Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Fin de soirée ensoleillé

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
avatar
Invité
Fin de soirée ensoleillé - Lun 7 Juil 2014 - 21:40


04h, le clocher qui se trouvait au centre de la place sonnait les 4 coups annonçant la nouvelle heure matinale. Ou tout du moins notifiait-il la quatrième heure du matin, quelque part on ne sait où. Le clocher disposait de cette fonctionnalité atypique, l’heure qu’il égrenait n’était pas celle de la Deus Academia. Et pour cause, sur la place, le rythme de vie était davantage celui d’un début de soirée. 19h22 pour être tout à fait exact.
En raison de la saison estivale il y avait encore une certaine activité. La plupart des petits commerces qui se trouvaient sur la place afin de satisfaire les différentes envies des étudiants dans la journée, avait depuis quelques minutes tiraient le rideau. On pouvait cependant retrouver ces étudiants qui ne se souciaient guère de leurs études et qui n’étaient pas rentrés directement chez eux.
Tout cela était curieux. Deus offrait une seconde chance aux gens pour devenir des Dieux. Mais pourtant ces gens n’avaient rien de divin. Il ne s’agissait là que d’Hommes à qui le destin avait offert une chance étrange. Comment espérer que leur comportement puisse être divin, il n’y avait qu’à les voir. Certains préféraient flâner, certains apprenaient tout ce que contenaient les bouquins qu’on leur conseillait. La divinité était-elle dans tout cela ?

Non. La divinité ne s’appliquait pas à l’Homme selon lui. Et s’il se retrouvait actuellement sur la place de l’Horloge, ce n’était pas pour discuter du dernier cours où pour flâner dans des discussions stériles, comme les Humains en ont l’habitude, il réfléchissait, à sa nouvelle condition.

Depuis sa conversation avec le Professeur Didrik Karlson, et plus encore, depuis sa venue à la Deus Academia il lui était difficile de se laisser aller. Chaque instant le confrontait une fois de plus à sa nouvelle condition, à une nouvelle vision du monde qu’il n’aurait jamais imaginé et qu’il n’était pas sûr de comprendre et d’accepter.
On offrait aux gens une nouvelle chance, en leur proposant de devenir des Dieux. Il allait devoir devenir un Dieu. Parmi tant d’autres. Mais quelle sorte de Dieu, dans quelles conditions ? Allait-il de plus devoir cohabiter avec les autres ? Cela représentait tant de questions dont il ne pouvait trouver de réponses en l’instant présent. Il se sentait différent des autres, de par son ancienne condition de Cavalier de l’Apocalypse, à laquelle il ne voulait pas se soustraire.
Ce que ces gens apprenaient à vivre, il l’avait déjà vécu par le passé, il avait déjà expérimenté la sensation de pouvoir absolue que confère le statut divin. Être un électron libre entre les mondes, interférer auprès des Hommes, avec un dessein ou non, tout cela c’était du vécu, et ce n’était pas en quelques cours que cela pouvait s’apprendre. On venait au monde en tant que Dieu potentiel, où on acceptait son sort inférieur.

Il secoue la tête, sa chevelure tombant devant ses épaules. Assis dans l’herbe verte, il n’avait pas vu l’heure passer. Autre habitude de son ancienne condition. Cela l’amusait de les voir se presser pour manger, boire et satisfaire des besoins vitaux dans leur ancienne vie. Aujourd’hui, tout cela tenait davantage du divertissement, mais la plupart s’accrochaient mortellement à ces us et coutumes. Comment pouvait-il envisager la divinité en s’accrochant autant à leur défunte mortalité ?

Un sourire, alors qu’il posera ses paumes dans l’herbe pour se redresser. Toute cette négativité n’était peut-être pas la meilleure approche qu’il allait devoir adopter pour se faire à cette nouvelle vie, et il lui fallait plus tôt concentrer ses réflexions sur son futur mode de vie.

Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Lun 7 Juil 2014 - 22:37
Perchée sur une souche d'arbre, Eilyn contemplait l'horizon, laissant ses cheveux lui chatouiller la joue et les narines. A cette heure de la journée, le soleil commençait à peine à décliner. Seule la couleur légèrement plus orangée du ciel laissait présumer que l'Etoile allait enfin se coucher d'ici peu. Quoi qu'il en soit, elle était là, seule, loin de toute l'agitation qui pouvait régner au sein de l'Académie. Ce petit monde de fourmis en perpétuel mouvement avait une certaine tendance à horripiler, elle ne se sentait guère à sa place au milieu de tout ce monde. Invisible. C'est ainsi qu'elle se qualifierait. Un soupir s'échappa de sa bouche lorsqu'elle baissa la tête, contemplant avec une certaine tristesse le bout de ces chaussures. Elle remua le bout de ses orteils, dans une réaction enfantine, et esquissa un sourire en observant les petites bosses se former à la surface du tissu. Bon, il fallait qu'elle se remue un peu le derrière si elle ne voulait pas moisir ici, isolée de tous. Inspirant un grand coup, elle redressa ses épaules et retourna sur la place de l'Horloge. La brune ne passait que très rarement par là, pourtant, l'Horloge revêtait à ses yeux d'une certaine dimension ... de splendeur et d'apaisement. 




Sautillant légèrement sur le chemin, elle s'arrêta un instant pour ramasser une pâquerette et se mis à retirer les pétales un à un, sans autre objectif que de voir tomber les petits flocons blancs sur le sol. Lorsqu'elle leva le nez de sa fleur, elle constata qu'elle se trouvait sur la fameuse place, et que l'agitation était au rendez-vous.  Une petite grimace déforma furtivement ses traits, et elle poussa de la pointe du pied un petit caillou innocent qui se trouvait là. Bon, quitte à être là, autant trouver un moyen de rendre la chose agréable. Son regard se posa un peu partout, cherchant l'inspiration. Un inconnu, seul. Des flocons blancs fait de pétales. Bingo. Un léger sourire aux lèvres, elle ramassa le plus de pétales possible, et se faufila dans le dos de l'inconnu. C'était risqué, elle en avait conscience. Colère ou légèreté ? Personne ne pouvait prédire la réaction du jeune homme. Tant pis. Elle égraina les pétales et tourna autour de lui en tournicotant sur elle-même, un large sourire aux lèvres.


« Il neige ! Chasse les vilaines ou bonnes pensées qui  hantent ton esprit. Penser c'est sombrer dans les profondeurs obscures de son âme. Alors ... Danses, puisqu'un miracle est arrivé. Il neige en plein été ! C'est pas merveilleux !? »


Eilyn arrêta son manège et s'assit à côté du jeune homme. Elle ne savait pas trop d'où lui était venu le blabla qu'elle avait débité, mais s'était sorti comme par magie de sa bouche. Un individu, seul, assis dans l'herbe, il ne pouvait que penser. Et dans le cas contraire, elle ne savais pas trop ce qu'il pouvait bien faire à part regarder les mouches voler. Tout en tendant sa main dans l'espoir d'échanger une poignée de main, elle entreprit de se présenter.


