Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Event principal 3] Châtiment Céleste

Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
avatar
Invité
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste - Lun 22 Sep 2014 - 14:49

On pouvait dire que tout le monde était littéralement en train de s'exciter à l'extérieur ... Même à l'intérieur. Il ne restait que cette petite rousse qui se la pétait et bien entendu, ma petite protégée a perdu encore une occasion de se taire ou de provoquer. Ha la la, faudra quand même que je révise un peu mon personnage, si je continue ainsi, elle va finir morte au fin fond des décombres sans même avoir pu la jouer comme je l'aurais souhaité. M'enfin, il était clair que la réaction de la rouquine ne se fit guère attendre. Le regard de celle-ci changea du tout au tout, la vision du sang semblait totalement la déséquilibrer (même si elle ne semblait déjà peu équilibrée en soi). Bref, tout ça pour dire que, ni une ni deux, son poing super Sonic s'abattit sur notre magnifique et jeune donzelle qui s'écroula telle une crêpe ratée contre le mur totalement sonnée.

Il faisait noir, le vide, le néant ... Une fine lumière jaillissait au loin, le froid parcourait chaque bribe de son corps relevant ses poils sur le long de ses bras. Sa peau était si douce, si blanche au milieu de cette lumière ... Aveuglante. Le soleil était revenu, le bruit accourait jusqu'à ses oreilles. Le son de l'eau, des vagues, un plage. Sous ses orteils le sable fin se glissait entre ajoutant une sensation de chatouille à ses extrémités. "- Où sommes-nous ?" - chuchotait-elle. Mais de qui elle parlait exactement ? L'image devenait plus distincte, elle n'était plus chez elle, dans son pays, mais bien en Amérique ... A Miami beach ! Yeahhhh, le léger vent faisait virevolter sa douce chevelure blonde (car oui, elle était devenue blonde, Miami powa !). Notre charmante Nessa regardait les beaux gosses se jeter sur les planches, torse nu humide à en faire pâlir plus d'une. Un homme s'approcha gentiment d'elle toujours aussi beau et sexy, des fesses à tomber par-terre, une musculature à vous faire fondre des plaques de choc. Telle une pub pour l'Oréal, notre fillette basculait sa tête pour mettre ses cheveux en arrière. Son regard azur plongé dans le regard émeraude de cet Apollon venu de nulle-part, notre espiègle devait se retenir de ne pas succomber à ses jambes qui tremblaient. L'homme s'approcha, passa une main dans ses cheveux lui murmurant ces quelques mots "- Cours ... Fillette ... Enfuis-toi ! C'est le moment !" - Genre, qui voudrait s'enfuir dans un moment pareil ? Mais étrangement, le bellâtre continuait à lui dire ces quelques mots la tenant par les épaules et la secouant tel un kinder surprise. Stop, il allait la casser en deux !

"- Aïïïïïïïïïïïïïïeeeuuuu !" - Se mit la pauvre humaine soudainement à crier. Sa bouche était pâteuse, sa tête lui faisait un mal de chien, son oeil droite avait de la peine à s'ouvrir. C'est quoi ce bin's ?

Revenue à la dure réalité, notre roublarde reprenait ses esprits comprenant qu'elle s'était évanouie durant un laps de temps indéfinissable. Tentant tant bien que mal de se relever, on pouvait dire qu'elle avait puisé dans toutes ses forces. C'était un légume titubant dans la pièce jonchée de cadavre. Seul un vieil homme restait encore en vie pour on ne sait trop combien de temps. Il avait usé ses dernières énergies pour tenter de réveiller notre charmante enfant et ainsi lui sauver la mise pour la forcer à fuir ce cauchemar. Toutefois, au vu du sol qui tremblait, les fondations qui menaçaient, qui pouvait dire que dehors ce serait mieux ? Dans tous les cas, il fallait se retirée de cette pièce maudite. Se retournant une dernière fois voir le dernier souffle du vieil homme, elle lui adressa ses dernières pensées lui remerciant infiniment de tout ce qu'il avait fait. La liberté devait être derrière cette porte, non ?

"- Putain de merde !" - Un couloir, deux couloirs, des couloirs à n'en pas finir, par où fallait-il passer ? Courir n'était plus possible pour elle, suivant son instinct, elle emprunta les escaliers à droite, le souffle lourd.

Après de longues minutes, elle arriva sur le toit d'un immeuble à côté, à croire qu'en Amérique toutes les maisons étaient liées entre elles. A vrai dire, elle changea vite l'orientation de ses pensées quand sa respiration fut coupée quand elle balaya du regard cette ville et cette menace qui se tenait devant elle. Qu'est-ce que c'est ce putain de bordel ? Ses yeux lui faisaient bien mal. De la poussière s'en dégageait de presque tout le monde. Elle avait étudié tout ça ce fameux jour à la bibliothèque. C'était donc tous des ... Des morts-vivants qui se battaient entre eux pour leur propre ego ? Sympa de mêler de pauvres êtres humains dans leur conflit. Mais bon, d'un regard extérieur, c'était peu clair qui était contre qui surtout que d'autres vagues de personnes qui ne portait pas cette poussière s'attaquait à ces gens possédant également des dons. S'en était trop ... Que faire ? Nessa vit un peu plus loin sur les toits un tas de carton, elle s'y rendit pour se réfugier. Sous le poids de ses jambes, elle céda se laissant tomber à terre, sur le dos, cachée derrière les cartons, elle tenta de chercher le ciel de ses yeux. La pluie n'allait pas tarder, et alors. Sentant la vie peu à peu se retirer d'elle, ses yeux emportèrent son corps dans les bras de Morphée.

"- Gamine, ce n'est pas le moment de dormir !" - Hurla une voix au creux de l'oreille de la fillette avant de lui déverser un liquide transparent entre ses lèvres.
"- Hein quoi ?" - Sortie de son état, Nessa fut réveillée en sursaut. On pouvait dire que cette personne lui sauvait la vie lui donnant de quoi s'hydrater. Un poison ? Non, ce n'était q'une gourde remplie d'eau. L'homme qui semblait super méga vieux, une bonne trentaine au moins, lui tendit un morceau de pain et une barre de chocolat avant de se retourner face à un énorme bruit qui venait de s'abattre non loin de là.
"- T'inquiète, reprends des forces gamine."
"- Vous êtes l'un d'eux c'est ça ?" - demanda notre espiègle, la bouche pleine. "- Pourtant ... Vous n'avez pas cette poussière autour de vous ... Qui êtes-vous ?" - s'enquière-t-elle.
"- Ha ha, de la poussière, ouais non, je te rassure, on n'est pas avec ces zouaves de l'académie, au contraire. Allez prends des forces, je dois repartir."

L'homme disparut aussi vite qu'il n'est venu. Qui était-il vraiment ? Quel était le réel enjeux de ce qu'il se passait. Et ce monstre qui attaquait la ville, c'était juste insensé. Sa force lui revenait peu à peu en terminant son repas de fortune. Se relevant une fois de plus, elle put voir le bâtiment à côté totalement effondré. Oui, le bâtiment où elle se trouvait ... Incroyable, si elle ne s'y était pas enfuie ... Bordel mais qu'est-ce qui se passe ici ? De quoi rendre fou le simplet de service sérieux ! Armagedon était lancé ? C'était peut être Bruce Willis qui était venu tout à l'heure l'aider ? Nan, trop vieux. Et maintenant ? Que devait-elle faire ?
Invité
avatar
Invité
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste - Mar 30 Sep 2014 - 17:28
« Et bien… plus gros que ça il n’y en a pas, je suppose. »
 
Je disais ça alors que j’ai bien failli d’y rester sous les décombres. C’était une surprise, une grosse surprise même, quelque chose qui me surprendrait alors que j’ai vu pas mal de phénomènes surnaturels. Je me trouvai tout en haut d’un bâtiment à moitié détruit, c’était là qu’avait eu lieu le rituel, je m’en suis pas trop mal sorti, mais je ne sais pas pour les deux femmes qui m’accompagnaient. Quand je vois le monstre gigantesque qui commence à saccager tout sur son passage, je m’étais dit que la mission devait prendre fin, car je n’ai pas reçu d’instruction après l’invocation et si c’est le cas alors je pouvais me retirer d’ici sans trop me soucier des autres problèmes. Cependant, j’ai entendu une explosion, c’était tout près, des ennemis ? Je suis curieux de voir ça.
 
