Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Face à la bête

Invité
avatar
Invité
Face à la bête - Lun 18 Aoû 2014 - 0:31
Face à la bête





Ethan c’était de nouveau réveillé très tôt, les cauchemars qui le hantés n’avaient toujours pas pris fin. Il revoyait chaque nuit le visage d’Emma lui apparaître toujours accompagné de ce rouge vermeil qui le dégoûtait de plus en plus. Il se demandait s’il n’était pas en train de finir phobique du sang. Il c’était une nouvelle fois levé en sueur et obligé de prendre une douche. Une fois propre il essaya de se faire une petite beauté en se regardent dans le miroir de sa salle de bain, ses cheveux avaient poussés de quelques centimètres. Ethan se fit alors la réflexion que même si on était mort notre corps continuait de vivre. C’était vraiment étrange, à part son don pour lire les émotions il avait presque l’impression d’être vivant. Quel fait étrange tout de même ? Il se permit même la courte pensée, curieux de savoir si une apprentie déesse pouvait toujours donner la vie. Quelle idée de se poser de telle question, mais même si le jeune homme poussa la question dans un coin de sa tête celle-ci avait l’air de revenir comme un mauvais refrain de musique en tête. Il se promit alors de faire des recherches si un enfant avait été conçu dans les murs de l’académie. Il se demandait d’ailleurs comment serrait un enfant née d’êtres « mort », serait-il un apprenti dieu à la naissance doté lui aussi d’un domaine divin ? Voilà quelque chose qui promettait d’être intéressant.

Délaissant son reflet dans le miroir tout en se disant qu’il ne pouvait rien faire pour améliorer son état, il sortit de sa chambre. Il avait bien entamé la lecture d’un livre sur la Rome antique, mais il n’était pas décidé à le terminer. Il avait cette question en tête. Ethan voulait résoudre cette énigme et il n’y avait qu’un seul endroit capable de lui fournir des réponses : la bibliothèque.
Il sortit tout naturellement du dortoir tout en se frottant un peu les bras. Il était à peine 5h du matin et le soleil venait tout juste de se lever, autant dire qu’il ne faisait pas encore bien chaud au sein de l’académie. C’était d’ailleurs étrange que même dans ce lieu il y avait des saisons. En ça Ethan se sentait chez lui, même s’il pleuvait bien moins qu’en Angleterre. Il commençait à avoir le mal du pays et surtout des paysages londonien. C’est en traînant les pieds qu’il se mit en chemin pour sa quête.

Pour une obscure raison alors que le chemin lui proposait soit d’aller vers la bibliothèque soit d’aller vers l’arène, Ethan choisit la deuxième route. Il n’était jamais partit explorer l’académie, et cela faisait maintenant quelques semaines qu’il était ici. Il avait bien fait quelques vadrouilles avec son ami Tenshi mais aucune ne l’avait poussé vers cet endroit. Il avait cependant entendu quelques rumeurs sur le lieu en cours. On pouvait aller y combattre des monstres si l’envie nous en prenait ou bien partir à la chasse au monstre pour en ramener dans l’arène. Cela lui semblait être une coutume un peu barbare, mais il était en train de lire un livre sur la Rome antique et il lui semblait être assez bien plongé dans l’univers pour aller voir comment était l’arène de la Deus Academia.
Il ne mit pas longtemps à trouver le bâtiment, celui-ci était d’ailleurs assez imposant. Il remarqua tout de suite des ressemblances avec les arènes romaines et il se demandait si cela était voulu. Après tout l’académie tout entière semblait d’inspiration totalement humaine, il n’avait jusqu’à maintenant rien vu qui sortait de l’ordinaire. Du moins au niveau des bâtiments, pour le reste il était assez surpris. Après tout n’était-il pas récemment sortit d’un combat contre un griffon de pierre ?

Il entra par un porche de pierre et se retrouva dans les tribunes faites du même matériau. Il tomba alors sur une scène étrange une femme se trouvait au milieu de l’arène les bêtes l’encerclent. Ses longs cheveux long couleur ébène semblait danser à chaque mouvement qu’elle effectuait avec son fouet. Car la jeune femme étrangement fine était en train de manier le fouet contre les créatures face à elle qui semblait très coriace.
Par instinct Ethan se mit à avancer jusqu’au bord de l’arène, il s’apprêtait à entrer sur le ring mais la jeune demoiselle mania son fouet de manière à le faire claquer sur la joue d’un des monstres, une espèce de créature verte assez proche des chiens. De toute évidence elle n’avait pas besoin de lui, et maintenant qu’il était plus près il pouvait entendre la femme aboyer des ordres. Voilà une nouvelle fois un spectacle bien étrange qui s’offrait à lui. La Deus Academia était décidément pleine de surprise.

Le jeune homme se posta alors au bord de l’arène pour regarder le spectacle qu’il comprenait être du dressage. Il sentit même très légèrement les sentiments de la jeune femme, celle-ci était en proie à une certaine colère. Mais il n’était sûr de rien, son pouvoir était tellement compliqué. Il arrivait uniquement à capter une certaine émotion de manière évasive sans vraiment en être certains. Il restait un faible humain dans un corps d’apprenti dieu. La femme qui se tenait devant lui semblait par contre beaucoup plus forte que lui, loin d’être du genre fragile. D’un certain point de vue il l’enviait et au même moment où il formula cette pensée la dompteuse était en train d’éviter un coup de croc. Il n’arriva pas à contenir un petit « oh » d’étonnement, et cela attira l’attention de la jeune femme aux cheveux corbeau qui braqua alors sur lui des yeux… rouges ?
Ethan se mit à cligner des yeux plusieurs fois. Les pupilles de cette femme avait belle et bien la même couleur que les siennes. Il se mit à sourire automatiquement et pris la parole :

Bonjour, excuse-moi de te déranger dans ta séance de domptage. Tu sembles… doué dans ce domaine.

Le jeune homme aurait sans doute pu trouver mieux comme ouverture de conversation, mais il était assez spontané. Au moins cette fois il n’était pas resté béat. Il y avait du mieux, sans le savoir le jeune Ethan était en train de changer. Il devenait de plus en plus fort… Mais à sa manière.


HRP : Frère et sœur de pupilles o/


♦ Rose ou chou ? : Rose sanglante
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 85

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
835/1000  (835/1000)
Votre domaine: Le Feu
avatar
Dompteuse/Chasseuse pour l’Arène
Dompteuse/Chasseuse pour l’Arène
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Face à la bête - Lun 18 Aoû 2014 - 15:03

- Face à la Bête -
Une nuit de plus dans cette académie, un matin de plus, un jour de plus... Nasline étouffait. Pour le moment la douceur de la nuit régnait en maître, la nuit était claire, les étoiles brillaient encore dans le ciel, il n'y avait pas âme qui vive, mais ces lieux lui pesaient. A quelques exceptions près, chaque jour se ressemblait, chaque nuit était pareille à la précédente. En ces lieux, la vie était morne... Oh bien sûr, elle n'était guère plus amusante sur Terre et il était là le drâme. Nasline ne s'amusait plus de rien. Elle s'interdisait toutes attitudes propices à lui entraîner des ennuis avec l'administration de cette foutue académie. L'arène était bien trop souvent désertée par ces limaces rampantes qui se prétendaient défenseuses de l'humanité. Cette vermine n'était bonne qu'à geindre, à se morphondre et tenter de vivre comme si rien ne s'était passé, comme si la faucheuse n'avait pas eu raison de leur peau. Il n'y avait qu'à les regarder. Qu'importe leur époque, leur âge, leurs fonctions, ils agissaient tous comme ils l'auraient fait avant. L'adaptation ? Ils ne connaissaient pas. C'était trop dur pour eux. Et elle ?...Elle non plus elle ne s'adaptait pas... Même si elle y mettait toute sa force, toute sa volonté, tout son temps, son esprit et ses sentiments ne suivaient que de loin. Combien aurait-elle donné pour repartir à la recherche de quelques amants, se nourrir de leurs soupirs, de leurs espoirs, de leur amour, se régaler de leur puissance, de leur voracité, et au petit matin les abandonner avec la promesse muette de prendre leur dernier souffle de vie s'ils osaient divulguer son appétit de luxure à qui que ce soit... Combien aurait-elle donné pour les supplications, les cris, la haine, la peur... Le pouvoir lui manquait...et avec lui tous ces vices qu'elle ne pouvait assouvir qu'à mi-voix, cachée, tapie comme une pauvre bête apeurée... Elle n'était plus que l'ombre d'elle-même et ce constat était offensant.

Et pourtant...elle ne pouvait se résoudre à abandonner. Elle aurait pu partir, quitter cette académie, rejoindre ou non les renégats, vivre en humaine, reprendre ses petits jeux jusqu'à ce qu'on vienne la récupérer avec pertes et fracas, jouir de cette vie, de toutes les promesses que sa condition lui murmurait à l'oreille... Mais au lieu de ça, elle restait là. Au lieu de ça, elle ne vivait que pour cette peronnelle aux yeux et cheveux d'or, cette enfant effrontée qui avait osé défier son autorité en brisant sa promesse, en rendant leur pacte nul. Au lieu de ça, elle se languissait pour ce stupide Simon qui ne comprenait rien à ses besoins de femme. Au lieu de ça...Elle se perdait dans la tâche qui lui avait été confiée.

Comme chaque matin, la princesse écarlate s'était levée avant le soleil, avant la faune et la flore. Elle avait pris une douche, puis elle s'était recouverte de cette couverture qu'elle avait trouvé dans son armoire. Tranquillement, elle s'était réchauffée en buvant sa tasse de lait bouillant, écoutant les craquements de la nuit au dehors. Après chaque douche, elle se sentait faible. Son pouvoir perdait de son intensité. Elle avait essayé quelques fois de la prendre le soir, mais il s'était avéré que son corps ne le supportait guère. Elle se sentait lasse le soir, lasse d'avoir tant chauffé son corps bouillant et l'eau empirait considérablement son état. Alors elle avait dû trouver un rituel plus adapté, augmenter sa consommation de nourriture, ne pas négliger son sommeil, prendre le temps de se réchauffer après chaque passage sous l'eau... Le reste du temps, elle débordait d'énergie. Habitée d'une rage constante, elle se vouait corps et âme à l'arène et quand elle n'avait plus rien à faire, elle emmerdait son monde, s'imposait à Simon, allait taquiner son ami Franz et surveillait discrètement sa protégée.

Lorsqu'elle fut enfin ragaillardie, elle s'habilla tranquillement, enfilant sa combinaison moulante d'un brun sombre, une tenue en cuir doublée d'un métal résistant mais léger, conçu spécialement pour elle. L'obtenir n'avait pas été chose facile, mais le marchant avait fini par la lui céder si elle consentait à lui aporter la peau de bête nécessaire à sa confection ainsi que quelques étoffes. Ainsi marchandé et les bêtes chassées, tuées et dépecées, elle n'avait eu qu'à patienter quelques semaines encore pour obtenir cette combinaison.

