Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences.

 
Invité
avatar
Invité
Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. - Ven 15 Aoû 2014 - 17:37
Oublier à tous Prix
Morphée venait de se lever, il était 14 heures. Tard, direz-vous. Elle s'en moquait royalement. Nous étions samedi, elle n'avait pas cours. Elle se doucha rapidement et se vêtit d'un jogging ainsi que d'un simple débardeur puis descendit manger sous le regard attendri de sa mère adoptive. Son père, quand à lui, était encore en voyage d'affaires. Elle soupira. Depuis la lettre de sa vraie mère, elle sortait de plus en plus, perdue, hésitant entre partir à Londres dès maintenant ou continuer ses études de médecines. Son penchant pour la Leffe avait beaucoup grandi, et pour cause, elle ne savait pas à quoi se raccrocher désormais. Elle pratiquait toujours autant de sport, elle ne séchait pas ses cours, elle travaillait beaucoup, mais cela ne lui suffisait pas. Elle manquait de repères. Sa mère biologique était morte, sa sœur jumelle était morte, son ex petit-ami qu'elle désirait revoir et aimer, lui aussi, était mort. A croire que la faucheuse avait décider de lui pourrir la vie.

Après un rapide déjeuner, elle s'enferma dans sa chambre et regarda les horaires d'avion pour Londres. Le prix ne serait jamais un problème pour elle et elle en était bien contente. A vrai dire, tous les jours, elle regardait le site d'Air France avant de renoncer au vol. "Demain, j'irais à Londres." se répétait-elle à chaque fois. Soupir. Elle traîna longuement sur sa PS3, jouant à son Assassin's Creed préféré. Oui, elle aimait ce jeu, ça ne lui posait aucun problème de conscience de tuer les Borgia. Lorsqu'elle jeta un coup d'oeil à sa montre elle sursauta. Il était déjà 19 heures et elle n'avait strictement rien fait. Mais c'était une bonne chose, parce que son seul moment d'activité était le soir, quand elle se préparait à sortir puis quand elle sortait. Elle quitta son cher Ezio (l'homme parfait, selon elle) et monta jusqu'à son dressing. Elle enfila une robe bustier noire moulante lui arrivant mi-cuisse qui mettait en valeur ses formes avantageuses, une paire de haut talon, noir également, ainsi qu'une veste en cuir noire elle aussi. Elle se coiffa et se maquilla rapidement. Sa robe suffirait à les faire tomber comme des mouches. Enfin c'est ce qu'elle se disait en souriant.

Morphée attrapa les clés de sa Clio. Elle avait bien beaucoup de voiture mais préférait prendre celle-ci pour sortir le soir, car ce n'était pas la plus chère si elle avait un accident. La jeune femme, armée de sa carte de crédit et de ses clés de voitures parti donc en direction du centre ville et trouva une place dans un parking bien caché et peu connu des gens où elle trouvait toujours une place de libre. Elle marcha les quelques dizaines de mètres la séparant de son bar favori, le Kenland, dans lequel elle entra en saluant les serveurs qui la connaissaient tous plus ou moins personnellement. Elle s'installa au bar. La salle était vraiment grande avec, à certains endroits, de gros fauteuil en cuirs rouges ou noirs et des tables basses. Mais presque toutes les places étaient prises. A vrai dire, cela ressemblait plus à une vieille taverne avec le vieux planché, les murs en pierres et les colonnes qui soutenait le plafond. C'était un lieu tout à fait charmant que Morphée chérissait.

