Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Comment cacher une licorne parmi les moutons (Feat Audrey/Katharina)

Invité
avatar
Invité
Comment cacher une licorne parmi les moutons (Feat Audrey/Katharina) - Jeu 24 Juil 2014 - 20:36
Lawrence se trouvait dans une salle vide de monde. Devant lui plusieurs rangées de tables s'alignaient impeccablement, des tables pour le moment inoccupées, mais qui ne tarderaient pas à se remplir à mesure que les élèves pénétreraient dans la salle de cours. Un livre à la main qu'il feuilletait négligemment, Lawrence était assis sur son bureau, faisant face au tableau noir. Près de lui, différentes feuilles de notes étaient disposées sur le bureau dans un ordre prémédité par le nouveau professeur. De son vivant les seuls jours où il avait eu besoin de notes étaient ses premiers jours en tant que professeur. Utiliser de nouveau ces petites antisèches lui donnaient l'impression d'avoir fait un bond dans le passé comme si, au lieu de mettre fin à son existence, la mort lui avait donné une nouvelle chance, changeant entièrement son décor et son lieu de travail. Sa main droite froissa instinctivement ses vêtements au niveau de son pectoral gauche. Malheureusement certaines choses sont immuables. Lawrence avait eu plusieurs jours afin de s'acclimater un maximum à cette nouvelle vie. Temps qu'il avait mis à profit pour écumer tous les livres de la bibliothèque qui concernait de près ou de loin les créatures magiques, celles qui hantent les mythes et les légendes des humains sans pouvoir. Il avait ainsi réussi à amasser de connaissances sur le sujet pour se qualifier de professeur d'étude des créatures magiques. Seulement toutes les connaissances qu'il avait amassées, comment allait-il les ordonner et les dispenser aux élèves qui l'écouteraient plus ou moins attentivement. C'était la question qui lui taraudait l'esprit depuis hier soir.

Enfin, penser à ça maintenant ne lui apporterait rien de bon et il avait ses antisèches pour le sauver au cas où son flot de paroles et d'idées se tarirait. Il poussa un profond soupir au moment où la sonnerie retentit annonçant la fin d'une heure et le début d'une nouvelle. Quelques secondes s'écoulèrent et la pièce s'emplit du brouhaha des conversations des apprentis-Dieux qui arpentaient le couloir, se dirigeant vers leur prochaine salle de cours. Puis finalement la porte s'ouvrit. Un élève hésitant se dessina dans l'embrasure de la porte. D'un signe de tête, le professeur absorbé par son livre lui fit signe de rentrer et de rejoindre une des tables sans même lui adresser le moindre regard. Croiser le regard de ses élèves avant le cours, la meilleure chose à faire pour faire monter son stress à son paroxysme. Seulement il ne pourrait les éviter encore longtemps, bientôt il devrait leur faire face et commencer le cours. Cette sensation en devenait presque grisante, cela faisait si longtemps qu'il ne l'avait pas ressentie. Il attendit encore quelques instants, que les retardataires atteignent leur place respective et il ferma son livre dans un claquement sourd. Ses pieds regagnèrent la terre ferme ou du moins l'estrade et il fit face à ses nouveaux élèves. Son regard parcourut la masse s'arrêtant de temps en temps sur tel ou tel élève et enfin il prit la parole.

- Bien. Apparemment une grande partie des élèves attendus sont là. Je me présente, je suis votre nouveau professeur d'Etude des Créatures Magiques...

D'un pas léger, il se dirigea vers le tableau, saisit une craie et écrivit son nom au tableau.

- ... Lawrence Edwin Valtinas.

Effectuant une rotation sur lui-même, il fit de nouveau face aux apprentis dieux sagement assis dans leur chaise. S'appuyant sur son bureau il reprit la parole.