Depuis, tous les jours, elle l'enfilait en marmonnant un petit air de tango, relevait ses longs cheveux d'ébène en une haute queue de cheval, rangeait ses couteaux de jets sur ses cuisses et ses trois dagues à sa ceinture, saisissait le fouet que lui avait fourni Chronos pour l'accomplissement de sa tâche ainsi que la sacoche contenant sa tenue de rechange et, perchée sur ses bottes à talons compensés (qui compensaient justement sa petite taille), elle quittait l'internat à grandes enjambées.

Parvenue à destination sans avoir flané en route, elle gratifia la troupe de monstres d'un puissant « Bonjour ! » qui en éveilla plus d'un et se dirigea sans tarder vers le petit bureau où un gardien somnolait paisiblement, elle esquissa un sourire attendri, se pencha délicatement à son oreille et réitéra l'expérience avec un plaisir sadique. L'homme sursauta, manqua tomber de sa chaise et lâcha quelques jurons à l'intention de la jeune femme qui repartait déjà, sa mission accomplie avec succès, après avoir accroché sa sacoche au mur à côté de la porte.

Tranquillement, elle alla chercher le matériel dont elle allait avoir besoin, elle nourrit chaque bête, vérifia les plaies de ceux qui avaient été amochés durant les récents combats, puis, prenant en compte les caractéristiques de chaque créature, elle se mit en devoir de les entrainer, seuls ou par groupes.

Et c'est alors qu'elle s'occupait des lyncheurs qu'elle reçut de la visite.

Elle ne les faisait jamais sortir en même temps que les lyncheurs alphas, mais elle devait tout de même les surveiller. S'ils n'avaient pas de chefs ils étaient moins dangereux, mais ils pouvaient se battre entre eux pour en former un. Et ce n'était guère son but dans l'immédiat. Le fouet claquait tandis qu'elle les encourageait à en braver la brûlure, à repousser leurs limites et leurs peurs. En somme c'était un métier qui lui correspondait bien. Elle pouvait proférer toutes les menaces qu'elle voulait, les animaux n'y comprenaient rien, ils ne percevaient que son ton agressif. Pourtant, ils l'aimaient bien. Après tout elle les nourrissait, les soignait, les lavait, les brossait... Et puis il y avait une certaine notion de hiérarchie entre eux. Elle avait battu et capturé la plupart d'entre eux pour les amener ici. Et de ce fait, elle leur était supérieure. Si tous les animaux ne respectaient pas ce contrat tacite, les canidés tels que les lyncheurs, eux, le faisaient.

C'est juste après avoir essuyé une attaque du plus brave de ses disciples qu'elle l'entendit. Jetant un coup d'oeil par dessus son épaule, elle aperçut le garçon qui avait troublé leur entrainement et ses yeux lancèrent des éclairs. Pour qui se prenait-il ce mioche ?

« Bonjour, excuse-moi de te déranger dans ta séance de domptage. Tu sembles… doué dans ce domaine. »
La princesse écarlate laissa une moue dubitative se dessiner sur son visage. C'était bien la première fois qu'elle recevait ici de la visite. Certainement que cet incapable de gardien s'était encore rendormi. Lâchant un profond soupir, elle consentit pourtant à accorder de son temps à cet importunent visiteur. Elle avait tout son temps après tout, elle n'avait qu'à laisser les bêtes se dégourdir un peu les pattounes.

Forte de cette décision, elle rangea tranquillement son fouet à sa ceinture et s'approcha de sa démarche féline.

« Merci. A vrai dire, je n'avais jamais fait ça avant de débarquer ici... Quel est ton nom ? »
Arrivée devant le garçon, elle lui tendit une poigne de fer et lui serra la main. Sa main était aussi douce qu'on puisse l'espérer d'une jeune femme, mais elle ne s'était pas gênée pour lui montrer qu'elle ne plaisantait pas et que sa force n'était pas factice.

« Moi c'est Nasline Vasilis, repentie et chasseuse et dompteuse pour l'arène. »
Esquissant un faible sourire, fière de l'impression qu'elle avait dû faire à ce jeune homme, elle se détourna légèrement en prenant sa bouteille d'eau d'un geste distrait, jetant un vague coup d'oeil pour vérifier que ses bêtes n'aient pas encore prévu de s'entretuer.
Code par Topaze Aryia ©
Invité
avatar
Invité
Re: Face à la bête - Lun 18 Aoû 2014 - 19:44
Repentis





La jeune femme semblait troublée et agacé, de toute évidence Ethan ne devait pas se trouver là et il le ressentait vaguement en fixant ses pupilles rouges sur la dompteuse. Celle-ci se laissant cependant aller à permettre aux animaux de se dégourdir seul sans coup de fouet. Elle s’approcha donc tout naturellement du jeune homme avec une démarche animal. Ethan avait comme l’impression d’avoir à faire à un autre type de créature tout aussi dangereuse, et le fouet qu’elle rangea à sa ceinture n’était pas là pour le décourager de cette idée.

Merci. A vrai dire, je n’avais jamais fait ça avant de débarquer ici… Quel est ton nom ?

La demoiselle tendit alors à Ethan sa main dans un geste de salutation, il hésita quelques instants sachant que son domaine divin allait sans aucun doute devenir un peu plus actif avec ce contact physique. Il se laissa cependant aller à lui serrer la main, la peau de la jeune femme était délicate mais elle fit preuve d’une certaine force. Au moment même du contact Ethan sentit que la jeune femme était torturé par plusieurs sentiments, tout cela restait une impression vague, même si beaucoup moins qu’en la regardent. Il sentait qu’elle voulait se montrer froide, comme dominatrice. Elle se présenta tout de même aimablement :

Moi c’est Nasline Vasilis, repentie et chasseuse et dompteuse pour l’arène.

Nasline esquissa un sourire et jeta un coup d’œil aux créatures derrière elle tout en buvant un peu d’eau à la bouteille. Ethan en profita pour retirer sa main de cet étau de fer et se présenta également.

Je suis Ethan Abberline, apprenti dieu uniquement et je suis arrivé assez récemment il y a quelques semaines.

Naturellement le jeune homme massa sa main endoloris. Nasline avait véritablement une poigne de fer et lui était de nature assez délicate. Après tout dans sa vie anglais Ethan était loin de sortir faire du sport en club ou tout autre chose. Il était plus du genre à rester planter devant son ordinateur chaque soir dans l’attente des nouvelles de ses amis du monde virtuel. Peut-être bien qu’un jour il se devrait de corriger cette faiblesse. Mais bon à bien y réfléchir le jeune homme ne se trouvait pas devant n’importe qui, il était devant une repentie.
Ethan en avait entendu parler, les gens qui étaient à l’académie était réunis sous trois grandes catégories : les apprentis dieux, les professeurs et les repentis. Ces derniers se devaient de travailler pour purger leur ancienne vie pleine de pêchés. Il se demandait soudain ce que pouvait bien avoir fait Nasline pour être devenu une repentie. La belle disait ne s’être jamais servit d’un fouet mais elle semblait tellement à l’aise avec une telle arme que cela en était troublant.

Euh… Tu as fait quoi dans ton ancienne vie pour te retrouver à travailler à l’arène ?

Ethan ne devait sans doute pas respecter les convenances, mais sa curiosité était trop grande. Il sentait comme de la colère dans les sentiments de Nasline et il se demandait si ce n’était pas dans sa nature. Sans doute la demoiselle était une ancienne guerrière de renom. Cela avait quelque chose d’assez excitant de ne pas savoir à qui l’on avait à faire. Après tout Ethan ne c’était pas vraiment douté que son ami Tenshi était l’héritier d’un monde tout entier. Le jeune homme se mit à sourire et avait hâte de connaître la réponse à sa question. Mais les créatures derrière la fille aux yeux de braises en avaient décidé autrement et c’était misent à se battre entre elles.

Je crois que tes… petits amis à fourrures sont en train de s’entretuer. Tiens d’ailleurs comment s’appellent ces créatures ?

Ethan devait bien l’avouer, s’il c’était intéressé à tous ce qui concernait l’histoire de l’académie il n’avait pas lu grand-chose sur la faune et la flore locale. Il fallait peut-être qu’il remédie à ce handicap. Qui sait peut-être qu’un jour il se trouverait au milieu de l’arène face aux bêtes


HRP : Dit moi tout tes secrets.


♦ Rose ou chou ? : Rose sanglante
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 85

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
835/1000  (835/1000)
Votre domaine: Le Feu
avatar
Dompteuse/Chasseuse pour l’Arène
Dompteuse/Chasseuse pour l’Arène
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Face à la bête - Dim 24 Aoû 2014 - 18:56

- Face à la Bête -
Petite nature. Le jeune homme avait prestement retiré sa main de sa poigne « amicale et chaleureuse ». Etait-ce le contact de sa peau délicate ? La chaleur qui s'en dégageait ? Ou la force qu'elle y avait intentionnellement mis ? Quoi qu'il en soit, il avait lâché sa main très vite, comme un enfant apeuré. Nasline eut un petit sourire en reportant son attention sur lui. Est-ce que comme les enfants il répugnait à faire des bisous aux inconnus quand sa maman le lui demandait ?Réprimant l'envie de se pencher et lui montrer sa joue pour lui en réclamer un, elle se contenta de lui sourire de toutes ses dents, en une expression silencieuse légèrement carnassière.

« Je suis Ethan Abberline, apprenti dieu uniquement et je suis arrivé assez récemment il y a quelques semaines. »
Tiens tiens... Un jeunot... Voilà qui était intéressant... Peut-être pouvait-elle se le mettre dans la poche ? Sa réputation ne l'avait probablement pas encore précédée puisqu'il était là à papoter avec elle sans avoir eu un seul mouvement de recul lorsqu'elle s'était présentée. Toute alliance était bonne à prendre. Restait à savoir s'il pouvait lui être utile et à réfreiner sa nature le temps de savoir ce qu'elle allait faire de lui.

« Euh… Tu as fait quoi dans ton ancienne vie pour te retrouver à travailler à l’arène ? »
L'assurance de Nasline vacilla légèrement, il l'avait prise de court, déstabilisée. Pour qui se prenait-il cet avorton ? Si elle avait envie de déblatérer éternellement sur son passé, elle irait voir un psy...ou un prêtre, la confession revenant probablement moins cher que la thérapie. Malgré elle, la princesse écarlate pinça les lèvres et grinça des dents. Que faire ? Lui dire la vérité pure et dure ? Diluer la vérité ? Mentir purement et simplement ? Eluder la question ?

Ses yeux rouges semblaient lancer des éclairs de mécontentement tandis qu'en son for intérieur grondait une colère sourde. Elle l'aurait bien saisi par le col et jeté au beau milieu de la meute de lyncheurs pour le punir de son impertinence. Et peut-être l'aurait-elle fait si des grognements et mouvements n'avaient pas attiré son attention sur les monstres laissés en liberté.

