Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Relation Epistolaire

Invité
avatar
Invité
Relation Epistolaire - Mar 3 Juin 2014 - 10:10
Pff, je commence sérieusement à me lasser de cette Académie. Oui, je trouve toujours de quoi m'amuser si j'en ai envie mais finalement, rien n'y bouge vraiment. Au moins, chez les humains, cela avait le mérite d'être toujours nouveau. Oui, je m'en suis pris plein la gueule, je ne dirais pas le contraire. Se faire bruler vive et compagnie, ce n’est pas ce que j'ai préféré mais au moins j'ai pu y prendre mon pied. Ouais, j'ai été aussi bien, la gentille, la méchante le monstre que tout ce que vouliez que je sois. Insaisissable et terrible, joueuse et tueuse, prédateur parfait. Là, même si je tue quelqu'un, je me contrains de le faire revivre, tu parles d'une croix à porter, non mais sérieux quoi. L'autre absent à vraiment des idées à la con des fois.

J'erre dans les jardins avant de me rendre à la Bibliothèque. Ouais, envie de me rappeler le bon vieux temps. De m'imprégner de tous ces délires des hommes au sujet des miens. Oui, je suis un démon et je le vis très bien. J'assume même d'avoir frôlé les hautes sphères du pouvoir satanique. Bélial, ta déchéance viendra à son tour et je t'assure que je serais ravie de te voir dégringoler car je ne suis pas rancunière mais œil pour œil, dent pour dent. Je laisse mes pensées dériver avant de passer dans les rayons sans m'y attarder. Il n'y a personne et c'est tant mieux, je n'ai pas envie d'être dérangée.

Mes yeux vairons effleurent les titre affichés sans s'attarder vraiment dessus, jute temps de les découvrir. "Traité de Démonologie Supérieur", "Georges Bouton, Explomigrateur", "1001 délicieuses recettes à base de gnous brun d'Australie" ou encore "Un trésor n'a de trésorien que ce que le trésorier a trésorisé dedans". Eh bah, y a jamais des gens qui ne savent pas quoi inventer.

Je finis par choisir un livre, dans un rayon quelconque. Pourquoi celui-là? Parce que, tout simplement. 'Histoire à deux', quel titre débile. Enfin, je l'ouvre et suis étonnée de n'y trouver que des pages blanches. C'est quoi cette arnaque encore? Tiens, en fait, il y a un truc d'écrit sur la première page. Intéressant. Je me penche, curieuse soudain, pour venir décrypter l'écriture fine et souple déposée sur la première page.

« Salut, je suis arrivée la semaine dernière. Je suis paumée. Tout est si différent ici. Si magique…

Je ne comprends pas les règles de ce nouveau jeu… Mais je suis certaine d’une chose, il n’y a aucun retour en arrière possible.

Je ne sais pourquoi j’ai la conviction que quelqu’un trouvera ces mots, même si logiquement vu la taille de ce recueil comparée à cette pièce il n’y a aucune chance. Cependant si tu as trouvé ce cahier, parles-y un peu de toi. Je t’y répondrais de temps en temps… Enfin si tu veux… sinon laisse le simplement ici.

Je te remercie,

Ange »


Une correspondance? Mais en voilà un truc marrant à faire. Je ne sais pas pourquoi pourtant, je veux d'abord m'assurer d'un détail. Ce cahier, je suis certaine d'en avoir croisé un autre, similaire, dans une autre allée. Alors je reviens en arrière et je cherche avant de tomber sur le jumeau du livre entre mes mains. Et là, mes yeux se mettent à briller de malice. Oh oui, je vais te répondre mon petit Ange, mais tu ne sais pas sur qui tu es tombée. Je vais m'installer à la première table venue et sort de mon Coffre Dimensionnel de quoi écrire avant de me lancer dans ma rédaction.

Ange, hein? Eh bien, c'est assez drôle si on considère que moi, je suis une pure créature du malin. Enfin, bienvenue chez les fous, pauvre de toi. Tu verras, tu t'y feras vite. La mort, ça ne fait bizarre que la première fois, à la fin on s'habitue, c'est comme tout.

