Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Deuxiéme rencontre. [sensible : -16]

 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Invité
avatar
Invité
Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Mer 11 Juin 2014 - 0:27


Bon, Sebastian faisait le point dans son esprit, il avait eut le droit à un cours contre sa volonté, mais ce cours fut très instructif car il lui permit de comprendre au mieux son pouvoir, ce qu'il pouvait faire avec, et cela le mettait plutôt en joie !
Du coup il avait recommencer à un peu errer dans ces bâtiments. Errer avec sa besace tranquillement …. Besace ? Depuis quand en avait-il une ?

Ni une ni deux le voila avec les mains fourré dedans, assit dans un escalier coller contre une porte qui menait surement au toit, une chemise, un pantalon, tout ce que porte une personne jusqu'au sous vêtements ! C'est vrai, il avait le droit à ceci grâce à une démone à moitié chat, à moitié humaine, à moitié démone … euh … ouais, un truc comme ça !
Alors il replia approximativement les pièces de tissus, les vêtements qui lui avaient d'ailleurs valut une invitation si ses souvenirs sont bon ! Il eut un grand sourire, après tout leurs conversations ne s'était pas terminée ! Elle ne lui avait pas expliqué tout sur ce qu'il se passait ici ! Et puis … Il se frotta un peu les lèvres, il fallait qu'il lui rendent la monnaie pour ce baiser volé !


*Direction l'infirmerie !*

Mais il se souvenait qu'elle lui avait annoncé ne pas  y être souvent … Mais elle  y passera bien un moment ! Elle était l’infirmière non ? Mais le problème le plus important … Il ne savait pas  où ce lieux se trouvait ! Alors au début il se promena dans le bâtiment, ouvrant de temps en temps une porte pour vérifier Mais rien n'y faisais … Alors il retourna dehors, observant des élèves en plein cours de sport, suffoquant sous l'effort … Mais surtout il fixa un qui venait de se blesser ! Aussitôt prit en charge par un élève qui commença à l'emmener quelque part. Il avait une de ces chances, ils allaient forcément en direction de l'infirmerie ! Il les suivit comme si de rien n'était jusqu'à un autre bâtiment, pas étonnant qu'il ne trouve pas là où il cherchait …
Mais bon, au moins il avait atteins son objectif immédiat, ce bâtiment de soin … Il le fixa un instant, ce demandant bien ce qui lui arriverait en passant la porte, puis il entra sans bruit, enfin juste accompagné par le grincement de la porte et du regard de quelques personne dans la pièce, mais pas celle qu'il cherchait. Il s'en doutait un peu en même temps, alors il avança observant certains complétement immobile dans leur lit. C'était assez dur de la regarder car il savait qu'il avait ressembler à certains à la fin de sa vie … Une pauvre chose coincée sur un matelas blanc. Il détourna les yeux et avança dans un soupir qui lui était si particulier. Il trouva finalement une chaise dans un coin tranquille  à l’abri de tout les regards. Ainsi il se posa et fixa une direction qu'il choisit au hasard, attendant la première rencontre de sa nouvelle, pour lui rendre tout ses vêtements qu'il se trimballait depuis quelques temps maintenant … Enfin mieux vaut tard que jamais, et puis cela à la mérite de lui avoir permit d'apprendre à connaitre sa capacité, alors son cours était un bien pour un mal, ou un mal pour un bien, cela dépend du point de vue. Mais c'est amusant de ce dire que ca musique touche forcément les gens autour de lui, il va pouvoir en faire des choses à l'insu de tout le monde. Il se voyait déjà gêner des cours entier à travers un mur, son pouvoir utilisait sa passion, et lui offrait des possibilités de jeux, il ne pouvait rêver de mieux. Alors seul dans son coin il souriait.


*Cette vie s'annonce superbe*



Dernière édition par Sebastian Z. H. de Cosnac le Dim 14 Déc 2014 - 22:02, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Jeu 12 Juin 2014 - 9:50
Je m'étire nonchalamment, un rayon de soleil venant traverser la fenêtre pour me réchauffer agréablement le dos. Hum, comme c'est agréable, cette douce sensation de repos bien mérité. Oui, j'avais encore passée ma nuit à vagabonder dans tous les sens, pour des raisons qui ne regarde que moi mais dont l'Académie va faire des gorges chaudes à nouveau. Je n'y peux rien, c'est plus fort que moi. Dès que je vois une connerie potentiellement faisable, il faut que je la rende la plus catastrophique possible. Et oui, j'y prends un plaisir malsain. Enfin, du coup, la matinée est plus que sérieusement avancée et je suis étonnée que personne ne soit encore venu m'embêter à propos de mon soi-disant job. Et puis, je me souviens que je ne suis pas dans ma chambre mais chez mon humaine de compagnie. Ah, la planque parfaite. Je m'étire, reprend forme humaine, prend une bonne douche avant de m'habiller et de sortir tranquillement. Allez, je vais faire ma B.A du jour et aller voir comment se porte ces apprentis de mes deux.


Entre temps, je fais un détour par la cafétéria parce que oui, j'ai Faim. Et ma chère Sara est de service ce qui me permet de repartir avec un supplément de crème pâtissière dans une énorme coupe surplombée d'une paille. Eh oui, chacun ses petits plaisirs et pour une fois que je ne fais de mal à personne, on ne va pas venir me faire chier quand même. Et me voilà qui arrive tranquillement à l'infirmerie. Un blessé termine de revenir à la vie dans un coin de la pièce mais il ne devrait pas réagir vraiment avant une bonne demi-journée. Faut dire que trouver un bout de lui encore correct, ça avait pas été évident. Ma chère blondasse préférée était là, en train de faire son parfait boulot d'assistante. Elle voulut râler quand à mon absence mais je ne l'écoutais pas plus que d'habitude. Par contre, j'ai fait l'effort de soigner celui qui venait d'arriver pour le renvoyer en cours rapidement et ça a calmé la colère de Blondie qui en a profité pour me rappeler qu'elle aussi avait des cours et donc qu'à partir de tout de suite, je devais me débrouiller. Pourquoi je suis venue à ton avis, crétine? Ah, ces humains, je vous jure.

Enfin seule, j'attends quelques instants avant de passer dans mon coffre et de redevenir chat. Je sais qu'il y a quelqu'un que j'attendais. Mais j'ai envie de m'amuser alors, comme il s'est caché dans la salle de repos des grands blessés, je vais aller à sa rencontre. Mais à patte de velours, pour le plaisir de simplement le surprendre. La porte est entrouverte et je me glisse à travers l'ouverture, telle une ombre. je me faufile entre les lits, mon objectif à présent en vue. Je souris, ma queue battant l'air en silence avant de le contourner, sautant d'un bond agile et félin sur un lit dans son dos, avant de rejoindre l'appui de fenêtre. Et de là, je me prépare. Pattes fléchies, muscles bandés, prêt à l'effort. Un dernier calcul de trajectoire. Et je m'élance.

"- TAIAUT!!!"

Et paf, atterrissage parfait sur les genoux de mon muet préféré. Ça, c'est une entrée qui à la classe ou je ne m'y connais pas. Un immense sourire sauvage barre mon faciès de félidé, faisant ressortir mon regard vairon brillant d'une certaine forme d'excitation.

"- Ça y est, tu te décides? Je commençais à croire que je t'avais fait peur. Alors, mon chou, quel bon vent t'amène par chez moi?"

Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Mar 17 Juin 2014 - 14:04


Il était là, assis, à fixer devant lui, réfléchissant rapidement à tout et rien. Mais son esprit restait assez enfermer sur la musique, cette joie de rejouer à nouveau sans aucune contrainte, cette satisfaction un peu plus malsaine de savoir qu'il pouvait tromper les gens avec de simples notes, des petites tâches noires coincées entre quelques traits fin.
Il était un joueur, joueur de musique, mais pas que, il aimait jouer avec tout. Et avoir une seconde chance pour jouer était quelque chose de magnifique. Il avait fait la première partie de son concert sur terre, mais voila que la seconde partie commençait crescendo, tout ce qu'il avait fait était de mieux en mieux. Si on oublie le cours qu'il n'avait pas voulut, mais celui là avait finit par être intéressant aussi. Puis soudain se fut la sensation de l'ajout d'un poid sur ses cuisses, alors l'inébranlable pencha la tête, bien que surprit, ce que ses yeux devait trahir, son corps lui n'avait pas tressauter d'un malheureux centimètre, réflexe de musicien, afin de ne surtout pas raté une mélodie.