« Eilyn Rook, enchantée. Désolée pour ... tout ça. »


Avec une légère grimace malicieuse, elle pointa du doigt la multitude de pétales blancs qui ornaient la tenue et la tête du garçon.
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Mar 8 Juil 2014 - 23:31


Alors qu’il allait se redresser, Priam put apercevoir devant lui, plusieurs pétales ou flocons blancs. Son regard s’écarquillant, il contemple durant un instant à demi émerveillé l’étrange spectacle de ce qu’il pense être de la neige en plein été.
Ce n’est qu’en la contemplant sur ses vêtements et éparse dans l’herbe verte, qu’il put identifier des pétales de fleurs blanches.

« Il neige ! Chasse les vilaines ou bonnes pensées qui hantent ton esprit. Penser c'est sombrer dans les profondeurs obscures de son âme. Alors ... Danses, puisqu'un miracle est arrivé. Il neige en plein été ! C'est pas merveilleux !? »

Il reste interdit durant un instant. Depuis son arrivée il avait eu en de maintes fois l’impression d’être le témoin d’hallucinations délirantes, qu’il avait appris à identifier comme la réalité. Alors en voyant des pétales de fleurs et une jeune fille qui lui déclame un discours candide, plutôt que de céder à la tentation de se frotter les yeux une nouvelle fois, il préfère essayer d’observer plus attentivement l’ingénue qui ne tarde pas à venir s’asseoir près de lui dans la moquette de gazon fraîche et odorante.

Il ne saurait même pas être en colère envers elle. Toutes ces pensées sur les Dieux et les Hommes, doutant de la nature encore humaine de tous ces apprentis, il ne pouvait en aucun cas les lui appliquait. Ce qu’il venait de voir, c’était une démonstration de candeur, de naïveté enfantine la plus insoupçonnée jusque-là dans un tel lieu. Les Dieux ne sont pas des Hommes, ils ne s’inquiètent pas des futilités, grands génies machiavéliques ou enfant insouciant ayant la capacité de déceler le jeu dans n’importes quelles activités ou objets, ils sont bien éloignés des images que les religions ont tendance à leur insuffler.
Et puis très honnêtement, elle l’avait tellement surpris dans ses pensées, avec un agréable spectacle bucolique, qu’il ne pouvait lui en tenir rigueur.

« Eilyn Rook, enchantée. Désolée pour ... tout ça. »

« Je.. T’en pries. Priam Soak » il accompagne ses paroles d’une poignée de main à l’attention de la jeune femme, lui rendant sa politesse. « Nouvel étudiant ici, je crois, je ne suis pas encore sur de tout cela » déclarera’il en désignant les environs d’un geste de la main distrait. «Il me semble que la politesse la plus évidente serait de t’assurer que je suis enchanté de faire ta connaissance ».

Tandis qu’elle le désigne du bout de l’index, il suivra du regard la direction, et viendra nonchalamment balayer les pétales qui demeuraient encore sur ses vêtements. Un mouvement de tête pour secouer quelque peu sa chevelure et faire chuter le restant de pétales. Il dénotait quelque peu avec la majeure partie des étudiants ici, de par sa tenue vestimentaire. Difficile de trouver une harmonie quelconque par rapport aux critères actuels. Ce que l’on pouvait dire de sur, c’est que couleurs de la Nature étaient représentés. Du marron, du vert foncé…

« C’est la première fois que tu… Fais ce genre d’interventions particulières ? Ou bien est-ce la méthode d’accueil des nouveaux ? Je te demande cela, car je ne serai pas contre en apprendre un peu plus sur les coutumes de la Deus Academia…. »

C’était… difficile pour lui, mais il tâcha de lui offrir un sourire à la fois sincère et gentil. S’il pouvait dire une chose de plus sur les Dieux, ou tout du moins les personnalités puissantes du monde tel que les Cavaliers de l’Apocalypse, c’est que le changement ne leur allait pas à merveille, être gentil et poli se révélait un exercice terriblement éprouvant. Claquer des doigts pour tout avoir tout savoir… C’était tellement plus simple.
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Ven 11 Juil 2014 - 20:36
Lorsqu'elle serra la main de Priam, elle sentit en elle un certain malaise, un sentiment qu'elle ne parvenait pas à définir, mais qui émanait de son camarade. Fronçant discrètement les sourcils, elle ne fit aucune réflexion, ne voulant pas que son pouvoir soit révélé, ni même que Priam ne se sente sondé. Il n'en était absolument pas question, étant donné qu'elle ne maîtrisait que très peu cette capacité. Sans doute était-il simplement un peu déstabilisé par son étalage de féerie et de candeur. Quoi qu'il en soit, elle n'abandonna pas son large sourire, soucieuse de mettre à l'aise son potentiel nouvel ami. Par pur réflexe, Eilyn attrapa une mèche de cheveux et la tortilla entre ses doigts tout en écoutant les paroles de Priam. Un éclat de rire discret et spontané s'échappa de sa gorge, mais pour s'excuser, elle plaça une main devant sa bouche tout en adressant un sourire au jeune homme.


« Je te rassure, c'est la première fois que je me donne à ce genre d'expérience bucolique. Et je t'envie énormément d'avoir été le cobaye de cette expérience fleurie. Et ce n'est pas non plus une accueil spéciale nouveau. En revanche, je suis plutôt mal placée pour t'informer des us et coutumes. Mais si je résume le tout, j'en déduis que tu es nouveau ! Alors, bienvenu parmi nous. »


Une des choses qu'elle avait du mal à dire à quelqu'un qui venait d'arriver ici. Comment féliciter la mort de quelqu'un ? S'était impossible pour elle, surtout qu'elle ignorait tout de la raison pour laquelle Priam se trouvait en ce moment en face d'elle. Par où était-il passé, quel avait été sa vie, son quotidien, son combat personnel ... Elle n'en savait rien, et pourtant elle lui souhaitait la bienvenue. Pathétique. A ses yeux en tout cas. Un sourire amer aux lèvres, elle toussa pour tenter de chasser la pointe d'aigreur de rancune qu'elle avait au fond d'elle, puis regarda autour d'elle. Le jeune homme était il du genre à vouloir aider les humains, ou à les détruire ... Ce sujet de conversation, elle ne risquait pas de l'aborder, son opinion sur le sujet n'étant pas des plus formelles ni des plus sympathiques pour le genre humain. La brune remua doucement la tête et reporta son attention sur Priam.


« Excuse moi, j'étais  ... Perdue dans mes pensées. A croire que c'est contagieux, de penser. »


Elle adressa un clin d'oeil malicieux à son camarade avant de continuer, un discret sourire aux lèvres.