Te parler de moi? Crois-moi, tu ne le veux absolument pas. Car si tes cauchemars sont déjà monstrueux, je le suis encore plus. Tu n’as pas la moindre idée de la personne à qui tu t'adresses. A tes mots, je peux déjà assurer que tu es une jeune fille, sans doute douce et sensible, et jeune par-dessus tout. Alors que je suis ton parfait opposé, ou presque.

Alors, souhaites-tu vraiment continuer cet échange? Je te laisse encore l'occasion de faire marche arrière mais tu n'auras pas de seconde chance. Alors réfléchis-y bien. Et qui sait, peut-être à bientôt....

Tinuvaë


Pourquoi ma véritable identité? Afin qu'elle n'ait aucune chance de me retrouver ici. Et parce que, je ne sais pas. Avec ce livre, c'est venu tout seul. Enfin, j'observe le livre jumeau où mes mots se sont inscrits de la même façon. Parfait. Celui-là, je le glisse dans mon Coffre personnel et le premier, je le remets à sa place avant de quitter les lieux pour aller paresser sous forme de chat sur une branche basse de l'abricotier hallucinogène. Alors, mon Ange? Que feras-tu? Allez, réponds-moi vite, j'ai hâte de commencer à jouer avec toi.
Invité
avatar
Invité
Re: Relation Epistolaire - Mer 4 Juin 2014 - 23:53
    Longtemps j’avais attendu une réponse d’Iyàs. Longtemps j’y avais cru… Les semaines passaient et mon angoisse augmentait. Qu’était-elle devenue ? Lui était-il arrivé quelque chose ? Mon instinct maternel sans doute. Je fais ce que je ne devrais pas faire. Je me renseigne. Ce qui est mal. On avait plus ou moins convenu de ne pas le faire. Mais son silence me donnait l’impression qu’il lui était arrivé quelque chose.

    Alors je l’avais cherché. Tout en laissant le journal à sa place. Et un jour j’avais trouvé Iyàs. Elle allait bien. Je ne lui ai pas parlé, juste regardé de loin. Elle allait bien. Pourtant elle ne me donna jamais de ses nouvelles. Elle m’avait oublié. Je suppose car je suis sûre qu’elle ne m’avait pas vue. Dans ce cas-là, tout aurait été plus logique. Un jour le journal avait disparu. Je l’ai cherché longtemps lui aussi.

    Il avait disparu. Et j’oubliais l’histoire comme elle m’était venue. Croyant avoir rêvé tout ça. Tellement de choses ont changé dans ma vie. En tellement peu de temps. Mes cauchemars et mes rêves se sont réalisés. Ici tout existe, même le pire. Surtout le pire.

    Aujourd’hui. Ce matin pourtant, j’ai ressenti à nouveau l’appel du livre. Histoire pour deux. Histoire à deux. C’est une chose étrange que d’être envouté. Et envoutée, je dois l’être.

    Ce matin, je me suis levée avec l’idée, la sensation diffuse que je devais aller à la bibliothèque. Pourquoi ? Cette sensation ne m’a pas quitté de la journée. J’ai dû citer Victor Hugo, Voltaire et Albert Camus à mes élèves aujourd’hui… Tout va très bien madame la marquise me direz-vous. Sauf que je suis professeur de PHYSIQUE. Vous le voyez le problème. Bon, cherchons le positif. Au moins je n’ai pas nommé des auteurs de yaoï ! Mais tout de même soyons sérieux.

    Alors à peine mon cours fini je me suis dépêchée de venir ici. Dans la littérature française. Pourquoi ? Une intuition. Un besoin. J’avais de suite été attirée par sa couverture usagée. Mon doigt avait frôlé sa tranche comme la main frôle la peau du vieil amant retrouvé. Un sourire se dessine sur mes lèvres. Je me saisi du livre aux pages que je sais blanches.

    Enfin la réponse d’Iyàs.