- Le nom de la matière peut vous paraître assez flou si vous n'avez encore jamais eu de cours. Donc si vous avez des questions peu importe lesquelles je vous invite à les poser maintenant. Sinon, je vais commencer le cours.
Invité
avatar
Invité
Re: Comment cacher une licorne parmi les moutons (Feat Audrey/Katharina) - Lun 28 Juil 2014 - 22:49
Katharina était pleine de bonne volonté, on ne pouvait pas le nier. Elle débordait d'optimisme et de bons sentiments, seulement voilà. Parfois ce n'est pas assez, vraiment pas assez. Elle avait encore beaucoup de mal à se familiariser avec cette nouvelle vie déconcertante. A commencer par les paires de chaussures. Cela peut paraître parfaitement désuet, mais il y avait tellement de cette matière molle dans les chaussures qu'elle s'était longtemps demandé comment et pourquoi on les fabriquait. Ni peau séchée ni liens tissés à partir d'herbe. Non, cet étrange plastique coloré et de forme différente selon les pieds qui ont décidé de les porter. Du plastique pour les moins chères, du cuir pour les plus raffinées. Rien que cette différence là avait occupé des heures entières de son temps. La première fois qu'elle avait du en chausser, elle s'était tout simplement couverte de ridicule. Ni plus ni moins. La manière de marcher était totalement différente puisque la plante des pieds ne touchait pas véritablement le sol. Certains ont l'air gracieux lorsqu'ils découvrent des chaussures, certains s'y font directement. C'est un talent, Katharina en était la preuve même. Un talent qui ne s'invente certainement pas. Qui s'apprend peut être, mais qui ne s'invente définitivement pas.

Seulement, s'il y a une chose qu'elle avait appris, c'est qu'on devait respecter les horaires. Ce qui était d'ailleurs une notion toute nouvelle. Elle avait toujours cette étrange fascination pour l'horloge sur la grand place. Une fascination qui pourrait sembler malsaine si on ignorait qu'à son époque, l'heure n'était signalée que par les messes. Une notion du temps si différente, et surtout un peu décalée, qu'elle avait fini de la perdre complètement. L'heure, les chaussures, les vêtements masculins que l'on peut porter en tant que fille. Quoi d'autre, le feu dans des petites boites rectangulaires aussi, ça c'était révolutionnaire. Mais ce n'était pas le sujet. La boite à musique avait sonné, il était l'heure, même un peu plus que l'heure d'ailleurs .Elle devait se presser un peu plus pour ne pas arriver en retard. Sa robe fétiche, une paire de vraies chaussures, plates. Des doigts passés énergiquement dans ses cheveux et la voici fin prête pour la grande aventure de la journée. Elle ne savait pas encore ce qu'elle avait comme cours à suivre, mais elle ne tarderait pas à le savoir.

Elle bouscula quelques élèves dans les couloirs menant aux panneaux d'affichage, mais elle s'excusa platement et reprit chaque fois tout aussi vite son chemin. Une fois l'information récupérée et un soupir face à l'atroce vérité -c'était à l'autre bout et elle manquait de temps- elle reprit sa course dans l'autre sens, les pieds protégés par le caoutchouc de la semelle. Elle fut arrivée devant la porte plus rapidement qu'elle ne l'avait espéré. Au fond, elle était plutôt légère et toujours habituée aux courses effrénées. Les bois fournissent un terrain parfait. Un peu essoufflée, elle prit quelques instants pour reprendre son souffle, et entrer en faisant bonne figure- au moins- dans la salle qui était déjà aux trois quarts pleine. Elle prit une place, au hasard, et sortit un calepin ainsi qu'un bout de charbon. Elle n'avait pas encore découvert l'utilité du stylo, ce serait également une grande découverte. Les différentes couleurs d'encre, rien que d'anticiper, elle en aurait des frissons . Et elle put alors attendre sereinement, faisant fi des quelques regards curieux alentour.

Le professeur semblait calme, trop peut être. Peut qu'être que finalement il allait se mettre brutalement à s'énerver et leur reprocher tous les maux du monde ? Non, l'enseignement est une tâche noble. Elle aurait aimé pouvoir y avoir eu accès bien plus tôt. Elle avait pu apprendre, d'une certaine manière. Mais ce n'était pas la plus enseignée, ce qu'elle savait ne lui aurait jamais donné de graduation. A la place, ça l'avait envoyée sur le bûcher. Sordide histoire. Et voilà que finalement la leçon commençait. Sobre, élégant, il présenta le cours. C'était avisé. Et sage. On serait tout de suite moins perdu. Créatures magiques. Ah, si ces ahuris du clergé savaient ! Peut être qu'elle ne serait jamais arrivée ici si jeune. Mais voyons les choses du bon côté, elle n'avait pas perdu sa jeunesse, son avenir était devant elle. Poser des questions ? Non, pas encore. Les créatures de la nature, elle connaissait bien..Quoi que..Elle leva la main et attendit qu'on lui accorde le droit de parler avant de laisser sa voix papillonner dans l'air.