Le serveur posa une bière devant elle, toujours la même, la fameuse Leffe. Morphée le gratifia d'un sourire reconnaissant et commença à boire tranquillement, sachant qu'il ne lui faudrait pas longtemps pour se faire aborder. Le tabouret près d'elle était vide, mais tous les hommes - ou les femmes - qui s'asseyaient dessus ne venaient pas exclusivement pour la séduire, et encore heureux. Des hommes et des femmes de tous styles, de toutes catégories sociales se parlaient ici, sans préjugés, sans à priori. Morphée trouvait cela merveilleux. Bien su, il y avait par moment quelques fouteurs de merde mais il faut de tout pour faire un monde. Elle termina sa bière plus vite qu'elle ne l'aurait cru. Elle appela le barman à nouveau qu'il lui en reposa une sous le nez. Il la connaissait vraiment trop bien. Elle entama donc sa seconde boisson lorsqu'elle se rendit compte qu'un homme était assis près d'elle. Un brun, d'origine asiatique probablement, mais elle ne lui porta pas plus d'attention que ça, pour l'instant.
©Waki
Invité
avatar
Invité
Re: Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. - Ven 15 Aoû 2014 - 19:09
Encore un contrat bien rempli pour le mercenaire Japonais. L'affaire était dans le sac avant même d'avoir signé le contrat. Une semaine plus tôt le secrétaire d'un riche industriel allemand avait contacté Fusao pour lui proposer un job tout simple. Il devait, le temps de deux jours, protéger le fameux riche industriel allemand. L'homme en question avait subi des menaces de mort de la part d'employés licenciés quelques mois plus tôt. Il n'y avait en réalité pas vraiment de menace, mais l'allemand, préférant prévenir que guérir avait décidé d'assurer sa protection. Fusao avait donc fait partie le jeudi et le vendredi d'un petit groupe de gardes du corps autour de cet homme important. Comme il l'avait prévu, tout s'était passé sans problèmes, sans anicroche, sans le moindre coup de feu. La veille au soir, l'allemand était reparti en avion, le japonais avait empoché 30 000 euros pour ses services, ce qui n'était pas négligeable. Il aurait très bien pu rentrer aussitôt chez lui mais avait finalement décidé de traîner un peu. Il était à Paris pour la deuxième fois en peu de temps et appréciait cette ville comme un simple touriste. C'est donc très naturellement qu'il décida de dépenser un peu de son argent gagné le week end qui suivait.
Il avait donc loué une chambre d'hôtel assez luxueuse pour deux nuits. Il passa son samedi à simplement se promener, jouant pour une fois à être un citoyen comme les autres. Il s'offrit même le luxe de prendre un café au Fouquet's à Paris et déjeuna dans un restaurant de la Tour Eiffel. Retrouver un temps un semblant de vie normal, appréciant des plaisirs simples n'était jamais mauvais dans la vie de Fusao. Il avait depuis longtemps les mains couvertes de sang, et tout calme et froid qu'il était, il aurait lui aussi un jour frôler le suicide ou la folie si il n'avait pas été strict sur sa vie. C'est pour ça qu'il s'était fait construire une maison aux abords de Kyoto au calme, c'est pour ça qu'il profitait de jours comme celui ci à simplement flâner. C'est aussi pour cette raison qu'il ne perdait pas le contact avec la réalité, appréciant la musique, les films, la bonne nourriture, l'alcool et continuait, comme lors de son enfance, de dévorer des mangas à la pelle. C'est dans cette optique qu'il décida de finir sa journée dans un bar, le Kenland.
Il s'installa au comptoir, où, dans un français parfait il apprécia une conversation avec son voisin, les serveurs et le patron. Il s'était présenté comme un simple voyageur d'affaire jeune et motivé. Il parla de l'actualité française et japonaise, parlèrent des cultures des deux pays, des politiques, de films et même de manga avec un jeune. Juste le temps pour lui d'oublier son quotidien de mercenaire. Le tout bien entendu en sirotant quelques bières. Mais Fusao était un homme qui savait tenir sa bouteille, même après trois pintes, il ne sentait pas encore les effets, bien qu'il eu à se déplacer jusqu'aux urinoirs au moins cinq fois. Quoiqu'il en soit, il se retrouva bientôt presque seul au comptoir, décidé à prendre une quatrième et dernière pinte. Il se fit servir et dans la foulée, le serveur posa une Leffe à coté de lui. Le mercenaire jeta un coup d'oeil. Une jeune femme venait de se poser à coté de lui, pas bien vieille, tenue aguicheuse et au physique très agréable. Ceci fait, il reporta son attention sur son verre, plongé dans ses pensées. Il songeait à dîner au restaurant le soir même et préparait son planning du lendemain.
Son regard fut attiré lorsque le serveur reposa une Leffe devant la jeune femme. Fusao se demanda un instant si il s'était perdu dans ses pensées aussi longtemps. Cette inconnue s'était vidée sa bouteille tellement vite alors que lui même n'avait pris que quelques gorgées de sa pinte. Ce n'était pas ses affaires après tout, si elle voulait finir complètement défoncée, c'était son affaire. Il y avait longtemps déjà que Fusao avait décidé de ne plus se soucier de la vie des gens communs. Pourtant, c'est à lui qu'il arriva quelque chose... Au moment ou la jeune femme recevait sa deuxième bouteille, trois jeunes hommes déjà bien attaqués vinrent s'asseoir au comptoir à coté de Fusao. Il resta fixé sur son verre et concentré sur ses pensées. Ce n'est que par hasard qu'il surprit des morceaux de leur conversation.
- T'as vu la meuf à coté ?
- Comment j'aurais pu rater ça, des jambes comme ça t'as juste envie de les écarter.
Fusao sentait venir à 1000 mètres la situation suivante. Sur les trois, deux parlaient, ceux qui avaient des couilles. Le dernier, certainement le simple suiveur, se contentait de rigoler bêtement à chacun de leurs répliques et était obligé de lever la voix pour prendre la parole. Celui qui avait parlé en premier était sans conteste le meneur, il n'hésitait pas à mâter l'inconnue sans vergogne et se montrait le plus salace dans ses paroles. Fusao était au beau milieu de ce qu'il détestait dans ce monde, la stupidité. Quoiqu'il en soit il ne réagit pas, ce n'était pas ses affaires. Il avait juste envie de s'en aller. Pour dire vrai, même si ils s'en étaient pris à la jeune femme sous ses yeux, il n'aurait pas lever le petit doigt. Personne n'était venu l'aider lui quand il se faisait tabasser dans la rue, pourquoi il bougerait maintenant ? Mais la situation ne tourna pas vraiment comme ça, ils n'eurent même pas l'occasion de parler à la jeune femme.
- Et toi, dégage, on aimerais parler à la fille.
- T'as qu'à faire le tour...
Fusao n'avait même pas levé les yeux, ne s'était pas montré menaçant, n'avait même pas levé la voix. Il avait juste signifié qu'il voulait qu'on lui foute la paix. Un homme intelligent aurait cependant noté dans cette simple réplique qu'il était dangereux de pousser les choses. Malheureusement l'intelligence n'était pas le trait fort de ces trois là.
- T'as pas bien compris je crois. On veut ta place !
Ce faisant, le type qui venait de lui parler le bouscula vivement. Le Japonais pris par surprise dérapa de son siège et manqua de tomber. Tenant toujours son verre à la main à ce moment là il en renversa partout. Il sentit même son épaule buter violemment contre la jeune femme à la Leffe. Fusao, en professionnel, posa simplement son verre maintenant vide sur le comptoir. Il tourna le dos à ses agresseurs, faisant face à l'inconnue.
- Excusez moi.
Enfin il se tourna à nouveau vers les trois jeunes. Son air calme était troublant. En restant stoïque, se fichant bien de voir que tout le monde était tourné vers eux, il releva ses manches. Son attitude était clairement agressive bien qu'il n'attaquait pas. Il entendait le patron leur dire d'aller dehors, mais il s'en moquait. Levant une main vers eux, il les invita à l'attaquer. Les trois se regardèrent un moment, se motivant chacun leur tour à attaquer Fusao, mais finalement ils firent ce qui était le plus intelligent. Ils se dégonflèrent et s'en allèrent, sans l'avoir même frappé, sans avoir bu le moindre verre. Comme pour tout de même démontrer son courage, le leader lança à Fusao un.
- On t'attend à la sortie enfoiré !
Mais Fusao s'était déjà rassit, n'y portant plus attention. Il leva son verre vide sans un mot et lança un petit sourire au patron.
- Je paierais pour celui renversé aussi, ne vous en faîtes pas.
Une fois servi, il se replongea dans ses pensées, comme si rien de tout ceci n'était arrivé. Mais c'était sans compter sur celle assise à ses côtés.
Invité
avatar
Invité
Re: Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. - Sam 16 Aoû 2014 - 16:25
Whiskey in the Jar
Des fouteurs de merde, il y en avait ce soir visiblement. En effet, trois crétins déjà bourrés parlaient sur elle. Morphée hésitait entre les fusiller du regard ou les ignorer et faire celle qui n'avait rien entendu. Vu l'état dans lequel ils étaient, il valait opter pour la seconde solution. Elle fit donc comme si de rien n'était. De plus, l'homme qu'elle avait à peine remarqué tout à l'heure lui servait désormais de "bouclier". Troisième bière. Les hommes interpellèrent son voisin pour qu'il cède sa place. Heureusement pour elle, il ne le fit pas. Morphée n'était pas en état de faire face à ce genre de situation, de plus, l'alcool commençait à lui monter à la tête. Cette histoire pouvait très mal finir.La réaction des hommes fut sans appel : la violence. En effet, l'asiatique la bouscula, renversant son verre sur le bar. Il se retourna vers et s'excusa, elle lui fit un immense sourire pour lui signifier qu'elle acceptait ses excuses, même si c'était plus à l'autre de le faire. Mes ces hommes étaient visiblement des lâches, et leur fuites ainsi que leur menace le prouvaient. L'homme indiqua au patron qu'il allait payer pour le verre renversé. Elle sourit.

