Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 [QUÊTE] Rester de Marbre

 
♦ Rose ou chou ? : Choux
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 445

Feuille de personnage
Niveau:
4/30  (4/30)
Expériences :
3660/1000  (3660/1000)
Votre domaine: L'électricité
avatar
Délégué(e) de la Défense
Délégué(e) de la Défense
Voir le profil de l'utilisateur
[QUÊTE] Rester de Marbre - Dim 23 Mar 2014 - 17:27
- Rester de Marbre -

PREMIÈRE NUIT

Il faisait nuit à la Deus Academie. Kael marchait, éclairé par la lumière de la lune. Celle-ci était pleine, parfaitement ronde, d’une beauté à couper le souffle. Il ne pouvait s’empêcher de lever les yeux au ciel, se demandant si sa sœur était belle et bien vivante. Quoi de mieux qu’une nuit de pleine lune pour laisser ses pensées vagabonder. Il n’y avait rien de tel !

N’arrivant pas à dormir, le jeune homme avait décidé de désobéir au règlement et donc de sortir après le couvre-feu. Peut-être allait-il y avoir une sanction… Peut-être que non. Dans tous les cas, il en avait bien besoin. Il était arrivé à l’Académie il y a peu, il avait donc toujours du mal à se familiariser avec ce nouveau mode de vie. Trop de magie dans l’air si on peut dire. Quoi que, c’était vraiment ça. Trop de magie dans l’air ! Dragon, pouvoir, divinité, vaisseau volant, bref, sa vision du monde en prenait un coup quoi. Enfin, là, il se promenait non loin du bâtiment des classes, dans l’immense jardin qu’offrait ce lieu.


« Dans quel monde je vis ? Sérieusement… »

Le vent souffla. Sa fraîcheur caressait la peau de Kael avec douceur. Ce n’était pas désagréable, loin de là. Il profitait de ces petits moments en communion avec la nature. Cela le ressourçait grandement. Alors une nuit de pleine lune en plus ? Il n’y avait rien de plus beau et agréable selon lui. D’ailleurs, ce serait soi-disant durant ces nuits que certains hommes se changent en bête. Les Loup-Garou. Avant de mourir, il y avait plein de film opposant vampire et loup-garou. Des relations amoureuses entre, bref, de l’irréel. Pourtant, ce que Kael vivait à l’instant était tout autant irréel… Peut-être existaient-ils alors vraiment ?!

Un bruit retentit alors derrière un gigantesque buisson faisant sursauter le jeune homme. Il se demandait s’il s’agissait d’un loup-garou. Après tout, il ne connaissait pas encore correctement cet endroit. Il pouvait bien découvrir des choses choquantes, sorties tout droit d’un film d’épouvante ! Le buisson se mit à frétiller. Les feuilles bougèrent. Ce n’était pas à cause du vent car celui-ci avait cessé. Il émit alors quelques étincelles, éclairant davantage le lieu.


« Qui est là ?! »

Il s’approcha du buisson lentement, méfiant lorsque… un hérisson en sortit. Kael fut alors soulagé. Il s’approcha de la petite bête tremblante. Elle était effrayée par les étincelles du jeune homme qui les arrêta automatiquement. Il était assez fier de comment il apprenait à maîtriser son don. C’était rassurant, il se sentait capable d’affronter le monde, lui donnant confiance en lui.

« Désolé mon petit bonhomme. Tu m’as fait peur. »

Kael lui sourit, tendant sa main pour que l’animal la renifle. La lune fut alors cachée par des nuages, obscurcissant le lieu. Le buisson se remit alors à bouger. Le jeune homme sourit à cette idée. Ça devait être la famille du petit animal. C’est du moins ce qu’il se disait. Il s’approcha du buisson, poussant quelques feuilles au niveau du sol. Il ne constata alors absolument rien. Il n’y avait pas de hérisson. Le jeune homme s’éloigna alors décidant d’aller dans les couloirs de l’Académie.

Il entra alors dans le bâtiment. Pourquoi avait-il prit cette décision ? Il avait soif. Quoi de mieux que les robinets de l’école pour boire un peu d’eau et donc se désaltérer ? Il marchait donc tranquillement, les mains dans les poches, lorsqu’il entendit le bruit d’une chaise. Il se tourna, puis entendit de nouveau ce son. Vous savez, lorsqu’on tire une chaise sans la soulever ? Le bruit de ses pieds sur le sol ? Celui-là, oui oui. Il chercha alors à savoir d’où il provenait. Il semblait provenir d’une salle de classe se trouvant tout au bout du couloir.

