Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Retour à la vie dans les eaux

 
Invité
avatar
Invité
Retour à la vie dans les eaux - Mar 1 Juil 2014 - 23:09


« De la quintessence du désordre, naît un nouvel ordre : le Chaos ». Une idée fort intéressante, qui méritait probablement qu'on vive pour elle ».

Un long sourire s'étire à chaque commissure de lèvres. Il est vivant. Le néant s'estompe chaque seconde un peu plus, mais pourtant, sa vision demeure encore flou. La lumière l'éblouit alors que ses yeux ne parviennent à lui offrir une vision nette. ll essaye d'inspirer, mais ce n'est pas de l'air qui vient gonfler ses poumons, ce qu'il ressent soudainement... ll boit la tasse.

C'est le déclic, ses mains se resserrent sur une prise, ses bras le tirent vers l'avant et il crache l'eau inspiré, essayant de retrouver son souffle. Où se trouvait-il... Un temple ?
Tout était... Confus. Il ne pouvait comprendre, l'instant d'avant tout était limpide dans son esprit, le néant semblait se résorber et le fuir, l'instant d'après, tout n'était que foutoir et vision trouble. Pris d'un hoquet, sa tête bascule en avant, il tousse à nouveau et expulse l'eau qui obstruait encore ses poumons. Sa respiration est rauque, profonde tandis qu'elle résonne dans la pièce, se mêlant aux gouttelettes qui chutent depuis ses bras et sa chevelure dans l'eau du bassin.
Il redresse un instant la tête, en plein chaos -quelle ironie-, sa vision se faisant plus nette à mesure que l'eau s'écoule du bout de son menton. Cet endroit... Il se cramponne aux parois d'un bassin moyen situé en plein cœur de ce qui semble être un temple, vu la solennité qui s'en dégage.

« Hoy ! Bienvenue à l'académie des dieux p'tit ! Sois sage et écoute bien tes profs, surtout ! Sur ce je te laisse, à plus ! »

« Quel est cette hallucination absurde qui se profile devant mo(..) ?! »

A peine a t'il le temps de finir sa phrase, que le mirage apparut devant lui, s'évapore de la même manière. Ce discours ? Une blague, rien de plus forcément ! Mais de qui, comment, pourquoi ? A mesure que l'air ambiant se fait plus pressant et la sensation de l'eau contre ses yeux et dans ses poumons s'estompe, ses pensées parviennent à s'éclaircir de nouveau. Il venait de renaître. C'était cela. Le Néant absolu, l'abandon dans le cœur des Hommes, et son retour, ici ?
La colère afflue crescendo en lui, l'étau de ses doigts se referme cruellement sur les parois du bassin, mais ses pupilles basculent sur ces dernières. Il n'y a pas de pierre qui entre en fusion, pas de roche qui se fissure à mesure qu'il force. Aucune noirceur qui se dégage de son être, l'eau du bassin ne semble pas même bouillir. La seule chose qui bouillonne dans la pièce à l'heure actuelle, c'est lui.

« Mauvaise engeance » jurera t'il entre ses lèvres.
Sa poigne lâche d'un seul coup l'une des parois, fouettant l'eau du bassin de toute l'ampleur démesurée de sa rage, qui s'avère limitée à l'envergure de son bras poussée par sa force la plus banale. Était-ce cela que de vivre à nouveau ? Était-ce prendre conscience de sa faiblesse ?
Pas un seul instant de plus à perdre, il se redresse, et son esprit malgré lui, ne peut s'empêcher de penser aux autres. À ces misérables rebuts engendrés dans la fange qu'il avait écarté auparavant. Les 4 autres. Étaient-ils seulement au courant pour lui ? Avaient-ils subit le même sort ? Son cœur espéra un instant que cela puisse être le cas.

Au milieu de l'eau ruisselant de son corps et depuis le pagne en lin blanc qu'il avait autour de la taille, il put discerner du bruit. Des bruits de pas, des pas dont le bruit se rapprochait de cette pièce. A quelle autre insanité allait-il devoir se confronter désormais ? Sa main remonte le long de son corps et glisse dans sa chevelure. Un geste inutile probablement, mais sa chevelure se mêlaient à elle même en tombant sur ses épaules. A le voir ainsi, une chose est sure, il n'est pas dans son meilleur jour, aussi, une coquetterie ne peut-elle lui faire de mal.