"- Ça y est, tu te décides? Je commençais à croire que je t'avais fait peur. Alors, mon chou, quel bon vent t'amène par chez moi?"

Le jeune blond fixa ce chat, cette façons de parler, ce sourire qu'il arborait, et les yeux vairons, c'était elle sans aucun autre doute possible, aucune autre personne ne lui ferait ça a sa connaissance. Bien que la forme animal soit un peu moins belle à contempler, elle restait une vue agréable. Il glissa une de ses mains sur le menton de la chatte et se mit à grattouiller le cou de cette dernière, tout les chat aimait être caressé à cette endroit il parait, alors cela devrait lui plaire. Il se mit lui aussi à sourire, finalement pas mécontent de la revoir. Mais il allait falloir qu'il fasse une pause, avec tout ca il allait devoir ressortir son calepin ! Alors après un petit moment de caresse il se mit à écrire ce qu'il aurait bien aimé dire.

- Grâce à ta visite j'ai eu facile de trouvé l'infirmerie tu vois … Mais bon ce n'est pas cela qui m'a le plus retardé, on va dire que je me suis déjà fait prendre à cause de mon pouvoir et obligé de prendre des cours pour le contrôler … Mais ça c'est avéré très instructif et amusant !

Il posa le calepin sur sa cuisse et utilisa ses mains pour soulever rapidement la démone un peu plus sur le coté, de cette façons il pouvait la caresser doucement tout en écrivant de l'autre main sur le calepin posé sur sa cuisse, et elle pouvait lire.

Pour ce qui m’amène, pour le moment je vais garder ça pour moi ! Mais j'aurais bien aimé te voire dans ton uniforme, c'est dommage !

Il y avait bien deux autres raisons nettement plus importantes, mais il valait mieux ne pas abattre toute ses carte pour le moment ! D'ailleurs en parlant de carte … Il faudrait qu'il voit pour se dégoter d'autres costumes !

Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Sam 21 Juin 2014 - 10:14
Hum, je t'ai bien dressé toi, tu apprends vite. J'aime ce genre d'initiatives. Oui, je reste très sensible à toutes formes de papouille sous ma forme féline. Je ne suis pas une simple humaine déguisée, je un réel matou alors forcément, cela se répercute. Je possède les avantages des deux races. Les inconvénients aussi mais ça, avec l’expérience, on apprend à maitriser et je suis passée experte en la matière depuis des décennies. Enfin, je le laisse venir me grattouiller le menton, ronronnant légèrement tandis qu'il se prépare. Ah oui, c'est vrai, le fameux calepin. Bien, il a envie de discuter, voilà qui risque de se révéler plutôt intéressant. Alors je reste sage, profitant outrageusement de ses attentions à mon égard. Bah quoi, je ne vois pas pourquoi je me priverais non plus.

Grâce à ta visite j'ai eu facile de trouvé l'infirmerie tu vois … Mais bon ce n'est pas cela qui m'a le plus retardé, on va dire que je me suis déjà fait prendre à cause de mon pouvoir et obligé de prendre des cours pour le contrôler … Mais ça c'est avéré très instructif et amusant !

Information très intéressante. Il s'était fait prendre. Donc, il ne maitrisait as son pouvoir. Et en plus, il s'était retrouvé collé comme un collégien, alors ça, ça me faisait bien marrer. J’essayais de l'imaginer devoir se plier aux règles et autres exigences d'un classe. Mince, j'avais raté ça? Pas grave, je me rattraperais. Mais au final, il gardait le mystère entier autour de ce qu'il avait appris. Heureusement que je savais déjà quel était son domaine divin, puisque j'avais lu sa fiche divine. Et oui, il est toujours bon de garder une longueur d'avance sur les autres, encore plus sur les gens comme lui. Comme moi.

"- Tu baisserais presque dans mon estime pour t'être laissé faire avoir mais bon, je vais me montrer magnanime, je suis de bonne humeur aujourd'hui. "

Eh oui, petite boutade mais je ne pouvais pas laisser passer ça aussi facilement. Je rigole doucement, mon regard toujours empli de malice tandis que j'attends la suite. Car sa main libre s'affaire à nouveau à gratter le papier de son bloc-notes. Le lui retirer, c'est le priver de parole, j'aime cette idée que je garde précieusement dans un coin de mon crâne. Pour un jour, plus tard. On ne sait jamais.

Pour ce qui m’amène, pour le moment je vais garder ça pour moi ! Mais j'aurais bien aimé te voire dans ton uniforme, c'est dommage !

"- Désolée, je suis en congé aujourd'hui. Même si ce n'est absolument pas vrai mais bon, c'est un détail, personne ne le sais, n'est-ce pas?
Enfin, si c'est mon uniforme qui t'intéresse, pour les rares fois où je me plie à la volonté de Deus, je ne fais nullement l'effort d'en avoir un. Faut pas trop m'en demander non plus. Mais il se trouve que, si tu es venu pour voir un uniforme d'infirmière, j'ai peut-être de quoi satisfaire ta curiosité mon coeur."


Oui, depuis ma rencontre avec la mini tornade blonde à catastrophes multiples, j'avais conservé son drôle de cadeau. Enfin, les deux même si sa bouteille était vide depuis longtemps. Un clin d'œil aguicheur à mon cher muet, un sourire qui lui laisse sous-entendre surtout le pire, je fixe la grande armoire en face, celle qui est dissimulée dans l'ombre au fond de la salle. Mes ronronnements sont plus marqués, plus profonds. Oui, j'en ris toute seule. Tu veux me voir en tenue d'infirmière, tu risques de ne pas être déçu du voyage mon chéri.

"- Il se trouve qu'une élève trouvait aussi que je ne faisais pas assez 'infirmière' à son gout et m'a offert de ce fait une superbe tenue pour illustrer mon métier. Tu veux tenter ta chance? Il te suffit d'ouvrir le battant droit de la porte de l'armoire, elle est pendue juste derrière..."

Oui, vient découvrir par toi-même. Je me suis redressée, quittant ses doigts pour venir me percher sur son épaule, soufflant mes mots avec chaleur à son oreille. Allez, laisse-toi tenter par le diable. Montre-moi que tu as du cran. Laisse-moi jouer avec toi, je m'ennuie tellement par ici. Et il y a tellement longtemps que j'attends ta visite, mon petit blondinet.
Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Dim 29 Juin 2014 - 18:01

"- Tu baisserais presque dans mon estime pour t'être laissé faire avoir mais bon, je vais me montrer magnanime, je suis de bonne humeur aujourd'hui. "

Un petit sourire en coin sur le visage du musicien, elle n'avait pas changé, c'était toujours aussi agréable avec elle, elle ne le traitait absolument pas différemment, au contraire, et une petite chose comme ça, et bien ça comptait à ses yeux. Allez une petite griffouille sur le carnet pour lui répondre rapidement, pas question qu'elle estime si mal, il avait un peu de fierté !

- Apparemment j'ai un peu trop joué avec un directeur … Ils ne sont pas très commode ceux là … Et ils sont … convaincant on va dire.

Ca ce directeur lui avait bien fait comprendre qu'il fallait qu'il se plie pour cette fois … Mais bon, on va dire que ce n'est qu'une partie remise, il prendra sa revanche une autre fois, tôt ou tard. Il avait juste à attendre son heure, mais au moins il avait apprit une bonne leçon, son pouvoir s'activait dés qu'il jouait de la musique et qu'il ne faut pas du tout se faire prendre par les directeurs, ah … ca fait deux ...

"- Désolée, je suis en congé aujourd'hui. Même si ce n'est absolument pas vrai mais bon, c'est un détail, personne ne le sais, n'est-ce pas?
Enfin, si c'est mon uniforme qui t'intéresse, pour les rares fois où je me plie à la volonté de Deus, je ne fais nullement l'effort d'en avoir un. Faut pas trop m'en demander non plus. Mais il se trouve que, si tu es venu pour voir un uniforme d'infirmière, j'ai peut-être de quoi satisfaire ta curiosité mon cœur. Il se trouve qu'une élève trouvait aussi que je ne faisais pas assez 'infirmière' à son gout et m'a offert de ce fait une superbe tenue pour illustrer mon métier. Tu veux tenter ta chance? Il te suffit d'ouvrir le battant droit de la porte de l'armoire, elle est pendue juste derrière..."