« Alors, dis-moi, quelles sont tes premières impressions ? Tu penses te plaire ici ? Tu as rencontré du monde ? Tu as visité les lieux, découvert des endroits magnifiques ? »


Eilyn était curieuse, et elle voulait absolument engager la conversation afin de ne pas subir un blanc. Elle avait horreur de ça, surtout en compagnie d'un inconnu. Ne pas parler, ne pas échanger, était pour elle le symbole d'une discussion de pauvre qualité. Or elle se voulait être de bonne compagnie, en tout cas lorsque son humeur le permettait. Et, coup de chance ou non pour le garçon, elle était plutôt bien lunée en cette douce soirée, et n'avait aucune envie d'enfiler son costume de personnage froid et distant. La solitude, elle le savait parfaitement, n'était pas simple à vivre, et elle se forçait donc à sortir de sa coquille dans son intérêt personnel, luttant contre sa peur d'autrui.
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Mar 15 Juil 2014 - 15:01


De ce qu'il avait pu apprendre des humains au cours de ces années passées à les observer, c'est que la sociabilité était quelque chose de bien plus important que ce que l'on pouvait penser au premier abord. Base de toutes relations et même de pouvoirs... Un individu puissant pouvait aisément être lésé si l'opinion publique était contre lui et semblait faire face d'un même front.
Mais surtout, à son grand étonnement, depuis sa renaissance, il se sentait parfois obligé de sociabiliser, le dédain envers l'univers tout entier n'était plus possible. La part de Cavalier de l'Apocalypse en lui semblait avoir diminué, et à son grand regret, l'humanité semblait avoir pris la nouvelle place qui siégeait dans son âme. Fallait-il une part d'Humanité pour régner divinement selon Deus ?
Toujours est-il qu'il accueillait la nouvelle venue avec une curiosité nouvelle et intéressée. Une main douce, un sourire avenant, un rire sincère, cela tranchait avec les voix éraillées et les discours mornes qu'il avait pu connaître par le passé. Et même la gestuelle avait son importance. Il se sentait joyeux sans trouver d'explications logiques, simplement à contempler la jeune fille passer son index dans une mèche de cheveux. Fort heureusement, l'idée d'en faire de même ne lui vint pas à l'esprit. Il aurait été dommage que le sourire féminin s'estompe et qu'elle prenne la poudre d'escampette.

« Je te rassure, c'est la première fois que je me donne à ce genre d'expérience bucolique. Et je t'envie énormément d'avoir été le cobaye de cette expérience fleurie. Et ce n'est pas non plus une accueil spéciale nouveau. En revanche, je suis plutôt mal placée pour t'informer des us et coutumes. Mais si je résume le tout, j'en déduis que tu es nouveau ! Alors, bienvenu parmi nous. »

« Excuse moi, j'étais ... Perdue dans mes pensées. A croire que c'est contagieux, de penser. »


« Je t'en prie, je me trouvais dans le même dilemme que toi il y a quelques secondes encore, et je pense que ce lieu n'arrange rien. De ce que tu me dis, tu n'as pas l'air d'avoir totalement pris tes aises, du coup... On va dire que les absences pensives sont une conséquence directe de la réincarnation à Deus n'est-ce pas ?» Un sourire, poli, il marque un instant sa plaisanterie. Si les Dieux eux-mêmes ne peuvent pas tricher, cela ne rime plus à rien. »
Il toussotera brièvement, avant de reprendre.

« Je pense me plaire oui... » Durant un instant, il marque une pause, tournant son regard pensif sur la place de l'Horloge et les quelques badauds qui la désertaient, ou erraient encore. « Pour ce qui est du reste, je suis encore indécis. Pour résumer simplement la chose, je me suis éveillé dans l'un des bassins du Grand Temple, où j'ai rencontré le Professeur Karlson, et par la suite mes pensées m'ont traîné jusqu'ici.
Je ne sais pas encore en quoi consiste réellement l'apprentissage d'un futur Dieu, et je ne parviens pas vraiment à l'imaginer, car la notion même d'apprendre à être un Dieu me semble irréel. On nait Dieu, je ne conçois pas qu'on le devienne.
Cette place est la première chose que je découvre après le temple, et hormis le Professeur Karlson, tu es la seule personne à qui j'ai adressé la parole... »
Le regard dans le vide, il tournera son visage vers elle et viendra planter son regard dans celui de la jeune femme, pouvant désormais lui rendre le sourire malicieux qu'elle lui avait offert auparavant. Précisons brièvement qu'il n'aura heureusement, toujours pas l'idée de mettre ses doigts dans ses mèches, ouf.

« L'avenir me dira si ce sera une rencontre prolifique. Si tous les résidents de cette Académie s'avèrent être comme toi, j'ai peut-être intérêt à rester sur mes gardes, les attaques de pétales de fleurs font régulièrement d'horribles drames ».
Que vouliez-vous dire dans ces conditions ? Il revivait un peu le même trouble qu'avec Didrik. On vous apprend votre mort et votre résurrection, on vous confronte à d'autres personnes dans le même cas, et vous demeurez le potentiel espoir d'une Humanité dont vous ne vous êtes jamais vraiment préoccupé. Dans son propre cas, le seul lien qu'il avait auparavant avec l'Humanité, consistait à faire quelques brèves apparitions et démonstration de puissance, et l'attente patiente d'une Apocalypse sur Terre, déchaînant les passions et les fléaux. Alors oui, tout cela avait de quoi surprendre, et la jeune femme n'était pas la seule à chercher comment meubler une discussion.
Le sujet phare à aborder était évident. Qu'étais-tu avant, comment es-tu arrivé là. Mais il semblait si.. Délicat à aborder. Ce n'était pas réellement de la Délicatesse. Priam avait beau se sociabiliser, on ne gomme pas les vieilles habitudes aussi vite. Il ne se souciait pas encore assez des gens pour penser à de la délicatesse. Disons plutôt qu'il ne voulait pas trop passer pour un hurluberlu. Les académiciens venaient de toutes les époques, certains n'avaient probablement jamais entendu parler de lui.
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Mer 16 Juil 2014 - 20:26
La jeune femme écouta poliment la réponse de son camarade. Son nez se fronça délicatement à l'écoute de son incompréhension quant au concept d'apprendre à être Dieu. Comment pouvait-il adhérer à l'idée qu'un être, aussi divin soit-il, puisse savoir de lui-même et de façon innée, comment jouer son rôle du mieux possible, comment respecter les nombreuses règles et les nombreux pièges qui parsemaient le chemin d'un Dieu ... ? Malgré son désaccord, elle ne broncha pas, ne voulant pas l'interrompre dans sa lancée. Elle qui au départ était remplie d'une énergie positive et d'une envie de se créer de nouvelles amitié, elle sentait le vent tourner et son côté sombre reprendre le dessus. S'était là sa lutte personnelle et perpétuelle. Lutter contre elle-même et sa part froide et méfiante. La jeune femme redoubla donc d'effort afin d'étendre un peu plus son sourire. Elle alla même jusqu'à rire face à la référence fleurie de Priam sur son lancée de pétales. Entortillant toujours sa mèche entre ses doigts, Eilyn soupira discrètement.


« Je ne crois pas que tu risques grand chose. Les attaques de pétales sont plutôt rares, les âmes ne sont pas suffisamment belliqueuses ici. Les gens préfèrent largement les attaques à main nues ou avec un couteau. C'est bien moins risqué et cent fois plus poétique que des vulgaires pétales. »


Elle lui adressa un clin d’œil avant de rire doucement et d'abandonner sa mèche de cheveux pour les brins d'herbes qui lui chatouillaient les mollets. Tripotant pensivement les petites tiges vertes, son visage se durcit légèrement, sourcils froncés et sourire éteint. Cette horloge étrange et mystérieuse, ces gens qui passaient tout près d'eux ... Tout ceci lui rappelait qu'ils étaient tous morts. Chacun d'entre eux étaient décédés, certains de façon tragique, d'autres héroïques ou encore de la façon la plus banale et discrète possible. Et pourtant, ils étaient tous là, ici. Pourquoi ? Chaque personne qu'elle rencontrait porté en elle ce secret, cette histoire et ses souffrances. Et pourtant, la plupart semblait plutôt bien le vivre et l'accepter. Cela ne faisait pas très longtemps qu'elle était là, sans doute fallait-il un peu de temps pour faire le deuil de sa vie, de son humanité. Quoi qu'au final, elle ne regrettait pas tellement son humanité, loin de là, mais plutôt sa famille. Bref, perdue dans ses considérations étranges de jeune femme décédée à qui l'on a accordé une seconde chance, d'ailleurs elle ignorait encore pourquoi elle et pas une autre, elle se demandait quels sombre secrets cachait Priam. La question lui brûlait les lèvres et la langue, mais cela ne faisait sans doute pas partie des règles de politesse. Hésitante, elle haussa les épaules comme pour conclure son raisonnement. Elle n'avait rien à perdre, et cela ne le forçait pas à lui répondre. Elle se lança donc.


