Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Jeu 26 Juin 2014 - 12:02

Le Tango des Souvenirs


__Quelle bonne journée. Se lever tôt, assister aux cours, dormir pendant les pauses, assister aux cours, sortir en hâte et grimper clandestinement sur le bateau vers le monde des humains alors que personne ne fait attention. Bon, cela a quand même nécessité d'utiliser toute la durée de l'invisibilité pour la journée. Mais ce n'est pas bien grave. Une fois le bateau dans le monde humain, attendre la nuit, ne pas sortir avant, se faufiler comme une ombre hors du port silencieux et descendre dans les entrailles de la terre. Oui, prendre le métro, le métro de Paris.

__Deus seul sait comment il a pu atterrir à Paris, mais il y est et c'était sa destination de toutes manières. À Paris, dans un immeuble, un petit deux pièces mal éclairé, par paresse de changer l'ampoule défectueuse, vivait un homme. Oui, il n'a rien de particulier, cet homme, sinon qu'il fait partie d'une organisation secrète. Cette organisation secrette n'a rien de particulier, non plus. Elle cherche, comme toutes les organisations secrètes, à dominer le monde par ses moyens secrets et détournés, que sont l'information compromettante et la déstabilisation de gouvernementale. Par le passé, elle avait soulevé une vague de terreur chez les gens ordinaires, une vague d'enthousiasme parmi la discidence du monde moderne et une traque sans pitié des milliers de membres qu'elle déclarait compter. Ils n'étaient que cinq, mais ne suffit-il pas d'une centaine de personnes pour organiser une révolution. Ils n'étaient qu'à nonante-cinq membres du succès.

__Edge, 32 ans, chômeur, membre du Réseau, au poste d'éplucheur d'informations en chef.

__C'est chez lui que Lord Vlad se dirige, armé de son ordinateur portable, meilleur des ordinateurs portables, et de son HS 2000, meilleure des armes de poing. Il a besoin de connexion à internet, il a besoin de voir quelqu'un du Réseau pour donner les ordres. Tout devrait être prêt, maintenant, pour l'Ars Magna, le grand œuvre, le grand projet de Vlad au service de Deus, la diffusion de toutes les preuves de l’existence des renégats, le message donné aux humains, pour qu'ils ne se laissent plus abattre comme du bétail, le plan parfait pour finir au plus vite cette guerre insensée d'êtres divins. Pourquoi les humains ne seraient pas inquiétés alors qu'une épée de Damoclès pend au dessus de leur cou fragile ?

__Lord Vlad est dans le métro. Personne ne semble réagir, personne ne réagit, il n'y a personne. Il n'a vu personne dans le wagon en montant. Il n'a pas prit la peine de vérifier, non plus, mais il s'en fiche d'un ivrogne, couché sur les sièges, rentrant trop tard qui affirmerait l'avoir vu dans ce train souterrain. Il n'en avait rien à faire de ces trois personnes qui entrèrent à la station suivante. Qui les croirait ? Vlad avait bien sûr oublié les caméras de surveillances françaises, seule chose efficace dans les transports en commun de ce beau pays.

__Il descend de ce métro, il connaît la capitale, il l'a peut-être visitée. Impossible de tirer des conclusions sur la possibilité d'y avoir vécu en ayant par exemple, dans un tiroir de sa mémoire matérielle, des souvenirs de la ville de Moscou, de Bruxelles, de Namur, de Saint-Pétersbourg, de Lyon et au milieu de tout ça, quelques connaissances sur Paris. Il s'inquiète soudain d'être suivi et s'arrête un instant au milieu du trottoir du quartier résidentiel désert. Il tend l'oreille, attentif au moindre bruit de pas. C'est une méthode moins sûre, mais bien plus prudente de détecter un poursuivant que simplement se retourner. Pas de bruit, il reprend sa marche.

__L'immeuble semble désert, pas la moindre fenêtre allumée. Il n'a pas le choix, il faut sonner, de toutes manières. Pas de réponse, mais il serait imprudent de retenter. Il regarde la porte et découvre quelque chose de singulier : elle est entrouverte, une pierre empêche sa fermeture complète. Il entre. La pleine lune seule, passant à travers les fenêtres, éclaire le hall. Par curiosité, il pousse sur le bouton d'appel de l'ascenseur, même si une petite affichette signale son état de dégradation avancée, rien ne bouge, évidemment. Il se résout à prendre l'escalier. Les marches sont rapidement montées, quatre à quatre, sans trop se fatiguer. Ce n'est que le deuxième étage et il est bien plus sportif qu'à son arrivée à l'académie. Pas le choix, dans le monde des dieux, où la force est la seule alternative à l'impuissance et à la souffrance. Curt Blackbird le lui avait apprit à ses dépends.

__Ce que Vlad découvre au deuxième étage est surprenant, même pour un Dieu qui parle fréquemment avec des gens ayant vécu des siècles avant lui et pouvant faire apparaître de l'énergie pure dans ses mains. Au second, il y a trois appartements. Et la porte de l'un d'eux est au sol, en deux morceaux, sans compter les 783 débris de tailles diverses qui jonchent le sol. Des bandes de plastique jaunes collées des deux côtés de la porte sont supposées en barrer l'accès pour cause d'enquête policière, mais elles sont rapidement franchies, sans avoir à être cassées. L'intérieur est dévasté, la raison saute aux yeux : une arrestation brutale, le genre réservé aux individus extrêmement dangereux. Deux rails de lumière sortent de petits trous dans le mur, menant presque aux impact des balles qui les ont causés. La seconde porte de l'appartement est ouverte, également, un courant d'air y passe. Vlad la passe, sans peur de la tristesse qu'il pourrait ressentir en passant cette porte, car il n'y a plus rien à découvrir, tout est comprit. Tout ce qui s'est passé ici est évident.

__Dans cette pièce, des fenêtres brisées, dont les éclats de verre n'ont pas été nettoyés font pénétrer une lumière singulière sur le lieu de l'exécution. Le grand bureau en fer que l'on aurait cru fait pour résister à un fusillade a d'un côté un tas d'impacts d'assez petit calibre. Tout le matériel informatique a déjà été emporté. Le corps qui gisait derrière ce bureau aussi. Edge avait toujours été trop impulsif.

__Edge, 32 ans, chômeur, membre du Réseau, au poste d'éplucheur d'informations en chef, mort en résistant à son arrestation.

__Il doute que le reste de l'organisation soit saine et sauve, si Edge, un véritable maniaque du traçage avait été repéré, les autres avaient peu de chance de n'avoir pas encore été repérés. Reste à savoir si au moins, ils sont vivants. Il faut partir. Mais avant cela, il fait quelque chose d'un peu fou, mais pour lui, qui peut disparaître de la surface de la terre en montant simplement dans un bateau, de très amusant. Une seule des fenêtres est intacte. Il saisit un marqueur qui traînait sur le bureau presque vide, un gros indélébile noir et il écrit sur le verre.

__°Vous avez démantelé le Réseau, mais qu'allez-vous faire contre les Renégats ?
Lord Vlad°


__Il sort, il quitte la pièce, il s’apprête à quitter l'appartement, mais il s'arrête net devant les banderoles jaunes : il y a quelqu'un de l'autre côté.



[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Jeu 26 Juin 2014 - 20:22



Morphée sortit du bar, ses amis étaient déjà tous partis, pour des raisons plus ou moins douteuses, comme le couple que formait sa meilleur ami et un jeune homme sorti de nul part. Tous savait pourquoi ils étaient parti, et ce n'était pas pour jouer au Monopoly. Mais Morphée ne pensait pas à ça, non, bien au contraire, quand elle les voyait ensemble, elle repensait à Victor et, au fond, cela la blessait. Depuis qu'il était mort, qu'elle savait qu'il était mort, elle enchaînait les aventures sans jamais trouvé un mec qui lui semblait égal ou mieux que celui qu'elle avait aimé. Et si la jeune femme était resté au bar, ce n'était pas pour boire ou pour trouver une aventure sans lendemain, mais pour discuter avec le barman, un autre ami. Cependant, elle commençait à fatiguer et désirait rentrer, voilà pourquoi elle partait seule.

Le BIP de la machine retentit dans le hall vide lorsqu'elle valida sa carte de métro. A cette heure-ci, seuls des ivrognes et des groupes de jeunes prenaient le métro, mais cette nuit, la station lui semblait bien plus vide qu'à son habitude. La jeune femme s'enfonça sous terre jusqu'au quai où elle attendit patiemment les deux minutes qui la séparait de son moyen de transport si commun. La machine s'arrêta devant elle, elle passa les portes, sans prêté attention aux autres voyageurs. Une fois, lors de ses premières sorties où elle rentrait seule, des hommes avaient tentés de l'agresser ou d'abuser d'elle, elle n'avait jamais su. C'est la raison pour laquelle elle portait toujours un vieux gilet gris, ayant appartenu à son cher Victor, et qu'elle rabattait la capuche trop grande sur sa tête, de façon à ce que personne ne puisse voir son visage.