    Je grimace lorsque je comprends que ce n’est pas Iyas qui m’a répondue. Je suis perplexe. Nos mots ont disparus… comme si une nouvelle chance était offerte aux miens. Je lis les quelques lignes jetées sous les miennes. Celles que j’ai écrites il y a si longtemps. Je prend mon temps pour réfléchir, et finalement ne le fait pas vraiment. J’écris en rouge, avec le stylo qui me sert à corriger mes copies.

    « J’ai été une jeune fille, il y longtemps. Tu te considères comme une créature du malin, pour croire en cela il faudrait que je crois en Dieu.

    Je ne remets pas en cause que tu sois d’une espèce différente de la mienne, mais pour que le malin existe il faudrait que Dieu le contre balance. Histoire d’équilibre je présume.

    Raconte-moi qui tu es, quand j’étais petite il y avait une émission télé qui s’appelait « fait-moi peur. » Je ne doute pas qu’aujourd’hui encore je puisse être effrayée, mais mon message remonte à il y a quelques mois, depuis, j’ai vu plusieurs de mes cauchemars se réaliser. Je ne suis plus à ça prêt.

    Ange »

Invité
avatar
Invité
Re: Relation Epistolaire - Jeu 5 Juin 2014 - 9:37
Qu'est-ce que les journées peuvent se ressembler par ici. Heureusement que je suis là pour mettre un peu d'ambiance parce que franchement, c'est mort par ici. Enfin, pour un lieu peuplé de défunts, vous pourriez me dire que ce n'est guère étonnant mais bon quand même. A croire qu'il n'y a pas que l'autre débile de Deus à la con qui a décidé d’aller piquer un roupillon dans son coin. Enfin bon, moi en attendant, je m'occupe. Personne encore n'a volontairement grillé que ce chat à catastrophes n'est autre que moi et le peu de gens sachant pour ma véritable forme, je les tiens au creux de mon poing même s’ils ne le savent pas encore. Je joue sur tous les tableaux et je gagne, partout. Mais cela deviens lassant malgré tout, c'est presque trop facile.


J'en étais là de mes réflexions, squattant ce panier à souvenirs dans une chambre qui n'était pas la mienne. Je sais que mon humaine de compagnie ne me dira rien, elle m'aime trop pour ça. Je sais, je suis irrésistible. La preuve, même avec les siècles qui passent, je reste sa petite chose fragile qu'il lui faut à tout prix protéger. Moi, fragile? La bonne blague. Enfin, je rigole doucement avant de m'étirer. Tiens, et si j'allais jeter un coup d’œil à mon bouquin magique? Je ne sais pas, une intuition comme ça. Évidemment, je redeviens humaine pour cela mais je reste à squatter la chambre d'Hari. Personne ne viendra me chercher ici. Et je souris en découvrant une réponse. Alors, que me racontes-tu de beau mon petit ange?

« J’ai été une jeune fille, il y longtemps. Tu te considères comme une créature du malin, pour croire en cela il faudrait que je crois en Dieu.

Je ne remets pas en cause que tu sois d’une espèce différente de la mienne, mais pour que le malin existe il faudrait que Dieu le contre balance. Histoire d’équilibre je présume.

Raconte-moi qui tu es, quand j’étais petite il y avait une émission télé qui s’appelait « fait-moi peur. » Je ne doute pas qu’aujourd’hui encore je puisse être effrayée, mais mon message remonte à il y a quelques mois, depuis, j’ai vu plusieurs de mes cauchemars se réaliser. Je ne suis plus à ça prêt.

Ange »


J'hésite en éclater de rire et ressentir de la pitié à son égard. Elle n'a rien compris la pauvre. Mais quelque part, je préfère ça. Ainsi, le jeu va pouvoir commencer vraiment. Je ne crains rien, ainsi dissimulée derrière des pages et une couverture de cuir. Par contre, je crois que cela m'amuserait de chercher à découvrir qui est mon petit ange innocent, juste à travers ses mots. Pour corser la difficulté. Mais d'abord, lui répondre. Ici, je trouve une plume d'oie et un encrier et déjà, les mots coulent sur le papier tandis que mon sourire sauvage envahit mon visage.