Après un déplacement très bref j’aperçois les renégats paniquer dans une salle. Je cherchais dans les alentours s’il n’y aurait pas quelqu’un qui souhaite la mort à nous tous, puis j’ai cru voir un ombre passer au coin d’un bâtiment, même si ce n’est pas grande chose cela reste un détail qui doit être pris en compte. Quelques secondes plus tard j’ai cru voir un des renégats tomber au sol, suivit d’un bruit très typique du fusil de précision. Je me tourne vers l’origine de ce joli tir et ma foi, j’ai du mal à voir le sniper, mais je sais une chose, celui qui se met à couvert avec le soleil dans son dos n’est pas un amateur. J’imagine que ses potes doivent être forts, bien que je ne sache vraiment rien à leur sujet, alors pour moi un repli général serait une bonne chose à faire. Une fois ma décision prise je me tourne vers mes gars et je leur ai hurlé.
 
« Dégagez de là, on en a fini ici ! Utilisez tous vos moyens pour quitter cet endroit, divisez-vous en groupe de cinq ! N’oubliez pas le RDV ! »
 
RDV avec heure déjà programmé. Maintenant moi aussi je pouvais quitter cet endroit de malheur. Je me disais que faire des bonds sur le toit pourrait attirer l’attention du tireur, donc mon seul moyen est de m’enfuir par les ruelles, mais si je fais ça je risque encore plus de tomber sur ces tueurs. Il y a beaucoup de risques et pourtant je dois faire un choix, j’ai choisi de m’enfuir par les rues, cependant je viens de remarquer la petite fille avec lequel elle osait me défier. Si je la vois courir cela veut dire que le rituel n’a pas été abouti comme il fallait, tant pis, ce n’est pas comme si elle allait nous poser problème. Je suis vite redescendu du bâtiment et courir dans ces recoins peu accueillant, mais il semblerait qu’un nouveau phénomène vient d’apparaitre non loin de ma position. Quelque chose de gros avance dans la ville, je ne douterai pas que ce soit le géant élémentaire, non, sauf que j’ai l’impression qu’il y en a deux dans cette ville. J’ai tenté de trouver une place assez dégagé pour voir ce qui pourrait se passer et là… C’était presque hallelujah que de voir un autre gros tas de pierre ambulant qui se promène dans la rue. C’était pas prévu ça non ? Quoi qu’il en soit celui qui a préparé une contre-attaque avait su pour notre plan, il y aurait eu une fuite dans notre organisation ? Quelqu’un nous a trahis ? Ou bien il y aurait un espion ? J’aurai du mal à croire, néanmoins je dois garder tous les possibilités en tête et voir ce qui pourrait se passer par la suite.
 
« Je me demande si les deux filles sont encore vivantes »
 
Oui, les deux filles qui m’accompagnaient pour le rituel, j’en doute fortement que la casse-noisette soit morte, mais pour l’autre, celle qui était pile à l’endroit où l’invocation avait eu lieu je ne sais pas. Dans tous les cas si elles ne sont pas présentes au point de ralliement je considèrerai que ces deux-là ne reviendront plus.
 
« Tu le sauras bientôt le soldat, ou ex je devrai le dire ? »
 
A entendre cette voix il a l’air d’être jeune, je me tourne vers la personne qui m’a interpellé et je vois une femme, plutôt bien foutu, mais avec son manteau je ne sais pas ce qu’elle pourrait cacher là-dessous, surtout quand elle sait qui je suis… Que je suis mort, mais comment ? Il est impossible pour les humains de connaître mon passé ou de m’identifier, qu’est-ce qu’elle est au juste ?
 
« Comment sais-tu cela ? » disais-je sur un ton méfiant
 
« Je peux te voir beau gosse, si seulement tu pouvais voir ce que je vois »
 
Je n’ai pas bien saisi de ce qu’elle a dit, voir quoi ? Ce n’est pas très claire tout ça, néanmoins si elle peut savoir que je suis un être divin alors je suppose qu’il est inutile de le cacher longtemps.
 
« Toi… Je ne sais pas comment t’as fait pour savoir pour notre coup, mais qu’importe, je n’ai pas le temps de discuter avec toi »
 
« Oh si, tu verras, tu es bien obligé » dit-elle en sortant son sabre de son manteau
 

Comme si elle pouvait me battre avec ce sabre, si seulement elle pouvait savoir de quoi je suis capable de faire. Très bien, ça ne va pas me faire du mal si je reste un peu plus longtemps avec elle, ça fait longtemps que je n’ai pas dansé…


PS: Désolé du retard, j'ai du mal à rp après un long absence, c'est dur >< ne vous étonnez pas si c'est un peu mauvais... ou mauvais tout court
Invité
avatar
Invité
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste - Ven 3 Oct 2014 - 20:23
L'ennui, avec l'œil du cyclone, c'est qu'il se déplace en même temps que la tempête. Et en l'occurrence, le répit dont ils avaient pu disposer n'avait été que de courte, très courte durée. La symphonie cacophonique de hurlements, tirs et explosions venait de s'enrichir de quelques musiciens. Et, de toute évidence, ceux-ci avaient prévu de se permettre une petite improvisation, destinée à un public très spécial. Un véritable chef d'œuvre, d'après la sincérité des cris qui provenaient de l'audience.
Ceci étant dit, et malgré son appréciation toute particulière pour les beaux arts, Elena Altman n'avait aucune intention de participer à la représentation. Les deux renégats qui se trouvaient auparavant dans le hall avec elle avaient décidé qu'il était grand temps de foutre le camp d'ici. Grand mal leur en avait pris. Le plus jeune des deux, à peine sorti, avait reçu une balle dans le torse et gisait à présent dans les escaliers à l'entrée du bâtiment, se tordant de douleur et suppliant qu'on lui vienne en aide. Son collègue, n'étant guère disposé à subir le même sort, avait décidé d'annuler sa sortie en ville en raison des intempéries, sommes toutes violentes, auxquelles la région était actuellement en proie. Sage décision. Il allait falloir plus qu'une simple ombrelle pour se protéger de ce genre de pluie.

La pluie...cela faisait longtemps. Longtemps qu'elle n'était pas restée sous la pluie jusqu'à finir détrempée, ses vêtements gorgés d'eau ne faisant plus qu'un avec son corps. Humidité, contact collant, gluant...des sensations si naturelles pour elle, si véritables. C'était sa manière de redonner à ses sens enfermés un peu de liberté, un peu d'authenticité.
Malheureusement...cette averse la n'avait rien à voir avec celle qu'elle recherchait, et qui lui faisait particulièrement envie à ce moment la. Et si elle ne trouvait pas une solution rapidement, qui sait quand est-ce qu'elle allait pouvoir, de nouveau, pouvoir en profiter.
Contrairement à ce que certains pourraient croire, Elena n'avait aucune affinité pour le combat, fut-il rapproché ou à distance. Elle était une prédatrice, pas une guerrière. Et aucun animal, aussi stupide soit-il, ne risque sa vie pour un repas. Le seul affrontement qu'elle ait jamais toléré était celui qui ne lui donnait pratiquement aucune chance d'échouer. La défense, ou l'offense, étaient donc rayée d'emblée. Idem pour la diplomatie. Pour une raison connue de Deus seul, elle n'avait absolument aucun talent dans cette discipline, et à vrai dire, elle s'en moquait. On ne discute pas avec le bétail.
Non, la seule véritable option dont elle disposait était la fuite. Fuir cet endroit, ces tarés militaristes et leurs conflits sans importance. Où étaient ses patrons, actuellement ? Où étaient Jhoken et son sourire ? Où était le grand boss, Isanagi, qu'elle n'avait au final qu'entrevu ? C'était leur opération, pas la sienne. Et elle n'avait aucune intention de mourir en essayant d'en sauver les lambeaux. Elle n'était la que pour honorer sa part du marché, qui était « protection contre missions. », pas « sacrifice de pigeons ».