« Je crois que tes… petits amis à fourrures sont en train de s’entretuer. Tiens d’ailleurs comment s’appellent ces créatures ? »
« Fait chier... »
Sans prendre plus de temps pour répondre aux questions de son partenaire, la jeune femme repartit vers la meute à pas tranquilles en déroulant son fouet qu'elle ne tarda pas à faire claquer par terre avant d'aboyer sa demande de rappel à l'ordre. Figés dans leurs mouvements, les lyncheurs la regardèrent approcher, pris sur le fait comme des garnements qui auraient saccagé le salon de leurs parents. Là en l'occurence, ils n'avaient pas colorié sur les murs de l'arène, mais certains d'entre eux étaient déjà blessés à vif.

« Non mais ça va là ? C'est la fête ?! Et vous m'invitez même pas ? »
Et sur ces mots, les coups fusèrent, le fouet s'abattit tour à tour sur les lyncheurs qui étaient en position de force lorsqu'elle s'était retourné. Des couinements canins retentirent tandis que les lyncheurs se recroquevillaient sur eux même. Si ça avait été quelqu'un d'autre ils n'auraient guère hésité un instant pour lui sauter à la gorge, mais ils ne pouvaient que se soumettre face à elle et ils ne le savaient que trop bien. Pivotant sur ses talons, elle posa un regard froid sur Ethan.

« Mets-toi à l'abri dans les gradins, je te rejoins quand ils seront dans leurs cages. »
Elle patienta un instant, le temps qu'il veuille bien suivre son conseil, puis se retourna vers les lyncheurs dont les oreilles s'abaissèrent un peu plus en croisant son regard, apeurés.

« Idiots. Vous avez tout gagné. Ce sera diète aujourd'hui, ainsi vous dirigerez peut-être votre agressivité vers les chasseurs plutôt que vers vos semblables. »
Réenroulant son fouet, elle ouvrit les barrières et les compta tandis qu'ils quittaient la cour de l'arène pour se diriger vers les cages. Elle les divisa en groupes de manière à ce qu'il y ait un groupe de lyncheurs par lyncheur alpha, pansa les blessures les plus graves et finalement repartit, non sans chipper la boite de biscuits du gardien endormi qui trainait dans la salle de surveillance.

« Ah ! Tu es là ! »
Les gradins étaient assez grands bien qu'il y ait rarement plus qu'une dizaine de spectateurs pour assister aux combats. La plupart du temps, il n'y avait que Chronos et parfois elle était là aussi... De plus, l'accès aux gradins n'était pas évident à trouver, peut-être avait-il tourné un peu, mais l'essentiel était qu'il ne lui avait pas fait faux bond... Il n'aurait manqué que ça tiens... Cela dit, était-il resté par désir d'en savoir plus ? Par crainte de représailles futures ? Ou simplement par désœuvrement ?

Elle le dévisagea un instant, en proie à ses interrogations. Elle n'avait toujours pas décidé si elle allait répondre à sa question et de ce qu'elle allait faire de lui. Le mieux était peut-être de faire semblant d'avoir oublié la question...

Finalement, elle vint s'asseoir à ses côtés, ouvrit la boite et la lui tendit. Il y avait plusieurs types de patisseries, des muffins, des donuts, des cookies, des beignets, des cup-cakes... Nasline savait d'où provenaient ces gourmandises et c'était avec un malin plaisir qu'elle les volait à son collègue de travail chaque jour.

« Tiens, sers-toi. Alors comme ça, tu ne connais pas les lyncheurs ? Ce sont pourtant des créatures adorables dans leur genre ! Probablement des cousins directs des chiens... M'enfin des gros chiens hein pas de ces saletés de Chihuahua là... »
Laissant la boite sur les genoux d'Ethan, elle prit un muffin et s'appuyant sur sa main libre se pencha légèrment en arrière en soupirant d'aise.

« Alors... Tu te fais à ce monde ? C'est un peu déroutant au début non ? »
Code par Topaze Aryia ©
Invité
avatar
Invité
Re: Face à la bête - Mer 27 Aoû 2014 - 16:51
Demande





The Crow, the Owl and the Dove by Nightwish on Grooveshark




Le fouet se mit à claquer et le bruit de la morsure résonna dans toute l’arène. Ethan n’avait jamais vu un tel spectacle, il était déjà allé au cirque quand il était enfant mais cela n’avait rien à voir. Les animaux été dressés mais les lyncheurs qui faisaient face à Nasline était loin d’être aussi aimable que les tigres. Cependant face aux coups répétés ils se mirent à couiner et à se recroqueviller sur eux-mêmes comme de pauvres chiots apeurés. Si le jeune homme était surpris par un tel retournement de situation quand il posa les yeux sur les lyncheurs il comprit toute la situation. Son don fonctionnait sur toutes les créatures vivantes, il l’avait déjà testé auparavant mais il n’avait jamais ressentis une telle détresse et une telle soumission. Sans le vouloir il était en train de prendre la même position que ses bêtes, ses bras s’étaient naturellement mis à enrouler sa personne. Il ne pouvait plus détacher son regard de ses monstres dont la peur était grandissante. Il entendait comme un echo, c’était de toute évidence la voix de Nasline qui essayait de ramener l’ordre dans la meute. Soudain il comprit que la jeune femme était en train de lui parler directement. Ses yeux parvinrent à trouver les siens.

Mets-toi à l'abri dans les gradins, je te rejoins quand ils seront dans leurs cages.

Cela sonna comme un ordre et Ethan le ressentit très bien. Il hocha affirmativement la tête, remerciant intérieurement son intervention. Il venait d’être directement happé par les émotions des lyncheurs. Il n’avait pas réussi à détacher son regard et cela avait bien failli lui coûter gros. Il se demanda même si il n’aurait pas finit par se prendre pour un lyncheurs à trop ressentir ses émotions. Peut-être qu’un jour cela lui arriverait. Il ne se sentirait plus maître de ses propres sentiments et deviendrais une espèce d’éponge à émotion. Voilà une perspective qui le mit mal à l’aise.
Ethan s’installa nerveusement dans les gradins. Ses bras avaient pris place autour de son corps dans un réflexe de protection. Il se prit à penser qu’il n’était vraiment pas assez doué pour devenir un protecteur de l’humanité. Il était si faible, si insignifiant…

Petit à petit Ethan retrouva son calme et ses mains se posèrent sur devant sa bouche, comme pour une prière. Il sentait un léger mal de crâne venir mais cette sensation lui était devenu si coutumière qu’il ni prêta pas plus attention. En un sens il commençait à s’habituer à devoir subir les effets néfastes de son pouvoir, il en était totalement résigné.
Sans qu’il ni prenne garde Nasline vint s’asseoir à côté de lui. Il quitta alors sa transe pour regarder la demoiselle. Elle ouvrit alors une boite qu’elle tenait entre les mains et la lui tendit. À l’intérieur se trouvait plusieurs pâtisseries en tout genre. Ethan se mit à sourire ne s’attendent pas à une telle chose.

Tiens, sers-toi. Alors comme ça, tu ne connais pas les lyncheurs ? Ce sont pourtant des créatures adorables dans leur genre ! Probablement des cousins directs des chiens… M’enfin des gros chiens hein pas de ces saletés de Chihuahua là…

Ethan avait posé naturellement la boite sur ses genoux, ne sachant pas encore qu’elle pâtisserie il allait choisir. Il fallait bien avouer qu’il y avait de quoi douter entre les cupcakes, les muffins, les donuts, les cookies et les beignets. Nasline vint naturellement se servir en prenant un muffin.
Le jeune repensait à ce que venait de lui dire la dompteuse, il était loin de trouver les lyncheurs adorables. Leur ressemblance avec les chiens étaient tout fois véridique, mais en ce qui concernait leur origine. Tout le monde savait bien que le chien descendait directement du loup. Mais il était vrai que les gros chiens étaient toujours plus impressionnant que les petits. Et lui s’il devait se comparer il serrait quoi ? Un gros chien massif ou un petit chien ridicule ? Aucun doute là-dessus il était un chihuahua insignifiant devant la face du monde.

Alors… Tu te fais à ce monde ? C’est un peu déroutant au début non ?

Ethan sortit de sa réflexion et se rendit compte qu’il n’avait même pas répondu à la première question de Nasline. Il prit cependant le temps de prendre un cupcake au nappage rose bonbon et d’en croquer un morceau avant de répondre.

Excuse-moi j’étais dans mes pensées. Non je ne connais pas les lyncheurs. En fait je ne connais pas grand-chose de la faune et la flore d’ici, il y a pas mal de créature que je n’ai jamais vu dans mon monde. Et c’est vrais qu’il est assez dur de si faire. Tout est si… Compliqué.

Ethan se mit à pousser un soupir avant de reprendre.

Le plus dur je crois c’est de se sentir aussi inutile que durant ma vie humaine. Etant donné que tu es repentie je pense que tu as toujours été habitué à te battre d’une certaine façon, mais pour ma part j’ai été un humain minable durant ma vie et je me sens tout aussi minable maintenant que je suis apprenti-dieu.

Ethan laissa sa pensé vagabonder et ses yeux se perdirent en admiration sur l’arène. Si seulement il pouvait être comme Nasline. Elle n’avait aucune crainte face à ses créatures c’est même plus tôt elles qui en avaient et il l’avait clairement ressentit. Il se demanda soudain en quoi le pouvoir de ressentir les émotions lui permettrait un jour de combattre qui que ce soit. Il lui faudrait au moins savoir manier une arme. Une drôle d’idée lui vint alors à l’esprit, celle de combiner le maniement de fouet de Nasline et son intellect. Cela lui permettrait de voir s’il est totalement inutile ou non.
Un étrange sourire se dessina alors sur son visage, il se tourna alors vers Nasline.

J’aimerais tester quelque chose avec toi si tu le veux bien. Mon domaine divin est assez particulier et je ne suis pas certain qu’il puisse me permettre d’être offensif, de plus je ne maîtrise aucune arme. Mais toi tu maîtrise très bien le fouet. J’aimerais affronter avec toi une des créatures de l’arène. Mais j’aimerais que ce soit celle que tu n’arrives pas à contrôler ou du moins dont le dressage est encore à faire. Je sais que cette idée est étrange mais j’ai absolument besoin de savoir ce que je vaux. Je veux savoir si je suis un lyncheur ou un chihuahua… Je… Ne sais pas trop comment te demander ça autrement.

Son regard était plein de fièvre. On aurait pu croire qu’il perdait la raison, mais c’était en fait tout autre chose. Ethan avait besoin de se prouver quelque chose à lui-même et il ne voyait pas comment faire si ce n’était d’être face à la bête…



HRP : Non, non je ne suis pas suicidaire.