Tu veux toujours en savoir plus sur moi? Tu n'as pas idée de ce à quoi tu t'exposes mais c'est ton choix. Moi, je m’amuse de ce petit jeu alors je ne vais pas me retenir dans le but de ne pas froisser ta sensibilité, mon Cœur. Mais sache qu'en plus de 2000 ans d'existence, j'ai eu le temps de voir et de faire des choses dont tu n'as pas la moindre idée. Comme tu l'as dit plus haut, je ne suis pas de la même espèce ni même de la même trempe que vous. Mon arrivée ici est le plus grand pied de nez que le monde ait pu connaitre mais je compte bien retourner cette nouvelle chance à mon avantage.

Alors, paroles échangées ou pas, si tu en viens à devenir ma proie, je ne te ferais pas plus de cadeaux qu'aux autres. Enfin, je n'en suis pas là. Pas encore. Mais un jour qui sait, quand je me lasserais de ce lieu, tu comprendras vraiment la portée de mes mots.

Et oui, j'aime le mystère, je ne révèlerais rien si tu ne me donnes rien en échange. Alors, contre ton aveu d'être humaine, je t'offre ma véritable nature: démoniaque. Maintenant, tu sais comment je fonctionne. A toi de voir jusqu'où tu souhaites pousser le jeu.

Tinuvaë


Et voilà. Je suis fière de moi et cette correspondance me redonne du poil de la bête. En parlant de cela, il y a longtemps que je ne suis pas allée semer le trouble dans l'Académie. Il est encore tôt, et si je e laissais tenter? Aller, je range mon livre dans l'attente de la prochaine réponse et je redeviens chat avant de me faufiler, ombre parmi les ombres. Alors, quelle sera ma prochaine connerie? J'en frémis déjà d'impatience.

Invité
avatar
Invité
Re: Relation Epistolaire - Ven 6 Juin 2014 - 23:21
    Cette fois ci la réponse ne se fait pas attendre. C’est bizarre comme les choses peuvent aller vite. Je ne dis pas ça au pif. Je suis encore en train de me demander si je dois mettre un PS, ou un truc dans le genre que les mots commencent à apparaitre. BORDEL DE MERDE. Oui la surprise me fait lâcher mon stylo qui dégringole sous la table d’étude de la bibliothèque. Je referme prudemment le livre, histoire que personne ne profite que je me sois levée pour zieuter ce que je suis en train de lire.

    Je suis en train de réaliser le fantasme de biens mes élèves, à quatre pates sous le bureau je recherche mon stylo rouge. Je n’y suis pas particulièrement attachée, mais tout de même, j’ai pas envie de faire le tour de la ville, ou d’attendre qu’éventuellement, hypothétiquement, avec un peu de chance, l’intendante soit là quand je rentrerais. Enfin, bref. Je me relève en essayant de conserver toute ma dignité. Ce qui n’est guère aisé quand on vient de passer trois minutes à appeler son stylo à quatre pates sous une table. Bien quoi, j’ai encore le droit d’espérer qu’il va me répondre. Non ?

    Quand je me redresse j’aperçois l’air lubrique d’un jeune homme qui ne fait pas partie de mes élèves. Je suis en manque, J’envisage un instant de foncer dans le tas… Mais une petite voix me souffle qu’il vient peut être d’arrivé, et que s’il n’est pas mon élève, c’est plutôt qu’il n’est pas ENCORE mon élève. Je soupire frustrée, et lui jette un regard à lui faire péter la braguette. Je me détourne. Maintenant je sais qu’il est aussi frustré que moi. Dans ton cul Lulu. Je ne suis pas mécontente de mon petit effet. Je me rassois ma dignité sauve. Ou presque.

