.
Il ne le trouva pas mais reconnu ses hôtes de marque dans la foule devant le buffet. George Dunton Widener l’homme d’affaire américain le plus riche de la ville de Philadelphie âgée de 50ans et heureux père de trois enfants. A ses côtés se tenait sa femme Eleanor Widener anciennement Elkins qui était la fille d’un de ses partenaires commercial, elle était en train de se servir une viande quelconque. Il y avait également à leur côté leur plus grand fils Harry qui était un peu plus âgé qu’Ethan avec ses 27ans. Une simple assiette à la main il attendait son tour le regard dans le vague. Le reste de la famille était resté au pays de ce que lui avaient appris les rumeurs du paquebot. Tous les trois étaient habillés de la manière la plus chic possible, au summum de la mode. Ces derniers étaient d’ailleurs en pleine discussion avec leur invité d’honneur pour qui la soirée avait été faite, le commandant Smith en personne.
Ethan savait que viendrait le moment pour lui d’aller parler au Widener afin qu’il se fasse connaître et peut-être accepter dans le nouveau monde américain. En attendent son ventre vint se manifester et il prit la carte posé devant lui dans l’idée d’apaiser cet organe bruyant.




Premier Service – Hors-d’œuvre
Canapés à l’Amiral
Huitres à la Russe
Bordeaux Blanc, Bourgogne Blanc ou Chablis (en particulier avec les huîtres)

Second Service – Consommé
Consommé Olga
Crème d’Orge
Madère ou Sherry

Troisième Service – Poisson
Saumon Poché et sa Sauce Mousseline
Vin sec du Rhin ou de Moselle

Quatrième Service – Entrée
Filets Mignon Lili
Sauté de Poulet à la Lyonnaise
Courgettes Farcies
Bordeaux Rouge


Cinquième Service – Relevé
Gigot d’Agneau et sa Sauce Menthe
Caneton Rôti au Calvados et sa Sauce aux Pommes
Aloyau de Bœuf Rôti, Sauce Forestière
Pommes de Terre Château
Timbale de Petits Pois à la Menthe
Carottes à la Crème
Riz à l’eau
Pommes de Terre Nouvelles à l’Anglaise
Bourgogne Rouge ou Beaujolais

Sixième Service – Punch ou Sorbet
Punch à la Romaine

Septième Service – Rôt
Pigeonneau Rôti sur Lit de Cresson Cuit
Bourgogne Rouge

Huitième Service – Salade
Salade Froide d’Asperges et sa Vinaigrette Safranée au Champagne

Neuvième Service – Viande Froide
Paté de Foie Gras
Céleri
Sauternes ou Vin Doux du Rhin

Dixième Service – Entremets
Gâteau Waldorf
Pêches en Gelée de Chartreuse
Eclairs au chocolat avec Crème Glacée Vanille à la Française
Vins Doux (Moscatel, Tokay, Sauternes)

Onzième Service – Dessert
Assortiments de Fruits Frais et Fromages
Vins Doux, Champagne ou Vin Mousseux

Après Dîner
Café, Cigares
Porto ou Digestifs



Ethan se demandait s’il aurait pu un jour avaler tout ça. Les cuisines devaient être un véritable champ de bataille pour pouvoir servir autant de plat différent. Il regarda par-dessus sa carte le doux visage d’Emma qui semblait tout aussi perplexe que lui.

Je pense qu’on est d’accord pour dire que l’on est loin de pouvoir ne serrais ce que goûter à chaque plat.

À moins que vous acceptiez de vous faire vomir, pour remplir de nouveau votre estomac Sir Abberline. Pour ma part je me contenterais que de un ou deux plats.

Le jeune anglais se mit à sourire. Cette femme était vraiment différente des autres. Loin des créatures qu’elle avait décrites tantôt elle ne souhaitait pas mener une vie de luxe. Un être simple au caractère bien trempé. Un être qu’il désirait à ses côtés. Ethan n’avait jamais véritablement connus l’amour mais il avait l’impression que c’était ce qu’il ressentait actuellement en sa présence. Son estomac était mécontent mais pas uniquement à cause du manque de nourriture, il lui faisait mal d’une bien étrange façon. Des papillons dans l’estomac, c’était l’expression courante pour décrire ce phénomène. Le jeune homme n’avait qu’une seul envie c’était passer la bague au doigt à cette femme devant lui ou même passer une unique nuit avec elle. Une nuit d’amour réciproque qu’il vous faut connaître au moins une fois dans votre existence.  
C’était toute cette vie qu’il rêvait d’avoir que représentait Emma. Une nouvelle existence sous de nouveaux cieux.