♦ Rose ou chou ? : Rose sanglante
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 85

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
835/1000  (835/1000)
Votre domaine: Le Feu
avatar
Dompteuse/Chasseuse pour l’Arène
Dompteuse/Chasseuse pour l’Arène
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Face à la bête - Jeu 27 Nov 2014 - 17:06

- Face à la Bête -
Voilà qu'elle s'improvisait psychologue. Le plus simplement du monde, ce garçon se confiait à elle, sans crainte, sans tabou...sans égo. Intriguée, Nasline détailla son interlocuteur du coin du regard. Quel étrange jeune homme. Ne lui avait-on jamais appris que s'il ne parlait pas en bien de lui même, personne ne le ferait pour lui ? Fallait-il qu'elle refasse son éducation ? Non, parce que ça ne la regardait pas et ça pouvait arranger ses affaires... Mais ça restait tout de même exaspérant.

Sans un mot, elle l'écouta finir de déblatérer sur son incompétence, puis laissa le silence s'installer, se contentant de mâchonner tranquillement son muffin praliné sans le quitter du regard pour autant. Quelle fragile petite chose elle avait là. Un bel homme certes, très agréable à regarder, mais une victime visiblement fort malléable.

Un léger sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme. Victime, c'était le mot. Elle allait en faire sa proie, tout en douceur.

« J’aimerais tester quelque chose avec toi si tu le veux bien. Mon domaine divin est assez particulier et je ne suis pas certain qu’il puisse me permettre d’être offensif, de plus je ne maîtrise aucune arme. Mais toi tu maîtrise très bien le fouet. J’aimerais affronter avec toi une des créatures de l’arène. Mais j’aimerais que ce soit celle que tu n’arrives pas à contrôler ou du moins dont le dressage est encore à faire. Je sais que cette idée est étrange mais j’ai absolument besoin de savoir ce que je vaux. Je veux savoir si je suis un lyncheur ou un chihuahua… Je… Ne sais pas trop comment te demander ça autrement. »
...Oui bon d'accord... Il serait sa victime s'il survivait assez longtemps pour que la méthode douce fasse son travail convenablement.

Non mais sans déconner avait-on déjà vu pareil suicidaire ?

Prise de court, Nasline le fixait de ses yeux écarlates écarquillés, allant jusqu'à oublier de continuer à mâcher le morceau de muffin dans sa bouche. Heureusement qu'elle avait gardé les lèvres closes malgré tout, sinon elle aurait été sans aucun doute plus honteuse encore quand elle se reprit brusquement en un raclement de gorge, avant de pointer son regard sur l'arène et continuer sa dégustation comme s'il ne s'était rien passé.

Bon sang. D'où lui venaient des idées pareilles ? Pourvu qu'il n'ait pas d'autres idées saugrenues du genre en stock !

Actuellement, à priori, trois choix s'offraient à elle. Soit elle acceptait le marché tel quel et profitait du plaisir de voir le sang couler, ce qui risquait fort d'être mal vu par l'académie puisqu'il ne s'agissait pas d'un contrat en bon et dû forme approuvé par Chronos... Soit elle l'envoyait chier pour protéger sa place mais risquait de perdre une proie de choix... Soit elle la jouait finement et tentait d'amoindrir la casse d'un côté comme de l'autre...

Bien évidemment, ce n'était pas la solution de facilité, mais ça aurait certainement le mérite de la divertir.

Son muffin finalement terminé, elle reporta son attention sur l'homme, l'air encore perplexe.

« Tu réalises que ta requête est folle et insensée ? Comment veux-tu que j'assure ta sécurité s'il s'agit d'un monstre que je ne contrôle pas ? Tu sais, je sors souvent blessée des premières séances de domptage et encore plus lorsque je pars à la chasse aux monstres... »
Passant une main dans ses cheveux, elle prit une moue pensive, puis entreprit de se recoiffer, l'air de rien, dans cette position qui avait la particularité de réhausser sa poitrine et la mettre en avant.

« D'un autre côté, c'est sûr que ce n'est que par la pratique qu'on apprend... Mais il vaut peut-être mieux qu'on commence par un monstre que je connais et maitrise... Ou au moins il faudrait que je t'apprenne quelques bases... »
Sa queue de cheval haute terminée, elle prit une grande inspiration et, brusquement, se mit sur pieds avec vivacité.

« Bien ! Ne perdons pas de temps, ça fera au moins une journée où je ne m'ennuierai pas comme un rat mort ! »
Accordant un large sourire à Ethan, elle lui fit face, déterminée, avant de reprendre la boite et piocher dedans pour prendre un second muffin.

« Si t'en veux encore, c'est maintenant. J'vais aller cacher ça dans la cage de Jeanne-Emrik. Ça devrait dissuader mon ami le gardien. Le coquin aime bien se servir dans mes patisseries et en plus, manque de bol, il préfère les muffins lui aussi ! »
Elle eut un petit rire, n'éprouvant visiblement aucune honte à omettre que cette boite était justement au gardien à la base. Tranquillement, elle mordit dans son muffin au cœur fondant en chocolat avant de se lécher les babines de délice, son regard pétillant rivé dans celui de son interlocuteur, charmeuse.

« Veux-tu m'accompagner dans les coulisses de l'arène ? Je te présenterai mon ami au prénom ridicule. »
Code par Topaze Aryia ©
Invité
avatar
Invité
Re: Face à la bête - Jeu 15 Jan 2015 - 17:14
Douleur & Doutes





Tu réalises que ta requête est folle et insensée ? Comment veux-tu que j'assure ta sécurité s'il s'agit d'un monstre que je ne contrôle pas ? Tu sais, je sors souvent blessée des premières séances de domptage et encore plus lorsque je pars à la chasse aux monstres...

Ethan baissa la tête. Fou ? Etait-il devenu fou ? Sans doute… Oui il devait l’être mais comment ne pouvait-il pas l’être en pareil situation ? Il était inutile, totalement incompétent et maintenant on lui affirmait que ses idées ne valaient pas un clou. Il c’était attendu à une telle réaction de la dompteuse mais il espérait qu’elle ne suivrait pas cette logique implacable qui régissait le monde. Un peu de folie ne pouvait pas faire de mal… Si ?
La femme aux yeux écarlates se passa naturellement une main dans les cheveux pour dompter cette tignasse et lui imposer une nouvelle forme. Elle avait une mine songeuse. Ethan espérait qu’elle trouverait une solution à son problème. Il voyait en elle le moyen de prouver qu’il pouvait servir à quelque chose, que son existence ici n’était pas vaine. Il enviait son ami Tenshi qui était si sûr de lui et qui avait des capacités de combat impressionnantes. Ethan sentait ses nerfs prendre petit à petit le dessus. Une tension se faisant ressentir dans tous ses membres. Il était à bout de force. Les cauchemars qui le hantaient chaque nuit ne faisaient que le plonger de plus en plus dans le désarroi le plus totale. Pourquoi cet « être suprême » qu’était Deus l’avait-il choisit lui ? Pourquoi Emma n’était-elle pas en vie ? Pourquoi était-il si faible et incapable ? Comment pouvait-il devenir un dieu digne de ce nom ? Il n’avait aucune réponse à toutes ses questions. Ce qu’il voulait c’était être quelqu’un d’autre. Ce qu’il voulait c’était ne plus avoir à compter sur les autres, ne plus avoir besoin de Tenshi (qui lui avait déjà sauvé la vie), devenir quelqu’un d’autre, un autre lui, plus fort et plus digne de porter le nom «d’apprenti dieu ».

D'un autre côté, c'est sûr que ce n'est que par la pratique qu'on apprend... Mais il vaut peut-être mieux qu'on commence par un monstre que je connais et maitrise... Ou au moins il faudrait que je t'apprenne quelques bases...

Le jeune homme releva la tête. Un espoir. Un fin espoir venait de s’ancrer en lui. La dompteuse était prête à l’aider. Certes elle n’avait accepté qu’une partie de sa demande mais c’était mieux que rien. Le tourbillon de questions qui étaient dans son crâne venait de s’apaiser quelque peu. Il savait cependant que c’était le calme avant la tempête car maintenant il se demandait si son plan était le plus judicieux. Insensé ? Oui sans aucun doute mais comment pouvait-il faire autrement ? C’était bien le seul moyen qu’il avait trouvé de tester ses capacités. Il n’était vraiment sûr de rien, même pas de son propre don qui jusqu’à maintenant ne lui avait donné que des maux de tête insupportables.
Nasline se mis vite sur pied.

Bien ! Ne perdons pas de temps, ça fera au moins une journée où je ne m'ennuierai pas comme un rat mort !

Elle fit un grand sourire à Ethan et repris la boite de muffin pour en prendre de nouveau un avant de lâcher :

Si t'en veux encore, c'est maintenant. J'vais aller cacher ça dans la cage de Jeanne-Emrik. Ça devrait dissuader mon ami le gardien. Le coquin aime bien se servir dans mes pâtisseries et en plus, manque de bol, il préfère les muffins lui aussi !

Ethan hocha imperceptiblement la tête et laissa apparaître un fin sourire sur ses lèvres. Il choisit alors dans la boite un donuts au glaçage rose éclatant. Il était reconnaissant en un sens que Nasline veuille bien l’aider alors qu’ils étaient l’un pour l’autre que de vulgaires inconnus. Le fait est que sa petite anecdote avait réussi à distraire le jeune homme de ses angoisses. Lui qui se voyait comme un enfant à peine capable de s’occuper de lui et qui c’était fait, il y a quelque minute, écrasé la main par la demoiselle debout devant lui. Cette même femme qui, il ne l’oubliait pas, était une repentis et qui devait travailler dans cette arène pleine de créatures pour laver ses pêchés.  Qui d’autre qu’une créature digne des enfers pour dompter d’autre créatures tout aussi terribles ?

Veux-tu m'accompagner dans les coulisses de l'arène ? Je te présenterai mon ami au prénom ridicule.

Le jeune homme revint quelque peu à la réalité et fixa la jeune femme d’un air que l’on aurait pu qualifier de débile. Le temps que son cerveau traite la question il resta coi quelques secondes, le donut rose intact à la main. La réponse fut rapidement lancée :

Oui… Je veux bien t’accompagner.