" You better run, better run, better run, Yeah I'm comming after you when you sleep, in the night, yeah there's nothing you can do. There's no place you can hide 'cause I'm comming after you..." chantait le groupe Hollywood Undead dans les oreilles de la jeune fille qui, pensivement, balayait le sol du regard. C'est alors qu'un détail attira son attention : une chaussure de smoking noire, une chaussure de smoking blanche, une jambe noire, une jambe blanche... Morphée remonta son regard et découvrit le "visage" de l'Inconnu bicolore. Un masque cachait se dernier, Le masque, celui que Victor avait dans sa chambre. Serait-ce une hallucination, quelqu'un lui aurait volé son costume, ou revenait-il d'entre les morts ? L'homme - du moins par sa forme - ne lui prêtait pas attention, et la station où Morphée devait descendre se rapprochait. Vite, bien trop vite. Des milliers de questions se bousculaient dans la tête de la jeune femme. Le métro s'arrêta, l'homme sortit, tout comme Morphée. Elle comptait sur la fraîcheur de la nuit pour lui remettre les idées en place, mais une fois dehors, il était toujours là. Elle s'éloigna, prenant son chemin habituel vers sa maison.

10, c'est le nombre de pas qu'elle fit avant de changer d'avis. Et si c'était lui, s'il avait simplement orchestrer sa mort ? Il ne pouvait pas l'avoir reconnue, cachée dans son sweat. Elle fit demi-tour et emprunta la rue qu'il avait prise. Il marchait, il était au bout et tournait. Elle pressa le pas pour s'en rapprocher assez de lui sans pour autant en être trop proche. Il s'arrêta, elle ne bougea plus, elle s'entendait respirer si fort qu'elle pensait qu'il pouvait l'entendre. Mais ce n'était pas le cas. Il entra dans un immeuble, elle y entra aussi, et le suivit dans les escalier, elle le vit passer une porte brisée avec les fameuses bandes jaunes des séries policières. Elle se place en face, et attend, elle devait vérifier. Était-ce vraiment lui ? Elle repartit dans ses pensées et ne fit pas attention au bruit de pas qui se faisait de plus en plus fort. Elle releva les yeux, il était là, de l'autre côté des bandes, il la "regardait" à travers son masque, elle sentait le regard pesant sur elle.

Morphée leva sa main timidement vers lui, sans vouloir l'effrayé, elle avait vu son mouvement de recule, trahissant la surprise de voir quelqu'un en face de lui. Elle avait peur qu'il fuit, qu'il la laisse seule. Elle retira sa capuche, dévoila son visage sous les spots mal éclairé. La reconnaîtrait-il ?

- V... commença-t-elle a murmurer doucement.
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Lun 30 Juin 2014 - 16:45

Flagrant délit


__La personne l'a repéré, évidemment, il est juste en face d'elle. Oui, elle, c'est sûrement une femme, elle est frêle et elle a des seins, ce que les hommes ont assez rarement. Il ne la distingue pas bien, tout est sombre, il n'y a que la lune, la pleine lune, dont la forte lumière réussit à faire apparaître des reliefs sur sa poitrine. Elle baisse sa capuche, ce qui est étrange, pour, par exemple, un assassin. Qui est cette fille ?

__Elle ne semble pas dangereuse, elle a des cheveux roses, ce qui convient assez mal pour se donner l'ai dangereux. Il faut réagir vite, déjà, un son hésite à sortir de sa bouche. Si elle crie, la situation risque de se compliquer. Il faut improviser quelque chose.

__La menacer ? Non, risque peut-être important qu'elle riposte, risque encore plus important qu'elle appelle à l'aide. La rassurer ? Logiquement impossible avec le masque, la distance et l'étrangeté de la situation. La tuer ? Ça rendrait les choses bien plus compliquées encore. Mais quoi alors ? Plus le temps d'y penser... Faire comme si de rien n'était ! Il prit la parole, peut-être un peu trop fort et d'un ton faussement étonné.

- Vous avez vu l'état de cette porte ? Détruite, brisée, en morceau. Je suis allé voir dans l'autre pièce et j'ai trouvé des morceaux. Vous imaginez ce qu'ils ont fait à cette pauvre porte ? Comment on peut physiquement faire ça ?

*T'aurais dû la menacer, comment veux-tu qu'elle réagisse face à ça... enfin, il n'est pas trop tard, avec un peu de chance, l'effet de surprise te permettra de la faire taire.*

__Pour une fois, Black semblait avoir raison, d'où d'ailleurs, le fait que vous ayez pu le lire, sinon, comme 99% de ce que disent les deux voix dans la tête de Vlad, moi, narrateur, je l'aurais ignoré pour que les posts aient une longueur raisonnable (un jour je ferai un post avec absolument tout ce qu'ils disent pour vous montrer ce que ce serait).

__Cela dit, la proposition de Black semblait raisonnable jusqu'à un certain point. La faire taire, oui, peut-être, mais pas besoin de lui faire du mal pour ça, comme il le sous-entendait. Black n'est jamais content s'il n'y a pas de la violence ou un viol. Black n'est jamais content. Lord Vlad passa rapidement en dessous des bandes installées par les forces de l'ordre. Et se rapprocha d'elle, prêt à lui fermer la bouche de force, mais il s'arrêta net devant elle.

- Nous sommes-nous déjà croisés quelque part ? J'ai l'impression de vous avoir déjà vue.

*Je dirais même plus. Nous avons l'impression de l'avoir déjà vue.*



[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Mar 1 Juil 2014 - 16:47



Morphée était gênée, qu'allait-il dire ? faire ? Elle le fixa. C'est alors qu'il commença à lui parler de la pauvre porte brisée. Mais cela n’intéressait pas Morphée, son cœur venait de rater un battement : l'homme avait la même voix que Victor, étouffée par le masque avec une intonation différente qu’au part avant, mais elle en était sûre, c'était lui. Ou une hallucination due à l'alcool. Son 'visage' ne bougeait pas, le masque ne laissait voir aucune émotion, rien. Morphée voulait partir, elle ne comprenait pas, comment pouvait-elle comprendre ? Elle restait là pourtant, divisée entre la peur et la curiosité, tétanisée par ses questions. Que pouvait-elle faire alors qu'il portait son masque, qu'il avait sa voix. Il ne semblait pas la reconnaitre, il ne semblait plus être le même.

Ce qui la sortit de sa torpeur, c'est le fait qu'il passa rapidement les bandes pour s'approcher rapidement d'elle, mais qu'il se stoppa net. Il avait l'air déterminé et d'un coup, quelque chose l'avait gêné. L'avait-il enfin reconnue ? Une lueur d'espoir fit briller les yeux de Morphée. Elle le retrouvait enfin. Ou pas. Le silence régnait en maître. Elle l'entendit prendre sa respiration pour parler, elle appréhendait. C'est alors que les mots résonnèrent dans sa tête. Il avait surement du perdre la mémoire après avoir fait croire à son meurtre et la voir lui disait quelques chose. Il fallait qu'elle lui prouve qui elle était, qu'ils se connaissaient intimement, qu'il la connaissait par cœur, corps & âme, même si la jeune fille avait eu le temps d'évoluer en deux ans.

- Tu... Victor ? demanda-t-elle timidement. Tu te souviens de moi ?

Mais s'il avait perdu la mémoire, peu importe la façon, savait-il encore qu'il s'appelait Victor. Avait-il refait sa vie ? Avait-il une nouvelle identité ? Et pourquoi gardait-il ce masque sur le visage ? Morphée le fixait, mais ses yeux voulaient fuir. Sa vie avait pris un tournant si étrange ces derniers temps : la lettre de sa mère, la découverte de l’existence de Mégara, la mort de cette dernière, et maintenant l'apparition de cet homme. Était-ce un rêve ? Une coïncidence ? Avait-elle plongé dans la folie ? Ou était-ce la réalité ? Morphée commençait à paniquer intérieurement. Qu'allait-il se passer ensuite ?
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Mar 1 Juil 2014 - 21:35

Indice d'un autre temps


__Une lueur dans les yeux de la jeune fille. C'est ce que son bracelet lui explique, elle espère quelque chose, mais elle à tort. Il ne faut pas espérer, surtout pas de sa part. Décevoir est sa spécialité. Encore maintenant, tous les membres du réseaux ont vu leurs espoirs réduits à néant. Ils voulaient juste un monde meilleur, vivre dans un monde où la vérité ne tue plus.

- Tu... Victor ? Tu te souviens de moi ? demanda sa petite voix hésitante.