Un rictus distordit son visage lorsqu'elle se releva. Foutue jambe. Peu importe. Elle n'allait plus garder cette apparence bien longtemps. Aucun intérêt à se camoufler alors qu'un point rouge danse déjà sur notre poitrine.
Réfléchir. Fuite...rapide, sécurisée. Pas vers la façade gauche: explosions. Pas vers l'avant: tireur embusqué. Restait la droite ou l'arrière.
Ressources disponibles: son PA-15. Préparé dans la main gauche, avec la ferme intention de ne pas avoir à s'en servir. Et...surtout, cet homme, donc le nom et le visage lui étaient parfaitement inconnus. Un allié, du moins jusqu'à ce que le sort en décide autrement. Utiliser tout cela au maximum, ne rien gâcher, ne rien laisser au hasard. Et fuir. Fuir le bâtiment, trouver une bouche d'égouts et s'y glisser.

« Venez avec moi. »

Dans les moments de confusion, se comporter comme si on était le maître, capable de toute arranger, de tout contrôler. Le bétail suit toujours le dominant, qu'il soit mâle ou pas.
L'homme ne renâcla pas, trop ravi qu'il était d'avoir un mince filet d'espoir se balancer devant ses yeux.

Tandis qu'une nouvelle grenade explosait à l'opposé du bâtiment et que des cris, plus ou moins paniqués, retentissaient autour d'eux, le duo s'empressa de rejoindre les pièces situées à droite du bâtiment. Des bureaux, encore des bureaux. Le plafond était majoritairement intact mais les fenêtres avaient volé en éclat. Dehors, les rues, les intestins de la ville dans lesquels elle allait s'engouffrer, espérant pouvoir échapper à leurs ennemis.
Heh, comme si cela allait être aussi simple...

Visiblement, elle était tombée sur un soldat bien obéissant: après avoir sauté par la fenêtre, il l'avait attendue pour la rattraper et ainsi lui permettre de sauvegarder le peu qu'il restait de sa jambe. Pragmatique ou pseudo-altruiste ?...Sa présence dans leur camp l'incitait à croire à la première hypothèse, quant bien même sa condition d'humain l'ait d'office disqualifiée pour la seconde.
Pas de paroles inutiles, pas d'attente. Tout se passa très rapidement, comme si l'adrénaline avait décidé de servir de messager pour leurs pensées.
Fuir, aussi vite que possible, tête baissée et en tentant de rester à couvert derrière les gravats. Garder en visuel l'autre, sans pour autant l'attendre. Parfait. Ne restait qu'à trouver une ouverture quelconque et à disparaître dans les eaux nauséabondes des égouts de la ville. Ou dans le métro, ce qui revenait à peu près au même en terme d'odeur et de population.
♦ Rose ou chou ? : Patate ninja wesh' égyptienne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 1151

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
1015/1500  (1015/1500)
Votre domaine: Ondes de choc.
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste - Ven 10 Oct 2014 - 22:09
Le sang ... C'était tellement délicat, tellement agréable, ça vous chatouillait le palais et vous caressait la langue. Chaque personne ou chaque être vivant avait un goût différent. On pouvait savoir qui allait nous contenter le plus sur le simple fait d'humer son odeur. Sentir une odeur trop attirante pouvait résulter à des réactions tout à fait phénoménales et si le chasseur décidait de jouer un peu avec sa proie, il pouvait se mettre à la harceler pour pouvoir simplement mieux apprécier le fait de lui ôter la vie.
Agathe avait fini celui là, par chance, il y en avait un second juste à côté, elle n'était pas vraiment d'humeur à la traque. Pour le moment elle ne pensait qu'à se nourrir, se sustenter au plus vite et ne pas s'arrêter. C'était un geste addictif mais qui paraissait uniquement animal. Sa raison n'était plus vraiment là, elle n'était pas dans un objectif de survie, elle n'était que prédatrice voir charognarde.

Mais on ne la laissa que quelques temps vaquer à son occupation personnelle. Elle ne le vit même pas arriver. Pourtant il n'avait rien fait pour être discret. Et si elle avait eu un peu de jugeote, elle se serait cachée et aurait traîné sa proie dans un coin ou aurait trouvé une autre solution. Mais non, ça c'était beaucoup trop logique d’œuvrer pour sa survie ! Il était beaucoup plus drôle de rester à découvert et de boire le sang des gens pour que tout le monde sache bien que l'on était pas normal ! L'autre eut donc tout le loisir d'arriver jusqu'à sa hauteur sans même qu'elle lui accorde la moindre attention.
La seule chose qui la fit lever la tête vers l'homme se trouvant là fut ses pieds. La première chose qu'elle vit de lui, ses pieds beaucoup trop proches. Dans un rayon qui ne permettait absolument pas sa sécurité. En effet il était à moins d'un mètre. La tête relevée, elle vit qu'il tenait une arme, pointé vers elle, vers son crâne, vers son beau visage dégoulinant de sang. Elle ne voyait que ça d'ailleurs, ce colt flambant neuf près à lui faire sauter la cervelle. Elle ne vit son regard noir qu'au moment où il se décida à lâcher une punchline pour la descendre en beauté "Crève salope.". Mais Agathe fut trop vive pour lui, elle entendit qu'il chargeait, elle bondit sur lui, le coup parti.
Son ventre se déchira, elle ne prit pas le temps de hurler mais la douleur était bien là, transcendante avec cette sensation de brûlure et de froid simultanément. Elle était sur lui, elle devait l'éliminer sinon ce serait elle. Il essayait de la maintenir à distance tant bien que mal mais elle se déchaînait, tout pouvoir dehors, apparemment il ne s'était pas préparé à du corps à corps.
Agathe finit par lui arracher un lambeau de peau sur le bras. Il cria et son hurlement s'éteignit ensuite lorsque les dents d'Agathe se plantèrent dans sa gorge et le privèrent de ses cordes vocales. Tout son corps se relâcha pendant qu'il cherchait sa respiration et se noyait dans son propre sang.

Agathe se laissa glisser sur le côté, son corps n'était que douleur et elle s'était violemment vidée de sa magie. Elle n'était presque plus rien. Elle peinait à respirer. Son ventre avait pris la balle sur le côté gauche et elle n'avait même pas la force d'y appliquer sa main pour faire pression. Et puis cela aurait été bien inutile puisqu'elle avait été tout bonnement transpercée.
Il pleuvait. La pluie ... Voilà c'était la pluie qui l'avait trompée, qui l'avait perdue. Les odeurs ne passaient pas au travers de la pluie. L'odeur de cet homme avait été masquée et il avait pu l'approcher sans problèmes... Foutue pluie maintenant à cause d'elle, elle était trouée. Mais cependant elle l'appréciait désormais, les gouttes ruisselaient sur son visage, elle avait besoin de cette fraîcheur. Elle en avait besoin également pour masquer ses larmes. Jamais elle ne s'était sentie aussi faible, entre son état animal précédent, la balle et tout ce qu'elle avait libéré pour supprimer l'autre, elle s'était tout bonnement vidée.

Elle se força cependant à ne pas fermer les yeux, c'était désormais le seul combat qu'elle pouvait mener : rester consciente. Peut être plus tard arriverait-elle à ramper mais pour l'instant elle était vouée à l'immobilité.