Nb: J'espère que la mise en page ne fait pas trop mal aux yeux. C'est la première fois que je m'essaie au codage, et pour être totalement honnête, je me suis contenté de copier différents passages de code sur certains posts, en m'aidant de celui-ci et en essayant d'harmoniser le truc ! AU pire je peux mettre un affichage classique, même si je t'avouerai être désireux de comprendre comment tout ce foutu bazar marche.
J'espère également que le Rp est assez long, cela fait très longtemps et même si j'ai pris plaisir à le faire, je suis ouvert à tout conseil pour améliorer mon jeu :)
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la vie dans les eaux - Jeu 3 Juil 2014 - 21:31
Retour à la vie dans les eaux

Le Chaos et l'Ordre
L'air pur, j'adore ce sentiment et cela me nourrit l'esprit. Je visualise tous mes combats, je médite mes erreurs, coups avant trop prononcés, à l'horizontal trop prudents… Je dois pratiquer ça, je dois continuer à m'améliorer, mes défaites m'on rendu tellement meilleur qu'avant, j'en suis fier. Le temps est magnifique, un temps parfait pour pratiquer son esprit et le lieu parfait pour ça c'est là où tout a commencé, au temple.

Je grimpe les marches, une par une, lentement, zen et très serein. Mon armure sur le corps, cotte de maille, bavière, de grandes épaulières, des rondelles avec une croix forgée au centre, des canons d'avant-bras, mes gantelets où des piques longent les jointures, cuissard, grève, soloret et surtout, mon grand heaume teutonique encadré par deux grandes ailes en or. J'ai aussi une grande cape blanche qui traîne sur le sol des marches, chacun de mes pas fait un bruit métallique et cela donne un effet assez imposant. Gewalt Mond toujours dans son fourreau je m'avance vers la porte, toujours en train de méditer, affrontant la chaleur que l'armure m'offre, mais je résiste et chaque seconde qui passe, j'ai l'impression de mieux comprendre des choses... essentielles.

Je passe le portail, laissant mes longs cheveux blonds déborder de mon heaume, je perçois de l'humidité. La pièce est humide, le sol est un peu glissant, je sens une présence, mais pas hostile, plutôt perdue… un nouveau? Je fouille la pièce des yeux, et je vois enfin un homme, longs cheveux noirs et il a de grands yeux qui sont de nature sévère, mais je sens qu'il n'est pas dans son élément, certes, personne ne l'est au début... Je sors mon épée brusquement et la plante au sol, transperçant la pierre dans un mélange de bruit de pavé fendu et de métal rudement frappé. Je lâche le manche et recule d'un pas, laissant l'épée plantée à la verticale.

- "Dois-je vous souhaiter la bienvenue?"

Agressif? Aucunement, ce geste est un signe de non violence à l'époque et l'habitude me reste gravée dans le crâne. Cet homme n'est pas ordinaire, j'ai bien hâte de voir comment les dialogues et le non-verbal va se passer, un futur élève sûrement, j'ai bien hâte de voir ça et l'envie d'enseigner des gens à devenir encore plus forts que moi me rend plutôt de bonne humeur.

- "Je suis le professeur Didrik Karlson, anciennement Seigneur, bienvenue à la Deus Academia, là où on vous apprend à prendre des responsabilités d'un dieu…"

Je suis encore loin, j'aime mieux le laisser me répondre, pour ne pas avoir l'impression de parler à un mur et je profite pour avancer de quelques pas vers lui. Ma voix résonne en écho, un souffle métallique la suit, il ne peut pas voir mes yeux, il ne voit rien que mon armure et chacun de mes pas est lourd, faisant vibrer un minimum le sol. Je replace ma cape pour dégager un de mes bras et je retire une de mes gantelets pour me masser les jointures par dessus ma cotte de maille.

- "Je suis heureux de vous accueillir, vous... nouveau dieu..."