« Comment es-tu arrivé ici ? Si tu ne veux pas en parler, je comprendrais, ne t'en fais pas. Je suis juste ... curieuse. »


Sachant le sujet délicat et souvent tragique pour la plupart des personnes, elle avait préféré prendre ses gardes et évoquer la raison de sa question. Ce n'était pas une curiosité malsaine, juste l'envie de connaître son histoire. Dans le fond, elle n'avait pas tellement envie de parler de ça, et elle avait encore moins envie d'évoquer son histoire à elle. S'était contradictoire, mais tellement révélateur de la personnalité complexe de la jeune femme. Elle savait qu'en partant sur ce sujet, son sourire risquait de ne jamais revenir sincèrement de toute la soirée, et cette idée ne lui déplaisait pas. Après tout, depuis quelques heures déjà, elle se sentait le coeur à la mélancolie. Son interlude de pétales n'était qu'une tentative pour masquer et échapper à cette noirceur qui la poursuivait ces derniers temps. Eilyn cessa de tripoter l'herbe et porta son attention sur son camarade. Elle remonta ses genoux sous son menton et attendit en silence.
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Dim 20 Juil 2014 - 13:48


« Je ne crois pas que tu risques grand chose. Les attaques de pétales sont plutôt rares, les âmes ne sont pas suffisamment belliqueuses ici. Les gens préfèrent largement les attaques à main nues ou avec un couteau. C'est bien moins risqué et cent fois plus poétique que des vulgaires pétales. »

« Comment es-tu arrivé ici ? Si tu ne veux pas en parler, je comprendrais, ne t'en fais pas. Je suis juste ... curieuse. »
Il aura un petit rire en entendant sa question. Cela tenait plus du rire nerveux bref que l'on a parfois, expiré. Il s'était posé la question, il était normal qu'il ne soit pas le seul à y avoir pensé, et les histoires de tout un chacun devaient receler leur lot d'anecdotes particulières. Son histoire était atypique, pourquoi pas celles des autres ? Si Deus offrait une seconde chance aux gens, ce n'était surement pas par hasard, et chaque personne devait avoir une histoire cachant une raison particulière à une renaissance. Tragédie, comédie, a bien y réfléchir, et à voir le visage souriant de la personne en face de lui, peut-être un peu trop souriante, il réalisait que les humains ne devenaient peut-être des Dieux suite à un simple apprentissage universitaire, mais surtout dans la mort et la Renaissance.
Mais tout cela appartenait au domaine de la supposition, il ne savait encore rien d'elle, et ce sourire si enjôleur vous coupait l'herbe sous le pied, lorsque l'envie vous prenez de lui poser une telle question.
Déroutante, la jouvencelle.

«As-tu... Par le passé entendu l'histoire des Cavaliers de l'Apocalypse ? C'est à la fois un mythe, et une croyance religieuse qui est progressivement tombée en désuétude.»

«J'en ai vaguement entendu parler, mais je ne connais pas l'histoire en détail.»
De nouveau, il aura un petit rire nerveux, très bref. Son visage bascule lentement sur l'herbe fraîche qu'il semblera trouver intéressante. Un sourire naît à nouveau aux coins de ses lèvres, alors qu'il redressera la tête vers l'Horloge, fixant un instant les alentours. Tout était de plus en plus calme, les gens se faisaient moins nombreux, l'activité allait decrescendo, et le soleil couchant venait baigner les murs d'une chaude lueur ocre, parfois dissimulé derrière des nuages blancs à l'horizon.

Bien que la logique souhaiterait que je commence par le début de l'histoire, il est nécessaire que je débute par un point important. Les Cavaliers de l'Apocalypse ne sont pas un mythe.
Leurs origines demeurent obscures, et en étant dans ce lieu, la logique voudrait qu'il soit l'oeuvre de la main de Deus, mais je reste intimement convaincu qu'ils sont nés dans le cœur des Hommes, en des temps bien plus anciens que ce que l'Homme peut connaître de son passé. Un temps sans savoir, où la peur demeurait le seul réel instinct de survie, et le Chaos le moteur de toute vie.

Il prendra une brève inspiration, retournant son visage vers elle.
Je te promets que je vais tâcher d'abréger cette histoire pour ne pas prendre trop de longueurs.
D'après les croyances religieuses, ils seraient au nombre de quatre. La Mort, la Guerre, la Famine et la Conquête, bien que ce dernier soit parfois remplacé par la Pestilence dans les coutumes populaires. Quatre
, et on put sentir très nettement l'intonation emplie de rancœur lorsqu'il reprit sa phrase et énonça le chiffre, Cavaliers dont la mission est d'apporter l'Apocalypse sur Terre, le jour venu. Ce que seuls quelques fanatiques religieux, perdus dans des montagnes haut perches savent, c'est qu'à l'origine il y avait un cinquième Cavalier, qui a cependant décidé de prendre la tangente afin de continuer son périple seul.
Évidemment, à trop s'éloigner, il a peu à peu disparu des croyances et du cœur de la plupart des Hommes, ce qui l'a conduit à un état que l'on pourrait qualifier de mort. Les ténèbres sont une chose que l'on peut contempler de loin, mais quand on se retrouve prisonnier de leurs étreintes, on prend alors seulement conscience de leurs caractères malsains et désagréables. Le néant est un état de stase morne et végétatif, que je pense pouvoir qualifier d'Enfer latent...
Cela lui paraissait tellement logique tout cela. Quand on l'avait vécu, tout était simple, tout était beau pour ainsi dire, mais pour quelqu'un qui avait vécu une existence humaine, il s'agissait de croyances anciennes aujourd'hui désuètes, et naît dans l'esprit d'hommes arriérés, pensant que la Justice se retrouvait dans des Ordalies religieuses, seul réel moyen de débusquer le Malin. Alors oui, il y avait de quoi être dérouté.

Priam Soak, il tend sa main vers elle, en guise de nouvelles présentations, peut-être plus formelles que les précédentes, j'étais ce cinquième Cavalier de l'Apocalypse, Chaos pour être exacte, et aujourd'hui... Apprenti Dieu perdu parmi ses origines et sa nouvelle condition.
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Jeu 24 Juil 2014 - 9:46
Un petit rire nerveux s'échappa de la bouche de Priam. Ce genre de réaction, elle s'y attendait, après tout, questionner quelqu'un sur sa mort ne faisait pas tellement partie des formules de politesses les plus connues, ni même des sujets de discussions convoitées. Lorsqu'il la questionna sur les Cavaliers de l'Apocalypse, Eilyn fronça délicatement son nez, symbole d'intense réflexion chez la jeune femme, puis secoua la tête. Elle en avait déjà entendu, mais cela était loin et perdu dans les méandres de sa mémoire. C'est donc avec un certain intérêt qu'elle écouta son camarade lui raconter l'histoire, à la base, ce genre d'histoire ne la passionnait pas vraiment. Cela l'ennuyait  carrément. Mais ici, le fait de se retrouver face à une personne incarnant un mystère tout entier rendait la chose bien plus intéressante. Elle écouta donc avec attention ce qu'il lui racontait, tout en se rappelant progressivement de l'histoire au fur et à mesure qu'il la lui contait. Comme toute histoire digne de ce nom, il y avait une chute, un moment qui fait que le lecteur ou celui qui l'écoute se retrouve pris au dépourvu. Quand Priam lui annonça qui il était, la brune eu un sourire discret et hocha doucement la tête avant de lui serrer la main.