Spoiler:
 
♠ Petits messages : 18
avatar
Personnage non-jouable
Personnage non-jouable
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste - Jeu 30 Oct 2014 - 3:51

Au troisième sous-sol, bien enfouie dans les tréfonds du Quartier Général de la Guilde Noire, se trouvait une galerie de cavernes aussi peu éclairées qu'humides. Elle s'étendait sur plus d'un kilomètre et il était difficile de ne pas s'y perdre même en connaissant parfaitement l'endroit. C'était dans l'une de ces obscures salles que Jhoken, Isanagi et leur invité surprise s'étaient réunis. Au milieu des murs de pierres éclairés par la seule lueur des torches, sous cette voûte ancestrale, un corps reposait, allongé sur un autel recouvert de dessins sombres. Ce corps avait appartenu à un être semblable à ceux qui lui tenaient compagnie actuellement. Jhoken se tenait juste devant, les bras gesticulant et traçant des signes bizarres dans l'air tandis qu'il psalmodiait des incantations plus sombres les unes que les autres. En retrait dans un coin de la pièce, Isanagi observait la scène d'un air de franchement s'ennuyer, cependant qu'il tirait machinalement des bouffées de nicotine.

Puis d'un coup, le démon aux cheveux verts cessa de se gesticuler et tendit son bras droit au-dessus d'une pierre couleur améthyste, cette même pierre qui trônait sur la poitrine du corps allongé sur le socle souillé. Une lame fut tirée, brillant sous la lueur des feux éclairant les lieux, les lèvres du maître des âmes s'étiraient en un sourire démentiel tandis que les formules démoniaques continuaient à s'en échapper. D'un geste, il se trancha le poignet, déversant un flot de sang noir sur la silhouette étendue juste en-dessous. L'incantation prit fin. Il y eut une convulsion. Puis une autre, plus violente. Des formes d'une matière inconnue surgirent du corps et s'agitèrent à la manière de tentacules, tentacules qui vinrent gober la pierre d'améthyste, la faisant ainsi tout simplement disparaître dans la cage thoracique.

— Maîîîîîître ! s'exclamait Jhoken, fou de joie, tout en agitant son bras meurtri comme si de rien n'était. Maîîîîîîîîîîîîîître ! Il arrive ! Je le sens ! Ouiiiiiiiii ! Yahouuuuuuuu !!

Isanagi ne bougea pas de son poste d'observation, se contentant d'assister au spectacle, qui n'était pas des moindres. La pièce empestait de magie noire, mais il fallait dire que depuis le temps où il avait basculé, entraînant une partie de l'académie avec lui, il avait l'habitude.

— Jhoken, si tu continues à faire autant de bruit, je vais être obligé de te renvoyer là d'où tu viens.

Se calmant brusquement, le grand démon courba l'échine tout en roulant des yeux.

— Oui, Maître.

— Il a le droit d'être fier de son travail, Isanagi… il s'est donné beaucoup de mal.

La voix avait résonné, discordante, rauque. Son propriétaire scrutait les deux déchus de ses yeux d'un bleu incandescent, assis sur le socle et visiblement incapable de faire un geste supplémentaire. Ses muscles le lançaient, il se sentait comme sur le point d'imploser, et pourtant il ne hurlait pas, et se contentait de toiser cet homme, celui qui l'avait libéré, Isanagi Tenshô.

— Moi aussi, je me suis donné beaucoup de mal pour t'offrir ce corps, Ô Esprit des Temps Perdus dont j'ignore le nom.

Ecartant sa cigarette de ses lèvres, le grand brun s'interrompit une seconde le temps d'assister à la régénération de son mégot. Et il tendait la main en direction de son interlocuteur, paume ouverte vers le ciel.

— Et j'attends toujours mon dû. Cette fameuse pièce manquante qui me permettrait... d'achever ce que j'ai commencé.

— Tu ne perds rien pour attendre, répondit l'être réincarné en plantant son regard dans celui du Déchu. Ses lèvres gercées s'étirèrent en un pâle sourire. Mais c'est cela que j'apprécie chez toi. Tu es si prévisible, Isanagi…

***

Face à la désinvolture de l'apprentie-divinité aux cheveux verts, Yuri Dragunov, Minerva, la tueuse de dieux qui avait osé se présenter avec un simple sabre face au futur dieu de la guerre, avait simplement esquissé un sourire. L'emprise de ses doigts agrippés sur le manche de son arme s'était alors brusquement raffermie et elle avait tiré la lame de son fourreau d'un mouvement à la fois fluide et rapide. Aussitôt, un écran lumineux semblable à une demi sphère apparut devant la Godslayer. Si l'ancien soldat pensait pouvoir s'en sortir aussi facilement, il pouvait toujours se gratter. Elle ne le laisserait en aucun cas sortir du bâtiment.

Son bouclier grandit à une vitesse alarmante, dévorant l'espace vital de Yuri qui se voyait d'un coup limité dans ses options. Soit il devait revenir sur ses pas, rebrousser chemin dans ce couloir et se retrouver à portée de tirs du sniper à l'affut une centaine de mètres plus loin. Soit il allait devoir se résoudre à foncer dans le tas, ce qui n'était pas très recommandable car son bouclier pouvait bien exploser sous le feu de son ennemi et causer plus de dégâts à Yuri qu'il n'est recommandé lorsque l'on veut survivre. Et enfin, dernière option, il pouvait se dégager en créant une brèche dans un des murs de chaque côté de sa personne. Autant dire qu'aucune solution était sans risque.

— Si tu ne veux pas que ce truc t'explose à la face, recule. Marche sans t'arrêter, et rejoins ta copine aux cheveux rouges.

***

La pluie s'abattait sur le champ de bataille. Pourtant le ciel était dégagé, les nuages absents. Encore heureux qu'il ne se mette pas à pleuvoir à un seul endroit de la ville ! En réalité, le véritable responsable de cette averse n'était autre que le golem lui-même. Les ailes dressées dans son dos étaient toutes constituées d'eau et, ainsi, à chaque coup reçu, une bonne quantité était déversé un peu partout autour de lui, parfois à plusieurs dizaines de mètres de l'endroit où il se trouvait. Au vu du gabarit de la bestiole, rien d'étonnant donc.

Un déclic métallique résonna dans la pièce où Agathe Arena venait de mettre fin à la vie de l'un de ses adversaires, non pas sans prix. Un semi-automatique était braqué dans sa direction, et elle ne pouvait sans doute le remarquer, mais un petit point rouge était venu danser sur son front. L'homme qui tenait la vampirette en joue devait bien compter une quarantaine d'années à son actif. C'était l'archétype d'un ancien marine, assuré dans ses gestes, calme dans le timbre de sa voix, attentif dans son regard.

— Si j'étais toi, j'éviterai de bouger, p'tite. Je ne te demande pas d'attendre la mort. Ta vie est entre mes mains, je peux autant l'épargner que l'achever. Je te propose la première solution, mais je veux que tu fasses une chose pour moi avant.

Un mugissement vint ébranler les lieux mais l'homme sourcilla à peine, l'arme toujours solidement braquée en direction d'Agathe.

— Arrête ce monstre. C'est vous qui l'avez invoqué non ? Fais-le disparaître.

***

L'air se fendit au passage de l'arme contondante, qui vint violemment s'abattre sur la nuque du renégat qui accompagnait Elena, la brisant net. Atterrissant juste à côté de sa victime écroulée, Lev Wezka braquait son regard jaune en direction de l'ennemie restante. Son bâton de combat décrivit alors un mouvement circulaire pour venir faucher Elena au niveau de la taille sans lui laisser le temps de réaliser ce qui était en train de se passer. Son devoir de membre du Conseil ainsi que son inutilité frustrante face à un adversaire d'une envergure telle que le golem avait guidé ses pas loin du champ de bataille. Il se retrouvait ainsi aux coulisses, à la porte arrière, et s'était donné pour mission d'arrêter les renégats fuyards. Autant qu'il pouvait.

— Tu n'as nulle part où fuir, renégate. Ne résiste pas et ta mort sera sans douleur.