Intéressant tout cela, en plus il pourrait la voir se changer alors ? Tout ceci devenait de plus en plus intéressant alors. Et visiblement elle était tout aussi sérieuse dans son travail que lui l'était, décidément ils se ressemblaient, bien qu'elle soit un peu plus direct que lui, un peu plus vicieux.
Elle était tranquille sur son épaule, lui restait silencieux, mais il souriait, ce qu'il l'adorait vraiment cette petite chatte, oui oui. Il tapota un instant de son stylo le carnet, comment refuser l'offre qu'elle lui avait faite. Alors il prit pourtant un instant pour répondre.


- Montre moi tout chéri ...

Et oui, lui aussi allait commencer à se faire plaisir avec des petits surnoms, et après son petit mot il se redressa, le calepin et le stylo dans une main. Il se mit alors à avancer vers la fameux armoire, sa chance, la tenter , cela sonnait tellement comme un jeu … Il adorait ce genre de jeux.
La main gauche que se pose sur la porte de l'armoire, naturellement il tourna un peu le visage vers le chat sur son épaule et il sourit, de ce sourire de celui qui n'avait pas peur, celui qui n'attendait que de voir ce qui est dissimulé. C'était assez intéressant de répondre à sa sorte de défi, mais ce défi laissait présagé tellement de chose, notamment venant d'elle. Puis il ouvrit la porte, ouverte en grand il fixait le contenu, écartant bien sur d'un geste de la main ce qui pouvait gêner sa vue.


*Voila le moment de vérité*
Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Lun 1 Déc 2014 - 9:42
- Apparemment j'ai un peu trop joué avec un directeur … Ils ne sont pas très commode ceux là … Et ils sont … convaincant on va dire.

Oh, quelle ravissante idée il avait eu, aller enquiquiner directement les têtes pensante de cet endroit complètement farfelu. Mais quand on essaie de viser trop haut, il faut prendre gare à la chute. Tu es certes très mignon mon petit mais je ne suis nullement étonnée que les Directeurs te soient tombés sur le coin du nez. Il te manque encore l'expérience nécessaire pour te sortir de ce genre de problèmes. Mais ne t'en fait, j'ai l'éternité pour t’entraîner et faire de toi le meilleur. Enfin, le second, parce que je resterais toujours loin devant toi, il ne faut pas rêver. Remarque, je me demande bien lequel il serait aller mettre à mal mais je garde ma question pour moi car déjà, nous sommes passés tout deux sur un tout autre sujet.

Oui, cette histoire d'uniforme l'intrigue, je le sens à travers chaque fibre de son corps. Il est peut-être muet mais ses expressions et son attitude ne me trompe pas. J'ai attisé sa curiosité, son stylo remue différemment sur son carnet à l'idée de ce qui l'attend. Je n'ai pas besoin de lire, je sais déjà qu'il va dire oui. Il ne peut pas me résister, c'est un fait. Mais je vérifie, juste pour le plaisir de prouver que j'ai raison, une fois de plus.

- Montre moi tout chéri ...

Bingo! Qu'est-ce que j'avais dis, hein? Enfin, je ronronne d contentement tandis que mon perchoir du moment se déplace pour venir se tenir devant l'armoire en question. Alors, pousseras-tu le battant d'un grand coup ou doucement? En tout cas, son geste est sur et déterminé. Mawrr, voilà qui promet pour le suite. Je ne bouge pas, mon sourire sauvage collé sur mon visage tandis que je laisse admirer  la vue. Oui, ma panoplie d'infirmière est ravissante, il va sans dire. I faut dire que Maëlia avait l'imagination fort prolixe mais là, il faut absolument que je vous raconte. Nan mieux, je vais vous montrer. Enfin vous donner une idée approximative de ma tenue. Mais je préviens, âmes sensibles s'abstenir.

Spoiler:
 

Ça, c'était la tenue de base parc que bon, je la trouvais encore un peu trop habillée du coup, j'ai ouvert dans le dos pour y rajouter un laçage compliqué avant d'améliorer un peu le décolleté. Et j'ai coupé les manches aussi, pour en faire un truc genre débardeur, bien près du corps, dévoilant mon corps tout en le cachant, mais à peine. Juste de quoi être la plus suggestive possible. Alors autant dire que oui, c'est tout simplement outrageux comme tenue. Mais j'adore ça. Rien que de la regarder, j'en ai le regard brillant alors que je ronronne toute seule. J'aurais presque hâte de l'enfiler our le coup mais d'abord, j'attends la réaction de mon cher muet.

"- Alors, mon coeur? Mon uniforme personnel est-il à ton goût?"

Des mots susurrer avec une douceur féline directement à son oreille, rajoutant mon souffle chaud contre sa peau. Juste pour le plaisir de le mettre au supplice. Les Humains sont si facilement corruptibles, je veux savoir jusqu’où lui pourrait tenir, s'il vaut vraiment le coup que je m'attarde à ses côtés, ne serait-ce qu'un peu. En tout cas, je me repais de ce silence qui est tombé sur la pièce. Pour un peu je pourrais entendre son cœur battre bien qu'au rythme de sa respiration j'ai déjà une bonne idée de son état d'esprit. Mais j'en attends plus. Je veux qu'il le dise, enfin l'écrive. Qu'il avoue de lui-même ce qu'il attend pour la suite.

"- Mais peut-être qu'ainsi, tu ne te rends pas bien compte de ce que cela rend. Il est vrai que sur un cintre, ça ne fait pas très vivant. Sur un modèle, ce serait sans doute plus parlant, tu ne crois pas?"

Tu es entré volontairement et de ton plein gré dans mon antre en pénétrant dans mon domaine. L'infirmerie, j'y suis la reine toute puissante et aujourd'hui, j'ai envie de jouer. Et même, pourquoi pas, histoire de changer un peu, de partager mon jeu. Alors profites-en chéri, parce que je ne serais pas tous les jours dans un tel état d'esprit. Par contre, si tu entres dans mon manège, ne me déçois pas. Car je ne laisse jamais de seconde chance mais ça, je ne te le dirais pas, tu dois bien t'en douter, n'est-ce pas? Alors dis-moi tout.

"- A moins que tu ais trop peur de la pauvre petite infirmière que je suis..."
Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Sam 13 Déc 2014 - 21:04


Alors c'était ça, là, accroché contre la battant du placard qui était cette fameuse tenue ? Silencieux, (comme si il avait le choix en même temps) il regardait cette tenue, plaquer contre le bois du meuble elle ne semblait pas particulièrement intéressante, et alors qu'elle lui demandait si elle se trouvait être à son gout, il ne l'écouta qu'à moitié, bien que le souffle chaud de la chatte lui chatouilla un peu l'oreille, à moins que ce ne soit la moustache ?

Il tendit tranquillement le bras, saisissant le cintre pour le décrocher et faire deux pas en arrière et commencer à tourner ce dernier, il poussait un peu plus son analyse bien évidemment, et il avait l’œil pour les costumes, il passait toujours un temps impressionnant à demander des modifications de ses propres costumes de scène lorsqu'il était encore vivant.
Quelques minuscules détails trahissait des modifications apporté à une base, peut être car ce n'était pas un couturier professionnel qui s'en était charger, il regarda en biais Nelsha, ou bien une couturière.


"- Mais peut-être qu'ainsi, tu ne te rends pas bien compte de ce que cela rend. Il est vrai que sur un cintre, ça ne fait pas très vivant. Sur un modèle, ce serait sans doute plus parlant, tu ne crois pas?"

Sebastian à soudain un bref rictus sur les lèvres, car elle avait tellement raison, rien ne vaut un costume sur un corps, un vrai, pour le juger, trouver tout ses avantages et défauts. Il tourna lentement la tête vers la chatte assise tranquillement sur son épaule, lui adressant un sourire, ce sourire de celui qui a clairement des idées en tête.
Par contre lorsqu'elle lui annonça penser qu'il avait peur d'une simple infirmière, enfin, pas si simple que ça, il fronça un instant les sourcils. Armé de son stylo et de son calepin il se mit à griffonner rapidement ses propos après avoir accroché à nouveau le cintre.


- Il n'y a jamais eu qu'une chose m’effrayant, et ce n'est pas les infirmières ma petite !

Il pouvait bien la traité de petite, c'est juste la vérité pur ! Elle tenait sur son épaule là ! Il fit un trait horizontal, tentant d'indiquer qu'il passait à autre chose, et recommença à écrire sans plus de réaction sur cette page qui n'était plus tout à fait blanche.