__Sans réfléchir, étonné, il répond au tac au tac :

- Victor ? Moi ? Je... Je suis Lord Vlad, il y a erreur sur la personne. Si je savais qui vous êtes, je ne vous aurais pas demandé si l'on s'est déjà vus, jeune fille.

*Réfléchis crétin ! Pourquoi elle t'appellerait par un autre nom si elle t'as bien vu ? Elle t'a connu avant. Ou alors un connard s'habille comme toi et elle confond.*

__Il contourne la fille, il a peur, maintenant, de ce passé. Veut-il vraiment savoir ? Si il était changé, si il était devenu méconnaissable, alors ce passé n'était pas le sien, il n'avait pas à s'en encombrer. Il s'arrête soudain. Il cède à la curiosité. Ce passé, qui par quelques lien le concernait, il l'avait tant imaginé, il en avait tant rêvé, il avait pensé à tout, même à la couleur de sa brosse à dents.

__Des milliers d'illusions se croisant en une même histoire, répétée, modifiée, retournée en tous sens, prête à être démolie par la vérité. En un sens, sa peur était celle qui l'a rendu si redoutable : les pauvres manants, peureux de ce changement, qui craignent de voir leur doux coussin de mensonge s'évanouir. Hélas les rêves sont aimables, plus tristes les réalités.

__Il lance, à la jeune femme, d'un air un peu provocateur :

- J'ignore qui est ce Victor et si vous n'avez rien à dire à Lord Vlad, alors j'ai mieux à faire que de m'occuper de vous.

__Il n'attend qu'une chose, qu'elle lui révèle tout. Il veut qu'elle lui dise qui est ce Victor, qu'elle l'aide à se rappeler. Il y a tant à se rappeler.



[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Mar 1 Juil 2014 - 22:51



La vitesse de réponse de l'homme fit comprendre à Morphée qu'il était sincère, qu'il ne savait pas qui était Victor. La jeune fille se décomposa. Il ne se souvenait pas. Ou alors ce n'était pas lui. Si, c'était lui. Le doute reprenait à nouveau l'humaine. Mais il avait la même voix, la même carrure, et ce masque... Peut-être qu'en le faisait retourner chez lui, il se souviendrait, mais de toute façon, c'était trop loin. Il fallait trouver autre chose de tout aussi efficace. Elle le vit la contourner. Où allait-il ? Son premier objectif était d'abord de le retenir et de le convaincre de rester avec elle, car oui, vu sa dernière phrase, il allait partir.

Cependant, Morphée hésitait entre abandonner et repartir pour chez elle, ou bien essayer de le convaincre. Si elle n'arrivait pas à lui redonner la mémoire rapidement, il ne ferait que la gêner dans sa quête de vérité. Ce qui la fit choisir, ce sont les mots choisi par le-dit "Lord Vlad", il était soit très imbu de lui-même, ce qui n'avait pas l'air d'être le cas, soit de la provoquer. Et s'il la provoquait, il voulait qu'elle le retienne. Morphée ce décida, elle se retourna et attrapa son poignet gauche, sentant alors une montre. Serait-ce son cadeau ?

- Je sais que Lord Vlad a perdu la mémoire, puisque je n'ai aucun doute sur ta précédente identité. Et je sais que tu t'appelais Victor, d'où vient ta montre ?

Si c'était la montre, elle comptait la-dessus, il retrouverait peut-être la mémoire et elle n'aurait pas besoin de trouver autre chose.Mais elle doutait que ce soit suffisant. Il fallait quelques chose qui les avait rapprocher, à travers laquelle ils s'étaient connus. Morphée eut un léger sourire. La danse, le
Tango. Ils avaient toujours danser ensemble, du moins pour elle, elle n'avait jamais danser avec un autre, pas le tango. Elle se souvint aussi de cette danse tant préparée pour le concours qu'ils avaient gagné avec brio. Morphée lâcha son poignet.

- J'ai peut-être une idée pour que tu recouvres ta mémoire, peut-être pas tout, mais du moins la partie de ta vie qui me, enfin nous, concerne... Mais tu vas devoir me faire confiance, et me suivre... murmura-t-elle doucement...
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Mar 15 Juil 2014 - 7:57

Quand le narrateur ne censure rien

__J'avais promis qu'un jour, je ne filtrerai pas ce qui passe par la tête de Lord Vlad, accrochez-vous.

__Difficile pour la jeune fille de ne pas mordre à l'hameçon, difficile de ne pas réagir à une provocation si évidente. Il ne sait d'ailleurs même pas ce qui a pu lui faire trouver les mots justes pour la faire réagir, peut-être simplement que les humains, semblent de plus en plus prévisibles à ceux qui les côtoient assez. Sa main fine attrapa le poignet gauche de Vlad, bien que ce soit le plus distant d'elle à ce moment précis.

*Ah, elle va nous violer !*

*C'est dommage, mais je ne pense pas. Garde tes réactions de nonne pour une autre fois. Crétin. Elle cherche à convaincre Vlad qu'il s'appelait Victor, après peut-être elle va le violer pour fêter ces retrouvailles.*

*Vous allez arrêter de planifier les abus sexuels sur moi ?*

*J'y peux rien si jusqu'à maintenant toutes les filles qui t'ont approchées sont des tarées.*

__Après cette pensée vexante de White, la demoiselle posa la question qu'elle préparait, celle pour laquelle elle avait attrapé ce poignet innocent.

- Je sais que Lord Vlad a perdu la mémoire, puisque je n'ai aucun doute sur ta précédente identité. Et je sais que tu t'appelais Victor, d'où vient ta montre ?

*Faut admettre qu'elle a raison pour ta perte de mémoire. Pour la montre, je sais que tu ne l'avais pas quand tu avais 15 ans, c'est tout.*

*Si tu doutes de sa parole, je la confirme, il n'a pas menti cette fois.*

__Prenant toutes ces informations en compte, Vlad fut rapide à revoir sa théorie pour répondre plus au moins au tac au tac. Cela ne pouvait pas être un héritage, elle était d'ailleurs trop récente. Si c'était un cadeau, cela devait être de quelqu'un qui le connaissait bien, assez pour savoir qu'il préférait l'argent à l'or. Et c'était une personne qui devait le voir assez souvent pour avoir le tour de son poignet, le bracelet n'étant pas adaptable, mais exactement à la bonne taille. Mais si elle le demandait c'était probablement qu'elle-même l'avait offerte. Il répondit exprès à côté de la plaque :

- Je me la suis probablement achetée, il y a trois ou quatre ans.

*Pourquoi tu mens ? C'est mal de mentir.*

*Et si je lui dis que c'est son cadeau, pour mon dix-septième ou dix-huitième anniversaire, comment crois-tu qu'elle va réagir ? Je ne veux pas lui donner de faux espoirs. Il se peut que je ne me rappelle jamais, ou que je ne sois même pas Victor.*

*Pan ! Dans ton masque, White ! Le mensonge peut servir en bien, mais tu es trop bête pour voir plus loin que tes dogmes.*

*Mais si ce mensonge est un bien, Lord Vlad est bien de mon côté et tu viens d'admettre ta défaite. Tel est prit qui croyait prendre.*

__La jeune fille lui lâcha le poignet, elle avait la tête de quelqu'un qui a une idée en tête. Avant qu'elle parle, d'un murmure, doux et tendre, Black s'exclama :

*Là elle a l'air de planifier ton viol !*

*Je t'ai dis d'arrêter avec ça !*

- J'ai peut-être une idée pour que tu recouvres ta mémoire, peut-être pas tout, mais du moins la partie de ta vie qui me, enfin nous, concerne...

*Euh, elle a l'air de l'avoir bien connu ce Victor, c'était peut-être sa meilleure amie.*

Mais tu vas devoir me faire confiance, et me suivre...


*Lui faire confiance ? Comme si on pouvait. Elle est encore plus louche que toi. Elle t'a suivi, depuis un moment peut-être. Et vu les précautions que tu as pris, elle est probablement plutôt discrète. Elle aurait pu inventer cette histoire, elle pourrait être une renégate !*

*Une renégate avec les cheveux roses ?*

__Cette question coupa court à toute discussion entre eux. Implicitement, il accepta de lui faire confiance et la question qu'il posa n'avait aucun rapport avec le fait de la suivre en lui-même :

- Il y a un accès à internet, là où vous voulez m'emmener ?

__Black et White s'abstinrent de réagir, ils savaient très bien ce qu'il voulait : un accès aux médias, tout ce qui a été publié sur le Réseau récemment, pour décoder dans les mensonges des médias ce qui s'était vraiment passé. Il devait savoir au plus vite. Son passé passait après. Le Réseau, c'était le présent, c'étaient des pauvres bougres qui avaient décidés de le suivre et qui étaient peut-être en danger de mort. Son passé n'était que l'histoire de quelqu'un mort dont il était moins que l'ombre.