Invité
avatar
Invité
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste - Dim 2 Nov 2014 - 16:44

Humm un pur régal, cela faisait une semaine qu'elle n'avait pas goûté à un bête morceau de pain, associé à cette barre de chocolat, c'était juste un réel délice. Un délice dans un décor plus que sinistre. L'horreur s'était installée auprès de tous, le gouvernement avait sûrement pris des mesures drastiques en évacuant une majeure partie de la zone entourant ce coin de ville. Des cris, des bruits, tout le monde se précipitait dans tous les sens. Au creux de cet infime instant, un petit moment de plaisir sous la pluie lourde qui tombait. A l'abri derrière quelques cartons, notre fillette reprenait peu à peu de l'énergie. Toutefois, ce fut relativement de courte durée. Une pression s'invita au niveau de sa gorge, c'était froid, des murmures raisonnèrent à ses oreilles. Encore quelqu'un qui voulait sa mort ? Décidément, ce pays c'était du n'importe quoi. Elle avant entendu que ses antagonistes avaient emmenés les sacrifices en Amérique. Qui avait dit que c'était un pays de liberté ? Là où toute vie pouvait être refaite ? Ouais mon cul, là où toute vie pouvait être ôtée ouais !

Que faire, répondre ? Nannn, trop facile ... Disparaître tel une magicienne hors pair sortie tout droit d'un Harry Potter ? Nannnn ... Attendre bien entendu ! Attendre que ce cher Sylvestre Stallone débarque sur le toit, tuant tout ce qui bouge et viennent sauver le monde. Ou encore, que Mario arrive avec son tuyau en poche pour sauver sa princesse ... Bon, valait encore mieux de répondre j'avoue. Mais pour dire quoi ? Décliner son identité allait aider cette personne qui se trouvait en arrière pour quoi au juste ? Tient, tu as un nom sympa, ok, je te laisse la vie sauve. Putain, ton nom il put, sérieux, tes parents t'aimaient vraiment pas, allez, je suis gentille, j'achève ta douleur. Pfff ... De toute façon au point où elle en était ...

"- Ness ... Je m'appelle Nessa ... Si c'est encore pour me tuer, allez-y, je suis à bout !" - Réussit-elle à dire mêlé à quelques sanglots avant qu'un léger bruit s'invita encore plus en arrière.
"- Laissez-la !" - Une voix rauque et franche s'interposa entre les deux.

L'homme était relativement grand, élancé, tout aussi vieux que le précédent, une bonne trentaine également. Les cheveux roux, il portait un chapeau feutré, en clair, il avait la classe ... Ses doigts parcouraient son chapeau comme pour enclencher quelque chose. Une force invisible empoigna le poignet de l'apprentie-dieux retirant son étreinte de l'humaine. Celle-ci à nouveau libérée se retourna pour voir cette scène qui s'offrait à elle. Une femme, aux cheveux blancs se tenaient à l'arrière, ses yeux étaient d'un rouge perçant. Nessa se prit le cou entre ses mains histoire de vérifier que tout allait bien. Qu'est-ce qui venait de se passer ? Un halo de poussière tournait autour de son agresseuse alors qu'aucune poussière ne lévitait autour du bellâtre, fallait le dire pour son âge, qui en imposait tout de même. Il semblait, comment dire ... Puissant ...

"- Les Renégats semblent regagner les sous-sol, ils fuient le combat !" - S'empresse-t-il de reprendre à l'attention de l'apprentie-déesse avant de se retourner vers notre fillette. "- Pomme m'a dit que je te trouverais ici, t'inquiète pas, tu es entre de bonnes mains. Y avait-il d'autres sacrifices qui ont survécu à cette attaque ?" - Continua-t-il sur un ton rassurant.
"- Je heu ... Il y avait un ... Peut-être deux encore debout ... Je sais plus, nous étions si faibles ... Mais qui êtes-vous ?" - L'esprit totalement embrouillé, elle se tourna vers l'autre femme pour terminer. "- Et vous, que me voulez-vous tous ?!"
"- Ha ha, belle demoiselle, je suis si confus, on me surnomme, le Feutre en hommage à mon chapeau parait-il. N'ait crainte, les Godslayers sont là pour appuyer les académiciens !" - Conclue-t-il avant de regarder aux alentours, toujours sur la défensive.

Gné ? Arrêt sur l'image ? Vous croyez franchement que ma petite Nessa d'amour va avaler ses paroles comme si de rien n'était, mais vi, tu es un Godslayer trop bien, allons boire un café ensemble ce remémorant le passé du futur présent c'est génial ... C'est quoi un Godslayer ??? Genre, je suis un Dieu je me la pète, avec les académiciens what ? Putain, elle le savait qu'elle aurait dû continuer d'aller à l'école pour ensuite faire des études et faire partie de cette belle famille qu'était les étudiants, les académiciens quoi, mouahahaha. Tout le monde le savait que les universités étaient un lieu d'élus qui allaient tous nous tuer un jour à coup de philosophie à deux balles ou de politique à vous enfoncer des somnifères dans le cul.

S'en était un poil trop, more informations pour ma petite fillette qui s'évanouit un instant dans le tas de cartons. Où tout ça allait bien pouvoir la mener ... Sérieux ...
Invité
avatar
Invité
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste - Dim 9 Nov 2014 - 8:16
Elena et son compagnon d'infortune avaient, finalement, réussi à mettre une distance certaine entre eux et l'immeuble ravagé où ils se trouvaient auparavant. Les avenues couvertes de décombres et les immeubles de bureau ravagés avaient laissé place à une ruelle, encadrée par des bâtiments encore intacts. Pas bien large, à peine de quoi faire passer une voiture, et déserte. Quelques bennes à ordure, des escaliers de secours aux façades, quelques emballages graisseux au sol...le genre d'endroit qu'il valait normalement mieux éviter, surtout si l'on était une femme seule et que le soleil était parti se coucher. Mais pour eux, qui venaient de fuir un véritable champ de bataille, cette ruelle était un véritable paradis, une voie royale vers...quelque part. N'importe où qui ne soit pas envahi de shrapnels, de fusils et de béton déchiré.
Le bruit de leurs pas sur le bitume était, bien que toujours noyé au milieu des explosions, sirènes, décharges d'armes et autres hurlements, redevenu perceptible. Ils étaient, apparemment, parvenus à s'éloigner des combats et ils n'allaient certainement pas s'en plaindre. Qu'il s'agisse d'Elena, blessée à la jambe, ou de son coéquipier, visiblement secoué par la tournure qu'avait pris les événements, aucun des deux ne ressentait suffisamment de loyauté envers la Guilde Noire et ses membres pour les défendre au péril de leur vie. Défendre quoi d'ailleurs ? Le plan était...quoi en fait ? Une réussite ? Un échec total ? Au final, ils n'en avaient aucune foutre idée et aucune envie de creuser la question. Tout ce qu'ils avaient besoin de savoir, c'était que la zone grouillait d'ennemis, humains ou non, et qu'ils étaient en très large infériorité, numérique comme tactique. En fait, à cet instant, ils se sentaient comme des rats, fuyant tant bien que mal après la mise à jour de leur repaire et l'arrivée des exterminateurs. Des cloportes, exposés au flamboiement infernal du soleil après qu'un enfant eut retiré la pierre qui les couvrait et décidé que, puisqu'ils étaient vraiment sacrément moches, il valait mieux qu'ils meurent écrasés à coups de brindille et d'index. Le petit con.