Un nouveau moi.

Voilà ce que pensait le jeune homme en cet instant. Il réalisait soudainement qu’il souhaitait être quelqu’un d’autre. Mais cette pensé lui semblait si familière comme s’il l’avait déjà formulé, comme… dans son rêve ?
Un mal de crâne vint lui vriller le cerveau. Il porta aussitôt la main à son crâne baissant naturellement la tête.

Vous ne vous sentez pas bien Ethan ?

Il leva la tête pour voir le regard inquiet de la demoiselle. Elle était si belle même quand elle avait cet air soucieux. Il s’efforça à sourire et enleva la main de sa tête.

Ce n’est rien ne vous inquiétez pas.

Avez-vous pensez à consulter ?

Ses maux de têtes son nouveau mais croyez bien que j’apprécierais une infirmière tel que vous pour m’aider à me soigner.

Il servit à Emma de l’eau avant de le faire pour lui-même. Il prit rapidement une gorgée d’eau tout en observant la réaction de la jeune femme. Elle qui avait été la plus entreprenante depuis leur rencontre voyait maintenant le jeune homme prendre les devants.

Ce serrait avec plaisir. Mais sinon pourriez-vous me dire ce que cette soirée à de si crucial pour vous et moi ?

Je souhaite vivre en Amérique. Comme vous le savez le nom Abberline n’est pas connu là-bas et j’ai donc besoin de quelques soutiens. Les Widener qui ont organisé cette soirée on l’influence que je recherche.

Il va donc vous falloir les affronter, mais puis-je savoir en quoi cela me concerne ?

Oh…

Ethan ne savait quoi dire. Il c’était imaginé une nouvelle vie et ne la voyait pas sans elle. Il avait cependant omis de lui là dévoiler. Qu’allait-il faire si elle refuser de venir avec lui ? Après tout elle avait un poste d’infirmière ici. Emma devait avoir une vie elle aussi. Ce n’était pas parce que lui l’avait décidé qu’elle allait suivre comme un petit toutou.

J’osais espéré que vous accepteriez de venir avec moi en Amérique.

Il l’avait dit de but en blanc, maintenant il le regrettait. C’était peut-être un peu trop cru. Il y avait des manières bien plus romantiques d’aborder la chose. Il l’observa, les yeux pleins d’espoir et espérait qu’elle réponde positivement à ses attentent. Emma baissa la tête et murmura une phrase qu’il n’était pas sûr d’avoir bien compris.

Hélas c’est impossible ce soir est notre dernier soir.

Il s’apprétait à lui demander de s’exprimer plus fort n’étant pas certains des mots employés mais un raffut se fit entendre dans la salle.
Le capitaine Smith était en train de saluer les convives car il était en train de partir. Tout le monde se mit à lui faire des petits signes de la main tandis que madame Widener était en train d’annoncer son départ et de faire un discours de remerciement. Les gens se mirent à applaudir tandis qu’Ethan regarda sa montre. 21h.

HRP : Le menu présenté est celui qui à été véritablement servis ce soir-là. Concernant cette soirée Mrs Walter Douglas, passagère de première classe, la résume ainsi : " La dernière nuit, nous avons dîné au Ritz. C'était le summum du luxe. Les tables étaient joyeusement décorées de roses et de marguerites, les femmes avaient revêtu de ravissantes robes de satin et de soie, les hommes étaient impeccables et tirés à quatre épingles, les violons de l'orchestre jouaient Puccini et Tchaïkowski. Le dîner était somptueux. La nuit était froide et claire, la mer de cristal. "



J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 338

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expériences :
3031/1000  (3031/1000)
Votre domaine: L'Emotion
avatar
Le Manieur du Chaos
Le Manieur du Chaos
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête]Un bond dans le passé - Lun 29 Juin 2015 - 14:21
Fin de Soirée


21h et Tenshi n’était toujours pas là. Que pouvait-il faire ? La question laissa un mauvais pressentiment à Ethan. Son ami était-il en train de replonger dans la léthargie qui l’avait vu s’enfermer dans un placard ? Il n’en savait rien et en un sens il s’en voulu d’être venu à cette soirée sans l’avoir pris par le bras pour le forcé à le suivre. Ne lui avait-il pas dit qu’il reviendrait ? Il devait lui faire confiance après tout c’était son meilleur ami. Ethan essaya de penser à autre chose et machinalement il saisit le verre de vin devant lui pour en avaler directement le contenu.