*Je suis sûr qu'avec le payement approprié, elle fera tout ce que tu voudras, même sauver Luisiane.*

*Quel payement ?*

*Tu es trop jeune pour savoir ce genre de choses.*




[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Mar 15 Juil 2014 - 18:23





La réponse à sa question pour la montre n'était pas celle désirée, mais c'était tout de même prévisible. Malheureusement pour elle, Morphée se croyait tant dans un conte de fée retrouvé, qu'elle fut désenchantée de la réponse donnée. C'était donc avec regret qu'elle avait lâché son poignet. Mais elle avait encore un trillion d'idées en tête comme par exemple, utiliser la drogue à laquelle Victor était accro avant qu'ils se rencontrent. Mais cette idée restait risquée à cause de la randomisation des effets indésirables, et il risquait peut-être de retrouver des souvenirs mais aussi de les mélanger avec sa vie actuelle et ça serait trop dangereux, elle risquerait de le perdre. Elle avait déjà mélanger beaucoup de chose une fois, en 5ème même, lors de son exposé d'histoire sur César. Mais Jules César n'était pas le problème actuel de Morphée. Son problème était la mémoire de Victor, et ce dernier était encore bien vivant.

La réponse qu'il lui donna pour accepter de venir était plutôt une question, il voulait un accès à internet. Elle soupira, était-il encore obnubilé par ses vieilles idées d'avant sa mort ? Peut-être, mais s'il voulait internet, elle aurait sa danse, et elle le ferait chanter s'il le faut. Elle avait cette chose génial appelée "Argent" qui lui permettrait de le retenir chez elle aussi longtemps que cela lui plaira. Mais elle ne voulait pas le forcer à rester avec elle, elle savait qu'elle n'avait pas le droit.  Morphée lui fit un petit sourire.

- Oui, il y a internet là où l'on va, tu pourras y avoir accès, aussi longtemps que tu voudras, si tu acceptes que je tentes de te faire recouvrir ta mémoire d’antan. Ce n'était pas dis comme du chantage ou une menace mais comme un arrangement commun entre eux, cependant sans l'avis de Vlad.

Morphée avait son accord, elle gardait son sourire. Elle passa près de lui et lui attrapa le poignet rapidement et le traîna dans les escaliers sans qu'il eut réellement le temps de réagir. Elle avait tellement hâte... Le tango, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas. Il ne pouvait que se souvenir de leur danse qui les avait fait gagner ses galas, qui avait permis à Morphée d'avoir une foule d'admirateur et à Victor une tonne de menace de mort, et inversement. Elle marchait machinalement vers chez elle, perdue dans ses pensées, le tenant toujours.

Morphée passe un grand portail automatique qui se referme derrière elle. Ils arrivent chez elle, dans la villa de ses parents, qui sont absents, en vacances dans les Caraïbes. Elle entre dans la maison par la porte de derrière et l'emmène directement à l'étage dont la moitié lui est entièrement réservée : chambre, salle de bain avec jacuzzi, dressing, salle de jeux (consoles, télé, ordinateur, baby-foot, billard), salle de danse (petite tout de même, mais suffisamment grande pour le tango, c'est d'ailleurs ici qu'ils s'entraînaient en dehors du club). Elle lui sourit en le faisant entrer dans la salle de jeux. Elle l'abandonna là où un ordinateur en veille attendait au fond de la pièce. A vrai dire, elle le testait, l'ordi était sécurisé, très sécurisé, et c'était Victor qui l'avait fait, elle voulait voir s'il saurait le débloquer. Elle se doutait qu'il essayerait durant son absence. Quand à elle, elle alla dans son dressing et rangea ses chaussures, son manteau et tout ce qui traînait. Elle souri doucement en caressant une étoffe. Il fallait jouer le jeu à fond, elle devrait remettre sa robe de gala. Elle se changea rapidement, enfila une veste dessus car il faisait tout de même assez frais et le rejoignit dans la salle de jeux.
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Jeu 17 Juil 2014 - 14:18

Fin d'un rêve


- Oui, il y a internet là où l'on va, tu pourras y avoir accès, aussi longtemps que tu voudras, si tu acceptes que je tentes de te faire recouvrir ta mémoire d’antan.

__La jeune fille au moins, savait négocier. Mais dans un sens, quoi qu'elle tente de faire, cela ne pouvait pas faire de mal... à moins que ce soit une cure par drogue ou électrochocs, ça fait mal les électrochocs. Elle prit son poignet, encore et l'emmena rapidement ailleurs, descendant les escaliers rapidement, manquant de le faire tomber car il avait raté une marche, et n'y faisant pas vraiment attention, manifestement. Cela lui rappelait sa mission avec Ealia, elle l'avait entraîné avec elle, sans le forcer, mais sans vraiment lui demander son avis non-plus. Il n'avait pas besoin qu'on le prenne par la main, ni l'envie, mais pas non plus le courage de protester.

__Ils passèrent dans une autre partie du quartier, où étaient isolées quelques villas qui mettaient bien en exergue la différence entre la richesse et le reste. Mais à sa grande surprise, ils ne firent pas que passer, ils entrèrent dans une grande propriété, dont la grille s'ouvra toute seule. Elle était aisée pour une fille qui se balade en pull à capuche au milieu de la nuit et qui suit des inconnus masqués. Ils rentrent par la petite porte et soudain il envisage d'autres possibilités : certains domestiques vivent chez leurs employeurs, alors peut-être n'est-elle pas si aisée. Ne pas tirer de conclusions hâtive.

__Vlad avait lui, la certitude d'être d'un milieu aisé : ses connaissances gardées à sa mort contenaient bien des choses que l'on apprends pas en étant dans le besoin. Comment nettoyer un meuble ancien, ou des couverts en métaux précieux, par exemple. Et au final peut-être étaient-ils du même sang. Soit les enfants de la bonne, soit les enfants des propriétaires. Ou simplement amis d'enfances, ou plus. Assez proches pour qu'elle apprenne l'existence de ses plans secrets, sans peut-être même que lui le sache.

__À propos de ses plans, il allait pouvoir en vérifier l'état : la salle dans laquelle ils entrèrent contenait un ordinateur, Elle l'y laissa seul, fermant la porte derrière elle avant qu'il puisse lui adresser un regard. Tant pis, il vaut mieux s'occuper de ses affaires. Il s'assied dans la confortable chaise de bureau et appuie sur une touche pour sortir l'ordinateur de sa léthargie. Surprise ! C'est son système d'exploitation et il a l'air d'être configuré à sa manière. C'est un ordinateur qu'il a lui-même installé, c'est impossible autrement. Mais il est sur le compte de la jeune fille et n'a pas envie de chercher le mot de passe, trop long, il ne sait pas quand elle va revenir. Il passe à un autre tty et prie pour que le mot de passe du compte root soit le même que sur un de ses propres ordinateurs. Après avoir essayé trois de ses dix mots de passes hyper sécurisés, il trouva le bon. Sans perdre de temps, il lança une session graphique et les images remplacèrent la ligne de commande. Trente secondes après, il avait une liste d'articles parlant du Réseau, par un lecteur de flux RSS et une simple recherche. Il jeta son dévolu sur "Le dossier complet : Toute la vérité sur le Réseau". Il avait besoin de toutes les informations disponibles quitte à passer une page ou l'autre.

°La menace du Réseau, déjà bien amoindrie depuis la disparition de son leader, Lord Vlad, n'est désormais plus. Il ne reste plus un seul membre de cette organisation en liberté. Incroyable, quand on sait qu'ils clamaient être des milliers, dès le départ. Tous ces gens mis hors d'état de nuire en une seule fois ? Mais de quelle puissance est la police dans le monde ? Pas besoin de répondre à ces questions, tout simplement car il n'y a eu en tout et pour tout, que 5 opérations de police pour arrêter les membres restant. C'est en faisant le compte rendu que cet article vous apprendra tout.

La première opération de police, nous n'en parlons qu'en rappel d'un de nos précédents articles. C'est celle qui a révélé au monde la fin tragique du chef du Réseau. Même s'il était sûrement un dangereux individu, l'on ne peut que penser à sa famille qui a énormément souffert de sa perte. Vous le savez également, nous n'avons pas le droit de révéler la véritable identité de ce mystérieux personnage, sa famille ayant fait tout son possible pour conserver son anonymat. Un tribunal a même jugé que "cet élément ne révèle rien d'important sur l'affaire et mérite d'être tu".