« Est ce que ce cours apprendra à les détruire où plutôt à les élever ? »

La question l'inquiétait, apprendre à détruire les créatures de Dieu était contre ses principes les plus sacrés. Elle attendit, avec appréhension la réponse qui pouvait tomber comme un couperet sur ses frêles épaules.
Invité
avatar
Invité
Re: Comment cacher une licorne parmi les moutons (Feat Audrey/Katharina) - Mar 29 Juil 2014 - 21:57
Les cours vont bientôt commencer.
Audrey se réveille doucement, la tête dans le chou, lassée par la routine d’être surveillante ! Tout la pousse à rester dormir.
 
*Aurais-je un jour droit au repos éternel ?*
 
 C’est de mauvaise humeur que la demoiselle sort de son petit nid douillet et part prendre sa douche.

35 minutes après
 
Dans cette « super » ambiance, Audrey se prépare pour aller travailler. Un travail qui d’ailleurs l’ennuie beaucoup.
La comédienne ouvre son armoire et contrairement à son habitude elle ne veut pas se faire belle… Elle veut être moche ! Pas de splendides robes aujourd’hui  ni de jolie chaussures ! Audrey enfile une salopette en jean, un débardeur blanc et une petite paire de tennis blanches !
 
*bah, finalement ça sert d’aller voir le bac des objets trouvés !*
 
La tenue d'Audrey :
 
 
La demoiselle, qui reste un minimum soigneuse, se maquille légèrement et se peigne les cheveux.  Il faut tout de même avoir l’air réveillé !
Ostermann sort de sa chambre toujours avec son air bougon et se dirige vers le bâtiment des classes.  Elle est en retard mais reste indifférente. Trainant les pieds, la comédienne arrive à son poste avec à peine quelques minutes de retards.
Les couloirs sont vides.
 
 
*Bon, moi je ne vais pas rester la pendant  une heure à surveiller des couloirs vides ! J’ai le temps de manger à la cafétéria et de revenir pour l’heure suivante !*
 
 L’air nonchalant, elle s’en va. Vu le rythme auquel Audrey avance, elle capte un début de cours :
 
« Je suis votre nouveau professeur d'Etude des Créatures Magiques... »
 
 Son visage s’illumine. Pourquoi ne pas y assister ? La demoiselle n’est pas là depuis très longtemps, les élèves n’ont peut-être encore eu le temps de lui coller l’étiquette de surveillante. De plus il s’agit d’un nouveau professeur qui ne connait surement pas Audrey.
La demoiselle sautille de joie ! « L’étude des Créatures Magiques » Si Lucien entendait ça, il n’en reviendrait pas ! Son enthousiasme s’arrête subitement.
 
*une seconde, je suis habillée comme une concierge là….*
 
Ostermann prend la peine de se faire une queue de cheval haute à l’aide d’un de ses rubans et tente de se faire un peu plus présentable. La comédienne veut faire bonne impression, elle ne veut certainement pas être prise pour un élève négligée. Cela dit le résultat n’est pas tant différent de son apparence initiale…
 
*Bon aller, l’habit ne fait pas le moine comme on dit ! 1, 2,3 je rentre ! *
 
Audrey toque à la porte et sans même attendre de réponse, fait ses premiers pas dans la pièce.
Elle entend une bribe de phrase qui semble être une question, la demoiselle présente ses excuses générales aux autres élèves ne sachant pas précisément qui elle venait d’interrompre.
Son regard se porte vers son professeur.  Ostermann fait sa révérence :
 
« Je vous prie de bien vouloir m’excuse pour mon retard. Je suis nouvelle et je n’ai pas encore l’habitude des lieux ! Je me présente Alice Dubois ! Permettez-vous que je m’assoie professeur… » La comédienne regarde derrière l’épaule de monsieur : « Professeur Edwin Valtinas ! »
 
Au plus profond de son esprit Audrey prie le seigneur pour que Monsieur, lui accorde l’autorisation de s’installer.
Elle tourne délicatement son regard vers les élèves et parmi ce beau monde remarque une fille plus jeune qu’elle, au regard surprenant, du moins pour la surveillante.
 
* S’il me laisse entrer j’irais m’asseoir près d’elle, en plus de là-bas je verrais très bien monsieur !*
 
Cette demoiselle lui semble simple et tranquille contrairement à d’autres jeunes filles du 21ème siècle qui sont bien trop farfelues pour la surveillante.
Les yeux brillant de respect pour le professeur, Ostermann est dans l’attente d’une réponse qu’elle espère positive…
Invité
avatar
Invité
Re: Comment cacher une licorne parmi les moutons (Feat Audrey/Katharina) - Mer 30 Juil 2014 - 0:14
La question avait été posée sur son ton habituel, léger. Elle aurait d'ailleurs tout aussi bien pu lui être posée puisque il ne savait pas vraiment où ils allaient les emmener. Vers quelle branche il allait s'orienter. L'étude des créatures magiques était une notion aussi vaste que le ciel, l'immensité même. Il jeta un regard patient sur les élèves, attendant que quelqu'un ose prendre la parole devant les autres et énoncer d'une voix claire les doutes qui le hantaient quant à sa matière. Quelqu'un finit par prendre la parole après avoir laissé le silence s'installer pendant quelques secondes. Son regard se pose immédiatement sur elle, attentif à sa question.