- Mets son verre sur mon compte Jules, dit-elle au patron tranquillement. Je lui dois bien ça.

Morphée offrit un sourire à son "sauveur" puis leva sa bouteille comme pour dire "Santé !" et but tranquillement. La jeune femme regardait l'homme près d'elle. Il semblait plus grand qu'elle, et aussi plus âgé. En même temps, ce n'était pas compliqué. Elle n'avait que 19 ans. Elle prit une nouvelle gorgée.

- Merci de les avoir empêchés de m'approcher., même si ce n'était pas voulu de ta part. J'aurais pas été en état de me défendre, enfin, même sobre j'en suis incapable... Je m'appelles Morphée. Ravie de te rencontrer. Et encore une fois, merci.

Oui, Morphée parlait beaucoup, voir même trop parfois. Mais elle n'avait pas envie de faire l'ingrate et de partir sans remercier cet homme. Elle lui avait dit ces quelques phrases en souriant doucement, les yeux brillants. Il avait l'air fatigué. Mais elle l'était aussi et ça ne l'empêchait pas d'aller picoler un coup. Elle regarda un des serveurs et commanda la même chose pour lui et un whisky pour elle. Elle payerai, elle avait l'habitude. Et puis, elle pouvait payer tous les verres de l'homme s'il le désirait, elle avait de quoi le faire.