Code by Rain
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la vie dans les eaux - Sam 5 Juil 2014 - 11:51


A mesure que les bruits de pas se rapprochaient, il pouvait discerner de nouveau son se mêlant et se rapprochant. Un cliquetis métallique régulier, qui pourrait presque venir religieusement résonner dans tout le Temple, si sa puissance avait été un peu plus forte. Mais pour l'instant, il lui faut attendre que le bruit se rapproche, que le cliquetis se mue en un fatras d'acier plus conséquent. A vrai dire, il ne sait à quoi s'attendre, cela pourrait presque passer pour un Panzer miniature. L'image lui vient d'emblée à l'esprit, et sans même se questionner, un Panzer lui apparaît comme un blindé Allemand durant la seconde Guerre Mondiale. Étrange, il n'en a pourtant pas souvenir de l'avoir vécu, vu, entendu.
Et puis c'est le face à face. Un instant, le clapotis des gouttes chutant du corps du nouveau Dieu semble se suspendre pour laisser aux deux protagonistes le loisir de se dévisager et se jauger l'un l'autre. Pour l'heure, Priam garde son calme. Le nouvel arrivant semble plus au courant que lui. Et puis... On ne va pas saper l'arrivée d'un homme en armure, cela dispose d'un certain charisme qui oblige à un minimum de retenue.

Son souffle est calme. Il pose mentalement tout ce qui l'entoure. Un réveil brutal dans un bassin à l'eau aussi claire que le cristal, ce qu'il pense dorénavant réellement être l'hallucination d'un homme baignant dans la folie et manquant d'un certain goût vestimentaire, et l'arrivée d'un chevalier teutonique bombardé ici manu militari depuis le Moyen-Âge. Aucun élément ne cadrait avec l'autre. Fallait-il aussi mentionner des souvenirs troubles, une sensation désagréable de faiblesse et une migraine lancinante s'il essayait de comprendre la raison qui se cachait derrière tout cela ?
Le chevalier en armure devant lui dégaine son arme, et sans esquisser davantage de palabre, la plante dans le sol. Un sourcil s'arque lentement au dessus de son œil, le regard se veut perplexe. Soit l'étranger ne lui veut aucun mal, soit c'est un pur imbécile désireux d'impressionner la galerie. Bien que la première option soit la plus susceptible d'être juste, il avait appris à ne jamais sous-estimer la bêtise dont pouvait faire preuve l'être humain. La nouvelle question, et hélas il y en avait bien trop à chaque instant qui se profilait, était de savoir si la chose en face de lui, était totalement humaine.

Dois-je vous souhaiter la bienvenue ? Je suis le professeur Didrik Karlson, anciennement Seigneur, bienvenue à la Deus Academia, là où on vous apprend à prendre des responsabilités d'un dieu…

La Deus Academia ? Professeur en vue d'enseigner à prendre des responsabilités d'un dieu ?
La seule chose qu'il pouvait lui répondre étaient ses propres paroles, prononcés à l'interrogative, sur un ton aussi dédaigneux que curieux.
Il était un peu tôt pour se poser la question, et il ne se la posera pas, mais les réactions de chacun devait être différentes, face à un tel événement. Encore dans le vague de ses anciens et nouveaux souvenirs, il ne peut que ressentir une présence lointaine, une présence qu'il lui semblait avoir discerner lors de ce passage si nauséeux dans le Néant. Une présence terriblement puissante mais pourtant terriblement faible et éloigné. Deus ?
L'étranger s'avance vers lui et prend quelques aises en approchant, ce qui semble normal si l'on imagine le poids que pouvait représenter un tel attirail.