Inconsciemment son regard dériva jusqu'à sa table. Son expérience en tant que professeur lui avait appris à se fier au bureau d'une personne plutôt qu'à son apparence. Ses traits laissèrent échapper un moment une expression surprise lorsque ses yeux tombèrent sur le morceau de charbon qui trônait près de sa feuille. En voilà une manière singulière d'écrire. Regardant de nouveau l'élève dans les yeux, toute surprise effacée de ses traits, il s'apprêta à lui répondre lorsque quelqu'un frappa à la porte, l'interrompant par la même occasion. La jeune femme qui venait de frapper pénétra dans la salle et s'inclina devant lui en une révérence parfaite. Son visage ne réussit pas à masquer cette deuxième vague de surprise qui le submergea, ses sourcils se haussèrent légèrement et un sourire amusé flotta sur ses lèvres. D'abord ce morceau de charbon puis à présent cette révérence, jamais il n'allait s'y faire.

- Vous êtes en retard ...

Son ton n'était ni hautain, ni agressif. Il faisait juste un constat, le cours avait déjà débuté depuis plusieurs minutes et les élèves étaient censés se trouver assis à leur table. Mais il avait toujours été laxiste au niveau des horaires et sa mort n'y avait rien changé. Il soupira et lui fit signe de prendre place à l'une des tables libres après qu'elle se soit excusée et ait expliqué les raisons de son arrivée tardive.

- Prenez donc place, en espérant que çela ne se reproduise plus.

Il avait beau dire ça, il n'en espérait rien à vrai dire. Il savait pertinemment que ce qu'il disait aux élèves avait l'affreuse tendance d'entrer par une oreille et de ressortir par l'autre comme si ce qu'il disait n'était que verbiages qui ne les atteignaient nullement. Ainsi il appuya sa remarque d'un léger sourire avant de revenir au cours. D'ailleurs, en parlant du cours, où en était-il resté avant d'être interrompu ?

- Bon ... Où en étions-nous ? ... Ah oui ! Nous étudierons les deux aspects durant les cours, c'est-à-dire comment neutraliser et échapper à des créatures magiques, mais nous étudierons également leur mode de vie et si leur élevage est possible, comment prendre soin d'eux. Ainsi, si l'envie vous prend de prendre sous votre aile un petit gnome, vous pourrez vous en occuper, indiqua-t-il un sourire amusé sur les lèvres.

Il marqua une légère pause.

- Plusieurs sorties en dehors de l'académie seront prévues durant les prochains cours. La théorie seule ne vaut rien sans une partie de pratique. Cependant, ne vous attendez pas à ce que nous mettions en pratique ce que je vous aurai appris pour neutraliser et/ou fuir face à certaines créatures magiques. Ce que nous verrons sera plutôt leur mode de vie dans leur état naturel afin que vous ayez une vision claire et précise du cours. Mais je parle trop.

Se retournant vers son bureau, il fouilla quelques instants dans une pile de documents et en ressortit un petit paquet de feuille blanche avec des imprimés noirs.

- Si vous n'avez pas d'autres questions ou remarques, je vais à présent vous distribuez cette petite feuille. Vous y noterez la créature magique dont vous aimeriez que nous parlions en premier.
Invité
avatar
Invité
Re: Comment cacher une licorne parmi les moutons (Feat Audrey/Katharina) - Ven 8 Aoû 2014 - 17:26
Katharina avait toujours été curieuse des choses de la nature. C'était dans sa famille, à se demander même si ce n'était pas plutôt dans ses veines, tant elle avait grandi au milieu d'elle et appris de par son contact. Ce n'était pas nécessairement par choix, on l'avait un peu forcée à s'exiler. Mais elle n'en avait jamais souffert puisqu'elle n'avait connu que ça. C'est peut être pour sa pauvre mère que ça devait avoir été le plus difficile. Chassée de la ville par les hommes, dépossédée de sa propre fille par ces mêmes hommes qui préfèrent prier les morts que secourir les vivants. Un monde bien étrange. Katharina ne pourrait donc certainement pas faire de mal à un animal, quel qu'il soit. Peut être pour se nourrir, et encore. Voila pourquoi c'était aussi important pour elle de savoir ce qui allait se passer. Voilà pourquoi il y avait tant de craintes dans ses yeux bleus. Cette inquiétude ne fut chassée qu'un instant par l'entrée dans la salle d'une femme qu'elle trouva plutôt jolie, bien que plutôt irrespectueuse d'être arrivée si tardivement alors qu'elle connaissait certainement la notion d'heure. On voyait dans sa tenue qu'elle n'était pas de la même époque, et elle avait eu assez d'enseignements pour savoir qu'elle ne venait pas d'avant sa propre période. Ils avaient donc certainement beaucoup plus d'horloges, ou mieux encore, des horloges qu'on entendrait de beaucoup plus loin. Alice Dubois. Et en retard. Katharina qui n'avait jamais eu mauvais fond lui sourit tout de même le plus sincèrement du monde. De plus il y avait près d'elle une place toute désignée. Les retards arrivent, surtout lorsqu'on est nouveau. Elle même l'avait été il n'y a pas si longtemps.