Conjointement, mus par le même instinct, ils décidèrent de ralentir le pas. Plus la peine de courir, le danger était suffisamment éloigné. Mieux valait conserver son énergie, au cas où, et continuer à avancer à un rythme plus acceptable.
Elena ne protesta aucunement, désireuse de laisser sa jambe respirer un peu. Elle souffrait le martyr depuis qu'elle avait sauté de la fenêtre, et chaque pas résonnait jusque dans son crâne. Elle jeta un coup d'œil rapide à son membre déchiré pour s'assurer de son état. Son bas droit avait pris une couleur brunâtre, gorgé de sang et de liquides vitaux et visqueux et sa plaie s'était élargie sous l'effet de l'effort. Foutue enveloppe humaine.
La douleur s'amplifiait à mesure que l'adrénaline retombait et chaque pas devenait plus difficile que le précédent. Si elle continuait à ce rythme, sa jambe n'allait être guère plus qu'un morceau de viande inerte, tout juste bon à la retarder. Certes, elle avait toujours la possibilité de se délester de cette enveloppe de chair à l'agonie, mais qu'allait-il advenir de son collègue ? Comment allait-il réagir face à ce spectacle ? Perdre la raison ? L'attaquer, instinctivement ?...Elle n'en savait pas assez sur ses ressources personnelles pour se décider, et la perspective de perdre son seul allié dans cette ruche d'ennemis potentiels lui déplaisait fortement. Il pouvait encore avoir son utilité.

Bientôt, ils allaient trouver une ouverture suffisamment grande, que ce soit une entrée de métro ou une bouche d'égout éventrée, et dire adieu aux dangers de la surface pour se réfugier dans les profondeurs nauséabondes de la ville. Après quoi il ne resterait qu'à la quitter, et à rejoindre une des antennes de la Guilde, voire son siège si possible, et à s'y terrer, le temps que la poussière retombe et que le monde se remette de la Révélation qui lui avait été faite. Un plan simple, mais avec de bonnes chances de réussir. Du moins le pensaient-ils.

Un craquement sinistre vint mettre fin à toutes ces belles hypothèses, ces rêves stupides de fuite parfaite dépourvue de tout contretemps. L'attaque avait été fulgurante et bien pensée. Un coup net, derrière la nuque de la personne en retrait et visiblement indemne. Finalement, elle avait eu de la chance. Sans cette foutue blessure, cela aurait pu être elle, la victime. Elle, qui se serait retrouvée au sol, le cou brisé, sans avoir compris ce qui l'avait tuée.
Par réflexe, Elena se retourna, brandissant son PA-15 dans la direction générale du bruit. Un homme aux yeux jaunes. Un bâton de combat sifflant dans sa direction. Le corps de son camarade qui chutait lourdement au sol, les yeux écarquillés.
Cinq coups de feu retentirent, tirés sans véritablement viser. Elle n'avait jamais eu d'entraînement formel au combat. Elle était une prédatrice, pas une guerrière. Et c'était en se basant sur son instinct pur, sur ses entrailles, qu'elle réagissait, pas sur une quelconque doctrine bien souvent oubliée dès les premiers signes du combat.
Puis une douleur, vive. L'immonde craquement de ses côtes, la déchirure de son flanc gauche. Le bâton l'avait frappée de plein fouet et projetée au sol. Impossible de se retenir. Pas avec une jambe dans un tel état. Par pur réflexe, elle tenta de se protéger de l'impact avec sa main droite. Sans grand succès. Son corps s'écrasa lourdement sur le bitume, sa tête manquant de peu de s'y fracasser.
Un sifflement inhumain s'arracha à sa gorge. Sonorités indicibles. Sens universel. Douleur, surprise. Et haine. Pure.
Elle ne souriait pas. Contrairement à pratiquement chaque instant, elle ne souriait pas. Ses lèvres s'étaient étirées, s'étaient déchirées à leur commissure, mais elle ne souriait pas. Il était impossible, pour quiconque, humain ou non, de nommer cette expression « sourire ». Ses dents, acérées, étaient visibles. Plusieurs rangées, successives. De la salive, du mucus, du sang. Pas un sourire. Une menace. Une promesse même. Celle de déchirer le cadavre de son adversaire, de le souiller, de le détruire. D'en arracher les tendons et les muscles, d'en broyer les os, d'en répandre le sang et les tripes. L'annihiler, le ravager.
Ses yeux se fixèrent sur ceux de son ennemi et ne s'en détachèrent pas. Elle se redressa légèrement, visa sommairement, et appuya trois fois sur la gâchette.
♦ Rose ou chou ? : Patate ninja wesh' égyptienne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 1151

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
1015/1500  (1015/1500)
Votre domaine: Ondes de choc.
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste - Mer 19 Nov 2014 - 15:51
Elle souffrait, elle souffrait énormément. Elle ne savait pas si elle allait continuer à vivre ou mourir, tout ce qu'elle savait c'est qu'elle ne pouvait s'en vouloir qu'à soi-même. Elle aurait du se rendre compte plus tôt que tout ça n'était pas la meilleure chose pour elle. Que ça allait être dangereux en somme. Son ventre était gentiment troué et elle perdait beaucoup de sang.
Mais le pire dans tout ça c'était qu'un idiot lui envoyait une lumière rouge en plein dans l’œil. Ne pouvait-elle pas avoir un peu de repos et mourir en peux ? Parce que ce n'était pas comme si même en se traînant le plus loin possible elle allait réussir à survivre sans problèmes.
La voix de l'autre qui la visait était grave c'était tout ce qu'elle savait sur cet inconnu qui lui en voulait : c'était un homme et il était pubère, sans doutes assez vieux car il maintenait un certain sérieux et un calme à tout épreuve. Et apparemment il avait une idée derrière la tête. Il voulait qu'elle arrête le monstre sinon il lui en coûterait de sa vie. Quelle surprise. Une personne de plus voulait sa mort mais elle n'en avait que faire, son existence était déjà réglée. Mort assurée.

Comment pouvait-il croire un seule instant qu'elle allait pouvoir être capable d'arrêter ça le mignon ?? Agathe en rirait presque si cela ne la faisait atrocement souffrir. Du moins, cela fit émerger sur son visage un grand sourire la candeur, la naïveté et la crédulité étaient des choses bien mignonnes en fin de compte. Aussi fort qu'elle le put, elle lui adressa ces quelques mots.

"Tu crois vraiment que je peux l'arrêter ? Crois tu vraiment qu'il est encore sous contrôle ? Crois tu que si c'était le cas je serais dans cet état et crois tu sincèrement que tout ça relèverait de moi une petite fille ridicule ? Non je ne pense pas alors arrêtes avec ce bidule rouge laisses moi mourir en paix."


Spoiler:
 
♠ Petits messages : 18
avatar
Personnage non-jouable
Personnage non-jouable
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste - Ven 21 Nov 2014 - 7:37

Perplexe, Isanagi observait son interlocuteur s'approcher de lui. Il pouvait sentir cette puissance phénoménale qui émanait de cet être dont il ignorait à peu près tout. Toute cette énergie titillait son nouveau pouvoir… La tentation était grande et le Déchu parvenait difficilement à le contenir, surtout lorsque l'Esprit vint saisir l'un de ses avant-bras pour entreprendre de relever sa manche. Le brun serra les dents pour ne pas perdre le contrôle de sa capacité fraichement acquise… grâce à la personne en face de lui. Non, ce n'était pas le moment… pas encore.

Il vit alors ce qu'il avait cherché à ignorer durant plusieurs semaines : les fines veines noires qui éclataient au creux de ses paumes pour se répandre sur ses bras. A vue d'œil, ses doigts tremblaient. Le dieu serra son poing, cependant que son vis-à-vis fit apparaître ce qui ressemblait à un pendentif, sous les yeux intrigués d'un Jhoken recroquevillé sur lui-même. A première vue, on aurait dit une version miniature de la pierre d'améthyste qu'avait été durant un moment son créateur, incrustée dans un ornement d'un doré abimé.

— Qu'est-ce ?

— Ton salut.

L'objet lui fut tendu, mais Isanagi n'esquissa pas le moindre geste pour le récupérer, trop occupé à l'analyser en détail, à la fois méfiant et occupé à retenir son nouveau pouvoir de commettre l'irrécupérable.