« C'est ... fou. Et au final, ton domaine divin a un rapport avec ton passé ? »


Eilyn n'en savait pas plus sur la cause de la mort du jeune homme, mais cela lui importait peu. Elle en avait appris bien plus sur lui en écoutant cette histoire de Cavaliers. Stupéfaite, elle ne pouvait décrocher le petit sourire qui étirait discrètement ses lèvres. A côté de lui, elle était terriblement ... basique. Une jeune femme terriblement banale de vingt ans face à un jeune Homme au passé mystérieux et terriblement mystique. Non, décidément, elle ne faisait pas le poids, mais au final, elle s'en fichait pas mal, car en cet instant, ils étaient tout deux au même niveau et dans la même situation. Qu'avait-elle pu bien faire dans sa vie pour atterrir ici ? Déjà qu'elle se posait la question assez régulièrement, mais cela était intensifié quand elle songeait à la personne qu'avait été Priam. Tout en attrapant un brin d'herbe anormalement plus long que les autres pour le tourner entre ses doigts, la jeune femme soupira puis se laissa aller à un petit commentaire afin de rendre l'atmosphère un peu plus légère.


« Quoi qu'il en soit, tu as définitivement un niveau de classe très élevée. Le fait que tu sois l'un des Cavaliers, déjà ça te rend plutôt extraordinaire, mais .... Le fait que tu ai eu un poney à toi tout seul, s'est encore plus formidable. »


Eilyn lui adressa un clin d'oeil avant de rire doucement. Un Cavalier sans monture, ce n'est pas un cavalier. Elle pensait donc, sans trop se tromper, qu'il avait du posséder un cheval. Et elle adorait les chevaux. Bref, elle retrouva rapidement son sérieux et attendit qu'il lui en dise plus sur son domaine divin, son histoire et la raison de son arrivée ici. Du coin de l'oeil, elle remarqua que la place se vidait progressivement et que la douce lueur orangée déclinait pour laisser place à un ciel plus sombre. Ses yeux brillèrent alors d'une étrange lueur. Elle adorait plus que tout contempler les étoiles, imaginer des dessins dans le ciel et se demander si l'étoile qu'elle était en train de regarder n'était pas déjà morte. Si la lueur qu'elle voyait n'était pas, à des années lumières d'ici, éteinte pour toujours. Cela la passionnait, c'est pourquoi elle s'allongea dans l'herbe et passa ses mains sous sa tête avant de tourner la tête afin de regarder Priam, s'était tout de même bien plus poli. 
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Ven 25 Juil 2014 - 14:05


« C'est ... fou. Et au final, ton domaine divin a un rapport avec ton passé ? »

« Quoi qu'il en soit, tu as définitivement un niveau de classe très élevée. Le fait que tu sois l'un des Cavaliers, déjà ça te rend plutôt extraordinaire, mais .... Le fait que tu ai eu un poney à toi tout seul, s'est encore plus formidable. »


Je... Probablement. Didrik a essayé de m'expliquer de quoi il s'agissait mais c'est assez vague pour moi.
Imagine, j'étais autrefois un être intemporel, craint par les humains. Mon pouvoir n'avait pas vraiment de limites ou de spécificités. Mes mains pouvaient faire fondre n'importe quelle matière d'un simple contact, mon esprit faire sombrer celui d'un humain dans la démence, briser des bâtiments entiers...
Et aujourd'hui je me sens vide et fragile, incapable de qualifier de domaine divin, ce qu'ils appellent un don. Pour moi ce n'est qu'un balbutiement insipide, et je dois pourtant apprendre à vivre avec, le développer pour le maîtriser. Peuh...
Il pestera entre ses dents.
Vois-tu, le professeur Karlson m'a... Remis les idées en place dirons-nous, et suite à cela et son discours, je pense qu'il est de mon intérêt d'essayez de prendre du recul sur ma personne et ce lieu.
Mais mon passé est tellement différent de celui des autres... J'essaye de me dire que cela m'a permis de revenir à la vie... Mais à quel prix.
Une fois de plus, à mesure qu'il entonnait son discours, son regard se perdait dans le vague. Ce n'était pas des souvenirs, les souvenirs sont généralement heureux. Plus des réminiscences d'un passé qu'il lui plus proche qu'il ne l'était. Et l'implacable prise de conscience que sa vie ne s'articulerait jamais plus de la même manière.
Les humains, il fallait bien leur reconnaître, étaient capables de continuer à vivre à la simple pensée d'un jour meilleur. L'espoir. Une idée qu'il souhaitait aujourd'hui chérir, s'il voulait être capable de retrouver sa gloire d'antan un jour.

Un discours poli, banal, c'était peut-être le meilleur moyen de rester neutre. Elle avait osé aborder le sujet de son passé avec lui, il n'était pas certain que l'inverse soit une bonne solution. Les humains... Ils cachaient beaucoup de choses derrière leurs expressions faciales. Les masques qu'ils réussissaient le mieux n'étaient pas ceux que l'ont devinaient au premier coup d'oeil.

Et par-dessus tout, je n'ai aucune idée de ce qu'a pu devenir Ronnie, mon cheval.
Il tournera son visage vers la jeune fille, qui, il ne s'en était pas rendu compte, s'était allongé dans l'herbe. À la voir ainsi, il ne put s'empêcher de se dire que la vie à la Deus Academie semblait bien plus simple pour les humains. À cette pensée il eut un sourire. Rien, n'était, jamais, putain de simple. Quels étaient les mystères encore non dévoilés qui l'attendaient à cette académie.
Mais la jouvencelle qui se trouvait devant lui semblait si candide... Aborder de nouveau le sujet de sa monture était peut-être le terrain le plus souhaitable.

C'était une monture remarquable. D'un côté, c'est nécessaire pour un Cavalier de l'Apocalypse. J'espère qu'elle... Existe toujours. Un bon vieux cheval, tout ce qu'il y a de plus classique. Les gens à l'époque avaient tendance à nous imaginer sur des montures flamboyantes, ou même squelettiques.
Ils ne vont pas jusqu'à imaginer à quel point il peut-être difficile de chevaucher une monture dont les os ont tendance à partir au fur et à mesure. Ni même les inconvénients d'un cheval flamboyant. Quand on a cramé un ou deux boxes, on finit très vite par le libérer dans la nature.
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Lun 28 Juil 2014 - 14:42
Eilyn écoutait avec attention le récit de Priam. Elle hochait la tête de temps en temps, mais ne savait absolument pas quoi répondre. La jeune femme   ne pouvait pas vraiment comprendre les difficultés d'adaptation d'un être qui auparavant n'était pas ce qu'il y a de plus normal. Elle n'avait été qu'une humaine lambda, perdue parmi tant d'autres, avec aucun signe distinctif ou célébrité fulgurante. Malgré tout, une petite pointe de lassitude s'insinua en elle. Elle avait la sensation qu'il partait du principe que l'adaptation était bien plus simple pour eux,  qui avaient vécus auparavant une vie humaine des plus ordinaires, que pour lui. La brune détestait pas dessus tout que l'on néglige et sous-estime les difficultés d'autrui, mettant ainsi en avant sa propre difficulté. 