Vous ne devriez pas boire si vite Ethan ou l’alcool vous montera très vite à la tête.

Machinalement il sourit repensant à la soirée d’hier passé avec son camarade. Elle avait toutefois raison et il s’empressa de la rassurer.

Ne vous inquiétez pas je ne comptais pas faire ça avec la bouteille entière.

Je l’espère bien car je serais incapable de vous raccompagner à votre cabine. Il serait inconvenant qu’un noble cuve au beau milieu de la salle.

Ethan se mit à rire. Il était drôle qu’une infirmière de bas lignage vienne lui rappeler sa condition. De plus il savait que la demoiselle avait en aversion les aristocrates. Il y avait bien là une situation ironique.

N’allez pas vous imaginez que les nobles ne vivent pas dans la débauche. La majeur partit d’entre eux ne sont que des coquins. Ils trompent leurs femmes, leur font des enfants dans le dos et cherche à gagner le plus d’argent possible.

Et vous n’êtes pas comme eux ?

Ethan déglutit. Etait-il comme eux ? Il souhaitait aller en Amérique pour faire fortune, prouver à sa famille et à lui-même qu’il en était capable, mais cela revenait au même non ? Il courrait après l’argent. Oh il avait eu des aventures aussi, il ne saurait dire combien tout ça était flou. Il savait cependant qu’il ne tromperait jamais Emma si elle daignait l’épouser.

Je cherche sans doute l’argent et la reconnaissance comme eux je dois l’avouer. Pour le reste j’aime à penser que l’Amour reste pour moi prioritaire à l’appel de la chair. Je ne suis jamais allé dans les lieux de débauches à la mode à Londres. Oh certes j’ai due boire plus qu’il n’en faut du bon vin sirupeux et fumer des cigare cubain de première qualité mais je ne me suis jamais trop approché de la gente féminine.

Il ne savait pas ce qu’il lui prenait de raconter ça. Il était franc avec elle et souhaitait le rester au possible. Si jusqu’à maintenant il avait essayé de paraître sur son plus beau jour en étant l’homme idéale, il ne souhaitait pas pour autant que cette image perdure. Il voulait qu’Emma le voit tel qu’il était sans le nom de cette famille bien trop lourd à porter et sans tous les accessoires du parfait gentlemen.
En guise de réponse l’infirmière se contenta de venir poser sa main sur la sienne et elle le fixa des yeux intensément.

Pour revenir à ce que vous m’avez dit un peu plus tôt. J’aimerais que avant de vous donner ma réponse pour la nouvelle vie que vous me proposé nous passions cette soirée à ne pas y penser. Je sais qu’il sera difficile pour vous d’attendre ma réponse mais faite comme si vous ne m’aviez jamais posé la question. En plus de cela pour avoir le soutien nécessaire à votre entreprise il vous faudra approcher les Widener et croyez-moi cela à l’air déjà compliqué.

Le jeune aristocrate fit la moue. Ne venait-elle pas de repousser ses avances ? Non, elle prenait son temps, elle souhaitait réfléchir. Etait-il bon qu’une femme réfléchisse ? La question était sexiste mais il était vrai que la gente féminine actuel ne disposait que de très peu de chance de donner son avis. Lady Brown combattait d’ailleurs pour que cela change. Il voulait connaître son avis et ne rien lui imposer. Certes il voulait vivre avec elle et fonder une famille, une dynastie, un empire, mais ce qu’il souhaitait c’était surtout être près d’elle. Dans la richesse comme dans la pauvreté. Les paroles symboliques ne lui apparurent jamais aussi claires, aussi il posa sa deuxième main sur celle de la jeune femme et avec un franc sourire lui dit :

Comme il vous plaira Lady.

La jeune femme vit le rouge lui monter aux joues. Elle retira prestement sa main et ne soutenant pas le regard du jeune homme elle fit une remarque la moue boudeuse.

Je n’ai pas votre rang. Inutile de m’appeler ainsi.

Pour moi il n’y a pas d’aristocratie quand il s’agit de beauté et de cœur.

Elle releva la tête pour lui faire un sourire sincère. Ethan en profita alors pour changer rapidement de conversation.

Qu’entendiez-vous par le fait que d’approcher la famille Widener ne serait pas facile ? Oh ! Je vois…

Détournant la tête pour regarder le dernier emplacement connus des Widener il ne pût que constater qu’un attroupement c’était formé tout autour d’eux. Ils étaient le centre d’attention de cette soirée étant donné qu’ils en avaient été les organisateurs et que le capitaine avait désormais quitté les lieux. Ethan déglutit, sa seule chance d’appuie venait de fondre comme glace au soleil. Il se rassura cependant il parviendrait à ses fins d’une quelconque manière. Pour l’heure il allait se concentrer sur la douce chaleur qui étouffait son cœur à chaque fois qu’il regardait la femme devant lui.