Je suis heureux de vous accueillir, vous... nouveau dieu...
Puisque l'homme s'avançait, pourquoi pas lui. Son pied enjambe le bassin, une gerbe d'eau mince vînt mouiller la pierre du temple, il pose le pied à terre, sans se retourner sur le bassin qui l'a ramené à la vie. Il s'avance vers ce professeur du nom de Didrik, son regard désormais planté sur ce casque teuton qui ne lui offre rien de plus qu'un regard dur et pourtant invisible. Comme quoi, pas besoin de beaucoup se forcer pour exprimer une émotion vivace. Le bruit de la chair sur la pierre s'accompagne semble plus clair en comparaison du vacarme d'acier qui vient s'opposer à lui. Mais alors que les deux personnes viennent s'affronter face à face, Priam se détourne de l'homme, le dépassant simplement pour aller voir plus loin. Il le dépasse de quelques pas, et se penchant vers les escaliers, guette le contrebas, à la recherche d'une autre présence. Son sourcil s'arque à nouveau, il se redresse lentement et se tourne à nouveau vers Didrik. Un bref instant de silence, sa bouche s’entrouvre et... Il se racle la gorge. Une fois, puis deux. Une troisième, un peu plus forte.

Enchanté de te rencontrer Valkyrie mais... Pourrais-tu m'en dire plus sur la curieuse farce qui se trame ici ? Je n'ai pas de souvenirs concrets de ma dernière sensation de vie, aussi précise qu'actuellement. Je débarque dans une eau glaciale, j'entraperçois un fêlé qui tient des propos absurdes et je... Tombe sur toi.
Il prononça ces mots sur un ton d'ironie plus que perceptible. Son regard se planta dans le casque du Teuton, où du moins ce qui semble s'en rapprocher. Il ne le lâcha pas, fixant l'endroit où son regard devrait se trouver.

Serait-ce une farce dénué d'humour ? Tout ceci semble presque ridicule à l'instant présent.
Lança-t-il sur le ton de la provocation, laissant son regard vagabonder dans toute la pièce.

Ces vitraux qui ornent les murs, sur quel monde donne t'il ? La lumière qui les illumine provient de quel soleil, darde quelle terre ? Où suis-je ? La Deus Academia ? Comprends-tu que je puisse me question sur quel est cette chose ?
Silence. Il laisse le temps à son interlocuteur de répondre et puis... Décide finalement de reprendre la parole.

Un Dieu ? Moi ? Non, je suis un Cavalier de l'Apocalypse, je ne suis pas un Dieu emplis de miséricorde ou quoi que ce soit. Je suis Chaos !
Sa dernière parole semble presque proférer avec véhémence, et il ne peut que s'en sentir ridicule. Il était Chaos, et pourtant, il n'avait rien pour le prouver. Il était un Cavalier de l'Apocalypse, et il ne parvenait pas à matérialiser son épée...
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la vie dans les eaux - Ven 18 Juil 2014 - 18:33
Retour à la vie dans les eaux

Le Chaos et l'Ordre
Diante, un autre véreux... pourquoi je suis celui qui tombe sur ces être ingrats à chaque fois. Victor déjà a été une plait à acceuillir, et maintenant cet homme qui se dit "Cavalier de l'Apocalypse"?. Il pose beaucoup de questions, je l'écoute, toujours calme, s'il se dit chevalier, vaux peut-être mieux ne pas venir lui écraser l'estomac tout de suite. Je retire mon casque lentement, ce qui fait tomber mes cheveux d'or sur tout le long de mon armure. Une fois que la langue de l'homme, qui n'a toujours pas donné son prénom, décide de prendre une petite pause, j'en profite alors pour me lancer dans les explications.

- "Le "fêler" comme vous dites se nomme Lucian Ferriel, un des directeurs, il est si puissant qu'il vaudrait mieux pour vous que vous gardiez votre langue..."

Une choses de faite, maintenant, je vais devoir passer à l'explication des lieux, mais surtout, de commencer à l'éduquer, tout commence ici.

- "Je vais vous expliqué en bref, Deus, connue sous le nom de Dieu, Allah ou autre sur terre, était la seule entité présente dans ce vaste univers, à partir duquel il opérait depuis la nuit des temps. Il avait créé le monde à lui seul. Il a créé l'Homme, qu'il voulait pur et croyant, mais comme vous le savez, il a été plutôt mi de côté et même oublié. Cela ne pouvait plus durer. Il décida alors de faire quelque chose de toutes ces âmes défuntes qui erraient sur la Terre sans pouvoir atteindre le repos éternel, ce qui désigne moi, vous et tous les autres membres de cette école. Nous sommes alors désigner à prendre une parti de sa puissance pour l'aider dans son oeuvre, vous, il s'agit du chaos si je vous ai bien compris, alors vous allez devoir garder utiliser le chaos au service de Deus..."