[...]
(Lord Vlad passa ce passage, car les circonstances de sa propre mort ne l'intéressaient pas à ce moment)

La seconde opération a été la plus dure pour les forces de l'ordre. Après avoir reçu d'un anonyme, rien n'est mieux pour dénoncer un réseau lui-même anonyme, les informations qui permirent les quatre opérations récentes, la police parisienne fut la première à agir. Ils se rendirent avec un mandat d'arrêt chez le membre que ses comparses appelaient Edge. La police a frappé chez lui en s'annonçant et ce fut leur première erreur. Quelques secondes plus tard, une balle perça la porte et toucha gravement un des agents, ne vous en faites pas, il s'en est remit. Un de ses collègues, fou de rage se servit d'un extincteur proche pour défoncer la porte en quelques coups étonnamment vigoureux. Il a plus tard reconnu que c'était la seconde erreur dans l'opération de n'avoir pas gardé son sang-froid. Une fusillade a débuté entre la police et l'individu, caché derrière un bureau imperméable aux balles. Il a été touché à la tête par l'un des policiers qu'il visait et est mort sur place.

[...]
(La suite faisait la biographie de Edge et racontait la suite de tout ça, mais Vlad savait tout ça aussi. Edge était un homme de la trentaine, sans le sou et paranoïaque au dernier degré, qui n'avait d'ailleurs plus vu de psychologue depuis longtemps. Sa vie était un désastre et il avait décidé que le Réseau serait son échappatoire, sa façon de se défendre du monde qu'il pensait agressif envers lui et de se sortir de sa misère.)

La troisième et la quatrième opération ont mené à la capture de Funembull, un autre membre du réseau, vivant cette fois. La première est simple a résumer : la police belge est allée perquisitionner sa maison, mais elle était vide, il avait fait disparaître tout ce qu'il avait pu emporter en s'enfuyant. Membre d'un Réseau qui a su rester secret pendant près de 3 ans, en se faisant pourtant connaître du grand public, il avait assez de connaissances sans doute, pour faire disparaître tout moyen de le retrouver pendant un temps. Il a finalement été remarqué pour deux habitants d'une petite bourgade qui trouvaient étrange sa voiture qui faisait se garait des jours prêt de chez eux et ont appelé la police. La plaque d'immatriculation a été reconnue et les policiers ont été l'interpeller en grand nombre. Il n'était pas armé et s'est rendu sans résistance.

[...]
(Idem, la suite parlait de son procès et de sa vie, Vlad en savait plus qu'eux. Il avait été le dernier à les rejoindre, un des premiers qu'ils ont aidé en révélant des informations. Depuis des années, cet homme se battait pour faire reconnaître que sa fille avait été victime d'un dangereux réseau pédophile belge et Vlad avait réussi à en faire condamner certains et particulièrement celui qui avait de ses mains tué sa fille unique. Sa femme était morte dans un accident qu'il croyait aussi causé par ce réseau, mais Vlad n'avait pas pu le prouver.)

La dernière opération visait à capturer Luisiane, dernière membre du Réseau en liberté et aussi étonnant que cela puisse paraître, son pseudonyme n'est pas mensonger, c'est vraiment une femme. Elle a été interpellée parce qu'elle tentait de fuir la France avec un faux passeport, fort bien fait et adapté au déguisement qu'elle portait, mais sa perruque n'étant pas de la même couleur que ses sourcils, la sécurité de l'aéroport a décidé, excellente idée, de faire une vérification complète. Elle est encore en attente de son procès.

[...]
(On parlait là des charges contre elle et le fait qu'elle n'ait pas d'avocat, donc aucune chance d'éviter la justice, ceux assignés d'office étant sans doute tous vus comme des minables. Louisiane était une femme seule qui s'ennuyait à mourir, Vlad la connaissait d'avant et il l'avait repérée car elle avait à l'époque, en travaillant chez un fournisseur d'accès à internet, le moyen de trouver les IP de beaucoup de gens.)

Et n'oublions pas Distorpor, un autre membre du réseau, celui dont nous savons le moins, car il a été tué dans une explosion de gaz qui a rasé tout un village en Russie. (voir article suivant)

Ce qui motivait ces gens à continuer leurs méfaits, c'était la croyance étrange que leur chef était en vie. Pour eux, leur chef était une sorte de dieu, ou de super héros et il n'était jamais mort, il avait seulement fait croire à sa mort. Ils affirment que le monde est menacé et qu'il est revenu les avertir... ça ne vous rappelle rien ? Il y a des soit-disant preuves qu'ils avancent comme des vérités indémontables. Dans les archives sauvegardées par Luisiane de leurs discussions, il réapparaît comme par miracle l'été de l'année suivant sa mort. Elle affirmait aussi l'avoir vu quelques mois plus tôt, il aurait subitement débarqué chez elle. Une photo prise lors d'un carnaval dans les quartiers métissés le montrerais aussi courant au milieu de la route, selon le journal Le Monde. Tout cela est évidemment l’œuvre d'un ou de plusieurs copieurs, ont conclu les experts tout domaines confondu interrogés sur la question.

[...]°


*On peut aller les libérer !*

*Non, on ne peut pas, on devrait passer les sécurités des prisons dans les deux sens, et pas tout seul, c'est bien plus que ce qu'on sait faire. Même en étant invisible trois heures, on aurait des ennuis.*

*Et Louisiane, au procès ?*

*Plus de chances, mais pour aller où ? On peut se cacher dans le monde des dieux, mais pas elle*

__Les journalistes adorent faire tout un plat pour le peu d'informations qu'ils possèdent, cet article ne contenait sûrement rien, ou très peu, de plus. Pour lui qui en savait déjà tant, il n'y eu qu'à lire en diagonale pour retracer tout l'historique de son organisation. Jack, la tueuse à gage qu'il avait engagé n'était jamais mentionné. Il était évident qu'elle avait tout dénoncé contre son innocence dans cette affaire. Et il était plus abattu qu'en colère contre cette perte. Sa colère il l'avait déjà libérée dans son petit mot à la police, qui serait aussi montrée comme étant l’œuvre d'un copieur. Il allait tuer cette femme, il la trouverait et il la tuerai, car en dénonçant tout, elle avait fait mourir Edge. Mais rien ne pressait. Et se faire l'avocat de Louissiane lui semblait une séduisante idée.

__La jeune fille, sans qu'il l'aie entendue, sans doute à cause d'un tapis, ouvrit la porte derrière lui et il se retourna d'un petit coup sur le sol lui faisant faire doucement un demi-tour exactement :

- Je vous attendais, Miss Bond.




[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Lun 21 Juil 2014 - 22:10



Morphée le regardait, de dos, par l'ouverture de la porte, n'osant pas la pousser pour entrer dans la pièce. Elle le voyait, il lisait un article ou quelques chose du genre. Elle poussa doucement la porte qui ne fit aucun bruit et entra silencieusement dans la pièce. Elle ne put s'empêcher de sourire quand elle entendit ce qu'il lui avait dit. Mais ce n'était pas un jeu ici, et elle ne devait pas perdre de vue ses objectifs sous prétexte qu'il la distrayait. Elle se mordit la lèvre inférieure, timidement, puis s'avança et lui attrapa le poignet et l'entraîna dans la salle de danse. Elle n'avait pas le temps d'attendre qu'il lui prenne lui-même la main, il fallait qu'ils s'échauffent et ça prenait du temps.

- J'espère que tu sais toujours danser, je pense que oui, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas, surtout avec le niveau que tu avais... Enfin, passons, échauffe-toi.

Elle avait toujours vu Victor comme meilleur danseur qu'elle, mais elle ne le lui avait jamais dit, de peur qu'il se dénigre ou qu'il le confirme. Elle commença à s'étirer, elle n'avait rien perdu de sa souplesse, puisqu'elle continuait le sport, mais seulement ceux où il n'y a besoin de personne, ceux où l'on est seul comme la boxe ou la gym. Elle lui jeta un regard, voir s'il s'échauffait, et tant pis pour lui s'il ne le faisait pas. Elle sourit doucement tout en continuant d'échauffer chacun de ses muscles même si d'habitude, elle ne faisait pas ça directement en tenue et en talons. Cependant, si elle avait du partir se changer, peut-être en aurait-il profiter pour s'enfuir, puisqu'il avait l'air d'avoir vu ce qu'il souhaitait grâce à internet. Elle l'entraîna au milieu de la pièce, appuya sur la télécommande de la chaîne hi-fi et lança la musique.


Collée à Vlad, ou à Victor, elle commença à enchaîner les pas, yeux clos, intuitivement. Elle sentait qu'il la suivait pour le moment mais il devait se souvenir de cette chorégraphie, même sans se souvenir d'elle, il fallait qu'il recouvre la mémoire, il le fallait. Elle lui sourit, doucement, tendrement. Il lui manquait tant. La musique avançait, eux aussi, ses talons claquaient sur le parquet ciré, c'est le seul son que l'on pouvait entendre dans la maison d'ailleurs, mis à part la musique. Elle l'avait tellement entendue qu'elle ne la supportait presque plus d'ailleurs, mais elle la réécoutait des fois par nostalgie, en fermant les yeux et en s'imaginant en train de danser contre lui.