Marchant doucement, les mains toujours dans les poches, il s’approcha de cette pièce. Qui pouvait bien se promener dans l’école à cette heure-ci ? C’est l’hôpital qui se fout de la charité, fallait bien le dire. Kael marchait, dans l’école, à une heure tardive. Il arriva alors devant la salle, se demandant s’il devait ouvrir délicatement la porte pour voir d’abord de qui il s’agissait, ou s’il devait l’ouvrir brusquement pour prendre la personne sur le fait. Il était plus intéressé par la deuxième, ça pourrait être amusant après de taquiner la personne. Il attrapa alors la poignée, inspira un grand coup puis ouvrit brusquement la porte. Le bruit engendré résonna dans l’académie. Mais ce fut le jeune homme qui fut surpris. Il tomba nez à nez à une forme noire, puis plus rien… Celle-ci disparu sans laisser de trace comme une brume noire. Il se tourna alors mais cette forme l’avait attendu. Elle était de nouveau là son visage –du moins, ce qui semblait être un visage- proche de celui de Kael. Deux yeux rouges s’ouvrirent et un sourire se dessina puis le trou noir… Le jeune homme sombra dans un profond sommeil…



PREMIÈRE JOURNEE

Les paupières de Kael s’ouvrirent avec difficulté. Assis sur ce qui semblait être un banc, il sentait son corps d’une extrême lourdeur. Son visage fixait l’horizon, ou plus particulièrement le bâtiment de classe qui se trouvait en face de lui, à une certaine distance. En bougeant son regard, il pouvait discerner de la verdure, mais tout était flou. Se réveiller dans une position aussi désagréable était trop brusque pour ses yeux. Il était assis sur un banc, ses coudes sur ses cuisses et ses mains blottis l’une contre l’autre. Comment aurait-il pu s’endormir dans cette position sans s’en rendre compte, et encore plus dans le jardin de l’académie ? Le jeune homme tenta alors de se lever, en vain. Il ne pouvait bouger le moindre de ces membres. Il tenta de baisser la tête, voir ce qu’il se passait, mais cela lui était tout bonnement impossible. Il baissa alors son regard. Sa vue s’était arrangée lui permettant ainsi de constater que sa peau avait changé. Sa peau était d’une couleur étrange. En faites, justement, elle n’avait pas vraiment de couleur. Sa peau était transparente et légèrement grisonnante. Etait-il devenu une statue ? Il ne pouvait pas bouger le moindre cil. Il tenta alors de parler, mais aucun son ne pouvait sortir. Sa posture était semblable aux modèles posant pour des sculptures ou des peintures. Il comprit aussitôt. Cette couleur étrange, brillante sous les éclats du soleil, cette incapacité à bouger, à parler. Il était clairement devenu une statue… pour être tout à faire exact, une statue de cristal.

C’était quoi ce délire ?! Que lui était-il arrivé la nuit dernière ? Il ne s’en souvint plus, le black-out complet. Heureusement, ses yeux pouvaient bouger ! Quelqu’un pourrait peut-être remarquer que… que… Et là, Kael fit la pire constatation de sa vie… Il était nu comme un ver ! La première chose que les gens remarqueraient, ce ne serait pas le fait que ses yeux bougent, mais plutôt le fait qu’il soit nu ! Evidemment, il avait les jambes écartées vu sa position, de quoi l’achever sur place… Il baissa les yeux, tentant de voir si on pouvait observer ce qui lui était le plus intime. Il observa avec bonheur que non, ces parties intimes n’étaient pas présentes comme sur certaines statues. Ce qui était étrange car il pouvait les sentir. Il ne manquerait plus qu’on les lui ait coupés dans la nuit… grand malheur !

Quelqu’un s’approcha alors de lui, s’asseyant sur le banc où il se trouvait. Il semblait s’agir d’un homme vu la corpulence qu’il pouvait discerner du coin de l’œil. Mais il ne pouvait en être sûr et certain.


Garçon 1 : « Hey mec ! Regarde un peu ! Ils ont érigé une nouvelle statue ! Tu crois que c’est en honneur de quoi ? »

Garçon 2 : « Aucune idée. Pour une broutille certainement ! Il a dû avoir fait le lèche botte à l’administration comme la plupart des gens ici. Ca ne devait être qu’un déchet de plus qui a volé les honneurs à d’autre personne. On devrait faire pareil peut être. »

Ils rigolèrent tous deux. Le sang de Kael se mettait à bouillir. Lui un lèche botte ? Il n’a aucune raison en plus d’être en statue ! Il a rien fait ici ! C’était un nouveau venu ! Comment pourrait-il avoir des honneurs ? Kael ne pouvait l’accepter. Il sentait alors son énergie se battre en lui. Son électricité tenta de s’extérioriser lorsque cela provoqua alors une fissure au niveau du front. Une douleur le prit, intense, aigüe. Il avait l’impression que quelqu’un lui avait planté une épée dans la tête. Il ne pouvait plus qu’entendre son cri de douleur résonner dans son esprit. Il ne pouvait l’extérioriser. Il ne pouvait que le garder pour lui et supporter cette douleur des plus atroces.