Un autre élève au pouvoir plutôt sombre, ces gens pense toujours qu'ils sont obligés de faire le mal pour cette circonstance, mais non, les pouvoir de la sorte on une utilité et ils peuvent être utilisé pour la bonne cause. Je vais devoir lui montrer la bonne voie, avec le temps, j'espères qu'il est aussi coriace qu'il en a l'air!

- "Mais il y a une choses que vous devriez savoir, ici, à cette belle école, les professeurs, comme moi, sont autorisé à éduquer les élèves, comme toi, de manière brutale si cela est nécessaire... Alors évité de jouer votre arrogant, pour éviter de faire en sorte que vous le regrettiez. "

C'étais sec et clair, certes, avec ce que j'ai vécus avec Victor... vaux mieux que j'avertis tout de suite à quoi il a affaire ce jeune-homme... Je lui fais un sourire amical, pour détendre l'atmosphère.

- "Chevalier hein? Votre histoire m’intéresse, de quelle époque êtes-vous? Et de quel pays?"

Je tend alors ma main sous un bruit de métal pour lui faire une poignée de main d'homme digne de se nom, vaux mieux partir du bon pied!

Code by Rain
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la vie dans les eaux - Mar 22 Juil 2014 - 20:15


Tout ceci était terriblement déroutant. Il venait bien de renaître non ? Du moins... Il l'avait interprété ainsi, et le discours qu'il avait échangé avec l'homme semblait allait dans ce sens. De même, sans être un grand religieux, il lui était facile de trouver une symbolique évidente avec un réveil dans un bassin. La religion chrétienne, qui avait notamment connu une période forte durant le Moyen-Âge, considérait le baptême comme une nouvelle naissance religieuse, une naissance par les eaux.
Durant sa réflexion, le Chevalier, puisque c'est le trait distinctif le plus évident qui lui vient à l'esprit, prenait peu à peu ses aises, ôtant son casque pour délivrer une longue chevelure blonde. Guère de doutes pouvaient subsister quant aux origines du Chevalier, entre les motifs teutons de son armure et ses cheveux blonds. Néanmoins, la chevelure lui tirera un sourire, la comparaison avec une Valkyrie précédemment n'était pas si désuète que cela.

"Le "fêler" comme vous dites se nomme Lucian Ferriel, un des directeurs, il est si puissant qu'il vaudrait mieux pour vous que vous gardiez votre langue..."

"Je vais vous expliquer en bref, Deus, connue sous le nom de Dieu, Allah ou autre sur terre, était la seule entité présente dans ce vaste univers, à partir duquel il opérait depuis la nuit des temps. Il avait créé le monde à lui seul. Il a créé l'Homme, qu'il voulait pur et croyant, mais comme vous le savez, il a été plutôt mi de côté et même oublié.
Il écoutait attentivement les paroles du Chevalier, Didrik Karlson. Malgré le fait qu'il éprouvait pour l'heure, peu d'intérêt général pour le personnage en lui même, il était actuellement dans la pièce, celui qui détenait le plus de renseignements sur ce qu'il se tramait à la Deus Academia. Et des renseignements, intéressants, il en débitait à la pelle. Deus avait été mis de côté ? Voilà qui lui rappelait quelque chose, sa propre mise de côté. Était-il de fait une création de Deus, où bien le résultat de croyances païennes et religieuses ? Les hommes se questionnaient sur leurs origines, divine ou propre à l'évolution, divine ou bigbang ? Les Dieux aussi pouvaient se poser des questions. Qui avait été là le premier ? Le premier avait-il tout modelé, ou bien la croyance de certains pouvaient permettre la naissance divine ?
Assurément, beaucoup de choses allaient devoir être éclaircies ici, et il était très curieux de voir par ses propres yeux ce Deus.