Dernière édition par Morphée Himo le Mer 23 Juil 2014 - 23:28, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Mar 22 Juil 2014 - 9:31

Le tango des souvenirs


__Il était content de sa petite plaisanterie et il réussit à arracher un sourire à la jeune fille. Son absence s'expliquait en la voyant, elle s'était changée. La jeune inconnue au pull à capuche s'était transformée en une fille très jolie et rafinée en robe de soirée plutôt large au niveau des jambes et tout aussi moulante sur le haut pour mettre en évidence sa poitrine, mais avec une petite veste dessus pour ne pas avoir froid. Elle avait l'air stressée, se mordant la lèvre inférieure, sans s'expliquer et l'emmenant dans une autre pièce.

*Faudrait pas que ça devienne une habitude de te prendre par le poignet, non plus.*

__La pièce était plus vaste que la précédente, le paquet était impeccablement ciré et l'installation musicale trahissait une salle de danse. Rien d'étonnant dans une maison bourgeoise. Le sol avait une résonance parfaite, quand la salle était vide, pour faire, par exemple, des claquettes, même avec des chaussures de soirée ordinaires. Le maigre ameublement laissait un large espace au centre de la pièce, que l'on pourrait appeler assez aisément la piste de danse, où pouvaient librement circuler quelques couples de danseurs tout au plus, sous le feu des lampes LED d'une blancheur éclatante. On pouvait organiser une petite soirée dansante dans cette salle, mais il falait se limiter dans les invités.

- J'espère que tu sais toujours danser, je pense que oui, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas, surtout avec le niveau que tu avais... Enfin, passons, échauffe-toi.

__C'était donc bien, indubitablement une salle de danse. Pas qu'il n'aime pas ça, mais il n'avait pas dansé depuis plus de deux ans, ça lui semblait plutôt loin. Sa dernière partenaire avait été Mégara, mais elle débutait et son expérience n'avait pas été des plus enrichissante. Il s'amusa à se dire que de son vivant, il se souvenait probablement mieux de sa dernière soirée dansante que de sa dernière bagarre et que c'était devenu l'inverse.

- Je ne sais toujours rien de vous et je devrais danser sur je ne sais quoi avec vous... ? Enfin, je n'ai qu'une parole et il me semble avoir accepté de vous laisser tenter ce qui vous plaît pour me défaire de mon amnésie...

__Le faux noble s'échauffa à sa manière. Il avait, en expérimentant un peu, découvert que l'énergie des arcanes, en passant par les muscles, les stimulait un peu, comme le ferait par exemple, un étirement. Ça n'augmentait aucune capacité, mais ça permettait un échauffement plus simple que de se tordre dans tous les sens, sans rien coûter en énergie, puisque les arcanes restaient bien à l'intérieur du corps. Il n'avait pas du tout l'air de s'échauffer et pourtant chaque muscle de son corps s’apprêtait à l'effort et chaque tendon se préparait aux plus folles figures. Ce genre de manœuvre allait très vite, il eut fini l'échauffement, qui consista pour lui à rester statique et à se concentrer sur les flux d'énergies, bien avant la jeune fille qui elle, le faisait à la manière des humains.

*Regarde-moi cette paire de...*

*PIEDS ! Elle a de très beaux pieds ! On a pas besoin de tes commentaires, Black. Elle est très jolie, mais je pense que Vlad préfère Ealia.*

*Cette espèce de planche à pain fantomatique ? Allons, Vlad, tu serais bien mieux avec celle-là, fais-toi passer pour Victor et elle est à toi. Tu as du talent comme acteur, je suis sûr que tu saurais tenir le rôle assez longtemps pour conclure. En même temps, c'est plus facile de jouer la comédie si le visage ne trahis jamais rien.*

__Le saisissant encore avec elle sans un mot, la jeune inconnue le tira sur la piste de danse. Puis la musique s'alluma. Un tango, plutôt rapide dès le début, une musique ne prenant pas son temps, pour permettre aux jurés d'un concours de voir rapidement la prestation de chaque couple. Une tango de compétition, que l'on répète encore et encore, une musique qui reste alors à jamais dans la tête, aussi bien ancrée que les premiers pas de la danse qui l'accompagne. Et pourtant lui avait oublié.


__Mais cela se déduisait presque, la chorégraphie que la jeune fille commençait en l'entraînant un peu par surprise ne le surprenait pas. S'il ne l'avait pas lui-même composée, c'était en tout cas bien son style de danse. Tout dans l'arrogance, tout dans le grandiose, pour montrer au juré que l'on maîtrise chaque atome de son corps et tous les mouvements imaginables. Le garçon qui mène, le plus souvent d'un demi-pas, mais la partenaire pouvant toujours le corriger, une assurance sur laquelle il n'aurait sûrement pas craché. Les pas cadencés et le style très vieux, tout cela convenait très bien à ce qu'il avait retenu de la danse. Que de souvenirs théoriques.

__Il se rendit compte en pensant qu'il dansait encore, sans penser à la musique et que c'était lui qui menait sa cavalière où il fallait qu'elle soit. Comme envoûté par le tango, il dansait tout seul, comme une poupée de vieille boite à musique accroché à un axe, tournant et virevoltant selon une mécanique hyper précise. Il dut d'ailleurs faire très attention à se retenir de la suivre, faire un faux pas volontaire, pour ne pas assommer sa partenaire d'un coup de masque alors qu'il la ramenait normalement bien plus près de lui. Et pourtant, à chaque pas, il n'avait en tête que le mouvement suivant, un compte-goutte lui sifflait ce tango du fond de sa mémoire, pas à pas, assez vite pour qu'il ne fasse pas tout rater, mais trop lentement pour qu'il puisse prévoir quoi que ce soit.

__À exactement une minute trente-cinq de la piste musicale, Black et White s'exclamèrent d'une seule voix, comme cela arrive rarement.

*Morphée !*

*Morphée !*

__Et ce fut le grand final, où il tenait la jeune fille dans ses bras et qu'elle se laissait aller, faisant la morte à la façon des danseurs sur une note finale décrescendo. Pile quand la musique s'arrêta, Vlad ne put contenir une question pour les deux idiots dans sa tête, qu'il prononça à voix haute malgré son habitude, trop troublé par cette danse, peut-être, pour penser clairement son interrogation :

- Morphée ?

__Il ne savait pas que malgré le ton qui n'était pas celui de quelqu'un qui prononce le nom retrouvé de celle qu'il a aimé, sa question allait très certainement être mal interprétée.



[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Jeu 24 Juil 2014 - 0:15



La danse se termina, et elle était toujours aussi fatigante, peut-être même plus puisqu'elle ne la pratiquait plus depuis plus de deux ans maintenant. Elle soupira, puis attrapa la bouteille d'eau, mais stoppa net son geste lorsqu'elle entendit son prénom résonner dans la pièce. La forme interrogative qu'attendait la jeune femme était bien présente, mais ce n'était pas le bon ton qui était employé. En effet, on aurait pu s'attendre à un "Morphée ?" surpris, mais c'en était un d'incompréhension, comme s'il cherchait ce que voulait dire ce mot, comme s'il n'avait pas compris que c'était son prénom, comme s'il parlait à quelqu'un d'autre... Mais comment pouvait-il lui donner son prénom sans même l'avoir entendu et sans avoir l'air de retrouver la mémoire. Qu'est-ce qu'il se passait ?

Morphée baissa la tête, vexée, sentant que quelque chose clochait, qu'il n'était plus vraiment lui-même, qu'il se souvenait sans se souvenir. Elle était perplexe. Que devait-elle faire ? Dire ? Y'avait-il encore une part de Victor derrière le masque de ce Vlad où était-il complètement mort ? La jeune femme ne savait pas quoi faire et fit semblant de rien. Elle but un peu d'eau, retira ses chaussure, se retrouvant encore plus petite devant lui. S'il demandait pourquoi elle s'était arrêtée dans son mouvement, ça sera pour la simple raison que cité un dieu grec après une danse était étrange. Voilà, c'est ça, elle n'allait rien dire sur son nom..

- Quoi Morphée ? Le dieu grec là ? T'es fatigué c'est ça ? J'ai des chambres de libre ici si tu veux... dit-elle en essayant de rester le plus naturelle possible.

Elle sortit de la salle de danse, lui laissant la lumière tout de même, puis elle entra dans son dressing. Elle rangea ses chaussures bien à leur place, calées entre les autres centaines de paires qu'elle possédait. Puis elle se souvient de ce détail… La robe, oui, cette robe sublime de danse, qu’elle ne pouvait retirer seule, enfin détacher seule. Elle soupira doucement puis tenta de faire glisser la fermeture, sans réel succès. Elle baissa la tête, non, elle ne pouvait faire appel à ce… Vlad qui ne se souvenait de rien… Enfin si, elle ne pouvait compter que sur lui ce soir, où sur une bonne paire de ciseaux pour sacrifier sa robe, son plus beau souvenir de sa vie avec Victor, un de ses cadeaux… Elle préférait largement être vue par ce gars-là plutôt que de sacrifier un cadeau comme celui-ci… Morphée les avait tous gardés dans une partie de son dressing, même si ce n’était pas des vêtements, mais simplement des babioles, des bijoux, des peluches, tout était dans une des armoires.