Garçon 2 : « Hey fait gaffe ! Il y a une fissure sur son front ! Qu’est-ce que tu lui as fait ?! »

Garçon 1 : « J’ai rien fait ! Ce n’est pas moi ! Vite on se casse ! »

Les deux garçons s’en allèrent à toute hâte, laissant alors Kael seul, souffrant de cette fissure qui s’était faites sur son front. Il n’avait jamais rien connu de pareil. Cette douleur physique était sans précédent. Heureusement, elle s’atténuait petit à petit. Utiliser son pouvoir reviendrait donc à lui infliger d’atroce souffrance ? Mais qu’est ce qui avait pu lui lancer une telle malédiction ? Il tenta alors de se rappeler de la nuit précédente, en vain. Il n’y arrivait pas. C’était surprenant d’ailleurs. Il avait tendance à se rappeler de beaucoup de choses. Comment aurait-il pu oublier ce détail important ? Et surtout, combien de temps cela allait-il durer ? Il n’en avait absolument pas la moindre idée… Ce qui était sûr, c’est que ce n’était pas possible. Il devait bouger, il en avait besoin. C’était comme vital pour lui depuis son arrivé à l’Académie.
Il sentait alors son esprit devenir fou. Il voulait bouger son corps, en vain. Il voulait hurler à la mort, en vain. Il aurait préféré être égorgé vif plutôt qu’être transformé en statue. C’était une horreur. Son cœur battait la chamade dans une peau de pierre. Son corps réclamait la liberté, son âme, son esprit était enfermé dans une cage sans issue. S’il avait pu, il aurait pu en pleurer… Il préféré de loin la mort à une telle malédiction… Mais c’est alors qu’il relativisa. Il réalisa qu’à ses yeux, il avait vécu bien pire lorsqu’il était encore un être humain…



TROISIEME JOURNEE

Aaaah, qu’est-ce qu’il faisait chaud… Cela faisait trois jours que Kael était changé en statue. Les nuits étaient plutôt sympa, tranquille. Elles étaient agréables par leur fraîcheur et la solitude qu’elles inspiraient. Les journées, par contre, c’était une autre histoire. La chaleur était étouffante et pesait sur les épaules du jeune homme de cristal. Il avait l’impression de cuir tel un œuf sur une poêle. Quelle désagréable sensation… plus jamais il ne regardera un œuf de la même manière ! Mais bon, point positif, il était dans un coin assez reculé, peu de gens passait par là et lui prêtait attention. Seul point négatif, les animaux. C’était particulièrement agréable de voir un chien s’approcher, se frotter à lui, enfin, jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il s’agissait d’un mâle et qu’il lui urina dessus. Quelle horreur… Ça, c’est ce qui s’était passé hier...

Kael pensait être tranquille après que les deux garçons l’avaient abandonné le premier jour, et c’était clairement le cas. Aucun individu n’est venu s’intéresser à lui, de près comme de loin. Le deuxième jour, pareil… sauf que c’est un chien qui s’était intéressé à lui, mais pas comme il l’aurait voulu. Les nuits, il n’avait eu que la compagnie de chouette et d’un hérisson. Il se demandait d’ailleurs s’il s’agissait de celui qu’il avait rencontré cette fameuse nuit. Kael tentait d’ailleurs de se souvenir de ce qu’il s’était passé.
Quelques bribes lui revenaient. Il se souvint d’une ombre noir dans l’école, de différents bruits, mais rien de plus. C’était comme-ci quelqu’un lui avait volé son souvenir en plus de le transformer en statue. Au début, cela était déplaisant, Kael avait l’impression de devenir fou. Etre enfermé dans son propre corps, il n’y a rien de plus horrible au monde. Puis il en a alors profité pour penser et profiter de la tranquillité du lieu. Les gens se plaignaient de ne pas avoir le temps de profiter de vivre, de penser. Le jeune homme en profitait actuellement. Il était en communion avec la nature, que demander de plus ? Sauf que le plus arriva comme une lettre à la poste.