Certains jours, elle se regardait dans la glace en se demandant "Ma pauvre petite Morphée, dans quoi t'es-tu embarquée ? Te souviens-tu de la fin de ta dernière soirée ? Non. Alors arrête." Mais elle recommençait toujours. Il lui fallait une bouée de secours, qu'elle trouve quelques chose à faire ou quelqu'un à harceler. Elle regarda tristement son verre et remuant les glaçons, commençant à se perdre dans ses pensées...
©Waki
Invité
avatar
Invité
Re: Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. - Dim 17 Aoû 2014 - 23:22
Elle prenait le verre sur son compte. Fusao releva la tête et dévisagea la jeune inconnue sans un sourire alors que celle ci lui offrait une mine chaleureuse. Il n'avait pas demandé une telle faveur et n'avait certainement pas éloigné les trois fouteurs de trouble pour la protéger elle. Et pourtant, comme elle le disait, elle lui devait bien ça. Il ne répondit pas, continuant à la regarder avec un air très détaché. Ce n'est que lorsque le patron lui amena sa pinte qu'il décolla enfin ses yeux d'elle. Initialement il eu simplement l'envie de se plonger dedans et s'en aller au plus vite mais la jeune femme à ses cotés n'en avait pas encore fini. Elle lui donna de nouveau un sourire des plus charmants et leva sa bière à son encontre. Kanpai pensa le japonais sans pour autant le dire. Il leva sa pinte vers elle et réussit même à tendre ses lèvres en un sourire agréable. Mais au fond sa seule envie était de rentrer à l'hôtel. Discuter comme il l'avait fait avec des inconnus dans un bar en sachant que ça n'apporterais rien, ça allait. Mais là, c'était différent. D'une manière ou d'une autre, cette inconnue lui était redevable, le genre de point de départ qui pouvait engendrer des relations allant au delà d'un simple verre dans un bar. Fusao ne pensait ni au sexe ni à l'amour, il n'avait simplement pas envie de s'enticher de l'amitié de la première venue. Il voulait simplement passer inaperçu.
Une fois qu'ils s'étaient mutuellement souhaité "Santé", il espérait qu'ils s'arrêteraient là. Mais elle renchérit, lui expliquant qu'elle lui était redevable même si il ne l'avait pas vraiment défendu. Elle lui expliqua brièvement qu'elle aurait été incapable de se défendre, se présenta et le remercia. Les choses dérapaient et Fusao n'avait pas l'intention de dire quoi que ce soit. Il resta muet, sourit à la dénommée Morphée, fit un signe de tête pour lui montrer qu'il la remerciait pour ses mots mais resta muet. Cette jeune femme avait trop de problèmes. D'alcool déjà, triste de voir qu'à son âge, vu qu'elle ne devait pas avoir plus de 20 ans. A boire seule comme elle le faisait, cela ne pouvait signifier que de tristes problèmes. Elle donnait aussi son prénom, son vrai prénom vu la franchise avec lequel il était sorti, de l'inconscience. Et pour couronner le tout, elle admettait être faible. Tant de choses qui, aux yeux du japonais, étaient loin d'être des qualités. C'est pourquoi il replongea le nez dans sa bière en espérant qu'elle ne continuerait pas ainsi. Une chance déjà, elle ne lui avait pas demandé son prénom.
Un temps passa, dans le calme du bar. Il pouvait voir du coin de l’œil qu'elle le regardait de temps à autre, semblant fatiguée. Pas la même fatigue que lui. Il avait le manque de sommeil du touriste qui a crapahuté toute la journée. Morphée de son prénom avait dans ses yeux la fatigue des gens emplis de tristesse et de problème. Apparemment l'alcool était sa solution. Ce n'était pas à lui de les régler, personne n'avait réglé les siens à lui à une époque où il aurait troqué tout ce qu'il avait contre une corde pour se pendre. Après toutes ces constatations, son verre était presque vide et il sentait enfin les effluves de l'alcool lui monter au crane. Il n'était que rarement saoul et se savait plutôt du genre joyeux avec des verres dans le nez. Mais la situation le stressait et l'énervait intérieurement, il devait rentrer. Mais là, le serveur lui posa une autre pinte sous le nez. Il se tourna vers elle. Morphée venait de recommander pour eux deux. Depuis quand ils étaient potes ? Mais elle ne le regardait plus, les yeux plongés dans les glaçons de son whisky. Il ne toucha pas à ce dernier verre, se tournant vivement vers elle. Il lui agrippa le poignet avec vigueur, mais pourtant sur son visage se dessinait un visage bienveillant. En réalité son visage était aussi bienveillant que ses paroles étaient pleines de venins.
- Ecoute moi bien Morphée, tu ferais bien de faire attention lorsque tu parles à un étranger ou que tu lui payes des verres. Un homme te défends malgré lui contre une troupe d'imbéciles, ça n'en fait pas un ami, pas même quelqu'un à qui on sert avec plaisir des verres. Parce que tu vois ce monde est rempli de monstres et il se peut que cet homme en soit un, et que la troupe d'imbéciles a bien fait de fuir sinon on aurait frôlé le bain de sang. Il se peut que cet homme se soit opposé à eux sans aucunement penser à toi, simplement à lui et sa tranquillité que tu perturbes actuellement. Alors crois-tu vraiment que cet homme ait envie de partager plusieurs verres avec toi, de parler avec toi, de copiner avec toi ? Réfléchis bien à tout ça avant de venir parler aux étrangers. Pense bien que ce n'est pas ce genre de relation biaisée avec un verre à la main mais d'un véritable ami, d'une cure et de séances chez un psy...
Il avait parlé à voix basse et lui avait tenu le poignet de façon à ce que personne ne les voit. Son visage était toujours aussi bienfaisant cependant, rendant le tout encore plus effrayant. Avec ironie et comme pour marquer ses paroles, il leva sa pinte avec un geste suffisamment ample. Ainsi, sa veste s'entrouvrit juste assez aux yeux de Morphée pour qu'elle admire ses deux couteaux attachés à l'intérieur du vêtement. Sur ce il descendit sa pinte d'une seule traite et la claqua fortement sur le comptoir. Enfin, penchant sa tête légèrement de coté avec toujours un visage aussi agréable.
- Merci pour les verres.
Manière pour lui de lui dire au revoir et de boucler cette conversation inutile. Il se leva de son siège et commença à s'en aller, laissant derrière lui cette jeune écervelée. Déjà il se voyait rentrer à l'hôtel et profiter d'une bonne nuit de sommeil. Quelque part en lui, il avait déjà oublié cet incident sans importance. Il se frotta les yeux tandis qu'il quittait le bar. Il n'aurait pas du boire la dernière pinte aussi vite, gros malin...
Invité
avatar
Invité
Re: Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. - Dim 5 Oct 2014 - 15:04
Le soir, La nuit.
Morphée sursauta quand il attrapa son poignet pour lui envoyé le plus délicatement possible un flot de paroles assassines en plein visage. C'était comme s'il lui donnait une douche froide. Il avait raison, elle devait faire pitié. La jeune femme baissa les yeux, honteuse. Au fond, elle était révoltée de se faire réprimander ainsi. Il avait raison, ils n'étaient pas amis, il n'avait aucun droit de lui faire la morale. Mais elle en avait besoin, ses amis étaient tous plus ou drogués ou alcooliques et possédaient un trafique de prostituées mineures. Elle connaissait plein de monde, mais elle était incroyablement seule.