« Tu sais, ce n'est pas parce que tu as eu un passé différent de la plupart des personnes présentent ici que l'intégration et l'adaptation sont plus durs pour toi. Ce n'est simple pour personne, et tout le monde doit réapprendre à vivre, d'une certaine façon. Nous sommes sur un pied d'égalité. »


Elle avait dit cela sans colère dans la voix, d'un ton le plus neutre possible. Se fâcher avec Priam n'était pas dans la liste des choses à faire. Et elle ne comptait pas la rajouter sur sa  ' To do list ', cette dernière étant déjà fort bien remplie. Bref, elle écouta l'histoire des chevaux non sans un petit sourire en quoi. Cela n'était peut être pas l'objectif du jeune homme, mais cette histoire de cheval en feu ou squelettique la fit rire doucement. Elle se voyait déjà courir chercher un extincteur pour éteindre le feu et en mettre accidentellement sur son cheval, causant ainsi sa mort. Ou bien encore, elle voyait son chien ronger un à un les os de son cheval squelettique. Pour faire simple, elle avait dans sa tête une tonne d'images toutes plus loufoques les unes que les autres, ce qui, bien entendu, la fit sourire. Mais elle avait bien compris que le destin de Ronnie, et non pas celui de Lisa, inquiétait réellement son camarade, ce qu'elle pouvait comprendre. Eilyn tâcha donc de le rassurer, à sa manière.


« Je suis sûre et certaine que Ronnie vie pleinement sa vie de cheval orphelin et qu'il galope, crinière au vent, dans les steppes de Mongolie. Peut être même qu'il s'est marié et qu'il a eu des enfants. Tu vois, tu n'as pas à t'en faire. Et, évidemment, il pense à toi, il a mis un cadre avec ta photo dans son box familiale. »




La jeune femme adressa un clin d'oeil à Priam avec de sourire. Chacun ses questions et ses inquiétudes. Lui s'inquiétait pour son cheval, là où elle inquiétait pour son père et son frère. Inquiète à l'idée qu'il interprète mal son discours, qu'elle avait balancé sous le coup de l'agacement, la brune tenta de rassurer le jeune homme sur son avenir ici, même si elle n'était pas des mieux placée pour ce genre d'exercice. 


« Je suis sûre que tu vas vite prendre tes marques ici, rencontrer de chouettes personnes, et accepter ta nouvelle condition. »


Cela était un peu enjolivé. Elle-même ne se sentait pas des plus à l'aise ici, elle ne voulait pas aider les Humains, ni leur venir en aide ou faire quoi que se soit pour réparer leurs sempiternelles erreurs. Non, ce n'est pas ce qu'elle désirait, et sa présence ici était en contradiction totale avec ses envies. Mais elle ne pouvait pas énoncer clairement une telle prise de position : détester les Humains, en étant apprenti Dieux, ne fait pas parti des choses à dire.
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Mar 29 Juil 2014 - 15:06


Je ne sais pas si nous sommes tous sur un pied d'égalité. L'égalité est une notion abstraite inventée par les miséreux, qui sont les seuls à connaître la valeur réelle d'un objet, et connaisse la notion de partage. Les riches et les puissants utilisent ce mot pour se donner bonne conscience.
Devant une fatalité, si je puis l'appeler ainsi, telle qu'une renaissance en tant qu'Apprenti Dieu, je ne pense pas, que l'on soit égaux.
Je ne dis pas cela pour t'embêter, je me permets juste de te donner mon point de vue en discutant avec toi, mais...
Certains humains ont eu des rêves de puissance et de grandeur toute leur vie, et se retrouve d'un seul coup avec cette puissance en eux. L'égalité se fera peut-être en terme d'apprentissage, pour maîtriser cette puissance, mais je pense que pour devenir un Dieu, certains auront bien plus de facilité que d'autres.
C'est étrange de retrouver une problématique humaine dans une académie de Dieu... Par souci d'équité, on donne le même "examen" à tous les étudiants, alors que certains auront des facilités naturelles.
Je me demande jusqu'à quel point l'humanité est capable de déteindre sur les Dieux et les autres créatures.
Il s'exprimait directement à elle, son regard n'ayant pas dévié de celui de la jeune femme pendant toute la durée de son discours, tâchant même de lui offrir un sourire discret, une pétulance naturelle dans le regard.
Il la contredisait peut-être, mais ce n'était pas pour lui imposer son point de vue où chercher à la faire changer d'avis. Non, il s'exprimait simplement et exposait son point de vue. Autrefois, il était en permanence dans la recherche de pouvoir auprès des autres Cavaliers. Celui qui pouvait convaincre les autres pouvait imposer ses volontés à tout un groupe. Là, il sait que mettre Eilyn sous son aile ne pouvait lui apporter aucun intérêt, et il était amusant de découvrir que des discussions pouvaient être simplement placées sous le signe du passe-temps, de la découverte d'autrui.
Cela en donnerait presque des frissons, d'excitation, mais quelque part aussi, de peur. Il ne fallait pas qu'il change de trop tout de même.

En l'écoutant lui parler de Ronnie et en la voyant rire, il rit de bon coeur avec elle, imaginant un instant son cheval en train de mener un train de vie aussi calme.

Je suis partagé. À l'époque, je le vois plus chevaucher des steppes en compagnie d'autres chevaux, à qui il aurait mis une belle distance, mais qui sait, il faut savoir prendre sa retraite, et tu me dépeins ici une belle retraite pour un équidé.
Peut-être même parviendrai-je à prendre mes marques aussi bien que lui à la Deus Academia. Mais... Je ne suis pas sûr de le vouloir. C'est un lieu très particulier, qui ne m'a pour l'instant pas montré grand-chose, mais de là à vouloir y rester un moment... Je t'avouerai que l'idée de retrouver une certaine puissance et reprendre mes anciennes habitudes me semble très intéressant. Ce coup-ci en revanche, la mort est une chose à éviter autant que faire se peut.
À la fin de sa phrase, il vint taper du poing dans son autre main.
On dispose d'une nouvelle vie entière pour voir de quoi il en retournera, cela laisse pas mal d'opportunités et de chemins différents pour faire en sorte que nos choix se réalisent, et éviter de reproduire les erreurs de notre ancienne vie, faire en sorte qu'elle soit mieux que la précédente.
Je trouve cela très motivant pas toi ?
Son discours pouvait sembler presque candide. Des opportunités de vie, toulemondeilébotoulemondeilégenti... C'était un intérêt empreint d'un appétit carnassier. Une soif de vengeance contre la vie elle-même, une faim de challenges à relever à nouveau.
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Dim 3 Aoû 2014 - 16:00
Agacée par la réponse de Priam, Eilyn n'avait même pas envie de lui répondre. Elle se contenta donc d'hocher la tête, tout en se concentrant pour ne rien laisser paraître. D'ordinaire, la jeune femme aimait débattre et philosopher sur des tas de sujets, mais ici, cela se résumait plutôt, selon elle, à un dialogue de sourd et à une sorte de concours de « Qui est le plus à plaindre », tout ce qu'elle déteste. Il semblerait que la nature si exceptionnel de son camarade l'ait rendu sourd et aveugle et terriblement égocentrique. Elle faillit lui proposer d'adhérer à l'association de lutte contre les discriminations des handicapés, mais préféra s'abstenir, il risquait de ne pas comprendre, et surtout de se vexer. Elle garda donc le silence, un sourire aux lèvres, et sursauta légèrement lorsqu'il lui demanda son avis. N'ayant pas écouté avec sérieux les propos de Priam, la jeune femme se retrouva un peu embarrassée et tripota un bout de son tee-shirt entre ses doigts. Au bout d'un petit moment, mal à l'aise face au silence qu'elle venait de créer en ne répondant pas immédiatement, Eilyn décida de se jeter à l'eau et de répondre à ce qu'elle pensait avoir retenu des paroles de son camarade.