"Cela ne pouvait plus durer. Il décida alors de faire quelque chose de toutes ces âmes défuntes qui erraient sur la Terre sans pouvoir atteindre le repos éternel, ce qui désigne moi, vous et tous les autres membres de cette école. Nous sommes alors désigner à prendre une partie de sa puissance pour l'aider dans son oeuvre, vous, il s'agit du chaos si je vous ai bien compris, alors vous allez devoir garder utiliser le chaos au service de Deus..."
À ce moment-là, il ne put retenir son sourire de s'étirer sur son visage. Il ne put retenir l'air goguenard que la phrase provoqua chez lui. Quelqu'un voulait qu'il utilise SES pouvoirs pour le compte d'un autre ? Apparemment, il y avait une erreur grossière qui venait d'être commise. La seule chose qu'il savait à peu près, c'est qu'il était de nouveau quelqu'un, et qu'il se sentait faible, mais il était certain qu'il n'allait obéir qu'à son propre chef, et surement pas à la volonté d'un inconnu.

"Mais il y a une chose que vous devriez savoir, ici, à cette belle école, les professeurs, comme moi, sont autorisés à éduquer les élèves, comme toi, de manière brutale si cela est nécessaire... Alors, évité de jouer votre arrogant, pour éviter de faire en sorte que vous le regrettiez. "

"Chevalier hein? Votre histoire m’intéresse, de quelle époque êtes-vous? Et de quel pays?"
Vraiment ? Tout ceci ? Un sourire amical, une main tendue, une politesse non feinte sur ses origines chevaleresques ? Il y avait de quoi être flatté. Mais voilà, pour l'heure, Chaos n'était pas conscient de son nouveau statut. Il n'avait pas vraiment eu le temps de prendre réellement conscience de l'étendue du lieu où il se trouvait, de la puissance des gens qu'il allait côtoyer à l'avenir. Il était juste... Chaos, l'ancien Cavalier de l'Apocalypse, dont l'esprit était encore occupé par ses anciennes folies des grandeurs.
Aussi, d'un simple geste, il balayera la main de Didrik.

Vous ne semblez pas percevoir réellement qui je suis. Je ne suis pas un pantin qu'on utilise pour faire selon ses désirs, qu'ils soient nobles ou vils. Je ne suis pas un ancien Chevalier malgré le fait que cela semble attiser un feu ardent entre vos cuisses charnues de Valkyrie. La nuance que vous n'avez pas saisie, c'est que je suis un Cavalier, mais pas n'importe lequel. Je suis un Cavalier de l'Apocalypse, et j'attends, avec une certaine patience, l'heure où il faudra chevaucher sur Terre en déchaînant les fléaux. Mon nom est Chaos, merci pour les divers renseignements, et veuillez me libérer le passage s'il vous plait, il y a quelques plaisirs que j'entend bien redécouvrir aujourd'hui.
Chaque parole qu'il prononce est martelée, appuyée par un pas qu'il fait vers le Chevalier. Son regard noir n'est pas spécialement mauvais. Il n'a aucune haine contre lui, simplement aucun intérêt, et souhaite quitter les lieux pour s'expliquer avec ce Deus. Fort du souvenir de son ancienne puissance, ses mains se dresseront pour saisir l'armure du chevalier au niveau des aisselles, avec la ferme intention de le soulever pour le jeter en arrière. Seulement voilà, sa puissance n'est plus, son statut d'Apprenti-Dieu l'a relégué à un rang bien inférieur, et la poussée qu'il souhaite exercer poussera ses muscles à se gonfler en vain. Peut-être, sous la surprise, le Chevalier devra'-il reculer d'un pas?
Mais la plus grande surprise, c'est surement celle de Chaos, qui, s'il ne se reprend pas très vite en main, risque de subir la contre attaque du Chevalier.

Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la vie dans les eaux - Jeu 24 Juil 2014 - 17:28
Retour à la vie dans les eaux

Le Chaos et l'Ordre
Je me souviendrai toujours de l'arrogance de la jeunesse, la pensée d'être plus fort que quiconque nous impose quelque chose. Je me souviens, pendant les croisades, comment on peut toujours trouver plus fort et plus intelligent que sois... Et le voilà, ce "cavalier" arrogant qui vint me mépriser, il semblait fort, mais côté physique, je suis plutôt du genre imposant et fort. Ses deux bras vinrent se poser sur mes bras pour me pousser, mais je ne bouge pas, réfléchissant à mes futurs gestes et un sourire prend forme sur mes lèvres.