    « 2000 ans, waou ! Alors dis-moi qu’est-ce qui marche le mieux… La momification ou le botox ? Parce que vu comment c’est parti, on a une petite éternité devant nous. »


    Merde, faut vraiment que j’arrête d’écrire tout ce qui me passe par la tête. Cependant je suis réellement impressionnée. Je dois avoir des choses à apprendre de cette vieille dame. Parce que oui, c’est une vielle dame. Je l’imagine toute ridée. Elle n’a peut-être plus toute sa tête, ce qui expliquerais son délire démoniaque. Ou peut-être pas. Ici, j’ai appris la prudence.

    Et je pense que vu la suite de ses propos, je devrais me montrer prudente. Un peu, pas beaucoup. De toute manière je suis déjà morte une fois depuis ma première mort. Je sais qu’ici il n’y a pas de rédemption, tu meurs et quelqu’un appuie sur la touche replay à ta place. Pas le choix.

    « Désolée, je suis un peu acerbe, mais j’ai du mal à imaginer quelqu’un qui a été contemporain de Jules-César et de Tchernobyl à la fois. Sans rapport, mais j’ai toujours eu une question au sujet des démons. Etaient-ils vraiment du côté d’Hitler comme on le voit dans Hellboy ? »


    Je sais, ce n’est sans doute pas la plus judicieuse des questions sur son espèce… Mais ça m’a vraiment pris le chou une partie de mon enfance, j’avais vraiment du mal à croire que les hommes pouvaient se révéler si… Enfin tellement peu… humains. Ca m’avait perturbé à un tel point qu’aujourd’hui encore je doutais parfois. Alors peut-être que j’allais enfin avoir une réponse. Quelle qu’elle soit.

    « Je suppose que je dois payer mon tribut pour avoir une réponse. Alors j’vais t’avouer quelque chose. Je suis grave en manque depuis que je suis à DA. C’est horrible, avant je pouvais me fier à l’âge des gens pour savoir s’ils étaient prof ou élève, maintenant je n’ai qu’une crainte me retrouver dans la même salle de classe qu’un de mes anciens amants. Ca fait chier.

    Ange. »
Invité
avatar
Invité
Re: Relation Epistolaire - Dim 8 Juin 2014 - 0:13
Quelle pagaille ça a été! Un vrai bonheur. Là, je crois que j'ai mis la barre très haute sur ce coup-là. Non mais sérieusement, le chat qui se pointe en plein combat d'arène ou le pauvre demi-Dieu à clairement pas l'avantage et qui, en tentant vainement de sauver sa pauvre vie de chat, met K.O les deux autres, avouer qu'il y a de quoi exploser de rire. Mais quelle bande de bon à rien ceux-là te jure. Enfin, je me tire quand même rapidement parce que la responsable des lieux en a après ma peau et je peux le comprendre. Mais elle devra faire bien mieux que ça pour espérer me rattraper. Enfin, je file parmi les ombres, redevient humaine et repasse nonchalamment devant le lieu de mon crime. Comme j'aime voir ses fourmis insignifiantes ainsi occupées pour quoi? Rien au final.

Je m'assois sur un banc à l'ombre et je me sens curieuse. Alors ma chère et tendre petite Ange, qu'as-tu de beau à raconter cette fois? Oui, je suis persuadée que c'est elle qui a répondu, instinct animal et puis, cela me fait toujours le même effet depuis que je possède cet étrange bouquin. Comme ça, remarque, pas besoin d'attendre et de guetter, je le sais de suite. Ah, elle a bien répondu. Voyons voir ça.

« 2000 ans, waou ! Alors dis-moi qu’est-ce qui marche le mieux… La momification ou le botox ? Parce que vu comment c’est parti, on a une petite éternité devant nous.

Désolée, je suis un peu acerbe, mais j’ai du mal à imaginer quelqu’un qui a été contemporain de Jules-César et de Tchernobyl à la fois. Sans rapport, mais j’ai toujours eu une question au sujet des démons. Etaient-ils vraiment du côté d’Hitler comme on le voit dans Hellboy ?