-Rien ne vaut de voire la tenue porté pour la juger au mieux, et je crois que sur mon épaule se trouve le meilleur des modèles pour ça.

En parlant de vêtements, il devrait aussi songer à lui redonner ceux qu'elle a laisser en souvenir au temple, enfin si c'est un souvenir il devrait plutôt les garder. Enfin pour le moment le baluchon était bien posé là où il l'avait mit en entrant, et surtout il y avait mieux à faire, bien mieux.
Il glissa dans sa poche son duo d'outil important à la discussion et prit la démone, la faisant quitter son épaule pour la tenir entre ses bras, regardant la tenue qui promettait pas mal. Puis une autre idée lui titilla l'envie de jeu, faisant des acrobaties pour reprendre son outil, il écrit un peu plus difficilement la conclusion de sa réflexion, non, de sa petite folie du moment.


- Tu voudras de l'aide pour l'enfiler ? J'ai jamais mit de robe à quelqu'un.

Un large sourire se dessina sur son visage, alors, et maintenant ?

Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Sam 13 Déc 2014 - 21:42
- Il n'y a jamais eu qu'une chose m’effrayant, et ce n'est pas les infirmières ma petite !

Une seule chose qui l’effraye? Il devrait parler au passé parce qu'il ne me connait pas encore assez bien pour savoir qu'il me craint. Mais ça viendra, en temps et en heure. Pour le moment autant le laisser croire qu'il domine le tout et qu'il n'a peur de rien. Les humains sont tellement naïf, c'est aussi ce qui fait leur charme dans un sens, ce serait tellement dommage de se priver d'une compagnie aussi divertissante. Enfin, vu avec quelle hargne il a griffonné sur sa feuille, il n'a pas dû trop apprécier ma remarque. Je m'en fiche éperdument mais je note ça, il est susceptible, ce sera toujours bon à ré-exploiter à l'avenir.

-Rien ne vaut de voire la tenue porté pour la juger au mieux, et je crois que sur mon épaule se trouve le meilleur des modèles pour ça.

"- Vil flatteur. On peut dire que tu sais parler aux femmes. C'est un comble pour un muet, tu ne trouves pas?"

Oui, je suis vilaine. Je le sais et je l'assume parfaitement. Pourquoi avoir honte de ce que je suis? Je suis et je resterais un être démoniaque. La pire créature que les Enfers aient créés, que la Terre ait supportée avant de m'envoyer pourrir leur école de Dieu à la con. Moi, repentie, à part alourdir indéfiniment la liste de mes méfaits, je ne ferais d'autre de mon éternité. Ah si, m'amuser. Au dépens des autres, cela va de soi. Ah, quel bonheur d'être moi.

Ses mains qui viennent me saisir pour venir me caler dans ses bras. En général, il est vrai que je suis plus farouche que cela mais là, je suis chez moi et puis, il est tellement adorable, mon jouet silencieux. En faisant ça, je sais qu'il se cloue le bec de lui-même et rien que d'y penser, cela me fit rire. Il est entièrement à ma merci alors qu'objectivement, c'est lui qui me tient. J'adore ce genre de paradoxe. Et le pire, c'est qu'il les créé de lui-même, c'est encore plus jouissif. D'autant plus quand il se met à se tortiller dans tous les sens pour récupérer son nécessaire à blabla. Alors, qu'as-tu à me dire de beau, mon chou?

- Tu voudras de l'aide pour l'enfiler ? J'ai jamais mit de robe à quelqu'un.

Un ronronnement plus marqué que les autres tandis que mon sourire devient carrément machiavélique. Il veut jouer on dirait. Ça tombe bien, je ne dis jamais non à une bonne partie. Et celle-là, elle me plait beaucoup. D'ailleurs le rire léger dans ma gorge en dis long sur ce que je pense. Il me suffit de croiser son regard, mes yeux brillants de cet éclat malsain pour qu'il connaisse ma réponse. Mais le plaisir de le dire est trop important, je veux pouvoir en profiter également. Alors, je vais verbaliser tout cela, à ma manière.

"- Eh bien, il n'est jamais trop tard pour apprendre. Laisse-moi faire ton éducation alors, tu ne le regretteras, j'en suis certaine."

Le regard que je lui jettes en dis long sur mes pensées mais chut, ceci restera un secret entre nous. Pelotonnée dans ses bras, je me redresse, déposant mes pattes aux coussinets douillets sur le bord de ses omoplates, amenant mon museau au plus près de son visage tandis que mon image se brouille légèrement pour se modifier. Et en quelques clignements de paupières, me voici redevenue femme, en parfaite tenue d'Eve, littéralement collée à mon Arlequin préféré, un sourire sublime illuminant mon visage radieux.

"- Mais pour une telle tenue, il faut un modèle adapté. Et je pense que cette apparence-là sera plus adaptée. Qu'en penses-tu?"

Je me recule un peu, me détachant de lui en me glissant hors de ses bras avant de faire un tour sur moi-même lentement, lui laissant tout le loisir de se repaître de ma plaisir tout simplement parfaite. Allez, maintenant, amuse-moi.
Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Dim 14 Déc 2014 - 0:53


Le comble du muet, savoir parler, elle était rudement bien pensé celle-là, mais il prenait ça pour un compliment, puisque ça y ressemblait bien en tout cas. Surtout si on passe sur l'effet un peu provocateur recherché dans le fond. Mais c'était loin d'être vexant pour lui, il faisait avec son statut depuis assez longtemps pour en oublier de relever les insultes ou moqueries. Car il fallait bien admettre que sur terre les hommes et femmes se moquant des personnes ayant des problèmes ne manquent pas … Celle qu'il à le mieux retenu fut celle qui annonça qu'il ne savait que respirer car il n'avait pas apprit à parler, et heureusement sinon il ne jouerais pas de flute ! La réponse avec un lancer honteusement précis d'une flute de le visage de l'individu en plein concert lui avait permit de conserver son sobriquet de lubrique et excentrique.

"- Eh bien, il n'est jamais trop tard pour apprendre. Laisse-moi faire ton éducation alors, tu ne le regretteras, j'en suis certaine."

Leurs regards se plongèrent l'un dans l'autre, les deux arborant des sourires digne de celui du joker de batman, la cicatrice en moins. Mais qu'elle tente donc de l'éduquer, ce serait amusant, il n'avait jamais accepter de gentillement suivre toute les directive, même si il les enregistraient plutôt bien.
Mais vous parlez d'une surprise quand dans ses bras il ne trouva plus une mignonne petite chatte mais une belle et sulfureuse dame, il se mit à arborer un encore plus grand sourire, elle avait autant de détachement que lui pour ce que pouvait penser les autres, et lorsqu'elle se sortit de ses bras, le musicien sentit cette peau, douce et au teint claire lui glisser sous le bout des doigts, mais par rapport à tout les instrument de musique qu'il avait pu toucher, le corps d'une femme restait toujours le niveau au dessus, car il dégageait en plus cette chaleur apaisante.


"- Mais pour une telle tenue, il faut un modèle adapté. Et je pense que cette apparence-là sera plus adaptée. Qu'en penses-tu?"

Il la fixe, son regard la parcours de haut en bas, de bas en haut, l'observe sous toutes ses formes, et il sourit encore, ce demi sourire, l'autre moitié cachée derrière son demi masque. Un pouce en l'air dans sa direction, il ne pouvait pas faire mieux pour lui indiquer que c'était parfait, parfaitement parfait !
Le temps d'un instant il gribouille un truc sur la page suivante du calepin et glisse la feuille précédente au dessus avant de s'approcher, passer ses bras sur ses épaules et l'embrasser avec entrain, autant de volonté que ce qu'elle lui a fait au temple. Puis il se recule d'un pas et sourit en lui tendant le texte qu'il avait écrit un peu plus tôt.


- J'en profite pour reprendre le baiser volé dans le temple au fait.



- Qu'elle dommage d'être muet, je suis obligé de te conduire manuellement à faire certaines choses !

Un bref sourire, deux petits centimètres de langues tiré entre ses lèvres, lui aussi savait être un peu embêtant. Mais il fallait bien admettre que c'était un jeu qui allait être inoubliable. Il jouerait bien une petit musique pour accompagner la scène, quelque chose d'un peu érotique, des sons grave, un rythme lent, coupé par de petites pointes plus aigus pour marquer certains moment, il entendait si bien la mélodie dans sa tête tandis qu'il se revoyait faire, et cela lui fit apparaitre un sourire en coin.