- "L'arrogance, je connais bien, j'étais un seigneur à l'époque, un très grand homme et me voilà professeur."

Je fais un pas vif vers l'avant pour le faire perdre l'équilibre, sans le faire tomber pour autant.

- "Ne croyez pas que vous êtes moins fort qu'avant jeune-homme, vous êtes même plus en forme que jamais, mais moi, Didrik Karlson, je reste..."

Ma main gauche lui agrippe alors le cou, les yeux braqués dans les siens. " ...Plus fort!... " Mon poing droit vint alors s'enfoncer sur son visage le plus fort possible, me forçant à le lâcher de mon autre main pour le laisser tomber au sol. " ... Et bien plus expérimenté! " Je me penche, déposant mon genou droit sur le côté de son visage, laissant tout mon poids lui écraser la tête.

- " Alors! Cavalier de l'apocalypse! Est-ce que ce nom t'aide à survivre? On ne dirait pas! Tu vas comprendre qu'à partir de ce moment, tu ne t'appartiens plus! Tu vas être mon élève, je vais te montrer ce qu'est être un dieu, peut-importe ton avis et crois-moi, cette arrogance ne te servira à rien! "

Au fond de moi-même, je le comprends, à mes débuts, de passer de haut-rang àpersonne normale me faisait bizarre, mais certes, j'étais beaucoup moins arrogant que ce jeune-homme. Je le relâche de mon genou pour lui prendre le collet avec mes deux mains, le soulevant dans les airs, sans difficulté.

- " Vous avez un pouvoir sombre en vous, votre esprit est sombre et votre âme est noire! Mais malgré tout cela, vous restez qu'un homme! Pourri jusqu'à la moelle! "

Je le lance sur le dos plus loin, je ne m'approche pas, ne faisant que le regarder.

- " Si vous voulez réellement chevaucher sur terre pour créer le chaos, vous devrez avant me passer sur le corps et je doute très fortement sur vos chances de réussite! "

Je le regarde, le sourire aux lèvres, les yeux braqués sur lui et fais un pas vers l'avant.

- " Deus vous donne une deuxième chance, il vous sauve de la mort pour vous donnez une puissance, un pouvoir et une force inhumaine et c'est comme ça que vous agissez?! J'aurai HONTE à votre place! "

Le mot "honte" fut puissant, résonnant dans la grande salle du temple.

- " Acceptez ce cadeau et ses conséquences sans vous plaindre, vous le méritez déjà pas, alors soyez reconnaissant comme je le suis! "

Code by Rain
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la vie dans les eaux - Mar 29 Juil 2014 - 14:35


Le réveil n'avait pas été des plus agréables. Ce qui suivait l'était encore moins. Devoir supporter ce discours minable fondé sur les idéaux démodés d'un soi-disant Chevalier qui en plus vous alignait au sol n'avait rien de doux. Par exemple, les tartines grillées et le café faisaient défaut.
Jeté au sol comme une vulgaire pièce de linge sale, son dos frottera contre la pierre polie, lui laissant une trace de brûlure quelque peu rougie. Son corps viendra ensuite stopper sa course en tapant contre le bassin en pierre. Son dos le brûle, son visage lui arracherait un cri si la douleur ne le muselait pas, et le souvenir à la fois cuisant et froid du métal contre son visage l'humiliait autant que ce que la souffrance lui lançait le visage.
Il reste un instant cloué au sol, sa main tremblant nerveusement, à la recherche d'un appui pour se relever, d'une prise à serrer pour se rassurer, mais la douleur latente semble le maintenir allongé au sol sous l'effet d'une pesanteur nouvelle et implacable.
Une respiration rauque et grasse, le sang qui lui emplit la bouche coulant sur la pierre qu'elle teinte d'une flaque vermillon. Les mots et l'imagination lui manquent dans l'instant présent pour illustrer la haine dévorante qui monte depuis son ventre, à lui en faire presque oublier la douleur qu'il ressent.
La face toujours appuyé sur le sol, il relèvera tout juste le visage pour poser son regard sur Didrik. Des prunelles saphir où le mépris et la haine semblent se dévorer mutuellement l'image de Didrik, malgré des paupières voilées par le léger gonflement qui commence déjà.