Il leva son verre comme si de rien n'était, mais Morphée aperçut deux lames brillantes dans la veste de l'homme. Était-il le monstre qu'il avait lui-même décrit ? Surement. Elle souleva son verre et avala le whisky rapidement. L'homme fit de même avec sa bière puis se leva, la laissant en plan. Il avait tout de même l'air d'avoir un peu trop bu, ou alors un peu trop vite. Morphée déposa un billet sur le bar sous son verre et se leva à son tour. Il était déjà sorti. Elle pouvait distinguer sa silhouette dans l'obscurité de la nuit à quelques mètres de là. Elle le suivait tranquillement, elle voulait lui parler, mais ne savait pas quoi lui dire.

Elle se rendit compte qu'elle venait d'arriver au niveau de sa voiture. Et si elle rentrait tout simplement ? Elle pourrait prendre une douche puis dormir. Demain elle glanderait toute la journée avec son mal de crâne et sa vie reprendrait son cours normal. Morphée déverrouilla la voiture et s'installa tranquillement dedans. Elle démarra et roula au pas jusqu'à l'homme.

- Je peux te ramener si tu veux, lança-t-elle dans la nuit.
Paroles en #cc99FF - ©Waki
Invité
avatar
Invité
Re: Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. - Ven 10 Oct 2014 - 23:57
Une bière, deux bières, trois bières...et des confidences
 
C'est pour la voiture ou pour la fille ?


Fusao avait déjà mis quelques mètres entre lui et le bar lorsqu'il entendit une voiture s'approcher de lui. Il s'était tout simplement perdu dans ses pensées, pensant à sa journée du lendemain, son voyage en avion, les retrouvailles avec ses acolytes. Il s'était un peu énervé certes, mais les jeunes lui avaient pourri sa soirée, sans compter sur la candeur de la jeune femme, comment s'appelait-elle déjà ? Puis la voiture sembla presque se stopper à coté de lui, n'allant pas bien plus vite que lui même allait en marchant. D'un oeil curieux il se tourna et vit la jeune femme, Morphée, c'était son prénom. Il s'arrêta pour la foudroyer du regard. Jusqu'à ce qu'elle élève la voix, doucement, de façon très innocente et assez maladroite. Un peu comme si avait chercher un moyen de réengager la conversation avec lui malgré l'hécatombe que cela avait été jusque là. Il soupira longuement et vint se pencher par la fenêtre, un coude posé sur le toit de la table. Dans cette position encore une fois, Morphée pouvait avoir une vue entière sur ses armes.


- Tu es peut-être bouchée mais au moins tu es persistante.