Kael sentit quelque chose tomber sur sa tête. C’était comparable à un caillou, pourtant, rien ne tomba sur le sol. Malheureusement, il ne pouvait se mouvoir. C’est alors qu’un pigeon atterrit sur sa tête, comme-ci il s’agissait d’une branche sur laquelle il pouvait se poser. Kael réagit alors… une sensation semblable à un caillou, un pigeon perché sur sa tête… Il réalisa ce qui lui était tombé dessus. Il dut alors garder son calme pour ne pas laisser son pouvoir s’exprimer. Il ne voulait pas subir cette douleur qu’il avait ressentie le premier jour. Car oui, qu’est-ce que font les pigeons la plupart du temps sur la tête des gens ? Pas besoin d’en dire plus, vous avez très bien compris. Tout comme lui.

Un bruit de pas retentit, s’approchant du lieu où se trouvait le jeune. Le pigeon s’envola, trop effrayé pour rester percher. Un groupe de jeune fille marchait dans sa direction, discutant de tout et de rien, comme toutes les jeunes demoiselles.


Fille 1 : « Non mais sérieux. Il était lourd, vous ne trouvez pas ? »

Fille 2 : « C’est clair. Sérieux Mya, pourquoi tu ne t’es pas défendue ?! Tu aurais dû le gifler, ou lui mettre un coup de genoux ! »

Mya : « Mais… »

Fille 1 : « Pas de mais ! La prochaine fois, tu ne les laisses pas jouer avec toi ! T’es toujours trop gentille et timide ! Défend toi un peu ! Je sais que tu as peur des garçons, mais quand même. »

Mya : « D’accord… »

Kael ne pouvait voir les deux jeunes filles qui était hors de son champs de vision, mais il pouvait voir cette dénommée Mya. Il s’agissait d’une jeune fille d’à peu près son âge, voir même un peu plus jeune. Elle avait de long cheveux noir et des yeux bleus saphirs. Elle semblait timide et peu sûre d’elle, mais il fallait être sincère, elle était d’une extrême beauté. Elle devait être la cible de nombreux hommes.
Elle tourna son regard vers Kael, ou du moins, la statue. Elle s’en approcha, fixant celle-ci dans les moindres détails. Les deux autres demoiselles, quant à elles, ne pouvaient s’empêcher de continuer de parler. Le jeune homme se sentait mal à l’aise de les entendre parler de leur problème, mais surtout d’être fixé de la sorte par cette dénommée Mya. Son regard bleuté lui disait quelque chose, mais il ne pouvait se souvenir quoi. Il tenta alors de lui parler avec ses yeux, tentant de lui montrer qu’il n’était pas qu’une simple statue, mais la jeune fille ne semblait le remarquer.


Mya : « Dites les filles, vous ne trouvez pas cette statue drôlement bien faites ? »

Fille 2 : « C’est vrai qu’elle est drôlement bien faites. Hey regardez derrière ! Il y a une plaque. »

Kael réagit. Il ne savait pas qu’il y avait une plaque en son honneur. C’était quoi ce délire ? Etait-il vraiment mort ? Mais qu’avait-il pu bien faire pour mériter une telle statue en son honneur ? Ah mais là n’était pas la question ! Il n’était pas mort ! Il était dans la statue ! Il fallait que quelqu’un l’en sorte. Peut-être cette Mya pourrait-elle remarquer qu’il n’est pas en réalité une statue mais plutôt pris au piège.

Mya : « Qu’est-ce qu’il y a d’écrit ? »

Fille 2 : « A sacrifier sa vie pour protéger ce qui lui était cher. »

Il pensa alors à sa sœur… Etait-il maudit pour avoir protégé sa sœur de la mort ? Peu lui importé. S’il avait pu sourire, il l’aurait fait, car seule la vie de sa sœur lui importait. Il aurait été prêt à aller en enfer et être torturé par Satan lui-même pour elle… Elle était la seule chose qui le maintenait en vie. Elle était l’être le plus précieux pour lui.

Mya : « Je le trouve triste quand même… Il a l’air seul, perdu et ne semble pas avoir profité de la vie même ici, à l’Académie… »

Fille 1 : « Ce n’est qu’une statue Mya. »

Kael avait l’impression qu’elle pouvait lire en lui. Il était surpris, désemparé. Certes, il était transparent tel le cristal, mais comment pouvait-elle lire en lui de la sorte. Cela faisait-il parti de la malédiction ? D’où le fait qu’il était en cristal ? Il est vrai que Kael était du genre à cacher ce qu’il ressentait… était-ce pour ça ? Pour pouvoir se dévoiler aux autres ? Deus tentait-il de lui expliquer qu’il devait changer comme sa sœur avait tenté autrefois ? Tant de questions bousculaient son esprit, mais il ne pouvait y trouver une réponse à l’heure qu’il est… Et cette jeune fille continuait de le fixer d’un regard triste, sans savoir qu’en réalité, il n’était pas une statue.