*La musique peut tout accompagner*

Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Dim 14 Déc 2014 - 10:14
Une fois ma forme humaine revenue sur le devant de la scène, je n'en perd nullement mon aplomb. Je peux sentir le trajet de son regard glisser le long de mes courbes simplement si justement dessinée, dont la perfection en ferait pâlir de jalousie toutes les déesses des temps anciens. Eh ouais, en enfers, on fait bien les choses et il n'y a que la crème des crèmes qui peut se vanter de m'arriver ne serait-ce qu'à la cheville. Je suis une créature du diable mais aussi et surtout sa plus belle création. Je le sais et j'en joue sans le moindre remord.

En tout cas, mon petit arlequin apprécie ma nouvelle prestance, c'est une évidence. Un nouveau gribouillage de sa part avant qu'il ne s'approche de moi, d'une démarche assurée avant de venir passer ses bras autour de mes épaules. Curieuse, j'attend la suite qui ne tarde nullement à arriver. Ses lèvres viennent chercher les miennes avant de manifester leur volonté avec un entrain doublé d'une fièvre bien présente. Mawrr. Ce petit bout d'homme est décidément de plus en plus sympathique à mes yeux vairons. Car oui, j'adore ce genre de petites initiatives. lorsque je suis d'humeur, bien évidemment, faut pas abuser non plus.

- J'en profite pour reprendre le baiser volé dans le temple au fait.

"- Ne crois pas que nous soyons quitte pour autant, mon Chou. Mais pour cette fois, je saurais me montrer magnanime. "

C'était donc ça, son petit gribouillage. En fait, j'aime de plus en plus cette technique qu'il a de communiquer. J'ai même hâte de pouvoir le délester de ce carnet et de son crayon pour voir comment il se débrouillerait pour communiquer par la suite. Oui, je suis méchante mais c'est dans ma nature après tout. Il sait à quoi s'en tenir et, visiblement, il ne s'en plaint pas, le pauvre petit chéri. Alors, je vais continuer à jouer avec lui. Enfin, à ses dépens aussi un peu, parce que ce n'est pas drôle si je reste trop sage. Mais si les démons sont des créatures pleines de vices, les humains ne sont pas mal non plus dans leur genre, la preuve.

Enfin, revenons-en à l'instant présent. Mon habilleur tout désigné vient récupérer ma tenue de scène avant d'en décrocher la première partie qui viendra glisser sur ma peau de pêche. Les bas résilles: très bon choix, double face. Je le laisse se préparer comme il l'entend, restant simplement debout eu centre de la pièce, bien placée au cœur d'un rayon de soleil pénétrant par la fenêtre dans mon dos. Même l'astre du jour aime me caresser, c'est dire à quel point je suis tout simplement parfaite. Bon, trêve de divagation, revenons-en à mon mouton.

Revenu à mes côtés, mon jouet du moment commence alors à se mettre au travail. Ses doigts parcourent ma peau en une danse sensuelle et délicate, guidant les mouvements de ma jambe avec un doigté digne des plus grands. J'en ronronnerais presque sous ses attentions mais je ne veux pas lui faire ce plaisir. Pas encore. J'aime préserver mes effets pour les meilleurs moments et là, ce n'est que l'apéritif. Le calepin vient remontrer le bout de son nez et le gribouillage reprend avant d'être tourné à mon attention. Alors, ce sera quoi cette fois-ci?

- Qu'elle dommage d'être muet, je suis obligé de te conduire manuellement à faire certaines choses !

Un sourire malicieux de sa part avant que le calepin ne disparaisse à nouveau. Moi, je me marre, simplement. Mais d'un rire claire et léger, avant de lui tirer la langue à mon tour. Alors lui, il est vraiment impayable.

"- En effet, cela à l'air de tellement te compliquer la tâche. Pour un peu, j'en viendrais presque à te plaindre. Mais tu sais, si c'est vraiment trop dur pour toi, je peux toujours t'aider et m'habiller toute seule."

Provocation, jusqu'au bout je ne lui laisserais aucun répit. Tu as voulu jouer alors maintenant vient t'engluer dans mon piège. J'aime sentir mes proies vibrer sous mes doigts et toi, étant musicien, tu ne pas dire le contraire. Il n'y a rien de plus jouissif que ce contact-là. Je redeviens plus calme mais mon regard en dit long sur ce qui agite l'intérieur de ma caboche. Je me laisse guider tandis que les bas glissent l'un après l'autre sur mes jambes fines et galbées, sous la direction des doigts de mon Arlequin.

"- En tout cas, pour le moment, tu te débrouilles plutôt pas trop mal. Mais tu n'as fait que le plus simple. Alors, quelle sera la prochaine étape?"

Je me trémousse légèrement, à présent vêtue pour toute parure d'une paire de bas parfaitement ajustée. Un pose à la mannequin, juste histoire d'améliorer un peu mon profil si cela est encore possible, un clin d’œil malicieux à l'attention de ma proie du moment et ma langue qui vient parcourir mes lèvres subrepticement. Oui, la suite promet d'être très intéressante. Et je ne compte pas laisser ce jeu prendre fin avant que j'en sois rassasiée. Car je reste seule et unique meneuse, quoi qu'on puisse en penser. Alors mon Arlequin, montre-moi de quoi tu es capable. Je suis certaine que tu peux faire encore mieux que ça.
Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Dim 14 Déc 2014 - 18:44

"- Ne crois pas que nous soyons quitte pour autant, mon Chou. Mais pour cette fois, je saurais me montrer magnanime. "

Magnanime ? Elle ? C'était presque difficile à avaler, mais bon si elle s'aventurait à revoler quelque chose, il n'aurait pas d'autres choix que de faire le nécessaire pour récupérer la chose, mais peut être qu'il se permettra un supplément à la prochaine, ces petits jeux qu'ils avaient entre eux étaient bien trop jouissif pour les laisser finir comme cela.
La proposition qu'elle se vêtisse d'elle même passa à la trappe quand il se mit au travail, allons, c'était leurs plaisir à tout les deux, comme si ils pouvaient finir sur une pareille note … Les bas installés l'arlequin l'observa avec un petit sourire la démone quand lui annonça qu'il se débrouillait bien, mais qu'il ne s'agissait que du plus simple.

Franchement, dans son petit bain de soleil elle était une créature purement porteuse de désir, des envies de jeu, mais aussi d'autres. Il s’approcha d'elle et colla son propre torse contre le dos de l’infirmière, passant ses bras autour d'elle en les glissant sous les bras, il parcourut la peau en la frôlant à peine afin de finir d'installer à la perfection le haut des bas, faisant disparaitre le moindre plis, que ce soit honteusement parfait.
Puis il se fit un petit plaisir en la parcourant doucement, frôlant la peau du ventre et remontant plus haut encore, effleurant assez pour qu'elle récente la chaleur de ses mains jusqu'à certains endroits délicat sans pourtant les toucher et arriva aux épaules en passant par les cotés puis le dos. Il n'y avait vraiment aucune imperfections à remarquer, uniquement cette douceur enivrante.
Et op, il posa sur sa tête la coiffe blanche arborant la petite croix rouge. Son souffle glissant dans le cou de Nelsha il resta comme ça pour écrire un petit message.


- Je vois bien ma petite infirmière s'occuper de moi comme ça, mais je vais tout de même te mettre le reste … pour le plaisir ...

Et op, le calepin repart dans sa poche tandis qu'il disparait pour revenir avec l'ultime pièce de ce jeu du moment. La belle créature n'ayant pas bougé de sa place il entreprend donc de la mettre en place pour la suite, lui saisissant les mains en se mettant face à elle il s'approche à un doigt près que le contact ai lieu et la fait tendre les bras en l'air, relevant et tendant sa peau, un bref coup d’œil aux bas, et peut être aussi à tout ce qu'il pouvait avoir sous les yeux en cet instant, et il soulève la robe pour la placer au sommet de tout ceci.
Il commença alors a tourner en rond autour d'elle descendant le plus lentement qu'il le pouvait la pièce de tissu, indiquant à chaque main les trous des bras, ce corps il le connaissait maintenant par cœur de l’extérieur, il ne craignait aucun contact avec elle, le passage de la poitrine se fit d’ailleurs non sans une petit caresse dissimulée en faisant croire qu'il s'agissait de mieux faire passer cette étape à la tenue qui se déroulait sur elle délicatement guidé par les doigts d'un maitre.