Je suppose que je dois payer mon tribut pour avoir une réponse. Alors j’vais t’avouer quelque chose. Je suis grave en manque depuis que je suis à DA. C’est horrible, avant je pouvais me fier à l’âge des gens pour savoir s’ils étaient prof ou élève, maintenant je n’ai qu’une crainte me retrouver dans la même salle de classe qu’un de mes anciens amants. Ça fait chier.

Ange. »


J'éclate de rire, faisant se retourner les gens présents à ce moment. Alors elle, franchement, c'est vraiment le top du top. Elle ne me connait même pas, elle sait que je suis un monstre et voilà le genre de conneries qu'elle trouve malin de me sortir. Rien que pour ça, elle mériterait des applaudissements. Enfin, je ne vais pas la faire attendre trop longtemps. Elle a des questions? Parfait. Moi j'ai les réponses. Même si ce ne sera pas celles qui lui feront forcément plaisir ni qu'elle voudra entendre.

Ce qui marche le mieux? La nature mon cœur. Nait dans la bonne catégorie, chez la bonne espèce et tu verras que cela règlera tous tes soucis. Sinon, je te conseille la momification. Vivant, bien sur, histoire de bien profiter du procédé. C'est un eu douloureux mais très instructif.

Pour les autres, je n'en sais rien et je m'en fous. Mais perso, j'ai pris mon pied dans les camps nazis. Avoir autant de cobayes volontaires pour des 'expériences' toutes plus spéciales les unes que les autres, c'était le paradis sur terre. J'avais une collection de plus de 1300 tatouages différents accrochés sur les murs et rangés dans des carnets. Et puis, les hommes sont si inventifs à propos de la torture, dès qu'on les aiguille un minimum...

Quand à ton problème, y a une solution super simple: oublie tes états d'âmes. Bon, moi je m'en fous, je suis seulement repentie mais comme j'ai rien à me faire pardonner, bah je vais as me gêner pour prendre du bon temps. Je consomme et je jette dès que j'en veux plus, basta. Après, ils nous condamnent à l'éternité, alors je compte bien en profiter à ma façon. Leur cadeau de seconde vie n'est pas un cadeau, c'est un piège. Eh bien, je vais retourner le piège contre eux et rira bien qui rira le dernier.

Franchement, t'attends quoi de ce lieu complètement débile? De leur Deus à la con plus absent qu'un poil de cul sur le corps d'une baleine? Et de ces pages que tu noircies en attendant que je réponde? Parce que si c'est juste pour te plaindre, ça va vite me saouler cette histoire. Pour le moment, t'es plutôt marrante alors je vais continuer un peu mais je préviens, je me lasse vite. Alors si tu veux toi aussi me 'garder' à ta manière, il va falloir m’appâter et plus sérieusement que ça. Mais tu as l'air débrouillarde et assez maligne derrière tes airs de sainte ni-touche, car oui, j'en suis persuadée que tu portes pas ton nom pour rien.

Enfin voilà. Maintenant, la balle est dans ton camp, Mon Ange. A très bientôt, je n'en doute pas.

Tinuvaë


Je range mon stylo, ferme le carnet et affiche un immense sourire satisfait. Voilà le genre de journée qui me plait. Mais passons aux choses sérieuses. Direction la cafétéria. J'ai faim après tout ça moi et il vaut mieux ne pas me croiser lorsque j'ai faim. Qui sait, vous risqueriez de devenir mon prochain repas. Hum, j'en salive d'avance.

♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6591

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Relation Epistolaire - Dim 10 Déc 2017 - 23:06
Notation du RP


Ce RP a été jugé abandonné par le Staff.

De ce fait, il est clôturé sans notation.

Merci de votre compréhension.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Contenu sponsorisé
Re: Relation Epistolaire -
Relation Epistolaire
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Relation entre Haiti et Saint Domingue :Point de vue d'un américain
» Relation Homme-Femme: l'amour serait-elle chimique???
» Rebondissement: Mère de Tristan Banon aurait eu une relation consentie avec DSK
» relation propriétaire - locataire
» La relation de l'avènement au trône par lui-même

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Grande Bibliothèque-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page