Il ne savait même pas ce qu’impliquait sa réponse, il l’avait faite de manière automatique, comme si on lui avait demandé s’il voulait une part de plus de gâteau. Il se leva à son tour et se mit à croquer une première bouché de son donut et continua se même geste tout le long de la balade tandis que Nasline se chargeait de récupérer la boite des pâtisseries et de jouer les guides. Du moins elle lui imposait le chemin à prendre dans le bâtiment en passant devant lui. L’arène était grande. Bien plus qu’Ethan ne l’avait imaginé. Il y avait de nombreux couloirs et tout autant de portes. La fille aux yeux de braises lui indiquait parfois quand l’envie lui prenait ce qu’il se cachait derrière tel ou tel battant de bois. Ainsi il apprit ou se trouvait les armes, les vestiaires et les toilettes. Il prit connaissance également de d’autres pièces mais leur utilité c’était perdu dans la masse d’information que contenait son pauvre esprit. Il était encombré d’idée et d’information. L’apprenti dieu était concentré sur la tâche qu’il s’apprêtait à accomplir.  Etait-il sûr de lui ? Non. Avec la plus grande certitude au monde il se doutait que son idée était presque suicidaire et pourtant… pourtant il y avait une chance que cela fonctionne. Infime, mais présente. Il se devait de la saisir et de savoir s’il était capable de se défendre par ses propres moyens. Il contempla ses mains collantes de sucre. Il était frêle, incapable de porter un coup de poing correctement. Après tout il ne c’était jamais battu. Il était resté dans le giron familial et n’avait jamais vécu la violence. Un enfant calme sans histoire… sans défense. Il serra les poings tandis qu’ils étaient en train d’emprunter un obscur escalier.

Faible… Si faible et inutile…

Il fixa du regard la longue cascade de cheveux noirs qui virevoltait devant. La démarche toujours aussi féline, la dompteuse venait de s’arrêter devant une grille de faire forgé. Elle la fit glisser sur ses gonds non sans lui tirer des grincements immondes. Derrière se trouvait un couloir immense pleine de grille fermé. L’odeur qui y régnait était animale et cela provoquait tout de suite une augmentation de la température ambiante. Des grondements, des couinements, des cris, il y avait des sons étranges et Ethan savait qu’il était incapable de pouvoir associé quel bruit provenait de quel animal. De plus la pénombre ambiante n’aidais en rien, les quelques torches accroché au mur ne faisait qu’accentuer le mal être du garçon. Il réprima un frisson alors que Nasline les entraînaient tout deux devant une des « cellules ». La grille semblait prête à céder à cause de son état de rouille avancé qui montrait son grand âge.
L’apprenti dieu se pencha quelque peu et plissa les yeux pour essayer de distinguer le fameux « Jeanne-Emrik ». Il ne voyait rien que le noir complait. Soudainement deux yeux d’un jaune luisant s’ouvrir. Ethan se retrouva contraint de plonger son regard dans celui de l’animal et sentit alors des émotions le submergé. Quelque chose d’étrange et d’improbable. Il avait l’habitude que son don ne se déclenche n’importe quand mais il en était toujours autant perturbé.
Il porta la main à son cœur et agrippa son manteau  comme si une intense douleur venait de l’assaillir. On l’aurait pu croire victime d’une crise cardiaque mais ce n’était pas le cas. Il avait mal mais c’était psychologique, celui qui était en train de souffrir était celui de l’autre côté de la grille avec des yeux luisants.

Il… Il a mal, très mal.

Comme pour approuver ses paroles une étrange plainte se fit entendre de la part de Jeanne-Emerik. Une plainte à vous déchirer l’âme et les tympans des êtres les plus proches.



HRP : Navré du temps de réponse.

♦ Rose ou chou ? : Rose sanglante
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 85

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
835/1000  (835/1000)
Votre domaine: Le Feu
avatar
Dompteuse/Chasseuse pour l’Arène
Dompteuse/Chasseuse pour l’Arène
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Face à la bête - Lun 9 Fév 2015 - 0:32

- Face à la Bête -
Après ce couloir, c'était à droite. Et après... à gauche... Trois portes... A droite... Tout droit... Un croisement...

Décidément, cette arène était un vrai labyrinthe. D'ailleurs... Elle aurait bien lâché quelques apprentis et bêtes dans ces couloirs pour rigoler. Mais si elle le faisait, ce serait à elle de nettoyer... Et puis les directeurs trouveraient sûrement à redire sur son comportement... Rabats-joie.

Nasline lâcha un léger soupir. Une moue sur le visage, elle désigna une porte à Ethan et lui expliqua qu'une armurerie se trouvait derrière. Au moins, si elle mettait son jeu en application, il ne pourrait pas dire qu'elle ne l'avait pas prévenu de l'existence de cette salle.

Quelques fois encore, elle prit la parole. Toutes ces salles la laissaient de marbre. Des archives... essentiellement... des réserves pour toutes les choses dont ils pourraient avoir besoin aussi... Peu lui importaient toutes ces formalités. Pour sa part, elle aimait les cages et la cour. Il y avait bien d'autres espaces d'entrainement et de combat, mais rien ne valait la cour en plein air. Qu'il neige, qu'il pleuve, qu'il vente, elle aimait cette poussière, cette odeur de sable, de sang séché et d'humidité, cette sensation d'oppression qu'imposaient les gradins, ces murs immenses...

Songeant à tout cela, sa démarche se fit plus lente, plus rêveuse. Parvenue devant la grille qui séparait les locaux administratifs des cages, elle esquissa un léger sourire et marqua une pause le temps de tourner la clé et pousser la porte qui s'ouvrit en un grincement sinistre.

Par moments, Nasline avait envie d'encastrer dans la grille le repenti qui, n'ayant pas fait son boulot, avait entraîné cet état de délabrement. D'autres fois, elle souriait avec une certaine mélancolie comme si cela faisait partie du charme des lieux.

Aujourd'hui était un de ces jours là. Le tableau sinistre qu'offraient les locaux ne pouvaient qu'imposer un sentiment de malaise légitime au gamin qui l'accompagnait. Et c'était... jouissif.

Elle avait le sentiment de faire partie d'un tout. Un tout délicieusement morbide et inquiétant aux yeux de cet enfant innocent. Peut-être qu'un jour, on créerait un conte pour enfant en son honneur ou une légende urbaine tordue à souhait. Elle espérait que si ce jour venait, sa beauté serait mise à l'honneur. Après tout, n'était elle pas à croquer dans sa combinaison moulante ?

Un sourire carnassier se dessina sur ses lèvres tandis qu'elle guidait toujours Ethan. Autour d'eux, les animaux grognaient, jappaient, gémissaient, s'agitaient... Certains en vinrent même à frapper violemment contre leur cage. Les pauvres devenaient fous à la vue de ce morceau de viande crédule qu'elle trimbalait. A bien y réfléchir, il aurait été tellement simple de leur faire plaisir, de se débarrasser de ce visiteur imprudent. Il l'avait suivi sans hésiter, il ne se méfiait pas le moins du monde. C'était elle à ce point ramollie ? Non. Elle en était presque certaine. Il était juste incroyablement naïf et imprudent.

Somme toute, il lui rappelait quelqu'un. Une petite fille d'or qui lui avait un jour accordé sa confiance. Une de ces rares incarnations de l'innocence.

Du coin de l’œil, elle lui jeta un regard en lui désignant un couloir perpendiculaire à celui qu'ils empruntaient, lui expliquant que les lyncheurs étaient par là, un peu plus loin. A la dérobée, elle le toisa un instant, sans interrompre leur marche et elle fronça légèrement les sourcils. Topaze avait changé pour sa part. Son innocence avait été pervertie. Gâcherait-elle encore ça, si elle s'attachait à ce garçon ? Elle ne parvenait pas à savoir si elle devait être satisfaite de ce que Topaze était devenue. Elle ne parvenait pas à savoir si son but avait été atteint...ou si au contraire elle s'était terriblement fourvoyée. Elle aimait cette écervelée. Ça par contre, elle le savait. Mais il était hors de question que la liste de ses faiblesses s'allonge encore. Elle ne s'attacherait pas à ce gamin. A moins que... Non. Il était trop tôt. Il était inutile de se poser ce genre de questions... De toute façon, elle ne cessait de se contredire. Ça finissait par devenir une habitude. Une habitude insupportable.

Après plusieurs minutes de marche, ils parvinrent finalement devant la cage qui l'intéressait. La cage de Jeanne-Emrik.

Dans la pénombre ambiante, la bête aux écailles noires était comme invisible, certainement assoupie, ses ailes meurtries rabattues contre son corps. Il était le premier contact qu'elle avait eu avec les bêtes. Son premier protégé. Quand elle l'avait rencontré, il sortait d'un combat éprouvant qui l'avait laissé aveugle, sourd et alité. Sa vue avait été perdue à jamais, son ouïe était celle d'un vieux de 98 ans et demi, mais ses ailes reprenaient peu à peu du service, sans parvenir pour autant à le porter.

Elle aimait bien cette bête. Il avait été autrefois un dragon noir respecté... Il n'était plus que l'ombre d'un lézard ailé géant. Il n'avait pas perdu que la vue ce jour là. Il avait perdu sa fierté, son honneur, son rang... Un dragon qui ne vole pas est un dragon mort. Et il ne semblait pas se remettre de cette défaite.

Solennelle, elle ouvrit la grille délabrée de la cage, puis elle se mit en retrait, laissant le loisir à son compagnon de découvrir le monstre qu'elle abritait. Fouillant la pénombre du regard, elle ouvrit machinalement sa boite de pâtisseries pour piocher un muffin au chocolat dans le lot, le portant à sa bouche avec l'air détaché de quelqu'un qui grignoterait devant un film.

Puis finalement, deux yeux jaunes s'ouvrirent. Deux yeux inutiles qui avaient depuis longtemps cessé d'apporter une quelconque information au cerveau malade de la bête.

Nasline retint un soupir. Elle ne pouvait rien faire contre ça. A moins qu'elle parvienne un jour à convaincre Topaze de la suivre jusqu'ici... Ce qui n'était certainement pas gagné.

« Il... Il a mal, très mal. »
Papillonnant des cils, Nasline quitta les yeux jaunes du regard pour venir porter son attention sur son compagnon du jour. Perplexe, elle l'observa sans être bien sûre de comprendre.

Recroquevillé sur lui même, le gamin semblait en proie à une douleur aussi vive qu'inexpliquée, le regard rivé vers Jeanne-Emrik.

Comme pour lui répondre, ce dernier émit un gémissement à fendre l'âme. Une longue plainte lancinante, douloureuse et... parfaitement horripilante.

Serrant les poings, Nasline renonça à laisser Ethan passer en premier, pénétra dans la cage et, sans autre forme de procès, donna un coup de pied magistral dans le flanc du dragon.

« Cesse de te lamenter Caliméro ! »
Le dragon eut un léger soubresaut, sa queue vint frapper l'air avec humeur et Nasline para le coup avec son avant-bras, non sans lâcher un grognement de colère.

« J't'amène de la visite et c'est comme ça que tu me remercies ? Ingrat ! »
La bête souffla. Dans la pénombre, une masse noire s'éleva, puis retomba en soulevant un nuage de poussière. Jeanne-Emrik leur tournait maintenant le dos.

Soupirant, Nasline se tourna vers Ethan, s'appuyant contre le corps massif de la bête comme s'il s'agissait d'on ne sait quel mur, tranquille.