- Vlad… Tu… Tu peux m’aider s’il te plaît… demanda-t-elle timidement, gênée…
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Jeu 24 Juil 2014 - 23:11

Après le tango, les soupirs


__Cette danse était rapide et assez technique et Vlad devait admettre que cela l'avait un peu fatigué, même s'il ne l'avait dansé qu'une fois. Et dire qu'à une époque, ils le faisaient sans doute dix à vingts fois par jour, elle et Victor. À sa question étrange, elle répondit en fait plutôt normalement :

- Quoi Morphée ? Le dieu grec là ? T'es fatigué c'est ça ? J'ai des chambres de libre ici si tu veux...

Black réagit tout de suite, ne laissant pas le temps à Vlad de répondre et haussant le ton pour l'empêcher de penser :

*Bien sûr qu'elle sait pourquoi tu dis Morphée, elle simule, elle te teste. Morphée, c'est pas le dieu grec, c'est elle, c'est son prénom.*

*Enfin, c'est le nom du dieu grec ET son prénom.*

*La laisse pas partir, suis-là. Elle te conduit, elle pense que tu retrouves la mémoire, alors elle te conduit.*

*Pourquoi "elle pense que", je retrouve pas la mémoire. Comment vous connaissez son nom alors ?*

*On t'expliquera, contente-toi de la suivre.*

__White qui donne des ordres insolents, rien ne va plus, quelque chose se passe, et voyant dans quelle pièce Morphée entre, il refuse de faire un pas de plus.

*Bon, maintenant qu'on sait où elle est allée, vous allez m'expliquer, je ne fais pas un pas de plus tant que je ne sais pas tout.*

*T'es sûr que tu préfères pas attendre un peu ? Ça risque d'être dur, tu sais ?*

*Pas de temps à perdre. Tu n'es pas Victor, Vlad. Je suis Victor.*

*NOUS sommes Victor, idiot. On était... endormi, peut-être, par la mort et le sort de Tahara nous a réveillé, en nous séparant en deux entités.*

*Elle a du faire un truc pour séparer le blanc du noir en général et comme ça ne s'est pas appliqué à ton masque, ça a dévié sur "Victor" qui dormait en toi.*

*Comme il me semble qu'on avait pas assez d'élément de notre vie à nous, on s'est recréé des identités séparées, on a cru qu'on était des parties de toi, par exemple.*

*Mais en fait non, tu n'es qu'un personnage qu'on a inventé, il y a des années, tu t'es retrouvé dans MON corps et tu t'es refait un caractère avec MES souvenirs théoriques.*

*Notre corps... Et nous n'avons pas la prétention de te le reprendre. On ne sait pas s'entendre et on a un contrôle très approximatif de ce corps.*

*Ouais, puis on est mort aussi, on a eu notre chance... n'empêche, rends-moi MON corps !*

*ASSEZ !*

__Vlad en avait assez entendu pour l'instant, il avait besoin de réfléchir à qui il était et ce qu'il allait faire concernant cette fille qui désespérait d'avoir perdu ce qu'il avait toujours considéré comme deux énergumènes émanant de son esprit. Mais les événements se précipitèrent quand Morphée l'appela un peu timidement :

- Vlad… Tu… Tu peux m’aider s’il te plaît…

__Dans un silence absolu, Vlad se mit en marche, ses pas atténués par le tapis de sol, son esprit vide d'être trop plein. Il réfléchissait à trop de choses à la fois pour penser, il allait simplement obéir. La demoiselle avait des difficultés à retirer sa robe, vu comment elle se tenait, essayant en vain d'attraper la fermeture éclair arrière avant qu'il ne pousse la porte. Sans penser il la baissa et la robe dont le mouvements de Morphée avaient bien démis les bretelles, tomba d'elle-même, la laissant presque nue devant un homme qui pensait trop pour voir. Black et White restèrent silencieux, même s'il pouvait sentir une certaine tension qui émanait d'eux. Il prit enfin une décision et son esprit devint clair : il devait expliquer à Morphée, elle avait le recul dont il avait besoin pour voir cette situation clairement. Elle aimait Victor, mais elle avait déjà fait son deuil.

- Tu es Morphée, pas besoin de le cacher, je sais au moins ça.

__Il recula de quelques pas et tourna le dos à la jeune fille, réalisant que son regard pourrait la gêner, ne craignant pas de devoir parler plus fort car elle n'avait pas craint de mettre un tango.

- Mais je ne suis pas Victor. Je ne suis... Je ne sais pas qui je suis, mais pas Victor. Victor existe en moi, mais... c'est une très longue histoire et je ne sais pas si j'aurai la force de te la raconter ce soir. Tu avais parlé de chambre, si tu veux bien me loger,...

__Il était épuisant de danser, mais il était carrément tuant de se remettre en doute, de rectifier l'origine même de sa vie. Lui qui pensait être un esprit humain tout à fait normal, voilà qu'il n'est peut-être que le résultat de la folie du véritable hôte de ce corps et qu'il n'est devenu conscient que par les hasards de la résurrection. Et si ce dont il avait parlé avec Anaelia était vrai, il perdrait son masque quand il serait redevenu lui-même, quand Lord Vlad aura laissé la place à Victor. Lord Vlad se rendit compte qu'il avait peur de disparaître, encore plus que de mourir ou de souffrir.



[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Ven 25 Juil 2014 - 4:08



Morphée avait timidement appelé Vlad et il était venu, mais elle remarqua alors qu'il était là sans être là, perdu dans des pensées, ou dans des souvenirs... C'est ce qu'elle espérait, mais elle n'y croyait pas trop, par peur de s'emballer. Il détacha la fermeture de sa robe, machinalement, ce qui n'empêcha pas la jeune fille de frissonner... Combien de fois Victor avait-il détacher cette robe avec cet air innocent avant de lui sauter dessus pour entamer une longue nuit torride ? La robe tomba au sol, la laissant seulement vêtue de son léger boxer. Mais Vlad n'eut aucune réaction, il demeurait absent de la terre mentalement. Cependant, il commença à parler, de lui dire qu'il savait qui elle était, sans donner de raison, sans avouer qu'il était Victor. Puis il se rendit compte de la situation et se retourna pendant que Morphée enfila un jogging gris et un débardeur. Une lueur d'espoir éclaira son regard, mais la suite la désempara puis lui redonna espoir avant d'attiser sa curiosité. Comment ça, Victor faisait parti de lui ?

- Viens, suis-moi... murmura-t-elle doucement, sans poser de question, en espérant qu'il ne pensera pas a s'enfuir durant la nuit et la laisser sans réponse.

Morphée l'emmena dans une chambre juste après la sienne dans le couloir, munie d'un grand lit. Puis lui montra où se trouvait la salle de bain et tout ce qui pourrait lui être utile. Elle lui souhaita une bonne nuit avant de rejoindre sa chambre. Elle soupira longuement puis regarda par la fenêtre. Combien de temps allait-il rester ? Jouait-il la comédie pour profiter de son hospitalité ? Lui avouerait-il toute la vérité le lendemain ? Et quel était-elle ? La jeune femme ne savait ni quoi penser, ni quoi faire, et c'est bien à cause de cela qu'elle mis de longues heures à s'endormir, à rejoindre son homonyme. Mais une fois dans les bras du dieu grec, elle n'eut pas la chance de faire de beaux rêves ou un sommeil sans ces derniers. Elle enchaînait les cauchemars, mélangeant tout, voyant une femme, sa mère, parler avec Victor, puis ce dernier se transformer en Vlad, puis il s'enfuyait dans une forêt de laquelle sortait Mégara.. Morphée se réveilla en nage en hurlant, et elle put voir que c'était déjà le petit matin...
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] - Sam 26 Juil 2014 - 1:11

Nuit de tempête


- Viens, suis-moi...

__Vlad eu peine à entendre ces mots à peine murmurés, mais il l'aurait suivie quand même, alors qu'elle sortait de ce dressing trop propre. Elle le mena à travers les pièces de sa grande maison jusqu'à une chambre bien plus grande et sans doute au moins aussi confortable que la sienne. Il pourrait dormir, ce serait bien, il en avait besoin. Elle lui montra aussi les autres endroits dont il pourrait avoir besoin, comme la salle de bain, ou le frigo. Il n'avait pas l'intention de se servir dans le frigo, il ne mangeait plus que de la soupe de l'académie depuis un moment. Mais prendre un bain le tentait. Les bains sont parfaits pour réfléchir et cela faisait vraiment longtemps qu'il n'en avait pas pris un. Entre la toilette dans la rivière au service de Tahara, le manque de sanitaire quand il restait en dehors de l'académie et la douche qu'il avait dans sa chambre, il n'en avait pas l'opportunité souvent. La dernière fois, c'était d'ailleurs une fois où Tahara lui avait prêté un chaudron pour qu'il s'en serve de baignoire et c'était plutôt exigu. Après que Morphée lui ai souhaité une bonne soirée et se soit retirée, il entra dans la salle de bain.