« Je ne dis pas que j'aimais mon ancienne vie, comme tout le monde j'ai connu des obstacles et des épreuves. Mais tu vois, malgré ça, si s'était à refaire, je referai les mêmes choix, et les mêmes erreurs. Parce qu'au final, sans tout ça, je n'aurai pas rencontré le peu de personnes fantastiques qui m'entouraient, je n'aurai pas été aussi proche de mon père et de mon frère. Donc non, je ne suis pas d'accord avec toi. Je veux plutôt me venger des humains que je trouve si ... abjectes, et non de la vie. Parce que quoi que tu puisses faire, la vie est et restera toujours un sacré tas de bouse. Tu ne peux pas lutter contre ça. »


Eilyn s'était un petit peu laissé emporter dans ses paroles, dévoilant partiellement sa haine profonde de l'être humain. Cependant, elle n'en avait dit que trop peu pour que le jeune homme en comprenne totalement le sens et la portée. Elle fronça délicatement les sourcils et observa Priam. Il semblait être plutôt heureux, au final, de disposer d'une seconde chance, d'une nouvelle vie pour faire ce que bon lui semble. La jeune femme soupira doucement et arracha consciencieusement les brins d'herbes qui se trouvaient devant elle, formant rapidement une petite pyramide d'herbe. Jamais elle n'arriverait à assimiler et accepter son nouveau rôle : aider les humains. Comment aider des êtres insensibles, ignorants et terriblement ... narcissiques ? La pitié ne fait pas partie de leur vocabulaire, elle ne le savait que trop bien, rare sont ceux qui sont capable d'avoir un minimum d'empathie pour autrui. Et quiconque, en tant qu'humain, a cette chance d'éprouver des sentiments puissants, de percevoir la tristesse et la souffrance des autres, se voit vite pénaliser et démolit. Car comment survivre et garder la tête hors de l'eau quand la moindre chose nous transperce de toute part, quand la moindre trace de souffrance nous écrase le coeur ? Ce secret, Eilyn n'avait jamais réussi à le percer de son vivant. Elle avait toujours préféré la solitude plutôt que de se retrouver mêlée et confrontée à la méchanceté de ses camarades. Alors maintenant qu'elle se trouvait ici, à devoir veiller sur les humains, elle comptait bien, secrètement, se venger d'eux, et surtout de tout ceux qui avaient profité de sa faiblesse et de sa gentillesse. Pour ça, elle était prête à les poursuivre, un par un, et elle sentait un certain réconfort s'insinuer en elle quand elle pensait à l'idée que désormais, elle en était presque sûre, elle pourrait compter sur Amber pour l'aider. Un sourire mauvais aux lèvres, elle secoua la tête pour chasser ses mauvaises pensées et reporta son attention sur Priam.


« Excuse moi, je m'étais encore une fois perdue dans mes pensées. Mais j'ai retrouvé la sortie de ce labyrinthe ! »

La jeune femme lui adressa un sourire sincèrement et attendit qu'il prenne la parole. 
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Jeu 7 Aoû 2014 - 11:00


Priam resta silencieux également. La jeune fille s'était quelque peu emballée lors de ses paroles, et l'instant d'après elle semblait s'être réfugiée dans quelques pensées lointaines. Ma foi, son discours tenait la route, même s'il discernait mal les raisons de son élan. D'autant qu'elle rebondissait sur des sujets qu'il n'avait pas spécialement évoqués.
Aussi, le regard dans le vague, lui fallut-il un instant avant de reprendre la discussion avec elle.

Et ? Qui te parle de regrets ou de quoi que ce soit d'autre ?
Je te vois toute grognonne là devant moi d'un coup. N'es-tu pas une apprentie Dieu maintenant ? Un Dieu sur le devenir ? Alors qu'est-ce qui t'empêches de faire ce que tu désires ? Ce n'est pas moi qui vais me dresser devant toi t'entraver dans tes projets pour t'en prendre aux humains, où à qui que ce soit d'autre. Si je peux me permettre, je te conseillerai même de faire cela avec un certain sens du spectaculaire, cela, laisse toujours une bonne impression et cela rend les récits qui en découlent d'autant plus impressionnants.
Il avait soudainement tourné son visage vers elle en débutant sa phrase, pour poser ses prunelles dans celle de la jeune femme. Ce n'est pas qu'il se soit vexé, mais à voir la réaction de la jeune fille, qui mettait plus d'allant dans ses paroles et semblait se renfrogner juste après, il se doutait que quelque chose devait la perturber. C'était l'un de ses premiers dialogues avec un être humain, aussi ne s'y prenait-il peut-être pas de la meilleure des façons.
Il n'y avait pas encore assez d'humains en lui pour qu'il rode tout parfaitement au premier jet. Et chaque être humain était si différent et particulier qu'il était impossible de se baser sur un modèle commun de discussion.

Tu dis que la vie est un tas de bouse, j'avoue que la comparaison est juste. Et j'aimerai pousser la comparaison encore plus loin, si la vie est un tas de bouse, je pense que les humains sont des mouches à fanges qui cherchent simplement à survivre et à se nourrir parmi d'autres mouches sur une bouse commune.
J'imagine, pour toi qui as vécu une vie humaine, que la solidarité n'est pas forcément la notion qu'on retrouve le plus durant son existence.
Aussi je m'en moque si tu souhaites te venger d'eux, j'ai toujours fait selon mes désirs autrefois, c'était mon seul but, attendre une Apocalypse, alors si tu souhaites partir sur cette voie, je ne peux que trouver cela bien.
Être un dieu... Je pense que ce qui s'en rapproche le plus consiste à ne rien faire d'autre que satisfaire ses loisirs. Les Grecs autrefois voyaient Zeus comme le plus puissant des Dieux, et pourtant, la plupart des écrits le mentionnent comme un amateur de femme changeant d'apparence pour les séduire.
Il est vrai que la tendance dans cette académie semblait être d'aider les Humains, et non pas se délecter des plaisirs que la vie, qu'elle soit la première ou la seconde, pouvait offrir. Dans les écrits religieux qu'il avait pu lire durant son ancienne époque, Dieu apparaissait comme un être miséricordieux, en retrait de la vie, offrant le pardon à la mort, et le Paradis par la suite. La vérité de tout ceci n'était pas la question. Pour lui, seule l'Apocalypse comptait et... Allait-elle compter encore aujourd'hui.