« Tu nous as fait quoi là ? Il passe son temps à se plaindre et tu l'encourages ? »
La princesse frotta énergiquement son avant-bras qui la lançait un peu, écoutant distraitement la réponse d'Ethan. De son point de vue, Jeanne-Emrik faisait des histoires pour rien. Il demeurait encore un être d'exception. Sa force n'était pas perdue. Elle était même sûre qu'il n'était même pas à son maximum. Certes, il était difficile de se battre sans la vue. Certes il ne pouvait guère plus compter sur son ouïe. Certes, il ne serait certainement pas en mesure de voler pendant encore un moment si ce n'est pour toujours. Certes, son équilibration avait pris un sacré coup en même temps que son audition. Mais il demeurait une bête immense, à la force herculéenne, capable de cracher des flammes et déplacer des quantités conséquentes d'air, avec un odorat qui pousserait au suicide le meilleur des cochons truffiers.

Les yeux dans le vide, Nasline continua un moment à ronchonner pour elle même. S'étonnant à voix haute de n'être entourée que d'incapables ingrats, allant jusqu'à dire qu'elle était la gentillesse même d'accepter de partager ses pâtisseries avec eux. Se faisant, elle ouvrit la boite et posa un cup-cake sur les écailles du dragon. Un mouvement dans la pénombre indiqua que la bête avait pris la gourmandise, puis un bref claquement de dents se fit entendre. Jeanne-Emrik ne prenait même pas la peine de mâcher les pâtisseries qu'elle lui offrait.

Riant légèrement, Nasline porta un muffin à la framboise à sa bouche avant de tendre la boite vers Ethan.

« Ben alors ? Tu 'fiens ? »
Avalant sa bouchée de muffin, elle offrit un sourire engageant au garçon.

« Il va pas te bouffer. Ce dragon est un incapable. »
Code par Topaze Aryia ©
Invité
avatar
Invité
Re: Face à la bête - Dim 15 Fév 2015 - 23:24
Dragon



Jeanne-Emrik, un prénom bien ridicule en vue du monstre qui le portait. Un dragon, un énorme dragon noir se trouvait devant Ethan. Il avait enfin réussit à détacher ses yeux des étranges pupilles jaunes luisantes qui le regardait. L’animal était tout bonnement énorme, mais cela ne semblait pas déranger Nasline. Celle-ci s’avança même dans la cage et donna un coup de pied dans le flan du dragon.

Cesse de te lamenter Caliméro !

Ethan reprit conscience de la réalité et de ses propres émotions. Il sentit tout de même le dragon oublié quelque peu sa douleur pour venir frapper de sa queue Nasline qui para le coup sans difficulté et émettant un petit grognement irrité.

J't'amène de la visite et c'est comme ça que tu me remercies ? Ingrat !

L’apprenti divinité des émotions faillit rire quand il sentit couler en lui ce même sentiment qui n’était autre que celui du dragon. Ce dernier se souleva de terre, laissant Ethan quelque peu inquiet, mais il fut vite rassuré quand il constata que la bête souhaitait juste leur tourner le dos. Le jeune homme n’aurait jamais cru pouvoir lire aussi facilement les émotions d’un dragon que celle d’un humain. C’était nouveau pour lui et tout aussi étrange. Les animaux avaient pour la majeur partie des émotions simples peut complexe, or là il avait véritablement l’impression d’être devant un humain tellement ses émotions étaient semblables.
Nasline c’était appuyer contre le dos de la bête fixant Ethan d’un sale œil. Ce dernier d’un simple coup d’œil compris qu’elle était encore quelque peu agacé.

Tu nous as fait quoi là ? Il passe son temps à se plaindre et tu l'encourages ?

Ethan resta sans mot un petit moment. Il était vrai qu’elle n’était pas au courant de son don, mais il ne souhaitait pas lui en parler par simple peur qu’elle refuse le projet qu’il avait établi et qu’elle avait accepté dans les gradins de l’arène. Les revirements de situation n’était jamais plaisant il se contenta donc d’un :
Je l’ai sentis c’est tout.

Réponse ambiguë que la jeune femme écouta de manière distraite tout en se massant l’avant-bras qui avait paré le coup de queue du dragon. Elle se plaignit également d’être entouré d’incapables, ce qui laissa Ethan perplexe. Il ne savait pas si il devait se considérer comme faisant partit des « incapables » qu’elle mentionnait.
Nasline prit l’un des cupcakes de la boite et le déposa sur le dragon. Ce dernier ne se fit pas prier et engloutit la pâtisserie d’un coup de dent. Il devait avoir une mâchoire impressionnante capable de broyer un homme en quelque seconde. La bête avait de quoi impressionner les guerriers les plus farouches. La repentie se mit à rire légèrement avant de saisir une nouvelle pâtisserie qu’elle porta à sa bouche.

Ben alors ? Tu 'fiens ? Il va pas te bouffer. Ce dragon est un incapable.

La demoiselle lui fit un sourire mais cela me laissa de marbre. Tout comme la boite de pâtisserie tendu vers lui.
Ethan hésitait. Il ne savait pas s’il devait se contenté de rester en retrait hors de la cage ou rentré à l’intérieur avec la bête comme le souhaitait Nasline. Il avait peur, il se l’avouait sans aucun mal. Son don lui permettait de mieux contrôler ses émotions mais il n’était pas pour autant un insensible. Il était fraîchement débarqué à l’académie qu’on lui demandait déjà de se surpasser. Il souhaitait devenir plus fort, plus mature, autre chose que ce qu’il était. L’image de Tenshi vint s’imposer dans son esprit. Son seul ami, son modèle, celui qu’il souhaitait égalé. C’était drôle qu’il ne le réalise que maintenant alors qu’il se trouvait face à une repentie et son dragon. Cette dernière semblait d’ailleurs quelque peu énervée par son hésitation.
Il fit un pas en avant, puis un autre et un autre jusqu’à entrer complètement dans la cage. S’il voulait changer il se devait de faire le premier pas vers son nouveau lui. Il prit de plus en plus d’assurance en avançant et en fixant Nasline d’une drôle de façon voulant lui faire passer un message.

« Non je ne suis pas un chihuahua »

Son être vibra à cette pensée formulé. Il ne serait plus faible, il se surpasserait. C’était une conviction forte qui l’animait. La pauvre chose apeuré qu’il était serait sans doute dur à dompter et à érradiqué mais il se devait d’essayer, pour lui, pour Tenshi, pour Emma…
Le visage qu’il avait vu en cauchemar cette nuit lui revint alors en esprit. Il se stoppa à un mètre du dragon, repensent à la femme qu’il avait toujours aimé, qu’il avait toujours voulu et qui était morte. S’il avait été un autre peut-être qu’il serait encore en vie avec elle à ses côtés. S’il avait combattu les sentiments qui l’avaient enchaîné à sa vie d’ermite il aurait été quelqu’un d’autre. Quelqu’un de bien sans doute, avec une vie de famille banale mais aimante. Il aurait été comblé, mais son destin, son karma, ou Deus lui-même en avait décidé autrement. Aujourd’hui il se trouvait dans une cage face à une repentie et son dragon domestique soit disant incapable. Incapable de quoi d’ailleurs ? Le tuer ? Oh bien au contraire il se doutait qu’il en était tout à fait capable. Un coup de queue bien placé ou un coup de crocs serrait parfaitement suffisant pour l’achever, néanmoins Ethan ne ressentait aucun sentiment hostile. Il y avait un moyen de sen assuré.

Il franchit le seul mètre qui le séparait encore de la bête et posa sa main droite sur les écailles noir et luisantes. Comme il en avait pris l’habitude des émotions qui n’étaient pas les siennes vinrent s’écouler en lui. C’était une sensation fugace il n’arrivait à distinguer que peu de sentiment, les plus forts le plus souvent. Il ne maîtrisait pas vraiment bien son don et c’était quelque chose de frustrant.
Il fut tout de même ravi de sentir des émotions positives. Il y avait toujours cette vive douleur omniprésente par élan, mais il y avait aussi l’amusement. Le dragon était amusé de les voir tous les deux ici dans sa cage, cela semblait le divertir grandement.

Tu sembles prendre plaisir aux visites de Nasline, Jeanne-Emrik.

Ethan passa sa main le long des écailles en une longue caresse. Il avait quelque peu oublié sa peur du dragon car les sentiments qu’il ressentait en lui, le dissuadait de partir en courant. Il était étonnant de voir comme le ressentit d’un être magique supérieur était si semblable à celui d’un humain. Des émotions complexes qui semblaient aussi dur à gérer que celle crée par l’humanité. C’était impressionnant de constater comme les homosapiens se trompaient sur toute la ligne en se croyant supérieur aux autres créatures. Ils étaient tellement dans le faux.
L’apprenti dieu laissa tomber sa main le long de son corps et regarda Nasline avec détermination.

Pouvons-nous commencer mon projet ?

Une simple question qui impliquait déjà beaucoup. Ethan espérait que son don lui servirait un jour à autre chose que d’avoir des maux de tête insuportable.


HRP : Sans doute un peu court désolé ^^'

♦ Rose ou chou ? : Rose sanglante
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 85

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
835/1000  (835/1000)
Votre domaine: Le Feu
avatar
Dompteuse/Chasseuse pour l’Arène
Dompteuse/Chasseuse pour l’Arène
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Face à la bête - Ven 3 Avr 2015 - 17:53

- Face à la Bête -
Voilà qu'il se faisait prier. Tenant la boite de pâtisseries à bout de bras, tendue vers le visiteur comme un gage de paix, Nasline patientait tant bien que mal en le fixant de son regard écarlate. Très vite d'ailleurs, le regard s'était fait plus dur. Son sourire s'était éteint pour laisser place à une moue agacée. Combien de temps allait-il la laisser poireauter au juste ? Est-ce qu'il savait combien de gens sont morts comme ça ?

Et puis finalement, il réagit enfin. Leurs regards se croisèrent tandis qu'il se décidait à pénétrer dans la cage et Nasline haussa un sourcil devant la détermination qu'affichait ce joli minois. Tiens donc, la petite chose prenait du poil de la bête ? Croyait-il l'impressionner ? Pas besoin de faire tant de simagrées pour venir piocher un donut ou un muffin hein.

Un léger sourire sur les lèvres, elle lui tendit un peu plus la boite, avant de constater que, loin d'être attiré par les gourmandises qu'elle lui offrait, le jeune homme s'avançait tout droit vers Jeanne-Emrik. Se renfrognant, elle serra la boite contre elle en retenant un grognement mécontent. Le laissant caresser la bête, elle récupéra le dernier muffin et referma la boite en fer.

« Tu sembles prendre plaisir aux visites de Nasline, Jeanne-Emrik. »
Nasline jeta un bref regard vers le garçon, puis vers le dragon. Il n'avait pas ouvert la bouche encore. Probablement qu'il ne dirait rien de toute façon. Jeanne-Emrik aimait garder sa faculté de communication secrète.