Restant dans cette position un petit moment et l’œil songeur, il se demandait ce qu'il allait pouvoir bien faire. Il était vrai que son hôtel n'était pas à deux pas et il serait toujours plus agréable de traverser Paris en voiture que dans le métro. Et puis, alcoolisé comme il était, la perspective de se retrouver serré dans un train sous terre entouré par des jeunes encore plus alcoolisés que lui ne l’enchantait pas. Il ouvrit finalement la portière et s'installa, bouclant aussitôt sa ceinture sans autre forme de procès. Puis, se tournant vers l'ennuyeuse jeune femme il découvrit une sorte de sourire carnassier et s'autorisa une pointe d'humour noir.


- Une balade en voiture avec toi ne devrait pas me tuer. Toi en revanche...


Il regarda l'intérieur de la voiture, le genre luxueuse et bourrée d'options. Il n'avait pas vraiment fait attention à l'extérieur mais se promettait d'y jeter un coup d'oeil en descendant. Il attendit un instant que Morphée reparte enfin, se faisant diverses remarques. La demoiselle devait avoir une certaine aisance de vie, d'où elle la tenait, ça restait un mystère. Et puis le profil de l'enfant de riche totalement perdu dans ce monde qui se saoulait au lieu de faire des choses constructives lui collait pas mal à la peau. Mais après tout, Fusao pouvait totalement se tromper, avec autant de bière dans le nez, sa psychologie n'était pas si affûtée qu'à l'ordinaire. Il chassa vite ces pensées brumeuse et d'un geste violent manifestant sa hâte il annonça.


- Tu me déposeras à l'hôtel Le Meurice.


Comme si c'était sa voiture, Fusao s'enfonça dans le siège qu'il rabaissa quelque peu afin d'être plus à son aise. Ainsi prostré il ferma les yeux, cherchant certainement dans cette attitude à fuir toute conversation non désirée. Pourquoi était-il monté si il tenait tant à être seul se demanda-t-il. A dire vrai, il avait eu effectivement l'idée de rentrer seul et pourtant voilà qu'il était conduit par une fille qu'il avait copieusement réprimandé, sans parler de menaces, quelques instants plus tôt. Réfléchissant ainsi, Fusao trouva la réponse qu'il avait déjà mais ne voulait pas s'avouer, il avait été comme charmé par le culot de la jeune femme. Quelque part, il regrettait même qu'après ce trajet en voiture, il ne la reverrait pas. Le genre désespéré et charismatique, ne l'était-il pas lui même presque 15 ans en arrière ?

Code by Rain

 

Invité
avatar
Invité
Re: Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. - Sam 11 Oct 2014 - 19:05
Sweet Dreams

Il était monté dans la voiture après lui avoir soigneusement remit ses couteaux sous les yeux. Mais Morphée avait trop bu pour se sentir en réel danger, elle trouvait ça plus amusant qu'autre chose. Il lui avait parler, elle n'avait pas répondu, elle avait juste sourit, doucement, en attendant qu'il se décide. Puis il était monté, dans sa voiture. Morphée souriait. Elle l'avait regarder s'installer sans dire le moindre mot. Il avait à nouveau parler avec un sourire effrayant. Elle lui rendit son sourire.

- Pourtant tu es à la place du mort, lui lança-t-elle en riant presque.

Morphée entendit alors résonner le nom de la destination. Elle roula doucement jusqu'au bout de la rue avant de tourner. Elle souriait encore, elle l'avait vu s'enfoncer dans son siège et fermer les yeux. Elle était joueuse, elle aillait rire. La jeune femme poussa légèrement son pied sur l'accélérateur. Et, progressivement, elle atteignit une vitesse assez élevée. Il n'y avait personne. Allait-il se rendre compte qu'elle roulait vite, voir même trop vite ?

La jeune femme ne se rendit même pas compte qu'elle avait retrouvé une vitesse normale. Avec la fatigue, elle ralentissait tout ce qu'elle faisait, y compris sa vitesse. C'était même à la limite du lent. Morphée regarda son passager. Ils arrivaient presque. Feu rouge. Morphée se stoppa, elle sortit un bic et l'ouvrit. Puis elle traça des chiffres ronds sur le bras de son voisin. Elle l'aimait bien, ce mec. Il l'avait engueulée, menacée, envoyée promenée. Il avait tout de même accepté qu'elle l'invite et qu'elle le ramène. Ce devait être l'alcool, parce que son comportement était des plus étrange tout de même.
Paroles en #CC99FF - ©Waki
Invité
avatar
Invité
Re: Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. - Sam 11 Oct 2014 - 23:07
Une bière, deux bières, trois bières...et des confidences.
 
Vivement que je sois à l'hôtel


Comme elle le disait, il se trouvait à la place du mort. En plus d'être culotté elle faisait preuve d'humour, et noir en plus, un genre que Fusao appréciait particulièrement. Quoiqu'il en soit il s'installa tranquillement et se laissa conduire. La suite du trajet se passa sans bruit, dans le calme, gentiment bercé par le ronron du moteur. A un moment cependant, le japonais sentit la voiture accélérer, allant de plus en plus vite. Il ouvrit les yeux tout doucement, regardant le paysage se déroulant rapidement par la fenêtre. La vitesse et l'alcool aidant, les lumières de Paris se mêlaient toutes en une seule, comme un long trait lumineux n'en finissant pas. Mais cela n'inquiéta pas le mercenaire, il referma bientôt les yeux. Au fond, elle était maîtresse de sa voiture, malgré les verres qu'elle avait pris. Et puis, ce petit numéro de casse cou collait bien avec sa personne pour le peu que Fusao avait cru découvrir et comprendre. La voir aller au pas avec sa voiture aurait été plus surprenant. C'est justement lorsque la voiture se remit à ralentir que Fusao ouvrit à nouveau les yeux.