Les heures défilèrent. La journée touchait à sa fin. Kael était de nouveau seul et il en avait fallu du temps pour que cela arrive de nouveau. Il avait été déstabilisé par cette fille. Comment ne pas l’être après tout ? Personne n’avait réellement su lire en lui… Qui était-elle ? C’était étrange en tout cas, car le jeune homme n’avait eu qu’une envie depuis cet instant, hurler à plein poumon…



SEPTIEME JOURNEE

Cela faisait sept jours, sept longs jours que Kael était une statue. Une semaine exactement. Cela devenait long, mais surtout très lourd à supporter. La solitude n’était pas un problème, mais c’était surtout cette énergie qui le submergeait, incapable de l’extérioriser. Être enfermé à ce point, sans se mouvoir, sans pouvoir parler, cela le détruisait de l’intérieur. Et c’était de pire en pire au fur et à mesure que les jours passaient.
Durant tous ces derniers jours, la dénommée Mya venait souvent rendre visite à Kael. Non pas qu’elle était au courant de son état, mais juste pour le contempler. Elle semblait s’intéresser à lui, ou du moins, à cette statue qu’il était dorénavant. C’était assez déstabilisant pour lui. Il se demandait pourquoi elle lui rendait visite de la sorte, après tout, ils ne se connaissaient pas.
Elle venait le retrouver bien souvent l’après-midi et s’asseyait contre le mur, en face de lui. Elle le fixait tout le long, ce qui mettait mal à l’aise le jeune homme, ou parfois s’endormait, tout simplement. Elle ne parlait pas, enfin, elle ne faisait rien d’autre. Elle était tout bonnement silencieuse. Elle semblait avoir besoin d’une présence. Elle devait se sentir bien seule pour venir en ce lieu reculé car oui, peu de gens venaient ici. Ce qui était surprenant d’ailleurs car c’était un petit coin agréable. Elle avait dû le constater, après tout, elle venait souvent prendre son déjeuner ici.
Kael espérait qu’elle remarque qu’il était bel et bien en vie. Mais comment le lui faire comprendre ? Peut-être devrait-il utiliser son pouvoir et se faire du mal pour qu’elle le remarque. Il fallait oser le tout pour le tout ! Le jeune homme se concentra, sentant son énergie parcourir son corps, grandir, s’amplifier. Lorsqu’il sentait qu’une étincelle allait jaillir, une atroce douleur le prit au niveau de l’épaule. Une fissure apparut à ce niveau-là. C’était comme-ci quelqu’un tentait de scier son épaule avec une petite cuillère. C’était une douleur insupportable, qui pourrait presque le faire tourner de l’œil. Mais bien évidemment, ce serait trop simple s’il s’évanouissait.
La jeune fille remarqua cette fissure, elle s’approcha alors, inquiète. Elle constata l’ampleur de celle-ci, la touchant du bout du doigt. Kael pouvait sentir malgré sa peau de cristal la douceur de la sienne. Chaleureuse, délicate, cette jeune fille semblait être un ange tout droit tombé du ciel. Son regard était doux, sensible. Elle semblait vraiment être d’une nature délicate. Ce regard bleuté lui rappelait celui de sa sœur. Cette gentillesse, cette solitude… Le cœur de Kael se serra en repensant à tout ce qu’elle avait dû subir à cause de sa maladie. S’il avait pu serrer les poings, il l’aurait fait.
Mya, proche de la statue, ne cessait de fixer la fissure à son épaule. Des voix masculines se firent entendre, s’approchant du lieu où tous deux se trouvèrent. La jeune fille fut surprise, lorsqu’elle vit s’approcher deux garçons. Kael les reconnut, il s’agissait des deux hommes qui étaient venus la première journée de sa malédiction.


Garçon 1 : « Salut ma belle. Qu’est-ce que tu fais ici, toute seule ? C’est dangereux pour une si belle demoiselle d’être seule dans un coin un peu reculé. »

Mya recula de quelques pas, fixant les deux hommes. Ça se voyait, elle n’avait pas confiance en elle, mais elle tentait de tenir bon face à ces deux hommes.

Mya : « Ca ne vous regarde pas… » Dit-elle, timidement.

Garçon 2 : « Hein ? Qu’est-ce que t’as dit ? On a rien entendu. Tu devrais parler plus fort au lieu de faire ta timide. »

Les deux garçons s’approchèrent davantage, mais la jeune fille ne pouvait en supporter davantage. Elle partit en courant dans la direction opposée, prenant la fuite. Kael avait vu son visage, elle était effrayée. Les deux hommes soufflèrent.