La jeune femme roula des yeux. Son invité se prenait pour qui au juste ? Prétendait-il connaître Jeanne-Emrik ? Prétendait-il le comprendre ? Le dragon n'avait d'affection que pour ses maîtresses. Il lui suffirait d'un ordre pour qu'il ne fasse qu'une bouchée de ce prétentieux.

« Pouvons-nous commencer mon projet ? »
La princesse écarlate dégagea son regard de sa contemplation. Fixant les écailles noires, elle s'était perdue dans ses pensées. Reportant son attention sur son interlocuteur, elle le fixa un instant puis sourit. Il semblait sûr de lui. Ça lui donnait envie de l'anéantir plus sûrement encore.

« Bien sûr. J'attendais que tu ais fini ton analyse comportementale. Tu es quoi au juste ? Un psy pour animaux ? »
Elle ricana doucement et posa la boite à pâtisseries sur le corps massif de la bête noire.

« Tiens, assure-toi que notre ami gardien ne puisse pas la récupérer et laisse m'en hein, sinon t'auras affaire à moi. »
Le dragon ne lui répondit pas, sa grosse patte griffue saisit la boite métallique et, satisfaite, Nasline se redressa d'une légère impulsion des hanches.

« Bon, allons-y. T'as une arme ? »
En un regard, elle eut sa réponse. Serrant les dents et les poings, elle lâcha un profond soupir devant l'expression qu'il lui avait lancé. Sans déconner, il allait falloir tout lui apprendre à ce gamin ?

« On va commencer par un tour par l'armurerie dans ce cas... »
D'un pas rapide, elle franchit les quelques mètres vers la sortie de la cage et referma derrière eux lorsqu'il fit de même. Sans échanger un mot de plus avec celui qui s'était placé sous son enseignement, elle revint sur leurs pas, referma derrière eux la grille des enclos, puis le guida jusqu'à la porte qu'elle lui avait indiqué une quinzaine de minutes auparavant comme étant celle de l'armurerie, leur nouvelle direction.

Piochant une clé dans son trousseau, elle se mit en devoir d'ouvrir la porte avant de réaliser qu'il suffisait d'abaisser la poignée et pousser la porte. Ronchonnant pour elle même, elle pénétra dans la salle et laissa au garçon le loisir de découvrir ces lieux.

C'était une pièce rectangulaire et assez exiguë à première vue, qui ne contenait que peu d'exemplaires des différentes sortes d'armes les plus courantes. Sur le mur de gauche étaient exposées des armes blanches, sur le mur de droite des armes à feu. Un meuble à leur droite contenait des munitions dans ses nombreux tiroirs étiquetés aux noms des différents calibres disponibles. De l'autre côté un meuble identique contenait d'autres matériels utiles pour le combat et pour le soin. A leurs côtés trônaient deux armures de type médiéval et sur le mur d'en face, d'autres combinaisons de protection plus modernes encadraient de même une autre porte qui donnait sur une petite salle d'entrainement. Lorsqu'ils auraient choisi une ou deux armes, c'est dans cette salle qu'ils iraient s'assurer qu'elles convenaient. Ainsi, s'il fallait en changer, ils n'auraient que peu de chemin à faire.

Tournant sur elle même, un sourire aux lèvres, la princesse écarlate éructait de joie. Elle était décidément dans son élément dans cette arène. Arrêtant sa ronde pour faire face à Ethan, elle le gratifia d'un sourire engageant.

« Alors mon petit ? Une idée du type d'armes que tu veux apprendre à manier ? »
D'une main elle lui désigna le mur des armes blanches.

« Personnellement, je suis plutôt traditionnelle, mais ça demande plus de volonté et de force. »
Elle eut un petit rire.

« J'pense qu'appuyer sur une gachette, c'est plus simple... Mais encore faut-il savoir viser ! »
Un instant encore, elle rit doucement, balayant la pièce du regard, puis, croisant les bras en basculant son poids sur sa jambe droite, elle observa son interlocuteur des pieds à la tête.

« Tu sais, tu n'es pas exactement dans le pays des bisounours ici, ni même dans un camp de vacances. C'est de l'inconscience de te promener sans arme. T'es un protecteur de l'humanité mon petit. Et l'humanité est pourrie jusqu'à la moelle, tu vas te faire bouffer si tu ne t'endurcis pas. »
Code par Topaze Aryia ©
Invité
avatar
Invité
Re: Face à la bête - Ven 10 Avr 2015 - 16:16
Armement



Bien sûr. J'attendais que tu ais fini ton analyse comportementale. Tu es quoi au juste ? Un psy pour animaux ?

Phrase rassurante pour le jeune homme qui voyait enfin l’un de ses plans se concrétiser véritablement. La question sur le fait qu’il était un psy pour animaux le fit cependant soupirer. Si seulement son don se limitait aux créatures non-humaines, mais non Deus dans sa grande miséricorde lui avait donné le don de « lecture universelle des sentiments ». Autant dire que le jeune homme en souffrait énormément et de voir le cœur des hommes être remplie de sentiments sombre n’était pas pour arranger les choses.
Nasline avait un petit rire sournois face à sa remarque mais l’apprenti dieu des émotions sentaient une légère frustration chez elle. Il n’allait donc pas lui répondre sur la nature de ses pouvoirs. Cela ne servirait à rien de toute manière, mise à part le stopper dans son élan fou de combat. Personne n’oserait faire combattre un empathe, cela ne servirait strictement à rien.
La repentis vint à donner sa boite de pâtisserie au dragon tout en lui ordonnant de monter la garde. A n’en pas douter le gardien n’oserait pas rentrer dans la cage d’une bête si monstrueuse.

Bon, allons-y. T'as une arme ?

Ethan quelque peu surpris par la question ne trouva rien de mieux à faire que d’écarter les bras paumes de main ouvertes pour se montrer comme un désarmé. N’était-ce pas évident qu’il ne soit pas armé ? Il n’y avait aucune épée battant à son côté, aucun pistolet à sa ceinture et encore moins de couteaux cachés sous un repli de l’un de ses vêtements. Il n’avait tout bonnement jamais réfléchis au fait d’avoir une arme. Certes Tenshi en avait mais les deux hommes n’étaient pas de la même trempe. L’ancien anglais fit la moue. Il venait de se décevoir lui-même, encore une fois. Comment pouvait-il combattre sans arme ? Il pensait bien faire de Nasline sont bras armé mais il ne fallait sans doute pas trop compter là-dessus.

On va commencer par un tour par l'armurerie dans ce cas...

D’un pas rapide la jeune femme sortit de la cage, Ethan sur les talons. Ce dernier lançant un dernier regard au dragon noir ne put s’empêcher de dire un « au revoir ». Sachant que la créature avait des sentiments semblables aux humains il lui semblait presque logique qu’il maîtrise le langage. Il n’en était pas certains pour autant mais au moins préférait-il rester polis. L’idée de se faire dévorer par une telle puissance de la nature lui avait légèrement traversé l’esprit et réprimant un frisson il attendit que Nasline se décide à fermer la grille.
Revenant sur leur pas les deux jeunes gens se mirent en quête de l’armurerie. Par chance Ethan se rappelait de quelle porte il s’agissait, il avait retenu la leçon du guide sans véritable problème. Cette dernière se postant devant la porte essayait de jouer avec la serrure. Elle ne semblait arriver à rien et pourtant quand elle abaissa la poignée la porte céda lui faisant échapper un soupir. Ethan ne put réprimer un petit sourire moqueur qu’il s’empressa de dissimuler pour ne pas vexer la demoiselle.

Ils pénétrèrent dans l’armurerie et l’apprenti dieu fut assez surpris de constater que la petite pièce rectangulaire ne contenait pas l’arsenal qu’il c’était imaginé. Il y avait assez d’armes pour ce qu’il prévoyait de faire mais il n’y avait que quelques exemplaires de chaque arme : des armes à feu et des armes blanches ainsi que diverses armures anciennes comme modernes. Il y avait de quoi avoir le choix mais le jeune homme était perdu.

Alors mon petit ? Une idée du type d'armes que tu veux apprendre à manier ? Personnellement, je suis plutôt traditionnelle, mais ça demande plus de volonté et de force. J'pense qu'appuyer sur une gachette, c'est plus simple... Mais encore faut-il savoir viser !

Ethan dévisagea Nasline tandis que celle-ci laissa échapper un petit éclat de rire. Semblait-il si faible ? Sans doute. Il n’était rien d’autre qu’un gamin et ne savait certainement pas se battre. Il avait toujours été lâche et il n’y avait pas de raison que cela change aujourd’hui non ?

Tu sais, tu n'es pas exactement dans le pays des bisounours ici, ni même dans un camp de vacances. C'est de l'inconscience de te promener sans arme. T'es un protecteur de l'humanité mon petit. Et l'humanité est pourrie jusqu'à la moelle, tu vas te faire bouffer si tu ne t'endurcis pas.

Elle avait raison sur toute la ligne et le pire était qu’il le savait très bien. Lui qui pouvait lire les émotions savait mieux que quiconque à quel point l’humanité était touché par un mal que personne ne pouvait soigner. De ce fait il ne fallait pas chercher une solution de guérison mais une solution d’éradication. Du moins les réflexions du jeune homme l’avait conduit à cette idée qu’il se rechigné à expérimenté ou encore à envisager véritablement. Il préférait donc devenir plus fort aujourd’hui pour devenir le dieu sauveur de l’humanité. Pour cela il n’avait pas d’autre choix que de passer par l’arène afin de savoir si ses pouvoirs avaient une quelconque utilité.

Le regard sombre le jeune homme se mit en quête des armes qui lui semblaient les plus appropriés pour lui. Il prit donc une simple dague tranchante au pommeau noir et se retourna vers Nasline avec un sourire.

Je pense qu’une simple dague devrait suffire en plus de quelques protection de base non ?

Il était maintenant en train de demander conseil à la jeune femme alors qu’elle c’était moqué de lui ouvertement. Peut-être fallait-il qu’il se fasse passer par quelqu’un d’impressionnant pour ne pas risquer de ne pas avoir son combat ? Il ne pouvait pas prendre de risque. Il n’aurait pas beaucoup d’occasion de pouvoir affronter un monstre « en toute sécurité ». Il avait un doute sur le fait que Nasline l’aiderait à ne pas être blessé. Elle ne lui avait rien dit allant dans ce sens en tout cas.

Mon domaine divin devrait m’aider à m’en sortir.

Il était bien triste de prononcer cette phrase car il n’en était pas du tout convaincu, il espérait cependant que la repentis le soi.

HRP : Court désolé ^^'

♦ Rose ou chou ? : Rose sanglante
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 85

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
835/1000  (835/1000)
Votre domaine: Le Feu
avatar
Dompteuse/Chasseuse pour l’Arène
Dompteuse/Chasseuse pour l’Arène
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Face à la bête - Jeu 23 Avr 2015 - 19:19

- Face à la Bête -
Il n'eut pas une réaction, pas un mot pour la contredire. La mine sombre, il observa les armes qui les entouraient sous le regard perplexe de la jeune femme. N'aurait-il pas dû s'offusquer de ce qu'elle venait de dire ? Nier naïvement ? Se fâcher de la voir énoncer une vérité si peu admise en ces lieux ? La prendre pour une vieille folle ? Non. Rien de tout ça. Il semblait approuver.