Ma seule honte est d'être impuissant là de suite.
Il voudrait lui hurler au visage, se relever et lui rendre son coup de poing à s'en briser les phalanges, mais c'est tout juste un marmonnement étouffé qu'il semble vomir entre ses lèvres. Sa main parvient à se resserrer sur la pierre, et avec beaucoup de difficultés, il commence à redresser le haut de son corps, ses deux bras le maintenant ainsi redressé. Sa main droite s'agrippe au bassin, il se hisse à nouveau dans un râle et laisse son torse s'écraser contre la pierre du bassin, n'ayant plus la force de se tenir. Ainsi appuyé et tenant sur des genoux fragiles, il laisse sa tête plonger dans le bassin d'où il émergeait plus tôt. Quelques bulles remontent à la surface, l'eau se teinte de sang. Lorsqu'il ressort la tête, il se laisse tomber sur les fesses, assis et adossé au bassin. L'eau lui ruisselle une fois de plus aujourd'hui sur le corps depuis ses cheveux humides, et sa respiration encore traumatisé par le réveil aquatique découvrait une seconde fois qu'elle pouvait être violente et difficile. Il lui faut quelques minutes où il ne croisera pas le regard de Didrik pour se reprendre de la déferlante qu'il a subie.
Le silence s'installe peu à peu, seulement dérangé par le bruit de ses crachats de sang mêlés de sang.

Un seigneur toi ? Je suis peut-être arrogant, mais tu pues l'orgueil, à ne plus entendre à quel point ton discours est déraisonnable.

Lentement, il reprend sa respiration, l'apaise, tournant son visage vers Didrik, il semble offrir un regard bien moins haineux que ce que l'on pourrait attendre de lui.

Ta jactance vient souligner ta bêtise ! Tu fanfaronnes de m'avoir frappé, Chevalier, d'avoir ridiculisé un Cavalier de l'Apocalypse ? En ton temps la simple notion de Dieu, et non pas de Deus, devait t'imposer un respect et une piété minable à laquelle tu obéissais aveuglément, et aujourd'hui tu ose cracher sur mes semblables. Je serai curieux de te revoir à l'époque, si nos chemins s'étaient croisés.
L'ironie de tout cela est que tu reproduis le même schéma aujourd'hui, à me parler de reconnaissance, or je ne vois que de la complaisance abusive envers ton nouveau "Roi", Chevalier.

Une certaine colère semblait poindre dans son discours, mais il était bien loin de la démonstration de haine qu'il avait dans le regard lorsque son corps avait heurté le mur. La notion d'impuissance totale couplée à une violence excessive semblait lui avoir à merveille imprimé l'inutilité d"une haine dévorante en de pareils moments.
Sans doute, cette nouvelle impuissance avait-elle également sapé toutes les visions d'une colère déchaîné.

Plus en forme que jamais ? Peuh... Navré Chevalier, si votre vie humaine était autrefois chétive comparé à aujourd'hui, je peux vous garantir que certains y ont perdu au change.

Il lui demanderait bien de l'aide pour se relever, vu qu'apparemment cet être empli de bonnes intentions à l'égard de Chaos est un "professeur" chargé de l'aider à devenir un Dieu, mais... La rancœur est peut-être encore un peu trop tenace dans l'instant présent, et les seules paroles qu'il se sent capable de prononcer encore envers Didrik serait ponctué de noms d'oiseaux. Il se sentait quelque part assez fier de ne pas avoir relevé certaines paroles plus que déplaisantes du Chevalier à son égard, mais l'impuissance qui coulait dans ses veines l'humiliait bien trop pour qu'il se permette davantage de bouffonneries. C'était donc cela, que pouvaient ressentir certaines personnes, la faiblesse.

Contenu sponsorisé
Re: Retour à la vie dans les eaux -
Retour à la vie dans les eaux
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Temple de Deus-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page