La voie était pourtant dégagée, il n'y avait que peu de monde sur la route, pas de feu, pas de stop, pas de cédez le passage, pas de virages excessifs, alors pourquoi ralentissait tel après avoir mimé une scène de Fast and Furious. Le japonais la détailla discrètement, ses yeux légèrement rougis, ses cernes, son air à la fois absent se concentrant plus par défaut que par véritable conscience. Il ne faisait plus question que l'alcool faisait effet sur elle, mais au delà de ça, le rythme de vie de la dénommée Morphée devait commencer à peser sur ses épaules. Fusao avait vu beaucoup de jeunes s'autodétruire pour diverses raisons, et faisait semblant de n'en avoir cure. Mais au fond de lui il revoyait le jeune qu'il était, et ne pouvait s'empêcher d'être affecté. Si sa vie avait fait de lui un héros, il aurait certainement aider tous les gamins à se sortir de la mauvaise passe qu'était leur vie. Mais l'histoire avait fait du japonais le méchant. Tentant de chasser ces pensées, il referma les yeux.

Il ne les ouvrit même pas lorsque la voiture s'immobilisa totalement. D'une part, si ils étaient arrivés à destination, Morphée aurait au moins eu l'amabilité de le lui signaler. D'autre part, ils étaient partis depuis trop peu de temps pour être déjà au bout du chemin, quoiqu'ils approchaient. Cependant, quelque chose fit ouvrir les yeux à Fusao. Il sentit quelque chose sur son bras et vit la jeune femme lui dessiner des chiffres sur le bras. Face à eux, à l'extérieur, un feu rouge. Voilà pourquoi ils étaient arrêtés. L'espace d'un instant, Fusao se laissa faire, plus par surprise qu'amusement, mais poussa vite son bras, peu enclin à ce genre de gamineries. Il posa de nouveau des yeux sérieux sur Morphée sans pour autant être menaçant.

- Je préférerais que tu évites.


Il accusa un silence, tourna la tête en voyant le feu passer au vert et baissa sa manche sur les dessins.

- Je ne suis pas un ami, pas même une connaissance, juste un type que tu prends en stop.

Déjà au loin il pouvait deviner les contours de son hôtel. Tout ceci serait bientôt terminé.
Code by Rain

 

Invité
avatar
Invité
Re: Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. - Jeu 30 Oct 2014 - 23:26
Trapped in Crystal Ball
Morphée avait réussi à écrire tout son numéro sur le bras de l'inconnu. Le feu était vert. Fusao n'avait guère apprécier de se faire écrire dessus. C'est compréhensible, ce n'est pas super agréable le bic sur la peau. Elle accéléra doucement, l'hôtel se dessinait au loin. Elle sourit doucement.

- Tu es un type auquel j'ai payé un verre, qui m'a défendu parce qu'il pensait qu'à sa gueule, qui m'a menacée à plusieurs reprise et m'a réprimandée, mais qui a accepté de monter dans ma voiture. Du fait que je te connais, tu es une connaissance. Tu n'es pas logique comme mec... Suis-je bête ?! Tu es un mec. Morphée se mit à rire toute seule, sous l'emprise de l'alcool, elle était euphorique, joyeuse.

La jeune femme s'arrêta devant l'hôtel. Ils étaient arrivés, il devait être soulagée. Elle était un peu déçue, elle l'aimait bien ce mec, il avait un bon fond, elle le sentait. Morphée aurait aimé passer un peu plus de temps avec lui. Mais le monde est petit, il avait son numéro et elle croyait au destin.

- Tout le monde descend ! lâcha-t-elle en riant. Elle le regarda en souriant, heureuse.
Paroles en #CC99FF - ©Waki
Invité
avatar
Invité
Re: Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. - Lun 24 Nov 2014 - 0:03
Une bière, deux bières, trois bières, et des confidences
 
Echange de coordonnées


Enfin il posait le pied hors de la voiture, contemplant l'entrée de son hôtel. Encore quelques mètres, un ascenseur à prendre, des petits pas et il rejoindrait son lit. Puis il repensa à ce qu'elle avait dit, en quelque sorte elle s'était attachée à lui très rapidement. Comme si il lui avait tapé dans l'oeil. Quoiqu'il en soit cette fille était dérangée. Il regarda son bras une dernière fois, le numéro de Morphée lui apparaissait en gros comme le délire d'une gamine. Mais dans le fond, peu importe combien la demoiselle était imbibée tout ceci avait un sens. Qui aurait ne serait-ce qu'un temps soit peu l'idée de prendre un étranger dans sa voiture pour le reconduire à son hôtel à cette heure avancée de la nuit ? Qui ferait confiance à cet homme après avoir eu la preuve qu'il était bel et bien quelqu'un de dangereux ? Qui ferait des sourires à cet homme alors que celui ci n'en faisait aucun ? Fusao soupira et se retourna, posant son cou sur le toit de la voiture et penchant sa tête par la fenêtre. Il fouilla un instant dans l'intérieur de sa veste et en sortit finalement une petite carte en papier cartonnée qu'il tendit à Morphée.