Garçon 2 : « Tss, elle est partie… »

Garçon 1 : « Ça n’en sera que plus amusant. »

Les deux hommes rigolèrent. Kael pouvait sentir son sang bouillir en entendant cela. Ces deux types avaient une idée derrière, il en était pleinement conscient et cela ne lui plaisait pas du tout…


DOUXIEME JOURNEE

Mya n’était plus revenue depuis le septième jour, laissant Kael seul. Quelque personne était passée là où il se trouvait, mais ils n’étaient que de passage. Il manquait alors de compagnie et se sentait affreusement seul. Il n’en pouvait plus de rester là, sans bouger, enfermé dans cette enveloppe de cristal. Il pourrait en devenir fou. Lorsqu’il serait libre, la première chose qu’il ferait serait de courir et de profiter. Après, il s’épuisera pour passer une nuit agréable car, il fallait être sincère, il passait de très mauvaise nuit à force de ne rien faire de ses journées. Enfin, ce n’est pas comme-ci c’était sa faute après tout… il était devenu une STATUE.
Maintenant qu’il y pensait, cela faisait combien de repas qu’il avait dû sauter ? Le goût de la nourriture lui manquait. La fraîcheur de l’eau également. Quand il sortirait de cette carapace en cristal, il irait accomplir mille et une choses car cela commençait à lui peser sérieusement. Passer presque deux semaines enfermées dans cette prison de cristal, c’était affreux. Le premier jour fut affreux, mais il s’y était habitué. Mais depuis peu, Kael craquait. Il ne voulait que sortir de cet état. Il n’arrivait plus à supporter cette situation désagréable. Un mal être le rongeait de l’intérieur, dans sa cage thoracique. Il avait réellement l’impression qu’il allait finir fou. Il avait toutes les raisons pour le devenir.
Durant ces journées, il avait beaucoup pensé à sa vie humaine, à sa sœur et à quel point il avait détruit sa vie pour elle. Il s’était rendu compte qu’il n’avait pas vécu et qu’il avait fallu qu’il meure pour qu’il puisse enfin se décider à vivre. Le jeune homme se trouvait pitoyable. Il ne regrettait rien, ça c’était sûr. Ses choix envers sa sœur, il les avait mûrement décidés, mais il aurait pu vivre un minimum au lieu de s’enfermer dans sa bulle. Toutes ces pensées submergeaient son esprit, le brisant. C’était sûr, il n’allait pas pouvoir tenir si cette malédiction allait durer encore longtemps.
Son esprit allait sombrer si ça continuait. La nature et la solitude avaient leurs avantages, mais il fallait l’avouer, à la fin cela devenait trop pesant pour n’importe quel individu. Ne plus pouvoir vivre des différents petits plaisirs qu’offrait la vie, que désiraient le corps et l’esprit… c’était une véritable torture. L’état d’esprit de Kael était tel qu’il ne se rendait même pas compte d’à quel point il sombrait dans les ténèbres de la folie... C’est ainsi que finissait la douzième journée, offrant alors l’obscurité de la treizième nuit…



TREIZIEME NUIT

Alors que son esprit et ses pensées continuaient de se détériorer dans l’obscurité de la nuit, des bruits attirèrent son attention. Il se passait quelque chose dans l’Académie, mais il ne pouvait savoir où. Après tout, il devait se fier à son ouïe dans ce genre de cas. Des bruits de table et de chaises, suivit de bruits de pas. C’est alors qu’un cri retenti dans le bâtiment des cours. Ce cri était celui d’une femme, il n’y avait pas de doute. Ou alors d’un homme… mais pour que ce soit un tel cri, il aurait fallu qu’une personne lui tape dans ses parties sensibles.
Quelqu’un courrait dans le bâtiment, il n’y avait pas de doute. Kael se souvint alors de la nuit où il y était en entendant ce cri. Cette présence, cette ombre aux yeux rouges, il se souvint d’elle. C’était elle qui l’avait changé en cette statue de cristal. Quelqu’un était en danger, c’était sûr. Kael tentait alors de bouger malgré qu’il soit sous cette forme, en vain. Il tenta d’utiliser de nouveaux ses éclairs, provoquant différentes fissures sur plusieurs parties de son corps. Il hurla alors de douleur, bien évidemment dans ses pensées. Ce désir de protéger quelqu’un s’était emparé de lui comme ci il s’agissait d’un acte naturel, instinctif. Malheureusement pour lui, il lui était clairement impossible d’agir.
Toutes ses pensées se focalisèrent sur ce qu’il se passait. Les bruits de pas continuèrent à résonner dans l’établissement lorsqu’ils se déplacèrent vers l’extérieur. La personne était sortie du bâtiment. Les pas se rapprochèrent de là où il se trouvait. Une ombre apparut au loin, dans la nuit, grandissante au fur et à mesure que le son produit par les pas s’amplifiait. Kael reconnu rien que par la corpulence de qui il s’agissait. Ce n’était autre que Mya.
Elle trébucha, tombant sur le sol mais se protégeant le visage avec ses mains. Derrière elle, deux ombres apparurent. Bien évidemment, il s’agissait des deux hommes dont Kael ne pouvait supporter la présence. Leur désir : s’amuser avec la jeune femme.