*Cette première est inoubliable !*

Quand enfin l'uniforme eut finit d'apparaitre, le musicien, perfectionniste jusqu'au bout des doigts, se lança dans la traque des petits plis, glissant les mains dans le décolleté pour relever un peu la poitrine et ajuster la vue plongeante sans aucunement rougir ou frémir.
La fin se fit ressentir lorsqu'il glissa doucement ses mains autour du cou de la “cosplayeuse” pour sortir les cheveux du col et du laçage avant de la regarder droit dans les yeux arborant un large sourire. Dans le fond si le jeu se terminait maintenant ce ne serrait pas franchement amusant, mais elle lui réservait surement une surprise non ? Un cadeau pour lui avoir tout enfiler avec tout ce soin. Sur le calepin qu'il tenait dans une des mains posé sur une des épaules de Nelsha, on pouvait y lire un message supplémentaire.


- Et maintenant, la suite du jeu dépendra encore de mes doigts de fées ?

Ça ne se terminera pas maintenant, les jeux les plus longs sont les meilleurs, et plus ils sont long, plus le final promet ! Forcément Sebastian voulait avoir la meilleur fin possible, alors il fallait qu'il prolonge ce jeux, il lui a bien fallut quelques longues minutes pour l'habiller et se rincer les yeux non ?

Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Dim 14 Déc 2014 - 21:48
Les bas à présents bien positionnés sur ma peau de bébé, mon habilleur du jour se rapprocha moi, venant se glisser dans mon dos pour venir déposer son torse contre ma colonne vertébrale, le temps de venir passer ses bras sous les miens avant de parcourir ma peau avec une lenteur toute calculée. Frôlant ma peau de son toucher délicat, juste assez présent pour laisser entrevoir ce grain de chaleur humaine sans pour autant ne serait-ce que s'attarder sur le moindre centimètre de peau inutile. Oui, des doigts de fées, véritablement. Pour un peu, il m'en arracherait un frisson de plaisir. Mais il ne faut pas rêver, il en faudra bien plus pour me faire céder.

Le parcours de ses mains se termina sur les élastiques des bas, venant finir de les ajuster à la perfection. Et oui, pas de place à la moindre erreur, au moindre petit faux pli. Pour un modèle parfait, il faut une tenue de la même trempe et ça, il l'a très bien compris. Brave petit. Et maintenant que mes jambes se retrouve à moitiés dissimulée par les grillage de résille, ses mains remontent, profitant honteusement de leur trajet pour venir s'amuser sur ma peau au passage. Je devrais m'en offusquer, c'est à moi de jouer avec lui et pas l'inverse. Mais j'aurais toutes les occasions plus tard de reprendre la main.

Puis, alors que ses doigts finissent enfin par quitter mon corps, c'est au tour de la coiffe d'infirmière de venir rejoindre ma chevelure. Posée délicatement, tel le diadème sur une tête princière, je sens son souffle qui s'anime contre ma gorge. Un rictus un brin sadique se peint sur mon visage, profitant du fait qu'il ne me voit pas avant de laisser simplement sortir un ronronnement doux et profond. Puis, le carnet refait son apparition dans mon champs de vision, attirant mon regard aussi surement que le vice est ancré dans ma nature.

- Je vois bien ma petite infirmière s'occuper de moi comme ça, mais je vais tout de même te mettre le reste … pour le plaisir ...

Rien que pour le plaisir alors. Parce que je sais très bien que, tout comme moi, il n'aurait pas le moindre état d'âme à se contenter d'une infirmière si peu vêtue. Personnellement, j'ai tellement l'habitude d'être nue. Les chats ne perdent pas de temps inutile à se trouver des fringues et si c'est vrai que c'est joli, c'est vraiment tout sauf pratique. Et les mœurs qui vont avec, beurk, un ramassis de conneries pures et simples. Enfin, ici, tout n'est que jeu et artifice alors, je reste sagement en place, attendant la suite des opérations. Montre-moi de quoi tu es capable, double face.

Pour la suite de la session d'essayage, je joue docilement la poupée de porcelaine. Ses me guident mieux que des mots que je suis dans un silence presque religieux. Presque seulement car je m'amuse à ronronner légèrement, donnant une musique de fond à cette scène aussi incongrue que sensuelle. lentement, centimètre par centimètre, le tissu vient glisser sur ma peau sous l'impulsion des doigts et des paumes du musicien muet. Une caresse qu'il laisse échappé, comme si de rien n'était avant que la mise en place de la robe en elle-même se termine, puis un temps de latence, juste pour admirer l'ensemble.

Mais le chef d'orchestre de l'oeuvre d'art que je suis n'est pas encore satisfait. Alors les plis sont chassés les uns après les autres, mes cheveux remis en place, la coiffe également. Le laçage est astucieusement ajuster tandis que le décolleté se fait encore plus plongeant qu'il ne l'était déjà. A croire qu'il n'en avait jamais assez. Tant mieux car la partie ne faisait que commencer. Du moins, à ses yeux. Lui, son avis, je m'en moquais comme de ma première paire de chaussettes, il n'avait nullement son mot à dire. Et quand bien même il l'aurait, étant muet, cela réglait le problème.

- Et maintenant, la suite du jeu dépendra encore de mes doigts de fées ?

"- Comme si quoi que ce soit dépendait de toi ici. Tu es dans mon domaine, ne l'oublie pas trop vite, tu pourrais le regretter."

Je m'écarte légèrement avant de faire langoureusement un tour sur moi-même, juste histoire de le laisser encore un peu admirer en oeuvre en position de maître. Parce que maintenant, c'est à mon tour de mener, la danse. Ce ne serait pas drôle sinon. Alors, je me rapproche, doucement et avec grâce, féline et sensuelle, un sourire adorablement craquant sur mon charmant minois. Et une fois mon visage à quelques millimètres du sien, je viens déposer on front contre le sien, avant de déposer avec douceur mes mains sur ses joues.

"- Heureusement que je suis infirmière n'empêche, parce que tu es drôlement chaud tu sais. Cela ne m'étonnerait pas que tu couves quelque chose. Le temps est tellement instable par ici."

Je laisse mes doigts glisser le long le long de son cou avant de ne laisser que mon index jouer avec le rebord de son haut. J'ai reculé d'un pas mais mon regard intense n'a pas quitté le sien. Il ne peut pas parler mais le corps sait parfaitement s'exprimer de lui-même alors peu m'importe son fichu carnet, je saurais toujours à quoi il pense. Et pour le moment, lui aussi veut que le jeu continue en prenant un nouveau tournant. Un virage auquel il ne s'attendrait peut-être pas. Du moins, un essor que je n'aurais aucunement peur de lui offrir.

"- Il va falloir que je m'occupe sérieusement de mon premier patient mais pour ça, il va me falloir t’ausculter. Laisse-moi t'accompagner jusqu'à un lit, que tu puisse t'installer confortablement."

Je passe donc mon bras sous le sien, le soutenant avec tact et l'accompagnant jusqu'au lit le plus proche. Je l'aide à s'y asseoir avant de lui offrir un ravissant clin d’œil et de m'éloigner de lui quelques instants. première étape, fermer les rideaux de la fenêtre. Ensuite, passer verrouiller la porte, afin de pouvoir mener mon jeu comme bon me semble et jusqu’où je le souhaiterais. Enfin, Revenir vers mon 'patient' du moment avec tout mon matériel parfaitement stérilisé et organisé sur un plateau monté sur roulette. Eh oui, je fais ça très sérieusement.

Les lumières allumées afin de parer au manque de luminosité de la fenêtre à présent cachée, je finis de revenir m'installer juste à côté de mon Arlequin préféré, un sourire radieux sur le visage, jambes croisées et main posées de chaque côté de mes hanches, dans un attitude absolument pas digne d'une infirmière mais bon, n'est-ce vraiment un souci en soi? J'en doute fortement. Allez, retournons nous occuper de notre grand malade du moment.

"- Il va falloir que je t'examine pour pouvoir déterminer ce dont tu souffres. Alors je vais commencer par écouter ton coeur et ton souffle. Suis simplement mes consignes et tu verras, tu seras guéris en un rien de temps."