Ce sera pour une prochaine fois en attendent si nous allions goûter au plats de cette carte ?

Il était bien décidé à profiter de cette soirée.

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

22h30. Ethan et Emma quittèrent la réception. Il ne restait que peu de monde en plus de la famille Widener. Les musiciens avaient déjà laissé de côté leur prestation et beaucoup de convive se sont empressé de les suivre dans leur prochaine salle de concert.
Le jeune aristocrate était ravi de sa soirée. Il avait goûté à un moment délicieux en compagnie de l’infirmière, qui elle aussi semblait très enjouée. Ils avaient discutés de tout et de rien pendant presque trois heures maintenant. Ethan n’avait laissé aucune des questions de la jeune femme sans réponse. Il c’était évertué à être le plus franc possible même quand le sujet de conversation avait été sa famille. Il ne voulait rien lui cacher. L’homme pourtant calculateur et prêt à tout avait laissé cette partie de sa personnalité de côté pour s’ouvrir à elle et s’offrir entièrement. C’était la première fois qu’il ressentait un tel besoin envers quelqu’un. Oh il y avait bien Tenshi qui était au courant de toute sa vie mais ce n’était bien évidemment pas pareil. L’homme avait beau être son meilleur ami il ne se voyait pas fonder une famille avec lui. Ses enfants l’appelleront sans doute « oncle » cependant. L’histoire n’en était toutefois pas à sa descendance et tout n’était qu’onirique pour l’heure.

C’est ici.

La jeune femme fit entendre sa douce voix et se plaça devant la porte de sa cabine. Ethan l’avait tout naturellement raccompagné à sa chambre. Il n’espérait pas pour autant rentrer. Il savait qu’il était inconvenant de pousser si loin une telle relation le premier soir. Certaines femmes étaient sans aucun doute moins réticentes sur le sujet mais il n’en avait cure. Le seul être qu’il désirait était Emma et il était prêt à se plier à toutes ses exigences. Il lui offrit alors le plus charmeur de ses sourires.

Ainsi s’achève notre soirée.

Oui Ethan, mais nous avons encore pleins de journées qui nous attendent. Le bateau a beau être rapide nous ne débarquerons pas encore tout de suite.

C’est vrai.

Le jeune homme poussa un long soupire. Il aurait souhaité rester avec elle cette nuit. Sans mauvaise intention bien entendu. Il souhaitait juste continuer leur longue discussion, connaître son avis sur tout, l’écouter, voir son visage exprimer toutes les émotions possibles. Il voulait tout savoir d’elle et être capable de deviner ce qui se cachait derrière le petit pli soucieux de son front qu’elle avait parfois. Il souhaitait également savoir une dernière chose avant d’être obligé de la quitter.

J’aimerais… connaître votre réponse pour… notre voyage.

Il baissa les yeux instinctivement sur sa canne et fit comme s’il ne l’avait jamais vu, examinant chaque parcelle. Il ne pouvait pas la regarder. Prendre un refus les yeux dans les yeux aurait été beaucoup plus difficile. Il se ravisa quelque peu. Il ne le supporterait pas de toute manière. Il releva alors la tête pour plonger son regard dans le sien.
Emma souriait le regard rieur. Sans doute le trouvait-elle semblable à un enfant qui demande un caprice à sa mère. Elle se rapprocha de lui et caressa sa joue tendrement. Le contact chaleureux détendit quelque peu le jeune homme.  Elle l’attira à elle et il se laissa faire comme hypnotisé par son regard doux. Elle posa ses lèvres sur les siennes dans un baiser aimant. Ethan ferma les yeux comme pour mieux sentir les lèvres d’Emma. C’était agréable et cela faisait comme si une éternité était passée entre la première fois et cette seconde fois.

Cette réponse vous suffit Ethan ?

Un sourire vint s’épanouir sur les lèvres du jeune homme. Il ne put s’empêcher de faire de l’humour.

Je ne suis pas certain d’avoir bien saisi votre réponse mademoiselle. Vous ne pouvez pas recommencer ?

Emma se mit à rire et s’éloigna un peu plus du jeune homme.

Soyons raisonnable Ethan. J’ai déjà du vous faire traverser presque la moitié du paquebot pour qu’on arrive à ma chambre par le chemin le plus long. Gardons-nous des instants pour demain.