Et puis la voix du professeur s'éleva de nouveau dans le brouhaha que cette interruption avait créé. Les élèves de cette école avaient une étrange manie, ils se troublaient pour un rien et n'écoutaient pas nécessairement tout ce qu'on s'efforçait patiemment de leur apprendre. A croire que l'éducation ne leur semblait qu'être une perte de temps. Certainement ? Katharina y voyait elle un moyen d'éviter aux autres ce qui lui était arrivé. Si on avait enseigné à ses tortionnaires ce que les plantes peuvent avoir de bon pour les hommes, elle ne serait certainement pas assise ici à craindre de devoir porter la main, ou pire une arme, sur une créature de Dieu innocente choisie par la destinée capricieuse. Elle se troubla de nouveau, attendant cette réponse qui ne venait pas. Ses pensées s'égarèrent, comme à chaque fois. Et revinrent à cet instant fatal qu'elle ne saurait oublier. Les flammes, et la haine des hommes qui n'avaient jamais cherché à comprendre. La haine pure des hommes de bien qui sacrifiaient une pauvre enfant pour faire payer une mère qui n'avait rien fait. A moins que ? Non. Elle était aussi innocente qu'on peut l'être. Elle avait sauvé des vies qui n'avaient pas levé un doigt pour sauver celle de son propre sang. L'homme est ingrat, elle changerait ça en commençant par elle même.

La question était restée quelques instants dans les airs. Trop longtemps peut être. Elle avait eu le temps de faire mille et un tours dans sa tête, et donner naissance à des idées plus farfelues les unes que les autres. Des scènes de chasse, de jeu, de dissection. Tout, tout y était passé, du plus tendre au plus sanguinolent. Son imagination était particulièrement fertile, ce qui avait ses effets et ses inconvénients. Elle faisaient s'entrechoquer ses ongles par nervosité, silencieusement. Elle ne tenait pas à en devenir désagréable. Il avait été clément. Cela était peut être un bon présage pour la suite. Suite qui ne tarderait effectivement pas. La réponse plut à a demoiselle, beaucoup. Elle le remercia pour son éclaircissement en affichant un large sourire et en hochant la tête deux fois avec emphase. 

« Merci .»

Ni plus, ni moins. Politesse et courtoisie. Le minimum. Et il annonça qu'ils seraient en contact avec la nature, son sourire s'agrandit un peu plus encore. Si elle ne connaissait pas ces animaux là encore, elle serait on ne peut plus à son aise les orteils dans l'herbe. Il distribua les bouts de papier. Elle devait alors inscrire un nom d'animal à étudier. Seulement voilà, si elle était au fait des animaux à son époque, elle l'était beaucoup moins pour ce qui est des créatures de ce genre là. Elle regarda alors sa nouvelle voisine qu'elle avait accueilli avec chaleur et tenta timidement un.


« Heu, tu..Tu pourrais m'aider ? »
Comment cacher une licorne parmi les moutons (Feat Audrey/Katharina)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Comment cacher une licorne parmi les moutons (Feat Audrey/Katharina)
» Hymne pour la Licorne ou gros delire fievreux de ma part...
» Parfois, les plus beaux sourires peuvent cacher de grands secrets, les plus beaux yeux peuvent avoir pleuré durant des heures et les coeurs les plus purs peuvent avoir souffert de grandes peines.. Feat Bambi, Wasoo, Canada and Pompom
» talent caché des pokemon et les hordes
» [Guide] L'élevage de moutons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Salles de cours-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page