__C'était la plus grande salle de bain qu'il aie vu jusqu'alors. En même temps, avec ses souvenirs tronqués, il n'avait même pas 5 ans d'expériences en mémoire, il n'avait pas vu grand chose. La baignoire semblait pouvoir contenir toute une famille sans peine, et tout était bien carrelé, avec un peu de fantaisie, même, et parfaitement propre, à l'exception de légères traces de calcaire près de la bonde de la baignoire, difficiles à éviter. En se déshabillant, il plia mécaniquement ses vêtements, avec l'habitude des hommes d'affaires qui font et défont leur valise tous les jours. Sur la pile uniforme que forma son costume, il déposa délicatement son haut-de-forme. Sans vraiment avoir à y faire attention, il avait fait une pile où le noir et le blanc étaient séparés par une ligne presque parfaite.

__Il porta ses mains à son masque à tout hasard.

__Mais bien sûr, il ne se laissa pas plus retirer que d'habitude. Alors il fit couler de l'eau légèrement chaude dans la baignoire, trop grande pour lui seul, mais ce n'est pas comme s'il pouvait inviter quiconque à le rejoindre. Il avait besoin d'être seul avec les deux parties de Victor dans sa tête et de réfléchir. Il n'avait pas vraiment besoin de se laver non-plus. Vlad ne connaissait même pas sa propre odeur, simplement parce qu'il n'avait jamais pu la sentir. Sa transpiration ne sentait pas plus que de la vapeur d'eau. Il n'avait comme définition de l'odeur humaine que les quelques rares moment où il avait senti les autres. Il entra dans le bain tout de même, car l'eau chaude lui faisait du bien. Il parla à voix haute avec ceux qu'il avait considéré jusque là comme des envahisseurs d'esprit.

- Vous pouvez parler, vous savez. Je suis troublé, je ne sais même pas si en parler à Morphée est une bonne idée, je devrais peut-être simplement partir.

*Hors de question, tu la rendrais folle de chagrin. Elle a perdu Victor une fois, ne brise pas ses espoirs de le retrouver maintenant. Pas comme ça.*

- D'accord, tu as raison, ce serait salaud de s'enfuir.

*Mais il va falloir mentir. Tu n'as pas le droit de révéler aux humains l'existence de l'académie. Tu peux parler de Tahara, par contre. Et tu peux inventer le reste. Le truc des super-héros-magiciens de la dernière fois pourrais resservir.*

- Je pense que je pourrais faire ça, c'est peut-être mieux qu'elle ne sache pas que je suis un futur dieu, elle le prendrait encore plus bizarrement.

*Cache lui aussi qu'on est mort comme des cons... C'est pas dans mes habitudes, mais tu pourrais inventer un petit mensonge pour ça aussi ?*

- C'est vrai ça, c'était quoi notre première mort en fait ?

*On a pas bu pendant des jours, trop prit par le piratage d'un ordi de la NSA.*

- Maintenant que tu le dis...

*Suffit de dire que Tahara t'as remplacé par un corps séché pour pouvoir passer un contrat avec toi.*

__Lord Vlad se mit à se laver, décidé sur ce qu'il faudrait faire ensuite, bien que ne sachant toujours pas le reste.

- Alors, si vous êtes Victor, qui suis-je ?

*On l'a déjà dit, non ? On t'a inventé. Lord Vlad, le hackeur masqué, l'épée de Damoclès suspendue au dessus de tout ce que nous trouvions injuste, le héros noir et blanc chargé de sauver ce monde.*

*Tu as en quelque sorte pris vie à notre mort, j'imagine. Nous ne nous sommes pas réveillé, mais Deus avait besoin d'une âme humaine alors tu as dû être créé avec les souvenirs te concernant dans notre mémoire.*

__Les deux esprits apparurent sous forme de vision, comme ils le faisaient parfois, dans l'eau du bain. Ils portaient toujours leur masques monochrome chacun.

- Vous ne pourriez pas prendre l'apparence de Victor plutôt, je suis curieux de savoir ce qu'il y a sous ce masque.

*On ne sait toujours pas, le retour de notre mémoire est plutôt sélectif pour l'instant. Mais Morphée doit avoir des photos de toi.*

*Ah, oui et méfies-toi quand même si elle t'emmène dans sa chambre, elle pourrait vraiment planifier de te violer. Quoi que ce ne serait certainement pas la même chose que Noémie, elle te connaît mieux.*

*Elle connaît mieux Victor.*

*Qu'est-ce que tu veux dire ?*

*Es-tu bête ou seulement aveugle ? Vlad n'est plus Victor et Victor n'a jamais été Vlad. Aussi bien physiquement que mentalement, il a grandi, il a changé. Du petit bourgeois geek que nous étions, il a fait un chasseur, du paranoïaque exagéré, il a fait un homme bien plus clairvoyant.*

*Mouais, mais avec des charm's émotifs, c'est facile !*

*Black, je sais que tu voudrais retrouver l'usage d'un corps, mais réfléchit. Toute cette adaptation par laquelle Lord Vlad est passé, tous ces changements de caractères, tous les aménagements de sa vie, son style de combat, tout serait à refaire. Ce serait un retour à la case départ, même si nous pouvions le faire.*

- J'ai mon mot à dire ? Oui ? Bon, simplement, que comptez-vous faire, vous deux ?

*C'est pas parce qu'on t'apparaît que quand on le fait, on a plus de pouvoir, hein... on est manifestement que deux morceaux d'âme et nous ne pouvons ni prendre le contrôle du corps, ni disparaître. On ne peut rien changer.*

*On pourrait changer de noms. Moi, c'est Victor, toi trouve autre chose.*

- Non, aucun des deux n'est Victor, Black et White ça vous va très bien... Cela termina la discussion.

__Ayant fini sa toilette, Vlad sortit du bain, nettoya derrière lui et sans oublier ses affaires, se coucha assez peu vêtu dans le lit qui lui avait été indiqué. Il s'endormit sans problème, rendu somnolent par l'eau chaude. Ce fut une nuit calme et sans rêve, Vlad ne rêvant que rarement. Il se réveilla tôt, de lui-même, par habitude, car les cours commençaient tôt à l'académie et il préférait faire son entraînement quotidien, quelques bénins exercices physiques, tôt le matin. Il ne négligea pas cette habitude. Rater un jour, c'est en rater dix, rater un mois, c'est tout recommencer depuis le début.

__Après avoir fini de s'étirer, il déplia sa chemise et ouvrit les deux boutons restés attachés pour la garder en un tenant, puis il passa son bras dans le côté noir, le droit, qui à ce détail prêt, était toujours en blanc. Rapidement, il déboucla la ceinture discrète de son pantalon qu'il enfila sans mouvement superflu, comme en un saut, la chemise légèrement rentrée dedans pour éviter qu'elle ne dépasse. Il en releva ensuite le col et noua sa cravate en un nœud Windsor, fait automatiquement sans même se regarder dans le miroir. Il passa sur ses épaules devenues plus fortes et un peu plus larges, son veston qui allait lui encore mieux depuis qu'il avait pris un peu de muscle. Il tira les pans de sa chemises cachés dans les manches de son veston avant de mettre ses gants, toujours assez propres pour être portés. Enfin, il ajusta son haut-de-forme qui le rendait huit centimètres plus grand de manière à ce qu'il ne bouge pas d'un pouce. Il était prêt.

__Comme il ne savait pas quoi faire, il se coucha sur le lit défait et attendit. Il avait l'air d'avoir dormi ainsi et de n'avoir même pas bougé depuis la veille, si l'on le surprenait ainsi.

__Un cri de terreur retentit dans la chambre voisine et il réagit au quart de tour. Il se lève d'un bon, se jette sur la porte en sortant son pistolet, se jette sur l'autre porte et jette un rapide mais attentif coup d'oeil dans la chambre, l'arme parrée à servir. Il n'y a rien ni personne excepté Morphée. Il range son arme, dans la poche-holster de son veston embarrassé qu'elle l'aie vue.

- Désolé, j'ai entendu crier alors... Tout va bien ?



[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Contenu sponsorisé
Re: Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo] -
Le Tango des Souvenirs [PV Morphée Himo]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [QUÊTE]Tu es moi et je suis lui: Agathe Arena, Lelouch Kokoro et Morphée Himo
» Gotan Project revisite le Tango
» Le Tango Corse
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Périphérie :: Lotissements-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page