- Tiens prends ça.

Sur la carte, Morphée pouvait y découvrir un simple numéro. Ce n'était pas le sien, mais celui de son bureau à Kyoto. Une ligne sécurisée par laquelle transitaient tous les appels pour Fusao. Par ce numéro il recevait d'ordinaire ses contrats d'assassins ou des demandes de rendez vous dans le but d'accepter ou non une mission. Mais voilà qu'il donnait ce numéro à une simple jeune femme trop gentille et drôlement saoule.

- J'ai ton numéro mais il y a fort de peu de chances que je l'utilise. En revanche, voici le mien, tu peux me joindre là. Ne t'inquiète pas si je ne répond pas, c'est rarement moi qui décroche.

Le mercenaire se releva et fit quelques pas en arrière, continuant toujours à regarder l'intérieur de la voiture. Il plongea ses mains dans ses poches et tourna légèrement le regard. Cette attitude trahissait grossièrement le fait qu'il n'était pas habitué à ce qu'il était en train de faire, proposer son aide à quelqu'un sans aucune raison. Il n'y avait là pas d'argent à la clé, pas de dettes à payer, il n'avait lui même pas vraiment de motivation personnelle important pour se lancer la dedans. Non, il voulait juste venir en aide à Morphée. Tout de même il ne lui donnait qu'un numéro, ce n'était pas comme si il était près à tout faire pour changer la vie de la jeune femme. Il gardait en quelque sorte une certaine distance avec tout ça.

- Appelle seulement si tu as besoin d'aide !

Il avait dit cela sur un ton assez fort comme pour revenir à ses habitudes quotidiennes. Quelqu'un d'assez rustre, froid et violent en somme. Enfin, il fit un geste comme pour lui dire au revoir et tourna les talons. Ce n'est qu'après quelques pas qu'il se tourna une dernière fois vers elle, se rendant compte qu'il avait oublié un point important.

- Je m'appelle Fusao.

Enfin il termina son chemin et passa les portes de l’hôtel. Une fois ceci fait il soupira et resta un instant là immobile. Pour lui, c'était pire que d'avoir couru un marathon, l'effort d'être...simplement gentil et amical était abominable. Peu importait maintenant, elle avait son fichu numéro et lui allait se coucher. Il se dirigea tranquillement vers l'ascenseur, pensant déjà à son lit et à l'avion qu'il prendrait le lendemain. Au fond de lui cependant, il se demandait vraiment si Morphée l’appellerait. Un jour peut-être.
Code by Rain

 

Invité
avatar
Invité
Re: Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. - Ven 26 Déc 2014 - 22:12
Fusao
Morphée allait repartir lorsque l'asiatique se pencha vers elle pour lui tendre un bout de papier, ou plutôt un carte de visite sur laquelle figurait seulement un numéro de téléphone qui n'était visiblement pas français. Mais la jeune fille s'en moquait, elle lui offrit un immense sourire. Elle était contente, elle avait son numéro. D'habitude, dans ce genre de soirée, elle en récoltait une dizaine mais ne se souvenait jamais de qui était qui le lendemain.

- Merci, tu me flattes, toi qui es si réticent au contact humain. Lui lâcha-t-elle en continuant de sourie.

La jeune femme le vit s'éloigner de sa voiture et commença donc à fixer la route pour repartir. C'est alors qu'elle l'entendit résonner dans sa tête. Je m'appelle Fusao. Elle retourna la tête et le fixa, sans répondre. Il entra dans l'hôtel, la laissant seule face à la nuit.

Morphée arriva chez elle, épuisée. Elle rentrait plus tôt qu'à son habitude mais elle avait bu vite et fait une rencontre étrange. La jeune femme monta dans sa chambre, se changea et se coucha dans son lit douillet avant d'être emportée au Pays des Songes par son homonyme grec...
Paroles en #CC99FF - ©Waki
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 215

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
3924/1000  (3924/1000)
Votre domaine: Le Froid
avatar
Éleveur de patates
Éleveur de patates
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. - Sam 16 Déc 2017 - 17:48
Notation du RP


Ce RP a été jugé abandonné par le Staff.

De ce fait, il est clôturé sans notation.

Merci de votre compréhension.


Makarov (Fairy Tail) "- Dans ce monde, il y a des gens qui préfèrent la solitude. Mais il n'y a personne qui puisse la supporter. "
- kit et codage by Rain ! ♥️

DC : Léo Snowhite ||Fiche Nineee ||  Papote en #0099ff
Contenu sponsorisé
Re: Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences. -
Une bière, deux bières, trois bières... et des Confidences.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Au cœur de la ville :: Commerces-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page