Garçon 2 : « Allez ma belle. Viens jouer avec nous. Ça ne te prendra que toute la nuit. »

Ils se mirent à rire de bon cœur, s’approchant de leur proie tel des prédateurs affamés. Kael pouvait lire dans leurs yeux ce qu’ils prévoyaient de faire. Mya se releva, tentant de s’échapper, mais l’un des deux hommes attrapa son bras pour la plaquer par la suite contre le mur. Voyant cette scène, le sang de Kael se mit à bouillir. Différentes fissures apparurent sous l’effet de la rage provoquant de nouveau cette douleur abominable. Comment faire dans cette situation ? Il ne pouvait pas assister à cette scène sans réagir. Et pourtant, il ne pouvait rien faire que regarder et entendre ce qu’il se passait.
Le premier homme renifla les cheveux de la fille avec un air pervers sur le visage. La demoiselle tenta de se débattre, mettant un coup de poing dans le visage de celui-ci, puis enchaînant par un coup de genoux dans les parties privées. Le cri qu’il poussa était semblable à celui que Kael avait entendu un peu plus tôt. L’homme tomba à genoux, se tenant l’entrejambe.


Garçon 1 : « Eh ben dis-moi, ce n’est pas ton jour de chance. Deux fois dans la même nuit tu te prends son coup de genoux. Faut le faire. »

Il rigola face au visage de son partenaire avant d’attraper les deux bras de Mya pour la garder plaqué contre le mur. Il approcha alors son visage vers le sien, tentant de l’embrasser, mais celle-ci bougea la tête pour éviter ses lèvres. Elle essaya de lui mettre des coups de genoux, en vain. Il s’était positionné de telle sorte qu’elle ne pouvait plus se défendre. Les larmes perlèrent sur ses joues. Elle tenta de se débattre, poussant des hurlements pour que quelqu’un vienne la secourir, mais personne ne vint à leur rencontre. Après tout, le couvre-feu était passé depuis plusieurs heures. Tout le monde devait être tranquillement dans son lit.

Mya : « Quelqu’un ! A l’Aide ! » Hurla-t-elle.

Garçon 1 : « Ben alors, pourquoi tu évites mes baisers ? Peut-être ne saurais-tu pas embrasser ? Serait-ce ton premier baiser ? »

L’homme à terre se releva, essuyant la salive qui dégoulinait de sa bouche par le choc qu’il avait subi quelques instants plus tôt. Il s’approcha du banc où Kael se trouvait, s’appuyant sur ses épaules. Le seul désir du jeune homme de cristal dans cette situation était de le griller sur place, ne lui laisser aucune chance de se relever. S’il le pouvait, il le ferait. Assister à cette scène était horrible, il ne pouvait supporter une telle situation, mais il ne pouvait rien faire. Il était démuni.

Garçon 2 : « Punaise, ça fait mal ! Sale petite peste ! »

Garçon 1 : « Hey ! Je crois qu’elle ne sait pas embrasser. On devrait peut être lui faire une démonstration, tu ne crois pas ? Montre lui sur cette statue ridicule ! »

Garçon 2 : « Pourquoi ce serait moi ? On ne sait pas où sa bouche à trainé ! »

Garçon 1 : « Je la tiens alors fais-le ! »

Quelle idée saugrenue. Comme-ci il allait oser embrasser Kael. C’était ce qu’il se disait à cet instant. Pourquoi embrasserait-il une statue après tout ? Il fallait avoir peu, voir pas de neurones du tout pour agir ainsi. Mais c’est alors que le second garçon qui se tenait debout grâce aux épaules de Kael approcha son visage. Si le visage du jeune homme n’était pas figé, son expression aurait été... ben en faites, il l’aurait sûrement déjà grillé sur place. Il n’en croyait pas ses yeux. Il allait vraiment l’embrasser. Non, non, non. Comment allait-il supporter ça ? Il ne le voulait pas, de tout son être il ne le voulait pas ! Il tenta alors de se défendre, lâchant diverses étincelles. Tout ce qu’il provoqua fut des fissures sur son corps et une douleur le parcourant. C’est alors que les lèvres du type se collèrent contre celle de Kael. La douleur s’amplifia alors, provoquant l’explosion de la statue de cristal. Un nuage de fumée, déclenché par l’explosion, se propagea, surprenant les deux garçons et Mya.
La fumée s’estompa alors, dévoilant le corps de Kael complètement décristallisé. Il avait cru mourir dû à la douleur qui l’avait pris au moment de l’explosion. Mais non, il était bel et bien vivant. En sous-vêtement (plus particulièrement en boxer noir) et le visage rouge de honte, il se tenait debout, face au garçon qui venait de l’embrasser.