Je comprends mieux pourquoi votre chambre me paraissait si loin.

Il se mit à rire et elle en fit autant. Ils étaient heureux et Ethan se disait que c’était un bonheur qui allait perdurer à travers les années.
Emma mit sa clef dans la serrure faisant véritablement prendre conscience à l’aristocrate que la soirée était terminé. Il était triste, son morale c’étant soudain assombris. Il avait comme un mauvais pressentiment. Son cœur c’était serrés comme s’il craignait de ne plus jamais la revoir.

Une secousse se fit sentir et la jeune femme se retrouva dans les bras de l’anglais. Il reprit conscience et la serra contre lui ne souhaitant pas que ce contact ne s’arrête. Elle se retourna pour se retrouver face à lui, les mains sur son torse. Elle posa son front sur lui et fit claironner sa douce voix.

Merci. Le bateau a du bouger à cause d’une grosse vague.

Oui sans doute.

Il ne voulait pas que ce contact cesse et pourtant l’infirmière y mit fin. Elle le gratifia d’un sourire, se sépara de ses bras et fit faire le dernier tour à sa clef. La porte s’entrouvrit et Ethan sentait son cœur se fendre en même temps. Elle passa de l’autre côté se retrouvant à l’intérieur de la cabine.

J’ai passé une merveilleuse soirée Ethan. Merci pour tout et à demain.

Elle lui fit un petit geste de la main auquel il répondit de même puis elle ferma la porte. Il eut juste le temps d’apercevoir une dernière fois son sourire avant de se retrouver nez à nez avec la porte en bois. Il poussa un soupire et posa sa main sur le battant comme pour ressentir la présence de la jeune femme derrière. Il avait sans doute l’air ridicule à agir ainsi. Que dirait ses parents s’ils savaient qu’il c’était épris d’une simple infirmière ? Ils le renieraient sans doute. Ce ne serait pas la première fois qu’ils lui diraient une telle menace. Cela avait sans doute marché dans le passé quand il n’était personne et juste un Abberline de plus mais aujourd’hui c’était différent. Il voulait sortir du giron familial et perdre la fortune de la famille ne serait pas gênant car il monterait sa propre entreprise et dynastie. Une branche Abberline en Amérique voilà une idée qui lui plaisait.

Déambulant dans les couloirs et ponts du navire Ethan était quelque peu perdu dans ses pensées. Son rêve américain était proche même s’il n’avait pas réussi à approcher les Widener qui lui auraient fournis une aide bienvenue. Il rompit le fil de son imagination quand il remarqua qu’il y avait de la glace sur le pont. Des hommes étaient en train de jouer avec et semblaient souffrir d’un excès d’alcool. Le jeune aristocrate resserra sa veste sur lui. L’air marin était frais et la glace ne faisait que confirmé que le paquebot était proche des glaciers. Il se demandait cependant par quel miracle le pont c’était retrouvé couvert de bris de glace. Il surprit alors une conversation entre passager :

Hey les gars comment ça se fait qu’il y a de la glace sur le pont ?

On a du frôler une banquise ou un truc du genre et c’est tombé sur le pont tout simplement.

C’est que tu es intelligent comme gars toi ! Tiens si on utilisait la glace pour rafraîchir les whisky !

Le jeune homme laissa là les hommes bien trop portés sur la bouteille de liquide ambré pour retourner à sa cabine. Il avait tout de même sourit au fait qu’ils utilisent la glace du pont pour mieux apprécier leur whisky. Il était vrai qu’il était dans le quartier des deuxièmes classes et qu’ils n’avaient pas le même confort que lui en première. La vie était injuste à ranger les gens par catégorie.

HRP : La collision avec le morceau de glace s'écrasant en débris sur le pont à eu lieu à 23h30. Certains passagers vont jouer sur le pont avec la glace, d'autres terminent tranquillement leur partie de bridge. En deuxième classe, on envisage d'"utiliser la glace tombée sur le pont pour rafraîchir les verres de whisky !".



J'effeuille un Chrysanthème pour connaître mon amour de l'humanité.~Fiche ~ Ma couleur : #3d696c ~  Theme ~
[Quête]Un bond dans le passé
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» [Quête]Un bond dans le passé
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» La nouveauté trouve ses racines dans le passé. [pv Alice]
» Hermione , toujours ici ! ça vous étonne ? [Ginny]
» Finale de la Saison I - Bond dans le temps [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Chambres des élèves-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page