Je viens mesaisir du stéthoscope que je place autour de mon cou, avec un savoir-faire évident ce qui me donnerait vraiment l'allure d'une véritable infirmière. mais en revenant face à lui, au lien de m'en servir, je ne m'en sers que comme décoration, un collier original ornant ma gorge, avant de venir poser directement mon oreille contre sa poitrine, ma main à plat contre son torse juste à côté de mon visage pour avoir un appui aussi parfait que possible.

"- Bien. Maintenant, respire profondément. Et plus calmement que cela, s'il te plait. On te croirais en proie aux griffes d'une créature de rêve vu à l'allure à laquelle il galope."

Oui, j'exagère. Et oui, je me lance des fleurs. Comble de tout, je l'assume à la perfection. Allez, entre dans mon jeu, suis-moi aussi loin que possible, mon Arlequin. Laisse-moi m'amuser en ta compagnie.
Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Lun 15 Déc 2014 - 21:16


ce que l'entendre ronronner en forme humaine pouvait être agréable et perturbant à la fois … Mais ça lui donnait un charme très certains. De toute façons il était fière de son travail, elle avait accepté de se laisser gentillement faire complétement, il ne pouvait que lui reconnaitre ce cadeau qu'elle lui avait fait, même si lorsqu'elle affirmait être la reine dans son domaine il trouvait cela un poil moins amusant, peu être trop prétentieux, mais ceci dit il repensa à lui, sur le podium en concert, c'était son royaume, et il y régnait en maitre lui aussi, ceux qui y venait il n'avait aucune attention pour eux. Alors il l'a comprenait bien, chez soit on est toujours celui qui tient les rennes n'est-ce pas?

Il la fixa dans les yeux avec lui aussi un grand sourire quand elle s'approcha si prêt de lui. Bien sur qu'il était chaud bouillant à cause d'elle ! Il ne pouvait en être autrement avec un jeu si excitant ! Et qu'elle ose dire qu'elle ne l'était pas elle aussi, car ce contact lui permettait aussi de le déterminer. Alors elle passa son bras autour de lui pour le soutenir, oulaaa, il se sentait tout malade, ça ne vous convint pas ?


"- Il va falloir que je m'occupe sérieusement de mon premier patient mais pour ça, il va me falloir t’ausculter. Laisse-moi t'accompagner jusqu'à un lit, que tu puisse t'installer confortablement."

Oh oui, qu’elle l’ausculte, qu'elle regarde tout de lui, il serait un gentil petit arlequin, comme elle a été une gentille poupée d'essayage ! Alors pour illustrer ce jeu le musicien pose sa main droite sur la hanches de son infirmière, histoire d'avoir un soutien, même si l'idée est juste de la toucher un peu. Son autre main glisse sur son front, tandis qu'il fait semblant de tousser, jouant le jeux atrocement mal parfaitement volontairement. Comme si il lui affirmait qu'il était malade en ce moquant un peu, mais ce n'était pas une moquerie, il voulait juste mal jouer le jeu du malade histoire de dire qu'il faisait quelque chose.
Elle s'éloigna pour les isoler tandis qu'il lui fit un clin d’œil en réponse au sien. Prenant soin de gentillement s'allongeant, tentant d'imiter une quinte de toux sans le son caractéristique de l'homme qui tousse … juste de petits coups de vent pas très bruyant … Là il était un peu emmerdé d'être muet … Le verrou de la porte, les rideaux tirés, il n'y avait qu'eux et il n'y aurait donc pas d'intrus qui viendrait à l'improviste, il arbora alors un grand sourire, c'était bon ça ! Très très bon !
Délicatement elle vient poser son oreille contre le torse du petit blond au masque qui ne bougea pas, bien qu'il la fixait avec ce regard très significatif de son intérêt pour elle. Il posa une main sur ses cheveux et la caressa délicatement, avec toujours ce demi sourire à cause du masque. C'était apaisant de lui faire la même que dans son autre forme, mais il n'en oubliait pas pour autant le jeu, et tandis qu'il s'attelait à calmer son souffle et son cœur de plus en plus la main glissa subtilement pour que ses doigts agiles défasse en toute discrétion le lien qui maintenait le laçage, avant de recaresser un peu et sortir son carnet.


- Oh mon infirmière, regarde comment je suis malade, je t'en prie, prends soin du musicien que je suis !

Il lui fera une démonstration de son pouvoir après tout ça, ou avant, ou pendant, il verra bien, mais il lui fera comprendre toute l'étendue des jeux qu'il peut y avoir avec lui grâce à ce dernier. En tout cas la présence de Nelsha était clairement ce qui lui manquait de son vivant, il n'avait tellement pas su se distraire avant … Et quand il l'a fait c'était un peu la fin alors il ne faisait pas dans le subtile. Là c'était enfin le niveau au dessus, tout ce qu'il pouvait attendre !Une partenaire qui lui offrait enfin un vrai spectacle ! Pas comme l'autre qui l'avait suivi aveuglément sans rien faire de plus … C'était presque pitoyable … Son infirmière démoniaque, elle, ne l'est pas ! Une vraie artiste du jeu dans un corps sculpté parfaitement !

Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Mar 16 Déc 2014 - 10:21
Maintenant que le décor est parfaitement en place, passage à l'acte 2. Car oui, tout ce qui venait de se dérouler n'était rien de plus que des hors d’œuvres. Je ne comptais nullement m'arrêter et visiblement, mon compagnon de jeu était du même avis. Tant mieux, de toute façon, je ne lui laissais pas vraiment le choix. Et puis, il avait l'air d'y prendre aussi sacrément son pied de son côté alors pourquoi ne pas simplement laisser tous nos vices s'exprimer librement? Je n'ai aucunement honte de ce que je suis mais lui, saura t'il me prouver qu'il vaut la peine que je m'attarde un tant soit peu sur son cas? J'attends de voir ça.

Oh oui, le jeu de ses doigts sur ma peau avait été très agréable, je ne vais pas le nier, mais il en faudra plus pour que je succombe à quoi que ce soit. Tout ne reste qu'un jeu affriolant, sensuel, tendant vers le stupre et la luxure mais rien de plus. Pas de sentiments, ce n'est pas le genre de choses dont je m’encombre. Et puis, depuis le temps, il est de notoriété publique que je n'ai pas de cœur de toute façon. Alors, profitons simplement outrageusement de l'instant présent.

Bon, son jeu d'acteur est nul à chier, autant dire ce qui est mais ça n'en rend que les choses plus drôles. La toux muette, c'est trop mignon. Enfin, lui aussi se laisse parfaitement faire et à présent, je suis de retour à ses côtés, venue posée mon oreille sur son torse pour mieux sentir son souffle saccadé et entendre le son captivant de ce cœur battant rapidement entre ses côtes. Je sens ses doigts venir se perdre dans ma chevelure, comme ils s'égaraient sur le pelage de ma forme féline. Un accroc de plus, voilà ce qu'il va devenir. Dépendant de mon être, de ma présence et de mon aura diabolique. Oui, voilà ma plus grande perversité. On me hait autant que l'on m'adore et toujours, je deviens indispensable. A tous et pour tout.

Sa main s’attarde jusqu'à venir s'accrocher aux lacets qu'il a pris tant de soin à attacher précédemment, le faisant lâcher sans aucune difficulté. Entre temps, son souffle s'apaise un peu, comme s'il tentait de reprendre le contrôle de lui-même. Oui, vas-y, que je puisse encore mieux te faire vibrer par la suite. Nouvelle caresse avant que le carnet ne réapparaisse, à peine quelques secondes, juste le temps d'une phrase.

- Oh mon infirmière, regarde comment je suis malade, je t'en prie, prends soin du musicien que je suis !

"- Quel dommage. Moi qui espérais pouvoir m'occuper de l'homme, je n'ai droit qu'au musicien? "

Sourire adorable, frimousse ravissante, allure naïve et fragile, tout est de mon côté pour le faire tomber dans mes filets. Mais d'abord prendre le temps de laisser monter la pression. Je me redresse un peu, le nœud défait dans mon dos laissant mes bretelles tomber doucement de mes épaules sur le haut de mes bras, laissant encore davantage de liberté au décolleté sans pour autant qu'il ne devienne trop vulgaire. Tout dans la suggestion et la subtilité. Voilà la clef de mon art.

"- Dans tous les cas, pour m'assurer de ton état, il va me falloir t'ausculter de plus près...."