— Tu voulais la pièce manquante qui te permettrait de remporter cette bataille, Isanagi. Tu l'as. Le pouvoir que tu m'as demandé de te transmettre n'est pas sans prix, ton corps en subit déjà les conséquences. Mais si tu portes ce médaillon, tu seras complet et plus rien ne pourra t'atteindre.

Regard noir de la part du Déchu. Mais il finit par obtempérer et se saisit de la chaîne pour la passer autour de son cou. L'instant suivant, il se sentit apaisé. Un peu trop brusquement même. L'espace de quelques secondes, il restait figé, puis ses idées se remirent en place une à une. Ainsi on voulait lui faire croire qu'il était trop faible pour contenir un nouveau pouvoir ? Humiliation… Que lui avait-il fait ? Avait-il bien fait de porter le pendentif ? Et si celui-ci était destiné à le priver de ses pouvoirs ? Le doute et la confusion régnaient dans l'esprit d'Isanagi, qui finit par céder à une autre impulsion. Il plaqua sans préavis sa main sur le visage de l'Esprit réincarné, et activa le pouvoir que celui-ci lui avait offert. Un sentiment de soulagement et d'exaltation s'empara de son cœur lorsqu'il vit le visage du son interlocuteur se décomposer, comme s'il avait été sujet à un vieillissement accéléré.

— Maîîître… Que faîtes-vous maîîître ?? s'écria Jhoken qui ne put qu'assister à la situation impuissant, faute de pouvoir se dresser contre celui qui l'avait invoquer.

Le visage, ainsi que le reste du nouveau corps de l'Inconnu tombèrent en cendres, bien trop fragile pour opposer la moindre résistance. Isanagi observait la scène avec froideur, tandis que son bras demeurait toujours suspendu dans le vide. Sa main finit par revenir saisir son mégot de cigarette, qu'il retira de ses lèvres tandis qu'il se retournait, lâchant une fine langue de fumée dans son sillage.

— Je suis un dieu… celui qui prendra la place de Deus bientôt.

Une déclaration qui résonna dans le vide. Isanagi se fichait d'être entendu par qui que ce soit, même Jhoken avait cessé d'exister à ses yeux en cet instant. Il n'y avait plus que lui… et son objectif. Sa voie, sa vérité, son destin. Tout s'accomplirait bientôt. Il en était persuadé. Son nouveau pouvoir l'avait aidé, Ô douce ironie, à se débarrasser de la plus grande menace qu'il soit à ses yeux, et Deus était le suivant sur sa liste. Plus rien ne pourra le stopper dorénavant.

La porte se ferma derrière le Déchu qui s'en retournait dans ses quartiers pour mettre en place les prochaines étapes de son plan. Les dernières avant l'acte final.

Entre ces murs sombres et humides s'éleva alors un murmure d'outre-tombe, que seul Jhoken entendit.

— … Les dieux sont faibles, Isanagi.

***

Sans surprise, la renégate ne coopéra pas. Sans doute disait-elle vrai, sans doute qu'il ne s'agissait là que d'un pion. C'était logique au final, mais au moins, il avait essayé. L'homme demeura cependant là, son arme braquée sur son adversaire qui n'avait visiblement pas l'intention de s'enfuir. Sage décision. En même temps, blessée de la sorte, elle pensait certainement que ses heures étaient comptées. Elle n'avait pas tort… même si l'homme qui la tenait en joue se méfiait malgré tout des capacités de ces êtres dits divins.

— Si tu n'étais pas une des leurs, je t'aurais amenée à l'hôpital. Mais il se trouve que tu es une ennemie, alors le moins que je puisse faire c'est de t'achever pour abréger tes souffrances.

Mais alors qu'il s'apprêtait à faire feu, ayant au préalable visé la tête pour accorder une mort instantanée à sa cible, une explosion ébranla le bâtiment. Le sol se mit à chanceler, déséquilibrant le vieux marine par la même occasion, tandis que le plafond menaçait de s'écrouler. L'explosion provenait du couloir… sans doute que le renégat que sa collègue avait tenté de ramené s'était montré aussi non-coopératif que prévu.

***

La renégate, fauchée par son coup circulaire, se retrouva rapidement sur le sol. Elle ne tarda pas à le viser avec son arme de service, mais Lev n'avait pas l'intention de rester campé là. Il ignorait les talents de tir de son adversaire mais n'avait pas l'intention de le tester. Vivement, il fit un pas sur la gauche tout en avançant son épaule droite pour placer latéralement son avant-corps et ainsi avoir plus de chance d'éviter les balles. Dans le même temps, il dirigea son bâton de sorte à venir dévier la main armée d'Elena. Un coup sec, vif, destiné à la désarmer par la même occasion. Du moins, si il y parvenait, c'était le petit bonus. Il ne s'attarda pas sur ce détail, car ce coup était surtout destiné à servir d'appui, pour permettre à son bâton de rebondir et d'effectuer un mouvement dans le sens inverse, afin de pouvoir frapper son adversaire en pleine tête.

— Tu n'as nulle part où fuir, renégate. Ne résiste pas et ta mort sera sans douleur.

InformationsCeci est malheureusement le dernier tour. Vous n'êtes plus que deux à tourner dans ce groupe alors je ne vais pas épiloguer. & comme ça vous aurez un RP de libéré, sachant que l'Event a suffisamment duré aussi. ^^
Désolée pour le combat qui tourne court, Elena. Tu peux blesser Lev si tu le veux, mais à la fin de ton rp, tu dois indiquer qu'il disparaît brusquement (rappelé par le temps).


Invité
avatar
Invité
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste - Dim 23 Nov 2014 - 22:48
L'enchaînement d'actions fut fulgurant. Une première balle rasa le visage de Lev. Le bâton décolla vers la main d'Elena. Seconde balle. Trop haute à cause du recul. Un craquement sourd et métallique, son d'un bâton qui claque contre du métal. Troisième balle.
Elle quitta le canon pratiquement au même moment où celui-ci s'envolait vers quelque benne à ordure, éjecté par le coup. Une gerbe de sang et de chair déchirée fut propulsée hors de l'épaule du démon. Grimace de douleur.
Elena n'eut guère le temps de se réjouir de son coup au but ou de plancher sur un moyen de retrouver son arme. Un morceau de bois et de métal sifflant vint la percuter en plein dans la mâchoire, dans un craquement immonde d'os broyés et de dents éclatées.

Le reste de sa tête ne bougea pratiquement pas alors que sa mandibule inférieure se transformait en un amas blanc et rouge, sanguinolent, pendouillant par quelques morceaux de peau et de muscle au reste de son crâne.
Un son narquois s'échappa de la gueule béante, ravagée, qui avait été celle d'Elena. Une sorte de rire, marécageux, ignoble, inhumain. Celui d'un diable enterré vif dans la boue et la vase, et qui trouverait encore la force de se moquer de son bourreau. Un rire innommable, incompréhensible, capable de faire frémir même le plus ardu des démons.
Ses yeux fixèrent un instant ceux de Lev. Il souffrait, avait regardé son épaule par réflexe, mais s'était néanmoins replacé en position de combat, trouvant même moyen de déblatérer une ineptie de plus. Puis, comme frappés de nouveau, ses globes oculaires se révulsèrent. Pas de douleur. Mais de haine pure.

Sa peau se liquéfia. Les yeux fondirent. Les os et les dents se métamorphosèrent. Sous les vêtements, d'immondes pulsations secouaient le tissu, tandis que des ergots l'arrachaient, le déchiraient, laissant apparaître ça et la des glandes purulentes et des vrilles agitées de spasmes.

Un nouveau coup la frappa, en plein visage, comme pour en finir avec ce spectacle abominable. Ce qu'il restait de la tête se décrocha et alla éclater contre le mur le plus proche en une gerbe de chair en déliquescence et de mucus putréfié.

Elle allait le détruire. Le ravager. Le dévorer. Broyer ses os, digérer ses muscles et tisser ses tendons.

