Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Quête] Prendre un coup de vieux

Invité
avatar
Invité
[Quête] Prendre un coup de vieux - Ven 25 Juil 2014 - 17:58

Bonjour ! Euh... Je peux te demander un truc ?
À en juger par le regard noir que Priam venait de rendre à son interlocuteur, la question était purement rhétorique, et sa réponse évidemment négative. Mais il était nouveau dans un lieu qu'il ne connaissait pas. Les gens qui se trouvaient autour de lui pouvaient parfaitement être des déchets qui ne dépasseraient jamais le statut d'apprenti Dieu tremblotant et bégayant (ce qui, malgré ce que l'on pourrait croire, pourrait faire un parfait Dieu, si un Dieu de la Timidité maladive existe) et certains... Étaient voués à peut-être dénicher en leur for intérieur un courage et une hardiesse qu'il n'aurait jamais soupçonnée auparavant.

Je vous en prie, je doute être réellement capable de vous être d'un grand secours, mais chaque apprenti Dieu à un domaine spécifique, le mien vous sera peut-être salvateur.
Un détail intéressant était le manque cruel de poigne dans le regard de son interlocuteur, Priam détenait probablement beaucoup plus que la simple question qui risquait de sortir de la bouche de l'Homme. Ne soyons pas trop durs, ce n'était pas un idiot latent. C'était un... Homme ordinaire. Probablement dégourdi, pas spécialement méchant, mais il n'y avait pas cette lueur maline que les gens de pouvoir détiennent.

Il y a un marchand à la Deus Academia qui n'est pas recensé parmi les autres marchands. Ce qu'il vend n'a rien de clandestin ou de dangereux, mais... ce n’est pas pour autant un article qui circule librement. C'est même surtout une rumeur en fait.
Le discours continuait. Perdu dans un océan de détours et de détails insignifiants. L'interlocuteur de Priam cherchait-il réellement à l'endormir ? Il n'aurait pu s'y prendre mieux pour l'instant. Comme si se justifiait d'incroyables détails futiles pouvaient être un symbole de magnificence.

(...) à force de parler, j'ai fini par lui arracher ce papier. Cette personne m'a certifié que contre ce petit bout de papier, il me refilerait une potion de jeunesse.
Déclic. L'esprit s'éveille d'un coup. La main se tend, prend le papier des mains et l'observe. Un vieux ticket de cinéma comme on pouvait en trouver dans les années 80. Un papier gris qui avec le temps a jauni, représentant une pellicule de films. Le style de typographie est une calligraphie très arrondie, probablement le nom du cinéma de l'époque. En dessous, les lettres d'encre, presque effacés par le temps laissent deviner qu'elles affichaient autrefois "Les tontons flingueurs". Un vieux bout de papier décrépi dont l'utilité est absolument introuvable. Mais... C'est un vestige humain, probablement une quelconque relique pour un apprenti Dieu souffrant le mal du pays. Surtout si le pays a pris quelques années et connu une explosion démographique.
Résister, ne pas sourire trop vite, ne pas laisser poindre l'intérêt qu'il trouve à tout cela.

Tu t'apprêtes à me dire que tu n'oses pas aller le voir après tout cela ?

J'attends que ça. Mais si les professeurs l'apprennent, je ne suis pas certain de leurs réactions. C'est pas un produit qui fait les étals de tous les marchands. Il y en a pas mal qui en ont pris, mais ce n’est pas pour autant qu'on peut prévoir la réaction des profs. Et ils sont loin d'être tendre.

Je m'en charge.
Le reste n'est encore une fois que détails. Parle à ce type, parle à l'autre, rends-toi à ce lieu. Pourquoi les humains faisaient-ils tant de détours pour des choses qui n'en valaient pas la peine. L'existence humaine n'était pas éternelle, et aucun ne semblait trouver l'idée de vivre sa vie pleinement, intéressante. Non, la moindre idiotie devait être planifiée, analysée. Et c'était... Terriblement usant.
Il finit par tomber sur le marchand. Et il ne s'étonna pas du personnage. C'était évidemment un ancien de la Deus Academia. Son style vestimentaire, encore coincé à l'époque de son décès. Un costume chic, mais démodé, le pantalon est un peu trop remonté avec les us et coutumes d'aujourd'hui, la chemise trop bouffante et des chaussures aux bouts arrondis, parfaitement lustrés. Son sourire revint de nouveau arrondir son visage. L'homme détenait une potion de jeunesse ? Il allait falloir changer la donne, le vendeur, c'était Priam.

Bonjour.

Bonjour.

Je viens te voir, car différents amis communs m'ont laissé entendre que tu étais la personne que je recherchais. Vois-tu, j'ai sur moi un petit bout de papier qui a transité par bien des époques et des poches, et apparemment, il t'intéresse.
Il sortit le ticket de cinéma, et feint de ne pas voir le sourire intéressé de l'homme en face de lui.