Mes doigts fins viennent saisir les bords de son haut, avant de le remonter lentement, avec une précision divine. Au passage, la naissance de mes griffes parcoure sa peau, caressante et douce en laissant un arrière gout sauvage sur leur passage. Oui, je suis peut-être une gentille fille quand je le veux mais je reste une bête sauvage. Indomptable et farouche, ne l'oublie pas. Je termine de lui ôter son vêtement, avec toute la finesse dont je suis capable avant de revenir poser son oreille contre sa peau à nue.

Cette fois, mes mains accompagnent ma tête, se posant sur son torse bien à plat pour commencer, le temps que je capte son souffle profond et un peu rapide avant de se recroqueviller doucement, laissant mes doigts caresser son grain de peau. Oui, je m'amuse, j'aime ça et je ne vais pas m'en priver. Quelques seconde d'attention avant de me redresser, mon visage venant faire face au sien avec une expression faussement inquiète. Le dos de ma main qui vient se poser sur son front alors que je le fixe avec un regard brillant d'excitation.

"- Mon pauvre petit Arlequin, tu es vraiment mal en point. Tu ne devrais pas te surmener de la sorte. Laisse-moi m'occuper de toi et te remettre sur pied..."


Je viens laisser glisser mon souffle chaud dans son cou, mon ton contredisant parfaitement mon apparente douceur naïve, rempli de promesses de jeux toujours plus attrayants les uns que les autres. Mais pas la peine de brûler les étapes. Il nous reste du temps. Beaucoup de temps. L'éternité même. Alors, je viens m'installer sur ses genoux, avec grâce et délicatesse, passant mes bras autour de son cou tout en me calant contre lui en ronronnant doucement.

"- Tu devrais te mettre à l'aise. Les malades doivent restés au lit pour guérir plus vite. Mais ainsi vêtu, cela risque de ne pas être très agréable. Alors, comme tu es très faible, il est de mon devoir d'infirmière de t'aider."

Un clin d’œil rapide, ma bouche qui effleurent la jonction de ses lèvres et de sa joue tandis que déjà, je laisse mes pieds se séparer des talons les enveloppant pour user de toute ma dextérité. Eh oui, je ne compte pas quitter ma place et déjà, en quelques mouvements habiles, ses propres chaussures sont allées rejoindre les miennes sur le sol.

Mes mains, de leur côtés, viennent jouer avec le ceinture de son pantalon avant de le faire lentement glisser le long de ses hanches. Mes doigts savent quoi faire et même ainsi assise sur lui, le déshabiller ne sera pas un souci. D'ailleurs, avec quelques changements d'appui de ma part, mes mains finissent par faire disparaître complètement cette barrière de tissu. Comme quoi, avec quelques caresses le long de son dos, sur ses fesses et le creux de ses reins, on peut faire tout ce que l'on veut d'un homme. Le langage du corps est universel après tout.

Le pantalon termine sa course le long de ses jambes avant que les miennes terminent de l'envoyer voler plus loin, sans que je m'en soucie. Et là, je descends de mon perchoir, avant de venir saisir ses épaules et l'allonger sur le lit. Et le couvrir du drap et de la couverture, comme je le ferais d'un réel malade. Une petit blague à ma façon. Je le chauffe et là, je le plante purement et simplement. Ouais, c'est vilain mais ce n'en est que plus drôle. Et puis, le jeu n'est pas terminé.

Je l'abandonne un instant, le temps d'aller fouiller dans ses affaires pour lui ramener son matériel de communication. Bien que j'ai déjà dans l'idée pour la suite d'utiliser autre chose mais ça, ça sera pour plus tard. Je reviens, m'installant pour ma part au-dessus de la couverture, allongée à ses côtés avec un sourire machiavélique.

"- Je ne peux pas remplir mon rôle comme il se doit si je ne sais pas ce dont tu souffres. Quels sont tes symptômes? Allez, raconte-moi tout."

Oui, dis-moi tout de toi. Tout et n'importe quoi même, je m'en balance. Mais prouve-moi que tu es capable de rebondir assez pour attiser mon intérêt. Car je me lasse vite.
Invité
avatar
Invité
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] - Jeu 8 Jan 2015 - 22:23

"- Quel dommage. Moi qui espérais pouvoir m'occuper de l'homme, je n'ai droit qu'au musicien? Dans tous les cas, pour m'assurer de ton état, il va me falloir t'ausculter de plus près.... "

Allons, tu devrais savoir mieux que d'autre que le musicien est avant tout un homme, sinon il aurait dit s'occuper de l'instrument de musique qu'il est ! Mais bon, il lui sourit, et la laisse faire, il faut dire qu'il a une certaines expérience dans le domaine d'être inerte devant des infirmière, c'est pas très glorieux, mais reste de la bouteille dans le domaine de se laisser manipuler.
Alors il la laisse s'atteler à son “travail” se faisant mettre à nu, l'observant silencieusement en se contenant de faire quoi que ce soit. Enfin, il la dévore pas mal du regard avec un petit sourire taquin tout de même hein ! Elle se frotte bien contre lui dans sa tenue en voie de partir, c'est aguicheur au possible, et c'est dur de l'admettre mais ça lui fait de l'effet ! Toute ces petites attention, elle le chauffe clairement, et ça marche pour son plus grand malheur …
Puis soudain la douche froide, elle arrête tout, lui ramène son carnet et s'allonge à coté de lui. Un sourcil haussé il fixe le carnet qu'elle lui tend depuis sa position et se tourne sous sa couverture avant de faire sortir les main de la zone abritée pour le saisir.


"- Je ne peux pas remplir mon rôle comme il se doit si je ne sais pas ce dont tu souffres. Quels sont tes symptômes? Allez, raconte-moi tout."

Le sourire du musicien se transforme, il comprend donc maintenant ce qu'il en retourne, le jeu continue hein, élargissant son sourire, il trahit le fait qu'il soit malade, mais il pourrait tirer quand même avantage de tout cela, un petit hochement de tête et il attrape le calepin et le stylo, tapotant légérement le papier avec l'outil d'écriture, comment d'écrire efficacement ce dont il souffre ?
Il se tourne vers elle avec un petit sourire, histoire qu'elle ne lise pas par dessus son épaule.


- Tu vas prendre froid ! Je vais faire quoi si mon infirmière est malade moi !

Et op révélation du papier, profitant de son moment de lecture pour saisir la couette et d'un geste rapide il la glisse sur elle, ils sont maintenant ensemble sous la chaude couverture. Mais bon, il est temps de répondre à son interrogation. Aucun bruit, pas même celui de la couverture qui bouge, non, rien, rien avant que le bruit du stylo frottant le papier raisonne.

- J'ai des frissons, des coups de chauds, puis soudain d'autres comme une douche froide, des envies ...

Il barre de plusieurs traits le mots envies écrivant en dessous entre parenthèse un petit truc pour justifier ca.

- Non, ca c'est car je suis joueur en fait ...

Il fait le malin car il n'est pas malade, mais lorsqu'il se remit sur le dos, fixant ce plafond d'un blanc pur, il se met à faire un sourire bien particulier, vous savez comme si il riait de lui même dans un moment d'autodérision, et tend alors une main vers le plafond, la main de sorte de la voir dans son champ de vision, voir ça il en avait rêver de son vivant quand il a été malade …
Un frisson le parcours, au moins ça va illustrer ses symptômes ! Et il se tourne immédiatement vers elle et reprend son sourire en coin de joueur, écrivant encore plus sur ce papier pour communiquer avec elle, mais bon, elle a déjà dut comprendre grosso modo le message non ? Dans le doute il pose soigneusement le calepin sur elle pour qu'elle lise cette fois clairement en même temps de le stylo avance sur le papier déjà pas mal décoré d'écrit, va falloir falloir passer à la feuille suivante après.


- La meilleur direction à regarder c'est surement ma droite, j'aime pas les plafonds blancs. Sinon, si tu as chaud sous la couette je peux te retiré ton uniforme, il faut qu'on soit à l'aise pour bien me soigner non ?

Op, on tourne la page, si elle a pas lu tant pis pour elle ! Il est tant d'écrire en plein milieu la question existentielle de cette situation, de demander la chose la plus importante de toute, vous l'avez bien compris.

- Oh doctoresse, de quoi suis-je malade ?

Le rôle du malade lui va bien ou pas ? Quoi ? Il aurait fallut demander autre chose ? Allons, avant de demander le traitement il faut demander la maladie non ?

Contenu sponsorisé
Re: Deuxiéme rencontre. [sensible : -16] -
Deuxiéme rencontre. [sensible : -16]
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Infirmerie-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page