Finalement, sa main vint saisir une dague de taille moyenne, très sobre en comparaison à celles qu'elle possédait.

« Je pense qu’une simple dague devrait suffire en plus de quelques protection de base non ? »
Nasline eut un sourire et approuva d'un hochement de tête.

Il relevait donc le défi de la force et de la volonté. Elle l'aimait bien ce petit. Elle doutait quelque peu de sa capacité à trancher qui que ce soit de sang froid, mais qui était-elle au fond pour le juger à la couverture comme ça ? Après tout, n'était-elle pas elle même aussi belle et fragile qu'une fleur ? Une fleur envoûtante, trompeuse, piquante... Une rose écarlate aux pétales aussi douces que ses épines piquantes...

« Mon domaine divin devrait m’aider à m’en sortir. »
Tiens donc ? Nasline eut un petit rire.

« Pourquoi ? T'es l'apprenti dieu des lames ? »
Elle rit toute seule de sa petite blague en lui tournant le dos pour se diriger vers la porte du fond. Ce serait un comble qu'un dieu de ce genre n'ait aucune arme... Etait-il nécessaire de rajouter la bêtise à la vraisemblable inconscience dont il faisait preuve ?

Ouvrant la porte, elle s'appuya contre son encadrement en bois pour lui jeter quelques mots par dessus son épaule.

« Je t'en prie, équipe-toi comme bon te semblera, t'as aussi des potions dans un des tiroirs. Par contre ne t'attends pas à repartir d'ici avec quoi que ce soit. Tout ce matériel est à l'arène et pour l'arène. »
Cet avertissement formulé, elle se redressa, alluma la lumière en glissant sa main sur le mur et pénétra dans la pièce d'entrainement. Il y avait là plusieurs cibles pour le combat à distance, des cibles rondes, des cibles humaines, des bouteilles de verre, des boites de conserve... De quoi bien amuser les fous de la gachette et leurs confrères moins modernes. Cela dit les amateurs de combat rapproché comme elle n'étaient pas en restes pour autant. Il y avait là plusieurs mannequins de plusieurs sortes, des mobiles, des immobiles, des solides, des mous, des légers, des lourds, des petites, des grands. Il y en avait pour tous les goûts, pour toutes les simulations. Dommage que tout ce matériel soit le fruit de la récup'. Les cibles tout comme les mannequins en avaient déjà vu de toutes les couleurs, amochés, tailladés, percés, noircis... Ils n'étaient plus que l'ombre d'eux même. Mais ils feraient bien l'affaire pour que son élève se fasse la main avec son joujou tranchant.

Attendant son petit protégé, Nasline prit le temps de s'étirer les bras et le dos en gémissant longuement, les mains jointes levées haut vers le plafond. Sa combinaison de travail suivait parfaitement les courbes de son corps et chacun de ses mouvements. Tant et si bien qu'elle en aurait presque eu l'impression d'être nue. Amusée par cette réflexion, elle songea un instant qu'il pourrait être amusant de se dévêtir pour un entrainement un de ces quatre. Puis un mouvement attira son attention.

Sans attendre plus longtemps, elle pivota d'un bloc et sourit malicieusement à Ethan, comme le ferait n'importe quel soldat face à un civil voulant soudain jouer les gros durs. Du menton, elle lui désigna les mannequins au beau milieu de la pièce.

« Allé mon petit, montre-moi ce que tu sais faire avec ton couteau de table. »
Faisant la moue, elle eut une hésitation et croisa les bras avant de rajouter.

« T'as déjà fait ça, rassure-moi ? »
Code par Topaze Aryia ©
Invité
avatar
Invité
Re: Face à la bête - Ven 15 Mai 2015 - 15:30
Mensonge et Vérité





Ethan était bien triste. Il trouvait sa demande de plus en plus hasardeuse et de moins en moins crédible. Nasline se permit de nouveau une petite moquerie tout en riant et lui demandant s’il était un apprenti dieu des lames. Cela aurait été bien si c’était le cas. Malheureusement pour lui il n’était que l’apprenti divinité des émotions. Un domaine bien différent de celui du combat, enfin c’était une guerre psychologique qu’il menait chaque jour et non un combat d’arène comme la repentis. Cette dernière se dirigea vers la porte du fond qu’elle ouvrit puis elle se posa dans l’encadrement.

Je t'en prie, équipe-toi comme bon te semblera, t'as aussi des potions dans un des tiroirs. Par contre ne t'attends pas à repartir d'ici avec quoi que ce soit. Tout ce matériel est à l'arène et pour l'arène.

Des potions ? Voilà qui pouvait être intéressant pour le jeune homme. Il chercha donc dans les tiroirs tandis que la jeune femme allumé la nouvelle pièce ouverte qui ressemblait à une salle d’entraînement. Parcourant les rangées de fioles Ethan fut surpris de voir combien il y en avait de différente. Il se mit même à souhaiter trouver une fiole dont l’étiquette serrait annoter : Potion de courage ou encore Potion de force. Une potion qui lui donnerait tout ce qui lui faisait défaut. A bien y réfléchir il aurait souhaité être quelqu’un d’autre. Une potion de changement de corps alors ? Peut-être qu’il serait mieux dans la peau de la dompteuse de monstre qui ne semblait rien craindre. C’était drôle comme idée et un fin sourire vint s’étirer sur ses lèvres. Il enfila une tenue de protection faite de plaque de plastique rigide. Aucune garantie sur le fait que cela le protègerait véritablement mais c’était mieux que ses vêtements ordinaire. Glissant sa dague dans un ceinturon prévu à cet effet il se décida après un soupir à suivre Nasline dans la salle.

La pièce était bel et bien destinée à l’entraînement et ceux de toute sorte. Il y avait de quoi faire plaisir aux duellistes à l’épée, aux cowboys et leur pistolet et à tout autre art destiné à tuer véritablement. L’apprenti dieu se sentit mal à l’aise. Il n’était véritablement pas à sa place ici et il se demandait si ce serait le cas un jour. Cela valait-il le coup de devenir un tueur pour « sauver » l’humanité ? Peut-être. La réponse ne pouvait être plus incertaine qu’à cet instant.
Nasline se retourna un sourire malicieux peint sur ses lèvres. Ethan sentit en elle comme de l’amusement. Il devait avoir l’air ridicule, comme un chat qui court après un bout de ficelle pensant que c’est une proie de choix. Il n’était qu’un chihuahua…
La jeune femme montra du menton un mannequin au beau milieu de la salle.

Allé mon petit, montre-moi ce que tu sais faire avec ton couteau de table.

Ethan écarquille quelque peu les yeux mais chercha à échapper aux pupilles rouges de sa camarade. Il lui fallait faire ses preuves alors qu’il n’avait jamais touché à un couteau de sa vie mise à part pour manger. Son grand-oncle chasseur employait des couteaux de chasse pour dépecer le gibier mais c’était une pratique qu’il n’appréciait pas. Il n’était pas de ceux qui pouvaient prendre une vie comme si ce n’était rien. Il ne saurait pas se battre avec ce couteau et il espérait bien faire de Nasline son bras armé pour cette expérience.

T'as déjà fait ça, rassure-moi ?

Non.


La réponse avait fusé ainsi à travers ses lèvres sans qu’il n’y prenne véritablement garde. Une sincérité brute qui mettrait sans doute la Repentis en colère et arrêterais là la mascarade de cet académicien inconscient. Pourtant Ethan ne comptait pas en rester là, il planta ses yeux rougeoyant dans ceux de sa camarade dont la teinte était identique.  Déjà un tourbillon de sentiment l’assaillait et se contredisait avec les siens.

Je ne sais me battre qu’avec mon esprit et non avec ses accessoires grotesques. Inutile de m’entraîner à tenir une lame je n’y arriverais pas. Je ne suis pas capable de prendre des vies humaines et je ne suis même pas certain de pouvoir tuer l’un des monstres qu’abrite l’arène tellement je suis faible.

Sa main droite agrippa l’avant-bras de la jeune femme l’obligeant un peu plus à se rapprocher de lui alors que ses yeux continuaient de la fixer avec une intensité étrange.

Si ma force brute est nulle il ne me reste que la fourberie, mon intellect et mon don. Je pense que c’est mon domaine divin qui me permettra de remporter un combat et ce n’est pas face à un mannequin que je peux l’employer.

Il lâcha prise pour que ses deux mains viennent alors agripper celles de la jeune femme. Un geste désespérer, un geste de promesse, provoquant un contact chaleureux presque trop intime entre eux. Ses yeux brillaient toujours d’une lueur étrange entre folie et désespoir. Son comportement ressemblait à celui d’un dément alors que son esprit était en paix, sachant ce qu’il devait faire. Il devait la convaincre. La persuader de le laisser poursuivre son expérience suicidaire et sans doute inintelligible pour une guerrière telle qu’elle.

Nasline… Aide-moi s’il te plait.

Il avait prononcé cette phrase avec une lenteur folle et presque dans un murmure, suffisamment audible pour son interlocutrice mais avec beaucoup moins d’aplomb que ses autres phrases. Faisant tomber son regard au sol, ses mèches rebelles vinrent masquer ses pupilles. Il avait l’air désespéré et il savait que c’était ce que souhaitait voir la jeune femme.
Le contact physique. Une nouvelle peur pour Ethan, depuis son arrivé à l’académie, car toute personne qu’il frôlait déversait en lui ces sentiments. Quand il avait saisi Nasline, augmentant d’autant plus sa perception, il sentait une profonde ironie en elle. Comme une petite voix moqueuse qui aimait sentir la détresse des gens pour mieux les contrôler. Il savait qu’il devait montrer qu’il lui serrait redevable d’une manière ou d’une autre. Augmenter son sentiment d’emprise sur lui. Tout cela afin de pouvoir exercer son don au milieu d’un combat. C’était bien idiot. Il restait beaucoup d’obstacle devant lui et peut-être que la jeune femme en serrait un. Il le redoutait car il ressentait beaucoup de chose, beaucoup de sentiment qu’il n’arrivait pas toujours à décrire. Il ne relâcha pas son emprise sur les mains de la Repentis alors qu’une violente migraine commençait à l’assaillir. Il attendait sa réponse.  



HRP : Chihuahua ta da da da *musique*

Contenu sponsorisé
Re: Face à la bête -
Face à la bête
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» HAÏTI FACE À L'OBLIGATION DE L'ÉTAT
» Le président Martelly fait face à trois crises!LAVEZ VOS JUPONS ET MARTELLEZ LES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Centre de sport et d'examens-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page