Une vengeance personnelle ne peut pas faire de mal, qui sait, tu auras peut-être davantage les idées claires.
Dis moi... N'aurais tu pas déjà commencé tes projets même ?
Il eut un grand sourire amusé, à l'idée que la jeune fille bougonne ait pu déjà mettre en place des idées de vengeance, et les réaliser.
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Mer 20 Aoû 2014 - 16:32
Eilyn s'était emballée lors de sa réponse, son discours n'avait ni queue ni tête, et cela devait sembler bien ridicule aux yeux de Priam. Mais elle n'avait pas osé lui dire que ses paroles l'avait laissée ... pantoise. Elle n'avait pas tout compris et n'avait pas non plus tout bien écouté. Son teint vira au rouge tomate tandis qu'il lui répondait, son attention étant étrangement portée sur les brins d'herbes qui tapissaient le sol. La jeune femme aurait été capable de tout pour disparaître sur place, se liquéfier et se faire absorber par la terre pour partir vers d'autres univers. Elle écoutait son discours avec attention et, au fond, elle était d'accord avec ce qu'il voulait dire. Lorsqu'elle osa enfin lever les yeux vers lui, son large sourire la rassura et elle le lui rendit bien volontiers. 


« Je pense ne pas avoir compris ta réponse précédente, c'est pour ça que je me suis emportée et que je suis montée sur mes grands chevaux. J'espère que tu me pardonneras. Avoue que pour la première personne que tu rencontres, tu souhaitais tomber sur un peu mieux que moi non ? »


Dans une petite grimace, elle fronça son nez tout en tripotant maladroitement une mèche de cheveux entre ses doigts. Toute cette histoire de Dieu, de chevalier bizarre de l’apocalypse ... En temps normal, ça l'aurait intéressé, mais ici, en cette fin de soirée bien avancée, après une journée longue et fatigante, elle n'avait aucune envie de se compliquer la vie et de se torturer l'esprit. un bref soupir s'échappa de sa bouche avant qu'elle ne réponde avec un sourire mystérieux.


« Disons que j'avance doucement mais sûrement. »


Discrètement, elle lui fit un clin d’œil appuyé pour se donner un genre d'agent secret. Elle était bien partie pour le réaliser, entre sa volonté de rejoindre les renégats, de faire une excursion dans le monde des humains et toutes ces choses là. Mais étant donné qu'elle n'était pas ici depuis fort longtemps, elle ne pouvait pas avoir déjà mis en oeuvre sa volonté de revanche. Il lui fallait réfléchir mûrement avant d'agir, bien se préparer et peser les risques encourus. Mais en l’occurrence, elle ne pouvait pas parler ainsi, aussi ouvertement, de ses projets et de ses actes, pas face à un inconnu dont elle ne connaissait pas grand chose. Peut-être qu'il ne venait que d'arriver, certes, mais rien ne lui disait qu'il n'était pas une sorte d'espion interne luttant justement contre les gens comme elle qui haïssait les humains. 


« Et toi alors, dis moi, quels sont tes projets ? »


Le pauvre ne devait pas en savoir grand chose pour le moment, mais étant donné l'étrange personne qu'il était, la jeune femme ne doutait pas un seul instant qu'il avait déjà une petite idée du sens qu'il désirait donner à cette seconde chance et ce nouveau rôle qui lui était attribué, même si le rôle de Dieu ne semblait pas le réjouir au plus haut point.
Invité
avatar
Invité
Re: Fin de soirée ensoleillé - Jeu 21 Aoû 2014 - 20:48


Je ne vois pas pourquoi tu te poses une telle question. Certes, tu as l'air un peu névrosé à te perdre dans tes pensées, mais... Il aura un petit rire, avant de reprendre,je plaisante, je suppose que tout le monde est un peu troublé en arrivant pour la première fois dans cette Académie, le changement de vie n'est pas la chose la plus simple qui soit, accepter sa nouvelle condition doit être étrange. Les souvenirs que nous avons semblent nous tenir accrochés à notre ancienne vie beaucoup plus que nécessaire.
Enfin il me semble, à t'entendre.
Il haussera les épaules, ce n'était pas facile pour lui, cela devait être tout aussi difficile pour tout le monde. Et même si quelque part il appréciait l'idée d'être revenu à la vie, car, mourir c'était quand même bien chiant, il se sentait obligé de reconnaître que seul un tordu pouvait avoir l'idée d'offrir la résurrection divine à des gens qui avaient déjà du mal à se décider sur l'existence ou non d'un Dieu. L'humanité devait se questionner sur un éventuel Paradis, une vie après la mort, et on les bombardait d'un seul coup Dieu, mais comment Deus pouvait-il espérer qu'il y ait une cohésion logique à tout cela.
Et que devenaient les âmes humaines qui décédaient ? Y'avait il vraiment un Paradis et un Enfer ? Sa vision de l'après-vie avait changé, il devait s'attendre à tout de fait.

Mes projets ? Retrouver de la puissance, de la gloire. La faiblesse est quelque chose de terriblement blasant. Je ne sais pas comment je vais faire encore, mais il va falloir se débrouiller pour que l'Académie m'offre tout cela. Et après... J'irai surement jeter un coup d'oeil du côté du monde des Humains. Il faut pouvoir utiliser cette puissance pour que cela soit intéressant, sinon, à quoi bon la détenir ?
Ce n'était peut-être pas l'attitude la plus diligente que d'utiliser sa puissance auprès des Humains, mais c'était dans ses habitudes. Peut-être avec le temps l'idée d'utiliser cette puissance contre d'autres Apprentis-Dieu lui viendrait.
Dans un râle feint de souffrance, il se redressera de l'herbe verte, levant son visage vers le ciel qui commençait désormais bien à s'assombrir, pour plonger la Place de l'Horloge dans une pénombre chaleureuse. À cette seule pensée, les lampadaires qui ponctuaient les allées s'allumèrent pour diffuser une lueur pâle sur les pavés qui délimitaient le chemin. Déjà, on pouvait voir voleter tout autour de ces sources lumineuses, de petits insectes attirés.
Ce n'est qu'en voyant la nuit s'installer, qu'il prend conscience qu'il n'a pas encore prie le temps de se renseigner sur ses logements. Didrik lui avait confirmé qu'il en avait, mais... Ce n'était probablement pas le grand luxe. Une raison de plus de retourner dans le monde des Humains... Le luxe était surement davantage prôné chez les Humains que chez les Dieux, plus l'existence est futile, plus il semble important de s'entourer de choses dénuées de sens et de logique. Et... C'était foutrement appréciable finalement.

Je n'ai plus vraiment d'intérêt primaire à trouver de quoi me sustenter ou de quoi dormir, mais rester vautré dans l'herbe à attendre que le jour se lève n'est pas spécialement dans mes projets immédiat, et mes jambes réclament un peu de mouvement, elles sont restées trop longtemps inertes. Ce fut un plaisir de te rencontrer Eilyn, je te souhaite une bonne soirée.
Contenu sponsorisé
Re: Fin de soirée ensoleillé -
Fin de soirée ensoleillé
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» 2eme soirée "So glam" [ ouvert a tous ]
» [SUJET TERMINE] 4 but 2 - La soirée de l'improbable |Chase/Apollo/May/Ange|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page