« Vous… Je vais vous… »

Sans terminer sa phrase, il foudroya le premier homme qui tomba sur le sol complètement… grillé. Le second lâcha Mya tellement il était sous le choc. Les yeux écarquillés, il fixait Kael qui s’approchait d’un pas lent mais déterminé, des étincelles entourant son corps. Ne le laissant pas réagir, le jeune homme attrapa son col, puis le foudroya à son tour. Les deux hommes étaient alors par terre, la peau noircit et inconscient. Mya, quant-à-elle, fixa Kael.

Mya : « M… Merci. » Dit-elle, timidement.

Elle fixa le jeune homme, le regardant de haut en bas puis se mit à rougir. Kael, leva les yeux vers elle puis baissa la tête pour voir ce qui la faisait rougir ainsi. A son tour, il se mit à rougir de honte face à sa tenue. Il comprenait mieux pourquoi il avait froid.


« Ce… Ce n’est pas ce que vous croyez ! » Dit-il, mal à l’aise.

Sentant l’air frais de la nuit sur sa peau, il se sentait enfin libre. Cette liberté, était-elle due à son désir de sauver cette fille ? Ou peut-être était-ce dû à son pouvoir qui s’était libéré au point qu’il en explose ? Une autre hypothèse parcourra son esprit… peut-être à cause du baiser. Il préféra oublier ce moment, ça ne pouvait pas être ça. Dans tous les cas, il était libre, c’était tout ce qui importait !
Mya fixa le jeune homme de ses magnifiques yeux saphir. Mais cette couleur changea alors, virant au rouge écarlate.


Mya : « Eh bien, il t’en a fallu du temps pour te libérer de tes chaînes. »

Kael se souvint de ses yeux. C’était les mêmes que durant la première nuit. C’était ceux de l’ombre qui l’avait attaqué.

« Tu es… »

Mya : « Enfin, tu auras été amusant. J’espère que cela t’aura servis de leçon. »

Le jeune homme ne comprenait pas. Quelle leçon ? Il ne comprenait pas. Il avait été maudit pour une raison ?

« Qui es-tu ? De quoi tu parles ? »

Mya : « Cela ne te regarde pas. Ce que tu as appris ne regarde que toi. Mais si tu es libéré de cette malédiction, c’est que tu as compris ou au moins, ton inconscient a appris quelque chose. »

Perdu, Kael ne comprenait pas ce qu’il avait appris. Il est vrai qu’il avait eu le temps de penser durant ces longues journées, mais en quoi cela était lié à cette malédiction. Mya s’éloigna alors, s’enfonçant dans l’obscurité.

« Tu t’en vas ? Comme ça ? Tu n’as pas d’explication à me donner pour m’avoir transformé en une statue ?! J’ai bien le droit d’en avoir une, non ?! »

La jeune femme se tourna, souriant malicieusement, puis disparu dans l’obscurité. Kael était de nouveau seul, dans le froid et le tout en sous-vêtement. Il éternua alors et senti son ventre crier famine. Il avait faim, soif et était fatigué. Complètement recroquevillé à cause du froid qui commençait à pénétrer sa chaire, il commença à marcher en direction de l’Internat.

« Rah, sérieusement. Elle se fout de moi ! En attendant, moi, j’ai froid ! »

Partant de ce lieu où il resta de marbre pendant 12 jours et 13 nuits, il ne resta derrière lui que deux hommes inconscient et une plaque. Dessus il était écrit « A sacrifier sa vie pour protéger ce qui lui était cher. » Peut-être avait-il laissé derrière lui son passé le libérant, dans tous les cas, il ne le saura surement jamais.




Fiche de Personnage - Journal Intime - Code Couleur : #3366ff
Invité
avatar
Invité
Re: [QUÊTE] Rester de Marbre - Dim 23 Mar 2014 - 21:33
Franchement, j'ai tout simplement adoré. Des petites remarques débiles des premiers garçon à la visite récurrente de la petite Mya avec l'évolution de l'état d'esprit de Kael dans tout ça. Un grand bravo. C'est juste, il y ni trop ni pas assez, je ne peux que te féliciter. Continue comme ça.

Kael : 550 xps + 300 xps de bonus de quête

Xps attribués : Yep
[QUÊTE] Rester de Marbre
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page