Cela tombe bien, car tu as apparemment à vendre, un objet qui m'intéresse. C'est bien toi, sa main se referma sur le ticket de cinéma, qui a des potions de jeunesse ?

Aussi intéressé que fût le "marchand" il semblait avoir un minimum de jugeote. À la vue de la main refermée, son regard se fronça, et son visage exprimait la lassitude latente des gens habitués aux échanges qui n'avancent pas.

Il a quoi ton vieux bout de papier, que tu montes sur tes grands chevaux ?

Allons, tu penses bluffer ? Un souvenir pareil. L'Histoire ce n’est pas mon fort, mentira'il, mais c'est quoi, les années 1900 entamées d'une bonne moitié et un peu plus non ? Le cinéma était déjà bien installé, mais ça restait une nouveauté très en vogue. Ton époque, je parie. Une lointaine époque non ?
L'air froncé maintenu était la réponse la plus affirmative qu'il n'avait jamais vue.
À l'époque, on sortait le week-end l'esprit libre, une jeune fille sous le bras. Et... Les Tontons flingueurs, très bon film ça. Ce furent ses sourcils qui se froncèrent, il était sûr d'en avoir entendu parler. Après tout, il était intemporel autrefois. Même si sa mort avait eu une date, son esprit d'antan n'avait pas de limite de temps.
Des dialogues d'Audiard, un jeu partagé entre Ventura, Blier, Blanche et Lefebvre, je suis sur, que pour un amateur, ce ticket a bea(...)

Ne t'inquiète pas, j'ai bien compris que tu sais de quoi tu me parles. Alors... Quel est ton prix.

3 potions de jeunesse.

3 ? Je ne les ai même pas sur moi, et ton ticket n'a pas autant de valeur. C'est juste du sentimental, tu n'en tireras jamais autant. Mais tu as vu juste, ce ticket me rappelle beaucoup de souvenirs, aussi, je suis prêt à te céder une potion.
Il la sort déjà.

C'est maintenant moi qui te dis que tu n'en tireras jamais si peu. J'en souhaite deux, c'est honnête comme marché non ?

L'homme sort la deuxième potion. Il est las, ne souhaite même pas négocier davantage, essayer de le dissuader, lui demander pourquoi il a besoin de tant de potions. L'échange se fait rapide, au plus tôt on se sépare, au plus vite on passe à autre chose.
Sur le retour, Priam réfléchit à l'homme qu'il doit revoir. Il ne comptait pas lui donner la potion. Lui mentir sur l'échange, lui trouver une excuse peu crédible, ne pas se soucier de l'Homme. Mais... Il fallait tout de même montrer patte blanche, il était nouveau ici.
Une fois de retour, il donnera la potion à l'homme, se retournera pour partir, et ajoutera, dos à l'homme.

Pense bien à ton geste. Ce n'est pas rien. La vie d'un Dieu est loin d'être celle d'un Humain. Tu ne te doutes pas de ce que c'est, de se lever chaque jour sans l'idée d'un jour nouveau. Quand chaque journée est la même que la précédente, que chaque bouchée de pain à le même goût et que le meilleur des vins glisse sur le palais comme une feuille de papier froissé. Que le sommeil te fuit, car se coucher est un dégout ouvrant sur un lever qui n'intéresse plus. Réfléchis à tout cela.
Il partira sans rien ajouter de plus. Le sourire aux lèvres. Il ne lui avait pas tout dit. Quand les plaisirs de l'esprit prenaient le pas sur la chair. Et puis... Un bon vin était toujours agréable...


Invité
avatar
Invité
Re: [Quête] Prendre un coup de vieux - Lun 28 Juil 2014 - 19:02
J'avoue avoir trouvé l'échange du ticket un peu trop simple. En même temps généralement les gens galèrent beaucoup avec des choses compliquées, là ça change de l'ordinaire donc c'était une quête plutôt sympathique. Et découvrir la personnalité de ton personnage - personnalité froide - me donne envie d'rp avec toi. Faudra qu'on se fasse ça un jour ! ^^

Le gothique : 200 xps + Récompense de la quête : 200 xps + 1 potion de jeunesse
Xps attribués : Yep
[Quête] Prendre un coup de vieux
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Quête] Prendre un coup de vieux [Solo]
» [Quête - Prendre un coup de vieux] Une potion de jeunesse?
» [Quête] Prendre un coup de vieux : à la recherche de la pierre Philosophale
» Attends-toi à te prendre un coup de pied invisible dans le cul.
» Coup de vieux l blé et kali

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Parc aux abricots-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page