La masse en ébullition, dansante et chantante, au rythme d'une musique irréelle se jeta sur son adversaire, propulsée par le désir de détruire. Des crocs, des gueules béantes, ouvertes sur des estomacs multiples. Des tentacules de chair et de muscles, des membres inconnus, des appendices fibreux et osseux.
L'horreur sous forme de chair, la chair sous forme d'horreur.

Plusieurs tentacules tranchants filèrent vers leur cible, attirant avec eux une myriade de crocs et de langues pulsantes et gluantes.
Certains furent déviés par un bâton. D'autres se plantèrent dans les vêtements et la viande. Le sang de la bête et celui de l'innommable se mélangèrent, dans une effroyable mixture. Quelque organe vint lécher son visage. Quelques yeux le fixèrent, la moquerie, le mépris et la haine au fond de leur prunelle.
Et, alors qu'une gueule plus large et acérée que les autres se rapprochait de son cou, tout s'arrêta.

Plus d'adversaire. Plus de chair à lacérer. Plus de vie à terminer.

Disparu. Sans raison ni préavis. Simplement, et purement volatilisé. Happé par le temps lui-même, rappelé à l'époque à laquelle il appartenait véritablement.

Un hurlement résonna entre les immeubles. Un cri plus que bestial, de haine et de frustration. Celui de l'horreur inapaisée, des pulsions déchaînées et enragées.
Ce misérable, ce cloporte d'académicien l'avait blessée. L'avait provoquée, méprisée, rabaissée. Et il osait, en plus de cela, lui dérober sa légitime vengeance ?! Le trouver. Le détruire. Le déchirer. Boire son sang, dévorer sa chair, transformer ses os en poussière. Jamais elle n'avait été aussi humiliée. Et jamais elle n'avait autant eu tel désir de revanche.

Le retrouver. Le retrouver. Elle allait le retrouver...

Au loin, les bruits de combat s'étaient atténués. Plus d'explosions, plus de tirs. Juste les sirènes, les cris et le crépitement des flammes. Sa journée, sa longue, trop longue journée, venait de s'achever. Elle n'avait plus aucune raison de rester ici. Plus aucune raison de haïr.

La chair s'apaisa, quelque peu. Sanglante, mouvante, gluante, elle ramassa l'arme qu'elle avait perdue, lorsqu'elle avait encore sa forme humaine.
Un œil unique se posa sur le cadavre du renégat qui l'avait accompagnée. Sans lui, elle n'aurait probablement pas survécu, fauchée sans même comprendre ce qu'il lui était arrivée. Pas de combat, pas de lutte. Juste une exécution.
Lentement, elle s'approcha de lui. Un tentacule s'extirpa de l'amas, et vint caresser sa joue, délicatement, glissant le long de sa gorge jusque son torse...avant de se planter en plein dans le sternum. Un second l'aida dans sa tâche, puis un troisième. Craquement sinistre d'une cage thoracique qu'on déchire. Suivi du bruit mouillé et écœurant d'organes que l'on arrache.

La symphonie ne dura que quelques minutes. Brutale. Efficace. Ignoble. A son terme ne restait qu'une pile indescriptible de viscères et de tissu, suintante de sang et de bile.

Une voix, presque humaine, presque douce, gargouilla ce qui semblait être une marque d'affection et de gratitude.
Puis, avec vivacité, l'horreur disparut, glissant sur le pavé, cherchant l'entrée de sa retraite souterraine. Une fois trouvée, elle s'y infiltra et disparut, permettant à la ruelle de retrouver son calme et son silence d'antan.

Ne demeurait qu'une odeur putride de chair décomposée et de marais, seul témoin des événements qui avaient donné naissance à ce bâtard immonde qu'étaient les restes du renégat anonyme.
♦ Rose ou chou ? : Patate ninja wesh' égyptienne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 1151

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
1015/1500  (1015/1500)
Votre domaine: Ondes de choc.
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste - Dim 7 Déc 2014 - 21:27
Comme il était gentil, comme il était mignon, il avait décidé d'abréger ses souffrances ! C'était pas trop tôt ! Enfin quelqu'un d'intelligent dans les alentours, de toutes manières Agathe avait déjà rendu les armes, son but était juste de partir paisiblement. Elle ferma les yeux, la première fois elle s'était tuée elle même, pourquoi ne pas choisir de mourir également la deuxième fois ? Accepter sa mort certaine était le minimum qu'elle puisse faire pour elle même, au moins elle avait vécu une deuxième fois et avait mené sa vie comme elle l'entendait. La seule chose qu'elle pourrait regretter était qu'elle n'avait pas mis sa vengeance à exécution... Elle attendit donc.
Mais la balle ne vint pas. En guise de remplacement vint une énorme explosion. Ennemie ou alliée ? Elle ne savait, juste une explosion. Elle vit des morceaux de mur voler, par chance elle n'en reçut pas. Quelque chose vint du mur explosé, dans le flou qui l'entourait elle le vit. Il courait à vive allure, trop vite pour qu'Agathe le voit correctement. Elle entendit ensuite le hurlement de celui qui voulait la tuer et deux coups de feu. Un morceau de plafond s'effondra. Cela voulait donc dire qu'il s'agissait d'un allié. Une chance de survivre ... Surprenant. Un morceau était tombé sur sa jambe, mais la douleur ne s'était pas reportée à cette nouvelle blessure. Son trou abdominal était primordial, cent fois plus douloureux et cent fois plus dangereux pour ses jours. L'odeur d'un autre sang que le sien apparut, quelque part elle trouvait ça rassurant de ne pas être seule dans cette galère. Quoique ... il ne devait sûrement pas avoir qu'un trou au ventre l'autre petit, cela devait être autrement douloureux ou bien autrement apaisant, dans les doux bras de la mort, à moins bien sûr d'avoir été secrètement tiré au sort par Deus. Mais vu l'oiseau, Agathe espèrait bien qu'il n'avait pas été choisi sinon les rénégats avaient de quoi avoir peur !

Agathe se remit à sourire, elle avait envie de rire aux éclats mais la seule chose dont elle fut capable fut de sombrer. Ces yeux se firent lourds, elle essaya de résister, elle ne savait même pas si l'autre l'avait remarqué. Maintenant qu'elle avait une chance de survie, elle aurait aimé ne pas la laisser partir. Bien sûr elle ne put rien faire, son corps eut raison d'elle même.
Elle eut un moment de conscience où elle entrouvrit les yeux pour les refermer dans la seconde qui suivit. Elle eut le temps de voir une tâche verte et floue. Quelqu'un la transportait dans ses bras, la portait avec beaucoup de précautions et d'attentions. Agathe ne connaissait pas beaucoup de personnes avec des cheveux verts ... Yuri ... C'était lui qui l'avait aidée, lui qui la sauvait, lui qui la sortait du pétrin une énième fois. Qu'aurait-elle fait sans lui ? Elle serait déjà morte bien des fois sans aucun doutes. Elle lui devait tellement et lui en avait donné si peu, mais bon c'était comme cela une relation entre un élève et son maître. Il y avait toujours l'un des deux qui donnait plus que l'autre.

Désormais elle savait qu'elle pouvait sombrer en sécurité, que tout allait bien aller, qu'elle allait rentrer à la maison sans que personne ne l'en empêche. Elle pouvait fermer ses yeux, paisible, sachant qu'elle les rouvrirait bientôt sur le même monde qu'elle avait failli quitter.
Son corps resta, son esprit repartit.


Spoiler:
 
♠ Petits messages : 18
avatar
Personnage non-jouable
Personnage non-jouable
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste - Mer 21 Jan 2015 - 15:18

Informations
Récompenses des participants :
Yuri Dragunov : 500 xps
Elena Altman : 1200 xps
Agathe Arena : 1200 xps

Xps attribués.




« Fate. »
Contenu sponsorisé
Re: [Event principal 3] Châtiment Céleste -
[Event principal 3] Châtiment Céleste
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]
» Event 5 : Ecriture & Dessin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Les Archives :: Chapitres archivés :: Chapitre III : Précipitations-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page